Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actualités nationales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant
AuteurMessage
naourikh
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 453
Inscrit le : 19/03/2007
Localisation : Devant un PC
Nationalité : Maroc-Belgique

MessageSujet: Re: Actualités nationales   Mer 27 Fév 2008 - 16:45

D'accord mais paradis fiscal ou pas, je refuse de voir le Maroc devenir le refuge de l'argent sale et des criminels. Ces touristes la on en veut pas au Maroc. On à assez de problemes avec nos propres bandits et maffieux sans se coltiner ceux des autres.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
kaidow
Caporal
Caporal


messages : 103
Inscrit le : 15/01/2008
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Actualités nationales   Jeu 28 Fév 2008 - 21:00

Parlement: Un siège pour les conseillers

· Les locaux prêts pour la session d’automne du Parlement

· Près de 243 millions de DH d’investissement

· Equipements ultramodernes


Depuis la création de la deuxième chambre suite à la révision constitutionnelle de 1996, les conseillers se sont toujours sentis à l’étroit en étant hébergés par les députés. L’injustice sera bientôt réparée avec l’inauguration d’un nouveau siège. Le chantier est aux dernières finitions avant la livraison et le bâtiment devrait être opérationnel pour la session du printemps qui démarre le deuxième vendredi d’avril. Les employés de Primarios, entreprise de décoration intérieure, redoublent d’efforts pour livrer le bâtiment avant la date fatidique. Reste à déterminer la date de l’inauguration. En principe, c’est pour avril, avancent des parlementaires. Sauf qu’habituellement le Souverain ne se déplace au Parlement qu’à l’occasion de la session d’automne. S’il décide de le faire en avril, ce sera une première. «Le nouveau siège est doté d’une logistique moderne qui devrait assurer des conditions confortables de travail», confie à L’Economiste Saâd Alami, ministre chargé des Relations avec le Parlement. Les gros œuvres ont été réalisés par Sotravaux (entreprise de l’ancien patron des patrons Lahjouji». Le coût total du projet s’élève à 242,8 millions de DH, selon les estimations du ministère de l’Equipement et du Transport, en charge de la maîtrise d’ouvrage déléguée.
Le nouveau siège des conseillers est mitoyen à la Chambre des représentants. C’est feu Hassan II qui avait décidé d’implanter le site à la place de l’ancienne Cour d’appel. Cette dernière avait déménagé dans un premier temps à côté de Jammâ Assouna avant d’être transférée à Hay Riad, dans un bâtiment flambant neuf, destiné initialement au tribunal de commerce de Rabat.
Jallal Essaid, alors président du Parlement, avait lancé le projet du nouveau siège en initiant un concours d’architectes et présélectionnant 5 offres sur les 15 présentées à la compétition. Cinq maquettes avaient été proposées à feu Hassan II qui avait fini par choisir la meilleure.
Le projet avait ensuite quelque peu traîné. Les hésitations politiques sur le maintien ou pas de la deuxième chambre n’avaient pas arrangé les choses.
Le nouveau bâtiment dispose d’un nouvel hémicycle spacieux qui peut contenir jusqu’à 700 personnes. Les architectes ont veillé à ce que sa pente soit plus douce que la Chambre des députés qui sied mieux aux sénateurs, en théorie plus âgés que les députés. En outre, sa capacité doit permettre d’éviter certains désagréments habituels lors du démarrage de la session d’automne. Le personnel ne devra plus placer des chaises dans les rangées et dans les escaliers pour contenir l’ensemble des parlementaires des deux chambres dans le même espace. Ainsi, les 325 députés et 285 conseillers que comptent le Parlement peuvent s’installer dans les sièges, sans oublier les membres du gouvernement, les conseillers du Souverain.

· Marbre, fer forgé et... le tout numérique

La couleur dominante de l’hémicycle est le vert comme ce qui se fait dans les Sénats à travers le monde. Si les sièges des députés sont rouges (en référence au peuple) et ceux des ministres verts dans l’ancien hémicycle, ici, c’est l’inverse. Et le gouvernement dispose de deux demi-cercles de sièges rouges. Tout cela pour éviter l’image de redondance qui lui colle à la peau.
En outre, le nouveau bâtiment dispose d’une tribune officielle pour les invités de marque et d’un espace pour les journalistes. Sur le plan technique, c’est le tout numérique. «Nous avons opté pour le dernier cri au niveau de la cabine de traduction, de la salle audiovisuelle qui commande plusieurs caméras», précise une source proche du dossier. Il a fallu débourser 26,1 millions de DH pour l’acquisition des systèmes et des appareils de télévision. A cela s’ajoutent 4,2 millions de DH pour l’unité de production audiovisuelle. Chaque siège est équipé d’un micro, d’un écran TV, d’un haut-parleur et des techniques pour marquer la présence et procéder au vote. Les conseillers devront s’équiper de cartes magnétiques pour pouvoir utiliser ces techniques à partir de leur siège. Ce nouveau bâtiment comprend également un pavillon royal qui aura coûté 18,2 millions de DH. Quant aux installations des salles de conférences, il a fallu débourser 16,4 millions de DH. Le matériel de bureau aura absorbé 6,5 millions de DH pour les besoins de 300 employés que compte la Chambre des conseillers, y compris l’effectif affecté aux groupes parlementaires. Les escaliers sont en marbre et en fer forgé. Le président Mustapha Oukacha disposera d’un vaste bureau, tout en bois, qui donne sur une salle de réunion dans la même tendance.
Ce nouveau bâtiment devra abriter le personnel administratif aujourd’hui en grande partie dans un bâtiment en location. En effet, une annexe est installée sur quatre plateaux dans un bâtiment derrière l’hôtel Balima. Selon un responsable de la Chambre des conseillers, ces nouveaux locaux sont insuffisants pour contenir tout le personnel administratif. Il restera à peine 18 bureaux pour abriter un effectif de 300 personnes, y compris les employés des groupes parlementaires. Ce n’est pas le cas pour les conseillers. Ces équipements ultramodernes améliorent à coup sûr leurs conditions de travail. Cependant, une question reste posée: feront-ils disparaître leurs travers comme celui de l’absentéisme?

M. C.
Revenir en haut Aller en bas
nabil-f1
Adjudant
Adjudant


messages : 335
Inscrit le : 12/06/2007
Localisation : partout
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Actualités nationales   Lun 3 Mar 2008 - 21:55

kaidow a écrit:
Parlement: Un siège pour les conseillers

· Les locaux prêts pour la session d’automne du Parlement

· Près de 243 millions de DH d’investissement

· Equipements ultramodernes


Depuis la création de la deuxième chambre suite à la révision constitutionnelle de 1996, les conseillers se sont toujours sentis à l’étroit en étant hébergés par les députés. L’injustice sera bientôt réparée avec l’inauguration d’un nouveau siège. Le chantier est aux dernières finitions avant la livraison et le bâtiment devrait être opérationnel pour la session du printemps qui démarre le deuxième vendredi d’avril. Les employés de Primarios, entreprise de décoration intérieure, redoublent d’efforts pour livrer le bâtiment avant la date fatidique. Reste à déterminer la date de l’inauguration. En principe, c’est pour avril, avancent des parlementaires. Sauf qu’habituellement le Souverain ne se déplace au Parlement qu’à l’occasion de la session d’automne. S’il décide de le faire en avril, ce sera une première. «Le nouveau siège est doté d’une logistique moderne qui devrait assurer des conditions confortables de travail», confie à L’Economiste Saâd Alami, ministre chargé des Relations avec le Parlement. Les gros œuvres ont été réalisés par Sotravaux (entreprise de l’ancien patron des patrons Lahjouji». Le coût total du projet s’élève à 242,8 millions de DH, selon les estimations du ministère de l’Equipement et du Transport, en charge de la maîtrise d’ouvrage déléguée.
Le nouveau siège des conseillers est mitoyen à la Chambre des représentants. C’est feu Hassan II qui avait décidé d’implanter le site à la place de l’ancienne Cour d’appel. Cette dernière avait déménagé dans un premier temps à côté de Jammâ Assouna avant d’être transférée à Hay Riad, dans un bâtiment flambant neuf, destiné initialement au tribunal de commerce de Rabat.
Jallal Essaid, alors président du Parlement, avait lancé le projet du nouveau siège en initiant un concours d’architectes et présélectionnant 5 offres sur les 15 présentées à la compétition. Cinq maquettes avaient été proposées à feu Hassan II qui avait fini par choisir la meilleure.
Le projet avait ensuite quelque peu traîné. Les hésitations politiques sur le maintien ou pas de la deuxième chambre n’avaient pas arrangé les choses.
Le nouveau bâtiment dispose d’un nouvel hémicycle spacieux qui peut contenir jusqu’à 700 personnes. Les architectes ont veillé à ce que sa pente soit plus douce que la Chambre des députés qui sied mieux aux sénateurs, en théorie plus âgés que les députés. En outre, sa capacité doit permettre d’éviter certains désagréments habituels lors du démarrage de la session d’automne. Le personnel ne devra plus placer des chaises dans les rangées et dans les escaliers pour contenir l’ensemble des parlementaires des deux chambres dans le même espace. Ainsi, les 325 députés et 285 conseillers que comptent le Parlement peuvent s’installer dans les sièges, sans oublier les membres du gouvernement, les conseillers du Souverain.

· Marbre, fer forgé et... le tout numérique

La couleur dominante de l’hémicycle est le vert comme ce qui se fait dans les Sénats à travers le monde. Si les sièges des députés sont rouges (en référence au peuple) et ceux des ministres verts dans l’ancien hémicycle, ici, c’est l’inverse. Et le gouvernement dispose de deux demi-cercles de sièges rouges. Tout cela pour éviter l’image de redondance qui lui colle à la peau.
En outre, le nouveau bâtiment dispose d’une tribune officielle pour les invités de marque et d’un espace pour les journalistes. Sur le plan technique, c’est le tout numérique. «Nous avons opté pour le dernier cri au niveau de la cabine de traduction, de la salle audiovisuelle qui commande plusieurs caméras», précise une source proche du dossier. Il a fallu débourser 26,1 millions de DH pour l’acquisition des systèmes et des appareils de télévision. A cela s’ajoutent 4,2 millions de DH pour l’unité de production audiovisuelle. Chaque siège est équipé d’un micro, d’un écran TV, d’un haut-parleur et des techniques pour marquer la présence et procéder au vote. Les conseillers devront s’équiper de cartes magnétiques pour pouvoir utiliser ces techniques à partir de leur siège. Ce nouveau bâtiment comprend également un pavillon royal qui aura coûté 18,2 millions de DH. Quant aux installations des salles de conférences, il a fallu débourser 16,4 millions de DH. Le matériel de bureau aura absorbé 6,5 millions de DH pour les besoins de 300 employés que compte la Chambre des conseillers, y compris l’effectif affecté aux groupes parlementaires. Les escaliers sont en marbre et en fer forgé. Le président Mustapha Oukacha disposera d’un vaste bureau, tout en bois, qui donne sur une salle de réunion dans la même tendance.
Ce nouveau bâtiment devra abriter le personnel administratif aujourd’hui en grande partie dans un bâtiment en location. En effet, une annexe est installée sur quatre plateaux dans un bâtiment derrière l’hôtel Balima. Selon un responsable de la Chambre des conseillers, ces nouveaux locaux sont insuffisants pour contenir tout le personnel administratif. Il restera à peine 18 bureaux pour abriter un effectif de 300 personnes, y compris les employés des groupes parlementaires. Ce n’est pas le cas pour les conseillers. Ces équipements ultramodernes améliorent à coup sûr leurs conditions de travail. Cependant, une question reste posée: feront-ils disparaître leurs travers comme celui de l’absentéisme?

M. C.
on espère que ce nouveau batiment poussera nos representants a y venir de temps à autre.parce que c'est rarement qu'ils viennent.
"ils sont tres occupés par leur affaires personnelles les pauvres !!"
Revenir en haut Aller en bas
Romeoh
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1262
Inscrit le : 15/03/2007
Localisation : Ideosphere
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Actualités nationales   Lun 3 Mar 2008 - 23:13

Citation :
Maroc/terrorisme : du nouveau


Du nouveau dans l’opération anti-terroriste que l’on désigne désormais sous l’expression de « Coup de filet de l’année ». Selon des sources officielles, pas moins de 32 personnes ont été mises aux arrêts depuis la fin du week-end après que des informations sur leur probable relation avec une entreprise terroriste s’apprêtant à commettre une série d’attentas au Maroc aient parvenu à la Sûreté nationale marocaine.

Parmi les personnes arrêtées outre les deux Secrétaires généraux de partis, celui de la Oumma marocain (non reconnu) et celui de Al Badil Al Hadari (reconnu), il y a un membre important du Parti de la Justice et de Développement (première force d’opposition parlementaire). Celui-ci se nomme Maa Al Aïnine Alaa Badella, un nom sahraoui ! Mieux : dans les filets se trouve pris également Hamid Najibi, un membre du Parti de socialiste unifiée (PSU), une coopérative qui regroupe d’anciens gauchos marxistes léninistes dont certains comme leurs collègues d’Al Badil ou de la Oumma étaient des membres de la Chabiba islamique (Jeunesse islamique), une organisation djihadiste. Mieux encore : le coup de filet a permis d’arrêter le correspondant de la chaîne de télévision spatiale Al Manar (*) proche du Hezbollah libanais qui a été interdite en fin 2004 par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) que dirigeaient alors l’ancien maire de Toulouse Dun anominique Baudis. Et cerise sur le gâteau : un officier de police serait dans le coup ! sans oublier des professeurs, des cadres supérieurs et un docteur en pharmacie (Voir la liste en bas de page).
L’implication éventuelle du journaliste d’Al Manar laisserait penser que des ramifications de ce réseau terroriste que chapeaute Abdelkader Belliraj, un Marocain établi en Belgique, existeraient au Liban, particulièrement dans les milieux du Hezbollah dont le chef Hassan Nasrallah se sent de plus en plus à l’étroit, surtout depuis l’assassinat la semaine dernière du terroriste palestinien Imad Moghnieh dit Al Haj Redouan à Damas.
La mise aux arrêts des deux dirigeants des partis, Mostafa Lmouatassime (Al Badil Al Hadari) et Mohamed Merouani (Oumma Marocain), a surpris jusqu’à dans les milieux les plus modérés : même les analystes d’habitude assez objectifs ont déploré ces arrestations arguant du fait que ces deux dirigeants ne font jamais l’apologie du terrorisme dans leurs discours. Ce qui est vrai. Seulement, ces analystes de télévision oublient que l’une des caractéristiques des djihadistes chiites (**) c’est leurs recours à la « tokia », une tactique de dissimulation des sentiments dans un environnemente hostile à leurs idées.

(*)Notons que cette arrestation intervient après que Hassan Rachidi, le directeur de la chaîne Al Jazeera à Rabat, ait été suspecté d’être en lien avec les terroristes d’Al Qaida et surtout après qu’une récente réunion des ministres arabes de l’Information au Caire ait décidé d’adopter une Charte en vue de mettre un terme aux « dérives » de quelques chaînes arabes qui critiquent ouvertement et vertement certains régimes arabes, le cas d’Al Jazeera qui ne manque aucune occasion pour titre à boulet rouges sur les régimes saoudien et égyptien.

(**) Lire aussi dans nos archives : Terrorisme et chiisme au Maroc


La liste des personnes arrêtées telle qu’elle a été publiée par l’Agence de presse officielle marocaine MAP :

1- Abdelkader Belliraj, MRE en Belgique.

2- Abdelghali Chighannou, commerçant à Nador.

3- Ahmed Khouchiaa, ex-employé dans une agence de voyage à Kénitra.

4- Redouane Khoulaidi, ex-instituteur à Casablanca, retraité.

5- Abdellah Remache, orfèvre à Casablanca.

6- Abdessamad Bennouh, directeur d'une société de télécommunication en association avec Mohamed El Yousfi à Casablanca.

7- Abdellatif Bekhti, alias Abdellatif Saad, ex-MRE en Belgique.

8- Mohamed El Yousfi, alias "Hamza", technicien en télécommunication et associé de Abdessamad Bennouh à Casablanca.

9- Thami Mustapha, ex-MRE en Belgique, commerçant entre Casablanca et Tanger.

10- Salah Belliraj, gérant d'hôtel à Marrakech.

11- Hassan Kalam, serveur d'hôtel à Casablanca.

12- Brahim Maya, gardien de parking à Casablanca.

13- Mohamed Azerki, informaticien à la direction de l'assistance juridique à la Fondation Hassan II pour les MRE à Rabat.

14- Adil Benaim, aide-maçon à Kénitra.

15- Samir Lihi, gérant des fonds blanchis par Abdellatif El Bekhti à Casablanca, Agadir et Fès.

16- Abdelaziz Brighach, commerçant de pièces détachées à Casablanca.

17- Mokhtar Lokman, mercier à Rabat.

18- Hossein Brighach, commerçant entre Tanger et Kénitra.

19- Abderrahim Abourkha, instituteur dans une école privée à Casablanca.

20- Jamal El Bay, commerçant à Oujda.

21- Ali Saidi, sans emploi comptant des antécédents en escroquerie.

22- Mohamed Abrouk, menuisier.

23- Bouchaib Rochedi, aide commerçant à Kénitra.

24- Mohamed El Marouani, administrateur à Ittissalat Al Maghrib.

25- Mostafa Lmouatassime, professeur à l'ENS à Casablanca.

26- Mohammed El Amine Ragala, professeur à l'ENS de Fès.

27- Abdelhafid Sriti, journaliste, correspondant de la chaîne Al Manar.

28- Mansour Bellaghdache, professeur.

29- Alaa Badella Ma-El Ainin, pharmacien, établi à Rabat.

30- Mohamed Chaabaoui, commissaire de police.

31- Abdeladim Taki Imrani, docteur en pharmacie, établi à Casablanca.

32- Hamid Najibi, professeur.

L'article n'est pas terrible sur de nombreux plans, mais la citation est interessante et la liste est vraiment effrayante!

_________________
Lead me, follow me or get out of my way.

http://fr.youtube.com/watch?v=V_M4o8uenUU
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Jeu 6 Mar 2008 - 16:14

Affaire Bellirej: le chef de la sûreté belge porte plainte contre x

(6/3/2008)

L'administrateur-délégué de la sûreté de l'Etat belge, Alain Winants, va porter plainte contre X pour la révélation de l'information selon laquelle Abdelkader Belliraj était un informateur des services de renseignements belges, rapporte mercredi le quotidien néerlandophone "De Tijd" sur son site internet.

Selon le journal, M. Winants aurait obtenu l'aval du ministre belge de la justice, M. Jo Vandeurzen, pour entamer les poursuites judiciaires à l'encontre de la personne ayant révélé le nom de l'informateur.

Citant le porte-parole du ministre de la justice, Liselot Bleyenberg, le journal précise que le patron de la sûreté de l'Etat introduira dans un premier temps une plainte contre X.

Vendredi dernier, plusieurs médias belges ont révélé que le chef du réseau terroriste démantelé récemment par les autorités marocaines Abdelkader Belliraj était depuis plusieurs années un informateur rémunéré de la sûreté de l'Etat.

MAP
Revenir en haut Aller en bas
naourikh
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 453
Inscrit le : 19/03/2007
Localisation : Devant un PC
Nationalité : Maroc-Belgique

MessageSujet: Re: Actualités nationales   Mar 11 Mar 2008 - 16:14

Cette affaire n'a pas fini de faire du bruit en Belgique et au Maroc mais si c'est vrai que Belliraj était un informateur de la Sureté, Ca prouve encore une fois l'incompétence chronique de celle ci.

Savez vous que la Sureté Belge est le seul service de renseignement d'Europe à ne pas avoir le droit d'utilise des méthodes spéciales de recherche comme l'écoute téléphonique ou l'infiltration,... Ici en Belgique on se demande meme à quoi ils servent.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Romeoh
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1262
Inscrit le : 15/03/2007
Localisation : Ideosphere
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Actualités nationales   Jeu 13 Mar 2008 - 0:58

Citation :
Belliraj livre une vingtaine de complices à la police marocaine
12/03/2008 12:14

Abdelkader Belliraj, arrêté au Maroc dans le cadre d'un réseau terroriste, a livré à la police marocaine les noms de 20 complices qui l'auraient aidé à commettre les 6 meurtres et autres méfaits en Belgique. Le parquet de Bruxelles, qui a reçu ces noms, recherche activement les individus cités, écrit mercredi Het Laatste Nieuws.

L'enquête s'annonce particulièrement difficile et plusieurs juges d'instruction pourraient être désignés, ajoute le journal. Les enquêteurs doivent essayer de déterminer si les complices existent bien, s'ils vivent encore et s'ils résident toujours en Belgique. Ils devront ensuite les entendre et éventuellement les interpeller.

Belliraj a commis, à la fin des années 80, six meurtres. Il était aidé pour ces faits d'un commando de trois hommes mais travaillait aussi avec des "collaborateurs occasionnels" qui ont ensuite disparu de son entourage. Si les personnes citées sont retrouvées, cela pourrait conduire à l'organisation de plusieurs procès d'assises en Belgique

La 6ème victime de Belliraj identifiée

La dernière des six victimes d'Abdelkader Belliraj a été identifiée mardi. Il s'agit de Marcel Bille, un Koekelbergeois de 53 ans tué en 1988 d'une balle de 7,65 mm dans la tête, révèle mercredi La Dernière Heure.

Avec le Dr Jo Wibran et l'épicier de Saint-Gilles Raoul Schouppe, Abdelkader Belliraj aurait donc tué trois Belges. Le corps de Marcel Bille avait été découvert en août 1988 à Braine-le-Château. Cette affaire était traitée par le parquet de Nivelles.

Selon La Dernière Heure, Belliraj a tué le Dr Wibran parqu'il était juif, modéré et représentatif; l'imam Abdullajh el-Hasi et le bibliothécaire du Centre culturel islamique de Bruxelles Salem el-Behir parce qu'ils préconisaient le dialogue après les "Versets sataniques" de Rushdie; le chauffeur égyptien de l'ambassade saoudienne parce qu'il aidait un pays pro-américain; l'adjudant Raoul Schouppe parce qu'il était juif et Marcel Bille parce qu'il était homosexuel.

LeVif.be, avec Belga
http://www.levif.be/actualite/belgique/72-56-14218/belliraj-livre-une-vingtaine-de-complices-a-la-police-marocaine.html

Un aliené de moins dans la nature.

_________________
Lead me, follow me or get out of my way.

http://fr.youtube.com/watch?v=V_M4o8uenUU
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Ven 14 Mar 2008 - 22:35

Citation :
Les syndicats revendiquent un Smig à 3000 DH comme début de réponse à la crise du pouvoir d'achat

Le gouvernement, conscient des enjeux, prépare les conditions de l'augmentation du SMIG en ouvrant le débat avec les partenaires sociaux. La CGEM ne semble pas être contre le principe mais exige des adaptations secteur par secteur pour préserver la compétitivité.


Les prix flambent, la colère gronde. Tout le monde, bien tout le monde, en convient. La hausse des cours de pétrole et l’envol des prix des produits alimentaires n’ont pratiquement épargné aucun pays. Mais, cette conjoncture mondialement difficile prend, de ce côté de la planète, un accent encore plus grave. L’érosion du pouvoir d’achat continuera de s’aggraver tant que rien n’est fait pour relever le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG). C’est l’essentiel même du nouveau round du «dialogue social», prévu dans le courant de la semaine prochaine. Le gouvernement s’applique déjà à l’examen des moyens pour désamorcer la « bombe sociale» qui s’annonce. Depuis novembre dernier, l’actuel Exécutif mobilise des commissions techniques fonctionnant de manière sectorielle dans le but d’apporter, - comme l’a dit dans un geste d’apaisement le ministre de l’Emploi, Jamal Rhmani, à la veille du prochain round -, des réponses aux «principales revendications» des centrales syndicales, notamment la question épineuse du relèvement du SMIG. Du côté des syndicats, c’est également la mobilisation générale pour faire valoir leurs revendications. « Les dernières hausses des prix ont porté un coup dur au pouvoir d’achat des citoyens, d’autant plus dur que le relèvement du SMIG est aujourd’hui une exigence incontournable », relève Abderrahman Azzouzi, secrétaire général de la Fédération démocratique du travail (FDT).
Ce son de cloche est relevé chez le dirigeant de l’Union générale des travailleurs marocains (UGTM). «Le coût de vie s’élève de manière préoccupante», a-t-il fait constater. Même constat chez le secrétaire national de l’Union marocaine des travailleurs (UMT). Cela étant dit, les revendications sur la question particulière du SMIG diffèrent d’un syndicat à l’autre. Du côté de l’UGTM, on parle d’une révision à hauteur de 50% du montant actuel du SMIG qui est de l’ordre de 1858 dirhams. « Compte tenu du niveau de vie actuel des citoyens, et eu égard à la hausse mercuriale des prix, le SMIG doit être fixé à 4000 dirhams», plaide Benjelloun Andaloussi, qui précise que le SMIG, tel qu’il est pratiqué aujourd’hui, ne permet pas au citoyen défavorisé de subvenir à ses besoins. Le patron de l’UGTM, proche du parti de l’Istiqlal, qui dirige l’actuelle coalition gouvernementale, appelle l’actuel Exécutif, ainsi que le patronat, à faire preuve de « flexibilité » et prendre des mesures à même de garantir au citoyen un minimum de dignité, face à la flambée des prix. Du côté de la FDT, cette revendication est revue à la baisse. Abderrahmane Azzouzi évoque un plafond de 3000 dirhams. Le patron de la FDT, centrale de l’USFP, est d’accord pour dire que ce montant n’est pas suffisant, devant le renchérissement inquiétant du niveau de vie. Mais il dit bien vouloir comprendre la conjoncture économique et sociale difficile qui prévaut aujourd’hui à l’échelle mondiale, en parlant précisément des «contraintes» auxquelles fait face le gouvernement, lequel a consenti des efforts considérables en augmentant le budget de la Caisse de compensation qui est passé de 13 à 20 milliards de dirhams. « A priori, on sait que vivre avec un salaire de 3000 dirhams est insuffisant. Ce salaire est d’autant plus insuffisant que la moitié du montant suffit à peine à payer les frais du loyer, sans parler évidemment des produits de première nécessité dont les prix ont augmenté de manière considérable », a-t-il expliqué. A l’instar du patron de l’UGTM, M. Azzouzi a invité le patronat à faire montre de « souplesse » pour donner suite à la revendication pressante du relèvement du niveau du SMIG. A ce propos, le secrétaire national de l’UMT, Miloud Moukharek, revendique un SMIG à 2500 dirhams.
Maintenant, question : l’augmentation du SMIG suffira-t-elle à faire face au renchérissement de vie ?
Chez les syndicats, la réponse est négative. C’est pour cela que les dirigeants des principales centrales syndicales mettent en avant la nécessité de procéder à une revalorisation générale des salaires, entre autres revend
http://www.aujourdhui.ma/couverture-details60435.html


vous en pensez quoi?
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3321
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités nationales   Ven 14 Mar 2008 - 22:50

savez vous que d'après une étude faite par le gouvernement marocain le smig au maroc pour faire décollè un peu le pouvoir d'achat doit être de 4000 dh et non de 3000 dh revendiqué par les syndicats
Revenir en haut Aller en bas
kaidow
Caporal
Caporal


messages : 103
Inscrit le : 15/01/2008
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Actualités nationales   Sam 15 Mar 2008 - 8:28

Une aide de 1 000 DH par mois et par famille pauvre au lieu de 700 DH par habitant et par an ramènerait la facture actuelle à
12 milliards de DH au lieu de 22.



Turquie, Jordanie et Indonésie ont essayé.
Le gouvernement s’est engagé à réformer le système au cours de son mandat.

Faut-il réformer le système de subvention ? Ou le supprimer carrément ? Pourquoi et par quoi le remplacer ? Ces questions sont depuis quelques années sur la place publique et chaque gouvernement qui arrive se les pose sans jamais y apporter ne serait-ce qu’un début de réponse. C’est que l’affaire est si complexe, si sensible que personne n’ose prendre le risque de démanteler un système dont on connaît certes les limites et les contraintes qu’il fait peser sur le budget de l’Etat, mais que l’on semble préférer face à l’inconnue que représenterait son absence ou son remplacement par un autre système.

L’utilité des subventions pour une catégorie de la population est indiscutable
C’est en quelque sorte le principe de précaution qui semble prévaloir face à une réforme - réclamée depuis longtemps par les institutions financières internationales notamment - dont on ressent la nécessité et redoute les conséquences, tout à la fois.
Depuis son arrivée voici maintenant quatre mois, le gouvernement Al Fassi a, lui, nettement affiché sa volonté de réformer le système de la compensation et, semble-t-il, supprimer l’aide indirecte par une aide plus ciblée. C’est que, avec une enveloppe prévue de quelque 22 milliards de DH réservée au soutien des produits de première nécessité en 2008, c’est tout de même 4% du PIB environ qui sont injectés dans la consommation sans que l’on sache vraiment si l’objectif recherché est atteint ou pas. Ou plutôt si : de nombreuses études ont déjà montré que les couches auxquelles ce soutien est destiné en profitent moins que celles qui peuvent tout à fait s’en passer, puisque ces dernières consomment plus. C’est le caractère aveugle de la subvention!
Mais la question corollaire que d’aucuns se posent est la suivante : faut-il supprimer les subventions simplement parce que les riches en tirent plus d’avantages ? - ce qui est «logique», puisqu’ils consomment plus, c’est donc une affaire de proportion davantage qu’autre chose. Pour Najib Akesbi, économiste, cet argument, qui paraît tout à fait pertinent d’un point de vue strictement social, est néanmoins sujet à débat. «Il faut savoir ce que l’on veut : s’agit-il de lutter contre la pauvreté ou de supprimer certains privilèges ? dont bénéficient les riches», s’interroge-t-il. Et de préciser que même si, en effet, les catégories aisées de la population perçoivent le double de ce que reçoivent les pauvres, «il faut bien comprendre que cela représente malgré tout un revenu important pour ces pauvres». Selon des chiffres publiés par le ministère des affaires générales, il y a déjà quelques années, les populations riches bénéficient au titre des subventions des produits alimentaires de base de 300 DH par personne et par an, soit le double de ce qui revient, par personne et par an, aux populations modestes. «Si 300 DH ne représentent rien ou presque pour un ménage aisé, 150 DH c’est tout de même 14 fois le revenu quotidien des quelque 5 millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins d’un dollar par jour», commente M. Akesbi. De ce point de vue, les subventions, contrairement à ce qui est suggéré ici et là, servent bien à quelque chose, même si, dans le même temps, elles génèrent beaucoup de gaspillage du fait qu’elles profitent aussi à ceux qui n’en ont pas besoin. «De toute façon, il n’y a pas de solution parfaite, il n’y a que des solutions moins mauvaises que d’autres», souligne notre interlocuteur.

La hausse des prix sur le marché mondial rend impossible le maintien du système actuel
Sur cette imperfection du système, Najib Akesbi opère un parallèle avec la fiscalité qui ne manque pas de pertinence. Pour lui, si les subventions sont en effet «aveugles» dans le sens où tout le monde en profite indépendamment de la situation sociale et financière de chacun, les impôts indirects sont tout aussi aveugles puisque les consommateurs, pauvres ou riches, acquittent tous la TVA. «Le pauvre comme le riche paient la même taxe lorsqu’ils achètent un kg de sucre par exemple. Pourquoi accepter le même principe au niveau de la taxe et le refuser quand il s’agit de la subvention ? En d’autres termes, si au regard des valeurs de justice sociale, on peut parfaitement estimer que la subvention perçue par le riche dans le prix du kg de sucre est “injuste”, comment ne pas considérer alors tout aussi “injuste” la taxe supportée par le pauvre à l’achat du même kg de sucre ?». En somme, la justice et l’équité ne devraient pas être recherchées ici et «piétinées» là ! Question de cohérence !
Mais plus qu’une question de cohérence, le problème aujourd’hui, avec le renchérissement des prix des matières premières sur le marché mondial, dont le Maroc est dépendant, en totalité pour l’énergie et partiellement pour les produits alimentaires, se pose en termes de capacité à mobiliser les moyens financiers nécessaires au soutien des produits de base. Tant que les charges de compensation tournaient autour de 3 milliards de dirhams à la fin des années 90, le système ne posait pas de problème particulier. Même avec des subventions atteignant les 10 milliards de DH, le système était encore gérable puisque, en définitive, ces montants provenaient des taxes que l’Etat prélevaient sur ces mêmes produits (équivalents tarifaires et TIC sur les produits pétroliers). Aujourd’hui, c’est évidemment différent. Avec une enveloppe dépassant les 20 milliards de dirhams, il y a en effet urgence à revoir les choses. En outre, avec les accords que le Maroc a signés avec de nombreux partenaires, le soutien des prix sera de moins en moins accepté ; il est donc, dans tous les cas, appelé à disparaître.
En moyenne, chaque Marocain bénéficie
de 700 DH/an.


Au niveau international, de nombreux pays, confrontés aux mêmes difficultés que le Maroc, utilisent des filets de sécurité et plus particulièrement les transferts comme un moyen de redistribution et de réduction des inégalités. Certains allouent à ces filets jusqu’à 6% de leur PIB. La Turquie a pratiqué les transferts conditionnels. L’Indonésie (voir encadré) et la Jordanie ont opté pour des transferts monétaires inconditionnels. C’est cette solution que semble vouloir mettre en place le gouvernement Al Fassi. Pour Nizar Baraka, ministre des affaires générales, il s’agit de redéployer la subvention pour qu’elle aille directement aux populations nécessiteuses. Et pour y parvenir, le gouvernement compte mettre en place des prestations monétaires conditionnelles, c’est-à-dire liées à la scolarisation et à l’amélioration des soins de santé. Et le RAMED serait le levier sur lequel il pourrait s’appuyer. Selon l’évaluation de la Banque mondiale, qui pousse l’Exécutif à adopter ce système, ces aides conditionnelles, outre qu’elles permettent des économies de coûts, fournissent un revenu immédiat aux familles pauvres et les obligent à scolariser leurs enfants et leur faire subir des évaluations périodiques de santé.

Quel pourrait être le montant de l’aide à fournir aux pauvres ? Selon des simulations faites par Najib Akesbi (qui a beaucoup travaillé sur cette question), il faudrait octroyer 1 000 DH pour chaque ménage (il y en a 1 million, sur la base des chiffres officiels) et par mois. «Cela donnerait 12 milliards de dirhams par an, soit un niveau nettement inférieur à ce que l’Etat supporte aujourd’hui», estime-t-il. Dans la mesure où la compétitivité de l’agriculture marocaine est ce qu’elle est, et sachant que le prix du pétrole restera élevé, une subvention directe de 12 milliards de dirhams représenterait pour l’Etat un fardeau beaucoup moins lourd que ce qu’il supporterait s’il maintenait en place le système actuel. Bien sûr, il ne s’agit que d’une suggestion; des améliorations pourraient y être apportées, comme la modulation de l’aide en fonction de l’importance numérique du ménage, etc.
Aujourd’hui, une simple opération arithmétique permet de déduire que, dans le meilleur des cas, chaque Marocain profite, en moyenne, de 700 dirhams par an. Il s’agit bien d’une moyenne, puisque, on l’a déjà dit, ceux qui consomment plus, c’est-à-dire les plus aisés, en tirent plus de bénéfice. Cela veut dire que l’Etat est saigné (dans les conditions qui sont celles d’aujourd’hui) sans que cela produise un impact significatif sur la pauvreté. En valeur absolue, en effet, celle-ci ne recule toujours pas : elle est au même niveau qu’en 1994 et même qu’en 1985 : plus de 4 millions de personnes vivent toujours dans la pauvreté absolue




je trouve que c'est une tres bonne analyse de la situation et que le gouvernement pourra choisir scratch
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Sam 15 Mar 2008 - 9:31

la solution,tripler ou quadrupler le smig,supprimer la caisse de compensation,cela passera puisque les salaires suivent,un seul igr sur les salaires,20 pc meme sur le smig,supprimer l'igr sur les loyers,les proprietaires baisserons de 10 a 20 pc leurs prix,supprimer aussi celui sur les ventes immobilieres,ca evitetra la flambée des prix des logements de meme que le noir,interdire toute forme de speculation, donner des primes aux gens qui les mettens en flagrand delit,cela les motivera,avec preuves a l'appui biensur
Revenir en haut Aller en bas
MW
Administrateur
Administrateur


messages : 1608
Inscrit le : 03/03/2007
Localisation : chez moi
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités nationales   Sam 15 Mar 2008 - 14:53

CIVIL a écrit:
la solution,tripler ou quadrupler le smig,supprimer la caisse de compensation,cela passera puisque les salaires suivent,un seul igr sur les salaires,20 pc meme sur le smig,supprimer l'igr sur les loyers,les proprietaires baisserons de 10 a 20 pc leurs prix,supprimer aussi celui sur les ventes immobilieres,ca evitetra la flambée des prix des logements de meme que le noir,interdire toute forme de speculation, donner des primes aux gens qui les mettens en flagrand delit,cela les motivera,avec preuves a l'appui biensur

IGR s'evalue sur des tranches, plus que tu touches beaucoup plus l'IGR est importante, point de vue pourcentage biensure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Sam 15 Mar 2008 - 16:12

oui mais c'est con,mon pere par exemple il touche bien,mais apres igr (42 pc)il lui reste un salaire moyen

si tt le monde payait 20 pc ceux qui touchent assez bien depenseraient plus dans d'autres produits ou meme de luxe ,l'etat recupere avec les taxes sur ces produits la les abatements consentis sur l'igr,il vaut mieux vendre a 100 personnes tt le temps qu'a 10 occasionelement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Mer 19 Mar 2008 - 13:58

Citation :
Maroc/internet: un jeune ingénieur gracié par le roi Mohammed VI
19.03.08 | 12h04


Un jeune ingénieur marocain condamné à trois ans de prison pour avoir "usurpé" l'identité de Moulay Rachid, frère cadet du roi Mohammed VI sur le site Facebook, a été libéré sur une grâce royale, a indiqué mercredi à l'AFP son avocat.

Fouad Mourtada a quitté mardi soir la prison Oukacha de Casablanca, a indiqué à l'AFP son avocat Ali Ammar.


L'ingénieur avait été condamné le 22 février par un tribunal de Casablanca à trois ans de prison et une amende de 10.000 dirhams (900 euros) pour "utilisation de données informatiques falsifiées et usurpation d'identité princière".

"Fouad est très heureux d'avoir recouvré sa liberté", a déclaré Me Ammar, indiquant que "la grâce royale annule la peine de prison et l'amende".

"Mais ce qu'a apporté la grâce royale, c'est la justice qui devait normalement le faire, et être à l'avant-garde dans la protection des droits et des libertés", a ajouté l'avocat.

Agé de 27 ans, cet ingénieur informaticien, diplômé de la prestigieuse Ecole Mohammadia des Ingénieurs (EMI) de Rabat, avait été arrêté le 5 février.

Près de 150 ingénieurs marocains et militants des droits de l'Homme avaient manifesté le 1er mars devant l'EMI à Rabat pour réclamer sa libération.

Une responsable d'Amnesty International, Bénédicte Goderiaux, qui avait assisté au procès, s'était déclarée le 23 février "choquée" par le "verdict très lourd" contre Fouad Mourtada, dans une déclaration à l'AFP. "La sentence est disproportionnée par rapport à ce qu'il a fait", avait-t-elle estimé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Mer 19 Mar 2008 - 14:31

Trop tard ! il a goutté a l'Orangina geek
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Mer 19 Mar 2008 - 14:34

non,c´etait seulement un signal/avertissement a tout le monde...
Revenir en haut Aller en bas
Romeoh
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1262
Inscrit le : 15/03/2007
Localisation : Ideosphere
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Actualités nationales   Mer 19 Mar 2008 - 15:33

C'est clair, jamais ils n'auraient commis l'erreur de le mettre en prison pour 3 horribles années de prison marocaine a cause d'un délit pareil.
En tout cas, le message est bien passé, meme en dehors du Maroc Wink

_________________
Lead me, follow me or get out of my way.

http://fr.youtube.com/watch?v=V_M4o8uenUU
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Mer 19 Mar 2008 - 16:04

je salue cette grace qui intervient la veille du mouloud,mais d'un autre coté mourtada aurait pu creer le profil "fan de my rachid" comme il existe des "fan de sarkozy" entre autres et ne jamais etre inquieté tout en recevant les louanges de certains marocain(e)s, c'est ce qu'il attendait en creant ce profil.

plus grave,imaginez que quelqun pirate votre compte sur facebook et cree un profil tjr avec ce meme compte piraté d'un membre de la famille royale,le lendemain vous vous faites embarquer par lhnaches et condamner a 3 ans de prison alors que vous etiez au moment de la creation de ce profil a des kilometres d'un ordinateur...c'est un des dangers du net
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Ven 28 Mar 2008 - 0:54

la Belgique ridiculisée par le Maroc (1-4)

http://www.dailymotion.com/search/maroc/video/x4vcn6_la-belgique-ridiculisee-par-le-maro_sport
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Ven 28 Mar 2008 - 1:02

CIVIL a écrit:
je salue cette grace qui intervient la veille du mouloud,mais d'un autre coté mourtada aurait pu creer le profil "fan de my rachid" comme il existe des "fan de sarkozy" entre autres et ne jamais etre inquieté tout en recevant les louanges de certains marocain(e)s, c'est ce qu'il attendait en creant ce profil.

plus grave,imaginez que quelqun pirate votre compte sur facebook et cree un profil tjr avec ce meme compte piraté d'un membre de la famille royale,le lendemain vous vous faites embarquer par lhnaches et condamner a 3 ans de prison alors que vous etiez au moment de la creation de ce profil a des kilometres d'un ordinateur...c'est un des dangers du net
c'est une claque pour notre justice qui ne fait pas son boulot, faut etre vraiment aveugle ou de mauvaise foi pour donner de tel sentence et ca se poursuit aussi avec la presse, un journal (al masae) qui vient d'avoir plus de 500 000 euros d'amendes c'est vraiment la Folie. Je suis déçu car je remarque que la justice ne fait pas son travail correctement et surtout equitablement. Ca me décourage et tant d'autres encore a revenir au pays, y investir et y partager mes compétences. vraiment ca fait mal...
Revenir en haut Aller en bas
Romeoh
Lt-colonel
Lt-colonel


messages : 1262
Inscrit le : 15/03/2007
Localisation : Ideosphere
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Actualités nationales   Ven 28 Mar 2008 - 1:09

eagle a écrit:
CIVIL a écrit:
je salue cette grace qui intervient la veille du mouloud,mais d'un autre coté mourtada aurait pu creer le profil "fan de my rachid" comme il existe des "fan de sarkozy" entre autres et ne jamais etre inquieté tout en recevant les louanges de certains marocain(e)s, c'est ce qu'il attendait en creant ce profil.

plus grave,imaginez que quelqun pirate votre compte sur facebook et cree un profil tjr avec ce meme compte piraté d'un membre de la famille royale,le lendemain vous vous faites embarquer par lhnaches et condamner a 3 ans de prison alors que vous etiez au moment de la creation de ce profil a des kilometres d'un ordinateur...c'est un des dangers du net
c'est une claque pour notre justice qui ne fait pas son boulot, faut etre vraiment aveugle ou de mauvaise foi pour donner de tel sentence et ca se poursuit aussi avec la presse, un journal (al masae) qui vient d'avoir plus de 500 000 euros d'amendes c'est vraiment la Folie. Je suis déçu car je remarque que la justice ne fait pas son travail correctement et surtout equitablement. Ca me décourage et tant d'autres encore a revenir au pays, y investir et y partager mes compétences. vraiment ca fait mal...

Tres exact! Je suis mortifié par ces decisions, je croyais qu'on etait lancés vers l'avant, mais visiblement, les pas en arrière c'est pas encore fini, c'est vraiment horrible, surtout l'amende pour la presse.
La question qui est soulevée est Est ce que notre justice est impartiale?, visiblement, la réponse est non.

_________________
Lead me, follow me or get out of my way.

http://fr.youtube.com/watch?v=V_M4o8uenUU
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Ven 4 Avr 2008 - 15:54

un symbole de de la resistance marocaine farouche study

Citation :
Editorial

Le Maroc et la mémoire de Moha ou Hammou
Publié le : 03.04.2008 | 18h33


Celui dont le Maroc célèbrera demain le 87e anniversaire de sa disparition, mort sur le champ d'honneur le 28 râbîi-al-awal 1342 (27 mars 1921) est une figure de guerre comme le Maroc en a eu rarement.




A l'évocation de son nom, c'est tout un pan de l'histoire du Maroc qui se décline. C'est aussi l'épopée de la résistance du début du XXe siècle qui se rappelle furieusement à une mémoire, la nôtre, de plus en plus évanescente. Cavalier impénitent, longue chevelure lâchée sur la nuque, une extrême agilité et de l'endurance : Moha ou Hammou Zayani était un guerrier, chef de la résistance des tribus de Zayane, implantées au creux de ce Moyen Atlas qui regroupe Khénifra, El Heri, Zaouiyat Ishaq, Zaouiyet Cheikh, Mrirt, Azrou, Aïn Aïcha, etc.

Moha ou Hammou s'opposa farouchement de 1905 jusqu'à sa mort en 1921 à la pénétration coloniale française. Il s'illustra notamment lors de la fameuse bataille de « El Heri » du 13 novembre 1914 qui constitua le plus grand désastre pour l'armée français dans sa conquête de l'Afrique du Nord, une sorte de « Bérézina » pour les troupes du colonel Laverdure, lui-même sous les ordres du cruel et sanguinaire colonel Charles Mangin.

Moha ou Hammou Zayani (dit aussi Moha ou Saïd) leur infligea une défaite à laquelle réfléchiront des années durant les stratèges militaires. Avant de tomber sur le champ d'honneur en 1921 à Sidi Lamine, non loin de Ksiba, il demanda à être enterré « en un endroit où la terre ne risquait pas d'être souillée par des étrangers ». La doctrine de résistance de Moha ou Hammou Zayani n'obéissait nullement, contrairement à toutes les autres, à un critère local, provincial ou régional. Son combat revêtait une dimension nationale, car dès la Conférence d'Algésiras, organisée en 1906 entre les puissances coloniales et décidant l'impitoyable dépècement du Royaume, il décida de prendre les armes. Ce qui l'amena, en guise de solidarité, à se rendre jusqu'à Médiouna en septembre 1913 à la tête de ses troupes pour apporter son soutien à la résistance contre Mangin.

Il combattait au nom du Sultan du Maroc et n'avait jamais cessé de proclamer son attachement à la monarchie, son allégeance d'abord à Moulay Hassan 1er qui l'avait nommé Caïd, à Moulay Abdelaziz, à Moulay Hafid et Moulay Youssef. Le 12 et 13 novembre 1914, au petit village El Heri, il avait anéanti la colonne française et s'imposa ensuite à Aghbalou, près de Ksiba face au colonel Mangin dont le maréchal Lyautey exigea immédiatement le renvoi en France. Avant Abdelkrim Khattabi, Moha ou Hammou Zayani incarnait la résistance populaire, quand bien même il se serait retiré sur les hauteurs du Moyen Atlas, son nom demeura prestigieux.

Son engagement pour le Trône, le Roi et l'intégrité territoriale du Maroc constitue, quatre-vingt-dix ans plus tard, un exemple de bravoure et de patriotisme. Les jeunes générations, peu enclines à s'investir dans la quête de notre histoire immédiate, peu rivées sur les faits d'armes de tous ceux qui se sont sacrifiés pour l'unité nationale, devraient s'y pencher résolument. Car, voilà un exemple jamais disparu de nos annales qui a donné la mesure, physique et morale, d'un engagement pour la patrie. C'est Moha ou Hammou Zayani, dit Moha ou Saïd Amahzoune…
Revenir en haut Aller en bas
Sukhoi 37
Caporal chef
Caporal chef


messages : 154
Inscrit le : 05/11/2007
Localisation : xxx
Nationalité : Algerie

MessageSujet: Re: Actualités nationales   Lun 7 Avr 2008 - 18:34

Citation :
Maroc: neuf détenus islamistes s'échappent de la prison de Kénitra
Il y a 3 heures

RABAT (AFP) — Neuf islamistes marocains, dont un condamné à mort à la suite des attentats de Casablanca de 2003, se sont échappés lundi du pénitencier de Kenitra, au nord de Rabat, en creusant un tunnel, ont indiqué les autorités marocaines

Il s'agit de la première évasion d'islamistes depuis la vague d'arrestations ayant suivi les attentats de Casablanca, qui avaient fait 45 morts dont 12 kamikazes.

Dans un communiqué cité par l'agence de presse MAP, le ministère précise que "l'évasion a été constatée lundi matin par l'administration pénitentiaire et que toutes les dispositions ont été prises pour retrouver les prisonniers évadés et déterminer les responsabilités".

Une source proche du ministère de l'Intérieur a indiqué que les islamistes avaient cruesé un tunnel et que des avis de recherche ont été lancés et les postes frontières ont été mis en état d'alerte.

Interrogé par l'AFP, Abderrahim Mahtade, président de l'association Annassir de soutien aux prisonniers islamistes, a répondu qu'ils "avaient réussi à s'enfuir lundi après la prière de l'aube, c'est-à-dire vers 05H30 (locales et GMT). Il s'agit d'un condamné à mort, de six à la réclusion criminelle à perpétuité et deux à 20 ans de prison. Ils sont tous originaires de Casablanca".

Selon M. Mahtade, ils ont laissé une lettre dans laquelle, "ils dénoncent l'injustice dont ils sont victimes. Nous avons exploité tous les recours légaux et frappé à toutes les portes, mais en vain. Il ne nous restait que ce moyen pour retrouver notre liberté".

"Nous faisons porter la responsabilité à ceux qui nous ont condamnés. Nous assumons nos actes et il ne faut pas chercher de complicité parmi les détenus ou l'administration pénitentiaire. Nous ne ferons de mal à personne mais nous sommes heureux d'avoir recouvrer notre liberté chérie", disent-ils dans leur lettre.

Les détenus islamistes marocains sont estimés à plus de 900 répartis sur une dizaine de prisons. Ils observaient lundi une grève de la faim de 24 heures contre les mauvaises conditions de détention.

Le 7 décembre 2007, un gros bonnet de la drogue, Mohamed Ouazzani, alias Nini, s'était échappé de cette même prison et le ministère de la Justice n'avait été avisé de son évasion qu'une semaine plus tard.

Le 1er janvier, huit gardiens de cette même prison avaient été condamnés à des peines allant de 2 mois à 2 ans de prison pour avoir aidé à l'évasion.

afp
http://afp.google.com/article/ALeqM5jDoeK5VmWa2HiZIByI594TdjGJfw
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Lun 7 Avr 2008 - 19:24

un bakchich achete tout au maroc,meme le consciences
ils sont deja loin les islamistes,vont se planquer dans leurs bleds incognito ou alors seront cachés par des ames charitables ayant epouser leurs causes,ne pas croire que les islamistes sont tous des creve la dalle,le reseau belliraj a demontrer le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités nationales   Lun 7 Avr 2008 - 19:34

ils seront retrouvés ne vous en faites pas,on est au maroc!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actualités nationales   Aujourd'hui à 6:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Actualités nationales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 23 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Bibliothèque et Archives nationales du Québec
» Actualité des Années 60
» Magazine de l'actualité poilitique européenne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: