Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hommes De L'histoire Du Maroc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
leadlord
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2763
Inscrit le : 11/07/2010
Localisation : montreal
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Hommes De L'histoire Du Maroc    Dim 12 Mai 2013 - 23:47




Citation :
كلنا نعلم أن مدينة مراكش هي بلاد السبعة رجال لكن من هم؟
هم سبعة من الفقهاء والمتصوفة تقع أضرحتهم بمدينة مراكش، هم يوسف بن علي الصنهاجي ، القاضي عياض ، الإمام السهيلي ، أبو العباس السبتي ، محمد بن سليمان الجزولي ، سيدي عبد العزيز التباع ، سيدي عبد الله الغزواني.
القواسم المشتركة التي تجمع بين رجالات مراكش السبعة، هي زهدهم في الدنيا وجنوحهم للتصوف، وسعيهم لأعمال الخير، وحفظهم للقرآن، ونشرهم للعلم، وانكبابهم على التأليف في الحديث والفقه والسيرة واللغة.

1- سيدي يوسف بن علي:
هو أبو يعقوب يوسف ابن علي الصنهاجي المبتلى. توفي عام 593 للهجرية، الموافق لسنة 67/1196 ميلادية ودفن بباب أغمات. أصيب بمر ض الطاعون وقضى حياته داخل حارة الجُدَما بمراكش. كان مثالا حيا للقناعة والعطاء والتيقن بالله.

2- القاضي عياض:
هو عياض ابن موسى اليحصيبي. أشهر فقهاء المالكية في الغرب الإسلامي. يرجع أصله إلى مدينة سبتة. توفي بمراكش عام 544 للهجرة، الموافق لسنة 1149 ميلادية. نال مرتبة الولاية بفضل ورعه وامتثاله للتعاليم الإسلامية، وبفضل حبه الشديد للرسول - صلى الله عليه وسلم – والذي عبر عنه ببلاغة كبيرة في كتابه المشهور الشفا.

3- سيدي أبي العباس:
هو أحمد ابن جعفر الخزرجي أبي العباس السبتي. توفي بمراكش عام 601 هجرية، الموافق لسنة 1205 ميلادية. أسس مذهبه على فضيلة العطاء. كان يأخذ بأيدي الضعفاء والمحرومين والبؤساء والمعاقين ويواسيهم، وكان يولي اهتماما خاصا للعمي منهم.

4 - سيدي ابن سليمان الجزولي:
هو محمد ابن عبد الرحمان الجزولي. توفي عام 870 للهجرة، الموافق لسنة 1465 ميلادية بناحية الصويرة (موكادور). ثم نقل جثمانه إلى حاضرة مراكش. جدد التصوف المغربي في زمانه من أجل
الدفاع عن حوزة البلاد ضد الزحف الإيبيري. ويعتبر مؤلفه دلائل الخيرات شعارا لهذه المقاومة.

5- سيدي عبد العزيز:
هو عبد العزيز التباع الحرار. توفي عام 914 للهجرية، الموافق لسنة 09/1508 ميلادية. ويعتبر أبرز مريدي الشيخ الجزولي. وقد اهتم بنشر الفضائل الصوفية في أوساط الحرفيين.

6- مول القصور (صاحب القصور)
هو عبد الله ابن عجال الغزواني. توفي عام 935 للهجرة، الموافق لسنة 1528 ميلادية. عرف بتقويته للبناء التجديدي للتصوف بالمغرب ذلك البناء الذي أسسه الشيخ الجزولي بهر العامة بصلاحه وتقواه، كما مهد الطريق أمام عودة الشرفاء إلى سدة الحكم.

7- الإمام السهيلي:
هو عبد الرحمان السهيلي من أصل أندلسي. توفي عام 581 للهجرة، الموافق لسنة 1186 ميلادية. اشتهر بغزارة علمه وسمو أخلاقه وبأشعاره الصوفية وبتفتحه في زمن اشتدت فيه الرقابة والعصبية المذهبية.

تشكل الفضائل التي تحلى بها كل هؤلاء الأولياء والصلحاء، قمة النموذج الأخلاقي الذي أيده المغاربة ووضعوه شعارا لهم من أجل تحقيق ذاتهم عبر التاريخ.


Citation :
Les 7 saints de Marrakech





La tradition des Sept Saints de Marrakech est née suite à une décision politique prise par le sultan Moulay Ismaïl (1672-1727) pour contrebalancer l’influence grandissante des sept saints Regraga autour d'Essaouira. Il en confia l’institution à Hassan El Youssi, grand savant et fin connaisseur du Maroc de l’époque. Celui-ci choisit donc sept saints, dont le seul point commun était d’être enterrés dans divers endroits de la ville. Deux d’entre eux seulement sont nés à Marrakech : Sidi Youssef Ben Ali et Sidi Abdelaziz Tebbaâ.


Cadi Ayyad et Sidi Bel Abbas sont originaires de Sebta, Sidi Ben Slimane du Souss, Sidi Abdellah El Ghazouani des Jbala, dans le nord, et l’Imam Souheili d’Andalousie. Un pèlerinage sur les tombes des sept protecteurs de la ville fut institué pour redorer le blason de Marrakech qui souffrait, sur le plan religieux, de la concurrence du pèlerinage des sept saints Regraga. Cette manifestation annuelle eut beaucoup de succès. Elle fut, à partir du XVIIIème siècle, vivement contestée par les Musulmans orthodoxes.

Ces derniers rappelaient que le croyant ne pouvait adresser de prières qu'à Dieu seul. Tous ces Saints étaient de grands savants en théologie islamique ou de grands mystiques soufis. Et bien qu’ils soient tous sur un même pied d’égalité du point de vue du culte qui leur est consacré, l’un d’entre eux se distingue dans l’imaginaire des gens : Sidi Bel Abbès Sebti, considéré comme le véritable saint patron de la ville. Les patrons de Marrakech sont tous cités dans une qasida composée par Cheikh El Youssi lui-même. La rime de ce chant ancestral est “aïne”. La qasida s’appelle donc “el Aïna” et invoque les sept saints dans l’ordre où doit s’effectuer la tournée.

Sidi Souheil

L’Imam Souheil, né près de Malaga est connu pour sa poésie soufie et son ouverture d’esprit à un moment de forte censure religieuse. Ce vieil érudit fut ramené d’Espagne par Yacoub El Mansour. Il a rédigé deux chefs-d’œuvre : l'un sur les noms propres des prophètes cités dans le Coran, l'autre sur la biographie de Sidna Mohammed (Que les Bénédictions et la paix soient sur lui). Ce saint homme eut une vie simple et finit ses jours à Marrakech où il mourut en 1186. Il est enterré près de Bab Robb. Les étudiants n’ayant pas de mémoire se recueillent souvent sur sa tombe.

Sidi Ben Abdallah El Ghazouani

Sidi Ben Abdallah El Ghazouani dit Moul El Ksour, est originaire de la tribu berbère de Ghomara. Il a consolidé le renouveau soufi initié par Sidi Ben Slimane. Après avoir poursuivi ses études à Fès puis à Grenade, il s’installe à Marrakech pour compléter sa formation auprès de Sidi Abdelaziz Tabaa. Sa réputation ne tarde pas à porter ombrage au sultan Sidi Mohamed Cheikh , qui l'incarcère a Marrakech. Le sultan watasside le libère et crée à son intention une Zaouïa à Fès, afin de l'éloigner et de l'isoler. Mais très vite, le saint homme revient à Marrakech. Il y fonde une Zaouïa dans le quartier d’El Ksour. Décédé en 1528, il est enterré non loin de la Mosquée Mouassine. À la suite de différends avec le sultan mérinide, il avait prédit la fin de la dynastie.

Sidi Abdelaziz Tebaa Sidi Abdelaziz Tebaa

Marchand de soie à Fès, s'intéressa tardivement à la vie spirituelle. Principal disciple de Sidi Ben Slimane et héritier de Sidi Ben Soulayman Al Jazouli, il propagea l’éthique soufie dans les milieux des corporations d’artisans. À Marrakech, il s'installa à la Mosquée Ben Youssef près de laquelle il est enterré. Il est mort en 1508.

Al Imam Al Jazouli

Né dans la région du Souss Sidi Mohammed Ben Soulayman Al Jazouli s'inscrit à la Médersa de Fès où il excelle dans les hadiths et l'exégèse. Il est au XVème siècle le fondateur du soufisme marocain en vue d’une mobilisation contre l’invasion ibérique. Fer de lance de la guerre sainte contre les Portugais et homme politique influent, il attire des milliers de fidèles ; son pouvoir réputé occulte, effraie même le sultan. Il meurt en 1465 (870 de l’hégire) à Jazoula (environs d’Essaouira). Son corps est transféré à Marrakech. Il est l’auteur du célèbre recueil de prières Dala’il al-Khayrat (les chemins des bienfaits). Ce livre historique est la référence incontestable de tous les invocateurs de grâce sur le Prophète, (Que les Bénédictions et la paix soient sur lui) des confréries soufies à travers le monde notamment la Tariqa Qadiria Boutchichia. Le mausolée date de l’époque saadienne. Il a été remanié fin XVIIIème siècle. La zaouïa Jazoulia se trouve au nord de la médina, à proximité de la rue Dar-el-Glaoui.

Sidi Bel Abbas Sebti

Sidi Bel Abbas est incontestablement le plus vénéré de la ville. Né à Sebta en 1145, il vient à Marrakech à l’âge de 20 ans. Il s’installe sur la colline de Guéliz près d'une source d'eau proche d'une grotte. Il y vit pendant 40 ans, sans jamais pénétrer dans la ville. La célébrité de ce prêcheur libre est telle que Yacoub El Mansour l’invite à enseigner, un devoir pour lequel il renonce à sa vocation d’ermite. Disciple de Cadi Ayyad, il passe sa vie à soigner et défendre les faibles et les aveugles. Le Calife Abdelmoumen venu lui rendre visite l’entendra dire: « Tout ce que tu veux qu'on fasse pour toi, fais-le pour tes sujets ». Sidi Bel Abbas meurt en 1205. Mais c’est en 1605 que le sultan saadien Abou Faris lui élève un mausolée, dans l’espoir de guérir son épilepsie. Depuis, il n’a cessé d’être l’objet d’attentions de tous les souverains, jusqu’au roi Hassan II qui a fait rénover le sanctuaire en 1998. Sidi Bel Abbas fut l'un des interlocuteurs d'Ibn Arabi. Il se lia aussi d'une grande amitié avec Averroès. Patron de la ville, il est aussi celui du commerce, des guérisseurs des yeux, des passementiers, des savonniers et des ouvriers des pressoirs. Il est enterré au cimetière de Sidi Marouk, près de Bab Taghzout. Sa Zaouïa fait partie du pèlerinage des Regraga, institué par Moulay Ismaïl. Ce Saint des Saints est le plus invoqué dans les actes essentiels de la vie. Les marchands de beignets lui dédient le premier fruit de leur travail, Al Abbassia, les paysans, leur première gerbe de blé. Son évocation précède le rituel de la halqa. Il est évoqué par tous les conteurs de la place Jemaâ el Fna : « Au nom du saint patron de Marrakech- celui qui veille sur la ville-immuable- un pied sur l’autre- et qui ne retrouve sa quiétude que si tout le monde est rassasié- enfant du pays ou visiteur étranger ».

Cadi Ayyad Ben Moussa Fils de Ben Moussa Ben Ali

Grand Imam de Sebta, Sidi Ayyad est nommé Cadi de Grenade. Il est le plus célèbre des doctes du malékisme en Occident musulman. À l'avènement des Almoravides, il connaît l'exil à Tadla puis à Marrakech où il vivra jusqu'à sa mort en 1149. Son amour du Prophète exprimé dans son ouvrage « Al-Chifaa » et sa rigueur orthodoxe lui valent son titre de saint. Il est enterré dans le vieux marabout près de Bab Aïlen.

Sidi Youssef Ben Ali

D’origine yéménite, il fut le brillant élève du Cheikh Ben Asfour à Marrakech. Atteint de la lèpre, il passa sa vie dans la léproserie située à Bab Aghmat. Bien qu’atteint de cette terrible maladie, il garda jusqu’à sa mort en 1196 une foi inébranlable. Il s’est vu consacrer un édifice pour lui seul: la mosquée Ben Youssef. À l’origine almoravide, elle fut le sanctuaire central de la médina pendant plus de 4 siècles, jusqu’à la création de la mosquée Mawâssîne. Elle a été restaurée et modifiée au XVIème siècle, puis au début du XIXème siècle. Aujourd’hui, il ne reste presque rien de l’édifice initial. Sidi Youssef Ben Ali mourut en 1196 (593 de l'hégire). Son mausolée fut édifié par le sultan saadien Moulay Abdallah. La zaouïa se situe face à Bab Aghmat. On l'appelait Sidi Youssef l'éprouvé en raison des souffrances qu’il avait subies. Il récitait d’ailleurs souvent à voix basse le poème suivant : « Dieu, dissipe les soucis Dieu, propage la lumière Dieu, protège les faibles Dieu, pardonne toujours et partout Dieu ne vous abandonnera point ». Les Sept Saints de Marrakech occupent une place essentielle dans l’histoire, la vie, la culture et l’imaginaire de la ville. Les sept tours construites en 2005, à Bab Doukkala, en sont une parfaite illustration

Sources : ” Les Rencontres mondiales Sidi Shiker des affiliés du Tasawwuf ”. Document du ministère des Habous et des Affaires islamiques.

je commence ce topic par 7 rijal

_________________

Pro rege, saepe, pro patria semper

اقسم بالله العظيم ان اكون مخلصا لله و لملكي و ان اتفانى في خدمة وطني و دفع كل خطر يهدده و ان انفد اوامرقائدي الاعلى صاحب الجلالة
Revenir en haut Aller en bas
vympel32
Adjudant
Adjudant


messages : 361
Inscrit le : 10/05/2013
Localisation : marrakech
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Hommes De L'histoire Du Maroc    Dim 12 Mai 2013 - 23:51

Merci de commencer ce topic par les 7 patrons de ma tres chere ville
Revenir en haut Aller en bas
juba2
General de Division
General de Division
avatar

messages : 6961
Inscrit le : 02/04/2008
Localisation : USA
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Hommes De L'histoire Du Maroc    Mer 22 Mai 2013 - 2:10

Cela montre que nous les Marocains et en general le Maroc a sa propre culture et civilisation propre

Citation :
Le célèbre jeu vidéo Civilization V a présenté sa nouvelle extension «Brave New World» dans laquelle il a inclu, pour la première fois, la civilisation marocaine à travers l'époque du sultan de la dynastie saadienne, Ahmad al-Mansour.



L'empire marocain à l'époque saadienne a connu son apogée civilisationnelle. Ahmed Al Mansour a mené le pays à être une grande puissance économique, culturelle et militaire.

Civilization est une série de jeux de stratégie proposant au joueur de devenir le leader d’un peuple. Le choix de sa nouvelle extension «Brave New World», dont la sortie est prévue pour le 12 juillet prochain, d'inclure le Maroc résulte de l'impact qu'eut le royaume sur le monde.

Pour rappel, Civilization V est un jeu de stratégie au tour par tour développé par Firaxis Games et édité par 2K Games. Dans ce jeu, les joueurs choisissent un domaine, militaire ou scientifique, politique ou culturel pour montrer toutes leurs compétences.

Revenir en haut Aller en bas
FAR SOLDIER
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4749
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Les Mureaux / Kenitra
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Hommes De L'histoire Du Maroc    Mer 22 Mai 2013 - 12:08

Sa fait chaud au cœur de voir sa Wallah Cool

_________________


Administrateur - Page Officielle Facebook "FAR-MAROC" 
Suivez ce lien  Arrow  https://www.facebook.com/farmarocofficielle
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6578
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Hommes De L'histoire Du Maroc    Mer 22 Mai 2013 - 14:06

une dynastie a l histoire passionante Exclamation

_________________
Gloire à nos aieux  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hommes De L'histoire Du Maroc    

Revenir en haut Aller en bas
 
Hommes De L'histoire Du Maroc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HISTOIRE UMT
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» MIRAGE (2000, F1, III, etc...)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: La vie dans l'Armée :: Histoire de l'Armée Marocaine-
Sauter vers: