Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Guerre en Afghanistan - Statut spécial -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
vinseeld
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1525
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Ven 30 Déc 2016 - 21:50

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2010/03/02/l-agent-double-qui-a-berne-la-cia_1313268_3216.html a écrit:


L'agent double qui a berné la CIA

Dans une vidéo posthume, le Jordanien Humam Al-Balawi retrace son acte terroriste contre l'agence américaine, en Afghanistan, le 30 décembre 2009.

Il a frappé la CIA au cœur. Le médecin jordanien Humam Khalil Abou-Mulal Al-Balawi raconte, dans une vidéo enregistrée peu avant sa mort, sa saga d'agent double, qui l'a mené d'une prison d'Amman à une base de la CIA en Afghanistan, où il a tué, ceinturé d'explosifs, le 30 décembre 2009, des agents américains chargés de la traque des chefs du djihad international. La vidéo de quarante-trois minutes a été diffusée, dimanche 28 février, par As-Sahab, le média d'Al-Qaida.

"J'ai 32 ans et je travaille comme médecin en Jordanie. Mon voyage en djihad a commencé il y a quelques années, après l'invasion américaine de l'Irak..." Balawi devient admiratif des djihadistes, notamment de feu Abou Moussab Al-Zarqaoui, commandant d'Al-Qaida en Mésopotamie, originaire comme lui du village jordanien de Zarqa, dont il affirme que l'opération contre la CIA est notamment destinée à venger sa mort. A l'époque, Balawi écrit, sous le nom de "Dr Abou Dujaanah Al-Khorasani", sur des sites Internet islamistes.

Sa conversion en agent djihadiste se fait en deux temps. Il affirme avoir d'abord senti qu'il devait entrer plus activement en djihad "après avoir vu les événements de Gaza". Ensuite, "tout a commencé lorsque la sécurité jordanienne est entrée dans ma maison". Il est arrêté pour "possession de matériel illégal" et pour ses écrits, est emprisonné et pris en main par "Abou Zaid", officier à la division de contre-terrorisme des services de renseignement jordaniens.

"Abou Zaid était un idiot qui m'a demandé de travailler avec les services de sécurité en espionnant les moudjahidins au Waziristan (zone tribale pakistanaise) et en Afghanistan. La chose incroyable est que je souhaitais justement rejoindre la terre du djihad mais n'y étais pas parvenu, et que ce crétin débarque et me propose de m'envoyer en terre de djihad. Mon rêve se réalisait !... Cet idiot creusait sa propre tombe. Il m'a promis des sommes atteignant des millions de dollars en fonction de la cible repérée." Balawi arrive, au frais des services jordaniens, à Peshawar, au Pakistan. "Je suis entré en contact avec les moudjahidins, poursuit-il, qui ont convoqué une choura (assemblée)." Leur objectif est d'attirer dans un piège Abou Zaid, l'officier jordanien, et de le kidnapper à Peshawar. "J'ai repris contact avec lui quatre mois plus tard et lui ai transmis des vidéos des chefs moudjahidins. Je transmettais aussi de vraies informations dont nous pensions que l'ennemi avait déjà connaissance. Avec le temps, les services de renseignement jordaniens ont été convaincus que je travaillais pour eux."

Abou Zaid l'informe qu'il va lui faire rencontrer des agents de la CIA en Afghanistan. Selon Balawi, la réunion est destinée à lui donner du matériel permettant de transmettre les coordonnées des cibles qu'il est censé repérer. Selon la presse américaine, la CIA pensait qu'il venait livrer des informations sur Ayman Al-Zawahiri, l'adjoint d'Oussama Ben Laden. "Abou Zaid a convaincu l'équipe de la CIA chargée des attaques de drones de venir à la réunion, raconte Balawi. C'était un cadeau d'Allah. J'ai alors eu la certitude que le meilleur moyen de donner une leçon aux services jordaniens et à la CIA était de venir avec une ceinture de martyr."

Une choura d'Al-Qaida approuve le projet d'attentat-suicide. "Nous discutions de la façon de leur infliger une défaite et un carnage avec le minimum de pertes, et nous étions d'accord que cela passait par une opération martyre. Cette offre, répète-t-il, était un cadeau d'Allah."

Humam Al-Balawi a atteint son objectif. Le 30 décembre 2009, il est accueilli sur la base Combat Outpost Chapman à Khost, en Afghanistan, d'où l'Agence centrale de renseignement (CIA) américaine mène ses opérations contre les sanctuaires djihadistes au Pakistan. Il arrive en voiture avec l'officier de renseignement jordanien. Avant d'entrer dans la salle de réunion, il est fouillé par deux mercenaires de la société privée Blackwater, chargée de la sécurité. Les agents américains se tiennent près de là. Balawi se fait exploser, tuant neuf personnes : cinq agents de la CIA, dont la principale experte américaine d'Al-Qaida, les deux gardes de Blackwater, l'officier jordanien et son chauffeur. Au moins six autres personnes sont blessées, dont le chef adjoint de la CIA à Kaboul. Pour Al-Qaida, c'est un coup de maître.

Qari Hussein, un commandant taliban pakistanais chargé des attentats-suicides, est le premier à revendiquer l'opération. Mustafa Abou Yazid, le chef d'Al-Qaida en Afghanistan, diffuse son propre communiqué. Les services de renseignement américains soupçonnent aussi les talibans afghans de Sirajuddin Haqqani, très liés à Al-Qaida et opérant à Khost, d'avoir coordonné l'opération. Puis est diffusée, le 9 janvier, la première vidéo d'Humam Al-Balawi, où il apparaît aux côtés du chef des talibans pakistanais, Hakimullah Mehsud, et affirme qu'il veut venger la mort du créateur du mouvement taliban pakistanais, Baitullah Mehsud, tué par un drone américain.

Les Etats-Unis seraient aujourd'hui convaincus que l'opération fut organisée conjointement par Al-Qaida, qui a recruté Balawi, par les talibans pakistanais, qui l'ont accueilli et entraîné, et par les talibans afghans d'Haqqani, maîtres d'oeuvre des opérations dans la province de Khost. L'attentat confirmerait que ces djihadistes coopèrent pour les actions les plus sensibles. Les plus anciens ont vécu ensemble au Pakistan lors du djihad antisoviétique en Afghanistan, et tous se sont retrouvés dans les "zones tribales" pakistanaises après 2001.

L'agent double Balawi est ainsi devenu le héros du djihad international. L'homme a infligé à la CIA l'une des pires défaites de son histoire.

Rémy Ourdan - Kaboul Envoyé spécial



Le Jordanien Humam Al-Balawi

Revenir en haut Aller en bas
Vortex10
1ere classe
1ere classe


messages : 99
Inscrit le : 03/10/2015
Localisation : Planete Terre
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Ven 30 Déc 2016 - 22:57

Pourquoi faire de la pub pour ce fls de pu7e ?
Revenir en haut Aller en bas
bens.othman
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 736
Inscrit le : 29/03/2016
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Ven 30 Déc 2016 - 23:22

Vortex10 a écrit:
Pourquoi faire de la pub pour ce fls de pu7e ?
Ce n'est pas forcement de la pub ! c'est une histoire hors du commun , de ce qui est certainement l'un des plus gros fiasco de la CIA ! C'est la réalité qui dépasse la fiction, une histoire qui mérite d’être connu !

_________________
" Ceux qui veulent aller vers l'avenir et voir l'avenir doivent avoir la mémoire longue "
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Vortex10
1ere classe
1ere classe


messages : 99
Inscrit le : 03/10/2015
Localisation : Planete Terre
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Sam 31 Déc 2016 - 13:51

bens.othman a écrit:
Vortex10 a écrit:
Pourquoi faire de la pub pour ce fls de pu7e ?
Ce n'est pas forcement de la pub ! c'est une histoire hors du commun , de ce qui est certainement l'un des plus gros fiasco de la CIA ! C'est la réalité qui dépasse la fiction, une histoire qui mérite d’être connu !


En l'occurrence si c'est de la pub. Et je dirais même forcément de la pub. Surtout si tu mets la photo avec ton message pseudo historique.


Tu cherches a recruter ou quoi ? On va être obliger de te dénoncer à la Police !

Sérieux les gars reflechissez un peu à la portée du fond et de la forme  de vos messages avant de les mettre en ligne.

Merci d'être vigilant.
study

Ps : si tu veux parler des fiasco de la CIA, alirsfaudrait faire un autre topic dont le sujet serait  "les fiasco de la CIA" par exemple...


Dernière édition par Vortex10 le Sam 31 Déc 2016 - 14:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6532
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Sam 31 Déc 2016 - 14:08

Donc Lemonde fait de la pub pour AlQaida ?

Ne t'occupes pas de ce qui est postable ou pas, evites les accusations contre les autres membres et attention au language Exclamation

_________________
Gloire à nos aieux  
Revenir en haut Aller en bas
Vortex10
1ere classe
1ere classe


messages : 99
Inscrit le : 03/10/2015
Localisation : Planete Terre
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Sam 31 Déc 2016 - 14:38

Alloudi a écrit:
Donc Lemonde fait de la pub pour AlQaida ?

Ne t'occupes pas de ce qui est postable ou pas, evites les accusations contre les autres membres et attention au language Exclamation


Dans ce cas précis, est-ce que le journal Le Monde a publié cette photo du terroriste avec l'article ?' ou bien la photo a ete rajoutée en plus par l'auteur du message ici ? Si ce n'était que pour rappeler cet épisode du fiasco, la photo du terroriste etait elle necessaire ? Cette photo avec l'article n'est elle pas en train d'encenser l'individu ?
Ne risque-t-elle pas d'inciter un quelconque faible d'esprit a faire de même ?

Et puis non t'inquiète pas je vais pas voler ton poste de modérateur  


Dernière édition par Vortex10 le Sam 31 Déc 2016 - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6532
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Sam 31 Déc 2016 - 15:30

Citation :
Dans ce cas précis, est-ce que le journal Le Monde a publié cette photo du terroriste avec l'article ?'

donc quand un article met une photo de terroriste pour illuster, c est de la pub ??


Newsweek fait il de la pub pour Alqaida ? :
http://europe.newsweek.com/humam-al-balawi-triple-agent-67873?rm=eu

ou le Figaro alors ?? :
http://www.lefigaro.fr/international/2010/01/09/01003-20100109ARTFIG00545-attentat-contre-la-cia-une-video-du-terroriste-diffusee-.php


c est une photo pour illuster l article, presente ou ajouté, ça ne change rien ,  c est l article qui est important,  apres si y a des esprits torturés, pour y voir je ne sais quoi...


Topic nettoyé, FIN DU H.S Exclamation

_________________
Gloire à nos aieux  


Dernière édition par Alloudi le Sam 31 Déc 2016 - 15:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vortex10
1ere classe
1ere classe


messages : 99
Inscrit le : 03/10/2015
Localisation : Planete Terre
Nationalité : France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Sam 31 Déc 2016 - 15:50

Alloudi a écrit:
Citation :
Dans ce cas précis, est-ce que le journal Le Monde a publié cette photo du terroriste avec l'article ?'

donc quand un article met une photo de terroriste pour illuster, c est de la pub ??


Newsweek fait il de la pub pour Alqaida ? :
http://europe.newsweek.com/humam-al-balawi-triple-agent-67873?rm=eu

ou le Figaro alors ?? :
http://www.lefigaro.fr/international/2010/01/09/01003-20100109ARTFIG00545-attentat-contre-la-cia-une-video-du-terroriste-diffusee-.php


c est une photo pour illuster l article, presente ou ajouté, ça ne change rien ,  c est l article qui est important,  apres si y a des esprits torturés, pour y voir je ne sais quoi...


FIN DU H.S Exclamation

Mais oui c'est bien sûr ! Pourquoi n'y ai je pas pensé plutôt ? C'est le lecteur de Newsweek ou du Figaro qui va s'acheter une veste chez alquaida lol!

Alors que les lecteurs de ce forum destiné à la communauté marocaine, francophone et accessible simplement sont tous intelligent et capable de bien raisonner. lol!

geek
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6532
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Sam 31 Déc 2016 - 16:00


je tire la chasse Wink

_________________
Gloire à nos aieux  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Ven 10 Fév 2017 - 19:09

Citation :
Le chef de la mission de l’Otan en Afghanistan réclame des renforts


Posté dans Afghanistan, Otan par Laurent Lagneau Le 10-02-2017




Des pertes subies par les forces de sécurité en hausse de 35% sur un an, des victimes civils sans cesse plus nombreuses, une influence gouvernemental qui se réduit progressivement pour ne concerner plus que 57% des 407 districts que compte le pays, une autorité contestées par les taliban dans plusieurs capitales provinciales… Plus de deux ans après la fin de la mission de combat de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), déployée en Afghanistan sous l’égide de l’Otan, la situation afghane n’incite guère à l’optimisme…

Pourtant, les forces afghanes, si elles sont maintenant en première ligne, restent encore soutenues par l’Otan, via la mission Resolute Support, laquelle compte environ 13.300 hommes, dont 8.600 soldats américains. Pour faire face à la dégradation de la situation, qui se traduit aussi par une hausse sensible du nombre de frappes aériennes menées en appui, ces derniers ont vu, l’an passé, leurs règles d’engagement être assouplies par le président Obama.

Pendant longtemps, des discours optimistes sur l’avenir de l’Afghanistan ont été tenus. Mais la méthode Coué ne dure qu’un temps, la réalité finissant toujours par s’imposer. En outre, des erreurs d’appréciation ont peut-être été commises. Par exemple, éliminer en mai 2016, par une frappe de drone, le chef du mouvement taleb, le mollah Mansour, alors qu’il était fortement contesté en interne en est sans doute une. Encore que, l’on ne dispose pas de tous les éléments pour expliquer ce qui a pu amener à prendre une telle mesure.

Quoiqu’il en soit, cette situation exige de nouvelles décisions pour tenter d’inverser la tendance. Aussi, le général américain John Nicholson, le commandant de la mission Resolute Support, a estimé nécessaire le renfort de « quelques milliers d’hommes ».

« Dans la mission d’entraînement et de conseil » aux forces de sécurité afghanes, « nous avons un manque de quelques milliers » de soldats, a en effet déclaré le général Nicholson, le 9 février, lors d’une audition devant le comité des Forces armées du Sénat. Seulement, ce ne sera pas si simple de les trouver.

L’Allemagne, qui dispose de l’un des contingents les plus importants en Afghanistan, ne sera sans doute pas prête pour un tel effort, d’autant plus qu’elle regarde plus vers l’Afrique, et en particulier le Mali. Et l’Italie, qui consent déjà un effort important, fera probablement en fonction de ses disponibilités financières, qui ne sont pas au plus haut ces temps-ci…

On devrait y voir plus clair sur les intentions des uns et des autres à l’occasion d’une réunion de l’Otan, prévue à la mi-février, dans la mesure où cette question y sera évoquée. D’après le général Nicholson, « tant les États-Unis que les autres alliés pourraient être appelés à fournir des troupes supplémentaires pour répondre aux besoins. »

Cela étant, on ne connaît pas précisément les intentions du président Trump au sujet de l’Afghanistan. En décembre, il fut rapporté qu’il « réfléchirait à l’éventuel envoi de troupes supplémentaires » à l’issue d’un entretien téléphonique avec Ashraf Ghani, son homologue afghan.

En tout cas, à Kaboul, l’on s’est réjoui de propos du général Nicholson. « Nous saluons la proposition de déployer des milliers de troupes supplémentaires en Afghanistan afin de former et conseiller efficacement les forces afghanes », a ainsi réagi Dawlat Waziri, le porte-parole du ministère afghan de la Défense. « »La guerre en Afghanistan est une guerre contre le terrorisme et nous voulons qu’elle ait une fin victorieuse. C’est pourquoi nous considérons cela une étape positive », a-t-il fait valoir.

Par ailleurs, le général Nicholson a répété aux sénateurs américains ce qu’il avait dit en décembre au sujet du rôle joué sur la scène afghane par la Russie, du Pakistan et de l’Iran. Selon lui, cette influence « continue de donner légitimité et soutien aux talibans et d’affaiblir les efforts afghans pour créer un Afghanistan stable. » Les autorités afghanes pensent exactement la même chose.

Sachant du rôle du Pakistan, il ne fait mystère pour personne qu’une partie de ses services secrets (ISI) soutient les taliban afghans depuis leur apparition. Quant à l’Iran, les accusations de collusion avec ces derniers ne sont pas non plus nouvelles : elles avaient été évoquées dès 2009. Pour Téhéran, leur apporter un soutien permettait de lutter par procuration contre les troupes américaines.

Enfin, pour la Russie, l’objectif est d’éviter à tout prix l’implantation de l’État islamique en Afghanistan. Et comme le mouvement taleb afghan n’aurait que des motivations nationalistes et qu’il ne reconnaît par le « calife » Abou Bakr al-Baghdadi, il est perçu à Moscou comme un rempart.

« Les intérêts des taliban coïncident objectivement avec les nôtres », avait avancé au sujet de l’EI, en décembre 2015, le représentant spécial russe pour l’Afghanistan, Zamir Kaboulov. « J’ai déjà dit auparavant que nous avions des canaux de communication avec les talibans pour échanger des informations », avait-il ajouté.

Cependant, M. Kaboulov a dit autre chose, ce 10 février. « Ce n’est pas le moment idéal pour retirer d’Afghanistan les soldats étrangers, y compris les soldats américains », a-t-il en effet déclaré. « La situation sécuritaire dans le pays se dégrade et les forces afghanes ne sont pas en mesure de résister seules à l’opposition armé », a-t-il continué. Et d’insister : « Compte tenu de la situation actuelle, un départ précipité des soldats étrangers aurait des conséquences imprévisibles et réduirait à néant le peu de progrès qui a été fait ces dernières années. »

Ces propos trahissent-ils un changement d’approche? « Le nombre total d’extrémistes se trouvant dans le nord de l’Afghanistan se chiffre à environ 15.000 personnes. Il y a un risque que ces combattants tentent de s’étendre sur le territoire de pays voisins en Asie centrale », a encore expliqué M. Kaboulov.

http://www.opex360.com/2017/02/10/le-chef-de-la-mission-de-lotan-en-afghanistan-reclame-des-renforts/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Sam 11 Mar 2017 - 13:08

Citation :
Pour l’ONU, la présence des forces de l’Otan en Afghanistan est « essentielle »


Posté dans Asie-Pacifique, Opérations, Otan par Laurent Lagneau Le 11-03-2017




Les rapports sur l’Afghanistan se suivent et vont tous dans le même sens. Le dernier en date, remis au Conseil de sécurité par Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, décrit en effet une situation sécuritaire qui n’a cessé de « se détériorer tout au long de 2016 et en 2017. »

En tout, l’an passé, 23.712 « atteintes à la sécurité » ont été constatées dans le pays, soit 5% de plus par rapport à 2015. C’est « le plus grand nombre jamais enregistré par la MANUA » [Mission des Nations unies en Afghanistan, ndlr], est-il affirmé dans ce rapport.

Et la tendance sur les premières semaines de 2017 est à la hausse, avec déjà 1.877 atteintes à la sécurité, soit 30% de plus par rapport à janvier 2016. « Les taliban ont […] accentué la pression dans la province de Helmand, en menant notamment de violents combats dans le district de Sangin fin janvier et début février », explique le document.

Environ 50% de ces atteintes ont concerné, en 2016, cinq provinces méridionales et orientales de l’Afghanistan, dont celles du Helmand, de Nagarhar, de Kandahar, de Kounar et de Ghazni. Sans surprise, le document précise que « le conflit s’est propagé dans d’autres zones géographiques, avec une intensification des activités des taliban dans le nord et le nord-est » du pays, ainsi que « dans la province de Farah à l’ouest ».

Et cela s’est traduit par une hausse de 22% des affrontements entre les forces afghanes et les taliban. Mais ces derniers ne sont pas les seuls à être impliqués.

Le rapport souligne en effet la résilience de la branche afghano-pakistanaise de l’État islamique, appelée « Province du Khorassan », qui a d’ailleurs revendiqué la récente attaque d’un hôpital militaire à Kaboul. Initialement implantée dans la province de Nangahar, cette dernière serait désormais présente dans celles de Kounar et du Nouristan. « En dépit des opérations de nettoyage menées fin 2016 par les Forces nationales de sécurité afghanes, avec l’appui des forces militaires internationales, le groupe aurait regagné les zones dont il avait été chassé », peut-on lire.

Si les forces afghanes ont su démontrer une certaine résilience, elles se heurtent « à de grandes difficultés, en particulier en ce qui concerne leurs capacités opérationnelles, dont les problèmes de commandement et de contrôle, de direction, de logistique », dit ce rapport. Qui plus est, les « taux d’attrition élevés » ont un impact considérable sur le moral, le recrutement et le maintien des capacités », d’autant plus que les pertes qu’elles subissent ne cessent de s’alourdir. « Les taux de réenrôlement et de rétention des effectifs sont trop faibles pour compenser l’augmentation des pertes et les désertions », avance le rapport. Les effectifs de l’armée nationale afghane s’éleveraient ainsi à 86% « des niveaux prévus. »

Aussi, face à l’intensification du conflit, le rapport de l’ONU estime que le maintien des forces internationales, c’est à dire celles de la mission Resolute Support, conduite par l’Otan, demeure « essentiel »

« La poursuite de l’appui international aux forces de sécurité afghanes, conformément aux engagements pris en 2016 lors du Sommet de Varsovie organisé par l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, demeure essentielle », est-il écrit dans ce rapport.

« Compte tenu du nombre et du taux élevé de pertes humaines, un leadership politique fort, des mesures efficaces propres à renforcer les structures de commandement et de contrôle, des capacités opérationnelles et un bon moral sont tous indispensables pour aider les forces de sécurité afghanes à faire durablement front au cours de la prochaine saison des combats », y est-il ajouté.

Cela étant, les 12.000 militaires de l’Otan (fournis pour environ deux tiers par les États-Unis), sont insuffisants. C’est, du moins, ce qu’a affirmé le général Joseph Votel, le chef de l’US Centcom, le commandement militaire américain pour l’Asie centrale et le Moyen-Orient. Interrogé, cette semaine, lors d’une audition au Congrès, sur les mesures à prendre pour aider les autorités afghanes face aux taliban, il a estimé qu’il faudrait « des forces [américaines] supplémentaires pour leur mission de conseil et d’assistance soit plus efficace. »

Le chef de la mission Resolute Support, le général américain John Nicholson, n’a pas dit autre chose, en février dernier. Selon lui, il manquerait « quelques milliers » de soldats supplémentaires pour aider les forces afghanes, lesquelles seraient dans une « impasse » face aux taliban.

http://www.opex360.com/2017/03/11/pour-lonu-la-presence-des-forces-de-lotan-en-afghanistan-essentielle/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Jeu 13 Avr 2017 - 20:53

Citation :
Afghanistan : l'armée américaine largue sa bombe la plus puissante sur des caches de l'EI



© US Air Force, AFP | La bombe thermobarique GBU-43 a été larguée depuis un avion de transport MC-130 (archives).

Texte par FRANCE 24 Suivre france24_fr sur twitter

Dernière modification : 13/04/2017



L'armée américaine a annoncé, jeudi, avoir largué la plus puissante bombe non nucléaire de son arsenal, qualifiée de "mère de toutes les bombes", sur des caches de l'organisation État islamique dans l'est de l'Afghanistan.

L’armée américaine a largué, jeudi 13 avril, sa bombe non nucléaire la plus puissante, surnommée la "mère de toutes les bombes" en Afghanistan contre des caches de l’organisation État islamique (EI), selon un porte-parole du Pentagone.

La bombe thermobarique GBU-43 d'environ 10 000 kilos, a ciblé à environ 14 h 30 GMT une "série de grottes" dans la province de Nangarhar, dans l’est du pays, où un soldat américain a été tué dans une opération le week-end dernier contre les jihadistes.

"Alors que leurs pertes augmentent", les jihadistes ont recours "à des bunkers et tunnels pour renforcer" leur défense, a indiqué dans un communiqué le général John Nicholson, le chef des forces américaines en Afghanistan. La bombe GBU-43 "est la bonne munition pour venir à bout de ces obstacles et maintenir l'élan de notre campagne" contre l'EI en Afghanistan, a-t-il ajouté.

C'est la première fois que les forces américaines utilisent ce type de bombe, longue de plusieurs mètres et guidée au GPS, dans des combats, a précisé le porte-parole du Pentagone Adam Stump. Dénommé MOAB (Massive Ordnance Air Blast pour bombe à effet de souffle massif), l'engin a été largué depuis un avion de transport MC-130.

Selon l'US Air Force, le dernier test de la GBU-43 en 2003 avait provoqué un panache de poussière et de fumée visible à plus de 32 kilomètres.

http://www.france24.com/fr/20170413-afghanistan-armee-americaine-largue-GBU-43-puissante-bombe-caches-ei-etats-unis
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4390
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Ven 14 Avr 2017 - 23:27


_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Sam 22 Avr 2017 - 19:57

Citation :
L’armée afghane a subi de très lourdes pertes lors de l’attaque d’une de ses bases par les insurgés


Posté dans Afghanistan, Opérations par Laurent Lagneau Le 22-04-2017




L’offensive que lance chaque année le mouvement taleb afghan au printemps n’a pas encore commencé. Cela étant, les insurgés prépare visiblement le terrain, comme en témoigne l’assaut donné contre une base de l’armée nationale afghane (ANA) près de Mazar-i-Sharif, le 21 avril.

Ainsi, un commando taleb d’au moins 10 hommes ayant revêtu des uniformes de l’ANA a réussi à s’infiltrer dans l’enceinte de la base du 209e Corps d’armée, implantée aux abords de la capitale de la province de Mazar-i-Sharif, située dans le nord du pays. Dans un premier temps, il a été état de plus de 50 tués parmi les soldats afghans. Puis, ce 22 avril, le ministère afghan de la Défense a avancé le chiffre de 100 tués et blessés. Et ce bilan risque encore de s’alourdir, à en croire un officier présent sur place, contacté par l’AFP.

« Je suis à l’intérieur de la base et je pense que 150 soldats ont été tués et des dizaines blessés. Il s’agissait de jeunes recrues venues pour s’entraîner, qui arrivaient des provinces du Badakhshan et de Takhar », a affirmé cette source.

L’attaque, commencé vers 14h00 (locales), a duré plusieurs heures. Elle pris fin avec l’intervention des forces spéciales afghanes, entraînées par les Occidentaux. Dans un communiqué, le général américain John Nicholson, qui commande l’opération Resolute Support conduite par l’Otan dans le pays, a indiqué que les insurgés avaient visé les soldats du 209e Corps d’armée « pendant la prière à la mosquée et d’autres au réfectoire » de la base, alors qu’ils étaient désarmés.

Le porte-parole du ministère afghan de la Défense, le général Dawlat WaziriWaziri a précisé que « au total, 10 assaillants ont conduit cette attaque », que « 7 d’entre eux ont été tués, deux se sont fait exploser et un a été arrêté par les forces afghanes ».

Cet assaut a rapidement été revendiqué par le mouvement taleb. « Vers 14H00 nos moudjahidines [combattants, ndlr] ont lancé une attaque complexe contre le corps d’armée stationné à Mazar-i-Sharif, dans la province de Balkh, tuant des dizaines de soldats », a fait savoir Zabihullah Mujahib, son porte-parole.

La dernière attaque d’une telle envergure remonte au début du mois de mars, avec un assaut coordonné contre le principal hôpital militaire de Kaboul. Cette action, qui a officiellement fait une cinquantaine de tués, avait été revendiquée par la branche afghano-pakistanaise de l’État islamique.

Par ailleurs, en octobre 2016, l’ANA avait aussi subi de lourdes pertes dans une série d’embuscades tendues le même jour par les taliban dans le secteur de Chah-e-Anjir, à une douzaine de kilomètres de Lashkar Gah, la capitale de la province du Helmand. Au moins 90 soldats et membres des forces de sécurité y avaient laissé la vie.

Quant à l’offensive de printemps des taliban, elle ne saurait trop tarder. Nul doute qu’elle se concentrera sur les provinces afghanes déjà affaiblies lors de la précédente campagne, comme celles du Helmand, de Farah, de Kunduz, de Faryab, de Baghlan et d’Uruzgan.

Par ailleurs, la rumeur sur un soutien russe aux taliban ne cesse d’enfler. Ainsi, le 12 avril, le général Ghulam Farooq Sangari, qui commande la police dans la province d’Uruzgan, a rapporté qu’au moins 5 conseillers militaires russes avaient été vus aux côtés des insurgés, à une dizaine de kilomètres de Tarin Kot, la capitale provinciale. Mais ses propos ont été ensuite démentis par les autorités afghanes, qui ont affirmé n’avoir aucune preuve sur les allégations de ce responsable.

Cela étant, le rôle de Moscou (et de Téhéran) en Afghanistan suscite des interrogations. « J’ai vu récemment l’influence de la Russie, une influence croissante en termes d’association et peut-être même d’approvisionnement des talibans », a déclaré, le 23 mars, le général Curtis Scaparrotti, commandant suprême des forces alliées en Europe (Saceur). En tout cas, cela ne manque pas de préoccuper Kaboul.

http://www.opex360.com/2017/04/22/larmee-afghane-subi-de-tres-lourdes-pertes-lors-de-lattaque-dune-de-ses-bases-par-les-insurges/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Jeu 27 Avr 2017 - 18:28

Citation :
Deux soldats américains tués en Afghanistan dans des combats contre l'EI


AFP 27/04/2017


Deux militaires américains ont été tués en Afghanistan et un autre a été blessé lors de combats contre des jihadistes affiliés au groupe Etat islamique (EI), a annoncé le Pentagone jeudi.

"Deux militaires ont été tués en action et un autre a été blessé mercredi soir quand ils ont été attaqués durant un raid contre des insurgés dans la province du Nangarhar", a indiqué dans un communiqué l'armée américaine.


Les militaires touchés travaillaient avec des soldats afghans dans cette mission contre le groupe EI-Khorasan, le nom de la branche locale de l'EI, a précisé le communiqué.
"La lutte contre le groupe EI-Khorasan est importante pour le monde, mais malheureusement elle ne se fait pas sans sacrifices", a souligné le général John Nicholson, chef des forces américaines en Afghanistan.

Les Etats-Unis ont environ 8.400 militaires déployés dans ce pays, la plupart faisant partie de la mission de l'Otan destinée à former et à entraîner les forces afghanes. Mais environ 2.150 de ces militaires américains oeuvrent dans des missions d'antiterrorisme.

Un soldat des forces spéciales américaines avait déjà perdu la vie dans le Nangarhar le 8 avril, une province sur laquelle les Etats-Unis ont aussi largué ce mois-ci leur plus grosse bombe non nucléaire pour frapper un fief montagneux de l'EI.
Cette bombe à effet de souffle a tué au moins 95 jihadistes, selon le ministre afghan de la Défense, mais les combats dans la région ont continué.

Le groupe EI, principalement implanté en Syrie et en Irak, a mis un pied en Afghanistan ces dernières années, attirant d'anciens membres des talibans afghans et pakistanais, ainsi que des islamistes ouzbeks.
Mais le groupe a perdu du terrain face à la pression de bombardements américains qui appuient une offensive au sol des forces afghanes.

https://www.lorientlejour.com/article/1048892/deux-soldats-americains-tues-en-afghanistan-dans-des-combats-contre-lei.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Lun 1 Mai 2017 - 18:24

Citation :
L’Otan envisage d’envoyer des renforts en Afghanistan


Posté dans Afghanistan, Opérations, Otan par Laurent Lagneau Le 01-05-2017




Actuellement, et à la demande de Kaboul, l’Otan dispose d’environ 13.000 militaires (dont plus de la moitié américains) en Afghanistan dans le cadre de la mission Resolute Support, laquelle a pris, en décembre 2014, le relais de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF).

Cette mission consiste à former et à conseiller les forces de sécurité afghanes, aux prises avec les taliban et la branche afghano-pakistanaise de l’État islamique. Cependant, la situation sécuritaire ne cesse de se dégrader, obligeant ainsi le contingent américain à s’impliquer dans les combats.

Ainsi, 300 soldats de l’US Marine Corps ont été envoyés dans la province du Helmand, où les forces afghanes sont en grande difficulté face aux taliban. Signe révélateur : le nombres de frappes aériennes américaines a sensiblement augmenté en 2016.

Seulement, les forces afghanes continuent de perdre du terrain. Il est estimé qu’elles ne contrôlent plus que 60% du territoire. En outre, elles subissent de lourdes pertes, quelle que soit la période de l’année. En effet, alors qu’une « trêve » était traditionnellement observée par les taliban en hiver, ce n’est plus tout à fait le cas maintenant, même si les taliban ont annoncé, la semaine passée, le lancement de leur offensive de printemps.

Selon le SIGAR, un organisme du Congrès américain chargé de contrôler les activités et les dépenses des États-Unis en Afghanistan, 807 membres des forces afghanes ont été tués entre le 1er janvier et le 24 février 2017.

« L’Afghanistan reste englué dans une guerre meurtrière. Les pertes subies [par les forces afghanes] dans le combat contre les taliban et d’autres groupes insurgés continuent d’être d’un niveau hautement choquant », souligne le dernier rapport du SIGAR. Et ces chiffres ne prennent pas en compte les attaques particulièrement meurtrières commises par le mouvement taleb afghan et l’EI au cours de ces dernières semaines, comme celle de Mazar-i-Sharif, qui, le 21 avril, a fait officiellement 135 tués parmi les recrues du 209e Corps d’armée.

Entre le 1er janvier et le 12 novembre 2016, le SIGAR avait évalué à 6.785 le nombres de soldats et de policiers afghans tués. Un chiffre auquel il faut ajouter 11.777 blessés. Au total, par rapport à 2015, les pertes des forces afghanes ont augmenté de 35%. Et tout laisse donc à penser que cette tendance s’accentuera cette année.

En février dernier, le général John Nicholson, le chef de la mission Resolute Support et des forces américaines déployées en Afghanistan, avait estimé qu’il lui manquait « quelques milliers » de soldats pour mener à bien les tâches qui lui ont été confiées. Et de souligner « l’impasse » dans laquelle se trouvaient les forces afghanes face aux taliban.

Pour le moment, on ignore les intentions de Washington. Mais, dans un entretien donné le 30 avril au journal allemand Welt am Sonntag, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a dit envisager un renforcement de la mission Resolute Support, « compte tenu de la détérioration de la situation en matière de sécurité ».

« L’Otan compte prendre une décision d’ici juin sur une éventuelle augmentation des effectifs et sur une prolongation de sa mission, qui est actuellement renouvelée tous les ans », a encore précisé M. Stoltenberg.

En 2016, les effectifs de la mission Resolute Support étaient fournis par une trentaine de pays, dont certains n’appartiennent pas à l’Otan. Les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie, la Géorgie (non membre de l’Alliance), la Roumanie et la Turquie étaient (et restent encore) les principaux contributeurs.

http://www.opex360.com/2017/05/01/lotan-envisage-denvoyer-des-renforts-en-afghanistan/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Mer 3 Mai 2017 - 18:09

Citation :
Gulbuddin Hekmatyar, cavalier chinois sur l’échiquier afghan


3 mai 2017/ Actualité Stratégie et politique




La décision de Gulbuddin Hekmatyar de signer un traité de paix à Kaboul jette une lumière crue sur l’un des dirigeants moudjahidines sur lequel la Chine a toujours misé.

L’Onu ayant décidé, en début d’année, de lever les sanctions contre son groupe, le Hezb-e-Islami, il ne restait plus qu’à lui dérouler le tapis rouge (rappelons que la France s’y était initialement opposée car elle n’a pas oublié l’embuscade montée par ce groupe à Uzbin, en 2008, provoquant la mort de dix de ses soldats).

Dès l’époque de la lutte contre l’URSS, Hekmatyar avait reçu un soutien logistique de la Chine, autant que celui de l’ISI pakistanaise et des Saoudiens. Après le 11 septembre 2001, malgré ses relations avec Al-Qaida, les services chinois ont continué à entretenir des liens avec le Hezb-e-Islami. Il s’est alors rapproché non seulement des Chinois mais aussi des Russes. Ces derniers ayant engagé des liens avec des factions des talibans, on voit bien comment se positionne l’échiquier afghan d’autant que Gulbuddin Hekmatyar vient de leur lancer un appel à le rejoindre dans le «processus de paix».

Sur le plan stratégique, Pékin espère ainsi obtenir la fin de l’entraînement des guérilleros ouigours entraînés dans des camps afghans subventionnés par l’Arabie Saoudite et le Pakistan, lesquels Ouigours menacent le fameux «Corridor économique Chine-Pakistan».

http://www.ttu.fr/gulbuddin-hekmatyar-cavalier-chinois-lechiquier-afghan/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Jeu 4 Mai 2017 - 23:29

Citation :
Après 20 ans, Hekmatyar fait son retour à Kaboul à la tête d'un convoi armé



Lex-chef de guerre afghan Hekmatyar, escorté par un impressionnant convoi armé, est rentré jeudi dans Kaboul, capitale qu'il est accusé d'avoir
martyrisée par des bombardements sans merci. REUTERS/Omar Sobhani

Afghanistan
"Je ne vais pas l'acclamer parce qu'il a le sang de milliers d'innocents sur les mains".


OLJ/AFP  04/05/2017


Après 20 ans d'absence, l'ex-chef de guerre afghan Hekmatyar, escorté par un impressionnant convoi armé, est rentré jeudi dans Kaboul, capitale qu'il est accusé d'avoir martyrisée par des bombardements sans merci, et qui reste partagée sur ce retour.

Son retour à près de 70 ans, à bord d'un convoi de plusieurs centaines de voitures, mitrailleuses en batterie aux portières et sur les toits, consacre, plus de sept mois après sa signature, l'accord de paix avec le gouvernement de Ashraf Ghani. Ce dernier l'a accueilli en grande pompe au palais présidentiel.
"Peu de gens croient aux efforts de paix, et pourtant cette journée démontre clairement à tous qu'avec une volonté sincère, la paix peut être atteinte", a lancé l'ex-moudjahidine anti-soviétique.

Le leader du Hezb-i-Islami, en barbe blanche et traditionnel turban noir, a été salué le long de la route par des centaines de curieux et une foule enthousiaste. Agitant les drapeaux verts du parti et des fleurs rouges en signe de bienvenue, certains chantaient, en pachtou, "Bienvenue à Kaboul, Honorable Hekmatyar".

Pour ses partisans qui lui ont jeté des roses, il est resté un chef au charisme intact. Il est loin pourtant de faire l'unanimité, alors que la situation est déjà tendue par les faiblesses du gouvernement dit d'union nationale, confronté aux offensives des talibans et aux attentats du groupe État islamique.

Depuis que son retour en ville était annoncé, de grands portraits de Hekmatyar ont fait leur apparition, rapidement déchirés ou souillés de peinture rouge ou de boue, témoignant à quel point cet accord, qui lui garantit l'impunité, reste douloureux pour une partie des Kaboulis.


Les pires dommages
Pour beaucoup, il reste à jamais le "Boucher de Kaboul" qui a bombardé la ville alors qu'il était Premier ministre au début des années 90, lui infligeant les pires dommages en 40 ans de guerre: un tiers de la ville fut anéanti et des dizaines de milliers de civils tués.

Il est également accusé de nombreux crimes commandités, visant les médias, les ONG et les militants féministes. Cette culture de l'impunité, dont d'autres chefs de guerre ont bénéficié avant lui, passe mal dans la population. "Ceux qui ont commis des crimes, qu'ils soient talibans ou Hekmatyar, devraient être poursuivis afin que ces crimes ne se répètent pas", martèle Mohammad Rahim Mangal, employé d'une société informatique.

"Je ne vais pas l'acclamer parce qu'il a le sang de milliers d'innocents sur les mains," affirme Edress Arabzada, 20 ans. "Malgré tout, on veut bien l'accueillir si ça nous amène la paix et la stabilité" espère le jeune homme. Mais un autre ironise au passage du cortège: "Moi je pars dans les montagnes, je ne reste pas dans une ville où vit Gulo" - sobriquet pour Gulbuddin.

L'accord garantit l'immunité à l'ancien chef de guerre, ouvrant la voie à son possible retour en politique, sans démilitarisation de sa faction dans l'immédiat.

Pachtoune au visage sévère originaire de Kunduz, dans le nord, Hekmatyar a été reçu par le président Ghani en présence de tous les officiels du gouvernement, de l'ancien président Hamid Karzaï et d'un autre chef de guerre controversé, Abul Rasul Sayyaf.

Il s'agissait du premier contact direct entre Hekmatyar et Ghani: l'accord de paix avait été signé par visio-conférence en septembre, le chef du Hezb séjournant dans un lieu tenu secret, probablement au Pakistan où il avait trouvé refuge, ainsi qu'en Iran, lors de son exil volontaire à la fin des années 90. Pour le gouvernement, cet accord envoie un signe de sa capacité à rallier un opposant armé par la négociation.

Depuis son retour, Hekmatyar joue d'ailleurs le jeu: lors de sa première apparition publique le 29 avril à Laghman, à l'est de Kaboul, il a appelé les talibans "rejoindre la caravane de la paix".
Jeudi, il a réitéré cet appel, pour "ne plus donner d'excuses aux forces internationales" présentes dans le pays - quelques 12.000 hommes, dont 8.400 Américains, dont il a cessé d'exiger le retrait comme condition préalable à la paix. "Mettons fin à la guerre, vivons comme des frères et ensuite nous demanderons aux étrangers de quitter le pays", a-t-il suggéré.

https://www.lorientlejour.com/article/1049995/apres-20-ans-hekmatyar-fait-son-retour-a-kaboul-a-la-tete-dun-convoi-arme.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Sam 6 Mai 2017 - 19:37

Citation :
Les talibans afghans s’emparent d’un district de la province de Kunduz


Posté dans Afghanistan, Opérations par Laurent Lagneau Le 06-05-2017




Une semaine après le lancement de leur offensive de printemps, appelée « opération Mansouri », les taliban viennent de s’emparer d’un nouveau district, à savoir celui de Qala-i-Zal, dans la province de Kunduz.

Un membre du conseil provincial, Sayed Asad Sadat, a en effet confirmé à Tolo News que les insurgés avaient réussi à prendre le contrôle de ce district après deux jours de combats intenses contre les forces de sécurité afghanes.

Via un communiqué, le mouvement taleb a annoncé que le quartier général de la police, le siège du gouvernement ainsi que tous les points de contrôle sont tombés entre leurs mains.

Du côté des autorités afghanes, l’on explique que les forces de sécurité ont « effectué une retraite tactique afin d’éviter de plus amples pertes civiles et militaires ». Le même argument avait été donné, ces derniers mois, pour justifier la perte de plusieurs districts dans la province du Helmand.

Frontalier du Tadjikistan et situé entre Kunduz et Mazar-i-Sharif, le district de Qala-i-Zal est âprement disputé en raison de son importance stratégique. Sa conquête permettrait aux taliban d’accentuer leur pression sur les districts voisins de Chardara et Imam Sahib. L’enjeu n’est rien moins que la ville de Kunduz, dont le centre est tombé brièvement aux mains des insurgés à deux reprises depuis 2015.

En juillet 2016, les taliban avaient déjà réussi à s’emparer de ce district avant d’en être finalement chassés quelques semaines plus tard par les forces de sécurité afghanes.

Ce nouveau revers infligé à l’armée afghane survient alors que l’administration Trump aura à se prononcer prochainement sur l’envoi de renforts en Afghanistan, comme l’envisage, d’ailleurs, Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan, et le réclame le général John Nicholson, le chef de la mission Resolute Support. Il serait question d’envoyer entre 3.000 et 5.000 militaires américains supplémentaires.

« Je m’attends à ce que les propositions […] parviennent au président [Trump] la semaine prochaine », a affirmé, le 4 mai, Theresa Whelan, une responsable du Pentagone chargée des opérations spéciales. « Notre intention » est de « dépasser l’impasse » actuelle et aussi « de reconnaître que l’Afghanistan est un partenaire très important pour les Etats-Unis dans une région très compliquée », a-t-elle expliqué.

Selon des responsables américains, les forces afghanes ne contrôlent plus que 60% du territoire. « L’Afghanistan reste englué dans une guerre meurtrière. Les pertes subies [par les forces afghanes] dans le combat contre les taliban et d’autres groupes insurgés continuent d’être d’un niveau hautement choquant », a par ailleurs estimé le SIGAR, un organisme du Congrès chargé de contrôler les activités et les dépenses américaines dans le pays.

http://www.opex360.com/2017/05/06/les-talibans-afghans-semparent-dun-district-de-la-province-de-kunduz/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Dim 7 Mai 2017 - 21:44

Citation :
Le chef de l'EI en Afghanistan tué par les forces spéciales


Reuters 07/05/2017


Le chef de la branche afghane du groupe Etat islamique, Abdul Hasib, a été tué lors d'une opération menée par les forces spéciales afghanes dans la province orientale de Nangarhar, a annoncé dimanche le président Ashraf Ghani dans un communiqué.

Hasib, nommé l'an dernier pour succéder à Hafiz Saeed Khan tué dans une frappe de drone américaine, est jugé responsable de plusieurs attaques dont l'une, en mars dernier, contre un hôpital de Kaboul par un groupe d'hommes armés déguisés en médecins, est-il précisé.

Le mois dernier, un porte-parole du Pentagone avait déclaré que Hasib avait probablement été tué lors d'un raid des forces spéciales américaines et afghanes dans la province de Nangarhar qui avait coûté la vie à deux Rangers américains, mais son décès n'avait pas été confirmé par la suite.

La branche locale de l'Etat islamique, connue parfois aussi sous le nom d'Etat islamique-Khorasan, du nom de l'ancienne région englobant l'Afghanistan, une partie de l'Iran et de l'Asie centrale, est active depuis 2015. Elle combat à la fois les taliban et les forces afghanes et américaines.

On estime qu'elle entretient des contacts avec l'organisation Etat islamique en Irak et en Syrie mais conserve une grande indépendance opérationnelle.

Les forces spéciales américaines et afghanes ont mené une série d'opérations contre l'Etat islamique afghan cette année, tuant des dizaines de combattants djihadistes, principalement dans son bastion de la province de Nangarhar, qui jouxte le Pakistan.

Éliminer le groupe est l'une des premières priorités des Américains en Afghanistan. Le mois dernier, l'armée américaine a largué une bombe conventionnelle d'une puissance inédite sur un réseau de grottes et de tunnels utilisés par l'EI dans la province.

https://www.lorientlejour.com/article/1050523/le-chef-de-lei-en-afghanistan-tue-par-les-forces-speciales.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Mar 16 Mai 2017 - 19:42

Citation :
Les forces afghanes ont repris aux insurgés un district clé dans la province de Kunduz


Posté dans Afghanistan, Opérations par Laurent Lagneau Le 16-05-2017




Il y a près de deux semaines, le mouvement taleb afghan s’emparait, sans coup férir, du district clé de Qala-i-Zal qui, frontalier du Tadjikistan et situé entre Kunduz et Mazar-i-Sharif, avait déjà été très disputé en raison de son importance stratégique.

De leur côté, les forces de sécurité afghanes expliquèrent qu’elles avaient « effectué une retraite tactique afin d’éviter de plus amples pertes civiles et militaires. » Comme le même argument avait déjà été servi à plusieurs reprises pour justifier la perte d’autres districts, l’on pouvait considérer que celui de Qala-i-Zal était définitivement acquis aux taliban. Eh bien c’était une erreur.

En effet, ce 16 mai, l’armée nationale afghane (ANA) a réussi à reprendre en grande partie ce district aux insurgés à la faveur d’une opération éclair. « Les bâtiments du gouverneur, le quartier-général de la police et plusieurs sites-clés sont désormais libérés de toute présence terroriste mais les opérations se poursuivent en plusieurs points du district », a en effet affirmé le ministère afghan de l’Intérieur.

Cela étant, la situation reste toujours compliquée dans les environs de la ville de Kunduz, la capitale provinciale.

Si la reprise du district de Qala-i-Zal permettra de réduire, pendant un temps, la pression des insurgés, il n’en reste pas moins que la conquête de Kunduz, qui est déjà tombée à deux reprises au cours des 18 derniers mois, demeure un objectif prioritaire pour ces derniers. D’après l’agence Reuters, si la ville reste toujours aux mains des autorités afghanes, les insurgés en contrôlent les faubourgs.

D’après l’agence Reuters, des affrontements sont régulièrement signalés tandis que les forces de sécurité tente de maintenir ouvert le principal axe routier menant à la ville, notamment en désamorçant les mines et les engins explosifs improvisés laissés par les taliban.

Quoi qu’il en soit, cette reprise du district de Qala-i-Zal est de nature à redonner un peu de moral aux forces afghanes, lesquelles subissent des pertes importantes face aux insurgés. (en hausse de 35%, en 2016, avec 7.000 soldats et policers tués et 12.000 blessés).

Pour rappel, au vu de la situation, l’Otan envisage de revoir à la hausse les effectifs de sa mission Resolute Support et il est question de renforcer le contingent américain présent dans le pays de 3.000 à 5.000 soldats.

Photo : Archive

http://www.opex360.com/2017/05/16/les-forces-afghanes-ont-repris-aux-insurges-un-district-cle-dans-la-province-de-kunduz/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Jeu 25 Mai 2017 - 23:12

Citation :
Otan : Londres prête à envoyer davantage de soldats en Afghanistan


AFP 25/05/2017


Le Royaume-Uni est prêt à envoyer davantage de soldats en Afghanistan pour renforcer une mission de l'Otan qui conseille et forme l'armée afghane, a indiqué jeudi un responsable gouvernemental.

"Le Royaume-Uni est prêt à augmenter sa contribution en troupes pour des activités non combattantes, afin de démontrer son soutien continu à la mission de l'Otan en Afghanistan", a déclaré ce responsable sous couvert d'anonymat.

Cette annonce est intervenue en marge d'un sommet de l'Otan à Bruxelles, le premier auquel le président américain Donald Trump assistait.

L'Otan examine l'opportunité d'envoyer "quelques milliers" de militaires supplémentaires en Afghanistan pour aider les forces de sécurité locales à lutter contre les insurgés talibans, avait indiqué début mai le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg.

L'Alliance a officiellement terminé sa mission de combat en Afghanistan fin 2014, ne maintenant plus sur place qu'une force d'environ 13.300 hommes, dont plus de la moitié américains, pour former et conseiller les forces de sécurité afghanes. Mais les talibans ont multiplié leurs attaques, augmentant les pertes dans les rangs des forces de sécurité et parmi les civils.

Quelque 500 soldats de cette mission, nommée "Resolute support", sont britanniques. Une décision sur l'augmentation du nombre de troupes alliées en Afghanistan sera probablement prise par les ministres de la Défense de l'Otan lors de leur prochaine réunion, en juin.

La hausse des effectifs envisagée serait de 2.500 à 3.000 hommes, selon les estimations qui circulent au Pentagone. Elle romprait la tendance à la baisse observée depuis 2011, lorsque les Etats-Unis avaient plus de 100.000 soldats dans le pays.

https://www.lorientlejour.com/article/1053788/otan-londres-prete-a-envoyer-davantage-de-soldats-en-afghanistan.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Ven 26 Mai 2017 - 19:01

Citation :
Troupes chinoises en Afghanistan


26 mai 2017/Actualité des forces


En dépit des démentis de Pékin, il se confirme que, depuis le premier trimestre, quelques centaines de soldats chinois sont présents en Afghanistan. Ces éléments patrouillent avec des éléments des dispositifs antiterroristes de l’ANA (Afghan National Army). Initialement à leur frontière commune, du côté de la passe de Karakorum, où les Chinois avaient bâti une route pour acheminer armes et matériel du temps de la guerre contre l’Armée soviétique.

Et depuis plusieurs semaines, ils ont été repérés avec des véhicules de transport de troupe Dongfeng dans une demi-douzaine de lieux, dont Kaboul, Bagram, Jalalabad. Les Forces américaines ont manifestement reçu l’ordre de les ignorer.

Cette implication croissante des Chinois (doublée de leur rôle diplomatique vis-à-vis de chefs tribaux ou de responsables de certains groupes talibans) s’est manifestement accélérée avec le projet de Route de la Soie. Qui suppose de pacifier (ou d’obtenir la neutralité) de groupes talibans, et de participer à la liquidation de khatibat d’Al-Qaida, auxquelles participent certains Ouigours. Cela fait suite aux accords passés en 2015, amorcés par l’ancien chef de la sécurité chinoise déchu Zhou Yongkang.

D’ailleurs Pékin reconnaît qu’il y a des policiers chinois tout en démentant la présence de membres de l’Armée populaire de libération. Résolution de cette énigme : il s’agit peut-être d’éléments des forces spéciales prélevées sur les Polices armées populaires, qui dépendent de la Commission militaire centrale et non de l’état-major de l’APL.

http://www.ttu.fr/troupes-chinoises-afghanistan/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Ven 2 Juin 2017 - 20:21

Citation :
Selon Moscou, la branche afghano-pakistanaise de l’EI recevrait des armes livrées par des avions non identifiés


Posté dans Afghanistan, Russie par Laurent Lagneau Le 02-06-2017




Depuis quelques mois, la Russie est accusée par des responsables américains et afghans d’apporter un soutien au mouvement taleb, notamment via des livraisons d’armes. D’ailleurs, le chef du Pentagone, l’ex-général James Mattis, avait évoqué cet appui lors d’un déplacement à Kaboul, en avril.

« Nous engagerons un dialogue diplomatique avec la Russie. Nous le ferons où nous pouvons, mais il nous faudra nous confronter à la Russie là où elle agit à l’encontre du droit international et là où elle enfreint la souveraineté des États », avait en effet déclaré le secrétaire américain à la Défense. Et de préciser que la livraison d’armes depuis un pays étranger vers l’Afghanistan était justement une « violation du droit international. »

En soi, ces accusations ne sont pas surprenantes au regard des propos tenus à plusieurs reprises par le diplomate russe Zamir Kaboulov. En décembre 2015, il avait en effet affirmé que les intérêts de la Russie et ceux des taliban « coïncidaient objectivement » dans la lutte contre l’État islamique (EI).

D’autant plus que, pour Moscou, les taliban sont moins dangereux que les jihadistes de l’EI dans la mesure où leurs objectifs sont d’essence nationaliste et qu’ils n’ont donc pas l’intention de « faire le jihad » ailleurs qu’en Afghanistan. Et cela, même si le chef d’al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a renouvelé son allégeance à celui du mouvement taleb afghan.

« Les talibans ont abandonné le djihad mondial et sont devenus une force nationale », fit encore valoir , il y a quelques semaines, M Kaboulov, peu avant la tenue d’une conférence internationale sur l’Afghanistan, à laquelle les États-Unis ne prirent pas part.

Cela étant, Moscou a toujours réfuté les accusations américaines et afghanes sur des livraisons d’armes aux taliban. Elles sont « sans fondement », avait répondu Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, en avril.

C’est donc dans ce contexte que la diplomatie russe a publié, le 30 mai, un communiqué lourd de sous-entendus. Ainsi, via ce texte, Moscou interroge l’Otan et les États-Unis au sujet d’avions « non identifiés » qui aurait parachuté, « à plusieurs reprises », en mai, « des armes et d’autres matériels militaires » aux combattants de l’EI implantés dans la province afghane de Jowzjan.

Et des hélicoptères, également non-identifiés, auraient été répérés dans la province de Ghazni, précisément dans les districts de Waghaz et de Khogyani, où la présence de l’EI a été signalée.

« À cet égard, une question vient naturellement aux représentants susmentionnés de l’Otan et des États-Unis : connaissent-ils l’appartenance des avions non identifiés dans le ciel de l’Afghanistan, un pays qui depuis plus de 15 ans abrite des militaires des États-Unis? », a interrogé la diplomatie russe. Mais demander une telle chose revient à accuser, a minima, les Occidentaux de fermer les yeux sur ces livraisons d’armes. De quoi subtilement nourrir la théorie du complot sur les origines de l’EI…

D’autant plus que M. Lavrov a abordé le sujet, lors d’une conférence de presse donnée à l’issue d’une rencontre avec Harry Kalaba, son homologue zambien. « Il existe des preuves que ces hélicoptères ont laissé tomber quelque chose dans ces zones, des hélicoptères sans identification ont atterri dans ces zones, puis en ont décollé… Des témoins confirment qu’ils sont retournés dans les bases où il y avait des troupes américaines, entre autres. Cela soulève des questions », a-t-il lâché.

Seulement, si M. Lavrov parle de « preuve », il ne les a pas produites. En outre, il est question d’avions et d’hélicoptères dont le type n’a pas été précisé alors que cela serait susceptible de donner une indication sur leur origine. Quoi qu’il en soit, depuis la diffusion de ce communiqué par son ministère, l’Otan et Washington n’ont pas répondu aux sous-entendus de Moscou. En tout cas, pour ce qui concerne les Américains, les seules munitions livrées à l’EI l’ont été par des chasseurs-bombardiers et des AC-130. L’une d’elles, la MOAB (la mère de toutes les bombes) a même fait beaucoup de bruit…

http://www.opex360.com/2017/06/02/selon-moscou-la-branche-afghano-pakistanaise-de-lei-recevrait-des-armes-livrees-par-des-avions-non-identifies/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19550
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   Jeu 15 Juin 2017 - 20:09

Citation :
L’État islamique a pris le contrôle des grottes de Tora Bora, dans l’est de l’Afghanistan


Posté dans Afghanistan, Opérations par Laurent Lagneau Le 15-06-2017




En décembre 2001, les montagnes de Tora Bora, région située dans la province de Nagarhar, à la frontière avec le Pakistan, avait été le théâtre d’une bataille menée par l’Alliance du Nord du feu commandant Massoud et des forces spéciales américaines (TF-11) et britanniques.

Au bout de quelques semaines, et avec un appui aérien, environ 200 combattants d’al-Qaïda – sur 300 supposés y être présents – furent tués. Cependant, le succès ne fut pas total étant donné que leur chef, Oussama Ben Laden, avait réussi à s’échapper vers les zones tribales pakistanaises.

Plus de 15 ans plus tard, cette région pleine de grottes difficile d’accès est devenue un fief du mouvement taleb afghan. Du moins jusqu’à ce jour. En effet, la branche afghano-pakistanaise de l’État islamique (province de Khorasan ou EI-K), vient de l’en chasser à l’issue d’une offensive lancée le 14 juin au matin.

« Les combattants de Daesh sont arrivés en grand nombre tôt mercredi matin [14/06] par la montagne pour lancer l’assaut contre Tora Bora. Les taliban n’ont pas résisté », a en effet affirmé un habitant, cité par l’AFP.

Un autre témoin a précisé que les assaillants sont arrivés « des districts d’Achin [fief de l’EI-K], d’Haska Mina et de Pachir Agam ». Et d’ajouter : « Tora Bora menaçait de tomber depuis un moment, malheureusement vous ne voyez que des taliban ou Daesh dans cette zone, il n’y a aucun contrôle gouvernemental. »

« La zone de Tora Bora dans le district de Pachir Agam est tombée aux mains des combattants de Daesh », a confirmé Ataullah Khogyani, un porte-parole du gouverneur de la province de Nangarhar. « Les forces de sécurité, l’armée, la police locale et des habitants en colère ont lancé une opération pour reprendre Tora Bora la nuit dernière, mais ils ne peuvent pas mener d’opération au sol dans cette zone montagneuse, pleine de grottes. Et il y a toujours de nombreux combattants taliban par là-bas », a-t-il continué.

Seulement, un porte-parole du mouvement taleb, Zabihullah Mujahid, a dit à peu près la même chose. « Nous avons essayé de résister mais nous avons échoué », a-t-il dit. « Avec les habitants, nous planifions une opération pour reprendre Tora Bora », a-t-il prétendu.

D’autres témoins contestent la version donnée par le cadre taleb sur la résistance opposée à leurs rivaux jihadistes. « Les taliban se sont enfuis quand les combattants de Daesh ont lancé leur offensive. Ils nous ont laissés seuls avec les femmes et les enfants, nous sommes des centaines de familles à nous être échappés quand Daesh est arrivé », a confié, à l’AFP, un responsable tribal. En tout cas, ce témoignage montre que les habitants de cette zone comptent plus sur les taliban que sur les forces afghanes pour les protéger de l’EI-K.

Cette prise de Tora Bora par l’EI-K intervient deux mois après le largage de la « mère de toutes les bombes » (GBU-43/B ou Massive Ordnance Air Blast Bomb – MOAB) par MC-130 de l’US Air Force Special Operations Command sur un complexe « de grottes et de tunnels » occupé par les jihadistes dans le district d’Achin (Nangarhar). Cette frappe avait 96 tués dans leurs rangs.

http://www.opex360.com/2017/06/15/letat-islamique-pris-le-controle-des-grottes-de-tora-bora-dans-lest-de-lafghanistan/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guerre en Afghanistan - Statut spécial -   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guerre en Afghanistan - Statut spécial -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» "L'armée n'aime pas les gens blessés"‎
» Guerre d'Afghanistan
» Police scientifique. Les syndicats réclament un "statut spécial".
» Constat sur la guerre en Afghanistan
» En Afghanistan on utilise des enfants pour poser des bombes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: