Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 US Air Force - USAF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21, 22, 23  Suivant
AuteurMessage
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8148
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Jeu 29 Sep 2016 - 13:12

Citation :
DoD awards Laser Maverick guidance kit contract

Gareth Jennings, London - IHS Jane's Missiles & Rockets
28 September 2016




The US Air Force (USAF) and US Navy (USN) are to acquire 490 AGM-65L/E2 Laser Maverick air-to-surface missile guidance kits under a USD49.9 million contract announced on 28 September.

Awarded by the Department of Defense (DoD) the day prior to the announcement, the contract will see Raytheon deliver the guidance control sections (GCSs) by 26 December 2018.

This latest award for GCSs follows on from contracts awarded in September and October 2014 for more than 500 such missiles for the USN. Both the USAF and USN are going through their stocks of Laser Maverick missiles (designated AGM-65L by the air force and AGM-65E2 by the navy) at an increased rate, given their extensive use against the Islamic State in Iraq and Syria.

The AGM-65L/E2 differs from the other Maverick variants in that it is fitted with a new frontal guidance and control section. As the remainder of the missile is common across all variants, the laser-guided variant can be easily assimilated into existing stocks. Both the AGM-65L and AGM-65E2 are fitted with a 300 lb-class blast/fragmentation penetrator warhead.




Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1735
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Ven 30 Sep 2016 - 20:58

The Intercept a écrit:

U.S. MILITARY IS BUILDING A $100 MILLION DRONE BASE IN AFRICA




FROM HIGH ABOVE, Agadez almost blends into the cocoa-colored wasteland that surrounds it. Only when you descend farther can you make out a city that curves around an airfield before fading into the desert. Once a nexus for camel caravans hauling tea and salt across the Sahara, Agadez is now a West African paradise for people smugglers and a way station for refugees and migrants intent on reaching Europe’s shores by any means necessary.

Africans fleeing unrest and poverty are not, however, the only foreigners making their way to this town in the center of Niger. U.S. military documents reveal new information about an American drone base under construction on the outskirts of the city. The long-planned project — considered the most important U.S. military construction effort in Africa, according to formerly secret files obtained by The Intercept through the Freedom of Information Act — is slated to cost $100 million, and is just one of a number of recent American military initiatives in the impoverished nation.
The base is the latest sign, experts say, of an ever-increasing emphasis on counterterror operations in the north and west of the continent. As the only country in the region willing to allow a U.S. base for MQ-9 Reapers — a newer, larger, and potentially more lethal model than the venerable Predator drone — Niger has positioned itself to be the key regional hub for U.S. military operations, with Agadez serving as the premier outpost for launching intelligence, surveillance, and reconnaissance missions against a plethora of terror groups.

For years, the U.S. operated from an air base in Niamey, Niger’s capital, but in early 2014, Capt. Rick Cook, then chief of U.S. Africa Command’s Engineer Division, mentioned the potential for a new “semi-permanent … base-like facility” in Niger. That September, the Washington Post’s Craig Whitlock exposed plans to base drones at Agadez. Within days, the U.S. Embassy in Niamey announced that AFRICOM was, indeed, “assessing the possibility of establishing a temporary, expeditionary contingency support location” there. The outpost, according to the communiqué, “presents an attractive option from which to base ISR (Intelligence, Surveillance, and Reconnaissance) assets given its proximity to the threats in the region and the complexity of operating with the vast distance of African geography.”

Air Force documents submitted to Congress in 2015 note that the U.S. “negotiated an agreement with the government of Niger to allow for the construction of a new runway and all associated pavements, facilities, and infrastructure adjacent to the Niger Armed Force’s Base Aerienne 201 (Airbase 201) south of the city of Agadez.” When the National Defense Authorization Act for fiscal year 2016 was introduced last April, embedded in it was a $50 million request for the construction of an “airfield and base camp at Agadez, Niger … to support operations in western Africa.” When President Obama signed the defense bill, that sum was authorized.

Reporting by The Intercept found the true cost to be double that sum. In addition to the $50 million to “construct Air Base 201,” another $38 million in operation and maintenance (O&M) funds was slated to be spent “to support troop labor and ancillary equipment,” according to a second set of undated, heavily redacted, formerly secret documents obtained from U.S. Africa Command by The Intercept. But the $38 million O&M price tag — for expenses like fuel and troops’ per diem — has already jumped to $50 million, according to new figures provided by the Pentagon, while sustainment costs are now projected at $12.8 million per year.

The files obtained by The Intercept attest to the importance of Agadez for future missions by drones, also known as remotely piloted aircraft or RPAs. “The top MILCON [military construction] project for USAFRICOM is located in Agadez, Niger to construct a C-17 and MQ-9 capable airfield,” reads a 2015 planning document. “RPA presence in NW Africa supports operations against seven [Department of State]-designated foreign terrorist organizations. Moving operations to Agadez aligns persistent ISR to current and emerging threats over Niger and Chad, supports French regionalization and extends range to cover Libya and Nigeria.”
The Pentagon is tight-lipped about the outpost, however.

“Due to operational security considerations, we don’t release details on numbers of personnel or specific missions or locations, including information regarding the Nigerien military air base located in Agadez,” Pentagon spokesperson Lt. Col. Michelle L. Baldanza told The Intercept in an email, stressing that drones are not yet flying from the outpost. However, the declassified documents say construction will be completed next year.

The documents offer further details, including plans for a 1,830-meter paved asphalt runway capable of supporting C-17 cargo aircraft and “miscellaneous light and medium load aircraft”; a 17,458-square-meter parking apron and taxiway for “light load ISR aircraft”; and the installation of “three 140’ x 140’ relocatable fabric tension aircraft hangars”; as well as all the standard infrastructure for troops, including “force protection” measures like barriers, fences, and an “Entry Control Point.”

While AFRICOM failed to respond to requests for information about the projects, a May 2016 satellite photo of the site provides a status report. “The image shows that the main runway … has been repaved,” said Dan Gettinger, the co-founder and co-director of the Center for the Study of the Drone at Bard College and author of a guide to identifying drone bases from satellite imagery. “Near the runway there’s a structure that appears to be a future hangar, though it’s still under construction. There’s also a new dirt road that runs a fair distance from the runway to a U.S. base that’s enclosed with a perimeter wall and there are a number of shelters there for personnel as well as a command center. All the things that you’d expect on a base.”

According to the documents, Niger was the “only country in NW Africa willing to allow basing of MQ-9s,” the larger, newer cousins of the Predator drone. The documents went on to note: “President expressed willingness to support armed RPAs.”
The U.S. military activity in Niger is not isolated. “There’s a trend toward greater engagement and a more permanent presence in West Africa — the Maghreb and the Sahel,” noted Adam Moore of the department of geography at the University of California in Los Angeles and the co-author of an academic study of the U.S. military’s presence in Africa.

Since 9/11, in fact, the United States has poured vast amounts of military aid into the region. In 2002, for example, the State Department launched a counterterrorism program — known as the Pan-Sahel Initiative, which later became the Trans-Sahara Counterterrorism Partnership (TSCTP) — to assist the militaries of Chad, Mali, Mauritania, and Niger. Between 2009 and 2013 alone, the U.S. allocated $288 million in TSCTP funding, according to a 2014 report by the Government Accountability Office. Niger was one of the top three recipients, netting more than $30 million.

U.S. special operations forces regularly train with Niger’s army and the U.S. has transferred millions of dollars’ worth of planes, trucks, and other gear to that impoverished nation. In a 2015 report to the Senate Foreign Relations Committee’s Subcommittee on Africa and Global Health, Lauren Ploch Blanchard of the Congressional Research Service noted that since 2006 Niger had received more than $82 million in assistance through the Department of Defense’s Global Train and Equip program.
“In close coordination with partner militaries in West Africa, including Niger, USAFRICOM supports a range of security and capacity building efforts in the greater Sahelian region,” Baldanza told The Intercept. “These efforts support U.S. diplomatic and national security objectives and are designed to strengthen relationships with African partners, promote stability and security, and enable our African partners to address their security threats.”

Stability and security have, however, proved elusive. In 2010, for example, a military junta overthrew Niger’s president as he attempted to extend his rule. In fact, all the original members of the Pan-Sahel Initiative have fallen victim to military uprisings. Chad saw attempted coups in 2006 and 2013, members of Mauritania’s military overthrew the government in 2005 and again in 2008, and a U.S.-trained military officer toppled the democratically elected president of Mali in 2012.
The region, relatively free of transnational terror threats in 2001, is now beset by regular attacks from Boko Haram, a once-tiny, nonviolent, Islamist sect from Nigeria that has since pledged allegiance to the Islamic State and threatens the stability of not only its homeland but also Cameroon, Chad, and Niger. And Boko Haram is just one of 17 militant groups now menacing the region, according to the Defense Department’s Africa Center for Strategic Studies.

Drones have long been integral to U.S. efforts in Niger. In 2012, according to the files obtained by The Intercept, Niger agreed to host U.S. drones in Niamey, the capital, on the condition that operations would eventually be shifted to a more remote military base in Agadez.

In February 2013, the U.S. began flying Predator drones out of the capital. Later in the spring, an AFRICOM spokesperson revealed that U.S. air operations there were providing “support for intelligence collection with French forces conducting operations in Mali and with other partners in the region.” The Air Force recently announced plans to upgrade shower and latrine facilities at Niamey “to serve a steady state of 200 to 250 personnel a day.”

“The U.S. shares that base with France,” said Gettinger. The base in Niamey, he explained, “is strategically important simply because to the north there’s Mali and the threat posed by al Qaeda-linked groups, including al Qaeda in the Islamic Maghreb. … To the south you have Nigeria and Boko Haram, so there’s lots of demand for ISR capabilities.” At Agadez, he noted, the U.S. doesn’t need to share facilities with the French military or commercial aircraft. And it is, he said, “more strategically located than Niamey.”

As UCLA’s Moore puts it: “The recent trajectory of sites and money suggests that Niger is becoming, after Djibouti, the second most important country for U.S. military counterterrorism operations on the continent.”

#Lien

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Lun 3 Oct 2016 - 21:31

Citation :
3 oct. 2016 | Par Antony Angrand

Capacité opérationnelle initiale pour le QF-16


  
Les QF-16 employés par l'US Air Force sont désormais en service à Tyndall AFB. Ils remplacent les QF-4, dont le dernier vol s'est effectué en
août de cette année. © US Air Force



Dans un effort visant à mieux simuler les menaces liées à la supériorité aérienne, le département de la défense américain remplace ses McDonnell Douglas QF-4 par les QF-16. Ainsi, quinze QF-16 seront disponibles pour les opérations de simulation de combat aérien et/ou de tir de missiles en conditions réelles à Tyndall AFB, en Floride.

Le 82nd Aerial Target Squadron, rattaché au 53rd Wing, a reçu son premier QF-16 en 2014 et poursuivra sa transition, tandis que les Phantom II ont effectué leur dernière mission en août et seront définitivement retirés du service au mois de décembre 2016.

Le QF-16 a atteint sa capacité opérationnelle initiale le 23 septembre. La transformation des F-16A et C en drones QF-16 a été confiée à Boeing, les appareils peuvent voler avec un pilote au cours de l'entraînement ou être employés en qualité de cibles lors d'exercices impliquant le tir de missiles.

Le QF-16 est similaire au F-16 en termes d'emport de charges, l'appareil peut également manoeuvrer sous haut facteur de charge et garde ses capacités de guerre électronique.

http://www.air-cosmos.com/capacite-operationnelle-initiale-pour-le-qf-16-83413  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Mer 5 Oct 2016 - 17:43

Citation :
Libye : Des avions américains F-15 bientôt basés en Corse?


Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 05-10-2016




Depuis le 1er août, à la demande de Tripoli, les États-Unis ont lancé l’opération Odyssey Lightning afin d’appuyer les troupes du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) à chasser l’État islamique de la ville de Syrte. D’où une campagne de frappes aériennes menée par des avions AV-8 Harrier II et des hélicoptères d’attaque AH-1 SuperCobra embarqués à bord du navire d’assaut amphibie USS Wasp.

Pour le moment, et après quelque 200 frappes contre leurs positions, les jihadistes de l’EI tiennent toujours un quartier de Syrte. Et le rythme des opérations est donné par les forces du GNA, qui lancent ponctuellement des assauts entre deux périodes d’accalmie.

Et ce qui ne devait être qu’une affaire de « quelques semaines » dure… Cela étant, le soutien militaire américain à Tripoli ne devrait pas s’arrêter après la reprise de Syrte étant donné que le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, a dit souhaiter une implication militaire plus importante de Washington…

Quoi qu’il en soit, l’on apprend par un article du quotidien « Le Monde » que le Pentagone envisage de déployer des chasseurs-bombardiers F-15 sur la base aérienne 126 de Solenzara, en Corse. Cette dernière avait d’ailleurs déjà été utilisée par l’armée de l’Air lors de l’opération Harmattan, en 2011.

Actuellement, les F-15 de l’US Air Force sont basés au Royaume-Uni, précisément à Lakenheath. Ces appareils ont déjà effectué des missions en Libye au cours de ces derniers mois, notamment pour effectuer des frappes ciblées contre des dirigeants de l’EI ou de groupes jihadistes proches d’al-Qaïda au Maghreb islamique. Les baser en Corse permettrait donc de raccourcir le temps de vol et d’économiser le carburant.

Cela étant, le gouvernement italien avait dit, en août, être « prêt à considérer favorablement une demande [américaine] d’utilisation de ses bases aériennes et de son espace aérien et à soutenir l’opération, si elle doit conduire à une issue plus rapide et efficace des actions en cours. » Mais, apparemment, selon Le Monde, Rome n’aurait finalement donné son accord que pour l’utilisation des drones MQ-1 Predator et MQ-9 Reaper de l’US Air Force. D’où l’intérêt de la BA 126.

Seulement, rapporte le quotidien, si le ministère français de la Défense a donné son accord pour un tel déploiement, il semblerait qu’il y ait eu de la friture sur la ligne. La décision finale devant être prise par le président Hollande, ce dernier aurait voulu que son homologue américain, Barack Obama, lui en fasse directement la demande. Et, visiblement, cela aurait été perçu comme un refus à Washington… Reste maintenant à effacer ce malentendu pour que les F-15 américains puissent se déployer en Corse.

À noter que des appareils de l’US Air Force opèrent déjà depuis une base aérienne française : dans le cadre de l’opération Juniper Micron, trois avions ravitailleurs KC-135 ont été déployés sur la BA 125 d’Istres afin de soutenir les opérations aériennes de l’armée de l’Air dans la bande sahélo-saharienne (BSS).

http://www.opex360.com/2016/10/05/libye-des-avions-americains-f-15-bientot-bases-en-corse/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Ven 7 Oct 2016 - 18:48

Citation :
07.10.2016

L'USAF s'entraîne au largage de bombes nucléaires dans le Nevada





C'est suffisamment rare pour que la National Nuclear Security Administration se fende d'un communiqué diffusé le 6 octobre.

L'US Air Force Global Strike Command et la NNSA ont effectué, "au début du mois", un test de largage de bombes nucléaires dans le Nevada, au Tonopah Test Range. Ce site devait être géré par Nevada Site Science Support and Technologies Corporation (NVS3T), une filiale de Lockheed Martin. Mais le rachat de NVS3T par Leidos Innovations Corporation a provoqué l'annulation du marché en août dernier.

Les bombes étaient de types B61-7 (en phase de remplacement par la B61-12) et B61-11. Les deux engins ont été largués par deux bombardiers B-2A appartenant à la 509e Bomber Wing, basée à la Whiteman Air Force Base, dans le Missouri.

Un test similaire avait eu lieu en avril 2011.

Les B-2A restent le vecteur polyvalent pour le largage de bombes B61:



Panoplie stratégique: du rénové et du neuf. Si les B61 sont en phase de rénovation ou de remplacement, d'autres programmes récents concernent la modernisation de l'arsenal nucléaire US.

En août dernier, a été lancé un projet de remplacement des missiles Minuteman III dont près de 450 exemplaires seraient encore opérationnels. Boeing, Northrop Grumman et Lockheed Martin ont été retenus pour travailler sur ce projet qui devrait voir les premières livraisons du nouveau missile vers 2029. 642 exemplaires pourraient être achetés dans le cadre de ce programme de 62 milliards de dollars.

Et on n'oubliera pas le futur B-21 de Northrop Grumman (110 exemplaires pour 80 milliards de $), ainsi que le prochain achat (un programme de près de 100 milliards de $) de SNLE de la classe Columbia! 12 SNLE pour en remplacer 14 de la classe Ohio.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/10/07/la-16947.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Mer 12 Oct 2016 - 19:00

Citation :
Les F-15 seront dotés d’un IRST !




Boeing a reçu un contrat en vue d’équiper la flotte d’avion de combat F-15 C/D « Eagle » d’un système de capteur IRST (Infra Red Search and Track) pour un montant de 198 millions de dollars.

L’US Air Force prévoit d’acquérir 132 systèmes IRST pour venir équiper les escadrons de service actifs ainsi que ceux de la Garde Nationale.

Une fois le fournisseur de pod IRST choisi, Boeing sera chargé de l'intégration de la nacelle avec d'autres systèmes du F-15, y compris le radar réseau à balayage électronique actif de Raytheon.

Deux modèles possibles :



Boeing va pouvoir disposer de deux modèles de système susceptibles de venir équiper la flotte d’Eagle. Il s’agit des nacelles AAS-42 IRST de Lockheed-Martin, l’OpenPod de Northrop-Grumman.

Avec le montage d’un capteur IRST, et les nombreuses mises à jour engagées la flotte de F-15C/D, celle-ci devrait maintenant rester en service jusqu'en 2040. Du moins en ce qui concerne les appareils dont le potentiel cellule est encore suffisant.



Nouveau processeur :

Pour garantir l’intégration de ce nouveau système ainsi que du système BAe EPAWSS qui permet de tracer les signaux radar à un endroit pour ensuite les cibler, Boeing teste en ce moment un nouveau processeur d'affichage qui permettra de prendre en charge le flot d'informations générés par le radar amélioré, l’IRST et l’EPAWSS.

Une situation compliquée :

L'US Air Force est actuellement aux prises avec un dilemme en ce qui concerne ses capacités de supériorité aérienne. Avec les plates-formes de combat qui vieillissent rapidement alors que le remplacement de celles-ci n’est pas disponible. En effet, il faudrait aujourd’hui à l’USAF pouvoir compter sur une cinquantaine de F-22 « Raptor » supplémentaires alors la chaîne de fabrication est définitivement fermée. Le F-35 continue de se faire attendre et ne pas disponible en nombre suffisant avant 2025 au minimum.

Boeing serait prêt à produire de son côté des « Silent Eagle » neufs pour venir combler rapidement le manque d’avions, mais les finances manquent car entièrement déployées pour le F-35 !

Photos : 1 F-15C Eagle @ Rick Ingham 2 AAS-42 IRST@ Lockheed-Martin 3 OpenPod@ Northrop-Grumman


http://psk.blog.24heures.ch/archive/2016/10/11/les-f-15-seront-dotes-d-un-irst-862261.html
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1735
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Mar 25 Oct 2016 - 1:20

Sputnik a écrit:

Can’t Fix the F-35? US Navy, Air Force Look Towards 6th Gen Fighter Instead





In spite of the many kinks remaining to be worked out on the F-35 Joint Strike Fighter, the Pentagon is already looking at what comes next.

Last week, US officials made assurances that the $1 trillion, state-of-the-art  weapons platform would soon be finished with repairs.

"Rapid progress is being made in fixing 15 operational F-35A aircraft needing modifications to repair non-compliant Polyalphaolefin (PAO) coolant tubes," the aircraft’s Joint Program Office spokesman, Joe DellaVedova, told Military.com. "All 15 aircraft are expected to fly again by the end of the year."

With the latest US fifth-generation fighter barely able to stay aloft, the Pentagon is already looking toward its sixth-generation successor. The new aircraft, already in the conceptual development stage, is slated for launch in the mid-2030s, and is being developed by the US Air Force and Navy, according to Scout Warrior. For the Navy, the sixth-generation aircraft will replace its fleet of F/A-18 Super Hornets, which will begin to be retired by 2035.

Officials have floated lofty ideas about the technology that will be included. Stealth is obviously a major consideration, but developers also have their eyes on "smart skins." This would, in theory, mean that the fighter’s sensors and other electronic equipment would be built into the plane’s fuselage, cutting down on weight and reducing drag.

Increased autonomy is another goal. While many military experts expected the F-35 to be the last manned aircraft produced by the US, given advances in unmanned systems, it appears the Navy is unprepared to completely abandon the need for pilots.

The plane will naturally feature futuristic weapons systems. A hypersonic missile is one option, though the technology necessary for such a system does not yet exist. According to Scout Warrior, developers are also pursuing onboard lasers, as well as an electronic attack system. While no cost estimates have been given, it’s hard to imagine the sixth-generation jet costing less than the one and a half trillion dollars required to develop and fly the beleaguered F-35. Despite that high price tag, the fifth-generation fighter has faced a number of technical hurdles.

Most recently, officials expressed concern over the F-35A’s ejector seat, which could endanger pilots weighing less than 165 pounds. The US Navy is also experiencing difficulties with the helmet of its F-35C variant, the only model not yet deemed combat-ready. Tests have shown that the ambient "green glow" of the helmet’s heads-up display is blinding pilots during night carrier landings.

"It’s not so bad on a really bright night," said Tom Briggs, acting Navy chief test engineer, according to Defense Tech. Hopefully American engineers have learned from past mistakes.

#Lien

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Ven 4 Nov 2016 - 16:11

Citation :
04/11/2016

C-5M « Super Galalxy » pour la Garde Nationale !





Marietta, Lockheed-Martin a livré un nouvel exemplaire du C-5M « Super Galaxy ». Ce C 5M sera affecté à la 433e Escadre aérienne américaine, soit une unité de commandement de la Réserve aérienne de la Base de San Antonio-Lackland au Texas.

L’aéronef numéro de série 87-0038 de la US Air Force numéro 124 avait été livré à l'armée de l'air en décembre 1988 en tant que C-5B et avait enregistré environ 18’950 heures de vol avant le vol.

A ce jour l’ensemble des C-5M « Super Galaxy » ont été livré à l’US Air Force, soit un total de 32 appareils. Les appareils encore en cours de rénovation sont tous affectés à la Garde Nationale.

Le C-5M «Super Galaxy»:

Le C-5 «Super Galaxy» modernisé est doté d’un nouveau tableau de bord est d’une avionique modernisée, dont des écrans plats, un nouveau système de communication, un nouveau système de pilotage automatique. Question motorisation, l’avion est doté de moteurs General Electric CF6-80C2 qui offrent 22% de puissance supplémentaire, permettant une course au décollage plus courte de 30% et un taux de montée supérieur de 38% par rapport aux versions antérieures.

Le C-5M peut dès lors, transporter une charge de 176,610 lb (80,110 kg) à plus de 41.100 pieds (12.500 m) en 23 minutes, 59 secondes. Le C-5M à d’ailleurs battu le record du monde de transport de charge utile à la plus haute altitude, soit une charge de 294,690 kg à 2.000 mètres.

Les C-5M «Super Galaxy» devront pouvoir rester en service durant les quarante prochaines années au sein de l’US Air Force. L’USAF a décidé de convertir l’ensemble des C-5B et C en version M. L’ensemble de la flotte sera convertie comme prévu, d’ici 2016.


Photos : C-5M Super Galaxy @ Lockheed-Martin

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2016/11/04/c-5m-super-galalxy-pour-la-garde-nationale-862419.html
Revenir en haut Aller en bas
vinseeld
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1581
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Dim 6 Nov 2016 - 5:52

http://www.realcleardefense.com/2016/11/05/f-35b_makes_long_awaited_landing_on_new_amphib_287319.html a écrit:


F-35B Makes Long Awaited Landing on New Amphib



Over the next three weeks, the F-35B will be pushed to its operational limits in this, the third and last round of shipboard testing for the aircraft. It comes just two months before the first operational squadron of Marine Corps F-35s, Marine Fighter Attack Squadron 121, is set to depart for Japan to prepare for a first shipboard deployment in the Pacific that officials now say will take place in early 2018.



Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8148
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Lun 7 Nov 2016 - 10:49

Citation :
Pentagon Contract Announcement
(Source: US Department of Defense; issued Nov. 03, 2016)
The Boeing Co. - Defense, Space & Security, St. Louis, Missouri, has been awarded a $478,786,126 cost-plus-incentive-fee contract for F-15 Eagle Passive/Active Warning and Survivability System (EPAWSS) engineering manufacturing and development.

Contractor will provide planning, design development, integration, testing and risk reduction activities for the F-15 EPAWSS program.

Work will be performed at St. Louis, Missouri, and is expected to be complete by Aug. 31, 2020. This award is the result of a sole-source acquisition. Fiscal 2016 research, development, test, and evaluation funds in the amount of $78,204,519 are being obligated at the time of award.

Air Force Life Cycle Management Center, Wright-Patterson Air Force Base, Ohio, is the contracting activity (FA8634-17-C-2650)



http://www.defense-aerospace.com/articles-view/release/3/178553/boeing-wins-%24479m-for-f_15-ew-upgrade.html




Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8148
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Lun 7 Nov 2016 - 13:50

Citation :
7 nov. 2016 | Par Emmanuel Huberdeau
Northrop Grumman développe un système d'autoprotection laser pour l'US Air Force

L'AFRL (Air Force Research Laboratory) a attribué ,cet été, un contrat à Northrop Grumman pour participer au développement d'un système d'autoprotection laser destinée aux appareils de l'US Air Force.

L'industriel américain doit développer et produire le système de contrôle du faisceau d'un démonstrateur d'arme laser développé par l'AFRL dans le cadre du programme SHiELD (Self-Protect High Energy Laser Demonstrator). Cette arme destiné à l'autoprotection des chasseurs sera intégrée dans une nacelle et pourrait être employée pour la destruction des missiles menaçant les appareils qui en seront équipés.

Selon certains médias, cette nacelle serait principalement destinées aux appareils de quatrième génération tel que le F-15 et F-16. Pour d'autres, le système pourrait équiper surtout les appareils de cinquième génération, F-22 et F-35. L'emport de la nacelle pourrait cependant remettre en question leur furtivité. Les vues d'artistes montrent des projets d'appareils de future géneration.

Northrop Grumman explique que le système de contrôle du faisceau, baptisé STRAFE (SHiELD Turret Research in Aero Effects) détermine l'environnement de l'arme afin de détecter les éléments de l'atmosphère qui pourraient perturber le faisceau. Ce système doit aussi acquérir et poursuivre la cible, déterminer le point d'impact du faisceau puis diriger la puissance du laser vers cette cible.

Le système complet doit être testé en 2019 à bord d'un chasseur "tactique" à des vitesses supersoniques. Il pourrait être opérationnel d'ici 2021.



http://www.air-cosmos.com/northrop-grumman-developpe-un-systeme-d-autoprotection-laser-pour-l-us-air-force-84947


Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Jeu 24 Nov 2016 - 18:47

Citation :
Des drones américains déployés en Tunisie


Posté dans Afrique, Forces aériennes, Opérations par Laurent Lagneau Le 24-11-2016




Récemment, le Washington Post affirmait que des drones MQ-9 Reaper de l’US Air Force avaient été déployés sur une base tunisienne afin de mener des missions de reconnaissance et de surveillance en Libye, où les forces du gouvernement d’union nationale venaient de lancer une offensive visant à chasser les jihadistes de l’État islamique (EI) de la ville de Syrte.

En outre l’EI n’est pas la seule organisation jihadiste à surveiller en Libye étant donné que les filiales d’al-Qaïda y sont aussi présentes. Mais selon le Washington Post, les drones en question ont surtout été utilisés pour établir des dossiers d’objectifs à Syrte, où les forces américaines ont effectué pas moins de 300 frappes aériennes contre les jihadistes, à la demande de Tripoli, dans le cadre de l’opération Odyssey Lightning, lancée le 1er août.

En Afrique, les États-Unis disposent de plusieurs bases abritant des drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance). C’est le cas à Djibouti, au Cameroun, pour lutter contre Boko Haram, et au Niger (Niamey et bientôt à Agadez, à deux pas de la Libye).

Mais, dans l’immédiat, il fallait donc trouver un point de chute plus proche du théâtre libyen pour les Reaper. D’où le choix de la Tunisie, où un détachement de 70 militaires américains a été déployé pour mettre en oeuvre ces appareils.

Dans un premier temps, Tunis a démenti ces informations. Puis, le 23 novembre, le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, les as finalement confirmées, en niant toutefois l’installation d’une base militaire américaine permanente en Tunisie.

Ainsi, lors d’un entretien donné à une chaîne de télévision locale, M. Essebsi a affirmé avoir « personnellement autorisé les opérations de drones américains » en Libye. « Ces opérations sont menées dans l’intérêt de la Tunisie, qui a l’obligation de coopérer avec les Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme », a-t-il fait valoir.

En effet, la Tunisie est une cible privilégiée de l’EI, l’organisation jihadiste, qui compte de nombreux ressortissants tunisiens dans ses rangs, ayant revendiqué plusieurs attentats meutriers perpétrés dans le pays depuis deux ans.

« La mission de ces appareils (…) est de collecter des informations sur les activités et les mouvements des groupes jihadistes. Les renseignements obtenus sont partagés avec les autorités tunisiennes », a encore indiqué M. Essebsi.

Les drones envoyés en Tunisie ne sont pas armés, les autorités tunisiennes n’ayant pas permis, pour l’instant, qu’ils le soient. Aussi, les Reaper qui effectuent des frappes en Libye viennent de la base aérienne de Sigonella, en Sicile. Seulement, comme l’a expliqué le Washington Post, « la couverture nuageuse sur la Méditerranée et d’autres questions liées aux conditions météorologiques » font que leurs missions sont régulièrement annulées.

http://www.opex360.com/2016/11/24/des-drones-americains-deployes-en-tunisie/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Sam 3 Déc 2016 - 19:45

Citation :
03/12/2016

Le revêtement des F-22 souffre !





Depuis le mois de septembre 2014, l’US Air Force déploie des avions de combat Lockheed-Martin F-22 « Raptor » en Syrie. Le nombre de F-22 engagé n’est pas connu, mais semble être assez faible. Selon les rapports de l’USAF, les F-22 ont effectué environ 150 sorties et ont largué environ 200 bombes probablement des GBU-32 et GBU-39.

Revêtement en cause :

Les F-22 engagés en Syrie semblent souffrir des conditions climatique, tel que la chaleur, la pluie et la poussière de sable. Ces conditions ont pour effet d’écailler la pellicule de revêtement absorbant qui recouvre les fuselages. La maintenance semble devenir de plus en plus onéreuse pour ce type d’appareil car les matériaux utilisés pas simple à produire et donnent du fil à retordre, lorsqu’il faut effectuer une réparation. Il faut comprendre que les matériaux à vocation de furtivité sont à base de carbone et de caoutchouc (pyrocéramiques, des silicones et des polyuréthanes). Ces éléments absorbants peuvent être recouverts de peinture à base d'époxy qui contiennent des particules de ferrite en suspension qui ont pour rôle de piéger les ondes qui n'ont pas été absorbées par les couches inférieurs. Ces matériaux sont souvent utilisés sur les éléments de structure susceptibles de recevoir le plus d'ondes radars (bords d'attaque, dérives, ailerons, plans canards). Paradoxalement, ces revêtements se montrent particulièrement fragiles.

Quel avenir pour les avions furtifs ?

La furtivité semblait il être « la solution » miracle face aux radars ennemis. Pourtant l’arrivée de nouveaux radars notamment AESA et des optroniques de type IRST semblent remettre en cause la furtivité tant vantée il y encore quelques années. Si les avions dit furtifs comme le F-22 et le F-35 sont conçus de manière à être pratiquement invisibles aux radars de poursuite utilisant des hautes fréquences (bandes Ku, X, C et partiellement S), ceux-ci ne sont pas optimisés pour échapper aux radars à basses fréquences en bandes L, UHF ou VHF). Ajoutons le fait que ces appareils sont particulièrement chers à l’achat et fragile en ce qui concerne l’entretien notamment en opération extérieure, la question se pose aujourd’hui sur le réel avenir de cette technologie ?


Photo : F-22 Raptor @ USAF

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2016/12/03/syrie-le-revetement-des-f-22-souffre-862619.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Mer 14 Déc 2016 - 16:24

Citation :


MC-130J - 67 SOS

Ajoutée le 11 déc. 2016

A video that summarizes what we do in the MC-130J at the 67th SOS in RAF Mildenhall, UK.

Speech: "A Time for Choosing" by President Ronald Reagan
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Sam 7 Jan 2017 - 17:36

Citation :
07/01/2017

Un B-52 perd un moteur en vol !





L’incident à eu lieu lors d'un exercice qui se déroulait dans l'État du Dakota du Nord aux États-Unis, un bombardier Boeing B-52 « Stratofortress » a perdu en vol l'un de ses moteurs. L’avion a pu atterrir sans dommages quelques minutes plus tard. Le moteur a été retrouvé à 40 kilomètres au nord-est de la base de Minot au fond d’une rivière.

Concernant la cause de l'incident, l'armée n'est pas pour le moment en mesure de la déterminer précisément. Toujours est-il que les militaires précisent qu'à bord du bombardier, il n'y avait pas d'armes au moment du vol.

La question de la remotorisation :

Cet incident soulève à nouveau la question d’une remotorisation du vieux bombardier au sein de l’US Air Force. Cependant, le budget actuel de la Défense ne permet pas une accélération du programme de modernisation de la motorisation de la flotte de B-52. Dans son dernier discours à Washington le 6 janvier dernier, la Secrétaire de l’Air Force Deborah Lee James a déclaré que le récent accident n’augmentait pas l'urgence d’une remotorisation. Par contre, la Secrétaire a confirmé l’intérêt d’un programme dans le remplacement des moteurs Pratt & Whitney TF33 du bombardier.

De son côté l’US Air Force à lancer une nouvelle étude destinée à comparer les coûts en vue d’une prochaine modernisation de la motorisation du bombardier.

Modernisation :

Pour pouvoir rester en service actif, les B-52 n’ont cessé de subir de nombreuses modifications, cellule, avionique, équipements électronique et de survie. La dernière modernisation en date concerne la mise en réseau du système avec l’adjonction du système CONECT, installé sur les B-52, qui permet une liaison numérique avec l’ensemble des éléments de l’US Air Force, des centres de commandement et de contrôle, ainsi qu’avec les diverses forces terrestres. Ce système intégré et entièrement codé et protéger contre les éventuelles tentatives de pénétration électronique. Ces nombreuses modifications et modernisation doivent permettre à USAF et Boeing de garder le B-52 en service jusqu’en 2040. La question des moteurs du B-52 reste pour l’instant en suspend.

Photo : B-52 en vol g USAF

http://psk.blog.24heures.ch/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Sam 21 Jan 2017 - 20:52

Citation :
21/01/2017

Un nouvel HUD pour le F-22 « Raptor » !





Lockheed-Martin a choisi l’équipementier BAe Systems pour remplacer l'écran tête haute (HUD) 2 Head up display" sur les F-22 « Raptor » en service au sein de l’US Air Force.

L'unité d'affaires des systèmes électroniques de BAE à Rochester au Royaume-Uni fournira son nouveau HUD entièrement numérique (DLE) avec un contrat de développement qui conduira à la pleine production pour l'ensemble de la flotte de F-22.

Le HUD DLE de BAE Systems :

BAe Systems a développé HUD DLE (Digital Light Engine ) qui enlève la source conventionnelle d'image du tube à rayons cathodiques et introduit une solution d'affichage numérique plus avancée. La technologie numérique offre une fiabilité accrue, diminue la maintenance et fournit une performance de luminance constante. De plus, le HUD DLE offre des avantages d'espace et de poids combinés à la dernière technologie des guides d'ondes optiques. Sa conception modulaire et légère améliore la sécurité de vol, réduisant la fatigue et augmentant la conscience de la situation jour et nuit. Il fournit un fonctionnement sans interruption avec des lunettes de vision nocturne (NVG). Il permet des améliorations de capacité incrémentales avec un impact minimal sur le casque et l'installation dans l'avion. 60% plus petit et 50% plus léger qu'un HUD classique, il s'intègre facilement dans les cockpits actuels et futurs.



Rappel :

Le F-22 a été conçu pour réduire au maximum sa signature radar qui, au final, est environ 100 fois inférieure à celle d’un F-15 «Eagle» bien que les deux avions aient à peu près la même taille. L'avion est entièrement recouvert d'une peinture absorbant les ondes radar. De plus, les surfaces de contrôles sont conçues par thermoformage pour éviter d'utiliser des rivets qui créeraient des aspérités et ses antennes et détecteurs sont noyés dans le revêtement.

Pour réduire la signature infrarouge le F-22 dispose d’un système de refroidissement très sophistiqué. La chaleur est évacuée dans le carburant et part dans le sillage des réacteurs. Ce système ayant été calculé avec une tolérance réduite, quand l'avion termine sa mission, les équipements internes sont à haute température et pour diminuer la chaleur, les soutes sont ouvertes au sol. C'est l'une des raisons qui font que les frais de maintenance du F-22 sont particulièrement élevés.

Le Raptor dispose de son armement dans deux soutes latérales et une soute ventrale, afin, de maintenir sa furtivité. Les soutes latérales peuvent contenir 1 missile AIM-9 «Sidewinder»chacune. La soute ventrale peut recevoir 4 à 6 missiles AIM-120 AMRAAM, dans les soutes latérales et 2 AIM-120 AMRAAM ou 8 bombes GBU39. Le F-22 dispose également de 4 pylônes sous les ailes, utilisables, lorsque la furtivité n'est pas indispensable.

Le radar principal de type AESA est couplé directement aux divers capteurs noyés dans la cellule. Les moteurs Pratt & Whiney F119 qui produisent environ 38.000 livres de poussée chacun, permettent une vitesse de croisière Mach 1,8, sans postcombustion. Avec postcombustion la vitesse maximale est d’environ Mach 2,2. L’avion peut voler à 60.000 pieds. Les tuyères des réacteurs sont dotées de la poussée vectorielle et peuvent être orientées de 40 degrés vers le haut ou le bas, soit pour améliorer la manœuvrabilité lors d'un combat aérien, soit pour réduire la distance de décollage.

Le F-22 est le premier avion militaire à disposer d'un tableau de bord entièrement composé d'écrans LCD multifonctions couleurs, en complément du système HOTAS (MMM, Mains sur Manettes et manche) et du viseur tête-haute.



Photos : 1 F-22 « Raptor » @ USAF@ ROB Schenk 2 & 3 module HUD DLE @ BAe Systems

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/01/21/un-nouvel-hud-pour-le-f-22-raptor-862917.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Mar 24 Jan 2017 - 22:57

Citation :
24 jan. 2017 | Par Emmanuel Huberdeau

Premier Red Flag pour le F-35A



Premier Red Flag pour le F-35A © USAF



Du 23 janvier au 10 février 2017, la base aérienne de Nellis accueillera l'exercice Red Flag 17-1. Jusque là rien de nouveau. Cet exercice marquera cependant une étape symbolique pour l'US Air Force qui y déploie pour la première fois son F-35A.

Les exercices Red Flag sont réputés mondialement. Il s'agit d'entrainements de grande envergure très réalistes se déroulant sur l'immense base de Nellis dans le Nevada. Des moyens importants sont engagés à chaque édition avec le plus souvent la présence d'alliés des Etats-Unis.

Les F-35A envoyés à Nellis appartiennent au 388e et au 419e escadrons de chasse basés à Hill. Selon l'US Air Force le F-35A sera confronté durant cet exercice à l'ensemble du spectre de ces missions. Les responsables américains estiment que l'exercice permettra de mettre à l'épreuve la furtivité et l'interopérabilité du F-35A, ses deux principales qualités. Les F-35A qui voleront au côté de différents types d'appareils effectueront des missions de défense aérienne et des missions "limités" d'appui aérien. Signe que l'appareil n'est pas encore pleinement opérationnel.

http://www.air-cosmos.com/premier-red-flag-pour-le-f-35a-89039
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Ven 27 Jan 2017 - 20:40

Citation :
Le chef du Pentagone ordonne une revue du programme de chasseurs furtifs F-35


AFP 27/01/2017


Le secrétaire à la Défense James Mattis a ordonné une revue du très coûteux programme d'avion de combat furtif F-35, demandant notamment d'examiner si le chasseur Boeing F/A-18 'Super Hornet' moins sophistiqué peut offrir une alternative, a annoncé le Pentagone.
"Le programme F-35 est un programme d'acquisition crucial qui mérite un examen détaillé pour réduire les coûts qui lui sont associés", souligne le secrétaire à la Défense dans un court mémorandum publié par le Pentagone.

Le F-35, construit par Lockheed Martin est considéré comme le programme d'armement le plus coûteux de l'histoire militaire, avec un total estimé à près de 400 milliards de dollars.

Début janvier, le président élu américain Donald Trump avait dénoncé le prix "hors de contrôle" de cet avion ultra-sophistiqué, dont le développement a été marqué par des dérapages de coûts et des retards de calendrier.
Le F-35 a commencé à entrer en service au sein de l'US Air Force et dans le corps des Marines.
Le chef du Pentagone a également ordonné une revue du programme d'achat du futur Air Force One, l'avion présidentiel, confié à Boeing.

https://www.lorientlejour.com/article/1031851/le-chef-du-pentagone-ordonne-une-revue-du-programme-de-chasseurs-furtifs-f-35.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Sam 28 Jan 2017 - 19:39

Citation :
Le général Mattis demande d’évaluer le F/A-18 Advanced Super Hornet comme alternative au F-35C


Posté dans Forces aériennes, Industrie par Laurent Lagneau Le 28-01-2017




Confié en 2001 à Lockheed-Martin, le programme Joint Strike Fighter (JSF) promettait de moderniser l’ensemble des forces aériennes américaines à moindre coût, compte-tenu de l’effet d’échelle. Trois versions de cet appareil ont alors être développées : le F-35A pour l’US Air Force, le F-35B (STOVL) pour le Corps des Marines et le F-35C pour l’US Navy.

Seulement, comme rien ne se passe jamais comme prévu, ce programme, qui intéresse également des forces aériennes européennes et asiatiques, a connu des retards et des problèmes techniques qui ont eu pour conséquence de faire grimper les coûts, au point que, outre-Atlantique, le JSF est surnommé le « trillion program ». Et l’on ne compte plus les rapports critiques publiés chaque année par le Government Accountability Office (GAO, sorte de Cour des comptes) ou encore par le bureau des tests opérationnels et de l’évaluation (DOT&E) du Pentagone.

Il est vrai que, étant donné la complexité de cet appareil, les difficultés sont nombreuses et l’on peut avoir l’impression que quand un problème est réglé, un autre survient. C’est d’ailleurs ce qu’a souligné le dernier rapport du DOT&E. « Des problèmes continuent d’être découverts au rythme de 20 par mois, et beaucoup d’autres seront encore mis au jour avant et pendant IOT&E [ Initial Operational Test and Evaluation]« , peut-on y lire.

Qui plus est, certains estiment qu’il faudrait arrêter les frais. Tel est, en tout cas, l’avis du Bureau du Budget du Congrès américain (CBO), qui a récemment proposé d’en rester au 285 F-35 commandés par le Pentagone (sur les 2.443 exemplaires attendus) et d’acquérir à la place des appareils déjà éprouvés mais modernisés.

Et le président Trump n’est pas loin d’être sur la même ligne. Avant de prendre ses fonctions à la Maison Blanche, il avait tancé Lockheed-Martin en dénonçant un programme « hors de contrôle » et demandé à Boeing de se préparer à proposer une alternative, basée sur le F/A-18 Advanced Hornet (du moins, c’est ce que l’on pouvait comprendre).

Alors que Lockheed-Martin attend la confirmation d’une commande de 90 F-35 pour près de 9 milliards de dollars après avoir revu le prix unitaire de l’appareil à moins de 100 millions de dollars, le nouveau chef du Pentagone, le général James Mattis, a indiqué, le 27 janvier, qu’il venait d’ordonner une revue du programme Joint Strike Fighter.

« Le programme F-35 est un programme d’acquisition crucial qui mérite un examen détaillé pour réduire les coûts qui lui sont associés », a en effet expliqué ce dernier.

Selon un mémo signé par James Mattis et diffusé par USNI News, cet examen prévoit surtout de comparer les capacités opérationnelles du F-35C avec celle du F/A-18 E/F Super Hornet et de voir si des améliorations portées à ce dernier seraient de nature à constituer « une alternative compétitive et rentable. »

En clair, il est question du F/A-18 Avanced Super Hornet, que Boeing développe depuis 2013. Par rapport à son aîné, cet appareil disposerait d’une signature radar réduite de 50%, d’une autonomie plus élevée de 130 nautiques, de moteurs améliorés et d’une avionique dernier cri.

Pour rappel, l’US Navy compte disposer 260 F-35C. Seulement, alors que l’US Marine Corps a envoyé ses premiers F-35B au Japon et que l’US Air Force a estimé que ses F-35A avaient atteint leur capacité opérationnelle initiale (avant de les clouer au sol un mois plus tard), la marine américaine est encore loin d’en faire autant.

Cela étant, ce n’est pas la première fois qu’une version du F-35 est menacée. Celle destinée justement aux Marines avait été mise en période probatoire par Robert Gates, alors secrétaire à la Défense de Barack Obama.

http://www.opex360.com/2017/01/28/le-general-mattis-demande-devaluer-le-fa-18-advanced-hornet-alternative-possible-au-f-35c/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Sam 28 Jan 2017 - 19:52

Citation :
28/01/2017

US Air Force, nouvelle commande de KC-46A !





Everett, Washington, L’US Air Force a passé une nouvelle commande, ce vendredi, pour 15 avions ravitailleurs Boeing KC-46A « Pegasus » pour un montant de 2,1 milliards de dollars. La commande prévoit également des moteurs de rechange et des kits pour les ailes, ainsi que des gousses de ravitaillement.

Cette commande est la troisième à taux faible de production pour Boeing. Les deux premières commandes datent d’août 2016 avec 7 et 12 avions, respectivement, ainsi que des pièces de rechange. Au total l’avionneur américain prévoit de construire 179 de ravitaillement basé sur la cellule du B767 pour la Force aérienne afin de remplacer sa flotte actuelle de KC-135 et KC-10. Les premières livraisons vont débuter cette année.

Le KC-46A «New Generation Tanker»:

Le KC-46A Pegasus «New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 «Dreamliner». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «New Gen Tanker» se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le «New Gen Tanker» met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le «New Gen Tanker» dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 « NewGen » modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).



Photos : Le KC-45A Pegasus @ Boeing

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/01/28/us-air-force-nouvelle-commande-de-kc-46a-862960.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Mer 8 Fév 2017 - 22:26

Citation :
8 fév. 2017 | Par Antony Angrand

L'A-10 épargné jusqu'en 2021 au moins



L'ensemble des A-10 Thunderbolt II de l'US Air Force seront maintenus en service au moins jusqu'en 2021
© Northrop Grumman



Pas avant cinq ans au moins. L'A-10 ne partira pas à la retraite avant 2021, a déclaré le général David Golfein au cours d'une conférence. La date du départ à la retraite du "phacochère" sera déterminée à la suite d'une discussion menée avec le secrétaire à la défense James Mattis.

L'appareil revient de loin, car il y a encore peu, il était question d'une réduction du nombre d'appareils maintenus en service dès 2018, le dernier appareil devant être stocké en 2021. Mais en automne dernier, la secrétaire à l'US Air Force, Deborah Lee James annonça que la mise à la retraite du A-10 serait différée.

http://www.air-cosmos.com/l-a-10-epargne-jusqu-en-2021-au-moins-89625
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Lun 13 Fév 2017 - 21:12

Citation :
13 fév. 2017 | Par Guillaume Belan

Le Raptor se pose en Australie



Le F-22 Raptor © Cyrille Cosmao



Les trois premiers des 12 F-22 Raptor déployés en Australie, sont arrivés le 10 février sur la base de Tindal de la Royal Australian Air Force. L'objectif : mener des exercices et des missions de formation avec les Forces australiennes dans le cadre de l' Enhanced Air Cooperation Initiative, prévu par l'accord de défense américano-australien. Ce déploiement avait été annoncé en décembre dernier par l'amiral Harry Harris (relire ici), sur fond de montée de tension avec la Chine. Outre le fait que Washington déploie son chasseur le plus puissant, la ministre australienne de la Défense, Marise Payne, a qualifié de « plus importante et plus longue rotation d'avions de cinquième génération en Australie ». Les 12 F-22 devraient ainsi rester plusieurs semaines dans le pays, ils sont accompagnés de 190 militaires américains. Les Etats-Unis ont renforcé leur présence ces dernières en Australie avec le déploiement de plus de 1000 Marines équipés notamment de V-22 Osprey.

http://www.air-cosmos.com/le-raptor-se-pose-en-australie-89839
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Sam 18 Fév 2017 - 19:38

Citation :
M. Trump envisage une « grosse commande » d’avions F/A-18 XT


Posté dans Amériques, Forces aériennes, Industrie par Laurent Lagneau Le 18-02-2017




Pendant la période de transition ayant précédé son entrée à la Maison Blanche, Donald Trump s’en était pris au programme d’avion de combat dit de 5e génération F-35 Lightning II en critiquant ses coûts beaucoup trop élevés, allant jusqu’à les estimer « hors de contrôle ». Et il avait demandé à Boeing de soumettre une alternative, basée sur le F/A-18 Super Hornet.

Régulièrement critiqué par le Government Accountability Office (GAO, sorte de Cour des comptes) ou encore par le bureau des tests opérationnels et de l’évaluation (DOT&E), ce programme, qui vise à développer trois versions d’un même appareil pour répondre aux besoins de l’US Air Force, de l’US Marine Corps, de l’US Navy, a connu des problèmes techniques qui ont engendré des retards et des surcoûts.

Pour autant, Lockheed-Martin, qui conduit ce programme lancé en 2001, répond que les coûts de cet avion baisseront au fil du temps. Le fait est. Le 3 février, le F-35 Joint Program Office (JPO) a annoncé avoir obtenu un accord de principe avec l’industriel pour la livraison de 90 F-35 pour 8,5 milliards de dollars. Ainsi, le coût d’un F-35A [version classique] a baissé de 7,3% pour passer sous le seuil des 100 millions de dollars. Celui du F-35B [à décollage court et à atterrissage vertical] a diminué de 6,7% pour s’établir à 112,8 millions de dollars. Même chose pour le F-35C [version navale], dont le prix unitaire a été ramené à 121,8 millions de dollars.

Cela étant, le coût d’un F-35C reste quand même élevé. Cela s’explique en partie par les problèmes rencontrés lors du développement de cette version, notamment au niveau de la crosse d’appontage, laquelle avait été placée trop près du train d’atterrissage…

Suite aux propos tenus par M. Trump en décembre, ainsi qu’à la diffusion d’un rapport du Bureau du Budget du Congrès américain (CBO), selon lequel il serait judicieux d’en rester aux 260 F-35 commandés pour acquérir, à la place, des avions éprouvés mais modernisés, le secrétaire américain à la Défense, l’ex-général James Mattis, a lancé une étude comparative entre l’appareil de Lockheed-Martin et le F/A-18 XT, également appelé « Avanced Super Hornet ».

Ce dernier, développé par Boeing sur la base du F/A-18 Super Hornet, a effectué son premier vol en 2013. Depuis, son constructeur assure que ses capacités ont encore été améliorées, notamment pour ce qui concerne la fusion des données (que certains estiment plus importante que la furtivité). En outre, sa signature radar serait réduite de 50% par rapport à son aîné. Et il disposerait d’une autonomie accrue (+ 130 nautiques), de moteurs améliorés et d’une avionique des plus modernes. Bref, cet appareil ne manquerait donc pas d’atouts…

Cependant, sans attendre les résultats de l’étude commandée par le chef du Pentagone, le président Trump a évoqué une « grosse commande » de F/A-18 lors de la visite de l’usine de Boeing implantée à Charleston [Caroline du Sud].

« Nous sommes en train de sérieusement considérer une grosse commande » de F/A-18, a en effet déclaré M. Trump, le 17 février. « On verra bien comment… vous savez, Dennis [Muilenburg, le PDG de Boeing, ndrl] est un négociateur très, très dur, mais je pense que nous pouvons y arriver », a-t-il ajouté.

En outre, les observateurs n’ont pas manqué de remarquer que, pendant la visite de l’usine, Reince Priebus, le chef de cabinet de M. Trump, tenait une brochure concernant le F/A-18 XT…

A priori, l’idée de l’administration Trump serait d’annuler la commande de la version navale du F-35C (l’US Navy en attend pourtant 260 exemplaires) au bénéfice du F/A-18 XT de Boeing.

D’après la presse américaine, le locataire de la Maison Blanche a également affirmé qu’il était près à commander davantage de F/A-18 si les coûts du F-35 ne continuaient pas à baisser.

http://www.opex360.com/2017/02/18/m-trump-envisage-grosse-commande-davions-fa-18-xt/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Lun 27 Fév 2017 - 20:08

Citation :
Les drones MQ-1 Predator de l’US Air Force seront retirés du service d’ici 2018


Posté dans Amériques, Forces aériennes par Laurent Lagneau Le 27-02-2017




Cela fait maintenant plus de 20 ans que l’US Air Force met en oeuvre des drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) MQ-1 Predator, développé par le constructeur américain General Atomics. Les premières missions de ce type d’appareil furent en effet menées à partir de 1995 dans les Balkans.

Puis, il fut décidé de les doter d’une capacité de frappe au sol. Le premier Predator armé de missiles AGM-114C Hellfire effectua ainsi son premier vol en 2001, soit quelques mois avant le début de l’intervention américaine en Afghanistan, en réponse aux attentats du 11 septembre.

Mais, le MQ-1 Predator fut connu du grand public à partir de 2002, quand la CIA commença à utiliser ceux qu’elle avait acquis pour éliminer les chefs d’al-Qaïda. Mais pas seulement. En effet, le chef de guerre afghan Gulbuddin Hekmatyar, qui ne faisait partie ni du mouvement taleb ni d’al-Qaïda, fut visé. La première frappe réussie par la Centrale de Langley fut celle réalisée contre des cadres d’al-Qaïda au Yémen, en novembre.

Dans le même temps, l’US Air Force commanda une version nettement améliorée du Predator : le MQ-9 Reaper. Jusqu’à présent, les deux plateformes ont cohabité. Mais ce ne sera plus le cas en 2018 : cette année-là, l’aviation américaine aura retiré tous ses MQ-1 Predator du service. Cette éventualité, évoquée en août 2015, a été confirmée par un communiqué diffusé le 23 février dernier.

« Alors que le MQ-1 [Predator] compte de nombreuses années de service, le temps est venu pour l’Air Force d’utiliser exclusivement le très performants MQ-9 [Reaper] à partir de 2018 afin de faire face à un environnement de combat en constante évolution », peut-on lire dans le texte.

Il est vrai que les performances du MQ-9 Reaper sont sans commune mesure avec celles de son aîné. Ce drone vole plus vite (480 km/h), à une altitude deux fois plus importante. En outre, il est en mesure d’emporter soit 4 missiles AGM-114 Hellfire (contre 2 pour le Predator), 2 missiles AIM-92 Stinger ou 2 bombes GBU-12 Paveway II.

« Le MQ-1 est un excellent exemple ou l’Air Force a pris un démonstrateur technologique pour le transformer en un système d’armes majeur ayant des effets quotidiens sur le champ de bataille », a commenté le lieutenant-colonel James, le commandant du 20e Attack Squadron. « Nous avons trouvé comment maximiser l’efficacité que l’on pouvait tirer du MQ-1. Je ne doute pas que nous allons continuer à trouver des moyens pour plus efficaces au combat avec le MQ-9 », a-t-il ajouté.

http://www.opex360.com/2017/02/27/les-drones-mq-1-predator-de-lus-air-force-seront-retires-du-service-dici-2018/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21511
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   Mar 28 Fév 2017 - 20:40

Citation :
28 fév. 2017 | Par Emmanuel Huberdeau

F-35A : Premiers déploiements en vue



Le F-35A pourrait être déployé à l'étranger en 2017 © USAF



Le F-35A est apte au combat, c'est en substance ce qu'a annoncé le général Hawk Carlisle, commandant du Air Combat Command de l'US Air Force. Selon lui, les premiers déploiements outre mer pourraient avoir lieu au printemps ou à l'été 2017.

Il ne devrait cependant pas s'agir de déploiements dans des zones de combat puisque le général Carlisle a évoqué l'Asie et l'Europe devant les journalistes américains. Un déploiement au Moyen-Orient est cependant envisagé dans un "futur pas si lointain".

Ces annonces interviennent quelques semaines après la première participation du F-35A à l'exercice Red Flag. Le plus important et réaliste des entrainements de l'US Air Force, qui a lieu deux fois par an. Selon l'US Air Force, le F-35A s'est très bien comporté durant cet exercice.

La capacité opérationnelle initiale du F-35A a été déclarée en août 2016 par l'US Air Force. Peu après, les F-35A de l'US Air Force avaient participé à une importante campagne de tir larguant ou tirant une trentaine de munitions (Missiles air-air AIM-120, AIM-9X et bombes JDAM et de 250 livres.).

http://www.air-cosmos.com/f-35a-premiers-deploiements-en-vue-90541
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: US Air Force - USAF   

Revenir en haut Aller en bas
 
US Air Force - USAF
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 20 sur 23Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21, 22, 23  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pavillon de la force navale- vlag van de zeemacht
» Japanese Maritime Self Defense Force (Marine Japon)
» Les MP et RP de la Force Navale
» l'union fait la force 'a Meknes
» Sarkozy veut créer une force navale européenne !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armées du monde :: Amériques-
Sauter vers: