Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Économie marocaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 22 ... 40  Suivant
AuteurMessage
Samyadams
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Lun 11 Mar 2013 - 18:06

Comme le dit le proverbe marocain, les Emiratis ne peuvent dire que c'est gagné qu'une fois qu'ils auront reçu leurs actions dans IAM. Tout peut encore arriver... Twisted Evil
Mais je préfère de très loin les Emiratis aux Qataris, les premiers sont de vrais amis sur lesquels on peut compter et ils l'ont prové à maintes reprises, les derniers nous ont plus d'une fois joués de sales tours

_________________
Revenir en haut Aller en bas
yassine1985
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2948
Inscrit le : 11/11/2010
Localisation : Marrakech
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 12 Mar 2013 - 16:30

400M de plus


_________________
."قال الرسول صلى الله عليه وسلم : "أيما امرأة استعطرت فمرّت بقوم ليجدوا ريحها فهي زانية
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 12 Mar 2013 - 18:59

Citation :
Déficit budgétaire à 4.8% du PIB en 2013, mission impossible ?

La prévision est fondée sur un dénominateur (PIB) qui s'est avéré inférieur à celui escompté au moment de l'élaboration du budget. L'inflation, sauf à augmenter les prix, ne devrait pas dépasser 2% au lieu de 2.2% prévus par le gouvernement.


Le premier trimestre de l’année ne s’est pas encore écoulé que des interrogations fusent ici et là sur le niveau du déficit budgétaire prévu pour cet exercice. 4,8% du PIB, comme cela est prévu par le ministère des finances, est-ce réalisable ?

La Loi de finances de 2012 avait été votée sur la base d’une prévision de déficit de 5% du PIB. Résultat des courses : 7,4% de déficit ! Qu’est-ce qui ferait qu’en 2013, ce ratio retomberait à 4,8% ? Des charges de compensations moindres et une croissance économique un peu plus vigoureuse qu’en 2012 ? C’est à voir !

D’abord, les charges de compensation. Leur montant prévu au titre de 2013 est de 40 milliards de DH. En y ajoutant les arriérés, ces charges montent à 51 milliards. C’est d’ailleurs ce chiffre qui apparaît dans le bulletin statistique des finances publiques, publié par la Trésorerie générale du Royaume (TGR). Les charges de compensation pour 2013 sont établies sur la base d’un prix moyen du pétrole de 105 dollars le baril et d’une parité de 8,50 dirhams pour un dollar. On peut penser également (simple hypothèse) que dans la détermination du niveau des charges de compensation, on a dû tenir compte des retombées partielles de la réforme du système de compensation.

On le sait maintenant, cette réforme a peu de chance d’aboutir cette année, même si techniquement elle est finalisée ; le gouvernement devant se concerter avec les partis politiques, les syndicats et la société civile pour opérer les réglages ultimes. Cela veut dire que sauf révision à la hausse des prix de certains produits subventionnés, ou chute significative des prix internationaux des matières premières importées et objet de compensation, la charge pour 2013 risque d’atteindre le même niveau qu’en 2012, soit plus de 55,95 milliards de DH.

Certes, les prévisions du début de l’année concernant le prix du Brent -référence pour les acheteurs marocains- indiquaient un léger recul du cours du pétrole, en liaison avec le tassement de la demande mondiale que générerait une croissance économique atone.

51 milliards de charges de compensation

Pour le moment, cependant, rien de tel ne se manifeste vraiment. Mardi 5 mars, le Brent cotait à un peu plus de 110 dollars le baril, mais en ce domaine, il faut se dépêcher de préciser que tout peut arriver, une hausse fulgurante comme une chute brutale ; la sensibilité des cours du pétrole aux évènements qui peuvent se dérouler ici et là étant très forte.

S’agissant de la croissance, les prévisionnistes sont en effet optimistes, la situant à 4,8% (HCP) au lieu des 4,5% prévus par le gouvernement. Le Haut commissariat au plan avance même le scénario d’une progression de l’activité de 5,4% sous l’hypothèse que les conditions climatiques qui ont prévalu à la fin de l’année 2012 et au début de 2013 se poursuivent jusqu’au printemps. Pour l’instant, les pluies sont au rendez-vous, pourvu que cela continue.
Le hic, cependant, est que la prévision de déficit du gouvernement a été faite sur une base qui n’est plus tout à fait la même que celle qu’il prévoyait au moment de l’élaboration de la Loi de finances. Il tablait sur un taux de croissance réel du PIB de 3,2%, et finalement celui-ci n’a été que de 2,7%. D’autre part, l’inflation prévue à 2% et qui devait ainsi apporter un surcroît d’augmentation du PIB nominal ne s’est pas réalisée ; elle a été de 1,3% selon le HCP. Du coup, le PIB en terme courant, qui devait se situer à 849,5 milliards à fin 2012 2012, s’est finalement établi à 834,9 milliards de DH. C’est 15 milliards de moins, et cela compte pour le calcul du déficit budgétaire. En 2013, le niveau d’augmentation du PIB nominal aura comme base 834,9 milliards et non 849,6 milliards. Par ailleurs, le supplément de hausse de ce PIB qu’apportera l’inflation devrait être légèrement inférieur : 2% selon le HCP au lieu de 2,2% selon les Finances. Moyennant cela, le dénominateur auquel on rapportera le montant du déficit ne sera pas celui escompté.

Supposons maintenant que le taux de croissance en 2013 atteigne non pas 4,5% mais 4,8%, que l’inflation s’établisse à 2% et que le déficit budgétaire, en valeur, ne dépasse pas le montant des charges de compensation, soit 51 milliards de DH, contre 62,13 milliards en 2012. Sous cette hypothèse, pourtant relativement favorable, le déficit budgétaire ressortirait à 5,7% du PIB. Le solde négatif pourrait être un peu ou beaucoup plus élevé que ces 5,7%, mais il est difficile d’imaginer moins...

http://www.lavieeco.com/news/economie/deficit-budgetaire-a-4.8-du-pib-en-2013-mission-impossible--24859.html

_________________
Revenir en haut Aller en bas
yassine1985
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2948
Inscrit le : 11/11/2010
Localisation : Marrakech
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mer 13 Mar 2013 - 11:02

Citation :


Créer son entreprise au Maroc : l’échec n’est pas une fatalité

Les promoteurs se heurtent encore aux problèmes d’accès au financement, aux lenteurs administratives, aux charges sociales et fiscales pesantes. Se faire bien entourer et ne jamais baisser les bras, deux facteurs essentiels pour réussir.

Qui n’a pas pensé créer un jour son entreprise ? Dans la réalité, une infinité ose encore passer à l’acte. Au Maroc, la prise de conscience a été tardive. Du projet de création de 30 000 TPE au programme Moukawalati en passant par les fonds d’amorçage et même aux programmes télévisés (Challengers), les initiatives se sont plus ou moins multipliées avec les résultats médiocres que l’on sait. Néanmoins, en ces temps de crise où les entreprises sont très frileuses en matière de recrutement, se mettre à son compte en créant une entreprise peut être salutaire.

Zakaria Fahim, DG du cabinet BDO, considère que «la crise est libératrice. Elle permet la remise en cause, oblige à regarder autrement, à aller chercher d’autres ressources, de nouvelles idées». Le problème, qui est d’ailleurs à l’origine des résultats peu satisfaisants du dispositif d’aide, est que le système éducatif tue malheureusement la créativité. On apprend aux élèves et aux étudiants à mémoriser, non pas à réfléchir, à prendre des initiatives.

L’environnement culturel constitue un autre frein, peut-être plus insoluble que l’éducation. En effet, l’échec n’est pas toléré, d’où la peur de s’engager même si l’on porte un projet prometteur. Et quand on réussit à vaincre la peur, l’enthousiasme peut rapidement céder le pas au découragement parce que les promoteurs se heurtent encore aux problèmes d’accès au financement, aux lenteurs administratives, aux charges sociales et fiscales pesantes, à l’image insuffisamment valorisée de l’entrepreneur qui réussit... En quelque sorte, les temps changent, mais les problèmes restent toujours les mêmes. Faut-il pour autant baisser les bras ? Non, disent ceux qui ont réussi à se mettre sur orbite.

Après les difficultés, «tout n’est que plaisir», assure Amine Lahlou, DG du portail Dealdeluxe.ma qui, par cette formule, met en exergue le bonheur d’être son propre patron. Il faut savoir qu’on ne réussit pas seul. Pour que la création ne soit pas une aventure sans lendemain, il est nécessaire de rompre son isolement en partageant avec d’autres personnes qui ont les mêmes préoccupations. Il est également fondamental que le porteur de projet soit accompagné durant les différentes étapes de son projet par un professionnel, expert-comptable ou autre spécialiste en matière de création d’entreprises. Sa présence rassure et son coaching est précieux pour le montage financier et les aspects juridiques et fiscaux.

Brahim Habriche. La Vie éco


Je voulais posté sur Investir au Maroc mais vérouillé Sad

_________________
."قال الرسول صلى الله عليه وسلم : "أيما امرأة استعطرت فمرّت بقوم ليجدوا ريحها فهي زانية
Revenir en haut Aller en bas
annabi
Général de coprs d'armée فريق (ANP)
Général de coprs d'armée فريق  (ANP)
avatar

messages : 6943
Inscrit le : 18/07/2012
Localisation : paris
Nationalité : Algerie-Francais
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Sam 16 Mar 2013 - 15:43

Citation :

Lancement d'une deuxième édition du Fonds d'investissement "Mediterrania Capital"
French.news.cn 2013-03-15 11:09:28
RABAT, 14 mars (Xinhua) -- Une deuxième édition de "Mediterrania Capital", un Fonds destiné à la promotion des investissements dans le Maghreb, a été lancée récemment à Rabat, a indiqué jeudi un communiqué du ministère marocain de l'Industrie, du commerce et des nouvelles technologies.

Dotée d'environ 180 millions d'euros, cette édition permettra d'élargir le fonds à plus d'entreprises, a précisé le communiqué, notant que la levée des fonds a aidé à garantir 80 % du financement qui profitera à des entreprises dans toute la région maghrébine.

L'élargissement de ce fonds et le soutien des PME et TPE marocaines ont été au centre de discussions entre le ministre marocain de l'Industrie, du commerce et des nouvelles technologies, Abdelkader Amara, le co-président du comité mixte CGEM-CEOE (patronat espagnol), José Miguel Zaldo, et le président de "Mediterrania Capital", Albert Alsina.

L'élargissement du Fonds ouvre la voie à de nouvelles perspectives dont l'ambition, à l'horizon des cinq prochaines années, est de servir de catalyseur de croissance à "des sociétés leaders régionales" dans les trois pays (Algérie, Tunisie et Maroc) .

Créé en 2008, "Mediterrania Capital" a été doté, à son lancement, d'un montant de 62,5 millions d'euros et a surtout ciblé le Maroc, l'Algérie et la Tunisie, permettant ainsi la création de 9 investissements au cours des trois premières années. Sur la totalité des bénéficiaires, quatre sont implantés au Maroc : Soroa Pépinières (en janvier 2010), JP Industrie (en juin 2010), Diffazur (en décembre 2011) et First Telecom (en août 2011).

http://french.news.cn/2013-03/15/c_132234865.htm
Revenir en haut Aller en bas
prince09
sergent
sergent
avatar

messages : 204
Inscrit le : 20/07/2010
Localisation : Germany
Nationalité : Maroco-Allemand

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 19 Mar 2013 - 17:57

Citation :
CDG : La rumeur Ahmed Chami

(www.infomediaire.ma ) - Ahmed Réda Chami est pressenti pour occuper la tête de la CDG, le bras financier de l’Etat. Certaines sources (citées par Yabiladi) avancent que la nomination de l’ancien ministre du Commerce et de l’Industrie, sous le gouvernement Abbas El Fassi (octobre 2007-janvier 2012), pourrait être officialisée dans les prochains jours, probablement après la fin de la tournée du roi Mohammed VI en Afrique de l’Ouest. A suivre !
Revenir en haut Aller en bas
RED BISHOP
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6100
Inscrit le : 05/04/2008
Localisation : france
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Jeu 21 Mar 2013 - 18:48

Bonne année pour l'Agriculture au Maroc.

Citation :
Campagne agricole: L’année est bonne

Le record de 103 millions de quintaux sera réédité
Une pluviométrie abondante et bien répartie
Subvention de 1,5 million de quintaux de semences


- A fin janvier 2013, les importations des céréales ont porté sur 34,3 millions de quintaux en hausse de 24 % par rapport à la campagne précédente. Elles sont dominées par le blé tendre (13,7 millions de quintaux) et le maïs (15,3 millions)

- Excepté la première année du lancement de la stratégie agricole qui a enregistré une production record (103 millions de quintaux), la récolte des trois dernières années a connu des hauts et des bas. Mais quel que soit le niveau de production, le recours à l’importation s’avère incontournable. Et pour cause, la qualité du blé tendre marocain est peu panifiable


Le baume est à son paroxysme dans toutes régions de production céréalières. Doukkala, Chaouia, Saïss, le Gharb et le Tadla affichent un optimisme à toutes épreuves. Même les craintes attisées par la dernière vague de froid se sont dissipées et nombreux, les agriculteurs qui tablent sur une bonne moisson. «Si, les pluies sont au rendez-vous en avril prochain, le record de 103 millions de quintaux réalisés en 2008-2009 sera probablement atteint cette année», pronostique une source du ministère de l’Agriculture.
Certes, il est encore prématuré pour avancer un chiffre mais tous les indicateurs sont au vert. La saison a en effet enregistré des pluies à la fois précoces, abondantes et bien réparties dans le temps et dans l’espace. Précipitations, qui se sont poursuivies durant les mois de février et mars, période de formation et de développement des épis. S’ajoute une bonne couverture des besoins en semences sélectionnées et en engrais. Pas moins de 1,5 million de quintaux de graines à hauts rendements ont été mis sur le marché. Volume en hausse de 18% en comparaison avec les 3 dernières saisons. Niveau qui a été stimulé par la subvention à hauteur de 50% des semences de blé tendre qui constitue la principale céréale pratiquée par les agriculteurs alors que les prix des semences de blé dur et de l’orge ont été limités respectivement à 180 et 160 DH/le quintal. A ce titre, l’aide totale de l’Etat culmine à 250 millions de DH.
Pour ce qui est des engrais, le groupe OCP, a assuré l’approvisionnement du marché de manière précoce. Avec à la clé la mise en vente de 1 million de tonnes dont 480.000 en engrais de fond. Mais les besoins se sont avérés plus importants. Du coup, une rupture des stocks s’est révélée au niveau de la Sonacos ce qui a renchéri les prix des engrais de fond (DAP) de 23%. Surtout, qu’une caravane de sensibilisation et du conseil sur l’utilisation des fertilisants a été lancée pour la première fois dans une douzaine de régions. Du coup, les labours et les semis mécanisés ont gagné l’essentiel des exploitations de taille moyenne. Au total, les emblavements ont concerné plus de 5 millions d’hectares.
De son côté le Crédit Agricole du Maroc a mis au point plusieurs produits, à des taux jugés très compétitifs et ciblant toutes les activités : semences, élevage et arboriculture fruitière.
L’assurance agricole multirisque des céréales et légumineuses a été également étendue à 500.000 ha contre 330.000 la saison passée avec une amélioration des indemnités. Pour le bour défavorable et intermédiaire, le capital garanti varie entre 600 et 900 DH/ha alors que la contribution des agriculteurs se situe entre 16 et 22 DH pour la même superficie. Quant au bour favorable, la garantie passe à 1.450, 2.900 et 4.350DH/ha selon les régions. Moyennant des contributions respectives de 26, 199 et 398DH/ha. La procédure d’indemnisation sera aussi accélérée.
La seule inconnue qui taraude plus d’un agriculteur tient à la commercialisation. Souvent, le niveau du prix garanti par l’Etat n’est pas respecté par les collecteurs céréaliers. Et les abus surviennent surtout en cas de grosse production.

Citation :
L’arboriculture sécurisée

A fin février, les réserves des barrages agricoles ont atteint leur niveau le plus haut. Certains affichent un taux de remplissage voisin de 100%. C’est le cas de l’Oriental, du Tadla-Azilal et du Gharb. Situation, promise à l’amélioration compte tenu des précipitations enregistrées durant ce mois de mars et de la fonte des neiges dans certaines zones.
De fait, les cultures irriguées sont sécurisées pour les trois prochaines campagnes des prévisions de la météo nationale. Pour le moment, le ministère de l’Agriculture prévoit de réserver les trois quarts de la retenue actuelle à l’irrigation de l’arboriculture fruitière, aux primeurs et aux cultures sucrières.

A.G.

Economiste

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Arbalo
Aspirant
Aspirant
avatar

messages : 512
Inscrit le : 05/08/2012
Localisation : Canada
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Jeu 21 Mar 2013 - 19:16

Inchaallah, s'il pleut la derniere semaine du mois d'avril ca sera une trés bonne année agricole..
Revenir en haut Aller en bas
atlas
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3676
Inscrit le : 15/06/2008
Localisation : vitrolles
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Jeu 21 Mar 2013 - 20:27

c'est historique

+ de 14 MILLIARDS de m3 de reserves D'eau

BARRAGES REMPLIS à +90 %.................... du jamais vu+++

LE GRAND BARRAGE AL MASSIRA à 97 % !!!!!!!!!!!!!!!!!!

AL WAHDA PRESQUE PLEIN AUSSI
Revenir en haut Aller en bas
http://hdefali@aol.fr
Arbalo
Aspirant
Aspirant
avatar

messages : 512
Inscrit le : 05/08/2012
Localisation : Canada
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Jeu 21 Mar 2013 - 21:37

atlas a écrit:
c'est historique

+ de 14 MILLIARDS de m3 de reserves D'eau
BARRAGES REMPLIS à +90 %.................... du jamais vu+++

LE GRAND BARRAGE AL MASSIRA à 97 % !!!!!!!!!!!!!!!!!!

AL WAHDA PRESQUE PLEIN AUSSI

sans compter les quantités stockées directement dans les nappes phréatiques, sinon il nous faut encore plus de barrages pour augmenter la capacité de stockage, on peut mieux faire..
Revenir en haut Aller en bas
leadlord
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2763
Inscrit le : 11/07/2010
Localisation : montreal
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 22 Mar 2013 - 2:00

le maroc a eu un contrat de 6 milliard d euro en cote ivoir franchement on se fait plein d'argent avec les pays subsaharien ,

_________________

Pro rege, saepe, pro patria semper

اقسم بالله العظيم ان اكون مخلصا لله و لملكي و ان اتفانى في خدمة وطني و دفع كل خطر يهدده و ان انفد اوامرقائدي الاعلى صاحب الجلالة
Revenir en haut Aller en bas
RadOne
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 811
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 22 Mar 2013 - 2:16

Merci leadlord pour l'info.
Malheureusement je ne comprends pas l'arabe littéraire Mad

Le contrat est a quel sujet et concerne quelle société ?
Revenir en haut Aller en bas
leadlord
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2763
Inscrit le : 11/07/2010
Localisation : montreal
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 22 Mar 2013 - 2:24

RadOne a écrit:
Merci leadlord pour l'info.
Malheureusement je ne comprends pas l'arabe littéraire Mad

Le contrat est a quel sujet et concerne quelle société ?

inpolice gestion du patrimoine immobilier, si non on a acheté toute leurs banque compagnie aerienne , et on va investir massivement laba beaucoup d'entreprise et banque marocaine doha attijariwafa banque banque populaire ect

_________________

Pro rege, saepe, pro patria semper

اقسم بالله العظيم ان اكون مخلصا لله و لملكي و ان اتفانى في خدمة وطني و دفع كل خطر يهدده و ان انفد اوامرقائدي الاعلى صاحب الجلالة
Revenir en haut Aller en bas
RadOne
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 811
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 22 Mar 2013 - 2:32

Arbalo a écrit:
atlas a écrit:
c'est historique

+ de 14 MILLIARDS de m3 de reserves D'eau
BARRAGES REMPLIS à +90 %.................... du jamais vu+++

LE GRAND BARRAGE AL MASSIRA à 97 % !!!!!!!!!!!!!!!!!!

AL WAHDA PRESQUE PLEIN AUSSI

sans compter les quantités stockées directement dans les nappes phréatiques, sinon il nous faut encore plus de barrages pour augmenter la capacité de stockage, on peut mieux faire..

Il y a 17 barrages en construction actuellement selon le ministère :
http://www.water.gov.ma/index.cfm?gen=true&ID=80&ID_PAGE=333 (3 dans cette page et faire suivant pour voir les autres).

Revenir en haut Aller en bas
RadOne
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 811
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 22 Mar 2013 - 2:33

leadlord a écrit:
RadOne a écrit:
Merci leadlord pour l'info.
Malheureusement je ne comprends pas l'arabe littéraire Mad

Le contrat est a quel sujet et concerne quelle société ?

inpolice gestion du patrimoine immobilier, si non on a acheté toute leurs banque compagnie aerienne , et on va investir massivement laba beaucoup d'entreprise et banque marocaine doha attijariwafa banque banque populaire ect

Merci et bon retour Wink
Revenir en haut Aller en bas
RadOne
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 811
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 22 Mar 2013 - 16:23

Le Maroc bientôt au capital de la BOAD

Citation :


Alors que le roi du Maroc achève sa tournée africaine (Sénégal, Côte d’Ivoire et Gabon), le royaume chérifien devrait bientôt obtenir son adhésion au capital de la Banque ouest-africaine de développement.

Le royaume du Maroc est passé à l'offensive dans ses intentions de participer au capital de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD). Rabat maintient une pression amicale sur les pays de l'Union économique et monétaire de l'Afrique de l'Ouest (UEMOA). Le 21 mars à Abidjan, des émissaires du royaume chérifien étaient présents lors la 88e session de l'assemblée générale de la BOAD, rencontre au cours de laquelle les administrateurs ont approuvé l'adhésion du Maroc au capital de la banque d'investissement de l'UEMOA. Les ministres de l'Économie et des Finances, en réunion aujourd'hui vendredi à Abidjan, devraient entériner.

Efficacité

« L'entrée du royaume du Maroc dans le capital de la BOAD nous est soumis pour approbation dans un esprit d'ouverture et d'efficacité de nos actions », a déclaré Tiéna Coulibaly, le ministre malien de l'Économie, des Finances et du Budget, qui assure la présidence du conseil des ministres de l'UEMOA. Cependant, aucun détail n'a été donné sur les parts probables qui pourraient être cédées au royaume chérifien.

La BOAD a un portefeuille de 135,34 milliards de F CFA en 2013 pour le financement de 12 projets d'infrastructures dans la zone UEMOA.


http://economie.jeuneafrique.com/regions/afrique-subsaharienne/16142-le-maroc-bientot-au-capital-de-la-boad.html
Revenir en haut Aller en bas
FAR SOLDIER
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4750
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Les Mureaux / Kenitra
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 22 Mar 2013 - 20:51

Moi je trouve ce chiffre de 6 milliards d'euros trop gros , pour une seule entreprise ! D'autant plus que cette entreprise "inpolice" , de une j'en ai jamais entendu parler , et de deux elle n'est meme pas référencée sur Google . Je trouve sa bizzare wa allah ou 3lem . Si quelqun peut nous donner des précisions ce serait gentil , juste leur site au moins . Merci d'avance .

_________________


Administrateur - Page Officielle Facebook "FAR-MAROC" 
Suivez ce lien  Arrow  https://www.facebook.com/farmarocofficielle
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21551
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 22 Mar 2013 - 20:58

6M€ et pas 6MM, pour l'entreprise "Involys" et en plus c'est un contrat qui date de 6 ans maintenant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
FAR SOLDIER
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4750
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Les Mureaux / Kenitra
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 22 Mar 2013 - 21:54

Ah daccord , je comprend mieux maintenant . Merci Fremo bravo comme ca

_________________


Administrateur - Page Officielle Facebook "FAR-MAROC" 
Suivez ce lien  Arrow  https://www.facebook.com/farmarocofficielle
Revenir en haut Aller en bas
Leo Africanus
General de división (FFAA)
General de división (FFAA)


messages : 1891
Inscrit le : 24/02/2008
Localisation : Haiti
Nationalité : Guinea
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 22 Mar 2013 - 22:55

Citation :
L’Express : ‘Le bilan économique africain de Mohammed VI est impressionnant’

Paris : l’hebdomadaire français L’Express est revenu par une analyse signée Géraldine Boechat, sur la tournée africaine qu’effectue le Roi Mohammed VI depuis vendredi dernier, au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Gabon.

«La récente tournée entamée par le Roi Mohammed VI - alors même que le roi se déplace rarement - au Sénégal, en Côte d'Ivoire, et au Gabon démontre un peu plus ce positionnement stratégique du Maroc dans un continent que le Royaume chérifien a investi de manière agressive ces dernières années».

Est ainsi la remarque qu’a choisi de relever en premier l’hebdomadaire français L’express, introduisant avec, son analyse sur la tournée africaine en cour du Roi Mohammed VI.

Signée Géraldine Boechat, cet à travers le prisme éco-stratégique, que ce papier français, a considéré le périple royale africain.

En effet, relève l’hebdomadaire français, le monarque joint le geste à la parole, ayant été chantre depuis son intronisation il y a 14 ans, de la coopération Sud Sud, le Roi s’est encore attelé à la tache en se faisant V RP en Afrique, de l’économie de son pays.

Au dela des questions du moment, politiques et sécuritaires, qu’impose la crise sahélo-saharienne, le Roi, dit le média français, met l’accent au partenariat économique avec l’Afrique subsaharienne.

L'EMBARGO ALGÉRIEN
«La configuration géoéconomique du pays se prêtait à un tel dispositif. Avec une croissance interdite à l'est de part la fermeture des frontières de manière permanente avec l'Algérie, le pays ne pouvait imaginer sa projection économique sur son flanc oriental. Contraint de batailler diplomatiquement sur le dossier du Sahara avec cette même Algérie, le Maroc n'avait d'autre choix que de se lancer à l'assaut de l'Afrique, d'autant plus que l'Europe, son partenaire traditionnel, voyait sa croissance décliner de manière substantielle» souligne le journal.

L’analyste française ajoute : «L'avènement en 1999 du règne du Roi Mohammed VI ouvre la voie aux nouvelles ambitions du Maroc dans l'Afrique lorsque ce dernier décide nom de la "coopération Sud-Sud" d'annuler la dette des pays les moins avancés (PMA) d'Afrique subsaharienne et d'exonérer leurs produits de droits de douane à l'entrée du marché marocain. L'aide fournie par le Maroc au sud du Sahara se chiffre ainsi entre 180 et 268 millions d'euros par an, principalement au bénéfice des pays d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale. A ce titre, le Maroc se positionne parmi les premiers investisseurs en Afrique selon le classement de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED )».

MAROC : HUB AFRICAIN DES INVESTISSEMENTS

Elle attire l’attention que le Maroc ambitionne de se positionner comme hub africain des investissements et voie de communication entre le continent et le monde via ses différents ALE et grâce à sa place financière promise à toute les brillances, ainsi les services financiers de toute l'Afrique de l'Ouest, seront assuré via Casablanca Finance City.

«Cette dernière devrait permettre de porter au niveau supérieur la stratégie marocaine sur le contient africain, qui vise à faire du pays une superpuissance économique continentale, à même de croiser le fer avec un autre adversaire : l'Afrique du Sud. En proie à ses propres démons, cette dernière est en effet en train de connaître un période de repli que les marocains veulent exploiter à leur avantage en consolidant leurs positions sur le continent. C'est là tout l'objectif de cette tournée de Mohammed VI qui devrait, au delà de inaugurations officielles et autres signatures d'accords bilatéraux, permettre de faire avancer le 'business chérifien' en Afrique» explique Boechat.

Elle conclut que «Pour un pays ne disposant pas de ressources naturelles et d'hydrocarbures - à la différence du rival de toujours, l'Algérie - le bilan économique de "Mohammed VI l'africain" est impressionnant. 3 banques marocaines : Attijariwafa bank, BMCE et Banque Centrale Populaire ont ainsi rachetés des établissements bancaires du sud qui leur assurent une présence dans près de 30 pays. Maroc Telecom, quant à elle, affiche 5 licences de GSM au compteur sur le continent. Les groupes Managem, Ynna Holding, CCGT interviennent quant à eux dans divers secteurs : minier, touristiques, et habitat. L'Office National de l'Eau et de l'Electricité du Maroc (ONEE) et la compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) sont également présents en force sur le continent africain. La RAM dispose ainsi de plus de 30 lignes aériennes ouvertes et de bureaux de représentations dans 11 pays du continent».
Le mag/Adam Sfali
Revenir en haut Aller en bas
leadlord
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2763
Inscrit le : 11/07/2010
Localisation : montreal
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Économie marocaine   Sam 23 Mar 2013 - 2:35

marokino78000 a écrit:
Moi je trouve ce chiffre de 6 milliards d'euros trop gros , pour une seule entreprise ! D'autant plus que cette entreprise "inpolice" , de une j'en ai jamais entendu parler , et de deux elle n'est meme pas référencée sur Google . Je trouve sa bizzare wa allah ou 3lem . Si quelqun peut nous donner des précisions ce serait gentil , juste leur site au moins . Merci d'avance .

la video plus haut dit 6 milliard euro je pense que c'est une erreur

_________________

Pro rege, saepe, pro patria semper

اقسم بالله العظيم ان اكون مخلصا لله و لملكي و ان اتفانى في خدمة وطني و دفع كل خطر يهدده و ان انفد اوامرقائدي الاعلى صاحب الجلالة
Revenir en haut Aller en bas
RadOne
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 811
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Sam 23 Mar 2013 - 12:17

Après l'article publié de notre ami Léo, j'ai trouver un autre article parlant aussi de l'analyse faite dans l'express avec plus de détails :

Citation :


Alerte : L'express publie une analyse très intéressante de la tournée royale en Afrique

- L'hebdomadaire français l'Express a publié aujourd'hui sur son site une analyse très intéressante, signée Géraldine Boechat, sur la tournée africaine qu'effectue actuellement le Roi Mohammed VI. Infomédiaire Maroc vous propose de revenir sur les principaux points de cette analyse :


- "La récente tournée entamée par le Roi Mohammed VI - alors même que le roi se déplace rarement - au Sénégal, en Côte d'Ivoire, et au Gabon démontre un peu plus ce positionnement stratégique du Maroc dans un continent que le Royaume chérifien a investi de manière agressive ces dernières années".

- "En effet, outre les volets politiques, sociaux, religieux, et sécuritaires avec la crise Sahélo- Saharienne, Mohammed VI devrait surtout beaucoup promouvoir lors de ce déplacement très médiatisé le crédo qu'il martèle à l'envie depuis 10 ans : celui de la coopération sud-sud. Derrière cette appellation très diplomatique se cache en réalité l'essence de la doctrine de politique étrangère du Royaume Chérifien en direction de l'Afrique : une démarche mixte faite d'aides au développement et d'implantation systématiques de ses entreprises dans des secteurs stratégiques : banques, assurances, finances, bâtiment, télécoms, biens et services".

- "Il faut dire que la configuration géoéconomique du pays se prêtait à un tel dispositif. Avec une croissance interdite à l'est de part la fermeture des frontières de manière permanente avec l'Algérie, le pays ne pouvait imaginer sa projection économique sur son flanc oriental. Contraint de batailler diplomatiquement sur le dossier du Sahara Occidental avec cette même Algérie, le Maroc n'avait d'autre choix que de se lancer à l'assaut de l'Afrique, d'autant plus que l'Europe, son partenaire traditionnel, voyait sa croissance décliner de manière substantielle".

- "Pour un pays ne disposant pas de ressources naturelles et d'hydrocarbures - à la différence du rival de toujours, l'Algérie - le bilan économique de "Mohammed VI l'africain" est impressionnant. 3 banques marocaines : Attijariwafa bank, BMCE et Banque Centrale Populaire ont ainsi rachetés des établissements bancaires du sud qui leur assurent une présence dans près de 30 pays. Maroc Telecom, quant à elle, affiche 5 licences de GSM au compteur sur le continent. Les groupes Managem, Ynna Holding, CCGT interviennent quant à eux dans divers secteurs : minier, touristiques, et habitat. L'Office National de l'Eau et de l'Electricité du Maroc (ONEE) et la compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) sont également présents en force sur le continent africain. La RAM dispose ainsi de plus de 30 lignes aériennes ouvertes et de bureaux de représentations dans 11 pays du continent".

- "L'avènement en 1999 du règne du Roi Mohammed VI ouvre la voie aux nouvelles ambitions du Maroc dans l'Afrique lorsque ce dernier décide nom de la "coopération Sud-Sud" d'annuler la dette des pays les moins avancés (PMA) d'Afrique subsaharienne et d'exonérer leurs produits de droits de douane à l'entrée du marché marocain. L'aide fournie par le Maroc au sud du Sahara se chiffre ainsi entre 180 et 268 millions d'euros par an, principalement au bénéfice des pays d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale. A ce titre, le Maroc se positionne parmi les premiers investisseurs en Afrique selon le classement de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED)".

- "Au delà de cette solidarité affichée et de cette 'diplomatie du portefeuille', où le Maroc ne saurait rivaliser avec le Qatar par exemple; Mohammed VI veut surtout positionner son pays comme un "hub" régional où se concentrerait à la fois les transports aériens - via Casablanca - ainsi que les services financiers de toute l'Afrique de l'Ouest, à travers la grande place financière de Casablanca Finance City".

- "Cette dernière devrait permettre de porter au niveau supérieur la stratégie marocaine sur le contient africain, qui vise à faire du pays une superpuissance économique continentale, à même de croiser le fer avec un autre adversaire : l'Afrique du Sud. En proie à ses propres démons, cette dernière est en effet en train de connaître un période de repli que les marocains veulent exploiter à leur avantage en consolidant leurs positions sur le continent. C'est là tout l'objectif de cette tournée de Mohammed VI qui devrait, au delà de inaugurations officielles et autres signatures d'accords bilatéraux, permettre de faire avancer le 'business chérifien' en Afrique".

http://www.infomediaire.ma/news/maroc/alerte-lexpress-publie-une-analyse-très-intéressante-de-la-tournée-royale-en-afrique
Revenir en haut Aller en bas
RadOne
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 811
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 26 Mar 2013 - 19:34

Attijariwafa Bank vise une présence dans chaque pays de la zone franc


Citation :

Attijariwafa Bank vise une présence dans chaque pays de la zone franc

Alors qu'Attijariwafa Bank organisait en fin de semaine dernière une conférence sur le thème Maroc-France : les nouvelles autoroutes de croissance, son dirigeant Mohamed El Kettani a répondu aux questions de Jeune Afrique. Expansion en Algérie, au sud du Sahara ainsi qu'en Europe étaient au menu des discussions.

Premier groupe bancaire au Maghreb et dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), également implantée dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) et en Europe, Attijariwafa Bank souhaite compléter sa présence d’ici à 2015 avec une feuille de route ambitieuse annoncée avec les résultats financiers le mois dernier. Mohamed El Kettani, PDG du groupe, a répondu aux questions de "Jeune Afrique" en marge de la troisième édition de la conférence économique organisée le 21 mars par Attijariwafa Bank sur le thème Maroc-France : les nouvelles autoroutes de croissance.


Jeune Afrique : Quelles sont les prochaines étapes dans votre expansion en Afrique subsaharienne ?

Mohamed El Kettani : Nous envisageons d'être présents dans tous les pays de l’UEMOA et de la Cemac à l’horizon 2015. Au Togo, le comité de privatisation présidé par Okoulou Kantchati nous a officiellement notifié le 15 mars dernier que nous étions adjudicataires pour démarrer les négociations en vue de racheter 55% du capital en vente de BIA Togo. Nous espérons y parvenir dans les prochains jours. Ensuite, pour compléter notre présence dans l’UEMOA, nous comptons ouvrir des succursales au Bénin et au Niger, à travers notre filiale sénégalaise (CBAO Groupe Attijariwafa Bank au Sénégal), qui dispose déjà d’un agrément bancaire dans la zone UEMOA. Cela nous permettra d’aller plus vite dans notre stratégie de croissance. En Afrique centrale, il nous restera la Centrafrique, la Guinée équatoriale et le Tchad. Nous étudions sans cesse les options possibles pour respecter notre feuille de route 2012/2015.

Jeune Afrique : L’Algérie ne fait toujours pas partie de vos marchés, où en êtes-vous dans ce dossier ?

Au point mort malheureusement. Cela fait six ans que nous renouvelons périodiquement notre demande d’agrément auprès de la Banque centrale d’Algérie, sans aucune réponse de sa part. C'est dommage que les problèmes politiques prennent le dessus sur les enjeux économiques. Nous souhaitons seulement créer une banque qui aurait des capitaux algériens et marocains au service de nos deux économies.

Notre structure européenne est au service des investisseurs européens dans tous les pays d'Afrique où nous sommes présents.[/B]

Jeune Afrique : Expliquez-nous les objectifs de votre filiale en Europe.

Attijariwafa bank Europe dispose d'une licence de la Banque de France avec un passeport européen. Cette filiale est implantée en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, en Espagne, en France, en Italie et aux Pays-Bas, donc dans des marchés où il y a plus de trois millions de marocains. Nous avons trois objectifs principaux. Tout d’abord, offrir des produits et services à la diaspora marocaine. Actuellement, nous essayons de dupliquer ce modèle pour l’ensemble de nos filiales africaines, afin de toucher la diaspora malienne, sénégalaise, tunisienne... Ensuite, nous accompagnons le financement du commerce extérieur du Maroc vers l’Europe et inversement, ce qui nécessite une présence sur le Vieux Continent. Enfin, notre structure européenne est au service des investisseurs européens dans tous les pays d'Afrique où nous sommes présents, que ce soit pour le conseil ou pour le financement de leurs projets d'investissement. Pour ce faire, notre filiale européenne attire des clients à la source pour les orienter par la suite au Maroc, afin qu'on leur propose nos services, notamment via des financements locaux.


http://economie.jeuneafrique.com/finance/secteurs/banques/16156-attijariwafa-bank-vise-une-presence-dans-chaque-pays-de-la-zone-franc.html
Revenir en haut Aller en bas
RED BISHOP
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6100
Inscrit le : 05/04/2008
Localisation : france
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mer 27 Mar 2013 - 14:03

cette année d'aprés le FMI le Maroc devrais franchir le cap symbolique des 100 milliard de dollars de PIB

_________________
Revenir en haut Aller en bas
FAR SOLDIER
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4750
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Les Mureaux / Kenitra
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mer 27 Mar 2013 - 15:44

Mais il la deja depassé non?? scratch

_________________


Administrateur - Page Officielle Facebook "FAR-MAROC" 
Suivez ce lien  Arrow  https://www.facebook.com/farmarocofficielle
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Économie marocaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Économie marocaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 22 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Désolée mais je déteste les lampes à économie d'énergie... (sujet fusionné)
» harira ( Soupe marocaine )
» Fajitas à la marocaine
» Sites gratuits proposant des cours en bibliothéconomie
» Comprendre qu'est-ce que c'est la biblioéconomie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: