Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
alphatango
Capitaine
Capitaine


messages : 888
Inscrit le : 09/04/2008
Localisation : Fes
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Ven 27 Mai 2016 - 14:56

Au Maroc, chaque cycle lunaire il y a quelqu'un qui nous ressort la darija comme langue d'enseignement ou le fait que l'arabe classique est le noeud du problème de l'education nationale.
Le dernier etait Tozi sur Medi 1 ou 2M le weekend dernier.

La premiere remarque que je note est que ce sont toujours des francophones qui font ces remarques. Mais pas n'importe quels francophones... ceux qui ne maitrisent pas l'arabe écrit.

Ensuite, d'un point de vue linguistique, il n'y a pas UNE darija (comme il n'y a pas UNE langue amazigh). Plus grave, la darija n'a pas les éléments constitutifs d'une langue (contrairement aux differentes langues amazigh). En fait, les differentes darija que nous retrouvons en Afrique du Nord sont des simplifications et des évolutions de l'arabe classique (comme l'anglais d'aujourd'hui par rapport à l'Anglais de Shakespeare).

Sur cette base, il serait plus intelligent d'enseigner une version simplifiée de la langue arabe.

Mais est-ce la langue d'enseignement qui est la cause de la dégradation de l'enseignement national?
Jusqu'aux années 80, nous etudions les sciences et les math en français mais nous avions aussi des "coopérants" Français, Roumains, Vietnamiens (peut etre avec la nationalité Française)... qui etaient agrégés et produisaient un enseignement de qualité.

Aujourd'hui, nous avons les "Ecoles des Instituteurs" qui produisent des enseignants à la chaine après une formation baclée. Il en vas de meme pour les ENS...

Les vrais problemes sont:
- Les enseignants n'ont pas le niveau car la formation initiale est d'un autre age et baclée ET car il n'y a pas de véritable formation continue.
- Il n'y a aucun incitant à l'excellence pour l'enseingant. Les syndicats ont toujours refuser la promotion aux résultats. On se retrouve avec un systeme basé sur la promotion à l'ancienneté. Il suffit de ne pas mourir pour etre promus... Donc à quoi bon se donner à fond?
- Les ministres veulent des taux de réussite élevés. Les enseignants acceptent donc de laisser passer des éleves qui n'ont pas le niveau (cela commence au primaire et va jusqu'au PhD).
- Une mauvaise allocation des ressources. Dans les grandes villes, les enseignants travaillent en alternance alors qu'il n'y en a pas pour les campagnes. Plus grave, alors que la methode d'enseignement choisie par le ministère est qu'il y ait un enseignant devant la classe (qui donne la leçon) et un second enseignant au milieu des eleves pour aider ceux qui ont besoin de soutien, la réalité est qu'il n'y a jamais deux enseignants dans la classe (le second enseignant fait ses courses ou corrige des tests).
- Tout le systeme educatif marocain est basé sur l'apprentissage par Coeur et non sur le raisonnement et la compréhension.
- Nous continuons de demander à l'université de former des gens pret à l'emploi alors que son job est de former à la recherche.

Le ministere de l'education a un budget important (l'un des plus importants au monde en % du budget de l'etat) mais les resultats sont de pire en pire. La solution de la privatisation (que soutien le PJD) n'est pas une solution et represente plutot une fuite en avant.
Un etat digne de ce nom doit fournir à sa population une éducation de qualité de préférence gratuite afin de facilité le renouvellement des élites. Les pays qui ont pris la voie de la selection de l'elite sur base de l'argent vont tous droit au mur (et j'inclus les Etats Unis dans cette liste).

La solution est sans doute de commencer par mettre en place des etablissements publics d'élite. Des colleges et lycées qui ne recoivent que les meilleurs (sur concours ou sur dossier).
Nous avons déja les classes préparatoires qui sont la continuation naturelle de ce processus de selection de l'elite intellectuelle.
Nous devons egalement commencer à faire la distinction entre les universités. L'université ne doit pas etre un parking et nous devons accepter que certaines universités sont meilleurs que d'autres. L'entrée aux meilleurs universités devrait etre plus difficile car il aura plus de demande.

Aujourd'hui, il faut bien admettre que l'université de Marrakech (Qadi Ayyad) est plus active et dynamique que celle d'Oujda ou de Fes... Pourquoi ne serait-elle ouverte qu'aux habitants de la région de Marrakech? L'admission devrait etre sur dossier ou sur concours.

Une fois que nous aurons assurer la solidité intellectuelle de la future élite intelectuelle (et non les fils et filles de tel ou tel comme nous le voyons à Descartes ou Lyautey aujourd'hui), nous pourrons travailler à améliorer le niveau de l'énseignement général. Une amélioration qui passe par la mise en place de techniques pédagogiques modernes et la mise en valeur de la formation professionelle & apprentissage (comme en Allemagne).

Le secteur privé a sa place mais l'education et la santé ne devrait JAMAIS etre des secteurs lucratifs. Ces deux secteurs devraient etre reserves à des organisations à but non lucratif. Vous voulez créer une école. Très bien mais ce sera une Association à But Non Lucratif. Tout ce que vous gangerez vous devrez soit le reinvestir dans l'etablissement soit vous payer un salaire (imposable bien entendu car l'ASBL est exempté d'impot mais pas l'employer ou le directeur).
Le secteur privé ne devrait pas échapper au classements également. Aujourd'hui, il suffit d'avoir une maison pour ouvrir une ecole. Il y en a partout et personne ne sait quel est leur niveau. Le ministère de l'education nationale doit inspecter ses etablissements et fournir un score (etaillé) après chaque audit. Ces audits doivent etre disponible pour tous afin que nous puissions choisir en connaissance de cause dans quel etablissement nous plaçons nos enfants (en Grande Bretagne ils ont les OFSTED scores qui permet de connaitre le niveau de chaque ecole du pays. Ils ont un site internet où ont peut voir le niveau de chaque ecole dans une zone donnée etc).

Tous ces problemes et ce que j'estime etre des solutions n'ont rien à voir avec la langue d'enseignement qui n'est q'une excuse de la part de l'elite fancophone (dont je fait parti) pour masquer un complexe d'inferiorité face à la langue Arabe (Vous pensez que Hafid El Alamy est à l'aise quand il doit lire un discours au parlement ecrit phonetiquement en lettres latines?)
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9576
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Ven 27 Mai 2016 - 16:14

Excellente analyse alpha, comme d'hab si j'ose dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
bens.othman
Aspirant
Aspirant
avatar

messages : 599
Inscrit le : 29/03/2016
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Sam 28 Mai 2016 - 16:14

Excellente analyse pleine de bon sens  !
J'avais un prof de maths en prepa qui avait participé à la création des classes prepa au Maroc et y a enseigné pendant plus de 15 ans avant de regagner l'hexagone.
Il y a deux ans, il y avait un projet de reforme des prepa, avec une réduction des salaires au profit des enseignant en ZEP (zone d’éducation prioritaire). Ils étaient trop payé parait il, la prepa est une reproduction des élites scandait le ministre de l'enseignement supérieur au parlement. Il fallait que les profs de prepa participent à l'effort national et à l’austérité.

Avant de faire gréve le prof tout ému nous explique (avec plein de craie sur son crane chauve) qu'au delà du salaire qui pourra être divisé par deux, et tous les avantages qui sautent (nombre d’élève par classe +/- 35, 9h obligatoires au lieu de 8 etc...)
la prepa est le seul ascenseur social qui permet à un élève du fin fond de zagora qui naquit dans un milieux hostile à l’éducation, de devenir ingénieur un jours et sortir sa famille de la misère social. La prepa permet d'irriguer tout un écosystème d'ingénierie avec des élèves qui ont appris la rigueur l’organisation et la méthode.
Le prof nous explique entre autre qu'a trop vouloir taillader dans le salaires des profs on ouvre tous doucement la porte à la corruption, et la il n'a pas été tendre avec ce qui se passe au Maroc.

L’incompétence ne touche pas tous les secteurs d'éducation, on a d’excellent profs de prepa et d’école d'ingé. En prepa les profs sont payé avec un salaire misérable sans aucune adéquation avec leur degré de compétence et en école d'ingé les profs passent leur temps à faire de l’affairisme. Si on commençait par régler ces deux secteurs qui sont à la fois stratégiques et à la fois plus facile à reformer  on verrait des résultats plus significatifs.

_________________
" Ceux qui veulent aller vers l'avenir et voir l'avenir doivent avoir la mémoire longue "
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
KapMajid
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

messages : 417
Inscrit le : 03/08/2013
Localisation : Canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Dim 29 Mai 2016 - 3:22

Comment peux tu réduire l'enseignement de tout un pays àa des prepas ? Je suis un ancien des prepas+ecole d'ingé mais aussi un fier lauréat des univ (PhD).

Je suis pour une destruction de cette connerie des prépa pour plusieurs raisons:
1- On vide nos univ des premiers de la classes et le niveau est tel que l'on connait ;
2- On crée bêtement une hiérarchie injuste des diplôme à la place des compétences (ce n'est pas le diplôme qui compte le plus mais ce que tu sais faire et je connais très bien le niveau de nos écoles d'igné….
Revenir en haut Aller en bas
bens.othman
Aspirant
Aspirant
avatar

messages : 599
Inscrit le : 29/03/2016
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Dim 29 Mai 2016 - 5:41

Je ne comprend pas l'agressivité de ton propos, à quel moment j'ai résume tout l'enseignement à des prepas ?
L'éducation au Maroc à un problème de fond qui réside dans la manière d'enseigner qui est totalement défaillante, c'est beaucoup plus difficile à reformer.

Aucun partis politique ni la volonté royale n'esquisse le chemin d'une telle reforme, c'est pour ça que j'ai évoque le cursus prepa/ingé que je connais bien (je me vois mal parler de choses que je ne connais pas). Je considère (peut être que j'ai tord et à toi de me fournir les arguments qui réfutent ce que je vais dire) que dans ce cursus les profs n'ont aucun problème de compétence, il y a un savoir faire et un certain nombre de méthodes qui fonctionnent très bien, tous ce qui manque ce sont les moyens ex typique les internats de nos écoles d'ingé au moins 3 personnes par chambre, pas assez de labo de recherche, manques de machines nécessaires pour les tp et ainsi de suite. Si on pouvait arrêter de jeter de l'argent par la fenêtre et investir dans la construction de labo pour des écoles d'ingé on gagnera en innovation.

Quand aux arguments que t'avancent pour la suppression de la prepa:
le premier est tout a fait discutable
le second est juste ridicule

_________________
" Ceux qui veulent aller vers l'avenir et voir l'avenir doivent avoir la mémoire longue "
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
temerlann
2eme classe
2eme classe


messages : 5
Inscrit le : 03/10/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Dim 29 Mai 2016 - 8:43

Je suis pour l'idée de supprimer les prépas, ou au moins s'il faut les garder, alors il faut copier le système français en entier et pas seulement certaines parties. C'est ça le problème du Maroc en ce qui concerne sa politique en R&D, c'est que il n'a pas copié les bonnes formules qui marchent en France. Dans chaque pays occidental, pour être à la pointe et rester concurrentiel, ils envoient leur excellents éléments étudier les domaines les plus pointus en mathématiques/physique etc. La France fait cela aussi, les meilleurs passent par l'ENS Cachan, ensuite ils envoient les meilleurs d'entre eux faire des thèses chez les pointures Françaises en maths/physique, et c'est ce genre de lauréats qui donne à la France ses médailles Fields et ses prix Nobel. A la fin, il se font recruter en CNRS ou à l'IHES, ils y en a qui partent à l'étranger aussi pour évoluer souvent aux USA.

Si on prends donc ce modèle Français et on compare au Maroc, l'ENS au Maroc ne forme que des enseignants agrégés, le coté recherche à la française est totalement inexistant. On a copier le modèle du CNRS Français et on a fait le CNRST à la place, mais notre CNRST ne recrute pas de chercheurs, ce n'est pas un organisme contenant des laboratoires etc, c'est juste un organe administratif qui distribue des bourses d'excellence à 300 doctorants l'année et finance certains projets de recherches liés aux universitaires. En gros, on a copier le CNRS mais on l'a vider de son sens. Des structures comme l'IHES et l'INRIA, on n'a pas leurs équivalents jusqu’à maintenant.  

Le Maroc donc perds beaucoup plus que ce qu'il gagne de ce système en tant que tel.
Revenir en haut Aller en bas
alphatango
Capitaine
Capitaine


messages : 888
Inscrit le : 09/04/2008
Localisation : Fes
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Dim 29 Mai 2016 - 13:08

Lorsque j'ai parlé des prépa, c'etait pour donner un exemple. Comme je l'ai dit plus haut, je pense (mais il y a d'autres strategies possibles) que nous pouvons remettre l'éducation nationale au niveau des meilleurs pays dans ce domaine (Singapour, Finlande...) en commençant par le haut. En mettant en place les procedures de selection des meilleurs.

Lorsque nous disons "les meilleurs", cela ne veut pas dire que les matheux et que les écoles d'ingenieurs. Pour le moment, nous ne savons pas selectionner les meilleurs littéraires, les meilleurs artistes, les meilleurs sportifs etc...

Ensuite, les lieux d'enseignement de cette élite intellectuelle DOIT etre l'université... Mais la meilleurs université. L'Université doit etre autorisée à selectionner. Pour l'instant n'importe qui peut s'inscrire en fac de sciences, en droit, en Economie etc... Pourquoi? A quoi bon une université poubelle? Ne vaut-il pas mieux que nos universités les plus performantes (celle de Marrakech et Med V à Rabat) puissent selectionner les etudiants qui y entrent au niveau BAC. Al Akhawayn (qui est une université publique) fait une selection à l'entrée... Pourquoi pas Qadi Ayyad?

Le vrai probleme est que, sous pretexte de faire de l'education de masse et de sortir d'un systeme elitiste où seuls quelques privilègiés pouvaient acceder à l'ecole, nous avons transformé nos écoles en parking. Toutes les études montrent que nos enfants n'apprennent rien... et cela n'a rien à voir avec l'ecole ni avec le budget. Donc commençons par des établissements pilotes où l'admission est sur concours. Des écoles primaires, des ecoles secondaires et puis des universités.

L'alternative est la solution finlandaise où toutes les ecoles ont le meme niveau, où la formation des éleves est continue, où il n'y a pas de devoirs à la maison, où les classes ont moins de 20 éleves...
Revenir en haut Aller en bas
KapMajid
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

messages : 417
Inscrit le : 03/08/2013
Localisation : Canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Dim 29 Mai 2016 - 13:54

Exact, LA SÉLECTION doit être instaurée  (dans toutes les universités française et canadienne on selectionne qui rentre et on propose une remise à niveau avant d'intégrer le cycle voulu s'il le faut ) Mais au Maroc, au lieu de ramener des étudiants vers le niveau des diplômes, on a ramené les diplômes vers les étudiants et on a tué l'esprit de compétition.

La recherche est quasi inexistante et nos chercheurs se couvrent derrière le mank de moyens alors que bcp de domaines ne nécessitent qu'un simple abonnement à des revues scientifiques. Les chercheurs doivent chercher de l'argent du secteur privé en proposant des projets de recherche qui pourrait cibler et intéressé  un tel ou tel domaine. L'état quant à elle doit inciter des entreprises par des allégement fiscaux ola chi participation f les dépenses (stages, doctorat, postdoc)[/size]

Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1722
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Mar 6 Sep 2016 - 19:01

Éducation: Pourquoi le Maroc n’atteindra ses objectifs que dans un siècle selon l’Unesco.

https://telquel.ma/2016/09/06/education-pourquoi-le-maroc-aura-un-siecle-de-retard-sur-ses-objectifs-selon-lunesco_1513138

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1722
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Ven 23 Sep 2016 - 20:14

Citation :
Une convention de collaboration pour la mise en place au Maroc d'une ligne de production des modules optiques pour le télescope à neutrinos KM3NET, a été signée, vendredi 23 septembre à Rabat.

Cette convention a été signée par le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et la formation des cadres (MESRSFC), Mohamed Abou Saleh, le président de l’université Mohammed V Rabat, Said Amzazi, le président de l’université Mohamed 1er d’Oujda, Mohamed Benkaddour et le porte-parole de la collaboration internationale avec Télescope à neutrino kilomètre cube "KM3NET", Maarten De Jong.

Elle vise à définir les modules de coopération pour la participation des universités marocaines dans la mise en place d’une ligne de production des modules optiques du projet KM3NET au Maroc. Elle porte également sur la modélisation et simulation des évènements, analyse des données expérimentales et la contribution à la construction du détecteur par la mise en œuvre d’une ligne d’assemblage des modules optiques.

Suite...

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
RadOne
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 785
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Lun 17 Oct 2016 - 18:05

Maroc : l'université Paris-Dauphine va inaugurer Dauphine Casablanca

Citation :

Un campus de formation continue pour la rentrée universitaire 2016/2017 sera inauguré au Technopark de Casablanca par l'université française de Paris-Dauphine.

Le Technopark de Casablanca va accueillir dès la rentrée universitaire 2016/2017, un campus de formation continue de l'université de Paris-Dauphine. C'est ce qu'annonce la direction de l'université dans un communiqué du 14 octobre. Le campus sera inauguré par le Pr. Laurent Batsch, président de l’université Paris-Dauphine, le 18 octobre.

"Convaincue de l’importance géopolitique croissante de l’Afrique et du rôle de l’enseignement supérieur dans son développement, Paris-Dauphine souhaite faire de Dauphine Casablanca un hub régional et subsaharien" indique l'université française.

En plus de ses campus, Paris-Dauphine a signé 280 conventions de partenariat académique dans le monde, 20 doubles diplômes internationaux, 15 programmes délocalisés à l’étranger et forme plus de 700 managers par an dans 13 pays.

Paris Dauphine vise une centaine d’étudiants "executive" dès l’ouverture et 250 à 300 d’ici 2 ans. Le business model est basé sur un premier investissement de 300 000 euros réalisé grâce au soutien des anciens élèves, puis sur les frais de scolarité, qui varient de 7 000 à 8 000 euros par an en formation continue dont les frais sont souvent pris en charge par les entreprises.

Dans un premier temps, les cours seront délivrés par des enseignants-chercheurs en poste à Paris. En parallèle, Paris-Dauphine recrute des professionnels marocains, souvent des anciens de Paris-Dauphine, pour enseigner dans les formations "executive".

La communauté de diplômés Dauphine Maroc est la plus importante des groupes d’anciens élèves de l’université à l’'étranger. Elle regroupe environ 400 actifs et compte 1 500 diplômes au Maroc.

Doté d'un statut d'institut supérieur privé en sciences de gestion et de l’organisation, autorisé par le gouvernement marocain en août, Dauphine Casablanca va proposer sept parcours en formation continue adaptés au contexte marocain. Le premier d'entre eux sera consacré aux principes et pratiques de la finance islamique. Il sera complété par le parcours d'ingénierie financière et celui de juriste financier.

Le Technopark de Casablanca va accueillir dès la rentrée universitaire 2016/2017, un campus de formation continue de l'université de Paris-Dauphine. C'est ce qu'annonce la direction de l'université dans un communiqué du 14 octobre. Le campus sera inauguré par le Pr. Laurent Batsch, président de l’université Paris-Dauphine, le 18 octobre.

"Convaincue de l’importance géopolitique croissante de l’Afrique et du rôle de l’enseignement supérieur dans son développement, Paris-Dauphine souhaite faire de Dauphine Casablanca un hub régional et subsaharien" indique l'université française.

En plus de ses campus, Paris-Dauphine a signé 280 conventions de partenariat académique dans le monde, 20 doubles diplômes internationaux, 15 programmes délocalisés à l’étranger et forme plus de 700 managers par an dans 13 pays.

Paris Dauphine vise une centaine d’étudiants "executive" dès l’ouverture et 250 à 300 d’ici 2 ans. Le business model est basé sur un premier investissement de 300 000 euros réalisé grâce au soutien des anciens élèves, puis sur les frais de scolarité, qui varient de 7 000 à 8 000 euros par an en formation continue dont les frais sont souvent pris en charge par les entreprises.

Dans un premier temps, les cours seront délivrés par des enseignants-chercheurs en poste à Paris. En parallèle, Paris-Dauphine recrute des professionnels marocains, souvent des anciens de Paris-Dauphine, pour enseigner dans les formations "executive".

La communauté de diplômés Dauphine Maroc est la plus importante des groupes d’anciens élèves de l’université à l’'étranger. Elle regroupe environ 400 actifs et compte 1 500 diplômes au Maroc.

Doté d'un statut d'institut supérieur privé en sciences de gestion et de l’organisation, autorisé par le gouvernement marocain en août, Dauphine Casablanca va proposer sept parcours en formation continue adaptés au contexte marocain. Le premier d'entre eux sera consacré aux principes et pratiques de la finance islamique. Il sera complété par le parcours d'ingénierie financière et celui de juriste financier.

Dans le domaine de l'entreprise, Dauphine Casablanca proposera le parcours "Système d’information de l’entreprise étendue - Audit et Conseil.

Dans d'autres secteurs, la formation au management de l’immobilier sera elle complétée par le conseil en gestion de patrimoine. Le septième parcours sera consacré au management de la santé.

Après Tunis, Londres et Madrid, Dauphine Casablanca va ainsi proposer ses programmes à des managers en activité, combinant vie professionnelle et formation.

Les enseignements seront délivrés en petits groupes, avec une pédagogie basée sur le partage d’expérience et l’interactivité. Les étudiants bénéficieront d’un suivi académique et d’un accompagnement professionnel particulier. Tous les mois, un séminaire intensif de plusieurs jours est organisé, et ce sur une période moyenne d’un an.

Outre Paris Dauphine, le Maroc a vu l'arrivée ces dernières années de plusieurs des meilleures écoles de management et d'ingénieurs en France comme l’Essec à Rabat qui ciblant le Maroc et l’Afrique s’appuie sur le groupe Addoha, l'Ecole centrale de Casablanca ou encore le groupe Insa au sein de l'Université Euromed de Fès. Le royaume devrait également accueillir HEC Paris qui prépare selon Medias24 une formation diplômante dans le cadre de son programme Executive education. Autre école à Casablanca Toulouse Business School qui propose un programme Grande École dans la capitale économique du Maroc.

http://www.usinenouvelle.com/article/maroc-l-universite-paris-dauphine-va-inaugurer-dauphine-casablanca.N450692
Revenir en haut Aller en bas
pyromane
Lt-colonel
Lt-colonel
avatar

messages : 1243
Inscrit le : 22/06/2011
Localisation : Ailleurs
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Mar 18 Oct 2016 - 10:56

alphatango a écrit:
Au Maroc, chaque cycle lunaire il y a quelqu'un qui nous ressort la darija comme langue d'enseignement ou le fait que l'arabe classique est le noeud du problème de l'education nationale.
Le dernier etait Tozi sur Medi 1 ou 2M le weekend dernier.

La premiere remarque que je note est que ce sont toujours des francophones qui font ces remarques. Mais pas n'importe quels francophones... ceux qui ne maitrisent pas l'arabe écrit.

Ensuite, d'un point de vue linguistique, il n'y a pas UNE darija (comme il n'y a pas UNE langue amazigh). Plus grave, la darija n'a pas les éléments constitutifs d'une langue (contrairement aux differentes langues amazigh). En fait, les differentes darija que nous retrouvons en Afrique du Nord sont des simplifications et des évolutions de l'arabe classique (comme l'anglais d'aujourd'hui par rapport à l'Anglais de Shakespeare).

Sur cette base, il serait plus intelligent d'enseigner une version simplifiée de la langue arabe.

Mais est-ce la langue d'enseignement qui est la cause de la dégradation de l'enseignement national?
Jusqu'aux années 80, nous etudions les sciences et les math en français mais nous avions aussi des "coopérants" Français, Roumains, Vietnamiens (peut etre avec la nationalité Française)... qui etaient agrégés et produisaient un enseignement de qualité.

Aujourd'hui, nous avons les "Ecoles des Instituteurs" qui produisent des enseignants à la chaine après une formation baclée. Il en vas de meme pour les ENS...

Les vrais problemes sont:
- Les enseignants n'ont pas le niveau car la formation initiale est d'un autre age et baclée ET car il n'y a pas de véritable formation continue.
- Il n'y a aucun incitant à l'excellence pour l'enseingant. Les syndicats ont toujours refuser la promotion aux résultats. On se retrouve avec un systeme basé sur la promotion à l'ancienneté. Il suffit de ne pas mourir pour etre promus... Donc à quoi bon se donner à fond?
- Les ministres veulent des taux de réussite élevés. Les enseignants acceptent donc de laisser passer des éleves qui n'ont pas le niveau (cela commence au primaire et va jusqu'au PhD).
- Une mauvaise allocation des ressources. Dans les grandes villes, les enseignants travaillent en alternance alors qu'il n'y en a pas pour les campagnes. Plus grave, alors que la methode d'enseignement choisie par le ministère est qu'il y ait un enseignant devant la classe (qui donne la leçon) et un second enseignant au milieu des eleves pour aider ceux qui ont besoin de soutien, la réalité est qu'il n'y a jamais deux enseignants dans la classe (le second enseignant fait ses courses ou corrige des tests).
- Tout le systeme educatif marocain est basé sur l'apprentissage par Coeur et non sur le raisonnement et la compréhension.
- Nous continuons de demander à l'université de former des gens pret à l'emploi alors que son job est de former à la recherche.

Le ministere de l'education a un budget important (l'un des plus importants au monde en % du budget de l'etat) mais les resultats sont de pire en pire. La solution de la privatisation (que soutien le PJD) n'est pas une solution et represente plutot une fuite en avant.
Un etat digne de ce nom doit fournir à sa population une éducation de qualité de préférence gratuite afin de facilité le renouvellement des élites. Les pays qui ont pris la voie de la selection de l'elite sur base de l'argent vont tous droit au mur (et j'inclus les Etats Unis dans cette liste).

La solution est sans doute de commencer par mettre en place des etablissements publics d'élite. Des colleges et lycées qui ne recoivent que les meilleurs (sur concours ou sur dossier).
Nous avons déja les classes préparatoires qui sont la continuation naturelle de ce processus de selection de l'elite intellectuelle.
Nous devons egalement commencer à faire la distinction entre les universités. L'université ne doit pas etre un parking et nous devons accepter que certaines universités sont meilleurs que d'autres. L'entrée aux meilleurs universités devrait etre plus difficile car il aura plus de demande.

Aujourd'hui, il faut bien admettre que l'université de Marrakech (Qadi Ayyad) est plus active et dynamique que celle d'Oujda ou de Fes... Pourquoi ne serait-elle ouverte qu'aux habitants de la région de Marrakech? L'admission devrait etre sur dossier ou sur concours.

Une fois que nous aurons assurer la solidité intellectuelle de la future élite intelectuelle (et non les fils et filles de tel ou tel comme nous le voyons à Descartes ou Lyautey aujourd'hui), nous pourrons travailler à améliorer le niveau de l'énseignement général. Une amélioration qui passe par la mise en place de techniques pédagogiques modernes et la mise en valeur de la formation professionelle & apprentissage (comme en Allemagne).

Le secteur privé a sa place mais l'education et la santé ne devrait JAMAIS etre des secteurs lucratifs. Ces deux secteurs devraient etre reserves à des organisations à but non lucratif. Vous voulez créer une école. Très bien mais ce sera une Association à But Non Lucratif. Tout ce que vous gangerez vous devrez soit le reinvestir dans l'etablissement soit vous payer un salaire (imposable bien entendu car l'ASBL est exempté d'impot mais pas l'employer ou le directeur).
Le secteur privé ne devrait pas échapper au classements également. Aujourd'hui, il suffit d'avoir une maison pour ouvrir une ecole. Il y en a partout et personne ne sait quel est leur niveau. Le ministère de l'education nationale doit inspecter ses etablissements et fournir un score (etaillé) après chaque audit. Ces audits doivent etre disponible pour tous afin que nous puissions  choisir en connaissance de cause dans quel etablissement nous plaçons nos enfants (en Grande Bretagne ils ont les OFSTED scores qui permet de connaitre le niveau de chaque ecole du pays. Ils ont un site internet où ont peut voir le niveau de chaque ecole dans une zone donnée etc).

Tous ces problemes et ce que j'estime etre des solutions n'ont rien à voir avec la langue d'enseignement qui n'est q'une excuse de la part de l'elite fancophone (dont je fait parti) pour masquer un complexe d'inferiorité face à la langue Arabe (Vous pensez que Hafid El Alamy est à l'aise quand il doit lire un discours au parlement ecrit phonetiquement en lettres latines?)

1- Non les critiques ne viennent pas que d'une élite francophone, je suis un fan de poésie arabe, la plus belle qui existe (de mrou'ou al9aiss à abou nawass et de Moutanabi à Ahmed Shawki) mais j'ai la lucidité de reconnaître que ce n'est pas la langue des marocains, ils ne la comprennent pas facilement et cela décrédibilise l'enseignement parce que ca le coupe de la réalité de la vie des gens.

2- Je suis d'accord pour une version simplifiée de l'arabe, et c'est ce qu'on appelle la darija Very Happy

3- Si certaines formations de deuxième cycles ont besoins de faire de la sélection alors OK, mais l'université est là aussi pour répandre la connaissance, c'est un objectif stratégique qui est une condition nécessaire à la formation de citoyens et non juste des sujets/consommateurs.

4- Tu te concentres trop sur l'enseignement supérieure alors que c'est bien l'éducation nationale (surtout en primaire) qui donne le la à tout le système, t'as beau avoir les meilleures universités au monde si t'as pas des écoles primaires de qualité tu ne trouveras pas d'étudiants à recruter. Il y a une autre solution, celle d'un enseignement privé de qualité, de quelques universités privées de qualité qui te forment à peine quelques milliers de très bon cadres par an mais tu laisses sur le côté 90% de la population, ce qui contredit ta critique des élites, et surtout contredit la constitution du pays.

5- Le "scoring" est juste un moyen de management paresseux qui ne fait que diminuer la qualité du travail en mettant de la pression sur les employés. Il faut de l'évaluation personnalisée, de l'accompagnement de carrière par des conseillers tout au long des années de services, des objectifs individuels de projets professionnels, de la valorisations des expériences, c'est comme ca que tu peux donner envie à tes employés de se donner à fond, car si tu n'utilisent que le bâton il feront comme l'âne et prendrons toujours la pente la moins raide Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
vinseeld
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1525
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Jeu 20 Oct 2016 - 6:55

Quelle honte !!!!!


http://www.medias24.com/MAROC/SOCIETE/167779-Fermeture-d-une-ecole-privee-a-Tanger-entre-stupeur-des-parents-et-explications-de-l-Academie-regionale.html a écrit:


Fermeture d'une école privée à Tanger: entre stupeur des parents et explications de l’Académie régionale








Revenir en haut Aller en bas
pyromane
Lt-colonel
Lt-colonel
avatar

messages : 1243
Inscrit le : 22/06/2011
Localisation : Ailleurs
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Jeu 20 Oct 2016 - 13:42

Je ne vois pas le problème, l'article parle d'absence d'autorisation pour le nombre d'élèves inscrits ainsi que d'un problème avec la matière éducation islamique qui est très strictement régie par le ministère dans notre système, sans parler de l'absence d'assurance. De plus le directeur qui pleurniche a été notifié depuis 2014 pour remédier à la situation, donc je ne vois pas pourquoi il vient se plaindre. Le seul problème que je vois c'est que la fermeture arrive après la rentrée et non en période estivale comme ca aurait du l'être. ca c'est problématique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
vinseeld
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1525
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Jeu 20 Oct 2016 - 15:11

Le problème est que la/les raison(s) invoquer pour la fermeture de l’école n'est pas la même que celle avancer par le responsable .

On veut faire de l'éducation nationale une priorité et un fer de lance du pays alors qu'on empêche des structures comme celles-ci démerger ,et sans parler de ce 1er salon de l'éducation organiser par ce même responsable ,annuler sans raison apparente .

il a été souvent mentionner sur ce topique de la part de certains connaisseurs que effectivement ,une certaine caste/élite de ce pays cherche a tous prix ,par tous les moyens de contrôler l'éducation et l'apprentissage des enfants du royaume ,afin de monopoliser ad vitam aeternam les institution du Maroc et de ce fait ,empêcher l'émergence du "petit peuple" pour les intérêts de leurs propres caste.......et les exemple sont nombreux a l'image de ce projet qui voulais faire de la "DARIJA" la langue officielle de l'apprentissage de nos école ,et ainsi ,continuer a maintenir la tête sous l'eau de notre "peuple".

Cela doit cesser !!! tous marocains de toutes horizon et de toutes catégorie-sociaux voulant le bien des enfants du Royaume ne doivent plus se taire et dénoncer ce genre de pratique arbitraire et rétrograde ,

Sa suffit !!!!
Revenir en haut Aller en bas
simplet
Commandant
Commandant


messages : 1037
Inscrit le : 20/05/2012
Localisation : MONTREAL
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Jeu 20 Oct 2016 - 16:45

Quelle honte !!!!!


http://www.medias24.com/MAROC/SOCIETE/167779-Fermeture-d-une-ecole-privee-a-Tanger-entre-stupeur-des-parents-et-explications-de-l-Academie-regionale.html a écrit:


Fermeture d'une école privée à Tanger: entre stupeur des parents et explications de l’Académie régionale




la honte c'est quand des écoles publique ferment. on va pas q mm pleurer la disparition d'une machine a frics je dis plutôt bon débarras

au lieu que les famille se battent pour le droit a une scolarisation publique de qualité en s'impliquant dans la gestion et surveiller la performance des écoles de leur enfants via les associations des parent d’élèves,  ils préfèrent engraisser les charognards

_________________
.


"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option."  Bob Marley.

.
Revenir en haut Aller en bas
pyromane
Lt-colonel
Lt-colonel
avatar

messages : 1243
Inscrit le : 22/06/2011
Localisation : Ailleurs
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Ven 21 Oct 2016 - 8:28

vinseeld a écrit:
Le problème est que la/les raison(s) invoquer pour la fermeture de l’école n'est pas la même que celle avancer par le responsable .

On veut faire de l'éducation nationale une priorité et un fer de lance du pays alors qu'on empêche des structures comme celles-ci démerger ,et sans parler de ce 1er salon de l'éducation organiser par ce même responsable ,annuler sans raison apparente .

il a été souvent mentionner sur ce topique de la part de certains connaisseurs que effectivement ,une certaine caste/élite de ce pays cherche a tous prix ,par tous les moyens de contrôler l'éducation et l'apprentissage des enfants du royaume ,afin de monopoliser ad vitam aeternam les institution du Maroc et de ce fait ,empêcher l'émergence du "petit peuple" pour les intérêts de leurs propres caste.......et les exemple sont nombreux a l'image de ce projet qui voulais faire de la "DARIJA" la langue officielle de l'apprentissage de nos école ,et ainsi ,continuer a maintenir la tête sous l'eau de notre "peuple".

Cela doit cesser !!! tous marocains de toutes horizon et de toutes catégorie-sociaux voulant le bien des enfants du Royaume ne doivent plus se taire et dénoncer ce genre de pratique arbitraire et rétrograde ,

Sa suffit !!!!

C'est beau de parler de petit peuple mais là on a une école qui coûte 1000MAD/mois, excuse moi mais je ne vois pas où est le petit peuple là dedans. Mais tu en profites pour remettre une couche sur la Darija, alors que tout le monde s'accorde pour dire que l'arabisation de l'enseignement l'a complètement détruit. Mais bon c'est un autre sujet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
alphatango
Capitaine
Capitaine


messages : 888
Inscrit le : 09/04/2008
Localisation : Fes
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Sam 22 Oct 2016 - 0:10

Tout le monde ne s'accorde pas à dire que l'arabisation a détruit l'education! La langue d'apprentissage n'a aucun impact sur le niveau de l'education.

On a detruit notre education publique en ne formant pas les enseignants, en n'investissant plus dans les ecoles, et en laissant se développer la commercialisation de l'education (les heures sup, les ecoles privées, l'achat des questions...).

Ceux qui comparent au temps où l'education secondaire etait en français oublient que nos lycées disposaient de coopérants etrangers (français, roumains, vietnamiens...) qui etaient tous agrégés et qui etaient dévoués à leurs éleves. Ensuite, nous avons remplacé les coopérants par des enseignants formés à la va-vite (bac+2) et qui allaient vers les ENS après avoir échoué aux concours prestigieux (medecine, ecoles d'ingenieurs, académie militaire...).

Donc Pyromane, non, tu ne peux pas dire que "tout le monde pense..."

Pour le reste, je partage ton avis et celui de Simplet mais certains points soulevés par Vinseeld sont justes et doivent etre dit.
Revenir en haut Aller en bas
simplet
Commandant
Commandant


messages : 1037
Inscrit le : 20/05/2012
Localisation : MONTREAL
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Sam 22 Oct 2016 - 3:30

alphatango a écrit:


Ceux qui comparent au temps où l'education secondaire etait en français oublient que nos lycées disposaient de coopérants etrangers (français, roumains, vietnamiens...) qui etaient tous agrégés et qui etaient dévoués à leurs éleves. Ensuite, nous avons remplacé les coopérants par des enseignants formés à la va-vite (bac+2) et qui allaient vers les ENS après avoir échoué aux concours prestigieux (medecine, ecoles d'ingenieurs, académie militaire...).


c'est surtout l’école primaire qui a fait faillite

.

_________________
.


"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option."  Bob Marley.

.
Revenir en haut Aller en bas
pyromane
Lt-colonel
Lt-colonel
avatar

messages : 1243
Inscrit le : 22/06/2011
Localisation : Ailleurs
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   Lun 24 Oct 2016 - 16:04

alphatango a écrit:
Tout le monde ne s'accorde pas à dire que l'arabisation a détruit l'education! La langue d'apprentissage n'a aucun impact sur le niveau de l'education.

On a detruit notre education publique en ne formant pas les enseignants, en n'investissant plus dans les ecoles, et en laissant se développer la commercialisation de l'education (les heures sup, les ecoles privées, l'achat des questions...).

Ceux qui comparent au temps où l'education secondaire etait en français oublient que nos lycées disposaient de coopérants etrangers (français, roumains, vietnamiens...) qui etaient tous agrégés et qui etaient dévoués à leurs éleves. Ensuite, nous avons remplacé les coopérants par des enseignants formés à la va-vite (bac+2) et qui allaient vers les ENS après avoir échoué aux concours prestigieux (medecine, ecoles d'ingenieurs, académie militaire...).

Donc Pyromane, non, tu ne peux pas dire que "tout le monde pense..."

Pour le reste, je partage ton avis et celui de Simplet  mais certains points soulevés par Vinseeld sont justes et doivent etre dit.

L'arabe n'est pas mauvais en soi, je ne suis pas en train de dire qu'il est impossible de faire une éducation de qualité en arabe, mon intention est de dire que l'éducation de masse ne peut pas être réussie dans une langue autre que la langue maternelle, et dans le cas du maroc l'arabe classique n'est pas la langue maternelle. De plus quand je dis que l'arabisation a détruit l'éducation ca ne veut pas dire qu'avec le français ca allait être mieux, puisque ce n'est toujours pas notre langue maternelle. Ce qui s'est passé c'est que le passage à Echelle de notre éducation nationale (couverture de tout le territoire, taux de scolarisation élevés ... etc), ne pouvait pas se faire en français et les responsables de l'époque ont décidé que l'arabe était la solution (ne serait ce qu'au niveau du recrutement des profs), mais le résultat est là et on sait aujourd'hui que ca ne marche pas.

Biensur à côté de ca on a d'autres problèmes comme le niveau de formation des professeurs, leurs conditions de travail, la volonté politique libérale qui traverse le pays, l'élitisme de certains décideurs ... etc

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur   

Revenir en haut Aller en bas
 
La réforme du secteur de l'éducation et l'enseignement supérieur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» salon forme, mode et beauté à Dijon
» [mesure Sarko] la réforme des universités
» tetine reprenant la forme du sein
» Réforme institutionelles européennes
» gâteau en forme de lapin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: