Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Intervention militaire au Mali - Opération Serval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 11 Jan 2017 - 16:52

Citation :
L’Allemagne va renforcer son engagement militaire au Mali


Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 11-01-2017




L’an passé, à pareille époque, Berlin avait décider de porter à 650 le nombre maximum de militaires de la Bundeswehr susceptibles d’être déployés au Mali, dans le cadre de la mission des Nations unies (MINUSMA), lancée en juillet 2013 pour stabiliser le pays. Et cela, afin de « soulager la France engagée en Syrie contre le groupe jihadiste État islamique ».

Cette année, le gouvernement allemand entend accentuer son engagement au sein de la MINUSMA en portant le plafond des effectifs de la Bundeswehr pouvant être envoyés au Mali à 1.000 soldats. Ce renfort doit permettre le déploiement de 8 hélicoptères, dont 4 NH-90 (transport et évacuation sanitaire) et 4 Tigre (attaque). Ces appareils sont réclamés depuis des semaines par le secrétaire général de l’ONU.

Cette décision de renforcer le contingent allemand au Mali doit encore être approuvée par le Bundestag, la chambre basse du Parlement. Mais, même si la mission au Mali est la plus dangereuse des Nations unies, le vote est a priori acquis. En outre, elle fait suite au dernier Livre blanc sur la Défense, lequel plaide pour que l’Allemagne joue un rôle militaire plus important au niveau international.

Le nombre de militaires allemands déployés au Mali n’a jamais atteint les 650 personnels. Selon un rapport du secrétaire général des Nations unies, la MINUSMA comptait, au 31 août 2016, seulement 251 soldats de la Bundeswehr. Sans doute que cet effectif a augmenté depuis, ne serait-ce que pour mettre en oeuvre les 3 drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) Heron 1 envoyé par Berlon à Gao pour des missions de surveillance et de reconnaissance.

Par ailleurs, Berlin a l’intention de construire une base aérienne au Niger, toujours en appui à la mission des Nations unies. Il est question d’y baser deux avions de transport Transall C-160. Ces appareils servent aussi à l’opération française Barkhane et de la mission européenne EUTM Mali.

Cela étant, si le contingent allemand déployé au Mali compte effectivement un millier de soldat, alors cette participation à la Minusma sera l’opération la plus importante menée par l’Allemagne, qui compte encore près de 800 soldats en Afghanistan.

Reste à voir ce qu’en pensera l’opinion publique allemande, traditionnellement peu favorable aux interventions militaires extérieures, surtout si jamais la Bundewehr subit des pertes au Mali.

« Les forces allemandes sont très bien équipées. Elles ont désormais des drones qui leur permettent de mieux tracer leur itinéraire. Elles savent comment faire face au danger. Mais c’est la mission de l’Onu la plus dangereuse. C’est l’ONU qui le dit. Et les chiffres lui donnent raison », a prévenu Hans-Peter Bartels, le commissaire parlementaire aux forces armées.

http://www.opex360.com/2017/01/11/lallemagne-va-renforcer-son-engagmeent-militaire-au-mali/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 11 Jan 2017 - 22:02

Citation :
Mali: l'UE prolonge de deux ans sa mission de formation des forces de sécurité


AFP 11/01/2017


L'Union européenne a prolongé mercredi pour deux ans sa mission de formation des forces de sécurité maliennes, dans un pays en état d'urgence qui vit toujours sous la menace de groupes jihadistes.
Les pays membres de l'UE ont prolongé son mandat jusqu'au 14 janvier 2019, précise dans un communiqué le Conseil de l'UE (qui représente les 28).
Cette mission civile, lancée en avril 2014 à destination de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale maliennes, est menée parallèlement une mission militaire de l'UE de formation des forces armées de ce pays africain.
Baptisée "EUCAP Sahel Mali", elle est établie à Bamako et dirigée par le diplomate allemand Albrecht Conze.
"Le Conseil a également alloué un budget de 29,7 millions d'euros à la mission pour la période allant du 15 janvier 2017 au 14 janvier 2018", est-il souligné dans le communiqué.
Il s'agit d'aider le gouvernement malien à réformer son secteur de la sécurité mais aussi "à maintenir son autorité sur l'ensemble du territoire", rappelle l'UE.
Le Mali lutte toujours sur son vaste territoire (1,2 million de km2) contre des groupes jihadistes, qui avaient occupé le nord du pays en 2012 avant d'être dispersés par une intervention internationale, toujours en cours.
La mission de l'ONU au Mali (Minusma), forte de 11.000 hommes, est régulièrement attaquée, tout comme les forces maliennes, au point d'avoir subi en 2016 les pertes les plus lourdes des forces onusiennes en activité.
Vendredi s'ouvre à Bamako un sommet Afrique-France qui doit être en partie consacré à la sécurité et aux besoins de formation sur le continent dans ce secteur.
La France en particulier, qui conduit l'opération Barkhane (une force contreterroriste active dans cinq pays du Sahel dont le Mali), souhaite réduire la nécessité de ses interventions militaires.

http://www.lorientlejour.com/article/1028607/mali-lue-prolonge-de-deux-ans-sa-mission-de-formation-des-forces-de-securite.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 11 Jan 2017 - 22:32

RIP
Citation :
Mali: cinq soldats maliens tués par l'explosion d'une mine


AFP 11/01/2017


Cinq soldats maliens ont été tués mercredi dans le centre du Mali lorsque leur véhicule a sauté sur une mine, ont indiqué à l'AFP des sources militaires maliennes.

L'explosion s'est produite entre les régions de Ségou et Mopti, dans le centre du pays, selon ces sources.
"Nous avons perdu cinq hommes. Leur véhicule a sauté sur une mine. Ils étaient tous dans le même véhicule", a déclaré un responsable de l'armée malienne, sans plus de détails.
L'information a été confirmée par une autre source militaire malienne, qui a mis en cause des "terroristes" sans identifier de groupes.

Les soldats tués étaient "une mission de l'armée qui allait dans la région de Ségou sécuriser une route en construction". Leur véhicule "a été pulvérisé" par l'explosion", a précisé cette source, ajoutant: "Ce sont les terroristes qui ont fait le coup".

Les engins explosifs, ajoutés aux attaques frontales et aux embuscades, causent de nombreux morts parmi les forces maliennes et les contingents étrangers de la mission de l'Onu (Minusma) déployés au Mali depuis 2013 pour lutter contre les jihadistes.
Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l'armée face à une rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Ces groupes en ont été en grande partie chassés à la suite du déclenchement en 2013, à l'initiative de la France, de l'opération militaire internationale qui se poursuit.
Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix censé définitivement isoler les jihadistes, dont l'application accumule les retards.

Longtemps concentrées dans le Nord, les attaques de jihadistes se sont étendues à partir de 2015 vers le centre, puis le sud du Mali.

http://www.lorientlejour.com/article/1028638/ali-cinq-soldats-maliens-tues-par-lexplosion-dune-mine.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 12 Jan 2017 - 21:01

Citation :
Mali : L’un des « cerveaux » présumés de l’attentat de Grand Bassam arrêté par la force Barkhane


Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 12-01-2017




Le 13 mars 2016, trois hommes armés tuèrent 19 personnes, dont 4 ressortissants français, à Grand Bassam, une station balnéaire proche d’Abidjan. Cette attaque, la première du genre en Côte d’Ivoire, fut revendiquée par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), en représailles de l’opération Barkhane, menée par la France dans la bande sahélo-saharienne.

Depuis, plus d’une dizaine d’individus suspectés d’avoir participé de près ou de loin à cet attentat ont été arrêtés, dont Alou Doumbia, présenté comme étant le logisticien du groupe ayant mené l’attaque contre Grand Bassam. Restait alors à remonter jusqu’aux organisateurs.

L’un d’entre-eux aurait ainsi été arrêté à Gossi, à l’ouest de Gao (Mali), par les forces françaises. L’information, donnée dans un premiers temps par responsable du ministère ivoirien de l’Intérieur, a été confirmée, ce 12 janvier, par une source sécuritaire malienne.

« Les militaires français ont arrêté mercredi le cerveau de l’attaque de la localité de Grand-Bassam », a en effet affirmé cette dernière, rapporte l’AFP. Une autre source sécurtaire malienne a identifié le suspect interpellé comme « Mimi Ould Baba Ould Cheikh, un jeune connu dans le nord du Mali ». Ce nom n’est pas totalement inconnu : il rappelle en effet celui de Baba Ould Cheikh, ancien maire de Takint (Nord-Mali), trafiquant de drogue notoire et proche du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao).

Côté français, on reste très prudent dans cette affaire. « Je vous confirme la capture de quatre individus dans la région de Gossi lundi dernier, dont l’un pourrait être lié aux attentats de Grand-Bassam. Les quatre personnes seront remises aux autorités maliennes », a déclaré le colonel Patrick Steiger, le porte-parole de l’État-major des armées (EMA). « La nature exacte du lien reste à confirmer », a-t-il ajouté, en réponse à une question sur le rôle du suspect interpellé dans l’attaque de Grand Bassam.

Selon un responsable malien, Ould Baba était surveillé « depuis quelques mois ». Et de préciser : « Il est allé un moment en Algérie. Il est revenu à Gao avant de prendre ses quartiers à Gossi. C’est lui qui a mobilisé les hommes, les moyens, le plan pour attaquer Grand-Bassam. » Le suspect est actuellement interrogé par les militaires français, dans l’attente de son transfert à Bamako, où doivent arriver des enquêteurs ivoiriens.

Quoi qu’il en soit, le ministère ivoirien de l’Intérieur ne doute pas de l’implication d’Ould Baha dans l’attaque de Grand Bassam. « Les éléments collectés par les services ivoiriens, la collaboration avec les services maliens, l’expérience et l’équipement des forces françaises ont permis d’opérer cette grosse prise », a-t-il fait valoir, via un communiqué.

L’enquête a « permis d’établir l’organigramme du groupe terroriste qui a planifié et perpétré l’attentat de Grand-Bassam », a continué la même source, qui précise que « Ould Baba, recherché depuis lors, apparaît dans la hiérarchie supérieure de ce groupe comme l’un des cerveaux impliqué à un très haut niveau. »

Pour autant, si Ould Baba est une « grosse prise », le cerveau de l’attaque de Grand Bassam, identifié comme Kounta Dallah, de nationalité malienne, court toujours.

http://www.opex360.com/2017/01/12/mali-lun-des-cerveaux-presumes-de-lattentat-de-grand-bassam-arrete-par-la-force-barkhane/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Dim 15 Jan 2017 - 15:05

Citation :
Le ministère de la Défense reconnaît que la force Barkhane a tué un « combattant mineur » au Mali


Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 14-01-2017




Le 16 décembre, le ministère de la Défense publia un communiqué (passé relativement inaperçu) relatif à un incident ayant eu lieu deux semaines plus tôt à Aguelhoc, dans le nord du Mali.

« Les armées françaises en opération ont neutralisé un membre d’un groupe armé terroriste chargé de localiser les éléments des forces françaises au profit de poseurs d’engins explosifs improvisés. Les circonstances précises de cette action sont en cours de vérification. Une enquête de commandement a été ordonnée à cette fin », pouvait-on lire dans ce court texte, qui insistait sur la « menace asymétrique persistante et meurtrière qu’exercent les groupes armés terroristes » contre la force Barkhane, l’armée malienne et la mission des Nations unies au Mali (MINUSMA).

Pourquoi publier un communiqué sur une opération somme toute classique? Une partie de la réponse fut donnée après une courte recherche sur Internet. Un article, repris quasiment à la virgule près par plusieurs médias maliens [comme ici], racontait alors que, à Tigabaten, un enfant de 10 ans, envoyé chercher des ânes par ses parents, avait été tué par un hélicoptère français et enterré sommairement.

Et, ce texte était accompagné de la retranscription d’une vidéo (qu’aucun support n’a pu mettre en ligne) dans laquelle les proches de cet enfant interpellait la force Barkhane, après avoir compté les obus près de sa tombe.

L’affaire en était restée là jusqu’au 13 janvier, date du l’ouverture d’un sommet Afrique-France organisé à Bamako. Ce jour-là, Jeune Afrique a repris le contenu de l’article diffusé sur les sites d’informations maliens après avoir eu accès au compte-rendu d’une réunion « tenue à huis-clos par des militaires de l’opération Barkhane » avec la MINUSMA.

« Un général de la force Barkhane a expliqué [...] que des soldats français avaient tiré sur un individu considéré comme étant un élément d’un groupe terroriste, puis l’avaient enterré sommairement » et « précisé que cette inhumation avait été menée dans le respect des procédures internes, ce qui laisse à penser que ce genre de pratique est courant. En fait d’un combattant, il s’agissait d’un enfant âgé, selon sa famille, de 10 ans », a écrit Jeune Afrique.

La publication de ce nouvel article a donc poussé le ministère de la Défense à donner sa version. Reprenant les éléments qu’il avait déjà avancés un mois plus tôt, il a indiqué que, au moment des faits, un « réseau de guetteurs agissant pour le compte d’un groupe armée terroriste [...] échangeait des informations relatives à un convoi logistique [...] approchant du secteur afin de permettre à des poseurs d’engins explosifs improvisés de tuer des soldats français. »

Après avoir rappelé que « le même mode opératoire avait été employé le 4 novembre dernier pour l’action qui a conduit à la mort de l’adjudant Fabien Jacq », tué par l’explosion d’un engin explosif improvisé au passage de son véhicule, le ministère de la Défense a expliqué que la « force Barkhane a alors décidé l’intervention d’une patrouille d’hélicoptères afin de faire cesser cette menace », ce qui a abouti à « la neutralisation d’un de ces guetteurs, qui s’est avéré être un mineur. » Et de préciser qu’une enquête, ouverte immédiatement après cet incident, est « toujours en cours ».

Que ce soit en Afghanistan, au Sahel, au Nigéria ou encore au Levant, les groupes jihadistes (mais pas seulement eux…) n’hésitent pas à embrigader des enfants pour en faire des messagers, des guetteurs voire des « kamikazes ». Était-ce le cas de ce mineur de 10 ans à Tigabaten ou bien y-a-t-il eu une méprise? L’enquête le dira.


http://www.opex360.com/2017/01/14/le-ministere-de-la-defense-reconnait-que-la-force-barkhane-tue-combattant-mineur-au-mali/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 16 Jan 2017 - 21:28

Citation :
Un attentat déjoué par les forces spéciales françaises peu avant le sommet de Bamako


Posté dans Afrique, Forces spéciales, Opérations par Laurent Lagneau Le 16-01-2017




L’organisation du sommet « Afrique-France », à Bamako, les 13 et 14 janvier, était un défi sur le plan sécuritaire, avec la présence d’une trentaine de chefs d’États et de gouvernements. Mais, visiblement, le pire a été évité, grâce aux forces spéciales françaises [Task Force Sabre].

En effet, quelques jours avant la tenue de ce sommet, ces dernières ont arrêté des jihadistes présumés dans le nord du Mali. Selon une source sécurité malienne, les individus interpellés « avaient des plans d’attaque de Bamako », sans plus de précision.

« Les Français ont joué un rôle essentiel pour que la sécurité du sommet soit assurée », a continué cette source, avant d’ajouter que « ces arrestations ont permis de procéder à d’autres arrestations de suspects ici à Bamako, et de découvrir que des jihadistes emprisonnés organisaient de leur côté un plan d’évasion. »

Cette information, qui n’a pas été démentie par le ministère français de la Défense, a été confirmée auprès de l’AFP par une source sécuritaire occidentale. « Un attentat sur Bamako en préparation a été déjoué. Des futurs kamikazes ont été arrêtés au nord par les forces spéciales françaises. Sur les kamikazes, il a été retrouvé un portable duquel il venait d’envoyer un message d’adieu à ses parents », a-t-elle affirmé.

Cela étant, même s’ils n’avaient pas été interpellés, il aurait été compliqué pour ces terroristes présumés d’arriver à leur fin, étant donné que plus de 10.000 hommes assuraient la sécurité du sommet de Bamako, sans compter le personnel dédié à la protection des personnalités.

« Bien avant le sommet, il était clair que les terroristes avaient prévu des actes de sabotage et que tout a été mis en œuvre pour les empêcher de passer à l’acte », a résumé un autre source, rapporte l’AFP.

L’on ignore si ces arrestations ont un rapport avec l’interpellation par les forces françaises, la semaine passée, à Gossi, près de Gao, de quatre individus, dont Mimi Ould Baba Ould Cheikh, l’un des responsables de l’attentat perpétré en mars 2016 à Grand Bassam [Côte d'Ivoire], et revendiqué par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

http://www.opex360.com/2017/01/16/attentat-dejoue-par-les-forces-speciales-francaises-peu-le-sommet-de-bamako/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 19 Jan 2017 - 18:30

Citation :
L’attentat contre un camp militaire de Gao revendiqué par le groupe jihadiste al-Mourabitoune


Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 19-01-2017




Selon Bamako, l’attentat-suicide commis à Gao, le 18 janvier, contre les combattants de groupes armés signataires de l’accord de paix au Mali, aurait fait, selon un dernier bilan, plus de 60 tués et 115 blessés. Et il a été rapidement revendiqué par le groupe jihadiste al-Mourabitoune, créé en 2013 lors de la fusion du Mouvement pour l’unité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) et les « Signataires par le sang » de Mokhtar Belmokhtar.

C’est ce même groupe qui, lié à al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), avait revendiqué l’attentat-suicide contre des éléments de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) à l’aéroport de Gao, le 28 novembre dernier, ainsi que, un an plus tôt l’attaque de l’hôtel Radisson Blu à Bamako.

« Nous mettons en garde tous ceux qui sont séduits par de la France pour qu’ils intègrent son alliance. Nous leur réaffirmons que nous n’accepterons pas de casernes, de sièges, de patrouilles ou de convois du colonisateur français qui combattent les moudjahidines », a affirmé Al-Mourabitoune, via un communiqué diffusé par l’agence mauritanienne Al-Akhbar. Le groupe a également donné l’identité du terroriste responsable de ce carnage : il s’agirait d’Abdel Hadi Al-Foulani, qui appartiendrait à l’éthie peule.

Ce dernier, au volant d’un véhicule aux couleurs du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC), l’organisme chargé d’organiser les patrouilles conjointes entre les ex-rebelles touareg et les miliciens pro-gouvernementaux prévues par l’accord de paix d’Alger, a forcé l’entrée du camp, écrasant au passage deux sentinelles, avant de foncer en direction de deux sections qui s’apprêtaient à partir en mission. Là, il a fait exploser la charge qu’il transportait.

Cet attentat, dont l’objectif est de faire dérailler le processus de paix, a été perpétré alors que Mokhtar Belmokhtar, « l’émir » d’al-Mourabitoune, a été visé par une frappe ciblée en novembre dernier, en Libye. Et il a été rapporté que le chef jihadiste aurait été blessé.

Cela étant, le Conseil de sécurité des Nations unies s’est réuni, le 18 janvier, pour évoquer la situation au Mali et la question de l’application de l’accord de paix entre les rebelles touareg et Bamako. Ainsi, l’ambassadeur français, François Delattre, a fait valoir que des sanctions seraient « extrêmement appropriées » pour contraindre les opposants à l’accord de paix. Mais pour cela, il faudrait déposer un projet de résolution allant dans ce sens.

D’après l’ambassadeur suédois Olof Skoog, qui préside le Conseil de sécurité en janvier, « la mise en oeuvre d’un régime de sanctions » n’est pas exclue. En tout cas, cette option a les faveurs d’Hervé Ladsous, le chef des opérations de maintien de la paix des Nations unies.

« En l’absence d’autorité étatique et des arrangements intérimaires, le phénomène terroriste prend des proportions de plus en plus inquiétantes au nord et au centre du Mali », a affirmé M. Ladsous. Et « si la situation sécuritaire continue à se détériorer ainsi, il n’y aura plus de paix à maintenir au Mali », a-t-il prévenu.

D’autant plus que la MINUSMA, forte de 13.000 Casques bleus, est régulièrement visée par les groupes jihadistes. Son chef, Mahamat Saleh Annadif, a une nouvelle fois déploré le manque de moyens, en particulier dans le domaine aérien. Et, sans hélicoptères, a-t-il fait valoir, « je ne peux rien faire. »

http://www.opex360.com/2017/01/19/lattentat-camp-militaire-de-gao-revendique-par-le-groupe-jihadiste-al-mourabitoune/
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4421
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Sam 21 Jan 2017 - 1:45

http://www.tsa-algerie.com/20170120/lutte-antiterroriste-sahel-militaires-francais-accusent-leurs-homologues-algeriens-de-negligence/ a écrit:

Lutte antiterroriste au Sahel : les militaires français accusent leurs homologues algériens de négligence

La coopération dans la lutte contre le terrorisme entre l’Algérie et la France est loin d’être bonne. Selon un parlementaire du PS (Parti socialiste), les militaires français se sont plaints des difficultés à joindre au téléphone leurs homologues algériens pour leur signaler la présence en Algérie de terroristes qui ont fui le Sahel.


« Quand on parle avec des responsables de la sécurité français, à propos du Sahel et notamment quand ils poursuivent des bandes terroristes, qui se réfugient derrière la frontière algérienne, il y a un problème quasiment de numéro de téléphone. Ils ont des contacts pour prévenir les Algériens, pour signaler les terroristes, mais au fond ça ne répond pas. Il y a une coopération, elle est meilleure que jamais, mais elle est encore insuffisante », a raconté Jean Galvany, mercredi devant l’Assemblée nationale française lors de la présentation d’un rapport d’information sur la coopération européenne avec les pays du Maghreb, rapporte LCP sur son site internet.

Ce rapport a été établi à l’issue d’une mission de six mois qui a été conduite par Jean Galvany et son collègue des Républicains Guy Teissier.

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 24 Jan 2017 - 23:22

RIP
Citation :
Mali : un Casque bleu tué dans une attaque au mortier


AFP 24/01/2017


Un Casque bleu de l'Onu au Mali a été tué et deux autres grièvement blessés lundi dans une attaque au mortier contre leur camp d'Aguelhok (nord-est), près de la frontière algérienne, a annoncé mardi la Mission des Nations unies (Minusma).

"Hier (lundi), en fin d'après-midi, plusieurs tirs de mortier ont visé le camp de la Minusma à Aguelhok", a précisé la force de l'Onu dans un communiqué, ajoutant que l'attaque "a coûté la vie à un Casque bleu et en a grièvement blessé deux autres". Le texte ne mentionne pas leur nationalité, mais la grande majorité des troupes à Aguelhok appartiennent au contingent tchadien.

https://www.lorientlejour.com/article/1031154/mali-un-casque-bleu-tue-dans-une-attaque-au-mortier.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 25 Jan 2017 - 19:33

Citation :
La France va « appuyer » les autorités maliennes dans leur enquête sur l’attentat de Gao


Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 25-01-2017




Le 18 janvier, à Gao, un attentat suicide, revendiqué depuis par le groupe jihadiste al-Mourabitoune, lié à al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) faisait au moins 77 tués et une centaine de blessés dans les rangs des combattants de groupes armés signataires de l’accord de paix au Mali.

Pour rappel, une pick-up aux couleurs du « Mécanisme opérationnel de coordination » (MOC), l’organe qui regroupe les forces armées maliennes (FAMa), les ex-rebelles la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), à dominante touareg, et combattants du Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia, pro-gouvernemental), a explosé alors qu’une patrouille mixte s’apprêtait à partir, peu après la cérémonie des couleurs.

Or, si le mode opératoire utilisé n’est pas surprenant de la part d’al-Mourabitoune, il n’est pas exclu que ce groupe jihadiste ait bénéficié de complicités internes. Ainsi, d’après RFI, « l’impression donnée aux témoins » est « que l’intérieur du camp était connu du conducteur. » Et d’ajouter que « cela laisse penser qu’il y a pu avoir des complicités en amont de l’attaque pour sa préparation ». D’autant plus que les collusions qui existent entre certains combattants des groupes signataires de l’accord de paix et les groupes terroristes sont « notoires ».

Quoi qu’il en soit, lors d’un Conseil de défense tenu ce 25 janvier, le président Hollande a demandé, sans donner de précisions, que des « mesures nécessaires » soient prises pour « appuyer les autorités maliennes dans la recherche des commanditaires de l’attentat. »

En outre, le locataire de l’Élysée a assuré que la France « restait pleinement engagée aux côtés de la mission des Nations unies, du gouvernement malien et des parties signataires, pour la mise en oeuvre de l’accord de paix et de réconciliation au Mali. » Et cet engagement, a-t-il ajouté, vaut « pour la lutte contre les groupes armés terroristes qui s’attaquent aux populations du Sahel. »

http://www.opex360.com/2017/01/25/la-france-va-appuyer-les-autorites-maliennes-dans-leur-enquete-sur-lattentat-de-gao/
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6563
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 26 Jan 2017 - 14:59

Gémini a écrit:
Je campe sur mes positions ,dsl les gars...
je n'ai rien contre les casques bleu et de toutes nationalité confondu .
Mon pays a brillament réussi cette operation d'arret de conquéte du Mali par aqmi,mais elle a echoué a "sécuriser" ce pays.



Les francais qui vont aux contact et les casques bleu (chinois compris) qui securisent/surveillent, sont freres d armes au Mali, voila pourquoi j ai trouvé deplacé, de remettre en cause, critiquer ou douter de leurs utilité sur place

Ce que tu as fait avec ce commentaire.

Citation :
Dommage qu'ils n'aillent pas au casse pipe.....  Rolling Eyes


pour les interet chacuns agit un minimum pour ses interets (francais compris), ce n est pas une critique tout le monde fait ainsi

ce qui est critiquable, c est pointer les "autres", ici en l occurence, les chinois, pour denoncer cela.

Encore plus quand ont fait le constat de la situation au Mali, ou la France y est presente militairement, et plus largement dans tout le Sahel et l Afrique de l Ouest, là ou les chinois y sont en tant que casque bleu sous mandat de l Onu comme des dizaines d autre nations.

Sa rejoint un peut la discussion sur les tensions en Mer de Chine, ou les US veulent moraliser les chinois

et il y a une phrase en marocain qui resume à merveille ce genre d attitude

Haramoune 3alaykoum, hallaloune 3alaya ( interdit pour vous, Autorisé pour moi )

C est cette attitude (reccurente envers les chinois), qui est critiquable.

d un point de vue purement militaire, effectivement l armee francaise à fait un excellent boulot, dans un theatre pas des plus evidant, cela personne ne le remet en cause.

Tant que les echanges restent courtois, tu n as pas à etre désolé, chacuns son point de vu Wink

_________________
Gloire à nos aieux  


Dernière édition par Alloudi le Jeu 26 Jan 2017 - 21:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
damix12
Adjudant
Adjudant
avatar

messages : 378
Inscrit le : 30/11/2016
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 26 Jan 2017 - 21:17

Je suis d'accord, je pense qu'on est moins indulgent avec la chine, c'est normal un pays qui, il n'y pas si longtemps faisait partie des plus pauvres au monde et qui aujourd'hui s'impose en tant que force militaire à l’international. Ca leur embouche un coin
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 1 Fév 2017 - 23:16

Citation :
EUTM Mali

Le 27 janvier, les militaires de la “force protection” de l’EUTM Mali ont effectué une démonstration au profit de 300 soldats maliens à Koulikoro.
Cette démonstration se déroulait dans le cadre des formations IHL (International Humanitarian Law) et « droit des conflits armés » dispensées par les instructeurs de l’EUTM Mali au profit des Forces Armées maliennes (FAMa).


PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 2 Fév 2017 - 17:39

Citation :
02.02.2017

Deux NH90 allemands sont arrivés au Mali et 6 autres hélicoptères vont suivre





Le hasard d'une étape à Wiesbaden, au QG de l'US Army en Europe, m'a permis de rencontrer l'inspecteur général de l'armée de terre allemande, le général Jörg Vollmer avec qui j'ai échangé sur le renforcement de la présence allemande au Mali, dans le cadre du déploiement onusien (photos Bundeswehr).

Berlin assure donc la relève des Pays-Bas, qui ont rapatrié leurs CH-47 Chinook et AH-64 Apache.



Les deux premiers des huit hélicoptères que l'armée allemande va déployer au Mali sont arrivés à Bamako à bord d'un Antonov 124-100. L'un est arrivé le 27 janvier, l'autre le 29. Le 31, ils étaient à Gao, accueillis avec faste:



Ils seront rejoints par deux autres NH90 et quatre hélicoptères d'attaque Tigre au cours des prochains jours.

Tous ces hélicoptères rejoindront Gao, à 1 200 km de Bamako où ils seront basés jusqu'à la mi-2018 en soutien de la mission des Nations Unis au Mali (Minusma).



Berlin gonfle ainsi son empreinte au sol au Mali et déploie 350 personnes supplémentaires. Au total, en combinant les effectifs au sein de la Minusma et ceux au sein de l'EUTM Mali (voir ici), l'Allemagne déploie 1 000 soldats au Mali.


http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/02/02/deux-nh9o-allemands-sont-arrives-au-mali-et-6-autres-helicop-17567.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 7 Fév 2017 - 21:25

Citation :
Cérémonie de décoration du 4ème contingent Chinois de la MINUSMA à Gao

Cérémonie de remise de médaille du 4ème contingent Chinois de la MINUSMA à Gao en présence du Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Chef de la MINUSMA, M. Mahamat Saleh Annadif et de l’Ambassadrice de la Chine S.E.Mme LU Huiying.



PHOTOS:
 
Photos : MINUSMA/Harandane Dicko
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1836
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 23 Fév 2017 - 16:26

Citation :
Mali: l'armée française abat un groupe armé

Par Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 23/02/2017 à 14:47 Publié le 23/02/2017 à 14:41
L'armée française a tué les membres d'un groupe armé qui avait ouvert le feu sur elle dans le nord du Mali près de la frontière algérienne, a annoncé aujourd'hui le porte-parole de l'état-major, le colonel Patrik Steiger. L'opération de la force Barkhane a eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi.

Le groupe a "ouvert le feu sur les soldats français qui ont riposté," a ajouté Patrik Steiger en précisant que quatre "terroristes" avaient été tués. Les militaires français ont saisi "deux mitrailleuses lourdes, deux lance-roquettes, quatre fusils d'assaut Kalachnikov et un nombre de munitions qui se comptent en centaines", a-t-il ajouté.
» Lire aussi - L'opération militaire française «Barkhane» traque les groupes terroristes au nord du Mali
Les djihadistes ont été en grande partie chassés du nord du Mali par l'intervention française Serval en 2013. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes, de l'Onu (Minusma) et de Barkhane, régulièrement visées par des attaques meurtrières.
La force Barkhane a tué ou capturé près de 150 "terroristes" au Sahel et saisi plus de six tonnes de munitions et explosifs en 2016, selon l'état-major français. Elle compte environ 3 500 hommes dans cinq pays du Sahel, à savoir la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/02/23/97001-20170223FILWWW00192-mali-l-armee-francaise-abat-un-groupe-arme.php
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Sam 25 Fév 2017 - 20:07

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 27 Fév 2017 - 23:02

Citation :
Mali : le «laboratoire» de tous les dangers


Publié le 27 février 2017/Actualité Stratégie et politique


Avec 118 morts, l’opération de l’Onu au Mali est la plus meurtrière de son histoire, en totalisant le quart de toutes ses pertes humaines au combat. Déployés en 2013 pour protéger le processus de paix, entraîner l’armée malienne, mais surtout, et pour la première fois, permettre à un pays de reconquérir son propre territoire, les 11 000 casques bleus venus d’Afrique ou d’Asie, totalement inexpérimentés en termes de contre-terrorisme, n’ont pas tardé à devenir des cibles de choix pour les djihadistes.

A l’heure où certains imaginent déployer les casques bleus en Syrie, en Libye ou en Irak, force est de constater que, sans capacité contre-terroriste, une telle décision serait criminelle. La Minusma semble de fait déconnectée des réalités. Elle n’a toujours pas doté sa base de Kidal de moyens suffisants pour détecter les tirs de roquettes qui la ciblent régulièrement. Son QG de renseignement, dirigé par le colonel M. Kerkhove, est installé à Bamako, soit à des années-lumière de la réalité du terrain touareg.

A Gao, la base installée à 500 m d’un quartier acquis aux djihadistes, totalement déficiente en périmètre de sécurité, a été frappée en janvier par un attentat qui visait les troupes mixtes qu’elle hébergeait et qui a fait 77 morts. Cette attaque était-elle une diversion destinée à faciliter un second attentat ? Au moyen d’un camion chargé de 600 kg d’explosifs ciblant les avions de Barkhane situés dans le périmètre français de ce camp militaire. Ce camion a été neutralisé à la limite du camp français et son dispositif de mise à feu n’a pas fonctionné. Mais cela révèle un niveau de complicité et le soutien logistique sans précédent des djihadistes.

A Tombouctou, les casques bleus suédois ont échappé par miracle à un attentat analogue. Une situation qui, pourtant, ne décourage pas les Nations unies. Elles espèrent en effet, grâce au «laboratoire malien», se doter de l’expérience et d’une doctrine destinée à préparer la «tendance asymétrique des futures opérations».

Une ambition qui semble néanmoins quelque peu contradictoire avec sa culture dominante. L’antiterrorisme vise avant tout un objectif de résultats, une conception souvent diamétralement opposée aux objectifs de moyens de l’administration onusienne.

http://www.ttu.fr/mali-laboratoire-de-dangers/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 28 Fév 2017 - 15:25

Citation :
AQMI appelle aux représailles contre Barkhane


28 février 2017/ Actualité des forces




Preuve de son importance pour les capacités opérationnelles de l’organisation, AQMI vient de produire un long éloge nécrologique d’un de ses chefs tué un an plus tôt, en février 2016, par des frappes ciblées françaises. Abou Al-Nour Al-Andalousi, de son vrai nom Zakaria Mohamed Said, un Espagnol originaire de Melilla, avait été la cible d’un raid mené dans la région de Tombouctou.

Selon ce document, l’ancien responsable des opérations du bataillon Al-Forqan, fer de lance d’AQMI, aurait été à l’origine de plusieurs attaques contre les forces françaises et les casques bleus de la Minusma dans la région de Tombouctou. Il avait été tué avec l’un de ses combattants, un Egyptien appelé Marouan Al-Misri. Cette katiba y apparaît composée de combattants de plusieurs nationalités, dont des Touaregs, des Marocains et des Tunisiens.

Un raid similaire avait été mené dans le même temps sur la région de Gao, ciblant un porte-parole d’Al-Mourabitoun, un Saoudien, Abou Doujana Al-Qassimi, mais qui en avait réchappé.

Bien que cette hagiographie intervienne tardivement, elle démontre la volonté d’AQMI de remobiliser ses rangs, et reprendre la main sur un terrain «historique» que se disputent aujourd’hui d’autres organisations, dont l’Etat islamique. Avec un ennemi commun : la force Barkhane, et ses alliés, contre laquelle AQMI appelle là encore à frapper, en représailles de ses morts.

http://www.ttu.fr/aqmi-appelle-aux-represailles-contre-barkhane/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 2 Mar 2017 - 17:57

Citation :
02.03.2017

16 VBCI du 2e RIMa déployés à Gao au sein du GTD-blindé du RICM





La 9e BIMa renforce son engagement dans la BSS.

Selon l'EMA, 16 Véhicules Blindés de Combat d’Infanterie (VBCI) sont arrivés sur la plate-forme opérationnelle désert (PFOD) de Gao, le 9 février. Ils ont été affectés au groupement tactique désert - blindé (GTD-B).

Le 1er mars 2017, les unités qui les servent (2e RIMa majoritairement et RICM) ont réalisé leur première patrouille dans la ville de Gao.

"Ce déploiement des VBCI offre des capacités complémentaires aux véhicules de combat déjà présents sur le théâtre. Ils assurent une protection supérieure face aux dangers mines et IED, offrent une grande mobilité, des capacités accrues en termes d’emport, de franchissement, d’observation et de tir ainsi qu’une empreinte logistique optimisée", explique l'EMA.


http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/03/02/16-vbci-du-2e-rima-deployes-a-gao-17721.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 3 Mar 2017 - 20:10

Citation :
Troisième général belge à la tête d’une mission en Afrique



Le général-major Jean-Paul Deconinck a été désigné jeudi en tant que commandant de la United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA). Il devient, de la sorte, le troisième général belge à exercer temporairement une fonction de commandement en Afrique.

Le général-major Deconinck rejoint, de la sorte, deux autres généraux belges à la tête de missions africaines. Les généraux de brigade Peter Devogelaere et Herman Ruys dirigent actuellement les missions européennes d’entraînement respectivement au Mali et en République centrafricaine.

Depuis début 2012, le Mali, pays d'Afrique de l'Ouest, est confronté à des menaces de diverses organisations terroristes, dont la branche ouest-africaine d'Al-Qaida. Raison pour laquelle le Conseil de sécurité des Nations unies décidait de lancer en décembre 2012 une mission dirigée par des Africains au Mali : l'AFISMA (African-led International Support Mission in Mali).

Deux mois plus tard, l'Union européenne entamait une mission d’entraînement (EUTM Mali) visant à renforcer l'armée malienne. Le 25 avril 2013, le Conseil de sécurité des Nations unies autorisait par la résolution 2100 la reprise de la mission AFISMA par la force de maintien de la paix MINUSMA (United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali).

Avec la MINUSMA, l'ONU souhaite soutenir le processus politique au Mali ainsi qu’un certain nombre de tâches sécuritaires. Ainsi, la mission permettra de stabiliser les principaux noyaux de population, d’étendre l'autorité de l'État à tout le pays, d’aider à la mise en place d’un plan de transition destiné au gouvernement et de promouvoir les droits de l'homme.

En matière de sécurité, la MINUSMA devrait, entre autres, protéger la population malienne et le personnel des Nations unies ainsi qu’encourager les efforts visant à juger les criminels de guerre. En outre, la MINUSMA souhaiterait soutenir l'acheminement des secours et l’aide à la protection du patrimoine culturel du Mali.

Afin d’accomplir cette mission, la MINUSMA a déjà engagé 15 000 membres du personnel (militaires et civils) provenant de 53 pays. La Belgique fournit maintenant le force commander.


Texte : Stijn Verboven - Photo : Daniel Orban 03/03/2017


http://www.mil.be/fr/article/troisieme-general-belge-la-tete-dune-mission-en-afrique
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 3 Mar 2017 - 21:25

Citation :
Les hélicoptères CH-47 Chinook néerlandais victimes d’une « usure excessive » au Mali


Posté dans Afrique, Forces aériennes, Opérations par Laurent Lagneau Le 03-03-2017




Il y a plus de deux ans, les Pays-Bas ont déployé des hélicoptères AH-64D Apache et CH-47 Chinook à Gao, dans le cadre de leur participation à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA).

Seulement, et alors que les besoins dans ce domaine peinent à être satisfaits, le gouvernement néerlandais a annoncé, en octobre 2016, son intention de retirer les 6 appareils de la Koninklijke Luchtmacht (KLu) et de réduire les effectifs de son contingent au Mali, en les ramenant à 290 militaires.

Dans le même temps, l’Allemagne a fait part de son intention de d’envoyer au Mali des hélicoptères Tigre et NH-90 TTH afin de remplacer les appareils néerlandais.

En janvier, les AH-64D Apache sont donc rentrés aux Pays-Bas. Et les CH-47 Chinook viennent d’en faire de même. À cette occasion, le ministère néerlandais de la Défense a publié un communiqué pour donner les raisons de ce retrait.

Ainsi, l’on apprend – sans surprise – que le retour des Chinook de la KLu était nécessaire étant donné leur « usure excessive » causée par le sable. Les trois appareils vont donc subir des « réparations majeures » pendant « quelques mois ». Au total, ces hélicoptères auront effectué environ 2.500 heures de vol, notamment pour assurer le transport de troupes et des évacuations médicales.

Les quatre AH-64D Apache ont également souffert des conditions propres à la bande sahélo-saharienne. Actuellement, ils sont « soigneusement inspectés et débarrassés du sable ». Ils devraient à nouveau opérationnels dans « environ 6 mois ».

Le sable fin est une plaie pour les hélicoptères. Et les Caracal utilisés par la force Barkhane en savent quelque chose. Sachant que leurs turbines (dont le coût unitaire et de 850.000 euros) ont une durée de vie de 3.000 heures en temps normal, elles ne durent qu’entre 60 et 106 heures dans la bande sahélo-saharienne.

http://www.opex360.com/2017/03/03/les-helicopteres-ch-47-chinook-neerlandais-victimes-dune-usure-excessive-au-mali/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 7 Mar 2017 - 20:32

Citation :
Mission des Nations Unies au Mali - MINUSMA a ajouté 2 photos.

Le 1er mars, sur le Camp Castor de Gao, a eu lieu la cérémonie officielle de transfert de responsabilité en matière de soutien aérien, entre les détachements néerlandais et allemand de la MINUSMA.
En effet, les hélicoptères allemands ont remplacé ceux du contingent des Pays-Bas. Des responsables civils et militaires de la mission, ainsi que des membres du corps diplomatique accrédité au Mali, ont participé à l’évènement.
Dans son discours, le Commandant de la Force de la MINUSMA par intérim, le Général Major Amadou Kane, a félicité les Casques bleus néerlandais pour leur dévouement envers la Mission onusienne. Il a aussi remercié les Pays-Bas pour leur contribution à la MINUSMA et à la paix au Mali.



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 20 Mar 2017 - 20:01

Citation :


La force Barkhane maintient la pression sur les groupes armés terroristes

FORCESFRANCAISES

Ajoutée le 20 mars 2017


La force Barkhane maintient la pression sur les groupes armés terroristes.
Importante saisie de munitions dans le Nord Mali.



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20010
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 23 Mar 2017 - 22:29

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire au Mali - Opération Serval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 13 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» 07 février Évolution du dispositif terrestre Opération Serval
» 2009-__Sahel, Mali, Libye, "Serval", MINUSMA, "Juniper Micron", "Barkhane"
» Un détachement de parachutistes du 1er RCP de Pamiers a été engagé au Mali dans le cadre de l'opération Serval. Les militaires appaméens ont pris pied sur l'aéroport de Gao.
» Paris - Suicide d'un militaire de l'opération Sentinelle .
» Opération Serval, compil en HD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: