Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24230
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 30 Juin 2018 - 23:48

Citation :
Violences en Centrafrique: un prêtre tué, combats entre groupes armés


AFP 30/06/2018


Un prêtre a été tué vendredi soir à Bambari, dans le centre de la Centrafrique, tandis que des combats opposent des groupes armés depuis plusieurs jours dans la région de Kaga-Bandoro (nord), a annoncé samedi à l'AFP une porte-parole de l'ONU.

L'abbé Firmin Gbagoua, vicaire général du diocèse de Bambari, "a reçu une balle dans l'abdomen et est mort des suites de ses blessures", a déclaré à l'AFP Uwolowulakana Ikavi, porte-parole de la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la Centrafrique (Minusca).


En fin de journée vendredi, "des Peuls ont tiré sur le vicaire général au niveau de l'archevêché de Bambari et il a rendu l'âme à l'hôpital" dans la nuit de vendredi à samedi, a affirmé un habitant de Bambari sous couvert d'anonymat. "C'était quelqu'un de sérieux, souriant", a-t-il ajouté.

Au même moment, des combats se poursuivaient entre des membres de deux groupes armés et des miliciens dits "d'autodéfense" antibalakas plus au nord, près de Mbrès, dans la région de Kaga-Bandoro.

Ces combats entre d'une part, des membres du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et du Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) - issus de l'ex-rébellion de la Séléka - et de l'autre, les miliciens antibalakas, ont débuté le 22 juin, selon la porte-parole de la Minusca.

"Les combats ont entraîné d'autres violences. Des maisons ont été brûlées et les casques bleus ont été la cible d'attaque d'éléments armés", a-t-elle dit, ajoutant: "La situation dans la zone est très tendue". Elle n'a pas donné de bilan de ces combats.

Le démantèlement d'un barrage antibalaka par des éléments du MPC et du FPRC serait à l'origine de ces affrontements.

Les combats et les violences sont presque quotidiens sur la quasi-totalité du territoire de la Centrafrique, sous la coupe de groupes armés et de milices qui y commettent de nombreuses exactions.

En 2013, la chute du président François Bozizé, renversé par l'ex-rébellion de la Séléka qui se proclamait protectrice des musulmans, avait entraîné une contre-offensive des milices antibalaka, prétendant défendre les non-musulmans.

Cinq ans après, les groupes issus de l'ex-Séléka et les milices antibalakas sévissent toujours et s'affrontent pour le contrôle des ressources de ce pays de 4,5 millions d'habitants classé parmi les plus pauvres au monde, mais riche en diamants, or et uranium.

https://www.lorientlejour.com/article/1123425/violences-en-centrafrique-un-pretre-tue-combats-entre-groupes-armes.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24230
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 6 Juil 2018 - 16:48

Citation :
Centrafrique : Le Gabon décide de maintenir ses soldats au sein de la Minusca.

Publié le vendredi 6 juillet 2018 | AFP



Le Gabon a décidé de maintenir ses 444 soldats en Centrafrique où ils participent à la mission de maintien de la paix de TONTJ dans ce pays en conflit depuis cinq ans, indique un communiqué du gouvernement gabonais.

« Prenant acte des multiples sollicitations et appels du président (centrafricain) Faustin-Archange Touadéra (…) ainsi que du secrétaire général » de l’ONU, le gouvernement « a marqué son accord pour le maintien des troupes gabonaises au sein de la Minusca », la Mission de l’ONU en Centrafrique, indique ce communiqué publié mercredi soir.

Le gouvernement précise qu’il « s’engage par ailleurs à participer à la réorganisation de l’armée centrafricaine en matière de formation, en accueillant des officiers de la dite armée dans les écoles militaires gabonaises ».

En visite à Libreville le 14 juin, le président Touadéra avait demandé à son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba de maintenir ses troupes au sein de la Minusma.

« Je suis venu dire à mon frère Ali que nous avons encore besoin de cette force dans notre quête de stabilité », avait alors déclaré M. Touadéra.

En mars, à la suite de « problèmes d’équipement et d’abus sexuels », selon un responsable de l’ONU à l’époque, Libreville avait annoncé avoir décidé de retirer ses 444 soldats de la Minusca.

Des enquêtes ont été lancées au Gabon et à l’ONU concernant les accusations contre des soldats gabonais d’abus sexuels ou de vente de munitions à une milice armée. Aucune n’a pour l’instant abouti.

Présente en Centrafrique depuis 2014, l’ONU peine à trouver des Casques bleus à envoyer dans ce pays en conflit depuis 2013 où les violences restent quasi quotidiennes et où plus d’un quart de la population a dû fuir son domicile.

Des contingents népalais et rwandais doivent arriver durant l’été en Centrafrique pour renforcer les 10.000 Casques bleus déjà présents.

http://news.abangui.com/h/63619.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24230
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Mer 11 Juil 2018 - 19:07



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24230
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 13 Juil 2018 - 22:03

Citation :

Des casques bleus déployés à la mosquée centrale à Bangui en 2016

Accusée de connivence avec l'ex-Séléka, la Minusca dément


vendredi 13 juillet 2018 10:09


La Mission onusienne en République Centrafricaine a balayé du revers de la main mercredi 11 juillet lors de la traditionnelle conférence de presse hebdomadaire, l'accusation portée contre le contingent Pakistanais basé à Kaga Bandoro dans la Nana Gribizi. Ces casques bleus ont été soupçonnés de connivence avec les ex-Séléka.

"Récemment ce contingent Pakistanais qui est sur place a permis à la Minusca de faire face à la menace du FPRC de descendre sur Bangui. Ce sont ces casques bleus avec d'autres qui travaillent sur cet axe Kaga Bandoro-Dékoa-Sibut pour que cette menace ne soit pas mise à exécution", a expliqué Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca. "C'est quelque chose d'extrêmement important à mettre sur le crédit des casques bleus, en particulier de ceux-là", a-t-il souligné précisant que ces soldats de la paix "travaillent de manière impartiale". Vladimir Monteiro, en réfutant ces informations, a pensé que c'est l'ignorance du mandat de la mission par la population qui est à l'origine de ces désagréments.

Insécurité à Bria, la Minusca promet une solution pour faciliter le travail des humanitaires

La Minusca a promis travailler davantage pour assurer la sécurité à Bria dans la Haute Kotto à l'est du pays et favoriser un accès humanitaire aux populations vulnérables. Vladimir Monteiro rassure qu'une solution va être trouvé pour permettre aux humanitaires de reprendre leurs activités au profit de la population en détresse.

"Nous allons travailler avec les humanitaires pour renforcer la sécurité en fonction de leur demande pour que l'aide qui est destinée à la population leur parvienne", a fait savoir le porte-parole. Il a condamné ces actes qui ont entrainé depuis le 5 juillet la suspension des activités de l'ONG Médecins Sans Frontières à Bria suite à un cas de braquage.

https://www.radiondekeluka.org/actualites/securite/32069-accusee-de-connivence-avec-l-ex-seleka-la-minusca-dement.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24230
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Sam 14 Juil 2018 - 20:21

Citation :
Centrafrique : un nouveau groupe armé sévit dans l'ouest



avec AFP  Il y a 8 heures



Le Siriri, qui sévit depuis septembre 2017 dans l’Ouest centrafricain est constitué en majorité d‘éleveurs peuls qui prétendent lutter contre les vols de bétail, très fréquents dans cette région de transhumance que l‘État centrafricain à du mal à contrôler, tout comme beaucoup d’autres du pays, sous la coupe d’une quinzaine de groupes armés.

Le Siriri est dirigé par un certain Ardo Abba et dont les effectifs ne dépasseraient pas la centaine d’hommes, a menacé la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la Centrafrique (Minusca) de représailles si elle continuait ses opérations dans la région.

“La route n’est pas sûre”, lâche un soldat tanzanien de l’ONU, les mains crispées sur sa kalachnikov, le regard glissant sur un mur végétal que seuls quelques minces rayons de soleil parviennent à percer.
Cramponnés à leur pick-up qui patine dans une boue rougeâtre, les Casques bleus tanzaniens scrutent l‘épaisse jungle de la Mambéré-Kadéï de cette partie du pays.

“Si tu viens demander la paix, tu ne viens pas avec des armes !”, s’exclame Michel, un responsable de la mairie d’Amada-Gaza, localité de la région, en référence au Siriri qui signifie “la paix”, en sango, principal dialecte centrafricain.

Le 31 décembre, Michel a cru voir sa dernière heure arriver lorsque le groupe a attaqué son village : “Ils sont venus à moto, ils étaient une vingtaine, voulaient s’installer dans le village, mais on a refusé. Alors ils ont commencé à faire leur pillage”. Bilan, deux morts et 25 boutiques pillées.

“Ils m’ont fouetté ici”, poursuit Michel, en désignant sa nuque. L’un des membres du groupe “a sorti le fusil pour me tuer, mais leur chef a dit non. C’est (à ce moment) là que je me suis sauvé”, se souvient-il.

Rançonnés, plusieurs villages sont sous la menace

Les exactions de ce type se sont multipliées depuis le début de l’année au fur et à mesure que le groupe gagnait en puissance et en équipement.

“Ils ont des tenues neuves, des armes neuves, des rangers neufs, certains ont même des gilets pare-balles”, affirme un ancien chef d’une milice antibalaka de la zone, reconnaissant que ni lui, ni les autres groupes d’autodéfense autoproclamés ne peuvent faire le poids face à un tel ennemi.

“Chaque mois, ils rançonnent les villages. 1,5 million de francs CFA (2.283 euros) pour un grand village, 500.000 (761 euros) pour un petit. Les éleveurs doivent leur payer au moins un bœuf par semaine, en échange de leur protection”, ajoute-t-il.

Ceux qui refusent risquent de tout perdre. Mamadou Moktar, éleveur peul d’Amada-Gaza, peut en témoigner. Le groupe, censé protéger les éleveurs, lui a volé 40 bœufs, soit plus de huit millions de FCFA (plus de 12.000 euros).

En réaction à ces attaques, la Minusca a entamé depuis le 12 avril des actions militaires, tuant des dizaines de combattants du Siriri. Ce jour-là, le groupe qui avait érigé un barrage, a ouvert le feu sur une patrouille de l’ONU qui a répliqué.

Quatre rebelles, dont le chef des opérations militaires, Mahamat Djibrila, sont morts. “Djibrila croyant dur comme fer à ses grigris a chargé le blindé de l’ONU“ et a été abattu, raconte une source sécuritaire.

Divisions au sein du groupe

Affaibli, le Siriri est allé chercher des renforts plus au nord, au sein de deux autres groupes armés, le FDPC (Front démocratique du peuple centrafricain) d’Abdoulaye Miskine et les 3R (retour, réclamation, réconciliation), de Sidiki.

Ces renforts semblent avoir leur propre agenda. Ils occupent le village de Nofou, fief d’origine du Siriri dont les premiers combattants se sont, eux, relocalisés dans le village de Dilapoko.

“Il y a maintenant des divisions entre ceux qui acceptent de négocier et ceux qui refusent”, explique une source sécuritaire.

L’arrivée de ces renforts coïncide avec l’augmentation des exactions contre la population et des attaques contre l’ONU. Début juin, le Siriri a tué un Casque bleu et en a blessé sept autres dans une embuscade qui a coûté la vie à seize rebelles.

Le groupe, qui veut venger la mort de son chef des opérations, entend aussi lutter contre l’installation d’avant-postes dans sa zone d’action où les Casques bleus tanzaniens en ont déjà construit quatre et s’apprêtent à en installer un cinquième.

Des actions utiles, mais insuffisantes, prévient une source militaire : “Tant que la frontière avec le Cameroun (proche) ne sera pas contrôlée, ils auront toujours des sanctuaires où se cacher”.

http://fr.africanews.com/2018/07/14/centrafrique-un-nouveau-groupe-arme-sevit-dans-l-ouest/?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=AfricanewsFR&utm_source=Facebook#Echobox=1531563707
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24230
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Ven 20 Juil 2018 - 20:11

Citation :
Portugal to send armoured vehicles to CAR

Victor Barreira, Istanbul - IHS Jane's Defence Weekly

20 July 2018



Portugal will deploy six Pandur II 8x8 armoured vehicles and an additional 45 troops to the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic (MINUSCA) to provide additional mobility and protection for its contingent.

Plans are being made to deploy the vehicles with the fourth rotation of troops, but a schedule has yet to be fixed, the Portuguese Army told Jane’s.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24230
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Hier à 19:42

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris
Revenir en haut 
Page 38 sur 38Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38
 Sujets similaires
-
» Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris
» Intervention militaire au Mali - Opération Serval
» Intervention militaire au Mali - Opération Serval
» Opération SANGARIS : point de situation du 18 avril 2014
» opération SANGARIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: