Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Économie marocaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4419
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 21 Mar 2017 - 17:00

ralek1 a écrit:
WRANGEL a écrit:


Un projet pharaonique affraid  hier j'ai vu ça aux infos , vraiment les chinois la mise gros sur le Maroc sur ce coup et le Maroc devra être a la hauteur on a tout a gagné : 10 milliards US sur 10 ans, 200 entreprises chinoises de divers secteurs, exportation vers l'Afrique,  l'Europe et l'Amérique dans le viseur !
En réalité on aura une mini Chine au nord du royaume. Ça fait partie de la stratégie d'externalisation de millions d'emplois en dehors de la Chine, le Maroc doit en recevoir au maximum et on est sur le bon chemin.

Ce type de projet il faut les multiplier avec les chinois et partout sur le territoire dans divers secteurs, il n'y a que eux qui peuvent nous proposer ce type de projet intégrés,  c'est carrément une ville nouvelle avec son industrie, ses habitations, ses routes etc ce sont des concepts nouveaux appelé "Smart City", les chinois sont a la pointe dans ce domaine. En Chine ils ont tellement poussé le bouchon que carrément pour une seule activité, ils créent une ville dédiée.
En réalité c'est de l'économie planifié a la sauce capitaliste .

Sauf erreur, c'est nous qui sommes à l'origine de ce projet et qui l'avons vendu aux chinois. Ca a été finalisé lors du voyage de Sa Majesté mais c'était dans les tuyaux depuis quelques temps. Je pense que le Makhzen s'est mit dessus des que l'on a su que les chinois, vu le prix de leur main d'oeuvre, devaient se mettre à délocaliser je ne sais plus combien de millions d'emplois. Les journaux le disent depuis 2 ou 3 ans mais ceux qui font de la prospective le savent depuis plus longtemps.
(ne pas oublier le nb d'emplois à terme mais aussi pour la realisation du projet, c'est des millions d'heures travaillées et payées
)

Citation :


Est-il réaliste de dire que les délocalisations chinoises pourraient permettre de créer 850 000 emplois au Maroc ?

Le potentiel d’emplois chinois délocalisables pourrait atteindre 85 millions, selon les estimations de la Banque mondiale, et, d’après son ancien économiste en chef, Justin Lin, près de 10 % de ces emplois pourraient revenir à l’Afrique. Il me semble donc réaliste de penser que le Maroc peut en capter une part non négligeable. La question qui importe le plus est celle de l’horizon de temps. Ces emplois ne se délocaliseront pas du jour au lendemain et nécessiteront, de la part des États qui souhaitent en bénéficier, la mise en place de mesures adéquates.

http://www.jeuneafrique.com/mag/286253/economie/moulay-hafid-elalamy-ministre-marocain-de-lindustrie-sommes-pole-position-accueillir-delocalisations/
[/quote]
Ce theme a émergé dans les médias vers 2010/2012

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 922
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 21 Mar 2017 - 21:00

Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 922
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 21 Mar 2017 - 21:28

http://www.medias24.com/MAROC/ECONOMIE/ENTREPRISES/171954-Cite-Mohammed-V-Tanger-Tech-voici-les-10-secteurs-d-activite-vises.html

Citation :

Cité Mohammed V Tanger Tech: voici les 10 secteurs d’activité visés


Le projet de création de la ville chinoise baptisée "Cité Mohammed VI Tanger Tech" se précise. On en sait un peu plus depuis la signature à Tanger, ce 20 mars, d’un protocole d’accord, sous la présidence du Roi et en présence de Li Biao, président du groupe chinois Haite, porteur du projet.

Ce concept est une marque de fabrique des Chinois. Ils n’en sont pas à leur première expérience dans le continent. Des parcs d’inspiration identique ont été créés en Egypte, au Nigéria (deux parcs), à l’Île Maurice, en Zambie, en Ethopie… Tous ne sont pas des modèles de réussite.

Plusieurs garde-fous ont été imposés par le Maroc pour réduire le risque d'échec. D’habitude, les investisseurs chinois ont tendance à recruter des… Chinois, là où s’installent. Le projet tangérois fera l’exception: 90% des effectifs seront des locaux, comprendre des travailleurs issus de la région. Le projet promet la création d’environ 100.000 emplois pour une population environnante de 300.000 habitants.

Autre condition: garder la composante immobilière, mais privilégier l’industrie. Le Maroc a obtenu un engagement dans ce sens de la part de Haite. La tentation en effet, pour un investisseur qui programme un parc industriel et une ville résidentielle et commerciale, est de réaliser ses principales marges sur l'immobilier.

Pour crédibiliser davantage son projet, Haite a envoyé de nombreux signaux: 40 entreprises provinciales chinoises sont venues en novembre dernier. En s’implantant au Maroc, elles s’internationalisent pour la première fois.

Ces opérateurs ont été suivis par des représentants du secteur public chinois quelques jours plus tard.

Le parc industriel coûtera 1 milliard de dollars à Haite qui effectuera cet investissement.

Par la suite, environ 200 investisseurs seront drainés, de Chine, mais également du Maroc, d'Europe ou d'ialleurs. Le montant total escompté de ces investissements est de 1 milliard de dollars par an, soit 10 milliards de dollars sur dix ans. Sur un horizon de dix ans, 5 milliards de dollars d'exportations annuelles sont espérés.

Un président local de Haite Maroc est déjà désigné. Il s’est installé depuis quelques mois à Tanger, localité qui abritera le parc industriel, situé entre Tanger et Tanger Med.

Ces actes confirment un seul et même constat: Le tissu économique chinois est conscient de l'intérêt à être présent au Maroc qui dispose d’accords de libre-échange commercial avec l’Union européenne, les Etats-Unis et est bien engagé dans le développement de ses relations avec les pays du continent africain.

Une cité en trois temps. 10 secteurs concernés

On le sait déjà. Le parc à construire aura une vocation à la fois industrielle et résidentielle.

Construite sur 2.000 ha, la Cité sera réalisée en 3 phases, avec des superficies respectives de 500 ha, 500 ha et 1.000 ha pour chaque phase.



Les premiers 500 hectares seront dédiés principalement à l’industrie. Ils seront supplémentés par une zone de service intégré et un espace de résidence intelligente. Les voies vertes diviseront la superficie en 10 secteurs d’activités. Voici la liste des secteurs concernés:

-Aéronautique, domaine de prédilection de Haite. IL est prévu de créer un centre de formation pour les métiers de l’aéronautique.

-Automobile

-E-commerce

-Télécommunication à travers la création d’un site de production pour les hardwares.

-Energies renouvelables, et plus particulièrement la production d’équipements et la prestation de service  dans l'énergie hydroélectrique, thermique, éolienne, solaire, organique ainsi que des unités de systèmes électriques.

-Transport. Le projet met l’accent sur le développement des infrastructures ferroviaires et routières.

-Electroménager et quincaillerie. Les produits fabriqués seront destinés à  l’exportation.

-Pharmaceutique.

-Matériaux de construction. Acier, ciment, verre…

-Agroalimentaire. La production visera le marché extérieur.

Ci-dessous, la situation du parc, un emplacement de rêve pour des industries, à proximité immédiate de Tanger Med.





Revenir en haut Aller en bas
dan
Capitaine
Capitaine


messages : 901
Inscrit le : 02/11/2010
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 21 Mar 2017 - 22:36

Ce projet va tuer economiquement sebta et melilia les espagnoles ne vont pas etre content
Revenir en haut Aller en bas
ScorpionDuDesert
Adjudant-chef
Adjudant-chef


messages : 463
Inscrit le : 15/08/2010
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 21 Mar 2017 - 22:52

Sebta et Mellia ne sont pas des villes industrielles.
Non, ce n'est pas le Maroc qui est à l'origine du projet mais bien les chinois Twisted Evil
il y a textile, automobile, aéronautique, agroalimentaire, pharma et électronique. tout sera destiné à l'export Europe et Afrique Twisted Evil à terme 100 000 emplois à pourvoir et 15 MM$ de chiffre.

Il est maintenant temps de laisser le nord et se concentrer sur les zones "à risque": Fes, Meknes, Oujda, Sidi Ifni, Casa ...
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4419
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 21 Mar 2017 - 23:36

ScorpionDuDesert a écrit:
Sebta et Mellia ne sont pas des villes industrielles.
Non, ce n'est pas le Maroc qui est à l'origine du projet mais bien les chinois Twisted Evil
il y a textile, automobile, aéronautique, agroalimentaire, pharma et électronique. tout sera destiné à l'export Europe et Afrique Twisted Evil à terme 100 000 emplois à pourvoir et 15 MM$ de chiffre.

Il est maintenant temps de laisser le nord et se concentrer sur les zones "à risque": Fes, Meknes, Oujda, Sidi Ifni, Casa ...

http://www.jeuneafrique.com/324882/politique/maroc-chine-mohammed-vi-tourne-a-loccident/ a écrit:

Maroc : en Chine, Mohammed VI cherche un nouveau partenaire économique

Made by China in Morocco

C’est pour remédier à ces défaillances économiques que Mohammed VI est parti chercher les investisseurs chinois chez eux, leur vendant la position stratégique d’un pays à la porte de l’Europe et de l’Afrique subsaharienne. « Les Marocains ne veulent plus du made in China, déjà ancré dans leur économie, mais le made by China in Morocco »

http://telquel.ma/2016/05/11/maroc-chine-enfin-partenariat-gagnant-gagnant_1496536 a écrit:
Enjeu «made by China in Morocco»

Parvenir à vendre à la Chine, c’est bien, attirer des investisseurs chinois, c’est mieux. En novembre 2014, alors qu’une délégation d’hommes d’affaires marocains s’était déplacée en Chine, la patronne des patrons Miriem Bensalah n’avait pas caché son ambition : passer du «made in China» (fabriqué en Chine) au «made by China in Morocco» (fabriqué par la Chine au Maroc). Un an plus tard, c’était au tour du ministre de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy de réitérer la volonté du Maroc d’accueillir les investisseurs chinois, à l'occasion de la tenue du premier sommet sino-africain des entrepreneurs, qui s'est tenu à Marrakech. D’après les estimations, le potentiel d’emplois chinois délocalisables en Afrique est de 8,5 millions de postes d'emplois, et le ministre compte bien en capter «une part non négligeable», confiait-il à l’hebdomadaire français Jeune Afrique, avant de se justifier : «Je préfère que les entreprises chinoises s’installent au Maroc plutôt que d'avoir à subir leur concurrence depuis la Chine».

Opération séduction ?

D'après l’ambassadeur de Chine au Maroc, Sun Shuzhong, cité par la MAP, le Maroc abrite 28 sociétés chinoises. La République populaire de Chine en compte plus de 2 500 sur le continent.

Pour attirer davantage, le Maroc a pensé à créer une zone franche spécialement dédiée aux Chinois. L’idée est notamment évoquée dans un document interne du Ministère des affaires étrangères relayé par le corbeau Chris Coleman. «Suite à la visite de travail au Maroc du premier ministre chinois Wen Jiabao en juin 2012, le royaume chérifien serait disposé à octroyer à la Chine un parc industriel destiné à accueillir l'installation d'entreprises chinoises et à promouvoir les investissements chinois», écrit également Rachid Rhattat.
king

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1678
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mer 22 Mar 2017 - 9:28

Citation :

Maroc : EMID obtient le feu vert pour l’implantation de son usine de tabac


La société Emiratie-marocaine pour l’industrie et la distribution (EMID), distributrice exclusive des produits Philip Morris au Maroc, vient d’obtenir l’approbation foncière de la part des autorités marocaines. Ce feu vert ouvre la voie à l’implantation de son usine de production de tabac dans la plateforme industrielle de Tanger Med situé au nord du Maroc.

S’étendant sur 60 000 mètres carrés (m²), l’infrastructure nécessitera un investissement global de 700 millions de dirhams marocains (70 millions $). Elle comprendra 4 lignes de fabrication de cigarettes qui seront principalement destinées à l’exportation. Cette unité de production devrait permettre de créer dans un premier temps, 250 emplois.

Créée en 2013, l’EMID est la filiale marocaine du groupe émirati Al Rashideen International Holding. Elle commercialise entre autres les cigarettes de marque Malboro. Elle emploie environ 550 personnes.

#Source

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
sagittarius
1ere classe
1ere classe
avatar

messages : 58
Inscrit le : 22/03/2013
Localisation : Meknès
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mer 22 Mar 2017 - 11:01

Citation :

Maroc : EMID obtient le feu vert pour l’implantation de son usine de tabac



No  Evil or Very Mad

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Socket-error
Commandant
Commandant
avatar

messages : 1008
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mer 22 Mar 2017 - 13:01

Citation :
Infrastructures : la Chine lance son plus grand chantier africain au Maroc

Tout y concourt : une position géostratégique entre l'Europe et l'Afrique subsaharienne, une attractivité économique sans précédent, et un savoir-faire pluridisciplinaire.


Sur les rivages de l'Atlantique puis tantôt de la Méditerranée, Tanger, cette ville portuaire du nord du Maroc, et carrefour historique du commerce mondial, se prépare pour le futur. Sur plus de 2 000 hectares, la future cité industrielle « Cité Mohammed VI Tanger Tech » va connaître son premier coup de pioche au cours du premier semestre de cette année. À l'horizon, une ville industrielle qui accueillera près de 200 entreprises chinoises, et créer 100 000 emplois dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma. Voià, ce qu'il se passe lorsqu'une ville nord-africaine et le géant chinois comprennent l'enjeu d'une position stratégique pour l'Europe et le continent africain. Le Maroc a renforcé ces dernières années sa position de porte d'entrée vers l'Europe et l'Afrique, tandis que la Chine démontre un intérêt économique conséquent pour le royaume chérifien... au détriment de son partenaire historique qu'est l'Algérie ? Wink

Le port de Tanger, incontournable hub industriel

« Les opérateurs économiques chinois sont à la recherche de plateformes compétitives. Et ils ont choisi le Maroc comme l'une de ces plateformes », s'est réjoui dans une déclaration à l'AFP le ministre de l'Industrie Moulay Hafid El Alamy. Au cours d'une cérémonie présidée par le roi du Maroc, Mohammed VI, ce 20 mars, au palais de Tanger, les autorités marocaines ont signé une convention avec le groupe Haite, basé à Chengdu (centre de la Chine), et présenté les grandes lignes de cette future ville industrielle qui regroupera des habitations résidentielles et des services comprenant plus de dix activités : aéronautique, automobile, e-commerce, télécommunication, énergies renouvelables, transport, électroménager, industrie pharmaceutique, matériaux, ou encore agroalimentaire.

Portée par la croissance rapide de la zone portuaire de TangerMed, ainsi qu'une zone franche consacrée au secteur automobile, avec l'implantation d'une usine Renault, la plus grande d'Afrique, il faut dire que la région attire les investisseurs. Rien qu'en 2016, quelque 3,45 milliards de dirhams d'investissements privés ont été réalisés au niveau du port Tanger-Med, soit une progression de 102 % en glissement annuel, avec l'implantation de 68 nouveaux projets industriels sur l'ensemble des zones d'activités du complexe portuaire. À la clé ? La création de 6 547 nouveaux emplois. En septembre dernier, l'avionneur américain Boeing avait annoncé la création d'une zone industrielle spécialisée pour ses sous-traitants.

Le Maroc confirme son attractivité

Et pour renforcer ses infrastructures ferroviaires, le Maroc s'est lancé dans l'aventure de la future « LGV », dont le premier tronçon est en cours d'achèvement entre Tanger et Kénitra faisant du royaume le premier pays du continent africain à être capable de lancer un train à 320 km/h sur son réseau ferré.

En plus d'offrir une position stratégique, le Maroc est aussi un hub financier puissant. C'est donc logiquement avec le groupe marocain BMCE Bank, que Haite va financer ce méga-projet, dont un mémorandum d'entente a été signé en mai 2016 au cours d'une visite officielle de Mohammed VI à Pékin. Mobilisant une enveloppe d'un milliard de dollars (930 millions d'euros), il consiste en « la construction d'un pôle économique capable de générer 100 000 emplois, dont un minimum de 90 000 emplois bénéficiera aux habitants de la région de Tanger », selon la présentation officielle. « L'investissement total des entreprises dans la zone après dix ans atteindra 10 milliards de dollars [9,3 milliards d'euros, NDLR] », a annoncé Li Biao, président du groupe chinois, cité par l'agence de presse officielle marocaine MAP.

Le Maroc confirme son attractivité

Et pour renforcer ses infrastructures ferroviaires, le Maroc s'est lancé dans l'aventure de la future « LGV », dont le premier tronçon est en cours d'achèvement entre Tanger et Kénitra faisant du royaume le premier pays du continent africain à être capable de lancer un train à 320 km/h sur son réseau ferré.

En plus d'offrir une position stratégique, le Maroc est aussi un hub financier puissant. C'est donc logiquement avec le groupe marocain BMCE Bank, que Haite va financer ce méga-projet, dont un mémorandum d'entente a été signé en mai 2016 au cours d'une visite officielle de Mohammed VI à Pékin. Mobilisant une enveloppe d'un milliard de dollars (930 millions d'euros), il consiste en « la construction d'un pôle économique capable de générer 100 000 emplois, dont un minimum de 90 000 emplois bénéficiera aux habitants de la région de Tanger », selon la présentation officielle. « L'investissement total des entreprises dans la zone après dix ans atteindra 10 milliards de dollars [9,3 milliards d'euros, NDLR] », a annoncé Li Biao, président du groupe chinois, cité par l'agence de presse officielle marocaine MAP.
http://afrique.lepoint.fr/economie/infrastructures-la-chine-lance-le-plus-grand-chantier-africain-au-maroc-21-03-2017-2113666_2258.php

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1678
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Jeu 23 Mar 2017 - 10:26

Citation :

Banque Centrale Populaire réalise un bénéfice net en hausse de 5,3 % en 2016, à 265 millions $


Le groupe bancaire marocain Banque Centrale Populaire (BCP) a annoncé, dans un communiqué publié le 21 mars, avoir réalisé un bénéfice net de 2,64 milliards de dirhams (264 millions de dollars), en hausse de 5,3% par rapport à 2015.

Cette hausse s’explique essentiellement par les bonnes performances des filiales du groupe à l’étranger, dont notamment Atlantic Bank International (ABI) qui opère dans une dizaine de pays africains, a-t-on ajouté de même source.

Le produit net bancaire du groupe BCP a atteint 15,65 milliards de dirhams l’an passé, ce qui représente une augmentation de 2% par rapport à 2015.

Les dépôts de la clientèle ont augmenté de 4% pour s’établir à 250,3 milliards de dirhams.

Le groupe BCP a pris pied en Guinée Bissau en octobre dernier, à travers Atlantic Bank International et couvre désormais tous les pays de l'UEMOA. Sa filiale Atlantique Microfinance Africa avait annoncé fin février dernier qu’elle comptait s’implanter dans 5 à 10 pays d'Afrique subsaharienne, supplémentaires.

BCP s'apprête par ailleurs à lancer une filiale islamique au Maroc pour un investissement de 400 millions de dirhams.

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1736
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Lun 27 Mar 2017 - 19:56

youssef_ma73 a écrit:

Inchaallah l'année 2017 sera bonne...
La campagne agricole s'annonce au pire des cas "bonne" et si quelques pluies venaient à tomber encore en mars elle sera excellente et pourrait même dépasser celle de 2015...
Le tourisme reprend marchés traditionnels comme nouveaux marchés (russie, chine)...
La dynamique des ventes et des exportations auto se poursuit..
Les shale oil américain empêche l'envolée des cours malgré la décision de l'OPEP...
Les phosphates reprennent de plus belle...
bravo comme ca



Citation :

Campagne agricole: «La bonne» année se confirme




La campagne agricole s’oriente vers un nouveau record. Après les dernières pluies de ce mois de mars, professionnels et officiels s’accordent sur ce constat. Et une première prévision chiffrée de la production a même été avancée. Pas moins de 78 millions de quintaux, prédit la Banque centrale. Ce qui a amené l’Institut d’émission à revoir à la hausse son estimation de la croissance du PIB en 2017 à 4,3%. Un taux voisin de celui du FMI (4,4%) mais reste plus élevé par rapport à la prévision de la Banque mondiale (4%). Et pour cause!

Jusqu’à présent, la pluie a été aussi abondante que bien répartie dans le temps et l’espace. A fin février 2017, le cumul pluviométrique s’est établi à 287 mm, en hausse de 7% par rapport à la normale (264 mm) et de 136% en comparaison avec la campagne 2015-2016. Ce qui a permis de porter la réserve des barrages à usage agricole à 7,32 milliards de m3, soit un taux de remplissage de 54%. Il n’empêche que les pluies du mois d’avril restent déterminantes, selon les professionnels. Les superficies semées en céréales d’automne dépassent les 5 millions d’hectares,  soit 99% du programme de l’actuelle campagne agricole (44% en blé tendre, 35% en orge et 21% en blé dur). Avec à la clé un approvisionnement suffisant en intrants agricoles. D’après les dernières données du ministère de l’Agriculture, 2 millions de quintaux de semences sélectionnées ont été mis sur le marché dont près de 1,7 million vendus. «Ce qui est en phase avec les besoins», estime un gros agriculteur de la zone des Doukkala.

Par céréales, le blé tendre représente les ¾ des semences sélectionnées mises sur le marché tandis que le blé dur en détient 18% et l’orge 7%.
Pour ce qui est des engrais, le programme de l’actuelle campagne porte sur plus de 500.000 tonnes. Un volume relativement en retrait par rapport aux années précédentes. Ces engrais, notamment de fond et ceux phosphatés sont cédés à des prix bonifiés. La subvention accordée aux engrais de fond est estimée à 330 millions de DH.  En ce qui concerne le financement de la campagne agricole, les crédits à  décaisser devraient atteindre 5,5 milliards de DH. Déjà à fin janvier dernier, ils s’élevaient à 1,5 milliard de DH.

ultures d’automne  s’élèvent à près de 5,9 millions d’hectares dont 11% en irrigué, dominés par les céréales (87%), les fourrages (9%) et les légumineuses (4%). En ce qui concerne les plantes sucrières, la superficie semée en betterave à sucre est d’environ 54.500 hectares, sur un programme de 56.000 ha.
Le cheptel n’est pas en reste. L’état des parcours est jugé satisfaisant. Sans oublier les bonnes perspectives offertes à la production des fourrages. Un constat déjà mis en relief en janvier 2017 par le Centre royal de télédétection spatiale. Selon ce centre, l’état du couvert végétal se présentait en situation «bonne à moyenne dans la majorité des régions agricoles du Maroc avec un profil nettement en dessus d’une année moyenne et de la campagne précédente».

Seul bémol, les cultures d’exportation ont été affectées par les précipitations et le froid hivernal. Pour ce qui est des agrumes, de gros dégâts ont été enregistrés, notamment pour la clémentine qui représente l’essentiel de l’export des petits fruits. Quant aux primeurs, le ralentissement de la croissance des productions de tomates et légumes divers a fait reculer leurs exportations d’environ 6%. Mais la situation sera rattrapée dans les semaines qui viennent, assurent les professionnels.

http://leconomiste.com

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
Socket-error
Commandant
Commandant
avatar

messages : 1008
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mer 29 Mar 2017 - 12:18

Sans pétrole ni gaz Laughing

Citation :
Performance énergétique : Le Maroc dans le Top 60 mondial, N°1 de la Région MENA

Infomédiaire Maroc - Le Maroc a pu atteindre le 57ème rang mondial dans la dernière livraison du classement du Forum économique mondial (WEF), ‘‘Global Energy Architecture Performance Index Report 2017’’, qui classe 127 pays en fonction de leur capacité à fournir de l’énergie selon les 3 dimensions du ‘‘triangle énergétique’’ : croissance économique et développement, accès à l'énergie et sécurité et la durabilité environnementale.

Le Royaume, qui a réalisé un score global de 0,64 (sur une échelle de 0 à 1), a ainsi gagné 2 positions par rapport au classement de l’année dernière et 14 comparé à la 1ère édition de ce classement (2009). A noter que le Maroc arrive en tête dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), devant la Tunisie (65ème), l’Algérie (81ème), l’Egypte (90ème)...

https://www.infomediaire.net/news/maroc/performance-energetique-le-maroc-dans-le-top-60-mondial-ndeg1-de-la-region-mena

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Socket-error
Commandant
Commandant
avatar

messages : 1008
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mer 29 Mar 2017 - 13:52

Suspension de la cotation de Managem à la Bourse de Casablanca suite au deal suivant :

Citation :
Managem RDC : Le chinois Wanbao Mining dans le capital

Le chinois Wanbao Mining entre dans le capital de Lamikal, la filiale de Managem en République démocratique du Congo (RDC). Le groupe marocain vient de conclure un partenariat en ce sens. Wanbao Mining investit ainsi 56 millions de dollars pour détenir une participation de 61,2% dans Lamikal. L’objectif est de constituer un acteur minier de référence en RDC, explique la société marocaine. Les deux parties vont développer cette mine en vue d’une production annuelle de 50.000 tonnes de cuivre à horizon 2019. Pour rappel, Lamikal (Minière de Kalukundi) est détenue à 81.2% par Managem International, filiale détenue entièrement par Managem SA.

http://www.leconomiste.com/flash-infos/managem-rdc-le-chinois-wanbao-mining-dans-le-capital

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Socket-error
Commandant
Commandant
avatar

messages : 1008
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Jeu 30 Mar 2017 - 15:41

Bonne initiative pour densifier le tissu des PME dans l'agro-alimentaire :

Citation :
Agro-industrie : Un Fonds de 1 MMDH pour les PME marocaines

L’industrie agroalimentaire aura droit à un Fonds de financement dédié. En effet, selon une source médiatique, des négociations sont en cours entre l’Etat, le secteur privé et des bailleurs de fonds locaux et internationaux pour créer un Fonds de Private Equity (capital-investissement) pour renforcer la compétitivité et la productivité des PME agroalimentaires, notamment le secteur exportateur.

Et selon la même source, ce Fonds devrait permettre, dans une 1ère phase, le financement d’une vingtaine d’unités industrielles de transformation des produits agricoles. L’objectif est de lever au moins 1 milliards de dirhams pour faciliter l’accès au financement de ces PME de l’agrobusiness, qui constitue une filière stratégique pour le Maroc. A suivre !

http://www.infomediaire.net/news/maroc/agro-industrie-un-fonds-de-1-mmdh-pour-les-pme-marocaines

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Socket-error
Commandant
Commandant
avatar

messages : 1008
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Jeu 30 Mar 2017 - 16:06

Citation :
Climat des affaires : Casablanca sur le podium de la Région MEA

Selon une étude réalisée par le cabinet Infomineo, Casablanca est la 3ème ville la plus attractive pour les grands groupes américains (Fortune 500) voulant s’implanter dans la Région Moyen Orient et Afrique (MEA). La métropole marocaine a amélioré entre 2015 et 2016, et enregistre même une des meilleurs progression en une année.

Elle n’est plus devancée que par Dubaï et Johannesburg. En effet, 17% des 500 meilleures entreprises américaines disposaient d’une antenne régionale implantée à Casablanca à fin 2016, soit 2 fois plus qu’en 2015.

Et selon Infomineo, la destination est prisée pour sa proximité à la fois avec l’Afrique subsaharienne et l’Europe, ce qui en fait un choix idéal pour des antennes régionales.

http://www.infomediaire.net/news/maroc/climat-des-affaires-casablanca-sur-le-podium-de-la-region-mea

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kursad2
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

messages : 484
Inscrit le : 23/12/2016
Localisation : Moyen-Orient
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Dim 2 Avr 2017 - 12:10

Turkish Airlines met en avant un Marocain (Mohammed Mrabet) pour ces vols entre la Turquie et le Maroc..


_________________
𐰰𐰼𐰇𐱅

"Il n'y a, dans le monde, ni oppresseurs, ni opprimés. Il y a ceux qui tolèrent qu'on les opprime et ceux qui ne le tolèrent pas. Les Turcs sont de ces derniers." (Mustafa Kemal)

"Les peuples qui n'auront pas développer les technologies robotiques devront se battre contre des robots"

https://twitter.com/RestitutorOrien
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/RestitutorOrien
juba2
General de Division
General de Division
avatar

messages : 6962
Inscrit le : 02/04/2008
Localisation : USA
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Économie marocaine   Dim 2 Avr 2017 - 17:41

Baybars merci ,je connais ce grand homme.
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 866
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Lun 10 Avr 2017 - 20:32

Citation :


Pascal Lamy: voilà pourquoi le Maroc réussit mieux que l'Algérie

L’ancien directeur général de l’OMC a publié avec une géo-politologue un ouvrage sur les nouveaux désordres politiques qui impactent négativement le développement économique des Etats. Il en a profité pour louer l’exemple d’un Maroc qui a préféré, en réaction à la fermeture politique de l’Algérie, faire son deuil de l’UMA pour conquérir les marchés africains.

Lors d’une présentation de son dernier livre dans les locaux de l’OCP Policy Center, ce lundi 10 avril, Pascal Lamy qui fut directeur de cabinet de Jacques Delors, ex-président de la commission européenne, est revenu sur l’état des relations internationales agitées dans le monde actuel.

Fruit d’un dialogue contradictoire entre deux co-auteurs, le livre présente la vision du géo-économiste et celle de la géo-politologue Nicole Gnesetto sur les priorités de développement.

Chacun interprète différemment l’origine du malaise mondial qui a vu un milliardaire outrancier élu à la tête des Etats-Unis, l’apparition de Daech comme première puissance mondiale terroriste, l’explosion du nombre de réfugiés en Europe, la fermeture des frontières, la montée des populismes ….
Pour la co-auteure, le désarroi actuel de la planète s’explique par le fait que "la mondialisation politique qui n’existe pas dans les faits n’a rien apporté en 40 ans" alors que pour Lamy, c’est d’abord le manque d’intégration des économies à la globalisation qui est à l’origine du malaise mondial.

Afin d’illustrer sa conviction que l’économie doit primer sur le politique pour surmonter les nouvelles menaces, l’ancien directeur général de l'OMC a cité l’exemple du rêve "brisé" du Maghreb uni.

"Le cas marocain illustre bien ce que Nicole et moi avons essayé de montrer à savoir la gestion des rapports difficiles entre le géopolitique et le géoéconomique. Le Maghreb est un exemple parfait où l’on voit que la géopolitique l’emporte sur la géo-économie. L’interdiction de l’intégration économique est de nature purement politique alors que les forces économiques auraient dû pousser à la construction de cet ensemble régional. La conséquence de ce rendez-vous raté a entraîné le récent rapprochement du Maroc avec l’Afrique et bientôt avec la CEDEAO.

"Sur les 30 dernières années, on remarque qu’il y a eu une synergie intelligente entre les décisions économiques et politiques qui a permis au Maroc de se développer au niveau national tout en élargissant son périmètre économique grâce à une stratégie diplomatique ouverte.

"C’est un mariage réussi entre deux forces qui ont marché main dans la main mais le Maroc ne serait pas aussi influent en Afrique s’il n’avait pas d’abord misé sur les performances économiques intérieures".

Interrogé par Médias24 sur le choix africain du Maroc au détriment de l’UMA, l’économiste déclare que c’est la fermeture politique algérienne à l’égard de l’économie ouverte qui l’explique.

"L’Algérie n’a pas fait le choix de l’intégration économique car elle travaille avec un logiciel qui n’est pas celui de l’ouverture sur le monde. Regardez le temps qu’elle prend pour négocier son entrée à l’OMC alors que depuis 20 ans, j’ai en tant qu’ancien directeur de cet organisme tout fait pour l’aider.

"Je ne m’étendrai pas sur l’exemple algérien mais je ne vois pas comment ses faibles performances économiques augmenteraient sa puissance continentale d’autant plus que le rétrécissement de ses recettes pétrolières va s’accentuer. Alors que c’était une vérité économique, on voit bien que ses choix purement politiques ont cassé le rêve maghrébin. Cela prouve que la géopolitique ne gagne pas à tous les coups et l’UMA en est le meilleur exemple", juge Lamy.

En conclusion, l’auteur affirme que l’intégration économique doit primer sur l’intégration politique car la première fait appel à la raison alors que la construction d’ensemble politique est abstraite et doit gérer des susceptibilités et des mentalités que souvent tout oppose.



https://www.medias24.com/MAROC/ECONOMIE/ECONOMIE/172464-Pascal-Lamy-voila-pourquoi-le-Maroc-reussit-mieux-que-l-Algerie.html

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1678
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Jeu 13 Avr 2017 - 10:49

Citation :

Le géant japonais Marubeni rejoint Casablanca Finance City


Le Japonais Marubeni corporation, l’un des leaders mondiaux de l’import/export, du commerce et de l’investissement, vient d’annoncer aujourd’hui avoir rejoint la place financière panafricaine basée au Maroc, Casablanca Finance City, via son bureau de représentation dans la capitale économique marocaine.

Le bureau casablancais du conglomérat japonais – actif dans des secteurs aussi diversifiés que l’électricité et les infrastructures, les installations et les machines industrielles, les finances, la logistique et l'industrie de l'information, le développement immobilier ou la construction - servira de « base stratégique » pour ses opérations en Afrique de l’ouest, et « se focalisera sur le développement et la promotion de nouvelles affaires sur les marchés africains, en fonction des perspectives importantes de croissance future dans cette région » comme l’indique un communiqué émanant du groupe.

Près de trois semaines après avoir confirmé sa position de 1ère place financière africaine selon le classement mondial Global Financial Centers Index (GFCI), la place marocaine Casablanca Finance City vient donc d’accrocher une cible de choix à son tableau de chasse d’entreprises ayant adopté son statut. Marubeni vient en effet rejoindre pas moins de 120 multinationales, dont les chinois Huawei et Bank of China, l’américain Ford, ou encore le Boston Consulting Group, qui ont tous choisi CFCA comme base de leurs opérations en Afrique.

Cette implantation africaine de Marubeni via Casablanca devrait également contribuer à dynamiser les opérations d’import-export, spécialité de la firme japonaise, notamment en ce qui concerne « les produits alimentaires, les textiles, la pâte et le papier, les produits chimiques, l'énergie, les métaux et les minéraux, ou encore les machines de transport », toujours selon le communiqué émis par l’entreprise japonaise.

#Source

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1678
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Jeu 20 Avr 2017 - 11:51

Citation :

Le Maroc démarre la libéralisation du dirham au second trimestre 2017


Selon des informations obtenues auprès d’Abdellatif Jouahri (photo), gouverneur de la Banque centrale du Maroc (Bank Al Maghrib) par Reuters, le royaume chérifien entamera ce trimestre, la première étape du processus de libéralisation de sa monnaie, le dirham marocain.

« Nous allons lancer la première phase de la libéralisation de dirham au second trimestre de cette année», a annoncé le responsable marocain qui n’a pas indiqué la durée de cette première phase du processus.

Cette réforme du régime de change, axée sur un taux de change flexible, devrait permettre au pays de mieux amortir les chocs économiques, en particulier les chocs externes. Le processus qui s’étalera sur 15 ans selon la Banque centrale, permettra d’absorber les pressions sur les réserves et de diversifier l’économie marocaine.

Face aux craintes des agents économiques marocains, les experts de Bank Al Maghrib, ont tenu à expliquer que le cas Maroc n’a rien à avoir avec la Turquie et l’Egypte. «Ces deux pays se sont vu imposer ce régime du fait de la fragilité de leur situation économique. Or, pour le Maroc il s’agit d’une démarche voulue, basée sur l’importance des prérequis : une dette soutenue, une faible intrusion des investissements spéculatifs, une inflation largement maîtrisée, une réglementation de change rigide, et un budget global de moins en moins déficitaire.», avait confié Mounir Razki, directeur des opérations monétaires et de change au HuffPostMaroc, en février dernier.

En 1983, le pays s’était retrouvé avec des réserves pouvant lui permettre de tenir six jours à peine. Cette situation l’avait propulsé dans une crise qui a débouché sur un PAS (Programme d’ajustement structurel) qui a laissé des séquelles.

#Source

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Socket-error
Commandant
Commandant
avatar

messages : 1008
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Ven 21 Avr 2017 - 17:01

Citation :
Pommes : Un émirati mise gros à Azrou

156 millions de DH, c’est le montant qui sera investi par l’émirati Al Dahra Holding dans les pommiers et les fleurs de haute gamme à Azrou (Fès-Meknès). L’annonce a été faite en marge du SIAM. La société, spécialisée dans la production et la commercialisation d'aliments pour animaux et les produits alimentaires, vise une production de plus de 712.000 pommiers et une variété de fleurs de très haute gamme sur une surface totale de 1.060 ha. Le projet sera mis en œuvre en trois phases, dont la première consiste à développer 200 ha de fermes de pommes et 10 ha pour la culture de fleurs. La production sera ensuite destinée au marché local, au Moyen-Orient et à l’Afrique.

http://www.leconomiste.com/flash-infos/pommes-un-emirati-mise-gros-azrou

_________________
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1828
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Dim 23 Avr 2017 - 10:22

Le dernier rapport de la banque mondiale sur le Maroc

Citation :
https://www.medias24.com/slides/2017/report/pdf/report.pdf
Revenir en haut Aller en bas
RadOne
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 798
Inscrit le : 11/10/2009
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 2 Mai 2017 - 22:07

Les "sogo sosha", conglomérats japonais, prospectent au Maroc
Citation :
Une délégation japonaise est au Maroc jusqu'au 3 mai. Au menu: rencontre avec le chef du gouvernement et séminaire sur la promotion du commerce et de l'investissement en Afrique.

L'intérêt du Japon pour le continent africain se concrétise. Saad Eddine El Othmani a rencontré le 2 mai la mission conjointe japonaise conduite par Shunsuke Takei, vice-ministre japonais des Affaires étrangères, et Masahiro Kuwahara, directeur général de la Bank of Tokyo-Mitsubishi (UFJ), pour la région Europe, Moyen-Orient et Afrique. La mission a pour but de promouvoir les échanges commerciaux et les investissements entre les deux pays. Pour l'instant, 50 sociétés japonaises sont installées au Maroc, et ont créé 40.000 emplois dans plusieurs secteurs, notamment la pêche, le phosphate et la fabrication automobile.

La Japan External Trade Organization (JETRO), la Japan International Cooperation Agency (JICA), la Japan Bank for International Cooperation (JBIC), Nippon Export and Investment Insurance (NEXI) et le ministère des Affaires étrangères du Japon représentent le secteur public au sein de la délégation.

Du côté du secteur privé, treize entreprises se sont déplacées. Parmi elles, Mitsui & Co. ltd, Itochu Corportation, Marubeni Corporation, Mitsubishi Corporation et Sumitomo Corporation, qui représentent les "sogo shosha", ces grands conglomérats japonais.

La délégation compte aussi quelques grands noms de l'électronique japonaise, à l'instar de Toshiba Gulf (la filiale de Toshiba pour le Moyen-Orient), BMC International de l'industrie microélectronique et FujiFilm, le fabricant de matériel photographique et analogique. Ils sont accompagnés de représentants du secteur automobile, dont Toyota Tsusho Corporation et Mitsubishi Heavy Industries France S.A.S. Pour sa part, le secteur banque/assurance est représenté par Tokio Marine & Nichido Fire Insurance, Sumitomo Mitsui Banking Cooperation et The Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ. Vient aussi le cabinet d'avocats international, DS Avocats.

Ancrage en Afrique

Ces acteurs japonais assisteront aussi à un séminaire le 3 mai sur les opportunités d'investissement et de commerce en Afrique. Avec des opérateurs privés et publics marocains, ils discuteront les possibilités d'échanges sur le continent africain. Le Japon confirme ses ambitions sur le continent africain où il avait organisé pour la première fois la Conférence internationale de Tokyo sur le développement en Afrique en août 2016. Son but: ne plus seulement exporter, mais avoir des entreprises présentes sur le continent.

Le Japon envisage d’investir 30 milliards de dollars (27 milliards d'euros) en Afrique au cours des trois prochaines années. Un peu plus du tiers de cet investissement (10 milliards de dollars) sera affecté au développement des infrastructures au niveau du continent. D'après le magazine Jeune Afrique, en 2015, les importations japonaises depuis l'Afrique totalisent 11,55 milliards de dollars, contre 8,57 milliards de dollars dans l'autre sens.

https://telquel.ma/2017/05/02/les-sogo-sosha-conglomerats-japonais-prospectent-au-maroc_1545385
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1678
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Sam 6 Mai 2017 - 15:02

Citation :

Le Maroc aide la Tunisie à ficher ses citoyens


A peine à la retraite, le très remuant Hamid Benbrahim El Andaloussi, ancien président du groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales, a fait jouer ses relations pour décrocher un juteux contrat hors du Maroc en faveur de Morpho, filiale du groupe français Safran et numéru un mondial des documents des documents d’identités sécurisé et des technologies d’identification biométriques. En effet, les autorités tunisiennes, à travers la Direction générale de la sécurité nationale, ont confié la tâche de doter la police du pays d’un système d’identification des empreintes digitales à cette société installée aux environs de l’aéroport international de Casablanca. D’ailleurs, beaucoup de pays africains et certains pays du Golfe se tournent de plus en plus vers les sociétés casablancaises, très performantes technologiquement, pour se doter des derniers procédés en matière de sécurité électronique.

#Source

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1678
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Économie marocaine   Mar 16 Mai 2017 - 15:12

Citation :

Rien ne va plus entre Rabat et la Banque Mondiale


Plusieurs voix se sont fait entendre au Maroc, dont celle du très influent ministre de l'Industrie Moulay Hafid Elalamy, pour demander à la Banque Mondiale de mettre en sourdine ses pressions en faveur d'une cure d'austérité au Maroc

Le torchon brûle vivement entre la Banque mondiale et le gouvernement marocains. En l’espace de 10 jours, deux ministres et non des moindres du nouveau gouvernement viennent d’asséner une violée de bois vert aux experts de cette institution de l’ONU.

Union sacrée

Le premier à avoir dégainé a été le ministre de l’Industrie et du commerce Moulay Hafid Elalamy qui a demandé à la Banque mondiale de prendre du recul par rapport à la réalité marocaine. Elément de langage repris également par son homologue chargé des Affaires générales, l’islamiste Lahcen Daoudi. Ce dernier a conseillé à la même institution de « prendre de la distance » avec la réalité politique marocaine, critiquant frénétiquement le récent rapport de la Banque mondiale sur le Maroc.

Vers une thérapie de choc

En effet, l’institution financière a révélé que « le Maroc ne peut pas se contenter de poursuivre ou d’approfondir les politiques sectorielles volontaristes actuelles », politiques qui n’ont pu ni éradiquer le chômage ni mettre fin à la faible productivité de l’économie. Après ce constat, la Banque mondiale a été cinglante le royaume chérifien doit changer de direction et passer impérativement par une thérapie de choc.

#Source

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Économie marocaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Économie marocaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 6, 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Désolée mais je déteste les lampes à économie d'énergie... (sujet fusionné)
» harira ( Soupe marocaine )
» Fajitas à la marocaine
» Sites gratuits proposant des cours en bibliothéconomie
» Comprendre qu'est-ce que c'est la biblioéconomie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: