Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Diplomatie marocaine - Relations internationales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25, 26, 27, 28  Suivant
AuteurMessage
simplet
Commandant
Commandant


messages : 1028
Inscrit le : 20/05/2012
Localisation : MONTREAL
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Dim 5 Mar 2017 - 21:02

ralek1 a écrit:


J'imagine même que le Maroc leur a dit pendant la signature de l'accord du gazoduc la chose suivante: "maintenant que nous avons signé avec vous ce projet pour le rendre concret, les algériens viendront vous voir pour vous demander de relancer le leur. Vous comprendrez alors que ce n'est aucunement des raisons économiques qui les ramèneront vers vous".



faut préciser que c'est le président du Nigeria  qui a proposé ce projet aux Marocains a la COP22. donc ils ont largement tiré les conclusions de leur relations avec l’Algérie

.

_________________
.


"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option."  Bob Marley.

.


Dernière édition par simplet le Dim 5 Mar 2017 - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
simplet
Commandant
Commandant


messages : 1028
Inscrit le : 20/05/2012
Localisation : MONTREAL
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Dim 5 Mar 2017 - 21:11


lors du sommet y avait énormément de manipulation de la presse. des fuites qui parlait que le Nigeria été parmi les pays les 10 pays aillant demandé l'avis juridique pour bloquer l’adhésion du Maroc

ce message met fin a cette propagande

Citation :

SM le Roi s'entretient au téléphone avec le président de la République Fédérale du Nigeria


le Roi a remercié le président du Nigeria pour son implication personnelle en vue du retour du Maroc à l’Union africaine et l’a assuré de la volonté du Souverain de faire de l’axe stratégique Rabat-Abuja un cadre de concertation et de coopération sur toutes les questions africaines, conclut le communiqué.


.

_________________
.


"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option."  Bob Marley.

.
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Aspirant
Aspirant
avatar

messages : 570
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Lun 6 Mar 2017 - 13:50

Citation :

Maroc-CEDAO: Pourquoi la demande d'adhesion fait peur à Alger

http://afrique.le360.ma/maroc-algerie-autres-pays/economie/2017/03/05/10144-maroc-cedeao-pourquoi-la-demande-dadhesion-fait-peur-alger-10144

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
bradli23
Adjudant
Adjudant


messages : 316
Inscrit le : 27/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Lun 6 Mar 2017 - 23:49

clash entre le représentant permanent marocain à la ligue arabe et celui de l’Algérie qui est le président de la réunion des délégués arabes au caire. l’algérien a refusé la demande du Maroc d'inclure le retour du Maroc à l'UA dans le projet de déclaration qui va etre soumis mardi au MAE des pays arabes ce qui a conduit au levée de la séance. le point de discorde va être débattu par les MAE arabes demain.

source :

http://saharazoom.com/

Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9570
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Mar 7 Mar 2017 - 16:26


La Tunisie aussi veut rejoindre la CEDEAO Very Happy



Citation :
. INVITÉ AFRIQUE

Marcel de Souza: ouvrir la Cédéao au Maroc, «prolonger l’ouest jusqu’au nord» ?

Par Christophe Boisbouvier





Le président de la commission de la Cédéao, Marcel de Souza, de passage à Paris pour les Entretiens Eurafricains animés par Claude Fischer-Herzog, est l’invité de RFI. Il révèle que Yahya Jammeh ne bénéficie d'aucune immunité judidicaire de la part de la communauté internationale. Le n°1 de la Commission économique des Etats d'Afrique de l'Ouest s'exprime aussi sur la demande d'adhésion du Maroc et le blocage politique en Guinée Bissau pour laquelle il lance un quasi ultimatum.

RFI : Marcel de Souza, la démocratie a triomphé en Gambie et c’est un grand succès pour la Cédéao. Mais est-ce qu’on n’est pas passé tout près de la guerre ?

Marcel de Souza : Non, on n’a jamais eu l’intention d’aller faire la guerre. Nous avons d’abord privilégié la démocratie et jusqu’à l’ultime médiation, c’était toujours le dialogue. Mais nous étions sûrs que si on n’avait pas fait la pression militaire également en quadrillant Banjul sur terre, sur mer et dans les airs, nous n’étions pas certains que Yahya Jammeh aurait accepté de partir. Et donc dès qu’on a fini ce boulot, le 20 février, les troupes de la coalition de la Cédéao sont reparties sur Dakar et nous avons fait maintenir 500 pour trois mois – 50 du Ghana, 200 venant du Nigeria et 250 venant du Sénégal – et dont la Cédéao prend la direction et après nous allons voir. Mais il faudrait reformer la défense - l’armée gambienne - dans la mesure où toute l’armée était constituée uniquement des soldats qui sont de l’ethnie de Yahya Jammeh et donc ça ne nous sécurise pas. Et nous allons instaurer un système de rapport mensuel pour suivre de très près comment la sécurisation continue. Jusqu’à présent, on découvre toujours des dépôts d’armes à des endroits surtout dans les zones de Kanilaï. Et donc il va falloir sécuriser entièrement Banjul, voir la quantité d’armes qui a été découverte à State House – c’est-à-dire la présidence – où allons-nous mettre ces armes ? Et donc nous allons en discuter avec le ministre de la Défense qui a été nommé et ensuite voir comment les aider pour avoir un dépôt digne de ce nom pour sécuriser ces armes.

Votre force de la Cédéao peut rester jusqu’à quand ?

Nous avons dit trois mois et puis nous allons faire les évaluations. Parce que l’intérêt là-bas, c’est que l’armée gambienne a très bien accueilli les forces de la coalition de la Cédéao et donc il y a eu une sorte de pacte entre nos forces et l’armée gambienne. Donc on s’est dit : nous allons mettre quelques forces pour sécuriser les institutions, protéger le chef de l’Etat, les ministres et sécuriser le port, l’aéroport et ainsi de suite et au bout de trois mois, on va évaluer pour voir où nous en sommes. S’il faut continuer, on pourra prolonger encore de trois mois. Mais ça coûte cher, très cher.

Et au-delà, est-ce que l’armée sénégalaise pourrait prendre le relais ?

Ça dépend des accords qu’il peut y avoir entre le Sénégal et la Gambie. Tout ce que nous souhaitons, c’est qu’il y ait un accord de partenariat pour que vraiment au niveau de l’espace Cédéao nous ayons la paix.

Vous parlez de ce fief de Kanilaï, l’ancien fief de Yahya Jammeh où il reste beaucoup d’armes et puis, il faut le dire, beaucoup de nostalgiques de l’ancien régime. Est-ce que vous ne craignez pas une tentative de putsch de ces nostalgiques un peu comme ce qui s’est passé au Burkina en septembre 2015 ?

Non, la tentative de putsch est impossible, dans la mesure où nous avons les « Standby Forces », c’est-à-dire les forces de la coalition qui sont 500 et qui sont sur place.

Le 21 janvier dernier, c’est au terme d’une déclaration de l’ONU, de l’Union africaine et de vous-même - la Cédéao - que le président Yahya Jammeh a enfin accepté de partir. Mais cette déclaration, vous ne l’avez pas signée formellement ! Quelle est sa valeur juridique ?

Disons que le président Yahya Jammeh au dernier moment a voulu négocier un certain nombre d’avantages et surtout des amnisties. Or, aucun pays – ni les Nations unies ni la Cédéao ni l’Union africaine – n’est habilité pour accorder les amnisties à quelqu’un qui a régné pendant vingt-deux ans et qui certainement n’a pas les mains propres. Et donc rigoureusement, il ne relève pas de notre mandat d’accorder des amnisties. Mais comme il a posé le problème, vous voyez bien le ton qui a été mis. On a dit : nous allons travailler pour. Et donc, rigoureusement, les Nations unies ne l’ont pas adopté. La Cédéao non plus. L’Union africaine non plus.

Vous n’avez rien signé en pratique ?

On n’a rien signé. Et on ne signera pas, dans la mesure où c’est seul le Parlement, c’est-à-dire l’Assemblée gambienne, qui peut accorder des amnisties, faire voter des lois, etc. Il leur revient d’étudier et de voir dans quelles mesures, dans le cadre de la réconciliation nationale, ils pourront faire des efforts pour que vraiment il n’y ait pas de chasse aux sorcières.

Pas de chasse aux sorcières, mais tout de même, est-ce qu’un jour Yahya Jammeh devra rendre des comptes devant la justice ?

Mais si les gens portent plainte avec des éléments précis au niveau de la justice, pourquoi pas ? Il sera obligé de rendre compte. Quelle que soit l’amnistie qu’on va lui accorder, si ça ne vient pas du Parlement gambien et conformément à la Constitution gambienne, il aura à rendre compte. Vous subissez des préjudices. Si vous avez des éléments bien précis, vous pouvez lui intenter le procès et bon… Voilà !

Donc pas d’immunité ?

Il n’y a pas d’immunité à notre sens. C’est seul le Parlement gambien qui peut accorder ces immunités-là.

En Guinée-Bissau, c’est le blocage politique. Malgré l’accord de Conakry, le président refuse de nommer un Premier ministre de consensus. Du coup, le PAIGC accuse le président de manquer à sa parole. C’est vrai ou pas ?

C’est vrai, les accords de Conakry ne sont pas appliqués. A la dernière conférence des chefs d’Etat, le 17 décembre à Abuja, les chefs d’Etat ont dit à Mario Vaz - le président - d’aller appliquer l’accord de Conakry. Maintenant, nous sommes dans une situation de blocage et la situation devient complexe de plus en plus. Nous avons une stratégie que nous allons dérouler et on verra bien, pour mettre pression afin que les accords de Conakry soient appliqués. Mais à défaut, si on peut créer déjà un gouvernement d’union nationale et que le PAIGC adhère, mais pourquoi pas ? Mais tant que nous n’aurons pas un gouvernement de consensus, un gouvernement d’union nationale où les gens vont être préoccupés par la situation de leur pays, nous sommes bloqués.

Voilà deux ans et demi que les forces de la Cédéao de l’Ecomib stationnent en Guinée-Bissau. Est-ce qu’il ne va pas falloir les retirer justement pour faire pression sur le président ?

Justement, ça fait partie des stratégies, puisque les chefs d’Etat et du gouvernement m’ont donné des instructions en disant qu’à partir du mois d’avril, on peut commencer à démobiliser Ecomib. Aujourd’hui, nous avons 543 soldats qui nous coûtent cher, que nous entretenons. Même les camps, c’est nous qui les louons, les patrouilles, c’est nous qui les organisons. Nous ne pouvons pas continuer éternellement à assister le pays. Et donc nous pensons que nous allons commencer la démobilisation, conformément aux instructions des chefs d’Etat au mois d’avril et nous verrons comment la situation va se passer.

Deux mois après le retour du Maroc dans l’Union africaine le royaume veut adhérer à la Cédéao comme membre à part entière. Qu’est-ce que vous en pensez ?

Nous allons mettre au point une commission paritaire pour que dans un mois et demi nous puissions signer un accord de partenariat économique déclarant le Maroc comme un associé privilégié. Il ne sera pas astreint comme un membre parce que le problème, c’est que nous allons nous heurter au texte de l’Union africaine qui a divisé le continent en cinq régions comme Commission économique régionale. Le roi dit où s’arrête l’Ouest ? Alors faut-il prolonger l’ouest jusqu’au nord ? Nous allons soumettre la décision aux chefs d’Etat qui prendront la décision. Ce qui est certain, nous pouvons entretenir de très bons rapports avec le Maroc, puisque comme vous le savez, Attijari Bank est présente dans presque tous nos pays, la Banque marocaine du commerce extérieur y est, le groupe BOA sont actionnaires majoritaires actuellement. Et nous avons beaucoup d’entreprises qui organisent pour les infrastructures. Et ils sont présents.

Donc en fait, vous en tant que président de la Commission vous n’y êtes pas très favorable, mais ça dépend des chefs d’Etat ?

On risque de créer un précédent puisque le Tchad avait fait les mêmes démarches. Et juste après le roi, c’est la Tunisie également qui m’a envoyé l’ambassadeur pour dire qu’il voulait être membre à part entière. C’est heureux pour nous que la Cédéao suscite autant d’engouement. Mais nous devons en profiter pour voir comment accélérer l’intégration et voir si tout ceci peut amener à booster les relations que nous avons avec les pays frères comme le Maroc et la Tunisie – pourquoi pas ? –, mais cette décision relève de la Conférence des chefs d’Etat.

La Mauritanie a quitté votre organisation il y a quelques années. Aujourd’hui, vous en êtes où ?

La Mauritanie a quitté. Vous avez vu le président Aziz comment il a eu à jouer un rôle important dans la crise de la Gambie. Nous avions appris que la Mauritanie voudrait revenir vers nous. Mais nous n’avons encore aucune démarche officielle. De toute façon, la Mauritanie est à l’Ouest. Et si elle veut revenir – puisqu’elle a été signataire du traité portant création de la Cédéao – elle sera la bienvenue. Mais il y a les formalités à remplir, il y a des arriérés qu’il faut payer et les chefs d’Etat doivent en décider.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
simplet
Commandant
Commandant


messages : 1028
Inscrit le : 20/05/2012
Localisation : MONTREAL
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Mar 7 Mar 2017 - 16:40

PGM a écrit:

La Tunisie aussi veut rejoindre la CEDEAO  Very Happy





on rentre et en ferme la porte Very Happy

.

_________________
.


"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option."  Bob Marley.

.
Revenir en haut Aller en bas
Socket-error
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 918
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Mar 7 Mar 2017 - 16:46

On rentre et on pistonne la Mauritanie (comme elle souhaite revenir d'après l'article de PGM) pour avoir une continuité territoriale avec les Pays de la CEDEAO et après on blinde les conditions pour les futurs entrées.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
bens.othman
Aspirant
Aspirant
avatar

messages : 581
Inscrit le : 29/03/2016
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Mar 7 Mar 2017 - 18:19

Socket-error a écrit:
On rentre et on pistonne la Mauritanie (comme elle souhaite revenir d'après l'article de PGM) pour avoir une continuité territoriale avec les Pays de la CEDEAO et après on blinde les conditions pour les futurs entrées.
c'est avant tous un marché, et il faut la traiter comme telle, profiter des avantages qu'elle offre pour aspirer la croissance des autres pays.
Et surtout il faut continuer notre lobbying pour faire bouger la bad de la Tunisie à la cfc. Il faut contrôler toutes les instances économiques et financières du continent.

_________________
" Ceux qui veulent aller vers l'avenir et voir l'avenir doivent avoir la mémoire longue "
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1716
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Mar 7 Mar 2017 - 21:30

Citation :

Qu’a donc fait le roi du Maroc pendant onze jours en Côte d’Ivoire ?

LE MONDE | 07.03.2017 à 19h55

Le souverain marocain semble se plaire en Côte d’Ivoire. Il vient d’y passer onze jours pour renforcer les partenariats économiques entre les deux pays, mais aussi pour se détendre. Au programme : signature d’accords, visites de chantiers et détour par Assinie-Mafia, le repère de la jet-set ivoirienne, dans un style très décontracté.
C’est la quatrième visite de Mohammed VI au président ivoirien Alassane Ouattara depuis que ce dernier est arrivé au pouvoir en 2011. Les compatriotes du roi lui ont embrayé le pas : la Côte d’Ivoire est déjà la première destination des investissements extérieurs du Maroc, avec 672 milliards de francs CFA en 2016, soit 1,02 milliard d’euros.

Suite ...

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4216
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Mar 7 Mar 2017 - 21:57

bens.othman a écrit:
Socket-error a écrit:
On rentre et on pistonne la Mauritanie (comme elle souhaite revenir d'après l'article de PGM) pour avoir une continuité territoriale avec les Pays de la CEDEAO et après on blinde les conditions pour les futurs entrées.
c'est avant tous un marché, et il faut la traiter comme telle, profiter des avantages qu'elle offre pour aspirer la croissance des autres pays.
Et surtout il faut continuer notre lobbying pour faire bouger la bad de la Tunisie à la cfc. Il faut contrôler toutes les instances économiques et financières du continent.
Pas que!! En accelerant le developpement economique de cette zone nous tarissons les flux migratoires en provenance de ces pays et en faisons une zone éponge qui absorbera les migrations en provenance de son sud et est.
Cet aspect n'est pas à négliger.
Nous allons faire inch'ALLAH ce que la France aurait du faire au lendemain des independances et qui lui aurait permit de rester une grande puissance.

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4216
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Mar 7 Mar 2017 - 23:08

bravo comme ca
https://francais.rt.com/opinions/34918-maghreb-maroc-devenir-nouvel-eldorado-chinois a écrit:

Maghreb : le Maroc peut-il devenir le nouvel eldorado chinois ?


_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
alphatango
Capitaine
Capitaine


messages : 888
Inscrit le : 09/04/2008
Localisation : Fes
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Mer 8 Mar 2017 - 14:53

WRANGEL a écrit:
bravo comme ca
https://francais.rt.com/opinions/34918-maghreb-maroc-devenir-nouvel-eldorado-chinois a écrit:

Maghreb : le Maroc peut-il devenir le nouvel eldorado chinois ?



Je n'ai pas compris pourquoi il parle de la Societe Generale? A ce que je sache SGMB n'est pas presente en Afrique et SG France ne finance pas les banques Marocaines en Afrique.
Ensuite, ils font tous des comparaisons sur base du PIB alors que nous savons bien qu'il y a un probleme de calcul du PIB au Maroc (c'est mon combat personnel). L'informel "legal" represente une portion significative de l'economie et n'est pas comptabilisé (de la petite exploitation agricole au commercant du coin en passant par les professions liberales)
Revenir en haut Aller en bas
bens.othman
Aspirant
Aspirant
avatar

messages : 581
Inscrit le : 29/03/2016
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Mer 8 Mar 2017 - 15:01

alphatango a écrit:
WRANGEL a écrit:
bravo comme ca
https://francais.rt.com/opinions/34918-maghreb-maroc-devenir-nouvel-eldorado-chinois a écrit:

Maghreb : le Maroc peut-il devenir le nouvel eldorado chinois ?




Je n'ai pas compris pourquoi il parle de la Societe Generale? A ce que je sache SGMB n'est pas presente en Afrique et SG France ne finance pas les banques Marocaines en Afrique.
Ensuite, ils font tous des comparaisons sur base du PIB alors que nous savons bien qu'il y a un probleme de calcul du PIB au Maroc (c'est mon combat personnel). L'informel "legal" represente une portion significative de l'economie et n'est pas comptabilisé (de la petite exploitation agricole au commercant du coin en passant par les professions liberales)

Sauf que dans l'analyse il fait une comparaison du pib entre le Maroc l’Algérie et la chine, même si il y a une grande part d'informel, pour l'algérie c'est exactement la même chose si ce n'est plus donc à la fin ça revient en même l'analyse reste vraie.

_________________
" Ceux qui veulent aller vers l'avenir et voir l'avenir doivent avoir la mémoire longue "
Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 13021
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Mer 8 Mar 2017 - 15:56

Sauf que la puissance au XXI ème siècle n'est pas une question de PIB.... Israel en est la preuve ! 

Il y a des facteurs qui dépassent les critères tels que définis au XXeme siècle. 

Idem cette histoire de PIB est abstrait

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Revenir en haut Aller en bas
alphatango
Capitaine
Capitaine


messages : 888
Inscrit le : 09/04/2008
Localisation : Fes
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Mer 8 Mar 2017 - 15:57

Ceci n'est peut etre pas le bon endroit pour en parler mais la part de l'informel en Algerie n'a rien à voir avec celle du Maroc. L'economie Algerienne est une "economie d'etat". Le secteur petrolier represente à lui seul 60% du PIB. L'agriculture ne connait pas de petites exploitations exemptées d'impots (comme c'est le cas au Maroc... Et je ne dis pas que les petites expoitations devraient etre imposées mais que nous ne savons pas quelle est la valeur ajoutée generée par ce circuit informel).

La comparaison avec la Chine est plus à propos (le secteur informel y est important aussi).

Par contre ma question etait au sujet de la Soc Gen dans cet article. Je n'ai juste pas compris pourquoi il en parle.
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9570
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Mer 8 Mar 2017 - 23:35

Moi non plus. A part leur part dans bmci, qui n'est pas la banque la plus en pointe, je vois pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1716
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Jeu 9 Mar 2017 - 0:16

PGM a écrit:
Moi non plus. A part leur part dans bmci, qui n'est pas la banque la plus en pointe, je vois pas.
BMCI c'est plutôt la BNP.
La SG c'est la SGMB.

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9570
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Jeu 9 Mar 2017 - 7:34

En effet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1737
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Jeu 9 Mar 2017 - 13:44

Le caporal de nouakchot a reçu ce matin mohamed khaddad, envoyé spécial du violeur de tindouf qui lui a remis un message du chef des polz

Citation :
http://www.alakhbar.info/?q=node/1823
Revenir en haut Aller en bas
QuickShark
Adjudant
Adjudant
avatar

messages : 334
Inscrit le : 28/06/2012
Localisation : Rabat
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Jeu 9 Mar 2017 - 15:18

Le caporal essaye de jouer la comédie du médiateur pour donner aux polzeux une sortie sans casse de leur présence à Guergarate, juste avant la date du rapport annuel de l'ONU.

_________________
"Les batailles de la vie ne sont pas gagnées par les plus forts, ni par les plus rapides, mais par ceux qui n’abandonnent jamais", Hassan II
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4216
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Jeu 9 Mar 2017 - 18:44

alphatango a écrit:
WRANGEL a écrit:
bravo comme ca
https://francais.rt.com/opinions/34918-maghreb-maroc-devenir-nouvel-eldorado-chinois a écrit:

Maghreb : le Maroc peut-il devenir le nouvel eldorado chinois ?


Je n'ai pas compris pourquoi il parle de la Societe Generale? A ce que je sache SGMB n'est pas presente en Afrique et SG France ne finance pas les banques Marocaines en Afrique.

Société Générale Maroc serait le 1er groupe financier privé avec un actionnaire de référence internationale.
Article de 2013.
http://www.slateafrique.com/250935/societe-generale-maroc-une-histoire-centenaire-%E2%80%A6 a écrit:

Société Générale Maroc, une histoire centenaire


Le Président du Directoire devait également constater que le Maroc ayant besoin de devises, la Société Générale devrait contribuer à faciliter des financements en monnaies fortes grâce à sa société mère, comme c'est le cas pour le projet JLEC.

M.Chami considère, en outre, que la banque marocaine va accompagner ses clients en Afrique,  en suivant le mouvement actuel des investissements que nos opérateurs engagent en plusieurs secteurs d'activité sur le continent.
https://www.societegenerale.com/fr/societe-generale-en-afrique a écrit:

Société Générale en Afrique


Nous créons par ailleurs une salle des marchés régionale à Abidjan, ainsi que des plateformes régionales de financements structurés à Casablanca et Abidjan. Nous continuons à développer les synergies commerciales entre nos filiales africaines et SG China, ainsi qu’avec les équipes commerciales de SG CIB.

Je ne m'y connais pas assez pour savoir si ces quelques éléments apportent une réponse, meme partielle, à vos interrogations.

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4216
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Jeu 9 Mar 2017 - 20:47

Le BelaNi voit poindre la grosse Bafffffe que l'algérie le polz et lui meme vont se prendre dans la gueule.
Je voulais mettre en rouge les points forts mais quasiment Tout est à déguster!!!!
(j'ai enlevé tout ce qui ne concernait pas directement ce dossier)

http://www.algeriepatriotique.com/article/amar-belani-%C3%A0-algeriepatriotique-%C2%ABle-maroc-cherche-%C3%A0-contourner-l%E2%80%99arr%C3%AAt-de-la-cjue%C2%BB#.WMGAlugVQck.facebook a écrit:

Amar Belani à Algeriepatriotique : «Le Maroc cherche à contourner l’arrêt de la CJUE»


L’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles estime qu’«il n’est pas exclu que les contorsions politico-juridiques inspirées par la """REALPOLITIK"""ne débouchent sur des arrangements inacceptables» entre le Maroc et l’Union européenne en contournant l’arrêt de la CJUE. Amar Belani est, par ailleurs, catégorique : le Maroc a sabordé la mission de Christopher Ross au Sahara Occidental. Interview.

Sur un tout autre sujet, les responsables de l’UE se sont exprimés récemment au niveau du Parlement européen sur la question complexe des implications de l’arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne sur l’accord agricole avec le Maroc. Vous en retenez quoi ?

Effectivement, ces échanges ont eu lieu au sein des comités «pêche» et «agriculture» du Parlement européen pour écouter les responsables du service de l’action extérieure et les conseillers juridiques de la Commission européenne sur leur évaluation des implications de l’arrêt et sur le contenu des «discussions techniques» menées actuellement avec les autorités marocaines.

Sur le premier point, tout le monde est unanime pour reconnaître que l’arrêt de la CJUE s’impose aux institutions européennes et que les conclusions de la cour se fondent sur les principes d’autodétermination et de l’effet relatif des traités et que, par conséquent, le Sahara Occidental jouit d’un statut «séparé et distinct», qu’il ne fait pas partie du territoire du Maroc et que les accords d’association et de libéralisation UE-Maroc ne peuvent pas lui être appliqués sans le consentement explicite du peuple sahraoui.

C’est cette base juridique, que nul responsable européen ne peut contester, qui pose problème à certains cercles au sein de l’UE, qui veulent trouver des «solutions pratiques» leur permettant de sauver les apparences du respect du droit tout en préservant la relation «vitale» avec le Maroc.

Dans le cadre de ces «discussions techniques» menées avec les autorités marocaines, il n’est pas exclu que les «contorsions» politico-juridiques inspirées par la realpolitik ne débouchent sur des arrangements inacceptables, comme par exemple l’introduction d’un amendement à l’accord agricole pour étendre le champ territorial de l’accord «aux territoires sous supervision du Maroc» et de présenter une quelconque assemblée locale croupion comme étant celle qui devrait donner son consentement, au lieu et place du seul représentant légitime du peuple sahraoui, en l’occurrence le Front Polisario.

L’autre fait contestable est que les services de l’UE se concentrent sur un élément périphérique et purement technique de l’arrêt, c’est-à-dire l’extension des tarifs préférentiels aux produits issus du Sahara Occidental, sans vouloir prendre en considération la question politique d’ensemble qui veut, selon une lecture de bonne foi de l’arrêt, que toute relation commerciale mettant en cause les produits et les ressources du Sahara Occidental ne peut être engagée par un Etat tiers (le Maroc) sans le consentement express du Front Polisario. C’est le sens de l’arrêt et c’est le sens de la légalité internationale que l’UE dit vouloir respecter.

Ces éventuels arrangements seront, bien entendu, en contradiction flagrante avec l’esprit et la lettre de l’arrêt, car cette «nouvelle base juridique» que l’UE recherche désespérément est en réalité une aberration juridique et un coup de force illégal en ce sens qu’elle est incompatible avec un droit opposable à tous, qui est le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, et surtout incompatible avec le fait que le Sahara Occidental échappe totalement à la souveraineté du Maroc, selon les conclusions de la cour, et que la fiction de la puissance «administrante de facto», qui lui servait d’alibi commode, a été définitivement pulvérisée par cette même cour.

Certains responsables européens affirment que l’accord de pêche a des particularités et que l’arrêt de la cour de décembre 2016 ne pourrait pas lui être transposé…

Evidemment, c’est faux. Les conseillers juridiques de l’UE mettent en avant le fait que le champ territorial de cet accord prévoit explicitement que celui-ci s’applique au Sud du 26e parallèle (espace maritime du Sahara Occidental et au-delà) et qu’il prévoit un système de monitoring pour, prétendument, profiter à la population locale. Cette présentation ne tient pas la route pour la bonne et simple raison que, comme le souligne avec pertinence l’éminent juriste Eric David, le territoire couvert par un traité se limite à «l’espace géographique sur lequel cet Etat exerce la plénitude des compétences reconnues aux entités souveraines par le droit international, à l’exclusion de tout autre territoire».

Cette présentation biaisée viole, en outre, le principe de l’effet relatif des traités puisque le Front Polisario n’a pas donné son consentement pour que l’espace maritime du Sahara Occidental soit inclus dans l’accord de pêche UE-Maroc.

Quant au prétendu monitoring, il s’agit en fait d’une grande farce. Le mécanisme prévu initialement devait être un mécanisme indépendant, mais sous la pression des autorités marocaines, il s’est mué, comme par hasard, en un simple rapport factuel élaboré, qui plus est, par les seuls fonctionnaires marocains. C’est dire la pertinence et l’objectivité de ce type de rapports et la valeur qu’il faut leur accorder !

Pour toutes ces raisons, l’accord de pêche ne peut pas être appliqué à l’espace maritime du Sahara Occidental. Le 21 décembre 2016, la cour a donné un signal extrêmement important et je pense que, fin novembre prochain, le verdict concernant l’annulation de l’accord de pêche confirmera que la légalité internationale ne peut pas être contournée même si certains cherchent des artifices et autres tours de passe-passe pour opposer un déni de justice à un peuple colonisé dont les ressources sont systématiquement et massivement pillées.

Enfin, un mot sur la démission de Christopher Ross et sur l’état du processus de paix onusien ?

De guerre lasse, il ne pouvait que mettre fin à son mandat quelques jours avant son expiration. J’espère que M. Ross aura l’occasion et le courage de dire, un jour, qui est responsable de l’impasse et qui lui a mis les bâtons dans les roues pour l’empêcher de mener à bien ses bons offices en tant qu’Envoyé personnel du SG de l’ONU.

Il s’est retrouvé persona non grata après avoir été désavoué durant de longs mois. Sa collègue qui dirige la Minurso a attendu des mois avant d’obtenir un visa. Il a assisté, impuissant, au démantèlement de la composante politique et civile de la Minurso qui n’a toujours pas retrouvé sa pleine fonctionnalité (17 membres n’ont toujours pas pu revenir en raison d’entraves créées de toutes pièces par le Maroc) en dépit des prescriptions répétées du Conseil de sécurité qui appelle à la reprise des discussions entre les deux parties sans pouvoir vaincre le refus obstiné de Rabat. Et il a eu à suivre, tout aussi impuissant, la violation de l’accord militaire nº1 par les forces marocaines, comme cela a été établi et documenté, les 16 et 17 août 2016, par la Minurso.

C’est la triste réalité et nul ne peut la contester : le Maroc a sabordé la mission de l’Envoyé personnel et certains de ses médias s’en félicitent ouvertement comme ils s’étaient réjouis de la démission de James Baker en 2004. Le ministre des Affaires étrangères marocain de l’époque, Mohamed Benaïssa, soutenant publiquement que «la démission de M. Baker est le résultat de la ténacité de la diplomatie marocaine». Voilà, tout est dit.

Ce n'estpas le Maroc cherche a contourner Mais le Maroc Va contourner
Clef de bras à l'Ue coup de boule à l'OnU, et tout ca sans rodommontades ou crise d'hystérie en mode nassEr et autres Tartarins...

Et comme ce meme arret prevoit que le polz ne peut se prevaloir de representer le sahara Laughing

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
simplet
Commandant
Commandant


messages : 1028
Inscrit le : 20/05/2012
Localisation : MONTREAL
Nationalité : Maroco-Canadien
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Sam 11 Mar 2017 - 0:54



.

_________________
.


"Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option."  Bob Marley.

.
Revenir en haut Aller en bas
mourad27
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 5072
Inscrit le : 19/02/2012
Localisation : PARIS
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Sam 11 Mar 2017 - 1:03

l'ouganda est un soutien de la rasd peut etre une ouverture ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1716
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   Sam 11 Mar 2017 - 1:43

C'est un pays en crise, afflux massif de regugies sud-soudanais, secheresse, crise alimentaire grave... Ils veulent peut etre une nouvelle capitale eux aussi Very Happy

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Diplomatie marocaine - Relations internationales   

Revenir en haut Aller en bas
 
Diplomatie marocaine - Relations internationales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 24 sur 28Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25, 26, 27, 28  Suivant
 Sujets similaires
-
» Master Relations Internationales
» Accords économiques Jersey-Normandie.
» histoire relation internationale
» Infos sur les relations internationales (et le baptême)
» Relations Internationales de Fontenay-sous-Bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: