Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Armée Française / French Armed Forces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant
AuteurMessage
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8147
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 4 Avr - 2:30

Citation :
Les zones d’ombre de l’intervention militaire française au Mali
Trois mois après l’intervention française au Mali, la situation reste ambigüe. En effet, lancée sans une concertation en France et sans avoir recouru préalablement à d’autres voies, notamment le dialogue, l’issue de l’opération militaire –et c’est le moins que l’on puisse dire –est pour l’heure incertaine.




De toute évidence, bien que les Maliens saluent « les sauveurs », les risques de dislocation du Mali ne sont pas pour autant écartés. D’ailleurs, l’ancien premier ministre socialiste, Michel Rocard, dont le soutien à François Hollande est indéfectible, admet que le Mali, en tant qu’État, n’existe pas.


Et pourtant, modèle africain d’une transition démocratique réussie, l’État malien s’écroule en un laps de temps infinitésimal. Cela dit, la crise politique ne date pas de janvier 2013. En effet, le président légitime, Amadou Touré, a été renversé le 22 mars 2012. D’après certains observateurs, le président déchu n’a pas été sauvé à cause de ses choix « quant à l’attribution des marchés d’exploitation pétrolière », selon Tariq Ramadan.


De toute façon, la déstabilisation du Mali crée indubitablement une atmosphère viciée dans la région. Conséquence directe de la chute du régime de Kadhafi, le Sahel est convoité par les islamistes pour l’immensité de son territoire et par les Occidentaux pour ses richesses du sous-sol. Du coup, le mouvement des Touareg, MNLA (mouvement national pour la libération de l’Azawad), a été dépassé. En fait, les enjeux sont tellement énormes que la question identitaire n’a pas de place dans cette zone où la course aux ressources minières est effrénée. Apportant leur soutien, dans le premier temps, au mouvement des autochtones, ces extrémistes religieux imposent à la population locale, sans que celle-ci les ait choisis, des lois scélérates.


Cependant, bien que la France n’ait pas adhéré au projet de « sahélistan », d’après l’analyste Samir Amin, les velléités anglo-américaines visant à répartir, entre eux, les ressources souterraines auraient encouragé l’intervention française. D’où d’ailleurs l’interrogation du député écologiste de la Gironde, Noel Mamère, sur le vrai but de cette guerre. Pour lui, « François Hollande a pris une décision d’une extrême gravité, seul dans le palais de l’Élysée, sans avoir préalablement consulté le parlement, comme la gauche s’y était pourtant engagée ».


Quoi qu’il en soit, en dépit de l’appel de détresse des autorités maliennes, il n’en demeure pas moins que les motifs ne sont pas dénués d’arrière-pensée. En fait, bien qu’on s’ingénie en France à présenter cette intervention, comme le fait si bien l’ancien premier ministre, Michel Rocard, sous un angle purement humanitaire, l’engagement militaire, au moment où la France traverse une crise économique aiguë, peut dissimuler des intérêts inavouables. Mais, si cette intervention a pour seul but de sauver les peuples en danger, on devra applaudir sans réserve l’appui français. « Bonne nouvelle pour les Palestiniens ! L’armée française est là pour défendre les droits des peuples musulmans à vivre en paix avec ceux qui ne prient pas comme eux », écrit l’éditorialiste Salima Ghozali.


Cela étant dit, pour revenir à la réalité, cette hypothèse ne dépasse pas l’instant d’un rêve. En effet, bien que l’opération militaire puisse être présentée sous une forme généreuse, les observateurs savent que les « intérêts économiques » priment sur l’amitié dans le cadre des relations internationales. D’ailleurs, l’exemple libyen étaie, si besoin se fait sentir, la thèse de la course pour la répartition des ressources de son sous-sol après la chute de l’ancien régime. En plus, la politique française à l’égard des dictatures africaines n’est plus à démontrer. La ministre des Affaires étrangères en 2011, Michèle Alliot Marie, n’a-t-elle pas proposé le savoir-faire français en vue de maitriser les manifestations contre le régime de Benali ?


En somme, il va de soi que l’intervention française au Mali, sans être pour autant philanthropique, ne doit pas être assimilée, par exemple, à l’œuvre de George Bush en Irak. Et quoi qu’on puisse épiloguer sur les arrière-pensées françaises, il n’en reste pas moins que la défaite des fanatiques n’est pas à déplorer. Pour reprendre Samir Amin, on espère que la guerre sera gagnée contre les terroristes et permettra la restauration au plus vite de l’État malien. Mais faut-il aussi que les puissances occidentales laissent les pays africains exploiter leurs ressources librement ? Ce qui est sur, c’est que cette perspective n’est pas, pour le moment, à l’ordre du jour. « La France amie est surtout amie de ses intérêts et sa façon d’intervenir sélectivement (en Lybie et au Mali et non en Syrie ou en Palestine) n’est pas nouvelle », conclut Tariq Ramadan.




Ait Benali Boubekeur
Jeudi 4 Avril 2013
Carnet Du Jeudi
http://www.reflexiondz.net/Les-zones-d-ombre-de-l-intervention-militaire-francaise-au-Mali_a23234.html





Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8147
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 4 Avr - 5:07

Citation :
L’armement air-sol modulaire en version Laser qualifié
4 avril 2013 – 16:41
La Direction général de l’armement (DGA) a annoncé, ce 4 avril, avoir prononcé la qualification de la version à guidage terminal laser du kit de guidage AASM (Armement Air-Sol Modulaire) conçue par Sagem, ce qui ouvre la voie à une mise en service opérationnelle de cet armement.

Monté sur des corps de bombes standard, l’AASM comprend un kit de guidage et un autre d’augmentation de portée. Il permet ainsi de larguer, de jour comme de nuit, une munition avec précision, le tout à une distance de sécurité par rapport à la cible (plus de 50 km au moins), et cela, quelles que soient les conditions météorologiques,

Jusqu’à présent, deux versions de l’AASM étaient utilisées par les forces aériennes françaises. La première, dite INS/GPS (guidage par inertie), qualifiée en 2008, a connu son baptême du feu en Afghanistan, lors d’une mission d’appui aux troupes au sol effectuées par un Rafale. La seconde, dite INS/GPS+IR, est plus précise grâce au système infrarouge dont elle est dotée.

La particularité de l’AASM Laser est que, désormais, les Rafale qui en seront armés pourront détruire des cibles mobiles et rapides avec une précision métrique. L’illumination des objectifs à traiter peut se faire grâce au désignateur aéroporté Damocles ou bien avec le concours de contrôleurs avancés au sol. En outre, la trajectoire de la bombe peut être modifiée jusqu’au dernier moment en cas de mauvaises coordonnées GPS.

Le premier démonstrateur de l’AASM Laser a été testé avec succès en juin 2010. Le dernier tir de qualification opérationnelle de ce système est récent puisqu’il a été effectué le 20 décembre dernier.

Au total, 380 exemplaires de l’AASM Laser ont été commandés pour les besoins de l’armée de l’Air et de l’Aéronautique navale. Il est probable que cette nouvelle version soit utilisée dès à présent dans le cadre de l’opération Serval, afin de neutraliser les pick-up utilisés par les jihadistes établis au Nord-Mali.

http://www.opex360.fr/



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 4 Avr - 10:19

Citation :
Côte d’ivoire : campagne de tir interarmes pour la force Licorne

Mise à jour : 04/04/2013 18:56


Du 25 au 29 mars 2013, un sous-groupement tactique interarmes (SGTIA) composé de deux pelotons de l’escadron blindé et d’une section de la compagnie d’infanterie de la force interarmées Licorne a mené une campagne de tir sur le complexe de Lomo Nord.

Après une première journée dédiée au déplacement, à l’installation et à la reconnaissance du site, un peloton blindé armé par le 1er régiment de spahis (1erRS) et équipé de 3 ERC 90 Sagaie a ouvert la campagne avec des tirs d’obus explosifs et fumigènes.

Le 27 mars, le peloton d’éclairage et d’investigation (PEI) du 1er RS et la section d’infanterie du 1er régiment d’infanterie (1erRI) ont à leur tour entretenu leurs savoir-faire en utilisant un large éventail d’armes en dotation: FAMAS, Minimi, FM 7-62 mm, mitrailleuse 12,7 mm, grenades à fusil et roquettes AT4.

L’exercice s’est achevé le lendemain avec l’organisation d’un parcours de tir du niveau SGTIA. Elaboré par le maître de tir de la force, le thème a permis aux différentes unités de mettre en pratique les principes et manœuvres du combat interarmes face à une attaque ennemie.

Le camp lieutenant-colonel Saboret, situé à proximité du village de Lomo Nord, est un complexe de tir d’une superficie de 130 km2 particulièrement propice à l’entrainement de l’infanterie et des blindés, du niveau section jusqu’au niveau sous-groupement tactique. Les champs de tir permettent la mise en œuvre de l’ensemble des types d’armement organique (du calibre 5.56 jusqu’au tir canon de 90 mm).

La force Licorne comprend 450 hommes qui accompagnent la réforme de l’armée ivoirienne, en soutien de l’ONUCI. Elle organise notamment des formations pour les militaires ivoiriens, des aides à la dépollution ou à la destruction de munitions, ainsi que des actions civilo-militaires.








Sources : EMA
Droits : Ministère de la Défense


http://www.defense.gouv.fr/operations/cote-d-ivoire/actualites/cote-d-ivoire-campagne-de-tir-interarmes-pour-la-force-licorne
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 4 Avr - 10:38

Citation :
Mercy : entraînement franco-jordanien

Mise à jour : 04/04/2013 11:29


Les 1e et 2 avril 2013 s’est déroulé en Jordanie l’exercice franco-jordanien Mercy, manœuvre de tir conjointe, sur le camp militaire d’Al Humaïma à 60 kms au nord du port d’Aqaba.

Conduit à l’occasion de l’escale du groupe amphibie Jeanne d’Arc à Aqaba du 30 mars au 4 avril, Mercy a mis en œuvre l’ensemble du groupement tactique de l’armée de terre embarqué (GTE) à bord du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre, soit près de deux cents légionnaires et leur cinquantaine de véhicules, ainsi que les deux hélicoptères Gazelle et un Puma de l’aviation légère de l’armée de terre (Alat). Côté jordanien était déployée une section de forces spéciales du 61ème bataillon des Royal Jordanian Forces et ses véhicules blindés Humvees.
Cet exercice de contrôle de zone mené conjointement par les forces françaises et jordaniennes s’est déroulé en trois phases : progression tactique, sécurisation du village de combat, prise d’un point-clé situé en hauteur. La particularité de l’exercice est d’avoir permis de tirer avec toutes les armes en dotation au GTE.

Ainsi, l’exercice a débuté par le tir d’un missile Hot par une Gazelle armée d’un missile Hot sur une cible sitée en contrebas du village de combat et ouvrant la voie à l’intervention au sol. Quatre chars AMX10-RC ont ensuite appliqué des tirs au canon de 105 mm sur le périmètre ciblé, permettant à deux sections de véhicules de l’avant blindés (VAB) de se déployer à une centaine de mètres du village, en appui d’une troisième section chargée de sécuriser le périmètre. Une fois la zone tenue par les Français, la section de forces spéciales jordaniennes est entrée en action pour une manœuvre coup de poing sur le col situé au dessus du village. Appuyés par les tirs de mitrailleuses appliqués depuis le Puma, les éléments jordaniens ont ainsi pu saisir le point haut en quelques minutes. Peu de temps après, les Jordaniens se désengageaient, suivis par les Français en couverture. En quarante-cinq minutes, la manœuvre coordonnée avait été conduite avec succès et réalisme.
Cet exercice avait été précédé d’une journée de tir technique, lors de laquelle Français et Jordaniens avaient échangé leurs savoir-faire ; les militaires ayant à cette occasion réalisé des tirs avec l’armement individuel de l’autre nation. Au total, plusieurs centaines de munitions ont été tirées par les légionnaires, les forces spéciales jordaniennes et les hélicoptères de l’Alat : des obus de 105 mm, un missile Hot, des roquettes ainsi que des munitions de calibre 7,62 mm et 5,56 mm.
Mercy s’est déroulé sous l’œil attentif de Madame Caroline Dumas, ambassadrice de France en Jordanie, ainsi que de nombreuses autorités militaires jordaniennes, à la tête desquelles le brigadier général Qasem Fadeel Nahar Tamashat, commandant de la Marine Royale jordanienne. A l’issue, les légionnaires ont présenté le système de combat FELIN (fantassin à équipements et liaisons intégrés), le VAB Ultima, dernière génération améliorée du véhicule de l’avant blindé, ainsi que du matériel du Génie
Mercy intervient dans le cadre de la coopération militaire régulière franco-jordanienne, particulièrement dynamique. « En essor permanent depuis les années 1980, a rappelé Madame l’ambassadrice, cette coopération s’appuie sur des liens étroits et une volonté commune de contribuer à la stabilité régionale ».
Le 4 avril, le groupe amphibie, articulé autour du BPC Tonnerre et de la frégate anti-sous-marine Georges Leygues, a repris la mer en direction de Djibouti, où il participera à un autre exercice amphibie de grande ampleur.




Sources : EMA
Droits : Ministère de la Défense


http://www.defense.gouv.fr/operations/autres-operations/operations-ponctuelles/mercy-entrainement-franco-jordanien
Revenir en haut Aller en bas
MAATAWI
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 14775
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 5 Avr - 2:06

Citation :
L’Aquitaine se mesure à l’armada américaine



La toute nouvelle frégate française est au large des côtes américaines, où se déroule une nouvelle étape de son déploiement de longue durée, préalable à son admission au service actif. Une étape majeure puisqu’il s’agit du premier entrainement interallié de l’Aquitaine. Et pas n’importe lequel, le bâtiment se retrouvant intégré aux manœuvres Independent Deployer de l’US Navy. Cinq jours de coopération avec la marine américaine afin de «vérifier les capacités du bâtiment à intégrer des forces alliées et de conduire des opérations avec des marines étrangères», explique le commandant adjoint opérations de l’Aquitaine, le capitaine de corvette Jocelyn Delrieu.
Si la tête de série du programme des frégates multi-missions (FREMM) est évidemment conçue pour s’intégrer à une force aéronavale internationale de grande envergure, rien de tel que la réalité pour vérifier l’interopérabilité des systèmes. Le programme d’entrainement est très dense, avec une succession d’exercices de contrôle du trafic maritime, de lutte antiaérienne, antinavire, et contre des menaces asymétriques, ou encore des ravitaillements à la mer avec des pétroliers américains… L’Aquitaine joue pour la première fois dans la cour des grands, avec et face aux fleurons de la première flotte mondiale. Et des marins américains probablement curieux de voir évoluer le dernier-né de l'industrie navale tricolore. Car, même si la frégate française n'est pas de nature, par sa taille, à impressionner des mastodontes comme les croiseurs du type Ticonderoga ou des destroyers du type Arleigh Burke, au sein de l'US Navy, on a appris à ne pas prendre les Frenchies à la légère. Des marins perçus comme très professionnels et astucieux qui, avec des moyens bien moins importants, savent tenir la dragée haute, technologiquement et opérationnellement, à leurs camarades d'outre-Atlantique.
A l’issue de ces manœuvre, la frégate française va faire escale à Norfolk, la grande base navale américaine de la côte Est, où sont positionnés 130 bâtiments de combat et 45 escadrilles de l'aéronavale.
Livrée fin 2012 par DCNS, l’Aquitaine est la première des 11 FREMM commandées pour la Marine nationale. Devant être admis au service actif en fin d’année, ce bâtiment de 142 mètres de long et 6000 tonnes de déplacement en charge pourra mettre en œuvre 8 missiles antinavire Exocet MM40 Block3, 16 missiles de croisière Scalp naval (MdCN) et 16 missiles surface-air Aster 15. Il est également doté d’une tourelle de 76mm, recevra deux canons télé-opérés de 20mm Narwhal et dispose de tubes lance-torpilles pour MU90. La frégate embarque, de plus, un hélicoptère NH90 (Caïman Marine). Ses principaux senseurs sont un radar multifonction Herakles et un sonar remorqué Captas 4.
M&M

_________________
Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autres
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 5 Avr - 3:02

Citation :
Mali : Les paras français commencent à se redéployer vers Abidjan
5 avril 2013 – 9:20


Les troupes françaises engagées dans l’opération Serval depuis le 11 janvier sont en train de se réorganiser en vue de leur retrait partiel annoncé par le président Hollande pour la fin avril.

Ainsi, selon l’Etat-major des armées, il s’agit désormais de concenter l’effort sur la boucle du Niger, dans le centre du pays, où elles apporteront un appui à la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA) et aux forces armées maliennes (FAMA) contre les groupes terroristes encore présents dans cette région, comme l’a montré la tentative d’infiltration jihadiste dans Tombouctou les 30 et 31 mars dernier.

Des trois organisations terroristes qui prirent le contrôle du Nord-Mali en 2012, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) reste le plus actif car c’est lui qui est à l’origine des attaques récentes à Tombouctou et à Gao, ville qui était son bastion jusqu’à l’arrivée des troupes françaises le 26 janvier.

Justement, la situation dans ce secteur, où est aussi déployé le GTIA 2, ressemble à celle que l’on a pu voir en Afghanistan, dans la mesure où le Mujao peut se fondre au sein de la population. “L’une des grandes différences entre la région de Gao et le reste du Mali, c’est qu’ici les islamistes ont réussi à convaincre une partie des habitants du bien-fondé de leur thèse. Cela fait au moins une dizaine d’années que les salafistes se sont implantés avec succès”, confiait au Figaro, la semaine passée, un travailleur humanitaire.

Aussi, et à l’issue d’une mission de reconnaissance menée en direction d’Abeïbarra, dans l’Adrar des Ifoghas, les éléments du Groupement tactique interarmes (GTIA) 3 ont d’abord regagné Kidal pour ensuite faire mouvement vers Gao.

Quant au GTIA TAP (troupes aéroportées, avec le 2e Régiment Etranger de Parachutistes et le 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes), qui était engagé aux côtés du GTIA 3 lors de la difficile opération Panthère, menée dans l’Adrar des Ifoghas où al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) avait établi sa base arrière, il a commencé à se redéployer vers Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Depuis le saut du 2e REP sur Tombouctou, dans la nuit du 27 au 28 janvier, les parachutistes du GTIA TAP, ont perdu deux hommes (l’adjudant Vormezeele et le caporal-chef Charenton) au cours des combats particulièrement intenses pour prendre le contrôle de la vallée d’Amettetaï, située au coeur du massif des Ifoghas. Récemment, il a pris part à l’opération Tigre, laquelle consistait à s’assurer de l’absence de jihadistes dans le secteur de Tessalit.

Par ailleurs, en une semaine, l’aviation française a effectué près de 180 sorties au-dessus du Nord-Mali, dont plus de 50 dédiées à l’appui aux troupes au sol. Cette fois, l’EMA a précisé qu’aucune d’entre elles n’avait donné lieu à des frappes.

http://www.opex360.com/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 5 Avr - 9:59

Citation :
M. Le Drian confirme le maintien de tous les hôpitaux militaires
5 avril 2013 – 17:48

Malgré le contexte budgétaire, il n’y aura pas de suppression d’hôpitaux militaires. C’est l’assurance qu’a donnée le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, lors d’un déplacement effectué ce 5 avril à l’Hôpital d’instruction des armées (HIA) de Laveran de Marseille.

“Nos HIA, et Laveran en particulier, jouent un rôle premier dans l’entretien du lien armée-nation, par l’offre de soins souvent unique qu’ils garantissent dans les territoires. C’est notamment pour cette raison que j’ai pris la décision de ne fermer aucun des neuf hôpitaux militaires, en particulier Laveran, qui est précieux à nos armées ainsi qu’à la ville de Marseille. Je sais l’inquiétude qui a pu s’exprimer à ce sujet et je tenais à vous rassurer”, a en effet déclaré M. Le Drian.

Les Hôpitaux d’instruction des armées (HIA) avaient été dans la ligne de mire de la Cour des comptes, en octobre 2010. Il leur été notamment reproché un manque de productivité mais aussi et surtout un “déficit d’exploitation hors normes”, alors évalué à 280 millions d’euros.

Le président de la Cour des comptes, Migaud, avait avancé que le choix de garder un réseau d’hôpitaux militaies dans les années 1990 “s’avèrait coûteux et inadapté.” Et si le Service de santé des armées (SSA) s’était ouvert au monde civil, c’était, toujours d’après lui, par “opportunisme, essentiellement parce qu’il avait besoin d’une patientèle civile pour faire travailler ses équipes hospitalières.”

Seulement, la situation s’est arrangée depuis. Ce que les magistrats de la Rue Cambon ont souligné dans leur dernier rapport, en reconnaissant que des “efforts indéniables” avaient été accomplis. Toutefois, ils ont aussi estimé qu’il restait encore des progrès à faire, notamment en matière de coopération avec les acteurs du système civil de santé et passent notamment par une plus grande liberté d’action laissée, au niveau local, aux hôpitaux militaires.”

A cette fin, M. Le Drian, qui n’a pas manqué de rappeler l’excellence du SSA, que ce soit sur les théâtres d’opérations comme sur le territoire national, a annoncé avoir demandé que soit conduit un projet “novateur” qui reposera à la fois sur la médecine au profit des forces et sur la médecine hospitalière.

Il s’agit de permettre au SSA de s’insérer dans l’offre de soins territoriale pour, selon le ministre, “favoriser un recentrage sur les capacités techniques et l’émergence de véritables pôles de compétences densifiés, notamment en traumatologie et en médecine d’urgence.”

“Ce projet renforcera, au niveau territorial et dans le cadre de la stratégie nationale de santé, les moyens de réponses aux enjeux de résilience de la Nation et aux besoins des forces armées”, a-t-il précisé.

http://www.opex360.com/
Revenir en haut Aller en bas
Gémini
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2742
Inscrit le : 08/12/2009
Localisation : Un peu partout!!!
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 5 Avr - 19:48

Dans la serie ,un drone pour la France et pour quand voici: (roulement de tambour .........)
http://www.opex360.com/2013/04/05/larmee-de-lair-aura-un-drone-male-arme-mais-pas-pour-tout-de-suite/
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8147
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 5 Avr - 23:34

Citation :
French Forces during operations in the ‘massif de l'Adrar’ reagion of Mali during the ongoing Operation Panthère – 29th March 2013

Photos Crédit : EMA / ECPAD





Revenir en haut Aller en bas
annabi
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)
avatar

messages : 6943
Inscrit le : 18/07/2012
Localisation : paris
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 6 Avr - 6:36





Revenir en haut Aller en bas
charly
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2405
Inscrit le : 25/05/2011
Localisation : Aquitaine
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 6 Avr - 9:04

Citation :


Forces spéciales : "Nous ne pouvons pas tout faire, tout le temps et partout"
Le Point.fr - Publié le 05/04/2013 à 12:15
Le chef des opérations spéciales françaises, le général Gomart, nous parle de la manifestation SOFINS et des opérations en cours au Mali. Entretien.

Le général Gomart, chef des forces spéciales françaises, s'est confié au "Point". © Frank Perry / AFP
Par JEAN GUISNEL


Le COS (Commandement des opérations spéciales) fête cette année le vingtième anniversaire de sa création. À sa tête depuis l'été 2011, le général de division Christophe Gomart, 52 ans, organise la semaine prochaine à Souge (Gironde) une manifestation inédite, le SOFINS (Special Operation Forces Innovations Network Seminary). Ce sera le premier rassemblement en Europe de dizaines de responsables de forces spéciales et de représentants d'unités venus pour l'occasion du monde entier. Tous pourront assister à des présentations de matériels exclusifs produits par une centaine de PME françaises, à des démonstrations dynamiques sur le terrain de manoeuvre du 13e régiment de dragons parachutistes et à des conférences. Le général Gomart a accepté de répondre aux questions du Point et d'évoquer les raisons pour lesquelles il a souhaité que cette manifestation se tienne. Il évoque aussi, pour la première fois, les opérations en cours au Mali.

Le Point : Vous commandez le COS (Commandement des opérations spéciales), qui organise du 9 au 11 avril le premier SOFINS au camp militaire de Souge, non loin de Bordeaux. Pourquoi cette initiative ?

Général Christophe Gomart : Parce qu'elle n'existait pas ! Les forces spéciales se retrouvaient jusqu'à maintenant lors de deux manifestations autour du thème spécifique des équipements. L'une aux États-Unis, le SOFIC (Special Operations Forces Industry Conference) ; l'autre en Jordanie, le SOFEX (Special Operations Forces Exhibition). Or, dans le cadre du 20e anniversaire du COS, il nous a semblé utile de rassembler pour une exposition et un cycle de conférences à la fois les 104 entreprises françaises, principalement des PME, qui nous accompagnent au quotidien, des centres de recherche et universitaires, et nos camarades des unités de forces spéciales étrangères. Nous avons invité près de cinquante pays. Trente-trois ont répondu présents et enverront des délégations qui pourront notamment assister à une série de démonstrations. Nous avons été très soutenus dans ce projet par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, et par l'amiral Édouard Guillaud, chef d'état-major des armées.

Les forces spéciales sont par définition des troupes peu nombreuses, dont les équipements très particuliers n'ont pas vocation à équiper toutes les unités. En quoi est-il intéressant pour vous de les rassembler ?

Dans chaque unité des forces spéciales, il existe une petite cellule de recherche et de développement qui met au point des équipements très spécifiques, et parfois même des modes d'action originaux. Ces cellules travaillent avec des PME qui affinent ou réalisent leurs idées en matière d'armement, de tenues de combat, d'équipements variés. Ces entreprises, mais aussi des universités ou des centres de recherche étaient très demandeurs d'une présentation de leurs savoir-faire à la communauté des forces spéciales françaises et étrangères, mais aussi à leurs concitoyens à travers la presse invitée à cette manifestation. Je précise que ce sont les exposants qui financent l'essentiel de cette manifestation, en payant un droit d'entrée.

Cette manifestation se tient au camp de Souge, le grand terrain d'entraînement du 13e régiment de dragons parachutistes. Pourquoi ?

La région Aquitaine est très marquée par la présence de plusieurs unités du COS sur son territoire. Nous sommes très soutenus par son président Alain Rousset et par Marie Récalde, députée de la Gironde et membre de la commission de la Défense. Plusieurs entreprises de ce bassin économique gravitent autour des équipements aéronautiques ou assimilés (la "troisième dimension") et se sont montrées particulièrement intéressées. Quant au ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, il viendra inaugurer SOFINS le 9 avril. Cette manifestation s'intègre parfaitement à son initiative de pacte Défense-PME.

Pourriez-vous donner quelques exemples de ces équipements nouveaux que le COS utilise ?

Engagé dans une réelle démarche prospective, le travail d'évaluation réalisé par nos cellules études, en partenariat avec des entreprises, permet de répondre à des besoins opérationnels précis et exigeants. Il s'agit à chaque fois de déterminer l'intérêt et l'efficacité opérationnelle d'équipements nouveaux. Plusieurs exemples illustrent la pertinence de cette démarche. C'est ainsi le cas de systèmes permettant d'améliorer les capacités de tir de précision à partir d'un hélicoptère, ou encore l'efficacité ponctuelle du largage dans le domaine de la livraison par air. Autres exemples, les équipements permettant d'accroître la furtivité des embarcations aux ondes électromagnétiques, mais aussi la retransmission des images captées par les drones tactiques déployés au profit du renseignement des groupes au sol.

Le COS est actuellement très engagé au Mali. Quelles sont les premières leçons que vous tirez de cette guerre ?

Je ne serai pas très disert sur les opérations en cours ! Mais je peux vous dire que si le COS n'avait pas existé, avec ses hommes, ses moyens dédiés, en particulier aériens et aéromobiles, et ses modes d'action spécifiques, la guerre au Mali aurait été différente. Du 11 janvier, date du premier engagement de nos forces, marqué par la mort du commandant Damien Boiteux, au 8 février, date de la prise de Tessalit, le rôle du COS a été déterminant. Il a en effet été un des acteurs majeurs de la libération du territoire malien, reprenant nombre de villes jusqu'à l'Adrar des Ifoghas. La prise de Gao par exemple a été conduite lors d'une opération combinée entre nos éléments arrivés par la route pour prendre le pont sur le Niger et nos opérateurs mis en place par air pour préparer les posés d'assaut des avions qui ont suivi. En moins d'une heure, une centaine de commandos étaient sur place et ont tenu trois jours avant l'arrivée de forces plus nombreuses. Grâce à sa souplesse, à sa réactivité et à ses capacités à agir, soit de manière autonome, soit en coordination avec les forces conventionnelles, le COS a été un véritable démultiplicateur d'efficacité. Il a permis à la force Serval de prendre l'initiative, d'imposer une manoeuvre très rapide à notre ennemi et de lui infliger des pertes conséquentes, là même où il pensait pouvoir nous défaire.

Le COS est une petite unité aux moyens variés et puissants, mais tout de même modestes. Ne court-il pas un risque de surchauffe ? Êtes-vous assez nombreux ?

Je ne vais pas vous dire que les matériels du COS ne ressentent aucune fatigue ! Le désert est usant... Mais les hommes et les femmes du COS sont en excellente condition, et poursuivent sans faiblir une mission intense. Au risque de vous étonner, je pense que notre dimension est la bonne. Si tous mes voeux étaient réalisés, le COS compterait peut-être une centaine d'hommes supplémentaires, notamment pour renforcer l'état-major. Avec 3 400 personnels, nous sommes contraints de garder la tête froide, de savoir que nous ne pouvons pas tout faire, tout le temps et partout. Ce qui compte à mes yeux, c'est que je puisse garantir au chef d'état-major des armées de disposer en permanence d'un outil parfaitement au point, interarmées (terre-air-mer), capable de mener des opérations spéciales, lui assurant ainsi une vraie liberté d'action stratégique. Peu de pays possèdent une telle capacité.
http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/forces-speciales-nous-ne-pouvons-pas-tout-faire-tout-le-temps-et-partout-05-04-2013-1650577_53.php
Revenir en haut Aller en bas
annabi
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)
avatar

messages : 6943
Inscrit le : 18/07/2012
Localisation : paris
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 6 Avr - 9:44

Citation :

NH90 : Paris confirme un report de commande

Le 05/04/2013 à 16:07 | Par Guillaume Lecompte-Boinet

Décision reportée à fin mai pour l'achat de 34 NH90-TTH supplémentaires

En déplacement aujourd'hui à Marseille, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a effectué une visite du site de Marignane, siège d’Eurocopter. Il en a profité pour officialiser ce que l’on savait déjà plus ou moins : les négociations avec l'hélicoptériste et le consortium NHIndustries pour la commande d’une deuxième tranche de 34 NH90 TTH, version terrestre de l’hélicoptère européen, vont se poursuivrent au moins jusqu’à fin mai.
Initialement, la France devait prendre sa décision avant le 31 mars. Sinon, une pénalité d’une trentaine de millions d’euros devait contractuellement s’appliquer. Selon toute probabilité, la France n’aura pas à payer de pénalités, à condition toutefois que les discussions aboutissent d’ici le 31 mai.
« Je ne suis malheureusement pas venu ici pour annoncer cette commande même si je connais l’importance qu’elle revêt pour Eurocopter », a expliqué le ministre lors d’une allocution devant le personnel de l’hélicoptériste. « Le dossier est compliqué, il y a beaucoup d’arbitrages en jeu », indique une source proche du dossier.
Cette commande représente un montant d’environ 700 millions d’euros, dont un peu plus de 400 millions pour Eurocopter. Mais les réflexions sur le Livre blanc de la défense, et les arbitrages budgétaires en cours pour les crédits de paiement, compliquent la prise de décision.
Du coup, l’hypothèse d’un rééchelonnement de la commande fait partie des options. Comme celle d’un étalement des livraisons de NH90 en cours. « Je préfère un étalement plutôt que pas de commande », lance Dominique Maudet, vice président en charge des affaires commerciales du groupe.

http://www.air-cosmos.com/defense/nh90-paris-confirme-un-report-de-commande.html
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8147
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Dim 7 Avr - 23:27

Citation :







Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21624
Inscrit le : 14/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 8 Avr - 0:22

annabi a écrit:
Citation :

vont se poursuivrent au moins jusqu’à fin mai.
air-cosmos
HS/une telle faute d´un mag francais Rolling Eyes /HS

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 8 Avr - 3:11

Citation :
Tchad : exercice de sauvetage d’un pilote éjecté

Mise à jour : 08/04/2013 13:17

Le 30 mars 2013, la force Épervier a mené un exercice de sauvetage terrestre (SATER). Cet exercice annuel de récupération d’un pilote éjecté (fictif) s’est déroulé au nord de N’Djamena, il permet l’entrainement des moyens aériens et terrestres de la force Épervier.



L’exercice a simulé l’éjection d’un pilote de Rafale, appelé Survivor, suite à un problème survenu lors d’une mission avec un deuxième chasseur. L’autre équipage Rafale, appelé l’On Scene Commander, a immédiatement protégé la zone, pris contact avec le pilote éjecté et déclenché l’alerte.

Une fois l’alerte transmise avec les coordonnées de la zone d’éjection, un poste de commandement Search and Rescue a été armé. Il a rapidement fixé les conditions d’intervention et les moyens à mettre en œuvre pour la recherche et le sauvetage du pilote éjecté. Un hélicoptère Puma a été immédiatement déployé sur zone pour déposer du personnel du détachement de protection afin de mettre le Survivor en sécurité.



Très rapidement, un deuxième hélicoptère Puma, configuré en version de récupération sanitaire, a transporté sur les lieux une équipe médicale en charge de prodiguer les premiers soins à terre et dans l’hélicoptère.

Il n’aura fallu que quelques minutes pour conditionner le blessé dans l’hélicoptère et redécoller. L’exercice s’est terminé une fois l’extraction accomplie et le Survivor ramené en toute sécurité sur la base aérienne de N’Djamena.

Ce type d’entrainement est primordial pour la force Epervier puisqu’elle assure également en permanence la mission de SATER au profit des aéronefs participant à l’opération Serval.



Les éléments français au Tchad (EFT) de la force Épervier (950 hommes) assurent deux missions permanentes : ils garantissent la sécurité des ressortissants français résidant au Tchad, conformément à l’accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad et apportent un soutien logistique (ravitaillement, carburant, transport, formation) ainsi qu’un appui renseignement aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes.

Sources : EMA
Droits : Ministère de la Défense



http://www.defense.gouv.fr/operations/actualites/tchad-exercice-de-sauvetage-d-un-pilote-ejecte2
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 8 Avr - 7:33

Citation :
Entrée en accéléré d’un sous-marin nucléaire d’attaque au bassin
8 avril 2013 – 18:48

Comme le programme de sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Barracuda a pris quelques retard et que le premier exemplaire de la série est attendu pour 2017 et que le dernier entrera en service, si tout se passe bien, 10 ans plus tard, il est essentiel de bien entretenir et de moderniser régulièrement les 6 bâtiments de la classe Rubis actuellement en dotation au sein de la Marine nationale afin de prolonger leur carrière opérationnelle.

Pour cela, il faut faire entrer le sous-marin dans un bassin afin qu’il soit mis au sec. Il s’agit là d’une opération à la fois longue et délicate qu’a dû récemment subir l’un des 6 SNA et dont le nom n’a pas été précisé par la Marine nationale.

Grâce à 3 caméras et à la participation de son équipage, un film montrant l’intégralité de son entrée en bassin a été tourné. Mais pas question de diffuser les 6 heures de cette opération. Aussi, les images ont été accélérées à 3.000%, ce qui permet de tout voir en un peu moins de 3 mn et demie.


Entrée au bassin d’un sous-marin nucléaire d... par Marine-Nationale


Le premier sous-marin de la classe Rubis est entré en service en 1983. Ont suivi par la suite les SNA Saphir (1984), Casabianca (1987), Emeraude (1988), Améthyste (1992) et Perle (1993).

D’une longueur de 73,6 mètres pour une largeur de 7,6 mètres, ces sous-marins sont mis en oeuvre par un équipage de 70 hommes. Pouvant aller jusqu’à 300 mètres en immersion et évoluer à une vitesse supérieure à 20 noeuds, ils sont armés de torpilles F17 et de missiles SM-39 EXOCET antinavire. Ils sont en outre dotés d’un sonar multifonctions, d’un sonar remorqué d’écoute très basse fréquence, d’un détecteur de radar ARUR 13 et d’un système de transmissions par satellite.

Leurs missions vont de la protection du groupe aéronavale, au soutien de la Force océanique stratégique (Fost), en passant par la “dissuasion conventionnelle”, le renseignement et les opérations spéciales.


http://www.opex360.com/
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21547
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 8 Avr - 13:51

Citation :
Les « menaces » sur les SNLE s'éloignent

La sanctuarisation de la dissuasion nucléaire n'est pas remise en jeu. Telle est la conclusion du Conseil armement nucléaire en vue du déterminant Conseil de Défense.


Un Conseil armement nucléaire (Can) s'est tenu mardi à l'Élysée en perspective du Conseil de défense du 10 avril prochain qui finalisera l'exercice du Livre blanc sur la défense (LB). Remis officiellement au président de la République, ce texte (200 pages environ) dresse un classement des crises mondiales insistant sur le cyberespace, l'espace, le renseignement et la mer. Sur ce dernier point, le Can a confirmé clairement la sanctuarisation de la dissuasion nucléaire française voulue par le Président. Si quelques économies marginales pouvaient s'envisager sur la composante aérienne, en revanche pas question de toucher à la « permanence à la mer » de l'un de nos SNLE (sous-marin nucléaire lanceur d'engins). Les menaces nord-coréennes et la circulation d'un groupe naval chinois en Méditerranée ne sont pas les seules raisons de cette sanctuarisation. Un début d'altération, d'aménagement, sinon d'allègement de notre permanence à la mer risquerait d'entraîner, à terme, sa remise en cause, voire sa disparition pure et simple, anéantissant ainsi des décennies de recherches fondamentales et appliquées ainsi que de multiples retombées dans l'industrie civile. En prenant cette décision, le président de la République confirme l'un des choix stratégiques majeurs du gaullisme historique et il adresse aussi - et pas seulement à la Bretagne - un signe fort de prise en compte du fait maritime français, deuxième espace mondial avec 11 millions de km². Cet atout constitue aussi un axe de croissance majeur.

Plusieurs dizaines de milliers d'emplois

Pour autant, cette décision n'avantage pas notre Marine nationale par rapport aux deux autres armées. En effet, pour défendre nos Zones économiques exclusives (ZEE), le Livre blanc de 2008 prévoyait seulement 17 frégates de combat et six patrouilleurs. Si cet objectif était aussi sanctuarisé - et après un petit calcul arithmétique -, on arriverait à un seul navire... pour défendre chacun une surface équivalent au territoire de la France métropolitaine ! Autrement dit, il ne faudrait pas que le maintien de la permanence à la mer pour la dissuasion (qui devrait être considérée comme un budget spécifique) serve d'alibi à la réduction des unités de surface et tout particulièrement du nombre de frégates. Il y va non seulement de la sécurité de nos espaces maritimes, mais aussi de la protection et de la création de plusieurs dizaines de milliers d'emplois.
http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/defense-les-menaces-sur-les-snle-s-eloignent-06-04-2013-2060301.php

_________________
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8147
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 9 Avr - 0:28

Citation :




Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 9 Avr - 3:15

Citation :
Les premiers parachutistes français désengagés du Mali sont arrivés au sas de décompression de Chypre
9 avril 2013 – 11:53

Lors de la mission de combat des forces françaises en Afghanistan, il a été décidé de mettre en place un sas de décompression à Chypre afin de faciliter le retour des soldats engagés dans des opérations très intenses à une vie normale et de prévenir les effets du stress post-opérationnel.

Ainsi, les militaires ayant quitté un théâtre d’opérations éprouvant passent deux jours dans un complexe hôtelier chypriote, en l’occurrence celui de Paphos avant de revenir en France. Cela leur permet de se reposer, de pratiquer des activités sportives et de suivre des réunions d’informations données par des psychologues afin de les sensibiliser aux risques de stress post-traumatique (PTSD).

Les soldats français engagés dans l’opération Serval, au Mali, passeront donc par le sas de décompression de Chypre. Signe que le début du désengagement français a commencé, les premiers d’entre eux sont arrivés à Paphos le 8 avril. Il s’agit de militaires appartenant au 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes, du 35e Régiment d’Artillerie Parachutistes (RAP), du 17e Régiment du Génie Parachutiste (RGP) et du 1er Régiment de Hussards Parachutistes (RHP).

Redéployés dans un premier temps à Abidjan (Côte d’Ivoire), ils formaient, avec les légionnaires du 2e Régiment Etranger de Parachutistes, le Groupement tactique interames (GTIA) TAP (Troupes aéroportées), lequel a été engagé dans l’Adrar des Ifoghas, au Nord-Mali, pour détuire les sanctuaires d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), aux cotés du GTIA 3.

Les parachutistes ne sont pas les premiers militaires français à quitter le territoire malien. Les marsouins du 21e Régiment d’Infanterie de Marine et les légionnaires du 1er Régiment Etranger de Cavalerie, qui ont notamment été la pointe pour la reconquête de Diabali et de Tombouctou, ont en effet été relevés vers la fin février.

http://www.opex360.com/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 10 Avr - 8:24

Citation :
Ouverture du procès de la fusillade de Carcassonne
10 avril 2013 – 11:42

Lors de la journée “portes ouvertes” du 3e Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine (RPIMa) du 28 juin 2008, à Carcassonne, une démonstration de libération d’otages effectuée par un Groupement de commandos parachutistes (GCP) tourna mal, un sous-officier ayant introduit dans son fusil d’assaut doté d’un BTB (bouchon de tir à blanc) des munitions réelles en lieu et place de cartouches à blanc. Bilan : 16 personnes furent blessées, dont 5 enfants.

L’affaire fit grand bruit à l’époque. Le chef d’état-major de l’armée de Terre, qui était le général Bruno Cuche, remit sa démission. Le président Sarkozy parla de “comportement d’amateurs”, ce qui fut pris pour l’ensemble des militaires.

Dans la foulée, une enquête de commandement fut menée. Elle mit en évidence des dysfonctionnements au niveau de la gestion des munitions, les cartouches n’étant pas systèmatiquement restituées à l’isssue d’entraînements ou d’opérations.

Et plusieurs sanctions furent presque immédiatement prise contre plusieurs militaires du 3e RPIMa, dont le colonel Merveilleux du Vignaux, alors chef de corps du régiment, et son second, le lieutenant-colonel Peyre. Quant à l’auteur des tirs, le sergent Nicoals Vizioz, il fut révoqué de l’armée en décembre 2008, sans droit à pension.

Quant à la justice, elle a pris son temps puisque le procès concernant cette affaire va s’ouvrir ce 10 avril, devant le tribunal correctionnel de Montpellier, compétent en matière d’affaires militaires. Soit presque 5 ans après les faits. Il faut dire que le dossier a changé de mains, au gré des mutations des juges d’instruction qui en avaient la charge.

Au total, 6 anciens du 3e RPIMa sont appelés à comparaître pour répondre de “blessures involontaires aggravées”. Outre le sergent Vizioz, qui n’a jamais cherché à fuir ses responsabilités, le colonel Merveilleux du Vignaux et le lieutenant-colonel Peyre, le lieutenant Christophe Allard, le chef de section de l’auteur des tirs, le capitaine Hugues Bonningues, commandant du GCP, ainsi que que le capitaine Jean-Baptiste Pothier, l’organisateur de la manifestation, sont également concernés par cette affaire. Enfin, un septième, l’adjudant Claude Choquet, alors chef du bureau de la maintenance et de la logistique, est également inquiété, mais pour “contrôle fautif de munitions de guerre.”

Depuis la fusillade, le capitaine Bonningues a été radié des cadres en 2010 et le lieutenant Allard a démissionné de l’armée.

Qui plus est, le général Jean-Marc Duquesne, qui était le commandant de la 11e Brigade Parachutiste (BP) en 2008, sera convoqué en qualité de témoin. D‘après Me Hervé Gerbi, l’avocat de parties civiles, s’il a “bénéficié d’un non-lieu dans l’enquête judiciaire”, sa “responsabilité a été reconnue dans l’enquête de commandement menée par l’armée”. Et d’estimer que “ses explications sont nécessaires lors du procès.”

L’enquête de commandement a relevé que le “général commandant la 11e brigade ne s’est manifestement pas impliqué pour relayer à son niveau auprès de ses chefs de corps les ordres sur les mesures à prendre pour éviter la détention illégale de munitions.”

Au cours de l’instruction, le sergent Vizioz, dont les analyses montré qu’il n’avait consommé ni drogue ni alcool, n’a jamais pu expliquer comment il avait pu mélanger les cartouches. Il a reconnu toutefois avoir conservé un demi-chargeur de munitions réelles à l’issue d’un exercice. “Il s’est trompé lorsqu’il a rechargé son arme. Cet acte n’était absolument pas prémédité, je suis très clair sur ce point. Il s’agit d’une maladresse, d’une erreur humaine, mais absolument pas d’une volonté de nuire”, a affirmé le procureur de la République à l’antenne d’Europe 1.

Mais sans doute que la gestion des munitions au 3e RPIMa occupera une grande partie des débats, l’enquête ayant permis de découvrir que 5.200 cartouches grappillés au fil du temps avaient été illégalement stockées dans un local du régiment afin d’éviter aux marsouins de passer par l’armurerie avant des exercices.

http://www.opex360.com/
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21547
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 11 Avr - 1:30

L'Aquitaine est arrivée hier à NY

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21547
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 11 Avr - 3:04

La FREMM Aquitaine en entraînement Independant Deployer













_________________
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 11 Avr - 3:48

Citation :
Fusillade de Carcassonne : Le stock illicite de munitions était “un mal nécessaire”

11 avril 2013 – 14:27

Le 10 avril s’est donc ouvert devant le tribunal correctionnel de Montpellier le procès d’anciens militaires du 3e Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine (RPIMa) pour leur implication dans la fusillade ayant eu lieu lors d’une démonstration dynamique d’un groupement de commandos parachutistes (GCP) dans le cadre d’une journées portes ouvertes de cette unité implantées à Carcassonne.

Au cours de l’enquête de commandement lancée après ce drame, au cours duquel 16 personnes furent blessées, il avait été découvert deux stocks illégaux de munitions, dont l’un dans une armoire fermée à clé et située dans les locaux du GCP. Quant au second, il a été transféré dans les deux jours suivants sur un autre site à bord de 3 camions – un pour chaque type de munitions – pour officiellement les mettre en sécurité comme l’exige le règlement et non pour les dissimuler aux gendarmes. C’est du moins l’explication avancée par l’avocat colonel Merveilleux du Vignaux, l’ancien chef de corps du 3e RPIMa.

Dans un premier temps, lors de la première journée de ce procès, la question a été de savoir comment l’auteur des tirs, le sergent Nicolas Vizioz, révoqué depuis de l’armée, a pu commettre l’erreur de mélanger des munitions réelles avec des cartouches à blanc dans le chargeur de son fusil d’assaut.

A cela, l’ancien sous-officier n’a aucune réponse à donner. Si ce n’est qu’il endosse l’entière responsabilité de ce qui est arrivé. “La faute m’est imputable. Cette erreur est la mienne”, a-t-il dit. “Depuis ce drame, toutes mes pensées sont allées vers les victimes. Je sais que certaines d’entre elles m’ont pardonné, mais je ne me suis jamais pardonné à moi-même (…) Si j’avais vu le bouchon de tir à blanc éclater, j’aurais tout de suite arrêter mon tir. Et j’aurais préféré quitte à ce que mon arme m’éclate à la gueule”, a poursuivi Nicolas Vizioz.

Mais pour le tribunal, cela ne suffit pas. Et de chercher à voir si l’erreur de l’ancien sergent et l’existence des stocks de munitions illicites ne sont pas liée et d’établir une éventuelle responsabilité de la hiérarchie du 3e RPIMa à l’époque dans le fait que des munitions réelles et à blanc aient pu être mélangées.

Et même si les balles tirées par l’ancien sergent proviendraient probablement d’un exercice effectué quelques jours avant la fusillade, l’existence illicite d’un stock de munitions grappillées lors d’exercices ou d’opérations a été au coeur des débats. Normalement, les cartouches non utilisées doivent être restituées à l’armurerie, selon le réglement. “Mais les réalités du terrain son différentes de ce que l’on peut écrire. Pour être opérationnels, nous avons besoin de beaucoup de munitions”, a affirmé Nicolas Vizioz.

“Logiquement chaque tireur réintègre ses munitions, le décompte est fait et il doit restituer ses munitions”, a avancé l’ex-lieutenant Christophe Allard, supérieur de Nicolas Vizioz au moment de la fusillade. “Cette procédure est très connue car tout le monde la pratique dans l’armée de terre”, a-t-il assuré. “Etait-elle respectée? (ndlr, au sein du GCP)” a alors demandé le président. “Pas toujours” a admis l’ancien officier. Et cela afin de “faciliter les séances de tirs, pour être autonome”, a-t-il ajouté, et d’échapper à la lourdeur administrative.

“On avait le souci de remplir la mission. Si on devait partir en 12 heures, on avait besoin de ce volant de cartouches, on avait besoin de ce rab”, a de son côté expliqué le capitaine Bonningues, le chef du GCP au moment des faits. “Le stock constitué était un mal nécessaire pour se préparer comme il faut”, a-t-il poursuivi.

http://www.opex360.com/
Revenir en haut Aller en bas
annabi
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)
avatar

messages : 6943
Inscrit le : 18/07/2012
Localisation : paris
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 11 Avr - 3:54

Citation :
Casa CN235 de l'escadron de transport "Tontouta" en Nouvelle-Calédonie



Citation :
la première pilote de Rafale la capitaine Claire Mérouze cette Bordelaise de 27 ans est la seule femme à piloter l'avion fleuron de l'armée de l'air
Revenir en haut Aller en bas
Gémini
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2742
Inscrit le : 08/12/2009
Localisation : Un peu partout!!!
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 11 Avr - 7:03

7000 Hommes de moins pour la Force operationnelle terrestre............ Shocked
http://lemamouth.blogspot.fr/2013/04/la-fot-va-perdre-lequivalent-dune.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   

Revenir en haut Aller en bas
 
Armée Française / French Armed Forces
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les képis de l'armée française
» Création de l'armée française
» présentation des nouveaux véhicules de combat de l'armée française au portes ouvertes du 21e RIMA
» Le prochain fusil de l'armée française sera bien étranger : HK 416.
» L'armée française pour les nuls:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armées du monde :: Europe-
Sauter vers: