Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42  Suivant
AuteurMessage
FAR SOLDIER
Modérateur
Modérateur
FAR SOLDIER

messages : 5663
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Nowhere
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena30
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Ambass10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeJeu 5 Déc 2013 - 18:07

Rappel du premier message :

J'ouvre ce thread pour plusieurs raisons . Premièrement , parce que aujourd’hui même officiellement l'ONU a donner son feu vert a la France pour une intervention militaire au coté des forces africaines , l'opération va se faire . Et deuxièmement , ce conflit nous intéresse en tant que musulmans , car le conflit opposent justement musulmans et chrétiens dans ce pays . Personnellement je n'ai jamais su que il y avait des musulmans en Centrafrique .
Vos informations nous permettrons de mieux comprendre les raisons de ce conflits , les différentes parties de ce conflit , certains parlent de vengeances de l'ex president Bozizé et des milices chrétiennes  , d'autres mettent en cause la rebelle du Séléka qui sont musulmans ...

Citation :
Le Conseil de sécurité de l'ONU  a adopté ce jeudi un projet de résolution de la Franceautorisant le recours à la force pour les troupes d'intervention africaines et françaises. Sur place, a tension est encore montée d'un cran à Bangui, la capitale de la Centrafrique.

Des tirs et détonations ont été entendus, faisant plusieurs victimes. Des journalistes ont dénombré ce jeudi après-midi 80 morts dans une mosquée de Bangui et des rues voisines.

Les accrochages opposent les membres de milices chrétiennes d'autodéfense, les «anti-balaka» (anti-machettes), à des hommesarmés issus des rangs de la coalition rebelle Séléka — depuis dissoute — dirigée par Michel Djotodia. Ces derniers, qui se revendiquent musulmans, ont renversé en mars par un coup d'Etat le président François Bozizé, arrivé au pouvoir dix ans plus tôt, plongeant le pays dans le chaos.

Environ 250 soldats français ont été déployés ce jeudi dans le centre-ville, a prévenu l'état-major des armées. Tout comme la force africaine, l'armée française, plus que jamais «gendarme» de l'Afrique après le Mali, attend le feu vert des Nations-Unies pour lancer son opération militaire, baptisée «Sangaris».

Suivez les évènements, minute par minute.

17h25. Environ 1,3 million de personnes ont besoin d'une aide alimentaire en République centrafricaine, en raison des troubles intérieurs, a mis en garde la FAO (Food and Agriculture organization, Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture).

16h48. Les soldats français pourraient intervenir dans les heures qui viennent.

Les 1200 soldats français, qui doivent être déployés en RCA, auront à leurs côtés 3000 hommes de la force africaine, la Misca (Mission internationale de soutien à la Centrafique : Tchad, Cameroun, Congo, Gabon), qu'ils sont chargés d'appuyer. Une force encore mal équipée, dont le commandement reste à mettre en place, qui devra prendre dans quelques mois le relai des Français.

La France dispose d'un dispositif unique de forces prépositionnées sur le continent africain, ce qui qui multiplie sa capacité de réaction : 940 hommes au Gabon, 350 au Sénégal, 2000 à Djibouti, 450 en Côte d'Ivoire, 250 en temps normal en Centrafrique.

La France table cette fois sur une opération ponctuelle. «Nous mobilisons un millier d'hommes pour une période de montée en puissance de 4 à 6 mois, puis de retrait progressif de 4 à 6 mois», a résumé mardi Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, dans une interview au quotidien Le Dauphiné.

Une facture de 400 M€ au Mali

Impossible de chiffrer pour l'instant le coût de l'opération française qui est sur le point de démarrer en Centrafrique.

La précédente intervention extérieure de la France en Afrique est l'opération Serval, au Mali, où les militaires ont traqué les jihadistes et aidé l'Etat Malien à rétablir l'ordre.

Le coût de l'opération Serval au Mali devrait «dépasser les 400 M€ à la fin de l'année» 2013, estimait fin juin le chef d'état-major des armées (CEMA), l'amiral Edouard Guillaud, selon La Tribune. La facture globale d'une telle opération est «de l'ordre de 100 000 € par homme et par an», a précisé le CEMA.

16h36. Jean-Yves Le Drian, le ministre de le Défense qui a écourté un déplacement à Toulon (Var) a commencé à préparer le conseil restreint de Défense avec les services de renseignement. Ce conseil de défense réunira notamment le chef d'état major des armées, Edouard Guillaud, et les ministres Jean-Yves Le Drian (Défense), Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Manuel Valls (Intérieur), autour du président Hollande.

16h33. Qui paiera pour une future force de casques bleus après l'intervention de la France ? C'est la question qui se pose déjà dans les couloirs de l'ONU. Les Etats-Unis ne cachent pas leur frilosité à l'idée de financer un tel dispositif.

16h21. François Hollande réunit un conseil restreint de défense à 18 heures.

16h15. La résolution a été votée à l'unanimité. Elle permet aux forces françaises engagées sur le terrain de sécuriser les civils et d'apporter une aide humanitaire. Elle est placée sous le chapitre 7, autrement dit l'usage de la France est autorisé.

Ce que prévoit la résolution de l'ONU
Le Conseil, déclarant agir sous le chapitre 7 de la Charte de l'ONU (autorisant le recours à la force)...
TRANSITION POLITIQUE ... «réclame l'application rapide des accords de transition (..) qui devront mener à la tenue d'élections présidentielle et législatives libres, équitables et transparentes...»
DROITS DE L'HOMME ... «exprime sa profonde inquiétude devant la multiplication des violences inter-religieuses et inter-ethniques...», «demande au secrétaire général (Ban Ki-moon) de mettre en place rapidement une commission internationale d'enquête (...) pour une période initiale d'un an. L'enquête portera sur les exactions commises depuis le 1er janvier 2013.»
MISCA ET FORCES FRANCAISES... «autorise le déploiement" de la force africaine présente en RCA (Misca) pour une période de douze mois, avec une clause de révision à six mois, afin de protéger les civils et rétablir l'ordre et la sécurité (...), stabiliser le pays (...) et créer les conditions propices à la fourniture d'aide humanitaire. Autorise les forces françaises en RCA, dans la limite de leurs capacités et de leurs zones de déploiement, et de manière temporaire, à prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir la Misca dans l'accomplissement de son mandat et demande à Bangui et aux pays voisins de soutenir leur action.»
EMBARGO SUR LES ARMES... « impose un embargo sur les armes et équipements militaires destinés à la RCA pour une période initiale d'un an. Cet embargo ne concernera pas les matériels destinés à la Misca ou aux forces françaises. Un comité des sanctions veillera au respect de l'embargo.»
SANCTIONS CIBLEES... «exprime sa ferme intention d'envisager rapidement des sanctions ciblées, dont des gels d'avoirs et des interdictions de voyage, contre les individus qui violent l'embargo sur les armes ou les droits de l'homme, bloquent la transition politique dans le pays, ou exploitent illégalement des ressources naturelles comme les diamants.»


⇒ 16h11. Le Conseil de Sécurité de l'ONU donne son feu vert à l'intervention de la France en Centrafrique.

16h03. A la mosquée du quartier PK5, dans le centre de la capitale, 54 cadavres étaient alignés dans la salle de prière et la cour intérieure, portant des marques de blessures à l'arme blanche et par balles. Dans les rues voisines, les journalistes ont comptabilisé 25 cadavres abandonnés sur le bas coté.

«Les corps ont été amenés dans la matinée par des gens du quartier», a expliqué à l'AFP un responsable de la mosquée qui a souhaité garder l'anonymat. La mosquée était remplie d'hommes et de femmes venus chercher un parent disparu.

Signe de l'extrême tension régnant dans la ville, les abords de la mosquée étaient bondés d'hommes portant des machettes, alors que les rues voisines, dans lesquelles gisaient d'autres corps, étaient désertes.

15h47. Plus de 80 cadavres comptés dans une mosquée et dans les rues de Bangui.

14h45. Au moins huit morts et des dizaines de blessés, selon MSF. « Depuis ce matin, nous avons aidé à prendre en charge 65 blessés arrivés aux urgences. Une vingtaine présentait des blessures graves ; 8 sont morts ; 5 sont déjà passés en urgence au bloc » témoigne Thomas Curbillon, chef de mission MSF à Bangui.  « La plupart présentent des blessures par balle et armes blanches, type machette ou couteau ».


13h51. Extension du couvre-feu. Appelant la population terrorisée «à garder son calme» dans une allocution radio-télévisée, le président centrafricain de transition Michel Djotodia annonce l'extension immédiate de quatre heures du couvre-feu, imposé désormais de 18 heures à 6 heures, face aux aux tirs et violences meurtrières qui ont éclaté avant l'aube. Il ajoute que «l'armée française est une amie de la Centrafrique», quelques heures avant le vote par le conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution autorisant la France à intervenir militairement pour rétablir la sécurité dans le pays.

13h31. Huit morts selon MSF. «Hôpital communautaire: 65 blessés, 8 morts», indique un bref message transmis par MSF, qui a dépêché dans cet établissement une équipe médicale et chirurgicale.

13h15. Le FN «appuie et soutient» l'intervention militaire imminente de la France en Centrafrique sous mandat de l'ONU, indique jeudi le parti dans un communiqué. «La dégradation de la situation civile et sécuritaire en Centrafrique justifie plus que jamais l'intervention militaire de la France sous l'égide de l'ONU», est-il écrit.

Pourquoi «Sangaris» ?
L'armée française a baptisé son opération «Sangaris», baptisée du nom d'un petit papillon rouge. Pour les entomologistes du monde entier, la Centrafrique est en effet le paradis des papillons où, en saison, il suffit d'emprunter une piste forestière à la sortie de Bangui pour croiser des nuages de millions de ces insectes.


12h50. Environ 650 militaires français présents à Bangui. Le colonel Jaron indique qu'«aujourd'hui, environ 650 militaires français sont présents» dans la capitale de la Centrafrique.

12h45. «Environ 250 soldats français se sont déployés dans Bangui à la suite des incidents de la nuit», annonce le porte-parole de l'état-major des armées françaises, le colonel Gilles Jaron. «Vers 3 heures, il y a eu des accrochages entre des ex-Séléka et des éléments armés non identifiés à cette heure (...), les forces françaises ont dû réagir». Une partie des effectifs de l'opération Bouali «s'est déployée dans Bangui», déclare le porte-parole lors du point de presse hebdomadaire de la Défense, soulignant la «nette dégradation de la situation». La mission de ces 250 soldats français : «sécuriser les points sensible (ambassade...) et des points de regroupement pour assurer la sécurité des ressortissants».

12h15. Le Premier ministre centrafricain appelle à l'intervention «immédiatement» après le feu vert de l'ONU. «Vu l'urgence, mon souhait est que l'intervention se fasse dans les meilleurs délais, immédiatement après la résolution», déclare Nicolas Tiangaye, qui se trouve à Paris pour le sommet de l'Elysée sur la paix et la sécurité en Afrique.

10h50. Les tirs à l'arme automatique jeudi matin à Bangui ont fait «plusieurs morts et des blessés», selon le chef de la mission de Médecins sans Frontières (MSF) en Centrafrique, Sylvain Groulx. «Il y a des morts et des blessés», qui ont été conduits à l'hôpital communautaire de Bangui, où MSF a dépêché une équipe médicale et chirurgicale, indique-t-il, incapable de donner de bilan précis dans l'immédiat.


10h30. Hollande reçoit ce jeudi après-midi le Premier ministre algérien à l'Elysée. Cet entretien, qui ne figurait pas initialement dans l'agenda hebdomadaire de l'Elysée, précède le Sommet sur la paix et la sécurité en Afrique organisé par la France vendredi et samedi, à Paris, en présence d'une quarantaine de dirigeants africains.

9h10. La France ne doit plus être le «mercenaire gratuit» de l'UE, selon Pierrre Lellouche (UMP). «On se retrouve, nous Français, encore une fois tout seuls», déclare-t-il sur France Inter. «Ca n'est pas supportable» s'indigne l'alu d'opposition. «L'Europe sait réguler le nombre de cigarettes dans le coffre de la voiture, mais dès qu'il y a un problème sérieux, il n'y a plus personne !»

8h50. «Ca ira très vite». «Dès que le président de la République aura donné le top, les choses vont aller très vite», explique Laurent Fabius. sur BFMTV/RMC. «Ca tombe bien puisque nous avons entre aujourd'hui et samedi à Paris à la fois tous les Etats africains, plus le secrétaire général des Nations unies, plus le président de l'Union européenne», rappelle-t-il.


8h48. La France interviendra «en appui» de la force africaine Misca, qui compte 2.500 hommes et doit à terme arriver à 3.600 soldats, souligne Laurent Fabius. Le but de l'intervention est «d'éviter les drames humanitaires épouvantables et de rétablir la sécurité. Dans un deuxième temps ce sera de favoriser une transition démocratique parce qu'il va falloir organiser des élections», théoriquement début 2015, ajoute Laurent Fabius.


8h45. Fabius : 1.200 soldats français déployés «dans les jours qui viennent». «Autour de 1.200» soldats seront déployés en Centrafrique, et l'intervention débutera «entre le vote de la résolution à l'ONU ce soir et la date que choisira le président de la République», déclare ole ministre des Affaires etrangères Fabius sur BFM TV/RMC, précisant que ce sera «dans les jours qui viennent».

6 heures. Des tirs d'armes automatiques et des détonations plus lourdes sont entendus depuis l'aube dans plusieurs quartiers de Bangui, la capitale centrafricaine, selon des journalistes de l'AFP. Ces tirs, dont l'origine était inconnue dans l'immédiat, ont débuté vers 05H30  dans la zone du PK-12, dans le nord de la ville, puis se sont étendus à d'autres quartiers de la ville, notamment non loin du centre-ville, dans la zone du fleuve.

Bilan de la veille
Une douzaine de personnes ont été tuées près de Bangui dans la nuit de lundi à mardi, a-t-on appris mercredi. A une centaine de kilomètres au nord de la capitale - où la tension monte dans les quartiers à l'approche du vote à l'ONU, dans un climat détestable de suspicion et de soif de vengeance - ces civils, des éleveurs peuls musulmans, ont été massacrés à la machette, selon des sources militaires. Dix très jeunes enfants ont été sauvagement blessés dans la même attaque, aux membres ou la tête, eux aussi à coups de machettes, et étaient hospitalisés mercredi à Bangui, ont constaté des journalistes de l'AFP. Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye a dénoncé des «actes horribles, odieux», tandis que les Etats-Unis se sont dits «horrifiés».
http://www.leparisien.fr/international/en-direct-centrafrique-250-soldats-francais-deployes-a-bangui-jour-j-a-l-onu-05-12-2013-3379685.php






_________________
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 20190556
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeJeu 25 Avr 2019 - 18:47

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeMer 1 Mai 2019 - 21:26

Citation :


Bangassou : Un appui à la restauration de l’autorité de l’Etat

UN Mission in the Central African Republic - MINUSCA

Ajoutée le 30 avr. 2019


Les casques bleus marocains de la MINUSCA et les Forces armées centrafricaines (FACA), mènent toujours des patrouilles conjointes pédestres et motorisées à Bangassou, une ville située à 734 kilomètres de Bangui à l’Est de la République centrafricaine, chef-lieu de la préfecture du Mbomou
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeJeu 9 Mai 2019 - 22:27

Citation :
La Minusca est "préoccupée" par les agissements d’un groupe armé dans l’ouest

Publié le jeudi 9 mai 2019 | voaafrique

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _11c48
© Autre presse par DR
Un casque bleu



La Mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca) s'est dit "préoccupée" par les violations commises dans l'ouest de ce pays par un des groupes armés signataires de l'accord de paix conclu début février.

"La Minusca demeure préoccupée par la récurrence des violations du droit international humanitaire commises par le Front démocratique du peuple centrafricain (FPDC) dans la préfecture de la Nana Mambéré (ouest)", indique-t-elle mercredi dans un communiqué.

Le 22 avril 2019, des éléments du FPDC ont attaqué un village de l'ouest, où ils ont enlevé trois personnes, incendié deux véhicules ainsi que deux motos, "et maintiennent deux des victimes toujours en captivité", a expliqué la Minusca.

La Mission "rappelle aux leaders du FDPC que ces actes constituent des violations graves du droit international humanitaire et sont contraires à leurs engagements dans le cadre de l'Accord de paix dont ils sont signataires".

Début avril, une opération militaire avait été lancée par la Minusca dans la zone contre ce groupe implanté localement, mais sans influence nationale.

L'ONU reprochait au groupe armé d'avoir érigé des barricades sur la route nationale 1, la seule permettant d'approvisionner Bangui depuis le Cameroun, et d'avoir volé une dizaine de pick-up.

Le Premier ministre centrafricain, Firmin Ngrebada, avait alors "appelé à la raison" le FPDC. " (Nous) n'avons pas signé un accord de paix pour revenir à la guerre", avait-il déclaré.

Après la signature d'un accord de paix début février entre Bangui et 14 groupes armés, dont le FDPC, ce dernier avait érigé des barricades en signe de mécontentement vis-à-vis des autorités qui, selon lui, n'avaient "pas respecté" l'accord dans la formation du gouvernement.

Une réunion de suivi pour tenter de sauver l'accord avait eu lieu mi-mars en Ethiopie, où les différentes parties prenantes s'étaient entendues sur un nouveau gouvernement.

Si le leader du groupe, Abdoulaye Miskine, avait décliné le poste ministériel qui lui était destiné, l'un de ses proches avait été nommé "conseiller spécial" à la Primature et l'autre préfet de la Nana-Mambéré, région de l'ouest.

L'accord de Khartoum, soutenu par tous les partenaires de Bangui et préparé depuis 2017 par l'Union africaine, est le huitième signé depuis le début de la crise marquée par le renversement en mars 2013 du président François Bozizé.

Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée par la guerre, qui a forcé près d'un quart des 4,5 millions d'habitants à fuir leur domicile

http://news.abangui.com/h/68135.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeLun 13 Mai 2019 - 21:26



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeSam 25 Mai 2019 - 20:50

Citation :
RCA: les 3R disent avoir livré les coupables du massacre de la région de Paoua

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _11b74
Le village de Paoua (image d'illustration).
© AFP PHOTO / CARITAS INTERNATIONAL / MATTHIEU ALEXANDRE


Par RFI Publié le 25-05-2019 • Modifié le 25-05-2019 à 14:05


En Centrafrique, l'heure semble être à l'apaisement, après le massacre de civils dans la région de Paoua et qui a été attribué au groupe armé des 3R, un massacre qui a fait au moins 34 civils selon les chiffres de la Minusca rendus publics dès mercredi et qui a fait planer de sérieuses menaces sur l'accord de paix de Khartoum, alors que le gouvernement leur avait donné 72 heures pour qu'ils livrent les coupables. Smaïl Chergui, le président de la Commission paix et sécurité de l'Union africaine et l'un des parrains de cet accord, a été le premier à tenter de calmer le jeu dès vendredi en annonçant sur RFI que les 3R étaient prêts à livrer les coupables. C'est chose faite, a assuré un peu plus tard le porte-parole de ce groupe armé.

Il y a deux jours, le porte-parole du groupe armé des 3R assurait encore qu'ils n'étaient pas responsables des massacres commis dans la région de Paoua mardi et qu'à ce titre, ils ne pouvaient « livrer des coupables qu'ils ne connaissent pas ».

Changement de ton dès vendredi. Le général Siwo a annoncé que leur haut commandement avait envoyé sur place une mission d'enquête qui a établi la responsabilité de trois de leurs combattants qui auraient agi de leur propre chef.

Ils ont donc été remis à la Minusca et au représentant du gouvernement centrafricain dès hier dans la ville de Paoua.

« Les auteurs de cette attaque, ceux qui ont tiré sur les civils, explique le général Siwo, nous les avons déchargés aux mains de la Minusca et des autorités nationales. C’est notre habitude, ce n’est pas la première fois que nous livrons des gens qui se comportent de cette façon. »

Le gouvernement centrafricain avait également donné 72 heures au groupe armé pour qu'il « démantèle ses bases et barrières illégales ».

« Nous n'avons jamais eu de barrières », assure aujourd'hui le porte-parole des 3R. Quant à leurs bases ? « Nous allons voir avec la Minusca et le gouvernement comment régler tous les problèmes », a-t-il ajouté.

Officiellement, ce sont 34 personnes qui ont été tuées mardi dans le nord-ouest du pays, mais des sources diplomatiques parlent désormais d'une cinquantaine de victimes. « On n'en parle pas pour le moment afin de ne pas mettre de l'huile sur le feu », selon l'une de ces sources.

http://www.rfi.fr/afrique/20190525-rca-le-3r-assure-avoir-livre-coupables-massacre-region-paoua
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeSam 1 Juin 2019 - 19:00

Citation :
1 juin 2019

La MINUSCA mène une opération dans l’Ouest pour assurer la protection des civils suite aux massacres perpétués par le 3R  



La Force de la MINUSCA a lancé jeudi la seconde phase de l'opération baptisée « Wegnnyen negoye »(marteau en Sango) dans la région ouest de la République centrafricaine (RCA) pour répondre à la crise déclenchée par les attaques perpétrées par le groupe arméRetour, Réclamation et Réhabilitation (3R), le 21 mai dernier. Ces attaques, notamment dans les villages de Lemouna et Koundjili, à environ 50 km de Paoua, préfecture de l’Ouham-Pendé, ont causé 34 morts, y compris celle d’un enfant, en violation flagrante de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA. Le 25 mai, le Gouvernement centrafricain a exigé du 3R le démantèlement de toutes ses bases et barrières dans la zone des attaques, ainsi que la remise, dans un délai de 72 heures, des présumés auteurs des crimes.

Le 3R a reconnu sa responsabilité dans les attaques, en présentant des excuses publiques, en remettant à la justice trois de ses éléments présumés coupables des attaques et en réduisant sa présence à Bohong, Bokaya et Létélé. La MINUSCA exige que le 3R rende tous les éléments qui ont joué un rôle dans les attaques du 21 mai et collabore pleinement avec les enquêtes en cours. La Mission attend aussi que le 3R s’engage à se démobiliser et désarmer immédiatement dans le cadre du Programme national de DDRR et à participer dans la formation des unités spéciales mixtes de sécurité prévues par l’Accord.

Une mission conjointe composée de quatre membres du Gouvernement centrafricain, du Représentant spécial du Président de la commission de l’Union Africaine (UA), du Représentant du Secrétaire général de la Communauté économique des états de l’Afrique centrale (CEEAC) et du Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations unies s’est rendue vendredi à Niem-Yéléwa où elle a rencontré Sidiki, le leader de 3R. Ce dernier a dit vouloir collaborer avec la justice dans le cadre de l’enquête sur les violences du 21 mai.

Le but de l’opération « Wegnnyen negoye » menée par la Force de la MINUSCA est d’assurer la protection des civils dans la zone, prévenir de nouvelles attaques, affrontements ou tentatives de représailles et d’arrêter tout mouvement d’éléments armés dans la zone. L’opération prévoit, entre autres, la mise en place de bases opérationnelles temporaires dans certaines localités.

La MINUSCA lance un nouvel appel à tous les groupes armés afin qu’ils respectent leurs engagements dans le cadre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation, et dans la cessation de tous les abus et violations. La Mission rappelle sa détermination à exécuter son mandat pour protéger toutes les populations civiles et les institutions et à soutenir la mise en œuvre de l’Accord ensemble avec l’UA et la CEEAC, les garants de l’Accord, ainsi que toutes les parties signataires pour une exécution de bonne foi de leurs obligations.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-m%C3%A8ne-une-op%C3%A9ration-dans-l%E2%80%99ouest-pour-assurer-la-protection-des-civils-suite-aux-0  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeMer 5 Juin 2019 - 20:19

Citation :
RCA: un nouveau groupe armé voit le jour dans le Sud

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12d18
Un membre de l'ancienne rébellion Séléka pose avec son arme à Bambari, en mai 2015. (photo d'illustration)
© AFP PHOTO / PACOME PABANDJI

Par RFI Publié le 05-06-2019 • Modifié le 05-06-2019 à 15:48



Nouvelle scission au sein d'un groupe armé centrafricain. Cette fois-ci, il s’agit du RPRC, le Rassemblement patriotique pour le renouveau de la Centrafrique issu des ex-Séléka qui ont dirigé ce pays en 2013. Cette nouvelle scission a été annoncée il y a quelques jours par un communiqué de presse, écrit et signé à la main par quelque 80 officiers du RPRC. Mais il y a encore beaucoup de zones d'ombre autour de ce qui se passe dans le sud du pays.

Combien d'hommes, sur les centaines que compte le RPRC, ont rallié le nouveau groupe armé ? Personne ne peut le dire avec exactitude. Mais les spécialistes notent la présence de nombreuses figures de ce mouvement parmi les dizaines d'officiers frondeurs.

Il y a notamment celui qui est présenté comme leur leader, Nourd Gregaza, un ancien ministre réputé proche de l'ancien président Michel Djotodia. A ses côtés, une autre figure très connue dans le pays, Aubin Issa Issaka, chef d'état-major de l'armée toujours sous la présidence Djotodia, dont il est réputé très proche également.

Si ce mouvement est né dans la ville natale de l'ancien président, jusqu'ici rien n'est pour autant venu le relier à ce qui se passe au sein de ce groupe armé.

Des « bandits de grand chemin »

Les dirigeants du PRNC qui vient d'être créé par les frondeurs n'ont pas encore expliqué les raisons de cette scission. L'un des généraux, joint par téléphone, dénonce le fait que « l'accord de paix de Khartoum n'a bénéficié jusqu'ici qu'au gouvernement et à quelques chefs rebelles, et non au peuple centrafricain. » De son côté, le leader du RPRC et actuel ministre de l'Énergie, Gotran Djono Ahaba, botte en touche. « Nous sommes en train de travailler à une solution à cette crise », assure-t-il.

Le porte-parole du gouvernement Ange Maxime Kazagui rappelle lui qu'il n'y a que 14 groupes armés reconnus et signataires d'un accord de paix en Centrafrique. Il considère les autres mouvements comme des « bandits de grand chemin ».

http://www.rfi.fr/afrique/20190605-rca-nouveau-groupe-arme-voit-le-jour-le-sud
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeJeu 6 Juin 2019 - 20:19

Citation :
5 juin 2019

La MINUSCA rassure la population face aux défis de stabilisation en RCA



La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a indiqué mercredi que les défis pour la paix et la stabilité de la République centrafricaine (RCA) sont nombreux, tout en assurant qu’elle travaille avec les autorités nationales et d’autres acteurs pour une paix durable. « Nous poursuivons les contacts avec les groupes armés, nous maintenons le dialogue, mais la MINUSCA ne va pas fermer les yeux si les populations civiles sont attaquées », a indiqué le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, qui a rejeté les accusations de manque d’engagement des casques bleus.

Il a appelé les groupes armés à respecter leurs engagements contenus dans l’Accord politique de paix et de réconciliation en RCA, signé le 6 février dernier, et a invité la population centrafricaine à faire confiance aux efforts des autorités et de la MINUSCA.

Selon le porte-parole, le leadership de la Mission continue d’œuvrer aux cotés des autorités centrafricaines pour la stabilisation du pays et a cité la récente mission conjointe Gouvernement-Union africaine (UA)-Communauté économique des états de l’Afrique centrale (CEEAC)-Nations unies à Niem-Yéléwa pour rencontrer le leader du 3R et la population, après les tueries du 21 mai ayant causé 34 morts. Le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations unies en RCA, Kenneth Gluck, membre de la délégation, a indiqué que la MINUSCA travaille très étroitement avec la justice centrafricaine pour une véritable enquête sur ces tueries.

Par ailleurs, la MINUSCA se félicite de la poursuite de l’opération de désarmement et démobilisation des groupes menée dans l’ouest du pays par l’Unité d’exécution du Programme National de Désarmement, Démobilisation et Réintégration (PNDDRR) depuis le 30 mai. « La MINUSCA apporte un soutien logistique et sécuritaire à cette opération », a ajouté le porte-parole, appelant tous les groupes armés concernés dans la partie ouest du pays à y adhérer.

De son côté, le porte-parole de la Force, Capitaine Soumana Garanke a souligné que les Casques-bleus intensifient les patrouilles dans l’ouest, théâtre de massacre perpétré par les hommes des 3R, la semaine dernière. « Le Commandant adjoint de la Force, Général Serronha, s’est rendu à Paoua, Bocaranga et Bouar pour rencontrer les casques bleus et faire le point de la situation après les récents événements dans l’Ouest », a-t-il noté. Il a aussi souligné qu’outre les opérations, les casques bleus poursuivent la réhabilitation des routes et des ponts sur plusieurs axes comme d’Amadagaza-Gambia-Noufo, Bangassou-Kembé et Bouar-Bossembélé, afin d’améliorer les conditions de mobilité des soldats de paix et de la population civile. Le porte-parole de la Force a souligné aussi que qu’au mois de mai, les casques bleus ont distribué près de 560.000 litres d’eau potable à la population de Bangui, tout en ajoutant que l’opération se poursuit.

Pour sa part, le porte-parole de la Police, Capitaine Léo-Franck Gnapié, a souligné que la Police et les Forces de sécurité intérieure ont assuré la sécurité des lieux de prière des musulmans et des lieux publics à l’occasion de l’Aid-el-Fitr. « Aucun incident majeur n’a été signalé sur toute l’étendue du territoire », a-t-il assuré. Il a aussi annoncé que le commissariat du PK5, à Bangui, construit et détruit à trois reprises, est en train d’être réhabilité pour la quatrième fois. « Les travaux sont en cours, mais nous menons avec les autorités locales un travail de fond, pour que ce commissariat ne soit pas à nouveau détruit. L’ouverture de ce commissariat renforcera la sécurité dans la zone », a conclu le capitaine.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-rassure-la-population-face-aux-d%C3%A9fis-de-stabilisation-en-rca
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeLun 1 Juil 2019 - 19:53

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeSam 6 Juil 2019 - 16:19

Citation :
RCA: les débuts «timides» du programme DDR

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12b329
L’objectif du programme DDR est de désarmer 3—000 hommes d’ici un an (image d'illustration).
© AFP PHOTO / PACOME PABANDJI

Par RFI Publié le 06-07-2019 • Modifié le 06-07-2019 à 07:15



En Centrafrique, le programme DDR, « désarmement, démobilisation et réinsertion », lancé officiellement en décembre 2018 par le président Faustin-Archange Touadéra, vient de débuter de manière effective sur le terrain, près de cinq mois après la signature de l’accord de paix de Khartoum.

Sous pression depuis les massacres de la région de Paoua, le groupe des 3R du général Sidiki Abbas a été le premier à procéder au DDR. 34 combattants ont rendu leurs armes il y a une semaine. Ils ont, en contrepartie, reçu notamment une prime de désarmement.

Est venu ensuite le tour du groupe des ex-Seleka du FDPC de Abdoulaye Miskine et des anti-Balakas de l’UFR-Fondamentale mercredi, toujours dans l’ouest du pays. Ce sont respectivement 44 et 20 combattants armés qui ont été démobilisés cette fois.

L’objectif de ce programme est de désarmer 3 000 hommes d’ici un an, soit le tiers des combattants déclarés par les groupes armés, explique le colonel Bienvenu Noël Selesson, ministre délégué au DDR en Centrafrique.

Unités spéciales mixtes

Une partie des démobilisés vont bénéficier du programme de réinsertion, les autres seront notamment recrutés pour faire partie des Unités spéciales mixtes de sécurité, prévues par l’accord de paix de Khartoum. Constitués de 60% de combattants issus des groupes armés et de 40% des FACA, les futurs USMS auront la lourde tâche de veiller au respect de l’accord de paix signé début février à Bangui.

Mais avant cela, les combattants rebelles doivent être formés pendant deux mois. « Les débuts du DDR sont timides », reconnaît volontiers un responsable centrafricain, qui le met sur le compte de « la méfiance qui existe toujours entre les parties ». « Mais nous allons monter en puissance très rapidement », assure-t-il.

À noter qu'Abdoulaye Miskine a publié un communiqué vendredi soir dans lequel il dément le désarmement de ses hommes. La situation est donc encore confuse.

http://www.rfi.fr/afrique/20190706-centrafrique-rca-debut-programme-ddr
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeSam 6 Juil 2019 - 19:01

Citation :
La Renaissance

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A DECERNE AU GENERAL DE BRIGADE HERMINIO MAIO COMMANDANT L'EUTM EN FIN DE MISSION, LA CRAVATE DE COMMANDEUR DANS L’ORDRE NATIONAL DE LA RECONNAISSANCE CENTRAFRICAINE.
Apres 18 mois passés à la tête de la mission EUTM-RCA, le général de brigade Herminio MAIO, Commandant de cette force de la mission européenne a été nommé à titre exceptionnel par le Président de la République, Chef Suprême des Armées, Son Excellence Pr Faustin Archange TOUADERA au grade de Commandeur dans l’ordre national de la reconnaissance centrafricaine.
Par cette distinction honorifique, le Président TOUADERA a voulu témoigner la reconnaissance du peuple centrafricain au General Herminio MAIO pour avoir contribué à la formation et à l’encadrement des Forces Armées Centrafricaines.
En effet, grâce au leadership du général portugais Herminio MAIO, l’armée nationale a considérablement renforcé ses capacités en vue de faire face aux nombreux défis sécuritaires auxquels la République Centrafricaine est confrontés.
Dans son discours de circonstance, le général de brigade Herminio MAIO a exprimé sa reconnaissance d’avoir reçu des mains du Président de la République cette distinction qui, n’honore non seulement sa personne, mais l’Union Européenne en général et les 12 pays membres de l’EUTM en particulier.
« Je viens de viens de faire ce qui est la mission de tous les soldats : servir avec mes camarades des 12 pays de l’EUTM-RC ; servir la paix en République Centrafricaine. J’accepte ce geste en pleine conscience des responsabilités qu’il implique, comme un symbole, et pas simplement comme un acte isolé, dont la portée se résumerait ce jour. Je l’accepte parce qu’il y a une plus grande signification que le simple fait de me permettre de porter avec fierté une décoration. Cette décoration est en effet plus que cela », a déclaré le général de brigade Herminio MAIO pour exprimer ses émotions
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12b3a23
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 683822
PHOTOS:
 
   
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeLun 8 Juil 2019 - 0:01

Citation :
France / Centrafrique : Florence Parly en visite à Bangui, lundi

- 300 soldats français sont actuellement déployés en République centrafricaine.

Lassaad Ben Ahmed |
07.07.2019

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12b256

France / Centrafrique : Florence Parly en visite à Bangui, lundi

AA / France / Fawzia Azzouz


La ministre française des Armées, Florence Parly sera en République centrafricaine, lundi, pour assister « à la prise de commandement par la France de la mission EUTM-RCA (European Union Training Mission) », a annoncé le ministère des Armées dans un communiqué.

Le général français Eric Peltier succédera officiellement au général portugais Herminio Maio, qui assurait jusqu’à lors la direction de cette mission.

Le ministère des armées rappelle dans son communiqué que « l’Union Européenne (URE) déploie des militaires dans plusieurs pays d’Afrique (RCA, Mali, Somalie) afin de participer à la formation des forces armées de ces pays ».

En 2018, « les soldats de l’EUTM-RCA ont notamment assuré la formation d’un bataillon amphibie, ainsi que des séquences d’instruction au combat rapproché, de tir ou de droit international humanitaire ».

La passation de commandement s’effectuera notamment en présence « de Marie-Noelle Koyara, ministre de la Défense de la République centrafricaine et de Gomes Cravinho, ministre de la Défense du Portugal », précise l’écrit du ministère.

Paris souhaite faire état de « l’appui déterminé de l’Union européenne et de la France à soutenir la montée en puissance des forces armées centrafricaines, condition première à toute restauration durable de l’autorité de l’Etat ».

Par ailleurs, au cours de ce voyage officiel « Florence Parly s’entretiendra également avec le président Faustin Archange Touadéra et son homologue Marie-Noëlle Koyara pour évoquer la situation sécuritaire et les efforts de la communauté internationale pour y faire face sous l’égide de l’ONU et de l’Union africaine ».

Ils évoqueront ensemble les « démarches entreprises par la France auprès de l’ONU pour assouplir l’embargo sur les armes et faciliter l’équipement des forces armées centrafricaines chargées de restaurer l’autorité de l’Etat centrafricain partout dans le pays ».

Le communiqué rappelle enfin que « 300 soldats français sont actuellement déployés en République centrafricaine, au sein de l’EUTM RCA, de la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine) ou dans des missions de coopération ».

Pour rappel, créé en juillet 2016 et prolongé jusqu’en septembre 2020, l’EUTM-RCA, bénéficie d’un « budget pour les coûts (...) d'environ 25.4 million d’euros pour la période du 20 septembre 2018 au 19 septembre 2020 », selon le site de la mission qui indique contribuer « à la réforme du secteur de la sécurité dans le pays ».

« Elle s'emploie à rendre les forces armées centrafricaines (FACA) modernes, efficaces, inclusives et démocratiquement responsables. La mission dispense des conseils stratégiques au ministère de la Défense et à l'état-major général de la République centrafricaine, ainsi que des cours aux officiers et sous-officiers », mentionne la description en ligne.

La République centrafricaine est une ancienne colonie française qui a pris son indépendance le 13 août 1960.

https://www.aa.com.tr/fr/afrique/france-centrafrique-florence-parly-en-visite-à-bangui-lundi/1525473
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeLun 8 Juil 2019 - 23:10

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12d141
8 juil 2019

Le Général de Brigade Éric Peltier prend les commandes de l’EUTM en Centrafrique



Changement de commandement à la tête de l’European Union Training Mission en République centrafricaine (EUTM-RCA), ce 8 juillet 2019, au camp Ucatex de Bangui. Après 18 mois de service, le Général portugais de Division Herminio Maio a passé le témoin à son homologue français, le Général de Brigade Éric Peltier.

La cérémonie s’est déroulée en présence du Président de la République centrafricaine, Faustin-Archange Touadera, la Ministre de la défense centrafricaine Marie-Noelle Koyora qui avait à ses côté ses homologues portugais Joao Gomes Cravinho et française Florence Parly, et le Représentant Spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye.

Présente en RCA depuis le 16 juillet 2016, la mission est composée de 187 militaires de 12 nationalités différentes, avec une base à Bangui et un camp à Bouar. L’EUTM est chargé de soutenir les autorités centrafricaines dans la préparation et la mise en œuvre de la réforme du secteur de la défense (DSR) en coordination avec la MINUSCA.

Son intervention repose sur trois piliers : la formation, l’entrainement opérationnel et le conseil stratégique. Plus de 3700 éléments des Forces armées centrafricaines (FACA) ont ainsi été formés par l’institution, dont plus de 1400 déployés dans le pays. Son but étant justement de permettre le déploiement progressif sur le territoire national des FACA, il a ouvert la zone de défense pilote de Bouar le 20 juin 2019, ville possédant un centre d’entrainement militaire et une école de sous-officiers. Il en va aussi de l’instauration de son pilier « interopérabilité » de qui établit un lien de coopération entre les Ministères de l’Intérieur et de la Défense à travers la Police centrafricaine et les FACA.

L’EUTM dont le mandat court jusqu’en septembre 2020, envisage d’augmenter son effectif dans les mois qui viennent, afin de rendre plus opérationnelle la nouvelle base de Bouar.


https://minusca.unmissions.org/le-g%C3%A9n%C3%A9ral-de-brigade-%C3%A9ric-peltier-prend-les-commandes-de-l%E2%80%99eutm-en-centrafrique
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeMar 9 Juil 2019 - 20:16




Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeJeu 11 Juil 2019 - 19:22

Citation :
10 juil 2019

Le Gouvernement et la MINUSCA abordent la question de l’embargo sur les armes avec la presse



Des progrès ont été enregistrés en vue de la levée de l’embargo sur les armes à destination de la République centrafricaine, ont annoncé les porte-paroles du gouvernement et la MINUSCA, Ange Maxime Kazagui et Vladimir Monteiro. Au cours d’une conférence de presse conjointe tenue à Bangui le 10 juillet, ils ont indiqué que les autorités ont pris des mesures conformément aux dispositions du Conseil de sécurité des Nations Unies. « Des officiers supérieurs et des officiers subalternes de l’armée ont été formés sur la gestion et le stockage des munitions et armes, en ce qui concerne les armureries, nous sommes prêts. Les progrès actuels dans la mise en œuvre du programme de DDRR s’inscrivent aussi dans le cadre de la levée de l’embargo sur les armes à destination de notre pays », a déclaré le porte-parole du gouvernement à la presse. Toutefois, il reconnait qu’«il y a encore quelques interrogations sur le nombre d’armes à intégrer dans le plan de stockage » et ces discussions ne seraient pas de nature à empêcher la levée de la sanction.

Pour sa part, le porte-parole de la MINUSCA a rappelé qu’en « janvier 2019, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté la résolution 2454 avec un chronogramme précis, demandant à la République centrafricaine, de fournir jusqu’en juin 2019 un rapport sur les progrès enregistrés dans le cadre de la gestion ainsi que le stockage des armes, la réforme du secteur de sécurité et le DDR. Puis, d’ici fin juillet le Secrétaire général doit, avec l’appui de la MINUSCA, UNMAS et le groupe d’experts, évaluer les progrès accomplis quant à ces objectifs avant que le Conseil ne se réunisse fin septembre pour statuer sur la question de l’embargo ». Il a également souligné que le Conseil a déjà accepté des demandes de levée partielle, permettant ainsi à la Russie et à la France de fournir des armes à la République centrafricaine.

Au cours de ce point de presse, les deux porte-paroles sont également revenus sur le processus de désarmement de certains groupes armés, conformément à la mise en œuvre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA. Alors que les médias ont noté une faible mobilisation des groupes armés autour de ce processus, le porte-parole du gouvernement voit un bon début de processus. « Nous n’avions pas la naïveté de croire qu’à partir de cette signature, nous entrions immédiatement dans la paix et la sécurité comme par enchantement. Il s’agit d’un processus d’un long et un chemin très long. Et pendant ce très long chemin il y aura des embuches, des reculs, mais nous en sommes conscient », a-t-il mentionné, tout en appelant tous Centrafricains à la mise en œuvre de l’Accord.

https://minusca.unmissions.org/le-gouvernement-et-la-minusca-abordent-la-question-de-l%E2%80%99embargo-sur-les-armes-avec-la-presse%C2%A0
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeVen 12 Juil 2019 - 18:16

Citation :
RCA: des groupes d'auto-défense s'affrontent à Bangui

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12c107
Quatre personnes ont été tuées lors des affrontements au PK5 de Bangui, jeudi 11 juillet 2019. (photo d'archives)
© FLORENT VERGNES / AFP

Par RFI Publié le 11-07-2019 • Modifié le 11-07-2019 à 22:30


À Bangui, un dernier bilan fait état de quatre morts et de vingt-six blessés dans le quartier du PK5 qui a connu des violences entre mercredi soir et jeudi. Ce sont les premiers combats d’une telle intensité dans la capitale depuis la signature de l’accord de paix le 6 février dernier. Ces combats auraient pour origine un vol de carburant.

Tout aurait commencé en début de semaine. Un groupe d’auto-défense aurait taxé du carburant à un commerçant. Ce dernier excédé par ce racket régulier aurait refusé de fournir l’essence demandée. Mercredi soir en riposte, le groupe d’auto-défense aurait attaqué la famille du commerçant et tué l’un de ses membres.

Des combats s’engagent, un autre groupe d’auto-défense se positionne aux côtés de la famille de commerçants. Dans la journée, les acteurs sur le terrain s’inquiétaient d’une possible escalade des violences alors que les combats se rapprochaient de l’Avenue de France.

La Minusca affirme avoir déployé des patrouilles dès mercredi soir et des renforts jeudi matin. La Minusca a de plus annoncé travailler « en étroite coordination avec les Forces de sécurité intérieure qui ont aussi déployé des éléments dans les quartiers environnants afin d’éviter tout débordement et effet de contagion ». Les tirs se sont arrêtés en début d’après-midi. Hier soir, des médiations étaient en cours pour tenter d’apaiser la situation.

http://www.rfi.fr/afrique/20190711-rca-groupes-auto-defense-s-affrontent-bangui-pk5
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeVen 12 Juil 2019 - 20:08

Citation :
MINUSCA

Conformément à son mandat, la MINUSCA a déployé à PK5 des patrouilles constituées de casques bleus de la Force et de la Police pour
s’interposer entre les belligérants et s’assurer que les incidents épargnent la population civile.
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12e230
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12f38
 

Citation :
MINUSCA

La MINUSCA condamne le comportement des groupes criminels à PK5 qui met en danger la sécurité de la population, leur liberté de mouvements
et constitue un frein aux activités économiques du quartier. Elle réitère sa ferme détermination à continuer à travailler avec les autorités centrafricaines
pour mettre fin à l’insécurité.
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12f220
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12f127
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12f313
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeDim 14 Juil 2019 - 20:24

Citation :
20 millions d’euros de l’UE pour restaurer l’autorité de l’Etat

Publié le samedi 13 juillet 2019 | VoxAfrica

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12b639
© Autre presse par DR
Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra (d) et la chef de la diplomatie de l`UE Federica Mogherini (g)



La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a officialisé vendredi le lancement de projets d’appui de l’UE à la restauration de l’autorité de l’Etat centrafricain, pour un montant de 20 millions d’euros.

Parmi ces projets, figurent la formation de 1.000 nouvelles recrues des forces armées centrafricaines par la mission de l’UE et la construction d’armureries et de sites de stockage, condition préalable à la levée de l’embargo sur les armes imposé au pays, a expliqué à la presse Mme Mogherini, en déplacement dans la ville de Bouar, dans l’ouest de la Centrafrique.

La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a officialisé vendredi le lancement de projets d’appui de l’UE à la restauration de l’autorité de l’Etat centrafricain, pour un montant de 20 millions d’euros.

Parmi ces projets, figurent la formation de 1.000 nouvelles recrues des forces armées centrafricaines par la mission de l’UE et la construction d’armureries et de sites de stockage, condition préalable à la levée de l’embargo sur les armes imposé au pays, a expliqué à la presse Mme Mogherini, en déplacement dans la ville de Bouar, dans l’ouest de la Centrafrique.
"Ici à Bouar nous pouvons voir les premières preuves tangibles de la paix. C’est ici que le désarmement a démarré et donné des premiers résultats, certes encore très timides, mais significatifs", a déclaré la diplomate de l’UE, accompagnée à Bouar par le président centrafricain Faustin-Archange Touadera.

Mme Mogherini et le président de la République ont ensuite participé à la première réunion du comité préfectoral de mise en oeuvre de l’accord de paix composé des représentants des autorités locales, de la société civile et des groupes armés de la zone.
L’accord de paix de Khartoum, signé en février, "a des chances concrètes de réussir", a-t-elle estimé.

Les principaux groupes armés, qui tiennent les territoires en province, n’ont pas encore désarmé.

La Centrafrique, pays de 4,5 millions d’habitants classé parmi les plus miséreux au monde, a basculé dans la violence et le chaos en 2013, après le renversement du président François Bozizé par la rébellion de la Séléka.

L’accord de paix de Khartoum est le huitième conclu depuis 2013.

Cette visite est la dernière étape africaine de la tournée internationale de Federica Mogherini qui s’est rendue au Burkina Faso, au Mali et au Niger, pays membres du G5 Sahel engagés dans la lutte contre les groupes jihadistes de la région.

http://news.abangui.com/h/68931.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeJeu 25 Juil 2019 - 22:12

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12f129

25 juil 2019

Le professionnalisme et l’intégrité des casques bleus égyptiens honorés



La remise officielle de la médaille des Nations Unies à 140 casques bleus l’Unité de police constituée égyptienne de la MINUSCA a été l’occasion pour le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye, de rendre hommage à leur contribution aux efforts de l’ONU à la paix en République centrafricaine. «Je vous félicite pour votre dévouement à la tâche et vous encourage à maintenir haut l’étendard de votre pays en continuant à vous montrer individuellement et collectivement irréprochables sur les questions de conduite, de discipline, de professionnalisme et d’intégrité », a dit Mankeur Ndiaye, aux récipiendaires au nom du Secrétaire général des Nations unies et en sa qualité de « témoin privilégié des efforts » qu’ils ont généreusement déployés, malgré les risques encourus.

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12f39

En République centrafricaine depuis 2015, l’Unité égyptienne de police constituée se dédie au quotidien à des missions de sécurisation et de protection des populations et de leurs biens, et de maintien de l’ordre lors d’événements publics. Ils collaborent étroitement avec les Forces de sécurité intérieure (FSI) à travers des patrouilles conjointes régulières dans la ville de Bangui pour rassurer la population qui peut ainsi vaquer librement à ses occupations.

Des consultations médicales gratuites, des dons de médicaments dans des hôpitaux communautaires, des campagnes de salubrité dans des écoles et lieux publics, la distribution régulière d’eau potable dans nombre de quartiers périphériques s’inscrivent aussi au nombre des activités de solidarité de ce contingent qui prévoit, à moyen terme, la construction de fontaines publiques dans certains quartiers de Bangui, pour pallier les difficultés d’accès à l’eau potable.

Les 140 policiers du 3ème contingent arrivés le 7 août 2019 sous le commandement de Tamer Fikry seront remplacés par le quatrième contingent auquel le Chef de la MINUSCA n’a pas manqué de s’adresser, au vu des performances satisfaisantes du groupe sortant : « Ils devront observer la plus grande discipline et faire montre du plus grand respect des personnes au chevet desquelles nous avons tous accouru pour aider, mais également à votre drapeau national et à celui des Nations unies ».

L’Egypte a une expérience de participation aux opérations de paix des Nations unies vieille d’une soixantaine d’années, commencée avec la Mission de l'ONU au Congo (ONUC) en juillet 1960. Depuis, elle a déployé plus de 3000 hommes et femmes à travers une dizaine de missions, dont 984 à ce jour à la MINUSCA.

https://minusca.unmissions.org/le-professionnalisme-et-l%E2%80%99int%C3%A9grit%C3%A9-des-casques-bleus-%C3%A9gyptiens-honor%C3%A9s  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeVen 2 Aoû 2019 - 19:41

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12b461

1 août 2019

La FPU indonésienne de la MINUSCA face au défi de la protection des civils



La première Unité indonésienne de police constituée (Formed Police Unit / FPU) au sein de la MINUSCA a été déployée le 28 Juin 2019. Ce sont 140 éléments, dont 14 femmes, sous le commandement du Lieutenant-Colonel Arendra Wahyudi, qui ont pour mission principale le maintien de l’ordre public, la protection des civils, la sécurisation du personnel et des biens des Nations unies.

Cette Unité de Police constituée comporte en son sein une unité spéciale d’intervention de 31 éléments prêts à répondre dans le cadre des missions spécifiques et ponctuelles. Le 13 juillet 2019, elle a effectué, au Camp M’Poko de Bangui, une séance d’exercices d’application des notions acquises lors d’une formation initiale de six jours en maintien et rétablissement de l’ordre public dans le contexte spécifique de la Centrafrique. Ces exercices pratiques, répétés avec application et assiduité, témoignent de la délicatesse de leur mission qui requiert, à bien des égards, la maitrise du terrain.

« Nous avons l’expertise requise dans le domaine des patrouilles de toutes sortes, du maintien de l'ordre et de la protection des civils. De plus, nous avons fait, à notre arrivée, une bonne reconnaissance de la ville de Bangui, et travaillons au quotidien à améliorer nos patrouilles pour donner de l’assurance aux populations civiles à qui nous rendons notre politesse et notre courtoisie en respectant leurs droits, comme nous l’impose notre code de conduite », a rassuré le commandant du contingent.

En patrouilles actives au Pont Yakite, dans le 3e arrondissement, et au 5è arrondissement de Bangui, le 29 juillet, les Casques bleus indonésiens, organisés en équipes de 10 personnes concentrées et appliquées, ont sillonné et arpenté rues et ruelles desdits quartiers, à l’affût du moindre signe d’insécurité des habitants avec qui il ont, par ailleurs interagi, pour créer la confiance.

Sur le terrain, les équipes du Lieutenant-Colonel Arendra Wahyudi font de la rotation trois fois par jour, toujours par des sorties pédestres, y compris en collaboration avec d'autres unités de la Mission. « On s'adapte au terrain, sur la base des renseignements que nous avons collectés à l’arrivée, mais aussi de notre expérience progressive », à en croire le commandant du contingent.

Avant la RCA, l’Unité dispose à son actif des tâches de sécurisation et d’encadrement de manifestations avec satisfaction dans d’autres Missions de paix, notamment au Soudan avec l’UNAMID, en Haïti avec la MINUSTAH, en République Démocratique du Congo au sein de la MONUSCO, au Mali en soutien à la MINUSMA, au Sud-Soudan à l’UNMISS et en Bosnie avec l’UNMIBH.

Les policiers indonésiens ne comptent pas s’en arrêter aux missions purement policières. Pour renforcer les liens avec le peuple centrafricain, ils prévoient des activités civilo-militaires sur la base des besoins réels des populations avec lesquelles ils interagissent. Et pour cela, ils s’investissent déjà dans l’apprentissage de la langue locale ‘’Sango’’ pour communiquer plus facilement et développer de bonnes relations avec les populations.

https://minusca.unmissions.org/la-fpu-indon%C3%A9sienne-de-la-minusca-face-au-d%C3%A9fi-de-la-protection-des-civils
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeMer 7 Aoû 2019 - 21:35

Citation :
7 août 2019

Baisse des incidents d’abus et violations des droits de l’homme en RCA durant le premier semestre 2019



Une baisse du nombre d’incidents et de victimes des abus et violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire a été enregistrée en République centrafricaine au cours du premier semestre 2019 par rapport à la même période en 2017 et 2018. L’information a été rendue publique mercredi en conférence de presse par Musa Gassama, directeur de la Division des Droits de l’Homme et Représentant du Haut-commissaire de l’ONU aux Droits de l’homme.

« 565 incidents d’abus et violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ayant affecté 1082 victimes ont été documentés par nos services », a déclaré Musa Gassama. Au premier trimestre 2018, « 1674 incidents occasionnant 2821 victimes avaient été constatés tandis qu’au premier trimestre 2017, il y a eu 1097 incidents et 1956 victimes », a-t-il poursuivi. Cette baisse du nombre d’incidents et de victimes s’explique par l’absence d’affrontements entre groupes armés rivaux et la réduction du nombre d’attaques massives contre les civils, « à l’exception des violences graves par des éléments de 3 R dans les villages de Koundjili, Lemouna et Bohong, dans la préfecture de l’Ouham-Pendé, le 21 mai dernier. Selon ce responsable, les préfectures les plus affectées sont l’Ouham-Pendé, le Mbomou, la Ouaka et la Mambéré-Kadei.

Faisant le point sur les auteurs de ces abus et violations, le directeur de la Division des Droits de l’Homme, a indiqué que la majorité a été commise par des éléments des groupes armés. « Ils sont les premiers responsables des abus et des violations des droits de l’homme (536 sur 565). Les agents de l’Etat sont auteurs présumés de 29 violations », a indiqué ce responsable, ajoutant que « pour ce qui est des meurtres, il y a eu 241 civils tués par les groupes armés notamment le 35, l’UPC et le FPRC ».

En réaction aux préoccupations des journalistes sur les mesures prises par la division de droit de l’homme en vue d’empêcher les groupes armés de continuer de commettre ces violations sur la population civile, le directeur de la Division des Droits de l’Homme et Représentant du Haut-Commissaire de l’ONU aux Droits de l’homme, a indiqué que sa division continue de documenter les faits tout en formulant des recommandations au Gouvernement, à la communauté internationale et aux groupes armés. « Tous les deux/trois mois, je me réunis avec le Ministre de la Justice pour aborder ces questions. Concernant les groupes armés, nous partageons les données avec eux tout en les sensibilisant et en leur expliquant leurs responsabilités pour mettre fin à ces pratiques ».

Pour sa part, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, a annoncé la réhabilitation en cours du commissariat de 3eme arrondissement de Bangui, sur financement de la composante Police de la MINUSCA, en vue de opérationnalisation.


https://minusca.unmissions.org/baisse-des-incidents-d%E2%80%99abus-et-violations-des-droits-de-l%E2%80%99homme-en-rca-durant-le-premier-semestre
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeVen 16 Aoû 2019 - 21:17




Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeMar 20 Aoû 2019 - 18:16

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12b674

19 août 2019

La médaille de l’ONU décernée à 140 éléments de l’Unité de Police Constituée (FPU) du Cameroun



« C’est un immense honneur de recevoir la médaille des Nations Unies. Cela représente onze mois de dur labeur consenti par mon Unité ici en Centrafrique et cela, dans des conditions particulièrement difficiles ». C’est en substance le sentiment qui animait le Capitaine Laure Koagne Mba au moment de recevoir la médaille des Nations Unies, ce samedi 17 Aout 2019 au Camp Jackson situé dans le 3eme arrondissement de la ville de Bangui.

Du haut de ses deux mètres et d’une imposante stature, le capitaine Mba et les membres de son Unité ont œuvré dans la protection des civils et de leurs biens et étaient aussi en appui aux Forces de Sécurité Intérieure centrafricaines (FSI). Médecin de formation, la journée de la jeune femme ne se résume pas qu’au maintien de la paix. « Je fais des consultations à la population centrafricaine, en plus des éléments de la MINUSCA, que ce soient des contingents ou des civils. Je suis aussi le médecin de l’Orphelinat Saint Charles à Lakouanga », nous confie-t-elle toute souriante. Outre ces tâches, le capitaine Mba est le point focal genre du contingent camerounais. A ce titre, elle s’attelle à ce que le respect du genre et de la diversité soit mis en avant au sein de son équipe.

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 _12b580

Au moment de recevoir la médaille, le capitaine Mba a veillé à disposer ses éléments qu’elle appelle avec fierté ‘’les Lions indomptables du maintien de la paix’’ dans un ordre impeccable, faisant tonner sa voix lors des différentes étapes de la cérémonie solennelle de décoration. Tout se devait d’être correct selon elle car des hôtes de marques ont honoré l’évènement de leur présence, au rang desquels le Général de division, Pascal Champion, Chef de la composante Police de la MINUSCA, Nicolas Nzoyoum, Ambassadeur du Cameroun en RCA; Jean Symphorien Mapenzi, Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale; Émile Gros Raymond Nakombo, Maire de la ville de Bangui, entre autres.

Lors de la cérémonie, le chef de la composante Police de la MINUSCA (UNPol) a déclaré que ces braves femmes et hommes ont bien rempli leur mission. « Nous sommes fiers de votre pays. Comme vos compatriotes de l’Unité de Police Constituée N °1 de Bouar courant avril 2019, une Section de l’Unité célébrée ce jour a, avec bravoure, professionnalisme et dextérité, su s’interposer lors des récents évènements du 10, 11 et 12 juillet au PK5, entre les éléments d’un des groupes armés et les commerçants, assurant ainsi par votre posture robuste, la protection de plusieurs civils qui auraient pu être malencontreusement atteints », félicite le Général de division, Pascal Champion.

L’Unité de Police Constituée N°2 du Cameroun s’est faite également remarquée dans plusieurs domaines, notamment à travers son hôpital de niveau 1, où elle a procédé à la distribution gratuite de plus de mille produits pharmaceutiques lors de diverses campagnes de sante organisées au profit des populations centrafricaines. De même, elle est venue au secours de populations en procédant à la distribution de l’eau potable lors des pénuries d’eau enregistrées dans la ville.

Rappelons que la FPU 2 du Cameroun est arrivée à Bangui le 03 Septembre 2018.

https://minusca.unmissions.org/la-m%C3%A9daille-de-l%E2%80%99onu-d%C3%A9cern%C3%A9e-%C3%A0-140-%C3%A9l%C3%A9ments-de-l%E2%80%99unit%C3%A9-de-police-constitu%C3%A9e-fpu-du-cameroun
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeMer 21 Aoû 2019 - 19:46

Citation :
21 août 2019

La MINUSCA salue l’initiative gouvernementale de réunion avec les leaders des groupes armes


La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) se réjouit de la tenue d’une réunion prochaine entre le Gouvernement et les leaders des groupes armés signataires de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA (APPR-RCA). Au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission mercredi à Bangui, le porte-parole Vladimir Monteiro, a indiqué que la MINUSCA salue l’initiative du Gouvernement, qui est en conformité avec le récent Comité Exécutif de Suivi (CES) de l’accord de paix, et espère qu’elle aboutira à « des résultats concrets », notamment sur les violations des engagements et faire avancer l’accord de paix.

Interrogé sur cette rencontre annoncée dans la presse centrafricaine, le porte-parole a indiqué que « la MINUSCA est facilitateur de l’APPR-RCA et elle participe donc à la réunion. Elle espère que les leaders des groupes armés y prendront part », a déclaré le porte-parole.

Les autres points abordés lors de la conférence de presse ont porté sur la campagne de sensibilisation suivie des opérations de Démobilisation et de Désarmement, combattants du groupe 3R, qui sera lancée à Koui et à Yelewa à partir du 24 août par l’Unité d’exécution du Plan National du DDRR ainsi que sur la situation des droits de l’homme dans le pays. « La MINUSCA a documenté 17 incidents d’abus et de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ayant touché 23 victimes et les principaux auteurs présumés restent les éléments des groupes armés mais aussi quelques des agents de l’Etat », a dit le porte-parole.

En ce qui concerne les activités militaires de la MINUSCA, le porte-parole de la Force, Major Soumana Garanké, a fait part d’une situation sécuritaire relativement stable dans le pays. Toutefois, « la Force continue son effort de paix en poursuivant ses opérations de protection et pour assurer de la liberté de mouvement des civils en collaboration avec les FACA », a-t-il déclaré, faisant état de 2579 patrouilles, dont 131 avec les FACA sur 10 zones d’opérations, et 408 escortes dans l’ensemble du territoire Centrafricain.

De son côté, le porte-parole de la Police, l’Adjudant-Chef Alioune Kassé, a rappelé la récente tension au PK5, dans le 3ème arrondissement de Bangui, et indiqué que « la MINUSCA projette de mettre en place dans les jours qui viennent au commissariat de PK5 des policiers des Nations unies (UNPOL), dans le cadre de la police de proximité ». Selon lui, ces éléments seront chargés de l’accueil du public et de l’orientation des usagers vers les services publics compétents et feront des patrouilles pédestres sur des axes choisis en accord avec les habitants de PK5, selon les principes de police de proximité. L’Adjudant-Chef Alioune Kassé a également mentionné la visite à Kaga-Bandoro, du Chef de la composante Police de la MINUSCA, le Général de Division Pascal Champion, en compagnie des responsables des FSI, dans le but d’étudier avec la haute hiérarchie des FSI et les autorités administratives locales la possibilité du redéploiement des FSI ainsi que la reconstruction de la Gendarmerie et la réhabilitation et équipement du commissariat de la localité.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-salue-l%E2%80%99initiative-gouvernementale-de-r%C3%A9union-avec-les-leaders-des-groupes-armes

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28502
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitimeJeu 12 Sep 2019 - 20:30

Citation :
11 sept  2019

La situation à Birao au centre des préoccupations du gouvernement et de la MINUSCA



Bangui, le 11 septembre 2019 – Le Gouvernement centrafricain et la MINUSCA, en coordination avec d’autres  partenaires, sont à pied d’œuvre pour un retour définitif de la sécurité dans la ville de Birao (nord-ouest de la RCA), frappée le 1er septembre 2019 par des combats entre le FPRC et le MLCJ. Ces violences et leurs conséquences sur la population ont dominé la conférence de presse conjointe, mercredi à Bangui, des porte-paroles du Gouvernement, Ange Maxime Kazagui, Ministre de la Communication et des médias, et celui de la MINUSCA, Vladimir Monteiro.    

« Des survols aériens sont régulièrement effectués par la MINUSCA pour surveiller le mouvement des hommes armés et à ce jour, aucun mouvement n’a été signalé », a indiqué le porte-parole du Gouvernement, faisant état d’une accalmie et d’un retour au calme observé dans la ville. Ange Maxime Kazagui a également souligné que des actions humanitaires sont en train d’être mobilisées autour de la Ministre de l’Action humanitaire et de la réconciliation nationale, afin de porter secours aux personnes déplacées par les combats.

Le Ministre et porte-parole a annoncé au cours de ce point de presse, l’envoi prochain de policiers et gendarmes centrafricains dans la ville, afin d’assurer la protection des populations aux côtés des casques bleus. « Nous y avons discuté au Gouvernement et le Ministre de la Sécurité intérieure et nous nous sommes accordé qu’il y ait un déploiement des forces de sécurité intérieure à Birao », a indiqué le Ministre sans en préciser la date ni l’effectif. En condamnant à nouveau ces violences, Ange Maxime Kazagui a souligné que « le Gouvernement appelle à la responsabilité des garants de l’Accord de paix en ce qui concerne les sanctions conformément aux dispositions de l’accord. L’application des sanctions montrera qu’il existe un prix concret à payer pour ceux qui font obstruction sur le terrain au processus de paix ».

De son côté, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro a mentionné une série de mesures prises sur place par les soldats de la paix avec au moins 1.000 patrouilles depuis 10 jours, l’évacuation de 2700 civils des zones à risque au pic des combats, le désarmement d’éléments armés, l’occupation de points stratégiques de la ville et des survols aériens. « La Police de la MINUSCA avec les sections des Droits de l’Homme et Justice et en étroite collaboration avec les autorités centrafricaines, travaille sur plusieurs enquêtes notamment sur tous les cas de meurtres, de violences ainsi que des incendies et pillages commis lors de ces affrontements”, a-t-il renchéri. Selon le porte-parole, le bureau local de la MINUSCA travaille également avec les leaders locaux, y compris le Sultan et l’organisation des femmes centrafricaines sur les questions de vivre ensemble et reconciliation. Sur les sanctions prévues dans l’Accord, le porte-parole de la MINUSCA a indiqué qu’un travail de clarification de l’article 35 est en cours, ce qui permettra bientôt de préciser le type de sanction prévue en cas de violation par une ou des parties.

Sur un autre sujet, le porte-parole a déclaré que la MINUSCA et l’UNCEF, vont appuyer l’UPC dans l’opérationnalisation du Plan d’action de prévention, recrutement et l’utilisation des enfants, les viols, les meurtres et les mutilations, ainsi que les attaques contre les écoles et les hôpitaux, signé le 21 août dernier par ce groupe armé. « En RCA, plus de 14.000 enfants ont été séparés des groupes armés depuis 2014 et l’UPC est le troisième groupe armé à signer un plan de ce genre après le MPC et le FPRC », a noté le porte-parole de la MINUSCA, rappelant que cela est le fruit du dialogue mené depuis des années par l’équipe spéciale sur la surveillance et la communication des six violations des droits de l’enfant dont font notamment partie la MINUSCA et l’UNICEF.

https://minusca.unmissions.org/la-situation-%C3%A0-birao-au-centre-des-pr%C3%A9occupations-du-gouvernement-et-de-la-minusca  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 41 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris
Revenir en haut 
Page 41 sur 42Aller à la page : Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42  Suivant
 Sujets similaires
-
» P902 Libération
» Cette opération consistait à quoi ?
» Génération écologie
» Mener des recherches à partir de la symbolique militaire
» Ruban militaire [RESOLU]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: