Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36, 37  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 2 Fév 2018 - 20:08

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 2 Fév 2018 - 20:16

Citation :
2 fév 2018

La MINUSCA prend note de la déclaration du chef du groupe Revolution et Justice



La MINUSCA salue la déclaration faite le 1 février 2018 par le président du mouvement politico-militaire, Révolution et Justice (RJ), Armel Sayo.

Dans sa déclaration, le président du RJ a exhorté tous ses éléments à cesser les hostilités et s’est engagé, à ce jour, à déposer les armes et à intégrer le programme national de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR). Le président du RJ a en outre reconnu que les forces de défense et de sécurité nationales et la MINUSCA sont les seules forces légitimes chargées d’assurer la protection et la sécurité des civils en République centrafricaine (RCA).

La MINUSCA attend avec intérêt que les éléments du RJ respectent les engagements pris solennellement par le président de leur mouvement. La Mission, à travers son équipe déployée sur le terrain, suivra de très près la mise en œuvre desdits engagements.

La MINUSCA encourage vivement tous les groupes armés, qui ne l’ont pas encore fait, à suivre l’exemple du RJ, à déposer les armes et à rejoindre le programme national de DDR.

La MINUSCA estime que la mise en œuvre de la déclaration du RJ constitue un geste positif au regard de la prochaine mission du Panel de facilitateurs de l’Initiative de l’Union Africaine en RCA.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-prend-note-de-la-d%C3%A9claration-du-chef-du-groupe-revolution-et-justice
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Jeu 8 Fév 2018 - 18:20

Citation :
08.02.2018

Paris affrète un avion via ICS pour transporter des Géorgiens à Bangui


Dans le cadre de la participation des forces géorgiennes aux missions de PSDC de l’UE, la Georgie déploie une section d’infanterie auprès de la mission de formation EUTM RCA à Bangui (République centrafricaine).



En 2017, selon l'ambassade de France en Georgie (lire ici), le contingent est parti le 31 janvier pour Bangui afin de rejoindre la mission de l’union européenne EUTM RCA. Les militaires géorgiens ont assuré la sécurité des troupes européennes et participé à la reconstruction des forces armées centrafricaines.

En janvier 2017, comme en témoigne cette photo, le contingent géorgien a volé sur un avion de l'armée de l'Air mis à disposition par la France:



La mise à disposition de cet appareil s'inscrivait dans le cadre de la contribution française à la mission européenne en RCA.

Cette année, pas d'Airbus de l'armée de l'Air mais un avion affrété par le SSLT!

Il s'agit du "marché n°2018.012.2018.010.00.00 Affrètement d’aéronef(s) destiné(s) au transport aérien national ou international de passagers et de leurs bagages pour les besoins urgents du ministère de la défense (Lot n°1 : passagers), au départ de l’aéroport international Shota-Rustaveli de Tbilissi (Géorgie) et à destination de l’aéroport international de Bangui-M’Poko (République centrafricaine), aller et retour."

La date limite de réception des offres avait été fixée au lundi 29 janvier 2018 à 9h.

Le marché a été notifié à la société ICS citée dans plusieurs rapports (Cour des Comptes, rapport Cornut-Gentille, rapport préliminaire du Contrôle général des Armées).

Pour cette prestation une réunion de cadrage avoir eu lieu le 6 février à 9h au SSLT (Service spécialisée de la logistique et des transports).

Le coût de cette prestation? Plus de 100K€ ? Je suis preneur de cette info...

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2018/02/08/paris-affrete-un-avion-via-ics-pour-transporter-des-georgien-19045.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Jeu 8 Fév 2018 - 21:18

Citation :


8 fév 2018

Honneur et mérite aux forces spéciales portugaises de la MINUSCA


Déployés au sein de la Mission depuis aout 2017, les forces spéciales portugaises ont inscrit au nombre de leurs récentes actions des opérations offensives menées notamment à Bocaranga et Bang (Nord-Ouest) et Bangassou (Sud-Est). Leurs contribution inclut aussi la sécurisation à l'intérieur de la ville de Bangui, y compris l'aéroport International de M'poko. Des actions conduites sous le commandement du Lieutenant-colonel Alexandre Manuel Duarte Varino. Lors d'une cérémonie solennelle ce jeudi 08 février 2018 à Bangui, la MINUSCA a salué cette importante contribution du contingent portugais pour la paix et la stabilité de la RCA. 159 Casques bleus dudit contingent ont, à cette occasion et en présence des plus hauts officiels de la Mission, reçu la médaille de la MINUSCA.

https://minusca.unmissions.org/honneur-et-m%C3%A9rite-aux-forces-sp%C3%A9ciales-portugaises-de-la-minusca
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 9 Fév 2018 - 22:19

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 16 Fév 2018 - 16:49

Citation :
Centrafrique : échange de tirs musclé au quartier Km5, deux personnes à l’hôpital.

Publié le vendredi 16 fevrier 2018 | Corbeau News Centrafrique


© Autre presse par DR
Tirs a armes lourdes a Bangui


Plusieurs heures de combats avec des mitraillettes et deux personnes grièvement blessées, le quartier Km5 ressemble étrangement la nuit dernière à un ghetto colombien contrôlé par des narcos trafiquants. Que s’est-il passé ?

Selon des informations recueillies sur place, tout a commencé hier mercredi 14 février dans la matinée par une opération violente des éléments d’autodéfense du quartier Km5 dirigé par un criminel en chef denommé Force au domicile d’un soldat de l’armée nationale (Faca) habitant le même quartier. Au cours de l’opération, les éléments de Force ont pu récupéré des armes et des munitions qu’ils gardent toujours par devers eux.

Mécontents de l’acte, les soldats Faca de la zone se sont rassemblés pour lancer un ultimatum de quelques heures aux autodéfenses de leur remettre sans condition, et ce, dans l’immédiat leurs armes et munitions. Alors que cet ultimatum expire le même jour vers 18 heures, les miliciens d’autodéfense refusent toujours de leur remettre les armes confisquées.

Ainsi, les soldats Faca, en colère, ont pris d’assaut le quartier général de la milice d’autodéfense qui a pu résister efficacement à celui-ci.

Entre temps, un camion de six roues loué par l’Organisation internationale de migration (OIM) pour transporter des matériaux de construction vers Kaga-Bandoro, au passage sur l’avenue Koudoukou, est tombé par malheur nez à nez devant les éléments d’autodéfense dirigés par Force près du commissariat de police du 5e arrondissement de Bangui.

D’après les explications du conducteur aux assaillants, il est en route pour le chargement de son camion demain matin au BARC (Bureau d’affrètement routier centrafricain) qui fait office de la gare routière dans la capitale, car il devrait quitter Bangui ce jeudi 15 février. Ce qui n’a pas permis aux éléments de Force de le relaxer, ils demandent au contraire une rançon de 250 000 FCFA avant sa libération.

Dommage pour le conducteur dénommé Ousmane, les assaillants ont tiré sur lui à plusieurs reprises sans aucune explication apparente.

Transporté urgemment par la Croix rouge à l’hôpital, l’homme a pu être sauvé pour le moment, mais son état est toujours préoccupant.

Entre temps, une autre personne, touchée elle aussi, est transportée d’urgence à l’hôpital pour des soins d’urgence.

En tout cas, c’est le bilan provisoire établi par la Croix-Rouge hier nuit.

Finalement, peut-on parler encore des autodéfenses ou des braqueurs en liberté ?

Toute chose à une fin. S’ils veulent protéger leur quartier, ils n’ont qu’à laisser de côté le banditisme, nous a expliqué un habitant de Km5 contacté par CNC.

Par ailleurs, le syndicat des transporteurs menace de rentrer en grève si le gouvernement n’apporte pas un début de solution à ce genre de violence gratuite sur les automobilistes.

http://news.abangui.com/h/61828.html

Citation :
Centrafrique : Le Gouvernement met en garde contre un acharnement médiatique contre la France

Publié le vendredi 16 fevrier 2018 | RJDH Centrafrique


© Autre presse par DR
Ange-Maxime Kazagui,Ministre de la Communication et des Média.


Bangui — Le gouvernement a dans un communiqué mis en garde les éditeurs des journaux qui alimentent dans leurs colonnes les informations selon lesquelles la France serait contre la formation des FACA et la dotation des armes par la Russie. Mise en garde lue par le ministre porte-parole du gouvernement ce jour sur la station nationale.

Ce communiqué fait office de recadrage des relations diplomatiques diversifiées entre la République Centrafricaine et les Etats tiers et intervient dans un contexte où la France est indexée comme la cause de la mise à l’écart des FACA lors de la douloureuse crise que le pays a connue. L’enjeu de cette réaction est de taille. D’abord le gouvernement Sarandji qui hérite d’une situation économique difficile ne veut pas se livrer à une confrontation par médias interposés même si les uns et les autres pensent que la diplomatie russe qui revient devant la scène est la plus pragmatique et opte pour le gagnant-gagnant par rapport à la diplomatie française.

Ensuite, le rendez-vous avec l’histoire du pays constitue un facteur d’analyse des médias «l’orientation vers le bloc de l’Est par les anciens présidents Dacko et Bokassa ayant pour conséquences leur chute continue d’alimenter les commentaires faisant ainsi de la France un opposant à la stabilité de ce pays ». Ces faits sont autant de points que le gouvernement ne partage pas non plus.

Loin de présenter un profil bas sur les commentaires agités sur les réseaux sociaux et dans les journaux de la place, le ministre porte-parole du gouvernement fait la précision suivante «il est utile de faire connaitre à tous que nos partenaires traditionnels dont la France ont appuyé notre pays pour la formation de nos forces armées directement et indirectement à travers l’EUTM et mieux encore pour la formation, pour les équipements par la Russie comme les autres partenaires ont donné leur plein accord lors de la discussion sur la question au Conseil de Sécurité de l’ONU», a indiqué le ministre Ange Maxime Kazagui.

Pris entre deux feux le gouvernement met en garde en ces termes : « Le gouvernement attire l’attention des journalistes et des organes de presse sur les effets négatifs sur les relations avec les pays amis et profite de cette occasion pour réaffirmer la qualité de ses relations avec les partenaires traditionnels et plus particulièrement la France ».

La France est un partenaire stratégique du pays et continue de jouer un rôle prépondérant pour le relèvement du pays à travers le RCPCA dont une prochaine table ronde est attendue à Paris selon Félix Moloua, ministre du Plan et de l’économie. Elle contribue au développement du pays, intervient économiquement dans le pays à travers l’Agence Française du Développement (AFD).

Toute la question est de savoir si la réaction du gouvernement peut soigner l’image de la France affectée par l’impopularité depuis la crise ?

Un coup d’œil dans les journaux de la place laisse une nostalgie russe eu égard à son soutien au président Syrien Bachard El Hassad et qui continue de donner de l’espoir qu’avec l’arrivée russe, la sécurité principale, sujet de préoccupation de la population, sera enfin revenue malgré la présence des troupes françaises à travers Sangaris, Eufor, EUTM et même la Minusca.

http://news.abangui.com/h/61826.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 16 Fév 2018 - 20:22

Citation :
Georgian platoon returned from EU’s Central Africa peace mission



Agenda.ge,16 Feb 2018 - 13:53, Tbilisi,Georgia



A Georgian platoon from the 21st battalion of the 2nd Infantry Brigade of the Georgian Armed Forces has returned to Georgia.

The platoon spent six months in Central Africa to participate in the EU Military training mission in the Central African Republic (EUTM RCA).

The Georgian soldiers were stationed in the capital Bangui in the Ukatex military base, and were tasked to protect the security of the area and carry out patrol and convoy missions.

Georgian military officials greeted the servicemen at the Alekseevka aerodrome in the outskirts of Tbilisi.

Georgia has participated in EU peace missions in Central Africa since 2014.

Georgian soldiers became involved in the current EUTM RCA mission on January 31, 2017.

http://agenda.ge/news/95751/eng
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mar 6 Mar 2018 - 18:08

Citation :
Centrafrique : reprise de Rafaï par les Anti-Balaka, menace sur Bakouma

Publié le mardi 6 mars 2018 | Corbeau News Centrafrique


© Autre presse par DR
Centrafrique: La population de Bakouma s’inquiète de la présence massive des éléments de l’UPC



Des combats acharnés se sont poursuivis durant tout le week-end dernier dans la sous-préfecture de Rafaï entre les miliciens Anti-Balaka et les combattants rebelles de la Séléka faction UPC dirigée par le seigneur de guerre Ali Darassa.

Après la prise de la ville de Rafaï par les rebelles de la Séléka le week-end dernier, les miliciens Anti-Balaka, en débandade durant les assauts de ces derniers sur la ville, se sont reconstitués après le renfort venu de Bangassou pour contre-attaquer ce week-end.

Finalement, ils ont réussi à repousser les combattants de l’UPC ( unité pour la paix en Centrafrique) qui se sont repliés à quelque 15 kilomètres de la ville de Rafaï sur l’axe Guerekinda. Mais la menace sur la ville n’est pas pour autant écartée pour le moment, car, des sources locales parlent du mouvement important d’une cinquantaine des rebelles peuls signalés dans le secteur pour un possible renfort de l’UPC.

Entre temps, la sous-préfecture minière de Bakouma est désormais menacée par un autre groupe des rebelles, possiblement de l’UPC. Des mouvements des combattants sont signalés dans le coin proche de la ville.

Du côté du gouvernement, aucune déclaration publique n’a été faite sur les multiples affrontements signalés dans le Mbomou, au sud-est de la République centrafricaine.

La Minusca, quant à elle, ne fait qu’observer tout ce qui se passe, alors qu’elle a déclaré le mercredi dernier lors de sa conférence de presse hebdomadaire qu’elle n’a observé aucun mouvement suspect dans la zone.

Affaire à suivre.

http://news.abangui.com/h/62077.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Jeu 8 Mar 2018 - 17:58

Citation :
La Minusca prend "très au sérieux" les accusations d'un évêque sur des abus sexuels


AFP 08/03/2018


La Minusca, la mission de l'ONU en Centrafrique, a déclaré prendre "très au sérieux" les accusations portées par un évêque sur des abus sexuels commis par des Casques bleus, selon un communiqué reçu jeudi par l'AFP.

La Minusca, selon les termes du communiqué, "prend très au sérieux les allégations d'abus sexuels commis par ses troupes qui ont été faites par l'évêque de Bangassou, Monseigneur Aguirre, dans un journal espagnol".

Les Casques bleus "ont abusé et ont laissé enceintes de nombreuses jeunes" à Bangassou, dans le sud-est de la Centrafrique, avait déclaré début mars Mgr Juan José Aguirre à la radio espagnole ABC.

Près de 1.500 déplacés musulmans se sont réfugiés depuis mai 2017 dans l'enceinte du petit séminaire de l'évêché à Bangassou, protégés par des Casques bleus, gabonais et marocains notamment, qui tentent d'empêcher des attaques par des milices antibalaka sur le camp de déplacés.

Les antibalaka qui tiennent Bangassou - frontalière de la RD Congo- avaient attaqué Bangassou, une ville de 35.000 habitants le 13 mai 2017, faisant 76 morts selon l'ONU. La ville vit depuis lors sous leur coupe, au rythme des violences, des caprices de la soldatesque, de ses exactions et des rivalités entre ses chefs.

Ces "rumeurs" d'abus sexuels par des Casques bleus à Bangassou avaient été portées "à l'attention des Nations unies depuis plusieurs mois", souligne le communiqué de l'ONU. Une mission d'enquête avait été mise en place, selon le texte, et avait "conclu qu'aucun élément tangible ne pouvait étayer ces allégations". Mais la Minusca "reste déterminée à assurer que toute nouvelle allégation d'exploitation et d'abus sexuels fasse l'objet d'une enquête".

Depuis son déploiement en 2014 dans le pays, la Minusca fait face à une avalanche d'accusations d'agressions sexuelles.
En juin, un bataillon de plus de 600 soldats du Congo-Brazzaville avait été renvoyé après des accusations d'agressions sexuelles et divers trafics. En 2016, 120 Casques bleus de la même nationalité avaient déjà été renvoyés pour les mêmes motifs.

Dans le camp de déplacés à Bangassou, les jeunes "sont désespérées, elles meurent de faim et plusieurs fois, elles insistent pour vendre leur corps (à des Casques bleus) pour pouvoir manger", avait ajouté l'évêque.

La Centrafrique est embourbée dans un conflit meurtrier depuis 2013. L'État n'a de contrôle que sur une maigre partie du territoire national. Les groupes armés s'affrontent dans les provinces pour le contrôle du diamant, de l'or et du bétail, dans ce pays qui est l'un des plus pauvres au monde.

https://www.lorientlejour.com/article/1103741/la-minusca-prend-tres-au-serieux-les-accusations-dun-eveque-sur-des-abus-sexuels.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Jeu 8 Mar 2018 - 18:10

Citation :
Centrafrique : Le Haut-Commissariat aux réfugiés dénonce la dérive sectaire d’un groupe armé musulman

Posté dans Afrique par Laurent Lagneau Le 08-03-2018




Le Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC), dirigé par Mahamat al-Khatim, est un groupe armé qui fit partie de l’ex-coalition rebelle de la Séléka, avant de rejoindre le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) du chef de guerre Noureddine Adam, qu’il a récemment quitté.

Composé essentiellement de combattants musulmans, le MPC affronte régulièrement les milices dites anti-balaka. Son projet politique évoque la création d’une « république de Logone », sur les contours géographiques du sultanat de Dar al-Kuti (1830-1912), dans le nord-est de la Centrafrique.

Un récent rapport relatif à la situation en Centrafrique et remis au Conseil de sécurité des Nations unies note que ce groupe armé a « continué de saboter le redéploiement des autorités de l’État dans les préfectures de la Bamingui-Bangoran, de la Vakaga et de la Nana Grébizi » et que ses partisans, avec ceux du FPRC, « ont mis le feu à des bâtiments administratifs lors de violentes émeutes contre la nomination » d’un préfet.

Cependant, le même rapport a constaté un « recul des violences intercommunautaires et une une intensification des affrontements entre les groupes armés et les milices d’autodéfense, en particulier dans les zones touchées par les migrations saisonnières. » Et d’ajouter que « la concurrence pour le contrôle du territoire et l’accès aux ressources naturelles demeure le principal moteur de la violence des groupes armés. »

En clair, les violences intercommunautaires constatées jusqu’alors étaient probablement un prétexte pour gagner du terrain et faire main basse sur les ressources minières du pays. Mais, et c’est un fait nouveau, le MPC a fait parler de lui pour avoir instauré une justice parallèle dans la région de Kaga Bandoro (nord).

« La Minusca [la mission des Nations unies en République centrafricaine, ndlr] a un dispositif contre les abus sexuels. Nous avons également mis en place notre dispositif. Dans le Coran, le concubinage est considéré comme un adultère. On demande aux couples de respecter ces conditions », a ainsi expliqué Amadama Chaïbou, le numéro deux du MPC, à l’AFP.

« Ce dispositif, mis en place mi-février, implique que les couples mixtes musulmans-chrétiens devront officialiser leur union devant un imam, après la conversion de la personne chrétienne », a précisé Amadama Chaïbou.

D’après RFI, des parents se plaindraient que leurs filles aient été sexuellement abusées par des combattants du MPC… D’où ce système destiné, a expliqué le lieutenant de Mahamat al-Khatim, à « empêcher le vagabondage sexuel ». En clair, il est exigée des jeunes femmes violées qu’elles se convertissent à l’islam avant d’épouser leur agresseur. En cas de refus, elles sont « dépouillées de leurs biens et parfois battues ». Un point que le groupe armé réfute.

Toujours est-il que le Haut-Commissariat des Nations unies aux réfugiés (UNHCR) a vivement condamné ces pratiques, qu’il a qualifiées de « sectaires » et visant à « imposer certains préceptes librement imposés de la charia [loi islamique, ndlr] ».

En outre, l’UNHCR a dit avoir « constaté « des violations graves des droits humains et des mouvements de populations en direction des principaux sites de déplacés. »

La mission des Nations unies a elle aussi réagi. « Quant à la tentative du MPC de mettre en place un système de justice parallèle à Kaga Bandoro, la MINUSCA juge cette initiative inacceptable et contraire à la Constitution du pays qui fait de la République centrafricaine un Etat laïc », a affirmé son porte-parole, Vladimir Monteiro, le 7 mars.

http://www.opex360.com/2018/03/08/centrafrique-haut-commissariat-aux-refugies-denonce-derive-sectaire-dun-groupe-arme-musulman/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 9 Mar 2018 - 18:38

Citation :
Retour de la paix en RCA : Le Gabon va procéder au retrait de ses militaires

Publié par Modérateur

Date: jeudi 8 mars 2018


Un contingent des militaires gabonais engagé dans la MINUSCA @ DR


Libreville, 8 mars (Gabonactu.com) – Le gouvernement gabonais a décidé jeudi en conseil des ministres le retrait prochain de ses forces de défense engagées depuis plusieurs années dans les missions de maintien de la paix en République centrafricaine (RCA), un pays de l’Afrique centrale qui connait désormais un retour progressif de la paix après des années des guerres civiles récurrentes et sanglantes.

« Le Conseil des Ministres, tout en prenant acte, a instruit les Ministres des Affaires Etrangères et de la Défense Nationale d’entreprendre les démarches appropriées, pour engager avec les partenaires concernés le calendrier de démobilisation de nos Forces dans les délais raisonnables », a mentionné le communiqué final du conseil des ministres présidé comme à l’accoutumé par le chef de l’Etat Ali Bongo.

Le Gabon est présent en Centrafrique à travers ses militaires depuis 1997 avec l’AMISAB, première mission d’interposition sous la houlette de l’ONU. Le pays est englué dans des conflits armés depuis des décennies. Le Gabon est également engagé dans la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en Centrafrique (MINUSCA), qui se retire petit à petit après avoir atteint les objectifs escomptés.

Sydney IVEMBI

http://www.gabonactu.com/retour-de-paix-rca-gabon-va-proceder-retrait-de-militaires/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 10 Mar 2018 - 18:28

Citation :
Centrafrique : quand les Anti-Balaka font feu sur les gendarmes et policiers centrafricains à Bangassou, bilan incertain

Publié le samedi 10 mars 2018 | Corbeau News


© Autre presse par DR
Les milices anti-balaka


Ce vendredi vers 11 heures du matin à Bangassou, des forces de sécurité intérieure (Gendarmes et Policiers centrafricains), appuyées par des soldats de la Minusca, se sont rendu sur un lieu de braquage d’une ONG internationale pour un constat d’infraction, mais ils ont été, par surprise, pris sous la pluie de coups de feu des miliciens Anti-Balaka. Bilan, incertain pour le moment.

D’après notre correspondant sur place, tout a commencé par le braquage rocambolesque des locaux de l’ONG Cordaid au centre-ville de Bangassou ce matin du vendredi 9 mars par un groupe des miliciens Anti-Balaka dans lequel, une quantité impressionnante quantité des biens ont été emportés.

Alertés, les éléments des forces de sécurité intérieure composée des gendarmes et policiers centrafricains, appuyés par leurs homologues de la Minusca, se sont précipités pour se rendre sur le lieu du braquage afin de dresser leur constat des faits officiel nécessaire pour la victime.

Entre temps, les braqueurs, qui ont déjà amassé environ 90% des biens entreposés dans ces locaux, sont revenus sur leurs pas afin de balayer probablement les restes des petites choses qui s’y trouvent encore.

Surpris par la présence des forces de l’ordre sur le lieu, les assaillants n’ont pas peur d’ouvrir le feu sur elles.

Les forces de l’ordre de leur côté ont répliqué, faisant du coup un affrontement musclé au plein centre-ville de Bangassou.

Finalement, le rapport de force est favorable aux Anti-Balaka qui ont pu chasser les soldats de la Minusca avec leurs collègues de FSI.

En débandade, les soldats de la Minusca ont réussi à emporter avec eux un véhicule de l’ONG Cordaid parqué à cet endroit pour l’amener dans leur base.

Cependant, trois autres véhicules sont restés derrière eux, probablement ils seront enlevés par les assaillants.

Par contre, une dizaine des moto-cross entreposée dans le bâtiment après le départ précipité du personnel de l’ONG Cordaid hier, elles ont été toutes emportées par les braqueurs Anti-Balaka ce matin.

Rappelons que l’ONG ACTED, qui a aussi entreposé ses équipements dans la concession voisine de Cordaid, vient de les perdre du coup. En conséquence, elle risquerait de plier ses bagages cette semaine pour rejoindre Bangui. Une perte pour la région.

Au même moment, ces même Anti-Balaka sont partis vers 12 heures, attaquer les locaux de l’ONG MSF qui avait quitté la ville et tout ramasser. Ils ont même chasser les FSI qui ont gardé l’endroit depuis 3 mois.

Pour l’heure, tout le monde se la demande comment la Minusca peut-elle prendre la poudre d’escampette devant une milice moins armée qu’elle ?

Selon une source concordante, le chef de bande Pino-Pino serait de retour hier dans la ville de Bangassou après plusieurs mois d’absence. Ses éléments ont fêté son retour par des tirs d’armes de joie dans la ville hier, faisant au passage la panique parmi la population locale.

Pino-Pino qui s’était réfugié à Bema, une commune voisine de Bangassou, serait le seul criminel et auteur de l’assassinat des soldats marocains à être libre ou vivant.

http://news.abangui.com/h/62140.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 12 Mar 2018 - 16:18

Citation :
12.03.2018

Le Gabon se retire de la MINUSCA, ses soldats ayant "des problèmes d'équipement et d'abus sexuels




Le Gabon va retirer ses 444 soldats de la mission de l'Onu en Centrafrique, la Minusca (photo Mindef gabonais). Le contingent militaire gabonais était présent depuis 21 ans en RCA, dans le cadre de missions africaines, onusiennes etc. Dès 1997, en effet, des soldats avait été déployés en RCA dans la Mission interafricaine de surveillance des accords de Bangui (MISAB).

Le retrait annoncé des Gabonais devrait se concrétiser en juin à l'occasion d'une prochaine rotation de troupes.

Selon un responsable onusien cité par l'AFP (sous couvert d'anonymat), il y a eu "des problèmes d'équipement et d'abus sexuels".

Des soldats gabonais en Centrafrique ont en effet été accusés d'avoir commis des viols. Fin 2016, le gouvernement gabonais avait annoncé l'ouverture d'enquêtes après l'identification par l'Onu d'une quinzaine de soldats gabonais soupçonnés d'avoir commis des agressions sexuelles en 2014 et 2015.

Depuis son déploiement, la Minusca fait face à une avalanche d'accusations d'agressions sexuelles, qui a déjà entrainé le renvoi de plus de 600 soldats du Congo Brazzaville en 2017. En réalité, des enquêtes visent ou ont déjà visé six contingents dont les soldats sont accusés ou soupçonnés d'abus sexuels ou de trafics illicites; il s'agit des contingents de RDC, du Congo Brazzaville, du Tchad, du Burundi, de Mauritanie, du Maroc et du Gabon.

Comme indiqué par l'Onu, les problèmes sont de deux ordres: abus sexuels d'une part, équipement d'autre part.

Effectivement, le Gabon fait également face à des difficultés pour équiper et mettre au niveau onusien ses contingents de Casques bleus. Un contrat signé en 2014 avec SGR et Nexter ne s'est jamais totalement concrétisé du fait des problèmes budgétaires rencontrés par le Gabon suite à la chute des cours du pétrole. Le retrait gabonais est donc aussi lié à l'incapacité du pays à fournir des troupes capables de passer les tests onusiens.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2018/03/12/le-gabon-quitte-la-m-19140.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 12 Mar 2018 - 19:16

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mer 14 Mar 2018 - 18:18

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 16 Mar 2018 - 18:44

Citation :
Centrafrique : violent échange de tirs à Bangassou, 3 ministres sont sur place.

Publié le vendredi 16 mars 2018 | Corbeau News Centrafrique


© Autre presse par DR
Tirs a armes lourdes a Bangui



Depuis ce matin vers 8 heures, les habitants de la ville de Bangassou se sont réveillés sous le crépitement d’armes lourdes et légères, alors que trois ministres du gouvernement Sarandji sont sur place dans la ville.

Selon une source sécuritaire locale, la ville de Bangassou, située au sud-est de la Centrafrique, s’est basculée brusquement ce matin dans la violence suite à la découverte macabre d’un corps sans tête et sans vie d’un homme violemment assassiné par des inconnus proche du camp des déplacés musulmans.

Pour les Anti-Balaka, il ne fait aucun doute, les commanditaires seraient des criminels musulmans infiltrés parmi les déplacés de l’église catholique de la ville.

Du côté de la population qui a décrété par ailleurs ce vendredi « Journée de la prière » dans toute la ville, découvre non seulement avec stupéfaction la nouvelle de l’assassinat de l’un de leur d’une manière atroce, mais aussi se fait bloquer toute la journée à la maison dans une grosse inquiétude par des détonations d’armes lourdes comme sur un champ de bataille.

Au même moment, l’avion qui transporte les trois ministres du gouvernement de Sarandji se pose sur la piste de l’aérodrome de Bangassou protégé par les Casques bleus de la Minusca.

Cependant, le ministre de la Sécurité publique et ses deux collègues du gouvernement qui ont fait ce déplacement, découvrent pour leur part la réalité de la ville alors que leur objectif c’était de tenter de faire rassurer la population de Mbomou, les choses semblent être compliquées pour eux pour le moment.

Entre temps, la journée de prière organisée le 27 décembre 2017 , selon la population locale, aurait permis par la puissance de Dieu la mort de l’un des chefs Anti-Balaka Ngadé et le départ en exil de deux autres chefs le 30 décembre 2017.

Pour cette année, beaucoup espèrent l’arrêt du cycle de la violence dans leur région en proie depuis plus d’une année.

http://news.abangui.com/h/62198.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 17 Mar 2018 - 22:44

Citation :
Centrafrique: un chef anti-balaka arrêté par la Minusca


Des casques bleus de la Minusca sécurisent un convoi sur la route de Bouar à Bangui, le 15 octobre 2017.
© FLORENT VERGNES / AFP

Par RFI Publié le 17-03-2018 • Modifié le 17-03-2018 à 07:42


Ce 16 mars, un chef anti-balaka du site de déplacés de Bria, dans l'est du pays, a été interpellé par les forces de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca). Jean-Francis Diandi est suspecté d’avoir participé à une attaque qui avait coûté la vie à un casque bleu mauritanien en décembre dernier.

Les casques bleus et la police militaire de la Minusca ont arrêté Jean-Francis Diandi, plus connu sous le nom de Ramzzani, en plein milieu de la foule du site de déplacés de PK3, où plus de 20 000 personnes vivent depuis mai dernier.

Juste après cette arrestation, en milieu de matinée, une centaine de déplacés se sont rendus aux abords du camp de la Minusca pour lancer des pierres contre les forces de l’ONU. Le site a également été barricadé par d’autres anti-balakas et des échanges de tirs ont eu lieu, sans pour autant faire de victimes.


Attaque contre des casques bleus

Le 4 décembre dernier, ce chef anti-balaka avait participé à une attaque sur un checkpoint tenu par les casques bleus. Un soldat mauritanien avait été tué lors de ces affrontements et plusieurs autres blessés, ce qui peut constituer un crime de guerre.

Fin janvier, un mandat d’amener avait été émis par la justice centrafricaine à l’encontre de Ramazzani pour l’entendre sur des accusations d’association de malfaiteur, de séquestration et d'actes de torture.

Arrivé le 16 mars au soir dans la capitale Bangui dans un hélicoptère de la Minusca, Jean-Francis Diandi a été remis aux autorités nationales et devrait être déféré devant le parquet dans les prochains jours.

http://www.rfi.fr/afrique/20180317-rca-arrestation-chef-anti-balaka-jean-francis-diandi-ramzzani-casque-bleu-minusca
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mer 21 Mar 2018 - 21:02

Citation :
21 mar 2018

Les Faca et les forces de la MINUSCA adoptent une nouvelle posture face aux groupes armes à Paoua



Les Forces armées centrafricaines (FACA) et les Forces de la MINUSCA, ont adopté une nouvelle posture face aux groupes armés chassés dans la région de Paoua en vue de réduire leur influence. Au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la MINUSCA, ce mercredi, le Chef du bureau régional de la Mission à Paoua, Addih Alamine Simon, a déclaré que le « changement de mode opératoire » de la Mission commence à produire des résultats positifs dans toute la localité.

« Les ennemis de la paix se sont retranchés dans la brousse et tendent des embuscades à la paisible population pour commettre des exactions sur elles. Les Forces ont été instruites de les poursuivre. Depuis la semaine dernière, la situation a commencé à s’améliorer. Nous n’avons enregistré aucun incident entrainant la mort d’une personne », a déclaré Addih Alamine Simon. Il a ajouté que cette nouvelle posture s’inscrit dans le cadre de l’opération « Mbaranga », lancée par les éléments de la MINUSCA en collaboration avec les Forces armées centrafricaines (FACA).

Addih Alamine Simon a souligné que depuis le lancement de cette opération qui en est à sa quatrième phase, le calme revient dans la ville de Paoua et ses environs. Ce qui a favorisé l’ouverture des établissements scolaires dans la localité de Gouzé, par exemple, et encouragé les humanitaires à revenir dans la ville. Le Chef du bureau régional de la MINUSCA à Paoua a déclaré que l’opération « Mbaranga » se poursuivra dans toute la préfecture de l’Ouham Pendé. « Très bientôt, la situation sécuritaire redeviendra normale à Paoua et dans la préfecture de l’Ouham-Pende », a-t-il dit, invitant enfin la population à faire confiance aux forces de la MINUSCA et aux FACA déployées dans la zone.

Intervenant également au cours de cette conférence de presse, le directeur de la division de la communication stratégique et de l’information publique de la MINUSCA, Hervé Verhoosel, a fermement dénoncé des « pratiques mafieuses » de certains groupes de brigands qui raquettent les commerçants du quartier du Kilomètre Cinq (PK5) à Bangui. « Ces pratiques sont inacceptables et illégales. PK5, est surnommé le poumon économique de Bangui et doit le rester. Ces groupes doivent comprendre que le temps est venu de cesser leurs pratiques violentes et frauduleuses qui, tôt ou tard, ne resteront pas impunies. Le Gouvernement et la MINUSCA y travaillent », a-t-il prévenu.

Hervé Verhoosel a également dénoncé l’enrôlement des enfants dans les groupes armés, comme observé par la Mission la semaine dernière dans la ville de Mboki avec le Mouvement pour l’Unité et la Paix en Centrafrique (UPC). Il a exhorté les différents groupes armés à arrêter le recrutement d’enfants de moins de 18 ans. « La MINUSCA rappelle que le recrutement d’enfants soldats est interdit par les lois internationales. La RCA a ratifié le 21 Septembre 2017 un protocole international l’interdisant. Nous invitons le Gouvernement à traduire ce protocole en loi nationale dans les plus brefs délais », a enfin, souligné Hervé Verhoosel, concluant que « l’avenir de ce pays ce ne sont pas ces groupes armés, mais ce sont ces jeunes à qui, il faut donner une chance ».​

https://minusca.unmissions.org/les-faca-et-les-forces-de-la-minusca-adoptent-une-nouvelle-posture-face-aux-groupes-armes-%C3%A0-paoua
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 26 Mar 2018 - 19:54

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Jeu 29 Mar 2018 - 20:15

Citation :
Un groupe armé "prêt à se battre" avec la Minusca au PK5 à Bangui

Publié le jeudi 29 mars 2018 | Mediacongo.net


© Autre presse par DR
Un groupe armé "prêt à se battre" avec la Minusca au PK5 à Bangui


Le principal groupe armé du quartier musulman de Bangui a affirmé mercredi être "prêt à se battre" contre la mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca), qui a menacé de désarmer ces groupes.

Si les forces de la Minusca "veulent la guerre, ils n'ont qu'à dire aux populations de quitter le quartier et on va se battre", a déclaré à l'AFP Nimery Matar Jamous, alias "Force", leader d'un des principaux groupes armés du PK5, quartier musulman et poumon économique de la capitale.

Selon plusieurs habitants du PK5 interrogés par l'AFP, la Minusca a fixé dimanche un ultimatum aux groupes armés du quartier pour désarmer, sinon leurs bases seront démantelées de force. La Minusca n'a pas souhaité commenter cette information.

Le 21 mars, l'ONU en Centrafrique avait dénoncé les "pratiques mafieuses" de ces groupes armés. Ils "doivent comprendre que le temps est venu de cesser leurs pratiques violentes et frauduleuse" avait déclaré à la presse Hervé Verhoosel, porte-parole de la Minusca.

"Les enfants (du quartier) ont des armes. Si (la Minusca) commence à tirer, les enfants vont aussi commencer à tirer partout, ça va toucher tout le monde", a déclaré à l'AFP Ibrahim Bala, chef du quartier Bayadoumbia du PK5, qui abrite la base du groupe de "Force".

La Minusca avait déployé des troupes fin janvier dans le PK5, après une flambée de violences début 2018.

Mi-février, en raison de leur persistance, l'association des commerçants du PK5 (ACK) avait fixé un ultimatum à la Minusca pour qu'elle démantèle les groupes autoproclamés d'autodéfense, accusés de violences et d'exactions envers les commerçants et la population.

Selon ces derniers, les groupes armés du PK5 tentent d'intimider les commerçants depuis qu'ils ont décidé, le 18 janvier, d'arrêter de payer leurs membres qui monnayent leur "protection".

Depuis, certains ont repris les paiements, par crainte de représailles, selon des commerçants rencontrés par l'AFP.

"Les gens préfèrent être en paix en payant", regrette une victime des violences de janvier, durant lesquelles une partie du marché avait brûlé et plusieurs personnes avaient été tuées par balles dans des affrontements entre groupes armés.

Les musulmans centrafricains sont souvent associés à la rébellion de la Séléka qui a renversé le président Bozizé en 2013 et plongé le pays dans la violence. L'ex-rébellion a été expulsée de Bangui en 2014 par une intervention militaire internationale.

Le PK5 a souvent été au coeur des tensions dans la capitale centrafricaine et les dernières populations musulmanes de la ville y vivent retranchées.


VOA / MCN

http://news.abangui.com/h/62378.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Jeu 5 Avr 2018 - 20:27



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Dim 8 Avr 2018 - 18:47

Citation :
8 avr 2018

Les Forces de défense et de sécurité intérieures centrafricaines et la MINUSCA lancent une opération conjointe de désarmement et d’arrestation contre les groupes criminels de PK5 à Bangui



Ce dimanche 08 avril 2018, à partir de 02h00, une opération conjointe de désarmement et d’arrestation, visant les bases de certains groupes criminels du quartier de PK5 à Bangui, a été lancée conjointement par les Forces de sécurité intérieures (FSI), Forces armées centrafricaines (FACA), et la MINUSCA.

La population du PK5 a, à plusieurs reprises, demandé l’intervention de la MINUSCA pour mettre un terme aux les activités prédatrices des gangs criminels du quartier. Ces groupes y ont en effet commis de nombreuses exactions, rançonné les commerçants et attaqué les civils, tout en s’opposant à toute forme de retour de l’autorité de l’Etat.

Avant l’opération, ces groupes criminels avaient été mis en demeure de désarmer volontairement et pacifiquement, avec la possibilité pour certains de leurs membres ainsi que de la communauté, de recevoir un appui socioéconomique. Malheureusement, les leaders de ces groupes ont refusé cette alternative, malgré une médiation organisée par des représentants de la population civile.

Au cours de l’opération, plusieurs bases des groupes criminels ont été investies. La MINUSCA a effectué plusieurs arrestations, et saisi des armes, des munitions et de la drogue. La MINUSCA et les forces nationales se sont ensuite retirés pour éviter que des échanges de tirs exposent les civils pendant la journée. Les individus arrêtés seront remis aux autorités judiciaires centrafricaines.

L’opération conjointe du Gouvernement et de la MINUSCA se poursuivra jusqu’à ce que ces groupes criminels soient démantelés ou disparaissent.

La MINUSCA rappelle cependant aux populations de ne pas recourir à la justice populaire contre les éléments armés de ces groupes, quelle que soit la gravite des crimes qu’ils ont commis. Plutôt, elle recommande d’informer la MINUSCA ou les autorités centrafricaines de leur localisation pour assurer un suivi judiciaire légal.

La priorité de la MINUSCA reste la protection des civils à PK5 et le retour de l’autorité de l’Etat.

https://minusca.unmissions.org/les-forces-de-d%C3%A9fense-et-de-s%C3%A9curit%C3%A9-int%C3%A9rieures-centrafricaines-et-la-minusca-lancent-une-op%C3%A9ration
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Lun 9 Avr 2018 - 20:37

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mer 11 Avr 2018 - 18:02

Citation :
11 avr 2018

Communiqué conjoint de l’Union Africaine et des Nations Unies sur le processus de paix et la situation à Bangui



Nous, représentants l’Union Africaine et les Nations Unies, avons décidé d’entreprendre une visite conjointe en République centrafricaine, pour exprimer notre solidarité et notre plein soutien au peuple centrafricain et au processus de paix en République centrafricaine. C’est aussi un message d’unité totale et de détermination commune de l’Union Africaine et des Nations Unies.

Nous nous réjouissons à cet égard que notre visite coïncide avec la tenue de la première réunion à Bangui, du Groupe international de soutien à la RCA depuis le retour à l’ordre constitutionnel. Lors de notre séjour, nous aurons l’occasion de nous entretenir avec les autorités centrafricaines et avons d’ailleurs échangé avec le Président Touadéra.

Etant arrivés hier, nous sommes également préoccupés par les tensions persistantes dans le quartier du kilomètre 5 de Bangui. Les opérations conduites par le Gouvernement et la MINUSCA le 8 avril visaient assurément à arrêter les éléments criminels qui mettent en péril la vie de citoyens paisibles, dans un quartier qui est le poumon économique de Bangui.

Dans ces moments difficiles, nous tenons avant tout à exprimer nos sincères condoléances aux familles des victimes et déplorons les nombreux blessés à qui nous souhaitons un prompt rétablissement.

Nous tenons surtout à souligner que cette opération de maintien de l’ordre et de restauration de l’autorité de l’Etat a pour but unique de protéger la population qui nous le demande, contre les éléments criminels qui l’oppriment. Nous tenons à préciser que pour protéger toutes les populations, comme partout ailleurs dans le pays, nous sommes déterminés à agir.

Nous déplorons et condamnons fermement les tentatives d’instrumentalisation de cette opération ainsi que les attaques perpétrées contre les soldats de la paix dont une vingtaine a été blessée et l’un d’eux a succombé à ses blessures.

Nous tenons à rappeler que toute attaque contre les soldats de la paix constitue un crime de guerre. Leurs auteurs et ceux qui les soutiennent auront certainement à répondre de leurs forfaits devant la justice.

Nous tenons aussi à exprimer qu’une offre de règlement pacifique avait été préalablement faite aux groupes visés et que ceux-ci l’ont refusée.

Enfin, nous tenons à souligner qu’en étroite coordination avec le Gouvernement centrafricain, nous sommes prêts à utiliser tous les moyens dont dispose la communauté internationale pour créer les conditions pour la restauration de la paix en RCA. Par tous les moyens, nous entendons d’abord le dialogue et si nécessaire la force.

Notre présence conjointe ici, en collaboration avec le Gouvernement centrafricain, vise à réaffirmer notre engagement sans ambiguïté pour l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation en RCA, qui comme l’a souligné le Conseil de Sécurité, représente la seule issue pour une sortie de crise.

Aux populations de Bangui, nous lançons un appel au calme. Nous leur demandons aussi de ne pas être victimes de rumeurs et de manipulations. Vos autorités sont à pied d’œuvre en collaboration avec la MINUSCA pour restaurer l’ordre public et assurer la protection de toutes les populations civiles sans distinction.

https://minusca.unmissions.org/communiqu%C3%A9-conjoint-de-l%E2%80%99union-africaine-et-des-nations-unies-sur-le-processus-de-paix-et-la
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23526
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mer 11 Avr 2018 - 18:17



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris
Revenir en haut 
Page 35 sur 37Aller à la page : Précédent  1 ... 19 ... 34, 35, 36, 37  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: