Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Intervention militaire au Mali - Opération Serval

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 26313
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 18 Fév 2019 - 18:30

Citation :
Une possible méprise entre soldats allemands et maliens fait un blessé grave

par Laurent Lagneau · 18 février 2019




Que s’est-il exactement passé dans la région de Gao, le 16 février au soir? Ce jour-là, une patrouille allemande a été envoyée à une cinquantaine de kilomètres de Camp Castor pour aller récupérer un véhicule de transport de troupe belge de la Mission des Nations unies au Mali [MINUSMA].

Si la première partie de cette mission s’est bien passée, les choses se sont compliquées au retour. En effet, a expliqué un porte-parole de la Bundeswehr, le convoi « a essuyé des tirs dans l’obscurité » alors que la « situation était incertaine ». Les soldats allemands ont riposté avant de poursuivre sans encombre leur route vers Gao.

Ce n’est que plus tard qu’il s’est avéré que les échanges de tirs avaient apparemment impliqué la patrouille allemande et un détachement des Forces armées maliennes [FAMa].

« Nous ne pouvons pas encore confirmer si le soldat [malien] a été touché par les forces allemandes », a déclaré le porte-parole des opérations de la Bundeswehr, depuis Potsdam. Une enquête a été ouverte pour déterminer les raisons qui auraient pu conduire les soldats maliens à ouvrir le feu sur le convoi allemand.

Pour rappel, environ 1.000 soldats allemands sont actuellement déployés au Mali au titre de la MINUSMA ou de la mission européenne EUTM Mali. Depuis Gao, ils patrouillent dans les environs du Camp Castor sans prendre part aux opérations anti-terroriste.

http://www.opex360.com/2019/02/18/une-possible-meprise-entre-soldats-allemands-et-maliens-fait-un-blesse-grave/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 26313
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 22 Fév 2019 - 17:49

Citation :
Mali: Paris annonce l’élimination du chef jihadiste d’Aqmi Yahia Abou Hammam


Commando français dans la région de Tombouctou au Mali.
© RFI/Olivier Fourt

Par RFI Publié le 22-02-2019 • Modifié le 22-02-2019 à 16:58



L’armée française annonce avoir éliminé Djamel Okacha, connu sous le nom de Yahia Abou Hammam, chef jihadiste d’al-Qaïda dans le Sahel. Ce jeudi 21 février dans l'après-midi, des véhicules suspects ont été repérés au nord de Tombouctou. Après des échanges de tirs, les hélicoptères de la force Barkhane, en appui des commandos terrestres, ont neutralisé ces véhicules. Bilan : onze terroristes mis hors de combat, des pickups et de l’armement ont également été saisis. Le corps Yahia Abou Hammam et ses deux principaux adjoints ont pu être formellement identifiés, selon l'état-major de l'armée française. Une annonce qui intervient le jour de la visite attendue au Mali du Premier ministre, Edouard Philippe.

Djamel Okacha, ou Yahia Abou Hammam, de son nom de guerre, jihadiste algérien et combattant aguerri, était un fidèle de l'émir d'al-Qaïda au Maghreb islamique, Abdelmalek Droukdel. Proche également de Mokhtar Belmokhtar et d'Abou Zeid, d'autres importants chefs islamistes, Yahia Abou Hammam avait été nommé par Aqmi émir du Sahara en 2012.

Il avait participé en 2017, à la formation du GSIM, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans. Une alliance jihadiste dirigée par le Touareg malien Iyad Ag Ghaly. Sur la vidéo diffusée pour annoncer la création du GSIM, il apparaît d'ailleurs juste à côté de ce dernier dont il était officiellement le numéro deux.

Financier d’Aqmi

C'est donc un chef de premier plan que perd cette organisation, concepteur et financier de nombreuses attaques dans le Sahel ces dernières années. En 2009, il est notamment soupçonné d'être impliqué dans la mort d'un Américain à Nouakchott et dans l'attaque de l'ambassade de France en Mauritanie.

Yahia Abou Hammam faisait toujours « planer une menace majeure sur toute la région », selon l'état-major de l'armée française. Dans un communiqué le ministère de la Défense estime que sa disparition « permet d'enrayer la dynamique du terrorisme », car « sans chef, plus de direction ni de coordination ». En un an, le GSIM aura perdu trois de ses principaux chefs, tous adjoints proches d'Iyad Ag Ghaly.

http://www.rfi.fr/afrique/20190222-mali-france-annonce-elimination-chef-jihadiste-aqmi-okacha-yahia-abou-hammam
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 26313
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 25 Fév 2019 - 16:57

Citation :
Mali : Une nouvelle frappe française élimine une quinzaine de jihadistes dans la région de Mopti

par Laurent Lagneau · 25 février 2019




Ces derniers jours ont été mouvementés au Mali. Après l’élimination de l’algérien Djamel Okacha [alias Yahia Abou al-Hamman], le numéro deux du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM], la mort de trois Casques bleus guinées près de Bamako lors d’une attaque attribuée à des « bandits » et un attentat ayant échoué contre le camp Boubacar Sada Sy, qui abrite les instructeurs militaires de l’EUTM Mali à Koulikoro, on apprend que la force française Barkhane a une nouvelle fois frappé la Katiba Macina, le 23 février, dans la région de Mopti.

Comme cela fut le cas dix jours plus tôt au même endroit, une « manoeuvre de renseignement » a d’abord permis de repérer et d’identifier un rassemblement de jihadistes dans le secteur de Dialloubé [ou Dialoubé], situé au sud-ouest de Tombouctou. Puis, l’état-major de Barkhane a décidé d’intervenir, en envoyant une patrouille de Mirage 2000, appuyée par un drone MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] MQ-9 Reaper sur les lieux de cette concentration de terroristes, appartenant à la Katiba Macina.

Résultat : la frappe aérienne effectuée par les avions de combat français a permis de mettre « hors de combat » une « quinzaine » de jihadistes, a indiqué, ce 25 février, l’État-major des armées. Ce dernier précise, comme la dernière fois, que cette opération a été conduite en coordination avec les Forces armées maliennes [FAMa].

« Ce nouveau succès, qui s’inscrit dans la continuité d’opérations menées dans cette même zone au cours des dernières semaines, cherche à réduire toujours plus le niveau de menace dans cette région peu accessible du delta intérieur du Niger », fait encore valoir l’EMA.

À noter que cette opération a été menée par Barkhane alors que le Premier ministre, Édouard Philippe, et la ministre des Armées, Florence Parly, se trouvaient au Mali pour y rencontrer notamment les militaires français déployés à Gao.

« Soldats de Barkhane, vous obtenez des résultats opérationnels remarquables, décisifs. […] Vous êtes parvenus à détruire leurs moyens de combat, à intercepter leurs flux logistiques, à tarir leurs ressources. Nous devons le répéter : chaque jour, nos ennemis subissent des pertes importantes, ce qui réduit d’autant leur capacité de nuisance », a ainsi affirmé M. Philippe.

« De nombreux chefs et membres des différents groupes terroristes ont été mis hors de combat », a continué le Premier ministre, avant d’estimer que « si la menace djihadiste n’a pas disparu », elle « est désormais contenue, endiguée ». Ce qui fait que le « combat n’est pas terminé », a-t-il ajouté.

Quant aux frappes françaises effectuées également dans le secteur de Dialloubé, le 13 février dernier, les FAMa ont précisé plus tard qu’elles avaient éliminé « plus d’une dizaine de terroristes » de la katiba Macina et permis « la libération de deux otages de CARE-Mali ».

La force Barkhane tient particulièrement à l’oeil cette formation jihadiste, affiliée au GSIM. Son chef, Amadou Koufa, a en effet été éliminé en novembre dernier, lors d’une opération ayant mobilisé des moyens importants.

Photo : Départ et vol d’une patrouille, composée d’un Mirage 2000D et d’un Mirage 2000C RDI – Archive (c) EMA/Armée de l’Air

http://www.opex360.com/2019/02/25/mali-une-nouvelle-frappe-francaise-elimine-une-quinzaine-de-jihadistes-dans-la-region-de-mopti/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 26313
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 26 Fév 2019 - 19:05

Citation :
Mission des Nations Unies au Mali - MINUSMA a ajouté 6 photos.

Le Chef de la MINUSMA, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif, accompagné du Commandant de la Force de la MINUSMA, Dennis Gyllensporre, s’est rendu hier après-midi, à la Base aérienne 101 à Sénou, pour souhaiter la bienvenue à l’unité de transport aérien de la Tunisie.

Déployée au sein de la MINUSMA depuis la semaine dernière, l’unité est composée de 75 personnes et d’un avion C-130. Celui-ci a déjà effectué son premier vol, le 22 février dernier.
Le Représentant Spécial a salué la contribution de la Tunisie à la MINUSMA, qui compte parmi ses 75 membres, une femme pilote, première en poste au sein d’une Mission de maintien de la paix des Nations Unies. M. Annadif a souhaité pleins succès aux hommes et aux femmes de ce nouveau pays contributeur.


PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 26313
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Sam 2 Mar 2019 - 0:13

Citation :
Estado Mayor de la Defensa. EMAD. España



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 26313
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Dim 3 Mar 2019 - 16:10

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 26313
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 8 Mar 2019 - 16:17

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 26313
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 11 Mar 2019 - 15:08

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 26313
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 12 Mar 2019 - 0:17

Citation :
Mali : Deux militaires français sérieusement blessés lors d’une attaque jihadiste « complexe »

par Laurent Lagneau · 11 mars 2019




Le mois dernier, un poste de commandement de coordination et de sécurité [PCCS] a été créé à Ménaka, avec des représentants de la force Barkhane et des forces armées maliennes [FAMa] afin de réunir chaque semaine les responsables de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale malienne ainsi qu’un bataillon nigérien de la Mission des Nations unies.

En outre, dans le même secteur, précisément à Anderamboukan [sud-est de Ménaka], la construction d’une base opérationnelle avancée temporaire [BOAT], au profit des FAMa a commencé, a commencé à Anderamboukan.

Or, c’est dans cette région du Liptako, où la force Barkhane mène régulièrement des opérations, que deux militaires français ont été sérieusement blessés, le 10 mars, lors d’une attaque « complexe » de leur bivouac, à Akabar, près de la frontière avec le Niger, au sud-ouest de Ménaka.

Selon l’État-major des armées, les assaillants ont d’abord envoyé un véhicule piégé [VBIED] qui a été arrêté à des tirs à « trente mètres des militaires de Barkhane ».

Puis une quinzaines de jihadistes, sur des motos, ont surgi en direction des Français, qui les ont repoussés par des tirs. Dix minutes après le début de cette attaque, une patrouille de Mirage 2000 a survolé le secteur pour vol à très basse altitude [show of force]. Ce qui a mis les terroristes en fuite.

Les deux militaires français ont a priori été sérieusement blessés lors de l’explosion du pick-up piégé. Ils ont depuis été évacués vers un hôpital d’instruction des armées de la région parisienne.

Quant aux assaillants, le porte-parole de l’EMA, le colonel Patrik Steiger a indiqué qu’ils n’avaient pas subi « de pertes apparentes », si ce n’est le conducteur du VBIED. Et la poursuite des jihadistes, appartenant sans doute à l’État islamique au grand Sahara [EIGS], n’a rien donné pour le moment.

« On va dans cette zone [le Liptako] sciemment, pour leur contester le terrain et éviter qu’ils s’y implantent ou s’y réimplantent », a expliqué le colonel Steiger, à l’AFP.

Photo : Archives (c) EMA

http://www.opex360.com/2019/03/11/mali-deux-militaires-francais-serieusement-blesses-lors-dune-attaque-jihadiste-complexe/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 26313
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 12 Mar 2019 - 18:11

Citation :
Mali : Pour Paris, il est désormais « vraisemblable » que le chef jihadiste Amadou Koufa soit encore vivant

par Laurent Lagneau · 12 mars 2019




Le 23 novembre 2018, à l’issue d’un raid audacieux de la force Barkhane dans la région de Mopti, les autorités françaises et maliennes avaient annoncé la mort d’Amadou Koufa, un prédicateur peul devenu chef de la katiba « Macina », liée au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM] dirigé par Iyad Ag Ghali.

Dans un premier temps, toutefois, l’État-major des armées [EMA] s’était voulu prudent en utilisant le conditionnel. Puis il avait confirmé le décès du chef jihadiste dans l’un de ses points de situation hebdomadaires. Et, devant les députés, la ministre des Armées, Florence Parly, tint la mort d’Amadou Koufa pour acquise.

Côté malien, on assura que s’il avait réussi à s’enfuir lors du raid de Barkhane [qui fit une trentaine de tués dans les rangs jihadistes], le chef de la katiba Macina était « décédé des suites de ses blessures ». Or, le souci, comme le confiera plus tard une source militaire française à RFI, est qu’aucune preuve « tangible » ne fut avancée pour confirmer avec certitude la mort de Koufa, laquelle fut par ailleurs démentie par le GSIM et al-Qaida au Maghreb islamique [AQMI].

Depuis, Amadou Koufa serait réapparu, fin février, dans une vidéo le montrant dialoguer, tantôt en anglais, tantôt en arabe, avec deux hommes au visage masqué. Restait donc à vérifier l’authenticité de ce film d’une vingtaine de minutes.

Une dizaine de jours plus tard, le ministère des Armées a rendu sa conclusion. « Il est vraisemblable que ce soit lui » et qu’il « soit donc toujours en vie », a confié, rapporte l’AFP, le colonel Patrik Steiger, le porte-parole de l’EMA.

Pour rappel, et aux dires du général Frédéric Blachon, le commandant de la force Barkhane, la katiba Macina est l’une des « plus dangereuses » au Mali. Apparu pour la première fois en janvier 2015 et disposant de nombreux combattants, pour la plupart issus du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest [MUJAO] et appartenant à la communauté Peule, ce groupe jihadiste cherche à attiser les rivalités intercommunautaires dans le centre du Mali.

Cette organisation « adopte une stratégie quasi insurrectionnelle en s’attaquant aux représentants de l’État et aux symboles de l’autorité », a récemment résumé le général Blachon, dans les colonnes du quotidien Le Monde.

Quoi qu’il en soit, si Koufa est encore vivant, le raid français auquel il a échappé ne pourra le rendre qu’encore plus méfiant, déjà qu’il se montrait très prudent dans ses déplacements et apparitions publiques [ce qui lui a valu d’être surnommé « l’insaisissable »]. D’après Jeune Afrique, l’informateur de la force Barkhane qui avait permis l’opération du 23 novembre aurait été « exécuté » par les jihadistes.

Photo : capture d’écran

http://www.opex360.com/2019/03/12/mali-pour-paris-il-est-desormais-vraisemblable-que-le-chef-jihadiste-amadou-koufa-soit-encore-vivant/
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
PGM

messages : 10626
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Hier à 9:56

21 soldats maliens tués lors d'une attaque ce matin.

RIP

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 26313
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Hier à 17:11

RIP

Citation :
Une attaque jihadiste inflige de lourdes pertes aux forces armées maliennes à Dioura

par Laurent Lagneau · 18 mars 2019




Le 17 mars, à l’aube, plusieurs dizaines de jihadistes, venus à moto et à bord de pickups, ont attaqué le camp des Forces armées maliennes [FAMa] installé à Dioura, une localité située entre la frontière avec la Mauritanie et Mopti, dans le centre du Mali. Et l’effet de surprise a dû jouer à plein au regard des lourdes pertes subies par les soldats maliens.

Si aucun bilan officiel n’a pour le moment été donné par Bamako, plusieurs sources ont évoqué une vingtaine de tués parmi les FAMa. L’opposition malienne, réunie au sein du « Front pour la Sauvegarde de la Démocratie », parle d’une « vingtaine de disparus » et d’un « nombre indéterminé de blessés ». En outre, poursuit-elle, il y aurait également « huit véhicules brûlés, dont des (camions) citernes et huit véhicules équipés d’armes de guerre emportés par les assaillants. »

Quant à l’état-major des FAMa, il a publié trois communiqués au sujet de cette attaque, dont un pour préciser que « l’aviation militaire survolait la localité » et que des « renforts terrestres étaient en mouvement. » Puis, il a annoncé la reprise du camp de Dioura à 16 heures. On ignore si la force française Barkhane a été sollicitée pour intervenir.

Selon les FAMa, cette attaque aurait été dirigée par un certain Ba Ag Moussa, alias Bamoussa Diarra, un ex-colonel malien ayant déserté pour rejoindre les rangs jihadistes en 2012. Depuis, il est devenu un proche d’Iyad Ag Ghali, le chef du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM], une organisation qui fédére pluieurs groupes jihadistes, dont une katiba d’al-Qaïqa au Maghreb islamique [AQMI], Ansar Dine et le Front de libération du Macina [ou Ansar al-Din Katiba Macina].

Le mode opératoire suivi par les jihadistes rappelle celui des deux attaques qui visèrent, en 2015 et en 2016, le camp des FAMa implanté à Nampala, localité située à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Dioura. L’une avait été attribuée à AQMI tandis que l’autre, qui fut 17 tués dans les rangs maliens, fut revendiquée par la Katiba Macina.

La situation dans le centre du Mali demeure difficile, malgré les opérations récemment conduite par la force Barkhane. Le 12 mars, deux véhicules des FAMa et de la gendarmerie malienne ont été détruits par des engins explosifs improvisés [IED] dans les environs de Hombori et de Dialloubé [au moins 6 tués au total].

http://www.opex360.com/2019/03/18/une-attaque-jihadiste-inflige-de-lourdes-pertes-aux-forces-armees-maliennes-a-dioura/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire au Mali - Opération Serval
Revenir en haut 
Page 20 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20
 Sujets similaires
-
» Intervention militaire au Mali - Opération Serval
» [Opérations diverses] Opération Prométhée
» [Opérations diverses] Opération AZALEE
» P902 Libération
» Livret militaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: