Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Benhammou El Kettani 1er Général des FAR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rmaf
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 8342
Inscrit le : 18/03/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Benhammou El Kettani 1er Général des FAR   Lun 14 Nov 2016 - 17:09

Citation :


Un militaire non violent


Rabat le 15 avril 1965. Les obsèques du général Kettani, ancien chef d'état-major des forces armées royales, chef de la maison militaire du roi Hassan II, se déroulent mercredi à Rabat. Sa dépouille a été déposée à la mosquée El Fahs du palais royal. Le général Dailler, de l'état-major de l'armée de terre, y représente M. Messmer, ministre français des armées, qui a en outre adressé au général Meziane, ministre marocain de la défense nationale, un télégramme de condoléances.C'est en présentant ses vœux au souverain que l'ancien commandant en chef des troupes de l'O.N.U. au Congo a été foudroyé par une crise cardiaque. Il était âgé de cinquante-cinq ans.

" Notre objectif, c'est de ne pas faire couler le sang, surtout celui de nos frères. " " Ainsi nous parlait le général Benhamou Kettani, en cette fin d'octobre 1963, à Marrakech, le jour même où, à Ich et à Hassi-Beida, troupes algériennes et marocaines s'affrontaient durement.

Il y a deux sortes de chefs au Maroc, plus typés, plus antithétiques que partout ailleurs : l'homme de la " hakouma ", de l'autorité violente, et celui de la " siassa ", de la politique, du compromis, de l'arrangement. Le Glaoui fut le type même du leader à la main de fer ; Mohammed V, le modèle du chef manœuvrier. C'est à ce second type d'hommes qu'appartenait Benhamou Kettani,

Dans un pays où l'ordre militaire l'emporte peut-être sur tous les autres, où le courage est la chose du monde la mieux partagée et où il a même tendance à se muer en goût de la " bagarre ", où les tribus " guich " (ou de tradition guerrière) sont les plus respectées, le général Kettani a fait la plus brillante carrière dans l'armée - française d'abord, puis marocaine - en faisant moins appel à une bravoure d'ailleurs incontestable - qu'il a démontrée notamment lors des combats pour la libération de la France - qu'à l'adresse manœuvrière, la gentillesse, le sens du compromis, la politesse, l'habileté dans les rapports avec la troupe aussi bien qu'avec ses chefs.

Cette souplesse n'était d'ailleurs pas de la lâcheté morale. On le vit dans des crises où, plus ou moins bien inspiré, mais fidèle à ses amitiés et à son passé, il prit fermement parti. En 1954-1955, lors de la crise franco-marocaine, on ne saurait dire qu'il rejoignit vite - lui, l'ami du maréchal Juin et du Glaoui - le parti des " yousséfistes ". En des moments où le vent tournait très vite dans un sens défavorable au camp où il s'était situé, il resta longtemps attaché aux " arafistes " et ne se rallia qu'après bien d'autres au parti victorieux. Mais il le fit alors assez clairement pour gagner la bienveillance du souverain remonté sur son trône.

En 1961, au Congo, commandant en chef des forces de l'O.N.U., il provoqua une sorte de scandale, en pleine fièvre de décolonisation, en déclarant : " Ce qui a manqué à ce pays, c'est un Lyautey " et en prenant position contre M. Lumumba Là encore, il restait fidèle à son passé. Manque de discernement ? Non, car on le vit ensuite reprendre avec une adresse consommée un poste-clé à la tête de l'armée marocaine, en dépit des violentes critiques suscitées dans la presse de son pays par une telle attitude, et de l'évidente sympathie du palais de Rabat pour le premier chef du gouvernement de Léopoldville

Curieuse figure que celle de cet habile qui fut fidèle à ses amis, de ce militaire qui n'aimait pas la violence. Personne d'ailleurs n'évoquait moins des idées de carnage et de " baroud " que cet aimable quinquagénaire au visage rose et à la fine moustache grise de clubman écossais, à la voix douce et à l'air bénin d'homme de religion. On l'aurait mieux vu dans une mosquée que sur un champ de bataille, et dans un patio de Fès que sur un escarpement du Moyen-Atlas. Mais, avec sa douceur et sa patience, le paisible général Kettani a forgé l'armée marocaine que d'autres seront peut-être tentés d'utiliser avec moins de circonspection.



_________________


و كان حقا علينا نصر المؤمنين - حب الأوطان من الإيمان

-
Revenir en haut Aller en bas
rmaf
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 8342
Inscrit le : 18/03/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Benhammou El Kettani 1er Général des FAR   Lun 14 Nov 2016 - 17:46


_________________


و كان حقا علينا نصر المؤمنين - حب الأوطان من الإيمان

-
Revenir en haut Aller en bas
 
Benhammou El Kettani 1er Général des FAR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: La vie dans l'Armée :: Personnel des FAR - FRA - MR-
Sauter vers: