Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Crise Malienne - risque de partition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
WRANGEL
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3778
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Crise Malienne - risque de partition   Ven 20 Nov - 16:10

b46reich a écrit:
les forces maliennes qui se vont commander dans leur propre pays
c leur pays?????????????? Depuis quand???

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17011
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Crise Malienne - risque de partition   Sam 21 Nov - 5:17

Citation :
Mali: état d'urgence décrété "sur l'ensemble du territoire" pour dix jours


AFP 21/11/2015


L'état d'urgence est décrété "sur l'ensemble du territoire malien" pour une durée de dix jours à compter de la nuit de vendredi à samedi, a annoncé le gouvernement à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaires quelques heures après une attaque avec prise d'otages meurtrière à Bamako.
Une réunion extraordinaire du Conseil des ministres, présidée par le chef de l'Etat Ibrahim Boubacar Keïta jusque tard vendredi soir, "a déclaré l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire national à compter du 20 novembre à minuit (nuit de vendredi à samedi, ndlr) pour une durée de dix jours", indique le gouvernement dans un communiqué lu à la radio nationale malienne ORTM. Il a aussi institué "un deuil national de trois jours" dans le pays à compter de lundi, selon le même texte.

http://www.lorientlejour.com/article/956279/mali-etat-durgence-decrete-sur-lensemble-du-territoire-pour-dix-jours.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17011
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Crise Malienne - risque de partition   Sam 21 Nov - 8:54

Citation :
Attaque au Mali: trois suspects activement recherchés


21 novembre 2015


Le Mali recherchait activement trois suspects au lendemain de la prise d’otages dans un grand hôtel de Bamako, qui a fait au moins une vingtaine de morts alors que l’état d’urgence décrété par les autorités est entré en vigueur dans le pays.

L’attaque, qui a été revendiquée par le groupe jihadiste de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, en coopération avec Al-Qaïda, s’est terminée par l’intervention conjointe des forces maliennes et étrangères, notamment françaises. Elle a été menée une semaine après les attentats qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés à Paris, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI).

Dans un discours à la Nation diffusé par la télévision publique dans la nuit de vendredi à samedi, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a fait état d’un bilan de 19 morts, dont six Russes, et de sept blessés, et deux assaillants tués. « Le terrorisme ne passera pas », a-t-il assuré.

Une source militaire malienne avait fait état auparavant d’au moins 27 morts parmi les quelque 170 résidents et employés de l’hôtel Radisson Blu présents au moment de l’attaque et d' »au moins trois terroristes tués ou qui se sont fait exploser ».

« Nous recherchons activement trois suspects qui pourraient être impliqués dans l’attaque vendredi de l’hôtel Radisson », a déclaré samedi à l’AFP une source de sécurité malienne qui participe à l’enquête, refusant cependant de fournir des précisions « pour ne pas gêner » les investigations.

De même source, l’établissement « est actuellement totalement sous contrôle ». Après l’attaque, les forces de sécurité – des Maliens, avec l’appui de Français, d’Onusiens et d’Américains – avaient ratissé l’hôtel, prisé par la clientèle étrangère.

Un important dispositif de sécurité y demeurait en place, selon des journalistes de l’AFP. Le président Keïta doit se rendre sur le site samedi, selon une source policière malienne.

Le gouvernement malien a instauré l’état d’urgence pour 10 jours à compter de vendredi minuit, lors d’un Conseil des ministres extraordinaire présidé par le chef de l’Etat, rentré précipitamment d’un sommet de pays du Sahel au Tchad en raison de l’attaque.

Cette mesure « permettra de renforcer les moyens juridiques des autorités administratives et compétentes » dans la recherche « des terroristes qui seraient en cavale et d’éventuels complices », selon un communiqué officiel.

Un deuil national de trois jours sera observé à partir de lundi.

– Un samedi presque normal à Bamako –

Après s’être calfeutrés chez eux vendredi, par crainte pour leur sécurité ou sur recommandation de leurs employeurs, de nombreux Bamakois avaient renoué samedi avec leurs activités habituelles: la circulation semblait normale, les commerces avaient rouvert et dans certains quartiers, des jeunes jouaient au football sur des terrains nus…

Un renforcement discret de la sécurité était cependant constaté devant certaines mairies et banques, mais plus important aux environs de certains hôtels, selon des journalistes de l’AFP et des résidents.

Des Russes, trois Chinois, deux Belges, un Américain et figurent parmi les morts de l’attaque, selon leurs pays respectifs. Un Sénégalais employé d’une société pétrolière y a aussi été tué, d’après le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye.

Des étrangers d’au moins 15 nationalités faisaient partie des clients de l’hôtel, dont vingt Indiens et 15 Français – parmi lesquels 12 membres d’équipage d’Air France – qui en sont tous sortis vivants.

L’attaque a été revendiquée par le groupe de Mokhtar Belmokhtar, Al-Mourabitoune, précisant qu’il s’agissait d’une opération conjointe avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), dans un communiqué lu au téléphone au site mauritanien Al-Akhbar et à la chaîne de télévision panarabe Al-Jazeera.

Elle a suscité une vague de condamnations à l’intérieur du pays mais aussi à l’étranger, notamment par l’ex-rébellion à dominante touareg du nord du Mali et les groupes armés progouvernementaux, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, les présidents français François Hollande, américain Barack Obama, chinois Xi Jinping et russe Vladimir Poutine, qui a appelé à une « large coopération internationale » contre le terrorisme.

Cette attaque rappelle la prise d’otages du 7 août dans un hôtel à Sévaré (centre), qui avait fait 13 morts.

Le 7 mars, le premier attentat anti-occidental meurtrier à Bamako, visant un bar-restaurant, avait coûté la vie à cinq personnes, dont un Français et un Belge. Il avait déjà été revendiqué par Al-Mourabitoune.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ils en ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, qui se poursuit.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. Les attaques jihadistes se sont étendues depuis le début de l’année vers le centre, puis le sud du pays.

http://maliactu.net/attaque-au-mali-trois-suspects-activement-recherches/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17011
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Crise Malienne - risque de partition   Lun 23 Nov - 5:46

Citation :
Attaque à Bamako : un autre groupe jihadiste revendique, divergences sur le nombre d'assaillants


AFP 23/11/2015


Un groupe jihadiste du centre du Mali a revendiqué à son tour dimanche soir, après le groupe Al-Mourabitoune de l'Algérien Belmokhtar, l'attaque meurtrière contre un grand hôtel de Bamako vendredi, affirmant qu'en plus des deux assaillants tués, trois avaient pu s'échapper.

De son côté, le groupe de Mokhtar Belmokhtar a réitéré sa revendication, dans un enregistrement sonore en arabe diffusé dimanche soir par la chaîne de télévision panarabe Al-Jazeera, et repris par le site mauritanien Al-Akhbar, assurant que les assaillants étaient uniquement au nombre de deux et laissant entendre qu'ils étaient maliens.

"Le Front de libération du Macina (FLM) revendique l'attaque qui a visé le Radisson à Bamako avec la collaboration d'Ansar Dine" (groupe jihadiste du Nord), selon le communiqué envoyé à l'AFP à Bamako, signé Ali Hamma, porte-parole du FLM, apparu au début de l'année et dirigé par le prédicateur radical peul Amadou Koufa.
"Cette attaque est venue comme une réaction contre les attaques des forces (françaises) Barkhane qui visent certains éléments du Front et Ansar Dine à l'aide de l'armée malienne et le soutien de certains pays occidentaux", affirme-t-il.

Donnant des détails de l'attaque de l'hôtel Radisson, qui a coûté la vie à 19 clients et un gendarme malien, outre deux assaillants, selon le dernier bilan gouvernemental, le porte-parole assure qu'elle a été menée par un commando de cinq personnes, dont "trois sont sortis sains et saufs".
"Nous sommes capables de frapper à n'importe quel moment", selon le communiqué du FLM, promettant une multiplication des attaques "contre les endroits politiques, économiques, et touristiques, avant de gouverner le Macina (région du centre du Mali) nous-mêmes et appliquer la charia".

En revanche, selon un porte-parole d'Al-Mourabitoune qui a réitéré la revendication au nom du groupe de Belmokhtar en coordination avec El-Qaëda au Maghreb islamique (Aqmi), les auteurs de l'attaque étaient "deux héros de l'islam", identifiés comme Abdelhakim al-Ansari et Moez al-Ansari. Dans la terminologie jihadiste, le qualificatif "al-ansari" désigne des combattants autochtones, par opposition aux "mouhajiroune" venant de l'extérieur.

"Les deux moujahidine ont été tués après une âpre résistance contre les forces françaises et américaines et leurs collaborateurs", a souligné le porte-parole, justifiant l'attaque par "l'agression des +Croisés+ contre nos populations, nos lieux saints et nos frères moujahidine au Mali".

Quelque 170 clients et employés de l'hôtel y ont été retenus pendant environ neuf heures, jusqu'à la fin de l'intervention des forces maliennes, appuyées par les forces spéciales françaises et d'agents des Etats-Unis et de la Mission de l'Onu au Mali (Minusma).

http://www.lorientlejour.com/article/956452/attaque-a-bamako-un-autre-groupe-jihadiste-revendique-divergences-sur-le-nombre-dassaillants.html
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1474
Inscrit le : 03/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Crise Malienne - risque de partition   Mar 24 Nov - 4:48

Citation :

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, n’y est pas allé par 4 chemins pour décrire toute la pertinence et la portée de l’initiative du Roi Mohammed VI de former des imams maliens au Maroc, faisant remarquer que la démarche royale procède, ‘‘à juste titre’’ en matière de lutte contre le terrorisme, d’une vision globale consistant ‘‘à attaquer le mal à la racine’’.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue sénégalais, Macky Sall, tenue à Bamako, Keita a souligné que ‘‘cette opportunité que SM le Roi Mohammed VI nous a offert’’ permettra de former des imams maliens sur les valeurs authentiques de tolérance et d’ouverture de l’Islam pour les répandre, ensuite, dans l’ensemble des mosquées du Mali.

‘‘Quand le Roi Mohammed VI nous a offert cette opportunité, certains ne saisissaient vraiment pas la portée de cette solution car ils oublient qu’il s’agit là de former des imams à un Islam tolérant et authentique, et c’est cela justement qu’il faut car il y a une mosquée dans chaque village du Mali’’, a tenu à préciser le président malien en réponse à une question sur la stratégie de son pays en matière de lutte contre le jihadisme.

infomaroc.

_________________
“L'art de gouverner consiste à ne pas laisser vieillir les hommes dans leur poste.”. Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17011
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Crise Malienne - risque de partition   Jeu 26 Nov - 12:32

Citation :
Attentat au Mali: arrestation de 2 suspects liés à l'attaque contre l'hôtel Radisson à Bamako


AFP 26/11/2015


Deux suspects liés à l'attaque meurtrière contre l'hôtel Radisson à Bamako le 20 novembre ont été arrêtés jeudi par les forces spéciales maliennes, ont indiqué à l'AFP des sources sécuritaires maliennes.
"Deux suspects liés à l'attaque la semaine dernière de l'hôtel Radisson (Blu) viennent d'être arrêtés, ils sont actuellement en train d'être interrogés", a affirmé une source sécuritaire, précisant que les deux hommes ont été arrêtés à Bamako. Une seconde source sécuritaire a précisé que ces arrestations ont été rendues possibles grâce à "un téléphone qui a parlé".

http://www.lorientlejour.com/article/957224/attentat-au-mali-arrestation-de-2-suspects-lies-a-lattaque-contre-lhotel-radisson-a-bamako.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17011
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Crise Malienne - risque de partition   Mer 23 Déc - 12:28

Citation :
Mali: le chef de l’ex-junte jugé pour le charnier de militaires découvert en 2013 (justice)


23 décembre 2015


Le chef de l’ex-junte malienne, le général Amadou Sanogo, sera jugé par la Cour d’assises pour « assassinat et complicité d’assassinat » de militaires dont les corps avaient été découverts dans un charnier en 2013, a appris mercredi l’AFP de source judiciaire.

Le général Sanogo, incarcéré depuis deux ans, est inculpé dans l’affaire des « Bérets rouges », des soldats opposés au putsch de mars 2012 qui a renversé le président Amadou Toumani Touré et dont les corps ont été retrouvés en décembre 2013 dans un charnier à Diago, près de Bamako.

« Selon le verdict de la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Bamako dans l’affaire de l’enlèvement de personnes, assassinat et complicité d’assassinat, plusieurs personnes déjà inculpées, dont le général Amadou Sanogo, seront jugées devant la Cour d’assises », indique un document officiel de la cour d’appel dont l’AFP a obtenu copie.

Parmi les personnes inculpées renvoyées devant le tribunal figurent également les généraux Yamoussa Camara, ancien ministre de la Défense, et Dahirou Dembélé, ex-chef d’état-major des armées.

La chambre d’accusation a également prononcé un non-lieu pour dix des 28 inculpés dans cette affaire, parmi lesquels l’ex-directeur général de la sécurité d’Etat (les services de renseignement), le général Sidy Alassane Touré.

La date du procès n’est pas encore connue.

Selon le code pénal malien, le général Sanogo risque la peine de mort.

Les Bérets rouges avaient vainement tenté un contre-coup d’Etat un mois plus tard avant d’être pourchassés par les putschistes.

Le coup d’Etat du 22 mars 2012 a précipité la déroute de l’armée face à la rébellion touareg et aux groupes jihadistes dans le nord du Mali.

Cette partie du pays était alors tombée sous la coupe de groupes liés à Al-Qaïda, d’abord alliés de la rébellion, qu’ils avaient ensuite évincée.

Les jihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une intervention militaire internationale qui se poursuit actuellement. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.

http://maliactu.net/mali-le-chef-de-lex-junte-juge-pour-le-charnier-de-militaires-decouvert-en-2013-justice/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17011
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Crise Malienne - risque de partition   Ven 8 Jan - 10:22

Citation :
Mali : une Suisse enlevée par des hommes armés à Tombouctou


AFP 08/01/2016


Une ressortissante suisse a été enlevée dans la nuit de jeudi à vendredi à Tombouctou dans le nord-ouest du Mali, où elle vivait depuis plusieurs années, a appris vendredi l'AFP de sources concordantes.

"Jeudi (dans la) nuit, Béatrice, une ressortissante suisse a été enlevée chez elle à Tombouctou par des hommes armés", a déclaré à l'AFP un responsable du gouvernorat de Tombouctou, une information confirmée de source de sécurité malienne.

http://www.lorientlejour.com/article/963788/mali-une-suisse-enlevee-par-des-hommes-armes-a-tombouctou.html
Revenir en haut Aller en bas
blackbird130
2eme classe
2eme classe


messages : 39
Inscrit le : 28/02/2014
Localisation : Rabat
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Crise Malienne - risque de partition   Lun 21 Mar - 14:13

Attaque en cours à Bamako

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/03/21/97001-20160321FILWWW00326-mali-fusillade-en-cours-a-bamako.php
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crise Malienne - risque de partition   Aujourd'hui à 11:37

Revenir en haut Aller en bas
 
Crise Malienne - risque de partition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
 Sujets similaires
-
» Des médicaments contre les brûlures d’estomac augmenteraient le risque de crise cardiaque
» Pensées rationnelles pour surmonter nos peurs lors d'une crise de panique
» Crise la nuit
» La crise...
» Cherbourg, ville-arsenal en crise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: