Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26, 27  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 19 Aoû 2016 - 20:20

Citation :
La MINUSCA réaffirme son appui aux autorités centrafricaines (porte-parole)

Publié le jeudi 18 aout 2016 | Agence de Presse Africaine



© Autre presse par DR
Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca



La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a réitéré son impartialité et sa volonté d’accompagner les autorités centrafricaines dans le renforcement de l’Etat de droit et la lutte contre l’impunité.

« La MINUSCA est impartiale et son seul agenda c’est d’assister les autorités centrafricaines dans cette phase de stabilisation, à travers des mesures fortes telles que le DDRR, la Réforme du secteur de sécurité et la réconciliation nationale”, a déclaré le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission, mercredi à Bangui.;

Monteiro s’exprimait sur l’affaire du convoi d’hommes lourdement armés qui ont quitté PK5, vendredi soir, et dont l’avancée a été stoppée par les casques bleus de la MINUSCA à 50 km de Sibut.

Selon le porte-parole, la MINUSCA a remis aux autorités centrafricaines sept des 11 individus interpellés lors de l’opération tandis que quatre sont soignés à l’hôpital de la MINUSCA, à la demande du Procureur de la République. « Ils seront remis aux autorités centrafricaines dès que leur état le permettra », a ajouté Monteiro.

Le porte-parole a catégoriquement rejeté les accusations selon lesquelles la MINUSCA a aidé les leaders de ce groupe à s’enfuir après les avoir arrêtés. « Ces informations sont complètement fausses. Ce serait en contradiction avec notre mandat selon lequel la Mission concourt au rétablissement et au maintien de la sécurité publique et de l’état de droit, notamment en arrêtant et en remettant aux autorités centrafricaines, les personnes responsables de graves atteintes aux droits de l’homme et de violations graves du droit international humanitaire afin qu’elles puissent être traduites en justice », a dit Monteiro.

Il a ajouté que la MINUSCA est une force déployée en Centrafrique pour aider les Centrafricains à retrouver la paix et la stabilité.


http://news.abangui.com/h/54490.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 19 Aoû 2016 - 20:26

Citation :
MINUSCA

La Représentante spécial adjointe du Secrétaire général des Nations Unies, Diane Corner, a procédé, ce vendredi 19 août 2016, à la remise
officielle de la Médaille des Nations Unies à 18 officiers de la Section des Affaires judiciaires et pénitentiaires de la #MINUSCA pour leurs bons
et loyaux services au sein de leur entité et pour la cause de la paix.



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Jeu 25 Aoû 2016 - 23:06

Citation :
MINUSCA a ajouté 2 photos.

Remise de médailles au contingent burundais de Sibut
Le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies, Coordonnateur humanitaire et Représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Monsieur Fabrizio Hochschild a effectué une descente à Sibut le 18 aout 2016 dans la Préfecture de Kemo pour la remise des médailles aux casques bleus du Contingent burundais œuvrant dans cette localité. Il était accompagné du Commandant de la Force Lieutenant General Balla Keita. Au cours de son allocution, il a remercié les militaires du Contingent burundais pour leurs contributions à la restauration de l’Etat, à la protection des civils.



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 5 Sep 2016 - 21:24

Citation :
La MINUSCA condamne fermement les actes de violence perpétrées par les ex-séléka à Dékoa


Le 3 septembre, dans la région de Dekoa, un affrontement entre un groupe de fugitifs ex-sélékas remontant vers le Nord et des villageois de Nangayan a entraîné la mort de deux villageois (dont le chef du village), et d’une troisième personne non identifiée, présumée ex-séléka dont le corps a été remis aux autorités locales de Dékoa par la MINUSCA, en présence de la Croix-Rouge.

Le bataillon burundais de la MINUSCA est immédiatement intervenu pour protéger et rassurer la population.

Plus tard dans la nuit de samedi à dimanche, une unité du bataillon burundais de la MINUSCA a été prise à partie à 5km au Nord de Dekoa par une colonne de motos ex-séléka tentant de forcer le passage vers le Sud. Les soldats de la MINUSCA ont riposté. L’un des assaillants a trouvé la mort et trois motos ont été saisies. Deux soldats burundais ont été grièvement blessés au cours du combat et reçoivent depuis des soins intenses à la clinique de la MINUSCA. La MINUSCA demande aux fugitifs de répondre à l’appel du gouvernement de se rendre et de se soumettre à la justice de leur pays.

La MINUSCA continuera à s’opposer à tout acte violent de quelque groupe que ce soit, si nécessaire par la force conformément à son mandat. La MINUSCA appelle à nouveau les groupes armés à respecter l’engagement qu’ils ont pris lors de la signature de l’Accord sur les principes de Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement (DDRR). Elle les exhorte également à s’engager résolument dans le dialogue initié par le Président Touadéra.

Enfin, la MINUSCA rappelle que porter atteinte à la vie d’un soldat de la paix peut être considéré comme un crime de guerre et est punissable conformément aux lois internationales en vigueur

http://minusca.unmissions.org/la-minusca-condamne-fermement-les-actes-de-violence-perp%C3%A9tr%C3%A9es-par-les-ex-s%C3%A9l%C3%A9ka-%C3%A0-d%C3%A9koa
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 9 Sep 2016 - 20:19

Citation :
Centrafrique: des drones français pour l'ONU


Par Lefigaro.fr avec AFP Mis à jour le 08/09/2016 à 22:55 /Publié le 08/09/2016 à 22:50


La France va déployer une unité de drones tactiques au sein de la force des Nations unies en Centrafrique (Minusca), a annoncé ce jeudi le ministère français de la Défense. Ces drones de surveillance - dont le nombre n'a pas été précisé - seront gérés par une section, soit un peu moins de cent hommes, a-t-on précisé dans l'entourage du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Cette contribution a été annoncée par Jean-Yves Le Drian au cours d'une rencontre à Londres sur les missions de la paix de l'ONU ayant réuni des représentants de 70 Etats. En juillet, le mandat de la Minusca (mission de l'ONU en République centrafricaine) a été prolongé jusqu'au 15 novembre 2017 avec près de 13.000 soldats et policiers. Après la réduction des forces françaises à environ 300 hommes - contre 2500 au plus fort de la crise -, la Minusca se retrouve en première ligne pour assurer la sécurité en attendant que l'armée centrafricaine redevienne efficace, une perspective encore lointaine.

La France doit mettre définitivement fin en octobre à son opération militaire Sangaris en Centrafrique, déclenchée dans l'urgence en décembre 2013 sur fond d'affrontements intercommunautaires, mais va maintenir une présence militaire sous la responsabilité de l'ONU et de l'UE.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/09/08/97001-20160908FILWWW00388-des-drones-francais-pour-l-onu-en-centrafrique.php
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mar 13 Sep 2016 - 16:34

Citation :
Centrafrique: une centaine des soldats chinois à Bangui, la guerre du pétrole va t-elle commencer?


Publié le mardi 13 septembre 2016 | Corbeau News


© Autre presse par DR
Des soldats français de l`opération Sangaris à Bangui en février 2014.



La prospection et l’exploitation du gisement pétrolier au Nord-Est de la Centrafrique par une entreprise chinoise poussent le gouvernement chinois à prendre des mesures spéciales de sécurité afin de protéger ses intérêts dans ce pays en guerre. Outre le problème sécuritaire rencontré par ces investisseurs chinois en RCA, la licence de prospection, d’exploration, voire d’exploitations pétrolières remis par les nouvelles autorités à une entreprise chinoise, n’a pas été du goût des américains, ni des européens. Ce qui pourrait alimenter de tension déjà perceptible dans le pays. Avec l’arrivée massive des soldats chinois en Centrafrique, peut-on parler de la guerre du pétrole dans les années à venir en RCA?

Depuis la baisse du cours de pétrole sur le marché financier, les pays producteurs du pétrole, qui accusent le choc, avaient décidé pour la plus part de diversifier la source des revenus de leurs pays. L’or noire, selon les experts, n’est plus rentable. Mais en Centrafrique par contre, c’est un rêve inculqué à tout un peuple qui souhaite voir un jour sortir de la terre leur propre or noir. Ce rêve va-t-il se concrétiser un jour? Difficile d’y répondre.
En Centrafrique, à chaque fois qu’on parle de l’exploitation du pétrole centrafricain, c’est la guerre. Chaque président centrafricain qui tente d’en parler, il perd son pouvoir en courant. Le président Faustin Archange TOUADÉRA, avant d’être élu président en février dernier, aurait donné sa parole d’honneur au président Français que l’exploitation du pétrole Centrafricain sera attribuée au groupe français Total. Or, depuis sa prise du pouvoir en mars 2016, le président TOUADERA tourne le dos au groupe français Total sous la pression de son homologue Équato-Guinéen sous pression judicaire avec la France. Il confirme l’entreprise chinoise pour l’exploitation de l’or noir centrafricain. Sur ce geste présidentiel, les intérêts chinois seraient au-dessus des intérêts français en RCA. La Chine se bat les ailes pour devenir un partenaire devenus incontournable et ce, depuis le début de la transition en 2013.
Depuis quelques mois, le gouvernement chinois, afin de protéger ses intérêts qui s’accroitraient du jour en jour dans ce pays, décide d’envoyer ses soldats sur le terrain en Centrafrique. Ce qui est rare pour le gouvernement chinois dans un pays africain. En plus de ses soldats, les autorités chinoises déploient aussi à Bangui plusieurs agents de son service des renseignements. On les voit discrètement au Ministère des Mines. À chaque visite d’un Officiel occidental, ils cherchent à tout prix savoir le motif de sa visite. Ce qui s’apparente à une guerre d’intérêts. Le Président Faustin TOUADERA alias la Tortue, l’homme qui n’a jamais respecté sa parole, risque de se retrouver seul face à sa politique de roublardise.
Sur le terrain à Bouroumata, le chantier pétrolier des chinois, la sécurité des équipements installés est assurée par des Séléka déguisés en Agents de sécurité d’une société fictive de monsieur Gazambéti. Chaque agent est payé 10.000 francs CFA à la société fictive de Gazambéti qui verse à son tour directement 4.000 francs par jours à ces Agents vigiles. Et les soldats chinois, que feront-ils exactement en RCA?
Pour le moment, personne n’est en mesure de nous éclaircir sur ce sujet. Une cinquantaine de ces soldats sont actuellement logés dans des tentes au sein de leur Ambassade à Bangui.
Du côté gouvernemental, on joue au Ping-Pong avec les occidentaux et les américains..
Rappelons à nos lecteurs que la clôture de l’Ambassade de Chine à Bangui a été transformée pour accueillir ces soldats. Pour beaucoup des Centrafricains, cette Ambassade ressemble depuis 3 mois à une base militaire américaine au Vietnam: les murs blindés avec des bétons de 50cm de large pour une hauteur de plus de 10m, protégé par des radars détecteurs du mouvement téléguidés. Ainsi, les Centrafricains se demandent si la Chine prépare-t-elle une guerre dans leur pays? Ce changement visible inquiète beaucoup les Centrafricains.

http://news.abangui.com/h/54879.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Dim 18 Sep 2016 - 19:59

Citation :
Centrafrique: au moins 20 morts dans une nouvelle flambée de violences

Publié le dimanche 18 septembre 2016 | AFP


© Autre presse par DR
Centrafrique: au moins dix morts dans des violences entre groupes armés dans l`est



Une vingtaine de personnes ont été tuées depuis vendredi dans le centre de la Centrafrique dans des attaques lancées par des homme armés issus de l'ex-coalition rebelle séléka, illustrant la fragilité de la stabilisation d'un pays ravagé par des violences intercommunautaires en 2013-2014.

"Au moins 20 personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées dans des attaques lancées vendredi par des éléments ex-séléka contre Kaga Bandoro et des villages environnants, provoquant la peur parmi les habitants qui ont fui en brousse ou encore vers les localités voisines", a déclaré à l'AFP sous couvert d'anonymat un responsable de la gendarmerie centrafricaine.

Ces attaques qui se sont poursuivies samedi "ont fait 19 morts dans des villages, dont celui de Ndomété, très affecté par ces nouvelles violences" autour de Kanga Bandoro, selon la même source, qui a également fait état de morts à Kanga Bandoro sans pouvoir donner un bilan précis dans un premier temps.

Dans un communiqué, la mission de l'ONU en centrafrique (Minusca) a indiqué dimanche avoir "décidé de renforcer son dispositif militaire à Kaga Bandoro et Ndomété pour prévenir toute détérioration de la situation".

"La Force de la MINUSCA est déjà intervenue à Ndomété pour séparer les belligérants afin d’éviter des répercussions sur la population civile, ainsi qu’à Kaga Bandoro afin de renforcer la sécurité dans la localité, notamment tant celle de l’hôpital que des déplacés", ajoute le communiqué de la Minusca, qui compte quelque 10.000 Casques bleus.

-Neutraliser les groupes armés-

Kaga Bandoro est le fief du Front populaire pour le renouveau de Centrafrique (FPRC) de Noureddine Adam, groupe armé issu de l'ex-coalition rebelle Séléka.

Noureddine Adam est sous le coup de sanctions internationales pour son implication présumée dans les tueries intercommunautaires de 2013-2014.

"Les assaillants lourdement armés ont incendié des dizaines de maisons d'habitation qu'ils ont pillées dans ces villages, emportant de surcroît des biens et animaux domestiques. Certains habitants qui le peuvent ont pris la route de Bangui, ou se sont réfugiés à Sibut" ville voisine, a encore le responsable de la gendarmerie.

Toujours de même source, "ces attaques, selon les habitants de Kaga Bandoro, en fuite à Sibut, feraient suite aux informations faisant état de regroupement d'éléments anti-balaka dans les villages situés autour de Kaga Bandoro. Ces derniers s'apprêteraient à déloger les ex-séléka les accusant de prendre en otage la population".

La prise du pouvoir par les Séléka en 2013, après le renversement de l'ex-président François Bozizé, a précipité la Centrafrique et ses 4,5 millions d'habitants dans le chaos avec une contre-offensive des milices anti-Balaka majoritairement chrétiennes.

Le conflit a fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés d'après les Nations unies.

L'intervention militaire française de l'opération Sangaris, fin 2013, puis le déploiement de Casques bleus, ont permis de stabiliser la situation sécuritaire, mais des bandes armées continuent de sévir dans plusieurs régions de ce pays dont l'histoire est jalonnée de coups d'Etat, de mutineries et de rébellions.

Dirigée par Michel Djotodia, actuellement en exil, la coalition Séléka a finalement été chassée du pouvoir en 2014 sous la pression internationale.

Après une transition politique, les Centrafricains ont élu début 2016 à la tête du pays Faustin-Archange Touadéra.

Avec l'aide de la communauté internationale le nouveau président tente de mettre en oeuvre un programme de désarmement des groupes armés qui tiennent la population sous leur coupe dans leurs fiefs.

http://news.abangui.com/h/54957.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mer 21 Sep 2016 - 22:15

Citation :
MINUSCA

Le 16 septembre 2016 a vu, à Bria, la remise de médailles de l’ONU à 110 Casques bleus de l’Aviation sri-lankaise. C’était en présence de la Représentante spéciale adjointe, Diane Corner, et de plusieurs autres officiels militaires, policiers et civils. Une cérémonie riche en couleur qui a été l’occasion de saluer leur professionnalisme et inestimable contribution, dont l’appui logistique durant le processus électoral et le transport d’officiels.




Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 3 Oct 2016 - 21:00

Citation :
MINUSCA : encore des cas de viols par des soldats dits de la Paix


Publié le lundi 3 octobre 2016 | LNC


© Autre presse par DR
Une vingtaine de casques bleus rapatriés pour mauvais traitement sur des personnes arrêtées



L’affaire est révélée par le ministère de la Défense du Gabon, qui dans un communiqué déclare avoir été saisi de 4 cas d’abus sexuels de mineurs par ses soldats au sein de la Minusca, dont 2 à Bangui au Poste dit “Martyrs” dans la nuit du 16 septembre dernier.

Difficile cette fois-ci pour leur compatriote et chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga de parler encore “d’allégations”. C’est leur propre ministère de tutelle qui soulève le scandale.

http://news.abangui.com/h/55199.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mer 5 Oct 2016 - 18:44

Citation :
RCA: violents affrontements à Bangui après l’assassinat d’un officier



Des soldats de la Minusca patrouillent dans les rues de Bangui (photo d'illustration).
© MARCO LONGARI / AFP

Par RFI  Publié le 05-10-2016  • Modifié le 05-10-2016 à 15:06



En République centrafricaine, un calme précaire régnait ce mardi soir dans la capitale après les violents affrontements qui ont éclaté dans la matinée suite à l'assassinat d'un colonel de l'armée centrafricaine. Le bilan fait pour l'instant état d'au moins six morts et de plusieurs dizaines de blessés.

Tout débute mardi matin avec l’assassinat du colonel Marcel Mombéka sur fond de règlements de compte, selon certaines sources, et de tensions communautaires. Alors que l'officier circule au volant de sa voiture, deux hommes s'approchent de lui à moto, armes au poing, et l'abatte à bout portant.

Très vite, la situation se tend dans les 3e, 5e et 6e arrondissements de la capitale et des tirs éclatent. Le bilan s'alourdit, des civils auraient été touchés par des balles perdues. Au centre des affrontements : le quartier PK5. Les commerçants ferment boutiques, les habitants se barricadent, le quartier se vide.

La Minusca s'interpose

Au même moment, des hommes armés érigent des barrières sur les axes reliant le quartier aux autres parties de la ville.

La Minusca s’interpose assez vite en renforçant son dispositif sur le terrain, mais jusqu’en fin d’après-midi des tirs plus sporadiques se font entendre.

Le ministre de la Sécurité publique, Jean-Serge Bokassa, a averti que tout sera mis en œuvre pour que justice soit faite. Selon plusieurs habitants, depuis hier midi, plus aucun habitant ne sort du PK5, pas même les blessés.

http://www.rfi.fr/afrique/20161005-rca-violents-affrontements-bangui-apres-assassinat-colonel?ns_campaign=reseaux_sociaux&ns_source=twitter&ns_mchannel=social&ns_linkname=editorial&aef_campaign_ref=partage_user&aef_campaign_date=2016-10-05
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Jeu 13 Oct 2016 - 17:47

Citation :
Un rapport de l’ONU doute de la plupart des accusations d’abus lancées contre les Casques bleus


Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 13-10-2016




Depuis le lancement de l’opération Sangaris, plusieurs militaires français ont été accusés d’avoir commis des abus sexuels en Centrafrique. Et, systématiquement, dans ce genre d’affaire, le ministère de la Défense ouvre une enquête et transmet le dossier à la justice.

Par ailleurs, plusieurs cas de même nature impliquant des soldats de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation de la République centrafricaine (MINUSCA), ont aussi été rapportés, ce qui a motivé plusieurs mesures pour mettre un terme à ce phénomène.

« Une police militaire sera déployée pour contrôler le comportement des troupes et la collaboration sera renforcée avec les pays d’origine des soldats incriminés afin qu’ils paient de leurs crimes devant leurs juridictions nationales », avait ainsi annoncé, en février, Parfait Onanga-Anyanga, le chef de la MINUSCA.

Cela étant, les accusations – nombreuses – d’abus sexuels portés contre les soldats de la MINUSCA et ceux de Sangaris, ne seraient pas toutes fondées. C’est, du moins, ce qu’affirme un rapport d’étape de Mercedes Gervilla, qui dirige le groupe de la déontologie et de la discipline de l’ONU.

Ce rapport, remis aà Atul Khare, le secrétaire général adjoint de l’Onu en charge de l’appui aux missions, s’est intéressé à plus de 150 accusations lancées contre des soldats burundais et gabonais de la MINUSCA et portant sur des faits commis entre 2013 et 2016. Ainsi, selon l’agence Reuters, qui a pu le consulter, « 50% » des accusations « ne sont pas étayées par des preuves et seules 20% présentent des preuves incontestables ». Quant au 30% de cas restants, ils « présentent des éléments de preuve ne pouvant être corroborés ».

Toujours d’après la même source, les preuves « incontestables » concernent seulement des cas d’exploitation sexuelle, les cas d’abus n’ayant pas pu être étayés.

Toutefois, que les choses soient claires : cela ne veut pas dire qu’il n’y ait eu aucun abus de commis… Cependant, et c’est ce qui expliquerait l’ampleur du phénomène en Centrafrique, les enquêteurs ont constaté que de nombreux témoignages étaient « quasiment identiques », ce qui suggère que les victimes présumés semblaient avoir « mémorisé un script ».

Mais ce n’est pas tout : le rapport accuse une ONG locale travaillant pour l’UNICEF d’avoir mis en place une « incitation financière à des individus pour que ces derniers se présentent comme des victimes » ainsi qu’un humanitaire qui aurait incité des plaignants à déposer de fausses plaintes pour ensuite extorquer de l’argent aux « victimes. »

Une porte-parole de l’UNICEF, Marixie Mercado, sollicitée par Reuters, a expliqué que le versement d’argent aux victimes présumées d’abus sexuels est un « mécanisme de routine » étant donné que les personnes concernées sont souvent « vulnérables ».

Quant au manque de détails dans les témoignages, Mme Mercado a fait valoir que l’UNICEF « n’a pas pour rôle de déterminer si une personne qui se présente comme une victime a en effet été maltraitée ou exploitée sexuellement ». Et d’ajouter : « Notre rôle est de soutenir les enfants et de s’assurer qu’ils soient interrogés d’une manière qui les protège » avant de transmettre les informations à des enquêteurs de l’ONU. » C’est à ces derniers, a-t-elle continué, que revient la décision d’approfondir les investigations.

S’agissant plus particulièrement des accusations d’abus portées contres des militaires de Sangaris, trois enquêtes judiciaires sont actuellement en cours. Et, pour le moment, aucun soldat n’a été mis en examen.

En avril, des militaires français avaient été mis en cause par trois jeunes filles, qui affirmèrent avoir eu, sous la contrainte, une relation filmée avec un chien.

Or, à l’époque, un membre de l’entourage du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait expliqué que, dans le cadre de l’enquête menée au sujet de cette affaire, il avait été découvert que la vidéo en question « se transmettait de portable à portable », qu’aucun militaire français n’y apparaissait et qu’elle n’avait même pas été tournée en Centrafrique.

Quoi qu’il en soit, si les conclusions du rapport d’étape du bureau des services de contrôle interne de l’ONU (OIOS) sont « avérées », alors « c’est extrêmement grave, ça confirme la nécessité d’une communication extrêmement prudente et soucieuse de la présomption d’innocence », juge-t-on au ministère de la Défense. Et d’ajouter : « Si des accusations calomnieuses ou des manipulations sont avérées, la question de poursuites pénales se posera. »

http://www.opex360.com/2016/10/13/rapport-de-lonu-doute-de-la-plupart-des-accusations-dabus-lancees-les-casques-bleus/  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Jeu 13 Oct 2016 - 20:40

Citation :
Centrafrique – Publié aujourd’hui à 10:28 – Mis à jour il y a 1 heure

Centrafrique: au moins 30 morts dans des affrontements entre rebelles et casques bleus de l'ONU



La Centrafrique, qui peine à émerger du chaos des troubles civils, a vécu une journée entre guerre et paix mercredi avec de nouvelles violences meurtrières et une main tendue du tout nouveau cardinal nommé par le pape aux musulmans de Bangui.

Les violences de mercredi en Centrafrique ont fait 30 morts et 57 blessés, a annoncé jeudi la Mission des Nations unies pour la Centrafrique (Minusca) qui révèle que ses Casques bleus ont tué douze assaillants.

"La Minusca déplore que cette violence ait provoqué la mort de 30 personnes, à ce jour, et 57 blessés, dont la majorité reçoit des soins appropriés dans ses structures médicales", selon un communiqué publié au lendemain des affrontements à Kaga-Bandoro (centre).

Les violences ont commencé après la mort d'un milicien ex-séléka qui tentait avec trois autres de voler le groupe électrogène d'une radio locale.

"Il s'en est suivi une réaction disproportionnée d'éléments ex-seleka. Ces derniers s'en sont pris aux populations civiles, y compris les déplacés internes retranchés à l'évêché. Les violences ont également visé les autorités préfectorales, et donné lieu à des pillages contre des ONG et des agents des Nations unies", accuse la Minusca, qui est forte d'environ 12.000 hommes.

Condamnations à l'unisson

"Les Casques bleus ont immédiatement réagi pour repousser les assaillants, entraînant la mort de douze d'entre eux", ajoute la Minusca.

Les responsables humanitaires et la ministre des Affaires sociales, Virginie Baïkoua, ont condamné à l'unisson dans des communiqués "les attaques contre les déplacés et les actes de représailles envers les populations civiles".

"A Kaga-Bandoro seul, la réduction de l'espace humanitaire a privé au moins 200 000 personnes d'assistance. Dans la région, l'insécurité alimentaire affecte 120.000 personnes et 73.206 personnes sont toujours déplacées", s'alarme dans un communiqué le bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires.

La Centrafrique peine à se relever du chaos de la guerre civile provoquée en 2013 par le renversement de l'ex-président François Bozizé par des rebelles séléka ("coalition" en sango) majoritairement musulmans, entraînant une contre-offensive des milices antibalaka majoritairement chrétiennes.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, doit se rendre à Bangui les 30 et 31 octobre pour annoncer officiellement la fin de l'opération militaire Sangaris, déployée par la France en décembre 2013 pour stopper les massacres inter-communautaires. Les groupes armés menacent toujours la paix en Centrafrique malgré la présence des 12.000 hommes de la Minusca, qui a permis l'élection dans le calme en début d'année du président Faustin-Archange Touadéra.

Le président Touadéra a de nouveau appelé ces groupes à déposer les armes mercredi lors d'un comité de suivi du programme de démobilisation dit "DDRR".

http://www.itele.fr/monde/video/centrafrique-au-moins-30-morts-dans-des-affrontements-entre-rebelles-et-casques-bleus-de-lonu-171478#
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 14 Oct 2016 - 19:25

Citation :
Centrafrique: La sécurité toujours volatile à Kaga-Bandoro malgré l’intensification des patrouilles de la Minusca

Publié le vendredi 14 octobre 2016 | RJDH Centrafrique


© Autre presse par DR
Centrafrique : les Casques bleus stoppent un convoi lourdement armé



KAGA-BANDORO — La situation sécuritaire est toujours instable à Kaga-Bandoro malgré la multiplication des patrouilles de la Minusca. Les habitants de la ville, joints ce matin au téléphone, affirment n’être pas toujours rassurés par ces patrouilles.

La Minusca a intensifié, selon des sources concordantes, ses patrouilles dans la ville de Kaga-Bandoro. Mais, elles n’arrivent pas à rassurer la population qui est encore sous le choc des violences de ces derniers jours. « La Minusca a renforcé sa présence et multiplié ses patrouilles mais tout cela ne rassure personne ici. C’est pourquoi, les gens sont restés sur les sites » a confié un notable qui a trouvé refuge aux alentours de la base de la Minusca.

Une commerçante se dit plus inquiète aujourd’hui que le jour de l’attaque « la situation est certes calme mais cela, c’est parce que les ex-Séléka ne veulent pas organiser un autre coup. Le calme que nous observons est lié à la volonté des combattants de l’ex-Séléka et non grâce aux patrouilles de la Minusca parce qu’en même temps, les ex-Séléka font aussi leurs patrouilles dans la ville. Je suis plus inquiète aujourd’hui que le jour de l’attaque» affirme-t-elle.

Dans la nuit du jeudi à vendredi14 octobre, deux personnes ont été tuées par les ex-Séléka, selon des sources humanitaires qui ont requis l’anonymat. Cet incident démontre que la situation est restée instable.

Le bilan des évènements de Kaga-Bandoro est revu une fois de plus en hausse. Selon les données actuelles, ces violences auraient fait plus d’une trentaine de morts.

http://news.abangui.com/h/55380.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 17 Oct 2016 - 21:50

Citation :
Les attaques contre civils et Casques bleus ne resteront pas impunies, rappelle le Chef de la MINUSCA


Publié le dimanche 16 octobre 2016 | Centrafrique Presse Info


© Autre presse par DR
Parfait Onanga-Anyanga, le Chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca)



Bangui – un convoi provenant de Bambari et sécurisé par le contingent mauritanien de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a été pris pour cible dans une attaque armée survenue, le jeudi 13 octobre, aux environs de 19 heures entre Grimari et Sibut.

Selon les premiers éléments disponibles, un groupe d’éléments armés estimés à une cinquantaine a pris à partie les Casques bleus et les civils du convoi, alors que ces derniers tentaient de réparer un des véhicules du convoi tombé en panne.


Les Casques bleus ont aussitôt riposté à cette attaque qui a occasionné le décès d’un civil appartenant au convoi et fait cinq blessés dans les rangs des casques bleus. Les blessés reçoivent des soins prodigués par les médecins militaires du contingent mauritanien. On dénombre également deux personnes tuées du côté des assaillants lors des échanges de feu. Deux armes ont par ailleurs été récupérées.
La MINUSCA exprime sa vive indignation par rapport à cette nouvelle attaque dirigée contre des civils et son personnel sur le terrain pour des motifs aussi inconnus qu’injustifiés.

La MINUSCA tient à insister sur le fait que porter atteinte à la vie d’un Casque bleu peut être considéré comme un crime de guerre et est punissable conformément aux lois internationales en vigueur.


« Tous les efforts seront déployés pour retrouver les auteurs de cette attaque afin qu’ils répondent de leurs forfaits devant la justice», a indiqué le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la République centrafricaine et chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga.

La MINUSCA est plus que jamais déterminée à poursuivre ses missions de sécurisation des populations civiles et de soutien à l’extension de l’autorité de l’Etat en toute impartialité et avec rigueur.

http://news.abangui.com/h/55397.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 21 Oct 2016 - 18:20

Citation :
La Nouvelle Centrafrique


PORTUGAL : 160 commandos prêts à rejoindre les casques bleus de la MINUSCA
Une déclaration du chef d'état major de l'armée portugaise Rovisco Duarte :
"Tout est prêt. Actuellement, nous sommes en attente de précisions sur le nombre de missions que nous aurons à mener sur le théâtre des opérations. Elles devraient être de nature logistique."

Le chef d'état major faisait cette déclaration aux journalistes, juste à la fin de la visite de députés de la commission de la Défense nationale au régiment commando de 'Sintra', situé au nord de la capitale Lisbonne.

Confirmation du Président de cette commission de la Défense Marco António Costa :
"Oui, environ 160 de nos commandos vont être déployés en Centrafrique, comme partie de la mission de l'ONU dans ce pays, dans un environnement hostile et très dangereux."


Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 22 Oct 2016 - 22:48

Citation :


21 oct 2016 Les casques bleus portent secours à 37 passagers d’un véhicule accidenté


L’incident s’est produit, le 14 octobre, dans la préfecture de Mbomou lorsqu’un véhicule reliant la localité de Zémio à Rafai s’est accidentellement renversée à Bogou, à quelque 40 km de Zemio.

A son bord, 37 passagers parmi lesquels des enfants, mais aussi de nombreuses marchandises. L’accident semble être occasionné par l’état déplorable de la route, exacerbé par une importante quantité de pluies enregistrée dans la zone.

Alertée, une patrouille de Casques bleus marocains a été dépêchée sur les lieux pour secourir les passagers en détresse. Tous sont sains et saufs.

«La Force a aussi dépêché sur les lieux une équipe de dépannage. Le camion défectueux a été réparé pendant que les passagers ont été conduits dans un village voisin où la Force a assuré leur sécurité pendant la nuit, après leur avoir procuré nourriture et eau potable. Le lendemain, elle les a escortés jusqu’à Rafai», indique le Colonel Ibrahima Almoustapha, de la Force de la MINUSCA.

À travers une correspondance adressée au commandement dudit contingent, le sous-préfet du Haut Mboumou, Jean-Jacques Baletchima, a tenu, «au nom du Préfet du Haut Mboumou et de la vaillante population de Zemio, à adresser mes vifs remerciements ».

Cette action de solidarité s’ajoute à une panoplie d’autres menées par différents contingents de la Mission en complément de leur mission principale de sécurisation. Des initiatives qui se traduisent soit par une assistance médicales, des dons en vivres ou en matériels scolaires soit par des activités de nettoyages d’espaces publics. Une autre façon de protéger la population.

http://minusca.unmissions.org/les-casques-bleus-portent-secours-%C3%A0-37-passagers-d%E2%80%99un-v%C3%A9hicule-accident%C3%A9
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Dim 23 Oct 2016 - 20:45

Citation :
Centrafrique : L’assassin du Commandant Mombeka démasqué par la Minusca

Publié le samedi 22 octobre 2016 | RJDH Centrafrique



© Autre presse par DR
Parfait Onanga-Anyanga, le Chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca)


Bangui —- L’assassin du Commandant des FACA au Km5 est identifié, a déclaré le responsable de la Minusca au cours d’une interview accordée à nos confrères de RFI ce 21 octobre. Les Nations Unies saluent dans cet entretien l’envoi des forces d’intervention rapide portugaises.

Invité du journal Afrique de Radio France Internationale ce 21 octobre, Parfait Onanga Anyanga a fait le tour de table de la situation sécuritaire de la RCA avec C. Boibouvier. Au cours de cette interview, il a déclaré que la mission onusienne a démasqué le meurtrier du Commandant Marcel Mombeka, assassiné le 04 octobre au Km5. « C’est établi. L’individu est connu et bénéficie encore aujourd’hui de la protection honteuse de soi-disant groupes d’autodéfense», a indiqué Onanga. Il a par ailleurs réclamé l’arrestation de l’assassin et l’ouverture des enquêtes « pour que tous ceux, qui ont commis ces actes de représailles absolument odieux, répondent de leurs actes devant la justice centrafricaine ».

Concernant le départ de Sangaris et la demande d’un appui aérien, Onanga a affirmé que « la capacité française à laquelle je faisais allusion sera une capacité justement de renseignements qui viendra sur le terrain et qui nous permettra de profiter précisément des moyens aériens qui nous donneront une plus grande capacité de surveiller des mouvements suspects de groupes armés. Et nous le faisons déjà dans Bangui ».

Pour étayer ses propos, il a cité les moyens utilisés pour l’identification du meurtrier de M. Mombeka. « Exemple dans ces évènements malheureux du km 5, grâce à nos moyens, nous disposons des informations suffisantes qui nous ont permis d’identifier l’assassin », a-t-il indiqué.

Le responsable de la Minusca s’est réjoui du prochain déploiement d’une force d’intervention rapide portugaise, « donc nous sommes dans une situation plus confortable, je crois qu’il est bon de le souligner » a noté le responsable de la mission onusienne.

Le Commandant M. Mombeka était assassiné le 04 octobre au Km5. Un élément du groupe d’autodéfense de Abdoul Danda est mis en cause dans cet assassinat.

http://news.abangui.com/h/55494.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 24 Oct 2016 - 19:20

Citation :
Centrafrique : Plus de 8 personnes tuées, la société civile accuse la Minusca, celle-ci rejette et le gouvernement condamne

Publié le lundi 24 octobre 2016  |   RJDH Centrafrique


© Autre presse par DR  
Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca


Bangui — la ville morte lancée par la société civile est aussi marquée par les violences dont plus de huit morts. La société civile a accusé la Minusca d’avoir tirée sur la population civile, accusation rejetée par l’institution onusienne qui parle des opérations de démentiellement des barrières et le gouvernement accuse la société civile d’être à la solde des politiques qui visent à porter un coup dure à la table ronde de Bruxelles prévues pour le 17 novembre.

Joint par le RJDH, Gervais Lakosso rend responsable la Minusca des tueries « les éléments de la escorte du représentant spécial des Nations Unies ont tiré sur la population au quartier Sango qui manifestait les mains nues et pacifiquement. C’est une manifestation responsable et depuis le matin, ces armes lourdes qui sont écoutées, c’est la Minusca seule qui a tiré pour intimider la population » a-t-il indiqué.

Accusation rejetée par Vladimir Montéiro porte-parole de la Minusca qui n’a pas donné de bilan « nous ne tirons pas sur la population civile, nous sommes intervenus pour enlever les barricades érigées par des manifestants dont certains étaient d’ailleurs armés, nous sommes intervenus, il y a des tirs de sommation et nos troupes ont fait usage de gaz lacrymogène pour enlever les barricades sur certains points » a-t-il affirmé.

Le gouvernement condamne l’action de la société civile et dénonce l’instrumentalisation par les politiques sans citer des noms « la société civile c’est l’arbre qui cache la forêt, nous savons que ce sont les hommes politiques qui sont derrière et qui manipulent l’opinion en demandant aux jeunes à ériger des barricades et ils sont connus des services de police et de justice » a martelé le porte-parole du gouvernement, Theodore Joussot.

Selon lui, l’action des politiques vise à nuire à la table ronde de Bruxelles « les enquêtes de la police sont en cours et le moment venu, le garde des sceaux va faire une déclaration à la presse et le contenu du plan ourdi contre les institutions de la République et ce qui est visé in fine, c’est la table ronde de Bruxelles » a-t-il ajouté.

La ville morte est l’aboutissement de la pétition lancée par le groupe de travail de la société civile pour demander le retrait des forces de la Minusca et le réarmement des forces armées centrafricaines (FACA).

http://news.abangui.com/h/55533.html  
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel


messages : 1550
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 24 Oct 2016 - 20:34

3 morts dans une fusillade entre casques bleus et manifestants à Bangui.
http://www.bbc.com/news/world-africa-37751664

_________________
“L'art de gouverner consiste à ne pas laisser vieillir les hommes dans leur poste.”. Napoléon.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 28 Oct 2016 - 23:32

Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1663
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 29 Oct 2016 - 14:03

Citation :
Centrafrique : fin de Sangaris !

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est attendu à Bangui pour officialiser la fin de l’opération française Sangaris en Centrafrique, lancée en 2013.

L’opération français Sangaris lancée fin 2013 pour stabiliser la Centrafrique est officiellement terminée. Seulement, quelque 350 soldats seront maintenus sà Bangui, notamment au sein de la force de l’ONU.

Trois ans après son lancement, Paris considère que l’opération Sangaris est un succès. En effet, du côté du ministre français de la Défense, on est convaincu qu’ « en déployant un dispositif de 1000 à 2500 hommes dans un contexte de massacres de masse, la France a réussi à mettre fin à l’essentiel des violences, à stabiliser la situation et à engager un processus de transition politique, même si un certain niveau de violence persiste en province ».

Le renversement, en mars 2013, du Président François Bozizé par des rebelles de la séléka, majoritairement musulmans, avait entraîné une contre-offensive des milices anti-balaka, principalement chrétiennes. Ce qui avait donné lieu à de violents affrontements inter-communautaires, justifiant l’intervention militaire française.

Lundi 31 octobre 2016, à Bangui, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, rendra hommage aux militaires de l’opération Sangaris, sans oublier de souligner que la France « reste engagée en Centrafrique ». Ce vendredi 28 octobre 2016, Jean-Marc Ayrault a assuré que l’opération officiellement achevée, la France ne « laisserons pas tomber » ce pays. A terme, il ne restera plus que 350 militaires français à Bangui.

http://www.afrik.com/centrafrique-fin-de-sangaris
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 29 Oct 2016 - 17:58

Citation :
Centrafrique: 25 morts, dont 6 gendarmes, dans des violences en province (Onu)


AFP 29/10/2016


Au moins 25 personnes, dont six gendarmes, ont été tuées jeudi et vendredi en Centrafrique, lors de violences déclenchées par des groupes armés dans la ville de Bambari (250 km au nord-est de Bangui) et ses environs, selon la force de l'Onu en Centrafrique (Minusca).

"Selon les informations reçues, six gendarmes et quatre civils auraient perdu la vie vendredi matin, lors d'une embuscade sur l'axe Bambari-Grimari. La veille, des affrontements entre éléments anti-balaka et ex-séléka avaient causé 15 morts et un certain nombre de blessés à Mbriki et Belima, dans les environs de Bambari", dans le centre du pays, indique un communiqué de la Minusca.
"La Minusca condamne par ailleurs une attaque armée menée vendredi après-midi par des anti-balaka contre huit de ses fonctionnaires, alors qu'ils se dirigeaient vers l'aérodrome de Bambari. Un enfant de sept ans a été blessé et est actuellement soigné par les Casques bleus mauritaniens", ajoute le communiqué, soulignant que "toute atteinte contre les Casques bleus est passible de poursuites pénales internationales".

Relevant la récente "montée de la tension dans certaines régions du pays, provoquée par des affrontements entre éléments armés des ex-séléka et anti-balaka", la force de l'Onu "appelle les groupes armés à mettre fin au cycle d'attaques et représailles".

La Centrafrique peine à se relever du chaos de la guerre civile provoquée en 2013 par le renversement de l'ex-président François Bozizé par des rebelles séléka ("coalition" en sango) majoritairement musulmans, qui avait entraîné une contre-offensive des milices anti-balaka majoritairement chrétiennes.

L'intervention de la force française Sangaris - dont la mission prendre officiellement fin lundi - et de la Minusca a mis fin aux massacres mais n'a pas réussi à stabiliser la situation sécuritaire dans ce pays classé parmi les plus pauvres au monde.

Des attaques de groupes armés dans plusieurs localités de province ont ainsi fait plusieurs dizaines de morts ces dernières semaines. Le 24 octobre, quatre civils ont été tués et 14 personnes blessées lors de violences à Bangui où un collectif de la société civile centrafricaine avait appelé à une journée "ville morte" pour demander le retrait de la Minusca, accusée de "passivité" face aux groupes armés.
La Minusca, qui compte plus de 10.000 soldats et policiers, rejette avec vigueur ces accusations.

http://www.lorientlejour.com/article/1015430/centrafrique-25-morts-dont-6-gendarmes-dans-des-violences-en-province-onu.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 29 Oct 2016 - 22:55

Citation :
Sangaris: pour le général Vincent Desportes, la mission n'est pas remplie


Lancée en 2013, l’opération française Sangaris de maintien de l’ordre quitte la Centrafrique à partir de lundi prochain, laissant ce rôle aux Casques bleus, très critiqués par la population.


L’objectif de cette opération Sangaris était de désarmer les milices Seleka et anti-Balaka. "Hélas, on ne peut pas dire que l’objectif ait été rempli. On ne peut pas non plus dire que Sangaris était inutile car on sait que les élections législatives et présidentielles ont pu se tenir, les institutions commencent à se reconstruire, les massacres ont cessé dans Bangui. Pour autant, le climat est toujours tendu dans le pays. La situation est volatile" explique le général Vincent Desportes, ancien directeur de l’Ecole de Guerre.

Pour cet expert, les tensions peuvent exploser à nouveau, il est donc malsain d’en finir avec Sangaris, précise-t-il. De quoi se poser la question d’un tel retrait des troupes françaises. "Ce retrait a lieu simplement parce que la France n’est plus capable de conduire toutes les opérations dans lesquelles elle s’est lancée. On ferme Sangaris car on a besoin des soldats pour monter l’opération Sentinelle, en France, qui par ailleurs est inutile" lance le général Desportes.

Ce dernier se montre par ailleurs très critique envers l’opération Sentinelle, qui vise à renforcer le maintien de l’ordre en France, contre le terrorisme. "Elle est inutile. Bien sûr elle a l’avantage de rassurer un peu les Français. On sait bien que ce n’est pas la garde statique devant les bâtiments qui évitera les attentats. Le principe même des attentats est de contourner les gardes fixes, cette opération ne va donc pas les empêcher" précise-t-il.

La fin de l’opération Sangaris ne permettra cependant pas de renforcer la présence et l’action de l’armée française dans la bande sahélio-saharienne, dans le cadre de l’opération Barkhane. "L’armée française est deux à trois fois plus engagée que ses effectifs ne le permettent. Le retrait de Sangaris va simplement redonner un peu d’air aux troupes qui tournent beaucoup trop vite" assure-t-il.

Les armées françaises sont donc surexploitées, et sous équipées, selon le général Desportes. Ce dernier préconise de renforcer les moyens de la Défense, à 2 % du PIB, ce qui impliquerait d’y consacrer, explique-t-il, entre 7 et 8 milliards d’euros chaque année. "A droite et à gauche, tout le monde est d’accord sur ce point, le prochain président devra avoir le courage de trouver cet argent nécessaire à la reconstruction des armées" conclut-il.  

https://rcf.fr/actualite/sangaris-pour-le-general-vincent-desportes-la-mission-nest-pas-remplie
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 29 Oct 2016 - 23:43

Citation :
Centrafrique : le Gouvernement demande à la Minusca d’arrêter les personnes sous mandat d’arrêt


Publié le samedi 29 octobre 2016 | RJDH-Centrafrique


BANGUI–Le Gouvernement centrafricain par la voix de son Ministre des Affaires Etrangères, Charles Armel Doubane a demandé à la Minusca d’arrêter les personnes sous mandat d’arrêt international. Déclaration faite ce 28 octobre 2016 sur RFI.

Depuis trois (03) ans, la République Centrafricaine est secouée par une crise militaro-politique. Pour stabiliser ce pays d’Afrique Centrale, la communauté internationale a déployé la Minusca qui a reçu mandat de protéger la population civile appuyée par l’opération Sangaris.

Invité de la réunion internationale à Paris sur les interventions de maintien de la paix en milieu Francophone, le Ministre centrafricain des Affaires Etrangères, Charles Armel Doubane a déploré sur Radio France Internationale (RFI) que les auteurs d’atteinte aux Droits de l’Homme ne sont pas inquiétés par la justice à cause de l’absence de l’autorité de l’Etat dans les zones sous contrôle des groupes armés. Il a demandé à la communauté internationale d’arrêter les responsables de crime sous mandat d’arrêt international.

Charles Armel Doubane a demandé à ce que la communauté internationale qui dispose des mandats aide le gouvernement à arrêter les criminels sous mandat d’arrêt international « pour que centimètre après centimètre, nous reconquérons l’espace national centrafricain et que l’autorité s’établisse. Et pour que l’autorité s’établisse sur ces zones-là, nous avons besoin de l’accompagnement et de l’appui de la communauté internationale pour le faire », a dit le ministre centrafricain.

Le chef de la diplomatie centrafricaine a noté que « l’impunité a fait le lit du cycle de la violence, est venu le temps pour l’Etat, appuyé par la communauté internationale de créer les conditions de rupture de ce cycle là. Et cela passe par l’arrestation et il y a une possibilité de neutraliser par la voie judiciaire justement tous ceux qui veulent échapper à l’espace du contrôle régalien de l’Etat».

Cette demande relative à l’arrestation des auteurs de crimes par la Minusca intervient quelques jours après l’annonce de la Minusca d’arrêter tous ceux qui sont visés par le mandat d’arrêt à Bria. Laquelle arrestation n’a pas lieu lors de l’assemblée générale de la Séléka.

http://news.abangui.com/h/55619.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division


messages : 17485
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 31 Oct 2016 - 17:16

Citation :
Sangarexit: il restera quand même 270 Français en RCA


Lancée sous mandat de l'Onu le 5 décembre 2013 pour mettre fin à un cycle de violences inter-communautés,l'opération Sangaris (du nom d'un papillon africain) a mobilisé au plus fort de la crise plus de 2 000 hommes. Quatre militaires français ont perdu la vie sur ce théâtre exigeant.

Les effectifs militaires français ont été ramenés en juin à 350 hommes (dont plus de 200 marsouins du 3e RIMa) qui font désormais office de réserve tactique au profit des 12 500 casques bleus de la Minusca, appuyés par l'Union européenne.

D'ici début 2017, le contingent passera sous les 300 hommes :
- 90 déployés au sein de la mission européenne EUTM RCA,
- 90 au sein d'une unité de soutien à la Minusca en matière de drones tactiques de type SDTI
- 80 composant une force de réaction rapide au profit des forces nationales centrafricaines.

Actuellement, le désengagement se poursuit.

Les matériels et véhicules non réorientés vers d’autres théâtres d’opération (Barkhane en particulier) quittent Bangui pour rejoindre la France en passant par le Cameroun et la façade maritime. Le ro-ro MN Calao, affrété en partie pour le désengagement, a embarqué plus d’une centaine de containers et près de 70 véhicules tactiques lors de son passage à Douala (Cameroun) début septembre. Voir mon reportage à La Rochelle.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/10/31/sangarexit-17078.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Aujourd'hui à 21:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 25 sur 27Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26, 27  Suivant
 Sujets similaires
-
» Paris - Suicide d'un militaire de l'opération Sentinelle .
» Opération SANGARIS : point de situation du 18 avril 2014
» opération SANGARIS
» Denis ALLEX - L'otage français en Somalie tué lors d'une opération commando
» fédération nationale de l'Entraide parachutiste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: