Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Armée Française / French Armed Forces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 16 Aoû 2017 - 21:27

Citation :
Le HK 416F menacé par l’US Marine Corps ?

Actualités Nathan Gain 16 août, 2017



Et si l’US Marine Corps, en choisissant le HK 416 pour remplacer ses M4 et M16A4, menaçait le bon déroulement des livraisons au profit de la France ? Dans un communiqué daté du 11 août, l’USMC annonce en effet entamer des discussions exclusives avec l’industriel allemand Heckler & Koch pour la livraison de 50 814 M27 Infantry Automatic Rifles (IAR), variante américaine de l’HK 416.



Le caporal Alfredo Ibarra de la 31st Marine Expeditionary Unit de l’US Marine Corps s’exerce au maniement du M27
IAR en juin 2017 (Credit: USMC/Petty Officer 3rd Class Jonathan R Clay)


En service à petite échelle au sein de l’USMC depuis 2010, le M27 IAR devait, selon la demande initiale dévoilée début 2017, être commandé à hauteur de 11 000 exemplaires supplémentaires. Un chiffre que l’USMC désire maintenant quintupler, tant l’arme semble avoir acquis les faveurs des troupes de marine américaines. « Tout ce que j’ai vu suggère que les M27 que nous utilisons depuis quelques temps sont les armes les plus fiables, les plus durables et les plus précises au sein de nos escouades d’infanterie », se félicitait en avril dernier le commandant de l’USMC, le général Robert Neller, dans un communiqué officiel.

L’annonce pourrait paraître anodine, si elle n’était pas susceptible d’impacter directement le programme français de remplacement du FAMAS. Pour info, le contrat AIF gagné le 22 septembre 2016 par HK prévoit la livraison de 117 000 fusils d’assaut d’ici 2028. Dont plus de 21 000 à l’horizon 2019 et près de 5 000 juste pour 2017. Des chiffres conséquents qui, juxtaposés à la demande américaine, pose d’emblée la question de la capacité de Heckler & Koch à gérer de concert plusieurs contrats majeurs.

D’autant plus qu’avec 182 000 militaires de rang dans l’USMC, le contrat IAR pourrait n’être que l’amorce menant vers l’achat de lots supplémentaires.

Ajoutez à cela le remplacement probable des G36 allemands par le HK 433 et un HK 417 en bonne position pour remplacer les M4 de l’US Army, et survient la question fatidique que FOB se pose : Heckler & Koch saura-t-il maintenir la cadence sans menacer le programme AIF ?

La réponse pourrait provenir d’outre-Atlantique, avec, par exemple, un renforcement des capacités de production de HK sur le sol américain.

Mais, pour l’heure, l’extension de l’unique unité de production américaine de HK située à Columbus, en Géorgie, n’est non seulement pas encore achevée, mais semble avant tout destinée à soutenir l’inflation du marché civil domestique.

Il reste néanmoins un mince espoir, car le contrat IAR, qui n’en est qu’à un stade préliminaire, laisse également – mais sans trop y croire ? – la porte ouverte

http://forcesoperations.com/le-hk-416f-menace-par-lus-marine-corps/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 17 Aoû 2017 - 18:03

Citation :
Ce qui attend les futurs élèves pilotes de l’armée de l’Air


Posté dans Forces aériennes par Laurent Lagneau Le 17-08-2017




Actuellement, la formation d’un élève-pilote de l’armée de l’Air compte cinq phases. La première se déroule au Centre de Formation Aéronautique Initial (CFAMI), implanté sur le site de l’École de l’Air, à Salon de Provence. Là, il y reçoit une instruction militaire, s’initie à l’aéronautique par la pratique du vol à voile avec des planeurs Marianne et Pégase et effectue ses premiers vols à bord d’un Cirrus SR20.

Si tout se passe bien, notre élève-pilote rejoint ensuite l’École de pilotage de l’armée de l’Air (EPAA) de la base aérienne 709 de Cognac, pour y suivre une phase dite de « tronc commun » sur Grob 120. En fonction de ses aptitudes et de ses résultats, il sera orienté en pré-spécialisation « chasse » sur TB-30 Epsilon ou « transport », sur Grob 120.

Ensuite, soit il continue sa formation à l’École de l’aviation de chasse (EAC) de Tours, où il se frottera à l’Alphajet, puis à l’École de transition opérationnelle (ETO) de Cazaux, soit il est affecté à Bourges-Avord pour devenir pilote de transport après avoir été formé sur avion Xingu.

Avec le projet FOMEDEC (Formation modernisée et entraînement différencié des équipages de chasse), ce cursus va être rationnalisé. Initialement connu sous le nom de « Cognac 2016 », ce programme, qui concerne également les élèves navigateurs officiers systèmes d’armes (NOSA), doit permettre de réduire le temps de formation en fusionnant deux phases, grâce à la mise en service, d’ici la fin 2018, du Pilatus PC-21.

Ainsi, les phases de formations sur TB-30 Epsilon et Alphajet ne feront plus qu’une, ce qui représentera un gain de temps d’environ 6 mois… et 100 millions d’économies par an. Cela suppose le transfert de l’EAC de Tours à Cognac et le départ des élèves en pré-spécialisation « transport » vers Bourges-Avord.

« L’enjeu pour l’armée de l’Air est de former au plus vite, aux meilleurs coûts et au meilleur niveau possible nos équipages pour respecter nos engagements internationaux », souligne, dans les colonnes d’Air Actualités, le colonel Jérôme Lacroix-Leclair, commandant les écoles de formation du personnel navigant.

Pour cela, il faudra réunir deux conditions. La première porte sur la sélection des futurs pilotes, qui sera renforcée. Étant donné qu’il s’agira de former un nombre d’élèves correspondant au besoin exact, il faudra éviter l’échec.

D’où l’élaboration, par le Centre d’étude et de recherche psychologique du personnel Air (CERPAir) de nouveaux tests psychotechniques prenant en compte « les spécificités des nouvelles générations d’élèves ». Ensuite, un suivi comportemental sera mis en place, ainsi qu’un stage de pré-orientation à l’EPAA au cours duquel seront évalués les performances en vol (5 vols sur Grob 120 et 4 missions sur simulateur) et le comportement au sol. À l’issue, un « pronostic de réussite » dans la filière PN (personnel navigant) sera établi.

La seconde condition sera la « proximité » entre l’élève et son instructeur, sur lequel il prendra modèle. L’idée est d’individualiser au maximum la formation du futur pilote. « Nous souhaitons créer une vraie relation entre l’élève et l’instructeur, sur un projet de réussite commun », insiste le colonel Lacroix-Leclair.

S’agissant des réserves que peut éventuellement susciter le choix d’un turbopropulseur comme le PC-21 pour remplacer les Alphajet de l’EAC et les TB-30 Epsilon de l’EPAA, l’état-major de l’armée de l’Air (EMAA) se veut rassurant. « Certes, nous perdons de la vitesse, en comparaison à l’Alphajet [le PC-21 peut voler à la vitesse maximale de 370 noeuds, soit 685 km/h); en terme d’avionique, en revanche, il s’agit d’une révolution », relève le commandant Sofiane, chef des projets « avions école ».

Le PC-21 est très maniable (-4G à + 8G), « surtout en dessous de 15.000 pieds », précise le capitaine Vincent, un pilote formé en Suisse. « Il est très agréable et vraiment simple d’utilisation, avec un système qui ouvre beaucoup de possibilités pour l’entraînement, poursuit-il. Par ailleurs, ses performances étant largement supérieures à celles du Grob 120 et du TB-30 Epsilon, il va falloir réorganiser les secteurs de travail dans l’espace aérien de 13.000 km2 de la base de Cognac.

Cela étant, l’élève-pilote de chasse volera quand même sur Alphajet au moment de son passage à l’ETO de Cazaux. Mais comme cet appareil n’est pas éternel, le choix de son successeur se fera en fonction des retours d’expérience avec le PC-21. « En toute hypothèse, les réflexions vont commencer très prochainement. Je souhaite que ce sujet soit inscrit dans les travaux de la prochaine Loi de programmation militaire », a récemment déclaré le général André Lanata, le chef d’état-major de l’armée de l’Air.

http://www.opex360.com/2017/08/17/ce-qui-attend-les-futurs-eleves-pilotes-de-larmee-de-lair/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 22 Aoû 2017 - 18:25

Citation :
Le ministre de l’Intérieur annonce un dispositif Sentinelle « plus mobile » avec 7.000 militaires

Posté dans Forces terrestres, Opérations par Laurent Lagneau Le 22-08-2017




Il n’est pas commun de voir le ministre de l’Intérieur, en l’occurrence Gérard Collomb, faire une annonce au sujet d’une opération qui relève de son homologue aux Armées (Florence Parly). En tout cas, c’est ce qu’il a fait ce 22 août en parlant de l’évolution du dispositif Sentinelle, qui mobilise actuellement 7.000 soldats (et 3.000 en réserve).

Normalement, et comme l’avait indiqué, en juillet, le président Macron, les conclusions de la réflexion « approfondie » qu’il a demandée au général François Lecointre, le chef d’état-major des armées (CEMA) seront connues à l’automne prochain. Mais, visiblement, des pistes sont donc déjà sur la table.

« Nous allons redéfinir le dispositif de manière à le rendre plus mobile. C’est-à-dire qu’on n’ait pas simplement un dispositif de 7.000 personnes (…) qui soient sur des postes fixes mais peut-être 3.500 dans des postes définis et 3.500 dans des postes plus souples de manière à pouvoir garantir par exemple la Braderie de Lille », a ainsi déclaré M. Collomb. « Je crois que ce sera l’objet du prochain conseil de défense », prévu le 30 août prochain, a-t-il ajouté, avant de confirmer le recrutement de 10.000 gendarmes et policiers supplémentaires dans les 5 ans à venir, dont 2.500 à 3.000 à partir de 2018.

Contrairement à ce qu’a fait le Royaume-Uni après l’attentat de Manchester (déclenchement de l’opération Temperer prévoyant le déploiement ponctuel et limité de quelques milliers de soldats de la British Army dans les rues) et malgré les nombreuses critiques, surtout après l’attaque contre 6 militaires du 35e Régiment d’Infanterie à Levallois-Perret, le dispositif Sentinelle est appelé à encore durer, comme l’a rappelé, début août, Mme Parly.

Lors de son dernier passage devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale, le général Jean-Pierre Bosser, le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), avait lancé quelques pistes pour revoir les modalités de l’opération Sentinelle.

« On n’échappera pas, je le pense, à la présence de quelque 3.000 hommes répartis sur des points clefs de Paris. […] Ensuite, il faut 3.000 hommes en réserve pour monter en puissance en cas de coup dur, n’importe où en France. Enfin, je souhaiterais qu’une troisième fraction de 3.000 hommes, aujourd’hui encore déployés, soit consacrée à l’anticipation. J’entends que l’on travaille sur les scénarios de crise – tels que définis par le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) – comme les prises d’otages de masse, les risques industriels, les risques bactériologiques. Ce n’est pas anxiogène pour les Français qui sont capables de comprendre qu’en nous y préparant, nous nous préparons à assurer leur sécurité », avait affirmé le CEMAT.

S’agissant de la menace terroriste, M. Collomb a indiqué qu’un tiers des personnes inscrites au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) présentaient des « troubles psychologiques ». D’où son souhait d’instaurer une collaboration entre les services de police et les hôpitaux psychiatriques.

Sauf que, comme l’a souligné David Gourion, ancien chef de clinique à l’hôpital Sainte-Anne, dans les colonnes du Monde, « les trajectoires individuelles des terroristes sont très variées. Le fait d’avoir été soumis à des difficultés socio-économiques ou d’être passé par un circuit psychiatrique est loin d’être omniprésent. Idem pour les maladies mentales : contrairement aux idées reçues, les patients dépressifs, schizophrènes ou autistes ne sont absolument pas représentatifs des bataillons terroristes. De plus, il a été montré que les patients qui souffrent de troubles psychiques ne commettent pas plus d’homicides que la population générale (ils en sont en revanche plus souvent victimes) ».

Quoi qu’il en soit, le ministre de l’Intérieur a aussi précisé que sur les 18.500 inscrites au FSPRT, « 12.000 » sont « suivies de manière très active. » Et d’ajouter : « Ça veut dire que la nébuleuse est extrêmement vaste. »

http://www.opex360.com/2017/08/22/le-ministre-de-linterieur-annonce-un-dispositif-sentinelle-plus-mobile-avec-7-000-militaires/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 23 Aoû 2017 - 17:50

Citation :
Un individu a tenté d’étrangler une militaire de l’opération Sentinelle à Lyon


Posté dans Forces terrestres, Opérations par Laurent Lagneau Le 23-08-2017




Au regard du nombre d’incidents récents impliquant des « déséquilibrés », il va falloir sans doute se pencher sérieusement sur le suivi des personnes souffrant de troubles psychiatriques.

Ainsi, dans la soirée du 22 août, dans le 3e arrondissement de Lyon, un homme âgé d’une cinquantaine d’années s’est jeté une femme militaire d’une patrouille Sentinelle et a ensuite tenté de l’étrangler. L’incident, qui s’est précisément passé devant l’hôpital Edouard Herriot, a vite tourné court puisque l’individu, qui n’était pas armé, a rapidement été maîtrisé par les soldats.

Interpellé par les policiers, le quinquagénaire a brièvement été placé en garde à vue avant d’être interné d’office. Il s’est en effet avéré qu’il portait sur lui des ordonnances médicales et qu’il présentait de nombreux antécédents psychiatriques.

D’après LCI, l’individu, dépressif, était connu « défavorablement des services de police pour des faits de violences. » Selon une source proche de l’enquête, présentant des tendances suicidaires, il aurait voulu se faire tuer par un militaire.

Cette affaire n’est pas sans rappeler celle de Lille. Le 3 juillet, un homme âgé d’une cinquantaine d’années, de nationalité belge, avait tenté de porter un coup de couteau à un soldat d’une patrouille Sentinelle dans les environs de la gare Lille-Flandres. Plus tard, la préfecture expliqua que, ayant des tendances suicidaires, il avait « cherché à mettre fin à ses jours en s’attaquant à des militaires ».

http://www.opex360.com/2017/08/23/un-individu-tente-detrangler-une-militaire-de-loperation-sentinelle-lyon/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Dim 27 Aoû 2017 - 18:08

Citation :
1er Régiment de chasseurs parachutistes

Lors des championnats du monde militaires de parachutisme en Allemagne, le 1er Para était représenté par le chef Kewin, vidéoman de l’équipe
de France féminine de vol relatif à 4. L'excellente dynamique, la cohésion et l’entente parfaite du groupe a permis de terminer sur la plus haute
marche du podium. Félicitations à Equipe de France Militaire de Parachutisme et au chef kewin !




Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3549
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 28 Aoû 2017 - 1:23

RT a écrit:
Paris : un soldat de l'opération sentinelle se suicide avec son Famas sur son lieu d'affectation
26 août 2017, 18:13

RT a écrit:

Des femmes de militaires font entendre leur voix à la place de la grande muette
26 août 2017, 17:40
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 28 Aoû 2017 - 20:23

Citation :
Armée de Terre a ajouté 4 photos.

Pendant une semaine, les maîtres chiens et leurs chiens se sont rassemblés au centre d'instruction et d'entraînement au combat amphibie de Fréjus.
L'objectif : former et habituer nos soldats à quatre pattes à évoluer en milieu aquatique pour neutraliser une menace.




Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 28 Aoû 2017 - 20:57

Citation :
Barkhane : évacuation médicale d’un soldat (pas) comme les autres

Mise à jour : 26/08/2017




Grièvement blessé, JARCOS, chien militaire de la Force Barkhane a bénéficié de la chaîne médicale opérationnelle habituellement dédiée aux femmes et aux hommes de la Force.

Alors que les soldats français mènent une opération dans le Nord Mali, l’un de leurs chiens, JARCOS après un traumatisme apparemment anodin, voit soudainement son état se détériorer dangereusement.
Pris en charge par l’équipe médicale de terrain, il est rapidement évacué vers une structure médico-chirurgicale. Supposant une envenimation par un scorpion ou un serpent, l’équipe médicale en liaison constante avec un vétérinaire de la Force adapte le protocole habituellement réservé aux soldats français : JARCOS se trouve en réanimation intensive.

Pris en charge par le vétérinaire qui avait été transporté sur les lieux, JARCOS bénéficie ensuite d’une véritable évacuation médicalisée héliportée sur Gao où il est placé en surveillance constante.
Dès le lendemain, JARCOS recouvre progressivement ses fonctions vitales. Aujourd’hui, il termine sa convalescence et reprendra sous peu sa mission aux côtés de son maître qui attend avec impatience de retourner en mission.
Membres à part entière de la Force et intégrés au dispositif opérationnel, 16 chiens sont déployés par la Force Barkhane. Certains sont spécialement formés à la recherche et à la détection d’explosifs, d’armements et de munitions, d’autres assurent la garde et la sécurité des emprises de la Force.

Sur le théâtre, deux vétérinaires assurent le suivi médical des chiens. Ces professionnels de santé sont également en charge du contrôle sanitaire de la qualité de l’eau et de la sécurité sanitaires des aliments ainsi que de l’évaluation des risques sanitaires auxquels la Force Barkhane est soumise.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina-Faso. Elle regroupe environ 4 000 militaires dont la mission consiste à appuyer les forces armées des pays partenaires dans leur action de lutte contre les groupes armés terroristes dans la BSS et favoriser une appropriation africaine de la gestion des crises.

http://www.defense.gouv.fr/operations/operations/actualites/barkhane-evacuation-medicale-d-un-soldat-pas-comme-les-autres
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 30 Aoû 2017 - 18:51

Citation :
Industrie : La ministre des Armées s’engage à augmenter de 30% l’effort en matière de recherche


Posté dans Politique de défense, Technologie par Laurent Lagneau Le 30-08-2017




Comme le gouvernement entend faire preuve de « pédagogie » sur les mesures qu’il envisage, le ministère des Armées n’a pas tardé à fournir des explications sur le budget dont il disposera en 2018, alors même que le projet de loi de finance initiale n’est pas connu. Cela étant, conformément aux annonces faites par le président Macron en juillet, l’on peut s’attendre à une hausse de 1,8 milliard d’euros des dépenses militaires.

Dans son explication, le ministère des Armées parle d’un effort « inédit » avec une augmentation de 5% de son budget. Sauf que cette hausse devra servir à rattraper la coupe de 850 millions d’euros (prélevés sur les équipements) décidée en juillet dernier et qu’il est prévu de porter de 450 à 650 millions d’euros l’enveloppe servant à financer les surcoûts liés aux opérations extérieures. Et comme ces derniers dépassent habituellement le milliard d’euros, rien ne dit qu’on n’aura pas droit à un nouveau psychodrame l’an prochain, avec de nouvelles coupes à la clé.

Cela étant, lors de son intervention devant l’Université du Mouvement des entreprises de France (MEDEF), la ministre des Armées, Florence Parly, a parlé cette hausse de 1,8 milliard de son budget. Mais pas seulement puisqu’elle a aussi évoqué la création d’un fonds d’investissement destiné aux PME du secteur de la Défense, en partenariat avec Bpifrance.

« Je souhaite renforcer nos efforts en faveur des PME les plus innovantes, les plus prometteuses. Leurs initiatives et leur vigueur sont la clé de notre réussite économique et militaire », a- déclaré Mme Parly, selon le texte de son discours transmis à la presse par ses services (*). « Pour le permettre, je lancerai avant la fin de l’année un fonds d’investissement dans les PME de Défense en partenariat avec BPI France », a-t-elle ajouté.

« Les fondements en sont déjà posés, ce fonds sera doté de 50 millions d’euros et permettra à l’Etat de rentrer au capital de certaines pépites technologiques, de les soutenir dans leur gouvernance et leurs ambitions », a encore expliqué la ministre.

Sauf que cette annonce n’en est pas vraiment une puisque, en mai dernier, la Direction générale de l’armement (DGA) et Bpifrance ont annoncé leur « volonté commune de créer un fonds d’investissement dédié aux entreprises stratégiques de la Défense », en signant un accord « visant à la création en 2017 d’un véhicule d’investissement Défense, doté initialement de 50 millions d’euros. »

L’idée de ce fonds avait été annoncée par Laurent Collet-Billon, l’ex-Délégué général pour l’armement, en novembre 2016, avant d’être confirmée quelques jours plus tard par Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense.

Mais le plus important n’était sans doute pas dans cette annonce, déjà connue. En effet, Mme Parly a pris l’engagement d’augmenter de 30% l’enveloppe de la DGA dédiée aux études amont, c’est à dire à la recherche et au développement. Ce qui devrait satisfaire les industriels de l’armement puisque tous ont réclamé un tel effort lors de l’audition de leurs représentants par les députés de la commission de la Défense.

Actuellement, le ministère des Armées investit environ 730 millions d’euros dans la recherche et le développement. Une hausse de 30% porterait ce montant à près d’un milliard, comme l’a en effet demandé le Conseil des Industries de Défense Françaises (CIDEF). Il s’agirait ainsi de répondre à l’accélération des cycles et des ruptures technologiques à laquelle on assiste actuellement.

« Garder et sacraliser la R&D, c’est absolument essentiel pour être capable d’intégrer en temps réel les technologies quand elles vont être développées et d’accélérer les cycles », avait résumé, en juillet, Hervé Guillou, le président du Groupement des Industries de Construction et Activités Navales (GICAN).

(*) Discours qui n’a pas été envoyé à Zone Militaire. On se fiera donc à l’agence Reuters et à l’AFP, qui l’ont reçu.

http://www.opex360.com/2017/08/30/industrie-la-ministre-des-armees-sengage-augmenter-de-30-leffort-en-matiere-de-recherche/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Jeu 31 Aoû 2017 - 20:28

Citation :
Les ambitions budgétaires affichées par M. Macron pour les Armées revues à la baisse

Posté dans Politique de défense par Laurent Lagneau Le 31-08-2017




Visiblement, le président Macron a gardé une dent contre le général Pierre de Villiers. Dans les colonnes du Point, il a en effet dit assumer « totalement » le recadrage de l’ancien chef d’état-major des armées (CEMA), la veille du 14-Juillet, en laissant entendre que ce dernier se serait affranchi de l’autorité du chef de l’État, en évoquant, avec des termes un peu crus, le coup de rabot de 850 millions d’euros dans le budget de la Défense lors d’une audition à l’Assemblée nationale.

Or, cette supposée « insubordination » relève de la fable. Parce que les propos tenus par le général de Villiers n’auraient pas dû se retrouver sur la place publique, la règle du huis clos ayant été violée et qu’il est resté dans son rôle, conformément à l’article D3129-1 du Code de la Défense. En outre, l’officier a reçu des marques de sympathie, voire de soutien, de tous les bords politiques, que ce soit de LR, de la France Insoumise en passant par le Parti socialiste et même la République en Marche.

Mais en revenant sur ce qu’il a appelé une « tempête dans un verre d’eau », le président Macron a pu réaffirmer une nouvelle fois son autorité, que, pourtant, personne ne lui conteste, en déclarant que les « armées ne font pas ce qu’elles veulent » et qu’elles « ne sont pas autopilotées », comme si cela avait été le cas jusqu’à présent…

S’agissant de la coupe budgétaire de 850 millions d’euros, M. Macron en a minimisé la portée, tout en égratignant, au passage le fait que « des journaux financés par des contrats de défense ont mené une campagne de plusieurs semaines pour protéger ces derniers. » Et d’ajouter : « La consanguinité entre une partie des industriels du secteur et la presse pose question ». Une pique que Le Figaro, dont Serge Dassault est propriétaire, appréciera (*).

Cela étant, M. Macron a fait valoir que l’annulation des crédits ayant affecté le ministère des Armées n’a eu aucune conséquence sur la conduite des opérations en cours. « Aucun de nos soldats n’a eu à en pâtir », a-t-il dit.

« On a simplement reporté des commandes de matériels », a ajouté M. Macron. Une ficelle déjà (sur)utilisée par le passé et qui explique l’état de nombreux équipements en dotation au sein des armées.. Qui plus est, comme il n’est pas question de toucher aux crédits alloués à la dissuasion nucléaire, c’est bien évidemment sur les forces conventionnelles que tombe le couperêt.

En réalité, la coupe effectuée dans le budget des Armées revient à faire supporter à ce dernier l’intégralité des surcoûts liés aux opérations extérieures, ce qui est en contradiction avec la Loi de programmation militaire 2014-2019, qui prévoit un mécanisme de financement interministériel pour les prendre en charge quand ils dépassent les 450 millions d’euros. Mais, comme l’a indiqué le Premier ministre, Édouard Philippe, cela deviendra la règle, conformément, d’ailleurs, au souhait de Bercy.

Lors de la course à l’Élysée, le président Macron avait promis de porter le budget des Armées à 2% du PIB en 2025, soit, en tenant compte des « hypothèses actuelles de croissance du PIB dans les prochaines années », une enveloppe de « 50 milliards d’euros par an, hors pensions et hors surcoûts opex » en 2025 contre 32 en 2017″. Et il avait ajouté que, à ces yeux, cet effort était « indispensable » et « urgent ».


Dans son entretien donné au Point, et sans attendre le résultat de la revue stratégique qu’il a demandée, M. Macron a assuré que l’armée française « demeurera » la « première d’Europe » et la « seconde du monde libre », ce qui signifie que les capacités militaires de la France dépasseront celles du Royaume-Uni (dont le budget de la Défense est déjà équivalent à 2% du PIB). Comme il ne peut y avoir de stratégie sans objectif à atteindre, l’on pourrait penser que le chef de l’État donnera les moyens d’atteindre cette ambition.

Seulement, sur le plan financier, on sera loin du compte puisqu’il a annoncé une hausse du budget des Armées de « 1,6 milliards par an en plus chaque année, avec comme objectif 2% du PIB à l’horizon 2025 ». Pour lui, c’est un « investissement inédit mais nécessaire pour nos armées ». Nécessaire? Certainement. Suffisant? Non, car on sera bien loin des 50 milliards d’euros (hors pensions et hors opex) promis il y a à peine six mois par le candidat Macron, sauf à réaliser des investissements deux fois plus importants (et donc deux fois plus inédits) entre 2022 et 2025.

En 2017, le budget des Armées s’élève à 32,4 milliards d’euros, hors ressources exceptionnelles (qui se montent à 300 millions). Il a d’ores et déjà été annoncé qu’il serait augmenté de 1,8 milliard en 2018 (il devait être le seul à être dans ce cas mais l’on appris que d’autres ministères verront aussi leurs ressources augmenter, sans avoir eu » à « se bagarrer beaucoup », comme l’a admis Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, qui obtenu un rabiot de 3%).



Donc, en 2018, les Armées disposeront d’un budget de 34,2 milliards, dont 650 millions de surcoûts « opex ». Et, pour la dernière année du quinquennat, en 2022, leurs ressources s’élèveront donc à 40,6 milliards d’euros (en prenant en compte la totalité des surcoûts opex, comme l’a laissé entendre le Premier ministre). On sera donc très loin des 50 milliards d’euros (hors pension et hors opex, on insiste) promis pour 2025. Pour atteindre cet objectif, il faudrait une hausse annuelle avoisinant les 5 milliards d’euros à partir de 2023.

Parlant toujours de l’armée française, M. Macron a également dit au Point qu’il « souhaite aussi la moderniser pour répondre à nos défis sans céder pour autant aux sirènes de la militarisation des relations internationales, qui consistent à dire qu’il ‘faut dépenser de plus en plus dans les affaires militaires pour être crédibles sur le plan des affaires diplomatiques’, sinon la course est sans fin. » Faut-il, encore une fois, rappeler le mot de Bismarck? « La diplomatie sans les armes, c’est la musique sans les instruments »…

(*) À cette occasion, qu’il soit permis de préciser que Zone Militaire n’appartient pas à un industriel de l’armement et qu’il n’a ni de lien ni de contrats publicitaires avec cette industrie, pas plus qu’il n’est en rapport avec quelque parti ou courant politique que ce soit. En revanche, on peut s’interroger sur certains éditorialistes, qui, ne cachant pas leurs penchants (ou si mal), ont vu dans l’affaire de la démission du général de Villiers un mauvais « remake » du putsch d’Alger et décrit ainsi une situation qui ne correspondait pas à la réalité

http://www.opex360.com/2017/08/31/les-ambitions-budgetaires-affichees-par-m-macron-pour-les-armees-revues-la-baisse/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 1 Sep 2017 - 17:38

Citation :
Mars Attaque

96 premiers exemplaires de VLTP-NP (successeurs des jeeps P4 sur une base Ford) au Standard 1 (non OPEX) annoncés comme livrés par RTD en janvier 2018
Puis 100 livraisons / mois jusqu'en mai 2018. Les premiers VLTP NP Standard 2 (pour les OPEX) sont annoncés pour octobre 2018


 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Sam 2 Sep 2017 - 16:44

Citation :
vendredi 1 septembre 2017

Qui veut la peau du Mirage 2000D ?



On le sait, si les Mirage 2000D ont quitté le combat contre Daech, ce n'est pas à la demande des Américains, mais c'est un choix de l'armée de l'air de mieux régénérer son potentiel humain et organique (les Mirage 2000, notamment les D, ayant fourni l'essentiel de l'effort contre Daech, c'est factuel et les chiffres sont même publics). Les Américains n'auraient pas pu en vouloir au Mirage 2000D du fait qu'il est monoréacteur car... c'est le cas de la plupart des appareils non américains utilisés sur ce théâtre, notamment par les forces arabes, mais aussi les Belges par exemple.

Ils n'auraient pas pu lui en vouloir non plus parce qu'il n'a pas de canon... car vu le plancher de vols, les tirs canon sont tout simplement quasi-impossibles. On ne peut pas non plus reprocher au Mirage 2000D d'avoir trop de yeux à bord, il en a deux paires, et on le sait, c'est toujours mieux qu'une seule. Le Mirage est aussi bien plus numérisé, notamment pour l'air land integration, que la plupart des appareils non-américains luttant contre Daech. Enfin, les équipages de Mirage 2000D sont tout simplement ceux qui disposent de l'expérience la plus importante. Depuis 2002, cette composante n'a connu le repos (relatif) qu'une seule année, en 2004 et en 2006.

Les Américains n'auraient même pas pu lui en vouloir parce qu'il est français : Américains et Français convolent sur un petit nuage depuis des années. Les autres composantes n'ont sans doute pas atteint un tel niveau d'intégration et de coopération.

Mais c'est vrai, le 2000D n'a que deux missiles d'autoprotection, en plus d'un système de guerre électronique. Or ces missiles, des Magic 2 de MBDA (Matra Défense à l'époque), arrivent en fin de vie. Une butée fixée à 2018, théoriquement, qui pourrait empêcher de déployer des Mirage 2000D en zone Chammal. Sauf qu'en Irak, a priori, il n'est pas prévu que ces chasseurs rencontrent des chasseurs capables de les abattre. Pour ce qui est des frappes en Syrie, c'est bien plus complexe. Mais en cas, cet argument n'a été à l'origine des permutations de chasseurs entre Barkhane et Chammal.

Il est même prévu que des Mirage 2000D reviennent à Chammal dès l'an prochain, avec donc, des limites, si le stock de missiles non périmés ne permettait pas de le faire survoler la Syrie.

TROP VIEUX ?
Comment en est-on arrivé là ? Les 2000D n'ont qu'une toute petite vingtaine d'années de service, et ils sont donc, selon les critères d'utilisation de l'armée de l'air, de jeunes avions, comparés au Super Etendard (41 ans) ou au Mirage F1CR (39 ans). D'où le rétrofit à mi-vie envisagé dès le début des années 2010. On le voit, il a été repoussé à plusieurs reprises puisque le premier avion rétrofité n'est toujours pas livré. Certes, en emport, le 2000D ne porte que deux bombes de 250 kg, mais il est rare, en appui-feu, qu'il en faille beaucoup plus, et les avions volent en patrouille.

La perspective de munitions plus légères peut contribuer à faire évoluer cette carence. Mais l'appareil reste très capable, car il a profité, pour sa dimension air-sol, d'une série d'améliorations : liaison 16, GBU-49, Scalp EG, etc. Certes, il lui manque encore un vrai radar multimodes, un canon (prévu dans le rétrofit) et un missile de combat moderne (prévu aussi). Bref, le rétrofit est a minima, mais précisément, l'opération permet de maintenir 55 chasseurs (dont personne ne veut, sur le marché international) en activité à un coût quasi-dérisoire.
Alors même que dans les quatre années qui viennent, l'armée de l'air ne percevra pas le moindre Rafale, et que les cadences de l'Etat français n'ont jamais été très élevées (la dizaine d'appareils annuels, entre Marine et armée de l'air).

Penser qu'annuler le rétrofit de Mirage 2000D allouera des ressources au Rafale est un pari plus qu'hardi, car les priorités ne manquent pas (à commencer celle de Bercy de trouver des euros partout où il peut en économiser). Dans tous les cas, l'armée de l'air perdrait très rapidement une soixantaine de chasseurs, et l'économie générée ne permettrait, dans le meilleur des cas, que de financer une poignée de Rafale. Là où un Mirage 2000D pourrait aussi prendre des tours de police du ciel, des pré-déploiements comme à Djibouti. Et survivre dans un ciel disputé.

http://lemamouth.blogspot.fr/2017/09/qui-veut-la-peau-du-mirage-2000d.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Dim 3 Sep 2017 - 17:14

Citation :
Pour son chef d’état-major, l’armée de Terre a gagné sa « bataille des effectifs »


Posté dans Forces terrestres par Laurent Lagneau Le 03-09-2017




Quand, après les attentats de janvier 2015 et le lancement de l’opération intérieure Sentinelle, il a été décidé de porter les effectifs de la Force opérationnelle terrestre (FOT) de 66.000 à 77.000 soldats, la partie s’annonçait très compliquée. Et le général Jean-Pierre Bosser, le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT) parlait d’un « défi » à relever, après des années de baisse continue des effectifs.

« Les déflations que nous avons connues et les choix que nous avons faits dans le passé ont rendu certaines situations irréversibles, et cette remontée en puissance difficile », expliquait, en juillet, le général Bosser, aux députés de la commission de la Défense.

En outre, la hausse des effectifs de la FOT ne pouvait aller au-delà de 11.000 soldats supplémentaires. « Honnêtement, je n’aurais pas été capable d’augmenter les effectifs davantage […] car je n’aurais pas pu les héberger. En effet, un certain nombre d’infrastructures ont été vendues, et nous ne disposons plus de casernes. Donc, aujourd’hui, s’il fallait recréer un régiment, beaucoup de villes en France seraient probablement volontaires pour l’héberger, mais il faudrait alors reconstruire des casernes », avait ajouté le CEMAT.

Cela étant, un peu plus de deux ans plus tard, le « défi » qu’évoquait le général Bosser a été réussi, non sans mal. C’est en effet ce qu’il affirme, sans sa lettre mensuelle d’août 2017 [.pdf], parlant même d’une « bataille des effectifs » gagnée.

« Il faut saluer l’exceptionnel engagement de nos recruteurs, mais aussi de notre jeunesse, dans l’active comme dans la réserve, pour prendre sa part de la protection de notre pays. La relance de l’entrainement interarmes est effective. Elle a permis d’enrayer l’érosion du capital opérationnel causée par le suremploi de la force opérationnelle terrestre », écrit-il.

Ainsi, entre 2015 et 2017, 46.000 jeunes français ont rejoint l’armée de Terre et 10.500 autres ont souscrit un engagement dans la réserve. « Les flux annuels de recrutement de militaires du rang ont ainsi augmenté de près de 80 % par rapport à 2014 », est-il souligné dans le document. Et cela, avec un effort particulier pour limiter le taux de dénonciation de contrats au cours des six premiers mois de formation des recrues à moins de 25%.

En outre, le recrutement de sous-officiers par la voie directe est passé de 650 à 1.600 dans le même temps. Et, en 2016, 70% des nouveaux sous-officiers sont d’anciens militaires du rang.

« L’analyse prédictive de la ressource potentielle permet, par ailleurs, un meilleur ciblage des actions de recrutement. Les contacts locaux et leur profonde connaissance des métiers ont in fine permis aux spécialistes du recrutement d’atteindre l’objectif fixé. Leur réussite est d’autant plus admirable que le vivier n’est pas extensible : 2016 a montré la difficulté de franchir la barre des 14.000 recrues en conservant le même niveau d’exigence », explique la Lettre du CEMAT.

Cet afflux de recrues a mis sous tension le Service de santé des armées (SSA), sollicité pour faire passer les visites médicales, ainsi que les services de la Direction du renseignement et de la sécurité de la défense (DRSD), chargée de passer au crible les candidats afin d’éviter d’éventuelles infiltrations jihadistes. Et c’est sans oublier Le Commissariat des armées, qui a dû suivre la cadence (habillement, alimentation, etc…)

Alors que l’opération Sentinelle avait eu pour conséquence l’annulation de 75% des exercices interarmes prévus en 2015, le fait que cette bataille des effectifs ait été gagnée a permis de relancer l’entraînement dès le printemps 2017 et une première brigade interarmes pu retrouver ainsi sa pleine capacité opérationnelle. Et cela le cas pour l’ensemble de la FOT à l’été 2018.

Mais recruter est une chose. Former les nouveaux soldats en est une autre. Pour cela, 700 instructeurs encadrent, quotidiennement, 5.500 recrues. « Les régiments comptent dans leurs rangs 1/3 de soldats de moins d’un an de service, qu’il faut préparer aux durs engagements qu’ils connaîtront », est-il souligné dans le document. Parallèlement, il s’agit également de proposer une refonte des parcours professionnels, avec l’objectif de mettre au point un modèle « soutenable » afin d’anticiper la prochaine vague de renouvellement des contrats, en 2020.

Si la « bataille des effectifs » a été gagnée, une autre se profile : celle des qualifications.

« L’armée de Terre doit sa supériorité opérationnelle d’abord à la valeur de ses hommes, mais aussi à la performance technologique de ses équipements. Leur utilisation implique un effort de formation conséquent pour en avoir la parfaite maîtrise. Ainsi, les qualifications spécifiques à détenir, indispensables au combat moderne (cyber, renseignement…), nécessiteront une hausse du taux d’encadrement », explique la lettre du CEMAT.

Enfin, un autre défi sera à relever : celui des équipements. Si les effectifs augmentent, il faut évidemment revoir à la hausse les dotations en matériels, que ce soit au niveau individuel (fusils d’assaut, systèmes FELIN, etc…) que collectifs (véhicules blindés par exemple).

Reste à voir ce qu’il adviendra de cette « bataille gagnée » dans les années à venir. La promesse du président Macron d’augmenter le budget de la Défense de 1,6 milliard d’euros par an durant son quinquennat sera insuffisante pour porter les dépenses militaires du pays à 50 milliards d’euros/an (hors pensions et hors opex) à l’horizon 2025 (comme il s’y était engagé). D’autant plus que les Armées auront probablement à assumer seules les surcoûts liés aux opérations extérieures et à fournir l’encadrement du futur service national qu’il souhaite instaurer.

http://www.opex360.com/2017/09/03/pour-son-chef-detat-major-larmee-de-terre-gagne-sa-bataille-des-effectifs/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 4 Sep 2017 - 17:20

Citation :
Il faut plus d’un jour de maintenance pour une heure de vol avec un hélicoptère NH-90 de la Marine nationale


Posté dans Forces navales par Laurent Lagneau Le 04-09-2017




C’est en décembre 2011 que l’hélicoptère NH-90 Caïman NFH [Naval Frigate Helicopter, ndlr] a entamé a carrière opérationnelle au sein de la Marine nationale, après le reformation de la Flottille 33F, à Lanvéoc-Poulmic. Étant donné sa « jeunesse », l’on aurait pu penser que cet appareil, fruit d’une coopération européenne, allait être épargné par les affres des indisponibilités techniques et des coûts de maintien en condition opérationnelle (MCO) élevés.

Seulement, il n’en est rien. En effet, en novembre 2016, l’on apprenait, dans un rapport parlementaire rendu pour avis sur les crédits de la Marine nationale, que sur les 17 hélicoptères Caïman NFH reçus, 10 étaient « actuellement immobilisés » pour subir des opérations de maintenance. Mieux (ou pire) : le 17e exemplaire livré par le consortium NHIndustries (Airbus Helicopters, Leonardo, Fokker Technologies) ne pouvait alors même pas voler « en raison de problèmes constatés au niveau du harpon et du système de pliage. »

Moins d’un an plus tard, cette situation ne s’est pas arrangée. Lors de son passage devant les députés de la commission de la Défense, en juillet [le compte-rendu vient juste d’être diffusé, ndlr], le chef d’état-major de la Marine nationale (CEMM), l’amiral Christophe Prazuck n’a pas caché son irritation au sujet de ce dossier.

« Je ne suis pas satisfait de la disponibilité ni du coût d’entretien du NH90, sans parler du nombre colossal d’heures de maintenance qui doit lui être consacré », a dit l’amiral Prazuck. Et on le comprend : Il faut en effet « plus de 30 heures d’entretien pour une heure de vol » effectuée avec cet hélicoptère, a-t-il lâché. « Nous y épuisons nos mécaniciens et nos flottilles pour un rendement assez faible », a-t-il déploré.

« Cet appareil présente des problèmes de maturité technique, de corrosion et de maintenance que l’on n’arrivera pas à résoudre du jour au lendemain », a expliqué le CEMM. Des soucis de corrosion pour une machine appelée à évoluer dans un milieu marin, cela fait désordre…

« Ce n’est qu’en 2018 que la disponibilité du NH-90 devrait en quelque sorte arriver à décoller », veut croire l’amiral Prazuck. Car, a-t-il continué, « nous prenons le taureau par les cornes » et « nous y consacrons beaucoup d’énergie avec la DGA, le SIAé et les industriels. »

Ce temps nécessaire pour assurer la maintenance des NH-90 de la Marine nationale s’explique en grande partie par le schéma industriel mis en place avec quatre entreprises relevant de trois pays différents. Comme l’expliquait le député Gwendal Rouillard, en novembre dernier, le « processus d’attribution de pièces de rechange se caractérise souvent par sa lenteur et, lorsque les équipes françaises proposent des solutions de réparation, la validation par le consortium peut prendre jusqu’à quatre semaines, contre une à deux semaines dans une situation ‘classique’ avec un interlocuteur technique unique. »

http://www.opex360.com/2017/09/04/il-faut-plus-dun-jour-de-maintenance-pour-une-heure-de-vol-avec-un-helicoptere-nh-90-de-la-marine-nationale/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 4 Sep 2017 - 18:51

Citation :
Le chef d’état-major de la Marine veut plus de frégates de « premier rang »


Posté dans Forces navales par Laurent Lagneau Le 04-09-2017




Selon les plans tels qu’ils ont été définis par le Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale (LBDSN) de 2013 et la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 actualisée, la Marine nationale ne devrait compter que 15 frégates dites de premier rang à l’horizon 2030.

Alors que les frégates étant l’épine dorsale d’une marine qui entend jouer les premiers rôles, les ambitions en la matière n’ont cessé de décliner depuis des années.

Avant 2008, il était question de doter la Marine nationale avec 23 frégates de premier rang. Puis après le LBDSN publié cette année-là, la cible fut réduite à 18, le nombre de Frégates multimissions (FREMM) commandées devant passer de 17 à 11, puis, cinq ans plus tard, à seulement 8.

Désormais, il est donc question, pour la Marine, de disposer de 5 Frégates de taille intermédiaire (FTI), de 2 frégates Horizon (Chevalier Paul et Forbin) et donc de 8 FREMM.

Pendant un temps, les frégates légères furtives de la classe La Fayette seront équipées d’un sonar, ce qui les fera passer pour des navires de premier rang dans l’attente de la réalisation du programme FTI.

Seulement, ce format à 15 frégates de premier rang correspondait à un contrat opérationnel qui est désormais largement dépassé, comme l’a encore répété l’amiral Christophe Prazuck, le chef d’état-major de la Marine nationale (CEMM), aux députés de la commission de la Défense.

« Nos contrats opérationnels officiels datent du Livre blanc de 2013 et sont largement dépassés. Le Livre blanc nous demandait ainsi de réaliser deux missions permanentes, la dissuasion et la protection, et d’être déployés sur deux théâtres d’opération – contre 5 dans les faits aujourd’hui », a ainsi rappelé l’amiral Prazuck. »

« Nous devrions disposer de 15 frégates [de 1er rang, ndlr] en 2030 contre dix-sept aujourd’hui alors que, clairement, depuis 2015, les engagements pour lutter contre le terrorisme et pour faire face au retour des États puissances augmentent. Les courbes se croisent, ce qui doit nous inviter à réfléchir, » a continué le CEMM. D’autant plus que, a-t-il fait observer aux députés, « le tempo des opérations, depuis 2015, s’est considérablement accéléré, ce qui entraîne une usure des matériels préoccupante. »

Aussi, et alors qu’une revue stratégique est actuellement en cours (et que l’on sait déjà que les Armées verront leur budget augmenter de 1,6 milliard d’euros par an, d’après ce qu’a indiqué le président Macron la semaine passée), l’amiral Prazuck entend revoir à la hausse le format de la force d’action navale.

« Je vise […] dix-huit frégates de premier rang », a-t-il dit aux parlementaires, sans préciser s’il s’agira de FREMM ou de FTI. « Je rappelle que pendant la guerre des Malouines – qui n’était pas, loin s’en faut, un conflit mondial –, quatorze bâtiments britanniques ont été touchés », a fait valoir le CEMM.

L’autre priorité de l’amiral Prazuck est le programme BATSIMAR (Bâtiment de surveillance et d’intervention). « À partir de 2008, nous avons fait le pari que certains types de bâtiments pourraient voir leur durée de vie prolongée. Il faut admettre que, pour certains d’entre eux, nous avons perdu notre pari », a-t-il reconnu. Du coup, outre-mer, « nous n’avons plus que 4 patrouilleurs au lieu de 8 et je sais qu’en 2021 je n’en aurai plus que 2″ alors que ces navires » servent à exercer notre souveraineté dans les zones économiques exclusives », a-t-il déploté.

Même chose avec les avisos, qui, affichant près de 40 ans de service, sont « aussi aujourd’hui en Méditerranée devant la Libye dans le cadre de l’opération Sophia, dans le cadre de l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (FRONTEX) ». D’où la volonté de l’amiral Prazuck d’accélérer le programme BATSIMAR, avec un objectif d’acquérir 18 nouveaux navires.

« Mon objectif est de revenir au format de 1982, année de la Convention de Montego Bay et de la création des zones économiques exclusives », a expliqué le CEMM. À l’époque, il avait été décidé de doter chaque département et territoire d’outre-mer de deux patrouilleurs (P-400), d’un navire logistique (Batral dans les années 80, B2M actuellement) et d’une frégate de surveillance.

« Je ne cherche pas à augmenter ce format mais bien à le retrouver, ce qui suppose que nous ayons huit patrouilleurs pour l’ensemble des outre-mer […]. Pour cela, je ne cherche pas à avoir un bâtiment de combat, capable de tirer des missiles à 300 kilomètres : l’outil de combat principal de ces bateaux est leur pavillon français qui marque notre présence et qui leur permet d’observer la situation et d’intervenir dans des situations simples », a expliqué l’amiral Prazuck. Et d’ajouter : « Si malgré la présence de ces unités, notre souveraineté était contestée, alors c’est la flotte de combat qui pourrait être déployée. »

Enfin, le CEMM compte aussi disposer de davantage d’avions de patrouille maritime Atlantique 2 (ATL-2) que prévu. En effet, sur les 27 livrés à la Marine nationale, il était question de moderniser 22, puis seulement 15 exemplaires. Là encore, le « tempo opérationnel » et l’évolution du contexte stratégique obligent à revoir les plans à la hausse. « Je vise également dix-huit Atlantique 2 rénovés », a en effet déclaré l’amiral Prazuck.

« Les Atlantique 2 sont aujourd’hui dans un programme de rénovation piloté par Dassault et faisant également intervenir Thales, Naval Group et le service industriel de l’aéronautique (SIAé). Les expérimentations que j’ai vues de ces équipements sont très prometteuses […] : on aura vraiment un avion remarquable – à la fois pour chasser le sous-marin dans l’Atlantique Nord et pour participer aux opérations de renseignement au-dessus de la Syrie et de l’Irak comme ils le font aujourd’hui », a expliqué le CEMM.

« Quand nous avons un problème de disponibilité de ces avions, comme cela nous est déjà arrivé à certaines périodes, nous sommes obligés d’aller chercher un Atlantique 2 qui opère au fin fond du désert en Jordanie pour l’envoyer au nord de l’Écosse ou à Lann-Bihoué participer à la chasse aux sous-marins qui s’approchent de notre sanctuaire breton », a-t-il ajouté.

http://www.opex360.com/2017/09/04/le-chef-detat-major-de-la-marine-veut-plus-de-fregates-de-premier-rang/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 4 Sep 2017 - 19:34

Citation :
Fusiliers marins et commandos marine

Entraînement d'un groupe de contre-terrorisme et libération d'otages (CTLO)

Pas de repos pour les guerriers! L'un des groupes de commandos marine spécialisé en contre-terrorisme et libération d'otages a profité du mois d'août pour continuer son entraînement intensif et exigeant.
Au programme : investigation en milieu clos, libération et extraction d'un otage, mécanisation des gestes techniques.

Crédit photos: Julien S./ Marine nationale

PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 4 Sep 2017 - 22:24

Citation :
La Marine nationale principalement affectée par la coupe budgétaire de 850 millions d’euros?


Posté dans Forces navales, Politique de défense par Laurent Lagneau Le 04-09-2017




Comme l’on pouvait s’y attendre, étant donné que c’est une vieille habitude en France (et parce qu’il est difficile de faire autrement), la coupe de 850 millions d’euros effectuée, cet été, dans le budget des Armées a essentiellement concerné le programme 146, c’est à dire l’équipement des forces. Restait à savoir quels investissements allaient en pâtir.

Le 19 juillet, alors que le général Pierre de Villiers, alors chef d’état-major des armées, venait d’annoncer sa démission, la question a été posée par les députés de la commission de la Défense au général Jean-Pierre Bosser, le patron de l’armée de Terre (CEMAT). Bien que le détail des secteurs affectés par cette coupe de 850 millions n’était pas encore connu, ce dernier a dit qu’il serait « beaucoup étonné » de voir cette coupe budgétaire « ralentir » le « développement du programme Scorpion ».

« C’est le programme qui a d’emblée attiré l’intérêt de la ministre, qui souhaite faire preuve de souplesse dans l’acquisition des équipements. Et il est vrai qu’en matière d’acquisitions d’équipements, l’armée de terre reste tout de même l’armée la plus ‘agile’ : construire des sous-marins ou des avions, ce sont des programmes qui s’inscrivent probablement plus dans la durée », a alors expliqué le général Bosser.

Entendu par les députés peu après son homologue de l’armée de Terre, le chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA), le général André Lanata, a également eu à répondre à la même question. « Il est probablement un peu tôt pour vous dire sur quels éléments physiques porteront ces annulations », a-t-il dit.

« Il me semble que le seul agrégat budgétaire susceptible d’absorber un tel abattement est celui des équipements, soit la partie conventionnelle du programme 146, et non pas les munitions », a toutefois expliqué le général Lanata avant d’assurer qu’il serait « particulièrement attentif à certains programmes car il est évident que ces annulations budgétaires auront des conséquences physiques ».

Visiblement, la situation s’est décantée une semaine plus tard. En effet, le 26 juillet, lors de son passage devant la commission de la Défense [le compte-rendu de l’audition vient d’être rendu public, nldr], le chef d’état-major de la Marine (CEMM), l’amiral Christophe Prazuck, n’a pas coupé à la question sur annulations de crédits.

« La baisse de 850 millions d’euros qui a été annoncée aura certainement des conséquences pour la marine. Nous sommes en train de travailler avec l’État-major des armées et la DGA pour déterminer où faire porter l’effort et minimiser l’impact opérationnel de cette mesure », a-t-il répondu.

« Je suis assez confiant en notre capacité à bien pointer les domaines dans lesquels la baisse des crédits sera la moins douloureuse. Maintenant, je vous ai parlé du vieillissement de mes bateaux et de mes hélicoptères et je considère qu’il faut accélérer le renouvellement de notre flotte pour BATSIMAR et FLOTLOG. Cette baisse de crédits retardera ce remplacement », a expliqué l’amiral Prazuck.

En clair, le renouvellement des patrouilleurs (BATSIMAR) affectés outre-Mer et celui des pétroliers ravitailleurs (FLOTLOG) seraient donc concernés par la coupe budgétaire annoncée en juillet. Et cela, alors que ces programmes ont déjà été reportés à plusieurs reprises au cours de ces dernières années.

Toujours au sujet de cette dernière, l’amiral Prazuck a dit souhaiter que « son impact reste limité grâce à une trajectoire budgétaire ultérieure particulièrement dynamique. » Et d’ajouter : « Nous devrions pouvoir repartir dès 2018, avec une perspective saine et cohérente pour la marine. »

http://www.opex360.com/2017/09/04/la-marine-nationale-principalement-affectee-par-la-coupe-budgetaire-de-850-millions-deuros/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 5 Sep 2017 - 16:47

Citation :
05.09.2017

Les Reaper tricolores en armes en 2019



Des drones tricolores armés, c'est désormais officiel. Trêve de commentaires sournois sur les bonnes/mauvaises raison qui prévalaient jusqu'alors...

Les six Reaper de Niamey vont être équipés de missiles, ainsi que l'a annoncé la ministre des Armées, dans son discours de clôture de l’Université d’été de la Défense 2017.

Selon Madame Parly, "à l’extérieur de nos frontières, l’adversaire se fait plus furtif, plus mobile, se dilue dans les vastes étendues du Sahel ou se dissimule au milieu des populations civiles. Face à ce constat, nous ne pouvons rester statiques. Nos modes d’action et nos équipements doivent s’adapter pour garder le temps d’avance qui est décisif pour atteindre nos objectifs. C’est dans cet esprit que j’ai décidé de lancer le processus d’armement de nos drones de renseignement et de surveillance".

Quel armement?
Dans un document diffusé ce jour par le ministère des Armées, il est précisé que "l’armement qui sera retenu sera un armement guidé, de précision, aux effets militaires adaptés à la menace (missiles et bombes à terme, les missiles HELLFIRE étant les seules armes pouvant être mises en oeuvre à ce jour). L’armement d’un drone ne présente pas de difficultés techniques (il est déjà en service dans les pays utilisateurs de Reaper comme les USA ou le Royaume-Uni). La possibilité d’armer les 6 drones Reaper actuels avec des munitions européennes va également être étudiée. Le type d’armement sera déterminé dans le courant de l’année 2018."

Quel agenda?
L’armée de l’air dispose à ce jour de 6 drones. Les 6 derniers drones seront livrés en 2019; ils devraient être livrés directement armés. Les 6 premiers drones pourraient être rétrofittés avec de l’armement pour 2020.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/09/05/reaper-en-armes-18466.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 5 Sep 2017 - 19:52

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mer 6 Sep 2017 - 19:50

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Ven 8 Sep 2017 - 19:28

Citation :
08/09/2017

Le premier A330MRTT de l’Armée de l’air s’est envolé !




Airbus DS a réalisé avec succès le vol inaugural du premier A330 MRTT destiné à l'armée de l'air française. Ce premier vol a été réalisé à partir du site de Getafe en Espagne de l’avionneur européen. L’avion a effectué un vol d’une durée de 3h 25 minutes. La France prendra livraison de neuf A330MRTT sous la dénomination « Phénix » à partir de 2018.

La flotte de « Phénix » de l’Armée de l’air emportera à la fois un système de perche de ravitaillement sous voilure flexible et un entonnoir à gousses de ravitaillement. Les « Phénix » pourront également être reconfigurés pour transporter 271 passagers en tant qu’avion de transport. En version évacuation médicale (MEDEVAC) l'avion sera équipé du module « Morphee » de soins intensifs, qui peut transporter 10 patients et 88 passagers. Les A330 MRTT français seront motorisés par des Rolls-Royce Trent 700.

Rappel :

C’est en septembre 2011 que l’Armée de l’air française à choisit comme nouveau ravitailleur le modèle de l’A330 MRTT du consortium Airbus. Mais il faudra attendre décembre 2015 pour voir la commande se concrétiser, soit un contrat de 3,3 milliards de dollars au prix catalogue de l’avionneur.

L‘A330 MRTT :

L’A330 MRTT d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières.

A ce jour, 28 A330 MRTT ont été livré pour les forces aériennes de l'Australie, de l'Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis et du Royaume-Uni. 23 autres sont en commande, y compris pour la France et Singapour. Une coalition de partenaires de l'OTAN, l'Allemagne, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Norvège acquerront également ce type d’appareil ainsi que le Qatar et la Corée du Sud.



Photos : 1 le premier A330 MRTT français 2 A330 MRTT ravitaillant des F/A-18A/B espagnols @ Airbus DS

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/09/08/le-premier-a330mrtt-de-l-armee-de-l-air-s-est-envole-864309.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Lun 11 Sep 2017 - 19:44

Citation :
1er régiment de Chasseurs a ajouté 6 photos.

Sous le soleil brûlant du Moyen Orient, les chasseurs du 2e escadron ne se laissent aucun répit afin d’approfondir leur savoir-faire du combat
en milieu désertique et urbain. L’exercice interarmes « Licorne Noire » sur une période de 96h, et interallié (présence d’hélicoptères d’attaque
et de transport) confirme la disponibilité opérationnelle et la forte capacité d’adaptation des chasseurs de Conti cavalerie


PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 12 Sep 2017 - 17:29

Citation :
1er Régiment de chasseurs parachutistes


PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 12 Sep 2017 - 17:58

Citation :
Armée de l'air

Du 11 au 29 septembre 2017, la Suède organise sur son territoire l’exercice «Aurora 17», auquel de nombreux pays participent, dans l’objectif
d’améliorer l’interopérabilité interalliée.

Mobilisé afin de démontrer sa capacité à répondre à des attaques balistiques ou à des intrusions d’aéronefs ennemis dans son espace aérien,
l’escadron de défense sol-air (EDSA) de la Base aérienne 125 Istres - Page officielle. a dû relever un premier défi avant son départ : l'acheminement
vers la Suède !

PHOTOS:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 20786
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   Mar 12 Sep 2017 - 22:34

Citation :
La Marine nationale a pris en charge le patrouilleur polaire L’Astrolabe


Posté dans Forces navales par Laurent Lagneau Le 12-09-2017




Afin de remplacer le patrouilleur austral Albatros, qui était alors le plus ancien des navires mis en oeuvre par la Marine nationale, le chantier naval Piriou s’est vu confier, en juin 2015, un contrat portant sur la construction de l’Astrolabe, un navire logistique polaire (Polar Logistic Vessel), d’un montant de 50 millions d’euros.

Les choses n’ont pas traîné : deux ans plus tard, ce nouveau patrouilleur polaire a été baptisé à Concarneau, avant de prendre, dans un premier temps, la direction de Brest pour compléter son armement, puis celle de La Réunion, où il est arrivé en août. Le calendrier était serré puisque L’Astrolabe devait impérativement rejoindre l’océan Indien avant sa première rotation australe.

Finalement, ce navire, reconnaissable à sa coque rouge, a officiellement été pris en charge par la Marine nationale le 11 septembre, à Port des Galets. Il sera commandé par une femme, en l’occurrence le capitaine de frégate Céline Tuccelli.

L’Astrolabe n’appartient pas en propre à la Marine nationale étant donné que son financement a été assuré par la collectivité des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) et l’Institut polaire français (IPEV).

« Ce partenariat novateur permet une optimisation des coûts et des ressources. Ainsi, L’Astrolabe est armé en permanence par des équipages de la Marine nationale mais son activité est répartie entre des missions militaires et des missions au profit de l’Institut polaire français IPEV et des TAAF », explique le Sirpa Marine.

L’Albatros mesure 72 mètres de long pour 16 mètres de large. Mis en oeuvre par 60 marins, il peut embarquer 1.200 tonnes de fret et embarquer un hélicoptère. Et, surtout, il est capable de naviguer malgré une épaisseur de glace de 70 cm, ce qui a d’ailleurs nécessité à son équipage de suivre une formation spécifique (il s’agit en effet d’une compétence nouvelle pour la Marine nationale).

Les tâches qu’aura à assurer ce patrouilleur polaire sont de deux types : le transport de fret et de passager entre l’Australie et la base scientifique française en Terre Adélie au profit de l’IPEV et des TAAF et les missions militaires « classiques » de souveraineté dans le sud de l’océan Indien, en particulier dans les zones économiques exclusives (ZEE) relevant des TAAF.


L’ASTROLABE quitte Brest pour rejoindre l’ile de la Réunion. Le 12/08/2017

http://www.opex360.com/2017/09/12/la-marine-nationale-pris-en-charge-le-patrouilleur-polaire-lastrolabe/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Armée Française / French Armed Forces   

Revenir en haut Aller en bas
 
Armée Française / French Armed Forces
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les képis de l'armée française
» Création de l'armée française
» présentation des nouveaux véhicules de combat de l'armée française au portes ouvertes du 21e RIMA
» Le prochain fusil de l'armée française sera bien étranger : HK 416.
» L'armée française pour les nuls:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armées du monde :: Europe-
Sauter vers: