Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actualités Algeriennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38, 39, 40  Suivant
AuteurMessage
BOUBOU
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3024
Inscrit le : 07/08/2008
Localisation : en territoire hostile
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Ven 3 Mar 2017 - 16:20

ils se rendent compte qu'ils ont raté le train.
ils avouent que même leurs interlocuteurs africains les ont dépassé! bientôt ils iront en Afrique pour se former et se mettre à jours aux standars internationaux!!! Laughing

_________________
L'homme sage est celui qui vient toujours chercher des conseils dabord, des armes on en trouve partout.

feu Hassan II.

http://www.youtube.com/watch?v=AbjNQ_5QvgQ
Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 994
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Ven 3 Mar 2017 - 19:40

Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 915
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Ven 3 Mar 2017 - 20:45

Citation :


Le gouvernement malien préfère réaliser d’autres chantiers au lieu d’aider à la construction de la paix


- Depuis l’Accord d’Alger, qu’est-ce qui a vraiment changé sur le terrain ?

En revenant au document signé en juin 2015 à Bamako, et à l’ensemble de son programme qui avait été ficelé par le Comité de suivi présidé par l’Algérie, le constat est vraiment inquiétant. Parce qu’on ne peut pas montrer des évolutions concrètes réalisées à travers l’Accord d’Alger. Aujourd’hui, il n’y a pas d’infrastructures ni d’autres chantiers de haut niveau qui attestent de l’application dudit Accord.

Sur le plan de la communication, on parle de l’Accord dans toutes les réunions officielles importantes, on parle également des commissions qui ont leurs prérogatives sur le papier, mais qui  ne dépassent pas ce cadre. Aucune de ces commissions nommées à Bamako n’a encore au niveau local sa propre sous-direction ou une antenne opérationnelle.

D’un autre côté, on constate que le gouvernement malien tente de relancer des anciens chantiers. Alors qu’il est engagé dans un processus de paix laborieux avec les belligérants qui ont prouvé leur présence sur le terrain et qui ont  accepté de collaborer. Le gouvernement malien préfère réaliser d’autres chantiers au lieu de renforcer et d’aider à la construction de la paix.

Ceci met davantage en difficulté l’Accord d’Alger, sachant qu’il y a d’autres paramètres qui n’ont pas été pris en compte, notamment les questions qui ont fait débat, comme par exemple la période intérimaire qui avait pour mission d’organiser les élections, préparer les sites pour le retour des réfugiés, constituer un répertoire électoral transparent, de discuter ou donner son avis sur la nouvelle loi électorale, le découpage territorial. Mais, visiblement, il y avait un autre agenda en parallèle qui s’est mis en place, celui de Bamako.

- Pensez-vous que l’Algérie joue pleinement son rôle à travers le Comité de suivi de cet accord ?

C’est un fait, le gouvernement algérien s’est toujours montré incontournable dans la résolution des conflits dans la région du Sahel. Une fois de plus, la communauté internationale lui confie la direction des négociations ; c’est l’Algérie qui préside le Comité de suivi de l’Accord. L’Algérie est également présente dans la réalisation de certains projets de coopération, rappelle la responsabilité et l’engagement de tous dans ce processus, et sait très bien ce qui se passe sur le terrain.

Cependant, on constate souvent le silence d’Alger sur certaines questions. Rebondir et faire l’arbitrage, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant pour un pays qui est chef de file de la médiation et qui dirige le comité de suivi de l’Accord d’Alger. En termes de mise en garde et de mobilisation, l’Algérie peut faire beaucoup mieux et s‘impliquer avec fermeté. Sans oublier que sur le plan de l’action humanitaire, l’Algérie dispose de sa propre organisation qui avait fait son travail sur les frontières en 2012 et la région de Kidal. D’ailleurs, il existe un projet d’aide humanitaire dans l’accord, mais qui peine à démarrer.

- Le mois prochain se tiendra une importante conférence à Bamako ; qu’en attendez-vous?

La prochaine conférence de haut niveau doit être l’occasion pour tous les acteurs de recadrer rigoureusement l’Accord d’Alger.  Le gouvernement malien doit respecter ses engagements et cesser de faire semblant de nier l’existence de tous les groupes. Ce sont des groupes politico-militaires qui sont dans l’Azawad et qui ont un projet de société et assurent la sécurité dans certaines villes bien mieux que les forces étrangères.

[/color]


http://www.elwatan.com/international/le-gouvernement-malien-prefere-realiser-d-autres-chantiers-au-lieu-d-aider-a-la-construction-de-la-paix-03-03-2017-340405_112.php

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 915
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Ven 3 Mar 2017 - 21:17

Inchallah quand le Maroc sera membre des pays de la CEDAO, il utilisera cette route financée par l'Algérie pour exporter du Mali, du Niger et du Tchad vers l'Algérie  Very Happy

Citation :



LA TRANSSAHARIENNE ALGER-LAGOS SERA ACHEVEE AVANT LA FIN 2017 : Aller au Nigeria en voiture, c’est possible


Le tronçon algérien de la route transsaharienne Alger-Lagos a été achevé, avait annoncé le Premier ministre Abdelmalek Sellal samedi 14 janvier 2017 à Bamako, lors du 27e sommet Afrique-France. Il avait rajouté que le dernier tronçon de cette route, longue de 4800 km, sera achevé avant la fin 2017, dans le territoire de la République du Niger.


M. Sellal avait, aussi, annoncé que "la pose en territoire algérien du câble de fibre de verre relié au réseau international pour alimenter et désenclaver cette vaste zone du continent en matière de TIC tout au long de l’axe Alger-Lagos a été achevé". Le projet de la route transsaharienne Alger-Lagos est née dans les années 1960 à l'initiative de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) afin de désenclaver les zones déshéritées et de promouvoir les échanges entre le nord et le sud du Sahara. Il s'agit de construire une route composée de quatre branches reliant Alger et Tunis à quatre capitales sub-sahariennes à Bamako, Niamey, N’Djamena et Lagos. Les six pays membres de ce comité sont l'Algérie, la Tunisie, le Niger, le Mali, le Tchad et le Nigéria. Le projet est financé par les pays concernés et par la Banque africaine de développement. L’Algérie, premier contributeur, estime y avoir investi 3 milliards de dollars, selon les chiffres du ministère algérien des travaux publics.

En ces temps de déclin des recettes d'hydrocarbures, il est de bon augure que l'on songe à réunir les conditions nécessaires pour que nos entreprises partent à la conquête des marchés internationaux. Et, plus précisément, ceux des pays africains qui, de par leur proximité et les liens historiques communs, pourraient constituer de mutuels débouchés commerciaux et des terrains fertiles pour les investissements et les affaires en général.

Une véritable aubaine pour les courants d'affaires

La route transsaharienne qui dessert pas moins de 6 pays africains (Algérie, Niger, Nigeria, Libye, Tchad et Mali) sur une longueur de 4500 km et l'autoroute est-Ouest qui relie trois pays d'Afrique du Nord (Tunisie, Algérie, Maroc) sur environ 1400 km constitue une véritable aubaine pour les courants d'affaires entre tous ces pays d'Afrique, pour peu que la volonté politique existe et que  législation soit mise au niveau des attentes des hommes d'affaires.
C'est l'avis de l'Ambassadeur et Conseiller au Ministère des Affaires Étrangères, Smail Benamara, qui s'exprimait le 30 novembre 2016 à l'occasion d'une conférence-débats portant sur le Forum africain de l'Investissement et des affaires qui se tiendra du 3 au 5 décembre à Alger, à l'initiative du Forum des Chefs d'Entreprise. Organisée par le journal électronique Algérie-Eco cette rencontre a permis à ce diplomate chevronné de mettre en exergue tout l'intérêt que les entreprises du continent auraient à coopérer pour développer du mieux possible les échanges à la faveur des infrastructures routières qui existent déjà et celles qui seront réalisées à l'avenir. Outre les retombées en matière d'aménagement du territoire attendues de ces milliers de kilomètres de routes goudronnées reliant plusieurs pays d'Afrique (accroissement des villes, création de nouveaux centres urbains, constructions d'équipements sociaux etc.), la transsaharienne et l'autoroute Est-Ouest peuvent, lorsqu'elles seront totalement achevées, contribuer à la prospérité économique et sociale du continent en favorisant notamment les courants d'affaires. Les échanges facilités par ces infrastructures routières rapides et sécurisées sont effectivement de nature à dynamiser les économies locales, à promouvoir l'investissement et à rationaliser le commerce, en réduisant notamment la contrebande qui saigne les économies des pays africains et notamment, celle de l'Algérie et de certains pays du Sahel qui ont des frontières longues et permissives aux contrebandes.

Beaucoup à faire en matière d'encadrement législatif

Outre les raccordements qui restent à faire (Algérie-Niger, Algérie-Mali, poursuite de l'autoroute est-Ouest vers le Maroc et la Tunisie) il  reste toutefois également beaucoup à faire en matière d'encadrement législatif et réglementaire, de mise en place d'institutions et d'équipements publics (agences bancaires, postes de douanes, services de secours et de sécurité, stations-service, motels, zones d'activités et autres) pour donner vie à ces grandes infrastructures routières. A défaut, ces deux voies construites à grands frais ne seront pas utiles aux économies africaines mais à celles des pays exportateurs qui feront transiter leurs marchandises sur ces « corridors » qui ont, en définitive, été réalisées pour  eux   . Les Etats parties prenantes dans la réalisation de Transsaharienne et l'autoroute Est-Ouest sont de ce fait interpellés pour prendre rapidement et collectivement les décisions requises pour huiler les rouages grippés du commerce inter-africain que ces infrastructures sont susceptibles de faciliter .

Financement de Banque africaine de développement

Les financements pour la réalisation des sections en l’état de pistes,  soit 222 km au Niger et 412 km au Tchad, sont entièrement mobilisés ; et les travaux qui seront étalés sur une période de 3 ans sont en cours de lancement. Au total, près de 5.000 kms ont déjà été réalisés depuis 1970.  L’attention a été aussi attirée sur toute l’importance qui doit être accordée à l’entretien de ce  programme routier multinational structurant.  L’objectif étant  de préserver la longévité de ce patrimoine, et de faire revivre les échanges à travers le Sahara.  Et ce pour soutenir les  objectifs de paix, de sécurité, de croissance et de développement, notamment dans la sous-région du Sahel.


http://www.reflexiondz.net/LA-TRANSSAHARIENNE-ALGER-LAGOS-SERA-ACHEVEE-AVANT-LA-FIN-2017-Aller-au-Nigeria-en-voiture-c-est-possible_a45761.html

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1766
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Ven 3 Mar 2017 - 21:36

Citation :
A défaut, ces deux voies construites à grands frais ne seront pas utiles aux économies africaines affraid
Le journaleux voulait dire que ces infrastructures ne profiteraient pas à l'économie algérienne.

Citation :
Les Etats parties prenantes dans la réalisation de Transsaharienne et l'autoroute Est-Ouest sont de ce fait interpellés pour prendre rapidement et collectivement les décisions requises pour huiler les rouages grippés du commerce inter-africain que ces infrastructures sont susceptibles de faciliter .
Ils parlent trop de booster les échanges commerciaux ces derniers temps (CEDEAO).... trop tard ... le train est déjà en marche....

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 915
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Sam 4 Mar 2017 - 15:01

Citation :


Faute d'investissements, l'Algérie court vers la fin de sa production pétrolière, selon GRI !

Les autorités n'ont pas anticipé en investissant dans de nouvelles explorations pétrolières.

C’est une approche axée principalement sur l’aspect économique et organisationnel du pays qu’expose une étude publiée par Global Risk Insights (GRI) pour montrer l’incapacité du pouvoir algérien à planifier sur du long terme.

Cet influent think Tank américain estime, dans cette étude publiée le 28 février, que "l'Algérie a tardé à faire des réformes énergétiques, ce qui va provoquer de graves troubles sociaux dans l'un des derniers bastions de stabilité en Afrique du Nord".

L'Algérie, qui est l'un des trois premiers exportateurs de pétrole d'Afrique, va elle-même, selon ce rapport, manquer de pétrole dans un avenir proche, pour ses propres besoins internes. La preuve ? la production "du champ de Hassi Messaoud, ainsi que d'autres grands champs matures, a progressivement diminué", fait remarquer Pierre-Olivier Bussières, l’auteur de l’étude. "La production de pétrole et de gaz a commencé à stagner au début des années 2000, alors que la consommation intérieure a augmenté régulièrement", pouvait-on lire dans son analyse.

"Il faudrait 100 milliards de dollars pour moderniser et étendre sa vaste infrastructure énergétique, un montant que l’Algérie n’a pas !"

Le pouvoir algérien, faute de planification et de clairvoyance, n’a pas vu venir une situation pourtant bien prévisible. La situation est telle que l’Algérie ne peut même plus investir dans l’exploitation d’autres gisements faute d’argent et de moyens financiers. "Maintenant, le gouvernement dit que l'Algérie devra injecter plus de 100 milliards de dollars pour moderniser et étendre ses vastes infrastructures énergétiques, en affectant 46 milliards de dollars sur les champs pétroliers existants. Ce qui est plus troublant dans ce plan, c'est que l'Algérie envisage de financer plus de 90% de ce plan", analyse Pierre-Olivier Bussières

Le problème est que de nombreux experts "doutent que ce soit possible même à long terme, compte tenu du déficit économique majeur du pays. Malgré l'urgence de la situation, les initiatives de réforme ont jusqu'à présent été extrêmement tièdes : planification de l'ouverture de nouveaux champs pétrolifère à petite échelle et augmentant la taxe sur la valeur ajoutée", déplore l’analyste d'incidents chez Intelligence Fusion et rédacteur en chef associé d'affairs Canada.

"Le pétrole ne suffira même plus à la demande interne, ce qui provoquera l’effondrement de l’économie algérienne"

L’étude publiée par Global Risk Insights pointe également l’arrêt des investissements dans le domaine des explorations, et la lenteur inexplicable des autorités algériennes à réagir face à cette situation. "Non seulement le pays a cessé d'investir dans de nouvelles activités d'exploration, mais ses revenus énergétiques, qui soutiennent près des deux tiers du budget national, ont diminué régulièrement. Face à une crise sans précédent, l'Algérie a été étonnamment lente à réagir. Maintenant, le pays est confronté à très peu d’options dans le meilleur des cas. À ce rythme, la production pétrolière algérienne ne couvrira rien de plus que sa demande intérieure croissante, entraînant un effondrement économique". Une affirmation déjà soutenue par de nombreux experts algériens qui avaient prévenu il y a quelques années déjà les autorités sur leur choix de développement. Seulement, ces alertes n'ont pas été écoutée par qui de droit.

"Le coût de l'inertie"

Face à la fois à la stagnation de la production et à la chute des prix des produits de base, l'ensemble du modèle économique algérien est effectivement devenu insoutenable. "Ce ralentissement économique montre déjà ses effets, car l'inflation rampante a entraîné une forte hausse des prix des aliments de base. Le poisson frais et les fruits sont devenus trois fois plus chers depuis 2001, selon les statistiques officielles du pays. Les Algériens dépensent environ 40% de leur revenu en nourriture et en boissons. Les grands projets d'infrastructures sont systématiquement retardés et la corruption a augmenté", peut-on lire dans l'analyse.

Pour maintenir le niveau de vie des Algériens il faudrait dépenser 45 milliards de dollars de subventions chaque année, fait remarquer le rapport de GRI. Déjà "le FMI estime que le coût total de la subvention est d'environ 45 milliards de dollars par an". La situation politique, le terrorisme et la maladie du président sont autant de freins pour les investisseurs, qui préfèrent ne pas s’aventurer avec leurs capitaux dans notre pays qualifié par l’étude d’"instable". Ces indicateurs n'incitent pas en effet les créateurs de richesses à venir investir pour faire démarrer la machine économique et permettre ainsi de sortir de la dépendance au pétrole. "Le gouvernement a pris des mesures pour ouvrir son marché aux investisseurs étrangers, reconnaît l'auteur de l'étude, notamment en modifiant sa loi sur les hydrocarbures et en invitant les soumissionnaires à participer aux enchères pour une nouvelle exploitation dans le sud en 2013. Malgré ces efforts, l'incertitude politique et l'activité terroriste dans le sud sont encore un obstacle à l'investissement".

Selon le rapport, "le principal obstacle à l'investissement étranger reste l'exigence nationale d'actionnariat de l'Algérie, qui stipule que la Sonatrach, la société nationale de l'énergie, doit détenir 51% de tous les projets dans le pays. En 2014, seulement 4 des 31 blocs ont été décernés. La vente aux enchères prévue pour la fin de 2015 a été annulée."

Pierre-Olivier Bussières croit, pour conclure, que "le pays doit naviguer sur une ligne très fine entre une réforme efficace et l'effondrement économique".
http://www.lematindz.net/news/23577-faute-dinvestissements-lalgerie-court-vers-la-fin-de-sa-production-petroliere-selon-gri.html

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3545
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Sam 4 Mar 2017 - 15:56

Que sera lors la reaction du zario une fois que sa maman poule va cesser de la nourire. se Comportera t'il comme un enfant reconaissant et se contentera du peu ou il va devorer le sein qui la nourit
Revenir en haut Aller en bas
BOUBOU
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3024
Inscrit le : 07/08/2008
Localisation : en territoire hostile
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Sam 4 Mar 2017 - 16:20

les dirrigeants du polusario n'ont pas et n'auront ce problème de se dire comment je vais manger. Ce sont les séquestrés qui vont trinquer! et s'ils réagissent ils prendront des coups de batons.

_________________
L'homme sage est celui qui vient toujours chercher des conseils dabord, des armes on en trouve partout.

feu Hassan II.

http://www.youtube.com/watch?v=AbjNQ_5QvgQ
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4442
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Sam 4 Mar 2017 - 17:45

L"ALGERIE DANS L'IMPASSE

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3545
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Sam 4 Mar 2017 - 18:13

L'algerie cherche peut etre en accélérant les évènements a guergrate a ce debarasser de la population de tindouf par a sa relocalisation a lagouira ou ailleurs tout en ne pas perdant la face par raport au Maroc.
Les poids economiques des separatistes et leur malediction sont tres lourdes
Revenir en haut Aller en bas
simplet
Commandant
Commandant


messages : 1179
Inscrit le : 20/05/2012
Localisation : MONTREAL
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Sam 4 Mar 2017 - 22:19

Fox-One a écrit:
L'algerie cherche peut etre en accélérant les évènements a guergrate a ce debarasser de la population de tindouf par a sa relocalisation a lagouira ou ailleurs tout en ne pas perdant la face par raport au Maroc.
Les poids economiques des separatistes et leur malediction sont tres lourdes

ils vont jamais lâcher cette carte de réfugiés . et puis une grande décision comme celle la a besoin d'un leader a la tete de l’état ce qui n'est pas le cas aujourd'hui

.

_________________
.


"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option."  Bob Marley.

.
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4442
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Dim 5 Mar 2017 - 20:31

http://www.tsa-algerie.com/20170305/lalgerie-a-importe-exporte-2016/ a écrit:

Ce que l’Algérie a importé et exporté en 2016

L’Algérie a enregistré un déficit de la balance commerciale de l’ordre de 17,84 milliards de dollars durant l’année 2016, selon les statistiques définitives du commerce extérieur publiées par la Direction générale des douanes. Les importations du pays se sont établies à 46,72 milliards de dollars, tandis que les exportations ont permis à l’Algérie d’engranger 28,88 milliards de dollars.

Importations : les biens d’équipement en tête

Dans le registre des importations, l’Algérie a importé pour 15,89 milliards de dollars de biens d’équipement et 14,33 milliards de dollars de biens destinés à l’outil de production. L’importation de biens alimentaires a quant à elle coûté 8,22 milliards de dollars à l’Algérie, tandis que les biens de consommation non alimentaires importés se sont chiffrés à 8,27 milliards de dollars.

Dans le détail des biens d’équipement, « les appareils électriques pour la téléphonie » ont représenté 1,24 milliard de dollars des importations, suivis des véhicules de transport de personnes et de marchandises (782 millions de dollars) et des turboréacteurs et turbopropulseurs (529 millions de dollars). L’importation d’articles de robinetterie et organes similaires s’est élevée à 494 millions de dollars.

Dans le détail des biens destinés au fonctionnement de l’outil de production, les tubes et tuyaux en fer ou en acier ont représenté 1,24 milliard de dollars, et les barres en fer et en acier ont représenté 1,17 milliard de dollars d’importations. L’importation d’huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux a coûté pour sa part 1,03 milliard de dollars à l’Algérie. Les constructions et parties de construction ont coûté 895 millions de dollars, devant les huiles destinées à l’industrie alimentaire (704 millions) et les polymères de l’éthylène (514 millions de de dollars).

Dans le détail des biens de consommation non alimentaires, l’importation de médicaments (2,02 milliards de dollars) et les véhicules de tourisme (1,29 milliard) ont de loin représenté les deux postes de dépenses les plus importants de cette catégorie. L’importation de parties et accessoires de véhicules automobiles a coûté 393 millions de dollars, tandis que l’importation de réfrigérateurs et congélateurs a coûté 279 millions de dollars. Les meubles et leurs parties ont représenté 235 millions de dollars d’importations.

Dans le détail des biens alimentaires, l’importation des céréales, semoules et farines a représenté 2,8 milliards de dollars de dépenses. Loin devant l’importation de lait et produits laitiers (985 millions de dollars) ou encore les sucres et sucreries (912 millions). Le café et le thé ont quant à eux représenté 395 millions de dollars de la facture d’importation, devant les légumes secs et autres fruits (356 millions) et les viandes (233 millions de dollars).

Le paiement cash demeure le mode de financement privilégié dans les importations. 27,79 milliards de dollars d’importations ont en effet été financés par cash, soit une part de 59,49% du volume total des importations. Les lignes de crédit ont de leur côté permis de financer 17,2 milliards de dollars de la facture des importations.

Exportation : domination absolue des hydrocarbures

À l’exportation, les hydrocarbures continuent de représenter l’essentiel des exportations de l’Algérie. En effet, avec 27,1 milliards de dollars, la part des hydrocarbures a représenté 93,84% du volume global des exportations sur l’année 2016.

Les exportations hors-hydrocarbures se sont élevées pour leur part à 1,78 milliard de dollars. Dans le détail de celles-ci, 447 millions de dollars proviennent de l’exportation d’engrais minéraux ou chimiques azotes, tandis que 388 millions de dollars proviennent d’huiles et autres produits provenant de la distillation de goudron.

L’exportation des ammoniacs anhydres a représenté 323 millions de dollars, tandis que l’exportation de sucres de canne ou de betterave a permis à l’Algérie d’engranger 231 millions de dollars. L’exportation de dattes a par ailleurs représenté 37,52 millions de dollars des exportations de l’Algérie.

Quel est le montant des exportations marocaines?

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9837
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Lun 6 Mar 2017 - 1:51

On se situe à peu de chose au même niveau. 25/27 mds d'exportations

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13220
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Lun 6 Mar 2017 - 1:55

Il faut reconnaître qu'ils ont fait un effort immense sur les exportation hors hydrocarbures..
Il y a dix ans c'était à peine 1 milliard USD la ils ont presque doublé. De plus la part est passé de 98% à 93% c'est bien, il faut les encourager Smile

Non je déconne Laughing

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4442
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Lun 6 Mar 2017 - 10:38

Fahed64 a écrit:
Il faut reconnaître qu'ils ont fait un effort immense sur les exportation hors hydrocarbures..
Il y a dix ans c'était à peine 1 milliard USD la ils ont presque doublé. De plus la part est passé de 98% à 93% c'est bien, il faut les encourager Smile

Non je déconne Laughing
Laughing Meme dans le montant des exportations hors hydrocarbures il y a une part de sous produits hydrocarbures. Ils sont toujours au meme niveau en fait, autour d'un petit peu plus milliard.

Et encore une fois comme nous l'avons souvent dis ici, leur pib en dinars exprimés en dollars ne leur sert à rien à part regler les salaires. Vous me direz, c'est la meme chose pour nous! Certes, mais pas tout à fait, notre dependance aux importations est bien moindre que la leur et nous produisons au niveau national des biens d'équipements et industriels qui ne necessitent pas de sortie de devises Smile

De plus, si on appliquait au dinar le veritable taux de change, qui est le taux parallèle, leur pib tournerait aux alentours de 130 Milliards de dollars.

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
BOUBOU
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3024
Inscrit le : 07/08/2008
Localisation : en territoire hostile
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Lun 6 Mar 2017 - 13:19

concernant les intégrations régionaux, l'Algérie se trouve devant un dilem:

http://africanmanager.com/la-tunisie-deviendait-membre-du-comesa-en-octobre-2017/

elle regarde vers l'Ouest et le Sud-Ouest car plus pratique pour s'ouvrire vers le marché Sud Américain et Ouest Africain. en même temps elle négocie avec un autre ensemble qu'elle voit sûrement d'un autre oeil car avec des pays en forte croissance et trés ouvert contrairement à elle, de plus anglo-saxon! avec le culte de l'investissement gagnant. (su elle négocie comme elle le fait avec l'OMC, d'ici-là la Libye l'aurat intégré!).

_________________
L'homme sage est celui qui vient toujours chercher des conseils dabord, des armes on en trouve partout.

feu Hassan II.

http://www.youtube.com/watch?v=AbjNQ_5QvgQ
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 915
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Lun 6 Mar 2017 - 14:23

Citation :


A comme Algérie (11)


Ecrire sur l’Algérie en barbotant dans l’océan du blabla du baratin et de la déprime. Accoucher dans la douleur d’une imagination désintégrée par le flot des infos officielles et des rares contre-infos encore accessibles qui ne se lisent qu’entre les lignes avec des points de suspension à l’infini. Sans jamais atteindre l’info désirée vérifiée et vérifiable. Pays formaté par le silence qui hurle et le cri qui étouffe.

K comme karama

Une actualité constamment confirmée par l’histoire. Pour conclure avec optimisme que les pessimistes ont toujours raison. Quand c’est trop tard, c’est déjà trop tard, ronronne l’implacable horloge. Pays de la karama. Une dignité qui se calcule au prix du baril des déchets antédiluviens de la sardinette à 1000 dinars et du prix 30 fois multiplié de l’ail importé. Dans son livre «Corruption et démocratie en Algérie» qui lui a valu d’être expulsé du journal El Watan, monsieur anticorruption, Djillali Hadjadj conclut en mauvais prophète : "Le temps arrivera en Algérie où les gouvernements rendront compte de l’utilisation de l’argent public…» Plus d’une décennie plus tard c’est les gouvernés dépouillés qui rendent compte auprès des gouvernants corrompus de l’utilisation de l’argent public. Ils n’ont rien vu venir, hypnotisés par le mauvais génie de la lampe baraka délavée à force d’être frottée. A l’aube du 5eme mandat et des caisses vides, les experts de la première puissance mondiale reconnaissent, eux aussi, qu’ils n’y voient que les sommets d’un triangle des Bermudes : opacité, trouble et mystère. Jusqu’à prédire l’effondrement d’une maison jamais construite.

Après avoir digéré le fromage, l’ingrat renard revient exiger les plumes du niais corbeau. Question : Pourquoi les zombies inquiètent les Rambos ? Les tympans des premiers sont encore imprégnés des youyous lancés par les représentants des seconds contemplant la 8eme merveille du monde : la Régence d’Alger à la veille du 4eme mandat. «Il n’y a pas de programme, mais il a été programmé», parole d’un politicien français. Là où un Américain n’aurait pas hésité à reconnaitre qu’il y a bien un programme, mais il a été déprogrammé. Pauvre France quand le «Pilleur d’Etat»est incarnée par le visage abruti d’une Penelope Fillon au moment où le Zorro milliardaire Trump déclare son admiration pour une Algérie classée dans la zone rouge de la corruption. Le premier gendarme du monde et le deuxième forment avec notre pays un mariage à 3 réussi. Une lune de miel que l’on doit, parait-il, à notre victoire sur le terrorisme. Pourtant quand l’ambassadrice du pays victime du 11 septembre se déplace et investit, elle ne choisit pas Bentalha, mais Tamanrasset où fleure bon l’or le gaz et le pétrole. S’empressant auprès de migrants victimes de l’hydre terroriste. Oubliant les patriotes survivants disparu des medias algériens au moment où ils osaient revendiquer la même reconnaissance due aux repentis.

Comment parler de la karama quand ces illustres invités signent des accords mirifiques dans le palais d’Alger et se précipite vers la frontière interdite pour sabler le champagne et passer une nuit sereine sous le ciel marocain. Comme effrayés par un fantôme. Sans doute celui du peuple écorché qu’ils n’ont jamais cherché à connaitre. En 1968, R. Kalisky dans son livre, Le Monde arabe à l’heure actuelle, écrit : "Le monde arabe est, en mouvement. Guerre d’Algérie, affaire de Suez, conflit israélo-arabe, coups d’Etat en Syrie et en Irak, volte-face déconcertantes, crise du pétrole…font périodiquement du Moyen-Orient un point chaud de la planète. Devant ce malaise chronique, ces brusques flambées de colère, l’observateur occidental reste perplexe. Quelles forces travaillent donc ce monde en pleine mutation ?" On constate que l’heure est toujours actuelle d’un monde mutant d’une karama à une autre. Programmé par une meute arrivée aux «dignités» grâce à 1000 indignités (Bacon). On se demande quelle différence il y a entre nous et ces bêtes chassées de leur jungle qui se vengent par contamination. Seule consolation, une justice "paranormale". Les Suisses, citoyens les plus armés au monde, au lieu de s’entretuer ou de repousser les envahisseurs, préfèrent devenir de grands consommateurs de cocaïne assurant leur euphorie avant leur dévastation. Un trafic bien huilé par des bougnouls chassés de leur sol natal transformé en coquille vide recouverte d’épines au profit de la Banque suisse. Dans l’Empire de la Honte, le citoyen suisse, Ziegler, précise bien que les catastrophes sont dues à la rupture de la réciprocité.

K comme Khalifa

La malédiction algérienne se résume bien dans le duo Affaire Khalifa Bank et l’Autoroute Est Ouest. La plus moche la plus meurtrière et la plus chère, 15 milliards de dollars, nous confirme le rapport américain. Les USA peuvent se lâcher puisque l’heure n’est plus à la séduction, mais à la satisfaction. Ils n’ont même pas besoin de bombarder pour se sentir maitres. Seulement que peut faire un pays qui tombe pour un bled qui s’effondre ? Pour avoir perdu 1 malheureux milliard à cause de la délocalisation du Mexique aux USA, Ford , la compagnie fondatrice de l’industrie automobile et deuxième constructeur mondial, ne cesse de maudire l’élection de Trump qui a scindé l’Oncle en deux : Sam qui rit et Sam qui pleure. En Algérie, l’Autoroute ne se rappelle à notre souvenir que par le nombre de morts comptabilisés chaque jour sur son asphalte mouvant. Pourtant, c’est une saignée 5 fois Khalifa. Pour compenser un dinar handicapé à la naissance, on le fait exister à partir de 10 et dans la foulée on fait de même avec les devises. Seulement si la baguette fait 10 dinars en Algérie, en France avec 10 euros on a 10 baguettes garanties non cancérigènes et rarement au fond d’une poubelle. Quand les prix augmentent en France, ils explosent en Algérie. Un malheur vient toujours à plusieurs. Haddjadj ajoute : «Un industriel français a confié à Eric Laurent qu’il n’a jamais vu «une nomenklatura si avide et si peu soucieuse des intérêts de son pays. A un moment, le responsable de l’Office algérien des céréales, et le cas n’est pas isolé, réclamait 25 % de commission à ses négociateurs occidentaux, au lieu de 2 % traditionnels ? C’était un véritable pillage ?» Le mot pillage est dépassé puisque utilisé de nos jours par les opposants français. Le pire pour l’Algérie ce n’est pas le pillage, c’est le sabotage. Ce n’est plus le vol qui inquiète, c’est l’assassinat. Celui qui accepte de payer 25 % au lieu de 2 % est obligé de saboter pour trouver son compte. Il peut ruser arnaquer en toute impunité, l’important c’est de graisser la patte du dieu de la maison dont le gros ventre donne le feu vert : après moi, tuez-les tous ! Fatalement l’Autoroute la plus chère devient la plus meurtrière. En comparaison, Khalifa, le pharmacien-magicien nous parait bien sympathique malgré un papa pilier de la nomenklatura FLN, écrit Le Monde. A donner au rejeton la bague de Soliman et le bâton de Moussa réunis. Sans avoir à décrocher un Prix Nobel, à l’aide d’une seule officine, le petit génie fait jaillir une banque et une compagnie aérienne de stature internationale. Khalifa Bank a beau engloutir l’argent de la sécurité sociale de la retraite des chômeurs de dizaines de milliers de particuliers des billets à tapisser la circonférence de la planète, l’Autoroute lui damne le pion : 5 fois dans l’œil des jaloux. Qui est mieux placé qu’une Louisa Hannoune, fidèle au Président jusqu’au bout, pour affirmer : "L’Algérie est devenue la Mecque des prédateurs." (El Watan 31/10/2015)

K comme kouffars

Avant, les kouffars se limitaient aux juifs et aux chrétiens. Puis s’y sont ajoutés les Kabyles notamment avec la «confiscation» de l’indépendance et la triple répudiation «benbellliene» : "Arabes ! Arabes ! Arabes" A l’ère de Daech, les Mozabites ont suivis et dernièrement la soucoupe volante des Ahmadites dont 99,99 % d’Algériens n’a jamais entendu parler. Cette minorité menace l’Algérie, d’après le Ministère du Culte. Est-elle responsable de la chute du prix du pétrole, de la decennie noire, du diabete du cancer des drogués des prostitués du ciel pollué, de la pénurie du sachet de lait des médicaments et de celle des 5 fruits et légumes par jour recommandés par l’OMS, de la canicule des inondations des séismes du bakchich etcetera ? La voix officielle ne le précise pas, mais la baraka de la Main intérieure veille à ce que cette poignée de démons articulée par la Main extérieure ne trouble pas l’éden des 40 millions de croyants. Vendredi (24/02/2017) avant l’heure de la grande prière, sur le plateau de Djazair-tv, l’expert en religion ne va pas jusqu’à les traiter de kouffars, mais insiste sur l’union sacré du pays et la nécessité de sévir fissa si on ne veut pas renouveler les années de terreur. En un mot, cette engeance peut causer une fitna avec sa vision déformée de l’Islam. Il s’étonne que dans le minuscule groupe arrêté à Chlef, la police découvre un chirurgien.

Que dire du malchanceux Pakistan dont l’unique Prix Nobel n’a pas échappé à cette diabolique influence. Mais les dirigeants pakistanais se sont vengés sur le père de leur bombe atomique en détruisant son héritage jusqu’à effacer de sa pierre tombale le mot musulman tout en accueillant à bras ouverts un Ben Laden. Le mardi suivant, Djazair-tv revient sur le danger ahmadite en invitant un représentant de la ligue des droits de l’Homme. Le démocrate n’aborde pas le coté religieux car il souligne judicieusement que la Constitution algérienne garantie la liberté du culte. Par contre, il se pose certaines questions. Il se demande pourquoi ces intrus apparaissent maintenant et quel est leur but. Pour le démocrate, si la justice prouve qu’ils sont des espions ennemis, elle doit sévir vite et sans pitié. Tout en reprochant à la justice algérienne de dépendre de la politique. Quand on sait que des «si» suffisent à remplir les charniers de l’histoire, on ne peut que plaindre ces idiots d’Ahmadites. On ne sait pas qui a été le plus clément des deux : le défenseur de l’Islam ou le défenseur des droits de l’Homme. C’est curieux qu’on puisse voir le danger chez des Ahmadites qui prônent la non-violence dans un pays traumatisé par la violence comme l’Algérie. Les psychologues disent que c’est le manque qui fait le désir.

Le pouvoir d’Alger peut toujours les refouler vers le Maroc où le roi semble avoir succombé au maléfice. Il a demandé à ses oulémas de réfléchir sur les textes sacrés afin de les purger de tout ce qui incite à la violence afin de protéger la jeunesse marocaine de l’influence de Daech. Une initiative qui a poussé la France, l’Angleterre et la Belgique à envoyer des experts chez nos inquiétants voisins. C’est l’Algérie qui aurait dû y penser la première ou du moins ouvrir le débat et non envoyer les policiers qui ne savent plus où donner du bâton. Réactiver les listes noires de la terreur, c’est la dernière chose à faire au moment où la terreur fiscale et la misère forent la peau jusqu’à l’os. On croyait naïvement que le moment était propice pour les représentants de l’Islam, la religion de l’Etat, pour s’humaniser en se rapprochant des croyants en grande souffrance. Ouvrir leurs mosquées pour accueillir les SDF offrir des soupes populaires faire le boulot d’un Abbé Pierre qui ne faisait aucune différence entre un musulman un chrétien un juif un bouddhiste ou un athée. On aurait aimé que le représentant officiel de l’Islam en Algérie se penche sur le problème de ces enfants de plus en plus nombreux, d’après sa collègue, la Ministre de la Solidarité, fruit du mariage religieux c'est-à-dire sans papier sans parler des 100 % illégitimes etc. N’est-il pas temps de respecter au moins la Constitution que le pouvoir écrit et réécrit en solo ?

Dans le livre "Misères de l’Islam de France", l’auteur, Didier Leschi, ancien préfet délégué pour l’égalité des chances, conseiller de Chevènement au ministère de l’Intérieur, chef du bureau central des cultes, se penche sur le problème des musulmans en France. Il utilise les mots, de pathétique d’impasse... Il reproche aux musulmans intellectuels de n’avoir pas un Bernanos et un Abbé Pierre. «la parole défaillante des pères…le mauvais exemple de responsables qui gèrent leur grande mosquée sans en faire un lieu de spiritualité, qui cumulent les bénéfices du halal ou du pèlerinage plutôt que les dépenses pour les nécessiteux, qui donnent le sentiment de vivre de l’islam plutôt que pour l’islam.» Il pointe du doigt la rivalité des imans importés d’Algérie du Maroc et de la Turquie qui fait qu’après 30 ans pour la réflexion et 15 ans après sa création, le CFCM cherche encore une légitimité. Dans tous les pays arabes, les minorités sont en train d’être liquidées, le Ministre du Culte ne fait que suivre les «frères» en quête de bouc émissaire pour divertir une foule menaçante. Il faudrait qu’un jour, on arrive à remplacer un Karadaoui par un Abbé Pierre qui ne coûte rien qui aime tout le monde sans aucune confession et qui est capable de combler le manque sans avoir à diviser encore moins à verser le sang. Comme le note Leschi : «Il manque encore cette dimension d’un islam social qui, à partir de la foi, prouve dans ses actes qu’il prend en charge notre commune humanité.» On raconte qu’un Africain affamé est venu frapper à la porte d’un monastère où vivait en autarcie quelques moines. Ces derniers partagèrent avec joie leur repas avec lui. Il revint le lendemain avec un autre affamé. Le jour d’après les moines sauvèrent de la faim 4 personnes. Le 3 eme jour, ils durent satisfaire 16 estomacs et ainsi de suite. Une règle exponentielle : un affamé nourri revient avec un autre à nourrir. Rapidement, le jour vint où on tua les poules puis les moutons puis les vaches pour finir par… dévorer les moines. Quand toutes les minorités du monde arabo-sunnite seront expédiées en enfer, il faut bien trouver une autre proie et l’Algérie est suffisamment traumatisée pour le savoir.

K comme Karat

L’or avec du vrai carat ou karat, on n’en voit plus depuis que nos aïeules ont offert leurs bijoux à la patrie. Un trésor, qui servait plus à nourrir les enfants en cas de disette qu’à embellir les femmes. On aurait dû faire un procès genre Khalifa et enterrer l’affaire aurifère comme d’habitude. Après tout c’est plus facile de leurrer des femmes, mais moins d’échapper à leur malédiction si on est superstitieux. Car ce genre de calamité inhumaine ne s’oublie pas et on y revient automatiquement quand on voit le succès du plaqué-or et la mémoire phénoménale du Cheikh Google. En un clic, ce dernier peut nous livrer un article datant de 1997, sur l’or des généraux algériens déposé en Suisse, par la célèbre plume d’un Jean Ziegler. Considéré comme un grand ami du peuple algérien, il le prouve avec plus de courage que les faucons myopes de la Maison Blanche : "Les centaines de victimes de massacres de Rais et de Bentalha ne risquent pas de chagriner les militaires : par leur mort, elles contribuent au maintien de la rente… des généraux algériens, déposée majoritairement dans les banques de Genève... D’immenses fortunes prospèrent sur les comptes numérotés algériens.

A Berne, un général algérien…occupe l’ambassade, il veille sur la bonne marche des transferts. Certains diplomates algériens se sont même fait rappeler à l’ordre par le département (Suisse) des Affaires étrangères : ils passent leur temps à fonder des sociétés écrans au Liechtenstein. Ce qui n’est pas exactement une activité classique de diplomate. Pourquoi Genève ?...une des plus grandes places financières de la planète offrant des services compétents et discrets. Les banquiers privés de la place sont habitués à organiser l’accueil des butins de la corruption. Ensuite entre Genève et les Algériens, il existe une longue histoire…La Banque arabe SA (tombée plus tard entre les mains de Guenoud, l’exécuteur testamentaire de Goebbels) avait été fondée par Mohamed Khider, trésorier du FLN… La grande partie de la diaspora algérienne en France à, durant toute la guerre, versé annuellement des millions de francs dans les caisses du FLN." Quelle influence ont eu ces "nababs du lac Leman" dans le non-retour de cette généreuse diaspora et de l’hémorragie migratoire postindépendance ? Les ogres non rassasiés devaient aussi faire leur razzia sur l’or des femmes indigènes restées au bled. Plus on est obèse plus l’appétit augmente. Maintenant, ils s’attaquent aux gisements d’or dans une atmosphère secrète à donner le tournis à Satan : "Pourquoi les réserves d’or en Algérie n’augmentent pas ? Selon une déclaration à l’APS, le directeur des mines d’or (ENOR) avait déclaré : "Le gisement d’Amessmessa…va bénéficier d’un plan de développement... S’agissant des exportations de l’entreprise entre 2009 et 2010, elles ont été de l’ordre de 848,49kg d’or…le marché local a consommé 208,78kg." Où est passée la différence ? Dans tous les articles liés à l’or, la vicieuse question revient telle une goutte d’eau que ratent des lèvres desséchées et cousues. Nous sommes condamnés à la Question jusqu’à en crever : Où sont passés les millions de francs des émigrés, les millions des bijoux des femmes, les milliards du matelas en devises de l’or noir, les milliards de l’Autoroute etc. C’est là où réside malheureusement notre exception, des questions toujours des questions qui évoluent en tumeurs malignes. Le pire dans les gisements d’or ce n’est pas le gavage des 40 voleurs, mais la dévastation sur l’environnement des générations à venir. On estime que l’or est aussi gourmand de poisons et d’eau pour son extraction que le gaz de schiste. D’après l’organisme Blacksmith, les prix record de l’or ont propulsé cette industrie au premier rang de la pollution toxique mondiale… Jean Ziegler conclut son article : "Même les députés conservateurs suisses s’en étonnent : jamais jusqu’à ce jour le gouvernement algérien n’a déposé la moindre requête en entraide judiciaire internationale pour récupérer ne serait-ce qu’une modeste partie de ce butin sanglant volé au peuple algérien." Qu’aurait-il dit s’il avait écrit cet article 20 ans plus tard c'est-à-dire en 2017 quand les millions se sont mués en milliards ? La seule conclusion logique : ils ont tout tué avant de tout voler.

K comme kabyle

La Kabylie, cœur des Amazighs. Un muscle cardiaque «pauvre, lamentable, abattu et triste…retourné, chaviré, mutilé, écorché, déchiré, découpé en 1000 morceaux, en 1000 lamelles, en 1000 rubans, scié et découpé en 1000 tranches et tous ces 1000 et 1000 morceaux mal recousus, mal rapiécés, mal recollés." Ainsi parlait Saïd Mekbel d’un pays charcuté à la veille des législatives de 1991. D’où vient cette peur de faire "16260 coups de lame gilette pour 542 sièges", sinon pour se débarrasser du trouble-méchoui. Malgré les terroristes, les non-jeûneurs", les bars, la prostitution, le kidnapping, la drogue, la main étrangère, les grèves à répétition, la fronde des rues, les oliviers brûlés,… les casernes, les barrages et les indics, il y a quelque chose de serein dans ce chaos chaotique. La double négation est une affirmation. Quand les touristes s’intéressaient au bled, c’est en Kabylie qu’ils dénichaient leurs souvenirs : bijoux, poterie, gandouras, tapis etc. Hélas, le tourisme a disparu telle une étoile filante et la robe kabyle pour s’exhiber à la foire d’Alger a dû s’islamiser. Pas de touristes pas de cameras. Pas de témoin pas de crime. Comment expliquer le duo mort-né du FFS-RCD dans le seul endroit où il pouvait s’épanouir et tirer de sa paralysie le restant du bled ? Que dire de la langue amazighe à l’écran : de la vulgarité partout, de la noblesse nulle part.

Vivant, il fantasmait sur une datte, mort, on lui suspend une grappe, dit le proverbe. Tout oppose la Régence d’Alger à la Kabylie. Qui des deux, l’Algérie rêve de sacrifier ? Triomphante, elle sera toujours avec la première ; décapitée, elle ne sera sauvée que par la seconde. Ce qui fait dire au spécialiste de l’Etat-FLN, Slimane Zeghidour : "Quand l’Algérie a de la fièvre, c’est la Kabylie qui tousse… " Tout en ajoutant : "Tous les réseaux, tous les cercles y ont leur relais." A l’exception du Réseau. Si l’indépendance a un sens, la terre de Massinissa est la seule à pouvoir la réaliser avec 0 % de pétrole quitte à subir 100 % d’hostilité. Elle seule possède le facteur humain, précieux héritage de nos ancêtres Amazighs, son existence même empêche notre espoir de mourir. Il suffit de constater que la coalition des grands de ce monde ne peut rien contre des pays aussi négligeables que la Corée du Nord, l’Iran, Cuba. Il suffit de constater le poids des 22 pays arabes ou des 57 pays musulmans face au nain israélien. Une Kabylie fait la différence des uns et des autres. Ce qui fait dire au grand historien Toynbee que c’est le suicide qui tue les civilisations, pas l’ennemi.

http://www.lematindz.net/news/23596-a-comme-algerie-11.html

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 915
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Lun 6 Mar 2017 - 14:49

Citation :


El Hadjar : comment l’État algérien s’est fait rouler par ArcelorMittal


Le haut-fourneau numéro 2 du complexe sidérurgique d’El Hadjar (Annaba) devrait redémarrer cette semaine (pour des tests), après plus d’une année et demie d’arrêt. Abdelamalek Sellal, présent à Annaba pour la Tripartite, devrait officialiser ce redémarrage en se rendant sur le site.

Pour ce faire, l’État, qui a racheté il y a deux ans le complexe au groupe indien Arcelor Mittal, a dû investir pas moins de 486 millions de dollars dans la rénovation et la mise à niveau de l’installation sidérurgique. Ces sommes (encore) déboursées font d’El Hadjar un gouffre financier dont il est difficile de voir le fond, et un boulet que traîne l’Algérie depuis de longues années.

Un plan d’investissement de 720 millions de dollars

Le complexe industriel fait l’objet d’un plan d’investissement global de 720 millions de dollars pour sa rénovation. La première tranche de 486 millions couvre la réhabilitation de l’unité de préparation des matières premières et aggloméré, du haut fourneau numéro 2, de l’aciérie à oxygène numéro 1, la centrale à oxygène, les installations énergétiques et le réseau de logistique.

Le but de cette seule première phase est de porter la production sidérurgique à 1,2 million de tonnes par an à l’horizon 2017-2018. É terme, et après d’autres dépenses pour la remise à niveau, le complexe d’El Hadjar devrait produire jusqu’à 2,2 millions de tonnes d’acier liquide, assure-t-on. En attendant, l’Algérie importe presque tous ses besoins en acier.

Des sommes astronomiques sont en jeu, tandis que le gouvernement crie, à qui veut l’entendre, que les finances de l’État se font rares et que la situation est « difficile ». La production d’acier est certes nécessaire dans un pays comme l’Algérie, qui ambitionne de se réindustrialiser et de réduire sa facture d’importation. Cela dit, le dépérissement du complexe d’El Hadjar soulève des questions sur la gestion passée de cette unité industrielle.

Elle est, à ce titre, symptomatique de choix économiques douteux, menant à des gaspillages énormes d’argent public précieux. Une situation qui illustre aussi l’amateurisme inquiétant de ceux qui sont en charge de négocier avec les grands groupes étrangers présents en Algérie.

Un site surexploité et laissé à l’abandon par ArcelorMittal

En effet, en rachetant le site à l’indien ArcelorMittal, la partie algérienne a trouvé le complexe dans un piteux état. Selon une source TSA, les installations sont « dans un état catastrophique ». Le groupe indien a surexploité le site, sans jamais l’entretenir. « Il n’a pas respecté les ratios en terme de production/entretien des installations », affirme une source proche du dossier. Pour toute installation de cette nature, il y a des ratios à respecter entre l’utilisation et l’entretien. Chose qu’ArcelorMittal n’a pas fait, indique notre source.

Lorsque l’on connait les montants investis par l’ancien « partenaire » étranger, l’on s’aperçoit qu’il ne pouvait en être autrement. Entre 2001 et son départ, l’entreprise indienne n’a investi que 120 millions de dollars. Pire, le complexe, autrefois bénéficiaire, s’est trouvé déficitaire et a vu sa dette augmenter sensiblement. En fait, ArcelorMittal a récupéré sa mise de départ dès les premiers jours grâce à la vente des importants stocks de produits qu’il a trouvés sur le site. Ont-ils été sous-estimés ? Ont-ils été oubliés dans le calcul de la valeur ? Mystère.

ArcelorMittal, une « escroquerie » en toute impunité

Ce constat amer se pose d’autant plus que l’État a nationalisé le complexe d’El Hadjar au prix fort. Bien que la reprise de capital (21%) en 2013 se soit techniquement faite sans contrepartie financière, le gouvernement algérien a consenti une enveloppe d’investissement de 700 millions de dollars dans l’installation sidérurgique, comme ticket d’entrée.

Ce lundi, Abdeslam Bouchouareb, ministre de l’Industrie, a fourni une explication déroutante : « L’État n’intervient pas dans le financement. Le budget n’est pas sollicité. Le milliard de dollars est un plan d’investissement pluriannuel financé par un crédit bancaire remboursable avec, en première phase, un investissement de 600 millions USD », a-t-il affirmé au Quotidien d’Oran. L’État est bien le seul actionnaire et les banques qui ont financé sont publiques. Mais, selon le ministre de l’Industrie, l’argent public n’a pas été sollicité.


Une chose est sûre : de telles largesses semblent injustifiables, au regard de la gestion d’ArcelorMittal. Des résultats en baisse, des déficits importants, un site à l’abandon souffrant d’un manque d’investissement chronique… Tous les engagements du partenaire indien se sont révélés creux. Pire : aujourd’hui, le complexe est confronté à un problème d’absence de management. « Nous n’avons pas de spécialiste de la sidérurgie en Algérie. Nous n’avons pas les compétences pour gérer le complexe », reconnaît notre source.

L’État avait donc toutes les cartes en main pour imposer des sanctions. Mais au contraire, l’ancien propriétaire du complexe s’en tire à très bon compte. Reparti après avoir transféré un maximum de dividendes à peu de frais, ArcelorMittal a manifestement roulé l’Algérie. Sur toute la ligne.

http://www.tsa-algerie.com/20170306/el-hadjar-comment-letat-algerien-sest-fait-rouler-par-arcelormittal/

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13220
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Lun 6 Mar 2017 - 15:04

PGM je le souviens avait expliqué à l'époque le scandale a venir... 
Ce qui me fait sourire c'est que depuis en gros 2010 tout ce que l'on avait prédit par analyse rationnel est entrain de se produire pour ce pays !

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13220
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Lun 6 Mar 2017 - 23:08

lol! lol! lol!

http://www.maghrebemergent.info/actualite/maghrebine/70381-ali-haddad-preconise-une-algerie-offensive-en-afrique-et-une-adhesion-aux-accords-de-libre-echange-interafricains.html

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
RadOne
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 814
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Lun 6 Mar 2017 - 23:25

Encore une visité annulé ?

Citation :
APRÈS LA CHANCELIÈRE ALLEMANDE, LE PRÉSIDENT IRANIEN ANNULE UNE VISITE D'ETAT EN ALGÉRIE

Après Angela Merkel, dont la visite à Alger qui était prévue le 20 février a été annulée in extremis, le président iranien, Hassan Rohani, ne pourra pas rencontrer le président Abdelaziz Bouteflika le 12 mars courant. Les spéculations sur l'état de santé de Bouteflika repartent de plus belle.

La visite du président iranien, Hassan Rohani, en Algérie a été reportée, rapporte l'agence de presse algérienne (APS). C'est le deuxième report en moins d'un mois annoncé par APS, après celui de la chancelière allemande qui était prévu le 20 février dernier mais a été annulé pour "indisponibilité temporaire" du président algérien Abdelaziz Bouteflika, donné souffrant d'une "bronchite aiguë".

Pourtant, l'agence de presse algérienne a annoncé ces derniers jours que la visite du président iranien, Hassan Rohani, devait marquer, "après "une interruption de qurelques jours", la reprise par le chef de l'Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika, de ses activités officielles.

La façon dont l'agence officielle algérienne (APS) a annoncée cette annulation en dit long sur la gêne ressentie à Alger. La dépêche qui annonce cette annulation est intitulée "Trois pays au programme d'une tournée africaine prochaine du président iranien". Le lead, supposé dans le jargon des agenciers constituer l'information la plus importante, informe sur ceci: «Le président iranien, Hassan Rohani, effectuera prochainement une tournée en Afrique dont la date n'a pas été encore fixée, a annoncé lundi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Kassemi, précisant que trois pays figurent au programme de cette tournée.» Plus loin, on apprend que les trois pays concernés par la visite de Rohani sont l’Algérie, l’Afrique du Sud et l’Ouganda. C’est tout à la fin de la dépêche que l’on apprend que «La tournée initialement prévue avant le 21 mars aura lieu à une date ultérieure».


Il faut un décryptage pour comprendre que la visite de Rohani prévue en Algérie a été annulée. Le tarabiscotage de l’APS est une perle du genre. Les précautions rhétoriques pour noyer l’information sont admirables. Il convient de saluer les efforts des rédacteurs de cette dépêche qui ont voulu éviter le coup de tonnerre produit par l’annulation d’Angela Merkel. Mais c’est peine perdue, car cette annulation relance plus que jamais les spéculations sur l’état de santé d’Abdelaziz Boutifka et la vacance du pouvoir à Alger.

Ce deuxième report en moins d'un mois remet à l'ordre du jour en effet les inquiétudes quant à l'état de santé du président Bouteflika, dont les apparitions publiques sont très rares depuis son AVC (accident vaculaire cérébral) en 2013. Il vient aussi remettre sur le tapis la question sut la capacité de Bouteflika à gouverner son pays, cloué dans sa chaise roulante apès avoir perdu toute capacité de mobilité et d'élocution.

Ce deuxième report dément aussi les fausses "assurances" données "au plus haut niveau" par l'establishment algérien, dont la dernière a été celle du chef du Front de libération nationale (FLN, au pouvoir depuis l'indépendance de l'Algérie acquise en 1962), en l'occurence Jamal Ould Abbas. Ce dernier a poussé l'exagération, à l'occasion d'un récent meeting préélectoral (législatives de mai 2017), jusqu'à prétendre que Bouteflika pourrait rempiler pour un 5ème mandat en tant que président!

Désormais, tous les regards sont portés sur le mercredi 8 mars, date à laquelle les médias officiels algériens ont annoncé que Bouteflika recevra le ministre espagnol des affaires étrangères. On ose à peine imaginer les souffrances que vont endurer les rédacteurs de l’APS en cas de «report».

http://fr.le360.ma/monde/apres-la-chanceliere-allemande-le-president-iranien-annule-une-visite-detat-en-algerie-110347
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13220
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Lun 6 Mar 2017 - 23:36

C'est un signe qu'il n'a plus son acuité et qu'il n'est plus en mesure de donner ses conseils  tant appréciés de ses partenaires....

Si j'avais été un bookmakers de Londres j'aurai lancé un pari de savoir ou pas si il va tenir jusqu'à l'inauguration de sa mosquée made in China

Rabi ychafih

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire



Dernière édition par Fahed64 le Mar 7 Mar 2017 - 1:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9837
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Lun 6 Mar 2017 - 23:38

Alacrité
Allahychafih

_________________
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 915
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Mar 7 Mar 2017 - 11:24

Fahed64 a écrit:
C'est un signe qu'il n'a plus son acuité et qu'il n'est plus en mesure de donner ses conseils  tant appréciés de ses partenaires....

Si j'avais été un bookmakers de Londres j'aurai lancé un pari de savoir ou pas si il va tenir jusqu'à l'inauguration de sa mosquée made in China

Rabi ychafih

Ce n'est pas vrai! Bouteflika est en bonne santé et il donne toujours ses conseils précieux Smile . La visite du président iranien n'a pas été annulée. Elle a juste était reportée La raison évoquée est:

Citation :


« donner le temps nécessaire à la finalisation des modalités et formalités protocolaires de ces visites, ainsi qu’à la préparation des documents d’accords et mécanismes techniques relatifs à cette tournée africaine », a expliqué Bahram Kassemi.

http://www.tsa-algerie.com/20170306/visite-president-iranien-algerie-reportee/

Bahram Kassemi est le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. Donc, c'est lui qui nous dit ce qu'il s'agit d'un report de visite, et non pas d'une annulation. C'est le minimum qu'un allié peut faire pour ne pas mettre l'Algérie et son président dans l'embarras.

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4442
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Mar 7 Mar 2017 - 13:24

Fahed64 a écrit:
lol! lol! lol!

http://www.maghrebemergent.info/actualite/maghrebine/70381-ali-haddad-preconise-une-algerie-offensive-en-afrique-et-une-adhesion-aux-accords-de-libre-echange-interafricains.html

Encore un cpier/coller. On va finir par croire que le Makhzen leur sert de boussole...

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actualités Algeriennes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 37 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 20 ... 36, 37, 38, 39, 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Actualité des Années 60
» Magazine de l'actualité poilitique européenne
» actualité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: