Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'industrie automobile au Maroc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
AuteurMessage
Shugan188
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 765
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 28 Mar 2017 - 21:13



http://www.leconomiste.com/article/1010211-psa-maroc-prochaine-etape-l-usinage-et-le-process-industriel
Citation :

PSA Maroc: Prochaine étape, l’usinage et le process industriel




Entreprises

PSA Maroc: Prochaine étape, l’usinage et le process industriel

Par Amin RBOUB

| Edition N°:4990 Le 28/03/2017 | Partager

Rémy Cabon, DG PSA Maroc: «La logique de l’intégration plaide en faveur de l’essentiel des pièces qui doivent être fournies localement». Cela va des faisceaux de câbles aux bobines d’acier, en passant par le vitrage, les coiffes de sièges... (Ph. Bziouat)

Au lendemain de la réunion du 3e comité stratégique entre les représentants de l’Etat marocain et ceux de PSA, Rémy Cabon, DG de PSA Maroc, explique l’état d’avancement du chantier de l’usine de Kénitra, le démarrage de la composante bâtiment-construction, le hors site... Monsieur PSA Maroc, qui est en charge de l’intégralité du projet industriel,  fait aussi le point sur les négociations avec les fournisseurs, les accréditations, le sourcing local, la mobilisation de l’Etat...

- L’Economiste: Vous venez de finaliser le terrassement du site de Kénitra. Etes-vous en phase avec le planning?

- Rémy Cabon: Tout se passe comme prévu. Nous sommes complètement en phase avec le planning. Effectivement, la phase terrassement a pris fin. Vers fin 2016, nous avons opté pour le choix du fournisseur des constructions, qui est l’entreprise SGTM en tant que chef de file. Nous avions prévu dans notre planning initial de lancer les travaux de construction début 2017.

- Les premiers bâtiments vont-ils bientôt sortir de terre?

- C’est encore prématuré pour que les bâtiments sortent de terre. En revanche, nous avons creusé la fosse du bâtiment d’emboutissage. Ces dernières 24 heures, nous avons coulé le béton pour la dalle de ce bâtiment. Cela se situe à peu près à 6 ou 7 mètres en dessous du niveau zéro. C’est vous dire que les travaux ont réellement commencé. Il y  a une centrale à béton qui fonctionne sur le site.

- Où en est la partie hors site, les travaux de voirie, les accès à l’usine...?
- Là aussi je vous confirme que cela avance conformément au planning. On voit certains de ces travaux se dérouler. C’est très important pour nous à PSA. C’est même fondamental parce  qu’il faut que l’usine soit parfaitement connectée! Pour la partie voirie, la route nationale 4, qui relie l’autoroute au site industriel, fait l’objet d’un dédoublement. Il y aura un carrefour giratoire qui sera mis en place pour accéder à l’usine, dont les travaux ont également commencé. Pour l’heure, nous disposons d’une voirie provisoire qui nous permet d’accéder au chantier. Grosso modo, la livraison de la voirie est programmée pour 2018, soit un an avant l’entrée en production du site. L’idée est que la voirie définitive soit prête le jour où on aura besoin de transporter des pièces dans l’enceinte de l’usine. Pour les fluides (eau, électricité et gaz), nous tenons des réunions périodiques de coordination.

- L’on parle depuis un moment de l’ambition de PSA de mettre en place une base de pilotage régional à Casablanca...

- Aujourd’hui, la région, que l’on appelle direction Moyen-Orient-Afrique, est en train de se développer. Au fur et à mesure de son développement, cette direction se rapproche de ses clients et de ses marchés. Là nous sommes en train de passer d’une situation où les activités de pilotage étaient exclusivement, voire majoritairement gérées depuis Paris, vers un rapprochement avec des activités qui s’installent à Casablanca. Mais de là à parler d’un déménagement du QG et du directeur de la région vers Casablanca est prématuré pour le moment.  C’est une volonté de coordination qui s’applique à toutes les régions aussi bien en Amérique latine, en Asie-Pacifique, la Chine... Mais la région Moyen-Orient & Afrique est tellement grande que l’on ne peut pas tout faire depuis Paris, comme on ne peut pas tout faire depuis Casablanca.

- Il était question d’accélérer le chantier du port de Kénitra pour accompagner les flux. Le retard ne vous préoccupe pas?

- Là c’est plutôt une question liée à l’organisation et à la répartition des activités à l’échelle du Maroc et au niveau des ports. Ce sera une très bonne chose pour l’usine de PSA de disposer d’un port et un terminal de véhicules à proximité. Mais cela ne nous préoccupe pas puisque nous avons mis en place, avec l’Etat et l’ONCF, l’organisation nécessaire pour que l’exportation de nos véhicules se fasse de manière efficiente depuis le port de Tanger Méditerranée.
- Comment vous comptez gérer le volet lié aux techniques de l’usinage, le process industriel, les gros oeuvres... sachant que les entreprises marocaines n’ont pas d’expertise dans ce domaine complexe?
- Très bonne question. Je tiens à préciser que le périmètre du contrat que nous avons passé avec SGTM porte sur la construction des bâtiments ainsi que les infrastructures. Le bâtiment étant une boîte à l’intérieur de laquelle nous installons nos process industriels. Ceci étant dit, SGTM ne s’occupe pas de la partie technique liée à l’usinage, les machines... Sur la partie process, nous passons un appel d’offres pour chaque atelier et chacune des étapes de l’usine. Pour l’emboutissage, il s’agit d’installer une ligne de presse. Nous avons passé l’appel d’offres et nous travaillons déjà avec un fournisseur italien. Pour la peinture, nous avons conclu l’appel d’offres avec un fournisseur allemand, qui va nous livrer l’atelier. Côté assemblage des moteurs, nous avons conclu avec un fournisseur chinois. En ce qui concerne , le ferrage et montage, les consultations sont en cours.
Propos recueillis par Amin RBOUB
Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 765
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 28 Mar 2017 - 21:21

http://leconomiste.com/article/1010210-psa-maroc-la-moitie-de-l-ecosysteme-deja-reservee
Citation :

PSA Maroc: La moitié de l'écosystème déjà réservée


En plein chantier, le site PSA est intégralement terrassé. La future usine reçoit les premières coulées de béton (Ph. Bziouat)

«2017 sera l'année par excellence des constructions et du bâtiment. D'ici la fin de l'année, nous comptons passer à la pose et à la mise en place des process inustriels. Juste après, nous procéderons aux différents tests et ferons tourner les machines en 2018. Après, tout deviendra confidentiel jusqu'au démarrage de l'usine début 2019»... En exclusivité, Rémy Cabon, DG PSA Maroc, confie à L'Economiste l'état d'avancement du chantier de l'usine de Peugeot-Citroën dans la zone franche de Kénitra. Pour être plus précis, il schématise les prochaines étapes (bâtiment, process, usinage, recrutement, tests, démarrage...)

Cette sortie du patron de PSA Maroc intervient au lendemain de la réunion du comité stratégique du projet industriel PSA. C'est la 3e réunion officielle de ce comité paritaire entre l'Etat marocain et PSA (après celles de juillet et octobre 2016) coprésidée par Jean-Christophe Quémard, directeur de la région Moyen-Orient-Afrique du constructeur français, et My Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie et du Commerce. Le comité stratégique est un rendez-vous d'une extrême importance qui réunit de hauts cadres de PSA et des représentants du ministère marocain de l'Industrie, des représentants de l'Intérieur, les offices, les industriels à travers l'Amica... Ce sont des réunions périodiques de coordination entre l'ensemble des acteurs et ce, en présence de l'aménageur-développeur de la zone franche, l'Onhym, l'ONEE, l'ONCF... Au terme de cette rencontre du comité stratégique, le bilan d'étape aura été jugé satisfaisant. «Tout se déroule comme prévu et conformément au planning initial», confirme Monsieur PSA Maroc.

Selon Rémy Cabon, le comité stratégique a un double objectif: il permet d'abord de vérifier la bonne exécution des activités de chacune des parties, le respect des engagements de l'ensemble des acteurs engagés, des délais de livraison (Etat et constructeur)... Ensuite, le comité examine les options de partenariat, de synergies possibles et fait le point sur les fournisseurs qui ont déjà décidé de s'installer, ou encore ceux qui sont en négociation... «Nous sommes vraiment dans une logique de partenariat efficace et de mobilisation remarquable de l'ensemble des parties», confirme Cabon. Par ailleurs, il y a deux semaines, le ministre de l'Industrie s'est rendu sur le site de PSA à Automotive Free Zone (AFZ) de Kénitra, exactement dans la commune rurale de Ameur Seflia. L'objectif de cette sortie était de s'enquérir de l'état d'avancement du chantier de PSA. Mais aussi et surtout donner le premier coup de pioche d'un gros équipementier dans la zone fournisseurs, qui est de 40 ha juste en face de l'usine Peugeot Citroën. Il s'agit du coup d'envoi des travaux de construction de la joint-venture entre le groupe japonais AGC et l'entreprise marocaine Induver (fournisseur de vitrage accrédité par PSA).

Autre nouveauté, PSA vient de décider de se rapprocher davantage de ses clients et de ses marchés. «Nous sommes en train de passer d'une situation où le pilotage de la région s'effectuait essentiellement depuis le siège à Paris, à un rapprochement des régions. Au Maghreb et en Afrique du Nord en général, l'essentiel du pilotage sera opéré à partir de Casablanca», annonce Cabon. Mais de là à dire «qu'un QG de pilotage sera basé à Casablanca, c'est un peu prématuré», tient à préciser le représentant du constructeur français. C'est une volonté du groupe PSA dans l'ensemble des régions, aussi bien en Amérique latine, l'Asie-Pacifique, la Chine, ainsi que dans les pays du Golfe, à Dubaï ou encore en Afrique, nous confirme, depuis le siège à Paris, Valérie Bensoussan, Communication manager de la direction Moyen-Orient & Afrique.

Un Italien, un Chinois, un Allemand...

Sur le périmètre du chantier de construction à Kénitra, PSA a retenu toute une stratégie qui repose sur l'option de lot unique ou encore le tous corps d'état. Autrement dit, il a été décidé de confier à une seule et unique entreprise la réalisation de l'ensemble de l'usine. D'ailleurs, PSA a signé un contrat avec le groupe marocain SGTM en tant que chef de file de la composante construction/bâtiment. Le périmètre du contrat passé avec la SGTM intègre tous les aspects liés à la construction et aux infrastructures. En revanche, sur les aspects techniques complexes liés aux process industriels, PSA passera des appels d'offres pour chacun des ateliers et des étapes de construction de l'usine.

En exclusivité, les équipes de L'Economiste ont fait une immersion dans la zone franche de Kénitra, localité d'Ameur Seflia, qui accueille l'usine PSA (Ph. Bziouat)

Pour la partie emboutissage par exemple, il s'agit d'installer une ligne de presses. «Nous avons déjà passé l'appel d'offres de ce marché. Nous sommes d'ailleurs en train de travailler avec un fournisseur italien», révèle Cabon sans vouloir en dire plus. Pour la partie peinture, un fournisseur allemand a été retenu. C'est ce même fournisseur qui devra livrer l'atelier de peinture. En revanche, pour l'assemblage des moteurs, c'est un groupe chinois qui a eu le marché. Quant aux activités de ferrage et montage, les consultations se poursuivent encore. Difficile d'avoir les noms de ces groupes retenus. «Notre démarche à PSA consiste à laisser aux fournisseurs l'opportunité de communiquer lorsqu'ils le jugent opportun», tient à préciser Rémy Cabon.
Valeur aujourd'hui, PSA parle de 5 gros fournisseurs qui ont réservé plus de 50% de la superficie globale du parc en face de l'usine. Cette zone là, qui s'étend sur quelque 40 ha, devra accueillir l'écosystème direct de PSA. Le constructeur est en train d'étudier plusieurs offres de fournisseurs qui souhaitent s'implanter dans le même périmètre de Atlantic Free Zone.

Bien évidemment, il y a d'autres fournisseurs qui préfèrent s'installer à proximité, mais pas forcément dans le même parc de Atlantic Free Zone. Cette zone, c'est la CDG, via sa filiale MedZ également maître d'ouvrage délégué, qui la gère. Pour l'heure, «nous avons des consultations avancées avec certains fournisseurs. D'autres ont décidé de s'implanter, mais pas forcément dans le même parc des fournisseurs de AFZ». Finalement, la logique consiste à concilier entre les besoins d'approvisionnement de PSA et la stratégie d'implantation de chacune des entreprises accréditées en tant que fournisseur.

Une quarantaine de sites de fournisseurs!

En tout et pour tout, PSA table sur une quarantaine de sites de fournisseurs/équipementiers au Maroc. Parmi eux, des sites qui sont déjà existants. Rien que l'annonce de l'arrivée du constructeur au Maroc avait permis de développer un dense tissu d'industriels et de fournisseurs. La décision de s'implanter au Maroc a aussi permis la création d'une vingtaine de Greenfields. C'est-à-dire de nouvelles usines qui se greffent sur le périmètre de PSA. Mais cela ne veut pas dire qu'elles devront fournir exclusivement PSA. Ces nouveaux entrants diversifient leurs débouchés à la fois au Maroc et à l'export. «Au-delà de notre propre usine, l'un de nos objectifs est la coordination et l'accompagnement de tous nos fournisseurs», précise Monsieur PSA Maroc.

Pour optimiser le déploiement d'un écosystème automobile aux standards du constructeur français, il y a un certain nombre de prérequis. Selon Cabon, il faut impérativement un environnement favorable avec du terrain, de l'énergie, de la connectivité et de la main-d'oeuvre qualifiée. Après, en fonction des activités, il y a des exigences en termes de technicité, de logistique, de ressources... Grosso modo, les pièces qui ne sont pas encore disponibles au Maroc sont celles qui demandent des investissements lourds. Du coup, les fournisseurs attitrés de PSA ont besoin d'avoir suffisamment de visibilité sur les volumes pour prendre des décisions d'implantation au Maroc.

Sur ce point précis, l'arrivée d'un 3e constructeur sera déterminante pour optimiser l'exhaustivité de l'écosystème automobile. Les opportunités d'installation d'un groupe international de pneumatique restent tributaires de l'effet volume, de la taille critique et donc l'implantation d'un 3e constructeur. Car il faut au minimum produire l'équivalent de 1 million de voitures par an pour rentabiliser l'investissement d'un producteur de pneus. Pour l'heure, l'arrivée d'une usine de pneumatique est une préoccupation de tout le monde. L'Etat marocain et les constructeurs (Renault et PSA) font tout pour convaincre de grands groupes de monter une usine de production de pneus au Maroc.

Silhouette du segment B-Hatch

PSA Peugeot Citroën a enclenché la partie construction des bâtiments de son usine dans la zone franche de Kénitra. Le site nécessite un investissement global qui s'élève à 557 millions d'euros. Forte d'une capacité de production de 90.000 moteurs, l'usine devra monter progressivement en cadence pour atteindre 200.000 véhicules à terme et autant de moteurs par an. Le site devra entrer en production dès début 2019. Il commencera par la production de véhicules à motorisation essence. Ce sera une silhouette du segment B-Hatch, soit l'équivalent de la Peugeot 208.

Repères

• 19 juin 2015: Signature de l'accord industriel entre le groupe PSA et l'Etat marocain

• Investissement global: 557 millions d'euros (environ 5,6 milliards de DH)

• Production: 200.000 unités et 200.000 moteurs par an, à terme

• Intégration locale: 60% au démarrage, 80% à terme

• Emplois: 4.500 directs et 20.000 indirects

• Un approvisionnement à l'export (composants et pièces) d'un volume de 1 milliard d'euros

• Démarrage de l'usine: Début 2019

Revenir en haut Aller en bas
juba2
General de Division
General de Division
avatar

messages : 6915
Inscrit le : 02/04/2008
Localisation : USA
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mer 5 Avr 2017 - 0:44

les voisins vont avoir une crise cardiaque. Un taux d'integration de 60% des le depart wow

Citation :
PSA MAROC: 60% D’INTÉGRATION DÈS LE DÉMARRAGE DE L’USINE
Par Rachid Al Arbi le 04/04/2017 à 23h19
PSA
© Copyright : DR
Kiosque360. L’usine PSA de Kénitra fera partie des sites qui développeront la plateforme CMP. Celle-ci permettra de fabriquer des modèles comme la 208. Dès le départ, le taux d’intégration locale est estimé à 60%.

PSA met la barre haut pour sa future usine de Kénitra. Dans son édition du jour, L’Economiste rapporte que le constructeur automobile s’est assigné comme ambitieux objectif de commencer avec un taux d’intégration de 60%. Un taux d’intégration qu’il tient en grande partie de l'assemblage des moteurs dans le site de Kénitra. D’emblée, ce niveau d’intégration se traduira par 1 milliard d'euros d'achats et de sourcing local.

A compter de 2018, le process industriel sera mis en place avec la future plateforme industrielle CMP (Common Modular Platform). Celle-ci ne sera lancée que dans un certain nombre d'usines, dont celle de Kénitra. Elle servira de base pour les véhicules du segment B-Hatch (celui de la Peugeot 208). «L'intérêt d'une plateforme est qu'elle permet de produire des véhicules différents». Paramétrée pour Kénitra, la plateforme CMP permettra de monter des citadines B-Hatch, des SUV (sport utility vehicle), des C Sedan (berlines tricorps)...
Le segment C-Sedan (type C-Elysée ou Peugeot 301) est, semble-t-il, abandonné pour le démarrage, même si la décision n'est pas encore arrêtée.

Rémi Cabon, DG de PSA Maroc cité par L’Economiste, ne cache pas son optimisme quant au succès de la nouvelle voiture qui sera lancée à Kénitra et à la capacité du groupe à saturer l'usine dès les premiers mois. D'autres véhicules seront certainement lancés ensuite à Kénitra. Différents programmes sont même en cours d'étude auprès du constructeur, pour notamment développer des véhicules électriques, des voitures hybrides, des produits d'entrée de gamme, sous l'appellation "Smart cars".

Au niveau des ressources humaines, le journal assure que les recrutements se poursuivent. Après avoir embauché la directrice des Ressources humaines (DRH) du site de Kénitra, le groupe a engagé une vingtaine de salariés. De quoi faire tourner la boite (un comptable, des assistantes, des coursiers...). Pour le middle management, les embauches devraient s'intensifier dès la fin d’année.

http://fr.le360.ma/economie/psa-maroc-60-dintegration-des-le-demarrage-de-lusine-114215

Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 765
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mer 5 Avr 2017 - 21:41

http://www.leconomiste.com/article/1010602-psa-maroc-la-plateforme-cmp-sera-developpee-kenitra
Citation :
PSA Maroc: La plateforme CMP sera développée à Kénitra

Entreprises

PSA Maroc: La plateforme CMP sera développée à Kénitra

Par Amin RBOUB

| Edition N°:4996 Le 05/04/2017 | Partager

Intégration, type de véhicules, RH... Le détail

Intégration locale: Le défi des 60% maintenu dès le démarrage

Une vingtaine de recrues déjà en formation

CMP est une future plateforme qui est en cours de développement et qui sera lancée dans un certain nombre d’usines dont celle de Kénitra... Le premier véhicule de cette plateforme sera dans le segment B-Hatch. En clair, l’équivalent de la Peugeot 208 (Ph. AC)

«Tous les objectifs d’intégration locale promis seront maintenus», tient à préciser Rémi Cabon, DG de Peugeot Citroën Automobiles Maroc, filiale du constructeur français PSA. Le pari ambitieux des 60% sera tenu essentiellement en raison de l’assemblage des moteurs dans le site de Kénitra. Ce taux élevé d’intégration du made in Maroc se traduira par 1 milliard d’euros d’achats et de sourcing local. «Notre taux d’intégration locale est nettement plus ambitieux que celui de Renault», tient à rappeler Monsieur PSA Maroc.

Pour rappel, lors de la dernière convention fournisseurs, tenue fin mars dernier, Renault a revendiqué quelque 45% d’intégration locale. L’objectif du groupe Renault Maroc est de parvenir à 65% en 2025. Certes, l’optimisation de l’intégration de pièces locales est une exigence contractualisée par l’Etat marocain, mais il y a des métiers et des spécialités complexes qui ne sont pas encore maîtrisés. S’y ajoutent des exigences des 2 constructeurs de production en série, ainsi que des objectifs et des standards qualité extrêmement élevés. «Ce niveau d’exigence ne fera qu’augmenter», signale Rémi Cabon, DG de PSA Maroc.

Dès 2018, le constructeur compte mettre en place le process industriel avec sa future plateforme industrielle CMP (Common Modular Platform). «C’est une future plateforme qui est en cours de développement et qui sera lancée dans un certain nombre d’usines dont Kénitra. Comme annoncé en avant-première par L’Economiste, le premier véhicule de cette plateforme sera dans le segment B-Hatch. En clair, c’est l’équivalent du segment de la Peugeot 208. L’intérêt d’une plateforme est qu’elle permet de produire des véhicules différents. Sur la plateforme CMP, déjà paramétrée pour Kénitra, le constructeur peut éventuellement monter des citadines B-Hatch, des SUV (sport utility vehicle), des C Sedan (berlines tricorps)... «Cette plateforme peut adresser une gamme assez large de véhicules», explique Cabon.

Au démarrage, PSA a pris la décision de faire du B-Hatch uniquement. Quant au C-Sedan (type C-Elysée ou Peugeot 301), la décision n’est pas encore prise, signale le dirigeant. Pour l’heure, «nous sommes très confiants sur le succès de la nouvelle voiture que nous allons lancer à Kénitra et sur notre capacité à saturer l’usine dès les premiers mois... Evidemment, il y aura d’autres véhicules qui seront lancés à Kénitra. C’est un peu prématuré d’en parler aujourd’hui», soutient Cabon. Une chose est sûre, tous les produits qui seront développés, ici et ailleurs, sont déjà validés par le plan stratégique «Push to Pass» de PSA, avec une offensive produit importante qui a été annoncée ainsi que le nombre de lancements par an, par marque et par région.

Ce qui annonce que différents programmes sont en cours d’étude auprès du constructeur, pour développer de nouveaux véhicules. L’on parle notamment de projets de véhicules électriques, voitures hybrides, des produits d’entrée de gamme, sous l’appellation «Smart cars»... «Mais ce n’est pas du tout l’objet du démarrage du site de Kénitra», tient à préciser Cabon.
Initié par le numéro 1 du groupe, Carlos Tavares, le plan Push to Pass vient suite au Plan Back in the Race du constructeur. Il s’agit là du 2e plan de développement en 3+3 avec des objectifs assez précis en termes d’évolution produit et du développement groupe tant en profitabilité que du chiffre d’affaires. Sur le volet ressources humaines, les recrutements se suivent à un rythme assez soutenu.

Peugeot Citroën Automobiles Maroc a déjà embauché la directrice des Ressources humaines (DRH) du site de Kénitra. Actuellement, l’entreprise a engagé une vingtaine de salariés. «Nous avons déjà ce qu’il faut pour faire tourner une entreprise. C’est-à-dire un comptable, des assistantes, des coursiers... Et puis il y a les postes d’encadrement avec des profils qui rentrent dans des cycles de formation. Ce sont globalement des fonctions de futurs encadrants. Pour le management intermédiaire, c’est un peu prématuré de faire des recrutements. A partir de la fin de cette année, les embauches devront s’intensifier», soutient Rémi Cabon.

Floquet Monopole

Pour la partie fournisseurs, le processus d’accréditation est plutôt bien avancé. PSA a déjà une short-list de fournisseurs locaux qui sont déjà accrédités pour ses sites européens. Parmi eux, le Marocain Floquet Monopole qui fournit les chemises piston. Il s’agit là d’un équipementier automobile de premier rang. Floquet est en fait un concepteur-développeur et fabricant de pistons et chemises pour moteurs essence et diesel. L’entreprise exporte 100% de sa production sur une vingtaine de pays. L’industriel marocain est homologué par des constructeurs européens de renom tels que PSA, Renault, Fiat, Iveco... Les fournisseurs marocains, qui sont déjà au panel de PSA en Europe, sont systématiquement accrédités à Kénitra. Après il y a d’autres enjeux, avec des industriels marocains, notamment des textiliens, qui veulent se reconvertir et faire évoluer leur activité dans le textile automobile. «Nous sommes très ouverts et demandeurs de ce type de reconversion que ce soit dans les ressorts, les textiles, les tuyaux, le plastique... Dans la majorité des cas, ce sont des fournisseurs de type 2», confie Rémi Cabon à L’Economiste.

Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4315
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 7 Avr 2017 - 1:27

https://www.medias24.com/MAROC/ECONOMIE/ECONOMIE/172382-Pour-Business-Sweden-le-Maroc-est-le-hub-de-l-industrie-auto-pour-l-Afrique.html a écrit:

Pour Business Sweden, “le Maroc est le hub de l’industrie auto pour l’Afrique“

Une étude de Business Sweden traite du futur de l’industrie automobile marocaine. “Le Maroc fonctionne comme une autoroute vers les marchés émergents de l’Afrique francophone et du monde arabe“ analyse Business Sweden (BS).

Pour illustrer cette image, le rôle du Casablanca Finance City et du hub aérien de Nouasser vers l’Afrique et le Moyen-Orient sont mis en avant par le bureau de promotion commerciale suédois au Maroc dans une précédente étude publiée en février de l’année dernière.

Fin 2016, une étude spécialisée sur l’industrie auto a été réalisée. BS considère les secteurs de l’automobile, de l’aéronautique, de l’énergie renouvelable et du textile comme les plus porteurs actuellement au Maroc, aux côtés de l’industrie extractive des phosphates.

L’étude de BS sur l’industrie auto marocaine, publiée il y a six mois mais passée inaperçue, relève que “la capacité de production automobile marocaine est devenue la plus importante de la région“. Sa préparation au second semestre 2016 et sa « « montée“ progressive sur les moteurs de recherche permettent de penser qu’elle a suscité un intérêt croissant chez les professionnels suédois et nordiques au cours des derniers mois.

L’arrivée de Renault à Melloussa et l’ouverture prévue début 2019 de l’usine PSA de Kénitra, a propulsé le Maroc dans le club restreint des 30 principaux pays constructeurs automobiles, note BS. Après l’Automotive Meetings tenu à Tanger en novembre dernier, le 4e salon de la sous-traitance automobile ouvre ses portes à Melloussa le 26 avril prochain.

L’écosystème auto marocain gagne en réputation

“Le Maroc, souligne BS, enregistre la plus forte croissance annuelle de ventes de véhicules en Afrique“. Signe de développement des classes moyennes et d’amélioration du pouvoir d’achat, cette évolution doit également prendre en compte  la baisse du prix moyen des voitures au Maroc au cours de ces dernières années et la disponibilité de crédits auto avec des taux d’intérêt proches de 0% note BS.

BS précise que “les ventes de véhicules au Maroc doivent connaître une hausse de 46,5% entre 2016 et 2020“ soit près de 200.000 unités supplémentaires dans quatre ans.

Reprenant en ouverture de l’étude sur l’industrie auto marocaine une déclaration du patron de l’usine de Renault Tanger-Méditerranée, Jean-François Gal, “nous sommes à l’endroit parfait, aux portes de l’Europe“, BS  rappelle les accords de libre-échange qui donnent accès à plus d’un milliard de consommateurs américains, européens, turcs, arabes et africains à partir des zones industrielles marocaines.

Les coûts de production maîtrisés sont mis en avant et, pour les sous-traitants, BS signale que plus de 20 usines de montage automobiles européennes sont situées à moins de 48 heures par la route de Tanger.

Sur le plan macro-économique, tout en soulignant les succès en matière de maîtrise d’inflation, de collecte fiscale, de taux de changes et d’investissements étrangers, l’étude BS souligne le déficit budgétaire qui reste important, le niveau élevé de la dette et les déficits commerciaux.

BS est établi à Casablanca, sur le boulevard Zerktouni, depuis 2008. Le Maroc compte la présence d’une vingtaine d’entreprises du pays scandinave dont Volvo, ABB, Ikea, H&M, Atlas Copco, Oriflame et d’autres moins connues et plus récemment arrivées tels Kranlyft (Grues de chantiers) et Qualisys dans le secteur de l’optique et de l’image pour le monde médical.

Le commerce bilatéral s’établit à environ 450 millions d’euros par an avec un important excédent suédois. Dans le secteur automobile, Volvo est aujourd’hui majoritairement détenu par des capitaux chinois et la motorisation de ses modèles est le fait de Ford en grande partie.

La marque américaine fortement établie en Europe a déjà ouvert un important bureau d’achats de pièces automobiles à Tanger en 2016 pour principalement approvisionner son usine espagnole Près de Valence.

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Sous lieutenant
Sous lieutenant
avatar

messages : 648
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 7 Avr 2017 - 10:00

[quote="WRANGEL"]
https://www.medias24.com/MAROC/ECONOMIE/ECONOMIE/172382-Pour-Business-Sweden-le-Maroc-est-le-hub-de-l-industrie-auto-pour-l-Afrique.html a écrit:

Pour Business Sweden, “le Maroc est le hub de l’industrie auto pour l’Afrique“



Et puisque c'est Business Sweden qui le dit, cette étude à beaucoup de sens au niveau politique et diplomatique.

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 765
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 14 Avr 2017 - 19:54

http://leconomiste.com/article/1011026-bientot-une-usine-pour-fca-group-au-maroc

Citation :

Les ambitions de FCA Group pour le Maroc

alfredo_altavilla_1_003.jpg
Alfredo Altavilla, CEO des opérations de FCA Group pour la région EMEA: «le Maroc est le plus important marché de Fiat Chrysler Group

Et si le prochain constructeur automobile à s’installer au Maroc était Fiat Chrysler Automobile Group? Le constructeur italien projette, en effet, de disposer d’une usine dans la région subsaharienne de l’Afrique. Le royaume propose ainsi, pour Alfredo Altavilla, numéro 2 de FCA Group, tous les atouts pour l’accueillir. En tout cas, l’installation de l’un de ses plus importants showrooms au monde est un signe de confiance

- L’Economiste: Quelle est l’importance de l’installation de l’un de vos plus importants flagships au monde au Maroc? Et pourquoi le Maroc?
- Alfredo Altavilla: Je vais commencer par la seconde partie de votre question, pourquoi le Maroc? D’abord, il faut savoir que le Maroc est le plus important marché de Fiat Chrysler Group en Afrique. Donc s’il y avait un lieu à partir duquel il fallait lancer cette sorte de nouvelle expérience client, c’était bien le Maroc. De plus nous avons une présence historique dans le royaume. J’ai commencé personnellement à venir au Maroc à partir de 1992, lorsque nous avions la Somaca dans laquelle nous nous étions lancés dans tout le processus de la voiture économique avec Uno. C’est ainsi pour ces raisons que nous avons choisi le Maroc pour notre nouvelle expansion vers l’Afrique.
Pour ce qui est de l’importance de flagship, il n’est pas dans notre métier de gérer des concessions de voitures. Ceci dit, nous le faisons lorsque nous estimons que celles-ci représentent plus que de vendre des voitures. Pour vous donner un exemple, nous avons un flagship au sein même de notre usine de Turin, un autre à Londres, à Paris, à Francfort et maintenant ici à Casablanca. Nous avons décidé d’implanter nos flagships dans des lieux où nous établissons les standards à suivre pour les autres concessionnaires du pays.

- Pas seulement du pays…
- Bien évidemment, un endroit comme celui-là, qui est juste énorme, doit également devenir un point de référence pour l’ensemble des autres distributeurs en Afrique. En effet, à travers ce lieu, nous pouvons les former sur la manière de mieux marketer et mieux vendre les marques et l’expérience client de FCA Group.

- Le Maroc est donc bien placé pour être votre porte d’entrée sur l’Afrique subsaharienne?
- C’est exactement l’objectif. Le Maroc est le hub pour toute la présence que nous devons établir et avoir en Afrique subsaharienne.

- Qu’en est-il du volet business…
- Nous avons un objectif clair d’améliorer nos ventes en Afrique de 30%. Pour le Maroc en particulier, nous nous sommes accaparés 8% de parts de marché. Or vous ne construisez pas un aussi important showroom pour ne réaliser que 8% de parts de marché. Il est donc clair que nos ambitions sont de doubler nos parts sur le marché cette année déjà et continuer à nous améliorer d’année en année car je pense que nous méritons de devenir le leader des ventes des véhicules importés montés (ndlr: voiture particulier et utilitaire léger) au Maroc. Ça c’est notre objectif.

- Mais la concurrence est rude…
- Renault et Peugeot sont nos grands concurrents lorsqu’on parle de nos marques Fiat et Fiat Professional. Là où je pense que nous disposons d’une proposition de vente unique, c’est avec nos autres marques Alfa Romeo et Jeep qui sont réellement des labels premium de renommée mondiale. Je ne vois pas beaucoup d’autres marques concurrencer l’allure de ces deux labels. Nous ne craignons aucun de nos concurrents, nous sommes là pour nous battre avec une gamme de produits remarquable.

- Justement quel est votre sentiment à l’évolution du marché automobile marocain?
- Je pense très sincèrement que le record de vente réalisé l’an dernier va être battu en 2017. Il semble que le marché est bien parti pour. Et c’est justement, peut-être par chance, le meilleur moment pour inaugurer ce flagship.

- Qu’en est-il de l’investissement financier de ce flagship. Le budget de 25 millions d’euros a-t-il été respecté?
- Ce budget a en effet été légèrement dépassé. La construction de ce lieu nous a coûté quelque 27 millions d’euros.

- Vos ambitions industrielles au Maroc sont-elles toujours d’actualité?
- Ecoutez, il n’y a pas de doute que nous avons besoin d’au moins trois usines en Afrique. Nous en disposons déjà d’une en Egypte dans laquelle nous produisons des Jeep. Nous voulons en avoir une seconde dans le sud du continent. L’Afrique du Sud paraît être le pays idéal. Il reste la zone de l’Afrique subsaharienne dans laquelle une troisième usine est nécessaire. Le Maroc paraît être le candidat logique étant donné qu’il dispose d’une base solide d’équipements. Je ne vois pas d’autres pays dans la région qui disposent de plus de constructeurs et d’équipementiers.

- Avez-vous déjà rencontré le ministre de l’Industrie pour en discuter?
- Pas encore mais j’aimerais bien le rencontrer. Cependant, j’ai besoin d’avoir quelque chose de réel et de concret à lui dire. Mais cela viendra certainement.
Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 765
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 14 Avr 2017 - 19:56

http://leconomiste.com/article/1011025-gros-mouvements-dans-l-automobile

Citation :

Gros mouvements dans l’automobile



Depuis les années 60, la filière automobile a commencé avec la création de Somaca. Depuis, beaucoup de chemin a été parcouru avec l’entrée de Renault dans le capital de Somaca en 2004, suivie du lancement de la Logan… On est passé de 4.000 véhicules produits par an à une capacité de 400.000 unités chez Renault voire 600.000 avec PSA (Source: Amica)

60 milliards de DH à l’export en 2016! Un taux d’intégration locale qui est passé de 20% en 2012 à 43% en 2016, ou encore un objectif quasi acquis de 175.000 emplois à l’horizon 2020 (contre 85.000 actuellement). «Il y a matière à réfléchir pour revoir à la hausse l’ensemble des engagements. Nous n’avons pas été assez ambitieux en 2014», tient à préciser Tajeddine Bennis, président de la branche industrie de l’Association pour l’industrie et le commerce automobile (Amica). Pour rappel, la filière s’est engagée avec l’Etat à réaliser un chiffre d’affaires de 100 milliards de DH en 2020 et un taux d’intégration locale de 65% en 2020 contre à peine 20% en 2012.

Mieux, à terme, la filière table sur une capacité d’assemblage de 1 million de véhicules par an! Pour y arriver, il va falloir absolument convaincre un 3e constructeur à venir s’implanter au Maroc. «Tout le monde y travaille sans relâche. Nous avons une feuille de route assez claire sur laquelle nous travaillons avec le ministère de l’Industrie.

Et c’est très prometteur», assurent des membres de l’Amica. Les industriels se disent convaincus qu’un 3e constructeur s’apprête à franchir le pas, mais sans vouloir en dire plus. En tout cas, ce n’est pas pour 2017. En revanche, la filière assure qu’il y a des pourparlers bien avancés avec des constructeurs. «La recette miracle consiste à montrer l’intérêt et surtout convaincre», soutient-on auprès de l’Amica. Pour l’heure, le Maroc a deux grands acquis: Renault et PSA. De surcroît, il y a un effort d’accompagnement de Ford et Seat en termes de sourcing local.

Le même effort voire intérêt est manifesté par Volkswagen. D’aucuns vont plus loin et parlent d’une potentielle implantation d’un groupe chinois, dans la ville industrielle du groupe Haite. C’est dans ce contexte précis que l’Amica prépare la 4e édition du salon de la sous-traitance. Pour la première fois, cette vitrine des sous-traitants se tient à Tanger Automotive City, non loin du site industriel de Renault. L’événement, qui promet un fort contenu, se tient du 26 au 28 avril et s’étend sur une superficie couverte de plus de 5.000 m². Plus de 5.000 visiteurs professionnels sont attendus. Pas moins de 280 stands sont déjà confirmés.

Il s’agit là d’une plate-forme incontournable pour équipementiers et constructeurs en quête de développement du tissu des sous-traitants. «Le salon cherche à attirer des sous-traitants et des secteurs qui n’existaient pas au Maroc il y a quelques années. L’intérêt est de développer une texture industrielle assez dense et diversifiée», explique Tajeddine Bennis, qui plus est DG de Snop. Il y a un marché de 10 à 12 milliards de DH de sous-traitance au Maroc, tient à préciser Bennis. La thématique retenue cette année s’articule autour de la notion «d’ancrage de la filière automobile par une accélération du développement de la sous-traitance».

L’événement puise sa force de l’esprit des travaux des écosystèmes. Tous les donneurs d’ordre de la filière seront présents pour des prises de contact directes et des opportunités d’affaires. La répartition des stands par activité fait ressortir une forte dominance des fournitures industrielles (42 stands), suivies de la logistique et emballages (40), ou encore IT et services. Viennent ensuite les engins et systèmes de manutention, la maintenance industrielle, la mécanique de précision, l’ingénierie, la formation…C’est dire la dynamique enclenchée depuis 5 ans.

Aujourd’hui, une soixantaine d’usines sont en cours de lancement. Des projets qui ont des besoins en termes d’installation, de sous-traitance, de prestations diverses… L’événement s’adresse à l’ensemble des équipementiers du Maroc ainsi que tous ceux qui ont pris la décision de s’implanter au Maroc, en plus de constructeurs… à la recherche de sous-traitants de proximité et d’opportunités de business. Le salon se veut aussi un lieu idéal pour capter des donneurs d’ordre, des acheteurs, des constructeurs…

Il vient à point nommé favoriser les échanges et le business entre constructeurs-équipementiers de rang 1 et rang 2, d’un côté, et leurs sous-traitants de l’autre. L’intérêt est également de favoriser l’interaction entre donneurs d’ordre nationaux et étrangers ainsi que le développement de partenariats. En 2020, les besoins en sous-traitance de la filière devront dépasser 1 milliard d’euros.

Synergies

Cette année, l’Amica tient à faire jouer des synergies avec les autres fédérations industrielles, notamment la filière aéronautique (Gimas), l’électronique (Fenelec), textile, métallurgie (FIMME)… L’effet synergie devra générer encore plus d’opportunités de développement. Le Gimas sera l’invité d’honneur du salon de la sous-traitance. Pour assurer un rayonnement international, l’événement prévoit des pavillons France, Portugal, Espagne, Belgique-Luxembourg, Italie… en partenariat avec les chambres de commerce respectives.
Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 765
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 18 Avr 2017 - 0:19

http://www.leconomiste.com/article/1011120-les-equipementiers-auto-se-bousculent

Citation :

Les équipementiers auto se bousculent



Le chiffre d’affaires à l’export devra passer de 5 milliards de DH de la valeur ajoutée locale (chiffres 2012) à 65 milliards de DH en 2020

L’industrie automobile marocaine est désormais dans les radars mondiaux. La filière est bien positionnée dans la cartographie des équipementiers et des multinationales de renom. Mieux encore, une soixantaine d’usines et de projets sont initiés. Ils sont soit opérationnels, soit en cours d’implantation. Sans parler des extensions de capacités et autres greenfields qui viennent se greffer autour des deux constructeurs français (PSA et Renault). C’est très prometteur! D’ailleurs, la quasi-totalité des groupes qui se sont implantés au Maroc ont opéré des extensions et multiplié au moins par deux les créations d’emplois.

C’est le cas notamment de Yazaki (10.000 emplois), Delphi, Sumitomo (18.000 emplois), Snop... D’autres sont en train de dupliquer le même schéma. Parmi eux, Léoni, Fujikura, Faurecia, Valeo, Lear... Les implantations se suivent à un rythme assez soutenu. De grands groupes s’installent pour livrer des composants et anticiper les futures capacités en cours de déploiement. D’autres viennent en joint-venture pour des considérations de standards et de taille critique.

C’est le cas notamment du géant japonais du vitrage qui vient de monter une JV avec le groupe marocain Induver. Ce co-investissement de plus de 1,5 milliard de DH (150 millions d’euros) s’étend sur 12 ha. Autre nouveauté, la reconversion d’industriels marocains, des textiliens notamment, qui se lancent dans les coiffes de sièges ou autres. C’est notamment le cas du groupe Dolidol, fabricant de matelas, qui produit depuis peu de la mousse pour le fournisseur Treroc. Autre illustration de la montée en gamme graduelle des entreprises locales: Floquet Monopole.

Floquet est en fait un concepteur-développeur et fabricant de pistons & chemises pour moteurs essence et diesel. L’entreprise exporte 100% de sa production sur une vingtaine de pays. L’industriel marocain est homologué par des constructeurs européens de renom tels que PSA, Renault, Fiat, Iveco... Aujourd’hui, Floquet Monopole est en train d’opérer une reconversion pour produire également des pièces de moteur. Il y a aussi la reconversion opérée par Maghreb Steel, qui a déjà commencé à livrer des bobines d’acier. Ce qui permettra de maximiser l’intégration locale tant auprès de Renault que de PSA. Là encore, il y a un potentiel énorme à l’export.

Tout l’enjeu aujourd’hui consiste à consolider les acquis et capter de nouveaux investissements. Le défi est non seulement de fournir les constructeurs installés au Maroc, mais surtout de développer une intégration locale en profondeur aussi bien horizontale que verticale, analyse Tajeddine Bennis, vice-président de l’Amica.

«Il ne s’agit pas uniquement de faire du chiffre à l’export. Il s’agit aussi et surtout d’assurer une meilleure profondeur de l’intégration», tient à préciser Bennis, qui plus est DG de Snop. Les industriels comptent également produire du volume pour le compte de sites d’assemblage dans la région, notamment en Espagne et au Portugal. D’autres s’apprêtent à investir en Afrique subsaharienne. En effet, trois ou quatre groupes industriels étudient la possibilité de consolidation en Afrique.

Par ailleurs, la filière industrielle nourrit de grandes ambitions sur le challenge de petites pièces. Il s’agit là de petits composants qui peuvent voyager plus facilement tout en faisant monter le site Maroc dans la chaîne de valeur ajoutée. «Justement, Volkswagen et Ford cherchent ce type de petites pièces au Maroc», confie un membre de l’Amica. «Il s’agit de produits de haute technologie avec un coût logistique très faible et une grande valeur», poursuit la même source. Le périmètre du moteur de PSA devra également localiser des opportunités dans le pays. Tout l’enjeu est là.

Pour capitaliser sur ces atouts et capter de nouveaux investissements, le développement de la filière repose sur la stratégie des écosystèmes (voir aussi encadré). L’esprit étant de créer un environnement favorable autour d’un grand industriel, autour duquel se greffe un tissu dense de sous-traitants avec un effet multiplicateur et un transfert de savoir-faire et surtout des emplois.

Aujourd’hui, l’écosystème du câblage est le plus mâture avec des multinationales de référence (Sumitomo, Lear, Léoni, Fujikura, Delphi...). S’ensuit le métal-emboutissage avec Smom, Snop... Il y a aussi l’écosystème de l’intérieur des véhicules (habitacle et sièges) ainsi que celui des batteries. Justement, pour la 1re fois, le Maroc produit et exporte des batteries. Electra, filiale Ynna Holding, a commencé à livrer Renault. Ce qui ouvre des perspectives à l’export, notamment en Europe.

Cellule d’animation des écosystèmes

L’Association pour l’industrie et le commerce automobile (Amica) vient de mettre en place une cellule d’ingénieurs. C’est une structure nouvelle d’animation des écosystèmes. En clair, 6 jeunes ingénieurs assurent la coordination avec les écosystèmes. Cette équipe travaille aussi bien avec les industriels, constructeurs et autres équipementiers qu’avec les aménageurs-développeurs (TMSA, MedZ, TFZ...) ou encore l’AMDI. Il s’agit d’une structure qui remonte les besoins et facilite l’accompagnement de manière à ce que le message soit cohérent avec les investisseurs. Cette cellule travaille aussi avec l’OFPPT, les universités, les grandes écoles... pour exprimer les besoins en formation et formaliser des modules spécifiques d’ingénierie.


Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 765
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 18 Avr 2017 - 17:00

https://www.medias24.com/MAROC/Les-plus-de-Medias-24/172647-Moulay-Hafid-Elalamy-a-Seoul-deux-nouveaux-investissements-dans-l-automobile.html

Citation :


Moulay Hafid Elalamy à Seoul: deux nouveaux investissements dans l’automobile




Dans la capitale sud-coréenne, le ministre de l’Industrie a participé à des rencontres B2B avec des équipementiers et des constructeurs automobiles à Séoul.

Il a également pris part à la convention fournisseurs Renault Samsung Motors.

Selon une source proche du ministre contactée par Médias24, il a eu des entretiens avec “plus de 20 industriels et des officiels sud-coréens“.

MHE a organisé une conférence avec Renault et ses équipementiers. “Deux investisseurs importants déjà rencontrés plusieurs fois au Maroc ont annoncé qu’ils investiront dans le Royaume dans les deux mois à venir“.
Revenir en haut Aller en bas
bens.othman
Sous lieutenant
Sous lieutenant
avatar

messages : 648
Inscrit le : 29/03/2016
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 18 Avr 2017 - 17:58

Shugan188 a écrit:
https://www.medias24.com/MAROC/Les-plus-de-Medias-24/172647-Moulay-Hafid-Elalamy-a-Seoul-deux-nouveaux-investissements-dans-l-automobile.html

Citation :


Moulay Hafid Elalamy à Seoul: deux nouveaux investissements dans l’automobile





Dans la capitale sud-coréenne, le ministre de l’Industrie a participé à des rencontres B2B avec des équipementiers et des constructeurs automobiles à Séoul.

Il a également pris part à la convention fournisseurs Renault Samsung Motors.

Selon une source proche du ministre contactée par Médias24, il a eu des entretiens avec “plus de 20 industriels et des officiels sud-coréens“.

MHE a organisé une conférence avec Renault et ses équipementiers. “Deux investisseurs importants déjà rencontrés plusieurs fois au Maroc ont annoncé qu’ils investiront dans le Royaume dans les deux mois à venir“.

Il fait un travail remarquable ce MHE ! c'est la seule satisfaction du gouvernement actuel.

_________________
" Ceux qui veulent aller vers l'avenir et voir l'avenir doivent avoir la mémoire longue "
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
FAR SOLDIER
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4578
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Les Mureaux / Kenitra
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 18 Avr 2017 - 18:06

Oui vraiment respect et merci a ce Mr, il fait un boulot énorme pour attirer des investissements et industrialisé le Maroc . Bravo a lui vraiment.

Allah i keter men mtalou

_________________


Administrateur - Page Officielle Facebook "FAR-MAROC" 
Suivez ce lien  Arrow  https://www.facebook.com/farmarocofficielle
Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 765
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 21 Avr 2017 - 17:29

Revenir en haut Aller en bas
Socket-error
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 974
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Dim 23 Avr 2017 - 14:36

Citation :
Automobile : Maghreb Steel décroche le sésame

L’aciériste marocain Maghreb Steel vient de décrocher la certification ISO TS 16949 auprès du Bureau Veritas. C’est la certification qualité exigée par les constructeurs automobiles pour pouvoir intégrer leur tissu de fournisseurs. L’ISO TS 16949 dépasse largement les exigences de l’ISO 9001. Elle impose des paramètres très élevés en termes d’outils utilisés, de processus de développement des produits et même des durées de résolution des écarts pendant la production.

http://www.leconomiste.com/flash-infos/automobile-maghreb-steel-decroche-le-sesame

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'industrie automobile au Maroc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 17 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
 Sujets similaires
-
» Quel avenir pour le F910 & le F911 ???
» Energie: Comment le Maroc soigne sa crise
» Comment désamorcer la bombe sociale au Maroc ?
» Bricks au thon (Maroc)
» Couscous (Maroc)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: