Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Intervention militaire au Mali - Opération Serval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38, 39, 40  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 16 Juil 2014 - 17:44

Citation :
Jean-Yves Le Drian au Mali pour signer l'accord militaire franco-malien 



Jean-Yves Le Drian est à Bamako pour y signer le nouvel accord de coopération militaire entre la France et le Mali. Une signature reportée à deux reprises.

Il rejoindra ensuite, jeudi, le président français, François Hollande, à Abidjan, puis l’accompagnera à Niamey le 18 juillet et à Ndjamena le 19. Là, le Président détaillera le nouveau dispositif militaire français dans la bande sahélo-saharienne (voir la carte ci-dessus avec les effectifs actuels). Un dispositif déjà connu qui s'articulera autour du centre de commandement régional de N'Djamena et les bases de Gao, Niamey, Ouagadougou (et leurs satellites).

L'approche est désormais résolument "régionale", puisque les opérations se font en coopération avec cinq pays de la zone (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad). "Nous allons susciter des opérations conjointes, à cheval sur les frontières, pour être plus efficaces contre les groupes armés terroristes", expliquait dimanche le général Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2014/07/15/le-drian-au-mali-12185.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 17 Juil 2014 - 15:16

Citation :
Mali: tous les blessés du lundi 14 juillet rapatriés en france

Les six soldats français blessé le 14 juillet au nord de Gao lors de l'attaque à la voiture piégée qui a tué un adjudant-chef du 1er REG ont tous été évacués vers la France. D'abord, un Falcon 900 de l'ETEC a évacué les deux blessés graves dont le pronostic vital n'est plus engagé. Quatre autres soldats, beaucoup plus légèrement touchés selon l'EMA, ont aussi été rapatriés en métropole.

A noter qu'une cérémonie en mémoire de l'adjudant-chef Nikolic aura lieu au 1er REG à Laudun mardi 22 juillet à 11h. "Tous ceux qui l'ont connus y sont les bienvenus", assure sa compagne Nathalie.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2014/07/17/tous-les-blesses-du-nord-mali-rapatries-en-france-12193.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 17 Juil 2014 - 15:42

Citation :
Mali : Le groupe al-Mourabitoune revendique l’attentat suicide commis contre les militaires français

Posté dans Afrique, Opérations, Terrorisme par Laurent Lagneau Le 17-07-2014  


Le groupe jihadiste al-Mourabitoune a revendiqué, auprès de l’agence de presse mauritanienne Alakhbar, l’attentat suicide commis le 14 juillet contre des militaires français alors engagés dans une opération de contrôle de zone à une centaine de kilomètres au nord de la ville malienne de Gao. Cette attaque a été fatale à l’adjudant-chef Dejvid Nikolic, du 1er Régiment Étranger du Génie (REG). Six autres soldats français ont également été blessés, dont deux gravement.

« Un jihadiste de notre groupe a réussi à faire exploser son véhicule piégé contre une unité des forces d’invasion dans la région d’Al-Moustarat, tuant un soldat français et en blessant plusieurs autres dans la région de Gao », a ainsi affirmé, le 16 juillet au soir, Abou Aassim El-Mouhajir, le porte-parole d’al-Mourabitoune. « L’attentat a été une réponse adressée aux Français qui prétendent avoir anéanti les forces jihadistes et réussi l’opération Serval, a-t-il ajouté.

Cette revendication a été faite alors que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, venait de signer un traité de coopération militaire entre la France et le Mali. Cela étant, elle n’a pas encore été confirmée par les services français. « Mais il s’agit clairement d’un mode opératoire terroriste », a-t-on commenté dans l’entourage du locataire de l’Hôtel de Brienne.

Le groupe al-Mourabitoune (Les Almoravides, du nom d’une dynastie Berbère qui régna sur un vaste empire englobant l’Espagne, l’ouest du Sahara et le Maghreb) est apparu l’an passé, avec la fusion des Signataires par le sang de Mokhtar Belmokhtar, un ex-chef d’al-Qaïda au Maghreb islamique) et du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), actif dans la région de Gao.

Avant l’annonce de cette fusion, faite en août 2013, le Mujao avait revendiqué deux attaques commises au Niger, l’une ayant visé un site du groupe français Areva à Arlit, l’autre ayant pris pour cible la caserne d’Agadez. Cette double attaque avait été supervisée par Belmokhtar, dont le groupe avait été à l’origine de la prise d’otages géante à In Amenas, en Algérie, en janvier.

http://www.opex360.com/2014/07/17/mali-le-groupe-al-mourabitoune-revendique-lattentat-suicide-commis-les-militaires-francais/
Citation :
La France et le Mali signent un traité de coopération militaire

Posté dans Afrique, Diplomatie par Laurent Lagneau Le 17-07-2014


Alors que le lancement de l’opération Barkhane, qui va succéder à Serval au Mali et à Épervier au Tchad, est imminent, il était important de fixer les modalités de la coopération militaire entre Paris et Bamako. Et cela d’autant plus que les forces françaises devraient rester à Gao afin de pouvoir continuer à mener des missions de contre-terrorisme dans la bande sahélo-saharienne (BSS).

Plusieurs fois reportée au cours de ces dernières semaines, la signature de ce traité de coopération militaire entre la France et le Mali a enfin eu lieu le 16 juillet, à l’occasion du 8e déplacement à Bamako depuis le lancement de l’opération Serval de Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense. Ce dernier accompagnera ensuite le président Hollande en Côte d’Ivoire, au Niger et au Tchad.

« Conforme aux accords de coopération signés avec six autres États africains, ce traité répond à l’esprit de partenariat du Sommet de l’Élysée pour la paix et la sécurité en Afrique tenu en décembre dernier : soutien aux forces africaines, appropriation par les Africains de leur champ sécuritaire, aide aux pays amis », précise le ministère de la Défense.

« Ce traité va permettre de renforcer la coopération militaire entre le Mali et la France dans les domaines du renseignement, de la formation, de l’échange d’informations pour assurer la sécurité sur le territoire malien et dans le Sahel », a expliqué M. Le Drian lors de la cérémonie de signature, aux côtés de son homologue malien Bah N’Daw et du président Ibrahim Boubacar Keïta.

Avant d’entrer en vigueur, ce texte devra toutefois être encore ratifié par la France et le Mali, selon les procédures constitutionnelles et législatives en vigueur dans les deux pays.

http://www.opex360.com/2014/07/17/la-france-le-mali-signent-traite-de-cooperation-militaire/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 17 Juil 2014 - 22:25

Citation :
Mali: un blindé se retourne blessant grièvement un soldat français (actualisé)

Un soldat français grièvement blessé dans un "accident de la route" au nord de Gao a été évacué jeudi matin vers Paris.

L'accident s'est produit mercredi quand le véhicule de transport blindé (un VBL, semble-t-il) dans lequel le militaire se trouvait s'est retourné, à l'ouest d'Almoustarat (là où l'adjudant-chef Nikolic a été tué lundi), a précisé le porte-parole de l'état-major, le colonel Jaron. "Il s'agit bien d'un accident de la route, non pas d'une attaque". L'accident a fait trois blessés dont un grave.

Il y a près d'un an, le 31 juillet 2013, le brigadier-chef Marc Martin-Vallet (515e RTN) avait perdu la vie dans un accident routier.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2014/07/17/mali-12197.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Dim 20 Juil 2014 - 18:23

Citation :
L’opération Barkhane sera commandée par le général Palasset à compter du 1er août

Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 19-07-2014




Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a donné, ce 19 juillet, plus de précisions au sujet de l’opération Barkhane, qui marque la régionalisation du dispositif militaire français au niveau de la bande sahélo-saharienne afin de mieux traquer les groupes jihadistes qui y sont actifs.

Ainsi, comme attendu, l’état-major de cette opération sera implanté à N’Djamena (Tchad), où le ministre accompagne le président Hollande, en visite officielle. Il sera commandé par le général Jean-Pierre Palasset.

Ce dernier était à la tête de la Force Licorne au moment où le président Gbagbo refusait de céder le pouvoir à Alassane Ouattara, le vainqueur de l’élection présidentielle ivoirienne. L’intervention des forces françaises, officiellement en soutien des casques bleus de l’ONUCI, avait permis de rétablir l’ordre consitutionnel dans ce pays.

En octobre de la même année, le général Palasset, chasseur alpin et saint-cyrien de la promotion de la « Grande armée », avait pris la direction de l’Afghanistan pour y commander la brigade La Fayette, alors déployée en Kapisa et en Surobi. Depuis, l’officier avait rejoint Lille pour y occuper les fonctions de chef d’état-major du général commandant les forces terrestres. À ce titre, il a suivi de près l’opération Serval, qui, lancée en janvier 2013 au Mali, va laisser la place à Barkhane et à Épervier au Tchad.

Dans les grandes lignes, M. Le Drian a confirmé ce qui avait été déjà dit auparavant au sujet de l’opération Barkhane. Le dispositif va s’appuyer sur 4 bases régionales, avec le groupement tactique « Désert » à Gao (Mali), les forces spéciales à Ouagadougou (Burkina Faso), un pôle renseignement, avec les drones, à Niamey (Niger) et les forces aériennes à N’Djamena.

Il sera complété par des « bases avancées temporaires » implantées à Madama (nord du Niger), Tessalit (Mali) et vraisemblablement Faya-Largeau, au Tchad. « Ce seront des petites unités (30 à 50 personnes) susceptibles de pouvoir accueillir une opération si nécessaire. Tout cela en étroite intelligence avec les gouvernements concernés, a expliqué M. Le Drian.

« L’opération Barkhane, c’est 3.000 hommes en bonne intelligence avec l’ensemble des gouvernements (de la zone concernée), avec une unité de commandement, une régionalisation de l’action, et une réactivité beaucoup plus forte, a encore insisté le ministre français.

Photo : Le général PALASSET, en 2011

http://www.opex360.com/2014/07/19/loperation-barkhane-sera-commandee-par-le-general-palasset-compter-du-1er-aout/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 22 Juil 2014 - 21:58

Citation :
Selon M. Le Drian, l’objectif de l’opération Barkhane est « l’éradication du terrorisme jihadiste »

Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 22-07-2014


Lors de ses déplacements au Niger et au Tchad, il y a quelques jours, le président Hollande n’a pas manqué d’évoquer largement l’opération Barkhane, qui prendra le relais de Serval et d’Épervier à compter du 1er août, sous le commandement du général Jean-Pierre Palasset.

Cette nouvelle opération vise à « régionaliser » les missions de contre-terrorisme dans la bande sahélo-saharienne (BSS) en s’appuyant sur des éléments prépositionnés (3.000 personnels) au Tchad, au Niger, au Burkina Faso et au Mali.

Dans les deux allocutions qu’il a prononcées, le président Hollande a parlé « d’accompagner » les forces africaines et de « protéger » la France et ses ressortissants ainsi que, plus généralement, l’Europe contre la menace terroriste incarnée par les groupes jihadistes présents dans la région.

« L’opération Barkhane, c’est de pourvoir mettre en commun tous nos moyens et d’être organisé au mieux et aussi de faire que nous ayons la meilleure coopération avec les armées africaines », a-t-il expliqué à N’Djamena. « L’opération Barkhane, c’est une organisation pour accompagner les Africains et leur permettre d’assurer eux-mêmes leur propre sécurité », avait-il affirmé la veille, à Niamey.

Cela étant, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a été beaucoup clair et direct au sujet des objectifs de l’opération Barkhane, dans son adresse au 1er Régiment Étranger du Génie (REG), prononcée à l’occasion de l’hommage rendu au major Dejvid Nikolic, mortellement blessé le 14 juillet lors d’un attentat suicide revendiqué par le groupe jihadiste al-Mourabitoune. Et c’est quand même mieux quand les buts sont clairement affichés. Sans détours et sans langue de bois.

« Serval est derrière nous, mais notre rôle au Mali et maintenant dans la bande sahélo-saharienne demeure plus que jamais l’éradication du terrorisme jihadiste », a-t-il affirmé. « Ces groupes armés, comme al-Mourabitoune (…), croient nous affaiblir, mais en nous visant, ils ne font que renforcer notre détermination à les frapper en retour d’une manière définitive », a-t-il précisé. Et d’ajouter : « J’y suis absolument déterminé ».

http://www.opex360.com/2014/07/22/selon-m-le-drian-lobjectif-de-loperation-barkhane-leradication-du-terrorisme-jihadiste/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 28 Juil 2014 - 22:33

Citation :
La France espère l'appui des drones britanniques au Sahel

Publié le lundi 28 juillet à 16h03


L'affaire est très loin d'être faite, mais, selon nos informations, les militaires français aimeraient que leurs homologues britanniques de la RAF déploient quelques drones Reaper à Niamey (Niger) lorsque ceux-ci quitteront l'Afghanistan à la fin de l'année.

La Royal Air Force dispose en effet d'une dizaine de ces appareils (dont certains sont armés) répartis en deux escadrons, le N°39 Squadron, installé sur la base de Creech (Nevada, Etats-Unis) et le XIII Squadron sur la base de Waddington en Angleterre. Les drones volent à partir de la base de Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan, mais leur mission doit s'achever à la fin de cette année, en même temps que celle des Américains.

Que deviendront ces appareils ? Ils n'ont guère d'utilité dans le ciel britannique où ils ne peuvent d'ailleurs pas vraiment voler à cause de la réglementation aérienne. Certains pourraient rester temporairement en Afghanistan, d'autres être déployés en Afrique, par exemple au Kenya pour la surveillance de la Somalie. La France espère convaincre Londres d'en engager deux à Niamey où ils rejoindraient les deux appareils français et les deux Américains.

Si les militaires sont plutôt partants (la RAF a soutenu l'opération Serval avec des avions de transport et de guerre électronique), la décision finale sera évidemment politique.


http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/france-espere-l-appui-drones-britanniques-sahel-14846
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 29 Juil 2014 - 18:13

Citation :
Mali: un cadre du Mujao arrêté par l’armée française dans le Nord


Un combattant du Mujao monte la garde près de l'aéroport de Gao. AFP PHOTO / ROMARIC OLLO HIEN


Information RFI : Yoro Ould Daha a été arrêté la nuit dernière par des soldats français dans le nord du Mali. Ce responsable du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a laissé de très mauvais souvenirs à la population de Gao pendant l'occupation jihadiste en 2012. Très actif responsable de la brigade de sécurité, la police islamiste, Ould Daha est accusé d'avoir participé aux différentes amputations à l'époque.


En juin 2012, commerçant influent, Yoro Ould Daha s'est transformé en chef jihadiste en prenant notamment la tête de la brigade de sécurité, la police islamiste, de la ville de Gao.

« C'était l'un des trois responsables de la ville, il a fait régner la terreur », raconte un habitant qui souhaite garder l’anonymat. Agé de moins de 40 ans, membre de la communauté arabe, Yoro Ould Daha est accusé d’être à l'origine des amputations sur la place publique de Gao.

En janvier 2013, lorsque les soldats français de Serval reprennent la ville, le combattant disparaît, certains le disent même mort. Il n'en est rien, puisque Yoro Ould Daha a refait surface, ces dernières semaines, en se présentant comme le chef de guerre du MAA, le Mouvement arabe de l'Azawad. Un groupe qui a participé récemment aux négociations d'Alger avec le MNLA tout en combattant ce mouvement sur le terrain au sud de Kidal.

Toujours selon les informations de RFI, les autorités françaises cherchent à savoir si Yoro Ould Daha est lié à l'attentat contre un convoi militaire français le 14 juillet dernier. Un attentat à la voiture piégé dans lequel un soldat français avait perdu la vie.

http://www.rfi.fr/afrique/20140729-mali-cadre-mujao-arrete-armee-francaise-le-nord-maa-gao-serval-barkhane/?ns_campaign=reseaux_sociaux&ns_source=twitter&ns_mchannel=social&ns_linkname=editorial&aef_campaign_ref=partage_aef&aef_campaign_date=2014-07-29  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 1 Aoû 2014 - 16:38

Citation :
Opération Serval - retour sur 19 mois d'opérations au Mali  

Ajoutée le 1 août 2014


Depuis le 1er août l'opération Serval est achevée.
La menace terroriste régionale n’a cependant pas disparu. Son caractère transfrontalier, notamment lié à la nature désertique de la zone sahélienne, requiert une nouvelle approche de notre stratégie de lutte contre les groupes armés terroristes. Afin de maintenir la pression exercée sur ces groupes armés au-delà des frontières maliennes, la France a décidé, en partenariat avec les Etats de la région, de réorganiser son dispositif et de repenser la conduite de ses opérations dans l’ensemble de la bande sahélo-saharienne (BSS).

Lancée le 1eraoût, 2014, Barkhane est une opération conduite par les armées française. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina-Faso.

 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 7 Aoû 2014 - 20:14

Citation :
Mali : Iyad Ag Ghali, le chef des jihadistes d’Ansar-Dine, refait surface

Posté dans Afrique, Opérations, Terrorisme par Laurent Lagneau Le 07-08-2014




Chef du groupe jihadiste Ansar Dine (ou Ansar Eddine), Iyad Ag Ghali s’est fait très discret depuis le lancement, en janvier 2013, de l’opération militaire française Serval, visant libérer le Nord du Mali, qui était alors sous sa coupe ainsi que sous celle de ses alliés d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). Le mouvement de ses combattants vers Konna, quelques heures plus tôt, avaient décidé les autorités françaises à intervenir militairement, à la demande du président malien par intérim.

Sentant le vent tourner, une partie de ses troupes firent défection (du moins en apparence) pour former le Mouvement islamique de l’Azawad (MIA) à Kidal, le bastion de la rébellion touareg, dont il fut une figure incontournable dans les années 1990. Ancien de la Légion verte du colonel Kadhafi, décrit comme un ancien « noceur », Iyad Ag Ghali s’était radicalisé sous l’influence de prédicateurs pakistanais du Jamaat al-Tabligh. En 2012, les services algériens miseront sur lui pour tenter de régler la situation dans le Nord du Mali. Mauvais choix…

S’il n’a pas été vu depuis janvier 2013, le chef d’Ansar Dine a cependant fait parler de lui. Il en a effet été dit qu’il a joué un rôle dans la libération des otages français détenus par AQMI, qu’il aurait demandé l’asile en Mauritanie (ce qui est peu probable) ou encore qu’il s’était réfugié en Algérie. En tout cas, ce High Target Value (HTV), pour parler le jargon, a réussi, jusqu’à présent, à échapper aux militaires français…

Alors que Serval vient de se terminer et que Barkhane a pris le relais en étant ses opérations à la bande sahélo-saharienne (BSS), Iyad Ag Ghali est réapparu comme par enchantement dans une vidéo mise en ligne le 29 juillet dernier sur les réseaux jihadistes.

Portant la barbe (mais pas la moustache), affublé d’un turban, fusil d’assaut posé dans un coin, Iyad Ag Ghali apparaît dans cette vidéo de 24 minutes, entrecoupée de séquences, dont l’une montre des tirs de roquettes, vraisemblablement vers des positions françaises. Comme le souligne RFI, il ne mentionne pas AQMI dans ses propos. Et le logo d’al-Andalus, le réseau médiatique de l’ex-GSPC n’apparaît pas sur les images. En revanche, il n’a pas manqué d’envoyer ses « salutations » à d’autres jihadistes, dont ceux de l’État islamique (le Sham, le Levant). Or, l’on sait  que cette organisation est en froid avec al-Qaïda « canal historique », dont le chef est Ayman al-Zawahiri, qui a succédé à Ben Laden en 2011.

Visiblement, Iyad Ag Ghali entend relancer Ansar Dine. « Nous allons nous débarrasser des croisés, la France en tête », a-t-il menacé, en accusant Paris de vouloir coloniser le Mali et ses voisins pour s’emparer de leurs ressources naturelles (uranium, or, cuivre, etc…). Au passage, on entend le même argument dans certains milieux politiques extrémistes… « Notre objectif est de mettre en place la charia dans la région », a-t-il encore avancé.

http://www.opex360.com/2014/08/07/mali-iyad-ag-ghali-le-chef-des-jihadistes-dansar-dine-refait-surface/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Dim 10 Aoû 2014 - 16:13

Citation :
Mali : Capturé par les forces françaises, un ancien cadre jihadiste a été libéré à Bamako

Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 10-08-2014


Fin juillet, Yoro Ould Daha, un ancien cadre du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) avait été arrêté à Gao (Nord du Mali) par les militaires français de la force Barkhane.

Avant l’opération françaises Serval, lancée en janvier 2013 pour chasser les groupes jihadistes (Mujao, al-Qaïda au Maghreb islamique, Ansar Dine) qui s’étaient établis dans le nord du Mali, Yoro Ould Daha fut le chef de la police islamiste de Gao, avant de se faire oublier.

Comme de nombreux jihadistes, à l’image de ceux d’Ansar Dine qui ont rejoint les rangs du Mouvement islamique de l’Azawad (MIA) et du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), Yoro Ould Daha s’est rapproché d’une branche dissidente du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA).

Ces organisations font partie des groupes armés qui ont signé dernièrement, à Alger, un accord de « cessation des hostilités » avec Bamako. En clair, ceux qui s’étaient compromis avec les jihadistes redeviennent fréquentables pour peu d’avoir rejoint un mouvement qui négocie avec Bamako sur le statut du Nord du Mali.

Or, c’est apparement pour cette raison que Yoro Ould Daha a été relâché par les autorités maliennes. « Nous l’avons effectivement élargi. A ce stade, nous n’avons rien à lui reprocher », a affirmé un officier de la gendarmerie malienne à l’AFP. « Il ne constitue pas un danger pour le moment, mais évidemment, nous veillons au grain », a-t-il ajouté.

Une autre raison pouvant expliquer cette libération tiendrait au respect des procédure. C’est qu’avait laissé entendre un proche du ministre malien de la Justice. « Il [ndlr,  Yoro Ould Daha] est accusé d’être du Mujao, d’avoir commis des exactions, mais aucune enquête n’a été menée », expliquait-il, il y a quelques jours, à RFI. « Pourquoi les soldats français l’ont arrêté, on ne sait pas. Il y a des services de gendarmerie et un procureur à Gao, (mais) Serval n’a prévenu personne ni avant ni après. Le cadre judiciaire malien n’a pas été respecté », avait-il ajouté.

http://www.opex360.com/2014/08/10/mali-capture-par-les-forces-francaises-ancien-cadre-jihadiste-ete-libere-bamako/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 13 Aoû 2014 - 14:38

Citation :
Mali : La force française Barkhane a arrêté au moins 3 jihadistes d’AQMI près de Tombouctou

Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 13-08-2014




Le 10 août, un correspondant de la BBC indiquait qu’une intervention française était en cours dans la région d’Essakane, à l’ouest de Tombouctou, ville tenue par al-Qaïda au Maghreb islamique (AMQI) avant d’en être chassé lors de l’opération Serval, lancée en janvier 2013. A priori, la force Barkhane, était sur la trace de jihadistes dont la présenc avait été signalée par la MINUSMA, la Mission des Nations unies au Mali.

Il aura fallu attendre 48 heures pour obtenir plus de précisions. Ainsi, selon l’AFP, au moins trois jihadistes appartenant à AQMI ont été capturés par les militaires français. Selon un source au sein de la communication de la force française, ces « trois suspects formaient une cellule dans le secteur ».

À Paris, le ministère de la Défense a confirmé ces arrestations, en précisant que les trois suspects avaient été interpellés « sans violence » et que, « conformément aux accords en vigueur, ils seront remis aux autorités maliennes dès leur acheminement à Bamako ».

Seulement, une source sécuritaire malienne, toujours citée par l’AFP, a parlé de l’arrestation de 4 jihadistes présumés au cours « d’une opération militaire spectaculaire », impliquant des hélicoptères et un « travail de renseignement efficace ».

De son côté, RFI a expliqué que les jihadistes avaient été repérés depuis une dizaine de jours et qu’ils tentaient de se rapprocher discrètement de Tombouctou, en variant les modes de transport, « tantôt à dos de chameaux, à dos d’âne, à pied ou en voiture ». La radio précise qu’au moins deux hélicoptères français ont été engagés et deux autres terroristes ont réussi à prendre la fuite.

D’après une source militaire proche de la MINUSMA, il y aurait, parmi les jihadistes capturés, un proche de Yahia Abou Hamame (alias Jamel Okocha). Ce dernier n’est autre que l’ »émir » d’AQMI au Sahel et le chef de la katiba « El Forkane », justement implantée à l’ouest de Tombouctou. Il est également un allié d’Iyad Ag Ghali, le chef du groupe Ansar Dine, qui s’était fait oublier pendant l’opération Serval avant de réapparaître récemment dans un message vidéo dans lequel il a menacé la France.

http://www.opex360.com/2014/08/13/mali-la-force-francaise-barkhane-arrete-au-moins-3-jihadistes-daqmi-pres-de-tombouctou/  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Sam 16 Aoû 2014 - 18:51

Citation :
Barkhane : point de situation du jeudi 14 août  

Mise à jour : 15/08/2014




Les  effectifs de la force Barkhane sont de l’ordre de 3000 soldats. Cet effectif est réparti sur deux points d’appui permanents à Gao (Mali) et à N’Djamena (Tchad). Les effectifs de la MINUSMA (ONU) sont de plus de 8000 hommes. Ceux des forces armées maliennes (FAMA) sont de plus de 7000 hommes.

Barkhane : point de situation du jeudi 14 août  
.
Au cours de ces derniers jours, la force Barkhane a poursuivi ses missions d’appui auprès des forces armées de la bande sahélo-saharienne (BSS ) dans la lutte contre les groupes armés terroristes.

Fuseau ouest - Nord de Bamako :

Du 27 juillet au 15 août 2014, les militaires de la force Barkhane ont participé à la première opération tripartite de lutte contre les groupes terroristes dans la BSS, à la frontière entre le Mali et la Mauritanie. Plusieurs compagnies de combat accompagnées de véhicules blindés ont ainsi mené des opérations de reconnaissance dans la forêt de Ouagadou, ancien sanctuaire terroriste, située au Nord de Bamako.

Barkhane : point de situation du jeudi 14 août  
.
Cette opération conjointe a permis de développer l’interopérabilité entre les forces françaises, maliennes et mauritaniennes engagées ensemble dans la lutte contre les groupes armés terroristes. Réparties des deux côtés de la frontière mauritanienne, les forces ont opéré de manière coordonnée. Cette opération de grande envergure rassemblait plus de 800 hommes, dont une centaine de français. Au regard des grandes élongations qui existe entre les bases opérationnelles et le lieu d’opération, un important dispositif logistique a également été mis en place. Enfin, des moyens de reconnaissance et d’appui aériens de toutes les nations impliquées ont appuyé les unités au sol.

Le 9 août, après 4 jours de progression, les trois armées ont fait jonction à hauteur de la ville de Medala marquant sur le terrain le bon niveau de coopération entre les nations.

Fuseau ouest – région de Tombouctou :

Dans le cadre d’une opération menée dans la région de Tombouctou, et conformément aux accords de mars 2013, les forces françaises ont capturé trois personnes fortement suspectées d’appartenir aux GAT.

Fuseau Ouest – Région du grand GAO :

Des missions de contrôle de zone ont été menées dans le grand Gao avec une quinzaine de patrouilles engagées notamment dans le cadre de la lutte contre les tirs indirects. Le 13 août, un site de lancement de roquettes a été découvert. Deux roquettes ont alors été neutralisées puis  détruites par les militaires de la force Barkhane.


  
PHOTOS:
 
Sources : EMA
Droits : Ministère de la Défense


http://www.defense.gouv.fr/operations/barkhane/actualite/barkhane-point-de-situation-du-jeudi-14-aout
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 18 Aoû 2014 - 18:51

Citation :
Mali : Les casques bleus sont la cible d’attaques « répétées »

Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 18-08-2014




Les casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) semblent être de plus en plus souvent pris pour cible par les groupes armés terroristes qui sévissent encore dans le nord du pays. La semaine passée, ils ont en effet été attaqués à trois reprises.

Ainsi, le 14 août, un véhicule de la MINUSMA a sauté sur une mine au nord d’Aguelhoc. Deux casques bleus ont été sérieusement blessés lors de l’explosion. Le lendemain, un scénario quasi-identique s’est reproduit, avec, cette fois, un soldat de la paix touché.

C’est à Ber, à une soixantaine de kilomètres de Tombouctou, que l’attaque la plus sérieuse a été commise. Le camp des Nations unies qui y est installé a en effet été visé par un attentat-suicide. Bilan : 2 tués parmis les casques bleus du contingent burkinabé et au moins 9 blessés, dont 2 sont dans un état grave. Au vu du mode opératoire, al-Qaïda au Maghreb islamique est le principal suspect. Et cela d’autant plus que la région était celle où le groupe jihadiste s’était installé avant d’en être chassé par l’opération française Serval, lancée en janvier 2013.

En outre, cet attentat a été commis quelques jours après la capture par la force française Barkhane (ndlr, qui a pris le relais de Serval le 1er août) de trois membres présumés d’AQMI près de Tombouctou.

« Cette violence est insensée, la MINUSMA paie un trop lourd tribu au Mali alors que ses Casques bleus sont précisément présents dans ce pays pour assurer un retour à la paix et à la stabilité. Ces attaques renforcent notre détermination à poursuivre notre mission aux côtés du peuple malien », a réagi David Gressly, le Représentant spécial Adjoint du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

« Ces attaques ont lieu alors que l’attention desmaliens et des amis du Mali, dont la MINUSMA, est focalisée sur les pourparlers de paix qui sont la seule issue possible pour mettre fin à la crise malienne », a-t-il ajouté.

http://www.opex360.com/2014/08/18/mali-les-casques-bleus-sont-la-cible-dattaques-repetees/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 2 Sep 2014 - 19:29

Citation :
Mali: 4 casques bleus tués et 15 autres blessés près de Kidal

Quatre casques bleus ont été tués et 15 autres blessés, ce mardi, par l'explosion d'une mine dans le nord du Mali.

"C'est un convoi qui avait quitté Kidal et se dirigeait vers Aguelhok qui a sauté sur une mine", a déclaré Olivier Salgado, porte-parole de la Minusma, la force de maintien de la paix des Nations unies. "Il s'agit seulement d'un bilan provisoire car on ignore quelle sera l'évolution de l'état de six des casques bleus très grièvement blessés."

L'attaque d'aujourd'hui fait suite à celle du vendredi 29 août quand, près d'Aguelhok, un véhicule du contingent tchadien de la Minusma a sauté sur un engin explosif. L'explosion avait fait neuf blessés dont 3 graves. C'était la troisième dont sont victimes les soldats de la paix en 3 jours. En effet, les deux jours précédents, le camp de la mission de l'Onu à Aguelhok avait été la cible de douze tirs de roquette qui n'avaient heureusement pas fait de victime.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2014/09/02/mali-4-casques-bleus-tues-et-15-autres-blesses-pres-de-kidal-12316.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 12 Sep 2014 - 17:39

Citation :
Armée française - opérations militaires OPEX (page officielle)

Barkhane : point de situation du 11 septembre
(4 photos)

Point de situation sur les opérations de la force Barkhane, engagée dans la bande sahélo-saharienne (BSS), du 4 au 11 septembre 2014

La force Barkhane compte 3 000 hommes. La MINUSMA (ONU) compte plus de 8 000 hommes.

La situation est restée globalement calme cette semaine dans la zone d’action de la force, dans un contexte marqué par la deuxième séquence des pourparlers. Du 3 au 5 septembre, les trois Mirage 2000 du détachement chasse (DETCHASSE) de Niamey ont été relevés. Les trois avions rentrant comme sortant viennent de la base aérienne 133 de Nancy.

Au Mali, du 29 août au 9 septembre, la force Barkhane a mobilisé près de 400 militaires aux côtés des forces armées maliennes (FAMA) et de la MINUSMA, dans une opération effectuée dans le nord du Mali, dans la région d’Aguelhok au sud du massif du Tigharghar. Appuyés par des moyens de renseignement aériens, ils ont mené des actions visant à désorganiser et affaiblir les groupes armés terroristes (GAT).

Au bilan cette opération a permis de contester aux GAT la libre disposition d’une zone dans laquelle ils tentent régulièrement des actions de harcèlement. La force Barkhane a également pu mettre en pratique la coordination des fuseaux Est et Ouest. Le groupement tactique désert (GTD) Ouest a en effet été renforcé pour l’opération par la section d’appui mortier du fuseau Est.




 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 15 Sep 2014 - 19:35

RIP

Citation :
Un casque bleu tchadien tué par une mine au Mali

Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 15-09-2014




Les communiqués de Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, se suivent et se ressemblent. À chaque attaque meurtrière ayant visé la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), le responsable répéte que ces dernières « n’affecteront pas la détermination des Nations unies à soutenir le peuple malien dans sa recherche de la paix ». Et cela a été encore le cas après la mort d’un casque bleu tchadien, le 14 septembre.

En effet, un véhicule de l’armée tchadienne, déployé dans le cadre de la MINUSMA, a sauté sur une mine alors qu’il circulait pès d’Aguelhoc, près de la frontière algérienne. L’explosion a donc fait un mort et 4 blessés.

Au début de ce mois, 4 casques bleus tchadiens furent tués dans des circonstances similaires, à une trentaine de kilomètres de Kidal, ancien bastion du groupe jihadiste Ansar Dine, désormais contrôlé par les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

D’une manière générale, la MINUSMA est régulièrement la cible d’attaques attribuées aux groupes jihadistes (dont Al-Qaïda au Maghreb islamique, Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest, Ansar Dine), chassés des grandes villes du Nord-Mali  où ils s’étaient établis par l’opération française Serval. Le contingent tchadien, qui a joué un rôle éminent dans cette intervention, notamment dans l’Adrar des Ifoghas, semble le plus visé.

Dans son dernier point de situation concernant l’opération Barkhane (qui a pris le relais de Serval depuis le 1er août), l’État-major des armées (EMA) indiqué qu’une mission ayant mobilisé 400 militaires français aux côtés de la MINUSMA et des Forces armées maliennes (FAMa) avait été conduite du 29 août au 9 septembre justement dans la région d’Aguelhok, précisément au sud du massif du Tigharghar, afin d’y mener des « actions visant à désorganiser et affaiblir les groupes armés terroristes (GAT) ».

Selon les explications d’une source militaire malienne basée à Gao, rapportées par l’AFP, les GAT ont « tout un circuit d’approvisionnement de mines dans toute la région, et il s’informent sur les axes routiers qu’empruntent les véhicules de la Minusma pour mener des opérations ».

« Nous n’avons pas les moyens des Français, chaque pays doit faire avec ses capacités. Par exemple, il n’y a pas toujours de blindés pour ouvrir les convois », a en outre expliqué, à RFI, un cadre de la MINUSMA.


http://www.opex360.com/2014/09/15/casque-bleu-tchadien-tue-par-mine-au-mali/
Revenir en haut Aller en bas
FAR SOLDIER
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4808
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Les Mureaux / Kenitra
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 15 Sep 2014 - 19:38

RIP qu'il repose en paix

_________________



Administrateur - Page Officielle Facebook "FAR-MAROC" 
Suivez ce lien  Arrow  https://www.facebook.com/farmarocofficielle
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 17 Sep 2014 - 17:16

Citation :
Armée française - opérations militaires OPEX (page officielle)

Du 29 août au 8 septembre, la force Barkhane a mené au Mali une opération d’ampleur dans la région du Tigharghar. Cette opération a combiné de nombreux moyens aériens et terrestres. Elle avait pour objectifs de perturber la liberté d’action des groupes armés terroristes (GAT), de les désorganiser et de les affaiblir aux portes de leur zone de repli du Tigharghar.

http://www.defense.gouv.fr/operations/actualites/barkhane-operation-tripartite-au-sud-du-tigharghar






Crédit : EMA / armée de Terre  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 18 Sep 2014 - 15:28

Citation :
Armée française - opérations militaires OPEX (page officielle)

Barkhane : Focus sur l’emprise de N’Djamena

Le poste de commandement interarmées de théâtre (PCIAT) de la force Barkhane et plusieurs de ses détachements sont établis au Tchad depuis le 1er août 2014.

Le PC de la force Barkhane est situé dans l’enceinte du camp Kosseï, à proximité de l’aéroport de N’Djamena, la capitale du Tchad. Cette emprise accueillait jusqu’ici et depuis 1986, le PC de la force Epervier ainsi que les multiples détachements français qui se sont succédé dans le cadre de cette opération.

L’opération Epervier avait pour mission de garantir la protection des intérêts français et, tout particulièrement, la sécurité des ressortissants français résidant au Tchad. Conformément à un accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad, Epervier apportait également un soutien logistique aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes.

Aujourd’hui l’emprise de Kosseï constitue le point d’appui d’une partie des composantes terrestres et aériennes de la force Barkhane stationnées dans le fuseau Est.
Le dispositif stationné à N’Djamena se compose :

du poste de commandement interarmées de théâtre (PCIAT) de Barkhane ;
d’un groupement tactique inter-armes formant le GTD Est ;
d’un groupement tactique Air ;
de plusieurs groupements de soutien spécialisés : soutien logistique, transmission, soutien santé, renseignement,…
Différents véhicules tactiques propres à chacun des groupements sont basés à N’Djamena : VAB, GBC, VLRA, MPG, VBL, P4, ERC 90 Sagaie.

La plateforme aéronautique est composée de 3 avions Rafale, 3 avions de transport tactique et de 4 hélicoptères de manœuvre.

Lancée le 1er août, l’opération Barkhane regroupe 3 000 militaires dont la mission, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, consiste d’une part à appuyer les forces armées des pays partenaires de la BSS dans leurs actions de lutte contre les groupes armés terroristes, et d’autre part, à contribuer à empêcher la reconstitution de sanctuaires terroristes dans la région.

http://www.defense.gouv.fr/operations/actualites/barkhane-focus-sur-l-emprise-de-n-djamena


Crédit : Etat-major des armées
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 18 Sep 2014 - 17:42

Citation :
Armée française - opérations militaires OPEX (page officielle)

Barkhane : point de situation du 18 septembre

http://www.defense.gouv.fr/operations/actualites/barkhane-point-de-situation-du-18-septembre

La force Barkhane compte 3 000 hommes. La MINUSMA (ONU) compte plus de 8 000 hommes. Les forces armées maliennes (FAMA) comptent quant à elles environ8 200 hommes.

La force Barkhane a entamé cette semaine une période de relèves qui se poursuivra jusqu’à la mi-octobre.

Point de situation sécuritaire :

La situation est restée globalement calme cette semaine dans la bande sahélo-saharienne (BSS). La situation sécuritaire au Mali s’est apaisée au nord du pays, après plusieurs semaines rythmées par des actions régulières de harcèlement.

Bilan des dernières opérations conduites sur le fuseau Ouest

Une opération tripartite a été conduite du 29 août au 9 septembre dans la région d’Aguelhok, au Nord-Mali. Son but était de désorganiser les groupes armés terroristes (GAT), réduire leur liberté d’action et exploiter toute opportunité pour détruire des caches d’armes afin d’empêcher la reconstitution de sanctuaires terroristes dans cette zone où les GAT, bien qu’affaiblis, sont régulièrement responsables d’actions de harcèlement.

Sur la base de renseignements d’opportunité, deux points de ravitaillement des GAT ont été découverts puis détruits dans la région de Tessalit, les 4 et 5 septembre derniers. Ces caches dissimulaient notamment des réserves d’environ 2 000 litres d’essence. Des munitions ont également été découvertes ainsi que trois engins explosifs qui ont été désamorcés. Ces destructions entravent la liberté d’action des GAT et réduisent leur potentiel de combat.

Focus sur l’emprise de Niamey :

L’emprise de Niamey était de janvier 2013 à août 2014 une base d’appui aérien au profit de l’opération Serval. Elle poursuit cette mission depuis le 1eraoût 2014 au profit de la force Barkhane, en mettant en œuvre des moyens d’appui renseignement (drones), et d’appui au sol (avions de chasse). Elle permet également l’accueil d’avions de transport tactique au profit de la force. Après l’achèvement de travaux nécessaires, l’emprise de Niamey remplacera l’APOD (Air Port Of Disembarkation) de Bamako dont elle assume d’ores et déjà plusieurs fonctions.

Les moyens aériens actuellement mis en œuvre depuis Niamey sont : trois Mirage 2000D, deux drones Harfang, deux drones Reaper et deux C160.

L’emprise de Niamey occupe ainsi un rôle déterminant en matière d’appui aérien, de renseignement et d’appui logistique.






Crédit : Etat-major des armées / armée de l'Air (5 photos)
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Dim 21 Sep 2014 - 16:53

Citation :
Mali : Coup de colère du gouvernement tchadien contre la MINUSMA

Posté dans Opérations, Tchad par Laurent Lagneau Le 20-09-2014




Depuis le début du mois de septembre, 10 casques bleus tchadiens de la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali) ont perdu la vie près d’Aguelhoc, dans le nord du Mali, suite à des attaques des groupes terroristes ayant utilisé des engins explosifs improvisés (IED).

Lors de l’opération Serval, les militaires tchadiens ont été en première ligne, aux côtés des forces françaises. Ils ont tenu un rôle important lors de la conquête de l’Adrar des Ifoghas, où était installé un « sanctuaire » des groupes jihadistes. Le bilan de leurs pertes est éloquent : 27 d’entre eux ont été tués lors de cet épisode de l’opération Serval.

Depuis, le contingent tchadien est passé sous l’autorité de la MINUSMA. Et il est régulièrement visé par les groupes armées terroristes qui, bien que chassé des grandes villes du Nord-Mali par l’intervention française de janvier 2013, ont su garder une capacité de nuisance tout en cherchant à se réorganiser. Et outre les attaques menées au moyen d’IED, il doit faire face au risque d’attentats suicide ou encore au tir de roquettes artisanales.

Seulement, les dernières pertes subies par les casques bleus tchadiens (5 tués le 18 septembre) ont suscité une vive réaction de la part du Tchad, qui, par ailleurs, espérait obtenir le commandement de la MINUSMA eu égard à l’action de ses soldats lors de l’opération Serval.

« Le gouvernement tchadien constate avec regret que son contingent continue à garder ses positions au nord Mali et ne bénéficie d’aucune relève. Pire, notre contingent éprouve des difficultés énormes pour assurer sa logistique, sa mobilité et son alimentation », ont affirmé les autorités tchadiennes, le 19 septembre, dans un communiqué, selon lesquelles leurs soldats sont utilisés comme « bouclier » au bénéfice des autres forces de la mission des Nations unies, moins exposées.

Aussi, N’Djamena, qui dénonce une discrimination à l’endroit de son détachement, a interpellé les responsables de la MINUSMA afin d’obtenir un « traitement juste et équitable de tous les contingents mobilisés » dans cette mission. Et de prévenir : si dans une semaine, rien n’a changé, c’est à dire sur les casques bleus tchadiens n’ont pas été relevés ou si les moyens nécessaires à leur mission ne leur ont pas été donné, alors le Tchad « se réserve le droit de prendre les mesures qui s’imposent », sans donner plus de précisions (il pourrait toutefois s’agir d’un retrait pur et simple de la Minusma).

Quelques officiers tchadiens ont fait part de leurs doléances auprès de l’AFP. « Nous en avons marre! La Minusma considère nos troupes comme du bétail pour les jihadistes. Ils nous considèrent vraiment comme des ‘moutons à sacrifier’. À Aguelhok, nos troupes dorment souvent dans leurs voitures », a témoigné l’un d’eux. « À la date du 24 août, il n’y avait même pas une radio à Aguelhok pour communiquer avec les autres localités. C’est grave. Nous nous demandons si c’est parce que nous sommes des noirs que nous n’avons pas droit aux mêmes mesures de protection que les autres troupes », a-t-il ajouté.


http://www.opex360.com/2014/09/20/mali-coup-de-colere-du-gouvernement-tchadien-la-minusma/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 26 Sep 2014 - 15:17

Citation :
Armée française - opérations militaires OPEX (page officielle)

Barkhane : point de situation du 25 septembre

http://www.defense.gouv.fr/operations/actualites/barkhane-point-de-situation-du-25-septembre

La force Barkhane compte 3 000 hommes.
Au Mali, la MINUSMA (ONU) compte plus de 8 000 hommes.

Cette semaine, la situation sécuritaire a été marquée par la reprise des actions de harcèlement par les groupes armés terroristes dans le nord du Mali.

La semaine a également vu la relève des militaires français du « fuseau Ouest » qui constitue une première étape dans la relève de la force Barkhane. Le 21 septembre, le groupement tactique du fuseau Ouest, basé à Gao, a ainsi été relevé après quatre mois de mission. Le colonel Ivan Martin du 35erégiment d’infanterie (35eRI) de Belfort succède au colonel Aymeric de Maleissye du régiment de marche du Tchad (RMT) de Meyenheim.

Focus emprise de Gao
La plateforme militaire de Gao, appelée « plateforme opérationnelle Désert » (PfOD), est située sur l’ancien aéroport de Gao et sur une ancienne base aérienne des FAMa. Cette emprise a servi de plateforme logistique et de base opérationnelle avancée durant l’opération Serval.

Depuis le 1eraoût 2014, la PfOD est le point d’appui permanent de la force Barkhane pour le « fuseau Ouest ». Elle accueille le groupement tactique du « fuseau Ouest », des militaires du bataillon logistique et divers détachements d’appui et de soutien. Ces unités remplissent les missions de la force Barkhane dans l’ensemble du « fuseau Ouest ». Elles sont pour cela dotées de près de 150 véhicules blindés, d’une centaine de véhicules logistiques, de 13 hélicoptères et d’un avion de transport de type CASA Nurse.





Crédit : Etat-major des armées / armée de Terre
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 29 Sep 2014 - 15:32

Citation :
Un de perdu, un de retrouvé


Un GTIA de moins à Sangaris, un de plus à Barkhane. Il y a un lien direct entre la disparition d'un
GTIA évoquée sur ce blog et la mise sur pied du GTIA Est de Barkhane, à la fin de la semaine qui commence. En fait, ce dernier reprend l'ossature qu'avait le groupement terre d'Epervier, avec une composante infanterie et cavalerie, un élément d'artillerie et un peu de génie. Il disposera de sa propre compagnie de commandement et de logistique et d'un petit état-major tactique (EMT).
Sa recréation coïncide avec le retour des Français qui devaient en fait oeuvrer en Epervier, et étaient partis directement en RCA sans passer par la case N'Djamena. Elle coïncide aussi avec la fin d'une grosse phase de travaux à Niamey, promu hub pour le fuseau ouest.
Les infrastructeurs ainsi libérés seront remplacés par des postes de combattants. Mais il est évident que la création du GTIA Est va obliger à mobiliser des réserves de pédagogie pour expliquer le dépassement de l'effectif jusqu'alors plafonné à 3.000 (1). Pour autant que la vérité des chiffres soit pratiquée.

Au gré des premières utilisations, le format de ce GTIA Est pourra évoluer. Car si le GT d'Epervier était régulièrement en nomado dans le pays par le passé, il n'a pas été régulièrement engagé au feu. Sauf, par la force des choses, en 2008, par exemple.
Ou en étant le premier à s'engager à Bamako, en janvier 2013 : les marsouins du colonel Paul Gèze, patron du 21e RIMa avaient alors pris le premier Hercules disponible pour arriver au Mali, et dresser un épi autour de la capitale malienne.
Un an et demi plus tard, c'est toujours du nord de cette zone que vient la menace. Le GTIA Est ne dispose pas, pour l'heure, des véhicules adaptés à ses missions. Surtout quand on sait qu'en trois mois, pas moins de quatre véhicules ont sauté sur des explosifs au Mali. Des nouvelles pas très raccord avec la situation présentée à Paris. Ou à Bamako.

(1) un plafond pourtant régulièrement brandi à Paris pour s'interdire d'envoyer à Barkhane les capacités dont cette opération manque.


http://lemamouth.blogspot.fr/2014/09/un-de-perdu-un-de-retrouve.html#more
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21497
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 3 Oct 2014 - 15:06

Citation :
Les forces françaises ont arrêté d’autres partisans du jihadiste Belmokhtar au Mali

Posté dans Afrique, Opérations, Terrorisme par Laurent Lagneau Le 03-10-2014




La semaine passée, des responsables des Nations unies ont exprimé leurs préoccupations au sujet de la résugence des groupes jihadistes dans le nord du Mali, après la mort, le mois dernier, de 10 casques bleus tchadiens de la MINUSMA. Quelques jours plus tôt, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait donné quelques explications lors d’une audition devant les parlementaires.

« La région de l’Adrar des Ifoghas connaît un regain d’activités terroristes, à l’égard duquel nous devons être vigilants et actifs. Des fidèles d’Iyad ag Ghali et de son groupe Ansar Eddine harcèlent, avec le soutien d’AQMI (ndlr, al-Qaïda au Maghreb islamique), des forces de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) déployées entre Kidal et Aguelhok et le long de la Trans-saharienne », avait-il avancé le 17 septembre.

« Nous sommes particulièrement soucieux du regain d’activité au nord. En dehors de l’action d’Ag Ghali et d’Ansar Eddine, il y a AQMI et Al Mourabitoune, sachant que, comme je l’ai rappelé dans un journal du matin, le Sud Libyen devient de plus en plus un lieu de ressourcement de ces groupes », avait encore précisé le ministre.

Le groupe al-Mourabitoune est apparu en 2013, suite à la réunion du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) et celui de Mokhtar Belmokhtar, alors en rupture de ban avec AQMI, appelé « Les signataires par le sang ». Cette organisation avait revendiqué, en juillet, l’attaque menée au Mali qui coûta la vie à l’adjudant-chef Dejvid Nicolic, du 1er Régiment Étranger du Génie.

Justement, la semaine dernière, l’on apprenait que les forces spéciales françaises, agissant dans le cadre de l’opération Barkhane, avaient capturé, dans la passe de Salvador (Niger) Niger, Abou Aassim El-Mouhajir, un proche de Belmokhtar et porte-parole d’al-Mourabitoune, qui était parti du sud de la Libye – un « hub » pour terroristes, selon M. Le Drian – pour rejoindre le nord du Mali.

Les autorités françaises et nigériennes sont très discrètes sur cette arrestation, qui a cependant été confirmée par des sources sécuritaires auprès de l’AFP. L’on sait qu’El-Moujahir est actuellement détenu à Niamey et que, selon un responsable nigérien, il a reconnu des « liens très étroits entre les jihadistes vivant en Libye et ceux qui sont sur le territoire malien ». Leur idée, a-t-il ajouté, est « de prendre en tenailles les pays qui se situent entre la Libye et le Mali ».

Outre El-Moujahir, d’autres membres d’al-Mourabitoune ont récemment été arrêtés par les forces françaises. Cette fois, le compte-rendu de l’État-major des armées (EMA) concernant l’opération Barkhane a évoqué cette capture. « Le 25 septembre, la force Barkhane a remis aux autorités maliennes quatre terroristes qu’elle avait interceptés au cours d’une opération conduite dans la région de Gao », a-t-il ainsi indiqué.

« Le week-end dernier, les forces françaises ont mené une action anti-terroriste à l’aide d’hélicoptères dans le nord du Mali, vers Gao. Ils ont arrêté quatre présumés jihadistes, actuellement transférés à Bamako », avait, quelques heures avant la diffusion du compte-rendu de l’EMA, a affirmé un responsable militaire malien auprès de l’AFP. « Selon les premiers éléments de l’enquête, des éléments du groupe jihadiste Al-Mourabitoune, de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, font partie des personnes arrêtées », a-t-il ajouté.

La difficulté pour la force Barkhane, opérationnelle depuis le 1er août et dont l’activité concerne la bande sahélo-saharienne (BSS), est de pouvoir repérer rapidement les déplacements des jihadistes sur de très longues distances. « Ils se regroupent, à une vitesse étonnante », a expliqué une source militaire occidentale à leur sujet. « Par exemple, on compte facilement quelques centaines de terroristes au nord-est, dans un massif d’où ils avaient été pourtant chassés en janvier 2013 par les troupes franco-tchadiennes », a-t-elle précisé.

http://www.opex360.com/2014/10/03/les-forces-francaises-ont-arrete-dautres-partisans-du-jihadiste-belmokhtar-au-mali/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire au Mali - Opération Serval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 37 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38, 39, 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» 07 février Évolution du dispositif terrestre Opération Serval
» 2009-__Sahel, Mali, Libye, "Serval", MINUSMA, "Juniper Micron", "Barkhane"
» Un détachement de parachutistes du 1er RCP de Pamiers a été engagé au Mali dans le cadre de l'opération Serval. Les militaires appaméens ont pris pied sur l'aéroport de Gao.
» Opération Serval, compil en HD
» Reportage sur l'opération SERVAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: