Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Géopolitique Mondiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Géopolitique Mondiale   Sam 9 Mai 2015 - 9:54

Dans ce nouveau sujet je vous propose une mise en perspective géopolitique des différentes crises politiques ouvertes à travers le monde, pour en comprendre les origines, les moments clés et les enjeux.

Dans un contexte mondial très tendu ou les alliances se font et se défont et ou les enjeux dépassent souvent les simples faits médiatisés, je vous invite à partager les essais et analyses de différentes personnalités diplomatiques, politiques ou doctorants voir journalistes spécialisés, ainsi que les dossiers traitant des conflits dans un contexte géopolitique global et qu'on ne peut pas poster ailleurs comme simples actualités.

Pour commencer :

Citation :

The Geopolitics of World War III





The real reason Russia and Syria are being targeted right now.

Contrary to popular belief, the conduct of nations on the international stage is almost never driven by moral considerations, but rather by a shadowy cocktail of money and geopolitics. As such, when you see the mouthpieces of the ruling class begin to demonize a foreign country, the first question in your mind should always be "what is actually at stake here?"

For some time now Russia, China, Iran, and Syria have been in the cross hairs. Once you understand why, the events unfolding in the world right now will make much more sense.

The U.S. dollar is a unique currency. In fact its current design and its relationship to geopolitics is unlike any other in history. Though it has been the world reserve currency since 1944, this is not what makes it unique. Many currencies have held the reserve status off and on over the centuries, but what makes the dollar unique is the fact that since the early 1970s it has been, with a few notable exceptions, the only currency used to buy and sell oil on the global market.

Prior to 1971 the U.S. dollar was bound to the gold standard, at least officially. According to the IMF, by 1966, foreign central banks held $14 billion U.S. dollars, however the United States had only $3.2 billion in gold allocated to cover foreign holdings.

Translation: the Federal Reserve was printing more money than it could actually back.

The result was rampant inflation and a general flight from the dollar.

In 1971 in what later came to be called the "Nixon Shock" President Nixon removed the dollar from the gold standard completely.

At this point the dollar became a pure debt based currency. With debt based currencies money is literally loaned into existence.

Approximately 70% of the money in circulation is created by ordinary banks which are allowed to loan out more than they actually have in their accounts.
The rest is created by the Federal Reserve which loans money that they don't have, mostly to government.

Kind of like writing hot checks, except it's legal, for banks. This practice which is referred to as fractional reserve banking is supposedly regulated by the Federal Reserve, an institution which just happens to be owned and controlled by a conglomerate of banks, and no agency or branch of government regulates the Federal Reserve.



Now to make things even more interesting these fractional reserve loans have interest attached, but the money to pay that interest doesn't exist in the system. As a result there is always more total debt than there is money in circulation, and in order to stay afloat the economy must grow perpetually.

This is obviously not sustainable.

Now you might be wondering how the dollar has maintained such a dominant position on the world stage for over forty years if it's really little more than an elaborate ponzi scheme.

Well this is where the dollar meets geopolitics.

In 1973 under the shadow of the artificial OPEC oil crisis, the Nixon administration began secret negotiations with the government of Saudi Arabia to establish what came to be referred to as the petrodollar recycling system. Under the arrangement the Saudis would only sell their oil in U.S. dollars, and would invest the majority of their excess oil profits into U.S. banks and Capital markets. The IMF would then use this money to facilitate loans to oil importers who were having difficulties covering the increase in oil prices. The payments and interest on these loans would of course be denominated in U.S. dollars.

This agreement was formalized in the "The U.S.-Saudi Arabian Joint Commission on Economic Cooperation" put together by Nixon's Secretary of State Henry Kissinger in 1974.

Another document released by the Congressional Research Service reveals that these negotiations had an edge to them, as U.S. officials were openly discussing the feasibility of seizing oil fields in Saudi Arabia militarily.

In the United States, the oil shocks produced inflation, new concern about foreign investment from oil producing countries, and open speculation about the advisability and feasibility of militarily seizing oil fields in Saudi Arabia or other countries. In the wake of the embargo, both Saudi and U.S. officials worked to re-anchor the bilateral relationship on the basis of shared opposition to Communism, renewed military cooperation, and through economic initiatives that promoted the recycling of Saudi petrodollars to the United States via Saudi investment in infrastructure, industrial expansion, and U.S. securities.

The system was expanded to include the rest of OPEC by 1975.

Though presented as buffer to the recessionary effects of rising oil prices, this arrangement had a hidden side effect. It removed the traditional restraints on U.S. monetary policy.

The Federal Reserve was now free to increase the money supply at will. The ever increasing demand for oil would would prevent a flight from the dollar, while distributing the inflationary consequences across the entire planet.

The dollar went from being a gold back currency to a oil backed currency. It also became America's primary export.

Did you ever wonder how the U.S. economy has been able to stay afloat while running multibillion dollar trade deficits for decades?

Did you ever wonder how it is that the U.S. holds such a disproportionate amount of the worlds wealth when 70% of the U.S. economy is consumer based?

In the modern era, fossil fuels make the world go round. They have become integrated into every aspect of civilization: agriculture, transportation, plastics, heating, defense and medicine, and demand just keeps growing and growing.

As long as the world needs oil, and as long as oil is only sold in U.S. dollars, there will be a demand for dollars, and that demand is what gives the dollar its value.

For the United States this is a great deal. Dollars go out, either as paper or digits in a computer system, and real tangible products and services come in. However for the rest of the world, it's a very sneaky form of exploitation.

Having global trade predominately in dollars also provides the Washington with a powerful financial weapon through sanctions. This is due to the fact that most large scale dollar transactions are forced to pass through the U.S.

This petrodollar system stood unchallenged until September of 2000 when Saddam Hussein announced his decision to switch Iraq's oil sales off of the dollar to Euros. This was a direct attack on the dollar, and easily the most important geopolitical event of the year, but only one article in the western media even mentioned it.

In the same month that Saddam announced he was moving away from the dollar, an organization called the “The Project for a New American Century”, of which Dick Cheney just happened to be a member, released a document entitled “REBUILDING AMERICA’S DEFENSES Strategy, Forces and Resources For a New Century”. This document called for massive increases in U.S. military spending and a much more aggressive foreign policy in order to expand U.S. dominance world wide. However the document lamented that achieving these goals would take many years “absent some catastrophic and catalyzing event – like a new Pearl Harbor”.



One year later they got it.

Riding the emotional reaction to 9/11, the Bush administration was able to invade Afghanistan and Iraq and pass the patriot act all without any significant resistance.

There were no weapons of mass destruction in Iraq, and this wasn't a question of bad intelligence. This was a cold calculated lie, and the decision to invade was made in full knowledge of the disaster which would follow.



They knew exactly what was going to happen but in 2003, they did it anyway. Once Iraqi oil fields were under U.S. control, oil sales were immediately switched back to the dollar. Mission accomplished.

Soon after the invasion of Iraq the Bush administration attempted to extend these wars to Iran. Supposedly the Iranian government was working to build a nuclear weapon. After the Iraq fiasco Washington's credibility was severely damaged as a result they were unable to muster international or domestic support for an intervention. Their efforts were further sabotaged by elements within the CIA and Mossad who came forward to state that Iran had not even made the decision to develop nuclear weapons much less begin an attempt. However the demonization campaign against Iran continued even into the Obama administration.

Why?

Well, might it have something to do with the fact that since 2004 Iran has been in the process of organizing an independent oil bourse? They were building their own oil market, and it wasn't going to be tied to the dollar. The first shipments of oil were sold through this market in July of 2011.

Unable to get the war that they wanted, the U.S. used the U.N to impose sanctions against Iran. The goal of the sanctions was to topple the Iranian regime. While this did inflict damage on the Iranian economy, the measures failed to destabilize the country. This was due in large part to Russia's assistance in bypassing U.S. banking restrictions.

In February of 2009 Muammar Gaddafi, was named chairman of the African Union. He immediately proposed the formation of a unified state with a single currency. It was the nature of that proposed currency that got him killed.

In March of 2009 the African Union released a document entitled "Towards a Single African Currency". Pages 106 and 107 of that document specifically discuss the benefits and technicalities of running the African Central bank under a gold standard. On page 94 it explicitly states that the key to the success of the African Monetary Union would be the "eventual linking of a single African currency to the most monetary of all commodities - gold." (Note that the page number is different on other versions of the document that they released.)

In 2011 the CIA moved into Libya and began backing militant groups in their campaign to topple Gaddafi and the U.S. and NATO pushed through and stretched a U.N. nofly-zone resolution to tip the balance with airstrikes. The presence of Al-Qaeda extremists among these rebel fighters was swept under the rug.

Libya, like Iran and Iraq had committed the unforgivable crime of challenging the U.S. dollar.

The NATO intervention in Libya segued into a covert war on Syrian. The armories of the Libyan government were looted and the weapons were shipped via Turkey to Syrian rebels groups working to topple Assad. It was already clear at this point that many of these fighters had ties to terrorist organizations. However the U.S. national security apparatus viewed this as a necessary evil. In fact the Council on Foreign relations published an article in 2012 stating that "The influx of jihadis brings discipline, religious fervor, battle experience from Iraq, funding from Sunni sympathizers in the Gulf, and most importantly, deadly results. In short, the FSA needs al-Qaeda now."

(Hat tip to theantimedia.org for catching this.)

Let's be clear here, the U.S. put ISIS in power.



In 2013 these same Al-Qaeda linked Syrian rebels launched two sarin gas attacks. This was an attempt to frame Assad and muster international support for military intervention. Fortunately they were exposed by U.N. and Russian investigators and the push for airstrikes completely fell apart when Russia stepped in to broker a diplomatic solution.



The campaign for regime change in Syria, as in Libya has been presented in terms of human rights. Obviously this isn't the real motive.

In 2009, Qatar put forth a proposal to run a natural gas pipeline through Syria and Turkey to Europe. Assad however rejected this, and in 2011 he forged a pact with Iraq and Iran to run a pipeline eastward cutting Qatar and Saudi Arabia out of the loop completely. Not surprisingly Qatar, Saudi Arabia and Turkey have been the most aggressive regional players in the push to topple the Syrian government.

But why would this pipeline dispute put Syria in Washington's cross hairs? Three reasons:

1. This pipeline arrangement would significantly strengthen Iran's position, allowing them to export to European markets without having to pass through any of Washington's allies. This obviously reduces the U.S. government's leverage.
2. Syria is Iran's closest ally. It's collapse would inherently weaken Iran.
3. Syria and Iran have a mutual defense agreement, and a U.S. intervention in Syria could open the door to open conflict with Iran.

In February of 2014 this global chess game heated up in a new venue: Ukraine. The real target however was Russia.

You see Russia just happens to be the worlds second largest oil exporter, and not only have they been a thorn in Washington's side diplomatically, but they also opened an energy bourse in 2008, with sales denominated in Rubles and gold. This project had been in the works since 2006. They have also been working with China to pull off of the dollar in all of their bilateral trade.

Russia has also been in the process of organizing a Eurasian Economic Union which includes plans to adopt common currency unit, and which is slated to have its own independent energy market.

Leading up to the crisis in Ukraine had been presented with a choice: either join the E.U. under an association agreement or join the Eurasian Union. The E.U. insisted that this was an either or proposition. Ukraine couldn't join both. Russia on the other hand, asserted that joining both posed no issue. President Yanukovich decided to go with Russia.

In response the U.S. national security apparatus did what it does best: they toppled Yanukovich and installed a puppet government. To see the full evidence of Washington's involvement in the coup watch "The ukraine crisis what you're not being told"



This article from the Guardian is also worth reading.

Though this all seemed to be going well at first, the U.S. quickly lost control of the situation. Crimea held a referendum and the people voted overwhelmingly to secede from Ukraine and reunify with Russia. The transition was orderly and peaceful. No one was killed, yet the West immediately framed the entire event as an act of Russian aggression, and this became the go to mantra from that point on.

Crimea is important geostrategically because of its position in the Black Sea which allows for the projection of naval power into the Mediterranean. It has also been Russian territory for most of recent history.

The U.S. has been pushing for Ukraine's inclusion into NATO for years now. Such a move would place U.S. forces right on Russia's border and could have potentially resulted in Russia losing their naval base in Crimea. This is why Russia immediately accepted the results of the Crimean referendum and quickly consolidated the territory.

Meanwhile in Eastern Ukraine, two regions declared independence from Kiev and held referendums of their own. The results of which overwhelmingly favored self rule.

Kiev responded to this with what they referred to as anti-terrorist operations. In practice this was a massive and indiscriminate shelling campaign which killed thousands of civilians. Apparently killing civilians didn't qualify as aggression to the West. In fact the IMF explicitly warned the provisional government that their 17 billion dollar loan package could be in danger if they were not able to put down the uprising in eastern Ukraine.

While the war against eastern Ukraine was raging elections were held and Petro Poroshenko was elected president. It turns out that Poroshenko, was exposed by a leaked diplomatic cable released by wikileaks in 2008 as having worked as a mole for the U.S. State Department since 2006. They referred to him as "Our Ukraine insider" and much of the cable referred to information that he was providing. (A separate cable showed that the U.S. knew Poroshenko was corrupt even at that point.)

Having a puppet in place however hasn't turned out to be enough to give Washington the upper hand in this crisis. What does Washington do when they have no other leverage? They impose sanctions, they demonize and they saber rattle (or pull a false flag).

This isn't a very good strategy when dealing with Russia. In fact it has already backfired. The sanctions have merely pushed Russia and China into closer cooperation and accelerated Russia's de-dollarization agenda. And in spite of the rhetoric, this has not led to Russia being isolated. The U.S. and NATO have put a wedge between themselves and Russia, but not between Russia and the rest of the world (look up BRICS if you are unclear about this).

This new anti-dollar axis goes deeper than economics. These countries understand what's at stake here. This is why in the wake of the Ukrainian crisis China has proposed a new Eurasian security pact which would include Russia and Iran.

Consider the implications here as the Obama administration begins bombing in Syria which also has a mutual defense agreement with Iran.

This is not the cold war 2.0. This is World War 3.0. The masses may not have figured it out yet, but history will remember it that way.

Alliances are already solidifying and and a hot war is underway on multiple fronts. If the provocations and proxy wars continue, it's only a matter of time before the big players confront each other directly, and that is a recipe for disaster.

Does all of this sound insane to you? Well you're right. The people running the world right now are insane, and the public is sleep walking into a tragedy. If you want to alter the course that we are on, there's only one way to do it. We have to wake up that public. Even the most powerful weapons of war are neutralized if you reach the mind of the man behind the trigger.

How do we wake the masses you ask? Don't wait for someone else to answer that for you. Get creative. Act like you children's and grandchildren's futures depend on it, because they do.




http://scgnews.com/the-geopolitics-of-world-war-iii
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 9 Mai 2015 - 10:12

Citation :

Géopolitique : les fractures de 2015



Conflit à l’est de l’Europe, chute du pétrole, migrations dramatiques, guerres au Proche-Orient : les ondes de choc de 2014 se poursuivent, celles de 2015 vont s’y ajouter



Les faits - Sans ignorer que les relations internationales sont tout sauf prévisibles, l’Opinion dresse la liste des dossiers clés de 2015 : conflit israélo-palestinien, Ukraine, montée en puissance de la Chine, élections en Europe, mouvements migratoires, diplomatie de Barack Obama, impact sur l’Afrique de la chute du brent...

Qui aurait pu prévoir, aux premiers jours de 2014, qu’une guerre impliquant la Russie éclaterait dans l’Est de l’Europe ? Qu’un groupe dissident d’al-Qaïda prendrait le contrôle d’une partie de l’Irak et de la Syrie ? Que le virus Ebola tuerait près de 8 000 personnes en Afrique de l’Ouest ? Que le prix du pétrole s’effondrerait de moitié, rebattant les cartes de la puissance ? Nous vivons une époque de surprises stratégiques, dont le tempo semble s’accélérer. C’est faire preuve d’une bonne dose d’optimisme que de croire que le monde de 2015 se limitera aux simples développements des crises de 2014, aussi terribles soient-elles. D’autres vont surgir et, à l’Opinion, nous ne lisons pas dans le marc de café. « La surprise est par essence imprévisible. En même temps, il faut s’y préparer, matériellement et intellectuellement », note Georges-Henri Soutou, historien des relations internationales, dans un dossier sur la « surprise stratégique » de la revue Stratégique (n° 106, 2014).

Ce que l’on peut en revanche prévoir avec certitude, c’est que certains problèmes ne vont pas disparaître de sitôt. Ainsi du conflit israélo-palestinien, lorsque l’on sait que les premiers affrontements judéo-arabes remontent à pris d’un siècle, au printemps 1920 à Jérusalem… Les élections anticipées du 17 mars prochain vont rebattre les cartes en Israël au moment où l’Autorité palestinienne durcit sa position en rejoignant la Cour pénale internationale afin d’y poursuivre les dirigeants israéliens pour « crimes de guerre ». D’il y a près d’un siècle aussi datent les frontières du Moyen-Orient que le groupe Etat islamique (Daesh) cherche à effacer aujourd’hui, de Bagdad jusqu’à Beyrouth. En 2014, la coalition dirigée par les Américains est parvenue à stopper la progression de Daesh. 2015 sera-t-elle l’année de la reconquête ? Le sort du régime syrien de Bachar el-Assad, la réconciliation entre l’Iran et les Etats-Unis (avec un nouveau rendez-vous en juin sur le nucléaire), la question kurde sont complètement imbriqués dans la solution qui doit être trouvée. Le problème « Poutine » restera sans doute en tête de l’agenda européen même si la dégradation de son économie, affectée par les sanctions internationales mais aussi par la chute des prix des hydrocarbures, pourrait inciter le Kremlin à faire preuve d’un plus grand esprit de compromis. Mais la Russie restera là où elle est… voisine d’une Ukraine en lambeaux et d’une Europe de l’Est apeurée. La désescalade, pour laquelle le Président Hollande ne ménage pas sa peine, sera-t-elle au rendez-vous ? Premiers éléments de réponse dès le 15 janvier, avec un sommet à quatre (Poutine, Porochenko, Merkel, Hollande) au Kazakhstan. En Asie, la montée en puissance de la Chine se poursuivra, suscitant l’inquiétude de tous ses voisins sur fond de risque d’un nouveau ralentissement de sa croissance. En Afrique, les conséquences de la déstabilisation de la Libye continueront à se faire sentir. Les mouvements migratoires ne ralentiront pas et l’intégration de ces nouvelles populations restera une question politique centrale, aux Etats-Unis comme en Europe. En 2014, plus de 200 000 clandestins ont traversé la Méditerranée, et on compte plus de 3 400 morts. Avec un naufrage en moyenne presque dix tous les jours, loin des regards. La migration illégale fait désormais partie, au même titre que les drogues, les armements ou la prostitution, des principaux phénomènes mondiaux sur lesquels prospèrent les mafias. Même phénomène de grande ampleur, le réchauffement climatique, qui sera l’occasion d’une conférence internationale à Paris en décembre que l’on dit cruciale, même si le résultat des derniers sommets, comme celui de Lima en décembre dernier, n’incite pas à l’optimisme.

Le pire, pourtant, n’est pas toujours sûr. Dans un monde arabe déprimant, la Tunisie a fourni, l’an dernier, une belle occasion d’espérer. La démocratie s’y installe, dans une sorte de « compromis historique » entre les islamistes, puissants, et les laïcs, majoritaires. L’Afrique pourrait rapidement réserver d’autres bonnes surprises, en matière de développement politique et économique. Et le pape François poursuivre avec succès son combat pour une Eglise catholique moins fermée sur elle-même. Le président Barack Obama, que l’on disait fini suite à la défaite de son camp aux élections de novembre, bouge encore. On l’a vu avec sa décision de renouer, après 54 ans de rupture, les relations diplomatiques avec Cuba, et on pourrait le voir sur d’autres dossiers. L’Union européenne et la zone euro ont survécu à de rudes chocs et en affronteront rapidement d’autres, avec les élections grecques du 25 janvier ou la perspective d’une sortie du Royaume-Uni qui sera renforcée, ou non, par les élections britanniques prévues avant l’été. Et pourtant, les élections européennes de juin 2014 ont vu l’émergence, encore timide, d’un espace politique commun. Contestée et insatisfaisante, l’Europe restera, en 2015, un horizon indépassable.

http://www.lopinion.fr/4-janvier-2015/geopolitique-fractures-2015-19971
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 9 Mai 2015 - 21:07

Citation :

Au Yémen, un enchevêtrement de conflits et d’ambitions géopolitiques




L’ARABIE SAOUDITE ET L’IRAN FACE À FACE



Le sommet arabe du Caire a décidé la création d’une force commune destinée, même si cela n’est pas clairement affirmé, à faire face à la montée en puissance de l’Iran – plus qu’à celle de l’Organisation de l’Etat islamique. L’intervention de l’Arabie saoudite et de ses alliés au Yémen répond à la même préoccupation, alors même que Téhéran négocie sur son programme nucléaire et que l’issue de ces pourparlers aura des conséquences majeures sur les relations régionales.

Dans la nuit du 25 au 26 mars, l’Arabie saoudite a lancé l’opération «  Tempête décisive  » au Yémen et entamé le bombardement des positions des milices houthistes qui s’étaient emparées de la capitale Sanaa, avaient renversé le président Abd Rabbo Mansour Hadi et progressaient vers le sud et le grand port d’Aden. Dix pays participent, plus ou moins intensément et plus ou moins directement à la coalition qui s’est mise en place sous l’égide de Riyad : cinq des six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) (en plus de l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Koweït, le Qatar et à l’exception d’Oman), auxquels il faut ajouter l’Égypte, le Maroc, la Jordanie, le Soudan et le Pakistan.

Cette coalition a obtenu le soutien des États-Unis  ; la porte-parole du Conseil national de sécurité a déclaré que le président Barack Obama «  avait autorisé la fourniture de soutien logistique et de renseignement pour appuyer les opérations militaires du CCG  »1. Une cellule commune de planification avec l’Arabie saoudite a été mise en place. Pourtant, si l’on en croit Jamal Khashogji, un journaliste saoudien très introduit dans les cercles dirigeants de son pays, selon un article intitulé «  The Salman principle  » (La doctrine Salman), Riyad aurait mis Washington devant un fait accompli : «  Nous avons décidé d’intervenir au Yémen, auraient dit les responsables saoudiens en substance. Etes-vous avec nous ou non  ?  ». Si cela était confirmé, ce serait un changement important dans la politique saoudienne qui reste pourtant toujours très dépendante des États-Unis, y compris en termes militaires.

Le Pakistan, tout en assurant sa détermination à assurer la sécurité et l’intégrité territoriale du royaume wahhabite a exprimé quelques réserves. Intervenant devant le Parlement, le ministre de la défense Khawaja Asif a déclaré : «  Nous ne participerons à aucun conflit qui provoquerait des différences entre pays musulmans, aggravant les lignes de fracture qui sont aussi présentes chez nous et dont nous devrons supporter les conséquences  », faisant ainsi allusion aux tensions persistantes entre la minorité chiite et la majorité sunnite2.

CHIITES CONTRE SUNNITES  ?

Cette référence aux divisions confessionnelles conforte tous ceux qui lisent l’affrontement actuel à travers le prisme d’un choc entre sunnisme et chiisme, dont l’antagonisme remonterait aux origines même de l’islam, aux guerres de succession après la mort du prophète Mohammed en 632. C’est cette vision qu’illustre une carte du Monde publiée le 27 mars. Tous les clichés abstraits et a-historiques ressortent dans nombre de commentaires — affrontement millénaire, haines inextinguibles, querelles théologiques — pour expliquer les événements, au détriment des analyses politiques et géopolitiques.

Toute la difficulté de dépasser la lecture confessionnelle et de déceler les enjeux de pouvoir qui structurent réellement les conflits de la région provient du fait que les acteurs engagés sur le terrain donnent eux-mêmes du crédit à l’opposition sunnite-chiite et agissent en conséquence. La lecture confessionnelle conduit à une simplification objective de la confrontation et écrase la complexité dans l’esprit des analystes que nous sommes comme dans celui des combattants.

Les houthistes, nous explique-t-on, sont des chiites et leur progression indisposerait le puissant voisin saoudien. Pourtant, en septembre 1962, quand un coup d’État républicain mit fin à l’imamat millénaire zaydite installé à Sanaa, une longue guerre civile s’ensuivit. Et Riyad appuya, finança, arma les tribus zaydites que l’on qualifie aujourd’hui de «  chiites  ». Les zaydites sont une branche de l’islam rattachée au chiisme  ; contrairement aux chiites iraniens, ils ne reconnaissent que cinq imams et non douze. Longtemps considérés comme «  modérés  » — dans leurs mosquées, ils prient fréquemment aux côtés des sunnites —, ils ont subi ces dernières années l’influence de Téhéran. Mais, comme le reconnaît Simon Henderson, un analyste appartenant à un think tank américain dépendant du puissant lobby pro-israélien, et peu susceptible de sympathie envers les mollahs : «  Nous ne connaissons pas l’ampleur du soutien de l’Iran aux houthistes — et nous ne savons pas si les Iraniens considèrent leur prise de pouvoir comme un objectif stratégique majeur ou une conséquence d’événements fortuits.  » Et la déclaration d’un député iranien l’an dernier affirmant que trois capitales arabes — Damas, Bagdad et Beyrouth — étaient déjà sous contrôle de Téhéran n’a pas suffi pour y voir un grand dessein iranien3. D’ailleurs, dans les années 2000, durant les présidences de Hachemi Rafsandjani (1989-1997) et Mohammad Khatami, (1997-2005), un rapprochement s’était produit entre Téhéran et Riyad.

QUATRE FORCES SUR LE TERRAIN

Le Yémen ne saurait être réduit à une grille d’analyse confessionnelle. D’abord, il fait partie des quatre pays où le «  printemps arabe  » a débouché sur le départ du président, après une longue lutte marquée par des affrontements armés, mais aussi par un rôle actif de la jeunesse qui n’a pas renoncé à cette place, même si la militarisation des affrontements entre élites l’affaiblit. Au moins quatre forces occupent le terrain au gré d’alliances instables :

- en premier lieu, l’ancien président Ali Abdallah Saleh, auquel une partie importante de l’armée est restée fidèle. Il est aussi zaydite, mais il s’est opposé pendant de nombreuses années aux houthistes  ;

- les houthistes, entre 2004 et 2009. Saleh les a longtemps combattus (en s’appuyant alors sur les islamistes sunnites) avant de s’allier à eux en espérant regagner son pouvoir. Leur alliance paraît fragile et le Congrès général populaire de l’ancien président a critiqué leur offensive contre le sud  ;

- les sudistes, qui regrettent leur indépendance du temps de la République démocratie et populaire du Yémen (RPDY), le Yémen du Sud. Depuis l’unification des deux Yémen en 1990, ils se sont plusieurs fois soulevés contre l’autorité centrale et réclament à nouveau l’indépendance. Alliés de circonstance aujourd’hui à Hadi et au parti Al-Islah proche des Frères musulmans dans leur combat contre les houthistes, ils n’oublient pas que ces deux derniers ont mené une répression violente contre eux, notamment en 1994  ;

- enfin, Al-Qaida dans la péninsule Arabique (AQPA), la seule filiale d’Al-Qaida disposant d’une base territoriale. Elle s’oppose certes aux houthistes, mais n’a aucune sympathie pour le président Saleh ni pour l’Arabie saoudite où elle est implantée et poursuit son action clandestine et ses attentats. Pour sa part, l’organisation de l’État islamique (OEI) a revendiqué sa première action au Yémen, un attentat dans une mosquée de Sanaa qui a fait environ 150 morts le 20 mars dernier. Mais ces développements ne semblent pas inquiéter la coalition créée par l’Arabie saoudite.

L’IMPLICATION DE RIYAD

L’enjeu de cette guerre dépasse bien évidemment le Yémen, qui n’est qu’un des fronts dans une région qui sombre dans le chaos et se décompose sous les coups de boutoir des interventions étrangères, des régimes dictatoriaux agrippés au pouvoir et des milices non-étatiques.

L’une des interrogations porte sur le sens de l’implication saoudienne. La monarchie prétend aligner une centaine d’avions de combats et aurait massé 150 000 soldats sur sa frontière avec le Yémen : un déploiement impressionnant. S’agit-il de montrer que, face à l’Iran et alors que les États-Unis se désengagent en partie, le pays veut reconquérir un rôle central dans toute la région  ? Cette mobilisation marque-t-elle un infléchissement politique impulsé par le nouveau roi Salman et les jeunes princes qui l’entourent  ? C’est ce que pense Nawaf Obeid, un intellectuel saoudien proche du pouvoir : «  La nouvelle direction saoudienne, organisée autour de jeunes princes dynamiques et de technocrates, développe une doctrine de politique étrangère pour relever les défis lancés par les tensions régionales. Cette doctrine est fondée sur la légitimité de la monarchie et le rôle central du royaume pour le monde musulman. Comme gardienne des deux Lieux saints de La Mecque et Médine, l’Arabie est dans une position unique pour s’élever au-dessus de la mêlée de la dernière décennie et de combler les divisions entre les principaux pays sunnites  »4.

Pourtant, l’armée saoudienne a-t-elle les moyens de cette stratégie  ? Elle a déjà subi une défaite face aux milices houthistes, pourtant mal armées mais en pleine maitrise de leur territoire, en 2009. Peut-elle engager des troupes au sol, au risque de l’enlisement de ses soldats, et cela malgré le soutien du maréchal Abdel Fattah Al-Sissi, qui semble oublier que le Yémen fut un Vietnam pour l’armée égyptienne entre 1962 et 1967  ? De nombreux commentateurs égyptiens s’interrogent sur la durée d’une telle intervention et sur ses buts politiques5.

Car si les cartes sont en partie rebattues dans la région, l’alliance dite «  sunnite  » n’est pas sans fissures et «  le danger perse  » n’est pas suffisant pour colmater toutes les brèches. L’Arabie saoudite semble un peu plus conciliante qu’en 2014 à l’égard des Frères musulmans, s’est rapprochée du Qatar et de la Turquie, alors que cette dernière est régulièrement dénoncés par Le Caire. Même les organisations islamistes semblent en partie réservées par rapport à une intervention qui divise le monde musulman. Le Front salafiste égyptien, dont la figure de proue est le cheikh charismatique Abou Ismaïl (aujourd’hui en prison), analyse le conflit comme «  un affrontement entre l’Occident et l’islam  », dans lequel «  les régimes arabes qui appuient la cause américano-sioniste cherchent à mettre en échec les soulèvements des peuples arabes  ». Tout en stigmatisant le «  complot iranien  », il a condamné les bombardements saoudiens, rappelant qu’aucune coalition ne s’était créée pour sauver les musulmans de Syrie et d’Irak6. Quant aux Frères musulmans égyptiens, tout en soutenant Riyad qui prétend vouloir rétablir «  le pouvoir légitime  » au Yémen, ils ont beau jeu de rappeler que ce même pouvoir légitime au Caire est celui de Mohamed Morsi.

L’ENJEU DES NÉGOCIATIONS SUR LE NUCLÉAIRE

On ne saurait négliger l’importance géopolitique du Yémen. Le pays contrôle l’entrée de la mer Rouge (vers le canal de Suez) et le détroit de Bab El-Mandeb, certes moins important que celui d’Ormuz, mais par lequel passe une partie du pétrole et du gaz à destination de l’Europe. D’autre part, depuis le 11-Septembre, le Yémen est un maillon central de la «  guerre contre le terrorisme  » et des forces spéciales américaines y étaient stationnées, coordonnant les actions contre AQPA (notamment les tirs de drones). Or, les États-Unis viennent d’évacuer leur base d’Al-Anad suite à l’avancée des houthistes vers Aden. Et AQPA et Américains se retrouvent côté à côté dans le combat contre les houthistes.

Washington est confronté à un dilemme similaire en Irak, alors que les milices chiites encadrées et entraînées par Téhéran mènent l’offensive contre l’OEI. Lors de l’offensive en cours des troupes de Bagdad contre la ville de Tikrit contrôlée par cette dernière, les États-Unis ont conditionné leur aide aérienne au retrait des conseillers iraniens.

À la veille de la conclusion des négociations sur le nucléaire iranien, l’Arabie saoudite a renforcé sa main. Quelle que soit l’issue, il s’agit d’affirmer sa place face à Téhéran et de se préparer aux deux scénarios : un accord et le réintégration de l’Iran dans le jeu régional par les Occidentaux; un échec avec toutes les escalades militaires envisageables.

http://orientxxi.info/magazine/au-yemen-un-enchevetrement-de,0855
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 9 Mai 2015 - 21:29

Citation :

Le nouvel égoïsme territorial : Quels défis pour les États ? Quels enjeux pour la cohésion nationale ?


Entretien avec Laurent Davezies, professeur au CNAM, auteur de "Le nouvel égoïsme territorial"

Laurent Davezies est professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), titulaire de la chaire « Économie et Développement des Territoires».



Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Jeu 14 Mai 2015 - 10:19

Pétrole: vers une nouvelle donne?



Fluctuation des prix et constantes géopolitiques


Citation :
Pourquoi nous n'en avons pas encore fini avec l'Or noir

ECONOMIE - L'ouverture ce 16 avril 2015 à Paris du 16e Sommet international du pétrole est l'occasion de s'interroger sur l'actualité et le devenir de la principale source d'énergie de notre monde globalisé. La chute des cours actuelle est-elle "le début de la fin" annoncé par tant de prophètes?

L'une des dernières attaques parmi les plus retentissantes de l'Etat islamique a concerné il y a quelques jours la raffinerie de Baïji, la plus grande d'Irak. Assiégée depuis plusieurs mois par les jihadistes, reprise de haute lutte par les forces irakiennes soutenues par des frappes aériennes de la coalition menée par les Etats-Unis, elle symbolise l'importance stratégique intacte du pétrole. Dans nombre de conflits en cours, comme au sein du système économique global.

"Les combustibles fossiles fournissent encore les quatre cinquièmes de l'énergie à laquelle nous avons recours", rappelle Matthieu Auzanneau dans un récent ouvrage (Or noir, La grande histoire du pétrole, La Découverte, mars 2015). Garant de nos modes de production et de consommation, le pétrole reste incontournable en raison de son poids économique et financier: "Le chiffre d'affaires de l'industrie chargée d'extraire de sous terre les hydrocarbures était en 2013 près de dix fois supérieur à celui de toute autre industrie".

L'impact de la baisse des prix

La pression baissière du moment sur les cours du baril est la conséquence de nombreux facteurs, qui interagissent d'ailleurs entre eux: ralentissement de la croissance mondiale et en particulier des échanges internationaux, surproduction, développement des pétroles non conventionnels, spéculation à la baisse... S'y ajoutent des phénomènes "perturbateurs", comme le terrorisme, les problèmes politiques, économiques et sociaux, la montée des tensions géopolitiques. D'ores et déjà, les conséquences de cette nouvelle donne se font sentir. La baisse des cours, donc des revenus, constitue un risque direct pour des pays fortement dépendants et déjà fragiles, comme le Venezuela et le Nigeria. Il affaiblit l'économie de bon nombre d'autres pays exportateurs, comme l'Angola, l'Algérie, l'Iran et bien sûr la Russie, mais également des pays modestement producteurs comme le Royaume-Uni -donc plus particulièrement l'Ecosse.

Le 3 février dernier, Shell a annoncé son intention de déclasser le champ pétrolifère Brent en mer du Nord. Une décision qui laisse présager une vague de fermetures, le Financial Times estimant que "la grande majorité des 470 plateformes, des 10.000 kilomètres de pipelines et des 5000 puits restant en mer du Nord seront mis hors service". Il est vrai qu'à moins de 60 dollars le baril, la plupart de ces installations ne sont plus rentables, la raréfaction des ressources nécessitant des investissements de plus en plus massifs.

Une nécessité d'investissements massifs

En dix ans, de 2002 à 2012, les sommes dépensées chaque année pour chercher et surtout pomper l'or noir sont passées de 200 milliards à 700 milliards de dollars, et la plupart des nouvelles sources de brut (puits offshore profonds et ultra-profonds) exigent un baril aux alentours de 100 dollars, a minima. Il existe certes des sources alternatives, comme les sables bitumineux (notamment en Alberta, dont les réserves en pétrole sont estimées être plus importantes que celles de l'Iran et de l'Irak), et bien sûr les hydrocarbures de roche mère (ou "de schiste"). Mais ils posent également un problème de rentabilité, compte tenu du coût énergétique élevé de leur extraction, et de l'impact environnemental de leur exploitation massive - la limitation de cet impact exigeant à tout le moins un effort considérable en R&D.
L'industrie du pétrole est donc plus que jamais consommatrice de technologie et de capitaux. Or ces derniers se font rares dans un contexte de croissance molle. La situation des prix et la nécessaire réduction des coûts sont d'ailleurs au cœur des débats organisés dans le cadre du 16e Sommet international du pétrole. Mais pour Matthieu Auzanneau, la baisse actuelle constitue ni plus ni moins qu'"une terrible menace pour la pérennité de l'industrie mondiale de l'or noir".

Le pétrole, carburant de la géopolitique

Si l'on sait les ressources naturellement limitées, force est de reconnaître qu'aucune solution technique viable de remplacement n'a encore vu le jour. "L'accroissement de la demande énergétique totale concerne, pour moitié, les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz), ce qui confère aux hydrocarbures un rôle prédominant dans la gestion des ressources mondiales entre producteurs et consommateurs", soulignent les auteurs du manuel Hydrocarbures et conflits dans le monde (Technip, 2012).

C'est ce qui explique notamment l'importance géopolitique toujours cruciale du Moyen-Orient. Et plus particulièrement du "corridor du pétrole" allant de la mer Caspienne au golfe Persique, entre l'est de la Turquie et de la Syrie et, à l'ouest, le plateau iranien. C'est-à-dire là où le pétrole est encore bon marché. Avec deux pièces maîtresses, selon Auzanneau : la "reine saoudienne" et le "fou d'Irak". "Les ressources de l'Irak, préservées durant un quart de siècle de guerres et d'embargo, en font le seul producteur mondial majeur de pétrole conventionnel en passe d'augmenter très significativement ses extractions dans les années à venir". Malgré leur précédent et cuisant échec, les Etats-Unis ne s'y sont pas trompés en décidant d'intervenir de nouveau dans le pays afin d'y contrer la menace de l'EI, dont une part substantielle des ressources provient précisément du pétrole.

Quant à l'Arabie saoudite, qui est à l'origine de l'actuelle baisse des cours, elle reste la puissance pétrolière dominante, à la fois comme premier pays producteur au monde et détenteur des principales réserves conventionnelles (16%). Elle a annoncé depuis plusieurs années déjà son souhait de ne pas intensifier l'exploitation de son brut. Dès 2010, le roi Abdallah avait en effet émis le souhait d'"interrompre toute exploration pétrolière afin qu'une part de cette richesse soit préservée pour nos fils et nos successeurs". Le royaume entend d'autant moins combler le déclin des autres producteurs d'or noir moins bien dotés par la nature qu'il se débat déjà avec les contradictions de sa propre opulence énergétique, la très importante consommation domestique (pour faire tourner l'air conditionné et les usines de désalinisation notamment) obérant ses capacités exportatrices. L'enjeu pour Riyad est, comme on le constate avec son intervention militaire au Yémen, d'affaiblir l'axe chiite. Le pétrole est une carte maîtresse dans ce nouveau "Grand Jeu".

S'il fallait enfin se convaincre de son importance stratégique, il suffit de relever la propension d'anciens hommes d'Etat occidentaux reconvertis dans le conseil à se choisir des clients parmi les puissances pétrolières, d'Henry Kissinger (au profit de l'Arabie saoudite) à Gerhard Schröder (Russie) en passant par Tony Blair (EAU) et Dominique de Villepin (Qatar). A cette seule aune, on mesure à quel point "la sortie du pétrole" n'est décidément pas pour demain.


http://www.huffingtonpost.fr/jean-francois-fiorina/pourquoi-nous-nen-avons-pas-encore-fini-avec-lor-noir_b_7070352.html
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 16 Mai 2015 - 14:10

En marge des tensions entre l'Occident et La Russie le magazine Euro Atlantique se pose la question: L'OTAN est il toujours pertinent? Arrow



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur


messages : 12865
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 16 Mai 2015 - 16:22

Merci pour ce topic fort intéressant et instructif moro study

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 16 Mai 2015 - 19:19

Fahed64 a écrit:
Merci pour ce topic fort intéressant et instructif moro study

Avec plaisir Fahed, il est évident que sans la géopolitique on ne peut pas comprendre la politique internationale. Or vu comment les événements se précipitent autour de nous il est nécessaire de s'y intéresser de très prés afin de comprendre ces événements dans leur contexte stratégique global.
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 16 Mai 2015 - 21:38

Citation :

«Géopolitique, le débat»: la politique étrangère américaine





Rencontre entre l’Américain John Kerry et le président russe Vladimir Poutine à Sotchi sur fond de crise syrienne, réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de l’Otan en Turquie... sommet de Camp David avec des représentants des pays du Golfe sont quelques-uns des repères qui ont marqué la semaine diplomatique américaine, thème central de notre émission « Géopolitique, le débat » ce samedi 16 mai.

Au-delà, il est intéressant de se pencher sur les récentes orientations de Washington pour constater combien elles se veulent plus créatives et plus indépendantes que les précédentes. Barack Obama lui-même affirmait récemment que « les Etats-Unis ne resteront pas prisonniers de leur passé ».



L’histoire retiendra sans doute que c’est sous la présidence du chef de l’Etat américain a priori le moins mal disposé à l’égard de la Russie depuis George Bush père que s’est produite la dégradation la plus spectaculaire des relations bilatérales après la guerre froide. On est passé de l’annonce, début 2009 à Munich, par le vice-président Joseph Biden de la politique de « Reset » à une déclaration de Barack Obama devant l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2014 plaçant la Russie avant Daech dans l’ordre des menaces pour le monde. Comment en est-on arrivé là ? La question de la Crimée et la situation en Ukraine sont bien sûr à prendre en considération.

Changement des priorités

On assiste à l’évidence à un changement des priorités de la politique américaine. Eloignement d’avec l’Arabie saoudite, rapprochement avec l’Iran et Cuba. On retrouve ce qu’Obama, décrivant sa doctrine en politique étrangère, évoquait : « Ouverture d’un côté, préservation des capacités de l’autre ». A moins de deux ans de son départ de la Maison Blanche se pose la question de l’empreinte qui sera laissée sur la politique internationale. Barack Obama revendique une doctrine assise sur la conviction que malgré le terrorisme et les attaques asymétriques, la domination des Etats-Unis reste telle qu’ils n’ont rien à perdre à tendre la main à leurs ennemis. Sur la question iranienne, c’est à plus long terme à l’évidence que les avancées pourront être analysées.

Diplomatie plus créative, plus indépendante

Dans son ouvrage Au sein de la Maison Blanche. De Truman à Obama, la formulation imprévisible de la politique étrangère des Etats-Unis, Charles-Philippe David, professeur de science politique à l’Université du Québec, définit la politique étrangère des Etats-Unis depuis 2008 comme une politique calculatrice. Il parle du président Obama comme étant aux antipodes de George W. Bush ou de Ronald Reagan, plus studieux et conscient des enjeux de la prise de décision que ne l’était Bill Clinton. Un homme qui n’aime pas les décisions précipitées et fondées sur l’instinct. Un homme délibératif, porté sur le modèle collégial et qui favorise une forte centralisation de la prise de décision à la Maison Blanche.

Géopolitique, le débat confronte, samedi 16 mai 2015, deux fins connaisseurs de la politique américaine. Un face-à-face entre Charles-Philippe David et Dick Howard, philosophe et politologue, enseignant à la Stony Brook University de New York, auteur de Aux origines de la pensée politique américaine (Hachette, collection Poche)

http://www.rfi.fr/ameriques/20150513-geopolitique-etats-unis-politique-etrangere-americaine-obama-kerry-russie-poutine-iran-cuba-arabie-saoudite/

Le débat en podcast ici Arrow

Citation :
Obama: quelle empreinte sur la politique internationale?

L’histoire retiendra sans doute que c’est sous la présidence du chef de l’Etat américain, a priori, le moins mal disposé à l’égard de la Russie depuis George Bush père, que s’est produite la dégradation la plus spectaculaire des relations bilatérales après la Guerre froide. A la lecture d’autres évènements comme l’éloignement d’avec l’Arabie saoudite, le rapprochement avec l’Iran et Cuba se pose la question de la volonté du président américain de faire en sorte que les Etats-Unis ne restent pas prisonniers de leur passé. Plus indépendante et créative, la politique étrangère des USA serait aussi devenue plus calculatrice.


Invités :

- Charles-Philippe David, professeur de Sciences Politiques et titulaire de la Chaire Raoul Dandurand en Etudes stratégiques et diplomatiques à l’Université du Québec à Montréal.
« Au sein de la Maison Blanche. De Truman à Obama, la formulation (imprévisible) de la politique étrangère des Etats-Unis », Presses de Sciences Po.

- Dick Howard, philosophe et politilogue enseignant à la Stony Brook University de New York. Membre du Comité éditorial de la Revue Esprit.
« Aux origines de la pensée politique américaine », collection Poche des éditions Hachette.

http://www.rfi.fr/emission/20150516-obama-politique-internationale-russie-iran-cuba-arabie-saoudite/
Revenir en haut Aller en bas
lida
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2072
Inscrit le : 01/11/2008
Localisation : maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 16 Mai 2015 - 22:00

A lire:
http://alifpost.com/مستجدات/كتاب-انتقام-الجغرافية-لكابلان-يغوص-ف

_________________

scratch un petit dessin vaut mieux qu'un long discours scratch
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 16 Mai 2015 - 22:53

lida a écrit:
A lire:
http://alifpost.com/مستجدات/كتاب-انتقام-الجغرافية-لكابلان-يغوص-ف

Excellent !!

Pour les non arabophones cet article en Arabe parle du livre très intéressant de Robert D. Kaplan intitulé: "La revanche de la géographie"

Ci dessous un lien vers un site Français qui aborde et parle de ce livre, l'analyse est quasi similaire

http://salon-litteraire.com/fr/editions-du-toucan/review/1875174-la-revanche-de-la-geographie-de-robert-david-kaplan-une-vision-politique-datee-de-l-espace-et-des-ca

Robert Kaplan se penche sur le sujet depuis très longtemps, c'est l'un des journalistes les plus compétents dans son domaine

Je vous met également le lien vers un article de courrier international qui date de 2009 ou il passait en revue les frontières du monde et les survolait en décortiquant leurs éventuelles incohérences et leurs enjeux stratégiques...
Déjà à l'époque ce Monsieur disait ça :

Citation :
Le Croissant fertile, coincé entre la Méditerranée et le plateau iranien, constitue une autre zone de fracture. Les pays de cette région, la Jordanie, le Liban, la Syrie et l’Irak, sont de vagues expressions géographiques qui n’avaient guère de sens avant le xxe siècle. Si l’on efface les frontières officielles sur la carte, on se retrouve avec des grappes de populations sunnites et chiites aux contours mal définis, qui contredisent les frontières nationales. A l’intérieur de ces frontières, les instances gouvernementales existent à peine au Liban et en Irak. En Syrie, le pouvoir est tyrannique et fondamentalement instable. En Jordanie, il est rationnel, mais miné de l’intérieur. (La raison d’être du pays est de servir de tampon à d’autres régimes arabes, qui craignent d’avoir une frontière terrestre commune avec Israël.)L’Iran est le seul pays géographiquement logique de la région

Voici le lien vers l'article entier Arrow

http://www.courrierinternational.com/article/2009/10/01/la-revanche-de-la-geographie

Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Mar 19 Mai 2015 - 14:05

Citation :
Vers un futur mondialisé de crises systémiques

Alain Chouet, ancien haut responsable de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), estime qu’il faut se préparer à l’avenir à des crises systémiques, d’adaptation ou de résistance, inhérentes à la mondialisation. Si le président Syrien Bachar el-Assad est aujourd’hui très affaibli, il porte le drapeau d’une minorité locale vouée officiellement au génocide dans un Moyen-Orient qui, explique Alain Chouet, n’a jamais été stable depuis la fin de l’Empire Ottoman en 1920. Bien que l’Arabie Saoudite et le Qatar ne soutiennent plus publiquement des groupes tels que Daesh (EI) et AQMI, c’est toute l’infrastructure de l’affirmation identitaire fondamentaliste à travers par exemple la Confrérie des Frères Musulmans qui porte selon lui l’action djihadiste. Enfin, il n’existe ni amis ni tabous en matière de renseignement, notamment économique. C’est « un jeu à somme nulle, mais coûteux, » conclut Alain Chouet qui a répondu à nos questions que voici :


Biographie
Alain Chouet est diplômé de l’Ecole des langues orientales (Arabe) et de l’Université Paris II Panthéon-Assas en droit et sciences politiques. Admis en 1972 au concours de Délégué du Ministère français de la Défense, et à la faveur de postes à l’étranger, notamment à Beyrouth au Liban, à Damas en Syrie et à Rabat au Maroc, Alain Chouet a acquis une profonde expérience des questions de sécurité et de terrorisme. Il a dirigé le service de renseignement de sécurité de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) de 2000 à 2002.

L’interview

1) Ces dernières années ont été très mouvementées d’un point de vue tant économique avec la crise financière internationale que géopolitique avec la guerre en Syrie et en Ukraine, les printemps Arabes et la montée en puissance de la Chine. Quel est votre point de vue sur la situation mondiale en général, quelles seront selon vous les grandes tendances et problématiques des prochaines années ?

A.C.: Les déstabilisations et les violences auxquelles nous sommes confrontés depuis une vingtaine d’années sont des crises d’adaptation ou de résistance à un nouvel ordre planétaire fondé sur la mondialisation des échanges, de la libre circulation des personnes et des biens, de l’universalité des communications sur fond de domination militaire par l’hyperpuissance américaine et ses alliés de l’OTAN. Nous sommes au milieu de ce processus qui peut déraper à tout moment vers des phénomènes de violence en fonction des conservatismes locaux, des affirmations identitaires, des déséquilibres de développement et ne pourra s’exprimer que dans des stratégies du faible au fort dont le terrorisme est une donnée fondamentale. Au-delà de ces épisodes c’est plutôt à des crises systémiques inhérentes à la mondialisation qu’il faut se préparer : épuisement de certaines ressources comme les métaux rares, accès à l’eau, migrations massives, délitement des Etats-Nations, montée en puissance politique des structures mondialisées adaptées à la globalisation des échanges et de la circulation libéralisée des personnes et de l’information: entreprises multinationales et organisations criminelles transnationales.

2) La situation en Syrie se détériore et la présence de groupes islamistes aux portes de Damas laissent penser que le régime de Bachar el-Assad et toute la stabilité de la région sont en grand danger. Partagez-vous ce point de vue ? Peut-on vraiment rester sans réagir et conserver une posture officielle anti-Assad ?

A.C.: Le Moyen Orient n’a jamais été stable depuis la désagrégation de l’Empire Ottoman en 1920. De fait, la coexistence des innombrables minorités ethniques, culturelles et confessionnelles qui peuplent la région n’a été (mal) assurée depuis soixante ans que par la violence institutionnelle de régimes autoritaires dont la communauté internationale s’accommodait fort bien. Le besoin de légitimation et de survie des pétromonarchies théocratiques wahhabites face aux ambitions régionales de l’Iran chiite et aux dérives nationalistes d’un certain nombre de pays arabes les a conduites depuis les années 80 à susciter une réaction identitaire sunnite fondamentaliste hostile à la fois à la démocratie, au nationalisme et au chiisme. En Syrie, le pouvoir de Bachar el-Assad n’est pas le pouvoir d’un homme seul. Le Président syrien, aujourd’hui très affaibli, n’est que le symbole et le porte-drapeau d’une minorité locale de 2 millions de personnes opprimée pendant mille ans et vouée officiellement au génocide par les théoriciens wahhabites. Comme en est convenu le représentant spécial de l’ONU, on ne peut nier son existence en tant que symbole et aucune solution négociée du conflit ne sera possible sans qu’il y soit associé ou au moins représenté.

3) L’assèchement des circuits de financement est une priorité de la lutte contre le terrorisme. C’est même devenu un sujet d’actualité avec des partis et/ou des personnalités politiques qui dénoncent le « double jeu » supposé du Qatar et de l’Arabie Saoudite. Qu’en est-il réellement ? Ces pays peuvent-ils faire plus et pourquoi, officiellement unanimes sur la gravité de la menace, n’arrivent-ils pas à l’oblitérer une fois pour toutes ?

A.C.: Ce qui coûte cher dans la violence terroriste, ce ne sont pas les actes de violence eux-mêmes. C’est la mise en place des structures et l’entretien des personnes qui concourent à l’émergence de tout ce qui conduit au repli sur soi, à l’exclusion, au rejet violent des autres, à l’affirmation identitaire fondamentaliste : propagande, mosquées, imams et agents d’influence salafistes, centres « culturels et sportifs », actions « caritatives » ciblées. Les pétromonarchies assurent ces financements depuis trente ans, en général par le biais de la Confrérie des Frères Musulmans. Mais ces financements ne sont considérés nulle part comme illégaux. Reste le cas des financements et du soutien politico-militaire aux organisations combattantes comme Da’esh, AQMI ou autres. L’Arabie Saoudite et le Qatar ont officiellement assumé ce soutien jusqu’à l’été 2013. Pour des raisons différentes, ils ont renoncé depuis à tout soutien public à ces organisations, mais les soutiens de personnes d’institutions privées d’Arabie Saoudite, du Qatar et du Koweït subsistent en quantités importantes comme le relève le Département du Trésor américain. Il apparaît clair que l’action de ces mouvements djihadistes sert les intérêts stratégiques des monarchies sunnites et on ne voit pas pourquoi elles y renonceraient. Le silence et la complaisance des Occidentaux sont en revanche plus étranges…

4) Les révélations selon lesquelles les services de renseignement allemands (BND) auraient espionné des hauts fonctionnaires français pour le compte de l’agence américaine de sécurité nationale (NSA) soulignent l’absence d’unité européenne en matière de renseignement. Est-ce grave ou est-ce tout simplement de l’espionnage habituel entre alliés ? Le renseignement français s’est-il adapté aux enjeux croissants de la « guerre économique » ?

A.C.: En matière de renseignement, et particulièrement de renseignement économique, il peut y avoir des alliés mais il n’y pas d’amis et il n’y a pas de tabou. C’est d’autant plus vrai en Europe où n’existe aucune politique commune en matière de renseignement. Pour qu’il y en ait une, il faudrait d’abord qu’existent une politique étrangère et une politique de défense communes… Apparemment, on en est loin. Dans ces conditions, les coopérations intra-européennes en matière de renseignement s’organisent au coup par coup, en bilatéral ou en groupes restreints, sur des sujets d’intérêt commun et limité : terrorisme, interventions militaires extérieures, contre-criminalité organisée, etc. Et, le plus souvent, avec le concours ou à la connaissance des services américains au nom des impératifs de l’OTAN ou de la « guerre globale à la terreur. » Au vu des innombrables instituts de formation, des think-tanks, des cabinets conseils publics et privés en matière « d’intelligence économique » qui fleurissent dans notre pays, la France ne semble pas en retard. Mais il faudrait s’interroger sur leur utilité. Je retiens qu’en matière d’espionnage économique entre pays développés, on se fait souvent voler d’un côté autant que ce qu’on a réussi à chaparder d’un autre. On aboutit à un jeu à somme nulle…mais coûteux.

http://cyceon.com/fr/2015/05/19/interview-alain-chouet-dgse-crises-syrie-renseignement/
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 23 Mai 2015 - 15:03

Citation :

Finance, géopolitique, matières premières, le CyclOpe 2015 souligne la montée des incertitudes



La 29e édition du CyclOpe, bible des matières premières rédigée par le cercle éponyme présidé par Philippe Chalmin, rappelle l’importance de la géopolitique parmi les facteurs d’influence du marché. C’est d’ailleurs le retour de cette dernière qui aurait été au centre des débats, n’eut été la chute des prix du pétrole et d’autres matières premières, qui lui a volé la vedette.

Fidèle à ses habituelles références littéraires, le CyclOpe 2015 est sous-titré "Pour qui sonne le glas ?" Plus que du roman d’Ernest Hemingway, ce titre est tiré d’un sermon de John Donne, un poète et prédicateur élisabéthain auquel Hemingway emprunta un vers pour son titre : "La mort de tout homme, moi aussi, me diminue parce que je suis lié à l’espèce humaine. Aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas, il sonne pour toi." Et les auteurs de lister les défunts : la croissance, les rêves de quelques pays émergents, la gouvernance internationale, l’espoir d’une mondialisation heureuse…
S’ensuit le décryptage minutieux des évolutions des prix des matières, "de l’ananas au zirconium". Mais aussi, on le sait moins, des analyses des marchés financiers, des services et même du marché de l’art.

SUR LA CHUTE QUASI-GÉNÉRALE DES PRIX DES MATIÈRES

Philippe Chalmin se refuse à parler d’une fin de super-cycle, ces courbes de variations multi décennales si chères à Goldman Sachs. Il accuse le contre-choc pétrolier dû à la conjonction de la politique d’indépendance énergétique poursuivie par les Etats-Unis et du ralentissement de la croissance chinoise, la course aux volumes des géants du fer, la transition énergétique, la crise russo-ukrainienne... Une kyrielle de raisons pour une multitude de baisses.
Dans la filière minerais et métaux, "la mine fait grise mine" relève le CyclOpe, et les minières n’ont sans doute pas le cœur à rire de ce jeu de mots. La concurrence fait rage dans le minerai de fer, dont les premiers producteurs ne cessent d’augmenter les volumes produits en réduisant leurs coûts. Les fusions-acquisitions sont en panne malgré la fragilité des trésoreries. Les ferrailles sont aussi à la peine, causant par leur difficulté à suivre la baisse des cours du fer une perte de compétitivité de la filière électrique.
Même l’aluminium, porté par un secteur automobile en forme et un bel avenir dans l’allégement des voitures et des avions, est victime de fermetures de capacités de production. En cause, les coûts énergétiques élevés et l’envol des primes en raison d’une rétention de stocks dans les entrepôts du LME (London Metal Exchange).
Les produits agricoles tempérés, céréales et oléoprotéagineux en tête, ont connu deux années de faste des récoltes qui ont eu raison des prix élevés constatés ces dernières années. A quelques exceptions près : le blé dur, en déficit, et l’huile d’olive, touchée par la mouche de l’olive et, plus récemment, la bactérie Xylella fastidiosa qui frappe le bassin méditerranéen.

Quant aux produits tropicaux, ils restent fortement volatils sur une tendance baissière (à l’exception des boissons, café et cacao), car tributaires de phénomènes climatiques, alors que pour eux sonne le glas d’un potentiel de croissance lié à la demande des pays émergents en énergie (biocarburants pour l’huile de palme au temps des prix élevés du pétrole ou demande automobile pour le caoutchouc).

RALENTISSEMENT CHINOIS, CROISSANCE INDIENNE ET AMBITIONS MOYEN-ORIENTALES

Pour les auteurs du CyclOpe, le ralentissement de la croissance chinoise (à 6,8, voire 6,5%) si souvent cité comme facteur fondamental de baisse des prix des matières ne se résume pas à une "nouvelle norme" qui verrait la Chine passer d’une économie (émergente) d’exportation à une économie (développée) de consommation. Pékin, après des années de production industrielle forcenée et d’indépendance assise sur des stocks dont personne ne connait l’ampleur réelle, entre dans une nouvelle ère économique. Jean-François Di Meglio, président d’Asia Centre et nouvel auteur CyclOpe, qualifie cette nouvelle phase de "Japan moment" : le passage (comme le fit le Japon en son temps) à une stratégie de rachat de sociétés étrangères pour maîtriser le flux (plutôt que les stocks) de ses approvisionnements, tout en diversifiant son économie. Les conséquences sont générales : sur les métaux, avec la baisse de la demande chinoise d’acier et d’aluminium importés ; sur les produits agricoles avec la modification des politiques de soutien sur le territoire national, et bien sûr sur les énergies fossiles, le charbon étant d’ailleurs plus touché encore que le pétrole.
Mais l’Asie n’est pas seule en cause. En Europe, "le partenariat euro-méditerranéen a volé en éclats" depuis la dérive des printemps arabes aux crises moyen-orientales, explique Sébastien Abis, du Ciheam (Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes), également chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Résultat : le sud de la Méditerranée et l’Europe vont moins bien.
Au Moyen-Orient, les liens entre conflits et matières sont innombrables. Pour Sébastien Abis : "La santé animale est la variable oubliée du conflit syrien. Sous vaccinés, les troupeaux, comme leurs propriétaires, partent vers le Liban, la Jordanie, l’Irak où ils sont susceptibles de contaminer d’autres élevages." En Irak, Daesh n’a pas mis la main seulement sur le pétrole. Son trésor de guerre est également lié à l’eau du Tigre et de l’Euphrate, et au blé qui pousse entre les deux. Quant à la Turquie, elle joue dans la région un rôle grandissant depuis qu’elle s’est détournée de l’Europe qui lui fermait ses portes pour poursuivre des ambitions mondiales.

DES MARCHÉS FINANCIERS EN SURSIS

Exception qui confirmerait la règle, sur les marchés financiers – actions et obligations – l’atmosphère est exubérante. Sonnerait-on ici un angelus plutôt que le glas, comme l’observe un commentateur ? Non, là encore les perspectives sont sombres. Denis Ferrand, seul invité du colloque co-organisé avec Les Echos à chaque parution du CyclOpe à n’avoir pas participé au rapport, pointe la conjoncture médiocre. Il souligne l’éclatement des BRIC, ce groupe de pays émergents dont les deux premiers membres (le Brésil et la Russie) sont en récession et le dernier, la Chine, en plein ralentissement. Reste l’Inde, sa croissance démographique et son ambition à forte coloration nationaliste de dépasser la croissance chinoise.
Alors qu’est ce qui explique cette insolente santé boursière ? "L’hyperliquidité due aux sommes sorties des banques centrales sous forme de quantitative easing, affirme Denis Ferrand. On continue à vivre sur l’illusion que la liquidité est la réponse à tout." L’argent ainsi libéré se déverse sur les marchés financiers, explique-t-il, alors que les entreprises, en plein questionnement sur des transitions numérique et énergétique qu’elles ne maîtrisent pas, mettent l’investissement en attente. Il est rejoint sur ce point par Alessandro Giraudo, chef économiste du groupe Tradition-Viel : "Quand les gouvernements ne savent plus quoi faire, ils repassent la patate brûlante aux banques centrales, d’ailleurs créées pour répondre à ces crises. Il faudra un jour arrêter ces injections de Viagra dans l'économie."
Comment les matières premières ont-elles échappé à cette euphorie de l'hyperliquidité ? En dépit des alertes récurrentes sur la financiarisation du secteur et le rôle de la spéculation sur ces marchés stratégiques, il semble qu'elles restent, plus que d'autres, ancrées dans l'économie réelle.

Myrtille Delamarche

http://www.usinenouvelle.com/editorial/finance-geopolitique-matieres-premieres-le-cyclope-2015-souligne-la-montee-des-incertitudes.N330977
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 23 Mai 2015 - 18:37

Les Algériens doivent être très prudents, les chacals attendent patiemment en faisant mumuse dans les environs!!

Analyse et décorticage de la situation au grand sahara par André Bourgeot anthropologue et directeur de recherche au CNRS.:

Rappel historique, enjeux et éclairage sur ce qui se trame Exclamation  

Intéressant Arrow

Citation :

Le Sahara, un espace déstabilisé ?, André Bourgeot



La métaphore du « Sahara-carrefour » illustre ce qu’est devenu ce désert qui n’échappe pas à la mondialisation capitaliste en crise.

Le Sahara (As -Sahara al -kobra), qui est le plus vaste désert du monde, est une région écologique anthropisée depuis des millénaires. Aujourd’hui partagé entre des États-Nations, ses évolutions géopolitiques contemporaines, entre dynamiques nationales, post-coloniales et mondiales, doivent être appréhendées dans le contexte des souverainetés nationales, tant il n’est pas une entité politique homogène.

Les enjeux géopolitiques sahariens : repères historiques

Cinq grands repères permettent de décrire les principaux enjeux géopolitiques sahariens au cours du dernier siècle (1912-2012).

1) La politique coloniale s’est édifiée sur le « Plan d’organisation du Sahara » rédigé en 1912 par le R.P. Charles de Foucauld, moine-ermite en Ahaggar (Algérie). Ce plan, qui repose sur une analyse de politique régionale (Sahara central et zone Sahara-Sahel), a contribué à la conception d’un territoire touareg et à l’organisation militaro-administrative du Sahara central qui fut porteuse de la création d’un Sahara français.

2) À la fin de la période coloniale, le Sahara devient l’objet d’intérêts économiques accrus qui résultent de la découverte, en 1956, en Algérie, de deux gisements d’hydrocarbures (Hassi Messaoud et Hassi R’Mel). Ces intérêts se manifestent par la création de l’Organisation commune des régions sahariennes (OCRS) promulguée par la loi du 10 janvier 1957 dont les objectifs étaient :

- d’unifier le Sahara afin de permettre aux capitaux français de prospérer

- de couper l’Algérie du Nord de l’Afrique subsaharienne afin de s’approprier les richesses du sous-sol (pétrole, gaz naturel) et de s’assurer une indépendance énergétique.

- de sauvegarder des zones d’expérimentation nucléaires

- de contrecarrer l’extension du panarabisme et du panislamisme vers l’Afrique noire et de lutter contre le trafic d’armes.

3) Les cycliques rébellions touarègues (1916, 1963-64, 1990-1995, 2006, 2012 [au Mali]), qui se sont toutes développées dans un contexte où le pouvoir étatique était affaibli ou en construction, ont également été au cœur des enjeux géopolitiques sahariens.

Plus à l’ouest, le conflit du Sahara occidental, impliquant le Maroc, l’Algérie, le Front Polisario, mouvement qui lutte pour l’indépendance du Sahara occidental occupé par le Maroc, s’est imposé comme un enjeu de la politique régionale. Il constitue le talon d’Achille de l’Union du Maghreb arabe et contribue à miner son unité, à empêcher toute coopération régionale contre les menaces communes du terrorisme. Ce conflit s’est mué en une lutte d’influence maroco-algérienne.

4) La sanctuarisation de la nébuleuse Al Qaïda avec trois acteurs qui s’envisagent à des échelles différentes : Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au caractère international ; le Mouvement pour l’Unité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) à la dimension sous régionale ; Ansar Eddin composé d’autochtones, notamment Touaregs, localement circonscrit.

5) Les interventions militaires franco-britanniques et « otanesques » en Libye en 2011 qui débouchèrent, d’une part, sur l’élimination programmée du Colonel M. Kadhafi et sur l’effondrement de la Jamahiriyya et, d’autre part, sur la montée en puissance des forces djihadistes et des milices tribales qui se disputent le pouvoir et le contrôle des ressources extractives.

Elles déstabilisèrent l’ensemble des États saharo-sahéliens, notamment le Mali et le Niger.

Les États saharo-sahéliens dans les enjeux géopolitiques contemporains

À la fin du XXe siècle, les États saharo-sahéliens ont subi les contrecoups de l’effondrement du système soviétique et de la montée en puissance des mouvements djihadistes et de l’adoption par les États-Unis, après les événements du 11 septembre 2001, de la « doctrine Bush », conception stratégique définie par la « guerre globale contre le terrorisme ». Dans le Sahara, elle s’est traduite, en novembre 2002, par la création du Pan Sahel Initiative (PSI) visant à protéger les frontières contre les trafics d’armes, de drogue et les mouvements terroristes internationaux. Les objectifs principaux ont été de former les militaires nationaux au Mali, au Niger, en Mauritanie et au Tchad à la lutte contre le terrorisme et de coordonner les coopérations régionales à l’aide de la technologie américaine. Le PSI céda ensuite la place au Trans Saharan Counter Terrorism Initiative (TSTCI), dont le siège se situe à Ouagadougou.

C’est dans le sillon de ces interventions que s’inscrit la politique africaine française néocolonialiste et notamment l’opération militaire Serval au Mali (janvier 2013-juillet 2014) légalisée par la demande du Président Dioncounda Traoré et destinée à stopper l’avancée des salafistes djihadistes vers le sud. Elle intégrera le dispositif régional intitulé Barkhane qui mobilise 3 000 soldats sur l’ensemble du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad). Mais cette opération ne visait-elle pas aussi à protéger (par anticipation) les intérêts français dans les pays côtiers, notamment ceux de la multinationale Bolloré sur le port d’Abidjan ? Cette intervention fut accompagnée par l’interposition de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) légitimée par la résolution 2 100 (25 avril 2013) du Conseil de sécurité de l’ONU.

On assiste ainsi à une militarisation de l’espace saharien qui s’apparente à une forme adaptée d’une militarisation de l’économie. C’est là un tournant fondamental, inédit, qui inaugure l’entrée dans le XXIe siècle. À la « guerre politique » du découpage du monde en territoires, succède dès le début des années 2000, une « guerre économique » dont l’objectif principal est le contrôle des ressources énergétiques, notamment le pétrole et l’uranium.

La crise structurelle du capitalisme induit des formes nouvelles de déstabilisation des États-Nations dans la recherche nécessaire de nouveaux marchés, dans la reconfiguration des formes institutionnelles au profit d’une plus grande intégration économique pilotée par les grandes puissances. Ces processus de déstabilisation, voire de destruction, visent en outre les « États contre-hégémoniques » (Algérie, Libye). Il en va ainsi de l’affaiblissement du Mali, qui s’est accompagné de la récurrence et de l’intensification des contestations de l’État central de même que de l’approfondissement des clivages ethniques. La déstabilisation des centres (politiques, économiques, culturels) irait de pair avec la recomposition des territoires nationaux. En ligne de mire, la fin de la centralisation politique autour du modèle de l’État-Nation qui se traduirait par l’émergence de nouvelles formes de pouvoirs locaux et de réorganisation administrative et politique des États, notamment par la fédéralisation des États sahariens, l’ensemble visant à instaurer un nouvel ordre politique et économique dans cet espace saharo-sahélien susceptible d’enrayer et de redynamiser le capitalisme en crise.

http://blogs.mediapart.fr/edition/la-revue-du-projet/article/220515/le-sahara-un-espace-destabilise-andre-bourgeot
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Lun 25 Mai 2015 - 2:35

Merci pour la partage, Moro
J'ai "aimé" le passage ou il est question de l'Algérie et de la Libye kaddhafiste comme des "Etats non-hégémoniques"...Rolling Eyes Dire que cet anthropologue a séjourné en Algérie... Il est peut être bon pour traiter du mode de vie des nomades, mais la politique ne semble pas son fort. Il n'avait qu'à demander aux pays voisins des deux précités pour savoir si ces derniers ont fait preuve d'appétit hégémonique ou pas.
A partir du moment ou une analyse est idéologiquement orientée, l'usage d'un vocabulaire savant ne suffit pas à cacher l'indigence du raisonnement. Mis à part son bref rappel historique colonial et post-colonial immédiat, le gars a bien fait ses devoirs à ce sujet, pour le reste, il ne fait qu'enfoncer une porte ouverte. La sous-région du Sahara et du Sahel qui attise les appétits pour ses richesses énergétiques et minières ? Qui l'ignore ? Par ailleurs, il minimise le rôle de semeur de zizanie des Etats-Unis, ignore totalement les Chinois qui guettent l'opportunité de s'installer dans la région pour satisfaire leur voracité en matières premières, rendant ainsi les Américains encore plus nerveux, pour ne s'en prendre essentiellement qu'à son pays. On a l'impression qu'il ne se rend même pas compte que les Français ne font plus que jouer le rôle de simples exécutants pour les Américains.
Militarisation de l'espace saharo-sahélien ? Quand est-ce que le Sahara et le Sahel ont été des zones pacifiques ? Les confrontations pour le contrôle des voies caravanières et le banditisme sont une caractéristique fondamentale de cette partie du monde.
Le raisonnement de ce monsieur pêche par étroitesse de vision. Géographique d'abord, ce monsieur tient peu compte des pays du voisinage saharo-sahélien, alors que cet espace est un carrefour forcément influencé par les différents intérêts régionaux qui s'y croisent. Historique ensuite, puisqu'il fait comme si cette région n'existait pas avant la colonisation française. Et que les affrontements n'y ont pas toujours été de caractère éminemment économique. Ajouter à tout cela le net penchant gauchiste du monsieur, malheureusement sans les outils d'analyse dialectique qui doivent normalement aller avec, et on obtient une pseudo-analyse dont le but n'est autre que d'aboutir sur un tonitruant "à bas le capitalisme !"
Il ferait mieux de retourner étudier les habitudes agropastorales des nomades et foutre la paix à la géopolitique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
moulay ismaiil
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1477
Inscrit le : 28/04/2014
Localisation : moyen orient
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Lun 25 Mai 2015 - 2:59

Un plaisir de te relire Sam ,tu nous as manquer toi et tes posts au delà de la simple pertinence

_________________
...... إِن تَنصُرُوا اللَّهَ يَنصُرْكُمْ .......

(...si vous secourez Allah alors il vous secourra....) S. Mohamed V.47
Revenir en haut Aller en bas
juba2
General de Division
General de Division


messages : 6778
Inscrit le : 02/04/2008
Localisation : USA
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Lun 25 Mai 2015 - 5:35

Assi Samyadam 3la slamtek,c'est toujours un plaisir de lire tes sages commentaires.
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Lun 25 Mai 2015 - 16:14

Samy impeccable et pertinent comme d'habitude Un régal de te relire. Merci

Sinon quand ce Monsieur traite l'Algérie et la Libye de « États contre-hégémoniques » (et non "non hégémoniques") Je crois que c'est plus dans le sens anti-hégémonie capitaliste.

Au delà de ses tendances gauchistes, même si on n'aime pas ce personnage, nonobstant que leurs lectures s'apparente à de la propagande anti-capitaliste, je trouve intéressant de se pencher sur quelques unes de ses analyses, on ne peut pas omettre qu'elles contiennent une part de vérités importantes à révéler.
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Mar 26 Mai 2015 - 7:38

Je tiens d'abord à souligner que je ne suis pas contre les idées de gauche, mais contre le gauchisme, la maladie infantile du communisme, comme l'appelait Lénine. Il faut une bonne dose de pragmatisme pour pondre une analyse objective.
Ta correction est pertinente, Moro, il y a une différence entre contre hégémonique, comme cité dans le texte, et non hégémonique, le terme que j'ai utilisé. On peut admettre que Kaddhafi avait réellement une position de principe contre l'hégémonie capitaliste, à sa manière très particulière, mais les dirigeants de l'Algérie ne rentrent plus dans cette catégorie depuis le décès de Boumédienne. S'ils n'ont pas libéralisé l'économie algérienne, c'est uniquement pour maintenir leur très lucratif système de corruption qui étrangle tous les secteurs.
J'aimerai bien lire l'auteur de l'article en question s'il doit traiter un jour du sujet qu'il doit le mieux maîtriser, l'anthropologie des populations du Sahara et du Sahel et s'appuyer sur ça pour éclairer sur la manière dont lesdites populations perçoivent et vivent les changements en cours dans leur espace vital et quels mécanismes de résistance peuvent-ils mettre en oeuvre pour contrer les ambitions hégémoniques du capitalisme occidental ou chinois.
Sinon, je suis d'accord avec toi qu'il faut tout lire et ensuite faire le tri

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Hddou
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1430
Inscrit le : 15/09/2014
Localisation : France
Nationalité : maroc-espagne
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Mar 26 Mai 2015 - 8:26

je suis pas d'accord avec votre analyse Samyadams sur tous points :

1) vous allez pas confondre l'histoire ancestral du Sahel semé de conflits pour le control de route caravanière, pour une justification des conflits actuels, car toute les régions du monde n'étais que conflits depuis toujours, donc cela n'est pas une spécificité locale, ni un prétexte pour dire que puisque c'étais toujours comme ça donc c'est pas la faute au fauteur de trouble. la raison de l'instabilité de la région c'est l'absence d'Etat nation fort et les éthnies des nomades qui se reconnaissent pas dans des frontières.

2) la France et les Etats unis sont des controleurs de la région africaine par la force et les couts d'Etat alors que la chine apporte beaucoup à l'afrique à la manière de l'implication du Maroc en afrique, c'est pour cette manière de faire françafrique que la chine s'est introduit en afrique.

3) je crois que l'algérie et non hégèmonique, l'algérie a des ressources énormes que qu'il privatisent pour créer des capitalistes locaux et empêchent ue main mise des étrangers sur son économie avec des lois comme 49%-51% aux locaux dans les IDE. l'algérie transfert (gratuitement) la richesse à des familles de génèraux pour créer une sorte de capitalistes locaux, corrompus certes! (ex Khalifa...)
, le problème c'est que les occidentaux n'ont pas une grande part du gateau. ce gateau est monopilisé par les familles des géèraux et les amis de Said Boutef.
le Maroc fait de même, il a pu crée une élite capitaliste, mais sans les richesse pétrolères de l'algérie, vue l'absence de ses richesse le maroc a joué la collaboration avec le capitalisme étrangers et a pu crée une industrie locale et des groupes locaux basé sur un savoir faire. Sans oublier que même le Maroc à été mis en chantage à travers le respect des droits de l'homme au Sahara.

à la différence de l'algérie, Kaddafi a préservé la richesse libyenne au peuple lybiens à travers des fonds souverains, donc un vrai anti capitalisme et une nationalisation de la richesse. Kaddafi est parti encore loin, il a vérrouiller au capitalistes et à la France la région du Sahel à travers l'appui au tribus saharienne et aux Etats sahélienne, pour les fédérer autour de lui et combler leurs insuffisaces de ressources et donc les prémunir contre tout chantage.

4) c'est vrai qu'il y'a odeur de gauchisme dans l'analyse du chercheur, mais n'empêche que son analyse et vrai dans la déstabilisation des Etats nations, afin de créer une d'affaiblisement du politique devant l'économique, et pour que le 1er devient sans valeur devant la force de l'économie, la crise a elle même fait son effet sur les Etats de l'europe qui se voit moins souveraines devant le pouvoir financier qui dicte la marche et impose même les présidents (ex la Grèce). ce que nous voyons et un redessinement de géopolitique à travers le chantage de la crise et l'éclatement des nations par des conflits éthniques ou groupes extrémistes.

_________________
"Si l'on est compréhensif, on sera tourmenté."
Revenir en haut Aller en bas
Hddou
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1430
Inscrit le : 15/09/2014
Localisation : France
Nationalité : maroc-espagne
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Mar 26 Mai 2015 - 8:55


je veux dire par l'algérie qu'elle est non hégèmonique par apport à ses ressources intérieurs vis à vis des étrangers, mais pas par apport à ses voisins, elle est tout le contraire.

le Maroc est sorti du protectorat sans complexe, il a vue das les occidentaux porteurs de savoir et de technologie et de modernité. la non complexité est venue d'un tissue civilisationnel ancestral, et d'un Etat nation qui étais toujours en interaction avec les puissances voisines et lointaine. donc en confiance avec lui même

Alors que les algériens n'ont pas eu un Etat nation, y'avais eu une colonisation humiliante et qui a effacer toutes les racines d'un peuples. la montée des mouvements de libération, et du comunisme a crée un mouvement de libération chez eux, les élites de ses mouvements été endoctriné par ses bons idéales, mais ses idéales avaient aussi dans leurs germes, les cancers qui ne se verront pas que des décennies plus tard à savoir : la dictature, la militarisation soviétique, la DRS stalinienne, le Boumedienneisme stalinien, le complexe des royaumes et des traditios, le nassirisme, la déstabilisation par des groupes de pseudo mouvements de libération.

l'algérie a une histoire de complexe avec la France, entre l'amour a mama fransa et la haine envers elle. elle a nationnalisé s'est ressources et les élites (des clans) aprés indépendance se sont renfermé sur eux même en croyant qu'ils pouvaient géré un Etat avec leurs propres moyens. mais comme tous système socialiste et dictatorielle, l'algérie s'est retrouvé avec le clan de oujda qui a monopolisé le pouvoir et la richesse et les idéales sont devenues de l'histoire

_________________
"Si l'on est compréhensif, on sera tourmenté."
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Jeu 28 Mai 2015 - 9:13

Citation :
L'Amérique latine, une priorité de la Russie

Moscou - L'Amérique latine est une des priorités de la Russie, isolée sur la scène internationale par la crise ukrainienne, a affirmé mardi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov après sa rencontre avec son homologue vénézuélienne Delcy Rodriguez.

Les relations entre la Russie et l'Amérique latine ont atteint un niveau de qualité inédit, a souligné M. Lavrov lors d'une conférence de presse avec Mme Rodriguez.

Si l'Amérique latine est devenue une des priorités de Moscou, ce n'est pas par opportunisme, a-t-il assuré.

La Russie privilégie l'Amérique latine parce qu'elle est impressionnée par l'autorité toujours plus forte, l'influence toujours croissante de l'Amérique latine sur la scène internationale, a fait valoir le ministre. Ce renforcement du continent sud-américain est un élément essentiel pour la construction d'un monde plus équilibré, multipolaire, démocratique, a-t-il continué.

La ministre vénézuélienne des Affaires étrangères a répondu avec le sourire au discours de M. Lavrov: Je me sens ici comme chez moi, comme dans ma famille, a-t-elle commencé.

Ensemble, nous pouvons changer la situation géopolitique mondiale tout en suivant les principes du droit international, a dit Mme Rodriguez. Elle a ajouté que la Russie se bat pour instaurer une nouvelle structure géopolitique mondiale pouvant limiter l'hégémonie et les prétentions de conquête du centre impérialiste, en référence aux Etats-Unis.

Nous avons discuté de la façon dont devrait être organisé le marché (pétrolier) international, a souligné la ministre. Membre de l'Organisation des pays exportateurs du pétrole (Opep), le Venezuela, tout comme la Russie, ont fortement souffert de la chute du prix de l'or noir, tombé en dessous de 50 dollars le baril fin 2014.

Mme Rodriguez, qui a affirmé à plusieurs reprises que Caracas soutenait pleinement la Russie sur la scène internationale, s'est également alignée sur la position russe dans le conflit ukrainien.

Les accords de Minsk, signés le 12 février entre Kiev et les séparatistes prorusses, ont contribué à mettre fin aux méthodes impérialistes de Kiev dans l'est de l'Ukraine, a-t-elle estimé.

En décembre, conscient que l'isolement international du pays pourrait être fatal à son économie, le président Vladimir Poutine avait annoncé vouloir rétablir les liens traditionnels avec le continent sud-américain, mais aussi coopérer avec l'Afrique et les pays du Proche-Orient.

Il avait effectué en juillet une tournée diplomatique en Amérique latine.

http://www.romandie.com/news/LAmerique-latine-une-priorite-de-la-Russie_ROM/597212.rom
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 30 Mai 2015 - 10:08

Citation :

Les Brics en quête d'un nouvel ordre mondial


Réunis en sommet en Chine, les pays émergents du Brics ont tenté de prendre une nouvelle dimension, plus géopolitique.



De NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE À SANYA, CAROLINE PUEL
Le sommet de Sanya a permis aux Brics - Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud - de prendre une autre ampleur. Le forum économique, qui cherchait tant bien que mal à se structurer, a fait ses premiers pas vers une dimension géopolitique. Le socle fondateur ? La critique de l'opération militaire en Libye. Sans que ni l'Otan ni les forces occidentales ne soient jamais pointées du doigt, les Brics ont demandé explicitement dans leur communiqué final "qu'une solution négociée soit trouvée pour résoudre la crise en Libye", précisant que "le recours à la force devait être évité".

Les Brics ont de ce fait trouvé une unité stratégique qu'ils n'avaient pas en février, au moment du vote de la résolution 1973 qui a ouvert la porte à l'intervention militaire menée par la France puis l'Otan. L'Afrique du Sud avait alors voté en faveur du texte instaurant "une zone d'exclusion aérienne en Libye" et autorisant "toutes les mesures nécessaires" pour assurer la protection des populations civiles contre les troupes de Kadhafi. Les quatre autres pays avaient préféré s'abstenir.

"On a envie d'aller vers un autre mode de fonctionnement dans les relations internationales, que l'on cesse de nous dire que l'on parle avec les bons et que l'on fait la guerre aux mauvais", explique un haut représentant brésilien qui souhaite conserver l'anonymat. Qu'est-ce que cela signifie ? Au Brésil, on a subi plus de vingt ans un régime militaire... Personne n'est venu nous sauver !..." "Nous voulons un dialogue ouvert avec les autres pays", a précisé dans son discours la présidente Dilma Rousseff. "La question libyenne devrait être réglée par la diplomatie et le dialogue, mais pas par la force", a renchéri le président russe Dmitri Medvedev, qui s'est entretenu longuement avec le président sud-africain. "Côté russe, on supporte de plus en plus mal que le discours mondial soit monopolisé par l'Occident, ce qui empêche de trouver d'autres solutions", explique un journaliste russe. "Nous croyons que les valeurs héritées de notre histoire (sud-africaine) et de notre expérience contribueront à la paix, à la sécurité et au développement...", a conclu Jacob Zuma.

Une route encore longue

Sur le plan économique, les cinq pays ont par ailleurs tous exprimé leur soutien au projet français de réforme du système monétaire international dans le cadre du G20. Un accord cadre a même été signé en marge du sommet entre les différentes banques chargées du développement pour prévoir une coopération renforcée des Brics sur les marchés financiers, les investissements et financements de ressources, notamment dans les projets de haute technologie et de protection de l'environnement. Mais à ce stade, cet accord fait surtout le jeu de la Chine, seule à disposer de réserves suffisantes pour envisager de tels projets. Pékin a par ailleurs fait en sorte que la douloureuse question de la réévaluation de sa monnaie ne soit pas abordée lors de ce sommet. Le taux de change très bas du yuan renforce en effet les exportations chinoises, qui viennent concurrencer les industries locales, notamment au Brésil. "En revanche, précise toujours le haut fonctionnaire brésilien, les Chinois semblent avoir compris qu'en agissant ainsi, ils faisaient des dégâts et semblent à présent disposés à faire des efforts pour éviter de casser nos industries locales." La Chine - devenue l'an dernier le premier partenaire commercial du Brésil, devant les États-Unis - a ainsi profité de la venue de la présidente Rousseff pour diversifier ses achats de produits brésiliens avec notamment une série de grands contrats portant sur 35 avions Embraer E 190 qui vont permettre d'équilibrer la balance commerciale.

C'est sans doute là que s'arrête pour l'instant l'avancée des Brics dans la réforme des institutions internationales, notamment aux Nations unies. Le Brésil, l'Inde et l'Afrique du Sud, qui sont cette année par hasard tous trois membres non permanents du Conseil de sécurité, ont souligné tour à tour leur satisfaction de se retrouver dans ce cerveau de la gouvernance mondiale. Mais les deux membres permanents que sont la Chine et la Russie ont exprimé en des termes assez vagues et prudents leur désir de voir le conseil s'ouvrir à de nouveaux membres. La route des Brics s'annonce donc encore longue. La prochaine étape aura lieu dans un an, en Inde.

http://www.lepoint.fr/economie/les-brics-en-quete-d-un-nouvel-ordre-mondial-14-04-2011-1319593_28.php
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Sam 30 Mai 2015 - 15:46

article de 2011 moro Rolling Eyes
entre temps ils sont en decomposition avancée les brics

_________________
Revenir en haut Aller en bas
moro
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1495
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Dim 31 Mai 2015 - 0:55

Oui désolé j'ai fait une sélection d'articles intéressants à poster sur le forum hier (vendredi) et j'ai perdu la page, du coup j'ai refait une recherche pour retrouver différents sujets et les brics sur lepoint.fr entre autres, du coup suis tombé sur cet article là et je ne sais pas pourquoi j'étais persuadé que c'était celui que je cherchais alors qu'effectivement il n'a rien à voir Neutral désolé, mea culpa, Pardon pardon...

Ci joint l'article que je voulais mettre, l'amalgame est dans la volonté de la Russie de créer une alternative au US $ et par conséquent un nouvel ordre mondial, dans la continuité en quelque sorte, je pense que les Brics ne sont pas si en décomposition que ça Yaku, ils ont des difficultés, mais qui en a pas par les temps qui courent Arrow

Citation :
Poutine ratifie un accord dotant les Brics d'un fonds de 100 milliards de dollars

Les Brics ont également signé en juillet un accord pour la création de leur propre banque, dotée d'un capital initial de 50 milliards de dollars.



Le président russe Vladimir Poutine a ratifié samedi l'accord portant sur la création d'un fonds commun de réserves pour les pays émergents des Brics, signé en juillet par le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud. "L'accord sur la création d'un fonds commun de réserves de change des pays des Brics est ratifié", annonce un document du Kremlin, cité par l'agence de presse russe RIA Novosti. Ce fonds devrait être doté de 100 milliards de dollars (89,2 milliards d'euros), selon les termes de l'accord signé par les cinq pays des Brics à Fortaleza, au Brésil, le 15 juillet 2014. La Russie compte participer à hauteur de 18 milliards de dollars, à l'instar de l'Inde et du Brésil, loin derrière les 41 milliards promis par la Chine. Le fonds sera complété par l'Afrique du Sud, qui mettra cinq milliards de dollars sur la table. Selon la déclaration finale signée par les Brics à Fortaleza, ces 100 milliards de dollars leur permettront d'éviter "les pressions à court terme sur les liquidités" et de "promouvoir une plus grande coopération" entre eux.

Ce fonds est aussi perçu par Moscou comme une autre solution que les institutions financières internationales dominées par les États-Unis, avec qui la Russie connaît de vives tensions depuis le début de la crise ukrainienne. Les Brics, qui représentent 40 % de la population et un cinquième du PIB de la planète, ont également signé en juillet un accord pour la création de leur propre banque, posant la première pierre d'une nouvelle architecture financière face à l'hégémonie occidentale. Cette nouvelle banque, dont le siège sera à Shanghaï et qui est destinée à financer les grands travaux d'infrastructures, sera dotée d'un capital initial de 50 milliards de dollars.

http://www.lepoint.fr/monde/poutine-ratifie-un-accord-dotant-les-brics-d-un-fonds-de-100-milliards-de-dollars-02-05-2015-1925789_24.php
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Géopolitique Mondiale   Aujourd'hui à 6:48

Revenir en haut Aller en bas
 
Géopolitique Mondiale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» A savoir: Amsterdam, Capitale mondiale du livre 2008
» Consegnati a Cuneo i riconoscimenti ai deportati della Seconda Guerra Mondiale
» Documents sur la 1e guerre mondiale 14-18
» 14 DECEMBRE journée mondiale contre l'hypertension
» Poilu, surnom donné aux soldats français pendant la Première Guerre mondiale.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: