Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 Début de révolte en Irak?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 20 ... 40  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Début de révolte en Irak?   Jeu 3 Jan - 19:56

La Turquie à jurée d'avoir la tête de Nouri Al-Maliki (en même temps, le commerce entre les deux pays explose), le vice-Président Sunnite est réfugié en Turquie, embrouille entre le gouvernement central et la région Kurde. La gronde de la population sunnite à l'encontre du pouvoir chiite.

Nouri Al-Maliki se plaint de la Turquie plusieurs reprises, la dernière déclaration est même provocante, car il affirme que la Turquie et les Kurdes Irakiens ont conclu une alliance contre le pouvoir chiite.

Depuis plusieurs jours, des milliers d'Irakiens sunnites manifestent et appel à faire tomber le gouvernement chiite.. Sans parlé que les Kurdes et le pouvoir central à massé des milliers d'hommes et se font face..

Je pense que le conflit en Syrie pourrait débordé en Irak, les Sunnites doivent s'unir avec leur frère en Syrie..

Citation :
Tens of thousands of Sunni Muslims blocked Iraq's main trade route to neighboring Syria and Jordan in a fourth day of demonstrations on Wednesday against Shia Prime Minister Nouri al-Maliki.

The massive show of force marks an escalation in protests that erupted last week after troops detained the bodyguards of Sunni Finance Minister Rafaie Esawi, threatening to plunge Iraq deeper into political turmoil.

"The people want to bring down the regime," chanted thousands of protesters in the Sunni stronghold of Anbar, echoing the slogan used in popular revolts that ended in the toppling of the leaders of Tunisia, Egypt, Libya and Yemen.

Waving the old flag of Iraq that was changed after Sunni dictator Saddam Hussein was overthrown by the US-led invasion of 2003, protesters sat in the road, choking off the main trade route between Iraq, Jordan and Syria.

Another smaller protest was held in the city of Samarra in the predominantly Sunni province of Salahuddin, next to Anbar.

The move against Esawi's guards came hours after President Jalal Talabani, a Kurd who has mediated among Sunni, Shia and Kurdish factions, left for Germany for treatment for a stroke that could end his steadying influence over Iraqi politics.

The arrest was reminiscent of Maliki's move to arrest Sunni Vice President Tareq al-Hashemi, who he accused of running death squads, just as US troops withdrew in December 2011.

Iraq's fragile power-sharing government has since lurched from crisis to crisis and the conflict in Syria risks reigniting sectarian tensions that brought the country to the brink of all-out civil war in 2005-2007.

Addressing the protesters, Esawi said the detention of his guards was politically motivated and that Maliki was deliberately provoking strife.

"It is enough! The country should not be run by such a mentality," he said, to cries of "God is greatest."

Maliki has sought to play his rivals off against one another to strengthen his alliances in Iraq's complex political landscape before provincial elections next year and a parliamentary vote in 2014.

Shia cleric Moqtada al-Sadr, another rival of Maliki, offered his support to the protests in a statement, rejecting what he described as Maliki's sectarian policies.


http://www.egyptindependent.com/news/iraq-sunnis-block-trade-routes-protest-against-pm-maliki







Citation :
Iraqi Sunnis stage big anti-government rallies

* Tens of thousands protest in Falluja, Ramadi, Mosul, Samarra

* Sunnis accuse PM of marginalising them, being influenced by Iran

* Protests fuel concerns Syria could further destabilise Iraq

Thousands of protesters from Iraq's Sunni Muslim minority poured onto the streets after Friday prayers in a show of force against Shi'ite Prime Minister Nuri al-Maliki, keeping up a week-long blockade of a major highway.

Around 60,000 people blocked the main road through Falluja, 50 km (30 miles) west of the capital, setting fire to the flag of Shi'ite Iran and shouting "out, out Iran! Baghdad stays free" and "Maliki you coward, don't take your advice from Iran".

Many Sunnis, whose community dominated Iraq until the fall of Saddam Hussein in 2003, accuse Maliki of refusing to share power and of being under the sway of its non-Arab neighbour.

"We will not leave this place until all our demands are fulfilled, including the toppling of the Maliki government," said 31-year-old Omar al-Dahal at a protest in Ramadi, where more than 100,000 protesters blocked the same highway as it leads to neighbouring Syria and Jordan.

Activists' demands include an end to the marginalisation of Sunnis, the abolition of anti-terrorism laws they say are used to target them, and the release of detainees.

Protests flared last week in Anbar province, the Sunni stronghold in western Iraq where demonstrators have mounted the blockades, after troops loyal to Maliki, who is from the Shi'ite majority, detained bodyguards of his finance minister, a Sunni.

Demonstrations were also held in the northern city of Mosul and in Samarra, where protesters chanted "the people want to bring down the regime", echoing the slogan used in popular revolts that ousted leaders in Tunisia, Egypt, Libya and Yemen.

The protests are likely to add to concerns the civil war in neighbouring Syria, where majority Sunnis are fighting to topple a ruler backed by Shi'ite Iran, will drive Iraq back to the sectarian slaughter of 2005-7.

Militants linked to al Qaeda appear to be joining the ranks of Syrian rebels across the border and regrouping in Anbar, which was almost entirely controlled by militants at the height of Iraq's insurgency.

Security forces did not move to break up the protests, but prevented people from other provinces from heading to Anbar to join the rallies there.

REGIONAL DIMENSION

Speaking at a "reconciliation" conference broadcast on television, Maliki called for dialogue.

"It is not acceptable to express something by blocking roads, inciting sedition and sectarianism, killing, or blowing the trumpet of war and dividing Iraq," he said.

A masked protester who refused to give his name recalled the role of Anbar's tribes, first in fighting U.S. troops before allying with them to drive militants out - turning on fellow Sunni al Qaeda because of its indiscriminate use of violence.

"Just as we terrified the Americans with this mask, and kicked al Qaeda out, we will terrify the government with it," he said.

Highlighting the increasingly regional dimension, protesters in Falluja raised pictures of Turkish Prime Minister Tayyip Erdogan, who has lined up against Syrian President Bashar al-Assad and has sparred increasingly often with Maliki.

In Iraq's Shi'ite south, a small anti-Erdogan protest was held in the holy city of Najaf, 160 km (100 miles) from Baghdad.

Sunni complaints against Maliki grew louder a week ago following the arrest of Finance Minister Rafaie al-Esawi's bodyguards hours after Iraqi President Jalal Talabani, a Kurd seen as a steadying influence, was flown abroad for medical care.

For many, that was reminiscent of a move to arrest Sunni Vice President Tareq al-Hashemi a year ago, just when U.S. troops had withdrawn. Hashemi fled into exile and was subsequently sentenced to death in absentia.

Maliki has sought to divide his rivals and strengthen alliances in Iraq's complex political landscape before provincial elections next year and a parliamentary vote in 2014.

A face-off between the Iraqi army and Kurdish forces over disputed oilfields in the north has been seen as a possible way of rallying Sunni Arab support behind the prime minister.

http://www.reuters.com/article/2012/12/28/iraq-protests-idUSL5E8NS7XR20121228

Citation :
New anti-Al Maliki protests break out in Ramadi

Protesters call for the release of Sunni prisoners in Iraqi jails

Witnesses say thousands of demonstrators have gathered in the city of Ramadi, in the Sunni Muslim-dominated Iraqi province of Anbar west of the capital to voice their opposition to the Shiite-led government.

The protesters massed Wednesday along a highway linking Baghdad with neighbouring Jordan and Syria. They held banners demanding that Sunnis’ rights be respected and calling for the release of Sunni prisoners in Iraqi jails.

It is the third major protest in Anbar province in less than a week.

On Friday, Iraq’s government said it had arrested 10 of Finance Minister Rafia Al Issawi’s bodyguards on terrorism-related charges. Al Issawi comes from Anbar and is one of the government’s most senior Sunni officials. The case is exacerbating tensions with Iraq’s Sunnis, who accuse Shiite Prime Minister Nouri Al Maliki of targeting and marginalising them.

http://gulfnews.com/news/region/iraq/new-anti-al-maliki-protests-break-out-in-ramadi-1.1123947







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Jeu 3 Jan - 20:00

Protestation sunnite:

















Revenir en haut Aller en bas
Proton
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3498
Inscrit le : 27/06/2009
Localisation : Partout.
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Jeu 3 Jan - 20:27

Bonne chose cheers
Espérons que la situation explose encore d'avantage avec des centaines de morts chaque jour, avec un peu de chance au bout d'un certain temps on verra la création d'un émirat salafiste ottoman Suspect

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Jeu 3 Jan - 20:34

Proton a écrit:
Bonne chose cheers
Espérons que la situation explose encore d'avantage avec des centaines de morts chaque jour, avec un peu de chance au bout d'un certain temps on verra la création d'un émirat salafiste ottoman Suspect

Tant que cela sert les intérêts de la Turquie et de son influence, pourquoi pas..

Sérieusement, cela est la faute du premier ministre qui mène une politique sectaire en ouvrant la chasse aux Kurdes et aux Sunnites arabes. Un agent iranien pour beaucoup de personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Jeu 3 Jan - 20:37













Revenir en haut Aller en bas
Proton
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3498
Inscrit le : 27/06/2009
Localisation : Partout.
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Jeu 3 Jan - 20:47

Tu as le mérite d'être honnête, tout à ton honneur .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Ryad
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1402
Inscrit le : 03/03/2012
Localisation : Sur la Falaise
Nationalité : Egypt
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Ven 4 Jan - 0:09

J’espère vraiment pas un soulèvement sunnite Iraquien, après toutes les souffrances qu'ils ont enduré ces dernières décennies ... En plus ils sont minoritaires donc vaut mieux qu'il l'a joue pacifique ... Ce qui m'a choquer ces les déclarations de Moqtada Sadr.

_________________
"Que vous cachiez votre parole ou la divulguiez Il connaît bien le contenu des poitrines."

Sourate 67 Al Mulk (la Royauté) ~ Verset 13
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur


messages : 9336
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Ven 4 Jan - 13:50

Citation :
Sunnites et chiites manifestent ensemble contre Maliki

Irak Des milliers de protestataires ont continué à manifester hier dans des régions à majorité sunnite en Irak contre le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki et, pour la libération de prisonniers, des protestations auxquelles se sont joints des chiites. Comme c’est le cas depuis le début de la mobilisation le 23 décembre, les plus grands rassemblements ont eu lieu à Ramadi, dans la province d’Anbar (Ouest), où les protestataires continuent de bloquer une autoroute reliant Bagdad à la Jordanie et la Syrie. Les manifestants brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « État de non-droit », en référence au bloc politique de M. Maliki, « État de droit ». Ce mouvement de protestation fait suite à l’arrestation pour « terrorisme » le 20 décembre d’au moins neuf gardes du ministre des Finances Rifaa el-Issawi, un sunnite souvent critiqué par ses collègues chiites du gouvernement.
Signe que le mécontentement vis-à-vis du gouvernement dépasse les frontières confessionnelles, des centaines de chiites de Bagdad et de provinces au sud de la capitale se sont joints aux manifestants, quelques jours après que Moqtada Sadr, un puissant chef chiite dont le mouvement compte 40 députés et cinq ministres, eut apporté son soutien aux protestations. Des manifestations ont eu lieu également dans les provinces de Ninive et Salaheddine, au nord de Bagdad, où des milliers de personnes ont également appelé à la démission de M. Maliki.

Dans une tentative d’apaisement, un porte-parole de la justice a annoncé la libération de onze prisonnières, après que M. Maliki eut affirmé mardi que 700 détenues allaient être relâchées. La libération de prisonniers constitue l’une des principales revendications des manifestants qui accusent les autorités, dominées par les chiites, d’avoir recours à la législation antiterroriste pour viser la minorité sunnite.
Par ailleurs, au moins quinze personnes ont été tuées et 47 ont été blessées hier en Irak dans un attentat à la voiture piégée dans un parking utilisé par des véhicules transportant des pèlerins chiites vers ou depuis la ville sainte de Kerbala, ont indiqué des sources médicale et policière.
(Source : AFP)


http://www.lorientlejour.com/category/Moyen+Orient+et+Monde/article/794699/_Sunnites_et_chiites_manifestent_ensemble_contre_Maliki.html

PGM
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Sam 5 Jan - 14:53

Citation :
Bagdad a accusé la Turquie et les Kurdes de tentative de diviser l'Irak

Dans son discours sur la chaîne de télévision Al-Iraqiya ce mercredi le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a menacé d'utiliser la force pour arrêter les troubles dans les provinces sunnites, où des manifestations anti-gouvernementales se poursuivent depuis 10 jours consécutifs.

Le chef du gouvernement irakien a qualifié les actions des manifestants « d’illégales et portant préjudice » à l’économie du pays, car les manifestants ont bloqué la route qui relie la Syrie à la Jordanie.

Selon al-Maliki, les émeutes sunnites sont le résultat de « l'intervention de la Turquie et des Kurdes », dans la vie politique du pays, qui, selon le Premier ministre, essaient de « politiser les événements et leur donner un caractère confessionnel , de manière à diviser l'Irak »

http://french.ruvr.ru/2013_01_02/Bagdad-a-accuse-la-Turquie-et-les-Kurdes-de-tentative-de-diviser-lIrak/


Citation :
Un an après le retrait américain, l'Irak dans la spirale communautaire

Dans la nuit du 21 décembre 2011, les troupes américaines quittaient l'Irak, laissant derrière elles un pays fragilisé par huit années d'occupation et miné par des affrontements confessionnels entre chiites et sunnites qui ont tourné à la guerre civile entre 2006 et 2008. Des divisions que le premier ministre chiite, Nouri Al-Maliki, avait pourtant l'ambition de surmonter, après avoir été reconduit à la tête d'un gouvernement d'union nationale incluant la principale formation sunnite, le bloc Iraqiya, lors des élections législatives de 2010.
Un an après le retrait américain, les tensions confessionnelles se sont exacerbées et les attentats meurtriers se multiplient. Les tensions entre le pouvoir central et la zone autonome du Kurdistan sont plus vives que jamais. Depuis deux semaines, le pouvoir du premier ministre est menacé par une révolte dans les provinces sunnites. La communauté sunnite, qui accuse M. Maliki de mener une politique sectaire et discriminatoire, multiplie les manifestations à l'appel d'un "printemps irakien". Un appel auquel s'est rallié le chef politique chiite Moqtada Al-Sadr.

Lire : Irak, les fractures d'un retrait et en édition abonnés : "Les fortes tensions entre les sunnites et le premier ministre chiite fragilisent l'Irak"

Pierre-Jean Luizard, historien spécialiste de l'Irak, revient sur la situation politique depuis le retrait américain.

Le Monde.fr : Lorsque les soldats américains quittent l'Irak, après huit années d'occupation, le 21 décembre 2011, quelle situation politique prévaut alors dans le pays ?

Pierre-Jean Luizard : les Américains ont quitté l'Irak en laissant derrière eux des institutions dont on voyait bien qu'elles n'étaient pas viables. Le nouvel Etat qui a été reconstruit en 2003 l'a été non pas sur la base de la citoyenneté individuelle mais sur des appartenances confessionnelles (chiite, sunnite) et ethniques (arabe, kurde). Le système politique a été conçu pour satisfaire des partis politiques dont les bases étaient purement communautaires, en fixant des quotas à la libanaise. Or, contrairement au Liban, où le confessionnalisme est inscrit dans le marbre, en Irak il est inavoué.

Conformément à un arrangement n'ayant aucune base constitutionnelle, les institutions ont été démultipliées par trois, que ce soit au niveau de la présidence – avec un président kurde et deux vice-présidents sunnite et chiite –, du poste de premier ministre, qu'au Parlement ou dans l'octroi des différents ministères. Cette répartition s'est faite en fonction du poids électoral de chacune des communautés et donc de leur poids démographique.

Les Américains ont confondu majorité démographique et majorité politique. Cela donne un système politique où tout est laissé à la discrétion d'arrangements sujets à des rapports de force en constante évolution. Ces rapports de force changeants ont lieu entre des acteurs communautaires prisonniers du jeu communautaire.

Depuis quelques semaines, le premier ministre, Nouri Al-Maliki, est confronté à une vague de contestation dans les provinces sunnites, à laquelle s'est ralliée le dirigeant chiite Moqtada Al-Sadr. Comment analyser les rapports de force qui sont actuellement à l'œuvre en Irak ?

Après les dernières élections qui l'ont reconduit à la tête du gouvernement en 2010, Nouri Al-Maliki a manifesté la volonté de remplacer le partenariat chiito-kurde qui lui a permis d'asseoir son pouvoir par un autre partenariat, chiito-sunnite. Son alliance avec les Kurdes a été remise en cause par le cavalier seul de plus en plus flagrant des dirigeants de la région autonome kurde. La disparition politique du président Jalal Talabani, hospitalisé fin décembre après une attaque cérébrale, a précipité cette évolution. Désormais, il n'y a plus ce rôle de médiateur entre Bagdad et les Kurdes que Talabani pouvait jouer.

Lire : Le président irakien Jalal Talabani victime d'une attaque cérébrale

Nouri Al-Maliki avait tenté de se rapprocher des dirigeants sunnites lors des élections de 2010, mais les clivages confessionnels ont vite repris le dessus. Prisonnier de sa base, liée à des réseaux clientélistes régionaux et communautaires chiites qui ne lui permettent pas de jouer le rôle de dirigeant national libéré du confessionnalisme qu'il ambitionnait avec sa liste pour un Etat de droit, Nouri Al-Maliki a été entraîné dans la spirale confessionnelle.

De leur côté, les sunnites lui reprochent d'agir de façon autoritaire, d'avoir fait main basse sur de nombreux secteurs (Banque centrale, presse) et de marginaliser leur communauté. Ils l'accusent notamment d'abuser du système judiciaire irakien dans des campagnes récurrentes contre les dirigeants sunnites. M. Maliki a en effet ordonné l'arrestation pour "terrorisme", le 20 décembre, d'au moins neuf gardes du ministre des finances sunnite Rifaa Al-Issawi. Des arrestations qui rappellent celles des milices privées du vice-président sunnite Tarek Al- Hachémi, qui a par ailleurs reconnu que les accusations contre ses gardes du corps pouvaient en partie être fondées.

Lire : Irak : le premier ministre Maliki convoque des élections anticipées

Chaque fois, les sunnites ont fait bloc derrière leurs chefs et accusé le premier ministre de sectarisme. Aujourd'hui, surfant également sur le grogne sociale généralisée, ils reprennent les slogans du printemps arabe contre "Nouri Al-Maliki, le despote", semblant oublier le siècle où ils ont eux-mêmes monopolisé le pouvoir en Irak. Il est certes difficile pour les Arabes sunnites de se satisfaire de la place de minorité dans laquelle les enferme le système politique, d'autant qu'ils sont majoritaires au-delà des frontières du pays. L'ambition du premier ministre Maliki de dépasser les clivages confessionnels sunnite-chiite et de se poser en sauveur de l'Irak se heurte à la même réalité. Et, une fois encore, le voici, à son corps défendant probablement, entraîné dans une nouvelle épreuve de force avec les sunnites.

Voir le portfolio sonore : Al-Maliki, "un autoritaire avec beaucoup de pouvoirs"

Quelle est la stratégie de Moqtada Al-Sadr en se ralliant à la contestation sunnite contre le premier ministre Maliki ?

La majorité du premier ministre Al-Maliki dépend du bloc sadriste de Moqtada Al-Sadr. Or, celui-ci est son principal rival dans la communauté chiite. Il y a entre eux deux un très fort contentieux depuis que Nouri Al-Maliki a envoyé l'armée pour écraser les villes et quartiers dirigés par Moqtada Al-Sadr, en 2008. L'année dernière, les sadristes ont voulu déposer une motion de défiance contre Maliki. Aujourd'hui, Moqtada Al-Sadr affiche son soutien aux sunnites. C'est une situation difficile pour Maliki que de voir s'effondrer sa majorité communautaire, tandis que Moqtada Al-Sadr se voit conforté dans sa réputation de faiseur de roi. De son soutien dépend donc le maintien de Maliki au pouvoir. Jusqu'à aujourd'hui, l'alliance du premier ministre avec les sadristes a survécu, car ces derniers y avaient un intérêt bien compris, mais ils peuvent être tentés par une autre alliance, cette fois avec les sunnites. Le système politique irakien est un cercle vicieux qui emprisonne les acteurs politiques irakiens dans un engrenage, où ils sont systématiquement rattrapés par les réflexes communautaires.

Le contexte régional, notamment le conflit en Syrie, est-il un facteur de déstabilisation supplémentaire en Irak ?

Cette instabilité politique est accentuée par les répercussions du conflit en Syrie, qui s'expriment par un désir de revanche des sunnites, encouragés par la mise en question de l'alliance entre le camp chiite irakien, le régime de Bachar Al-Assad, l'Iran et le Hezbollah libanais. Nouri Al-Maliki a été assez avisé pour afficher dans ce conflit une apparente neutralité, mais Moqtada Al-Sadr et des dissidents de l'Armée du Mahdi, sa milice officiellement dissoute, ne cachent pas leurs sympathies actives pour le régime Assad. Des rumeurs circulent sur la présence d'éléments de l'Armée du Mahdi et du Hezbollah aux côtés de l'armée syrienne. Privé du soutien des sadristes, sans possibilité de reconduire le tandem chiito-kurde, confronté au réveil sunnite, Maliki voit ruinées ses ambitions d'être l'unificateur d'un Irak arabe, son projet pour continuer à gouverner puisqu'il semble avoir fait son deuil du Kurdistan.

Cette ambition n'était-elle pas démesurée dans le contexte politique irakien ?

Cette ambition pouvait paraître réaliste dans la mesure où elle rencontrait le désir d'une grande majorité des Irakiens arabes de dépasser les clivages communautaires après les guerres confessionnelles meurtrières de 2006 à 2008. Mais, quand un système politique est construit sur une base communautaire, il est très difficile d'en sortir.

Les contradictions de ce système étaient relativement contenues au niveau du pouvoir tant que les Etats-Unis étaient présents. Depuis leur retrait, il n'existe plus de recours suprême et ces contradictions sont alors apparues dans toute leur logique. La plupart des élus irakiens sont arrivés au pouvoir pendant l'occupation américaine : prisonniers d'un système non viable, ils en sont en même temps les principaux bénéficiaires. La spirale communautaire est donc devenue une spirale infernale. On se souvient comment la liste Iraqiya, qui avait également cette ambition de dépasser les clivages confessionnels, a fini par être identifiée à la communauté sunnite.

Le blocage est aujourd'hui total, car les élus profitent d'un système qu'aucun ne sera tenté de remettre en cause. La seule solution serait une nouvelle Constitution irakienne qui préserverait le fédéralisme, mais pas sur cette base confessionnelle qui empêche la stabilisation du pays et interdit tout processus de démocratisation. La majorité des Irakiens aspire à sortir de la folie confessionnaliste, mais ils n'ont plus de porte-parole, puisque le système a intégré tous les acteurs politiques importants. Tous les partis politiques sont disqualifiés et aucun n'a les moyens de s'emparer à lui seul de l'Etat. Aujourd'hui, il n'y a pas de perspective de stabilisation politique, mais un éventail de probabilités qui peuvent aller d'une instabilité chronique au retour des affrontements communautaires.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/01/04/un-an-apres-le-retrait-americain-l-irak-dans-la-spirale-communautaire_1812735_3218.html

Citation :
Nombreuses manifestations antigouvernementales en Irak

Les manifestants, à majorité sunnite, ont réclamé dans plusieurs villes l'abrogation de lois antiterroristes et le respect des droits de l'homme.

Des milliers d'Irakiens sunnites ont manifesté vendredi pour protester contre le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki et appeler à la libération de prisonniers, dans le cadre d'une mobilisation antigouvernementale lancée il y a deux semaines. Ces manifestations font suite à l'arrestation pour "terrorisme", le 20 décembre, de neuf gardes du ministre des Finances Rifaa al-Issawi, un sunnite membre du bloc d'opposition laïque Iraqiya, critique de Nouri al-Maliki, accusé depuis plus d'un an par ses détracteurs d'accaparer le pouvoir.

Des centaines de personnes se sont rassemblées dans l'enceinte de la mosquée Abou Hanifa dans le quartier majoritairement sunnite d'Azamiyah à Bagdad, mais ont été empêchées par les forces de sécurité de sortir manifester dans la rue, selon un journaliste de l'AFP sur place. Elles brandissaient des bannières appelant à la libération des détenus, réclamant le respect des droits de l'homme dans les prisons et l'abrogation de la loi antiterroriste, utilisée, selon elles, par le pouvoir pour s'en prendre à la communauté sunnite.

Vers un Printemps irakien ?

"Bagdad, libre, libre ! Va-t-en l'Iran", ont-ils scandé, accusant le gouvernement Maliki d'être sous l'influence de l'Iran, pays à grande majorité chiite. "Combien de temps encore nos enfants vont-ils rester en prison, sans aucun motif, si ce n'est qu'ils sont sunnites?" s'est demandé Abou Abdallah. "Mes trois enfants ont été arrêtés il y a quatre ans sans aucune raison, et je demande à Maliki de les relâcher", a dit une autre manifestante, Oum Mohamed.

Le mouvement de protestation sunnite a reçu l'appui du puissant chef chiite radical Moqtada al-Sadr, qui critique sévèrement Nouri al-Maliki même s'il a cinq ministres au gouvernement. Le mouvement sadriste, qui a en outre 40 députés, a assisté à la prière du vendredi dans une mosquée sunnite à Bagdad. Moqtada Sadr a prédit l'avènement d'un "Printemps irakien, si les choses restent en l'état", en référence au Printemps arabe qui a secoué le monde arabe ces deux dernières années. "Les manifestations se poursuivront tant que les gens ne seront pas satisfaits des politiques menées", a-t-il dit cette semaine.

D'imposantes manifestations ont également eu lieu dans plusieurs villes au nord de Bagdad, dans les provinces de Salaheddine, Diyala, Kirkouk et Ninive. Dans la province d'Al-Anbar (ouest), les protestataires bloquaient toujours une autoroute reliant Bagdad à la Jordanie et la Syrie, pour le 12e jour consécutif. Une banderole portée par les manifestants avec une photo de M. Maliki le traite "de menteur, sectaire, voleur et imposteur".

"Nous manifestons pour soutenir les manifestants de Fallouja, Mossoul, Samarra et dans les autres villes d'Irak", a déclaré à l'AFP Ismaïl al-Houdaidi, un manifestant de Kirkouk. "Nous manifestons pour dire non à l'injustice et oui à la libération des prisonniers innocents", a ajouté l'imam d'une mosquée de Kirkouk, Ahmed Samarraï. Dans un communiqué, M. Maliki a appelé les manifestants et la police à la retenue, après avoir menacé de faire appel aux forces de l'ordre pour mettre un terme aux protestations. Jeudi, le ministère de la Justice a annoncé la libération de 11 prisonnières, après que M. Maliki a affirmé que 700 détenues seraient relâchées.

http://www.lepoint.fr/monde/nombreuses-manifestations-antigouvernementales-en-irak-04-01-2013-1608662_24.php













Revenir en haut Aller en bas
Cyrax
Capitaine
Capitaine


messages : 998
Inscrit le : 01/01/2008
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Sam 5 Jan - 15:21

Ce pouvoir est largement hypocrite.
Ils prônent le contrôle de la majorité (chiite) sur les minorités en Irak alors qu'ils rejettent ce droit aux voisins syriens qui sont gouvernés par une minorité sectaire d'une main d fer.
Ils ne veulent plus de Baath en Irak, mais le Baath corrompu à Damas leur sied parfaitement.
Nouri al Maliki s'est longtemps plaint des attentats terroristes des moukhabarat du régime syrien en Irak. Aujourd'hui il laisse ses milices extrémistes combattre aux côtes de ce même régime pour nuire à la Syrie et aux syriens...

Ce pouvoir n'est ni plus ni moins que le sbire ou l'avatar arabe de la théocratie expansionniste iranienne dans la région.


Revenir en haut Aller en bas
vipsdesvips
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2595
Inscrit le : 26/05/2011
Localisation : Homsgrad
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Mar 8 Jan - 15:01

Citation :
Irak : Des ministres boycottent un conseil des ministres

mardi 8 janvier 2013 - 14h00

Des ministres sunnites et kurdes irakiens ont boycotté mardi une réunion du conseil des ministres pour apporter leur soutien aux manifestations d’opposition au gouvernement du Premier ministre chiite, Nouri Al Maliki, ont rapporté des députés.

Des députés du parti laïque Iraqiya, soutenu par la communauté sunnite, ont déclaré que leurs ministres s’étaient abstenus d’assister à la réunion du gouvernement pour manifester leur soutien aux manifestants. « Ils ont décidé de boycotter la session aujourd’hui », a déclaré à Reuters le député Jaber Al Jaberi. « Ils considèrent que le gouvernement ne répond pas aux revendications des manifestants (...) et n’accepte pas de partager le pouvoir. » Selon le député kurde Alaa Talabani, des dirigeants de son parti ont également demandé aux ministres kurdes de ne pas participer à la réunion. Depuis plus de deux semaines se multiplient à travers le pays les manifestations de la communauté sunnite, minoritaire en Irak, qui se plaint de discrimination de la part du gouvernement central.

Les protestataires bloquent depuis la fin décembre la route qui mène à la frontière syrienne à travers le désert d’Anbar pour dénoncer l’arrestation de gardes du corps du ministre des Finances, Rafaie al Essaoui, une importante personnalité sunnite. (20 minutes).
Revenir en haut Aller en bas
vipsdesvips
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2595
Inscrit le : 26/05/2011
Localisation : Homsgrad
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Sam 12 Jan - 0:22

Citation :
Revenir en haut Aller en bas
vipsdesvips
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2595
Inscrit le : 26/05/2011
Localisation : Homsgrad
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 5:30

Citation :
"Maliki, prends ta leçon de Bachar"

OLJ/AFP | 27/01/2013


La tension est montée d'un cran samedi à Falloujah, dans l'ouest de l'Irak, où deux soldats ont été abattus et trois enlevés, au lendemain de la mort de sept manifestants antigouvernementaux tués par l'armée, dans un contexte politique très tendu.

Les sept morts de vendredi sont les premières victimes à imputer aux forces de sécurité depuis le début, il y a un mois, d'une vague de manifestations de la minorité sunnite, qui proteste contre la politique du gouvernement de Nouri el-Maliki, dominé par les chiites. Selon le docteur Assem al-Hamdani, de l'hôpital de Falloujah, 60 autres personnes ont été blessées.

Plusieurs attaques, qui n'ont pas encore été revendiquées, ont pris pour cible l'armée samedi dans cette ville à majorité sunnite à l'ouest de Bagdad.
Une attaque a été menée contre un point de contrôle de l'armée à la périphérie est de Falloujah tuant un soldat alors qu'un autre a été tué et un troisième blessé dans le nord de la ville, selon le colonel de police Mahmoud Khalaf.
Dans l'ouest de Falloujah, trois soldats ont été enlevés par des hommes armés, a-t-il ajouté.

Dans le même temps, une nouvelle manifestation contre M. Maliki avait lieu dans la ville où plusieurs milliers de personnes ont pris part aux funérailles des sept manifestants tués.
"Ecoute Maliki, nous sommes des gens libres" ou "prends ta leçon de Bachar", scandaient des manifestants qui ont défilé après les funérailles, faisant allusion au président syrien Bachar el-Assad, confronté depuis près de deux ans à une révolte qui s'est militarisé face à une violente répression.
"Je ne me satisferai pas des dédommagements du ministère de la Défense", a lancé Ali Khalaf al-Ani, dont le fils Omar a été tué. "Je veux mon fils vivant. C'est ça que je demande!".

Le ministère de la Défense s'était engagé vendredi à ce que les victimes soient dédommagées et avait annoncé l'ouverture d'une enquête.


Le Parlement veut limiter le mandat de Maliki
"La tension n'est pas seulement à Falloujah, elle est partout", a résumé à l'AFP le vice-Premier ministre Saleh Moutlaq, farouche opposant de M. Maliki. "La situation est hors de contrôle et c'est inquiétant", a déclaré ce dirigeant sunnite.

Alors que des figures religieuses chiites ont exprimé leur soutien à la contestation, le Premier ministre a accusé les manifestants d'avoir fait "monter les tensions", affirmant que les soldats avaient été "attaqués" en premier.
Selon lui, les tensions actuelles sont "exploitées" par el-Qaëda et les "groupes terroristes".

Ces violences surviennent sur fond de pressions accrues sur Nouri el-Maliki, le Parlement adoptant samedi une mesure limitant à deux le nombre de ses mandats, une démarche immédiatement dénoncée comme inconstitutionnelle par les alliés du chef du gouvernement.

Le bloc laïque Iraqiya, soutenu par la minorité sunnite, la principale alliance kurde et le mouvement fidèle au chef radical chiite Moqtada al-Sadr -tous membres du gouvernement Maliki- ont soutenu cette mesure limitant le nombre de mandats du Premier ministre, du président du Parlement et du président de la République.
Les partisans de M. Maliki, dont le second mandat s'achève en 2014, ont , eux, assuré que cette démarche serait annulée par la justice, rappelant une décision de la plus haute autorité judiciaire selon laquelle seul le gouvernement pouvait proposer des lois, pas le Parlement.

Les manifestants réclament depuis un mois la libération de prisonniers détenus d'après eux sans inculpation et exigent l'abrogation de lois antiterroristes utilisées, selon eux, à l'encontre de la communauté sunnite par le gouvernement Maliki. Ces manifestations ont renforcé l'opposition contre M. Maliki, accusé d'autoritarisme par ses détracteurs sunnites, mais aussi kurdes et chiites, membres de son gouvernement d'union nationale, à trois mois d'élections provinciales cruciales.

Citation :
Revenir en haut Aller en bas
Ryad
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1402
Inscrit le : 03/03/2012
Localisation : Sur la Falaise
Nationalité : Egypt
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 12:00

vipsdesvips a écrit:
Citation :
"Maliki, prends ta leçon de Bachar"

OLJ/AFP | 27/01/2013


La tension est montée d'un cran samedi à Falloujah, dans l'ouest de l'Irak, où deux soldats ont été abattus et trois enlevés, au lendemain de la mort de sept manifestants antigouvernementaux tués par l'armée, dans un contexte politique très tendu.

Les sept morts de vendredi sont les premières victimes à imputer aux forces de sécurité depuis le début, il y a un mois, d'une vague de manifestations de la minorité sunnite, qui proteste contre la politique du gouvernement de Nouri el-Maliki, dominé par les chiites. Selon le docteur Assem al-Hamdani, de l'hôpital de Falloujah, 60 autres personnes ont été blessées.

Plusieurs attaques, qui n'ont pas encore été revendiquées, ont pris pour cible l'armée samedi dans cette ville à majorité sunnite à l'ouest de Bagdad.
Une attaque a été menée contre un point de contrôle de l'armée à la périphérie est de Falloujah tuant un soldat alors qu'un autre a été tué et un troisième blessé dans le nord de la ville, selon le colonel de police Mahmoud Khalaf.
Dans l'ouest de Falloujah, trois soldats ont été enlevés par des hommes armés, a-t-il ajouté.

Dans le même temps, une nouvelle manifestation contre M. Maliki avait lieu dans la ville où plusieurs milliers de personnes ont pris part aux funérailles des sept manifestants tués.
"Ecoute Maliki, nous sommes des gens libres" ou "prends ta leçon de Bachar", scandaient des manifestants qui ont défilé après les funérailles, faisant allusion au président syrien Bachar el-Assad, confronté depuis près de deux ans à une révolte qui s'est militarisé face à une violente répression.
"Je ne me satisferai pas des dédommagements du ministère de la Défense", a lancé Ali Khalaf al-Ani, dont le fils Omar a été tué. "Je veux mon fils vivant. C'est ça que je demande!".

Le ministère de la Défense s'était engagé vendredi à ce que les victimes soient dédommagées et avait annoncé l'ouverture d'une enquête.


Le Parlement veut limiter le mandat de Maliki
"La tension n'est pas seulement à Falloujah, elle est partout", a résumé à l'AFP le vice-Premier ministre Saleh Moutlaq, farouche opposant de M. Maliki. "La situation est hors de contrôle et c'est inquiétant", a déclaré ce dirigeant sunnite.

Alors que des figures religieuses chiites ont exprimé leur soutien à la contestation, le Premier ministre a accusé les manifestants d'avoir fait "monter les tensions", affirmant que les soldats avaient été "attaqués" en premier.
Selon lui, les tensions actuelles sont "exploitées" par el-Qaëda et les "groupes terroristes".

Ces violences surviennent sur fond de pressions accrues sur Nouri el-Maliki, le Parlement adoptant samedi une mesure limitant à deux le nombre de ses mandats, une démarche immédiatement dénoncée comme inconstitutionnelle par les alliés du chef du gouvernement.

Le bloc laïque Iraqiya, soutenu par la minorité sunnite, la principale alliance kurde et le mouvement fidèle au chef radical chiite Moqtada al-Sadr -tous membres du gouvernement Maliki- ont soutenu cette mesure limitant le nombre de mandats du Premier ministre, du président du Parlement et du président de la République.
Les partisans de M. Maliki, dont le second mandat s'achève en 2014, ont , eux, assuré que cette démarche serait annulée par la justice, rappelant une décision de la plus haute autorité judiciaire selon laquelle seul le gouvernement pouvait proposer des lois, pas le Parlement.

Les manifestants réclament depuis un mois la libération de prisonniers détenus d'après eux sans inculpation et exigent l'abrogation de lois antiterroristes utilisées, selon eux, à l'encontre de la communauté sunnite par le gouvernement Maliki. Ces manifestations ont renforcé l'opposition contre M. Maliki, accusé d'autoritarisme par ses détracteurs sunnites, mais aussi kurdes et chiites, membres de son gouvernement d'union nationale, à trois mois d'élections provinciales cruciales.

Citation :

Souhaite tu une revolution en Irak Vips ?

_________________
"Que vous cachiez votre parole ou la divulguiez Il connaît bien le contenu des poitrines."

Sourate 67 Al Mulk (la Royauté) ~ Verset 13
Revenir en haut Aller en bas
vipsdesvips
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2595
Inscrit le : 26/05/2011
Localisation : Homsgrad
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 14:30

Je suis contre les 'revolutions' et revoltes dans 99.99% des cas que ce soit en Irak ou ailleurs.
Bien que j'aimerais que l'Iran arrete d'armer les milices chiites et la Syrie les 'alqaedistes'.
Cette revolte en Irak prend de + en + d'ampleur, elle a ete ralliee par beaucoup de chiites qui s'opposent a la mainmise de Teheran.
Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı


messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 14:38

vipsdesvips a écrit:
Je suis contre les 'revolutions' et revoltes dans 99.99% des cas que ce soit en Irak ou ailleurs.
Bien que j'aimerais que l'Iran arrete d'armer les milices chiites et la Syrie les 'alqaedistes'.
Cette revolte en Irak prend de + en + d'ampleur, elle a ete ralliee par beaucoup de chiites qui s'opposent a la mainmise de Teheran.

Dans la presse Turque, y avait un journaliste qui disait que la Turquie avait une stratégie comprenant la Syrie, l'Iran et l'Irak.

Si je résume, il part d'un ancien adjoint-chef du MIT qui disait "si la Turquie arrive à régler le problème Kurde intérieur, elle ferait un vrai bond mais ça entraînerait sans doute un changement dans la cartographie du MO".

Selon ce journaliste (d'opposition d'ailleurs), l'objectif de RTE & Davutoglu est de créer une fédération Turque-Kurde donc ça entraînera de facto un partitionnement de l'Irak-Syrie-Iran.

Selon ce journaliste, RTE & Davutoglu ont comme référence les Ottomans donc sont expansionnistes par nature.

l'article en Turc pour les Turcophones : http://www.ilk-kursun.com/haber/134734

_________________
Site perso : http://defense-turque-infos.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
Ryad
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1402
Inscrit le : 03/03/2012
Localisation : Sur la Falaise
Nationalité : Egypt
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 14:41

vipsdesvips a écrit:
Je suis contre les 'revolutions' et revoltes dans 99.99% des cas que ce soit en Irak ou ailleurs.
Bien que j'aimerais que l'Iran arrete d'armer les milices chiites et la Syrie les 'alqaedistes'.
Cette revolte en Irak prend de + en + d'ampleur, elle a ete ralliee par beaucoup de chiites qui s'opposent a la mainmise de Teheran.

En Irak si il y a soulèvement sunnite et chute du régime ... Je te laisse imaginer le massacre.

_________________
"Que vous cachiez votre parole ou la divulguiez Il connaît bien le contenu des poitrines."

Sourate 67 Al Mulk (la Royauté) ~ Verset 13
Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı


messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 14:45

Ryad a écrit:
vipsdesvips a écrit:
Je suis contre les 'revolutions' et revoltes dans 99.99% des cas que ce soit en Irak ou ailleurs.
Bien que j'aimerais que l'Iran arrete d'armer les milices chiites et la Syrie les 'alqaedistes'.
Cette revolte en Irak prend de + en + d'ampleur, elle a ete ralliee par beaucoup de chiites qui s'opposent a la mainmise de Teheran.

En Irak si il y a soulèvement sunnite et chute du régime ... Je te laisse imaginer le massacre.

La même chose qu'en Syrie, on sera pas dépaysé, proxy war entre Turquie/AS/Qatar (pour les sunnites et kurdes) et Iran/Hezb (chiites).

Après que les US ont tapé dans la fourmilière en 2003, ce genre de conflit confessionnelles est devenu récurrent.

Au MO, si t'as pas un mec fort pro-Occident qui tient la baraque, ben t'es dans la situation de la Libye, Irak et Syrie, c'est l'anarchie.

_________________
Site perso : http://defense-turque-infos.com/


Dernière édition par inanc le Dim 27 Jan - 15:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
vipsdesvips
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2595
Inscrit le : 26/05/2011
Localisation : Homsgrad
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 15:00

inanc a écrit:
Selon ce journaliste (d'opposition d'ailleurs), l'objectif de RTE & Davutoglu est de créer une fédération Turque-Kurde donc ça entraînera de facto un partitionnement de l'Irak-Syrie-Iran.

C'est du n'importe quoi en 5.1 Dolby, dans le meilleur des cas, vous arriverez a un tassement comme pour les basques ou tchetchenes mais il faut que toutes les conditions soient reunies : etats forts, droit des minorites, bonne situation economique, ect... Faut pas croire parce qu'un kurde ne veut pas la partition de tel pays qu'il le pense, avec des decennies de massacres ils ont appris a louvoyer...Faut arreter de prendre vos reves pour la realite 81,82,83....

Ryad a écrit:
En Irak si il y a soulèvement sunnite et chute du régime ... Je te laisse imaginer le massacre.

L'Iran ne laisse pas tomber la Syrie sunnite et non frontaliere qu'elles portent a coup de milliards et elle laisserait tomber l'Irak majoritairement chiite ?
Jamais ! Ca fait 1400 qu'ils conspirent pour en arriver la...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 15:05

Et depuis 1400 qu'ils se font écraser. Ils se feront écraser une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
vipsdesvips
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2595
Inscrit le : 26/05/2011
Localisation : Homsgrad
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 15:06


Arrow programme nucleaire Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Ryad
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1402
Inscrit le : 03/03/2012
Localisation : Sur la Falaise
Nationalité : Egypt
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 15:09

Baybars a écrit:
Et depuis 1400 qu'ils se font écraser. Ils se feront écraser une nouvelle fois.

Laughing

_________________
"Que vous cachiez votre parole ou la divulguiez Il connaît bien le contenu des poitrines."

Sourate 67 Al Mulk (la Royauté) ~ Verset 13
Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı


messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 15:12

@vips

Faut pas me prendre comme le "Turc fier" (tu sais le classique) qui justifie toutes les décisions/politiques de son gouvernement, un porte-parole non officielle du gouvernement.

C'est pas parce que je poste une info que je la cautionne, je montre juste un avis différent sur une politique plausible.

Je sais que quand tu dis "vous", tu me mets pas forcément dedans mais ça me gêne quand même.

Si j'ai une fidélité à démontrer et un amour à donner, c'est pour l'Etat Turc et non pas à ce gouvernement que je ne soutiens pas du tout.

_________________
Site perso : http://defense-turque-infos.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
vipsdesvips
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2595
Inscrit le : 26/05/2011
Localisation : Homsgrad
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 16:03

inanc a écrit:
Faut pas me prendre comme le "Turc fier" (tu sais le classique) qui justifie toutes les décisions/politiques de son gouvernement, un porte-parole non officielle du gouvernement.

Lequel len, celui avec la 5.20i, 1 kg de gel dans les cheveux et la chaine en or ?
T'as bien compris Inanc, mes propos te visaient et concernaient le gars des MIT.
La ou je suis d'accord avec lui et meme plus, c'est que je pense que rien entre zakho et bassora, ne peut arreter les TSK.
Et apres quoi ? L'afganistan, les IED et kamikazes ? Les raids dans les maisons en pleine nuit, faire sortir des femmes et enfants en pyjama pleurant avec les mains sur la tete ? Pour quel profit politique et economique ?

Faut pas faire les memes erreurs que les francais dans leur colonisation qui leur a couter bcp d'argent, de sang et leur a pas ramener grand chose, alors que les British s'en sont mis plein les poches et creant des comptoirs ou en manipulant les elites locales et ecoulant les surplus de leur industrie. Et c'est ca la meilleur solution pour vous, une sorte de Commonwealth ou pax ottomana...Le reste n'est que vanite.


Dernière édition par vipsdesvips le Dim 27 Jan - 16:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı


messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Dim 27 Jan - 16:06

Citation :
Lequel len

Moi j'ai 24 ans, j'attends de connaitre le tien pour réagir à cette partie.

Edit : selon ton profil, tu as 29 ans, donc tu es mon ainé, je te dois le respect malgré tout mais j'accepte pas ce terme péjoratif de la part d'une personne que je ne peux pas reconnaître dans la rue.

Merci de pas utiliser ce genre de mot avec moi.

_________________
Site perso : http://defense-turque-infos.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Début de révolte en Irak?   Aujourd'hui à 18:23

Revenir en haut Aller en bas
 
Début de révolte en Irak?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 40Aller à la page : 1, 2, 3 ... 20 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Irak
» Irak - Forces de la coalition : les news
» GIGN mission en Irak
» IRAK 1991 - Operat. DAGUET
» Diorama Irak - ABRAMS - Tamiya 1/35

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: