Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 15 ... 27  Suivant
AuteurMessage
RadOne
Lieutenant
Lieutenant


messages : 769
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 21 Déc 2013 - 23:30

En Centrafrique, un soldat français porte une devise nazie sur son uniforme

http://www.francetvinfo.fr/monde/centrafrique/en-centrafrique-un-soldat-francais-porte-une-devise-nazie-sur-son-uniforme_487872.html

 Mad   No
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17968
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Dim 22 Déc 2013 - 16:03

Citation :
RCA: la MISCA renforcée par 850 soldats de RDC

La République démocratique du Congo a décidé d’envoyer huit cent cinquante militaires en République centrafricaine dans le cadre de la MISCA, selon le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende. Ces soldats de l’armée congolaise se rendront en Centrafrique "dans quinze jours au maximum". Ils participeront à la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca). Cette projection constitue une première pour l’armée congolaise qui n’a jamais participé à une mission internationale de maintien de paix.

Ces soldats de RDC vont opérer aux côtés de leurs 500 camarades congolais (Brazzaville) du Groupement de paras commandos déjà déployés en RCA et qui ont perdu un soldat le 5 décembre, à Bossangoa. A noter que la MISCA est commandée par le Congolais Jean-Marie Michel Mokoko.

Les effectifs de la MISCA:
- Cameroun: 500
- Gabon: 500
- RDC: 85O à venir
- Burundi: 850
- Rwanda: effectifs non communiqués
- Congo Brazzaville: 500
- Tchad: 850
- Guinée équatoriale: 200

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2013/12/21/la-misca-renforcee-par-850-soldats-de-rdc-10903.html
Revenir en haut Aller en bas
klan
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3439
Inscrit le : 22/05/2010
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 23 Déc 2013 - 10:35


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/NEWSFARMAROC
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17968
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 23 Déc 2013 - 15:57

Citation :
Centrafrique: l'UE impose un embargo sur les armes

BRUXELLES, 23 décembre - RIA Novosti


L'Union européenne a interdit lundi 23 décembre 2013 les livraisons d'armes et de matériel militaire en République centrafricaine, a annoncé lundi le service de presse du Conseil de l'UE dans un communiqué.

"Le Conseil a interdit aujourd'hui d'exporter en République centrafricaine les armes et le matériel connexe européens en respect de la résolution 2127 adoptée le 5 décembre par le Conseil de sécurité de l'Onu. L'interdiction concerne aussi l'aide financière et technique", indique le communiqué.

Cet embargo ne concerne pas les missions internationales de paix en Centrafrique, dont la Misca (force africaine en Centrafrique) et les troupes françaises, selon le document.

Des affrontements entre les combattants de Séléka et leurs adversaires ont débuté à Bangui dans la nuit du 4 au 5 décembre, après quoi le Conseil de sécurité de l'Onu a autorisé l'envoi de 3.600 soldats africains appuyés par 1.200 militaires français en RCA en vue de sécuriser le pays et protéger les civils. Or, la France a par la suite décidé de porter son contingent militaire en Centrafrique à 1.600 personnes.

En janvier dernier, les autorités de la République centrafricaine et les représentants de l'opposition ont signé un accord de paix. Cependant, en mars, les rebelles de la coalition Séléka se sont emparés de la capitale du pays. Le chef de l'Etat François Bozizé s'est réfugié à l'étranger, alors que le leader de la rébellion Michel Djotodia s'est autoproclamé président. Depuis, le pays est le théâtre d'affrontements armés entre les partisans et les adversaires du nouveau pouvoir.

http://fr.ria.ru/world/20131223/200089844.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17968
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 23 Déc 2013 - 16:27

Citation :
Des soldats tchadiens de la MISCA tirent sur des manifestants anti-Séléka à Bangui

23 décembre 2013 – 13:34

Après une manifestation anti-française ayant rassemblé, la veille, des milliers de sympathisans de l’ex-rébellion de la Séléka, à dominante musulmane, plusieurs milliers de manifestants, majoritairement chrétiens, se sont regroupés près de l’aéroport MPoko de Bangui, ce matin du 23 décembre, pour affirmer leur soutien à l’opération Sangaris et exiger le départ du président Michel Djotodia ainsi que celui des troupes tchadiennes de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA).

Ainsi, selon les témoignages, il était écrit sur plusieurs pancartes “Oui à l’opération Sangaris, non à l’armée tchadienne”, ou “Oui à la France, non à la Séléka”, qui a porté Michel Djotodia au pouvoir en mars 2013 et qui est responsable de nombreuses exactions ayant eu pour conséquence, en réponse, la création de milices d’auto-défense “anti-balaka”, lesquelles se sont livrés à des actions de représailles sur les populations musulmanes, assimilées à tort ou à raison, à la rébellion.

Seulement, la manifestation a dérapé quand deux véhicules 4×4 de l’armée tchadienne s’est rapproché du rassemblement. Des manifestants ont lancé des pierres vers le direction. Les soldats tchadiens ont tiré en l’air, puis dans la foule. Bilan : un tué et au moins un blessé. L’incident s’est terminé avec l’arrivée des militaires français, qui ont évacué les victimes.

Les soldats tchadiens ne sont pas acceptés par de nombreux centrafricains, lesquels considèrent qu’ils sont proches de la Séléka. La semaine passée, un officier de l’armée tchadienne a perdu la vie lors d’un incident ayant vraisemblablement impliqué une milice “anti-balaka”.

Pendant longtemps, le président tchadien, Idriss Déby, a soutenu François Bozizé, l’ex-chef de l’Etat centrafricain. Mais il n’a rien fait pour empêcher la Séléka de s’emparer de Bangui en mars dernier, au contraire de l’Afrique du Sud, qui y a perdu plusieurs soldats.

Dans la situation actuelle, dans un pays où la tension entre communautés religieuses est forte, la présence de l’armée tchadienne à Bangui est souhaitée par Paris. “Seul contingent musulman de la force africaine, le rôle des Tchadiens est important pour garantir la protection des populations musulmanes”, a ainsi expliqué, au Figaro, une source officielle française.


http://www.opex360.com/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17968
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mar 24 Déc 2013 - 17:34

Citation :
Centrafrique : Le contingent marocain de 250 soldats est arrivé à Bangui  



Ils sont 250 soldats pour constituer le premier contingent marocain dans le cadre d’une opération de maintien de la paix en Centrafrique. Selon le Bureau intégré des Nations unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA), les militaires marocains sont arrivés hier dans la capitale centrafricaine, Bangui.

Selon cette source, cette unité de gardes, qui débute son déploiement dès aujourd’hui, sera intégrée au BINUCA et se chargera d’ « assurer la sécurité du personnel et des installations du système des Nations unies en République centrafricaine ». Les soldats porteront ainsi des bérets bleus et disposeront aussi de véhicules aux couleurs de l’ONU. Leur déploiement « qui prend effet dans une situation grave contribuera à un meilleur appui du système des Nations unies au gouvernement et au peuple centrafricain », explique la même source.

http://opexnews.over-blog.com/2013/12/centrafrique-le-contingent-marocain-de-250-soldats-est-arriv%C3%A9-%C3%A0-bangui.html  
Revenir en haut Aller en bas
arsenik
General de Division
General de Division


messages : 4637
Inscrit le : 19/05/2012
Localisation : juste a coté
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mar 24 Déc 2013 - 18:30

mon dieu déja regardé ce qui se passe aujourd'hui au mali sa aurait mieux même

Citation :
Centrafrique : échanges de tirs entre contingents de la force africaine

http://www.liberation.fr/monde/2013/12/24/centrafrique-echanges-de-tirs-entre-contingents-de-la-force-africaine_968754

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17968
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mar 24 Déc 2013 - 18:39

Citation :
Le contingent tchadien de la MISCA va quitter Bangui

24 décembre 2013 – 12:26

Les soldats tchadiens de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA) ne sont pas acceptés epar de nombreux habitants de Bangui étant donné qu’ils sont considérés comme étant proches de l’ex-rébellion de la Séléka, qui, après avoir pris le pouvoir, est coupable de nombreuses exactions ayant conduit à la création de milices “anti-balaka”, à leur tour responsable d’actions de représailles à l’égard des populations musulmanes.

Et la conduite d’un détachement tchadien, le 23 décembre, lors d’une manifestation anti-Séléka à Bangui, n’arrangera bien évidemment pas les choses. Pour rappel, ce dernier a tiré dans la foule et tué une personne. D’ailleurs, la MISCA a ouvert une enquête sur cet incident.

En attendant les conclusions, il a été décidé de redéployer le contingent tchadien dans le nord du pays. “La sectorisation de la ville de Bangui est en cours. Bangui est sectorisée de manière à être occupée, d’ici peu, par les troupes burundaises et les troupes congolaises. Les forces tchadiennes de la Misca vont recevoir un secteur qui est plus au nord, tout comme d’autres troupes”, a ainsi expliqué le général Martin Tumenta Chomu, le commandant de la Misca, sur les ondes de RFI. Les soldats camerounais seront eux aussi concerné par ce mouvement puisqu’ils quitteront la capitale centrafricaine pour assurer la sécurité dans un autre endroit.

“Il n’y a qu’un seul objectif et c’est de pouvoir efficacement prendre des positions sur la ville de manière à ramener les populations tout près des militaires, de manière à ce que les populations se sentent plus sécurisées”, a ajouté le général Martin Tumenta Chomu, qui a précisé qu’il s’agit avant tout d’arriver à une meilleure coordination afin de “pouvoir efficacement soutenir les militaires de l’opération Sangaris”.

Le soldats tchadiens devraient être remplacés à Bangui par leurs homologues burundais. Mais visiblement; cette perspective ne les enchante guère puisqu’un incident se serait produit entre les deux contingents au cours de la journée du 23 décembre.

Le lieutenant-colonel Pontien Hakizimana a ainsi accusé des militaires tchadiens d’avoir pris à partie une patrouille burundaise qui venait d’interpeller 6 combattants de l’ex-Séléka. “Une grenade a explosé sans faire de dégâts” a-t-il affirmé. “Les soldats tchadiens sont repartis avec les six ex-Sélékas, en tirant dans tous les sens, puis ils sont revenus en force dans l’après-midi et ont attaqué nos positions, mais nous les avons repoussés sans aucun problème”, a-t-il continué. “Les soldats du contingent burundais sont très disciplinés et aguerris et n’ont aucune responsabilité dans les incidents d’hier”, a fait encore valoir l’officier.

Si la situation est tendue à Bangui, elle est tout autant à Bossangoa, plus au nord, où des incidents ont opposé des soldats congolais de la MISCA à la population et à des combattants anti-balaka. Difficile d’en déterminer avec précision les circonstances, les versions des deux bords étant radicalement différentes. D’un côté, l’on affirme qu’un soldat congolais a été lynché après des tirs de semonce vers une foule de manifestant. D’un autre, l’on prétend que ce militaire était ivre et qu’il venait de tirer sur un homme avant d’être lynché).

Mais selon Libération et France Info, deux combattants “anti-balaka” sont décédés dans la nuit du 22 au 23 décembre à l’hôpital de Bossangoa, alors qu’ils avaient été remis au contingent congolais. “Ils ont été passés à tabac, et sont morts de leurs blessures”, ont accusé des témoins. Un troisième a été pris en charge par Médecins sans Frontières (MSF).

Un capitaine du déchacement de la MISCA a admis le passage à tabac des trois hommes, en “réaction au lynchage d’un soldat congolais” par la foule quelques heures plus tôt. Quant aux circonstances de leur décès, l’officier a indiqué qu’il fallait voir avec MSF.


http://www.opex360.com/
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur


messages : 12952
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mer 25 Déc 2013 - 11:33

Citation :
Centrafrique : les soldats tchadiens vont être redéployés dans le Nord

Le contingent tchadien de la force africaine en Centrafrique (Misca), mis en cause dans plusieurs incidents récents à Bangui et accusé de complicité avec l'ex-rébellion Séléka, va être redéployé dans le nord du pays dans les prochains jours.

Cette annonce intervient alors que l'attitude des 850 soldats tchadiens (sur les 4 000 au total de la Misca) suscite des interrogations grandissantes depuis plusieurs jours, et un ressentiment croissant chez de nombreux Banguissois, qui voient en eux les « complices » des ex-rebelles Séléka, coalition de groupes armés à dominante musulmane venus du nord du pays et qui a pris le pouvoir en mars 2013.
Des échanges de tirs ont en effet opposé lundi différents groupes de soldats de la paix. Le chef du contingent burundais de la force africaine a révélé que ses hommes avaient été la cible de soldats tchadiens, avec tirs d'armes automatiques et jet de grenade. Les Tchadiens, dont trois ont été blessés, ont été repoussés « sans aucun problème » par les militaires burundais qui ont indiqué n'avoir « aucune responsabilité dans ces incidents ». Le matin même, une patrouille tchadienne avait brièvement ouvert le feu, devant des journalistes, sur des manifestants anti-Séléka devant l'aéroport, faisant un mort.

Traditionnellement très influent en Centrafrique, le Tchad du président Idriss Déby Itno est le premier partenaire de la France dans ses efforts pour rétablir la paix dans le pays. La défiance croissante des Centrafricains envers le contingent tchadien complique encore un peu plus la tâche des militaires français.

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2013/12/25/centrafrique-les-soldats-tchadiens-vont-etre-redeployes-dans-le-nord_4339761_3212.html

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
FAR SOLDIER
General de Division
General de Division


messages : 4493
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Les Mureaux / Kenitra
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mer 25 Déc 2013 - 17:11

Des tirs a l'entrée de l'aéroport de Bangui ... Déploiement de blindes français pour sécuriser la zone .

_________________


Administrateur - Page Officielle Facebook "FAR-MAROC" 
Suivez ce lien  Arrow  https://www.facebook.com/farmarocofficielle
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17968
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mer 25 Déc 2013 - 17:26

Citation :
 Général Cavallier : "En Centrafrique, la France pourrait déployer ses unités de gendarmerie mobile"  

Le Point.fr - Publié le  25/12/2013

Expert en maintien de l'ordre, le général Bertrand Cavallier demande que la gendarmerie mobile soit envoyée en Centrafrique, pour épauler l'armée de terre.


 Le général de division Bertrand Cavallier a quitté le service actif en 2011, son dernier poste à la gendarmerie étant celui de directeur des compétences, responsable du recrutement et des formations. Avant cela, il fut notamment le chef du Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier (Dordogne). Il demeure, depuis cette période, une référence en matière de maintien de l'ordre, domaine dans lequel ses avis sont très écoutés. Il nous livre ici son sentiment sur le rôle que pourrait jouer la gendarmerie dans la situation difficile à laquelle est confrontée l'armée de terre en République centrafricaine.

Le Point.fr : En Centrafrique, les militaires de l'opération Sangaris font face à un difficile contrôle de populations hostiles. Les soldats tchadiens de la force africaine ont tiré dans la foule. Quelles réflexions cette situation vous inspire-t-elle ?
Général Bertrand Cavallier : Nous sommes dans un cas conforme à celui que les armées françaises rencontrent depuis des années. En Centrafrique aujourd'hui, comme au Kosovo à partir de 1999, l'impératif premier est de restaurer la sécurité, alors que la France n'y a pas d'ennemi. Les gendarmes qui avaient été déployés à Mitrovica y ont eu toute leur place, en appui aux soldats de l'armée de terre dont la vocation première demeure la coercition, le combat de vive force. Pour prendre un autre exemple, ce dispositif est celui qui avait été mise en place à Abidjan, en Côte-d'Ivoire : sous commandement de l'armée de terre, un groupement tactique de gendarmerie, qui a compté jusqu'à trois escadrons de gendarmerie mobile, a été engagé pour gérer notamment les questions de maintien de l'ordre.

Vous pensez donc que ce dispositif pourrait être avantageusement reconduit en Centrafrique ?
Je ne peux rien vous cacher ! Effectivement, ce serait une bonne initiative. Elle éviterait de placer les soldats au contact direct de foules violentes. C'est toute la compétence du gendarme que de pouvoir répondre à des situations très dégradées, avec sa culture d'emploi proportionné de la force et son approche très graduée de la réponse qu'il convient d'apporter à des débordements. Une crise protéiforme, complexe, appelle une approche globale, avec l'ensemble des outils disponibles. En Centrafrique, l'État n'existe plus. Des milices conduisent des actions dévastatrices, suscitant un enchaînement de violence et de représailles. Les Français y ont une mission claire : celle d'une force impartiale. Pourtant, s'ils ne défendent aucune communauté, ils se retrouvent accusés par chacune de faire le jeu de l'autre.

Des gendarmes seraient-ils mieux à même de sortir d'un tel piège ?
La situation est très complexe, c'est vrai. Mais on aurait pu imaginer un système différent. D'une part, l'armée de terre aurait offert - dans des conditions assez semblables à celles qui prévalent actuellement - un dispositif de puissance. Pour contrôler le terrain rapidement et de manière très ferme, en faisant face aux agissements d'éléments armés, dans une posture temporaire proche de la contre-insurrection. À mes yeux, la France pourrait déployer avantageusement en complément un dispositif composé d'unités de gendarmerie mobile. Ce serait utile sur deux plans : tout d'abord, le contrôle des manifestations. Et ensuite, cela permettrait de passer un message à tous les acteurs locaux, celui de la gradation : d'abord les gendarmes, dans une logique de médiation, d'emploi proportionné, maîtrisé et échelonné de la force. Et si la situation dégénère du fait de bandes armées, alors seulement interviennent les unités de l'armée de terre. J'ajoute que les gendarmes sont en mesure de contribuer à la réponse pénale, conformément aux principes du droit international. Les parties qui s'opposent dans ce conflit doivent comprendre qu'on ne saurait se faire justice soi-même. Les auteurs des crimes doivent être identifiés et punis, pour parvenir à la réconciliation.


Vous ne voyez que la gendarmerie française pour assurer cette mission que vous appelez de vos voeux ?
Pas du tout ! Sur place, on me rapporte que les gendarmes congolais font un bon travail. Ils pourraient être intégrés dans un dispositif comprenant des gendarmes français. J'ajoute que la gendarmerie centrafricaine pourrait jouer un rôle. Elle est multiethnique, multiconfessionnelle. Soutenue par des Français, elle aurait sa place dans une telle mission.

Il se dit que la gendarmerie française possède un savoir-faire très particulier en matière de maintien de l'ordre. Est-ce exact ?
La gendarmerie est une force armée, dont la mission première est la sécurité publique. Elle est solide, formée, entraînée, professionnelle, peut intervenir dans toutes les situations avec sa propre culture. Et dans le cas que nous évoquons, rien ne lui interdirait, au contraire, de s'intégrer harmonieusement en Opex (opération extérieure) sous l'autorité du chef d'état-major des armées et, sur le terrain, sous le commandement de l'armée de terre. Nous sommes des militaires. De nombreux cadres supérieurs de la gendarmerie ont fait l'école de guerre avec leurs camarades des armées. La formation de base des gendarmes est une formation militaire. Depuis le Kosovo, nous avons démontré notre savoir-faire et notre efficacité en Côte-d'Ivoire ou en Afghanistan.

Le rôle de la gendarmerie dans les opérations extérieures est-il prévu par les textes ?
Bien sûr ! Il est évoqué dans le Livre blanc de 2013 et très explicitement précisé par le document Emploi de la gendarmerie nationale en opérations extérieures (lire ici la dernière version, en date du 13 octobre 2013) préparé par le CICDE (Centre interarmées de concepts, de doctrines et d'expérimentations). Ce texte est très clair sur tout ce que la gendarmerie peut apporter dans ce type de situations. Il écrit noir sur blanc : "Puisque les objectifs ne sont plus aussi tangibles, les interventions militaires se définissent désormais principalement par leur complexité et par l'immixtion de la sécurité publique comme pierre angulaire de l'atteinte de l'effet final recherché tant des points de vue militaires que civils." La gendarmerie a toute sa place entre la police civile et l'armée de terre. Pour autant, elle n'a été engagée ni au Mali, où elle aurait été très utile, ni en Centrafrique, où je pense vraiment qu'elle a un rôle à jouer. La décision de la faire intervenir, ou pas, relève d'un choix politique...

À quels principes ce choix obéirait-il, selon vous ?
Personne ne saurait nier que les contraintes budgétaires pèsent, mais pour l'efficacité de la mission, la gendarmerie devrait être engagée en Opex. Ce ne serait pas contraire à la préservation de son identité et de sa spécificité de force armée. Pour compléter mon propos, je voudrais citer l'ancien chef d'état-major des armées, le général Kelche : "L'armée de terre n'a pas vocation à se substituer à la gendarmerie." Il insistait alors sur le fait qu'à Mitrovica il fallait se trouver en mesure de "faire basculer instantanément le dispositif français du maintien de l'ordre, du ressort des gendarmes, au combat urbain, qui relève de l'armée de terre". Une décennie plus tard, ce propos reste pertinent.

Parlons franchement : aujourd'hui, avec ses effectifs et ses moyens matériels, la gendarmerie serait-elle en mesure de partir en Opex ?
Sur le principe, oui. Sans aucun doute, c'est un terrain sur lequel excellent les gendarmes entraînés pour ça. Mais d'une part, j'insiste, les contraintes budgétaires sont là. Et d'autre part, je n'aurais garde d'oublier que, durant le précédent quinquennat, quinze escadrons de gendarmerie mobile ont été dissous. Ce qui pose, il est vrai, un réel problème d'engagement sur le territoire national. Mais avec une volonté politique affirmée, la gendarmerie aurait la capacité d'intervenir en Centrafrique.

Dans quel délai ?
Trois jours !


http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/general-cavallier-en-centrafrique-la-france-pourrait-deployer-ses-unites-de-gendarmerie-mobile-25-12-2013-1774135_53.php  
Citation :
Centrafrique : des blindés français se déploient devant l'aéroport de Bangui  
à 16:58 - Modifié le  25/12/2013 à 17:12

Des centaines de personnes ont fui à la suite du déploiement d'une dizaine de véhicules blindés français et de tirs dans les quartiers voisins.
 

Une dizaine de véhicules blindés français se sont déployés mercredi après-midi devant l'entrée de l'aéroport de Bangui, et des tirs dans les quartiers voisins provoquaient la fuite de centaines de personnes, a constaté un journaliste de l'AFP. Alors que les tirs d'origine indéterminée se sont intensifiés à proximité, les blindés français se sont déployés vers 16 h 15, heure locale (15 h 15 GMT), devant l'entrée de l'aéroport, où sont basées les forces françaises de l'opération Sangaris et africaines de la Misca.

Ces tirs d'armes automatiques, notamment de mitrailleuse lourde, ne visent apparemment pas l'aéroport, mais se déroulent à peine à un kilomètre, dans les quartiers voisins. Dans ce secteur, des centaines d'habitants paniqués fuyaient en courant vers le sud, en direction du centre-ville, a-t-on constaté.

Après de multiples incidents au cours de la matinée dans plusieurs quartiers nord de Bangui, ces tirs se sont concentrés et intensifiés au fur et à mesure de la journée, progressant du nord vers le sud, et s'approchant à proximité directe de l'aéroport, où sont réfugiés au bord des pistes plusieurs milliers de déplacés.

Les rues de Bangui complètement vides

Les rues et grandes avenues de Bangui se sont littéralement vidées, y compris dans le centre-ville. Des tirs et des détonations pouvaient être entendus par intermittence dans de nombreux quartiers, y compris à proximité du centre-ville, provoquant la peur parmi les habitants cloîtrés chez eux.

Près d'un millier de personnes ont été tuées en Centrafrique depuis trois semaines, à Bangui et en province, dans des attaques des milices d'autodéfense chrétienne "anti-balaka" et les représailles des combattants de l'ex-rébellion Seleka, qui a pris le pouvoir en mars 2013.

Cette vague de violences avait été déclenchée le 5 décembre par une offensive sur la capitale de miliciens anti-balaka, infiltrés depuis la brousse en périphérie. L'offensive avait été suivie de représailles sanglantes de l'ex-rébellion contre les populations, très majoritairement chrétiennes, de la ville. Ces violences avaient précipité l'intervention militaire française, au côté de la force africaine Misca.  


http://www.lepoint.fr/monde/centrafrique-des-blindes-francais-se-deploient-devant-l-aeroport-de-bangui-25-12-2013-1774244_24.php
Revenir en haut Aller en bas
FAR SOLDIER
General de Division
General de Division


messages : 4493
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Les Mureaux / Kenitra
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Jeu 26 Déc 2013 - 11:39

http://www.20minutes.fr/monde/1267247-20131226-centrafrique-important-deploiement-militaire-francais-a-bangui-apres-journee-heurts

D'aprés cette source 5 soldats Tchadiens ont été tués hier  Mad 
Sayé mnt il faut durcir le ton avec ces balakaka faut plus etre passif , ils ont prit la confiance sa suffit ils se prennent pour qui . J'espere que nos FAR auront l'occasion de tirer pour leur apprendre les bonnes maniéres  Evil or Very Mad 
Une salve de FN MAG ou de mitrailleuse lourde de VAB et tout le monde rentre chez maman .

_________________


Administrateur - Page Officielle Facebook "FAR-MAROC" 
Suivez ce lien  Arrow  https://www.facebook.com/farmarocofficielle
Revenir en haut Aller en bas
General Dlimi
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1214
Inscrit le : 17/07/2010
Localisation : Sahara
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 27 Déc 2013 - 4:50

Ces balaka il faut etre sans pitié avec eux les tchadiens font un bon boulot et j'espére que les FAR leur préteront main forte, il faut proteger les musulmans centrafricains de ces barbares pleins de gri-gri qui tuent des gens avec des fléches et des sabres empoisonnés, on se croirait au moyen age.
Revenir en haut Aller en bas
charly
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2382
Inscrit le : 25/05/2011
Localisation : Aquitaine
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 27 Déc 2013 - 9:27

General Dlimi a écrit:
Ces balaka il faut etre sans pitié avec eux les tchadiens font un bon boulot et j'espére que les FAR leur préteront main forte, il faut proteger les musulmans centrafricains de ces barbares pleins de gri-gri qui tuent des gens avec des fléches et des sabres empoisonnés, on se croirait au moyen age.

Le problème est de désarmer les milices chrétienne et musulman, et de rester impartial.

Petit jok pour Fahed : les far, les tchadiens et les français doivent rester laïque pour empêcher les milice s catholiques et milices musulmans de se foutre dessus. Mais cela n arien avoir avec la religion.
Revenir en haut Aller en bas
klan
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3439
Inscrit le : 22/05/2010
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 27 Déc 2013 - 12:28

Citation :
Vives inquiétudes du Roi du Maroc sur la situation en Centrafrique

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a ordonné l’envoi d’éléments des Forces Armées Royales en République centraficaine pour soutenir ce pays dans son chemin vers la paix et la stablité et mettre un terme à un conflit confessionnel dévastateur porteur de menaces pour la sécurité du continent africain
En effet, un chaos en République centrafricaine engendrerait une déstabilisation totale de toute la région du fait de sa position géostratégique car au carrefour de la zone des Grands Lacs, des deux Soudans, du Cameroun, du Tchad et du Congo.
Une anarchie en République centrafricaine conduirait inévitablement les groupes terroristes et criminels venus d’autres pays africains ou d’ailleurs à sanctuariser ce territoire comme il l’avait été tenté avec le Mali et que l’on constate aujourd’hui dans Sud algérien et dans les camps des séquestrés sahraouis à Tindouf.

Aussi, eu égard à l’excellence des relations politiques, d’amitiés, de coopération et de solidarité qui unissent le Royaume du Maroc et la République Centrafricaine et face à la grave détérioration de la situation en Centrafrique, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a eu, le 24 décembre 2013, un entretien téléphonique avec le Président français, Monsieur François Hollande.
Un entretien essentiellement consacré aux derniers évènements en République centrafricaine et au cours duquel le Roi du Maroc a fait part à son interlocuteur de sa forte préoccupation devant la dégradation alarmante de la situation sécuritaire, l’aggravation de la crise humanitaire et l’exacerbation des tensions interconfessionnelles dans ce pays africain.
Le Souverain marocain, a également mis l’accent, au cours de cet entretien, sur l’urgence de créer les conditions propices pour un dialogue inclusif qui permette à l’ensemble des composantes du peuple centrafricain de réaliser la concorde nationale et d’amorcer un processus de transition démocratique pacifiée dans le cadre du respect de l’unité nationale de ce pays.
C’est pourquoi, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a tenu à souligner au Président français, que, fort de ses relations historiques avec l’ensemble des composantes confessionnelles et politiques de la République centrafricaine, le Royaume du Maroc entend contribuer activement aux efforts mis en œuvre pour rétablir la paix et l’ordre public dans ce pays et faire cesser la spirale d’attaques et représailles violentes à caractère confessionnel, qui visent la population et notamment la communauté musulmane, ce qui constitue un développement hautement préoccupant et particulièrement inhabituel pour le continent Africain.
Enfin, il est acquis que l’unique solution en République de Centrafrique est, comme l’a soulignée le Roi du Maroc à son interlocuteur, l’assurance d’une protection équilibrée et non discriminatoire à l’égard de toutes les communautés religieuses et ethniques afin de favoriser l'avènement d'une réelle démocratie loin des stratégies ethniques ou religieuses.
Je rajouterai, pour conclure, que la cérémonie de remise du Drapeau au contingent des Forces Armées Royales, symbolisant la réception de sa mission, a été présidée, le mercredi 25 décembre 2013, sur Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI par le Général de Corps d’Armée Abdelaziz Bennani qui a remis le Drapeau de l’Unité au Colonel-Major désigné Commandant du contingent marocain en République de Centrafrique.
A cette occasion un message Royal adressé aux militaires de ce Contingent a été lu. Dans ce message Royal, il a été rappelé aux soldats marocains en partance pour la République de Centrafrique que leur mission constituera «une nouvelle page qui s’ajoutera aux pages glorieuses immortalisées par les précédents Contingents sur différents fronts tels que le Congo, la Somalie, la Bosnie-Herzégovine et Haïti, et qui se poursuivent encore au Kosovo, en République Démocratique du Congo et en République de Côte d’Ivoire, consacrant ainsi par excellence le professionnalisme et l’efficacité du soldat marocain connu pour sa grande capacité d’adaptation à l’environnement extérieur, dans le respect total des principes de la légalité internationale.»

http://www.atlasinfo.fr/Vives-inquietudes-du-Roi-du-Maroc-sur-la-situation-en-Centrafrique_a48317.html

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/NEWSFARMAROC
Fahed64
Modérateur
Modérateur


messages : 12952
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 27 Déc 2013 - 14:10

Citation :
comme l’a soulignée le Roi du Maroc à son interlocuteur, l’assurance d’une protection équilibrée et non discriminatoire à l’égard de toutes les communautés religieuses et ethniques afin de favoriser l'avènement d'une réelle démocratie loin des stratégies ethniques ou religieuses.

Fier d'avoir un roi tel que lui   

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
klan
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3439
Inscrit le : 22/05/2010
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 27 Déc 2013 - 14:25

Tout a fait Fahed  Like a Star @ heaven 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/user/NEWSFARMAROC
PGM
Administrateur
Administrateur


messages : 9500
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 27 Déc 2013 - 16:01

Arrivée de nos soldats a Bangui

Revenir en haut Aller en bas
General Dlimi
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1214
Inscrit le : 17/07/2010
Localisation : Sahara
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 28 Déc 2013 - 0:47

charly a écrit:
General Dlimi a écrit:
Ces balaka il faut etre sans pitié avec eux les tchadiens font un bon boulot et j'espére que les FAR leur préteront main forte, il faut proteger les musulmans centrafricains de ces barbares pleins de gri-gri qui tuent des gens avec des fléches et des sabres empoisonnés, on se croirait au moyen age.

Le problème est de désarmer les milices chrétienne et musulman, et de rester impartial.

Petit jok pour Fahed : les far, les tchadiens et les français doivent rester laïque pour empêcher les milice s catholiques et milices musulmans de se foutre dessus. Mais cela n arien avoir avec la religion.
Desolé charly mais il est clair que l'armée francaise est trop laxiste avec les anti-balaka, elle a été enclein a rapidement désarmer les Seleka, et aujourd'hui les anti-balaka sont entrain de mener des attaques punitives un peu partout en ciblant toute la communauté musulmane, ils menacent d'ailleurs ouvertement les musulmans et leur demandant de quitter le pays avant qu'ils ne soient tous tués.

Alors si le Seleka ne peut plus proteger les musulmans et que la France tolére les agissement des anti balaka, qui va les proteger ?
En sachant bien que les musulmans sont minoritaires dans ce pays.

Voila pourquoi je souhaite que les Tchadiens continuent de les proteger et que les FAR les appuient.

On a beau dire ce qu'on veux, le conflit a dégénéré en guerre des religions en Centrafrique.
Revenir en haut Aller en bas
General Dlimi
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1214
Inscrit le : 17/07/2010
Localisation : Sahara
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 28 Déc 2013 - 0:57

PGM a écrit:
Arrivée de nos soldats a Bangui

Ils ont de l'allure nos guerriers  
Revenir en haut Aller en bas
FAR SOLDIER
General de Division
General de Division


messages : 4493
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Les Mureaux / Kenitra
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 28 Déc 2013 - 1:01

Dommage l'image est petite . J'aime bien leur gabarit , ils sont bien bâtit , on dirait il commence a s'entretenir et a se muscler un peu nos soldats . Bonne chose

_________________


Administrateur - Page Officielle Facebook "FAR-MAROC" 
Suivez ce lien  Arrow  https://www.facebook.com/farmarocofficielle
Revenir en haut Aller en bas
General Dlimi
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1214
Inscrit le : 17/07/2010
Localisation : Sahara
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 28 Déc 2013 - 3:39

marokino78000 a écrit:
Dommage l'image est petite . J'aime bien leur gabarit , ils sont bien bâtit , on dirait il commence a s'entretenir et a se muscler un peu nos soldats . Bonne chose
Faut pas te fier aux apparences c'est de veritable roc meme si le physique est pas impressionnant pour ceux dont tu parles Wink
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1498
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 28 Déc 2013 - 4:11

Dans le corps à corps ma tkhafech :)mais c'est plus de notre époque.. Par contre ça fait plaiz de voir nos soldats avec une telle allure, affutés et fiers, et puis c'est la nouvelle donne; malheureusement
cap et épée c'est terminé depuis pfffiouuuu^^ Bientôt tu verras que les meilleurs soldats du monde seront des bran*leurs de 17 ans avec des dents longs mais de la technologie à revendre, ils tueront comme il joueront à la PS4 et ce sera triste, enfin ca l'ait déjà avec les drones et les RobotsSoldiers Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
General Dlimi
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1214
Inscrit le : 17/07/2010
Localisation : Sahara
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Dim 5 Jan 2014 - 20:59

La famille du joueur centrafricain du Raja Vivien Mabide qui avait fais appel au roi lors du diner organisé en leur faveur au palais royal, a été rappatrié au Maroc par les FAR.

Des nouvelles de nos soldats en Centrafrique?
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17968
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mer 8 Jan 2014 - 15:48

Citation :
 Centrafrique: le Tchad s’oppose à l’arrivée des casques bleus  

Par Samuel Benshimon - 08/01/2014

C’est l’une des premières prises de position du pays d’Idriss Déby pour marquer son entrée au Conseil de sécurité des Nations unies


En effet, c’est pratiquement seul contre tous que l’ambassadeur tchadien a défendu sa position. Face à la reconnaissance unanime de la détérioration de la situation, l’envoi de Casques bleus est soutenu par plusieurs pays. Mais le Tchad veut laisser aux Africains, avec lui-même aux premières loges, la primauté dans la gestion de la crise. Ainsi, le pays du président Idriss Déby qui effectuait lundi, 6 janvier son entrée au Conseil de sécurité des Nations unies, s’est opposé, lors d’un sommet de l’ONU tenu le même jour, à l’envoi de Casques bleus en Centrafrique. N’djamena estime que la Misca, la force de l’Union africaine officiellement entrée en fonction il y a un mois, est capable de gérer la situation.

Le représentant tchadien aux Nations unies Mahamat Zene Cherif a annoncé la tenue à N’djamena le 9 janvier prochain d’un sommet devant réunir tous les partenaires internationaux pour une évaluation de la situation sécuritaire et politique qui se trouve actuellement dans l’impasse. L’importance de la présence des soldats tchadiens dans la Misca est même soutenue par l’opposition tchadienne. En effet, le Coordinateur adjoint du Conseil patriotique des Forces pour le Changement a déclaré que les troupes tchadiennes sont les plus actives sur le terrain, avec les troupes françaises, dans la dissuasion des ex-Séléka et des milices anti-Balaka.

Même en passant outre la réticence du Tchad, un envoi de Casques bleus ne devrait pas se faire dans l’immédiat. Le Conseil de sécurité attend un rapport du Secrétaire général Ban Ki-moon avant de décider un tel déploiement. Or, selon les premières estimations, ce rapport ne devrait être présenté pas avant la fin du mois de février. Les Nations Unies manquent également de moyens pour faire venir l’aide humanitaire concernant des déplacés dans le pays, estimés à plus d’un million. Une conférence des donateurs doit se tenir le 1er février prochain à Addis-Abeba.

http://www.journaldebangui.com/article.php?aid=5890  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 27Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 15 ... 27  Suivant
 Sujets similaires
-
» Paris - Suicide d'un militaire de l'opération Sentinelle .
» Opération SANGARIS : point de situation du 18 avril 2014
» Opération Sangaris Centrafrique: quand le retour des soldats vire au cauchemar
» opération SANGARIS
» Denis ALLEX - L'otage français en Somalie tué lors d'une opération commando

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: