Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Update: La nouvelle Egypte de l´apres-révolte.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 23 ... 41, 42, 43
AuteurMessage
Adam
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2222
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume de tous les Marocains
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Update: La nouvelle Egypte de l´apres-révolte.   Lun 5 Mar 2018 - 14:41

The New York Times a écrit:

Need a North Korean Missile? Call the Cairo Embassy


CAIRO — On an island in the Suez Canal, a towering AK-47 rifle, its muzzle and bayonet pointed skyward, symbolizes one of Egypt’s most enduring alliances. Decades ago, North Korea presented it to Egypt to commemorate the 1973 war against Israel, when North Korean pilots fought and died on the Egyptian side.

But now the statue has come to signify another aspect of Egypt’s ties to North Korea: a furtive trade in illegal weapons that has upset President Abdel Fattah el-Sisi’s otherwise cozy relationship with the United States, set off a painful cut in military aid and drawn unremitting scrutiny from United Nations inspectors.

Egypt has purchased North Korean weapons and allowed North Korean diplomats to use their Cairo embassy as a base for military sales across the region, American and United Nations officials say. Those transactions earned vital hard cash for North Korea, but they violated international sanctions and drew the ire of Egypt’s main military patron, the United States, which cut or suspended $291 million in military aid in August.

Tensions may bubble up again in the coming weeks with the publication of a United Nations report that contains new information about the cargo of a rusty North Korean freighter intercepted off the coast of Egypt in 2016. The ship was carrying 30,000 rocket-propelled grenades worth an estimated $26 million.

The report, due to be released this month, identifies the customer for the weapons as an arm of the Arab Organization for Industrialization, Egypt’s main state weapons conglomerate. Mr. Sisi heads the committee that oversees the group.

Egypt has previously denied being the intended recipient of the weapons, or breaching international sanctions. In response to questions about the United Nations finding, the State Information Service said this past week: “The relevant Egyptian authorities have undertaken all the necessary measures in relation to the North Korean ship in full transparency and under the supervision” of United Nations officials.

After the Trump administration slashed aid last summer, Egyptian officials said they were cutting military ties to North Korea, reducing the size of its Cairo embassy and monitoring the activities of North Korean diplomats. The relationship with North Korea is “limited to representation, and there is almost no existing economic or other areas of cooperation,” Foreign Minister Sameh Shoukry said at a news conference with Secretary of State Rex W. Tillerson in Cairo last month.

But that diplomatic representation, in an embassy that doubles as a regional arms dealership, is the problem, American officials have said. In addition, Washington worries that North Korea, a longtime supplier of ballistic missile technology to Egypt, is still supplying missile parts, said Andrea Berger, a North Korea specialist at the Middlebury Institute of International Studies.

“Ballistic missile customers are the most concerning of North Korea’s partners and deserve the highest attention,” she said. “Egypt is one of those.”

The Embassy

North Korea’s largest embassy in the Middle East, an elegant, three-story Victorian building with a rusty brass plate over the entrance, sits on a leafy street on an island in the Nile. The embassy walls display photos of North Korea’s leader, Kim Jong-un, standing in a garden or strolling through a fish market. Its windows are usually shuttered, and security guards discourage passers-by from taking photos.

Like those of many North Korean outposts, the duties of the Cairo embassy extend well beyond diplomacy.

In Africa especially, North Korean diplomats have engaged in a wide variety of ruses and schemes to earn hard currency, United Nations investigators say. In South Africa and Mozambique, North Korean diplomats have been implicated in rhino poaching. In Namibia, North Koreans built giant statues and a munitions factory. In Angola, they trained the presidential guard in martial arts.

In Egypt, their business is weapons. United Nations inspectors and North Korean defectors say the Cairo embassy has become a bustling arms bazaar for covert sales of North Korean missiles and cut-price Soviet-era military hardware across a band of North Africa and the Middle East.

Shielded by diplomatic cover and front companies, North Korean officials have traveled to Sudan, which was then subject to an international trade embargo, to sell satellite-guided missiles, according to records obtained by the United Nations. Others flew to Syria, where North Korea has supplied items that could be used in the production of chemical weapons.

Inside the embassy, arms dealing goes right to the top. In November 2016, the United States and the United Nations sanctioned the ambassador, Pak Chun-il, describing him as an agent of North Korea’s largest arms company, the Korea Mining Development Trading Corporation.

At least five other North Korean officials based in Egypt, employed by state security or various arms fronts, have been sanctioned. One of them, Kim Song-chol, traveled to Khartoum in 2013 as part of a $6.8 million deal for the sale of 180 missiles and missile parts to Sudan.

According to this year’s sanctions report, Mr. Kim and another sanctioned official based in Cairo, Son Jong-hyok, continue to deal with Sudan’s state-controlled Military Industrial Corporation.

“An arms dealer with a diplomatic passport is still an arms dealer,” Samantha Power, the United States ambassador to the United Nations, told the Security Council in 2016.

The Ship

For weeks in the summer of 2016, American intelligence had covertly tracked the Jie Shun, the ship filled with rocket-propelled grenades that has become a focus of Cairo’s ties to North Korea. As it neared the Suez Canal in August, according to a Western diplomat familiar with the case, the Americans warned the Egyptians it might be carrying contraband, effectively forcing them to intervene.

The seizure was the largest interdiction of munitions since sanctions were imposed on North Korea in 2006 — a significant victory in the international effort, including an arms embargo and export restrictions, to force Kim Jong-un to abandon his nuclear weapons program.

For the next three months, with the Jie Shun impounded at Ain Sokhna port, a diplomatic tug-of-war played out. The Americans wanted to send officials to inspect the dilapidated freighter and its illicit cargo. North Korea sent a diplomat to negotiate its release.

The Egyptians refused both demands, but in November 2016 agreed to allow United Nations inspectors to board the ship. But by then, valuable information about the identity of the customer for the rockets, which had been hidden under mounds of iron ore, was missing. The North Korean crew had been sent home, which meant the inspectors could not interview them.

But one piece of evidence remained, in the form of a name stenciled on the rocket crates: “Al Sakr Factory for Developed Industries (AOI),” Egypt’s principal missile research and development company and a subsidiary of its sprawling state weapons conglomerate, the Arab Organization for Industrialization.

Mohamed Abdulrahman, the chairman of Al Sakr, did not respond to emailed questions about the shipment. In its statement, Egypt’s State Information Service said the measures taken by the country were “praised” by the United Nations’ sanctions committee, “which reiterated that the way Egypt dealt with this case is a model to be followed in similar situations.”

Secret Missile Cooperation

The Jie Shun shipment was a glaring example of how cash-starved North Korea has helped finance its nuclear program by hawking stocks of cheap, Soviet-era weapons to countries that developed a reliance on those systems during the Cold War, American officials and analysts say.

But it also pointed to an established smuggling route and an entrenched military-to-military trading relationship that American officials say has long been a conduit for ballistic missile technology.

Starting in the 1970s, Cairo and Pyongyang collaborated to extend the range and accuracy of Soviet Scud missiles, said Owen Sirrs, a former agent with the Defense Intelligence Agency. In the late 1990s, American officials worried that Egypt was trying to buy North Korea’s Nodong missile system, which has a range of about 800 miles.

“We were sending démarches to the Egyptians to say, ‘Knock it off — we’re sending you hundreds of F-16s, and you don’t need that North Korean crap,’” said Mr. Sirrs, who was based in Cairo at the time and now lectures at the University of Montana.

It is unclear if Egypt ever acquired the Nodong missiles. Although Cairo has spent billions on high-profile military purchases in recent years, including Russian fighter jets, French aircraft carriers and German submarines, it has been notably cagey about its offensive missile capabilities.

In 2013, a shipment of spare parts for Scud-B missiles, which have a shorter range than the Nodong, was intercepted in transit as it was shipped by air from the North Korean Embassy in Beijing to a military-controlled company in Cairo. The missile components had been labeled parts for fish-processing machinery.

Egypt denied that the military company had ordered the Scud parts.

Such missiles could strike Israel from deep inside Egyptian territory. They could also reach Ethiopia, with which Egypt has a simmering dispute over a new dam on the Nile.

The Politics of Sanctions Evasion

The Trump administration has scored some successes in its drive to isolate North Korea from its allies, notably with the Philippines and Singapore last fall. But Egypt, which receives $1.3 billion annually in American aid, has resisted Mr. Trump’s entreaties.

Egypt’s relationship with North Korea runs deep. President Hosni Mubarak was regularly feted in Pyongyang before his ouster in 2011. An Egyptian tycoon, Naguib Sawiris, built North Korea’s main cellphone network and invested in a bank there. Along with the AK-47 monument on the Suez Canal, North Korea built a large war museum in Cairo that is frequently visited by Egyptian schoolchildren.

Egypt’s military leaders are reluctant to cut those ties and lose access to Soviet-era weapons and ballistic missile systems, analysts say, a posture bolstered by their reflexive distaste for appearing to bow to American pressure. They may feel that, based on past experience, American criticism will eventually abate.

“They think they can evade the consequences,” said Andrew Miller of the Project on Middle East Democracy, who until last year worked on Egypt at the State Department. “That they are continuing to stonewall and obfuscate and pursue this course of action indicates they think they can get away with it, and whatever price will be imposed on them will be bearable.”

At the North Korean Embassy in Cairo, now under a new ambassador, business continues as usual. North Korean state media has said little about the ambassador, Ma Tong-hui, other than to note that his previous post was as head of a little-known government body in Pyongyang called the Disarmament and Peace Institute.

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 10373
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Update: La nouvelle Egypte de l´apres-révolte.   Mar 6 Mar 2018 - 15:58

http://fr.le360.ma/monde/pres-de-10-milliards-de-dollars-pour-un-mega-projet-saoudien-en-egypte-158681

Dans les fait, l'egypte va louer a long terme un bout de son territoire au sinai pour que les saoudiens y investissent dans des stations balnéaires...
pas sure que cela soit bien accepté en egypte après la cession des 2 îles...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24728
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Update: La nouvelle Egypte de l´apres-révolte.   Lun 12 Mar 2018 - 17:05

Citation :
Le retour de Moscou au Caire

12 mars 2018/ Stratégie et politique


Protecteur du régime égyptien de 1965 à 1971, le Kremlin cherche à se réimplanter en exploitant toutes les frustrations rencontrées par le maréchal Sissi dans sa relation militaire avec Washington.

Après la livraison des systèmes sol-air S-300VM l’année dernière, les premiers des 50 Mig-29 viennent d’arriver. Tout comme les premiers exemplaires des 46 hélicoptères lourds Kamov-52 navalisés, destinés à équiper les bâtiments amphibies «Gamal Nasser» et «Anwar el-Sadat» en Méditerranée et en mer Rouge. Pour autant, l’Egypte cherche à réduire ses dépendances en multipliant ses fournisseurs : Gowind, Rafale, Mistral français, sous-marins allemands Type 209, et corvette sud-coréenne de classe Pohang de seconde main. Mais l’enjeu pour Moscou va bien au-delà des considérations commerciales.

Si la Russie s’est rapprochée du Liban, et négocie actuellement avec le Soudan et la Libye des implantations navales et militaires lui permettant de s’implanter tant en Méditerranée, en mer Rouge, que dans la BSS, l’Egypte s’avère être, aux yeux des stratèges russes, un partenaire beaucoup plus stable à long terme. Et pour sécuriser sa position, la Russie s’emploie à satisfaire le souhait des forces armées égyptiennes à doter ses trois armes de nouvelles capacités.

En échange de l’utilisation des bases aériennes égyptiennes, les militaires russes ont non seulement initié leur partenaire aux parachutages stratégiques en octobre 2016 et septembre 2017 ; mais ils entraînent également les forces spéciales égyptiennes aux opérations antiterroristes dans le Sinaï.

Le parachutage des commandos russes derrière les lignes de l’Etat islamique à Raqqa et Homs, et ce juste après un tir de saturation des LRME Smerch sur les positions djihadistes grâce à la désignation des KA-52, a fortement impressionné la présidence égyptienne. Celle-ci ne songerait plus désormais qu’à se doter d’une capacité aéronavale d’action en profondeur. Quitte à ouvrir la majeure partie de ses bases militaires aux forces russes. De l’Algérie à la mer Noire, la Russie veut désormais exercer un contrôle sur les détroits.

https://www.ttu.fr/retour-de-moscou-caire/
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6947
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Update: La nouvelle Egypte de l´apres-révolte.   Ven 30 Mar 2018 - 8:38

Citation :

Égypte: Sissi réélu avec plus de 90% des voix, selon les premières estimations


afp , le 29/03/2018 à 12h24


Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le 11 décembre 2017 lors d'une conférence de presse au Caire / AFP/Archives


Abdel Fattah Al-Sissi a été réélu président de l'Egypte avec plus de 90% des voix, selon les premières estimations publiées jeudi par la presse d'Etat, lors d'un scrutin sans surprise dont l'unique véritable enjeu était le taux de participation, estimé à environ 40%.

Les résultats officiels seront proclamés lundi.

Selon le quotidien Al-Ahram, M. Sissi a obtenu 92% des voix, représentant quelque 23 millions d'électeurs. Le quotidien d'Etat Akhbar al-Youm et l'agence officielle Mena fournissent des chiffres similaires.

Selon Al-Ahram, 25 millions d'électeurs se sont rendus aux urnes, sur près de 60 millions de personnes inscrites sur les listes.

Elu avec 96,9% des voix en 2014, le président Sissi était assuré de sa réélection lors de ce nouveau scrutin qui s'est tenu de lundi à mercredi face à un seul adversaire, Moussa Mostafa Moussa.

Ce dernier, inconnu du grand public et partisan affiché du chef de l'Etat, a remporté 3% des voix selon les estimations d'Al-Ahram.

Dès la fermeture des bureaux de vote mercredi à 20H00 GMT, le dépouillement des bulletins a été réalisé et la presse égyptienne a rapidement publié des estimations au niveau local. Toutes ces estimations montraient une victoire écrasante et sans surprise de M. Sissi dans diverses localités.

Le taux de participation tourne autour de 40%, selon la presse d'Etat. A la présidentielle de 2014, le taux de participation avait atteint 37% après deux jours de scrutin, puis 47,5% après une prolongation d'une journée.

Les abstentionnistes seront sanctionnés, avait annoncé mercredi l'Autorité nationale des élections.

"Ce n'est pas quelque chose de nouveau", avait insisté son porte-parole M. Chérif lors d'une conférence de presse mercredi, évoquant une loi - non appliquée jusqu'alors - punissant d'une amende de maximum 500 livres égyptiennes (22 euros) "tous ceux qui, sans excuse, ne votent pas".


afp

https://www.la-croix.com/Monde/Egypte-Sissi-reelu-90-voix-selon-premieres-estimations-2018-03-29-1300927719?from_univers=lacroix


Rappel :

Citation :

Moussa Mostafa Moussa, partisan et concurrent de Sissi à la fois


Qualifié par l'opposition de candidat faire-valoir au service du chef de l'Etat Abdel Fattah al-Sissi, Moussa Mostafa Moussa sera son unique concurrent lors de l'élection présidentielle égyptienne qui débute lundi.

Après avoir fait campagne pour M. Sissi, cet homme d'affaires de 65 ans s'est déclaré candidat, fin janvier, à la toute dernière minute.

Le jour même du dépôt de sa candidature, une page Facebook au nom de Moussa Mostafa Moussa arborait encore une photo du président Sissi, qui a disparu ensuite.


"Non à la participation à cette mascarade", lançait dès le lendemain Hamdeen Sabbahi, candidat défait à la présidentielle en 2012 et 2014, lors d'une conférence de presse rassemblant huit partis d'opposition.

Si M. Mostafa Moussa se retrouve seul face à M. Sissi, c'est que plusieurs prétendants ont été évincés. Deux d'entre eux, dont l'ex-chef d'état-major Sami Anan, ont été interpellés, et d'autres comme l'avocat Khaled Ali, ont dénoncé des pressions de la part des autorités.

Craignant que M. Sissi se retrouve candidat unique, ses partisans avaient tenté de pousser la candidature d'un des leurs, Sayed El-Badawi, président du parti libéral Al-Wafd. Mais le parti de ce dernier s'y est opposé. M. Mostafa Moussa est alors apparu comme l'homme providentiel dans le rôle d'adversaire du président.

- 'Equilibrer' l'élection -

L'intéressé explique à l'AFP qu'il fallait "équilibrer" le scrutin. Avec sa participation, l'élection devient "bien claire, bien démocratique", car M. Sissi n'est "plus le seul candidat", plaide-t-il.

Et malgré son statut de concurrent de M. Sissi, il reste loyal au président: "ce n'est pas nouveau, nous avons la même conception de la politique", reconnaît-il.

Depuis la vague de manifestations de juin 2013, à la faveur desquelles M. Sissi, alors chef de l'armée, a destitué le président islamiste Mohamed Morsi, Moussa Mostafa Moussa s'est rangé dans le camp Sissi.

Le candidat admet que sa campagne, financée par ses propres fonds, "n'est pas comparable avec celle du président".

Interrogé ensuite sur les critiques des ONG internationales qui reprochent au pouvoir des violations des droits de l'Homme, M. Mostafa Moussa esquive la question. "Je ne veux pas juger ce que je ne connais pas", dit-il.

Pourtant, M. Mostafa Moussa se défend d'être sous le contrôle de M. Sissi: "j’ai des idées, des conceptions et je vois les choses d'une autre façon", dit le candidat qui a reçu notamment le soutien des tribus arabes d'Egypte.

"Je rentre dans cette élection avec l'idée de gagner", assure-t-il, en dépit de tous les pronostics favorables à M. Sissi, qui avait remporté la présidentielle de 2014 avec 96,9% des suffrages.

Lors d'une conférence de presse mercredi dernier, M. Mostafa Moussa a précisé: "notre but dans cette élection est d'atteindre le pourcentage le plus élevé possible. J'espère 51%".

Président du parti libéral Al-Ghad (Demain) depuis 2011, cet industriel, fils d'un ancien parlementaire, se targue de posséder un programme économique "bien établi", fondé sur le développement des exportations.

- Concurrence 'rhétorique' -

Interrogé sur les détails de ce programme à quelques jours de l'élection, l'intéressé répond qu'un "comité" est en train de les finaliser.

Adel Esmat, son porte-parole, affirme que si le candidat l'emporte, il va "travailler à combler le fossé (dans la société égyptienne) qui a permis l'avènement des Frères musulmans", au pouvoir en 2012 et 2013 avant de subir la répression.

Doté de faibles moyens financiers, méconnu du grand public et seul face au président sortant, M. Mostafa Moussa ne représente pas une menace pour M. Sissi.

En revanche, sa participation fournira au pouvoir "l'apparence d'une certaine forme de concurrence, même si elle n'est que rhétorique", estime H.A. Hellyer, chercheur non-résident à l'Atlantic Council à Washington.

Début mars, le visage rond et souriant du "challenger" est apparu sur quelques rares affiches dans les rues du Caire aux côtés des innombrables portraits du président Sissi.

Attaqué par l'opposition sur l'authenticité de ses diplômes obtenus en France, il s'est défendu en fournissant aux journalistes des copies des diplômes de l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Versailles.

Tout a été validé par la justice et l'autorité électorale, assure-t-il.

Par Emmanuel PARISSE
AFP
© 2018 AFP

https://information.tv5monde.com/afrique/moussa-mostafa-moussa-partisan-et-concurrent-de-sissi-la-fois-227813


Citation :

Un candidat fantoche face à Abdel Fatah al-Sissi


Le président sortant, Abdel Fatah al-Sissi est l’archi-favori du scrutin en Egypte, et pour cause : il n’a qu’un seul candidat face à lui, Moussa Mostafa Moussa qui est un partisan de Sissi.

Seul Moussa Mostafa Moussa, 65 ans, est resté dans la course à la présidentielle. C’est dire le degré de dangerosité que lui accorde le régime en place. Tous les candidats de l’opposition ont été écartés. Günter Meyer, directeur du Centre de recherche sur le monde arabe de l‘Université de Mayence :

"Les autres candidats ont soit été emprisonnés, soit ils ont subi une pression telle qu’ils ont retiré leur candidature. Le seul challenger n’a aucune envie d’être vraiment président, il est simplement là pour faire croire qu’il y a le choix entre deux candidats"

D’ailleurs, Moussa Mostafa Moussa, qui se présente sous les couleurs du tout petit parti libéral al-Ghad, ne cache pas sa sympathie pour… le chef de l’Etat sortant dont il est ouvertement partisan. D’où le peu mordant de ses déclarations durant la campagne électorale ; Moussa Mostafa Moussa allant jusqu’à souhaiter "une large victoire" à al-Sissi afin qu’il "puisse continuer son action".

Un tour chez Moussa

Petite visite dans les locaux de campagne de Moussa Mostafa Moussa au Caire : pourquoi est-ce qu’un partisan du président sortant se présente face à lui aux élections ?

"Nous avons vu qu’Ahmed Chafik était hors course, ainsi que tous les autres challengers du président al-Sissi. Le scrutin risquait de virer au plébiscite, alors que mon parti avait un programme déjà ficelé. Ma candidature nous sert donc doublement : elle nous fait connaître et puis elle coupe l’herbe sous le pied à tous ceux qui avaient appelé au boycott parce qu’al-Sissi était le seul candidat. Ça m’inquiétait pour mon pays", répond Moussa Mostafa Moussa.

Le programme de Moussa

Le programme de Moussa Mostafa Moussa est essentiellement économique. Outre la lutte contre la corruption, il aimerait que l’armée, qui détient les ficelles des grandes industries du pays, revienne à sa tâche première : la défense. Pas sûr qu’il soit d’accord sur ce point avec le "maréchal" al-Sissi.

A la question de savoir s’il se prépare d’ores et déjà à une nouvelle candidature en 2022, le libéral architecte de formation dit simplement qu’il « sera sans doute encore disponible ».

Pour de nombreux Egyptiens, le président sortant est le dirigeant qui a permis, grâce à sa poigne, un retour au calme après la révolution de 2011 qui a renversé Hosni Moubarak, et celui qui a permis d’endiguer, par la force, la montée des Frères musulmans.

http://www.dw.com/fr/un-candidat-fantoche-face-à-abdel-fatah-al-sissi/a-43149026

Laughing







_________________
Gloire à nos aieux  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24728
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Update: La nouvelle Egypte de l´apres-révolte.   Jeu 17 Mai 2018 - 21:07

Citation :
Egypte: 19 éléments armés tués au Sinaï

-Selon un communiqué rendu public par l'armée égyptienne

 page d'accueil > politique 17.05.2018  Mona Saanouni  Al Qahirah    


AA/Le Caire


L'armée égyptienne a annoncé, jeudi, que 19 éléments armés ont été tués au cours des derniers jours dans le cadre de l'opération militaire globale menée ans le pays, et particulièrement au Sinaï (est).

C'est ce qui ressort d'un communiqué diffusé par l'armée au sujet des résultats de l'opération "Confrontation globale" lancée le 9 février sous le slogan "Sinaï 2018", sans déterminer la date de sa fin.

"Des opérations menées par les forces de l'armée en coopération avec les services sécuritaires du ministère de l'Intérieur ont abouti ces derniers jours (non-identifiés) à l'élimination de 19 éléments armés et la destruction de 3 tunnels équipés dans la région frontalière du Nord-Sinaï", indique le communiqué.

Il a ajoute que 43 criminels recherchés ont été arrêtés, en plus de 426 individus de différentes nationalités (non identifiées) alors qu'ils tentaient de s'infiltrer dans le pays via les frontières ouest et sud du pays.

Selon les données militaires précédentes, le bilan des morts s'élève à 278 éléments armés et 35 militaires, tandis que le nombre des détenus s'élève à 4510 personnes (dont la majorité ont été libérés sans annonce officielle) depuis le lancement de l'opération globale dans le pays jusqu'à 7H40 (GMT) selon les données d'Anadolu.

https://www.aa.com.tr/fr/politique/egypte-19-éléments-armés-tués-au-sinaï-/1148822
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24728
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Update: La nouvelle Egypte de l´apres-révolte.   Sam 19 Mai 2018 - 18:21

Citation :
Méga-barrage sur le Nil: Egypte, Soudan et Ethiopie trouvent un accord

 
Le barrage de la Grande renaissance construit en Ethiopie dans la région de Benishangul Gumuz, sur le Nil Bleu
photo prise en mars 2015.
© REUTERS/Tiksa Negeri

Par RFI  Publié le 17-05-2018  • Modifié le 17-05-2018 à 21:00


Du point de vue de l'Égypte, c'est une véritable avancée. Un pas en avant pour l'Éthiopie, selon le ministère éthiopien des Affaires étrangères. Mercredi, les deux pays et le Soudan ont trouvé un accord sur le barrage de la «grande renaissance éthiopienne», dont la construction a débuté il y a sept ans sur le Nil Bleu, à la frontière avec le Soudan, dans ouest éthiopien. L'Éthiopie y voit un outil phare de son développement. L'Égypte craint qu'il ne réduise la quantité d'eau charriée par le Nil. Le Soudan penche plutôt du côté éthiopien. Cela faisait plusieurs mois que les deux camps étaient bloqués. Ils semblent avoir trouvé une porte de sortie.

Il y a quelques semaines pourtant, le ton était une nouvelle fois monté entre Addis-Abeba et Le Caire. Mais ce mercredi au petit matin, après 12 heures de négociations, les trois parties sont tombées d'accord.

Le rapport préliminaire d'impact des sociétés françaises BRL et Artelia posait problème. Éthiopie et Soudan voulaient pouvoir l'amender, ce que Le Caire refusait. L'Égypte a fait un pas : chacun des États va pouvoir faire des remarques et poser des questions. Les entreprises d'expertise devront y répondre mi-juin.


Autre avancée : un comité technique va être mis sur pied afin d'examiner des scenarii alternatifs de remplissage du barrage. Il sera composé de cinq membres de chaque pays, comme l'explique Sileshi Bekele, le ministre éthiopien de l'Eau, de l'Irrigation et de l'Electricité : « Par exemple venant des universités des trois pays ou bien des experts indépendants et guidés par la science, pour évaluer les opérations de remplissage et de fonctionnement du barrage en simulant avec des modèles. »

Les trois pays ont aussi convenu de réfléchir à une meilleure intégration sous-régionale, économique notamment. Chacun doit plancher sur des secteurs d'activités qui pourraient être concernés. Un mécanisme de financement doit aussi être proposé en juillet lors du prochain sommet entre chefs d'État. Ce sera au Caire. Des sommets qui devraient maintenant être organisés tous les six mois entre Abdel Fattah al-Sissi, Omar el-Béchir et Abiy Ahmed.

http://www.rfi.fr/afrique/20180517-mega-barrage-le-nil-egypte-soudan-ethiopie-trouvent-accord  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Update: La nouvelle Egypte de l´apres-révolte.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Update: La nouvelle Egypte de l´apres-révolte.
Revenir en haut 
Page 43 sur 43Aller à la page : Précédent  1 ... 23 ... 41, 42, 43
 Sujets similaires
-
» suivi medical dune nouvelle grossesse apres une img suite a une trisomie18??
» demande d'avis .... Scenic II ou C4 Picasso ou autre !????
» Nouvelle grossesse après césarienne
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Nouvelle Star: Lary de Fontaine les Dijon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: