Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40, 41, 42  Suivant
AuteurMessage
FAR SOLDIER
Modérateur
Modérateur
FAR SOLDIER

messages : 6121
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Nowhere
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena30
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Ambass10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeJeu 5 Déc 2013 - 18:07

Rappel du premier message :

J'ouvre ce thread pour plusieurs raisons . Premièrement , parce que aujourd’hui même officiellement l'ONU a donner son feu vert a la France pour une intervention militaire au coté des forces africaines , l'opération va se faire . Et deuxièmement , ce conflit nous intéresse en tant que musulmans , car le conflit opposent justement musulmans et chrétiens dans ce pays . Personnellement je n'ai jamais su que il y avait des musulmans en Centrafrique .
Vos informations nous permettrons de mieux comprendre les raisons de ce conflits , les différentes parties de ce conflit , certains parlent de vengeances de l'ex president Bozizé et des milices chrétiennes  , d'autres mettent en cause la rebelle du Séléka qui sont musulmans ...

Citation :
Le Conseil de sécurité de l'ONU  a adopté ce jeudi un projet de résolution de la Franceautorisant le recours à la force pour les troupes d'intervention africaines et françaises. Sur place, a tension est encore montée d'un cran à Bangui, la capitale de la Centrafrique.

Des tirs et détonations ont été entendus, faisant plusieurs victimes. Des journalistes ont dénombré ce jeudi après-midi 80 morts dans une mosquée de Bangui et des rues voisines.

Les accrochages opposent les membres de milices chrétiennes d'autodéfense, les «anti-balaka» (anti-machettes), à des hommesarmés issus des rangs de la coalition rebelle Séléka — depuis dissoute — dirigée par Michel Djotodia. Ces derniers, qui se revendiquent musulmans, ont renversé en mars par un coup d'Etat le président François Bozizé, arrivé au pouvoir dix ans plus tôt, plongeant le pays dans le chaos.

Environ 250 soldats français ont été déployés ce jeudi dans le centre-ville, a prévenu l'état-major des armées. Tout comme la force africaine, l'armée française, plus que jamais «gendarme» de l'Afrique après le Mali, attend le feu vert des Nations-Unies pour lancer son opération militaire, baptisée «Sangaris».

Suivez les évènements, minute par minute.

17h25. Environ 1,3 million de personnes ont besoin d'une aide alimentaire en République centrafricaine, en raison des troubles intérieurs, a mis en garde la FAO (Food and Agriculture organization, Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture).

16h48. Les soldats français pourraient intervenir dans les heures qui viennent.

Les 1200 soldats français, qui doivent être déployés en RCA, auront à leurs côtés 3000 hommes de la force africaine, la Misca (Mission internationale de soutien à la Centrafique : Tchad, Cameroun, Congo, Gabon), qu'ils sont chargés d'appuyer. Une force encore mal équipée, dont le commandement reste à mettre en place, qui devra prendre dans quelques mois le relai des Français.

La France dispose d'un dispositif unique de forces prépositionnées sur le continent africain, ce qui qui multiplie sa capacité de réaction : 940 hommes au Gabon, 350 au Sénégal, 2000 à Djibouti, 450 en Côte d'Ivoire, 250 en temps normal en Centrafrique.

La France table cette fois sur une opération ponctuelle. «Nous mobilisons un millier d'hommes pour une période de montée en puissance de 4 à 6 mois, puis de retrait progressif de 4 à 6 mois», a résumé mardi Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, dans une interview au quotidien Le Dauphiné.

Une facture de 400 M€ au Mali

Impossible de chiffrer pour l'instant le coût de l'opération française qui est sur le point de démarrer en Centrafrique.

La précédente intervention extérieure de la France en Afrique est l'opération Serval, au Mali, où les militaires ont traqué les jihadistes et aidé l'Etat Malien à rétablir l'ordre.

Le coût de l'opération Serval au Mali devrait «dépasser les 400 M€ à la fin de l'année» 2013, estimait fin juin le chef d'état-major des armées (CEMA), l'amiral Edouard Guillaud, selon La Tribune. La facture globale d'une telle opération est «de l'ordre de 100 000 € par homme et par an», a précisé le CEMA.

16h36. Jean-Yves Le Drian, le ministre de le Défense qui a écourté un déplacement à Toulon (Var) a commencé à préparer le conseil restreint de Défense avec les services de renseignement. Ce conseil de défense réunira notamment le chef d'état major des armées, Edouard Guillaud, et les ministres Jean-Yves Le Drian (Défense), Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Manuel Valls (Intérieur), autour du président Hollande.

16h33. Qui paiera pour une future force de casques bleus après l'intervention de la France ? C'est la question qui se pose déjà dans les couloirs de l'ONU. Les Etats-Unis ne cachent pas leur frilosité à l'idée de financer un tel dispositif.

16h21. François Hollande réunit un conseil restreint de défense à 18 heures.

16h15. La résolution a été votée à l'unanimité. Elle permet aux forces françaises engagées sur le terrain de sécuriser les civils et d'apporter une aide humanitaire. Elle est placée sous le chapitre 7, autrement dit l'usage de la France est autorisé.

Ce que prévoit la résolution de l'ONU
Le Conseil, déclarant agir sous le chapitre 7 de la Charte de l'ONU (autorisant le recours à la force)...
TRANSITION POLITIQUE ... «réclame l'application rapide des accords de transition (..) qui devront mener à la tenue d'élections présidentielle et législatives libres, équitables et transparentes...»
DROITS DE L'HOMME ... «exprime sa profonde inquiétude devant la multiplication des violences inter-religieuses et inter-ethniques...», «demande au secrétaire général (Ban Ki-moon) de mettre en place rapidement une commission internationale d'enquête (...) pour une période initiale d'un an. L'enquête portera sur les exactions commises depuis le 1er janvier 2013.»
MISCA ET FORCES FRANCAISES... «autorise le déploiement" de la force africaine présente en RCA (Misca) pour une période de douze mois, avec une clause de révision à six mois, afin de protéger les civils et rétablir l'ordre et la sécurité (...), stabiliser le pays (...) et créer les conditions propices à la fourniture d'aide humanitaire. Autorise les forces françaises en RCA, dans la limite de leurs capacités et de leurs zones de déploiement, et de manière temporaire, à prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir la Misca dans l'accomplissement de son mandat et demande à Bangui et aux pays voisins de soutenir leur action.»
EMBARGO SUR LES ARMES... « impose un embargo sur les armes et équipements militaires destinés à la RCA pour une période initiale d'un an. Cet embargo ne concernera pas les matériels destinés à la Misca ou aux forces françaises. Un comité des sanctions veillera au respect de l'embargo.»
SANCTIONS CIBLEES... «exprime sa ferme intention d'envisager rapidement des sanctions ciblées, dont des gels d'avoirs et des interdictions de voyage, contre les individus qui violent l'embargo sur les armes ou les droits de l'homme, bloquent la transition politique dans le pays, ou exploitent illégalement des ressources naturelles comme les diamants.»


⇒ 16h11. Le Conseil de Sécurité de l'ONU donne son feu vert à l'intervention de la France en Centrafrique.

16h03. A la mosquée du quartier PK5, dans le centre de la capitale, 54 cadavres étaient alignés dans la salle de prière et la cour intérieure, portant des marques de blessures à l'arme blanche et par balles. Dans les rues voisines, les journalistes ont comptabilisé 25 cadavres abandonnés sur le bas coté.

«Les corps ont été amenés dans la matinée par des gens du quartier», a expliqué à l'AFP un responsable de la mosquée qui a souhaité garder l'anonymat. La mosquée était remplie d'hommes et de femmes venus chercher un parent disparu.

Signe de l'extrême tension régnant dans la ville, les abords de la mosquée étaient bondés d'hommes portant des machettes, alors que les rues voisines, dans lesquelles gisaient d'autres corps, étaient désertes.

15h47. Plus de 80 cadavres comptés dans une mosquée et dans les rues de Bangui.

14h45. Au moins huit morts et des dizaines de blessés, selon MSF. « Depuis ce matin, nous avons aidé à prendre en charge 65 blessés arrivés aux urgences. Une vingtaine présentait des blessures graves ; 8 sont morts ; 5 sont déjà passés en urgence au bloc » témoigne Thomas Curbillon, chef de mission MSF à Bangui.  « La plupart présentent des blessures par balle et armes blanches, type machette ou couteau ».


13h51. Extension du couvre-feu. Appelant la population terrorisée «à garder son calme» dans une allocution radio-télévisée, le président centrafricain de transition Michel Djotodia annonce l'extension immédiate de quatre heures du couvre-feu, imposé désormais de 18 heures à 6 heures, face aux aux tirs et violences meurtrières qui ont éclaté avant l'aube. Il ajoute que «l'armée française est une amie de la Centrafrique», quelques heures avant le vote par le conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution autorisant la France à intervenir militairement pour rétablir la sécurité dans le pays.

13h31. Huit morts selon MSF. «Hôpital communautaire: 65 blessés, 8 morts», indique un bref message transmis par MSF, qui a dépêché dans cet établissement une équipe médicale et chirurgicale.

13h15. Le FN «appuie et soutient» l'intervention militaire imminente de la France en Centrafrique sous mandat de l'ONU, indique jeudi le parti dans un communiqué. «La dégradation de la situation civile et sécuritaire en Centrafrique justifie plus que jamais l'intervention militaire de la France sous l'égide de l'ONU», est-il écrit.

Pourquoi «Sangaris» ?
L'armée française a baptisé son opération «Sangaris», baptisée du nom d'un petit papillon rouge. Pour les entomologistes du monde entier, la Centrafrique est en effet le paradis des papillons où, en saison, il suffit d'emprunter une piste forestière à la sortie de Bangui pour croiser des nuages de millions de ces insectes.


12h50. Environ 650 militaires français présents à Bangui. Le colonel Jaron indique qu'«aujourd'hui, environ 650 militaires français sont présents» dans la capitale de la Centrafrique.

12h45. «Environ 250 soldats français se sont déployés dans Bangui à la suite des incidents de la nuit», annonce le porte-parole de l'état-major des armées françaises, le colonel Gilles Jaron. «Vers 3 heures, il y a eu des accrochages entre des ex-Séléka et des éléments armés non identifiés à cette heure (...), les forces françaises ont dû réagir». Une partie des effectifs de l'opération Bouali «s'est déployée dans Bangui», déclare le porte-parole lors du point de presse hebdomadaire de la Défense, soulignant la «nette dégradation de la situation». La mission de ces 250 soldats français : «sécuriser les points sensible (ambassade...) et des points de regroupement pour assurer la sécurité des ressortissants».

12h15. Le Premier ministre centrafricain appelle à l'intervention «immédiatement» après le feu vert de l'ONU. «Vu l'urgence, mon souhait est que l'intervention se fasse dans les meilleurs délais, immédiatement après la résolution», déclare Nicolas Tiangaye, qui se trouve à Paris pour le sommet de l'Elysée sur la paix et la sécurité en Afrique.

10h50. Les tirs à l'arme automatique jeudi matin à Bangui ont fait «plusieurs morts et des blessés», selon le chef de la mission de Médecins sans Frontières (MSF) en Centrafrique, Sylvain Groulx. «Il y a des morts et des blessés», qui ont été conduits à l'hôpital communautaire de Bangui, où MSF a dépêché une équipe médicale et chirurgicale, indique-t-il, incapable de donner de bilan précis dans l'immédiat.


10h30. Hollande reçoit ce jeudi après-midi le Premier ministre algérien à l'Elysée. Cet entretien, qui ne figurait pas initialement dans l'agenda hebdomadaire de l'Elysée, précède le Sommet sur la paix et la sécurité en Afrique organisé par la France vendredi et samedi, à Paris, en présence d'une quarantaine de dirigeants africains.

9h10. La France ne doit plus être le «mercenaire gratuit» de l'UE, selon Pierrre Lellouche (UMP). «On se retrouve, nous Français, encore une fois tout seuls», déclare-t-il sur France Inter. «Ca n'est pas supportable» s'indigne l'alu d'opposition. «L'Europe sait réguler le nombre de cigarettes dans le coffre de la voiture, mais dès qu'il y a un problème sérieux, il n'y a plus personne !»

8h50. «Ca ira très vite». «Dès que le président de la République aura donné le top, les choses vont aller très vite», explique Laurent Fabius. sur BFMTV/RMC. «Ca tombe bien puisque nous avons entre aujourd'hui et samedi à Paris à la fois tous les Etats africains, plus le secrétaire général des Nations unies, plus le président de l'Union européenne», rappelle-t-il.


8h48. La France interviendra «en appui» de la force africaine Misca, qui compte 2.500 hommes et doit à terme arriver à 3.600 soldats, souligne Laurent Fabius. Le but de l'intervention est «d'éviter les drames humanitaires épouvantables et de rétablir la sécurité. Dans un deuxième temps ce sera de favoriser une transition démocratique parce qu'il va falloir organiser des élections», théoriquement début 2015, ajoute Laurent Fabius.


8h45. Fabius : 1.200 soldats français déployés «dans les jours qui viennent». «Autour de 1.200» soldats seront déployés en Centrafrique, et l'intervention débutera «entre le vote de la résolution à l'ONU ce soir et la date que choisira le président de la République», déclare ole ministre des Affaires etrangères Fabius sur BFM TV/RMC, précisant que ce sera «dans les jours qui viennent».

6 heures. Des tirs d'armes automatiques et des détonations plus lourdes sont entendus depuis l'aube dans plusieurs quartiers de Bangui, la capitale centrafricaine, selon des journalistes de l'AFP. Ces tirs, dont l'origine était inconnue dans l'immédiat, ont débuté vers 05H30  dans la zone du PK-12, dans le nord de la ville, puis se sont étendus à d'autres quartiers de la ville, notamment non loin du centre-ville, dans la zone du fleuve.

Bilan de la veille
Une douzaine de personnes ont été tuées près de Bangui dans la nuit de lundi à mardi, a-t-on appris mercredi. A une centaine de kilomètres au nord de la capitale - où la tension monte dans les quartiers à l'approche du vote à l'ONU, dans un climat détestable de suspicion et de soif de vengeance - ces civils, des éleveurs peuls musulmans, ont été massacrés à la machette, selon des sources militaires. Dix très jeunes enfants ont été sauvagement blessés dans la même attaque, aux membres ou la tête, eux aussi à coups de machettes, et étaient hospitalisés mercredi à Bangui, ont constaté des journalistes de l'AFP. Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye a dénoncé des «actes horribles, odieux», tandis que les Etats-Unis se sont dits «horrifiés».
http://www.leparisien.fr/international/en-direct-centrafrique-250-soldats-francais-deployes-a-bangui-jour-j-a-l-onu-05-12-2013-3379685.php





Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeVen 21 Sep 2018 - 23:02

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeLun 24 Sep 2018 - 20:45

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeJeu 27 Sep 2018 - 22:13

Citation :
26 sept 2018

Le Commandant de la force de la MINUSCA fait le point des interventions sécuritaires de la force et de la collaboration avec les FACA



Le Commandant de la Force de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), le Général de Corps d’armée Balla Kéita, a fait mercredi, au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission à Bangui, le point des dernières opérations sécuritaires de la Force, ainsi que de la collaboration avec les Force armées centrafricaines (FACA).

Dans un tour d’horizons des opérations, le Général Balla Kéita a souligné que dans le Nord-ouest, « l’opération "Mbaranga" lancée dans la zone de Paoua en collaboration avec les FACA a permis de chasser les éléments du Général Ahamat Bahar (MNLRC) et de Révolution Justice (RJ) d’Armel Sayo qui exerçaient des exactions sur la population. Aujourd’hui, 90% des personnes qui avaient fui leur village sont rentrées », a fait valoir le Général Kéita. Au sud-ouest, l’opération "Jinjet" a aussi permis de stopper la progression du groupe Siriri, désormais retranché vers Dilakpoko et le long de la frontière camerounaise. A l’Est, l’opération baptisée Mbamara a permis de neutraliser des leaders des groupes armés actifs a’ Bangassou dans ses environs. La situation est globalement calme au centre, notamment à Bambari, grâce à l’opération OUAKA en cours. Le déploiement d’une centaine de Forces de sécurités intérieures (FSI), lesquels participent à la sécurisation de la ville aux côtés des Casques bleus contribuer à l’améliorer de la situation sécuritaire dans cette zone. « Bientôt, un détachement des FACA y sera déployés », dit le Général Kéita, rappelant que Bambari a atteint actuellement le niveau de cohésion sociale le plus élevé depuis le début de la crise.

Selon le Commandant de la Force, la situation sécuritaire s’améliore progressivement dans le pays, en dépit de quelques foyers de tension, mais les Casques bleus appuyés par les FACA et les Forces de sécurité intérieure (FSI) continuent leurs efforts en vue de ramener la paix en Centrafrique.

En ce qui concerne la collaboration avec les FACA, le Commandant de la Force a déclaré : « nous sommes en train de mener plusieurs opérations sur le terrain avec les FACA ; ils connaissent le terrain mieux que nous, ils nous aident beaucoup », rappelant que les deux Forces collaborent dans diverses opérations, notamment à Obo (Est), Bangassou (Sud-est), Sibut/Dekoa (Centre), Paoua (Nord-ouest) et bientôt Bambari (Centre). « les actions sont menées conjointement ; nous les appuyons sur des aspects logistiques (…) nous menons des patrouilles de courtes ou de longues distances et avons établi des Etats-majors conjoints afin de travailler ensemble et efficacement », a-t-il expliqué.

La conférence de presse a aussi permis au Commandant de la Force de rappeler que la solution durable à la crise centrafricaine n’est pas militaire mais politique (…) Nous avons beaucoup d’espoirs ; on est sur la bonne voie », a conclu le Commandant de la Force de la MINUSCA.

De son côté, la Porte-parole intérimaire de la MINUSCA, Uwolowulakana Ikavi-Gbétanou, a fait savoir que le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Parfait Onanga-Anyanga, se trouve actuellement à New York où il participe à la 73e Assemblée générale de l’ONU. Sur place, a-t-elle fait valoir, est prévue une rencontre de haut niveau en marge de l’Assemblée dédiée à la Centrafrique. Elle a rappelé que le Secrétaire-général Antonio Guterres s’est entretenu, le 23 septembre, avec le chef de l’Etat, Faustin Archange Touadéra sur le processus politique et la situation sécuritaire dans le pays.

En ce qui concerne les Droits de l’Homme, la Porte-parole souligné qu’en une semaine, la MINUSCA a documenté à travers le pays 32 incidents d’abus et de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ayant affecté au moins 63 victimes. Les préfectures les plus affectées sont la Haute-Kotto, le Mbomou, la Basse-Kotto, la Mambéré-Kadéï et l’Ouham-Pendé.

Autre action mentionnée, une descente robuste de la Police de la MINUSCA au camp de déplacés du PK3 à Bria (Est) pour libérer deux femmes séquestrées par un groupe armé et démanteler plusieurs structures servant de base, de cellule de détention illégale et d’état-major audit groupe. Des Armes et munitions ont été confisquées et deux suspects interpellés ». Autre intervention de la UNPol, l’arrestation, à Kaga-Bandoro, le 22 septembre 2018, d’un brandit de grand chemin surnommé ‘’le boucher’’ et recherché depuis des semaines pour nombre d’actes criminels, dont des braquages à mains armées, des attaques de domiciles et des enlèvements, séquestrations, extorsions de fonds et des vols de bœufs.

https://minusca.unmissions.org/le-commandant-de-la-force-de-la-minusca-fait-le-point-des-interventions-s%C3%A9curitaires-de-la-force-et
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeLun 8 Oct 2018 - 21:27

Citation :
8 oct 2018

La MINUSCA condamne les incidents au sud-ouest de la Centrafrique



La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) condamne les incidents survenus le 4 octobre dernier dans la localité de Sosso Nakombo, à 51 km au sud-ouest de Berberati (préfecture de la Mambéré Kadeï), au cours desquels trois citoyens chinois ont été tués.

Selon les premières informations, les trois victimes faisaient partie d’un groupe de six Chinois pris à partie par les habitants dans cette localité. Trois autres ont été blessés, dont l’un grièvement, et transférés à l’hôpital de la MINUSCA à Bangui. Les locaux et deux véhicules de la gendarmerie ont été brûlés par la foule lors de ces incidents.

La MINUSCA souligne que rien ne saurait justifier la justice populaire et que les auteurs de tels actes en seront tenus responsables individuellement et devront en répondre devant la loi. La Mission appelle la population à ne pas se laisser manipuler par les rumeurs et à refuser de suivre les instigateurs de telles violences. La MINUSCA rappelle que les autorités centrafricaines sont les seules institutions légitimes pouvant enquêter sur des incidents comme celui de Sosso Nakombo et exprime sa disponibilité à les soutenir, notamment à travers la Police de la Mission.

Dans le cadre de l’enquête, les forces de sécurité intérieure (FSI), appuyées par la MINUSCA, ont d’ores et déjà appréhendé 13 personnes. L’enquête des FSI se poursuit avec le soutien de la Mission, notamment par le biais de sa composante Police.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-condamne-les-incidents-au-sud-ouest-de-la-centrafrique
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeJeu 11 Oct 2018 - 20:53

Revenir en haut Aller en bas
General Dlimi
Lt-colonel
Lt-colonel
General Dlimi

messages : 1384
Inscrit le : 17/07/2010
Localisation : Sahara
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena11Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena31
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeSam 13 Oct 2018 - 17:34

On devrait mettre en avant le rôle des militaires marocains dans la protection des musulmans de Centrafrique qui sont entrain de se faire exterminer par les chrétiens animistes.
Les marocains sont le seul rempart de protection et ils n'hésitent pas à tout faire pour empécher qu'on approche les musulmans, les chrétiens s'en plaignent tout le temps que les marocains sont là pour les musulmans en Centrafrique.
C'est un rôle très noble de nos soldats qu'on devrait mettre à la lumière.

Si on pouvait faire un documentaire dessus ou des articles pour rendre hommage aux soldats marocains dans ce conflit.
Revenir en haut Aller en bas
General Dlimi
Lt-colonel
Lt-colonel
General Dlimi

messages : 1384
Inscrit le : 17/07/2010
Localisation : Sahara
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena11Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena31
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeSam 13 Oct 2018 - 17:36

Ce reportage en parle des militaires marocains qui protègent les musulmans contrairement aux autres
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeSam 13 Oct 2018 - 20:14

Citation :
12 oct 2018

La MINUSCA condamne fermement l’attaque contre les casques bleus dans le centre de la République centrafricaine



La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) condamne l’attaque perpétrée contre ses casques bleus, jeudi soir dans la ville de Bambari (centre de la République centrafricaine) et les menaces proférées par l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) à l’encontre de membres laïcs et religieux de différentes communautés de la société civile de Bambari.

Le 11 octobre vers 14 heures à Bambari, dans la préfecture de la Ouaka, les militaires de la MINUSCA, au cours d’une patrouille, ont désarmé sept combattants de l'UPC qui étaient illégalement en possession d’armes de guerres et des munitions. Une enquête a été initiée par la gendarmerie avec l’appui de la composante police de la MINUSCA.

Dans la soirée du jeudi 11 octobre, des combattants présumés de l'UPC ont tiré des coups de feu dans le quartier Adji à Bambari, suscitant la peur et un déplacement de populations déjà éprouvées. La MINUSCA a dépêché une patrouille sur les lieux qui a également été attaquée par les mêmes éléments armés. La Force a déployé des renforts et aucune victime n’est à déplorer.

Ces faits sont non seulement condamnables pénalement mais menacent gravement le processus de paix conduit sous l’égide de l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation en Centrafrique.

La MINUSCA continuera à travailler avec les autorités centrafricaines, et notamment avec les Forces Armées Centrafricaines (FACA) et les Forces Internes de Sécurité (FIS) déployés à Bambari, pour préserver son statut de « ville sans groupes armés » et garantir la sécurité de toutes les communautés dans la préfecture de la Ouaka.

La MINUSCA exhorte tous les groupes armés à mettre en œuvre les engagements pris dans le cadre du processus de paix actuel et à cesser toute violence contre les populations civiles. Elle rappelle que les auteurs d’attaques contre des civils seront arrêtés et traduits en justice.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-condamne-fermement-l%E2%80%99attaque-contre-les-casques-bleus-dans-le-centre-de-la-r%C3%A9publique
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeMar 16 Oct 2018 - 21:12

Citation :
15 oct 2018

La MINUSCA condamne la violence chronique contre les civils au centre de la République centrafricaine


La Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) condamne fermement les récentes attaques contre des civils dans la ville de Bria et sur l’axe Bria-Irabanda, dans la préfecture de la Haute Kotto, au cours desquelles au moins 30 personnes ont été tuées et quatre personnes blessées. Ces attaques inacceptables, dernières d’une série de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, ont été commises dans la Haute Kotto, au centre de la République centrafricaine (RCA) en août et septembre 2018.

Selon les enquêtes de la MINUSCA, ces crimes dont beaucoup pourraient constituer des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, sont imputables à la coalition ex-Seleka – le Mouvement pour l’Unité et la Paix en Centrafrique (UPC), le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) et le Rassemblement Patriotique pour le Renouveau de la Centrafrique (RPRC) - et aux anti-Balaka.

Les violations commises par ces groupes armés, notamment les meurtres, les atteintes à l’intégrité physique et mentale, les attaques contre les civils et des sites protégés comme les hôpitaux et les écoles ont forcé au moins 32.000 civils à se déplacer dans des familles et sur des sites d’accueil à Bria selon OCHA.

La MINUSCA tient à rappeler qu’elle ne ménagera aucun effort, en appui aux autorités centrafricaines, afin que les auteurs de ces crimes, leurs commanditaires et leurs complices soient poursuivis et traduits devant la justice car l’impunité est la cause principale de la récurrence des violences commises en RCA. Pour la Mission, la mémoire des nombreuses victimes de ces actes de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire exige une prise de responsabilité de la part de l’ensemble des acteurs de la crise centrafricaine pour qu’il soit mis fin auxdits actes et permettre au pays de s’arrimer à la paix et au développement.

La MINUSCA appelle donc l’UPC, le FPRC et le RPRC ainsi que les groupes anti-Balaka opérant dans la région à cesser immédiatement toutes les attaques contre la population civile et à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire.

La MINUSCA continuera à soutenir les efforts des autorités centrafricaines pour rétablir la sécurité dans la préfecture de la Haute Kotto et sur tout le territoire de la RCA et faciliter le retour des personnes déplacées et des réfugiés.

L’enquête de la MINUSCA a été menée par sa Division des Droits de l’Homme (DDH), conformément à la résolution 2387 du Conseil de Sécurité du 15 novembre 2017 qui donne mandat à la Mission de « Surveiller les violations du droit international humanitaire et les atteintes aux droits de l’homme commises sur l’ensemble du territoire de la République centrafricaine, concourir aux enquêtes et faire rapport publiquement au Conseil de sécurité à ce sujet ».

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-condamne-la-violence-chronique-contre-les-civils-au-centre-de-la-r%C3%A9publique
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeVen 19 Oct 2018 - 21:40

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeMer 31 Oct 2018 - 20:44

Citation :
31 oct 2018

La MINUSCA et les FACA lancent des patrouilles conjointes à Bambari



La Force de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) MINUSCA et les Forces armées centrafricaines (FACA) mènent depuis lundi 29 octobre 2018, des patrouilles conjointes à Bambari, dans la préfecture de la Ouaka (centre). « Les militaires des deux institutions ont patrouillé à Kidjigra, Lapago, Bbornou, Adji et Sangharis et l’initiative a été bien accueillie par les populations. Le commandant du détachement des FACA a visité le marché central, qui a réouvert ses portes quatre ans après, et a échangé avec des marchands », a souligné le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro.


Au cours de la conférence de presse hebdomadaire, le porte-parole a précisé qu’outre l’extension de l’autorité de l’Etat, le déploiement progressif et coordonné des FACA ainsi que des forces de sécurité intérieure (FSI) vise à contribuer à la protection des populations civiles. "Dans ce sens, la Mission réitère son appui aux autorités et dénonce les tirs sporadiques par des individus armés présumés de l’UPC » alors que débutaient ces patrouilles conjointes, a-t-il dit. Il a rappelé le déploiement récent des FACA et les opérations conjointes avec la MINUSCA dans d’autres zones comme Paoua, Bangassou, Sibut ou Obo.

De même, le processus de recrutement des 1023 recrues des FACA, qui se déroulera du 5 au 14 novembre 2018, a été abordé, en particulier le soutien technique, logistique et matériel de la MINUSCA, « notamment dans la formation des équipes de recrutement et leur déploiement dans les préfectures ainsi que dans le domaine de la sensibilisation et de la communication ». Le porte-parole a par ailleurs condamné la perturbation, par une vingtaine d’éléments du FPRC, d’une activité liée à ce processus dans la mairie de Ndélé, préfecture de Bamingui-Bangoran. « La MINUSCA a renforcé ses patrouilles dans la zone tandis que la Police de la Mission enquête sur cet incident », a-t-il dit.

Le porte-parole a en outre rappellé la résolution 2387 du Conseil de sécurité qui « demande aux autorités centrafricaines d’appliquer la politique de nationale de sécurité et la stratégie nationale pour la réforme du secteur de la sécurité afin de se doter de forces de défense nationale et de sécurité intérieure professionnelles, ethniquement représentatives et régionalement équilibrées, notamment grâce à l’adoption et l’application de procédures appropriées de vérification préalable, notamment du respect des droits de l’homme, pour tout le personnel de défense et de sécurité, ainsi que de mesures permettant d’intégrer des éléments des groupes armés qui répondent à des critères rigoureux de sélection et de vérification préalable ».



Le projet de réduction de la violence communautaire (CVR) à Bangui et à Bouar a également été souligné lors de la conférence de presse. Dans la capitale, la formation des 785 bénéficiaires a débuté et se déroulera pendant une période de trois mois dans diverses filières parmi lesquelles le commerce, la menuiserie, la mécanique et l’élevage. A Bouar, l'équipe intégrée DDR/UNOPS a mené une opération de collecte d'armes dans la ville de Bouar avec le soutien de la Force, permettant la récupération de 1.191 armes de chasse, 447 cartouches de différents calibres et 29 grenades, entre autres”.

Pour sa part, le porte-parole de la Force de la MINUSCA, Major Mohamed Ouabed, a indiqué que la situation sécuritaire est généralement calme à travers tout le territoire national. « La Force de la MINUSCA, en collaboration avec la police de la Mission, les FACA et les forces de sécurité intérieure poursuit ses efforts pour renforcer la protection de la population civile et pour l’épargner de toute menace », a souligné le porte-parole militaire.

De son côté, le porte-parole de la composante police de la MINUSCA, Capitaine Franck Gnapié, a déclaré qu’à Bria, plusieurs cas de menaces de mort par des groupes armés ont été enregistrés dans les camp de déplacés internes de la ville. "La Police de la MINUSCA s’est mise en position d’alerte et accentue les patrouilles dans la ville et surtout dans les camps de déplacés pour maintenir le calme". En outre, poursuit-il, « 10 personnes qui avaient été remises à la police de la MINUSCA par les FSI de la ville ont été transférées à Bangui le 23 octobre 2018, pour être remises aux autorités judiciaires centrafricaines. Quatre autres avaient été relaxées sur place à Bria sur instructions des autorités judiciaires pour manque de preuves ».

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-et-les-faca-lancent-des-patrouilles-conjointes-%C3%A0-bambari
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeJeu 1 Nov 2018 - 21:24

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeJeu 1 Nov 2018 - 22:00

Citation :
Centrafrique : la ville de Bambari perturbée par des tirs à l’arme lourde

Publié le jeudi 1 novembre 2018 | Xinhua

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 9f15
© AFP par PACOME PABANDJI
Un membre de l`ancienne rébellion Seleka pose avec son arme à Bambari, en mai 2015.


Des tirs d'armes lourdes et automatiques ont contraint ce mercredi en milieu de matinée les habitants de la ville centrafricaine de Bambari (centre) à rester chez eux, ceux qui étaient dans la zone des tirs ont rejoint les quartiers paisibles, a appris Xinhua mercredi d'une source locale.

D'après cette source, ces tirs ont été entendus ce mercredi dans les quartiers du nord de la ville, obligeant les casques bleus de la mission onusienne MINUSCA et les militaires des forces armés centrafricaines (FACA) à se déporter de ce côté, pour repousser les assaillants. Jusque-là, aucun bilan n'est disponible.

Le maire de la ville, Abel Matchipata, interrogé ce mercredi sur les faits, s'est étonné surtout de la motivation de l'agression. Il se réjouissait pourtant de la réouverture lundi du marché centrale de la ville, occasion qui a suscité beaucoup d'engouement de nombreux commerçants et clients.

Il a regretté que les groupes armés aient de la peine à se conformer au projet du gouvernement et de la communauté internationale, voulant faire de Bambari "une ville sans arme et sans groupes armés".

Après que le gouvernement et la MINUSCA aient chassé en janvier 2017 le chef rebelle Ali Darassa, patron du mouvement dénommé Union pour la paix en Centrafrique (UPC), ils ont choisi de célébrer dans la ville en différé la Journée mondiale de l'alimentation les 15, 16 et 17 novembre prochain.

Pour cela, des opérations de déguerpissement des populations des sites des déplacés internes ont eu lieu. Aussi, la réhabilitation des édifices publics et administrations est en cours, sous la protection des militaires des FACA, que les habitants avaient exigé comme condition sine qua non de leur retour dans leur lieu de résidence d'avant la crise.

Actuellement, casques bleus et FACA effectuent des patrouilles conjointes à Bambari et tiennent des check-points afin d'assurer la sécurité des habitants de la ville.

http://news.abangui.com/h/65834.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeMer 7 Nov 2018 - 21:47

Citation :
7 nov 2018

Les Nations Unies alertent sur le drame humanitaire à Batangafo suite aux affrontements entre groupes armés



La Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général, Coordonnateur résident et Coordonnateur humanitaire, Najat Rochdi, a dénoncé mercredi le drame humanitaire « inacceptable » qui sévit actuellement à Batangafo, préfecture de l’Ouham (nord-ouest de la République centrafricaine), où les 30.000 déplacés ont tout perdu suite aux violences et pillages. Des affrontements ont éclaté le 31 octobre 2018 à Batangafo entre des anti-Balakas et des ex-Seleka du FPRC/MPC suite à des incidents isolés opposant des éléments des deux camps.

« Le niveau de désolation est inacceptable. Pourquoi faire ça ? », s’est interrogée Najat Rochdi, qui s’était rendue dans cette localité le 4 novembre, en compagnie du PAM, de l’OMS, du HCR, de l’UNICEF et d’OCHA. « J’ai été témoin de la situation d'urgence créée par ces attaques. L'incendie a détruit plus de 5.100 abris ainsi que le marché et a causé un déplacement d’approximativement 30.000 personnes vers l'hôpital, l'orphelinat de Bercail, les zones périphériques et dans la brousse », a-t-elle ajouté, lors de la conférence hebdomadaire de la MINUSCA.

La Représentante spéciale adjointe, Coordonnateur résident et Coordonnateur humanitaire a indiqué que malgré les besoins énormes et multisectoriels, la distribution de l’aide a commencé notamment des médicaments et des aliments, tout en rendant hommage aux acteurs humanitaires qui sont restés à Batangafo « malgré les pressions ». « On ne va pas abandonner », a-t-elle renchéri.

Concernant les violences, la Représentante spéciale adjointe a indiqué que la MINUSCA a envoyé des renforts à Batangafo, qui sont « indispensables pour la protection des populations civiles ». Dans le même temps, elle s’est interrogée sur l’accord local de paix signé entre ex-Selekas et anti-Balakas mais qui sont impliqués dans ces violences. « Il est devenu quoi cet accord entre les groupes armés, ces mêmes groupes armés qui ont attaqué. Il faut leur demander des comptes. On ne peut pas dire, d’un côté, qu’on s’engage dans le processus de dialogue et de paix et, de l’autre côté, attaquer la population », a martelé la Représentante spéciale adjointe.

Pour sa part, le porte-parole de la Mission, Vladimir Monteiro, a indiqué qu’en plus de Batangafo, où des soldats de la paix ont été envoyés, la MINUSCA poursuit les patrouilles à Bambari, malgré les tirs par les ex-Seleka de l’UPC. Il a rappelé que les casques bleus ne visent aucun civil ni aucune communauté en particulier contrairement aux manipulations des ex-Seleka. Le porte-parole a également fait une mise au point, soulignant qu’aucun Etat membre n’a fait pression pour le retrait de la MINUSCA, qui bénéficie du plein soutien du Conseil de sécurité.

https://minusca.unmissions.org/les-nations-unies-alertent-sur-le-drame-humanitaire-%C3%A0-batangafo-suite-aux-affrontements-entre
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeVen 16 Nov 2018 - 21:38

Citation :
Le mandat de la mission des Nations unies en Centrafrique prolongé d’un mois seulement

Posté dans Afrique, Diplomatie par Laurent Lagneau Le 16-11-2018


Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 1232

Normalement, le 15 novembre, le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation de la République centrafricaine [MINUSCA] aurait dû être prolongé d’un an supplémentaire par le Conseil de sécurité de l’ONU. Mais c’était sans compter sur les différends entre Paris et Moscou au sujet de ce dossier.

Depuis qu’elle a été autorisée à livrer à Bangui, l’an passé, la Russie a cherché à renforcer significativement son influence à Bangui, avec la présence de 170 instructeurs militaires « civils », lesquels ne se contentent pas de seulement faire de la formation puisque, selon un rapport du groupe d’experts des Nations unies, ils escorteraient des convois et fourniraient un « appui opérationnel » aux Forces armées centrafricaines [FACa] face aux groupes armés qui sévissent encore dans le pays.

Ces derniers mois, Moscou et Bangui ont par ailleurs convenu de renforcer leurs relations militaires et la partie russe a obtenu de la part de son homologue centrafricaine des contrats de prospection ainsi que des concessions minières pour ses entreprises, dont Lobaye Invest, une filiale d’un groupe fondé par un proche de M. Poutine, à savoir Evguéni Prigojine, également actionnaire de la société militaire privée [SMP] Wagner, dont la présence à Sibut a été évoquée durant l’été dernier après l’assassinat de trois journalistes russes qui enquêtaient sur ses activités en Centrafrique.

Dans le même temps, la Russie a lancé sa propre médiation entre les autorités centrafricaines et les groupes armés, pour la plupart issus de l’ex-rébellion rebelle de la Séléka, à Khartoum [Soudan]. Une démarche critiquée par la France.

« Je ne connais qu’une seule initiative : celle des Africains eux-mêmes. Je ne connais qu’un seul interlocuteur, c’est l’Union africaine. […] Alors, si la Russie a pensé utile de faire autre chose, il faut qu’elle le dise publiquement et qu’elle le dise à l’Union africaine et aux Nations unies. Elle ne l’a pas fait à ma connaissance. Donc, ça n’existe pas », avait ainsi affirmé Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, lors d’un voyage à Bangui, où il annonça la livraison de 1.400 fusils d’assaut aux FACa ainsi qu’une aide de 24 millions d’euros pour payer les fonctionnaires centrafricains et financer des projets de développement.

« La Centrafrique n’est pas un terrain de jeu. Ce n’est pas un terrain de compétition. Le seul sujet qui doit préoccuper ceux qui veulent s’occuper de Centrafrique, c’est […] la sécurité de ce pays et son développement, et non pas utiliser potentiellement les difficultés de ce peuple et de ce pays pour s’implanter dans un continent où il y aurait des ambitions voilées », avait également dénoncé le chef de la diplomatie française.

À l’occasion du renouvellement du mandat de la MINUSCA, la France souhaitait faire adopter une résolution visant à renforcer l’appui des Casques bleus aux forces centrafricaines et à préciser que l’initiative de l’Union africaine [UA] devait être le « seul cadre » possible pour trouver un accord de paix en Centrafrique.

Évidemment, la Russie s’y est opposée. « C’est une espèce de jalousie que nous sommes en train de voir. […] Les efforts déployés à Khartoum ne contredisent pas l’initiative africaine », avait valoir auprès de l’AFP, Dmitry Polyanskiy, l’ambassadeur adjoint de la Russie à l’ONU. « Nous n’aimons pas le projet actuel », avait-il insisté.

D’où l’adoption d’une courte résolution, le 15 novembre, afin de prolonger le mandant de la MINUSCA pour un mois de plus seulement. Selon la partie française, cette « prolongation technique » répond à la demande de l’un des membres du Conseil de sécurité, lequel doit « effectuer les démarches requises par sa législation interne pour pouvoir voter le projet de résolution discuté au cours des dernières semaines. »

Cette demande a été faite par les États-Unis puisque ces derniers ont remercié la France de leur avoir accordé « ce délai supplémentaire », tout en « se réjouissant d’œuvrer à l’élaboration de ce nouveau mandat. »

La France souhaitait inclure dans son projet de résolution initial « un certain nombre d’éléments importants pour le soutien que la MINUSCA pourrait apporter aux autorités centrafricaines dans leurs efforts en faveur de la paix et de la réconciliation dans le pays ».

Mais la diplomatie américaine y aurait été réticente étant donné que sa priorité est de chercher à rationaliser et à rendre plus efficaces les opérations de maintien de la paix [OMP] de l’ONU.
Aussi, pour Washington, selon des explications données par des diplomates à l’AFP, « tout soutien logistique fourni par la MINUSCA ne devrait pas entraîner de dépenses supplémentaires. »

http://www.opex360.com/2018/11/16/le-mandat-de-la-mission-des-nations-unies-en-centrafrique-prolonge-dun-mois-seulement/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeSam 17 Nov 2018 - 21:35

RIP Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_sal
Citation :
17 nov 2018

La MINUSCA perd un casque bleu lors d’une attaque au sud-est de la Centrafrique



Le poste militaire de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) dans le village de Gbambia, à 112 km au nord-ouest de Berberati (préfecture de Mambéré-Kadeï) a été la cible d’une attaque par des présumés éléments du groupe Siriri, dans la nuit de vendredi. Un casque bleu de la Mission, de nationalité Tanzanienne, a été blessé avant de succomber à ses blessures.

La MINUSCA a envoyé des soldats de la paix en renfort pour sécuriser le poste militaire ainsi que le village qui a également été ciblé par les assaillants, qui se sont enfuis.

La MINUSCA condamne avec la plus grande fermeté cette attaque et rappelle que toute atteinte à la vie d’un soldat de la paix peut être considérée comme un crime de guerre et passible de poursuites par la justice nationale ou internationale.

Le Représentant spécial du Secrétaire général en République centrafricaine et chef de la MINUSCA, Parfait Onanga-Anyanga, exprime ses condoléances à la famille du casque bleu, à son contingent et au Gouvernement de la Tanzanie.

https://minusca.unmissions.org/%E2%80%AAla-minusca-perd-un-casque-bleu-lors-d%E2%80%99une-attaque-au-sud-est-de-la-centrafrique-%E2%80%AC
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeJeu 22 Nov 2018 - 21:34




Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeVen 23 Nov 2018 - 22:04



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeVen 30 Nov 2018 - 23:05

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeJeu 3 Jan 2019 - 17:41



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeJeu 3 Jan 2019 - 23:05

Citation :
Les groupes armés centrafricains s’approvisionnent en armes et en munitions au Soudan

Posté dans Afrique par Laurent Lagneau Le 03-01-2019


Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 13a10c43

Lors d’un déplacement à Bangui, en décembre, la ministre française des Armées, Florence Parly, avait déclaré que Paris ne voyait « aucun obstacle de principe » pour lever définitivement l’embargo sur les armes décrété par les Nations unies. « Ce qui est important c’est que ces armes, dès lors qu’elles seront livrées aux forces armées centrafricaines, puissent être identifiées, stockées et tracées », avait-elle souligné.

En effet, la question d’une levée de cet embargo se pose étant donné que les différents groupes armés centrafricains, issus pour l’essentiel de l’ex-coalition rebelle de la Séléka, n’ont apparemment aucune difficulté pour se procurer des armes.

En outre, s’ils affirment, la main sur le coeur, qu’ils sont prêts à négocier un accord de paix avec le gouvernement centrafricain, ces mêmes groupes se gardent de mettre en oeuvre la « moindre mesure concrète sur la voie du désarmement », souligne ainsi le dernier rapport du groupe d’experts des Nations unies sur la Centrafrique.

« Les chefs de l’ex-Séléka manifestent une opposition de plus en plus farouche au Gouvernement dans le contexte du redéploiement des Forces armées centrafricaines (FACA) dans leurs zones d’influence. Ils estiment que le redéploiement dans ces zones ne devrait avoir lieu qu’après signature d’un accord global », est-il expliqué dans le document.

En effet, ces groupes armés, qui continuent de semer le chaos et la désolation, n’ont nullement l’intention de voir leurs « intérêts économiques contrariés de quelque manière que ce soit » et de se retirer de régions où ils peuvent profiter de la manne que constitue l’exploitation des ressources naturelles.

Aussi, avance le rapport, « soucieux de consolider leur position militaire en prélude au dialogue et de se préparer à d’éventuels affrontements avec les forces nationales de défense et de sécurité, les groupes de l’ex-Séléka ont continué de se procurer des armes. »

Pour cela, ces groupes armés ne manquent pas de moyens. La production de pierres précieuses en est un exemple. Entre janvier et septembre 2018, la Centrafrique a exporté 9.228 carats de diamants bruts provenant de cinq sous-préfectures déclarées conformes dans le cadre du Processus de Kimberley [mis en place en 2003 pour mettre un terme au commerce international des « diamants du sang », ndlr]. Or, selon une étude réalisée en 2017, la production annuelle du pays est évaluée à 330.00 carats… Il n’est guère difficile de comprendre où va la différence…

Ainsi, parmi les groupes issue de l’ex-Séléka, le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique [FPRC, du chef de guerre Nourredine Adam] et l’Union pour la Paix en Centrafrique [UPC, dirigé par Ali Darrass] vont se fournir en armes au Soudan.

« Devant l’intensification de l’entraînement, du réarmement et du déploiement des FACA et des forces de sécurité intérieures, et faute d’un accord politique déterminant les conditions de l’intégration des groupes armés aux forces de défense et de sécurité nationales, l’ex-Séléka considère qu’elle doit continuer de renforcer ses propres moyens militaires », explique le rapport des experts de l’ONU.

Et ces derniers ont donc constaté un « afflux d’armes en provenance du Soudan ». Et, depuis janvier 2018, « il est de plus en plus fréquent de voir des combattants de l’UPC et du FPRC armés de pistolets et de fusils d’assaut de type AK, ainsi que de lance-roquettes et de mitrailleuses montés sur leurs véhicules », avancent-ils.

Cadre militaire du FPRC, Abdoulaye Hissène, par ailleurs jugé par contumace à Bangui en juillet dernier, joue un rôle essentiel dans cet approvisionnement en armes, lesquelles viennent du Darfour.

« Les trafiquants soudanais ont profité de la campagne de collecte d’armes du Gouvernement soudanais au Darfour pour amasser les armes et les munitions de combattants soudanais et les revendre à l’ex-Séléka. Le Groupe d’experts a appris qu’en avril 2018, l’UPC avait, à travers Abdoulaye Hissène, conclu un marché pour se procurer des armes soudanaises, dont 200 fusils d’assaut de type AK, six mitrailleuses et 25.000 cartouches », lit-on dans le rapport.

Pour des mitrailleuses [le nombre n’est pas précisé, ndlr] et cinq camionnettes à plateau armées, l’UPC aurait ainsi déboursé une avance de 77.500 dollars et lui resterait encore 87.000 dollars à verser.

Dans un précédent rapport, le Groupe d’experts avait évoqué le rôle tenu par un certain Moussa Assimeh pour le recrutement et l’entrée en Centrafrique de combattants et d’armes en provenance du Soudan, pour le compte du FPRC. Or, ce même Moussa Assimeh « se serait trouvé à Bambari en avril 2018 pour livrer le matériel et recevoir le règlement de son marché avec l’UPC », indique le document, lequel cite aussi le nom de « Musa Hilal », un chef de milice arabe « notoire » au Darfour qui serait « des principaux
fournisseurs d’armes en provenance du Soudan ».

L’ironie de cette affaire est que la capitale soudanaise, Khartoum, a accueilli des pourparlers de paix entre certains groupes armés et le gouvernement centrafricain, dans le cadre d’une médiation russe…

http://www.opex360.com/2019/01/03/les-groupes-armes-centrafricains-sapprovisionnent-en-armes-et-en-munitions-au-soudan/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeSam 5 Jan 2019 - 18:43

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 13a10d36
Les éléments FPRC proche de la Séléka dans une région sous leur contrôle

Bakouma : Les autorités administratives et locales sommées par le FPRC de quitter la ville

vendredi 4 janvier 2019 12:47


Le FPRC a sommé les autorités administratives et locales de Bakouma à quitter la ville. L'instruction a été donnée par le chef d'état-major du FPRC Abdoulaye Issène lors des discussions avec la mission de bon office sur Bakouma. Abdoulaye Issène évoque lui, le non respect des accords signés avec Bangui.

Cet ultimatum est lancé 4 jours après la prise de contrôle de la ville. Les autorités administratives et locales sont à l'extérieure de la ville où les discussions sont en train d'être menées entre elles, la Minusca et le FPRC au moment où nous mettons sous presse cette information.

Par cette sommation, le FPRC passe à une vitesse supérieure après l'occupation de la ville où des morts, pillages des biens et greniers et vagues de déplacés sont enregistrés. "Bakouma enregistre des pillages des biens et des greniers de la population. A cela s'ajoute la violation du droit humanitaire international à l'exemple du véhicule de l'ONG Médecin d'Afrique pillé dès l'entrée du FPRC à Bakouma" a rapporté le maire Sylvain Ngoualima.

La Minusca qui dispose d'une présence militaire à Bangassou non loin de Bakouma dit renforcer sa présence avec les FACA. "La délégation a déjà rencontré le chef du FPRC surplace pour justement passer le message comme quoi, ils doivent quitter la ville sans délai. Donc la mission a déjà renforcé son effectif avec les FACA et les casques bleus. Notre action sur le terrain a une forte connotation de protection des civils " a rapporté Mme Ikavi Gbetanou, porte-parole adjointe de la Minusca.

Certaines sources proches du dossier parlent du refus catégorique des belligérants à dialoguer. Depuis l'occupation de Bakouma, Bangui n'a toujours pas encore réagi, encore moins la classe politique et la société civile donnant à cette montée de violence un "sentiment d'une crise silencieuse ou oubliée" a lâché le notable de Bakouma.

Le FPRC de Nouredine Adam représente l'aile dure de la Séléka jusque là hostile au processus DDRR amorcé depuis la transition et poursuivi par Faustin Archange Touadera. Présent à Khartoum dans le cadre de l'initiative russe, le FPRC fait parler de lui à travers l'incursion à Bakouma où se trouve d'importants gisements d'uranium.

https://www.radiondekeluka.org/actualites/securite/32970-bakouma-les-autorites-administratives-et-locales-sommees-par-le-fprc-de-quitter-la-ville.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeDim 6 Jan 2019 - 17:18

Citation :
Des combats entre les forces armées centrafricaines et des groupes armés de l’ex-Séléka signalés près d’une ville minière

Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 06-01-2019


Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 13a969

En 2018, des unités des Forces armées centrafricaines [FACa], le plus souvent accompagnées par des instructeurs russes, ont été redéployées dans plusieurs localités du pays afin de contrer les groupes armés issus de l’ex-coalition rebelle de la Séléka et les mouvements anti-balaka.

Évidemment, ces derniers voient d’un très mauvais oeil l’arrivée des FACa dans la mesure où, explique le dernier rapport du groupe d’experts des Nations unies sur la Centrafrique, ils n’ont nullement envie de voir leur « intérêts économiques [être] contrariés de quelque manière que ce soit » et de se « retirer de régions où ils peuvent profiter de la manne que constitue l’exploitation des ressources naturelles. »

Tel est le cas à Bakouma, ville minière connue pour ses gisements d’uranium, située à une centaine de kilomètres de Bangassou, le chef-lieu de la préfecture du Mbomou, dans le sud-est de la Centrafrique. Depuis le 31 décembre, des combats ont éclaté entre les FACa et deux groupes armés issus de la Séléka, à savoir le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique [FPRC] et l’Union pour la paix en Centrafrique [UPC].

Alors qu’ils n’ont pas toujours entretenu de bonnes relations par le passé, l’UPC et le FPRC ont attaqué Bakouma, ce qui a contraint les FACa et les Casques bleus de la MINUSCA [Mission des Nations unies pour la République centrafricaine] à intervenir. Et cela, alors que les routes entre cette localité et Bangassou sont quasiment inexistantes.

Mais, visiblement, les deux groupes rebelles, qui ont « pillé et incendié » des maisons, selon Sylvain Ngwalima, le maire de Bakouma, ont pris le dessus pour le moment. « On a dégagé les FACa qui sont au niveau de Bakouma », a en effet affirmé, auprès de l’AFP, un membre de l’état-major du FPRC, dont les intentions étaient a priori connues.

Un rapport interne de l’ONU, cité par l’AFP, avait en effet souligné que le FPRC envisageait « d’établir une base permanente à Bangassou pour nettoyer la zone des éléments antibalaka et des Faca, après avoir affirmé qu’ils harcelaient la population locale. »

« Nous avons alerté les autorités de Bangui pour éviter l’attaque de Bakouma. Aucune autorité n’a prêté attention à nos messages. C’est toute une ville qui est abandonnée à l’ennemi », a confirmé Gabin Dieudonné Mbolifouefele, député de Bakouma.

Malgré l’embargo décrété par les Nations unies, les groupes issus de l’ex-Séléka n’ont eu aucune difficulté à s’approvisionner en armes et en munitions. Disposant de moyens importants grâce à la prédation des ressources naturelles exploitées dans les régions qu’ils contrôlent, le FPRC et l’UPC ont en effet pu renforcer leurs arsenaux auprès de trafiquants soudanais.

http://www.opex360.com/2019/01/06/des-combats-entre-les-forces-armees-centrafricaines-et-des-groupes-armes-de-lex-seleka-signales-pres-dune-ville-miniere/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeJeu 10 Jan 2019 - 19:16




Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28835
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitimeVen 11 Jan 2019 - 20:11

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 15a124
Le ministre de la Sécurité Publique quelques heures après les attaques de Bambari 10 janvier 2019


Bambari : L'heure du bilan et de réactions

vendredi 11 janvier 2019

 

Bambari retient son souffle après une nouvelle vague de violence du 10 janvier 2019. La célébration en différé des journées mondiale de la femme rurale et de l'alimentation a été perturbée par des hommes armés de l'UPC qui ont lancé plusieurs attaques dans la ville.

L'attaque du 10 janvier matin a été sans surprise, car l'organisation de ces journées à Bambari, soulevait déjà des interrogations concernant l'instabilité sécuritaire dans la ville avec la présence des hommes armés de l'UPC.

Les tirs nourris à l'arme lourde et légère qui ont secoué le centre de Bambari  a plongé la ville dans la panique et a ressuscité les vieux démons de la violence. Les affrontements ont provoqué la mort de 2 policiers centrafricains, 6 autres ont été grièvement blessés alors qu'on signale également de nombreuses pertes en vies humaines dans le camp des assaillants.

Pour le moment, la tension a baissé d'un cran mais des tirs sporadiques se font toujours entendre dans certains quartiers de la ville. La population prise de peur est restée, terrée à la maison.

Plusieurs délégations qui ont fait le déplacement de Bambari ont dû quitter la ville précipitamment dans la matinée et en début d'après-midi.

A Bangui, le gouvernement a annoncé la suspension de la célébration de ces journées en vue des "mesures qui s'imposent" selon son communiqué. Il demande par ailleurs à la Minusca d'agir conformément à son mandat et le conseil de sécurité de l'Onu à se saisir de la question en de prendre les mesures appropriées face à ces actes de violence.

https://www.radiondekeluka.org/actualites/securite/33005-bambari-l-heure-du-bilan-et-de-reactions.html  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 39 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris
Revenir en haut 
Page 39 sur 42Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40, 41, 42  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: