Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Intervention militaire au Mali - Opération Serval

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeJeu 2 Avr 2015 - 22:08

Rappel du premier message :

Citation :
Mission des Nations Unies au Mali - MINUSMA

Hier en fin d'après-midi, une cérémonie de transfert d'autorité a eu lieu au quartier général de la Mission à Bamako à l'occasion de la prise de fonctions du général Lollesgaard comme Commandant de la Force.

Le transfert d'autorité entre le Commandant de la Force par Interim le général Bikimo et le général Lollesgaard s'est déroulé en présence notamment du Chef de la MINUSMA M. Mongi Hamdi.

Le général danois Michael Lollesgaard succède ainsi au général rwandais Jean Bosco Kazura.

Le général Lollesgaard a occupé plusieurs postes de responsabilité au sein de l’armée danoise, et au niveau international pendant les 30 dernières années. Il a notamment servi dans des missions de maintien de la paix en Irak et dans les Balkans, et dirigé le centre multinational de formation aux opérations de soutien de la paix en Bosnie-Herzégovine entre 2007 et 2009.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 752
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 836
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 932
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeLun 18 Fév 2019 - 18:30

Citation :
Une possible méprise entre soldats allemands et maliens fait un blessé grave

par Laurent Lagneau · 18 février 2019


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 00b8e32

Que s’est-il exactement passé dans la région de Gao, le 16 février au soir? Ce jour-là, une patrouille allemande a été envoyée à une cinquantaine de kilomètres de Camp Castor pour aller récupérer un véhicule de transport de troupe belge de la Mission des Nations unies au Mali [MINUSMA].

Si la première partie de cette mission s’est bien passée, les choses se sont compliquées au retour. En effet, a expliqué un porte-parole de la Bundeswehr, le convoi « a essuyé des tirs dans l’obscurité » alors que la « situation était incertaine ». Les soldats allemands ont riposté avant de poursuivre sans encombre leur route vers Gao.

Ce n’est que plus tard qu’il s’est avéré que les échanges de tirs avaient apparemment impliqué la patrouille allemande et un détachement des Forces armées maliennes [FAMa].

« Nous ne pouvons pas encore confirmer si le soldat [malien] a été touché par les forces allemandes », a déclaré le porte-parole des opérations de la Bundeswehr, depuis Potsdam. Une enquête a été ouverte pour déterminer les raisons qui auraient pu conduire les soldats maliens à ouvrir le feu sur le convoi allemand.

Pour rappel, environ 1.000 soldats allemands sont actuellement déployés au Mali au titre de la MINUSMA ou de la mission européenne EUTM Mali. Depuis Gao, ils patrouillent dans les environs du Camp Castor sans prendre part aux opérations anti-terroriste.

http://www.opex360.com/2019/02/18/une-possible-meprise-entre-soldats-allemands-et-maliens-fait-un-blesse-grave/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeVen 22 Fév 2019 - 17:49

Citation :
Mali: Paris annonce l’élimination du chef jihadiste d’Aqmi Yahia Abou Hammam

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 00b8e50
Commando français dans la région de Tombouctou au Mali.
© RFI/Olivier Fourt

Par RFI Publié le 22-02-2019 • Modifié le 22-02-2019 à 16:58



L’armée française annonce avoir éliminé Djamel Okacha, connu sous le nom de Yahia Abou Hammam, chef jihadiste d’al-Qaïda dans le Sahel. Ce jeudi 21 février dans l'après-midi, des véhicules suspects ont été repérés au nord de Tombouctou. Après des échanges de tirs, les hélicoptères de la force Barkhane, en appui des commandos terrestres, ont neutralisé ces véhicules. Bilan : onze terroristes mis hors de combat, des pickups et de l’armement ont également été saisis. Le corps Yahia Abou Hammam et ses deux principaux adjoints ont pu être formellement identifiés, selon l'état-major de l'armée française. Une annonce qui intervient le jour de la visite attendue au Mali du Premier ministre, Edouard Philippe.

Djamel Okacha, ou Yahia Abou Hammam, de son nom de guerre, jihadiste algérien et combattant aguerri, était un fidèle de l'émir d'al-Qaïda au Maghreb islamique, Abdelmalek Droukdel. Proche également de Mokhtar Belmokhtar et d'Abou Zeid, d'autres importants chefs islamistes, Yahia Abou Hammam avait été nommé par Aqmi émir du Sahara en 2012.

Il avait participé en 2017, à la formation du GSIM, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans. Une alliance jihadiste dirigée par le Touareg malien Iyad Ag Ghaly. Sur la vidéo diffusée pour annoncer la création du GSIM, il apparaît d'ailleurs juste à côté de ce dernier dont il était officiellement le numéro deux.

Financier d’Aqmi

C'est donc un chef de premier plan que perd cette organisation, concepteur et financier de nombreuses attaques dans le Sahel ces dernières années. En 2009, il est notamment soupçonné d'être impliqué dans la mort d'un Américain à Nouakchott et dans l'attaque de l'ambassade de France en Mauritanie.

Yahia Abou Hammam faisait toujours « planer une menace majeure sur toute la région », selon l'état-major de l'armée française. Dans un communiqué le ministère de la Défense estime que sa disparition « permet d'enrayer la dynamique du terrorisme », car « sans chef, plus de direction ni de coordination ». En un an, le GSIM aura perdu trois de ses principaux chefs, tous adjoints proches d'Iyad Ag Ghaly.

http://www.rfi.fr/afrique/20190222-mali-france-annonce-elimination-chef-jihadiste-aqmi-okacha-yahia-abou-hammam
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeLun 25 Fév 2019 - 16:57

Citation :
Mali : Une nouvelle frappe française élimine une quinzaine de jihadistes dans la région de Mopti

par Laurent Lagneau · 25 février 2019


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 00b8h41

Ces derniers jours ont été mouvementés au Mali. Après l’élimination de l’algérien Djamel Okacha [alias Yahia Abou al-Hamman], le numéro deux du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM], la mort de trois Casques bleus guinées près de Bamako lors d’une attaque attribuée à des « bandits » et un attentat ayant échoué contre le camp Boubacar Sada Sy, qui abrite les instructeurs militaires de l’EUTM Mali à Koulikoro, on apprend que la force française Barkhane a une nouvelle fois frappé la Katiba Macina, le 23 février, dans la région de Mopti.

Comme cela fut le cas dix jours plus tôt au même endroit, une « manoeuvre de renseignement » a d’abord permis de repérer et d’identifier un rassemblement de jihadistes dans le secteur de Dialloubé [ou Dialoubé], situé au sud-ouest de Tombouctou. Puis, l’état-major de Barkhane a décidé d’intervenir, en envoyant une patrouille de Mirage 2000, appuyée par un drone MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] MQ-9 Reaper sur les lieux de cette concentration de terroristes, appartenant à la Katiba Macina.

Résultat : la frappe aérienne effectuée par les avions de combat français a permis de mettre « hors de combat » une « quinzaine » de jihadistes, a indiqué, ce 25 février, l’État-major des armées. Ce dernier précise, comme la dernière fois, que cette opération a été conduite en coordination avec les Forces armées maliennes [FAMa].

« Ce nouveau succès, qui s’inscrit dans la continuité d’opérations menées dans cette même zone au cours des dernières semaines, cherche à réduire toujours plus le niveau de menace dans cette région peu accessible du delta intérieur du Niger », fait encore valoir l’EMA.

À noter que cette opération a été menée par Barkhane alors que le Premier ministre, Édouard Philippe, et la ministre des Armées, Florence Parly, se trouvaient au Mali pour y rencontrer notamment les militaires français déployés à Gao.

« Soldats de Barkhane, vous obtenez des résultats opérationnels remarquables, décisifs. […] Vous êtes parvenus à détruire leurs moyens de combat, à intercepter leurs flux logistiques, à tarir leurs ressources. Nous devons le répéter : chaque jour, nos ennemis subissent des pertes importantes, ce qui réduit d’autant leur capacité de nuisance », a ainsi affirmé M. Philippe.

« De nombreux chefs et membres des différents groupes terroristes ont été mis hors de combat », a continué le Premier ministre, avant d’estimer que « si la menace djihadiste n’a pas disparu », elle « est désormais contenue, endiguée ». Ce qui fait que le « combat n’est pas terminé », a-t-il ajouté.

Quant aux frappes françaises effectuées également dans le secteur de Dialloubé, le 13 février dernier, les FAMa ont précisé plus tard qu’elles avaient éliminé « plus d’une dizaine de terroristes » de la katiba Macina et permis « la libération de deux otages de CARE-Mali ».

La force Barkhane tient particulièrement à l’oeil cette formation jihadiste, affiliée au GSIM. Son chef, Amadou Koufa, a en effet été éliminé en novembre dernier, lors d’une opération ayant mobilisé des moyens importants.

Photo : Départ et vol d’une patrouille, composée d’un Mirage 2000D et d’un Mirage 2000C RDI – Archive (c) EMA/Armée de l’Air

http://www.opex360.com/2019/02/25/mali-une-nouvelle-frappe-francaise-elimine-une-quinzaine-de-jihadistes-dans-la-region-de-mopti/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeMar 26 Fév 2019 - 19:05

Citation :
Mission des Nations Unies au Mali - MINUSMA a ajouté 6 photos.

Le Chef de la MINUSMA, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif, accompagné du Commandant de la Force de la MINUSMA, Dennis Gyllensporre, s’est rendu hier après-midi, à la Base aérienne 101 à Sénou, pour souhaiter la bienvenue à l’unité de transport aérien de la Tunisie.

Déployée au sein de la MINUSMA depuis la semaine dernière, l’unité est composée de 75 personnes et d’un avion C-130. Celui-ci a déjà effectué son premier vol, le 22 février dernier.
Le Représentant Spécial a salué la contribution de la Tunisie à la MINUSMA, qui compte parmi ses 75 membres, une femme pilote, première en poste au sein d’une Mission de maintien de la paix des Nations Unies. M. Annadif a souhaité pleins succès aux hommes et aux femmes de ce nouveau pays contributeur.
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 00b8e63
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 683822
PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeSam 2 Mar 2019 - 0:13

Citation :
Estado Mayor de la Defensa. EMAD. España
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 00b8j55
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 00b8j126
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 00b926
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeDim 3 Mar 2019 - 16:10

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeVen 8 Mar 2019 - 16:17

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeLun 11 Mar 2019 - 15:08

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeMar 12 Mar 2019 - 0:17

Citation :
Mali : Deux militaires français sérieusement blessés lors d’une attaque jihadiste « complexe »

par Laurent Lagneau · 11 mars 2019


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _924

Le mois dernier, un poste de commandement de coordination et de sécurité [PCCS] a été créé à Ménaka, avec des représentants de la force Barkhane et des forces armées maliennes [FAMa] afin de réunir chaque semaine les responsables de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale malienne ainsi qu’un bataillon nigérien de la Mission des Nations unies.

En outre, dans le même secteur, précisément à Anderamboukan [sud-est de Ménaka], la construction d’une base opérationnelle avancée temporaire [BOAT], au profit des FAMa a commencé, a commencé à Anderamboukan.

Or, c’est dans cette région du Liptako, où la force Barkhane mène régulièrement des opérations, que deux militaires français ont été sérieusement blessés, le 10 mars, lors d’une attaque « complexe » de leur bivouac, à Akabar, près de la frontière avec le Niger, au sud-ouest de Ménaka.

Selon l’État-major des armées, les assaillants ont d’abord envoyé un véhicule piégé [VBIED] qui a été arrêté à des tirs à « trente mètres des militaires de Barkhane ».

Puis une quinzaines de jihadistes, sur des motos, ont surgi en direction des Français, qui les ont repoussés par des tirs. Dix minutes après le début de cette attaque, une patrouille de Mirage 2000 a survolé le secteur pour vol à très basse altitude [show of force]. Ce qui a mis les terroristes en fuite.

Les deux militaires français ont a priori été sérieusement blessés lors de l’explosion du pick-up piégé. Ils ont depuis été évacués vers un hôpital d’instruction des armées de la région parisienne.

Quant aux assaillants, le porte-parole de l’EMA, le colonel Patrik Steiger a indiqué qu’ils n’avaient pas subi « de pertes apparentes », si ce n’est le conducteur du VBIED. Et la poursuite des jihadistes, appartenant sans doute à l’État islamique au grand Sahara [EIGS], n’a rien donné pour le moment.

« On va dans cette zone [le Liptako] sciemment, pour leur contester le terrain et éviter qu’ils s’y implantent ou s’y réimplantent », a expliqué le colonel Steiger, à l’AFP.

Photo : Archives (c) EMA

http://www.opex360.com/2019/03/11/mali-deux-militaires-francais-serieusement-blesses-lors-dune-attaque-jihadiste-complexe/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeMar 12 Mar 2019 - 18:11

Citation :
Mali : Pour Paris, il est désormais « vraisemblable » que le chef jihadiste Amadou Koufa soit encore vivant

par Laurent Lagneau · 12 mars 2019


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _335

Le 23 novembre 2018, à l’issue d’un raid audacieux de la force Barkhane dans la région de Mopti, les autorités françaises et maliennes avaient annoncé la mort d’Amadou Koufa, un prédicateur peul devenu chef de la katiba « Macina », liée au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM] dirigé par Iyad Ag Ghali.

Dans un premier temps, toutefois, l’État-major des armées [EMA] s’était voulu prudent en utilisant le conditionnel. Puis il avait confirmé le décès du chef jihadiste dans l’un de ses points de situation hebdomadaires. Et, devant les députés, la ministre des Armées, Florence Parly, tint la mort d’Amadou Koufa pour acquise.

Côté malien, on assura que s’il avait réussi à s’enfuir lors du raid de Barkhane [qui fit une trentaine de tués dans les rangs jihadistes], le chef de la katiba Macina était « décédé des suites de ses blessures ». Or, le souci, comme le confiera plus tard une source militaire française à RFI, est qu’aucune preuve « tangible » ne fut avancée pour confirmer avec certitude la mort de Koufa, laquelle fut par ailleurs démentie par le GSIM et al-Qaida au Maghreb islamique [AQMI].

Depuis, Amadou Koufa serait réapparu, fin février, dans une vidéo le montrant dialoguer, tantôt en anglais, tantôt en arabe, avec deux hommes au visage masqué. Restait donc à vérifier l’authenticité de ce film d’une vingtaine de minutes.

Une dizaine de jours plus tard, le ministère des Armées a rendu sa conclusion. « Il est vraisemblable que ce soit lui » et qu’il « soit donc toujours en vie », a confié, rapporte l’AFP, le colonel Patrik Steiger, le porte-parole de l’EMA.

Pour rappel, et aux dires du général Frédéric Blachon, le commandant de la force Barkhane, la katiba Macina est l’une des « plus dangereuses » au Mali. Apparu pour la première fois en janvier 2015 et disposant de nombreux combattants, pour la plupart issus du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest [MUJAO] et appartenant à la communauté Peule, ce groupe jihadiste cherche à attiser les rivalités intercommunautaires dans le centre du Mali.

Cette organisation « adopte une stratégie quasi insurrectionnelle en s’attaquant aux représentants de l’État et aux symboles de l’autorité », a récemment résumé le général Blachon, dans les colonnes du quotidien Le Monde.

Quoi qu’il en soit, si Koufa est encore vivant, le raid français auquel il a échappé ne pourra le rendre qu’encore plus méfiant, déjà qu’il se montrait très prudent dans ses déplacements et apparitions publiques [ce qui lui a valu d’être surnommé « l’insaisissable »]. D’après Jeune Afrique, l’informateur de la force Barkhane qui avait permis l’opération du 23 novembre aurait été « exécuté » par les jihadistes.

Photo : capture d’écran

http://www.opex360.com/2019/03/12/mali-pour-paris-il-est-desormais-vraisemblable-que-le-chef-jihadiste-amadou-koufa-soit-encore-vivant/
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
PGM

messages : 10785
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena21Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena31
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena23Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena20
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Ambass10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeLun 18 Mar 2019 - 9:56

21 soldats maliens tués lors d'une attaque ce matin.

RIP

_________________
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Marche12
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeLun 18 Mar 2019 - 17:11

RIP Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_sal

Citation :
Une attaque jihadiste inflige de lourdes pertes aux forces armées maliennes à Dioura

par Laurent Lagneau · 18 mars 2019


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _355

Le 17 mars, à l’aube, plusieurs dizaines de jihadistes, venus à moto et à bord de pickups, ont attaqué le camp des Forces armées maliennes [FAMa] installé à Dioura, une localité située entre la frontière avec la Mauritanie et Mopti, dans le centre du Mali. Et l’effet de surprise a dû jouer à plein au regard des lourdes pertes subies par les soldats maliens.

Si aucun bilan officiel n’a pour le moment été donné par Bamako, plusieurs sources ont évoqué une vingtaine de tués parmi les FAMa. L’opposition malienne, réunie au sein du « Front pour la Sauvegarde de la Démocratie », parle d’une « vingtaine de disparus » et d’un « nombre indéterminé de blessés ». En outre, poursuit-elle, il y aurait également « huit véhicules brûlés, dont des (camions) citernes et huit véhicules équipés d’armes de guerre emportés par les assaillants. »

Quant à l’état-major des FAMa, il a publié trois communiqués au sujet de cette attaque, dont un pour préciser que « l’aviation militaire survolait la localité » et que des « renforts terrestres étaient en mouvement. » Puis, il a annoncé la reprise du camp de Dioura à 16 heures. On ignore si la force française Barkhane a été sollicitée pour intervenir.

Selon les FAMa, cette attaque aurait été dirigée par un certain Ba Ag Moussa, alias Bamoussa Diarra, un ex-colonel malien ayant déserté pour rejoindre les rangs jihadistes en 2012. Depuis, il est devenu un proche d’Iyad Ag Ghali, le chef du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM], une organisation qui fédére pluieurs groupes jihadistes, dont une katiba d’al-Qaïqa au Maghreb islamique [AQMI], Ansar Dine et le Front de libération du Macina [ou Ansar al-Din Katiba Macina].

Le mode opératoire suivi par les jihadistes rappelle celui des deux attaques qui visèrent, en 2015 et en 2016, le camp des FAMa implanté à Nampala, localité située à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Dioura. L’une avait été attribuée à AQMI tandis que l’autre, qui fut 17 tués dans les rangs maliens, fut revendiquée par la Katiba Macina.

La situation dans le centre du Mali demeure difficile, malgré les opérations récemment conduite par la force Barkhane. Le 12 mars, deux véhicules des FAMa et de la gendarmerie malienne ont été détruits par des engins explosifs improvisés [IED] dans les environs de Hombori et de Dialloubé [au moins 6 tués au total].

http://www.opex360.com/2019/03/18/une-attaque-jihadiste-inflige-de-lourdes-pertes-aux-forces-armees-maliennes-a-dioura/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeJeu 28 Mar 2019 - 18:10

Citation :
Un hélicoptère Chinook canadien de l’ONU a assuré une évacuation médicale au profit de la force Barkhane

par Laurent Lagneau · 28 mars 2019


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _259

Le 10 mars dernier, dans le secteur d’Akabar [Mali], près de la frontière nigérienne, plusieurs militaires français ont été blessés [dont deux gravement] quand leur détachement a été la cible d’une attaque « complexe », avec l’explosion d’un véhicule piégé [VBIED] à 30 mètres de sa position suivie par un assaut impliquant au moins une quinzaine de jihadistes à moto. Une patrouille de Mirage 2000 a alors effectué une démonstration de force, ce qui a mis les terroristes en fuite.

La communication de l’État-major des armées [EMA] n’a pas donné de détails au sujet de l’évacuation médicale [MEDEVAC] des blessés, si ce n’est que les deux plus sérieusement touchés ont été rapatriés le jour même vers la métropole pour être admis dans un hôpital d’instruction des armées [HIA] de la région parisienne.

Les précisions ont été données un peu plus de deux semaines plus tard, lors d’un entretien donné à la Presse canadienne par le colonel Travis Morehen, le commandant de l’opération « Presence – Mali », dont du contingent canadien de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unie au Mali [MINUSMA].

Pour rappel, depuis juillet 2018, le Canada a déployé, à Gao [Mali] 8 hélicoptères, dont 3 CH-47F Chinook [transport] et 5 CH-146 Griffon [attaque, escorte].

« Les hélicoptères CH-47F Chinook sont disponibles pour mener des évacuations médicales. Ils peuvent également conduire d’autres missions pour soutenir la MINUSMA », comme le transport de troupes, de matériel, de fret et de nourriture ou encore l’aide au déploiement rapide des forces de l’ONU, précise le ministère canadien de la Défense.

Or, le 10 mars, l’un de ces CH-47F Chinook a été sollicité non pas par la MINUSMA mais par la force Barkhane. « Les Canadiens ont appris l’existence de l’attaque [d’Akabar] quand un officier français du camp de l’opération Barkhane à Gao les a informés, ajoutant qu’une évacuation médicale d’urgence pourrait être nécessaire », a raconté le colonel Morehen.

C’est ainsi que trois hélicoptères canadiens [1 CH-47F et 2 CH-146] sont arrivés les lieux de l’attaque deux heures après avoir décollé de Gao, soit une fois les combats terminés. Et cela, « avec l’approbation du commandant de la mission de l’ONU », a souligné le colonel Morehen.

Le CH-47F Chinook, configuré comme un « hôpital volant » et avec les militaires français blessés son bord, a regagné Gao d’une traite. Mais pendant une partie du vol, il a été privé d’escorte, les deux CH-146 ayant dû se poser pour faire le plein. « Cela augmente le risque. Mais nous avons considéré le besoin de renvoyer les blessés dans des centres médicaux le plus rapidement possible », a justifié le l’officier canadien.

Cela étant, la force Barkhane dispose de ses propres moyens pour assurer des missions MEDEVAC, dont un avion CASA CN-235 « Nurse » basé au Mali et 4 équipes spécialisées prêtes à embarquer à bord d’un hélicoptère pour ce type de mission.

Cependant, et comme l’a rappelé le colonel Morehen, la force Barkhane et la MINUSMA ont un accord de coopération pour de telles circonstances. En juillet 2018, un exercice MEDEVAC mené conjointement par les militaires français, des Casques bleus néerlandais et un CH-47F Chinook canadien avait permis de « tester la préparation des équipes médicales ainsi que les procédures d’alerte, basées sur la transmission de messages standardisés obligatoires pour toute évacuation », avait expliqué, à l’époque, le ministère des Armées.

À Gao, « les Français possèdent également un hôpital plus performant que celui de l’ONU », a expliqué l’officier canadien. C’est d’ailleurs pour cette raison que les Casques bleus blessés y sont souvent soignés. « Alors nos pilotes vont là-bas et s’assurent que nos procédures de vol sont correctes et nous avons également un arrangement technique avec eux pour le soutien médical », a-t-il dit.

La semaine passé, les Nations unies ont demandé au Canada de prolonger jusqu’au 15 septembre la mission de ses hélicoptères engagés au titre de la MINUSMA. Notamment parce que le détachement roumain, qui devait assurer la relève au 31 juillet prochain, ne sera pas prêt, son déploiement au Mali étant désormais prévu en octobre.

Photo : Archive (c) Ministère des Armées

http://www.opex360.com/2019/03/28/un-helicoptere-chinook-canadien-de-lonu-a-assure-une-evacuation-medicale-au-profit-de-la-force-barkhane/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeMer 3 Avr 2019 - 20:30

RIP Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_sal

Citation :
02.04.2019

Un médecin du SSA décède de ses blessures au Mali


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _7a14

Le médecin Marc Laycuras est mort le 2 avril; déployé au sein du GTD Richelieu (2e Rima), il a été mortellement blessé par un engin explosif. Un autre militaire français a été blessé lors de cette attaque survenue lors d'une opération dans le Gourma, entre Gossi et Hombori, à l'ouest de Gao, zone où l'armée française vient de se redéployer.

Voici sa biographie:
Marc Laycuras est né le 12 janvier 1989 à Cholet. Il suit sa scolarité en Corrèze et réussit brillamment le concours d’entrée dans le service de santé des armées. Il rejoint alors l’école du service de santé des armées de Bordeaux le 1er aout 2007 où il réalise sa scolarité comme élève-officier puis médecin aspirant ; il apparaît d’emblée comme un élément prometteur et passionné. A la suite de sa réussite à l’examen classant national, il est nommé interne des hôpitaux des armées. Son classement lui permet d’effectuer son internat au sein de l’hôpital d’instruction des armées Percy. Durant ces trois années, il perfectionne ses compétences de médecin au lit du malade. Il est immédiatement remarqué pour son humilité et son investissement. Il se consacre pleinement au service des malades et en particulier des militaires blessés en opération. Il soutient sa thèse de médecine dans le domaine de la chirurgie sur l’étude de la sensibilité et spécificité des signes cliniques et biologiques dans le diagnostic de l’appendicite aigüe et est reçu docteur en médecine le 13 octobre 2017.
Nommé médecin à compter du 1er janvier 2017, il choisit de servir au sein de la 120e antenne médicale du Mans rattachée au 14e centre médical des armées et au profit des marsouins du 2e RIMA. Il rejoint ce premier poste le 2 janvier 2018.
Le 12 février 2019, il rejoint le Mali comme médecin du poste médical soutenant le 2e RIMA, après avoir été désigné pour soutenir le groupement tactique interarmes (GTD Richelieu) dans le cadre de l’opération Barkhane. Au cours de cette mission, il est mortellement blessé par un engin explosif détruisant son véhicule. Malgré les soins prodigués par les équipes médicales présentes, il décède des suites de ses blessures le 2 avril 2019 à l’âge de 30 ans. Le médecin Marc Laycuras était marié et titulaire de la médaille de la Défense nationale.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/04/02/un-medecin-du-ssa-decede-de-ses-blessures-au-mali-20152.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeJeu 4 Avr 2019 - 23:04

Citation :
03.04.2019

Mali: l'armée française se redéploie dans le Gourma



La force française Barkhane vient d'installer une base avancée à proximité de la ville de Gossi (Mali), pour accueillir quelques centaines de militaires français. Cette zone est désormais celle où les GAT (groupes armés terroristes) sont les plus actifs

Outre quelques éléments de l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), dans le sud-est, plusieurs groupes armés sévissent dans la zone. Parmi les plus actifs figure la "katiba (cellule combattante) Gourma", affiliée à la principale alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda. Son chef, Al-Mansour Ag Alkassim, a été tué en novembre lors d'un raid français dans le Gourma, mais le groupe continue de poser des engins explosifs artisanaux et d'organiser des attaques complexes, selon l'état-major de Barkhane.

Le groupe jihadiste Ansaroul Islam, lui, est implanté dans le sud du Gourma, à la frontière burkinabè. Il est accusé de semer la terreur dans le nord du Burkina Faso, en proie depuis 2015 à une spirale de violences que les autorités semblent incapables d'enrayer, et qui s'est propagée dans l'est du pays.

Après une série d'opérations militaires pendant un an et demi dans le Liptako, dans le nord-est du Mali, la force Barkhane étend donc ses efforts dans la zone adjacente du Gourma, frontalière du Burkina Faso.

Vaste espace de passage situé sous la boucle du fleuve Niger, traversé par la route reliant Bamako à Gao (nord), le Gourma s'étend sur trois régions maliennes (Gao, Tombouctou et Mopti). Le Gourma est "réputé être une zone sanctuaire" pour plusieurs groupes armés, implantés notamment dans les forêts et à la frontière avec le nord du Burkina Faso, souligne le général Frédéric Blachon, commandant de l'opération Barkhane.

Hier, lors d'une opération dans cette zone, un véhicule français a été détruit par un engin explosif, tuant un médecin du GTD Richelieu et blessant un autre militaire français.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/04/02/mali-l-armee-francaise-se-redeploie-dans-le-gourma-20153.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeSam 6 Avr 2019 - 18:31

Citation :
Un rapport des Nations unies décrit une situation « explosive » dans le centre du Mali

par Laurent Lagneau · 6 avril 2019


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _7b20

« Le moment est venu d’étendre nos efforts » au centre du Mali, a récemment affirmé le général Frédéric Blachon, le commandant de la force Barkhane, pour expliquer l’implantation d’une base opérationnelle avancée tactique [BOAT] française à Gossi, dans la région du Gourma.

Et pour cause… Dans le dernier rapport qu’il a remis au Conseil de sécurité, fin mars, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, se dit « particulièrement préoccupé par les conditions de sécurité qui continuent de se détériorer dans le centre du Mali et par l’augmentation alarmante du nombre de civils tués. »

Et M. Guterres d’ajouter : « La présence croissante et les attaques de plus en plus nombreuses des groupes armés extrémistes, la montée de la violence de proximité et la multiplication des groupes d’autodéfense affiliés à différentes communautés créent une situation explosive dont les civils sont les principales victimes. »

En outre, a continué le secrétaire général de l’ONU, « la violence a atteint des niveaux sans précédent qui dépassent largement la capacité des mécanismes séculaires de règlement des différends. »

Ainsi, le rapport souligne que c’est dans le centre du Mali que « le nombre le plus élevé d’attaques asymétriques a été enregistré », avec 28 constatées dans la région de Mopti et 4 dans celle de Ségou. Et la « fréquence des incidents » liés à la pose d’engins explosifs improvisés [IED] a été multipliée par trois, « passant de 29 en 2017 à 97 en 2018. »

S’agissant des civils, le rapport note qu’ils ont « continué d’être victimes de violences ciblées et indirectes, en particulier dans le centre du pays, où les activités de groupes extrémistes violents et
l’intensification des violences intercommunautaires constituent les deux principales menaces pesant » sur les populations.

Or, les groupes jihadistes, comme, en particulier, la katiba Macina, attisent ces violences inter-ethniques entre les Peuls d’un côté et les Dogons et les Bambaras de l’autre. Fin mars, alors que M. Guterres remettait son rapport, près de 160 membres de la communauté Peule ont été massacrés à Ogossagou [région de Mopti] par des chasseurs traditionnels Dozos présumés. Aussi, la diplomatie américaine a rappelé que la Mission des Nations unies au Mali [MINUSMA] avait aussi « la responsabilité de la protection des civils dans tout le Mali et pas seulement dans le nord. » D’où sa demande d’options pour l’adapter à cette situation, dans le cadre du renouvellement de son mandat.

Ces tensions inter-ethniques servent les plans Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM], dont fait partie la katiba Macina. Ainsi, cette organisation s’est présentée comme le « rempart » des Peuls tout en les appelant au jihad, via un communiqué signalé par SITE, le centre américain qui surveille les sites jihadistes.

Qui plus est, rapporte Le Républicain, un quotidien publié à Bamako et cité dans le dernier numéro de Courrier International, « les jihadistes sont aujourd’hui les seuls maîtres dans le centre du Mali. Au-delà des attaques, des pillages systématiques, les terroristes ont imposé leur mode de gouvernance aux populations. Et d’ajouter, citant un habitant : « Les jihadistes ont commencé à prélever l’impôt dans le village de Sogué Mourani, dans le cercle de Djenné. […] C’est comme si l’État malien n’avait plus de représentants dans la région, laissant ainsi la population à leur propre sort. »

Signe de cette influence jihadiste : le nombre d’écoles qui n’accueillent plus d’enfants. Selon le rapport de M. Guterres, 827 sont en effet encore fermées, « dont 513 à Mopti, 77 à Tombouctou, 74 à Gao, 77 à Ménaka, 36 à Kidal, 30 à Ségou et 20 à Koulikoro. » Et cela, à cause de « l’insécurité » et des « menaces directes proférées par des groupes extrémistes armés qui imposent des pratiques religieuses, entraînant le retrait des enseignants et compromettant ainsi l’accès des enfants à l’éducation. »

Le fait que 20 écoles aient été fermées à Koulikoro, ville située à 1h/1h30 de route de Bamako, est inquiétant. D’ailleurs, le rapport indique également que la sécurité tend à s’y détériorer, avec, au cours du premier trimestre, quatre attaques menées par les groupes terroristes, dont une, « complexe », contre le camp qui abrite l’EUTM Mali, la mission européenne visant à former les soldats maliens.

http://www.opex360.com/2019/04/06/un-rapport-des-nations-unies-decrit-une-situation-explosive-dans-le-centre-du-mali/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeMar 9 Avr 2019 - 16:10

Citation :
Les forces armées maliennes disent avoir neutralisé une quinzaine de jihadistes près du Burkina Faso

par Laurent Lagneau · 9 avril 2019


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _775

Le 7 avril, les Forces armées maliennes [FAMa] a indiqué, via un communiqué de deux lignes, avoir « neutralisé quinze terroristes, récupéré 14 motos, de l’armement, du matériel explosif, des munitions et fait des prisonniers » au cours de l’opération « Tièsaba/Bourgou 1 » menée dans un secteur situé près de la frontière avec le Burkina Faso.

À Paris, l’État-major des armées [EMA] n’a pas communiqué sur une éventuelle participation de la force Barkhane à cette opération. Mais des sources militaires maliennes ont confié à l’AFP que cette dernière avait été conduite dans les environs du village frontalier de Petedougou, avec un appui français.

« Depuis bientôt une semaine, il y a eu des cibles et des opérations coordonnées ont été menées » par l’armée malienne et Barkhane à la frontière, a en effet expliqué un officier malien, déployé dans la zone.

« Les forces armées du Burkina et Niger ont été au courant de cette opération menée uniquement par les FAMa et Barkhane », a confirmé un autre source militaire malienne.

À noter que, le même jour, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM] a revendiqué l’attaque qui, le 2 avril, a coûté la vie au médecin principal Marc Laycuras, affecté auprès du 2e Régiment d’Infanterie de Marine [RIMa], lors d’une opération dans la région du Gourma, frontalière du Burkina Faso.

Par ailleurs, les FAMa ont également fait état, le lendemain, d’un « incident de tir » dans le secteur de Dioura [localité située entre la frontière avec la Mauritanie et Mopti, ndlr], où elles ont récemment subi de lourdes pertes lors d’une attaque jihadiste. »

« Parti en corvée d’eau en ville, un détachement FAMa surpris, le 8 avril, par un tir d’essai ami au mortier au retour vers la base, croyant à une attaque ennemie lorsque l’obus est tombé juste à proximité. Il a ouvert le feu sur un groupe de populations malheureusement présentes là à ce moment. Un civil est décédé et 4 autres ont été blessés », indique le communiqué diffusé par l’état-major malien.

http://www.opex360.com/2019/04/09/les-forces-armees-maliennes-disent-avoir-neutralise-une-quinzaine-de-jihadistes-pres-du-burkina-faso/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeJeu 11 Avr 2019 - 20:16

Citation :
Mali: Barkhane s'en prend aux katibas du Gourma

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _10_t-27
Mise en place de l’opération fin mars, dans la région d’Hombori.
© RFI/Olivier Fourt

Par Olivier Fourt Publié le 10-04-2019 • Modifié le 11-04-2019 à 13:23



La semaine dernière sur RFI, le commandant de la force Barkhane annonçait l'extension des opérations dans la région du Gourma, dans la partie centrale du Mali. Barkhane vient d'y conduire une opération d'envergure impliquant près de 700 soldats français aux côtés des forces armées maliennes : l'opération conjointe « Tiésaba-Bourgou ». Notre envoyé spécial Olivier Fourt a participé à la mise en place de cette opération.

Le ratissage des forces françaises et maliennes aura duré une dizaine de jours durant lesquels Barkhane s'est attaqué aux katibas des forêts de Foulsaré et de Serma, des zones connues pour accueillir les bases arrière de terroristes dans la région. Selon l'état-major des armées à Paris, plus d'une trentaine de membres de groupes armés terroristes (GAT) ont été mis hors de combat.

Barkhane n'a pas opéré en zone inconnue dans le Gourma. En 2016, en 2017 et encore en début d'année, l'armée française a déjà combattu dans cette vaste zone de savane connue pour abriter des caches terroristes, mais cette fois-ci Barkhane a engagé massivement ses moyens. Selon nos informations : 500 militaires sur le terrain, 200 en soutien... 150 véhicules partis de la base de Gossi, une dizaine d'hélicoptères de combat et de manoeuvres stationnés à Hombori pour les besoins de l'opération, trois Mirage 2000 basés à Niamey.

Objectif : aller chercher les terroristes qui s'abritent dans les épaisses forêts d'épineux de la région. L'opération s'est déroulée en deux temps et devait certainement viser les groupes des katibas de « Serma » et Ansaroul Islam actifs dans le nord du Burkina Faso.

La manoeuvre a été retardée de près de quarante-huit heures pour des raisons liées à la météo. La nouvelle s'est propagée rapidement. Dès le 30 mars, des informations commençaient à circuler concernant des frappes françaises dans la région. Dans la forêt de Foulsaré, le Groupe Tactique Désert 1 (GTD1) a envoyé ses commandos pour une reconnaissance complète avec l'appui de la compagnie malienne. Des armes, des munitions, des explosifs ont été retrouvés mais les jihadistes avaient quitté la zone avant l'arrivée de Barkhane. C'est durant cette opération qu'un blindé (VAB) de Barkhane a sauté sur un engin explosif, entraînant la mort d'un capitaine d'une trentaine d'années, Marc Laycuras, une attaque revendiquée par Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique).

Dans la forêt de Serma, au sud de la localité de Boni, le 7 avril, cette fois-ci les forces françaises ont eu plus de succès : quatre frappes aériennes ont été réalisées et un hélicoptère Tigre, engagé en appui direct des commandos au sol. Bilan : plus de 30 membres de groupes armés tués ou capturés, selon l'état-major français, là ou l'armée malienne annonçait pour sa part lundi dans un communiqué 15 terroristes neutralisés et 14 motos récupérées.

Les forces burkinabè, elles, avaient été déployées afin de faire barrage aux groupes terroristes et les « empêcher de s'exfiltrer vers la zone sud de l'opération », assure l’état-major à Paris.

Selon nos informations, l'opération s'est déroulée sur une zone de 80 kilomètres sur 40. L'opération « Bourgou » ouvre la voie à d'autres opérations françaises dans la région, une partie des forces employées devant rester basées dans la région en prévision de nouvelles missions.

http://www.rfi.fr/afrique/20190410-mali-barkhane-s-prend-katibas-gourma-operation-tiesaba-bourgou
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeLun 22 Avr 2019 - 18:21

RIP Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_sal

Citation :
Un Casque bleu égyptien tué par un engin explosif improvisé au Mali

par Laurent Lagneau · 21 avril 2019


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _7d55

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali [MINUSMA] a une nouvelle fois été endeuillée, le 20 avril, après qu’un engin explosif improvisé [IED] a détonné au passage de l’un de ses convois sur l’axe Douentza-Boni, dans la région de Mopti, près de la frontière avec le Burkina Faso. Un soldat égyptien y a laissé la vie et quatre autres ont été blessés.

Le contingent égyptien de la MINUSMA est particulièrement exposé au danger des IED dans la mesure où, comme l’a rappelé le chef des opérations de maintien de la paix aux Nations unies, Jean-Pierre Lacroix, il lui revient la « tâche cruciale de protéger les convois.

Cela étant, une force de réaction rapide de la mission de l’ONU a rapidement été envoyée sur les lieux de cette attaque. Dans un communiqué, dans lequel il condamne cette nouvelle atteinte aux Casques bleus, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a précisé que les « forces de la MINUSMA » ont tué un assaillant et arrêté 8 autres.

« Les Casques bleus ont réagi de manière proactive et robuste ce qui a permis de neutraliser et de détenir des assaillants », a confirmé le général suédois Dennis Gyllenporre, le commandant militaire de la MINUSMA, sans donner plus de détails.

« Cette attaque montre un fois de plus que l’action de la MINUSMA met en déroute les terroristes qui cherchent à tout prix à faire dérailler le processus de paix au Mali. La MINUSMA reste plus que jamais déterminée, aux côtés de ses partenaires nationaux, régionaux et internationaux à accompagner le peuple Malien dans son chemin vers la paix », a déclaré Mahamat Saleh Annadif, le chef de la Mission des Nations unies au Mali. Et de rappeler que cette dernière a « considérablement renforcé ses opérations dans la région Centre du Mali en appui aux forces de défense et de sécurité malienne. »

Depuis le début de son mandat, en 2013, la MINUSMA a perdu 190 Casques bleus, dont 120 dans des actes hostiles, ce qui en fait la mission de l’ONU la plus dangereuse actuellement. Dans un récent rapport sur la situation au Mali, Antonio Guterres a par ailleurs indiqué que le centre du pays est la région où le « nombre le plus élevé d’attaques asymétriques avait été enregistré ». Et que la « fréquence des incidents liés à la pose d’engins explosifs improvisés avait été multipliée par trois, passant de 29 en 2017 à 97 en 2018. »

Par ailleurs, et alors que le Mali n’a pour le moment plus de gouvernement, le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, ayant remis sa démission le 18 avril, un camp des forces armées maliennes [FAMa] implanté à Guiré [à environ 400 km de Bamako, près de Koulikoro], a été attaqué par des hommes armés, ce 21 avril. Selon RFI, « des témoins évoquent des tirs à l’arme lourde des assaillants » et il y aurait « d’énormes dégâts matériels et des victimes. » Selon un bilan provisoire [et non confirmé de source officielle], il y aurait au moins 12 tués dans les rangs des soldats maliens.

http://www.opex360.com/2019/04/21/un-casque-bleu-egyptien-tue-par-un-engin-explosif-improvise-au-mali/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeVen 26 Avr 2019 - 0:06

Citation :
BARKHANE : Mise en place d’un ballon captif sur la BOAT de Gossi


Mise à jour :25/04/2019


Ces dernières semaines, la force Barkhane a entrepris la construction d’une nouvelle base avancée aux abords de la ville de Gossi, située dans la région du Gourma, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Gao.


Cette base permet aux militaires français et à leurs partenaires d’étendre leur zone d’action depuis le Liptako jusqu’au Gourma.

Au sein de celle-ci, l’équipe du sergent Anthony, du 11e régiment d’artillerie de Marine, est responsable de la mise en œuvre du ballon captif Mortagne, et en charge grâce à lui de l’observation de l’environnement le plus proche de la base.
« Le ballon de quatre mètres de diamètre est gonflé chaque semaine avec trente-sept mètres cubes d’hélium lui permettant ainsi de monter jusqu’à plus d’une centaine de mètres de hauteur. Il est équipé d’une charge utile comprenant une boule optronique avec un système de conversion Ethernet vers la fibre optique qui va transmettre les données de la caméra jusqu’à l’ordinateur. Il possède également un boitier « viper », responsable de l’alimentation et des traitements vidéos, de la géolocalisation et de la rotation de la tourelle » explique le chef d’équipe.

La caméra haute définition, dotée d’un zoom de très grande capacité, permet de voir jusqu’à plusieurs kilomètres de distance, à trois cent soixante degrés. Munie d’un système infrarouge, elle permet également d’observer les alentours de la base, de jour comme de nuit. Elle est par ailleurs équipée d’un pointeur laser et d’un télémètre qui multiplie son emploi et les effets pouvant être obtenus.

« Sur le site de Gossi, l’emploi du ballon captif est un atout majeur car il s’affranchit totalement du relief et des mouvements de terrain qui entourent la base. On dispose en permanence d’une surveillance optimale » souligne le sergent Anthony.
Le ballon captif, -directement raccordé sur une remorque-, se met en œuvre en moins de vingt minutes par les deux opérateurs et le chef d’équipe. Ce dispositif mobile permet de le déplacer facilement au sein de l’emprise ou bien encore de suivre sans difficulté une unité lors d’une opération, augmentant ainsi de manière significative les capacités d’observation et in fine la protection des militaires déployés.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 4 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _11ejp12

Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense


https://www.defense.gouv.fr/operations/actualites2/barkhane-mise-en-place-d-un-ballon-captif-sur-la-boat-de-gossi
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeSam 4 Mai 2019 - 17:25

Citation :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _8110

 De nouvelles infrastructures pour renforcer la sécurité à Tombouctou

Mission des Nations Unies au Mali - MINUSMA · Mardi 30 avril 2019


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _998

Tombouctou a accueilli, le 29 avril dernier, une délégation composée de l’Ambassadrice du Royaume du Danemark, l’Ambassadeur du Canada, la Chargée d’Affaires du Royaume de la Norvège, le Chef de la Coopération du Danemark, le Directeur National des Routes et la Représentante Spéciale Adjointe du Secrétaire Générale de l’ONU pour la MINUSMA et Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies au Mali, Mme Mbaranga Gasarabwe.  L’objectif de cette visite était double. Il s’agissait d’une part, de remettre six postes de contrôle aux Forces Armées Maliennes, afin de contribuer au renforcement de leurs capacités opérationnelles et d’autre part, de procéder au lancement de la réhabilitation de la route qui relie la ville à l’aéroport de Tombouctou.

Les deux cérémonies officielles ont regroupé les autorités administratives de la région, notamment le Gouverneur, le Maire de la commune urbaine de Tombouctou ainsi que le Commandant de Zone des FAMa, en présence de la Délégation venue de Bamako pour la circonstance et le personnel du bureau régional de la MINUSMA.
Le Gouverneur de Tombouctou a saisi l’occasion pour exprimer la reconnaissance de la population à tous les donateurs : « Notre joie est double aujourd’hui, les deux cérémonies sont autant importantes pour nous car, que ça soit la réhabilitation de la route ou celle des postes de contrôle, ces projets contribuent tous au bien-être et à la sécurité de nos populations. C’est pourquoi je ne peux que remercier les donateurs que vous êtes et en particulier la MINUSMA pour ses nombreux efforts en faveur de la population de Tombouctou », a déclaré Koina Ag Ahmadou, le Gouverneur de Tombouctou. Avant de clore ses propos, le chef de l’exécutif local à solliciter un financement auprès des partenaires pour le prolongement de la route.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _10_t-64

Financé à hauteur d’environ 1 milliard 264 millions de FCFA, grâce à la contribution du Royaume du Danemark au Fonds Fiduciaire en soutien à la paix et la sécurité au Mali (Trust Fund), le projet de réhabilitation de la route de l’aéroport permettra d’améliorer la sécurité et faciliter la circulation des personnes et de leurs biens sur cet axe d’environ quatre kilomètres.
Quant aux 6 postes de contrôle de la ville de Tombouctou, ils ont été réhabilités grâce aux contributions du Canada et du Royaume de la Norvège au même Fonds fiduciaire. Pour ce projet, environ 263 millions de francs CFA auront été nécessaires. Ces infrastructures sécuritaires contribueront à soutenir les FAMa dans leur tâche de sécurisation des habitants de l’agglomération de Tombouctou.  
S’adressant aux Tombouctiens, la Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général de l’ONU pour la MINUSMA et Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies au Mali, Mme Mbaranga Gasarabwe, a mis l’accent sur l’importance de ces deux projets pour eux. « Ces deux projets sont d’une importance capitale pour nous donateurs et pour les bénéficiaires, car ils renforcent la protection des civils notamment les femmes et les enfants, et facilitent les interventions des Nations Unies dans la région. Ils répondent aux besoins des populations tant résidentes que rapatriées ou retournées. Ils sont aussi importants pour les acteurs humanitaires, les partenaires et pour le Danemark dans le soutien à la Stabilisation et au Relèvement du pays et leur appui aux populations ». A-t-elle conclu.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _1085

Ces deux projets rentrent en droite ligne de l’appui des Nations Unies aux Forces Armées Maliennes ainsi que du gouvernement malien, dans ses efforts pour assurer une paix durable ainsi que le retour de son autorité.
Le Fonds Fiduciaire en soutien à la paix et à la sécurité au Mali (Trust Fund), est un fonds multi-donateurs qui vise à appuyer les Maliens dans les domaines de la sécurité, de la justice ou encore des interventions humanitaires cruciales. Il concoure au développement des efforts à court et à long-terme, de la communauté internationale pour résoudre la crise au Mali.

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _1169 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeDim 5 Mai 2019 - 18:21

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeSam 11 Mai 2019 - 15:21

Citation :
Un général autrichien bientôt à la tête de la mission européenne EUTM Mali

par Laurent Lagneau · 11 mai 2019


Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _10_t-84

Actuellement, à Bamako, 27 militaires autrichiens sont affectés au quartier général de l’EUTM Mali, la mission lancée par l’Union européenne en 2013 afin de former les soldats et les cadres des Forces armées maliennes [FAMa]. Mais cet effectif va quasiment doubler de taille dans les prochains jours.

En effet, le 4 juin prochain, le général Christian Habersatter, de la Bundesheer, prendra le commandement d’EUTM Mali. Ce sera ainsi la première fois qu’un officier autrichien sera à la tête de cette mission européenne, dont le commandement à jusqu’ici été assuré par des généraux français, belges, espagnols et allemands.

Il n’est pas inédit de voir l’Autriche prendre la direction d’une mission ou d’une force européenne : cela a déjà été le cas avec EUFOR Althea, en Bosnie-Herzégovine, où ce pays neutre compte 337 soldats. D’ailleurs, l’actuel COMEUFOR est le général autrichien Martin Dorfer.

Pour rappel, et selon des chiffres mis à jour en janvier dernier, l’EUTM Mali, forte de près de 600 soldats venus de 25 pays européens [dont 21 membres de l’UE] et essentiellement basés à Koulikoro, a formé 8 bataillons maliens et en a « ré-entraîné » cinq autres, ce qui représente 13.000 stagiaires. L’an passé, son mandat a été prolongé jusqu’en mai 2020 et étendu à la Force conjointe du G5 Sahel, à laquelle elle fournit des conseils ainsi qu’un « appui à la formation ».

Le ministre autrichien de la Défense, Mario Kunasek, a justifié l’engagement militaire de son pays au Mali en affirmant que l’Afrique est un continent « sur lequel nous devons assurer la stabilité à plusieur niveaux », notamment pour mettre un terme à la crise migratoire. Le vice-chancelier, Heinz-Christian Strache, est allé dans le même sens en estimant qu’il faudrait « un environnement stable afin de créer des perspectives pour la population locale » et ainsi « lutter contre les causes de la migration ».

Le général Habersatter, 49 ans, deviendra donc le 12e commandant de l’EUTM Mali. Il succèdera au général allemand Peter Mirow.

À ce sujet, le 9 mai, le Parlement allemand a prolongé d’un an la participation de la Bundeswehr à la mission des Nations unies au Mali [MINUSMA] et à l’EUTM Mali. Le « plafond » des effectifs autorisés a été maintenu à 840 soldats pour la première et 190 pour la seconde.

« Rétablir la paix au Mali, stabiliser en luttant contre le terrorisme ou le banditisme et couper court à l’émigration massive. Voilà les grands objectifs des deux missions auxquelles participe la Bundeswehr », a résumé Deutsche Welle, la radio publique allemande.

Cela étant, deux formations s’y sont opposées. Tel est le cas de Die Linke, le parti de la gauche radicale allemande ayant réclamé une révision de la stratégie au Sahel et plaidé pour davantage d’aide humanitaire et pour moins de militaires sur le terrain. À l’autre bout de l’échiquier politique allemand, le parti d’extrême-droit AfD a justifié sa position en affirmant que les missions en place depuis 2013 étaient inefficaces et qu’elles coûtaient trop cher aux contribuables [314 millions d’euros pour la MINUSMA, 41 millions pour l’EUTM, selon le gouvernement, ndlr].

http://www.opex360.com/2019/05/11/un-general-autrichien-bientot-a-la-tete-de-la-mission-europeenne-eutm-mali/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeDim 19 Mai 2019 - 17:58

Citation :
19.05.2019

Mali: deux attaques contre les Casques bleus font un mort et trois blessés


Deux attaques ont été perpétrées samedi contre la Mission intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), l'une à Tombouctou et l'autre à Tessalit.

A Tombouctou, un Casque bleu nigérian a succombé à ses blessures à la suite de l'attaque armée menée par des assaillants armés non identifiés. Un autre soldat nigérian a été blessé.

A Tessalit, où un VAB français a été frappé par une explosion mardi dernier faisant au moins un blessé, trois soldats de la paix tchadiens ont été blessés lorsque leur véhicule protégé contre les mines a heurté un engin explosif improvisé.

Voici, par ailleurs, un bilan des actes de violence armée commis au Mali en avril:

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _11c59

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/05/19/mali-deux-attaques-contre-les-casques-bleus-font-un-mort-et-trois-20243.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 28495
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena32Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena24
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena25Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena26
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Cheval10Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Unbena15
Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Medail10

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitimeSam 8 Juin 2019 - 17:25

Citation :
Mali: la Minusma recense 250 civils tués dans le centre du pays depuis janvier

Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 _7df510
La Minusma, lors une opération civilo-militaire, tente une médiation entre les villages de Yorou et Sabaré. (Photo d'illustration)
© RFI/Coralie Pierret

Par RFI Publié le 07-06-2019 • Modifié le 07-06-2019 à 16:43


La Mission de l'ONU au Mali a rencontré, jeudi 6 juin, la presse pour faire le point sur les violences qui ont eu lieu dans le centre du Mali ces six derniers mois. Au moins 250 civils ont ainsi été tués depuis janvier 2019. La Minusma a également saisi l'occasion pour rendre public un rapport définitif sur des attaques meurtrières survenues au cours de la même période dans des localités du centre du pays.

Le directeur de la division droits de l’homme de la Mission de l’ONU au Mali a dirigé lui-même plusieurs missions d’enquête sur le terrain. Guillaume Nguefa est revenu, lors de cette conférence de presse, sur les événements de début janvier dans la localité de Koulongo : « Une centaine de personnes reconnues comme des chasseurs traditionnels ont attaqué. Il y a eu trente-neuf personnes, toutes membres de la communauté peule, qui ont été tuées. 80% des bâtiments du village ont été incendiés par les assaillants ».

Mais pour Guillaume Nguefa, les chasseurs traditionnels ne sont pas les seuls à mener des attaques dans le centre contre les civils : « Depuis cette année, il y a plus d’attaques contre les villages habités par les Dogons que par les Peuls. Ce sont les groupes d’autodéfense d’origine peule qui s’attaquent à ces villages habités par les communautés dogons. »

Enlèvements, assassinats ciblés, au moins 250 civils ont été tués durant les cinq premiers mois de l’année 2019 dans le centre du Mali. Des dizaines de suspects arrêtés attendent d’être jugés. Enfin, la Minusma, dans son rapport, révèle que des armes de guerre circulent illégalement dans le centre du Mali.

http://www.rfi.fr/afrique/20190607-mali-minusma-recense-250-civils-tues-le-centre-pays-2019
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Intervention militaire au Mali - Opération Serval - Page 20 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire au Mali - Opération Serval
Revenir en haut 
Page 20 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
 Sujets similaires
-
» P902 Libération
» Cette opération consistait à quoi ?
» Génération écologie
» Mener des recherches à partir de la symbolique militaire
» Ruban militaire [RESOLU]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: