Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DOSSIER RAFALE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33, 34  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Mer 17 Oct 2007 - 14:08

oui c'est vrai il devient peu moche cette coleur (camouflage- tigre) il faut qu'un jour que en ce debarasse un peu de cette coleur la. on le laisse que le gris foncer ou gris clair et coleur sables pour quelques avion au sahara ex: a la base de laayoune.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Mer 17 Oct 2007 - 14:13

Maroco a écrit:
oui c'est vrai il devient peu moche cette coleur (camouflage- tigre) il faut qu'un jour que en ce debarasse un peu de cette coleur la. on le laisse que le gris foncer ou gris clair et coleur sables pour quelques avion au sahara ex: a la base de laayoune.

Peut etre le gris?
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3368
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Mer 17 Oct 2007 - 14:19

l'important c'est pas son camouf, mais ce que il a dans le ventre et dans le cockpit!
a mon avis on doit attendre qlq 10 à 15 ans avant de voir un Rafale chez les FRA, si le contrat n'est pas signe la semaine prochaine
Revenir en haut Aller en bas
JIMAX
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Mer 17 Oct 2007 - 14:22

barbaros pacha a écrit:
Maroco a écrit:
oui c'est vrai il devient peu moche cette coleur (camouflage- tigre) il faut qu'un jour que en ce debarasse un peu de cette coleur la. on le laisse que le gris foncer ou gris clair et coleur sables pour quelques avion au sahara ex: a la base de laayoune.

Peut etre le gris?

non on a besoin d'un camouflage desert !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Mer 17 Oct 2007 - 14:26

oui pour le sahara oui je comprend bien. ça evite de ne pas ce faire opperer ou ce voir facilement a l'oeil dans haut. ou au moins on le laisse que pour quelques appareils une petite quantité. puisque cette coleur elle il est pas belle ou jolie a voir.
Revenir en haut Aller en bas
anakin
Aspirant
Aspirant
avatar

messages : 558
Inscrit le : 20/06/2007
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Mer 17 Oct 2007 - 18:04

jimax a écrit:
barbaros pacha a écrit:
Maroco a écrit:
oui c'est vrai il devient peu moche cette coleur (camouflage- tigre) il faut qu'un jour que en ce debarasse un peu de cette coleur la. on le laisse que le gris foncer ou gris clair et coleur sables pour quelques avion au sahara ex: a la base de laayoune.

Peut etre le gris?

non on a besoin d'un camouflage desert !
Non justement le teinte grise du rafale est une peinture a propriéter anti radar, donc....
Le camoufle ne sert plus de nos jour, ou tres peu
Revenir en haut Aller en bas
Northrop
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4537
Inscrit le : 29/05/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Mer 17 Oct 2007 - 18:44

Chahine a écrit:
YAS a écrit:
chahine barak men lmzah Smile
Bah quoi, on a pas le droit de rêver? Laughing

Zidek hadi:


Très beau oiseau quand même!

lol! C'est une maquette lol!

_________________

الله الوطن الملك
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Mer 17 Oct 2007 - 19:01

Citation :
How France’s Rafale Lost Morocco Sale
By PIERRE TRAN - AFP, 15 Okt 2007

PARIS — The knives are out, as French industry contemplates an astounding defeat in efforts to sell Dassault Aviation’s Rafale fighter jet to Morocco, leaving the door open to the U.S. F-16.

If Lockheed Martin completes the sale, it will mark a retreat in French diplomatic and military influence in francophone North Africa. Morocco was a protectorate under French colonial rule until independence in 1956, but it maintained close relations — until recently.

Dassault Chief Executive Charles Edelstenne and Eric Trappier, the company’s head of military aircraft, are said to be livid as the prospect of a sale of the twin-engine Rafale recedes.
“This was not even a tender,” an industry executive said. “This was a bilateral deal. Who knows when the next opportunity will come?”

There are no words harsh enough for the Délégation Géné-rale pour l’Armament (DGA) among Dassault executives, who privately blame the arms agency, particularly the international development department, for what they see as fatal miscalculations in the export campaign.

“The lesson of Morocco is France is incapable of exporting arms,” the industry executive said.

A DGA official vehemently denies the accusations.
“It’s calumny,” he said. “You have to ask yourself, who benefits from these accusations? Has industry nothing to reproach itself?”

The consequences of failure are far-reaching for industry. The Rafale is a French symbol of military aeronautical excellence and is a sales platform for Thales, Snecma and the Safran group’s Sagem, and a host of other French equipment suppliers.

The Rafale’s latest defeat — the Netherlands, Singapore and South Korea all passed on it for U.S. aircraft — raises fundamental questions for the future of the fourth-generation fighter and France’s sway in the Arab world, said Robbin Laird of consulting firm ICSA, based here and in Washington.

Officially, until a Moroccan order is announced, the French Defense Ministry maintains the Rafale is still in the running. But Defense Minister Hervé Morin implicitly accepts a checkmate by the Americans.

Asked for his view of why France failed in Morocco, Morin said Oct. 8, “When the time comes, I will give you my explanation.”

Bungled Bundle?

France completed technical and commercial negotiations with the Moroccan authorities in the spring, the industry executive said. Edelstenne said in June, just before the 46th Paris Airshow, that the Rafale offer was being handled on “a government-to-government” level.

France proposed 18 Rafales for 2.3 billion euros ($3.2 billion), according to French press reports.

Unofficially, Dassault executives fault the DGA, which bundled the aircraft into a large arms package that included helicopters and frigates. That package approach sabotaged the deal, the industry executive believes.

The DGA official said Morocco has long-standing needs for fighter aircraft, helicopters and warships, and the French offer was made in response to those requirements.

“We have supplied price and technical information to the government,” a Eurocopter spokeswoman said. “The information is part of a global package being negotiated at a government-to-government level, and we do not know the details of the negotiations.”

A spokeswoman for naval company DCNS said, “There is an informal exchange of information.” DCNS had previously offered the FREMM multimission frigate, but Morocco is looking for something bigger than the Gowind corvette and smaller than the FREMM.

“We would offer something that meets their needs,” she said.

The French civil service has a tradition of equality of treatment, in which public officials resist selecting one offer above another to avoid the appearance of favoritism for one contractor, a defense analyst said. An arms package fits that principle.
Moroccan officials were not available for comment.

Another grievance Dassault harbors is an apparent discrepancy in Rafale prices, with the DGA accused of submitting a figure said to be 20 percent lower than Dassault’s.

The DGA official insists the blame is unfair. The DGA did not get involved in commercial talks. “There is no government-to-government contract,” he said. “We don’t have a Foreign Military Sales procedure.”

Commercial negotiations are an industry responsibility, the DGA official said. DGA’s role is to provide technical support, including evaluation services if needed, he said.

The inconsistency in price seems to have arisen from a DGA official’s reference to Rafale’s 50 million euro ($70 million) unit price for the French Air Force during a meeting with Moroccan officials in October 2006.

“It was probably a mistake,” said a person familiar with the talks. “It was outside his competence.”

That was not a commercial offer, but it was a figure of which the Moroccans took note.

Export aircraft can be more expensive than domestic orders when they come with newer equipment such as laser target designators or infrared search-and-track sensors. A letter of acceptance for a foreign sale of the F-16 may tag each plane at up to $45 million, compared with the $35 million list price at the U.S. Department of Defense.

But Dassault executives suspect the DGA of undercutting Rafale’s price to help sell French frigates, using the aircraft as a loss leader item much as a retailer might do.

There was also hesitation by the Finance Ministry in underwriting financial guarantees with Coface, the French export credit agency, the executive said. The uncertainty was because of the presidential election, as Finance Ministry officials had to wait to see whether Socialist Ségolène Royal or Conservative Nicolas Sarkozy won the ballot.

For Dassault, the package approach, confusion over prices and dithering in financial support led to disenchantment in Morocco and an invitation to the United States to pitch its aircraft.

An official at the presidential office said Sarkozy will visit Morocco Oct. 22-24t. He declined comment on the Rafale.

Many Reasons for Failure

Dassault’s rage against the DGA may be misdirected. The Rafale was probably doomed to failure for technological, financial and geopolitical reasons, analysts said.

“The Rafale was too sophisticated for the Moroccan authorities,” said Loic Tribot La Spiere, chief executive of think tank Centre d’Etude et Prospective Stratégique. “The Mirage 2000 would have been more appropriate in technology, cost and maintenance terms.”

But Dassault recently closed the Mirage production line after delivering the last plane to Greece. A chance to sell Mirages faded when India last year dropped bilateral talks for a buy of 126 combat aircraft and launched an international tender.
An upgraded Mirage 2000 is seen as an internal competitor to Rafale, and while reopening the line would be possible if there were a customer, there would be a cost.

Financially, Saudi Arabia’s buy of 72 Eurofighter Typhoon aircraft was a double whammy. Riyadh might have financed a Moroccan purchase, but when the Saudis signed for the Eurofighter, funds were no longer available for the Rafale buy.
“The Saudi buy is significant,” Laird said.

Riyadh’s purchase boosts the credibility of Eurofighter and maker EADS in world markets. “It gives the aircraft global legs,” Laird said. Electronics and weapon makers provide support to aircraft that sell, such as the F-16, which makes them more upgradeable.
While capable as a deep strike aircraft, the Rafale is probably too much aircraft for ground attack in the counterinsurgency role, Laird said.

Morocco has a long-running conflict in the Western Sahara with the Polisario Front independence movement, which wants a referendum for autonomy or limited independence. Morocco has offered limited autonomy to the Western Sahara under Moroccan sovereignty.

Morocco’s relations with neighboring Algeria are also tense. Algeria has bought Sukhoi aircraft. Between 1975-88, Morocco bought 20 U.S.-built F-5 fighters and six OV-10 counterinsurgency aircraft, according to the International Institute for Strategic Studies’ Military Balance. The mainstay of the Royal Moroccan Air Force is the Mirage F1 fighter/attack aircraft, of which 27 are undergoing a modernization program with the French joint venture company Astrac.

In world markets, the counterinsurgency mission is a big one, and the Rafale is too costly for that role, Laird said. Demand for a top-class combat aircraft like the Rafale is limited.

In political terms, the context was not the best, Tribot la Spiere said. Morocco’s King Mohammed VI was close to former French President Jacques Chirac, and the apparent lack of a personal relationship with Sarkozy acted as a brake on a Rafale deal.

Sarkozy visited Algeria, Tunisia and Libya in the summer but is visiting only Morocco later this month. His official visit is unlikely to reverse the pick of the F-16.

The package approach was also a bad idea, Laird said. A trend of the last few years in Arab countries has been a rising sophistication, with purchases of specific capabilities rather than bundled arms packages.

The push for a French package, which would make for a bigger splash than separate deals, came from a diplomatic adviser to Chirac, analysts said. That tied arms even more closely to political standing.

In geostrategic terms, Paris was out of its league. The Iraq war has been a military negative for the United States and Britain, but for conservative Arab states, the engagement of these two Western countries showed a commitment to the region, Laird said.

France needs to build its standing in the region, particularly in the Arabian Gulf, where security concerns over Iran are high.
One French defense expert said the Rafale may not have suited Morocco, but the F-16 selection was really a political choice: “The U.S. offered their umbrella.”

The Rafale’s future looks uncertain.

Laird said, “The absence of export sales presents stark choices.” France can radically cut the 294-aircraft program, maintain or increase the numbers, or take the capability and create a “global aircraft,” by partnering with someone else.

One option might be to take the Mirage 2000-9 sold to the United Arab Emirates and develop that into an export product, in cooperation with Lockheed Martin. The United Arab Emirates also flies the F-16. But given the competitive reality on the ground, there is no chance of cooperation.

The Sarkozy government in March will publish a defense white paper that will set foundations for the new multiyear military budget law. That will decide the near-term future for national Rafale orders. But for the longer term, the export outlook is dim.
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3368
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Jeu 18 Oct 2007 - 16:03

TRADUCTION SVP
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Jeu 18 Oct 2007 - 16:24

Fox-One a écrit:
TRADUCTION SVP

trop long à traduire. En gros ça explique comment les français prennent des vessies pour des lanternes et croient que tout va leur tomber tout cuit dans le bec...

Il est notamment écrit que le Rafale est trop "sophistiqué" pour les autorités marocaine et que le Mirage 2000 (je suppose là que l'on parle du Mirage 2000-9?) aurait bien mieux fait l'affaire tant en terme de coût, de technologie, que de maintenance...

Mon commentaire: La réouverture des lignes de montages du Mirage 2000 amenerait la société DA à concurrencer elle-même le Rafale...

Il est aussi dit que le contexte politique entre la France et le Maroc n'est pas des plus favorable en ce moment et que cela faisait une raison de plus pour que l'affaire capote (Sarko c'est pas Chirac)...

Rafi
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3368
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Jeu 18 Oct 2007 - 20:14

Il est aussi dit que le contexte politique entre la France et le Maroc n'est pas des plus favorable en ce moment et que cela faisait une raison de plus pour que l'affaire capote (Sarko c'est pas Chirac)...

Rafi


y a pas que le contexte politique, celui personnel aussi, Sarko vient de divorcer aujord'hui, c'est officiel par l'elysée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Ven 19 Oct 2007 - 13:03

Les echos Aujourd'hui

Citation :
les échos
• Défense
Echec du Rafale au Maroc : un gâchis franco-français
Sauf miracle auquel plus personne ne croit en France, Nicolas Sarkozy ne reviendra pas de son déplacement au Maroc la semaine prochaine auréolé de la première référence à l'exportation de l'avion de chasse produit par Dassault. Le gouvernement français sait depuis juillet que la partie est perdue
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3368
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Ven 19 Oct 2007 - 13:43

ils pourons comme même nous vendre des 2000-9
Revenir en haut Aller en bas
kaidow
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Ven 19 Oct 2007 - 13:52

ils vont pouvoir se consoler avec le tgv que je trouve meilleur investissement qu, un rafale......
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3368
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Ven 19 Oct 2007 - 14:11

kaidow a écrit:
ils vont pouvoir se consoler avec le tgv que je trouve meilleur investissement qu, un rafale......

même pour le TGV c'est pas sur, il faudra refaire toute nos infrastructures ferovieres de A jusqu'a Z en passant par de nouvelles gares de nouveaux ponts, voie, creuser les montagnes, je pense pas que ca va aboutir même dasn 5 ans
je prefere qu'ils renouvellent juste les machines de traction ca feura l'affaire
Revenir en haut Aller en bas
najib
2eme classe
2eme classe


messages : 7
Inscrit le : 17/10/2007
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Ven 19 Oct 2007 - 14:14

kaidow a écrit:
ils vont pouvoir se consoler avec le tgv que je trouve meilleur investissement qu, un rafale......

d'accord avec toi... Les deux petites marionnettes du coin (algerie et maroc) feraient mieux d'investir dans les infrastructures plutot que dans des jouets qu'ils ne maîtrisent même pas.

Quand est ce que le maroc utiliserait ces rafales? je ne vois pas nos pilotes utiliser ces engins pour attaquer polizebbal.

Le maroc et l'algérie sont classés par le PNUD comme des pays sous développés. Et je vais vous donner une image qui refléte un peu ce qui se passe:

Une grande usine a des patrons ou un comité d'administration (mondialisation >>> USA, Europe, Chine, Russie), les membres du comité se disputent les pouvoirs et les richesses, pendant que les petits employés se chamaillent, se disputent et même s'entretuent. Le maroc et l'algerie sont deux entités non significatives sur la scene mondiale. Si ce qui se passe entre les deux petits maroc et algérie en l'occurence nuit ne soit ce qu'un petit peu aux intêrets des grands, ces derniers interviendront. Maintenant le petit excité (alkheria comme disent les espagnols) s'arme de joujous pour se faire respecter dans l'usine lol...

le maroc qu'on va representer comme un gars sans probleme voit le voisin lui reprocher pourquoi il tape sa faille.

"Quoi? mais ma fille veut sortir à la rue, faut bien que je l'éduque"

"Eh non" répond l'algérie, "ta fille va venir chez moi et j'en ferai ce que je voudrai"

"Ok, viens la chercher si tu oses petit morveux" conclut le maroc.

l'autre achéte des matraques, des couteaux, des sukhoi, etc ... un vrai petit excité en manque de claques lol

le maroc quand à lui il n'a pas beaucoup d'argent, il dit a ses nombreux enfants qu'il compte sur eux, et que si le voisin d'à côté ou ses rejetons s'approchent de la maison, faudra pas les laisser faire. Je ne vais pas bien sûr détailler ici sa stratégie pour se défendre, mais on va dire il compte beaucoup plus sur les muscles de ses enfants que sur un éventuel trésor sous sa demeure.

Le jour ou l'excité de service franchira la ligne rouge, il aura sur son dos et les enfants de son voisin et les patrons de l'usine. On laisse pas un petit foutre la M.....

Moralité de l'histoire: Former ses petits et les responsabiliser et le meilleur moyen pour un petit de s'en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Ven 19 Oct 2007 - 14:15

Fox-One a écrit:
kaidow a écrit:
ils vont pouvoir se consoler avec le tgv que je trouve meilleur investissement qu, un rafale......

même pour le TGV c'est pas sur, il faudra refaire toute nos infrastructures ferovieres de A jusqu'a Z en passant par de nouvelles gares de nouveaux ponts, voie, creuser les montagnes, je pense pas que ca va aboutir même dasn 5 ans
je prefere qu'ils renouvellent juste les machines de traction ca feura l'affaire
le tgv c'est pour 2015 et pour les infrastructures (les rails) il en faut des nouvelles compatible avec sa vitesse donc c'est a part.
pour les trains classique l'ajout de nouvelles rails est prévu dans le court/moyen terme
Revenir en haut Aller en bas
zizo-fis
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Ven 19 Oct 2007 - 16:16

dr.watson1 a écrit:
Les echos Aujourd'hui

Citation :
les échos
• Défense
Echec du Rafale au Maroc : un gâchis franco-français
Sauf miracle auquel plus personne ne croit en France, Nicolas Sarkozy ne reviendra pas de son déplacement au Maroc la semaine prochaine auréolé de la première référence à l'exportation de l'avion de chasse produit par Dassault. Le gouvernement français sait depuis juillet que la partie est perdue
voila ce qui nous a encourager
Citation :
A l'appui de cette offre, les Américains versent opportunément un don de 700 millions de dollars au Maroc via l'organisation Millennium Challenge Corporation, une agence gouvernementale d'aide aux jeunes démocraties
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Ven 19 Oct 2007 - 16:48

Citation :
DEFENSE - CONSTRUCTION AERONAUTIQUE -


Echec du Rafale au Maroc : un gâchis franco-français
[ 19/10/07 ]



Sauf miracle auquel plus personne ne croit en France, Nicolas Sarkozy ne reviendra pas de son déplacement au Maroc la semaine prochaine auréolé de la première référence à l'exportation de l'avion de chasse produit par Dassault. Le gouvernement français sait depuis juillet que la partie est perdue.


Toulouse, 11 septembre 2007. Militaires, industriels, parlementaires et délégations étrangères écoutent Hervé Morin. Pour sa première participation aux 5es Universités de la défense, le nouveau ministre de la Défense égrène les menaces qui pèsent sur le monde, précise les impératifs stratégiques de la France, et insiste sur la nécessaire modernisation des armées. Très attendu, le discours reste sans surprise. Des questions, mais peu de réponses. Jusqu'à cette phrase, cinglante, sur le Rafale : un avion - dit-il - « très sophistiqué et difficile à vendre ». « Quand les Américains emportent les contrats, c'est souvent avec des F16 d'occasion. » Le procès de « course perpétuelle à la technologie » de l'armement made in France est ouvert. Une claque pour Dassault...

C'est la stupeur dans la salle. Tous les spécialistes s'insurgent : si la France exporte des armes, ce n'est pas en produisant du matériel rustique ! Pourquoi cette déclaration assassine au moment où le Maroc négocie l'achat de l'avion de combat de Dassault, toujours à la recherche de sa première référence export ? Une annonce est même espérée fin octobre, à l'occasion de la visite officielle de Nicolas Sarkozy.

Une partie déjà perdue

Assurément, la sortie d'Hervé Morin est maladroite, et éloignée de la réalité des raisons des échecs précédents du Rafale à l'exportation. Pire qu'un crime, une faute, hurle l'entourage de l'avionneur. Sauf qu'à ce moment-là, le ministre de la Défense ne « trahit » personne. Depuis juillet, il sait, tout comme Dassault, que le Rafale a perdu la partie marocaine face au F16 américain. Et ni l'hypertechnologie ni la parité euro-dollar ne sont en cause. C'est un pur gâchis franco-français phénoménal, une défaite emblématique des carences de l'organisation politico-administrative à l'export. Jamais ce contrat n'aurait dû échapper à la France. « On est passé si près du but », commente, dégoûté, un responsable du ministère de la Défense, qui dénonce « une incurie générale ».

Tout a réellement commencé début 2006 quand le roi Mohammed VI fait part à Jacques Chirac de sa volonté d'acheter 25 avions de chasse français. Le contexte régional vient de changer : le voisin algérien a acheté à Moscou des Mig et des Sukhoï dernier cri. En face, Rabat n'aligne que des vieux Mirage F1, en cours de modernisation, et des F5 américains à bout de souffle. Il faut d'urgence montrer ses muscles. Et comme les armées marocaine et française sont historiquement très liées, c'est tout naturellement que le roi se tourne vers l'Elysée.

Chez Dassault, on ne peut rêver mieux : pas d'appel d'offres et un choix acté au plus haut niveau du palais. En coordination avec les services du ministère de la Défense, l'avionneur présente à l'armée de l'air marocaine les deux options possibles : des Mirage 2000 prélevés en France qu'on modernise, à l'image de ce qui est fait avec le Brésil, ou des Rafale. Le roi tranche pour les avions de dernière génération.

A l'été 2006, Dassault remet une première offre ferme portant sur 18 Rafale pour 1,8 milliard d'euros. Tout se présente bien. Jusqu'au premier couac. Prudents, les Marocains sondent la Délégation générale de l'armement (DGA) pour connaître les prix des Rafale vendus à l'armée de l'air française. « Habituellement, on s'arrange pour répondre sans répondre à ce genre de sollicitation », explique un bon connaisseur de l'institution. Rabat obtient pourtant (sur instructions de la Défense, selon nos informations) le prix français... qui s'avère significativement inférieur à celui proposé aux Marocains par Dassault. Fureur de l'avionneur et du client. « C'est sûr, ça a contribué au plantage et on a payé l'absence de décision sur la stratégie commerciale », explique-t-on (lire ci-dessous).

Les discussions se poursuivent néanmoins. Fin décembre, la facture grimpe à 2,6 milliards d'euros en y ajoutant la maintenance et les équipements. Chaque partie lâchant du lest, elle se stabilise finalement à 2,1 milliards. Reste à savoir comment les Marocains vont payer. Et là, deuxième plantage. Depuis des mois, à Paris, on s'illusionne sur une manne des Saoudiens, grands pourvoyeurs du Trésor marocain. La piste n'a jamais existé. La preuve : en mars 2007, Rabat transmet à Paris une demande de financement.

Succession de réunions

Bercy étudie le dossier et émet un avis négatif. Trop risqué. La Défense pousse, en revanche. Les réunions se succèdent à haut niveau. Mais, à l'approche des élections, Matignon, en accord avec l'Elysée, ne tranche pas. Ce qui revient à dire non... à Mohammed VI. Le nouveau gouvernement s'installe, découvre le dossier, mais l'aborde « de manière abstraite et avec des préjugés », explique-t-on de bonnes sources... Nicolas Sarkozy tranche finalement à la mi-juillet : O-K pour un financement à 100 %, et les 15 % d'acompte habituellement versés en cash dans ce genre d'affaire seront financés sur crédit bancaire. Le solde le sera également par crédit, mais avec garantie de la Coface pour compte de l'Etat. Mais il est alors trop tard, les Marocains ne répondent plus. Car, entre-temps, Washington s'est engouffré dans la brèche de l'indécision française.

« Tout s'est joué en juillet quand le principe du deal avec les Américains a été acquis », confirme une source proche des négociations. La proposition américaine : 24 F16 neufs de Lokheed Martin, pour 2,1 milliards de dollars, le tout appuyé (monnayé ?) par l'engagement de Washington à soutenir la position de Rabat sur le Sahara occidental. A l'appui de cette offre, les Américains versent opportunément un don de 700 millions de dollars au Maroc via l'organisation Millennium Challenge Corporation, une agence gouvernementale d'aide aux jeunes démocraties. Mais le pire, c'est qu'à Paris ce n'est pas une surprise, car la DGSE est parfaitement au courant des menées américaines depuis... mars !

L'offensive américaine

C'est à cette époque, en effet, qu'une première offre non sollicitée est faite à Rabat, à base de F16 d'occasion. Le roi en est informé. Fidèle à sa parole, il fait tout pour l'écarter, et reconfirme à Jacques Chirac son souhait d'acquérir des avions français. Deuxième offensive commerciale quelques semaines plus tard. Cette fois-ci, l'accueil est plus positif : l'offre est prise en considération, mais ne convient pas. Tenaces, les Américains s'accrochent et repartent à l'assaut en mai. Ils ne décrocheront plus, profitant alors à plein de la non-décision de Paris, avant et après la présidentielle, sur la demande de financement des Marocains...

Fin juillet, tout est perdu. Le palais fait connaître sa décision début septembre. Dans la foulée, l'ambassadeur français au Maroc est rappelé à Paris pour voir comment rattraper le coup pour la venue de Nicolas Sarkozy. Soutenu par les industriels français, le Salon aéronautique du Maroc, que le président devait inaugurer, est repoussé de trois mois... Cette affaire illustre « l'incapacité de l'administration à comprendre les enjeux et à y répondre le plus vite possible », résume un haut fonctionnaire. Tout était en place pour « tuer le match » avant l'élection présidentielle - et Jacques Chirac avait sans doute la possibilité de le faire - ou juste après. Et pour ajouter au gâchis général, Paris n'a pas su arbitrer entre les différents contrats d'armement en cours de négociation avec le Maroc (troisième plantage).

Aujourd'hui, la susceptibilité de tous les acteurs du dossier est à vif. Le gouvernement a compris l'urgence absolue de changer le dispositif d'exportation des armements français. Consolation qui n'effacera pas cet échec cuisant, Rabat vient de signer un accord pour l'acquisition d'une Frégate multimission. Pour un peu moins de 500 millions d'euros...

ALAIN RUELLO AVEC BRUNO LANCESSEUR
Revenir en haut Aller en bas
moulay o
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Ven 19 Oct 2007 - 16:52

eagle a écrit:
Fox-One a écrit:
kaidow a écrit:
ils vont pouvoir se consoler avec le tgv que je trouve meilleur investissement qu, un rafale......

même pour le TGV c'est pas sur, il faudra refaire toute nos infrastructures ferovieres de A jusqu'a Z en passant par de nouvelles gares de nouveaux ponts, voie, creuser les montagnes, je pense pas que ca va aboutir même dasn 5 ans
je prefere qu'ils renouvellent juste les machines de traction ca feura l'affaire
le tgv c'est pour 2015 et pour les infrastructures (les rails) il en faut des nouvelles compatible avec sa vitesse donc c'est a part.
pour les trains classique l'ajout de nouvelles rails est prévu dans le court/moyen terme

En fait non.....
S'il y a eu des discussions sur le TGV, c parcque les rails reliant Casa-Marrakech doivent ttes être refaites au plus tard en 2010....
Les négociations et les études de faisabilité avaient commencées en 2003. En partant du principe que les rails ont une durée de vie de 50ans, les marocains se sont dit kil vaut mieux se lancer tt de suite ds le TGV pplutot ke d'attendre 2050.
C t à l'époque de raffarin ke les discussions ont commencée, Jettou avait visité les usines Alstom et a fait un voyage en TGV....
ce genre de décisions ne se prennent pas en 6 mois......
Revenir en haut Aller en bas
moulay o
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Ven 19 Oct 2007 - 16:55

Jvous poste un article qui était sorti en 2004 sur le sujet.....


Deux études de faisabilité ont démontré la nécessité et la rentabilité du projet.

Le premier axe, Casablanca - Marrakech - Agadir via Essaouira, devrait coûter 22 milliards de DH, en plus de 100 MDH pour les études techniques.Casa - Tanger et Casa - Oujda sont prévus par la suite. Casablanca-Agadir par train en 2 heures et demie ! Ce ne sera pas par train classique mais par TGV. Ce n’est pas un rêve mais une option sérieusement envisagée. La réflexion menée conjointement par le ministère du Transport et l’ONCF, depuis bientôt deux ans, commence à mûrir. Mieux. On a aujourd’hui une idée très précise de certains détails comme les tracés des lignes, l’armature générale du réseau TGV Maroc, les coûts de réalisation des lignes, leur rentabilité et bien d’autres éléments. Tout est consigné dans les deux premières études qui ont été réalisées depuis 2002 par la société française spécialisée Systra (filiale commune de la RATP et de la SNCF), et dont les conclusions sont claires : le TGV au Maroc c’est plus que possible, c’est même inévitable. En fait, tout a commencé, il y a un peu plus de deux ans, quand Karim Ghellab, l’actuel ministre du Transport, qui était à l’époque Dg de l’ONCF, avait entamé une réflexion de fond sur l’avenir du transport ferroviaire au Maroc. Les premiers constats ont tout naturellement amené à tendre vers la solution TGV. Pourquoi ? En fait, quand on parle de l’avenir du rail au Maroc, il est nécessaire de distinguer entre trois types de trafic : le transport des marchandises, le transport de voyageurs sur les courtes distances (du genre navette) et le transport de voyageurs sur les longues distances dépassant les 300 kilomètres. Il est ressorti de ce premier diagnostic que, autant pour les deux premiers créneaux, l’ONCF n’a aucun mal à se positionner autant l’avenir est incertain pour le troisième, à savoir le transport de voyageurs sur les longues distances. C’est en se posant la question sur l’avenir de ce créneau au Maroc que l’idée du TGV Maroc est née. Il est incontestable que dans le monde entier, la tendance du ferroviaire est aux lignes à grande vitesse, appelées communément LGV. Par exemple, outre la France qui a été pionnière dans le domaine, l’Espagne et le Portugal ont pris l’option définitive du TGV. D’ailleurs, notre plus proche voisin européen mène actuellement un programme de construction de LGV à raison de 1 500 km par an. Le Portugal, pour sa part, a réservé un budget colossal de 50 milliards d’euros pour son programme LGV. Et le Maroc ? «Il faut y aller, nous n’avons pas le choix», affirme un haut responsable au ministère du Transport, considérant que «pour les longues distances, de plus de 300 km, le train classique n’a plus d’avenir à moyen et long terme». Une ligne pour TGV est 30 % plus chère qu’une ligne classiqueLe choix doit être fait d’autant plus rapidement que le réseau ferroviaire n’est pas encore parachevé. En effet, on ne peut pas continuer d’élargir le réseau pour les trains classiques qui supposent déjà des investissements lourds, sachant que dans quelques années on sera confronté à l’option TGV. Autant arrêter un choix dès maintenant. C’est-à-dire dans un horizon de trois ans. Du moins pour la ligne Casablanca-Marrakech. Cette ligne arrive aujourd’hui presque à saturation et il faudra lancer les travaux de doublement de la voie au plus tard en 2008. Pourquoi alors doubler une voie classique ? Pour l’option LGV, les deux premières études se sont focalisées sur l’axe Casa-Marrakech-Agadir long d’un peu plus de 500 km. La première étude de faisabilité, réalisée en 2002, avait pour but de comparer le coût d’une ligne classique et d’une LGV. Les résultats ont été très encourageants. Une LGV est à peine 30 % plus chère qu’une ligne classique, soit 22 milliards de DH pour l’axe étudié. Peu par rapport à ce que l’on supposait.Une fois la question du coût éclaircie, il fallait aborder la rentabilité économique du projet. C’est l’objet de la deuxième étude. Les experts ont conclu qu’une LGV Casa-Marrakech-Agadir serait économiquement rentable dans les mêmes conditions que les grands axes européens. Mais il faut distinguer la rentabilité économique de la rentabilité financière. La première prend en considération les effets induits du projet en termes de création d’emplois, d’augmentation de trafic, de flux économiques, de gains de temps (2 heures et demie pour Casa-Agadir), tandis que la rentabilité financière est une notion plus étroite, à caractère plutôt comptable. Bien entendu, financièrement parlant, une telle ligne ne peut être rentable que sur le long terme, ce qui est le cas partout dans le monde. Pour les tarifs, le ministère du Transport répond vaguement qu’ils «se situeront entre celui du billet d’un train classique et celui de l’avion et tiendront compte du pouvoir d’achat du Marocain». Manière de dire que pour l’instant on n’en sait rien. Il est encore trop tôt. Le Casa-Marrakech devrait être prêt en 2010 Quid de la suite ? Une troisième étude destinée à définir le schéma d’armature générale du réseau a été récemment confiée toujours à Systra. L’étude est en cours de finalisation mais, selon les informations que nous avons eues, c’est vers une armature construite autour de trois axes principaux : Casa-Marrakech-Agadir, Casa-Tanger et Casa-Oujda que l’on se dirige. Si les deux derniers axes s’inscrivent dans le long terme, le premier (Casa-Marrakech-Agadir), lui, est plutôt prévu à moyen terme, étant donné que l’ONCF devra programmer le doublement de la voie dans trois ans, au plus tard. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les premières études se sont focalisées sur cet axe. A ce titre, La Vie éco a appris que l’étude sur l’armature générale du réseau a démontré que le tronçon Marrakech - Agadir serait plus rentable s’il passait par le couloir littoral et donc par Essaouira. En termes d’infrastructures, la solution qui a pratiquement été retenue consiste à poser au moment du doublement de la voie Casa-Marrakech, une ligne hybride qui permettra la circulation d’un train classique et d’un TGV qui pourra atteindre une vitesse d’au moins 200 km/h. Cette voie pourrait, selon les premières estimations, être lancée en 2007 pour être prête en 2010. Le tronçon Marrakech - Agadir (via Essaouira) serait lancé ultérieurement, mais cette fois-ci la ligne serait une vraie LGV et sur laquelle le train pourrait atteindre les 300 km/h. Si les projections sont tenues, on peut espérer prendre le TGV Casa-Agadir vers 2015. Maintenant que les idées se précisent mieux, il s’agit de passer aux premières phases de concrétisation, à commencer par les études techniques approfondies. A ce titre, une source au ministère du Transport explique à La Vie éco que pour l’axe Casa-Marrakech-Agadir, par exemple, cette phase coûtera au bas mot 100 MDH, d’où le problème du financement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, lors de son dernier déplacement à Paris, le ministre de l’Equipement et du Transport a tenu à rencontrer son homologue français et en a profité également pour s’entretenir avec des responsables d’Alsthom qui se trouve être le fabricant des rames de TGV. Objectif principal de ces entretiens : trouver déjà un financement pour ces études dans le cadre des mécanismes de coopération maroco-française. Apparemment, les Français seraient disposés à donner un coup de pouce. Pour ce qui concerne le financement de la réalisation proprement dite, il faudra commencer à y penser dès maintenant, car il nécessitera, comme l’indique M. Ghellab, plusieurs dizaines de milliards de DH.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Ven 19 Oct 2007 - 18:14

J’ai l’impression que tu ne lis même pas les postes précédents

Tu n’as pas remarqué qu’il a déjà été posté ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Lun 22 Oct 2007 - 22:35

Le Rafale est officielement Mort
Revenir en haut Aller en bas
YAS
Administrateur
Administrateur


messages : 328
Inscrit le : 11/12/2006
Localisation : ici et labas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Lun 22 Oct 2007 - 22:48

On va pas repeter ça plusieur fois si quelqu'un nous apporte une nouvelle donc il faut que ça soit acompagné par la source Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   Lun 22 Oct 2007 - 22:49

RIP ca sera peut etre le cas dans 15 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DOSSIER RAFALE   

Revenir en haut Aller en bas
 
DOSSIER RAFALE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 32 sur 34Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33, 34  Suivant
 Sujets similaires
-
» dossier sur maison d'édition
» casualplay : dossier de presse
» [résolu]Dossier de naturalisation
» DEMANDE DE DOSSIER PERSONNEL
» ouverture dossier csst/retrait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Forces Royales Air :: Contrats d'achats et autres-
Sauter vers: