Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Intervention militaire au Mali - Opération Serval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 22 Juil 2015 - 21:03

Citation :
Tombouctou : Le port de Kourioumé sécurisé grâce aux casques bleus



Depuis l’installation de la MINUSMA en 2013, la force onusienne patrouille régulièrement dans la localité de Kourioumé, localité située  à 10 km au sud de Tombouctou, un axe stratégique  par lequel toutes les marchandises en provenance du Sud du pays et par le fleuve Niger transitent.

Pendant la période de grande crue du Niger,  les pirogues venant de Mopti et les bateaux de Koulikoro passent par le port de Korioumé et acheminent les produits du sud tels que les légumes, les fruits, les poissons fumés et les denrées de première nécessité.

Le port est un passage obligatoire  pour la population en partance ou en provenance de la partie sud de la Région. Ainsi, le bac de Korioumé assure également la traversée pour les camions transportant les biens des commerçants de la région.  «La route de Bamako est dans un état peu praticable et peu sécurisée, et par conséquent les commerçants et les personnes préfèrent utiliser la voie fluviale. Dans ce port, les patrouilles de sécurisation des casques bleus de la MINUSMA ont un effet dissuasif contre n’importe qui voudrait attaquer la population. Nous souhaitons qu’elles soient intensifiées surtout la nuit car c’est en ce moment que nous sommes un peu plus vulnérables» a expliqué Ibrahim Maiga le responsable du bac de Korioumé.



La situation sécuritaire impacte directement l’activité économique de la zone selon Moussa Cisse, commerçant du port de Kouriome qui soutient que : «C’est difficile d’investir quand on peut être pillé en cours de route. Nous avons vu les Fama revenir pour nous sécuriser et la présence de la MINUSMA est aussi une très bonne chose. Les gens s’approchent sans peur car elles savent pouvoir rentrer en toute sécurité. Ce que nous regrettons c’est la diminution considérable du volume d’affaires depuis la crise parce que beaucoup de personnes ont quitté cette région pour se réfugier ailleurs» a-t-il fait remarquer.

Pour sa part,  le Lieutenant-Colonel Arnaud Bone, Chef des opérations de la force de la MINUSMA de Tombouctou a insisté sur le caractère stratégique du port de Korioumé. «Une grande partie des approvisionnements de la MINUSMA à Tombouctou franchit le Niger à Korioumé. Ce port a donc un intérêt vital aussi pour nos opérations. Il y a des patrouilles à Korioumé de jour comme de nuit, elles sont réalisées par la Force, mais également par UNPOL. La gendarmerie malienne y a installé un poste et la zone est sécurisée. La MINUSMA est également conscient de l’intérêt de ce port pour le développement de la région, il ne peut y avoir de retour de la prospérité sans cette porte ouverte sur le sud du Mali ».

Depuis que cet axe fluvial est sécurisé, l’approvisionnement des marchés se fait régulièrement et les étales sont davantage achalandés, notamment celui de Tombouctou. Cela a eu un impact positif sur le prix des produits alimentaires et donc sur la sécurité alimentaire des populations de la région.

https://minusma.unmissions.org/tombouctou-le-port-de-kourioume-securise-grace-aux-casques-bleus
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 24 Juil 2015 - 18:14

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Sam 25 Juil 2015 - 14:03

Citation :
Mali: un VAB touché par un IED près de Tessalit  


Un véhicule blindé de type VAB  de l’opération Barkhane a été touché ce vendredi matin par un engin explosif alors qu’il circulait à quelques centaines de mètres à l’est du centre de santé de Tessalit. Un périmètre de sécurité a été établi autour du lieu de l’explosion.

Cinq militaires auraient été blessés. Tous ont été évacués par hélicoptère pour une prise en charge médicale à Gao.

Cette attaque IED est à rapprocher du tir d’obus/roquettes survenu également ce matin et visant le camp MINUSMA d’Aguelhok. Elle illustre la volonté d’éléments radicaux de poursuivre leurs actions en dépit des opérations militaires menées dans la région de Kidal par les soldats de Barkhane ces dernières semaines.

C’est le troisième IED qui touche un véhicule de l’opération Barkhane cette année dans le cercle de Tessalit ; les incidents précédents sont survenus en mars 2015 pendant des opérations militaires.

En avril 2014, un engin blindé de l'opération  Serval avait heurté une mine anti-char alors qu’il circulait entre Tessalit et le camp d’Amachach (aérodrome situé 7km au nord-ouest de Tessalit où se trouve un détachement de l’opération française).

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2015/07/24/mali-14503.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 28 Juil 2015 - 16:50

Citation :
UNE EQUIPE DE NEUTRALISATION D'ENGINS EXPLOSIFS DEPLOYEE A TOMBOUCTOU.


La Compagnie Cambodgienne de neutralisation des engins explosifs et de déminage de la MINUSMA, basée à Gao, a récemment détaché de son effectif une section pour la région de Tombouctou. Cette section est subdivisée en trois groupes : un groupe d'intervention comprenant les démineurs, un groupe de protection et un groupe médical et logistique. Elle agit principalement dans le cadre de la lutte contre les engins explosifs improvisés en coordination avec la composante de la Force de la MINUSMA déployée au Secteur Ouest ainsi qu'avec l'UNMAS (le Service de Lutte anti-mine des Nations Unies), qui lui fournit la formation et l'équipement.



Elle est également employée pour la neutralisation et la destruction de toute sorte de restes d'explosifs de guerre (en anglais Explosive Remnant of War, ERW)  qui peuvent être trouvés et signalés par les services de sécurité ou pendant les opérations militaires. Dans le cadre de la protection, cette action est primordiale pour éviter à des personnes civiles, notamment les enfants, d'être les victimes collatérales dans les zones de conflit.

Qu'il s'agisse de mines, de roquettes, d'obus ou d'autres munitions que l'on peut trouver en diverses circonstances, non explosées ou abandonnées par les groupes armés, c’est à l’unité cambodgienne de nettoyer ces sites contaminés lors de ses opérations. Cette dernière effectue à l'issue de phases de fouilles minutieuses la destruction de ces munitions grâce à des explosions contrôlées qui garantissent la sécurité des populations.



« C'est surtout suite aux informations reçues que nous pouvons réagir. Nous agissons surtout en faveur de la population parce que n'importe qui peut être victime d'une mine ou d'une munition non explosée. La collaboration des populations est vitale pour que nous puissions mieux les protéger contre tout accident. Il faudra que nous soyons informés au plus vite !» a rappelé le commandant de la section cambodgienne, le major Samnoeun Chea.

Sur ce sujet, l'équipe de de neutralisation des engins explosifs organisera prochainement des sessions de sensibilisation au profit la population et des déplacés dans la région de Tombouctou, en collaboration avec le Service de lutte anti-mines des Nations Unies (UNMAS). Les communautés seront mieux informées sur les risques et les dangers posés par les explosifs pour qu'un plus grand nombre de personnes soit capable de les identifier et de les signaler aux autorités compétentes, tout en adoptant un comportement sécuritaire approprié.

L'appui technique de la section cambodgienne est également déterminant dans les  déplacements des convois de la MINUSMA, au cas où un objet suspect qui pourrait menacer lesdits convois serait détecté en cours de déplacement.

Le Général de Brigade Sidiki Daniel TRAORE, Commandant le Secteur Ouest de la MINUSMA a souligné le rôle indispensable que joue cette unité récemment déployée à Tombouctou. « Depuis les derniers  mois, la menace terroriste est grandissante dans la région de Tombouctou et les terroristes n'hésitent plus à viser des convois de la MINUSMA, notamment avec des engins explosifs improvisés » a-t-il expliqué. « Nous espérons renforcer davantage cette capacité d'intervention spécialisée au sein de notre effectif, notamment pour dépolluer notre secteur de ces engins de mort sournois au bénéfice des populations et offrir également des voies sûres et sécurisées à nos troupes dans l’exécution de leurs missions », a-t-il ajouté.  

Depuis l'installation de la MINUSMA au Mali, en juillet 2013, l'UNMAS a répertorié dans l'ensemble du pays 233 incidents dus aux engins explosifs improvisés. Cela a occasionné la  mort de 85 personnes, dont 26 éléments de la MINUSMA et 348 blessés, parmi lesquels figurent 153 casques bleus.

https://minusma.unmissions.org/une-equipe-de-neutralisation-dengins-explosifs-deployee-tombouctou
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 29 Juil 2015 - 16:19

Citation :
Armée française - opérations militaires OPEX (page officielle)  

5 juillet 2015, découverte et destruction d’un point d’intérêt par un détachement de la force Barkhane engagé dans une opération de contrôle
de zone au nord-est du Mali. Du 29 juin au 10 juillet, le Groupement Tactique Désert Ouest (GTD-O) Mistral et le détachement de liaison et d’appui
opérationnel (DLAO) de Tessalit ont effectué des actions de fouilles sur des points d’intérêts signalés sur la base de renseignements.





Crédits : État-major des armées / armée de Terre  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 29 Juil 2015 - 23:33

Citation :
IED à Kidal: un véhicule des forces spéciales visé mardi...  




Mardi matin, un IED a explosé au nord du camp français au passage d'un véhicule français. Plusieurs membres des FS (selon des sources onusiennes et maliennes)
auraient été très légèrement blessés. L'IED était placé au nord du cours d'eau à sec, près du barrage (voir la carte ci-dessus où l'oued est en jaune).


http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2015/07/29/ied-a-kidal-14517.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 30 Juil 2015 - 20:08

Citation :
Mali : Les terroristes, perturbés mais pas hors d’état de nuire


30 juillet 2015



Certaines arrestations de présumés terroristes opérées dernièrement s’avéraient être des fausses pistes. Nonobstant la perturbation des manœuvres terroristes due à la ténacité des forces maliennes et leurs partenaires dans la lutte anti-terroriste, il semblerait que les menaces persistent toujours.


Le danger terroriste a depuis quelque temps gagné le sud du Mali. Les attaques des forces du mal qui se limitaient auparavant au centre du pays ont progressé au sud jusqu’à atteindre Bamako avec l’attentat de la Terrasse en mars dernier. A ce jour, Kayes reste la seule région jusque là épargnée des affres de l’obscurantisme. C’est dire combien la menace est réelle et surtout nationale.

Les risques d’attentats ou d’offensives terroristes à travers tout le territoire malien exige une plus grande prudence de la population mais aussi et surtout une capacité d’anticipation efficace des services de sécurité afin d’éventer les actions destructrices.

Les plus de trois ans de chaos ont enseigné aux forces de défense et de sécurité maliennes une permanente rigueur dans leur tâche régalienne. Ne craignant plus le péril de la mort pour une cause noble, la peur farouche ressentie par nos hommes en uniformes face à l’ennemi, conduisant autrefois à des replis tactiques au moindre bruit de botte de celui-ci, a désormais cédé la place à la bravoure titanesque dans la préservation de la vie des citoyens maliens et la protection de leurs biens.

“Autant cette appréciable vaillance dans le métier d’arme est remarquée chez les forces guerrières, autant remarquons-nous un dynamisme nouveau dans les investigations des services de veille. Le démantèlement de camps terroristes et les nombreuses arrestations de présumés terroristes opérés les dernières semaines traduisent de la qualité du travail abattu par les services chargés de veiller à la quiétude des maliens.


On peut cependant regretter que beaucoup des individus appréhendés avec de forts soupçons soient relâchés « faute de preuves ».

La semaine dernière, les 20 suspects arrêtés à Zégoua au début de ce mois ont été libérés pour insuffisance d’éléments consistants à charge. Pour les mêmes raisons, le présumé cerveau de l’attentat de la Terrasse s’apprêterait également à recouvrer sa liberté. D’après Studio Tamani, les indices n’étableraient « aucun lien avec un quelconque mouvement jihadiste ».

Ce n’est que justice que ces individus soient remis en liberté si aucune preuve ne permet de les lier aux cellules terroristes. L’innocence établie de ces derniers suppose cependant que les véritables terroristes circulent librement ailleurs. On peut alors s’inquiéter que ceux-ci ne profitent de ces fausses pistes pour aiguiser plus tranquillement d’autres projets diaboliques.

“Si le suspect arrêté comme étant le cerveau de l’attentat de la Terrasse s’avère n’être qu’un malheureux paisible citoyen où se terre alors le méchant de l’histoire ? Une énigme que les services spécialisés en la matière devront résoudre avant que celui-ci ne soit en manque de semer la désolation et passe à l’acte.


Malgré ces possibles couacs, la constance dans les enquêtes et les missions de ratissage des forces armées de défense et de sécurité du Mali ont permis de perturber sérieusement les terroristes dans leurs actions. Parce que c’est dans la panique que l’ennemi est plus porté à commettre un faux pas, le harcèlement continu des forces maliennes permettra assurément de dénicher bientôt les sanguinaires de leur havre de paix.

Aliou Hasseye


http://maliactu.net/mali-les-terroristes-perturbes-mais-pas-hors-detat-de-nuire/#sthash.7uv9VCQp.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 3 Aoû 2015 - 17:03

Citation :
Mali : dix soldats tués dans l'attaque d'un camp de l'armée malienne


AFP 03/08/2015


Un camp de l'armée malienne à Gourma Rharous, dans la région de Tombouctou (nord du Mali), a été attaqué tôt lundi matin par des "terroristes", qui ont tué dix soldats, ont indiqué à l'AFP deux sources militaires maliennes.

"Ce matin à Gourma-Rharous, on a essuyé une attaque terroriste qui a fait dix morts dans nos rangs. Jusqu'à présent, on est en train de recouper les informations du terrain", a affirmé une des sources militaires jointe par téléphone à Gao, la plus grande ville du nord malien.
Selon elle, l'attaque a eu lieu "aux environs de 05H30" (locales et GMT). Des militaires ont été dépêchés sur les lieux, à environ 140 km à l'est de Tombouctou.

Une autre source militaire, un responsable dans l'armée joint à Bamako, a confirmé l'assaut, qui a ciblé "une unité de la Garde nationale" basée à Gourma Rharous.
"Une dizaine de nos hommes ont été tués" par les assaillants, qui "sont des éléments jihadistes liés à Ansar Dine", a ajouté ce responsable, indiquant être dans l'attente de rapports complémentaires du terrain.

Cette attaque survient deux jours après une embuscade contre l'armée vers Nampala (centre) qui, selon un communiqué du gouvernement, a fait samedi deux morts parmi les soldats maliens.

Longtemps concentrées dans le nord, les attaques jihadistes se sont étendues depuis le début de l'année vers le centre, puis à partir de juin dans le sud, près des frontières ivoirienne et burkinabè.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à el-Qaëda après la déroute de l'armée face à la rébellion, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Bien que les jihadistes aient été dispersés et en grande partie chassés de cette vaste région à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale, des zones entières échappent encore au contrôle des autorités maliennes comme des forces étrangères.


http://www.lorientlejour.com/article/937434/mali-un-camp-de-larmee-malienne-attaque-dans-le-nord-dix-soldats-tues.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 3 Aoû 2015 - 20:57

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 4 Aoû 2015 - 18:41

Citation :
Mali : Des attaques, des morts et des incompréhensions


4 août 2015



Onze soldats maliens ont été tués lundi dans une attaque contre le camp des gardes à Gourma-Rharous, dans la région de Tombouctou. Une attaque, la deuxième en trois jours contre les forces armées maliennes, qui ternit les récents succès enregistrés en matière de lutte anti-terroriste.


Les narcoterroristes sont ressortis de leur tanière. Ils reprennent de plus belle leurs attaques meurtrières après un court moment d’hibernation, conséquence de l’intense traque dont ils étaient l’objet de la part des forces maliennes.

En l’espace de trois jours, deux fois l’armée malienne a été leur cible. Le samedi, une escorte de l’armée est tombée dans une embuscade sur l’axe Diabaly-Nampala dans la région de Ségou, causant la mort de deux soldats. Hier, lundi, c’est un assaut vraisemblablement minutieusement préparé auquel les éléments de la garde nationale ont dû faire face à Gourma Rharous, dans la région de Tombouctou. Bilan de l’opération : onze morts dans les rangs des soldats maliens.

Ces deux attentats aisément perpétrés vers le centre et au nord du Mali suscitent une certaine incompréhension et rappellent que, malgré l’accord de paix signé, le retour de la sécurité est encore loin de devenir une réalité.

Avons-nous baissé la garde ?

Le mois de juillet a été relativement marqué par des actions tous azimuts de harcèlement des groupes terroristes. Les forces maliennes avaient entrepris une vaste campagne de traque des forces obscurantistes.

Des efforts qui se sont révélés payants car, au cours de cette période où de nombreuses arrestations et démantèlements de cellules terroristes ont été opérés, les groupes terroristes avaient fortement été perturbés dans leurs actions. Comment expliquer alors la résurgence des attentats contre les forces armées maliennes ? Y-a-il eu un relâchement de l’étau autour des groupes terroristes ?

Il va sans dire que l’attaque du camp de Gourma-Rharous est la résultante non seulement d’une carence dans l’anticipation des actions terroristes mais aussi une fébrilité de la garde des forces déployées sur cette zone située dans une partie du Mali particulièrement dangereuse. Mais plus qu’un relâchement du dispositif sécuritaire, cette dernière attaque qui a couté la vie à onze militaires maliens dénote surtout de la capacité des groupes terroristes à profiter de la moindre faille laissée par les forces maliennes et leurs partenaires.

“En effet, après l’assaut meurtrier, certains habitants de la localité, dans plusieurs témoignages, ont fait cas du climat d’insécurité qui y a toujours prévalu du fait de l’absence des forces MINUSMA et Barkhane d’une part et d’autre part du fait que l’armée n’est présente qu’à travers son seul corps de la garde nationale.


Chaque attaque réussie des terroristes fait ressortir l’insuffisance des actions de prévention des forces régulières et de leurs partenaires qui, contrairement à l’armée malienne, sont dotés de moyens plus colossaux.

Certes, le territoire malien est vaste mais le nombre important de militaires déployés sur le sol malien doit tout de même interpeller, selon André Bourgeot, spécialiste du Sahel qui, lors d’un débat sur Studio Tamani, a mis en avant les moyens techniques non négligeables, dont des drones, des forces amies du Mali.

“« Comment des groupes armés mobiles de petites dimension ont capacité à créer les conditions structurelles d’une insécurité quasiment permanente ? », s’est-il étonné hier au cours du débat.


L’accord de paix en cause

Les récentes attaques terroristes rappellent également les limites de l’accord de paix intervenu entre le gouvernement et les mouvements armés du nord. Ce pacte qui a pour ambition de ramener définitivement la paix au Mali occulte la dimension terroriste, selon de nombreux observateurs. Si des politiciens et certains membres de la société civile réclament des négociations directes avec les terroristes, d’autres sans aller jusque-là s’interrogent toutefois sur le sort de ces acteurs qui n’ont plus à faire la preuve de leur capacité de nuisance.

Certaines dispositions de l’accord de paix négocié sous les auspices du voisin algérien créent les conditions qui pourraient pousser chaque acteur armé à s’affirmer de la plus violente des manières sur le terrain. C’est en substance la lecture que fait André Bougeot de la situation.

“« Comment peut-on signer des accords de paix sans prendre en compte la donnée des groupes armés narco-djihadistes qui étaient dans le septentrion malien, qui maintenant sont pratiquement sur l’ensemble du territoire malien ? Si ce n’est pas pris en compte pour créer les conditions de paix, il est bien évident qu’eux vont continuer à faire des attentats », a-t-il déclaré sur les antennes de Studio Tamani.


Le chercheur français, comme d’autres analystes, estiment que l’accent doit être mis sur la collaboration avec les populations. Se fondant très souvent dans la population avant leur passage à l’acte, la dénonciation systématique des individus suspects contribue grandement à la lutte contre le terrorisme. L’éradication du fléau du terrorisme dans le pays demande la conjugaison de tous les efforts.

Aliou Hasseye

http://maliactu.net/mali-des-attaques-des-morts-et-des-incomprehensions/#sthash.kjnu3vvf.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 6 Aoû 2015 - 18:23

Citation :
6 aoû 2015

MINUSMA, deux ans après: des succès, et toujours plus de défis…



La MINUSMA a officiellement célébré ses deux années de présence au Mali, les 4 et 5 août derniers, à son Quartier Général, sis à l’Hôtel de l’Amitié, sur fond de succès mais également de nouveaux défis qui pointent à l’horizon. Une célébration en présence du Ministre malien des Affaires étrangères, de l’Intégration Africaine et de la Coopération Internationale, ainsi que d’autres membres du gouvernement que sont les Ministres de la Défense et des Anciens Combattants, de la Sécurité et de la protection civile, de la Réconciliation Nationale et celui en charge de la Communication, porte-parole du gouvernement . L’Assemblée Nationale était également représentée notamment par d’Honorables Députés, membres de la Commission de Défense et de Sécurité, Les membres du corps diplomatique et les chefs d’agences du système des Nations Unies représentant l’Equipe pays étaient également présents …

Dans son allocution d’ouverture des célébrations, le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nation Unies et Chef de la MINUSMA, M. Mongi Hamdi, a placé la cérémonie sous le signe de l’importance que Son Excellence M. Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République du Mali et son gouvernement accordent à la coopération qui lie le Mali avec les Nations Unies. Il est ensuite revenu sur les multiples efforts fournis par la mission tout au long de ces deux dernières années avec, entre autres réalisations à l’actif de la MINUSMA : son engagement dans les pourparlers de Ouagadougou, l’organisation des élections présidentielle et législatives et de 2013, son plein appui en termes d’expertise et de logistique au processus d’Alger et la signature de l’Accord de paix.

« Les défis à la paix font partie de nos préoccupations quotidiennes, afin d’empêcher toute manœuvre pouvant altérer ou entraver notre marche vers la paix durable et irréversible »,    a-t-il dit, pour exprimer que malgré tous ces efforts, beaucoup reste à faire, en fonction notamment de la situation sécuritaire dont toutes les forces vives de la nation devront être les artisans car, a conclu Mongi Hamdi : « la paix au Mali n’est pas l’apanage de la seule MINUSMA ou quelques parties, elle est fondamentalement l’affaire de tous les maliens».

Lui emboitant le pas, le ministre malien des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Coopération Internationale, Abdoulaye Diop, a fait observer une minute de silence en la mémoire de tous les civils et militaires, maliens comme étrangers, « victimes d’attentats abjects et innommables alors qu’ils étaient au service de la paix». Tout en présentant ses condoléances aux autorités des pays amis et aux familles des victimes, il a les a rassurés que le « Gouvernement du Mali mettra tout en œuvre pour que ces crimes ne restent pas impunis ».

La MINUSMA, partenaire du peuple malien…

Abdoulaye Diop a salué la « mobilisation formidable et presque sans précédent de la communauté internationale autour du Mali », et témoigné que « la MINUSMA accomplit honorablement et dans la mesure des moyens dont elle dispose, sa mission de maintien de la paix et de stabilisation du pays, en collaboration étroite avec les autorités maliennes ».

Puis, sur la base des progrès réalisés, entre autres: la signature de l’Accord préliminaire de Ouagadougou le 18 juin 2013, les pourparlers inclusifs d’Alger, la signature de l’Accord de paix des 15 mai et 20 juin 2015, la mise en place du Comité de suivi de l’Accord, la reconstitution du tissu social dans le nord, la consolidation du cessez-le-feu, la réhabilitation du patrimoine culturel. II a réaffirmé l’engagement de l’Etat malien à travailler pour la consolidation des acquis, tout en précisant que « le chemin menant à la paix durable et à la stabilité est encore long et parsemé d’embûches, les ennemis de la paix continuant de rôder et de sévir dans le pays et dans la sous- région ».

Suite aux discours prononcés, deux activités majeures étaient prévues : la projection d’un film bilan et la présentation d’une exposition photos dans le cadre de l’initiative ‘’Deux ans au nom de la paix au Mali’’. Une occasion pour les visiteurs de prendre la juste mesure des efforts faits par la MINUSMA depuis deux ans, en faveur de la protection des civils, la sauvegarde de l’intégrité territoriale et le rétablissement de l’Etat de droit dans toutes ses composantes. A travers le film et les photos exposées, les participants dont les officiels maliens, les diplomates étrangers ou encore les élus locaux, les membres des organisations de la société civile et les représentants de l’Association des municipalités du Mali, ont pu se rendre compte du travail des composantes civiles et militaires de la MINUSMA, particulièrement au nord et aussi sur toute l’étendue du territoire.

Des succès visibles et tangibles en deux ans…

Satisfecit aussi de la part du Forum des organisations de la société civile et de l’Association des municipalités du Mali dont les leaders respectifs ont salué les efforts de la Minusma dans leur collaboration étroite sur le chemin du rétablissement de la paix dans le pays.

Yacouba Traoré, au nom de l’Association des municipalités, a salué « des échanges fructueux d’information, des concertations sur des sujets d’intérêt commun avec la MINUSMA », et Mamoutou Diabaté, au nom du Forum des organisations de la société civile, a plaidé pour « un renforcement de la communication entre la MINUSMA et la population pour couper court aux supputations de tous genres » et faire connaitre toutes ces réalisations.

Une meilleure collaboration, Mongi Hamdi les en a rassurés car, a-t-il dit, « la MINUSMA considère la société civile malienne comme étant un partenaire à part entière » avec qui elle a pu tisser des relations fortes, par l’intermédiaire de la division des Affaires civiles, plus particulièrement à Bamako, Kidal, Gao, Tombouctou et Mopti.

En effet, comme l’ont souligné les différents intervenants, beaucoup de réalisations sont à l’actif de la MINUSMA. Elle a, en deux ans, contribué à stabiliser le Mali par sa présence militaire et civile, surtout au nord. Les populations se sentent plus en sécurité partout où la Mission est déployée, et bénéficient de l’appui de la composante civile dans le cadre de la réconciliation, de la cohésion sociale et des projets à impact rapide destinés à aider au relèvement des régions autrefois touchées par la crise et manquant d’infrastructures communautaires de base.

Ces réalisations multiples et variées, sont visibles aussi bien à Kidal, Gao, Mopti, Tombouctou, qu’à Bamako, et contribuent de façon substantielle à relancer les activités économiques dans ces zones.

La MINUSMA a été très active aux côtés de la Communauté internationale dans le processus de paix en cours qui a abouti en juin à la signature effective par toutes les parties de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali.

Toutefois, des défis persistent et continuent d’entraver la marche vers « l’objectif recherché, en l’occurrence la paix et rien que la paix », comme l’a rappelé le chef de la MINUSMA.

Beaucoup de défis en perspective sur le long chemin de la paix….

Ces défis ont pour nom : la protection des civils, le suivi de l’accord de paix et l’aboutissement du processus, la reconstruction et la stabilisation du nord du Mali, l’appui à la restauration de l’autorité de l’Etat, la réconciliation nationale et la consolidation de la cohésion sociale, la promotion des droits humains, la protection des sites culturels et historiques, etc.

Autant de tâches, dont la Résolution 2227 (2015) du Conseil de sécurité des Nations Unies du 29 juin 2015, a investi la mission et auxquelles, elle s’attèle au jour le jour dans un environnement plutôt hostile, fait d’attaques asymétriques fréquentes contre ses positions.

Pour rappel, la MINUSMA a déploré la perte de 42 de ses Casques bleus dans ce genre d’attaques, notamment dans les régions de Kidal, Gao et Tombouctou. Les positions des Forces armées maliennes (FAMa) sont aussi régulièrement visées, ce qui complique la sécurisation du territoire malien pour toutes les parties.

Ces actes ne sont cependant pas de nature à altérer la détermination de la Mission à œuvrer auprès du gouvernement malien pour l’atteinte des objectifs communs, loin s’en faut. Le Chef de la MINUSMA a d’ailleurs clairement défini les quatre axes prioritaires autour desquels la mission entend concentrer ses actions futures, à savoir: soutenir et accompagner la mise en œuvre de l’Accord de paix dans tous les domaines, œuvrer au respect du cessez-le-feu avec la mise en place des mécanismes de surveillance et de suivi, cibler les besoins pressants de la population et y apporter une réponse diligente, maintenir l’élan populaire en faveur de la paix et assurer le soutien permanent de toutes les composantes et de toutes les parties maliennes.

Tout ceci ne peut véritablement se réaliser que dans le cadre d’une franche et sincère collaboration entre toutes les parties, avec un rôle crucial à jouer par la société civile et les populations maliennes, pour la réalisation de l’objectif d’un « Mali un et indivisible » comme l’a réitéré le Ministre Abdoulaye Diop.

https://minusma.unmissions.org/minusma-deux-ans-apr%C3%A8s-des-succ%C3%A8s-et-toujours-plus-de-d%C3%A9fis%E2%80%A6
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 6 Aoû 2015 - 19:20

Citation :
Cinq suspects de l’attaque de lundi dans le nord du Mali arrêtés (armée)


5 août 2015


Les forces maliennes ont arrêté mercredi cinq personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’attaque jihadiste ayant fait onze militaires tués lundi à Gourma-Rharous, dans la région de Tombouctou (nord du Mali), a appris l’AFP auprès de l’armée.

Les arrestations ont été effectuées non loin de la zone de l’attaque par une unité de l’armée qui a mis les suspects « à la disposition de la gendarmerie nationale », a affirmé le chef de la Direction de l’information et des relations publiques des armées (Dirpa), le colonel Souleymane Maïga.

Selon lui, les individus appréhendés sont soupçonnés d’être liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). D’après l’agence de presse privée mauritanienne Al-Akhbar, ce groupe jihadiste a revendiqué l’attaque dès lundi.

Une source militaire malienne jointe dans le nord du Mali a également fait état de l’arrestation de cinq suspects « tôt mercredi matin à environ 30 km de Gourma-Rharous, au bord du fleuve » Niger.

« Ils ont été conduits à Gourma-Rharous, et seront prochainement transférés vers Tombouctou », chef-lieu de région à environ 140 km à l’ouest de cette localité, a indiqué cette source militaire.

Selon elle, un des suspects a été trouvé en possession d’une arme appartenant à un lieutenant tué dans l’attaque.

Un habitant de Gourma-Rharous joint par téléphone a affirmé à l’AFP avoir vu entrer dans sa ville mercredi peu avant 12H00 (locales et GMT) des membres des forces maliennes avec cinq individus ainsi que d’importants matériels qui en avaient été emportés. Il n’a pu fourni plus d’indications.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda – dont Aqmi – après la déroute de l’armée face à la rébellion, d’abord alliée à ces groupes qui l’ont ensuite évincée.

Bien que les jihadistes aient été dispersés et en grande partie chassés de cette vaste région à la suite du déclenchement en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une opération militaire internationale, des zones entières échappent encore au contrôle des autorités maliennes comme des forces étrangères.

Deux jours avant l’attaque à Gourma-Rharous, deux soldats maliens avaient péri et quatre blessés dans une embuscade attribuée aux jihadistes vers Nampala, dans la région de Ségou (centre), proche de la frontière mauritanienne. Cette ville avait déjà été visée par une attaque islamiste meurtrière en janvier.

En raison des derniers assauts jihadistes, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a annulé un déplacement en Egypte initialement prévu mardi.

Il a dénoncé des « actes perfides et lâches contre le Mali et la paix » dans une déclaration diffusée mardi soir.

http://maliactu.net/cinq-suspects-de-lattaque-de-lundi-dans-le-nord-du-mali-arretes-armee/#sthash.dY66hUpb.dpuf


Citation :
Mali : Police nationale : Deux commissariats et la Bij réhabilitées par la Minusma


6 août 2015    


Hier 5 août, le commissariat du 15e arrondissement a abrité la cérémonie d’inauguration et de remise de locaux de la police nationale réhabilités par la Minusma. C’était en présence du chef de la composante police de la Minusma, du directeur général de la police nationale, du maire de la Commune V, du procureur de la République près le Tribunal de grande instance de la Commune V et le chef de quartier de Baco-Djicoroni.

Au nom des structures bénéficiaires des projets, Abdoulaye Djiré, commissaire chargé du 15e arrondissement, a adressé ses remerciements à la composante police de la Minusma et exprimé toute sa satisfaction. « C’est pour vous dire, M. le chef de la composante police de la Minusma, combien nous resterons éternellement reconnaissants pour ces joyaux dont vous venez de faire don à notre BR », a-t-il exprimé.

Et de rappeler que toutes les sections étaient logées dans les mêmes bureaux du commissariat à l’exception de la brigade de recherche qui était réfugiée dans le logement d’astreinte du commissaire. La BR, faute de place adéquate, a été mise à l’écart des autres sections. Il a assuré la Minusma que bon usage en sera fait.

Le DG de la police n’a pas caché sa satisfaction. Sur le ton de l’humour, il a instruit aux bénéficiaires de mettre très rapidement la main sur un grand bandit, pour prouver combien ces réalisations sont salutaires.

Le chef de la police de la Minusma a déclaré que ces travaux de réhabilitation ont été faits sur fonds propres de la Minusma. Il a promis que la Minusma restera aux côtés des forces de sécurité maliennes dans le cadre du renforcement de leurs capacités pour la bonne protection de la population.

Oumar B. Sidibé
Source: L’indicateur du Renouveau

http://maliactu.net/mali-police-nationale-deux-commissariats-et-la-bij-rehabilitees-par-la-minusma/#sthash.UKi3A2be.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 7 Aoû 2015 - 16:00

Citation :
Centre du Mali: « prise d’otages » en cours dans un hôtel, 4 morts dont 2 militaires


7 août 2015


Au moins quatre personnes, dont deux militaires, ont été tuées vendredi dans l’attaque d’un hôtel de Sévaré (centre du Mali) où séjournent des étrangers, a affirmé à l’AFP une source militaire malienne, parlant d’une « prise d’otages » toujours en cours en début d’après-midi.


L’attaque, lancée vendredi matin par des hommes armés, « est une prise d’otages ». Des militaires maliens ayant bouclé la zone de l’hôtel pour tenter de les déloger ont enregistré « deux morts et trois blessés dans leurs rangs », un homme avec une ceinture explosive « a été abattu » et, devant l’hôtel, gît le corps d’un homme à la peau blanche, a expliqué cette source, précisant: « Il n’y a pas de dénouement pour l’heure ».


http://maliactu.net/centre-du-mali-prise-dotages-en-cours-dans-un-hotel-4-morts-dont-2-militaires/#sthash.jAkkZ1fr.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 7 Aoû 2015 - 22:54

Citation :
Mali: prise d’otages toujours en cours dans un hôtel à Sévaré, 8 morts


7 août 2015


La prise d’otages par un commandé armé dans un hôtel de Sévaré, dans le centre du Mali, se poursuivait vendredi soir, après avoir fait au moins huit morts dont trois militaires, a indiqué une source militaire qui n’a pu préciser le nombre de personnes retenues par les assaillants.

« La prise d’otages se poursuit » à Sévaré, ville située à plus de 620 km au nord-est de Bamako. « Le bilan est maintenant de trois morts et quatre blessés du côté des Fama (Forces armées maliennes), deux terroristes ont été tués et il y a actuellement trois corps visibles devant l’hôtel à côté d’un minibus calciné », a indiqué cette source militaire, jointe vers 18H00 (locales et GMT). Un précédent bilan faisait état de quatre morts, dont deux militaires.


http://maliactu.net/mali-prise-dotages-toujours-en-cours-dans-un-hotel-a-sevare-8-morts/#sthash.EEXgdlTU.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Sam 8 Aoû 2015 - 13:11

Citation :
Mali: fin de la prise d’otages à Sévaré, les assaillants délogés de l’hôtel (sources militaires)


8 août 2015


A Sévaré, les militaires maliens ont mis fin à la prise d’otages dans un hôtel © REUTERS


Les forces maliennes ont mis fin dans la nuit de vendredi à samedi à une prise d’otages par un commando armé dans un hôtel de Sévaré, dans le centre du Mali, d’où les assaillant ont été délogés, selon des sources des sources militaires maliennes qui n’ont pas fait état de bilan.

Les assaillants avaient fait irruption vendredi vers 07H00 (locales et GMT) à l’Hôtel Byblos de Sévaré, ville à plus de 620 km au nord-est de Bamako où séjournent régulièrement des expatriés, selon le gouvernement malien et des sources militaires.

D’après des sources militaires maliennes interrogées par l’AFP vendredi, au moins cinq étrangers – trois Sud-Africains, un Français et un Ukrainien – y étaient enregistrés avant l’assaut. Une source diplomatique russe au Mali avait indiqué qu’un Russe employé d’une compagnie aérienne s’y trouvait également.

Les forces maliennes avaient bouclé la zone et tentaient, depuis lors, de les « déloger » de l’hôtel, ce qui a été fait dans la nuit de vendredi à samedi, ont indiqué à l’AFP deux sources militaires maliennes.

« Les opérations ont été finalisées, l’hôtel a été +nettoyé+ », débarrassé des assaillants, a déclaré une des sources jointes dans la zone.

Elles ont été menées par des forces spéciales maliennes vendredi à partir de 23H00, des forces spéciales « étrangères » sont également intervenues, a-t-elle affirmé, sans plus de détails.

Une autre source militaire a confirmé la fin de la prise d’otages, assurant: « Cette fois, c’est fini ».

Selon cette seconde source, les forces spéciales maliennes intervenues sont en réalité des gendarmes d’une unité spécialisée « dans les libérations d’otages et les actions anti-terroristes ».

« D’après mes informations, des forces spéciales étrangères sont arrivées (à Sévaré), mais pour l’heure, je ne peux pas affirmer qu’elles ont participé directement » à l’opération, a-t-elle précisé.

Située à une douzaine de kilomètres du chef-lieu de région Mopti, Sévaré est une ville stratégique: elle est dotée du plus important aéroport de la région, utilisée par l’armée malienne et les forces françaises de l’opération française au Sahel Barkhane ainsi que de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma).

Aucune des deux sources militaires jointes samedi par l’AFP n’a souhaité préciser de bilan.

Dans un communiqué diffusé vendredi soir, le gouvernement malien avait annoncé un « bilan provisoire » comprenant « cinq morts, deux blessés » du côté des forces armées maliennes (Fama) et « deux tués » dans le camp des terroristes ainsi que l’arrestation de sept suspects, sans plus de détails.

Auparavant, une des sources militaires maliennes avait fait état à l’AFP de huit morts: trois militaires, deux « terroristes » et trois « corps visibles devant l’hôtel à côté d’un minibus calciné ».

La mission onusienne avait fait par de la mort dans l’attaque d' »un membre du personnel international associé de la Minusma », sans précision sur son identité et sa nationalité.


http://maliactu.net/mali-fin-de-la-prise-dotages-a-sevare-les-assaillants-deloges-de-lhotel-sources-militaires/#sthash.aNlMknX1.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Sam 8 Aoû 2015 - 17:05

Citation :
Fin d’une prise d’otages sanglante dans un hôtel au Mali, 12 tués dont un Sud-Africain


8 août 2015
 

Douze personnes ont été tuées, dont un Sud-Africain, et quatre libérées samedi d’un hôtel de Sévaré, dans le centre du Mali, au lendemain d’un raid mené par un commando dont les forces maliennes sont venues à bout après une intervention lancée dans la nuit.

« Il y a eu 12 morts au total » durant les opérations, a affirmé samedi à l’AFP un responsable militaire malien: « Cinq Fama (membres des Forces armées maliennes), cinq terroristes et deux Blancs » dont les identités et nationalités sont en cours de vérification.

Parmi « ces deux Blancs, a-t-il ajouté, il y en a un dont le corps est resté longtemps devant l’hôtel, il y était visible depuis vendredi matin ». Deux autres sources militaires distinctes ont confirmé ce bilan à l’AFP.

Selon des militaires maliens, cinq étrangers figurent parmi les personnes qui étaient retenues dans l’hôtel Byblos de Sévaré, situé à plus de 620 km au nord-est de Bamako où des expatriés séjournent régulièrement.

Vendredi, d’autres sources militaires maliennes avaient affirmé qu’au moins cinq étrangers – trois Sud-Africains, un Français et un Ukrainien – y étaient enregistrés avant l’assaut.

Vendredi après-midi, l’Ukrainien a pu s’échapper de l’hôtel et, selon une source militaire malienne, il a dit y avoir vu, avant l’attaque, « trois Sud-Africains, un Russe comme expatriés ».

Par ailleurs, un porte-parole de l’ambassade russe au Mali a rapporté à l’agence russe RIA Novosti qu’un Russe qui était à l’hôtel avait été libéré et conduit dans des locaux de l’ONU, tandis que les assaillants avaient été « éliminés ». Une des sources militaires a indiqué à l’AFP que durant la prise d’otages, les forces maliennes avaient reçu « des informations utiles » de la part d’un Russe « qui était caché dans le bâtiment ».

Les assaillants, non officiellement identifiés, avaient fait irruption au Byblos vendredi vers 07H00 (locales et GMT).

Les forces maliennes avaient alors bouclé la zone et tenté de déloger les assaillants. D’après plusieurs sources militaires maliennes, elles y sont parvenues dans la nuit de vendredi à samedi.

Les opérations contre les preneurs d’otages à l’intérieur de l’hôtel ont été menées par les forces spéciales de la gendarmerie malienne, « avec le concours et l’assistance (des) partenaires » du Mali, a déclaré une source au ministère malien de la Défense. Elles ont permis de « libérer quatre otages », a-t-elle ajouté, refusant de s’exprimer sur leurs identités et nationalités.

Samedi après-midi, l’Afrique du Sud a confirmé la présence à Sévaré de trois de ses ressortissants, dont un a été tué. Les deux autres sont en sécurité.

Le ministère français des Affaires étrangères pour sa part disait encore procéder à des « vérifications » sur la présence supposée d’un de ses citoyens à l’hôtel ou parmi les victimes.

– « La vie a repris son cours normal » –

Vendredi soir, le gouvernement malien avait annoncé un « bilan provisoire » de cinq morts et deux blessés du côté des Fama, deux assaillants tués et l’arrestation de sept suspects, sans plus de détails.

Auparavant, une des sources militaires maliennes avait parlé à l’AFP de huit morts : trois militaires, deux « terroristes » et trois « corps visibles devant l’hôtel à côté d’un minibus calciné », dont celui d’un homme à la peau blanche.

Au moins un employé contractuel de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a été tué dans l’attaque, selon la Minusma et le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, qui a réaffirmé le soutien des Nations unies au processus de paix dans le pays, dans un communiqué diffusé samedi.

Située à 12 km de Mopti, la capitale régionale, Sévaré est une ville stratégique, dotée du plus important aéroport de la région utilisé par les forces maliennes et internationales.

Mopti se situe à la lisière du vaste Nord malien, où ont été enlevés de nombreux Occidentaux; Cette région était tombée en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes islamistes extrémistes liés à Al-Qaïda – dont Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) – qui avaient profité d’une offensive rebelle touareg contre l’armée.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés et dispersés de ces régions à la suite du déclenchement en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une opération militaire internationale, toujours en cours.

Cependant, des zones entières échappent encore au contrôle des autorités maliennes comme à celui des forces étrangères. Deux attaques jihadistes, les 1er et 3 août, ont causé la mort de 13 militaires maliens dans le Centre et le Nord.

Après une journée entière calfeutrés dans leurs maisons en raison de consignes de sécurité de l’armée, les habitants de Sévaré ont renoué samedi avec leurs activités habituelles, ont indiqué des résidents.

« Les militaires quadrillent toujours le secteur de l’hôtel. Les gardes sécurisent le bâtiment qui est vide. Les chiens renifleurs sont en train d’inspecter les lieux », a témoigné samedi matin un des habitants.

« Les gens sont sortis » de chez eux, « la vie a repris son cours normal », s’est réjoui un élu local.


http://maliactu.net/fin-dune-prise-dotages-sanglante-dans-un-hotel-au-mali-12-tues-dont-un-sud-africain-2/#sthash.119KoNUd.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 10 Aoû 2015 - 17:14

Citation :
Hôtel attaqué au Mali: des numéros de téléphone et adresses retrouvés sur des "terroristes" tués


AFP 10/08/2015


Les enquêteurs maliens ont retrouvé "des numéros de téléphone et des adresses" sur les corps de "terroristes" tués lors de la tentative de prise d'otages, le 7 août à l'hôtel Byblos de Sévaré (centre), qui a fait treize morts, a-t-on appris lundi de source proche de l'enquête.

"Sur les cadavres (des terroristes), les enquêteurs ont découvert des numéros de téléphone et des adresses. Ces données vont aider les enquêteurs à avancer plus vite", a-affirmé cette source jointe à Sévaré depuis Bamako la capitale.
"La thèse du mouvement de libération de Macina se précise. Une carte d'identité trouvée sur un d'entre eux mentionne (le nom de) Tamboura qui serait né à Téninkou, un village dans la zone géographique du Macina", a-t-elle indiqué, sans donner plus de détails.
"Les habitants de la ville de Sévaré ont déjà oublié (ces) événements malheureux. Dimanche, beaucoup de mariages ont été célébrés dans la ville, avec des cortèges de voitures et de klaxons comme d'habitude", a dit la même source.

L'attaque de l'hôtel Byblos a fait treize morts - cinq contractuels de l'ONU, quatre soldats maliens et quatre assaillants -, selon un bilan définitif publié dimanche par le gouvernement malien. Sept suspects ont été arrêtés, selon la même source. L'assaut n'a pas été revendiqué depuis. Mais "de forts soupçons pèsent" sur le Front de libération du Macina (FLM), "un groupe terroriste qui tient à faire parler de lui par tous les moyens", a affirmé dimanche à l'AFP une source militaire malienne jointe à Sévaré depuis Bamako. Le Macina est l'appellation traditionnelle d'une partie du centre du Mali.

Apparu début 2015, le FLM, qui recrute essentiellement dans la communauté peule et a revendiqué des attaques dans cette région, est un mouvement allié à Ansar Dine, un des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda ayant contrôlé le nord du pays près de dix mois entre 2012 et début 2013.
Les assaillants, non identifiés et dont le nombre demeure inconnu, ont fait irruption le 7 août vers 05H00 (locales et GMT) au Byblos de Sévaré, où séjournent régulièrement des expatriés. Ils en ont été délogés dans la nuit de vendredi à samedi par les forces maliennes.

http://www.lorientlejour.com/article/938469/hotel-attaque-au-mali-des-numeros-de-telephone-et-adresses-retrouves-sur-des-terroristes-tues.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 10 Aoû 2015 - 22:02

Citation :
Mali : le groupe Al-Mourabitoun revendique l'attaque de l'hôtel Le Byblos


Reuters  10/08/2015


L'organisation islamiste Al Mourabitoune a revendiqué la responsabilité de la prise d'otages de la semaine dernière dans un hôtel de Sévaré, dans le centre du Mali, lors de laquelle 17 personnes ont été tuées, rapporte lundi la chaîne de télévision Al-Jazeera.

La prise d'otages a débuté vendredi matin à Sévaré, une ville située à environ 600 Km au nord-est de Bamako, la capitale malienne, et s'est terminée près de 24 heures plus tard après un assaut des forces de sécurité.

Les victimes sont neuf civils, dont cinq travaillaient pour la Minusma, la mission des Nations unies au Mali, ainsi que quatre soldats maliens et quatre des preneurs d'otages.

Al-Jazeera, basée au Qatar, explique sur son site internet avoir reçu un bref communiqué d'Al Mourabitoune, une organisation fondée par le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar et liée à el-Qaëda, qui a déjà joué un rôle dans plusieurs attaques contre des intérêts occidentaux dans la région du Sahel.

Aucune confirmation de cette revendication n'a pu être obtenue dans l'immédiat.

"Des éléments du groupe Al Mourabitoune, qui suit el-Qaëda, après une longue période de surveillance et de préparation, sont parvenus à mener l'opération dans la ville de Sévaré, et particulièrement à l'hôtel Byblos, occupé par des ressortissants occidentaux", dit le communiqué selon Al-Jazeera.

"Nous publierons un nouveau communiqué avec les détails complets de l'opération", ajoute-t-il.

En mars, Al Mourabitoune avait revendiqué une attaque contre un restaurant de Bamako lors de laquelle cinq personnes, dont un Français et un Belge, avaient été tuées.


http://www.lorientlejour.com/article/938533/mali-le-groupe-al-mourabitoun-revendique-lattaque-de-lhotel-le-byblos.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 12 Aoû 2015 - 22:04

Citation :
Attaques terroristes au Mali : L’armée constate des « difficultés » dans le renseignement


11 août 2015


(Crédits : PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Confrontés à une recrudescence des attaques terroristes à travers le pays, les chefs militaires maliens ont identifié des « difficultés » dans le renseignement.


L’instabilité s’accroit au Mali. Le pays est plongé dans un nouveau cycle d’insécurité caractérisé par les actes de déstabilisation de plus en plus récurrents perpétrés par les groupes terroristes. Plusieurs attaques ont eu lieu ces dernières semaines dans différentes localités. Le bilan humain se révèle lourd du côté des forces armées maliennes qui affichent toutefois une détermination infaillible à assurer leur mission de défense de la république.

En cause favorable à cette intensification des attaques terroristes, le chef d’état-major général adjoint des armées a identifié le renseignement comme constituant l’une des principales difficultés auxquelles est confrontée l’armée.

“« Nous avons quand même quelques difficultés, essentiellement en termes de renseignement. C’est d’ailleurs le problème fondamental que nos services de renseignement ont : c’est l’engagement des populations auprès des services de renseignement, des forces de défense et de sécurité pour pouvoir bien identifier les menaces que nous vivons actuellement afin  de mieux les combattre », a déclaré lundi le général Didier Dakouo au micro de l’ORTM à l’issue d’une rencontre entre le premier ministre et les chefs militaires maliens.


L’on remarque ainsi que l’armée est confrontée à un déficit de coopération, ou du moins de coordination avec les populations. L’implication des citoyens est pourtant indispensable dans cette guerre asymétrique. Elle l’est d’autant que les terroristes, pour étendre leur zone d’opération afin de pouvoir sévir partout à travers le pays, semblent avoir opté, eux, pour la collaboration.

C’est en tout cas, ce qu’on peut constater concernant la prise d’otages du vendredi dans l’hôtel Byblos de Sévaré. Une attaque revendiquée, tout comme l’attentat à l’engin explosif ayant coûté la vie lundi à trois militaires à Ténenkou, par un cadre terroriste proche à la fois du fondateur du groupe terroriste Al Mourabitoune, l’algérien Belmockhtar, et du prédicateur mopticien Amadou Koufa, le chef du Front de libération du Macina (FLM).

Aliou Hasseye

http://maliactu.net/attaques-terroristes-au-mali-larmee-constate-des-difficultes-dans-le-renseignement/#sthash.OsI8vbeL.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 14 Aoû 2015 - 22:55

Citation :
Attaque d’un poste de police à Bamako: des « terroristes » suspectés


14 août 2015


Les auteurs de l’attaque mercredi d’un poste de police à Bamako ayant fait deux blessés sont « suspectés d’être des terroristes », a affirmé le gouvernement malien, alors qu’un ministre avait parlé à l’AFP d’un « acte isolé ».

Dans la nuit du 12 au 13 août, deux individus « armés, suspectés d’être des terroristes, se sont introduits dans la gare routière de Sogoniko (quartier du sud-est de la capitale) et ont ouvert le feu sur le poste de police, faisant deux blessés », indique le gouvernement dans un communiqué reçu vendredi par l’AFP.

Les deux blessés sont « un policier et un civil non voyant » et leur vie « n’est pas en danger », précise-t-il, en dénonçant un « acte lâche » visant notamment « à semer la psychose » au sein des populations.

Dans son communiqué, le gouvernement malien invite les Maliens et « les hôtes étrangers à garder leur sang-froid, et à « signaler toute présence d’individus suspects aux forces de sécurité ». Il assure que « toutes les mesures appropriées ont été prises pour arrêter les assaillants.

Joint par l’AFP peu après l’attaque dans la nuit de mercredi à jeudi, le ministre malien de la Sécurité intérieure Sada Samaké avait qualifié l’attaque d' »acte isolé », estimant: « Pour l’heure, il pourrait s’agir d’un règlement de comptes ».

Mais des sources militaire et policière interrogées par l’AFP n’excluaient pas une action de jihadistes, qui multiplient depuis des mois les opérations contre les forces nationales et internationales déployées au Mali depuis 2013.

En deux semaines, le Mali a enregistré une série d’attaques, dont la plus meurtrière (13 morts dont quatre assaillants selon le bilan officiel) a visé un hôtel fréquenté par des étrangers à Sévaré, dans la région de Mopti (centre), et qui a été revendiquée par des jihadistes.

Le 7 mars, Bamako avait été frappée par un attentat qui avait fait cinq morts (trois Maliens, un Français et un Belge) dans le bar-restaurant La Terrasse, haut lieu de la vie nocturne de Bamako.


http://maliactu.net/attaque-dun-poste-de-police-a-bamako-des-terroristes-suspectes/#sthash.vTWT8QrM.dpuf  

Citation :
Mali : Attaque d’hommes armés à Nampala, l’imam d’un village tué


14 août 2015

   
"Des éléments du MNLA sous la conduite de Moussa Yatara, déserteur de l'armée malienne, ont ciblé les maisons et les populations favorables" à l'unité du Mali, a-t-il accusé, et "il y a eu des morts et beaucoup de blessés parmi les populations concernées qui fuient pour se réfugier auprès du détachement militaire malien".

Jeudi soir, la zone de Nampala a encore été ciblée par une attaque perpétrée par des hommes armés non identifiés, a appris Mali Actu auprès d’une source municipale.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, « vers 20 heures », le village de Barkérou, dans la commune de Nampala, a été pris pour cible par des hommes armés qui ont tué l’imam de la petite localité, El Hadj Sekou Ba, nous a confirmé Baba Brahima BA, maire de la commune, située dans le cercle de Niono (Ségou).

“Après la prière du soir, « au moment, où il a commencé à manger, deux hommes sont venus l’appeler. Il est venu. Tout juste il est sorti à la porte, ils ont tiré sur lui », a indiqué le maire de cette commune située près de la frontière mauritanienne.


Il n’y a pas d’informations précises sur l’identité des assaillants mais selon le maire, il pourrait s’agir des hommes d’Amadou Koufa, le fondateur du Front de Libération du Macina (FLM).

« Il y a la psychose qui règne »

La tuerie de cet imam par des hommes armés intervient presque deux semaines  après une embuscade tendue, le 1er août, sur l’axe Diabaly-Nampala. Deux soldats maliens ont été tués et quatre autres blessés dans cette attaque.

D’après le maire, Baba Brahima BA, les habitants de sa localité vivent dans la peur permanente.

“« Seulement, il y a la psychose qui règne. Les gens ont peur. C’est une action qui s’est passée à l’insu de tout le monde », nous a-t-il confié.


Mardi, un cadre djihadiste proche du prédicateur Amadou Koufa, le chef du Front de Libération du Macina (FLM), a revendiqué l’attaque de l’hôtel Byblos de Sévaré qui a fait treize morts.

Le Front de Libération du Macina (FLM) est un groupe armé djihadiste allié à Ansar Dine, un mouvement dont le chef, Iyad Ag Ghali, a prêté allégeance à Al-Qaïda. Ansar Dine est l’un des groupes terroristes qui ont contrôlé pendant dix mois le nord du Mali entre 2012 et 2013.

Apparu en janvier 2015 avec l’attaque de la même ville de Nampala, le FLM cherche à étendre le terrorisme djhadiste au sud du Mali, en collaboration avec Ansar Dine.

http://maliactu.net/mali-urgent-attaque-dhommes-armes-a-nampala-limam-dun-village-tue/#sthash.xeZFh2cD.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Dim 16 Aoû 2015 - 23:24

Citation :
Mali
Publié le 16-08-2015  

Mali: premier accroc au cessez-le-feu à Kidal

Par RFI


Des rebelles du MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad), ici photographiés à Kidal dans le nord du Mali
AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD



Au Mali, le cessez-le-feu a été rompu, pour la première fois, dans le nord du pays, depuis que la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) a signé, en juin dernier, à Bamako, les accords de paix et de réconciliation d’Alger. Non loin de Kidal (nord-est du pays), les combattants de la CMA et ceux du Gatia, milice pro-Bamako, ont échangé des coups de feu.


Les coups de feu ont duré au moins une heure non loin de la localité de Kidal. On ne sait pas encore s’il y a eu des victimes ou pas. Chaque camp donne sa version des faits.

Ainsi, du côté de la Coordination des mouvements de l’Azawad, on parle d’une grande provocation du Gatia, un groupe armé ouvertement pro-gouvernement malien. Selon la CMA, les combattants du Gatia, armés, se sont approchés à quelques dizaines de kilomètres de la localité de Kidal, ce qui est « une violation des accords d’Alger ».

Côté état-major du Gatia [Groupe d’autodéfense touareg Imrad et alliés], il est dit que des combattants du mouvement étaient allés rendre visite à des parents, non loin de Kidal, mais, en raison de l’insécurité qui règne sur le terrain, ils étaient armés. Subitement, des combattants CMA ont « ouvert le feu et il y a eu riposte ».

Soulignons que la CMA ne reconnaît pas formellement avoir ouvert le feu en première position.

Pour les observateurs, même si cet incident constitue la première violation du cessez-le-feu depuis la signature des accords de paix d’Alger, en juin dernier, à Bamako, il faut attendre pour voir si la situation va réellement à nouveau dégénérer sur le terrain.


http://www.rfi.fr/afrique/20150816-mali-kidal-rupture-cesse-feu-azawad-cam-gatia-alger-accords
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 17 Aoû 2015 - 18:00

Citation :
Mali: plusieurs morts dans des combats entre groupes armés dans le Nord (sources concordantes)


17 août 2015


De violents combats ont opposé lundi dans le nord du Mali des membres d’un groupe armé progouvernemental et la rébellion à dominante touareg, tous signataires de l’accord de paix, selon des sources concordantes qui ont fait état de plusieurs morts.  



Les affrontements qui se sont déroulés vers Anéfis, à environ 120 km au sud de Kidal (extrême nord-est), « ont causé la mort de plusieurs personnes », a affirmé à l’AFP une source de sécurité régionale.

“Fahad Ag Almahmoud, un responsable du Groupe d’auto-défense touareg Imghad et alliés (Gatia, pro-Bamako), ayant affronté la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, rébellion), a parlé à l’AFP de « 15 morts dont des chefs militaires » du camp adverse.


La CMA a confirmé les combats, refusant de se prononcer sur un bilan dans l’immédiat.

Les affrontements ont également été confirmés par une source à la Mission de l’ONU au Mali (Minusma). « Nous avons appris qu’il y a des victimes », a-t-elle dit, sans donner plus de détails.

Ces combats font suite à des « escarmouches » entre les deux camps samedi et dimanche, a-t-elle précisé.

“« La situation s’est stabilisée. Les combats ont temporairement cessé. Nous contrôlons actuellement la ville d’Anéfis », a indiqué Fahad Ag Almahmoud, secrétaire général du Gatia.


« Nous avons récupéré des véhicules et d’importantes quantités d’armes et de munitions et aussi des véhicules. Ca fait trois jours que les hostilités ont commencé entre Anéfis et Tabankort », à mi-chemin entre Kidal et Gao, principale ville du nord du Mali, a-t-il poursuivi.

« Nous sommes très inquiets pour la suite surtout qu’il semble que c’est de l’armement lourd qui est utilisé de part et d’autre », a dit la source de sécurité régionale.

« En période d’hivernage, a-t-elle indiqué pour expliquer le regain de tensions, de nombreuses routes sont impraticables dans le Nord pour l’organisation des trafics illicites. L’une des rares routes praticables se trouve vers le secteur » des combats. Selon elle, ce sont « donc aussi des combats pour le contrôle d’une route qui sert à organiser les trafics illicites ».

Les deux camps s’accusent mutuellement d’avoir déclenché les hostilités, en violation de l’accord de paix conclu à Alger, signé par le camp gouvernemental le 15 mai et par la rébellion le 20 juin.


http://maliactu.net/mali-plusieurs-morts-dans-des-combats-entre-groupes-armes-dans-le-nord-sources-concordantes/#sthash.PhtdVslT.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 18 Aoû 2015 - 20:05

Citation :
Mali | ONU
Publié le 18-08-2015  •  Modifié le 18-08-2015 à 17:16

Mali: les casques bleus à Kidal pour établir la zone de sécurité

Par RFI


Les casques bleus de la Minusma, la mission des Nations unies au Mali, ici, à Kidal, le 22 juillet 2015. Les soldats ont commencé, ce mardi, à
établir une zone de sécurité autour de la ville

REUTERS/Adama Diarra



L'ONU a commencé à se déployer autour de la ville de Kidal, dans le nord du Mali. Une décision prise pour éviter la propagation de combats qui ont encore fait plusieurs morts lundi 17 août à quelque 120 km de là, entre deux groupes armés rivaux.


Comme prévu, les casques bleus de l’ONU ont commencé ce mardi par se déployer à 20 km à la ronde de Kidal pour établir la zone de sécurité. « Tout se déroule normalement, pas de difficultés », explique un responsable de la mission de l’ONU contacté par téléphone.

Vingt-quatre heures après la prise de localité de Anéfis, située à une centaine de kilomètres plus au sud de Kidal, par les combattants de la plateforme, des groupes armés pro-gouvernement malien, le calme règne, selon deux témoins interrogés séparément. Et comme s’ils voulaient effacer toute trace des rebelles, les nouveaux maîtres de la ville font flotter le drapeau national.

Un peu plus au nord, à el-Gerer, autre localité où les belligérants se sont affrontés les 72 dernières heures, c’est également le calme, mais un climat de tension est perceptible sur place, selon une source étrangère qui craint de nouveaux affrontements.

A Bamako, des officiels se disent en privé plutôt gênés par la violation du cessez-le-feu par leurs alliés. On rappelle volontiers que très récemment le président malien IBK a encore longuement reçu les responsables de la rébellion pour réaffirmer sa volonté de respecter ses engagements.


http://www.rfi.fr/afrique/20150818-mali-casques-bleus-kidal-etablir-zone-securite-minusma-onu
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 20 Aoû 2015 - 18:38

Citation :
Nord du Mali: la rébellion demande à l’ONU de lever « toutes les zones de sécurité »


20 août 2015

                             
La rébellion à dominante touareg du nord du Mali a appelé mercredi dans un communiqué l’ONU à lever « toutes les zones de sécurité » dans la région, instituées pour prévenir des violences, après des combats meurtriers entre ses hommes et ceux d’un groupe armé progouvernemental.
La Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a annoncé mardi l’établissement d’une « zone de sécurité » autour de la ville de Kidal, fief des rebelles touareg, à plus de 1.500 km au nord de Bamako, après trois jours de combats, les 15 et 16 août et lundi.

Ces combats, dont ceux de lundi qui ont fait plusieurs morts, ont opposé la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, rébellion) et le Groupe d’auto-défense touareg Imghad et alliés (Gatia, pro-Bamako). Le Gatia a parlé de 15 morts dans les rangs de la CMA et annoncé avoir pris le contrôle de la ville d’Anéfis, à environ 120 km au sud de Kidal, à l’issue des affrontements.

Dans son communiqué, la CMA, qui n’a fourni aucun bilan, « demande à la Minusma de lever expressément et dans les meilleurs délais toutes les zones de sécurité établies » dans le nord du pays.

Selon elle, des « zones de sécurité » sont installées dans les localités de « Tabankort, Anéfis, Ménaka, Goundam, Ber, Tombouctou, Gao, Kidal » et demande « de laisser le soin à toutes les parties de régler leurs différends », sans donner plus de détails.

A l’exception de celle de Kidal, l’institution de « zones de sécurité » dans ces différentes localités n’avait pas fait l’objet de communication. Aucune précision n’avait pu être obtenue lundi soir d’autres sources.

La rébellion accuse par ailleurs les groupes progouvermentaux d' »user des moyens et de la logistique de l’Etat (malien pour) reconquérir des nouvelles positions », après l’accord de paix au Mali.

La CMA et le Gatia font partie des signataires de ce document conclu à Alger, signé le 15 mai par le gouvernement malien et ses alliés, puis le 20 juin par la rébellion.

Mardi, le Gatia avait dénoncé la zone de sécurité de l’ONU autour de Kidal.

Le gouvernement malien avait semblé regretter la mesure, sans la condamner ouvertement. Il avait invité la Minusma « à rester dans son rôle de protection des populations, et de toutes les populations, dans toutes les zones exposées, à l’instar de Kidal, aux mêmes risques d’insécurité ».

« En la matière, tout traitement inéquitable produira des effets pervers nuisibles à la recherche de la paix et de la concorde », avait-il averti, sans plus de détails.


http://maliactu.net/nord-du-mali-la-rebellion-demande-a-lonu-de-lever-toutes-les-zones-de-securite/#sthash.NNXFWBEC.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 19586
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Sam 22 Aoû 2015 - 15:47

Citation :
Mission des Nations Unies au Mali - MINUSMA


Mines : Deux Casques bleus grièvement blessés


Bamako, le 22 août 2015 - Ce matin, un véhicule de la MINUSMA qui escortait un convoi logistique a heurté une mine ou un engin explosif sur l'axe Ansongo - Ménaka, 70 km à l'Est de Ansongo.

L'explosion a détruit le véhicule et grièvement blessé deux soldats de la MINUSMA dont l' évacuation médicale est en cours.

La MINUSMA condamne fermement de tels actes ayant pour but de paralyser les opérations de la Mission au Mali et de toucher indistinctement le personnel des Nations unies, ou des civils innocents.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire au Mali - Opération Serval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 15Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» 07 février Évolution du dispositif terrestre Opération Serval
» 2009-__Sahel, Mali, Libye, "Serval", MINUSMA, "Juniper Micron", "Barkhane"
» Un détachement de parachutistes du 1er RCP de Pamiers a été engagé au Mali dans le cadre de l'opération Serval. Les militaires appaméens ont pris pied sur l'aéroport de Gao.
» Paris - Suicide d'un militaire de l'opération Sentinelle .
» Opération Serval, compil en HD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: