Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Armée Française / French Armed Forces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant
AuteurMessage
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1888
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 8 Mar 2016 - 18:11

Citation :
L'armée de l'air ne peut pas déployer plus de vingt avions de combat
Le général Lanata, chef d'état-major de l'armée de l'air, s'inquiète : sur la durée, la surchauffe guette les aviateurs français.

Le général Lanata est formel : 20 avions déployés sur le long terme sont un maximum pour l'aviation française.  Le général Lanata est formel : 20 avions déployés sur le long terme sont un maximum pour l'aviation française.  © AFP/ STEPHAN AGOSTINI

Lors d'une réunion avec l'association des journalistes de défense (AJD), mardi 8 mars, le général d'armée aérienne André Lanata, chef d'état-major de l'armée de l'air, a confirmé que des avions militaires français conduisent actuellement des opérations de renseignement au-dessus de la Libye. Mais rien de plus : « Il n'y a pas eu de décision d'intervention en Libye : nous faisons de la reconnaissance pour documenter le théâtre d'opérations. »
Ces vols ISR (Intelligence, Surveillance, Reconnaissance) avaient été révélés en décembre dernier par la présidence de la République dans le dossier de presse remis aux journalistes qui suivaient le président François Hollande sur le porte-avions Charles de Gaulle, alors déployé en Méditerranée orientale. Pour autant, le général Lanata insiste sur le fait que la France n'a pas effectué de frappes avec les moyens qu'il administre : « La France n'a pas vocation à régler toute seule la sécurité sur l'ensemble de la planète. » Et d'ajouter que si une intervention militaire aérienne coercitive devait se produire contre des cibles en Libye, elle se ferait « en coalition ».
Pilotes en surchauffe

Interrogé sur le détail des missions aériennes en cours, le général a précisé qu'elles concernent vingt avions de combat engagés dans deux régions lointaines - les opérations Barkhane au Sahel et Chammal au Moyen-Orient. Les appareils Mirage 2000 et Rafale sont déployés sur quatre bases « projetées » : N'Djaména (Tchad), Niamey (Niger), al-Dhafra (Émirats arabes unis) et « H5 », au nord-est d'Amman (Jordanie). Ces 20 appareils représentent 11 % seulement des avions d'arme de l'armée de l'air française, qui en compte 180 répartis en 9 escadrons de combat.
Mais André Lanata est formel, confirmant les propos de son prédécesseur : plusieurs facteurs rendraient très difficile une accentuation de l'effort opérationnel. Il cite plusieurs  éléments le conduisant à cette conclusion, dont l'hétérogénéité de la flotte composée de deux types d'appareils (Mirage 2000 et Rafale), mais d'une quantité de modèles et de versions différentes. Ces diversités exigent des quantités de personnels ultra-qualifiés (mécaniciens) pour le MCO (Maintien en conditions opérationnelles). Autre facteur de tension : les temps de vol des pilotes. Ils ont la possibilité de voler 180 heures par an et volent 45 heures par mois quand ils sont déployés. Conclusion : ils consomment en deux mois leurs vols d'un semestre... Enfin, les avions d'armes continuent durant ces OPEX leurs missions habituelles : sur les neuf escadrons, deux maintiennent en permanence l'alerte nucléaire, deux autres assurent la mission d'alerte aérienne - ce sont eux qui interceptent les bombardiers russes au large des côtes françaises - et deux autres encore sont engagés dans le Soutex (Soutien aux exportations, dans le jargon). Si on ajoute les indispensables entraînements, l'entretien programmé et les réparations, André Lanata est formel : vingt avions déployés sur le long terme sont un maximum.
Un coup de poing, pas plus...

La question qui suit va de soi... Comment l'armée de l'air ferait-elle si le président de la République lui demandait demain matin de s'engager sur une troisième guerre simultanée ? S'il s'agissait d'un « coup de poing », répond le général, l'armée de l'air y ferait face sur six mois ou un an, « mais ça nous prendrait deux ans pour nous en remettre en raison des problèmes d'entretien, de formation du personnel, de munitions », entre autres... En revanche, s'il était question d'une opération plus longue (Barkhane a engagé sa quatrième année, Chammal dure depuis 17 mois), André Lanata est formel : « Dans ce cas, il faudrait procéder à des ajustements nécessaires pour l'aviation de combat. Comme nous l'avons fait pour le transport, en achetant 4 avions C-130J. » Et de rappeler qu'une guerre a un coût, y compris pour les avions. C'est bien sûr leur mission, mais durant les opérations extérieures, un seul appareil consomme le potentiel de cinq appareils stationnés en France. Les comptes sont vite faits !

http://www.lepoint.fr/societe/l-armee-de-l-air-ne-peut-pas-deployer-plus-de-vingt-avions-de-combat-08-03-2016-2023978_23.php#xtor=CS3-190
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8148
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 9 Mar 2016 - 12:48

Citation :
Le général Lanata donne des précisions sur l’interception, en février, de 2 bombardiers russes
Posté dans Forces aériennes par Laurent Lagneau Le 09-03-2016



Il aura donc fallu attendre que le général André Lanata, le chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA), évoque l’interception de deux bombardiers russes TU-160 Blackjack du 17 février dernier pour voir la presse généraliste s’emparer (enfin) du sujet. « Mieux vaut tard que jamais », dit-on. Cependant, il est vrai que la communication officielle a été jusqu’à présent un peu chiche.

Cela étant, à l’occasion d’une rencontre avec l’Association des journalistes de Défense (AJD), le général Lanata a livré quelques précisions supplémentaires au sujet de cette affaire. Ainsi, l’on apprend, selon les comptes-rendus de cet entretien, que les deux bombardiers russes ont été précisément interceptés au large du Touquet par un Rafale B [du 1/91 Gascogne, ndlr] et un Mirage 2000-5 [du 1/2 Cigognes, ndlr], après avoir été pris en charge par deux Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force.

« Ils sont restés dans les eaux internationales, ont fait demi-tour avant l’espace aérien français. Nous les avons raccompagnés jusqu’à ce qu’ils remontent vers le nord », a indiqué le CEMAA au sujet des deux TU-160. En outre, a-t-il précisé, cette mission a nécessité un ravitaillement en vol des deux avions de l’armée de l’Air, assuré par un ravitailleur britannique, un A-330 MRTT « Voyager ».

Cette interception franco-britannique d’appareils russes a été évoquée par le général Frédérik Vansina, le chef de la composante Air de la Défense belge, dans un entretien publié le 4 mars par le quotidien De Standaard.

Alors de retour d’une réunion semestrielle de l’Otan, le général Vansina a affirmé que « les photos que nous avons vues à Ramstein [ndlr, siège du commandement aérien allié] montrent comment les bombardiers russes circulent en continu autour de l’Europe. »

« Je ne pense pas que le Belge moyen sait que les bombardiers russes sont en permanence dans notre voisinage. Ils volent le long de l’Ouest de la Grande-Bretagne et de l’Irlande », a-t-il continué. « La semaine passée ils ont même franchi la Manche. Des avions français les ont pris en chasse dans le voisinage du Touquet. Un peu plus loin et vous êtes à Koksijde (Coxyde), où nous aurions dû les arrêter », a encore dit le général belge.




http://www.opex360.com/2016/03/09/le-general-lanata-donne-des-precisions-sur-linterception-en-fevrier-de-2-bombardiers-russes/




Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8148
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 9 Mar 2016 - 16:46

Citation :
Les mesures pour faire durer les Mirage 2000D
Dans Actualité Défense
Publié le 09/03/2016 à 14h41, par Jean-Marc Tanguy



Les Mirage 2000D volent quatre à cinq fois plus dans le cadre de l'opération Chammal qu'en métropole. La flotte est par ailleurs composées de différents standards, ce qui complique sa gestion.

Pour sortir de cette impasse, l'armée de l'air avait déjà lancé un chantier d'harmonisation des différents standards du Mirage 2000D. Des travaux réalisés à l'atelier industriel de l'aéronautique de Clermont-Ferrand (AIA-CF). Ce dernier est au coeur du plan d'harmonisation, nécessaire pour permettre à la flotte de durer dans le cadre de la lutte contre Daech. Parmi les mesures d'urgence, l'autorisation a été accordée de recourir à la sous-traitance, notamment pour les tâches de dépose, ce qui est réalisé par la PME Aérotech.

L'unité de production chasse de l'AIA-CF est en cours de recrutement de 19 personnels de plus, afin d'augmenter la capacité des chantiers et répondre aux besoins.

Enfin, une étude vise à faire passer le calendrier des visites techniques à cinq ans et mille heures de vol. Ce qui permettra aux Mirage 2000D de durer tout en lissant la charge actuelle.
La flotte de Mirage 2000 est bien connue de Patrick Dufour, patron du service industriel de l'aéronautique (SIAé), dont dépend l'AIA-CF. Il fut, dans les années 90, directeur de programme Mirage 2000.




http://www.air-cosmos.com/les-mesures-pour-faire-durer-les-mirage-2000d-65509






Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 9 Mar 2016 - 18:25

Citation :
Un pluvier doré est à l’origine de l’accident d’un Alphajet à Vouvray, en décembre 2014


Posté dans Forces aériennes par Laurent Lagneau Le 09-03-2016




Le 10 décembre 2014, un avion d’entraînement de type Alphajet appartenant à l’École de l’aviation de chasse (EAC) de Tours s’était écrasé sur un foyer d’accueil pour personnes handicapées, à Vouvray, peu de temps après son décollage. L’accident avait fait une victime.

À l’époque, la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, avait exigé la « transparence absolue » sur ce drame, ce qui laissait sous-entendre d’éventuelles manquements aux règles de sécurité de la part de l’équipage de l’Alphajet en question.

Plus d’un an après, l’on en sait un peu plus sur les causes de cet accident. Selon un rapport d’étape [.pdf] du Bureau enquêtes accidents défense air (BEAD-Air), le réacteur gauche de l’Alphajet a ingéré un volatile, en l’occurrence un « pluvier doré », dont la masse varie entre 160 et 280 grammes.

D’après le rapport, le risque d’une collision avec un volatile avait été estimé « nul » par la section de prévention du péril animalier (PPA), dont le rôle est d’observer la présence d’oiseaux dans les environs de la base.

L’incident s’est produit alors que l’élève-pilote venait de se voir confier les commandes par son instructeur après un tour de piste et un « touch and go », conformément à ce qui avait convenu lors du briefing.

L’élève entame alors un virage vers le cap 149° et met les gaz en montée, à 280 noeuds. C’est alors que deux bruits sourds sont entendus par l’instructeur, suivis par une baisse de régime des deux moteurs Larzac de l’Alphajet, qui, en conséquence, perd de la vitesse.

L’instructeur informe tout de suite le contrôle aérien et reprend les commandes. Ayant vainement tenté de redémarrer les moteurs, et à seulement 1.000 pieds d’altitude, il lance la procédure d’éjection, après toutefois avoir orienté l’Alphajet vers une zone inhabitée.

Malheureusement, une fois son équipage éjecté, l’appareil a dévié légèrement de sa trajectoire. La suite est connue : il ira ensuite s’écraser sur le centre d’accueil et provoquera un incendie. L’instructeur sera gravement blessé (il a ressenti une vive douleur aux lombaires au moment de l’éjection). Et tout cela s’est passé très vite.

D’après le rapport du BEAD-Air, l’ingestion du « pluvier doré » a rompu « brutalement » les « 5 pales du 1er étage de la roue mobile du compresseur BP », dont les débris ont fini d’endommager le réacteur. En revanche, des investigations complémentaires sont nécessaires pour expliquer les dégâts subis par le réacteur droit.

« Les expertises menées à ce jour ne permettent pas d’expliquer une perte de poussée sur le moteur droit. En l’absence d’enregistreur de paramètres de vol et afin de rechercher aussi loin que possible les causes de cet accident, de nouvelles investigations vont être conduites. Une reconstitution partielle de l’appareil est envisagée », indique le BEAD-Air.

Toutefois, prévient-il, « la réalisation de ces expertises dont il n’est pas possible de garantir qu’elles conduiront à un rapport conclusif, impose des délais importants compte tenu de l’état de destruction avancé des pièces expertisées et de la présence d’amiante dans certains ensembles ».

http://www.opex360.com/2016/03/09/pluvier-dore-lorigine-de-laccident-dun-alphajet-vouvray-en-decembre-2014/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 9 Mar 2016 - 18:51

Citation :
Armement : les dix grands travaux de l'armée de terre en 2016

 Par Michel Cabirol       |   09/03/2016


Le système de drone tactique Patroller devra être livré à l'armée française vers la fin 2018 (Crédits : Sagem)


Plusieurs grands programmes de l'armée de Terre vont passer des jalons importants en 2016. C'est le ce cas de Scorpion, des hélicoptères interarmées légers, du missile MMP, du successeur du FAMAS, du drone Patroller, du successeur du célèbre Peugeot P4...


Très sollicitée par les opérations extérieures (OPEX) et intérieures (OPINT), l'armée de Terre a également du pain sur la planche en 2016 pour équiper et protéger ses soldats. Et ce en dépit d'une pause dans les livraisons des grands programmes entre 2014 et 2017, à l'exception des hélicoptères Tigre et NH90 et de camions porteurs polyvalents terrestres (PPT) commandés avant 2011. L'objectif du directeur de la Section technique de l'armée de terre (STAT), le général Charles Beaudouin, qui a été auditionné par la commission de la défense de l'Assemblée nationale, "est de proposer en 2016 la formalisation du besoin de 29 nouvelles capacités ou amélioration de capacités existantes, 32 nouvelles livraisons d'équipement dans les forces et 43 autorisations d'emploi en opération, intérieure ou extérieure".

Dans les quatre années à venir, le patron de la STAT sera particulièrement attentif à des livraisons qui vont renouveler des capacités complètes. Il s'agit de renouveler toute la gamme des véhicules des forces spéciales (commandement des opérations spéciales, COS) : le véhicule léger, le poids lourd et le petit véhicule parachutable (Fardier) qui sert à transporter les équipements. L'armée de Terre devra remplacer toute la trame portable antipersonnel et antichar, soit les moyens de tir de l'infanterie de 0 à 2.500 mètres, depuis le pistolet automatique jusqu'au missile moyenne portée à 2.500 mètres.

Scorpion : définition du Jaguar et Griffon en 2016

Pour le programme Scorpion, 2016 sera "une année très importante", selon le général Charles Beaudouin. La direction générale de l'armement, avec l'aide de la STAT, devra "complètement" figer la définition des véhicules blindés Jaguar, qui succédera au char léger AMX10 RCR, dont la mise en service opérationnel est attendue en 2023, et Griffon, qui remplacera le VAB. Ce qui permettra de préparer l'industrialisation de ces équipements très, très attendus par l'armée de Terre. "Cette étape constituera l'achèvement d'un travail collaboratif majeur conduit avec la DGA et le groupe momentané d'entreprise Nexter-RTD-Thales", a souligné le patron de la STAT.

En outre, le général Beaudouin a proposé à l'état-major de l'armée de Terre (EMAT) des fiches de caractéristiques militaires concernant plusieurs besoins. Il s'agit de l'expression de besoin du système de simulation Scorpion : simulation cabine et embarquée. Surtout, l'armée de Terre travaille sur des variantes de matériels plus légers que le Jaguar et le Griffon, appelé Scorpion léger. C'est un programme de véhicules blindés légers tactiques polyvalents, des 4X4 d'environ douze tonnes  avec une charge utile de 2,5 tonnes. Ils peuvent accompagner les blindés Jaguar, Griffon et Leclerc (voire également ci-dessous).

Enfin, la livraison des premiers exemplaires du Griffon et du Jaguar doit, a précisé le patron de la STAT, "se faire en cohérence avec nombre d'opérations en interface : les nouveaux postes de radio CONTACT, le système d'information SICS qui va remplacer les systèmes actuels, le missile moyenne portée et autres armements qu'il faudra intégrer dans les Jaguar et les Griffon, ainsi que les brouilleurs BARAGE".

Hélicoptères : faut-il un ou des successeur(s) à la Gazelle et au Puma

Le programme d'hélicoptères interarmées légers (HIL), a subi un "décalage très important", a regretté le général Charles Beaudouin, qui a fait remarquer que "le besoin est avéré dès aujourd'hui, bien avant 2028". Ces hélicoptères doivent remplacer les Gazelle qui ont 40 ans d'âge, les antiques Alouette III de la marine, "les dernières au monde utilisées par notre marine sur le porte-avions", les Fennec, les Dauphin et les Puma qui, pour ces derniers, ont plus de 30 ans d'âge. "Le besoin est actuel mais, l'opération ayant été reportée, nous allons appliquer des « patchs » sur les hélicoptères pour qu'ils puissent tenir", a précisé le directeur de la STAT. La cible d'acquisition serait de l'ordre de 160 à 180 appareils, dont 80 sont destinés à l'armée de terre pour remplacer les Gazelle.

Selon lui, le défi majeur consiste à chercher à remplacer des hélicoptères qui sont aussi légers que la Gazelle et aussi lourds que le Puma par un seul hélicoptère. "Nous sommes dans une phase du programme guidée par un objectif d'état-major ; le choix reste ouvert. Va-t-on opter pour cet hélicoptère parfait, à mi-chemin entre le Puma et la Gazelle ou pour deux flottes d'hélicoptères ? La question reste à trancher", a-t-il exposé aux députés. Une seule flotte semble a priori impossible à tenir au regard des compromis opérationnels que cela va exiger. D'autant que COS, qui utilise des Gazelle, a ses besoins propres. Des réunions seront conduites dans les prochains mois par les trois armées sous l'égide de l'EMA afin de statuer, a-t-il précisé.

Qui dit décalage, dit modernisation des appareils existants pour les faire tenir. Dans ce contexte tendu, le général Charles Beaudouin va proposer dans les prochains mois "un projet de besoin relatif au traitement d'obsolescence de la Gazelle qui restera en service opérationnel encore pendant quinze à vingt ans, dans l'attente de la livraison des premiers hélicoptères interarmées légers (HIL) à partir de 2028".

Début des évaluations du missile MMP de MBDA en 2016

La STAT entamera en 2016 les campagnes d'évaluation du missile moyenne portée (MMP) de MBDA qui remplace le Milan ainsi que de la roquette nouvelle génération qui remplace l'Eryx et l'AT4CS. Toute la trame roquette-missile est actuellement en phase de renouvellement. Le MMP, qui équipera notamment les Jaguar et les Griffon, sera mis en service en 2018.


"Nous le connaissons parfaitement parce que nous avons participé à la définition de ses interfaces homme-machine. Nous avons vraiment un partenariat - il faut bien l'entendre de cette façon - entre l'industriel retenu, la DGA et les armées. Il s'agit de faire en sorte que l'équipement arrive le plus vite possible et réponde au besoin", a expliqué le général Charles Beaudouin.

Le successeur du FAMAS sélectionné avant l'été 2016

C'est l'un des sujets les plus polémiques du moment. De nombreux politiques, notamment de droite, ont regretté le choix d'un fusil d'assaut étranger. En dépit de toute cette agitation, l'armée de Terre poursuivra cette année encore l'évaluation de l'arme individuelle future (AIF) qui va être choisie avant l'été par la DGA, pour des livraisons aux forces en 2017. En 2016, la STAT a déjà directement participé, en appui de la DGA, à un certain nombre de campagnes. Les sous-officiers de la STAT "vont vérifier à Mourmelon le fonctionnement de ces armes en leur faisant tirer 20.000 coups", a précisé le général Charles Beaudouin. La DGA fera d'autres essais : armes dans la boue, dans le sable...

L'AIF sera une arme au mécanisme plus classique que le FAMAS et au calibre OTAN standard. Certains fusils d'assaut en cours d'évaluation sont déjà très utilisés par des armées étrangères. "Nous aurons moins de problème de sources d'approvisionnement pour les munitions", a estimé le patron de la STAT. Ces fusils d'assaut doivent pouvoir tirer  précisément des munitions à 200 ou 300 mètres en opération.


"Nos soldats ont droit au meilleur (...) Ils risquent leur vie. On ne peut pas acheter des munitions moins bonnes sous prétexte qu'elles sont françaises. Or la concurrence est exacerbée et le niveau mondial très relevé. Si un Français peut s'aligner, tant mieux pour lui ! S'il est bon, il sera retenu. Et s'il est un peu plus cher que les autres ? Il appartiendra à la DGA de décider puisque c'est elle qui est responsable des acquisitions. Mais dans un marché en concurrence, il faut justifier le choix d'un fournisseur plus cher que les autres".

En outre, l'armée de Terre va enfin se séparer du pistolet automatique de la Manufactures d'armes de Châtellerault, le MAC50. Une expression de besoin concernera le futur pistolet automatique des armées.

Début des essais du Patroller

Avec la DGA, la STAT va entamer un plan commun d'essai et d'évaluation du Patroller, un système de drone tactique, qui devra être livré aux forces à compter de la fin 2018. Pour le patron de la STAT, qui a participé aux démonstrations du Patroller, ce drone "correspond parfaitement au besoin militaire. Je suis très content du choix du Patroller parce que je sais que nos soldats auront ce qu'il faut sur les théâtres d'opération". Le Patroller permettra de soulager le Reaper, qui est un drone MALE de surveillance mais qui assure des missions d'un drone tactique en appui direct aux opérations.

La DGA et la STAT ont également un plan commun d'essai et d'évaluation d'un minidrone qui sera le successeur du drone de reconnaissance au contact (DRAC), qui doit être livré aux forces à compter de 2018.

Le successeur du célèbre Peugeot P4... ne sera pas français

Face à l'urgence de remplacer les très vieux Peugeot P4 de l'armée de Terre, qui coûte très cher en maintenance (moins de 2.500 en service), le général Charles Beaudouin a estimé qu'il fallait lancer le programme véhicule léger tactique polyvalent (VLTP) "au plus vite", les premières livraisons étant "nécessaires en 2018". Soit un programme de 4.000 à 5.000 véhicules. Tout en signalant qu'il n'y avait plus de fabricants de ce type de véhicule 4X4 en France, le patron de la STAT a alerté les industriels français pour qu'ils "présentent sans tarder des solutions".


*Nous ne faisons que constater les choix de l'industrie automobile : nous n'avons pas de possibilité d'acheter des 4X4 non blindés à capacité d'emport importante de fabrication entièrement française".

Pour faire face à l'effondrement du parc de P4 et confronté au report du lancement du programme VLTP de 2014 à 2020, l'EMAT a utilisé l'an dernier le programme 178 pour financer un millier de véhicules en urgence au titre de l'Union des groupements d'achats publics (UGAP). A l'image de la DGA, de mairies ou des pompiers, l'armée de Terre a choisi le Ford Ranger alors que Renault Trucks Defense (RTD) a pourtant été sollicité pour présenter le Nissan Navara, modèle équivalent à celui du constructeur américain. Nissan qui fait partie de l'Alliance Renault-Nissan, n'a "pas donné suite".  Pour le patron de la STAT, il s'agissait "de faire quelque chose parce que nos régiments n'ont plus les moyens de se déplacer, par exemple pour aller au champ de tir avec des cibles à l'arrière du P4".


Le Ford Ranger était le seul véhicule "apte à répondre au besoin exprimé : un véhicule qui puisse emporter une tonne de charge utile, en comptant le poids des hommes - avec quatre gaillards de cent kilos équipés, il reste 600 kg. Vous comprenez bien qu'une Dacia ne pouvait pas répondre au besoin : avec quatre soldats équipés, il ne restait que 150 kg d'emport dans un coffre tout petit. Le seul véhicule possible était ce véhicule acheté au titre du marché interministériel, le Ford Ranger, au prix particulièrement compétitif de 26.000 euros pièce.

L'armée de Terre travaille aussi sur le remplacement des véhicules d'accompagnement : des VAB qui ne sont pas remplacés par le Griffon, des camions Renault TRM 2000, des véhicules légers de reconnaissance et d'appui (VLRA). Toute cette gamme de véhicules, aujourd'hui très âgée, constitue une part importante de la force terrestre actuelle. Les premières livraisons de ce programme sont attendues en 2020. En outre, elle étudie la succession du véhicule de haute mobilité déployé en Guyane en protection du site de Kourou au sein du troisième régiment étranger d'infanterie. Enfin, la STAT poursuivra l'évaluation du VBL Ultima en vue de livraisons aux forces en 2017.

Vers un allègement du poids de FELIN

Le patron de la STAT va proposer cet été l'adoption du système fantassin à équipement et liaisons intégrées (FELIN) allégé. Ce qui permettrait de gagner jusqu'à six kilos pour les soldats, qui portent entre 29 et 50 kg de matériel sur le dos. Ces équipements allégés pourront être "projeté en opération avant la fin de l'année", a assuré le général Charles Beaudouin.

Par ailleurs, "l'appui électronique au contact", une capacité que nous avons développée notamment au Mali, consiste à intercepter, écouter et brouiller en opération les groupes armés terroristes, sera renforcé "cette année par la mise en service d'un nouveau système léger et la valorisation des systèmes existants".

Un système de communication dédié à Sentinelle

L'état-major des armées (EMA) a lancé un programme dans le cadre d'une urgence opérationnelle au profit de l'opération Sentinelle. Il s'agit de réaliser un premier niveau de système de communication et d'information, appelé AUXYLIUM qui a été inventé par un officier depuis muté depuis à la STAT. Ce système (des tablettes très légères) utilise la technologie 4G et le smartphone et formant une bulle locale radio à haut débit réservée à la défense. Pourquoi? Lors des attentats, le réseau téléphonique a été saturé aux environs du Stade de France.

Du coup, dans le cadre de l'Euro 2016, qui se déroulera en juin prochain en France, le ministère de la Défense sera en mesure d'équiper les soldats participant à Sentinelle "de smartphones à très haut débit mais dans une bulle totalement réservée à la défense et par conséquent non pénétrable par les réseaux Orange ou autres". Le volume d'un millier d'équipements doit être opérationnel en juin pour la protection de Paris dans le contexte des manifestations de l'Euro 2016. Ces smartphones utiliseront toutes les fonctionnalités d'un smartphone classique. Les militaires pourront se géolocaliser et être géolocalisés par leurs chefs, envoyer des messages, des films et des photos.


"Le problème de mettre une armée dans une ville, c'est que nos postes radio tactiques ne sont pas faits pour cela. Dans un environnement urbain, le poste radio PR4G ne brouillera certes pas l'activité civile, mais il connaîtra des pertes de portée énormes, aussi bon soit-il. Or il est question d'intervenir partout, y compris en étage et en sous-sol", a rappelé le patron de la STAT.

La montée en puissance des nouveaux systèmes d'information

Autre défi majeur pour l'armée de Terre, l'accompagnement de la montée en puissance des nouveaux systèmes d'information et de communication qui doivent remplacer toute la chaîne de commandement actuelle, du niveau de la division à celui de la section. "Une telle transition à cette échelle n'a jamais été réalisée à ce jour, a affirmé le général Beaudouin. Elle doit répondre à une attente très forte de la part de nos soldats d'une numérisation fluide et flexible, de bout en bout, intégrant la coordination des intervenants dans les deuxième et troisième dimensions. L'intégration dans les porteurs terrestres et aéroterrestres ne sera pas la moindre de mes préoccupations".

Avec ces programmes, l'armée de Terre touche concrètement à la notion de "système de systèmes" interarmes, interarmées et interalliés. "C'est un défi majeur qui exige que les décideurs et acteurs de la DGA et des armées disposent du champ d'action le plus large possible et d'une coordination très forte pour faire sauter tous les silos", a-t-il estimé.

De nouveaux moyens de simulation
Enfin, l'armée de Terre attend  la livraison du programme CERBERE visant à renouveler les moyens de simulation du Centre d'entraînement tactique (CENTAC) de Mailly-le-camp et équiper le Centre d'entraînement aux actions en zone urbaine (CENZUB) de Sissonne de moyens de simulation. Le général Beaudouin a précisé qu'au cours du premier trimestre, un nouveau simulateur d'entraînement des postes de commandement de niveau brigade et régiment, SOULT, sera mis en service à Mailly-le-camp. "Il est fondamental d'entraîner nos équipes de commandement avant la projection. La simulation le permet et produit les meilleurs effets", a-t-il estimé.

"CERBERE permettra un entraînement bien plus réaliste des sous-groupements tactiques interarmes (SGTIA) et de nos groupements tactiques interarmes (GTIA) avec une réelle sanction des effets des feux par la simulation. La capacité opérationnelle de l'armée de terre repose également sur ces centres".


http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/armement-les-dix-grands-travaux-de-l-armee-de-terre-en-2016-555955.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 9 Mar 2016 - 21:36

Citation :
L’armée de l’Air étant au taquet, faudra-t-il envoyer des avions de la Marine sur des bases aériennes projetées?


Posté dans Forces aériennes, Forces navales par Laurent Lagneau Le 09-03-2016




Depuis 2008, l’armée de l’Air a perdu 25% de ses effectifs et réduit le nombre de ses bases de 40% et celui de ses avions de combat d’autant, pour arriver à 180 appareils. Dans le même temps, il n’aura échappé à personne que le rythme des opérations s’est intensifié depuis maintenant plusieurs années et que les missions qui lui reviennent n’ont pas changé.

En clair, l’engagement actuel de l’armée de l’Air va au-delà de son contrat opérationnel, défini par le dernier Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale (LBDSN). Certes, un avion comme le Rafale est multi-rôles, ce qui permet de retirer des appareils jusqu’alors utilisés pour des missions spécifiques. Mais il n’a pas le don d’ubiquité, c’est à dire qu’il ne peut pas être présent à deux endroits différents.

Lors de sa rencontre avec l’Association des journalistes de la Défense, dont la presse généraliste se fait l’écho, ce 9 mars, le général André Lanata, le chef d’état-major de l’armée de l’Air, a fait le même constat que son prédécesseur, le général Denis Mercier : les aviateurs sont au taquet, comme du reste leurs camarades de l’armée de Terre et de la Marine nationale.

Entre la posture permanente de sûreté aérienne, les engagements en opérations extérieures (Chammal et Barkhane essentiellement), le soutien aux exportations (SOUTEX), l’alerte nucléaire, les exercices et les nécessaires vols d’entraînement, le format de l’armée de l’Air semble étriqué. Et c’est sans compter sur le l’indispensable Maintien en condition opérationnelle des aéronefs, qui ne peuvent évidemment être alignés quand ils sont entre les mains des techniciens.

« Avec cette sollicitation, exceptionnelle, dans la durée, l’armée de l’air est aux limites de ses possibilités », a ainsi résumé le général Lanata.

Aussi, à l’heure actuelle, l’armée de l’Air ne peut engager que seulement 18 avions de combat dans les opérations en cours (4 Rafale à N’Djamena et 6 autres aux Émirats ainsi que 8 Mirage 2000D en Jordanie… les 2 derniers Mirage 2000C étant récemment rentrés de Niamey, où ils étaient engagés au titre de Barkhane). À ce total, il faut ajouter les appareils déployés à Djibouti (7 Mirage 2000).

L’une des conséquences est une sollicitation intense des avions engagés et de leurs équipages. Ainsi, a expliqué le général Lanata, les pilotes et les navigateurs officiers systèmes d’armes (NOSA) effectuent, en opérations, « 90 heures de vol en deux mois », soit la moitié du quota qu’ils doivent accomplir en un an. Ils sont donc sollicités trois fois plus qu’en métropole. « C’est sur les aviateurs que reposent toutes les tensions du dispositif », a-t-il souligné.

Si l’on prend tout en compte (usure prématurée, MCO, etc), le CEMAA a fait valoir qu’un avion engagé en opération consomme le potentiel de 5 appareils restés en France. D’où la question : comment faire pour être et durer?

Dans ces conditions, une participation de l’armée de l’Air à une intervention aérienne en Libye risque de poser de sérieux problèmes pour la suite. Pour autant, le général Lanata a admis que des avions français mènent actuellement des missions de reconnaissance au-dessus du territoire libyen, afin de « documenter le théâtre ». Mais il n’est pas question d’aller plus loin.

Si la décision d’intervenir contre la branche libyenne de Daesh est prise, les aviateurs répondront bien sûr présents. « S’il s’agit de se concentrer sur un effet coup de poing pendant six mois, on le fera » a assuré le CEMAA. « Mais après, a-il prévenu, on s’arrêtera, comme a dû le faire l’armée britannique après l’Irak, et on mettra plusieurs années à s’en remettre. » Sauf à se désengager d’un autre théâtre ou à disposer de moyens supplémentaires, c’est à dire bénéficier « de nouveaux ajustements en termes de personnel, de maintien en condition opérationnelle et de formats de la flotte ».

Cela étant, le Livre blanc sur la défense de 2013 a fixé à 225 le nombre d’avions de combat que doivent aligner les forces françaises. Actuellement, deux flottilles de l’aéronautique navale sont dotées de Rafale M (11F et 12F) et une troisième, la 17F, passera bientôt sur ce type d’appareil.

Étant donné que le porte-avions Charles de Gaulle sera prochainement mis en cale sèche pour sa grande visite périodique, sans doute faudra-t-il envisager de déployer des Rafale de la Marine sur des bases terrestres, comme cela avait été fait pour l’Afghanistan, en 2008.

http://www.opex360.com/2016/03/09/larmee-de-lair-etant-au-taquet-faudra-t-il-envoyer-des-avions-de-la-marine-sur-des-bases-aeriennes-projetee/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 9 Mar 2016 - 21:47

Citation :
mercredi 9 mars 2016
 
La Libye vue du sol montois



Ce sont les lions du Normandie-Niémen qui assurent les missions de reconnaissance, depuis des semaines, aux approches de la Libye. Demain, Jean-Yves Le Drian va les visiter, après un crochet par les réservistes qui tiennent assises à Paris.
On le sait, le ministre refuse de parler d'opérations pour les opérations du moment dans et au large de la Libye. Dans ses plus rares apparitions publiques, il est apparu néanmoins plus préoccupé que d'habitude. Il bénéficiera demain d'un très long briefing avec les équipages de la 30e escadre de chasse, qui ne sera pas ouvert à la presse, sans doute avec le visionnage de quelques photos récentes de la Libye. Les Rafale ne sont pas les seuls moyens à oeuvrer, il est donc vraisemblable qu'on lui présentera en fait une vision assez large de la manoeuvre de renseignement air qui inclut toutes sortes de capteurs, et une situation très à jour.
Dans la partie "on" de sa visite, il se fera aussi présenter le centre d'expertise aérienne militaire (CEAM), les locaux du 2/30, ainsi que ceux de l'ESTA Chalosse, en charge de la maintenance.
Une harangue et une probable Marseillaise doivent conclure cette immersion dans l'armée de l'air, la seule des trois armées à être à la pointe des trois théâtres du moment : Libye, Sahel et Irak-Syrie.
Aucune force aérienne ne connaît actuellement un tel niveau de mobilisation opérationnelle qui bute, on le sait, sur les moyens comptés, mais encore légèrement optimisables, dont disposent les aviateurs.
Comme pour confirmer le caractère un peu particulier de cette visite, les journalistes qui la suivront devront anonymiser les personnels de la 30e escadre, car, explique la note du ministère "Attention : compte-tenu de l’anonymat du personnel (pilotes et mécaniciens) récemment déployé en opérations extérieures, leurs visages ne pourront apparaître sur les photos ou vidéos (uniquement des plans larges ou avec les visages floutés) et leurs noms ne pourront être cités. Le ministère de la Défense se réserve le droit de visionner les images réalisées afin de s’assurer du respect de l’anonymat des militaires."
Une telle demande est rarissime, en France, pour des personnels militaires qui ne figurent pas sur la liste des unités protégées par décret (COS, DGSE, etc). On le voit, l'avertissement du ministère ne précise pas les théâtres actuellement fréquentés par les personnels. Cette notion même est dépassée par les opérations Rafale, qui permettent d'opérer depuis les bases-mère, pour autant qu'on dispose de tankers. Cela évite d'ouvrir un troisième théâtre Rafale, ce qui ne serait pas... possible. Pas à cause du nombre brut d'avion, mais surtout du nombre limité de pods (toujours les pods...) et de lots de déploiement. En restant à la maison, pas de problèmes de ce type mais pas non plus de... solde opex.
La France a reçu l'appoint récent de KC-135R de l'US Air Force (1) basés à Istres, avec leurs collègues français. Officiellement, ces avions permettent de soutenir l'activité au Mali, mais rien ne permet de le dire avec certitude. Car pour aller au Mali, on ne passe pas très loin de la Libye.

(1) les tankers de l'USAF ont ravitaillé les Rafale lors de l'opération Ossau, débutée fin février.


Un Rafale du Neu-Neu, sans son pod Reco-NG (Photo JM Tanguy)


Reco-NG est le pod de reconnaissance fixé sous ce Rafale du Gascogne.
(Photo JM Tanguy)


http://lemamouth.blogspot.fr/2016/03/la-libye-vu-du-sol-montois.html
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1888
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 10 Mar 2016 - 19:07

Un test du système de défense français ?

Citation :
Un sous-marin nucléaire russe repéré au large des côtes françaises

Repéré au mois de janvier, un sous-marin russe doté de missiles nucléaires s'est aventuré dans le golfe de Gascogne. Interrogé par L'Obs , le cabinet du ministre de la Défense ne dément pas l'information. Le navire serait venu de la base de SNLE (sous-marins nucléaires lanceurs d'engins) de Mourmansk. S'il n'a pas franchi la limite des eaux internationales, une telle présence n'avait en revanche pas été signalée depuis la fin de la guerre froide en 1991.
Il y a quelques semaines de cela, deux Tupolev 160 avaient déjà été interceptés au large du Touquet. Repérés par des radars norvégiens le mercredi 17 février, ces avions supersoniques russes, surnommés « cygnes blancs » pour leur ligne élancée, sont des bombardiers redoutés par les armées de l'air du monde entier. Les avions, pouvant chacun emporter 12 à 25 missiles à charges nucléaires, volaient alors à moins d'une centaine de kilomètres de la commune du Pas-de-Calais.
Selon l'hebdomadaire, ces intrusions permettent de « tester la défense des pays occidentaux et de réaffirmer la puissance militaire de Moscou dans le monde ». En réponse à ce vol, la Royal Air Force britannique avait fait décoller deux avions de chasse et l'armée de l'air française avait envoyé un Rafale et un Mirage 2000-5. Aurions-nous donc, comme l'a souligné le Premier ministre russe Dmitri Medvedev le 13 février dernier, « glissé dans une période de nouvelle guerre froide » ?

https://fr.news.yahoo.com/marin-nucl%C3%A9aire-russe-rep%C3%A9r%C3%A9-au-large-c%C3%B4tes-fran%C3%A7aises-150000099.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Dim 13 Mar 2016 - 18:44

Citation :
dimanche 13 mars 2016

Il revient



Le porte-avions Charles-de-Gaulle rentrera cette semaine à Toulon après quatre mois de mer entrecoupées d'escales. Aucun aéronef n'a été perdu, et la consommation de bombes est à trois chiffres, ce qui dépasse -et de loin- les bilans précédents. Sur ce plan, et sans enlever leur mérite aux déploiements précédents, le groupe aérien (GAé) a fait la guerre comme jamais.
La présence de 26 chasseurs à bord -là aussi exceptionnelle- ne s'est pas forcément traduite, néanmoins, par un volume correspondant de sorties. Si on reste, évidemment, aux statistiques brutes présentées à Paris.
Comme pour le confirmer, sans la présence du porte-avions, l'armée de l'air et ses 14 chasseurs a d'ailleurs réussi à soutenir, la semaine écoulée, un beau volume.
Le SEM a eu l'avantage, plus que d'habitude, car il embarque des munitions intéressantes pour les JTAC irakiens, GPS (GBU-49) et à létalité réduite (GBU-58). Pour la 17F, c'est le chant du cygne, le dernier appontage opérationnel a eu lieu, même si l'avion continuera encore à voler, jusqu'à extinction de l'espèce, en juillet prochain.
Le prochain déploiement du Charles-de-Gaulle, sauf nouvel imprévu, se fera donc, pour la première fois, seulement avec des Rafale, bientôt opérés par trois flottilles. Une totale inversion par rapport à la première sortie du PACDG, qui ne comportait que des SEM.
Le Rafale reprend la main sur tout le reste, portant Reco-NG, des Scalp (quelques uns ont été tirés, peut-être plus qu'en Libye (2011) et des AASM qui ont plusieurs avantages, mais pas celui du prix.
Il est vraisemblable que comme à l'aller, en novembre, les avions du GAé ne sont pas restés inactifs au large de la Libye. Ils ont pu le faire, en fait, même pendant l'exercice franco-égyptien, et donc, très probablement depuis.

http://lemamouth.blogspot.fr/2016/03/il-revient.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 14 Mar 2016 - 19:52

Citation :
lundi 14 mars 2016

Le COS pourra opérer sur le TN



Après des mois de réflexions et deux attentats multi-sites, les autorités changent de religion sur les forces spéciales du ministère de la défense. Déjà très adaptées aux missions de contre-terrorisme et libération d'otages (CTLO) à l'étranger, elles pourront aussi le faire en France, sous des conditions très strictes. Cette évolution s'inscrit dans la nouvelle doctrine que Jean-Yves Le Drian doit présenter dans quelques heures au Sénat puis à l'Assemblée nationale. Le document concerné aurait été approuvé par Beauvau en moins de 48 heures.

Les FS n'y sont évoquées, mais en réponse à une question de ce blog, l'entourage du ministre explique que ces interventions sont désormais prises en compte.
Il faudra que 1) que les FS soient formées 2) que la situation l'exige 3) que Beauvau les demande via une réquisition en bonne et dure forme 4) qu'elles soient disponibles.
Ces conditions ne sont pas que de pure forme. Car toutes les forces spéciales ne sont pas formées au CTLO, le terme forces spéciales recélant, par ailleurs, un maquis de spécialistes et de spécialités. L'objet de l'évolution de la doctrine n'est pas de demander à un transmetteur de la CCT de tenir un Barett à Gourette (pas loin de la vallée d'Ossau). Mais de pouvoir rendre possible l'intervention d'une équipe spécialisée du 1er RPIMa, si un jour, les fêtes de Bayonne étaient ciblées. Or, la plus plus proche antenne est, aujourd'hui, celle du RAID à Bordeaux (1). On est loin des 20 minutes promises par le ministre de l'Intérieur.
Certes, on pourrait objecter que la première riposte, au Bataclan, est venue d'un commissaire de la BAC75N, une unité qui fait partie de la FIPN, mais qui n'est pas à proprement parler une unité d'intervention, équipée comme tel (même si cela change). Donc que finalement, les crises pourraient attendre l'arrivée du RAID ou du GIGN. Seulement, les temps de mise en branle, puis de projection, aux limites du territoire (où sont bien implantées les unités FS) rendent pertinentes leur emploi face à des terroristes armés de Kalachnikov tirant aveuglément dans une foule, ou décapitant à la chaîne des otages. Elles sont protégées et armées pour prendre en compte cette menace.
Cette évolution de doctrine ne créée pas, de facto, de nouvelles astreintes, pour les forces spéciales de la Défense, mais autorise une possibilité (en 2016, il était temps) et va aussi mettre moins de tension sur les passerelles déjà jetées entre les unités. Et, peut-on aussi l'espérer, faciliter les entraînements communs, pour certains, les découvertes mutuelles pour d'autres.
La nature de la situation évoquée par la Défense renvoie à des situations de crises multiples et multisites, or pas besoin d'avoir fait beaucoup d'études pour remarquer que les deux attaques principales de 2015 furent multi-sites. Ce type de crise consomme, par nature, beaucoup d'efforts et d'effectifs, donc se priver de bras (de la Défense) confinait à l'absurde.
Surtout quand ces bras montrent quasiment tous les mois (et parfois semaines) toutes leurs capacités en opex, au point que s'il ne devait subsister qu'une mission dans Barkhane, ce serait celle-là (2).

(1) transposé en Bretagne, celle donne les Interceltiques et les commandos marine, même si les antennes sont là, plus proches : le RAID a une antenne à Rennes, et la gendarmerie aura bientôt une antenne du GIGN à Saint-Nazaire.
(2) une idée qui divise néanmoins, car si c'est bien du ressort que du COS d'assurer le CTLO -personne d'autres dans les armées le peut-, certains estiment que cette mission qui s'inscrit désormais dans la durée au Sahel -les FS y sont depuis 2009- est de ce fait donc en contradiction totale avec l'esprit des forces spéciales.


http://lemamouth.blogspot.fr/2016/03/le-cos-pourra-operer-sur-le-tn.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 15 Mar 2016 - 18:31

Citation :
Une équipe du GIGN sera déployée au Burkina Faso


Posté dans Forces spéciales, Gendarmerie, Opérations par Laurent Lagneau Le 15-03-2016




À l’occasion d’un déplacement à Abidjan en compagnie de son collègue des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé le déploiement prochain d’une équipe du Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN) au Burkina Faso.

Cette annonce a été faite deux jours après l’attentat de Grand-Bassam (Côte d’Ivoire), revendiqué par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et commis probablement avec des recrues locales. Les deux ministres français ont ainsi fait le voyage à Abidjan pour « témoigner » de la solidarité de la France.

« Dans le cadre de l’opération Barkhane, et suite aux contacts que j’ai pris avec le directeur général de la Gendarmerie nationale, nous avons décidé de positionner à Ouagadougou des éléments du GIGN », a ainsi déclaré M. Cazeneuve.

Cette équipe du GIGN pourra « dans la région, en cas d’attaque, intervenir rapidement, apporter des formations, apporter un concours dans des circonstances de crise de terrorisme », a expliqué le ministre de l’Intérieur.

L’attentat contre le complexe hôtelier de Grand-Bassam est le troisième du genre revendiqué par AQMI en Afrique de l’Ouest, après ceux de Bamako et de Ouagadougou.

Pour rappel, dans le cadre de l’opération Barkhane, le Burkina Faso accueille déjà des unités des forces spéciales françaises (opération Sabre).

http://www.opex360.com/2016/03/15/equipe-du-gign-sera-deployee-au-burkina-faso/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 16 Mar 2016 - 17:23

Citation :
16.03.2016

Ultimes manoeuvres de SEM sur le pont du Charles-de-Gaulle





Les Super-Etendard modernisés (SEM) du GAN ont effectué ce mercredi leurs dernières manœuvres opérationnelles sur le pont du porte-avions Charles-de-Gaulle. Le Sirpa Marine a confirmé que ces manœuvres ont eu lieu avant l'accostage du PA à Toulon, vers 15h. Ses avions Rafale et SEM ont effectué durant cette période de deux mois "370 sorties et 80 frappes" contre l'EI, selon le ministère de la Défense.



Cette mission aura été la dernière pour les SEM de l'aéronavale (photos Marine nationale) qui va passer à une flotte 100% Rafale.

Le 27 juin 2014, sur la base de Landivisiau, l'aéronautique navale avait fêté les 40 ans du premier vol réalisé sur Super-Étendard. Pour marquer le retrait des SEM du service actif, une cérémonie est prévue à la mi-juillet.


http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/03/16/ultimes-manoeuvres-de-sem-sur-le-pont-du-charles-de-gaulle-15844.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 16 Mar 2016 - 19:40

Citation :
En 2015, l’armée de l’Air a mené plus de 3.200 missions aériennes au titre de l’opération Barkhane


Posté dans Forces aériennes par Laurent Lagneau Le 16-03-2016




Comme il le faut tous les ans, le Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA) a publié son rapport d’activité sur les derniers mois écoulés. Au vu des chiffres avancés, l’engagement de l’armée de l’Air aura été intense, au point que son chef d’état-major (CEMAA), le général André Lanata, n’a évoqué une année 2015 « exceptionnelle ».

« Jamais, depuis des décennies, l’armée de l’Air n’avait engagé ses moyens avec une telle intensité, suivant de telles proportions, sur de si longues élongations. Jamais non plus l’armée de l’Air n’avait délivré autant de munitions. Jamais, enfin, l’armée de l’Air n’avait réorganisé son dispositif en opérations extérieures avec autant de réactivité et de flexibilité », a commenté le général Jean-Jacques Borel, le commandant du CDAOA.

S’agissant des opérations, Barkhane (bande sahélo-saharienne) et Sangaris (Centrafrique) ont exigé pas moins de 3.277 missions aériennes, pour un total de 18.190 heures de vol. Ce niveau, qui peut paraître élevé, prend en compte les sorties des drones MQ-9 Reaper et Harfang, capables en l’air pendant une vingtaine d’heures, ainsi que celles des avions et des hélicoptères de transport.

Or, ces types d’aéronefs ne sont pas engagés contre Daesh, dans le cadre de l’opération Chammal. En 2015, les aviateurs ont effectué 1.000 missions aériennes au Levant, soit 8.000 heures de vol. Au passage, le bilan du CDAOA mentionne, parmi les appareils déployés en Jordanie et aux Émirats arabes unis, la présence de deux hélicoptères, dont le type n’a pas été précisé. Or, jamais il n’en a été fait état dans les compte-rendus publiés chaque semaine par l’État-major des armées (*).

Par ailleurs, en Guyane, où l’armée de l’Air participe à l’opération Harpie, les avions Casa ainsi que les hélicoptères Puma et Fennec ont assuré 128 missions (177 heures de vol), essentiellement à des fins de transport.

Au chapitre de la posture permanente de sûreté aérienne, le bilan du CDAOA indique qu’il y a eu, l’an passé, 73 décollages sur alerte d’avions de chasse en raison de comportements anormaux d’aéronefs, de pénétrations de zones interdites ou encore de pertes de contact radio (COMLOSS). L’activité des hélicoptères assignés à cette mission aura été également importante (436 sorties et 144 décollages sur alerte).

Quant aux autres missions sur le territoire national, dont certaines sont peu médiatisées, le rapport souligne l’engagement de 110 aviateurs dans l’opération intérieure Sentinelle et la participation de l’armée de l’Air à la mission Héphaïstos, qui a permis la détection de 180 départs de feu.

En outre, les appareils de l’armée de l’Air ont été engagés dans 47 missions permanentes de service public, lesquelles, réalisées de jour comme de nuit en mer (SAMER) ou sur terre (SATER) ont permis de sauver 35 personnes.

Dans le même registre, une hausse significative d’ouverture des bases de l’armée de l’Air à la demande de l’Agence de Biomédecine a été constatée en 2015.

« Sept plateformes aéronautiques militaires prennent le relai des aéroports civils en heures non ouvrables. En constante augmentation, le nombre de missions au profit de l’Agence de biomédecine a atteint un nombre record de 115 [contre 51 en 201, ndlr]. Ce chiffre est dû à la fermeture de certains aéroports civils en soirée et la nuit. Les terrains de Tours Val-de-Loire et de Villacoublay sont les plus sollicités pour les transferts d’organes », souligne le bilan du CDAOA.

(*) Deux hélicoptères Puma de l’EH 1/67 Pyrénées avaient été brièvement embarqués à bord du porte-avions Charles de Gaulle pour des missions de Combat search and rescue (CSAR)

http://www.opex360.com/2016/03/16/en-2015-larmee-de-lair-mene-plus-de-3-200-missions-aeriennes-au-titre-de-loperation-barkhane/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 17 Mar 2016 - 17:48

jf16 a écrit:
Citation :
Une équipe du GIGN sera déployée au Burkina Faso


Posté dans Forces spéciales, Gendarmerie, Opérations par Laurent Lagneau Le 15-03-2016




À l’occasion d’un déplacement à Abidjan en compagnie de son collègue des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé le déploiement prochain d’une équipe du Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN) au Burkina Faso.

Cette annonce a été faite deux jours après l’attentat de Grand-Bassam (Côte d’Ivoire), revendiqué par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et commis probablement avec des recrues locales. Les deux ministres français ont ainsi fait le voyage à Abidjan pour « témoigner » de la solidarité de la France.

« Dans le cadre de l’opération Barkhane, et suite aux contacts que j’ai pris avec le directeur général de la Gendarmerie nationale, nous avons décidé de positionner à Ouagadougou des éléments du GIGN », a ainsi déclaré M. Cazeneuve.

Cette équipe du GIGN pourra « dans la région, en cas d’attaque, intervenir rapidement, apporter des formations, apporter un concours dans des circonstances de crise de terrorisme », a expliqué le ministre de l’Intérieur.

L’attentat contre le complexe hôtelier de Grand-Bassam est le troisième du genre revendiqué par AQMI en Afrique de l’Ouest, après ceux de Bamako et de Ouagadougou.

Pour rappel, dans le cadre de l’opération Barkhane, le Burkina Faso accueille déjà des unités des forces spéciales françaises (opération Sabre).

http://www.opex360.com/2016/03/15/equipe-du-gign-sera-deployee-au-burkina-faso/  

Citation :
GIGN au Burkina: ça rétropédale à Ouagadougou et Paris


Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, l’avait annoncé mardi depuis Abidjan : "Nous avons décidé de positionner à Ouagadougou des éléments du GIGN", pour faire face à toute "crise de terrorisme" en Afrique.

L’AFP précisait, citant le même Bernard Cazeneuve, "qu’une dizaine d’hommes du GIGN (…) seraient prépositionnés à Ouagadougou".

L’annonce a fait froncer quelques sourcils, dans la capitale du Burkina Faso, et même du côté français, semble-t-il.

"C’est comme si on venait encore nous donner une leçon. Nous avons le savoir-faire, c’est le matériel qui nous manque", confiait un militaire burkinabè, un peu bravache.

Alpha Barry, le chef de la diplomatie burkinabè, a déclaré mercredi après-midi, après un entretien avec Jean-Marc Ayrault, au Quai d'Orsay, qu’il ne s’agissait là que "d’une piste de coopération".

Ne s'agissait-il pas plutôt d'une simple mission de conseil et de formation française, déjà sur les cartes, confiée à deux ou trois gendarmes de la célèbre unité? Un peu de précipitation, couplée à l'émotion post-attentat (et peut-être à la chaleur africaine inconnue du Nord-Cotentin) et voilà une déclaration hasardeuse qui force au rétropédalage discret.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 17 Mar 2016 - 18:20

Citation :
La frégate multimissions « Languedoc » a été livrée à la Marine nationale


Posté dans Forces navales par Laurent Lagneau Le 17-03-2016




La Direction générale de l’armement (DGA) a donné son feu vert, le 16 mars, à la réception, par la Marine nationale, de la frégate mutimissions (FREMM) Languedoc.

Deux FREMM ont déjà été livrées à la Marine nationale : l’Aquitaine est entrée en service en décembre 2015, et la Provence a connu un premier déploiement, au cours duquel elle a intégré le groupe aéronaval constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle.

Première FREMM basée à Toulon, le Languedoc participera dans quelques jours à l’exercice Gabian et entamera, à partir de l’été, un Déploiement longue durée (DLD) afin de contrôler et de valider l’ensemble de ses capacités militaires avant son entrée en service.

Armé par un équipage réduit de 108 marins, une FREMM est équipée du système de combat de dernière génération SETIS, de deux sonars (1 remorqué et 1 de coque), de systèmes de guerre électronique, de 16 MdCN [Missile de croisière naval, ndlr], de 16 missiles surface-air Aster 15, de 8 missiles mer-mer Exocet, de 19 torpilles MU-90, de 4 mitrailleuses, dont 2 téléopérées, et d’un canon de 76 mm. Elle peut embarquer un hélicoptère de type NH-90 NFH « Caïman ».

Les missions d’une FREMM vont de la maîtrise d’une zone d’opération maritime à la frappe de précision dans la profondeur avec les missiles de croisière en passant par la lutte antinavire et anti-sous-marine.

« La frégate multi-missions, associée à l’hélicoptère de combat Caïman Marine et au missile de croisière naval (MdCN), représente un bond capacitaire. Il constituera, à terme, une bascule stratégique », avance la Marine nationale, à l’occasion de la réception du « Languedoc ».

Au total, 8 FREMM sont destinées à la Force d’action navale, dont 6, à dominante lutte anti-sous-marine, seront toutes livrées d’ici la mi-2019. Les deux dernières, à dominante « défense aérienne », sont attendues pour 2021 et 2022. Et cela alors qu’il était initialement prévu de doter la Marine nationale de 17 navires de ce type.

http://www.opex360.com/2016/03/17/la-fregate-multimissions-languedoc-ete-livree-la-marine-national/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 17 Mar 2016 - 19:43

Citation :
Marine Nationale

Le 16 mars 2016, la frégate multimission (FREMM) Languedoc a été livrée à la Marine. Il s’agit de la troisième frégate du programme qui
comprendra, à terme, huit FREMM.

PHOTOS:
 
Crédits photos : © Francois Etourneau & Joel Triantafyllides / Marine Nationale  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 17 Mar 2016 - 20:47

Citation :
France receives last SAMP/T air defence system

Nicholas de Larrinaga, London - IHS Jane's Defence Weekly

16 March 2016


The French Air Force has received the last of its Eurosam SAMP/T air defence systems, OCCAR announced on 14 March
Source: Nick de Larrinaga



The French Air Force has taken delivery of its final Eurosam SAMP/T (Sol-Air Moyenne Portée/Terrestre) long-range air defence system, the Organisation for Joint Armament Cooperation (OCCAR) has announced.

According to OCCAR the final system was delivered at the end of February to the Escadron de Défense Sol-Air (EDSA) 02/950 'Sancerre' at Avord Air Base, in central France. Delivery and acceptance works on the system were undertaken by the French defence procurement agency (the DGA), OCCAR noted.

OCCAR oversees the SAMP/T programme as part of the wider Family of Future Surface-to-Air Systems (FSAF) - Principal Anti Air Missile Systems (PAAMS) project on behalf of France, Italy, and the United Kingdom. SAMP/T, known as Mamba in French Air Force service, is a land-based version of the naval Aster 30 air defence system.

Development of SAMP/T goes back to the late 1980s, but it was ordered by OCCAR on behalf of the French Air Force, French Army, and Italian Army in a EUR3 billion (USD3.3 billion) production contract signed in November 2003. Originally France ordered 12 SAMP/T batteries (six each for the army and air force); however, in 2006 it was decided that the French Air Force alone would operate the system, while the number of batteries was later reduced to 10. The first French SAMP/T equipped unit was declared operational in September 2010. Deliveries of the five batteries for the Italian Army are also complete.

A single SAMP/T battery typically includes four transport erector launchers armed with up to eight Aster 30 missiles, a Thales Arabel 360° multifunction X-band radar, a command and control vehicle, as well as power, maintenance, and reload vehicles. The Aster 30 missile has a maximum range of around 100 km, a maximum speed of Mach 4, and a maximum altitude of around 65,000 ft. The system contractor is Eurosam, a joint venture of MBDA (itself a joint venture of BAE Systems, Airbus and Finmeccanica) and Thales.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 19 Mar 2016 - 17:47

Citation :
L’armée de Terre se dote d’un Pôle national des opérations aéroportées


Posté dans Forces terrestres par Laurent Lagneau Le 19-03-2016




Dans les années 2000, l’idée de rassembler les composantes indispensables aux opérations aéroportées (OAP) au sein d’une « base de soutien à vocation interarmées (BSVIA) » sur le site de Toulouse-Francazal avait été avancée.

Il était ainsi question de regrouper, sur la base aérienne, l’état-major de la 11e Brigade Parachutiste (BP), la 11e compagnie de commandement et de transmissions parachutiste (CCTP) ainsi que d’autres unités.

Pour des raisons budgétaires (il fallait rénover les infrastructures existantes), ce projet n’obtint pas l’appui de l’État-major de l’armée de Terre (EMAT). Puis, il fut définitivement écarté en 2009, avec l’annonce de la fermeture de la base aérienne 101 de Toulouse-Francazal, dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) et de la refonte de la carte militaire.

Pour autant, il n’était pas question d’abandonner le principe de cette BSVIA et un nouveau projet, intitulé « pôle national des opérations aéroportées » (PN-OAP), fut relancé en 2011, avec le transfert de la formation LPA (livraison par air) et le groupement aéorporté de la Section technique de l’armée de Terre (STAT-GAP) au quartier « Colonel Edme », où est installé le 1er Régiment du Train Parachutiste (RTP). Mais il aura fallu attendre 4 ans pour qu’il soit validé par le général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA).

Conforté par le maintien de la plateforme aéronautique de Francazal, reprise par des acteurs économiques civils, ce projet vise donc, explique l’état-major de la 11e BP, à « regrouper, sur un même site, l’ensemble des moyens et capacités de commandement, de soutien, de conditionnement, de projection, de formation, d’entraînement et d’expérimentation, facilitant ainsi tout déploiement de forces par la 3e dimension ».

Et d’ajouter : « Dans une totale logique de complémentarité interarmées avec les bases de l’armée de l’Air, s’inscrivant pleinement dans la doctrine des OAP et s’appuyant sur les capacités de ralliement des avions de transport tactiques, le site de Francazal constitue véritablement le centre de gravité des unités de la 11e Brigade Parachutiste, ainsi que des unités et services interarmées qui concourent à la phase de montée en puissance avant projection de l’échelon national d’urgence aéroporté ».

En outre, l’entrée en service de l’avion de transport A400M « Atlas » au sein de l’armée de l’Air permet d’envisager des opérations qu’il n’était pas possible de faire auparavant, notamment en raison du rayon d’action accru de cet appareil. Ainsi, il sera effectivement possible de projeter, depuis la France, un groupement tactique interarmes aéroporté de l’échelon national d’urgence (QRF TAP ENU) sur un théâtre extérieur.

« Le pôle d’excellence 3D conjugué au rayon d’action et à la capacité d’emport accrue de l’A400M, a prédisposé l’aéroport de Francazal à devenir l’une des plateformes dans le lancement d’opérations aéroportées depuis la métropole. La vocation opérationnelle du quartier EDME semble atteindre ici son apogée : il serait alors possible de larguer dans des conditions optimales de discrétion, un GTIA TAP (personnel et matériel), ses appuis et son soutien sur Tessalit à 2600 km en 3h40 de vol », explique le magazine « Béret Rouge », le bulletin de liaison de la 11e BP.

La mise en oeuvre de ce projet de Pôle national des opérations aéroportées est « en cours », a indiqué l’armée de Terre, dans une brève publiée sur son site Internet le 18 mars. Pour autant, il faudra attendre au moins 2022 pour qu’il puisse disposer des infrastructures ad-hoc.



Dès cette année, un bâtiment abritant le Centre de formation LPA devrait voir le jour au quartier « Colonel Edme » (les financements ont été débloqués en 2013). En 2018, il recevra une maquette d’A400M. Dans le même temps, un hall de conditionnement (ou hall système de livraison par air) sera également construit au profit des 3 escadrons de livraison par air du 1er RTP et du détachement technique des matériels de parachutage et de

largage (DTMPL). Il est également prévu de construire un plateau sportif en 2022 et peut-être un stand de tir en 2025.

Une zone technique, comprenant des ateliers, des garages, des magasins de munitions et des stations de carburant, sera créée en 2018. Enfin, les bâtiments qui accueilleront l’état-major de la 11e BP et la 11e CCTP seront livrés en 2021 tandis que ceux destinés au PC OAP sortiront de terre en 2017.

http://www.opex360.com/2016/03/19/larmee-de-terre-se-dote-dun-pole-national-des-operations-aeroportees/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 19 Mar 2016 - 18:00

Citation :
Pour la première fois, des Mirage 2000D ont tiré des missiles SCALP contre Daesh


Posté dans Forces aériennes, Moyen-Orient, Opérations par Laurent Lagneau Le 19-03-2016




Jusqu’au 17 mars, les Mirage 2000D déployés sur la base aérienne projetée (BAP) en Jordanie n’avaient pas encore tiré des missiles de croisière SCALP-EG (Système de croisière conventionnel autonome à longue portée) contre des positions de l’État islamique (EI ou Daesh). C’est désormais chose faite.

En effet, ce jour-là, 5 Mirage 2000D de la 3e Escadre de chasse, emportant chacun un missile SCALP, ont visé un centre de commandement jihadiste installé dans la région de Hit, en Irak. Deux Rafale, basés aux Émirats arabes unis, ont également pris part à ce raid.

Au total, précise l’État-major des armées, les avions de l’armée de l’Air ont tiré 8 missiles « à fort pouvoir de pénétration » pour détruire ce centre de commandement, dont on suppose qu’il devait être bien protégé.

Ce n’est pas la première fois que des Mirage 2000D utilisent des missiles SCALP. Cela fut notamment le cas en 2011, lors de l’opération Harmattan, en Libye. Jusqu’à ce raid du 17 mars, seuls les Rafale de l’armée de l’Air et de l’aéronautique navale avaient tiré ce type de munition contre les positions de Daesh.

« La réussite de cette mission a nécessité la mobilisation de toute la BAP, notamment des mécaniciens et des armuriers pour reconfigurer les avions tout en maintenant une activité aérienne ininterrompue durant plus de trente heures », souligne l’EMA, à propos du raid effectué par les 5 Mirage 2000D.

L’activité pour les équipages de la 3e Escadre de chasse aura été intense ce jour-là puisque des Mirage 2000D ont aussi assuré des frappes pour détruire « des positions défensives de Daech à Qayyarah, au Sud de Mossoul » ainsi que deux missions de Close Air Support (CAS, appui aérien rapproché).

Depuis le début de cette année, les 8 Mirage 2000D déployés en Jordanie ont effectué plus de 160 sorties aériennes et délivré une centaine de munitions.

Par ailleurs, le raid du 17 mars a probablement été mené en vue de préparer le terrain à l’offensive que viennent de lancer les forces irakiennes afin de reprendre à Daesh les villes de Hit et de Koubaissa, situées à 145 km à l’ouest de Bagdad.

http://www.opex360.com/2016/03/19/pour-la-premiere-fois-des-mirage-2000d-ont-tire-des-missiles-scalp-daesh/
Revenir en haut Aller en bas
augusta
General de Division
General de Division


messages : 8148
Inscrit le : 18/08/2010
Localisation : canada
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 21 Mar 2016 - 17:09

Citation :
e CEAM adapte son parc et se concentre sur le Mirage 2000D et le Rafale
Dans Actualité Défense, Actualité Avion de combat
Publié le 21/03/2016 à 14h14, par Jean-Marc Tanguy


Le centre d'expertise aérienne militaire (CEAM) n'a plus que des Rafale et des Mirage 2000D pour ses expérimentations "Chasse". Il a rendu son dernier Mirage 2000-5 à l'atelier industriel de l'aéronautique de Clermont-Ferrand, où il achève un chantier d'entretien. A l'issue, l'appareil réintégrera les forces, où ses capacités (canon, MICA EM et IR) permettront de prendre la police du ciel, et donc, de dégager d'autant les Rafale de cette tâche. Un deuxième Mirage 2000-5 avait déjà été rendu.

L'escadron de chasse et d'expérimentation (ECE) "Côte d'Argent", une des trois unités Tigre françaises aligne donc désormais cinq Rafale (un monoplace et quatre biplaces) et quatre Mirage 2000D. L'essentiel de leur job vise à travailler les urgences opérations du moment : SATCOM et Mk82 sur Rafale, Quick Draw sur Mirage 2000D, les deux appareils étant aussi concernés par l'outil connecté d'aide à la décision et la définition (ou OCAD2), qui doit entrer en service en septembre.
L'escadron aligne en outre trois Alpha Jet et un TBM700 pour un total de 20 navigants (pilotes et navigateurs), même si les ressources du CEAM compte au total une quarantaine de navigants.






http://www.air-cosmos.com/le-ceam-adapte-son-parc-et-se-concentre-sur-le-mirage-2000d-et-le-rafale-66887



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 21 Mar 2016 - 17:42

Citation :
Forces Armées en Guyane

UNE PREMIÈRE EN GUYANE
Demain, le mardi 22 mars 2016 à 10h30 sur la place Léopold HEDER, devant la préfecture de Cayenne aura lieu une cérémonie de remise de la médaille de protection militaire du territoire avec agrafe « Harpie ».

Créée par décret présidentiel le 13 juillet 2015 « la médaille de la protection militaire du territoire » est destinée à récompenser les militaires pour leur participation effective à des opérations militaires de protection décidées par le Gouvernement et menées sur le territoire national.

Cette médaille est donc le symbole de l’engagement et de la détermination de l’Etat sur cette terre de Guyane. Détermination à faire respecter sa souveraineté, à défendre le territoire français et à protéger les populations. Il s’agit ici de la première remise officielle de l’agrafe HARPIE alors que depuis mars 2008, date du lancement de l’opération. Plus de 6000 militaires français ont été engagés dans la lutte contre l’orpaillage illégal en Guyane et deux d’entre eux ont donné leur vie sur le sol guyanais en 2012.

Auditeurs et amis des forces armées en Guyane, merci de partager cette information le plus largement possible, pour que demain à 10 :30 devant la préfecture une foule nombreuse, de guyanaises et de guyanais, soit présente pour montrer l’attachement à nos armées.

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 21 Mar 2016 - 19:33

Citation :
27e Bataillon de chasseurs alpins (officiel)

Pendant près de 3 semaines, plusieurs compagnies du 27ème BCA s’exercent au Centre d’Entrainement au combat (CENTAC) à Mailly-le-Camp, dans l’Aube. Cette phase de préparation au vue de son départ au Mali se conclut par une mission dite en rotation (qui ne s’arrête jamais) de plus de 4 jours.
A travers la gestion du sommeil, de la logistique, des communications, les chasseurs enchaînent les scénarios de combat et perfectionnent leurs tactiques.

PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 21 Mar 2016 - 19:45

Citation :
501e régiment de chars de combat a ajouté 10 photos.

CANJUERS, prologue de la préparation au tir section !

Forte de ces résultats, la 1ère CIE a profité des installations du 1er régiment de chasseurs d'Afrique (1er RCA) pour manœuvrer sur le camp de CANJUERS du 17 février au 02 mars 2016. Alternant sessions de simulation et parcours d’observation, les jeunes chefs de chars ont mesuré l’importance de l’observation sur des compartiments différents des plaines de Champagne. L’emploi des patrouilles d’éclairage présente de nombreux avantages et permet de préserver la nécessaire liberté d’action du chef de section.
« Midi 1200m, à gauche du l’église au toit rouge, un BTR80 posté face à la D25 », les comptes rendus numérisés puis à la radio s’enchaînent dans la tourelle du chef de section. Les sections débutent l’évaluation DRI, Détection, Reconnaissance et Identification dans la vallée de LAGNES. Cette épreuve consiste à localiser et identifier une vingtaine de maquettes sur une plateforme spécifique, dans un délai d’une trentaine de minutes. Pour cela, l’ensemble de la section est déployée avec ses engins blindés aux ordres du chef de section. Première étape accomplie avec succès pour les trois sections de la compagnie, fruit de longues heures d’instruction et de drill nécessaires pour préparer le tir niveau 6.


PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 22 Mar 2016 - 16:55

Citation :
Patroller : comme un couteau suisse

21 mars 2016/Actualité Industrie et matériels



Le contrat “système de drone tactique” (SDT) remporté par le Patroller, en cours de signature, a d’abord été un choix technique lié aux performances de la plate-forme de Sagem.

L’armée de Terre recevra 14 drones et 5 stations sol, la livraison du premier système étant prévue dans trente mois. Ce nouveau système élargira l’éventail des capacités du 61e Régiment d’artillerie bien au-delà du ciblage, la principale mission des Sperwer actuellement en service. Le Patroller permettra le soutien et la collecte de renseignement au profit des troupes au contact, la reconnaissance de zone avant déploiement, l’identi­fication des cibles d’intérêt pour l’artillerie, le “battle damage assessement” (BDA). Mais aussi la surveillance de route et de convois à moindre coût, une mission aujourd’hui effectuée par les Reaper et Harfang de l’armée de l’Air.

Il sera opéré, à la demande de l’armée de Terre, depuis un shelter à cinq places, même si la station sol peut fonctionner avec un minimum de trois opérateurs. Sa liaison de données haut débit (25MB/sec) en mode Line of Sight (LOS) permet la réception de trois flux vidéos simultanés (infrarouge, imagerie HD, caméra pilote…) à une portée de 200 km. Celle-ci pourra atteindre 550 km en déployant une station relais mobile sur camion (concept de Hand Over). Grâce à la tablette tactique militarisée RVT (déjà utilisée sur Sperwer), les unités déployées pourront recevoir directement le flux d’imagerie du drone.

La configuration classique du Patroller de l’armée de Terre comprendra un double emport boule optronique et radar SAR/GMTI. La boule optronique de Sagem sera une version avancée de l’Euroflir 410 SP, à la puissance de grossissement supérieur (focale du télescope de 1 800 mm contre 1 000 mm actuellement) et intégrant un désignateur laser. Le pod COMINT (à l’heure actuelle fourni par Selex), prévu dans une tranche complémentaire du contrat, sera disponible pour emport dès 2019.

Non prévu dans l’appel d’offres mais intéressant les militaires, l’armement du drone ne posera pas de problèmes techniques majeurs : il s’agira probablement d’un missile léger d’une portée de 7 à 8 km. L’utilisation de pods de roquettes, tirées à très courte portée, sera plus compliquée du fait des limites de manœu­vrabilité du drone.

Au-delà de son utilisation en opex, le Patroller intéresse l’armée de Terre pour les opérations sur le théâtre national. D’abord parce que la possibilité de le piloter permettra, au besoin, de ne pas être soumis aux restrictions de vol ou aux zones réservées prévues par la réglementation européenne. Mais aussi parce qu’il pourra utiliser le dispositif existant de fibre optique pour connecter un réseau d’antennes propres (Ground Relay Network) pour son guidage et ses liaisons de données en temps réel, avec à la clé près de 1 250 km de rayon d’action. De quoi susciter l’intérêt de la Police (surveillance des foules) et des pompiers (lutte contre les incendies).

La Marine nationale s’intéresserait aussi au Patroller, capable d’emporter un radar multimode maritime en lieu et place du SAR/GMTI, pour des missions de patrouille maritime. Si son utilisation depuis un BPC est très improbable (piste trop courte), elle pourrait être envisagée depuis le “Charles-de-Gaulle”, moyennant quelques adaptations en termes de configuration.

Pour Sagem, le contrat SDT est une excellente nouvelle pour l’export, avec l’obtention d’une référence majeure : le Patroller est devenu le drone tactique de référence pour la France. La DGA et le ministère de la Défense devraient désormais soutenir ses campagnes à l’export, en Pologne, dans le Golfe ou en Amérique Latine. De son côté, Sagem joue la prudence, en donnant la priorité au client français et en évitant que de futures commandes étrangères ne fragilisent la bonne conduite du contrat SDT. Reste désormais l’étape de l’industrialisation, le Patroller étant, aujourd’hui, à l’état de prototype, pour pouvoir lancer la production en série.

http://www.ttu.fr/patroller-couteau-suisse/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21577
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 22 Mar 2016 - 17:32

Citation :
Armée de l'air

[Exclusif] A un mois des commémorations organisées pour le #Centenaire des escadrilles, l'escadron de chasse 2/4 "La Fayette" de la Base aérienne 125 Istres - Page officielle. vous présente sa peinture officielle du centenaire.

Nous vous donnons maintenant rendez-vous prochainement sur les meetings aériens !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   

Revenir en haut Aller en bas
 
Armée Française / French Armed Forces
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 38 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Forces de sécurités Française RAID,BRI-PP-BRI,GIPN,GIGN
» Forces navales : L’offre française en matière d’unités de surface
» La Marine Française
» Et la Normandie devint française!
» La marine française en 1720

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armées du monde :: Europe-
Sauter vers: