Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Armée Française / French Armed Forces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 6 Nov 2013 - 15:35

Citation :
 PVP pour "petit véhicule à problèmes"

 

Suite à une question du député François Cornut-Gentille, le ministre de la Défense a reconnu que le parc de PVP "connaît, depuis plus d'un an, un taux de disponibilité très insuffisant (50 % d'un parc doté de plus de 1 200 véhicules)".

Et le ministre de préciser que "ces indisponibilités sont dues, pour une grande part, à des défauts de conception mineurs, mais fortement répétitifs, de pièces mécaniques (pédales, bielles de direction, cardans, tuyauterie...). D'autres indisponibilités, plus occasionnelles, sont imputables à des défauts d'utilisation (mauvais freinage ou accidents)" et que "l'indisponibilité du parc est essentiellement due au manque de pièces (66 % des indisponibilités mécaniques le sont pour cette raison)".

Toutefois, des mesures prises permettront "une disponibilité de 75 % du parc en fin d'année 2013".

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2013/11/06/pvp-pour-petit-vehicule-a-problemes-10595.html
Pour lire la réponse dans son intégralité :  http://www.francois.cornut-gentille.fr/wp-content/uploads/2013/11/20131105-Fra-Army-PVP-QE.pdf
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 6 Nov 2013 - 18:21

Citation :
SIMULATION – EDITH : L’ATOUT TACTIQUE DE L’AÉROCOMBAT  

Par Defense.gouv


#SIMULATION EDITH : L’ATOUT TACTIQUE DE L’AÉROCOMBAT
Pour se former et s’entraîner, les forces peuvent désormais compter sur la simulation. Si elle ne remplace pas les exercices grandeur nature, la simulation est un excellent moyen d’acquérir les bons réflexes et de se confronter à de très nombreuses typologies de situations. Le logiciel Edith permet aux pilotes et chefs de bord de l'ALAT (Aviation Légère de l'Armée de Terre) d’appréhender tout type de mission par la mise en œuvre de scénarii totalement modulables. Les différents environnements, créés à partir de photos satellites, affichent une précision surprenante et mettent en scène les zones Sud-Ouest et Sud-Est de la France et la zone Kaboul Kapisa-Surobi (KKS) en Afghanistan.


PHOTOS:
 

Le logiciel était présenté sur le 8e mondial de la simulation.
(vidéo organisé fin septembre au Musée de l’Air et de l’Espace)
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 6 Nov 2013 - 18:30

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 6 Nov 2013 - 19:37

Citation :
Face à la déflation, la cavalerie se réorganise

Une cavalerie à 40 escadrons


C’est une petite révolution que va subir la cavalerie française. Déflations massives obligent, la cavalerie qui assiste déjà à la suppression de son 4ème Régiment de Dragons sur chars Leclerc doit perdre au total une dizaine d’escadrons pour arriver dès 2014, à 40 de ces unités. Seront donc supprimés dès l’année prochaine, les escadrons d’éclairage et d’investigation (EEI) ainsi que les escadrons d’aide à l’engagement (EAE).



Les EEI et EAE disparaissent

Les six escadrons d’EEI sont des unités de cavalerie très particulières, équipant presque la totalité des brigades françaises (seules la Brigade d’Infanterie de Montagne et la 11ème Brigade Parachutiste n’en possèdent pas). Ces unités de reconnaissance originales créées durant la seconde guerre mondiale sont rattachées directement au commandant de brigade. Bénéficiant ainsi d’une grande indépendance, ces unités ont finalement un statut assez particulier dans l’armée de terre et se sont fait une belle réputation durant leurs engagements. De toutes les opérations (Liban, Côte d’Ivoire ou Mali), l’EEI constituait l’ossature de la QRF en Afghanistan et est à maintes reprises venue appuyer des unités françaises en difficultés. Sans doute due à son fort esprit d’indépendance, l’EEI est également connu pour avoir forgé de forts caractères et donné à l’armée de terre de grands chefs, à l’instar du général Ract Madoux (EED de la 7ème division blindée), actuellement chef d’Etat Major de l’armée de Terre. De création beaucoup plus récente, les escadrons d’aide à l’engagement (EAE) ont néanmoins  connu une vie opérationnelle chargée : de l’Afghanistan au Liban. Plus récemment, au Mali, durant l’opération Serval, les EAE engagés ont assuré très efficacement pendant plus de deux mois la sécurisation de la ville de Tombouctou.

« Moins avec plus »

La cavalerie française ne sera donc demain plus formée que de 40 escadrons qui du coup vont être « densifiés ». Les régiments Leclerc vont ainsi passer de 13 à 17 chars XL et ainsi, dès l’année prochaine, un peloton sera constitué de 4 chars au lieu de 3 actuellement. « On fait moins avec plus »  commente une source proche du dossier. Conséquence, les unités envoyées demain en opex seront aussi plus lourdes.

Les EEI sont morts, vive les ERIAC

Unités de reconnaissance, les montures des EEI sont les VBL (un escadron = 3  pelotons à 6 VBL), tandis que les EAE sont des unités d’engagement anti-char. Fortement armées (VAB Hot ; VBL et VAB T20-13), une des critiques des EAE était leur faible protection sous blindage. Toutes ces unités vont donc disparaître et être reversées dans des unités recrées, les ERIAC (Escadron de Reconnaissance et d’Investigation Anti-Char), qui récupèrent les missions à la fois des EEI et des EAE. Ainsi demain, un régiment de cavalerie sera composé de 3 escadrons de chars lourds (Leclerc) ou légers (AMX10RC ou Sagaie) et d’un ERIAC.
 


http://forcesoperations.com/2013/11/05/face-a-la-deflation-la-cavalerie-se-reorganise/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 7 Nov 2013 - 15:15

Citation :
Airbus Military livre un deuxième A400M à la France  

Le 07/11/2013 à 14:39   | Par Guillaume Steuer  



Quatre A400M "Atlas" supplémentaires seront livrés à la France l'an prochain.

Le ministère de la Défense a annoncé ce matin la réception le 6 novembre du deuxième avion de transport A400M destiné à l'armée de l'Air. L'appareil, immatriculé MSN8, a été formellement livré hier par Airbus Military à la Direction générale de l'armement (DGA). Il devrait gagner la base d'Orléans la semaine prochaine, selon le ministère.

Après MSN7 livré cet été, MSN8 est le dernier Atlas qui sera réceptionné par la France cette année. Lors d'une audition parlementaire le 8 octobre dernier, le chef d'état-major de l'armée de l'Air Denis Mercier rappelait en effet que le calendrier de livraison prévoyait « deux avions cette année, quatre en 2014, quatre en 2015, trois en 2016, et deux en 2017 ». L'aviateur ajoutait : « nous connaîtrons ensuite quelques années sans livraisons, puis celles-ci reprendront avec une atteinte de la cible finale au-delà des années 2020". Le général a également relayé la posture officielle du ministère de la Défense selon laquelle « la cible finale n'a pas changé » et porte toujours sur 50 appareils.

Selon un porte-parole de l'armée de l'Air, le nom de baptême de MSN8 n'a pas encore été formellement décidé. Le général Mercier avait choisi d'appeler le premier A400M "Ville d'Orléans", tout en soulignant que les avions à venir pourraient porter le nom de villes ayant accueilli des implantations de l'armée de l'Air aujourd'hui fermées.

De son côté, l'avionneur Airbus Military a profité de l'évènement pour souligner que le premier A400M destiné à la force aérienne turque sera livré "très prochainement". Ankara a passé commande de dix A400M au total.

http://www.air-cosmos.com/defense/airbus-military-livre-un-deuxieme-a400m-a-la-france.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 7 Nov 2013 - 18:01

Citation :
Marine Nationale


Hélicoptère Panther sur le tarmac du pôle aéronautique du Lamentin à Fort-de-France © Marine nationale Simon Ghesquière
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21623
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 7 Nov 2013 - 18:49

bel effet liebe 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
mourad27
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 5247
Inscrit le : 19/02/2012
Localisation : PARIS
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 8 Nov 2013 - 14:01

Citation :
Un gendarme du GIGN porté disparu en méditerranée
Quentin Michaud 8 novembre 2013 A la Une, Archives
L’opérationnel a chuté en mer au cours d’un exercice avec la marine nationale.


L’incident s’est déroulé hier soir aux alentours de 21h au large de la prequ’île de Giens à 11 kilomètres des côtes toulonaises. Les militaires du GIGN et de la marine nationale réalisaient un assaut en mer dans le cadre d’un entraînement au contre-terrorisme maritime. Le BPC Tonnerre jouait pour cela le rôle de « plastron ». Âgé de 28 ans, l’opérationnel a chuté d’une échelle lors de la prise d’assaut du BPC. Il ne s’agissait pas de l’exercice Estérel habituellement conduit en méditerranée avec les commandos marine.

D’importants moyens militaires navals et aériens ont été immédiatement mobilisés pour tenter de retrouver le gendarme notamment à l’aide du BPC et d’un chasseur de mines ainsi que d’hélicoptères (NH90, Panther, Puma). Au total, 300 militaires sont mobilisés sous le commandement du CROSSMED de la préfecture maritime de Toulon. Les recherches se poursuivent toujours actuellement. Deux enquêtes judiciaires et de commandement ont été ouvertes.
Plus d’informations à suivre.
Crédits photos © Marine national
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 8 Nov 2013 - 17:26

Citation :
 Mirage F1 : opérationnel jusqu'au bout

Le 07/11/2013 à 17:34   | Par François Julian  




Ce n'est pas parce que le Mirage F1 va quitter les rangs de l'armée de l'Air à l'été prochain qu'il est déjà en phase de préretraite. Bien au contraire. « On sera opérationnel jusqu'au bout », confie le lieutenant-colonel Benjamin Souberbielle, commandant de l'EC-2/33 « Savoie », dernière unité de l'armée de l'Air à aligner ce monoréacteur. Leader de la Patrouille de France en 2009, le LCL Souberbielle a pris le commandement de cet escadron en septembre dernier, prenant ainsi la relève du lieutenant-colonel Benjamin Vinot-Prefontaine.

Pour preuve, deux Mirage F1CR ont été détachés de leur base de Mont de Marsan vers celle de Lorient pour assurer la PO (permanence opérationnelle) sur le quart nord-ouest de la France. Et comme pour ses cousins Mirage 2000 et Rafale, le « bon vieux » F1, armé de missiles Magic, doit pouvoir décoller « au coup de sifflet » sur alerte en 7 minutes de jour et 15 minutes de nuit.

Une année chargée

Cette PO en terre bretonne va clore une année 2013 particulièrement chargée pour cette unité frappée de la croix de Lorraine. En effet, les Mirage F1 du "Savoie" ont été parmi les premiers avions de l'armée de l'Air déployés à Bamako dans le cadre de l'opération Serval, avant d'être relevés en mars par des Mirage 2000D. Le mois suivant, grâce à un mandat de l'Otan, ce sont quatre avions qui ont été positionnés sur la base de Šiaulai, en Lituanie, pour assurer des missions d’assistance et de police du ciel, dans le cadre d'un dispositif baptisé Baltic. Avant d'être relevés en septembre, trois de ces avions sont allés à Savasleyka près de Moscou, pour un exercice avec des MiG-29 russes.

Durant ses sept derniers mois d'activité, le "Savoie" devrait notamment organiser l'édition 2014 de l'exercice « Recce Meet » à Mont-de-Marsan, consacré aux missions de reconnaissance. Outre la présence de Rafale de l'armée de l'Air et de la Marine, il est également question de faire venir des avions de forces aériennes étrangères.

Formation de pilotes  

L'escadron devrait également avoir une grosse activité de formation pour le compte du Maroc et de la Libye. Au total, une quinzaine de pilotes de ces deux pays devraient être formés et « lâchés » grâce aux trois Mirage F1B (biplace) encore en service. Il est d'ailleurs question que ces trois avions soient, dans un avenir proche, confiés à la force aérienne marocaine. Un autre avion (visiblement gardé sous cocon) serait également actuellement en rénovation pour les besoins de la Libye.

Au final, le Savoie devrait normalement « emmener » l'ensemble de ses 23 pilotes et de ses 20 avions (17 F1CR et 3 F1B) jusqu'à fin juin, date officielle de l'arrêt des vols. L'escadron fermera ensuite ses portes le 31 aout.



Pour célébrer la dissolution du "Savoie" et la fin du F1, il est prévu que l'armée de l'Air organise une journée spéciale sur la base de Mont-de-Marsan le 13 juin 2014. Pour plus d'informations, rendez-vous sur : http://miragef1legend.fr/


http://www.air-cosmos.com/defense/mirage-f1-operationnel-jusqu-au-bout.html  
Revenir en haut Aller en bas
annabi
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)
avatar

messages : 6943
Inscrit le : 18/07/2012
Localisation : paris
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 9 Nov 2013 - 0:10

Citation :
Un régiment d'infanterie et un d'artillerie restent à dissoudre pour le CEMAT

Après l'annonce des dissolutions du 4e RD (Dragons) de Carpiagne et du 110e RI de la brigade franco-allemande basé à Donaueschingen, il ne resterait que deux annonces de fermeture si l'on en croit une nouvelle audition en octobre à l'Assemblée nationale du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Bertrand Ract-Madoux.
 
Un régiment d'infanterie et un d'artillerie restent à trouver...

En septembre au même endroit, le CEMAT avait évoqué les dissolutions de " quatre voire cinq régiments " et d'un état-major de brigade.
Le général Ract-Madoux est allé un tout petit peu plus loin dans la précision des objectifs de dissolutions : " J’espère limiter le nombre de régiments dissous à quatre : deux régiments d’infanterie, un de cavalerie, un d’artillerie. Il était également envisagé de supprimer un régiment du génie et un de transmissions, mais je souhaite préserver les fonctions d’appui qui ont été fortement touchées par la déflation des effectifs. "
Quand on aborde la dissolution d'un régiment d'artillerie, on peut penser au 40e régiment d'artillerie de Suippes et de ses 32 AUF1. Leur canon de 155 et leur châssis d'AMX30 (dont les premiers modèles sortirent en 1966...) ne sont plus de la première ni de la deuxième jeunesse. Question mobilité, rapidité et efficacité, ils ne font plus le poids face aux canons de 155 sur camions Caesar, qui font, eux, l'unanimité au 1er RAMa (artillerie de marine) de Châlons-en-Champagne, au 3e RAMa de Canjuers ou au 68e RAA (artillerie d'Afrique) de La Valbonne. L'époque n'est plus à la puissance et au tir sous blindage mais au mouvement. Il s'agit aussi d'une logique de restriction...
Et puis, après la suppression d'un régiment de la 7e brigade blindée (le 4e RD), il y aurait une forme de logique comptable à " taper " dans la 2e BB.
Seulement, la fermeture de quatre régiments ne suffira pas pour atteindre l'objectif de 6 000 suppressions d'emplois dans la force opérationnelle terrestre d'ici 2019 (3 500 dans l'infanterie). Le CEMAT va donc s'attacher à réorganiser.
 " Je vais simultanément modifier l’organisation interne des régiments d’infanterie, de cavalerie et du génie : je vais réduire le nombre d’escadrons et de compagnies, tout en augmentant le nombre d’hommes au sein de chacune de ces unités. À l’échelle du régiment, il y aura bien une certaine réduction des effectifs. "
La rationalisation passera notamment par la suppression des services de reconnaissance régimentaires. Dans l'infanterie. Puisqu'on fonctionne en interarmes désormais, la cavalerie conservera cette spécialité pour l'ensemble d'un GTIA. Les régiments devraient être réduits en moyenne de 71 personnes.
" [i]En définitive, les régiments dissous mis à part, nous devrions conserver sensiblement les mêmes capacités militaires. " [/i]Sensiblement.

http://defense.blogs.lavoixdunord.fr/archive/2013/11/06/cemat-dissolution-12339.html
Revenir en haut Aller en bas
annabi
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)
avatar

messages : 6943
Inscrit le : 18/07/2012
Localisation : paris
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 9 Nov 2013 - 15:45

Citation :
PVP pour "petit véhicule à problèmes"




Texte de la question
M. François Cornut-Gentille alerte M. le ministre de la défense sur les petits véhicules protégés (PVP) de l'armée de terre. Au 31 décembre 2012, 963 véhicules étaient en service dans les forces. À cette même date, leur taux de disponibilité s'établissait à 50 %. Ce taux apparaît excessivement bas compte tenu de l'âge moyen des matériels : 3 ans. Aussi, il lui demande d'expliciter le faible taux de disponibilité des PVP au 31 décembre 2012.

Texte de la réponse

Le petit véhicule protégé (PVP) a été conçu pour offrir aux unités une capacité de transport de personnel sous protection balistique. Livré en 2008 et maintes fois projeté en opérations extérieures, ce véhicule remplit parfaitement sa mission mais connaît, depuis plus d'un an, un taux de disponibilité très insuffisant (50 % d'un parc doté de plus de 1 200 véhicules). Ces indisponibilités sont dues, pour une grande part, à des défauts de conception mineurs, mais fortement répétitifs, de pièces mécaniques (pédales, bielles de direction, cardans, tuyauterie...). D'autres indisponibilités, plus occasionnelles, sont imputables à des défauts d'utilisation (mauvais freinage ou accidents). Cependant, il n'y a pas de défaut de conception majeur qui nécessiterait une reconstruction partielle de ce véhicule. En complément d'évolution des versions (MK1, MK2 puis MK3) et pour corriger ces défauts de conception mineurs, l'industriel a réalisé des interventions techniques dans les unités. Après une mission d'audit en 2012, des consignes ont été diffusées (dont un DVD didactique) afin de former et d'encourager les pilotes aux bonnes pratiques de conduite. Aujourd'hui,l'indisponibilité du parc est essentiellement due au manque de pièces (66 % des indisponibilités mécaniques le sont pour cette raison). Ces déficits sont le facteur de causes multiples en cours de correction par le service pourvoyeur dans le cadre d'évolutions contractuelles : réduction des délais de livraison dans le cadre du marché de MCO PGD [1],liste initiale des rechanges revue à la hausse dans les ateliers, amélioration de la stabilisation du référentiel des rechanges... Dans l'attente des bénéfices de ces évolutions contractuelles, le service pourvoyeur a mis en place un plan d'action spécifique fondé sur des mesures transitoires afin de se procurer au plus tôt les pièces nécessaires :commandes auprès de la NSPA [2] (centrale d'achats de l'OTAN) afin de simplifier les marchés, procédures exceptionnelles de réalisation d'urgence de rechanges, autorisations aux unités d'acheter des pièces sur leur propre budget, négociation d'un marché AR2C (achat réactif de rechanges communs). Fort de la mise en oeuvre de ces mesures, l'état-major de l'armée de terre s'est fixé l'objectif d'une disponibilité de 75 % du parc en fin d'année 2013. [1]
Maintien en condition opérationnelle de Panhard General Defense. [2] NATO support agency.

http://www.francois.cornut-gentille.fr/wp-content/uploads/2013/11/20131105-Fra-Army-PVP-QE.pdf

Revenir en haut Aller en bas
Gémini
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2742
Inscrit le : 09/12/2009
Localisation : Un peu partout!!!
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 9 Nov 2013 - 16:30

Le gendarme du GIGN a était retrouver mort.RIP a lui  .
Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı
avatar

messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 9 Nov 2013 - 16:32

RIP Like a Star @ heaven 

_________________
Site perso : http://defense-turque-infos.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 9 Nov 2013 - 16:56

Gémini a écrit:
Le gendarme du GIGN a était retrouver mort.RIP a lui  .
RIP   

Citation :
Découverte du corps du gendarme du GIGN qui avait disparu en mer au large de Giens (Var)  

Mise à jour : 09/11/2013 16:15  


 Le corps du Gendarme du GIGN qui avait disparu jeudi soir aux environs de 21h00 a été retrouvé à 02h15 ce matin samedi grâce aux moyens d’investigation sous-marine mis en œuvre par une équipe spécialisée de la Force d’Action Navale (Marine Nationale) depuis le bâtiment de soutien  « Jason ».
 
 Sa dépouille a été prise en charge par les enquêteurs de la gendarmerie maritime embarqués sur le « Jason » qui a rallié dans la nuit son port-base à Toulon.
 
 La famille du défunt a été informée.
 
Rappel : Une procédure judiciaire a été ouverte sous l’autorité du procureur de la République de Marseille, chargé des affaires militaires. Il a confié l’enquête à la section de recherche de la Gendarmerie maritime.

http://www.defense.gouv.fr/marine/actu-marine/decouverte-du-corps-du-gendarme-du-gign-qui-avait-disparu-en-mer-au-large-de-giens-var-cp-n-3
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 9 Nov 2013 - 17:14

Citation :
Serval : point de situation du 8 novembre 2013  

Mise à jour : 08/11/2013 19:41  


Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 31 octobre 18h00, jusqu’au jeudi 7 novembre, 18h00



Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec près de 90 sorties, dont une quarantaine effectuées par les avions de chasse. Une trentaine de sorties ont été dédiées aux missions de transport et une vingtaine aux missions de ravitaillement et de renseignement.

Au sol, la force Serval poursuit les opérations autour de la boucle du Niger, et dans le Nord du pays, en coordination avec les unités de la MINUSMA et des FAMa.

Le 2 novembre, après avoir été informés de l’enlèvement de deux journalistes français, les éléments (DLA) de la force Serval présents à Kidal ont immédiatement déployé un dispositif de surveillance et de reconnaissance pour tenter de retrouver nos ressortissants :

Un dispositif de surveillance a été mis en place aux sorties nord-est et nord-ouest de la ville de Kidal. Une patrouille en véhicules, composée d’une trentaine de soldats français, a également été engagée en reconnaissance sur une piste située au nord-est de la ville, direction probable de fuite du véhicule indiquée par les témoins de l’enlèvement.

Par ailleurs, une patrouille de deux hélicoptères, un Tigre et un Puma, a décollé de Tessalit, près de 200 km au nord de Kidal, pour tenter de retrouver le véhicule.



Arrivée à une dizaine de kilomètres à l’est de Kidal, la patrouille routière a découvert un pick-up à l’arrêt qui semblait répondre aux descriptions des témoins. A proximité de ce véhicule, les soldats français ont découvert deux corps sans vie.

Un peu moins d’une heure après cette découverte, les hélicoptères, qui étaient engagés dans une mission de reconnaissance ont rejoint la position des éléments à terre. Informés de la découverte des corps, ils ont, après ravitaillement, regagné leur position à Tessalit.

Les éléments de la patrouille à terre, après avoir mis en place un dispositif de sécurité, ont procédé aux vérifications habituelles de non piégeage de la zone, à sa sécurisation, ainsi qu’à celle de ses abords immédiats. Ils ont pu alors accueillir les éléments de la gendarmerie prévôtale, puis contribuer au rapatriement des dépouilles et à l’évacuation du "pick-up".

Des opérations combinées prolongent les actions de renseignement. Par ailleurs, près de 150 militaires en provenance de Gao sont arrivés à Kidal pour renforcer localement le dispositif de la force Serval qui agit en appui des FAMa responsables de la sécurité de la ville. Ce type de renforcements ponctuels illustre la capacité d’action de la force Serval à partir de ses éléments basés à Gao qui peut ainsi engager des éléments sur différents points en fonction des besoins.



Les 3 et 4 novembre, une cérémonie de levée de corps des deux journalistes assassinés à Kidal, s’est déroulée sur le tarmac de l’aéroport de Bamako.

Engageant près de 1500 militaires des FAMa, de la MINUSMA et de Serval, l’opération Hydre, lancée le 20 octobre de part et d’autre de la boucle du Niger, s’est achevée le 2 novembre. Cette opération, de grande envergure, conduite en coopération avec les FAMa et la MINUSMA, avait pour objectif d’éviter la résurgence d’éventuels mouvements terroristes.

Pour une meilleure coordination de l’ensemble des moyens déployés dans cette opération, une base opérationnelle avancée temporaire (BOAT) a été implantée à 300 Km au Nord-Ouest de GAO, intégrant toutes les composantes terrestres Serval de l’opération : le GTIA Korrigan et le GAM.



Plusieurs dizaines de puits et près d’une cinquantaine de points ont été fouillés par les éléments de la force Serval, concentrés sur des actions de contrôle de zone. De l’autre côté de la rive, le GTIA Elou et son détachement d’assistance opérationnelle ont progressé sur l’axe GAO-GOSSI, puis en direction du nord vers le fleuve. Les FAMa avaient pour missions de reconnaitre ces axes, contrôler la zone notamment grâce aux fouilles, d’aller à la rencontre de la population pour évaluer la situation dans la zone et avoir des renseignements sur d’éventuels mouvements terroristes. Les trois bataillons de la MINUSMA se sont quant à eux orientés sur des actions de sécurisation d’axes.

L’opération Hydre ne s’est traduite par aucun affrontement direct, les terroristes évitant systématiquement le contact et fuyant à l’approche des forces.

Un important site logistique des groupes terroristes a néanmoins été mis à jour au Nord-Est de Tombouctou, avec une organisation minutieuse ne laissant aucun doute sur sa fonction.

Cette opération a enfin démontré la capacité des forces armées maliennes et des forces de la MINUSMA à durer sur le terrain, dans des actions complémentaires, en agissant avec le soutien de la population.

Moins de 3000 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.


Sources : EMA
Droits : Ministère de la Défense


http://www.defense.gouv.fr/operations/mali/actualite/serval-point-de-situation-du-8-novembre-2013  
Citation :
    Les marsouins envahissent l'usine  

 Dans le cadre d'un vaste exercice baptisé "Serment de Koufra" et qui a démarré en début de semaine, les marsouins du Régiment de marche du Tchad de Meyenheim ont simulé ce matin l'attaque de l'ancienne papeterie de Turckheim censée abriter un groupe de terroristes. Plusieurs dizaines de soldats ont été héliportés tandis que plus d'une vingtaine de VBCI (engins blindés) ont bouclé la commune et l'ancien site papetier. Retour en image sur cet exercice.  



 
PHOTOS:
 

http://www.dna.fr/actualite/2013/11/08/les-marsouins-envahissent-l-usine#jimage=8463A86B-213E-4ACD-B70B-8559647F0146  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 9 Nov 2013 - 17:50

Citation :
Armée - Interview du colonel Desmeulles, chef de corps de « Jura 2013 », les manœuvres menées cette semaine dans le Haut-Doubs  

Pontarlier jura 2013: « Un accueil rare et chaleureux »  




Pontarlier. Le colonel Benoît Desmeulles, chef de corps du 2e régiment étranger de parachutistes de Calvi, dirige l’opération « Jura 2013 », cette semaine dans le Haut-Doubs.

Aux côtés du colonel de Préval, chef de corps du 152e régiment d’infanterie de Colmar, qui constitue les forces adversaires de la Légion, il dresse un bilan à mi-parcours de cet exceptionnel exercice en terrain libre, qui se poursuivra jusqu’à dimanche à Mouthe.

Êtes-vous satisfait des conditions offertes par le Haut-Doubs ?

Nous avions choisi Pontarlier et ses environs pour plusieurs raisons. Géographiques tout d’abord : la proximité avec le régiment de génie de Valdahon, où nous avons pu préparer une partie de l’instruction et profiter du camp, un terrain en ville mais également des montagnes. Le climat est aussi intéressant. Il nous faut procéder à des exercices au moins une fois par an, loin de la Corse et du soleil. Pour l’instant, nous n’avons pas encore eu un jour sans pluie…

Quel premier bilan dressez-vous ?

Tous les objectifs fixés ont été réalisés. La première partie offensive, après Valdahon, était très réaliste. La partie sur Pontarlier, qui est encore en cours, correspond à ce que l’on souhaitait pour la ville et la périphérie. Tout se déroule bien, donc pour la troisième phase, du sud de Pontarlier au sud de Mouthe, constituée d’une succession de phases défensives, tout devrait bien se passer. Il y a toujours des choses à red ire, c’est d’ailleurs le but des exercices mais, globalement, tout est très positif.

Vous êtes vous-même très impliqué physiquement. Les Pontissaliens ont pu vous voir au cœur des combats avec vos hommes…

Chacun conçoit le commandant à sa façon, en fonction de sa personnalité. Mais en infanterie, on est plus sur l’avant que les autres régiments. Et puis, cela reste un exercice monté par le régiment. Personnellement, je ne suis pas évalué, donc cela me libère du temps pour aller voir les capitaines et les gens au travail.

Voir circuler des hommes armés, même à blanc, dans les rues, est impressionnant pour la population. Est-ce habituel pour vous ?

Les manœuvres en ville ne sont pas courantes. C’est très rare de travailler dans une vraie ville et de pouvoir circuler en toute liberté. Cela demande de l’organisation pour l’état-major et de l’investissement pour le régiment mais, surtout, il faut une ville qui accepte. Et Pontarlier nous a donné des conditions optimales.

Il semblerait également que vous ayez été étonné de l’accueil réservé par la population ?

Les Pontissaliens, comme tous les gens de la région, nous ont réservé un accueil très chaleureux. Tous les échos que nous avons sont positifs et ce n’est pas toujours le cas. C’est aussi pour cela que nous voulions rester ici pour les cérémonies du 11-Novembre. Ces opérations permettent de travailler nos relations publiques avec la population qui ne voit que rarement l’armée. Lundi, on pourra prendre le temps de vraiment discuter avec les gens, à Pontarlier et dans plusieurs autres communes où nous sommes passés. Nous remettrons cinq décorations à des soldats qui sont revenus du Mali en avril. Ce sera aussi l’occasion de montrer quelle est la finalité de notre métier.

Colonel de Préval : cet accueil réservé par la population, c’est important pour nos soldats. Ils sont engagés au service de leur pays, ont un métier qui n’est pas facile. Un tel accueil signifie que les citoyens les considèrent. Nous n’avons pas donné de consignes, les soldats sont contents de partager notre métier, de parler avec les gens. Cette reconnaissance est importante.

Pensez-vous susciter des vocations, surtout chez les petits garçons qui vous regardent avec des étoiles dans les yeux ?

Peut-être. Une chose est sûre, c’est que la population ne voit ici que la concrétisation de notre métier. C’est l’issue de tout un processus de préparation très long. Et elle ne voit pas nos soldats qui passent des nuits sous la pluie…

Beaucoup se demandent combien coûte cette opération ?

En tout cas, ce n’est pas un coût démesuré, qui entre d’ailleurs dans le budget du régiment. C’est un exercice à pied. Ce qui coûte cher, ce serait les chars ou les hélicoptères. Là, nous avons une vingtaine de 4x4. Et puis, l’exercice, c’est une nécessité pour nous. Il faut bien s’entraîner.

Propos recueillis par Lisa LAGRANGE


 
PHOTOS:
 
http://www.estrepublicain.fr/actualite/2013/11/08/un-accueil-rare-et-chaleureux#jimage=6087831A-1040-47A7-9EDE-3FE98CFDD0BA    
Revenir en haut Aller en bas
farewell
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)
avatar

messages : 2466
Inscrit le : 13/02/2011
Localisation : ******
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 9 Nov 2013 - 18:41

Citation :
http://www.letelegramme.fr/ig/generales/france-monde/france/missile-m51-un-prochain-tir-sous-tres-haute-tension-09-11-2013-2296573.php

_________________

"Les belles idées n'ont pas d'âge, elles ont seulement de l'avenir"
Revenir en haut Aller en bas
annabi
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)
avatar

messages : 6943
Inscrit le : 18/07/2012
Localisation : paris
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 9 Nov 2013 - 23:35

Citation :
Bercy veut piocher 500 millions d’euros dans le budget de la Défense

8 novembre 2013 – 11:13

La loi de finances 2013 prévoyait un budget de 31,4 milliards d’euros pour le ministère de la Défense. Mais il n’est pas certain que ce montant soit le même avant la fin de cette année, quitte à compromettre la trajectoire financière de la Loi de Programmation Militaire pour la période 2014-2019.
Cette année, au titre de la réserve de précaution ministérielle, un premier gel a été décidé en janvier, à hauteur de 6,5 milliards, suivi d’un second, le mois d’après, pour 2 milliards de plus. Comme tous les autres ministères (non prioritaires), celui de la Défense a dû geler des crédits, à hauteur de 1,5 milliard d’euros.
Dans le meilleur des cas, ces sommes peuvent être “dégelées”, comme cela a été le cas, partiellement, pour la gendarmerie et la police, la semaine passée. Mais le plus souvent, les ministères qui ont mis la main à la poche ne revoient jamais la couleur de l’intégralité des crédits mis en réserve. Et cela risque donc bien d’être le cas de l’Hôtel de Brienne, une fois de plus.
Pourquoi? Lors du prochain Conseil des ministres, il sera présenté une loi de finances rectificative qui, comme l’a expliqué Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget, prévoit l’ouverture de 3 milliards d’euros de crédits “pour les budgets qui en ont besoin”, dont l’emploi, le budget européen (1,1 milliard), les opérations extérieures (580 millions), l’hébergement d’urgence (100 millions)…
Or, ces 3 milliards d’euros doivent être entièrement compensés, “à l’euro près par autant d’annulations réparties sur l’ensemble des ministères”, c’est à dire en se servant sur les crédits gelés en cours d’année. Et, selon le quotidien Les Echos, si cette manoeuvre comptable doit permettre de prendre en charge les surcoûts des opérations extérieures au delà de l’enveloppe de 630 millions prévus dans le budget 2013, le ministère de la Défense devrait contribuer, selon les voeux de Matignon et de Bercy, à hauteur de 500 millions d’euros. En clair, ce qui est donné d’un côté est repris de l’autre…
Sauf qu’il n’en est pas question pour le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, dans la mesure où il est impératif de récupérer la totalité des crédits gelés afin d’éviter à la Direction générale de l’armement d’être en cessation de paiment… et de plomber l’entrée en vigueur de la prochaine LPM. Il reviendra donc au président Hollande de trancher.
Le problème est que ce petit jeu risque de reproduire à l’avenir, étant donné que le projet de budget pour 2014 prévoit seulement 450 millions d’euros pour financer les surcoûts des opérations extérieures. Cette année, il est estimé que la somme de ces derniers atteindra 1,24 milliard d’euros, dont 600 millions rien que pour l’opération Serval.

http://www.opex360.com/2013/11/08/bercy-veut-piocher-500-millions-deuros-dans-le-budget-de-la-defense/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Dim 10 Nov 2013 - 15:41

Citation :
Défense : DCNS et Piriou remportent le contrat des bâtiments multimissions de la Marine nationale  

Ce contrat de l'ordre de 100 millions d'euros sera transféré à leur filiale commune Kership, récemment créée. Ces bâtiments sont très attendus par la Marine nationale.  


Les nouveaux partenaires, DCNS et le chantier naval Piriou peuvent se frotter les mains. Comme l'a révélé "Ouest-France" fin octobre, ils sont en pole-position pour remporter un contrat du ministère de la Défense portant sur la construction de trois Bâtiments multi-missions (B2M) et un autre en option, des navires de 65 mètres de long faiblement armés, ont confirmé des sources concordantes à "La Tribune". Soit une commande de l'ordre de 100 millions d'euros (hors option), construction et maintien en condition opérationnelle pour une durée de six ans. La livraison du premier B2M est prévue à la fin de 2015 ou au début de 2016, les deux suivants étant prévus un an plus tard.

La direction générale de l'armement (DGA) a choisi dans le courant du mois d'octobre DCNS et Piriou, mieux-disant, aux dépens du consortium formé par STX et de Constructions mécaniques de Normandie (CMN), et, enfin d'une offre de Socarenam de Boulogne, alliée à la Compagnie maritime nantaise. Début décembre, un comité ministériel d'investissement (CMI) du ministère de la Défense doit se réunir début décembre pour confirmer ce choix. Le contrat devrait être notifié dans la foulée. Certainement "avant la fin du mois de décembre 2013", comme l'avait expliqué début octobre à l'Assemblée nationale le délégué général pour l'armement (DGA), Laurent Collet-Billon.

Un contrat qui va renforcer l'alliance DCNS et Piriou

Ce contrat va donc conforter l'alliance de DCNS et de Piriou, qui avaient créé une société commune Kership. Cette entreprise a pour objectif de devenir un leader mondial dans la construction de navires destinés à l'action de l'Etat en mer. Le contrat sera notifié aux deux entreprises, et non à Kership. Pourquoi ? Parce que l'appel d'offre du ministère et la réponse des deux partenaires sont antérieures à la création de l'entreprise commune. "Le contrat sera très probablement transféré à Kership", explique-t-on de source proche du dossier.

Détenue par Piriou et DCNS, respectivement à hauteur de 55 % et 45 %, Kership est une société anonyme par actions simplifiées dotée d'un conseil de surveillance à parité de représentation des deux partenaires. La prise de participation de DCNS au capital de la société commune s'élevera à 2,25 millions d'euros.

Financement assuré par le ministère de la Défense

Initialement, le financement devait être interministériel. Mais au final, le ministère de la Défense assurera seul le financement de la construction et le fonctionnement des trois premiers B2M. "Les conditions initiales de conduite du programme B2M prévoyaient une contribution de l'État - hors ministère de la Défense - de 20 % pour l'acquisition et de 50 % pour le fonctionnement, avait expliqué Laurent Collet-Billon. D'une réunion interministérielle tenue en juillet dernier, il est apparu que ce financement n'était plus garanti". D'où le nouveau dispositif de financement.

Pourquoi une telle précipitation alors ? La marine a abandonné le programme des bâtiments d'intervention et de souveraineté (BIS), qui devaient remplacer les bâtiments de transport légers (Batral), aujourd'hui à bout de souffle. Elle compense "ce renoncement" par l'arrivée des B2M à partir de 2015 et de 2016, avait expliqué le chef d'Etat-major de la marine, selon les propos de l'amiral Bernard Rogel. Ces premiers bâtiments doivent être déployés en Polynésie, Antilles-Guyane et en Nouvelle-Calédonie.

Une "situation critique"

L'amiral Rogel a été clair. La France ne pourra "pas surveiller en permanence l'ensemble de notre ZEE (zone économique exclusive, ndlr) qui représente plus de vingt fois le territoire métropolitain, mais nous tâchons de la contrôler au mieux, notamment pour éviter que d'autres viennent y exploiter ses richesses", a-t-il expliqué. Le chef d'Etat-major de la marine avait déjà annoncé, il y a deux ans, des réductions temporaires de capacité pour les moyens en outre-mer. Aujourd'hui, "elles subsistent mais les B2M, qui embarqueront des armes légères, remplaceront les Batral, et les patrouilleurs continueront d'être exploités avec le risque de rupture franche", a-t-il rappelé. Dans le Pacifique, la marine ne dispose que de deux patrouilleurs et deux frégates de surveillance, "qui j'espère à terme seront renforcées par les B2M en attendant la livraison du programme Batsimar".

Selon l'amiral, le décalage à la loi de programmation militaire 2014-2019 du programme Batsimar entraîne "une aggravation supplémentaire de la situation de la composante patrouilleurs post 2020 ». Outre-mer, le retrait en 2020 des derniers patrouilleurs P400 prolongés "rendra la situation critique". "Ainsi, l'acquisition de patrouilleurs légers pour la Guyane (PLG) et des B2M est impérative pour atténuer la réduction capacitaire avant 2016". Et de préciser que "ces remplacements doivent être garantis, faute de quoi nous n'aurons vraiment plus grand-chose pour assurer la souveraineté de notre zone économique outre-mer".

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20131109trib41a5e6243/defense-dcns-et-piriou-remportent-le-contrat-des-batiments-multimissions-de-la-marine-nationale.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Dim 10 Nov 2013 - 17:36

Citation :
 En images : La FREMM Normandie à la mer

 08/11/2013  


La FREMM Normandie au large de Lorient, le 31 octobre crédits : BERNARD PREZELIN  

Voilà enfin de belles images de la frégate française Normandie, qui a débuté ses essais en mer le 25 octobre. Troisième du programme FREMM et second destiné à la Marine nationale, le bâtiment, réalisé par le site DCNS de Lorient, sera livré en 2014. Plus qu’un deuxième de série pour la flotte française, la Normandie sera, en fait, la première FREMM réceptionnée par les marins à son standard définitif. Elle disposera notamment de missiles de croisière naval (MdCN/Scalp Naval), dont elle assurera le premier tir en mer, normalement au printemps, ainsi que deux canons télé-opérés de 20mm Narwhal, installés sur le toit du hangar. Livrée fin 2012, l’Aquitaine, prototype de cette nouvelle génération de frégates, et qui n’est pas encore admise au service actif, bénéficiera des améliorations intégrées sur sa cadette à l’occasion d’un arrêt technique.



Pour mémoire, le programme FREMM porte désormais sur huit bâtiments pour la France, auxquels s’ajoutent une option pour trois frégates supplémentaires, qui seront ou non confirmées en 2016. Alors que six FREMM doivent être livrées d’ici 2019, le premier exemplaire vendu à l’export, le Mohammed VI, sera réceptionné le 25 novembre par la marine marocaine.




http://www.meretmarine.com/fr/content/en-images-la-fremm-normandie-la-mer
Revenir en haut Aller en bas
farewell
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)
avatar

messages : 2466
Inscrit le : 13/02/2011
Localisation : ******
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 11 Nov 2013 - 12:42

Citation :
http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/11/11/armees-les-gels-de-credits-provoquent-de-vives-tensions-entre-bercy-et-la-defense_3511664_823448.html
A ce rytme la il va nous rester que la dissuasion nuke

_________________

"Les belles idées n'ont pas d'âge, elles ont seulement de l'avenir"
Revenir en haut Aller en bas
Gémini
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2742
Inscrit le : 09/12/2009
Localisation : Un peu partout!!!
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 11 Nov 2013 - 20:12

A force de tirer sur la couverture pour se proteger du froid ,ben elle craque.....
la flotte de SNLE type "triomphant" tiens ses promesses (les Anglais en savent quelque chose),c'est pratiquement le seul "truc" valable dans notre arsenal avec le Rafale.
Le M51 pose soucis apparement,le prochain tir ,faudra pas le louper.
Revenir en haut Aller en bas
farewell
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)
avatar

messages : 2466
Inscrit le : 13/02/2011
Localisation : ******
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 11 Nov 2013 - 21:52

Tout a fait gemini mais jpense que sa va le faire, je voudrais pas qu'il est le même sort que le boulava

_________________

"Les belles idées n'ont pas d'âge, elles ont seulement de l'avenir"
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 11 Nov 2013 - 22:59

Citation :
Armée française - opérations militaires OPEX (page officielle)

Le 31 octobre 2013, lors d'une visite aux 1200 soldats de la Force SERVAL stationnés sur la plateforme opérationnelle « Désert » à Gao, monsieur Kader Arif, le Ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants a inauguré une stèle, commémorant le sacrifice des sept soldats français morts depuis le début de l’opération.




Crédits: EMA / armée de Terre
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20734
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 12 Nov 2013 - 16:32

Citation :
Défense : l'armée de terre veut s'offrir le drone Watchkeeper  

Les essais mitigés du drone tactique anglo-israélien cet été en France sont aujourd’hui complètement oubliés. L’armée de terre veut le Watchkeeper, le seul drone de ce type sur le marché, assure-t-elle. Son patron, le général Ract-Madoux souhaite d'ailleurs s'offrir un ou deux drones Watchkeeper en leasing avant leur livraison prévue en 2017.    


Depuis la fin de l'été, Thales a mis les bouchées doubles pour terminer la mise au point du drone tactique anglo-israélien Watchkeeper. Chez l'électronicien, on estime que le drone sera mis en service opérationnel en février dans l'armée britannique et il devrait faire ses premières armes en opération extérieure à l'été en Afghanistan, selon nos informations. Bref, ça plane enfin pour le Watchkeeper.

D'autant que "la coopération entre les deux armées de terre (britannique et française, nldr) autour du Watchkeeper fonctionne parfaitement", a affirmé le 16 octobre dernier aux députés le chef d'Etat-major de l'armée de terre, le général Bertrand Ract-Madoux. Et de rajouter qu'il "existe une vraie volonté des autorités politiques et militaires d'avancer sur ce dossier". Ce qui semble mettre définitivement hors-jeu le système proposé par Safran, le Patroller, qui n'a jamais été mis en compétition face au Watchkeeper.

Le seul drone européen certifié

Début octobre, Thales UK, maître d'œuvre du programme, a en outre annoncé l'obtention d'un certificat STDA (Statement of Type Design Assurance) délivré par l'autorité de l'aviation militaire du Royaume-Uni pour le Watchkeeper en vue d'intégrer ce drone dans le trafic aérien civil. "Cela sous-tend la possibilité de vols militaires dans un espace aérien approprié partout dans le monde", a expliqué Thales dans un communiqué publié le 7 octobre.

Surtout, selon Thales, ce certificat ouvre "la voie pour le MoD britannique vers la délivrance de l'autorisation de mise en service initiale" du Watchkeeper, "le seul drone européen certifié pour l'insertion dans un trafic aérien civil dense", selon des propos tenus par le PDG de Thales, Jean-Bernard Lévy, en septembre à l'Assemblée nationale.

La DGA rassurée ?

Des bonnes nouvelles qui devraient rassurer le délégué général pour l'armement (DGA), Laurent Collet-Billon, qui avait mis au début du mois d'octobre la pression sur Thales, comme il sait bien le faire pour motiver les industriels sur le mauvais chemin. "Nous avons expérimenté le drone Watchkeeper pendant plusieurs mois dans les établissements de la DGA, a-t-il expliqué le 1er octobre aux sénateurs. La maturité du produit pourrait être meilleure. Pour que nous acceptions de le considérer, il faudra nous démontrer que sa maturité est supérieure à celle que nous avons constatée". Un beau "tampon" sur Thales, comme on dit au rugby.

Car la déception a été semble-t-il à la hauteur des espérances. "Pour le Watchkeeper, il y avait quelque chose-là qui était très séduisant qui allait au-delà de la simple acquisition et s'intégrait dans une coopération opérationnelle", a rappelé Laurent Collet-Billon quand un sénateur lui a posé la question sur la nature de la procédure d'acquisition. Il est vrai comme l'avait révélé "La Tribune" que les essais du Watchkeeper l'été dernier à Istres par la direction générale de l'armement (DGA) s'étaient moyennement bien passés. Des essais d'ailleurs coûteux, selon le député Jean-Yves Le Déaut (PS, Meurthe-et-Moselle) : la facture s'élèverait à 8 millions d'euros pour l'armée de terre. Des essais qui ont curieusement portés sur la première génération de drones et pas directement sur la deuxième.

Des problèmes de liaison entre le drone et les équipes au sol

Que s'est-il passé à Istres cet été ? On en sait un peu plus sur ce qui n'allait pas. "Le drone vole et se pose parfaitement. En revanche, les liaisons entre le drone et le sol ont posé problème", a révélé le général Bertrand Ract-Madoux lors de son audition à l'Assemblée nationale. Et de préciser que "les capacités de vol et d'emport (du Watchkeeper, ndlr) ne sont pas en cause : il est prêt de ce point de vue". C'est pour cela que le DGA avait déclaré que le Watchkeeper n'avait pas atteint son point de maturité.

Du coup, Thales a dû se retrousser les manches et accélérer la mise au point du drone pour calmer la DGA. Ce qui a été gagnant visiblement comme l'a assuré le général Ract-Madoux. "Je retiens de mes contacts avec la partie britannique que l'industriel a beaucoup travaillé sur les problèmes de liaisons au cours des deux derniers mois et qu'ils seraient en voie de règlement". Le certificat anglais obtenu par Thales UK semble avoir clos le dossier. "Ce certificat de type du MAA confirme que le Watchkeeper (drone et logiciels systèmes) a atteint un niveau de sécurité et d'intégrité acceptable correspondant à l'état actuel du développement du système", a pour sa part expliqué Thales.

L'armée de terre veut des Watchkeeper en leasing

En dépit de ces problèmes, l'armée de terre n'est pas du tout inquiète sur les performances de ce drone tactique. "La réalisation du programme Watchkeeper est à notre portée", veut croire le général Ract-Madoux. C'est pourquoi il veut disposer de systèmes bien avant les livraisons prévues en 2017 par la loi de programmation militaire (LPM). "Je souhaite obtenir un ou deux drones Watchkeeper en leasing avant leur livraison prévue en 2017, tant nous en avons besoin", a expliqué le général Bertrand Ract-Madoux.

D'autant que Le 61e régiment d'artillerie, qui est actuellement en train de se former avec son équivalent britannique à l'emploi du Watchkeeper, a rapidement pris en main ce matériel. "Les Britanniques ont été impressionnés par l'aisance et la rapidité avec laquelle ils ont pris en main le Watchkeeper", a affirmé le chef d'Etat-major de l'armée de terre.

Des perspectives de mutualisation

Le patron de l'armée de terre ne fait donc pas mystère de son envie du Watchkeeper. "Je considère que cet appareil offre des capacités très intéressantes d'emport combiné de moyens optiques et électromagnétiques, ainsi qu'une bonne autonomie de vol. Enfin, j'observe une forte volonté, de part et d'autre de la Manche, de lever les dernières difficultés pour faire aboutir ce projet. Sa dimension européenne constitue d'ailleurs un atout supplémentaire : elle ouvre des perspectives de mutualisation non seulement en opérations, mais aussi en matière de formation et d'entraînement", a-t-il expliqué. Ce qui rend ce drone incontournable tant la mutualisation est un concept à la mode actuellement en raison des potentielles économies pour les armées. D'où la pression mise à la fin de l'été sur Thales par le DGA pour mettre au point ce système d'armes.

Et le général d'estimer que "l'évaluation du système se poursuit avec des résultats techniques prometteurs mais encore perfectibles, qui permettent d'entrevoir sa maturité prochaine". Pour sa part, le PDG de Thales, Jean-Bernard Levy avait estimé mi-septembre à l'Assemblée nationale que ce drone "paraît parfaitement adapté aux besoins de l'armée de terre pour un coût correspondant aux hypothèses budgétaires de la LPM. Watchkeeper n'a pas la prétention de tout faire en matière de drone mais a le mérite d'être disponible, facteur d'économies, issu d'une chaîne d'approvisionnement européenne, et sous le contrôle exclusif de nos forces, ce qui représente quatre atouts importants".

Le seul drone de ce type sur le marché

Pour le général Bertrand Ract-Madoux, "le Watchkeeper est un programme majeur pour l'armée de terre". Pourquoi ? Parce que "c'est actuellement le seul drone tactique de cette catégorie disponible sur le marché européen et le seul à avoir reçu une certification lui permettant de voler", a-t-il souligné. Selon lui, il représentera "un atout indispensable pour nos forces en opérations". Car s'agissant des drones tactiques, les engagements récents ont confirmé "l'apport essentiel qu'ils représentent en opérations". "En offrant au chef tactique et aux forces terrestres un appui renseignement immédiat, adapté au rythme des opérations menées au sol, ils contribuent à l'efficacité et à la protection des unités engagées", a expliqué le général Ract-Madoux.

Le chef d'Etat-major de l'armée de terre a estimé que l'on ne devait « pas perdre trop de temps. Il ne faut pas reporter la livraison du Watchkeeper à 2018 ou 2019 alors que le SDTI (l'actuel drone tactique en service dans l'armée française, ndlr) sera très difficile à maintenir à niveau au-delà de 2017 ». Il compte d'ailleurs, probablement à l'été, envoyer « des officiers et des sous-officiers de ce régiment en Afghanistan, aux côtés des équipes britanniques, pour tester le comportement de l'appareil sur un théâtre d'opérations ».

Selon Jean-Bernard Lévy, "Français et Britanniques pourraient bénéficier de la mise en commun de la doctrine, de la formation et du soutien, partager les coûts d'évolution, tout en conservant la possibilité d'un emploi opérationnel autonome. Ce serait un vrai coup d'accélérateur à la force expéditionnaire franco-britannique conjointe prévue par les accords de Lancaster House".

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20131112trib845c107fb/defense-l-armee-de-terre-veut-s-offrir-le-drone-watchkeeper.html  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   

Revenir en haut Aller en bas
 
Armée Française / French Armed Forces
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 38 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les képis de l'armée française
» Création de l'armée française
» présentation des nouveaux véhicules de combat de l'armée française au portes ouvertes du 21e RIMA
» Le prochain fusil de l'armée française sera bien étranger : HK 416.
» L'armée française pour les nuls:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armées du monde :: Europe-
Sauter vers: