Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Armée Française / French Armed Forces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 6, 7, 8 ... 11 ... 16  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 5 Juil 2017 - 18:08

Citation :
mardi 4 juillet 2017

Premier vol du Reaper en France



Le drone MQ-9 Reaper de l'armée de l'air a réalisé son premier vol en France aujourd'hui. Cette première a atteint tous ses objectifs, et ouvre la voie a un usage routinier du drone sur le territoire national. Un vol est d'ailleurs prévu dès demain.
Le vol d'aujourd'hui aura duré 5h10 et s'est déroulé dans une zone aérienne au nord de Cognac où est basé l'escadron qui opère cet engin. Le poser a eu lieu à 16h40 locales.
Le premier vol était attendu plus tôt, et son déploiement pendant le salon du Bourget avait été même anticipé. Mais d'ultimes difficultés administratives avait retardé sa mise en oeuvre.
Le Reaper devrait être sur le pont pour le 14 juillet, ce sera à la fois un élément de surveillance de plus et une démonstration de savoir-faire des aviateurs.
L'armée de l'air déploie par ailleurs cinq drones de ce type dans la BSS, pour des missions réalisées essentiellement au profit des forces spéciales.
Depuis 2003, l'armée de l'air utilise des drones endurants pour des missions au-dessus du sol national.
Dernier exemple en date, le CDAOA avait mobilisé un Harfang sur la sécurisation de la fête des lumières, l'an dernier.
L'armée de l'air cherche, dans cette logique, à faire profiter la sécurité intérieure de ses compétences en matière de drones, qui présentent l'intérêt d'une endurance bien supérieure à tous les aéronefs existants.

http://lemamouth.blogspot.fr/2017/07/premier-vol-du-reaper-en-france.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 5 Juil 2017 - 18:22

Citation :
mardi 4 juillet 2017

Dissuasion : quelques chiffres pas communs



C'est devenu une tradition, quelques chiffres pas communs se sont nichés dans le dossier de presse livré par l'Elysée pour illustrer la visite du président à la composante sous-marine de la dissuasion. Ainsi, on apprend que 260 fusiliers marins (pratiquement 10% de l'effectif de Forfusco) oeuvrent sur place, aux côtés de 120 gendarmes.
La dissuasion, dans les airs, mobilise aussi "une cinquantaine" de chasseurs Rafale et Mirage 2000NK3, un chiffre qui était traditionnellement placé sous le boisseau sans être non plus totalement ignoré de non-initiés du sérail. Une bonne connaissance du stock restant de NK3 permet d'en déduire donc le nombre de Rafale du 1/4 Gascogne réservés à la dissuasion, même si, faut-il le rappeler, ces mêmes appareils assurent des créneaux de police du ciel, ou des missions contre Daech (au Levant) et Aqmi (en Afrique). C'est donc par nature la composante la plus polyvalente et la moins chère de la dissuasion.
On apprend aussi, pour ceux qui aiment les chiffres, que la marine approche des 500 patrouilles de SNLE : celle en cours est la 492e. L'embarquement d'officiers féminins est confirmé pour l'automne à bord des SNLE.

http://lemamouth.blogspot.fr/2017/07/dissuasion-quelques-chiffres-pas-communs.html

Citation :
mercredi 5 juillet 2017

4 ATL-2 hors de France



Ce n'est pas un menu symbole : quatre ATL-2 sont actuellement déployés hors de France, dont la moitié pour faire la guerre (l'un à Chammal, l'autre à Barkhane). Les deux autres participent à un entraînement de l'OTAN dans le grand nord, et comme le président était hier en mer à bord d'un SNLE, on n'imagine pas trop qu'un ATL-2 n'était pas non plus en vol ou prêt à y aller.
Ce qui fait donc une belle masse d'avions disponibles, sans compter d'éventuels autres sur le tarmac de Lann-Bihoué.
On le sait, la flotte était ravagée depuis 2014 par les conséquences d'un déploiement intense qui culmina à six appareils au début de Serval, ainsi que par une anarchie apparue dans le système de soutien, qui associait la marine et le SIAe. L'embellie actuelle proviendrait notamment du raccourcissement des visites réalisées par ce dernier.
La disponibilité reste néanmoins fragile, alors que la flotte va bientôt aborder son rétrofit à mi-vie, qui a pris déjà plusieurs années de retard, par rapport à la réalité de la vie des avions.

http://lemamouth.blogspot.fr/2017/07/pas-vu-depuis-longtemps-4-atl-2-hors-de.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 5 Juil 2017 - 18:48

Citation :
Le Premier ministre confirme la mise en place d’un « nouveau service national »


Posté dans Politique de défense par Laurent Lagneau Le 05-07-2017




Depuis qu’Emmanuel Macron s’est installé à l’Élysée, il a été fait peu de cas de sa promesse d’instaurer un « service militaire universel » d’une durée d’un mois, obligatoire pour les 600.000 jeunes d’une même classe d’âge. Mais cette proposition, qui avait pris beaucoup de monde de court quand elle fut avancée en mars dernier, n’a pas été oubliée.

Lors de sa déclaration de politique générale, faite devant le Parlement le 4 juillet, le Premier ministre, Édouard Philippe, l’a succinctement évoquée au moment d’aborder le chapitre sur la jeunesse. Cependant, l’on notera que le chef du gouvernement n’a pas parlé d’un « service militaire » mais d’un « service national », contrairement à ce qu’avait fait le président Macron durant la campagne.

« Notre jeunesse a soif de cause, on n’y répondra pas par des taux de croissance ou par des procédures, la jeunesse veut s’élever, au siècle dernier elle a eu trop d’occasions de verser son sang. Le front aujourd’hui est social, environnemental et mondial, il appelle la mobilisation de la jeunesse non pour combattre mais pour construire, partager, déverser le fruit de ses connaissances et de son enthousiasme », a commencé par dire M. Philippe.

« C’est aussi pour préparer nos enfants à ce monde qui vient, à cette France que nous voulons grande et belle, juste et forte que le gouvernement mettra en place un nouveau service national conformément aux engagements du président de la République », a-t-il continué, avant de préciser que « la réflexion sur les formes qu’il prendra sera conduite avant la fin de l’année 2017. »

Pour rappel, M. Macron avait expliqué que ce retour de la conscription allait permettre aux jeunes français de faire « l’expérience de la mixité sociale et de la cohésion républicaine » et que ce serait aussi l’occasion de « détecter les difficultés, notamment l’illettrisme », de proposer une « remise à niveau scolaire » et de préparer les conscrits à faire « leur entrée dans la vie professionnelle comme dans leur vie de citoyen ». Enfin, il était aussi question de constituer un « réservoir mobilisable complémentaire de la Garde nationale. » Et le tout, avec un encadrement militaire.

Seulement, le coût de mise en place de ce « nouveau service national », aux vertus plus sociales que militaires, n’est pas anodin. Lors de la campagne, M. Macron l’avait évalué à environ 15-20 milliards d’euros. Puis, en rythme de croisière, il faudrait trouver 2 à 3 milliards par an. Puis il avait revu à la baisse ses estimations, comptant sur les infrastructures scolaires et universitaires pour accueillir les appelés durant les périodes de vacances. Ces sommes, avait-il assuré, ne seraient pas prélevées sur le budget du ministère des Armées.

Cela étant, les militaires seraient nécessairement mis à contribution pour ce service (du moins, tel qu’il avait été initialement imaginé) dans la mesure où les armées, selon un rapport récent des sénateurs Jean-Pierre Raffarin et Daniel Reiner, devraient fournir, au minimum, entre 16.000 et 18.000 « encadrants », auxquels il faudrait ajouter les personnels de direction et de sélection. Et d’estimer qu’il s’agirait « d’un effort colossal en termes de ressources humaines, dont on peut craindre qu’elle absorbe l’énergie des armées. »

Par ailleurs, M. Philippe a assuré que l’effort de défense sera bel et bien porté à 2% du PIB à l’horizon 2025, sans toutefois préciser, comme l’avait fait M. Macron, si les pensions et les surcoûts liés aux opérations seraient compris dans ce total. En outre, le ministère des Armées pourrait connaître de nouvelles réformes…

Évoquant la maîtrise des dépenses publiques, le Premier ministre a en effet expliqué que « si nous voulons financer nos priorités et ne pas continuer à paupériser l’État, nous devrons choisir et remettre en cause certaines missions, faire bien ce que nous devons faire, arrêter de faire ce que d’autres font mieux que nous. » Et d’insister : « Aucun ministère, aucun opérateur, aucune niche fiscale ne sera sanctuarisé. Partout, nous chasserons la dépense inefficace et le saupoudrage de crédits. »

http://www.opex360.com/2017/07/05/le-premier-ministre-confirme-la-mise-en-place-dun-nouveau-service-national/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 5 Juil 2017 - 22:01

Citation :
5 juil. 2017 | Par Emmanuel Huberdeau

Vers le Rafale F4


Les contours du standard F4 du Rafale sont en cours de discussion. © C.Cosmao



Alors même que le standard F-3R du Rafale est en cours de qualification, la DGA, les armées et les industriels ont lancé les réflexions sur le standard F4, attendu à l’horizon 2025. Objectif, s’adapter à l’évolution des menaces pour l’appareil qui restera la pierre angulaire du système de combat aérien futur des armées françaises.


Article publié initialement dans le numéro 2552 "Spécial Bourget" de Air & Cosmos du 15/06/2017.

Depuis son entrée en service en 2001 dans les armées, le Rafale n’a cessé d’évoluer. Les standards F1 à F3 ont correspondu à la montée en puissance progressive de l’appareil, devenu toujours plus polyvalent. Le standard F3-R apportera un premier gain capacitaire majeur. Ces évolutions permettent au chasseur de Dassault Aviation de rester en pointe et d’être considéré comme l’un des meilleurs appareils de combat du monde. Mais les menaces et le contexte géopolitique évoluent et il faut donc continuer à faire progresser le Rafale pour qu’il reste toujours pertinent au-delà de 2025. Ce sera l’objet du standard F4 dont les premiers travaux de développement ont été lancés en mars 2017 par le ministère de la Défense.

Standard F3-R.
Avant même d’évoquer le standard F4, il est utile de revenir sur le standard F3-R, dont la qualification est prévue pour 2018. Cette nouvelle version comprend notamment les deux évolutions capacitaires majeures que sont le missile air-air Meteor et le pod de désignation laser de nouvelle génération Talios. Le reste des évolutions est essentiellement logiciel. L’ambition générale est le maintien des capacités d’entrée en premier aussi bien dans un contexte national qu’interallié.
Le Meteor va révolutionner les capacités air-air du Rafale. Celui-ci disposait déjà de capacités de détection longue portée avec le radar RBE2 AESA, mais ne jouissait pas de capacité d’engagement à de telles distances, le missile Mica étant une arme moyenne portée. Le Meteor permettra au Rafale d’engager, dans certaines conditions, des cibles se trouvant à une centaine de kilomètres. C’est bien l’association du radar RBE2 AESA et du Meteor qui conféreront au Rafale F3-R une capacité actuellement unique au monde. Le Meteor développé par MBDA est un missile à statoréacteur offrant une poussée continue et modulable. Cette particularité permet au missile d’optimiser sa consommation de carburant en fonction de la distance et de l’altitude de sa cible. Cinq tirs d’essai du Meteor ont eu lieu depuis le Rafale dans le cadre de la campagne d’intégration du missile. Selon la DGA, tous ces essais ont été couronnés de succès. Le dernier tir a eu lieu début avril 2017. Il a permis de valider le plein fonctionnement du missile dans le cadre d’un scénario complexe avec engagement d’une cible à longue distance, réaffectation de cible durant le vol et engagement simulé d’autres armements.
La campagne d’intégration du pod Talios développé par Thales est également en cours. Il remplacera le Damocles actuellement employé par les forces engagées en opérations. Selon Thales, le pod Talios sera le premier système à couvrir l’ensemble du spectre des missions allant du renseignement à l’acquisition et la poursuite de cibles. La haute résolution du pod et la possibilité de voir la situation en couleurs facilitera le travail des équipages. Pour aider les pilotes, Thales a également développé le mode Permanent Vision, qui permet d’intégrer l’image saisie par le pod au sein d’une cartographie numérique. L’équipage peut ainsi situer avec certitude et rapidité la zone couverte par la nacelle. Plusieurs indicateurs visuels apporteront en temps réel des informations complémentaires sur la situation tactique. Le gabarit du Talios est proche de celui du pod Damocles, ce qui facilite son intégration sur Rafale.
Outre l’intégration de ces équipements, le standard F3-R comprend la mise en place d’un système automatique pour éviter les collisions avec le sol (AGCAS, Automatic Ground Collision Avoidance System), l’amélioration du radar RBE2 AESA, du système de guerre électronique Spectra, du pod Reco NG et de la centrale inertielle. Le Rafale Marine sera équipé d’une nacelle de ravitaillement en vol baptisée Narang.

Evolution des menaces.
Afin d’entamer leurs réflexions sur le standard F4, les utilisateurs du Rafale (armée de l’Air et Marine nationale), la DGA et les industriels se sont appuyés sur le retour d’expérience des opérations conduites ces dernières années et sur l’évolution constatée ou attendue des systèmes d’armes dans le monde entier.
Il ressort des opérations conduites en Afghanistan, en Libye, au Sahel et au Levant la nécessité pour les appareils occidentaux de disposer d’une large gamme d’effets militaires pour pouvoir s’adapter aux objectifs assignés. Il faut parfois frapper des objectifs durcis nécessitant des armes puissantes, mais il convient aussi de pouvoir limiter ou contrôler les effets de l’armement dans des zones densément peuplées afin de maîtriser le risque de dommages collatéraux. Les opérations récentes ont également été marquées par les fortes élongations. Les Rafale ont dû opérer directement depuis la métropole lors des opérations en Libye ou encore depuis les Emirats arabes unis vers l’Irak durant l’opération Chammal. Ces opérations ont également démontré la nécessité d’un fort niveau d’interopérabilité avec nos alliés. Dans les deux cas, les réseaux d’échanges sont essentiels. Il faut pouvoir partager rapidement des informations avec ses partenaires, quelle que soit leur position, afin de pouvoir s’insérer dans une coalition.

Conflits futurs.
Ces retours d’expérience sont importants et seront pris en compte pour le développement du standard F4, mais ils ne concernent qu’un type de conflit. Il s’agit majoritairement d’affrontements asymétriques ou dissymétriques où la maîtrise de l’espace aérien est acquise ou peu contestée. Les états-majors français s’attendent à devoir évoluer à l’avenir dans des milieux de moins en moins permissifs, notamment dans le cadre des opérations d’entrée en premier sur un théâtre auxquelles elles doivent pouvoir faire face seules ou en coalition. On constate en effet une prolifération des moyens dits de « dénis d’accès » tels que les systèmes de défense sol-air. Certains systèmes ont des performances annoncées en termes de portées et de mobilité qui peuvent inquiéter les armées occidentales. De nombreux pays se sont aussi équipés de chasseurs modernes russes, américains ou européens eux-mêmes dotés d’armement air-air performants. De nouveaux acteurs comme la Chine et l’Inde développent et exportent leurs propres systèmes. Les aviateurs et les marins s’attendent donc à devoir, dans l’avenir, évoluer dans des espaces où la supériorité aérienne sera de moins en moins acquise et où il faudra le cas échéant se battre pour l’obtenir et la conserver. En effet, la supériorité aérienne est essentielle dans tout conflit moderne. Elle permet tout simplement de conserver la liberté d’action des forces aériennes, navales et terrestres.
Pour cela, il faut s’appuyer sur les acquis actuels, c’est-à-dire l’expérience du personnel et le niveau technologique, notamment du Rafale, et développer de nouvelles capacités. Les armées veulent notamment renforcer leurs capacités de suppression et destruction des défenses sol-air ennemies. Les chasseurs devront aussi être capables de survivre et d’effectuer leurs missions dans cet environnement hautement contesté. Les appareils devront pouvoir détecter, positionner, identifier et détruire les menaces en l’espace de quelques minutes.
Autre nécessité, la maîtrise et le partage de l’information. La capacité à communiquer avec tous les acteurs du champ de bataille (au sens large), quelle que soit la distance, et ce de manière rapide (ou différée) et sécurisée, sera probablement l’une des clefs des conflits à venir. Cette capacité doit s’appliquer aussi bien à un cadre franco-français que dans le cadre d’une coalition. Le combat collaboratif va se développer de plus en plus fortement. Tous les véhicules devront donc pouvoir communiquer et être mis en réseau.

Quatre axes de développement.
En se basant sur ces conclusions, les armées, les industriels et la DGA ont entamé, il y a trois ans, une réflexion sur les contours du prochain standard du Rafale. Des plateaux ont été organisés pour réunir des représentants des armées, de la DGA et de l’industrie, et des réunions ont eu lieu au sein des différents organismes. Les discussions ont commencé avec des brainstormings et devront conduire au final à la notification du contrat fin 2018. Nous sommes donc à l’heure actuelle encore dans une phase de négociation et les grandes orientations annoncées actuellement pourraient évoluer. Pour l’heure, le standard F4 du Rafale est imaginé autour de quatre grands axes : la connectivité, les capteurs, l’armement et le soutien.
La connectivité en premier lieu est au cœur des capacités de combat collaboratif du Rafale F4. Elle devrait comprendre le remplacement des systèmes radio actuellement employés par le Rafale. Les nouvelles radios s’appuieront sur de nouvelles formes d’ondes aéronautiques (FO3D). L’emploi de radio logicielle dans le cadre du programme Contact devrait permettre au Rafale de disposer d’une liaison de données souveraine plus sécurisée que l’actuelle L-16. L’introduction de communications satellites (Satcoms) est aussi envisagée. Le Rafale pourrait être doté d’une capacité Syracuse IV qui lui permettra de s’affranchir des distances et d’être plus réactif. Rien n’a cependant encore été arrêté, notamment sur la qualité de service attendue.
Plus de connectivité veut aussi dire plus de vulnérabilité dans le domaine cyber. L’architecture du système de combat pourrait donc être modifiée pour faire face à ce type de menace. Comme les systèmes d’information, le Rafale pourrait bénéficier d’une architecture en couche. L’objectif serait notamment de pouvoir faire cohabiter deux liaisons de données sécurisées et d’accueillir des SNA (Système de navigation et d’attaque) complémentaires. Ces modifications concerneront en grande partie les logiciels, le SNA du Rafale étant déjà bien structuré. Les capteurs seront aussi au cœur du développement du standard F4 du Rafale. Un viseur de casque pourrait être intégré. Ce système est très attendu par les pilotes aussi bien pour les missions d’attaque au sol (notamment en appui aérien), que pour le combat air-air. Il permet notamment de désigner rapidement une cible, partager une information précise dans un contexte dense, de la transmettre au système de combat, dont l’équipier. Le viseur de casque permet donc aux équipages de travailler plus rapidement et plus efficacement. Il redonne aussi toute sa place à un capteur souvent décisif, l’œil humain.

Capteurs.
Le radar RBE2 AESA devrait lui aussi être amélioré, notamment dans son emploi en air-sol (cartographie radar très haute résolution, poursuite de cibles mobiles au sol). Le décodeur IFF du Rafale pourrait aussi être optimisé afin d’améliorer les capacités d’identification. L’optronique secteur frontal (OSF) pourrait également faire l’objet d’amélioration, en particulier en ce qui concerne la voie infrarouge.
Enfin le standard F4 pourrait voir évoluer le système de guerre électronique Spectra, qui est déjà l’un des principaux atouts du Rafale. Les capacités de détection du système pourraient être accrues avec une extension des bandes de fréquence pour traiter l’arrivée, à l’horizon 2030, sur les théâtres de nouvelles menaces fonctionnant en hautes ou en basses fréquences. Les capacités de leurrage électromagnétique et infrarouge du Rafale pourraient aussi être améliorées.

Armement.
Tous ces capteurs sont essentiels à l’engagement, tout comme l’armement du Rafale qui évoluera lui aussi. L’appareil pourra ainsi emporter le missile de croisière Scalp rénové dont le développement a été confié à MBDA en février 2017 par la France et le Royaume-Uni. Le missile air-air Mica sera remplacé par le Mica de nouvelle génération. Le Meteor devrait lui aussi déjà évoluer.
L’un des chantiers majeurs de la rénovation concernera l’AASM. Cet armement très apprécié en opération devrait bénéficier d’une nouvelle version baptisée Block 4. Le but est double. D’une part, réduire les coûts en développant un nouveau kit de propulsion et quelques composants clés, sans porter atteinte aux performances connues. D’autre part, étendre vers le haut le spectre capacitaire avec une augmentation de portée, des améliorations de performances des autodirecteurs ainsi qu’une diversification des charges emportées (1 000 et 500 kg). Pour rappel, le couple Rafale-AASM permet de frapper simultanément plusieurs cibles à de grandes distances, (bien supérieures à celles atteintes avec les kits de guidage GBU).
Des réflexions sur l’évolution du soutien du Rafale ont également été intégrées dès les premières discussions à propos du standard F4. Il s’agit d’une démarche essentielle de la conception de tout nouveau standard. Si la maintenance est aujourd’hui bien maîtrisée par l’armée de l’Air et la Marine nationale, l’objectif est de poursuivre cette dynamique. Chaque sous-ensemble sera donc étudié afin d’observer son évolution.
Les outils de recueil, analyse et diagnostic des pannes devraient ainsi être optimisés afin de les identifier plus rapidement et plus finement. Les mégadonnées pourraient faire leur entrée maîtrisée dans le système de maintenance. Mais un élément ne changera pas : le besoin de disposer de personnel bien formé et expérimenté. Si les pannes les plus fréquentes et les moins importantes peuvent être diagnostiquées de façon automatique, les pannes les plus complexes devront toujours être analysées par les mécaniciens. Le moteur compte pour 50 % environ de la disponibilité d’un avion de chasse. Le M-88 devrait donc faire l’objet d’évolutions (voir p. 89).

Discussions en cours.
Tous ces éléments seront fixés dans les mois à venir à l’issue des discussions en cours. L’objectif étant de lancer en 2018 le développement du standard F4. Celui-ci devrait être déclaré opérationnel en 2025, mais certaines fonctionnalités pourraient être disponibles à partir de 2022. L’armée de l’Air et la DGA chercheront à garder une flotte homogène et à établir une feuille de route claire, notamment pour les industriels. Autre certitude, le Rafale restera la pierre angulaire du système de combat futur de l’armée de l’Air.

http://www.air-cosmos.com/vers-le-rafale-f4-97283
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 6 Juil 2017 - 16:25

Citation :
Premier vol du Reaper en France


Mise à jour  : 06/07/2017 - Direction : Armée de l'air


Piloté depuis la base aérienne (BA) de Cognac, le drone MQ-9 Reaper n°612 a réalisé mardi 4 juillet 2017 son premier vol au-dessus du territoire national. Pendant 5h10, le petit nouveau de l’escadron de drones 1/33 «Belfort» a évolué au nord de la BA 709, sur laquelle il est stationné depuis quelques semaines.



Cette grande première visait à tester le bon fonctionnement de la machine et de ses deux cabines (calibration des paramètres de secours, vérification des liaisons satellitaires, etc.) et à proroger les qualifications LRE (Launch and Recovery Element - personnel apte à faire décoller et atterrir le Reaper) des équipages français. Objectifs atteints pour le «Belfort», qui va désormais pouvoir mettre en œuvre le Reaper en métropole presque quotidiennement, offrant ainsi à l’Armée de l’Air une autonomie pour la formation de ses équipages. À l’horizon 2019, l’escadron de drones 1/33 comptera douze appareils exploités par 30 équipages.

Avec le n°612, six machines sont désormais opérationnelles au 1/33 «Belfort». Les cinq autres avions de la flotte sont positionnés sur la base aérienne projetée de Niamey. Ils fournissent des capacités de renseignement et d’appui au profit de l’opération Barkhane, mais aussi des forces spéciales. Depuis leur engagement en BSS en janvier 2014, ils ont déjà effectué plus de 15 000 heures de vol.



Les prochains jours s’annoncent denses pour les équipages Reaper stationnés à Cognac. De nombreuses missions sont d’ores et déjà notées dans leur tablettes, à commencer par leur participation au dispositif particulier de sûreté aérienne (DPSA) du défilé du 14 Juillet à Paris.



Citation :
Les drones MALE, outils indispensables dans la conduite des opérations

Fortement sollicités en BSS, les drones ont effectué près de 3000 heures de vol depuis le début de l’année 2017. Une activité en hausse constante depuis 2014. En effet, ils sont des outils essentiels à la conduite des opérations militaires d’aujourd’hui. Leurs spécificités techniques, et notamment leur endurance, en font des outils structurants capables d’offrir une permanence sur zone en terme de surveillance aérienne. Assurant un large spectre de missions allant du renseignement à la désignation d'objectifs, les drones opèrent à grande distance, avec persistance, et transmettent en temps réel l’ensemble des données recueillies au centre de commandement.






http://www.defense.gouv.fr/air/actus-air/premier-vol-du-reaper-en-france  
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3673
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 6 Juil 2017 - 16:52

Les drones francais sont t'ils armés ?
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 6 Juil 2017 - 17:00

Fox-One a écrit:
Les drones francais sont t'ils armés ?

Non malheureusement !
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 6 Juil 2017 - 17:30

Citation :
Ministère des Armées a ajouté 11 photos — impressionné.

Sur l’île de Madagascar, près de 900 militaires des forces armées de la zone Sud de l’océan Indien (FAZSOI) et de quatre autres pays de la Commission de l’océan Indien (COI) – Madagascar, Comores, Maurice, Seychelles - ont participé à l’exercice « IVONDRO 2017 », fin mai. 🤝 Cet exercice interarmées et multinational est mis en place tous les deux ans et a vocation à développer l’interopérabilité des forces armées des pays membres de la COI. Découvertes en images


Après un saut à 3 600 mètres d’altitude depuis un Transall, le groupement de commandos parachutistes du 2e RPIMa - 2e régiment de
parachutistes d’infanterie de Marine se pose sur la pelouse d’un régiment malgache.

PHOTOS:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 7 Juil 2017 - 15:32

Citation :
07.07.2017

Le défilé du 14 juillet en chiffres





Le défilé 2017

63 avions: 49 de l’armée de l’air, 6 de la marine nationale et 8 de l'US Air Force.
3 720 militaires.
211 véhicules dont 62 motos. 241 chevaux.
29 hélicoptères: 17 de l’aviation légère de l’armée de terre, 5 de l’armée de l’air, 3 de la marine nationale, 3 de la gendarmerie nationale et 1 de la sécurité civile.

Le défilé 2016

55 avions : 47 de l’armée de l’air dont 1 belge, 6 de la marine nationale, 2 de la sécurité civile.
3 239 hommes et femmes, 36 chiens.
212 véhicules dont 62 motos, 236 chevaux.
30 hélicoptères: 16 de l’aviation légère de l’armée de terre, 5 de l’armée de l’air, 4 de la marine nationale, 3 de la gendarmerie nationale, 1 de la sécurité civile et 1 avion ravitailleur américain KC130J de l’US Air Force.

Le défilé 2015

55 avions: 46 de l’armée de l’air dont 1 belge et 2 espagnols, 6 de la marine nationale, 3 de la sécurité civile.
3 501 hommes, 3 aigles et 3 buses.
208 véhicules dont 62 motos, 237 chevaux.
31 hélicoptères: 16 de l’aviation légère de l’armée de terre, 7 de l’armée de l’air, 4 de la marine nationale, 3 de la gendarmerie nationale et 1 de la sécurité civile.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/07/07/le-defile-du-14-juillet-en-chiffres.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 7 Juil 2017 - 15:41

Citation :
vendredi 7 juillet 2017

Les boules dans le ciel



A chaque 14 juillet, elles sont là pour éclairer le commandement et les téléspectateurs, des boules optroniques aéroportées seront une fois de plus de la partie cette fois-ci. Un Fennec de l'armée de l'air portera une boule Webcam servant aux retransmissions télévisées et un autre appareil du même type servira de porteur de relais.

Rappelons que plusieurs autres appareils du même type, dotés de boules plus petites -et qui mériteraient un programme de modernisation...- sont chargés, eux, de constituer un filet infranchissable autour du gouvernement réuni sur quelques m2 de Concorde (avec le président du Sénat, de l'assemblée nationale et du conseil constitutionnel).

Dans les airs aussi cette année le Reaper, le même que celui qui soutien les opérations du COS à Barkhane, avec une qualité de capteurs incomparables, sauf pour ceux qui détiennent du block 5 (la France doit y venir aussi). Ce Reaper succède aux Harfang qui ont déjà, et les Hunter avant eux, travaillé sur les dispositifs particulier de sûreté aérienne. Ce Reaper sera contrôlé de Cognac, à environ 500 km de là, par liaison satellite cryptée.

Il y aura aussi et enfin en l'air un motoplaneur Stemme S-15 avec un pilote de sécurité à bord, donc pas totalement un drone. Un pré-Patroller en quelque sorte, contrôlé apparemment et néanmoins du sol par une liaison hertzienne. Le S-15 a déjà a utilisé par Safran pour promouvoir ses capacités en matière de surveillance de feux de forêt, mais pas au-dessus de zones habitées.
C'est bien la première fois qu'un appareil aérien non mis en service est intégré à la manoeuvre du 14 juillet. Un tel niveau d'avant-gardisme, qui donnera par ailleurs une belle visibilité à Safran, a sans doute fait l'objet, par ailleurs, des autorisations nécessaires, pour survoler la capitale.

http://lemamouth.blogspot.fr/2017/07/les-boules-dans-le-ciel.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 7 Juil 2017 - 15:57

Citation :
Budget de la défense: Parly promet "tous ses efforts" pour atteindre l'objectif de 2%


Toulon, 7 juil 2017 (AFP) -


La ministre des Armées a assuré vendredi à Toulon qu'elle allait "mettre tous ses efforts au service d'une progression permettant de crédibiliser" l'objectif d'un budget de la Défense à 2% du PIB en 2025.

"Les discussions budgétaires sont en cours", a poursuivi la ministre lors d'une visite au sein d'unités de la Marine nationale, sur la base de Toulon (Var). "C'est un engagement du président de la République, réitéré à plusieurs reprises", a ajouté la ministre, évoquant l'objectif de 2%, rappelé par le Premier ministre Édouard Philippe dans son discours de politique générale mardi.

Fin juin, la ministre qui a succédé à Sylvie Goulard avait déjà annoncé que la France allait engager une revue de ses enjeux stratégiques d'ici à l'automne afin d'adapter ses besoins militaires aux nouvelles menaces et de porter l'effort de défense à 2% du PIB d'ici à 2025. Cette revue stratégique sera présentée en Conseil de défense en octobre, puis au Parlement en novembre afin d'adopter la nouvelle loi de programmation militaire (2019-2025) au premier semestre 2018.

La nomination de Florence Parly, ancienne conseillère budgétaire, puis secrétaire d'État au Budget (2000-2002) du socialiste Lionel Jospin, avant une carrière chez Air France et à la SNCF, suscite beaucoup d'interrogations dans les armées qui réclament plus de moyens pour assurer leurs missions, face aux menaces terroristes.

Certains redoutent qu'une ministre plus "techno" que politique ne puisse tenir tête à Bercy qui a souvent considéré les armées comme une variable d'ajustement du budget, et monter au feu pour réclamer les arbitrages nécessaires à l'Élysée.

http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/14866-budget-de-la-defense-parly-promet-qtous-ses-effortsq-pour-atteindre-lobjectif-de-2
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 7 Juil 2017 - 16:23

Citation :
La frégate « Montcalm » termine sa carrière tandis que la FREMM Languedoc entre en service


Posté dans Forces navales par Laurent Lagneau Le 07-07-2017




Ce n’est pas tous les jours que cela arrive. Le 4 juillet, le chef d’état-major de la Marine nationale (CEMM), l’amiral Christophe Prazuck, a admis au service actif deux nouveaux navires, à savoir le Bâtiment multimissions (B2M) Champlain, qui, récemment arrivé à La Réunion, remplace le BÂtiment de TRAnsport Léger (BATRAL) « La Grandière », et la Frégate Multimissions (FREMM) « Languedoc ».

Livrée à la Marine nationale en mars 2016, la FREMM Languedoc a franchi plusieurs étapes avant d’être admise au service actif. D’abord en obtenant sa « qualification opérationnelle sans réserve » à l’issue d’un stage de mise en condition opérationnelle (MECO), puis en effectuant plusieurs missions, dont un déploiement de longue durée (104 jours) en Atlantique nord et en Arctique. Affectée à Toulon et désormais apte au combat, elle rejoint ainsi les FREMM Aquitaine et Provence.

Pour rappel, une FREMM est mise en oeuvre par un équipage réduit de 108 marins. Conçu pour des missions allant de la lutte anti-sous-marine et anti-navire à la maîtrise d’une zone d’opération maritime en passant par la frappe de précision dans la profondeur avec ses 16 MdCN [Missile de croisière naval, ndlr], ce navire est doté du système de combat de dernière génération SETIS, de deux sonars (1 remorqué et 1 de coque), de systèmes de guerre électronique, de 16 missiles surface-air Aster 15, de 8 missiles mer-mer Exocet, de 19 torpilles MU-90, de 4 mitrailleuses, dont 2 téléopérées, d’un canon de 76 mm et d’un hélicoptère de type NH-90 NFH « Caïman ».

L’entrée en service de la FREMM Languedoc a donc permis le retrait de la frégate anti-sous-marine (FASM) de type F70 « Montcalm ». Ce dernier a officiellement eu lieu le 3 juillet, à Toulon, en présence de l’amiral Marc de Briançon, commandant la Force d’Action Navale. Initialement, il aurait dû avoir lieu plus tôt… Mais avec la vente, à l’Égypte, de la FREMM « Normandie », la Marine nationale avait été contrainte de revoir ses plans et de prolonger la carrière du « Montcalm » et du « Jean de Vienne ».



Entré en service en mai 1982, le « Montcalm » est la troisième frégate de type F-70 à être retirée du service, après le Georges Leygues en 2013 et le Dupleix en 2014. Nécessitant un équipage deux fois plus important que pour une FREMM (244 marins), ce navire a commencé sa carrière en participant à l’opération Olifant au large du Liban.

Près de 20 ans plus tard, le Montcalm a été engagé près des côtes libyennes, dans le cadre de l’opération Harmattan. Au cours de cette dernière, il a ouvert le feu avec son canon de 100 mm sur un objectif côtier dans la région de Marsa El Brega. En 2014, avec la frégate légère furtive Courbet, ce navire sera à nouveau sollicitée pour l’évacuation de ressortissants français du territoire libyen.

Enfin, il y a encore quelques semaines, dans le cadre de l’opération Chammal, le Montcalm était déployé en Méditerranée orientale, avant d’être relevé par la FREMM Provence.

Pour l’anecdote, le Montcalm a été utilisé pour les essais du Système d’Appontage et de Décollage Automatique (SADA), conçu par DCNS (aujourd’hui Naval Group) pour faire apponter des drones hélicoptères de type S-100 Camcopter, quel que soit les conditions météorologiques et l’état de la mer.

Désormais, il ne reste plus que 4 frégates ASM de type F-70 en service. Le « Jean de Vienne » prendra sa retraite en 2018, une fois que la FREMM Auvergne au rejoint la FAN. Puis suivront les FASM « Primauguet », « La Motte-Picquet » et « Latouche-Tréville », la dernière devant être désarmée en 2020, voire 2021.

Quant aux deux frégates antiaériennes type F 70 AA « Jean Bart » et « Cassard », elles seront remplacées par navires aux capacités de défense aérienne renforcées, à savoir les FREMM « Alsace » et « Lorraine ».

http://www.opex360.com/2017/07/07/la-fregate-montcalm-termine-sa-carriere-tandis-que-la-fremm-languedoc-entre-en-service/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 7 Juil 2017 - 17:27





Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 7 Juil 2017 - 17:41





Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 8 Juil 2017 - 18:31

Citation :
Sans surprise, la France ne signera pas le traité interdisant les armes nucléaires adopté aux Nations unies


Posté dans Dissuasion par Laurent Lagneau Le 08-07-2017




Après plusieurs semaines de négociations portées par l’Autriche, le Brésil, le Mexique, l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande, un traité visant à interdire les armes nucléaires a été adopté, le 7 juillet, par 122 pays membres des Nations unies ayant pris part aux discussions. Les Pays-Bas, membres de l’Otan, ont voté contre.

« Nous allons quitter cette salle aujourd’hui avec la satisfaction du devoir accompli, (…) forts du désir des peuples du monde entier de forger un monde sans armes nucléaires », a commenté Elayne Whyte Gómez, la représentante du Costa Rica, qui présidait la Conférence des Nations unies pour la négociation d’un instrument interdisant les armes nucléaires. « C’est un message historique pour l’humanité », a-t-elle ajouté. « Nous sommes sur le point de dire à nos enfants que, oui, il est possible d’hériter d’un monde exempt d’armes nucléaires pour les générations futures », a-t-elle encore insisté.

Désormais, ce traité, qui préconise une interdiction totale du développement, du stockage et de la menace d’utilisation d’armes nucléaires, sera ouvert à ratification à partir du 20 septembre. Il entrera en vigueur une fois que 50 pays l’auront signé et il se n’appliquera qu’aux signataires.

D’où sa portée purement symbolique étant donné que les puissances nucléaires, déclarées ou non, qui n’ont pas participé à cette conférence, ne le signeront pas. Pas plus que le Japon, seul pays à avoir subi une attaque nucléaire en 1945, et les États membre de l’Otan, qui est aussi une alliance nucléaire.

« Cette initiative ignore clairement les réalités de l’environnement sécuritaire international », ont fait valoir, par un communiqué conjoint, la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Une source diplomatique de l’un des pays opposés à ce traité, citée par l’AFP, a estimé que c’était « donner de faux espoirs » par rapport à « ce qui est vraiment possible en matière de désarmement nucléaire. » Et d’ajouter : Ce texte « va seulement affaiblir le régime de non prolifération mondial » alors que l’idée d’un désarmement « progressif » aurait été « préférable ».

Cinq puissances nucléaires sont reconnues comme telles par le Traité de non prolifération (TNP), à savoir la France, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Russie et la Chine. Pour ces dernières, leur arsenal a une vocation dissuasive. L’on compte également l’Inde, le Pakistan et Israël, qui ne sont pas partie prenante au TNP, ainsi que la Corée du Nord, qui s’en est retiré.

Selon un rapport du Sénat, « début 2016, ces 9 États possédaient environ 15.395 armes nucléaires, dont 4.120 déployées avec des forces opérationnelles. Quelque 1.800 sont maintenues en état d’alerte opérationnelle élevée. »

Pour la diplomatie française, ce traité est « inadapté au contexte sécuritaire international, caractérisé par des tensions croissantes et la prolifération des armes de destruction massive, dont témoigne notamment la menace nucléaire nord-coréenne. »

« La France n’a pas participé aux négociations de ce traité et elle n’entend pas y adhérer. Ce traité ne nous lie pas et ne crée pas de nouvelles obligations. La décision d’un grand nombre d’Etats, dotés, possesseurs ou non d’armes nucléaires, de ne pas participer aux négociations, en Europe et en Asie notamment, illustre avec force ce décalage », a rappelé cette source.

Et de rappeler que la « politique de sécurité et de défense de la France […] repose sur la dissuasion nucléaire », qui vise à protéger notre pays de toute agression d’origine étatique contre ses intérêts vitaux, d’où qu’elle vienne, et quelle qu’en soit la forme. » Et, ajoute le Quai d’Orsay, « le contexte international n’autorise aucune faiblesse. »

Pour Paris, qui estime que « désarmement nucléaire ne se décrète pas » mais qu’il « se construit », ce traité risque non seulement « d’affecter la sécurité de la région euro-atlantique et la stabilité internationale » mais aussi de « fragiliser le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, pierre angulaire du régime de non-prolifération. »

Enfin, le Quai d’Orsay a également fait valoir que la France a déjà réduit de moitié son arsenal nucléaire, mis un terme à ses essais nucléaires et fermé « de manière irréversible ses installations de production de matières fissiles pour des armes nucléaires. »

http://www.opex360.com/2017/07/08/sans-surprise-la-france-ne-signera-pas-le-traite-interdisant-les-armes-nucleaires-adopte-aux-nations-unies/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 8 Juil 2017 - 19:57

Citation :
 Armée de Terre

Quelques chiffres sur les équipements de l'Armée de Terre.






Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 8 Juil 2017 - 22:21

Citation :
 1er RHP

CENTAC

Après 2 ans et demi principalement consacré à l'opération Sentinelle, le 1er RHP renoue avec l'entraînement interarmes.

Aux ordres de l'état-major tactique du régiment, les 1er et 5e escadrons ainsi que l'ECL viennent d'être évalués au centre d'entraînement tactique (CENTAC) de Mailly le camp. 5 jours et 5 nuits où les hussards paras, appuyés par leurs frères d'armes du génie et de l'artillerie parachutistes, ont mené des actions offensives et défensives démontrant leurs qualités d'agilité, d'agressivité au contact, d'initiative et d'audace.
5 jours extrêmement bénéfiques pour l'entraînement et qui laisseront des souvenirs impérissables !

Rendez vous fin août pour le 2e et le 4e escadron qui seront engagés au CENTAC et au CENZUB.

PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 8 Juil 2017 - 22:56

Citation :
 Combined Joint Task Force-Horn of Africa

A French Air Force member assigned to the Transport Squadron ET 88 and a U.S. Air Force pararescueman from the 82nd Expeditionary Rescue Squadron, assigned to Combined Joint Task Force-Horn of Africa, are hoisted by a cable to a French Air Force Aérospatiale SA 330 Puma helicopter during a bilateral water operations exercise, in the Gulf of Tadjoura, July 3, 2017. This exercise marked the first bilateral rotary wing water operations exercise between the 82 ERQS and French forces. (U.S. Air Force photo by Staff Sgt. Eboni Prince)


PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Dim 9 Juil 2017 - 19:54

Citation :
La modernisation de l’armée de Terre passe aussi par l’évolution de l’équipement individuel du soldat


Posté dans Forces terrestres par Laurent Lagneau Le 09-07-2017
 



S’il est beaucoup question du remplacement des véhicules de l’armée de Terre dans le cadre du programme Scorpion (Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation), l’équipement individuel du combattant est aussi en train d’évoluer progressivement sans faire de bruit, mis à part quand le choix du fusil allemand HK-416 a été annoncé…

Le 7 juillet, l’armée de Terre a communiqué sur ce sujet, en rappelant qu’elle a défini une nouvelle politique d’habillement, qui distingue les équipements de combat, les vêtements de sport et les tenues régimentaires, dans le cadre de son projet « Combattant 2020 ».

« Les équipements jouent un rôle central dans la capacité opérationnelle d’un soldat. Être plus mobile, mieux protégé, évoluer dans des équipements confortables, pouvoir communiquer à tout moment avec les autres unités déployées sur un théâtre d’opération, etc. sont autant d’enjeux et de critères qui nécessitent » leur évolution régulière, explique le Sirpa Terre.

Cette évolution de l’équipement individuel des combattants passe donc par de nouvelles chaussures de combat conçues spécialement pour les milieux chauds (plus question d’avoir des semelles qui se décollent sous l’effet de la chaleur, comme cela avait été rapporté lors de l’opération Serval au Mali), des gants de combat « renforcés » tout en étant compatibles avec les écrans tactiques, et des lunettes balistiques améliorées. Même les sous-vêtements seront concernés, notamment pour lutter contre le froid. En outre, un nouveau casque composite est annoncé.

Il est également prévu de doter, en 2018, les combattant du nouveau treillis F3 « adapté aux nouvelles menaces » et évidemment compatible avec la version 1.3 du système FELIN (Fantassin à Equipements et Liaisons INtégrés), censée être plus légère (-10 kg) et modulaire. Cette dernière s’appuiera sur un nouveau gilet de protection balistique individuel qui, appelée « Structure modulaire balistique électronique » (SMBE), a été commandé à 31.600 exemplaires auprès de l’entreprise norvégienne NFM Group.

Concrètement, ce gilet offre une protection balistique de classe 4 contre les munitions perforantes. Il est doté de plaques blindées contre les munitions à « haute vélocité », d’un « matelas anti-traumatisme intégré dans le pack balistique souple » et d’une protection contre les armes blanches. Enfin, avec son ergonomie intégrale pour « optimiser la mobilité », il dispose du système d’attache rapide Tubes de First Spear. Modulable (jusqu’à 8 configurations possibles), il intègre les équipements électroniques du système FELIN.

« En ergonomie, en modularité et en confort », cette structure modulaire balistique (ou gilet pare-balles pour faire simple) « surpasse de loin tout ce que l’armée de Terre a pu porter jusqu’à présent », pouvait-on lire, l’an passé, dans Terre Information Magazine.


Le nouveau Gillet structure modulaire balistique électronique (SMBE)


http://www.opex360.com/2017/07/09/la-modernisation-de-larmee-de-terre-passe-aussi-par-le-renouvellement-de-lequipement-individuel-du-soldat/

Citation :
Sentinelle : Un individu a tenté de saisir l’arme d’un militaire à Metz


Posté dans Opérations par Laurent Lagneau Le 09-07-2017




Il était environ 22h45, le 8 juillet, dans les environs de la cathédrale de Metz, quand un individu a tenté de se saisir du FAMAS d’un des militaires d’une patrouille Sentinelle, présente sur le lieux pour surveiller l’événement culturel « Constellations » et ses milliers de spectateurs.

L’homme en question, âgé d’une vingtaine d’années selon les témoins, n’a pas réussi son coup. D’après le Républicain Lorrain, à qui l’on doit cette information, « il a été repoussé sans qu’aucun coup de feu retentisse ». Fort heureusement d’ailleurs : on n’ose imaginer les conséquences si tel avait été le cas, avec les milliers de personnes présentes sur les lieux. Les fusils des militaires de Sentinelle, reliés à une dragonne,  sont approvisionnés mais pas armés.

Seulement, l’individu n’a pas pu être maîtrisé : il a pris la fuite, en se fondant dans la foule. Le quotidien, qui s’interroge sur ses motivations, précise qu’il n’a « lancé aucune revendication » durant cet incident, qui a été filmé par des caméras de surveillance.

D’après les éléments disponibles, activement recherché par la police, cet homme, vêtu de sombre et tatoué aux avant-bras, était « vraisemblablement » accompagné par une jeune femme actuellement en cours d’identification.

Cet incident est au moins le second de la semaine (à avoir été rapporté par la presse) à concerner l’opération Sentinelle. Le 3 juillet, un individu avait tenté de poignarder un militaire aux abords de la gare de Lille-Flandres, avant d’être maîtrisé et remis aux forces de l’ordre. Selon l’enquête, ce ressortissant belge avait cherché, par ce geste, à se suicider.

Photo : Patrouille Sentinelle du 61e RA à Metz, en 2016 (c) EMA

http://www.opex360.com/2017/07/09/sentinelle-un-individu-tente-darracher-larme-dun-militaire-metz/  

 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 10 Juil 2017 - 21:00




Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 10 Juil 2017 - 21:19

Citation :
Les Français ont une bonne image de leurs armées et estiment qu’elles n’ont pas les moyens de leurs missions


Posté dans Politique de défense par Laurent Lagneau Le 10-07-2017




Comme avant chaque 14-Juillet, la Délégation à l’Information et la Communication de la Défense (DICoD) publie les résultats de sondages réalisés au cours des six premiers mois de l’année. Et, cette fois encore, les chiffres sont plutôt éloquents (et ont de quoi donner à réfléchir aux responsables politiques).

Ainsi, 88% des personnes interrogées dans le cadre d’une enquête réalisée en mai dernier par l’IFOP ont dit avoir une bonne opinion de leurs armées, soit 8% de plus par rapport à l’an passé. Et la DICoD de souligner que c’est « plus haut niveau jamais enregistré depuis 2012 ».

Pour 80% des sondés, les armées françaises sont « compétentes » et leur principal point fort réside dans la qualité de ses soldats (pour 70%). Logiquement, 80% leur font confiance pour « intervenir sur le territoire national en cas d’attaque terroriste. »

Les chiffres donnés par la DICoD reprennent en partie les résultats d’un sondage diffusés au printemps dernier au sujet des interventions extérieures. Il est donc rappelé que l’opération Chammal, menée contre l’État islamique (EI ou Daesh) en Syrie et en Irak, est plébiscitée par 86% des Français. Quant à l’opération intérieure Sentinelle, elle est approuvée à hauteur de 77%. Enfin, s’agissant de l’opération Barkhane, au Sahel, elle ne recueille que 59% d’opinions positives, alors que c’est actuellement la plus importante menée par les forces françaises.

Mais le plus intéressant concerne les questions budgétaires, à l’heure où les bruits de coursive prêtent au ministère de l’Action et des Comptes publics l’intention de récupérer 850 millions sur le dos des armées afin de pouvoir réunir les 4 à 5 milliards d’euros manquants pour ramener le déficit public sous le seuil de 3% du PIB. Cela étant, d’après Reuters, aucune source gouvernementale n’a dit vouloir commenter des « rumeurs » sur « des chiffres non arbitrés ».

En tout cas, pour les Français, et pour reprendre la formule lancée par le président Hollande au lendemain des attentats de Paris et de Saint-Denis, en novembre 2015, le « pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité. » En effet, 55% des Français interrogés en mai par l’IFOP estiment que le niveau actuel du budget de la Défense « ne permet plus aux armées de remplir leurs missions ». Et 82% disent souhaiter qu’il soit « maintenu ou augmenté ».

En matière d’Europe de la Défense, 54% des Français estiment que cette dernière devrait avoir comme priorité une « participation commune aux opérations extérieures » et qu’elle doit se construire dans « le cadre global de l’Otan » (pour 68% des sondés).

Enfin, le lien Armée-Nation a l’air de bien se porter. L’exposition médiatique aidant, la jeune Garde nationale et la réserve militaire sont désormais bien connues de la population puis 80% des Français disent en avoir entendu parler. Parmi les plus jeunes, 43% disent envisager de les rejoindre. Autre donnée intéressante : 54% des moins de 30 ans affirment s’intéresser aux questions de défense.

http://www.opex360.com/2017/07/10/les-francais-ont-une-bonne-image-de-leurs-armees-et-estiment-quelles-nont-pas-les-moyens-de-leurs-missions/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 10 Juil 2017 - 21:32

Citation :
Manœuvres conjointes entre la France et l'Egypte en Méditerranée


AFP 10/07/2017


La France et l'Egypte ont débuté lundi des exercices militaires communs dans les eaux territoriales égyptiennes, qui dureront plusieurs jours, a annoncé l'armée égyptienne dans un communiqué.

Les entraînements baptisés "Cléopâtre 2017" mobilisent notamment des navires Mistral égyptiens et français, plusieurs frégates, des avions de combats égyptiens de type F-16, a indiqué le porte-parole des forces armées égyptiennes.

Les exercices ont lieu dans les eaux territoriales égyptiennes, en Méditerranée et en mer Rouge.

Depuis 2015, l'Egypte a renforcé son arsenal militaire en achetant à la France 24 avions de combat Rafale, une frégate multimissions FREMM et des missiles pour un montant estimé à 5,2 milliards d'euros, ainsi que deux navires de guerre Mistral pour environ 950 millions d'euros.

Ces exercices interviennent "dans le cadre du renforcement de la coopération" entre les armées des deux pays, selon le communiqué.

A l'occasion d'une visite au Caire en juin du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, les deux pays avaient réaffirmé leurs "communautés de vue" en matière de lutte contre le terrorisme.

https://www.lorientlejour.com/article/1061604/manoeuvres-conjointes-entre-la-france-et-legypte-en-mediterranee.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 10 Juil 2017 - 21:52

Citation :
Plongée dans l'école de formation des "espions" militaires en France



L'entrée du Centre de formation interarmées au renseignement (CFIAR) de Strasbourg, le 7 juillet 2017. AFP/Frederick FLORIN

Reportage
Vingt élèves "espions" en treillis répètent méthodiquement leurs premiers mots d'arabe, dans le confort d'une salle de classe. Leur mission: maîtriser la langue en 24 mois avant de partir sur le terrain.


OLJ/AFP/Valérie LEROUX

10/07/2017


Postés devant un ordinateur, le casque sur les oreilles, vingt élèves "espions" en treillis répètent méthodiquement leurs premiers mots d'arabe, dans le confort d'une salle de classe. Leur mission: maîtriser la langue en 24 mois avant de partir sur le terrain.

Ils seront envoyés quelque part au Sahel ou Moyen-Orient, au gré des opérations de l'armée française, pour écouter l'ennemi et percer ses secrets. Ils devront alors décrypter des conversations, aider à localiser des cibles, déjouer des embuscades, prévenir des attentats.

"Ce qui est séduisant, c'est d'apprendre des langues rares très rapidement et de savoir qu'on aura ensuite des responsabilités, un rôle clé dans la chaîne de renseignement", s'enthousiasme Catherine, 22 ans. Catherine, Pierre-Antoine et leurs camarades de promotion s'initient au Centre de formation interarmées au renseignement (CFIAR) de Strasbourg, dans l'est de la France, qui accueille chaque année plus de 2.000 stagiaires - jeunes recrues ou militaires confirmés. Dans ce monde très feutré, noms de famille, parcours personnels et formation restent confidentiels pour les rares visiteurs autorisés à franchir la porte du quartier Stirn, une imposante bâtisse militaire du 19e siècle.

Cette véritable académie militaire, en première ligne dans la lutte antiterroriste, forme un nombre croissant d'agents "espions" aux "guerres de demain". "Le renseignement est là pour anticiper, pour avoir un temps d'avance sur les forces adverses", souligne le colonel Emmanuel, chef du CFIAR. Certains y apprennent des langues rares à marche forcée - l'arabe et le russe en 24 mois, le chinois en 36 mois. D'autres s'entraînent à scruter les réseaux sociaux.


Réseaux satellitaires
En matière d'écoutes, le métier a profondément évolué. "Avant tout était plus simple. En face on avait des armées, on suivait des déplacements de troupes. Avec 400 ou 500 mots, on faisait parfaitement notre travail. Aujourd'hui on peut multiplier ce nombre par dix", raconte le major Alain qui a fait ses premières armes d'arabophone pendant la Guerre du Golfe en 1991. Tout se passe désormais sur des réseaux satellitaires où les conversations les plus anodines peuvent receler des informations précieuses sur la préparation d'un drone armé ou la pose d'une mine.

Par ailleurs, "en plus des moyens strictement militaires, de nombreuses informations nécessaires se trouvent en source ouverte. L'astuce c'est de faire de cette info un renseignement directement exploitable", résume le patron du Centre. Les stagiaires apprennent notamment à gérer des "flux RSS" pour recenser par thèmes les titres des dernières informations consultables en ligne. Sur une vidéo exhibant des combattants jihadistes, ils vont recouper ce qu'ils voient, un pont, une ligne d'arbres, une pancarte avec des images disponibles ailleurs sur le net, jusqu'à localiser l'adversaire.

Dans le renseignement militaire, fausses identités, personnages virtuels et autres pratiques illégales sont bannis, insiste-t-on. "On n'est pas une fabrique à James Bond, on n'a pas d'Aston Martin devant la porte !", lance le numéro deux du CFIAR, le lieutenant-colonel Gilles. "On n'apprend pas à casser des codes, on ne va pas pirater le Pentagone", renchérit le colonel Patrick, responsable de la formation à la recherche sur internet.
Sur les réseaux, "si la personne est bavarde en France, elle le sera aussi en Syrie", poursuit-il. "Même les Russes, si rigoureux en matière d'infos, racontent leur vie sur les réseaux sociaux !", sourit-il.

Une fois le renseignement capté, il faut apprendre à l'interpréter, le synthétiser et l'exploiter à des fins militaires. Pour s'entraîner, les stagiaires travaillent sur des cas réels, souvent classifiés. "Dans le monde du renseignement, il faut savoir dire +je ne sais pas+. Et la réponse qui vient juste après c'est +mais je vais trouver+", conclut le patron du CFIAR.

https://www.lorientlejour.com/article/1061557/plongee-dans-lecole-de-formation-des-espions-militaires-en-france.html  
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1888
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 11 Juil 2017 - 0:33

Citation :

Actualités
L'armée française découvre le "Made in Germany"

Canjuers (France) (AFP) - Les tirs se succèdent, perçants et secs, sous un soleil de plomb. Depuis deux jours, les soldats s'entraînent à manipuler leur nouvelle arme, un fusil d'assaut venu d'ailleurs.

Les uniformes, les casques, le décor sont français. Debout ou en position couchée, les militaires ajustent leur arme et tirent en rafale sur des cibles à 300 mètres. Sur le puits du chargeur, une mention se détache : "HK Made in Germany".

Petite révolution, l'armée de Terre française, dotée depuis la nuit des temps de fusils "tricolores", commence à recevoir le HK 416 allemand, qui équipera tous ses régiments d'ici 2028.

Pour la première fois, l'arme tiendra la vedette vendredi au défilé du 14 juillet où elle descendra les Champs-Elysées avec le 1er régiment de Tirailleurs (infanterie blindée).

Tout un symbole de la défense européenne, qui aura été au coeur d'un conseil des ministres franco-allemand la veille à Paris, présidé par Emmanuel Macron et Angela Merkel.

Dans l'immensité du camp d'entraînement militaire de Canjuers, le plus grand d'Europe près de Draguignan (Var), les soldats sont surtout curieux des performances techniques de leur nouveau compagnon de route.

- 'Une allemande !' -

"Fiabilité", "robustesse", "facilité d'entretien"... l'enthousiasme des militaires ferait presque penser à celui des automobilistes pour leur modèle "Made in Germany" .

"C'est une arme plus moderne et c'est une allemande !", sourit l'adjudant Julien, un géant roux d'une trentaine d?années, qui a déjà l'objet bien en main. "Rien qu'en ce qui concerne les incidents de tir, c'est un gros plus pour nous", dit-il.

Le bon vieux Famas français, repérable entre mille avec sa forme en clairon inversé, a certes accompagné toutes les opérations emblématiques de l'armée française depuis 40 ans, de la Bosnie au Mali.

Mais ce symbole de la Manufacture d'armes de Saint-Etienne - qui a fermé ses portes en 2001 - est aussi réputé capricieux dans le sable et la poussière.

"Le Famas s'encrasse plus vite et alors les étuis (enveloppe métallique de la munition) ont du mal à sortir" de la fenêtre d'éjection, ce qui compromet le tir, explique l'adjudant-chef Franck, instructeur de tir à Draguignan.

D'où les incessantes séquences de démontage et nettoyage du fusil sous les chaleurs écrasantes d'Afrique ou du Moyen-Orient. A côté, le HK 416 semble dernier cri.

- 'Fier du Famas' -

Le choix d'un fusil d'assaut étranger a suscité une levée de boucliers chez ceux qui rêvaient de rouvrir une filière 100% française, en dépit de son coût.

"Comment se fait-il que le successeur du Famas, dont le nom résonne dans toute l'histoire de la mécanique française" soit "importé de l'étranger??", s'est ému, parmi d'autres, l'ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg, chantre du patriotisme économique.

Les militaires sont plus fatalistes. "On était fier d'avoir le Famas. Les Américains, les Italiens aimaient bien tirer avec", se souvient le major Jacques, employé au Service technique de l'armée de Terre (STAT).

"L'idéal aurait été que le nouveau fusil soit français. Mais ce que l'utilisateur veut avant tout, c'est une arme fiable !", renchérit-il.

Avant de se décider pour l'allemand Heckler&Koch (HK), la "STAT" a éprouvé différents modèles (belge, croate, italien..) en les poussant au maximum de leurs capacités.

"On tirait 1.500 cartouches, on démontait et remontait l'arme 50 fois par jour (...) Au bout le HK était toujours précis et les appareils de contrôle négatifs", raconte le major Jacques.

Le HK 416 a aussi déjà fait ses preuves chez les forces spéciales françaises, qui s'équipent à part au gré de leurs besoins. "On a un retour d'expérience, l'arme a déjà fait la guerre", pointe l'adjudant Julien.

https://fr.yahoo.com/news/larm%C3%A9e-fran%C3%A7aise-d%C3%A9couvre-made-in-germany-081411758.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21506
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 11 Juil 2017 - 21:23

Citation :
11.07.2017

Armées: le gel des crédits à hauteur de 850 millions d'euros confirmé



L'Etat français va réaliser 4,5 milliards d'euros d'économies en 2017, afin de contenir son déficit public sous les 3% du PIB, sans diminuer les effectifs de fonctionnaires ou les minimas sociaux, a annoncé ce mardi le ministre des Comptes publics dans un entretien au journal Le Parisien.

"Nous avons trouvé 4,5 milliards d'euros d'économies (...) sur le seul budget de l'Etat. Ni les collectivités locales, ni la Sécurité sociale, ne seront mises à contribution", explique Gérald Darmanin.

La Défense ne verra pas son budget amputé mais elle devra respecter l'enveloppe déjà votée par le Parlement qui prévoyait une réduction des dépenses de 850 millions d'euros. "Le budget ne diminue pas", tente le ministre.

L'Intérieur va faire 526 millions d'euros d'économies, sans toucher aux effectifs de policiers ou de gendarmes.

La Justice aura à économiser 160 millions d'euros, "essentiellement des programmations immobilières".

La ministre des Armées, qui a annulé son déplacement à Mont-de-Marsan, a vu le Premier ministre, ce matin, à Matignon.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/07/11/armees-18362.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   

Revenir en haut Aller en bas
 
Armée Française / French Armed Forces
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 6, 7, 8 ... 11 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les képis de l'armée française
» Création de l'armée française
» présentation des nouveaux véhicules de combat de l'armée française au portes ouvertes du 21e RIMA
» Le prochain fusil de l'armée française sera bien étranger : HK 416.
» L'armée française pour les nuls:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armées du monde :: Europe-
Sauter vers: