Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Armée Allemande (Bundeswehr)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Dim 15 Oct 2017 - 21:52

Citation :
Remplacement du G36 : H&K a en fait soumis son HK433… et le HK416 !


Photo du profil de David Murphy
By David Murphy on 12 octobre 2017 No Comments / 11401 views




Il y a quelques semaines nous vous annoncions les 5 finalistes retenus par la Bundeswehr dans le cadre du remplacement du G36 au sein des forces armées Allemande. Et parmi ces finalistes était présent le HK433. Mais des représentants de chez Heckler & Koch ont confirmés lors de l’AUSA 2017 que la firme Allemande avait bien déposé deux propositions d’armes : le HK433 et le HK416. Cette décision n’est en fait pas totalement illogique car certaines personnes au sein du gouvernement Allemand aimeraient avoir un fusil commun avec… la France et son tout nouveau HK416F. Si le HK416 Allemand passe les tests de manière concluante, cela pourrait être un argument supplémentaire pour opter pour ce fusil. Mais le HK433 n’est pas sans avantage : son ergonomie est plus proche du G36 et il a été conçu spécifiquement pour être le remplaçant naturel de ce dernier, au contraire du 416. De plus, il est considéré comme plus fiable et est moins cher que le HK416…

https://www.mywelkit.com/derniere-minute/remplacement-g36-hk-a-soumis-hk433-hk416/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Mar 17 Oct 2017 - 13:26

Citation :
Les hélicoptères NH-90 allemands sont une nouvelle fois cloués au sol

Laurent Lagneau17 octobre 2017




Le ministère allemand de la Défense a décidé, la semaine passée, de clouer au sol l’ensemble des hélicoptères NH-90 de la Bundeswehr après la découverte de traces d’abrasion au niveau d’une turbine de l’un de ces appareils actuellement engagé au Mali, dans le cadre de la mission des Nations unies (MINUSMA).

Toutefois, cette interdiction peut être temporairement levé en cas de nécessité absolue, comme par exemple pour les évacuations médicales au Mali.

Cette mesure restera en vigueur tant que tous les moteurs des NH-90 n’auront pas été contrôlés. En 2017, 47 exemplaires de cet hélicoptère, en version TTH (Tactical Transport Helicopter), sont en service au sein de la Deutsches Heer [force terrestre, ndlr].

Cela étant, le problème détecté n’est pas vraiment une surprise quand l’on sait les conditions dans lesquelles les hélicoptères doivent opérer au Mali, avec le sable fin qui met à mal les turbines et les pales (d’où l’usage de « tapis anti-sable pour hélicoptères » ou TAHEL). Les CH-47 Chinook déployés à Gao par les forces aériennes néerlandaises ont ainsi été victimes d’une « usure excessive ».

Mais pour la Bundeswehr, il s’agit de ne pas de risques, surtout après la perte de l’un de ses quatre hélicoptères d’attaque Tigre au Mali, en juillet dernier (2 militaires tués), laquelle eut pour conséquence l’immobilisation de l’ensemble de ces appareils pendant près de deux mois. Or, si l’interdiction de vol ayant frappé ces derniers a été levée fin septembre, des « instructions techniques urgentes » portant notamment sur l’inspection des moteurs avant et après les vols, sont appliquées, rapporte l’hebdomadaire Der Spiegel.

S’agissant des NH-90, l’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT) n’a, apparemment, pas rencontré de problèmes notables depuis qu’elle en dispose au Mali, depuis novembre 2014.

À propos du NH-90, « je n’ai vraiment pas de crainte. L’an dernier, trois ont été déployés au Mali, ils sont rentrés en France, sont passés en révision et ont redécollé quasiment dans la foulée. Il est vrai qu’il y a beaucoup d’optronique dans le NH-90 et que c’est ce qui souffre le plus dans les zones chaudes. Mais honnêtement, j’ai bon espoir que cet hélicoptère donne vraiment le maximum », avait expliqué le général Jean-Pierre Bosser, le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), lors d’une audition parlementaire, en octobre 2016.

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas la première fois que la Bundeswehr immobilise ses NH-90 TTH. Ce fut le cas en février 2015, après un incendie sur un moteur d’un appareil engagé en Afghanistan. Cette décision devait permettre de passer en revue les turbines de la totalité des hélicoptères de ce type.

À vrai dire, le NH-90 n’a pas toujours bonne presse outre-Rhin. Un rapport publié en 2010 s’était montré très critique à son endroit, notamment au sujet de ses aptitudes opérationnelles. Côté politique, certains élus ne sont pas en reste. Tel est par exemple le cas de Tobias Lindner (Verts), qui a visiblement cet hélicoptère dans le collimateur depuis des années. « Les nouveaux problèmes avec le moteur montrent que le NH90 n’est toujours pas utilisable de manière fiable », a-t-il encore réagi, après l’interdiction de vol qui vient d’être décidée.

http://www.opex360.com/2017/10/17/les-helicopteres-nh-90-allemands-sont-une-nouvelle-fois-cloues-au-sol/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Mar 17 Oct 2017 - 15:16

Citation :
Germany selects G95 carbine for special forces

Remigiusz Wilk - IHS Jane's Defence Weekly

16 October 2017


On 10 October, the Bundesamt für Ausrüstung, Informationstechnik und Nutzung der Bundeswehr (BAAINBw), Germany's Federal Office of Bundeswehr Equipment, Information Technology and In-Service Support, announced that the 5.56 mm Heckler & Koch HK416A7 has been selected as the new standard issue carbine for the Bundeswehr’s special forces. Under the Sturmgewehr Speziakräfte programme, the rifle will be introduced in the Kommando Spezialkräfte (KSK) special forces command and its naval equivalent, the Kommando Spezialkräfte Marine (KSM) as the (Gewehr 95 (G95). The total order is for 1,745 carbines.


Germany has selected the G95 carbine for its special forces. (Heckler & Koch)

The BAAINBw expects 40 G95 low rate initial production carbines to be delivered to the Bundeswehr’s Wehrtechnische Dienststelle für Waffen und Munition 91 (WTD 91) technical centre in Meppen in November for qualification tests and cross-checking of the compatibility of the weapon and accessories, and also for tactical testing with the special forces. After successful trials, the remaining 1,705 serial production weapons will be delivered, from January 2019 until late June 2019.

The weapon will be equipped with a suppressor, laser designator and illuminator, flashlight and carrying equipment, which are included in the contract. The G95 carbine is a gas-operated, piston-driven HK416 variant fed in 5.56x45 mm NATO, capable of single and automatic fire. Equipped with a 368 mm (14.5 in) barrel, the weapon weighs 3.69 kg. Unlike other Bundeswehr weapons recently purchased, the HK416A7 will be delivered in a ‘flat dark earth’ colour scheme instead of the previously selected ‘green brown’.

The carbine is equipped with a telescopic stock and non-stop NATO Accessory Rail (NAR) top rail for sights. The second rail is located underneath the carbine’s handguard, also serving as an interface for a 40 mm low velocity M320/GLM grenade launcher. Mounting points for additional NAR rail sections are located on both sides.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Dim 22 Oct 2017 - 18:23

Citation :
Aucun des 6 sous-marins de la marine allemande n’est opérationnel

Laurent Lagneau22 octobre 2017




Le 15 octobre, le sous-marin allemand U-35, de type U-212A, a été endommagé lors d’essais en eau profonde au large de Kristiansand [Norvège]. Apparemment, l’une des barres de son gouvernail a heurté un rocher, ce qui cause des dégâts assez importants pour justifier la fin de sa mission, son retour au chantier naval de TyssenKrupp Marine Systems [son constructeur, ndlr] à Kiel et l’annulation des exercices auxquels il devait participer d’ici la fin de cette année.

Le souci est que le U-35 y a rejoint trois autres sous-marins, à savoir les U-31 et U-33 ainsi que le U-36, lequel est le plus récent de la flotte puisqu’il a été livré en octobre 2016. Ces derniers y subissent des travaux de réparation ou de modernisation qui, pour certains, tendent à s’éterniser.

C’est ainsi le cas du U-31, qui vient d’être récemment remis à l’eau après avoir passé trois ans en cale-sèche (période au cours de laquelle TKMS a modernisé son système de propulsion anaérobie et amélioré ses piles à combutible). Mais il n’est pas encore opérationnel pour autant étant donné qu’il doit passer des batteries de tests avant d’être déclaré à nouveau bon pour le service.

En outre, deux autres sous-marins attendent à quai avant de passer à leur tour par le chantier naval de Kiel : le U-32, dont les batteries ont été endommagées lors d’une mission d’entraînement au large de la Norvège, et le U-34, qui doit subir une opération de maintenance au début de l’année 2018.

La marine allemande explique cette situation par un manque de pièces détachées.

« Pendant la Guerre Froide, des lots de pièces de rechange avaient été achetés et stockés pour chaque projet d’armement. Il y en avait ainsi toujours suffisamment », a expliqué le capitaine Johannes Dumrese, un porte-parole de la Deutsche Marine. Par la suite, avec des budgets en baisse, le mode d’approvisionnement a été basé sur un système de production à la demande. « Ça n’a pas vraiment marché », a admis l’officier de marine allemand.

Cette situation devrait s’améliorer bientôt, grâce à la hausse importante des crédits du ministère allemand de la Défense et à la mise en place un nouveau système d’approvisionnement en pièces détachées avec l’industrie, en l’occurrence TKMS.

« Nous avons réussi à vraiment prendre des mesures importantes pour améliorer la situation à l’avenir », s’est ainsi réjoui le capitaine Dumrese auprès du portail d’informations shz. Mais ces effets ne seront visibles qu’à partir de novembre 2018. Là, la marine allemande espère disposer de quatre sous-marins disponibles.

Photo : U-36 (c) Bundeswehr / Julia Ude

http://www.opex360.com/2017/10/22/aucun-des-6-sous-marins-de-la-marine-allemande-nest-operationnel/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Lun 23 Oct 2017 - 19:08

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Jeu 2 Nov 2017 - 19:12

Citation :
02/11/2017

Modernisation des P-3 « Orion » allemands !




Lockheed Martin a reçu un contrat de 158,5 millions de dollars pour la deuxième phase du programme de modernisation de la flotte d’avions de patrouille maritime P-3C « Orion » de la marine allemande. Cette seconde phase se concentrera sur les mises à jour du système de mission de huit avions de patrouille maritime.

La modernisation des P-3C allemands doit permettre de soutenir les opérations jusqu'en 2035. Le système de mise à niveau de mission fait partie d'une mise à niveau global de la flotte avec la modernisation de l’avionique capacité et de la capacité de vol aux instruments (IFR).

Le programme d'actualisation du système de mission des P-3C allemands inclura la conception, le développement, la fabrication, l'intégration, l'installation et l'essai du système de mission tactique aéroporté de Lockheed Martin. La majeure partie de la conception, de la fabrication et des mises à niveau matérielles et des logiciels sera effectuée sur les sites de Lockheed Martin à Owego près de New York, Manassas, Virginie et Marietta, Géorgie.

Le système de mission tactique aéroporté est un système basé sur le système JAVA à architecture ouverte qui fournit des logiciels de pointe ainsi que des composants de traitement, d'affichage et de contrôle du système de mission de base. En tirant parti des composants commerciaux (COTS), les coûts d'obsolescence futurs sont réduits, soutenant ainsi la durabilité à long terme du système pour le client. En plus du système de mission tactique aéroportée, l'actualisation du système de mission comprendra un nouveau système de traitement acoustique monté sur bâti aéroporté (AR-C2P) qui assurera la durabilité à long terme de l'avion P-3.

Le programme d'actualisation du système de mission P-3 « Orion » en Allemagne a débuté en 2016 lorsque la marine américaine a attribué à Lockheed Martin un premier contrat de vente militaire (FMS) de 54,9 millions de dollars pour des travaux de conception et de conception préliminaires. L'attribution actuelle du contrat de 158,5 millions de dollars prend le programme de la revue préliminaire de conception à l'achèvement du programme en 2022. Les huit avions exploités par la marine allemande ont été achetés au début de 2006 auprès de la marine royale néerlandaise.



Photos : P-3C « Orion » de la Marine allemande @ Deutsche Marine

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/11/02/modernisation-des-p-3-orion-allemands-864633.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Ven 3 Nov 2017 - 22:43

Citation :
Rheinmetall to supply the Bundeswehr with DM98 practice ammunition for Leopard 2 MBT

By Dylan Malyasov - Nov 3, 2017 | Germany


Photo by Catalan

Read news from Defence Blog at Flipboard.com | Subscribe to the newsletter from Defence Blog


The German Bundeswehr has awarded Rheinmetall a contract to supply it with new practice ammunition for main battle tanks. This is the German Army’s first-ever order of the new full-calibre 120mm practice ammunition, which it refers to as the DM98.

In September 2017 Rheinmetall booked a first order to manufacture and deliver 10,000 rounds of DM98 ammunition, which will reach the Bundeswehr before the end of the year. In light of current German training requirements, Rheinmetall expects to receive an order for a further 3,200 cartridges at the beginning of 2018, with shipment due to take place in the first quarter of the year. The entire order value for the initial requirement totals €24.7 million, including value added tax. Of this amount, €18.5 million (without VAT) was already booked in the third quarter of 2017 as an incoming order.

Rheinmetall Waffe Munition GmbH developed the 120mm full-calibre round as a successor to the earlier DM18. Essential characteristics of the new cartridge include a geometry and length comparable to its DM18 predecessor and above average accuracy even at ranges exceeding 2,000 metres. It also features a tracer function that assures good, steady visibility in all light conditions.


DM98 practice ammunition for Leopard 2 MBT

In response to an urgent operational requirement, the new round – initially known as the RH88 – was qualified in 2015 for all variants of Leopard 2 main armament, with Denmark serving as the pilot customer. In 2016 it was successfully qualified with a second packaging system by the Bundeswehr, and introduced as the DM98. The official designation in English is “Cartridge 120mm x 570, DM98 TP-T”, with the final initials standing for target practice tracer.

These two German orders mean that by the end of 2017, Rheinmetall will have supplied over 20,000 rounds of RH88/DM98 ammunition to four different Leopard 2 user nations in the space of three years. Following the first product optimization, starting in mid 2018 the design status of the ammunition will be in full compliance with the requirements contained in the EU’s REACH regulation for Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemicals.

http://defence-blog.com/army/rheinmetall-to-supply-the-bundeswehr-with-dm98-practice-ammunition-for-leopard-2-mbt.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Mer 8 Nov 2017 - 20:41

Citation :
Germany declares preference for F-35 to replace Tornado

Gareth Jennings - IHS Jane's Defence Weekly

08 November 2017


Given the short timeline before it needs to replace its Tornados, the German Air Force has expressed its preference for the F-35.
Source: Lockheed Martin



The German Air Force has a shortlist of existing platforms to replace its Panavia Tornados from 2025 to 2030, but the Lockheed Martin F-35 Lightning II Joint Strike Fighter (JSF) is the service’s “preferred choice", a senior service official said on 8 November.

Speaking under the Chatham House Rule, the official said that the F-35 already fulfils most of the requirements that the Luftwaffe requires to replace its Tornados in the 2025 to 2030 timeframe, and that it offers a number of other benefits besides.

“The Tornado replacement needs to be fifth-generation aircraft that can be detected as late as possible, if at all. It must be able to identify targets from a long way off and to target them as soon as possible.

“The German Ministry of Defence [MoD] is looking at several aircraft today, including the F-35 – it is commercially available already, has been ordered by many nations and is being introduced into service today, and has most of the capabilities required.”

Germany had previously engaged Airbus Defence and Space (DS) in defining the requirements for a future Tornado replacement under its Future Combat Air System (FCAS) programme. However, the timelines involved of an anticipated retirement of the Tornado in about 2030 has caused the Luftwaffe to look instead at an already developed platform. As the official explained, “The timeframe suggests we need to start introducing successor in about 2025 to cover the Tornado retirement in 2030 – we need a five-year transition phase. That is only seven years away, and so it is very unlikely that industry could develop and introduce an entirely new aircraft type that fulfils the functionalities that we require. History show that the Eurofighter took 25 years before the first aircraft was introduced.”
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Sam 18 Nov 2017 - 18:02

Citation :
Over half of Bundeswehr’s Leopard 2 MBTs are not operationally ready

Samuel Cranny-Evans - IHS Jane's Defence Weekly

17 November 2017


German media reported on 16 November that only 95 of the 244 Leopard 2 main battle tanks (MBTs) in service with the
Bundeswehr are operationally ready. A further 53 vehicles – thought to be Leopard 2A6Ms – are being converted to the
new Leopard 2A6M+ standard, and 86 are in a state of disrepair without any spare parts. The German report states that
“the unavailability of the required replacement parts would be detrimental”.


Only 95 of the 244 Leopard 2 MBTs in service with the Bundeswehr are operationally ready, according to German media.
(Rheinmetall)



Wolfgang Hellmich, chairman of the Bundestag’s defence committee, is quoted as describing the revelations as “incredible”,
asking “who bears responsibility for this disaster”. He goes on to ask: “How should troops train, be ready to deploy, when
one third of the fleet already fails during use, i.e., training and deployment, and cannot be repaired?”

This is not the first report of readiness issues among the German armed forces. In August, German forces deployed to Mali
suffered from equipment shortages and a lack of spare parts. The issues were complicated by the heat and dust of the
country, which damaged the helicopter fleet and resulted in the crash of a Tiger helicopter and restricted flying thereafter.
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Lun 20 Nov 2017 - 16:57

Citation :
Les difficultés pour former un gouvernement mettent la politique de défense allemande dans le flou


Laurent Lagneau 20 novembre 2017




Pour former un nouvelle coalition gouvernementale dominée par les conservateurs de la CDU/CSU (33% des voix aux dernières élections législatives), la chancelière allemande, Angela Merkel, comptait trouver un accord avec le Parti libéral-démocrate (10,7%) et les Verts (8,9%). Les pistes pour arriver à un compromis ne sont pas nombreuses : les sociaux-démocrates du SPD ont fait savoir qu’ils n’entendaient pas – du moins pour le moment – participer au prochain gouvernement et toute alliance avec l’AfD (Alternative pour l’Allemagne) reste impensable, tout comme avec Die Linke (extrême-gauche).

Seulement, le 19 novembre, les discussions entre la CDU, le FDP et Les Verts ont tourné court. » Il vaut mieux ne pas gouverner que mal gouverner », a en effet lancé Christian Lindner, le chef de file des libéraux, pour annoncer la rupture des pourparlers, en soulignant que son parti avait multiplié « les propositions en vue d’un compromis. »

A priori, la politique migratoire de Mme Merkel est l’une des causes de cet échec des discussions : les libéraux voulaient plus de rigueur en la matière avec que les Verts souhaitaient davantage de « générosité ». Mais là n’est pas le seul clivage. D’autres concernent les questions militaires, dont certaines sont susceptibles d’avoir des incidences sur des projets en cours. Et cela aurait été la même chose avec les sociaux-démocrates.

En premier lieu, l’objectif de porter des dépenses militaires à 2% du PIB ne fait pas consensus. Or, Mme Merkel avait réaffirmé cet objectif il y a à peine un an. « Je sais qu’il reste du chemin à parcourir pour parvenir [aux 2 %], et je ne peux pas faire la promesse que nous y parviendrons dans un avenir proche », avait-elle affirmé devant le Bundestag [Chambre basse du Parlement allemand, ndlr]. « Mais nous devons clairement montrer que nous visons cet objectif et que nous voulons l’atteindre », avait-elle ajouté.

Cet objectif des 2% du PIB est « le bon car la Bundeswehr a urgemment besoin de modernisation », expliqua, plus tard, Mme Ursula von der Leyen, la ministre allemande de la Défense. « L’Allemagne a une économie forte » et « personne ne comprendrait que cette Allemagne forte ne parvienne pas à remplir cet objectif mesuré alors que d’autres pays à court d’argent se serrent la ceinture » pour l’atteindre, plaida-t-elle.

Sauf que les Verts n’ont jamais voulu entendre parler de cet objectif, pas plus que les sociaux-démocrates. Ces derniers l’avait d’ailleurs clairement remis en cause alors qu’ils participaient à la précédente équipe gouvernementale dirigée par Mme Merkel. Pour eux, il s’agit d’un but « irréaliste ». Et de croire que personne ne voudrait, en Europe, voire une Allemagne avec un budget militaire de 60 milliards d »euros, eu égard au « poids de l’histoire. »

Un autre sujet de désaccord porte sur les exportations d’équipements militaires. Quand le FDP et la CDU/CSU gouvernèrent ensemble, entre 2009 et 2013, Berlin avait assoupli des règles alors très strictes en la matière. Pendant un temps, il fut même question de vendre des chars Leopard 2A7+ à l’Arabie Saoudite, ce qui aurait été inconcevable quelques années plus tôt. En 2013, 62% des 5,8 milliards d’euros de contrats d’armement autorisés par Berlin concernaient des pays n’appartenant ni à l’Otan, ni à l’Union européenne.

L’arrivée du social-démocrate Sigmar Gabriel au ministère de l’Économie marqua le retour à une certaine orthodoxie. « Les considérations sur l’emploi ne doivent pas jouer un rôle déterminant dans les décisions prises par le gouvernement et plus particulièrement par le ministère de l’Économie au sujet des exportations d’armes », affirma-t-il, en août 2014.

Ce raidissement eut d’ailleurs des répercussions sur les contrats remportés à l’exportation (et en particulier auprès des pays du Moyen-Orient) par les industriels français, certains équipements ayant des composants allemands. Et cela, en dépit des accords » Debré-Schmidt ».

Or, les Verts se sont montrés très fermes sur cette question. Et il en sera de même si Mme Merkel arrive à convaincre les sociaux-démocrates de participer au prochain gouvernement…

Troisième point de désaccord : les drones armés. Cette question intéresse le programme européen MALE RPAS, pour lequel l’Allemagne a réussi à imposer ses vues (notamment pour ce qui concerne la double motorisation). Or, elle divise la classe politique allemande. Si les conservateurs et les libéraux (en principe) n’y sont pas opposés, il en va tout autrement des Verts et des sociaux-démocrates.

En juin, des derniers ont d’ailleurs refusé de voter les crédits nécessaires pour la location de 5 drone MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) Heron TP auprès du constructeur israélien IAI au motifs qu’ils pouvaient potentiellement être armés. Ce sujet devait être réglé après les élections législatives. Manifestement, il risque de ne pas l’être…

Enfin, la dissuasion nucléaire de l’Otan pourrait être un sujet, étant donné que les Verts allemands plaident pour le désarmement nucléaire mondial. Seulement, conservateurs et libéraux entendent conserver le rôle qu’y tient l’Allemagne en accueillant sur son sol des bombes nucléaires américaines et en mettant à disposition des avions de combat (Panavia Tornado, en l’occurrence). Mais la participation des écologistes aux gouvernements dirigés par le social-démocrate Gerhard Schröder (1998-2005) ne donna lieu à aucune évolution de Berlin à ce sujet.

http://www.opex360.com/2017/11/20/les-difficultes-pour-former-un-gouvernement-mettent-la-politique-de-defense-allemande-dans-le-flou/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Mar 28 Nov 2017 - 19:29





Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Mar 28 Nov 2017 - 22:22

Citation :

NH90 Sea Lion prototype 2. © Airbus Hleicopters

Second NH90 prototype for German Navy takes off


Airbus Helicopters has reported the maiden flight of the second prototype of an upgraded version of the NH90 for the German Navy.

The second prototype of the NH90 Sea Lion ordered by the Federal Office of Bundeswehr Equipment, Information Technology and In-Service Support lifted off from the Donauwörth site of Airbus Helicopters for its maiden flight on 24th November.

The company says it is now entering a development testing phase of several months that will focus on avionics and software. Activities for the qualification of the delivery configuration are scheduled to start over the course of 2018 once additional modifications have been made to the prototype.

The Sea Lions will be the first NH90s to be delivered by NH Industries with advanced civil navigation capabilities. They will be equipped with the CMC Electronics CMA-9000 Flight Management System (FMS) and CMA-5024 GPS Landing System.

They will be deployed primarily for search and rescue (SAR), transportation and other specialised missions, and will replace the force's ageing fleet of Sikorsky Sea Kings.

Deliveries of the 18 machines ordered by the German Navy are scheduled to start at the end of 2019, a timetable that Airbus Helicopters is convinced it can meet, though describing it as “demanding”.

Final assembly of the first Sea Lion series-production aircraft also started recently; this will run in parallel to the qualification process.

http://www.aircosmosinternational.com/second-nh90-prototype-for-german-navy-takes-off-103783
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Mer 6 Déc 2017 - 18:55



Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Mar 12 Déc 2017 - 15:15

Citation :
L’Eurofighter Typhoon a les faveurs du gouvernement allemand pour succéder au Tornado


Posté dans Europe, Forces aériennes par Laurent Lagneau Le 12-12-2017




Les négociations pour former une nouvelle coalition gouvernementale après les élections législatives organisées en septembre peinent à avancer en Allemagne. Et le gouvernement sortant, conduit par la chancelière Angela Merkel, gère les affaires courantes. Et le remplacement des chasseurs-bombardiers Panavia Tornado de la Luftwaffe à l’horizon 2025 fait partie de ces dernières.

S’il ne faut pas s’attendre à une décision sur ce dossier tant qu’une nouvelle équipe gouvernementale ne sera pas en place, il n’en reste pas moins que, au cours de ces derniers mois, Berlin a demandé à deux constructeurs américains des informations concernant le F-15 et le F/A-18 Super Hornet (Boeing) et le F-35A (Lockheed-Martin).

En novembre, le chef d’état-major de la Luftwaffe, le général Karl Müllner, n’a pas caché sa préférence pour le F-35A, qui, par ailleurs, doit équiper plusieurs forces aériennes européennes (Royaume-Uni, Italie, Pays-Bas, Danemark, Norvège). « Pour remplacer leurs Tornado, les forces allemandes ont besoin d’un avion de cinquième génération, difficile à détecter par les radars ennemis et capable de frapper des cibles à grande distance », a-t-il fait valoir.

Une telle perspective suscite de l’inquiétude chez Airbus Defence & Space. Ainsi, le directeur général de la branche « défense » du groupe européen, Dirk Hoke, a mis en garde contre un tel « palliatif » dans la mesure où il « remettrait en cause l’économie de l’ensemble du projet » franco-allemand d’avion de combat, annoncé en juillet dernier. Et d’y voir un danger pour l’industrie aéronautique militaire européenne.

Mais les industriels ne sont pas les seuls à s’inquiéter des propos du chef de la Luftwaffe. Ainsi, l’eurodéputée écologiste Franziska Brantner a demandé au ministère allemand de la Défense des éclaircissements et s’il partage le point de vue du général Müllner. Et c’est le secrétaire d’État à la Défense, Ralf Brauksiepe, qui lui a répondu.

Ainsi, selon ce dernier, « le point de vue exprimé par le chef de la Luftwaffe sur le F-35 Lightning II, qui serait particulièrement approprié pour remplacer le Tornado n’est pas la position du gouvernement fédéral », lequel pencherait plutôt une version évoluée de l’Eurofighter Typhoon. Quant aux appareils américains, ils constitueraient une « option secondaire ». Toutefois, a précisé M. Brauksiepe, « aucune décision finale n’a été prise ». Elle le sera quand les évaluations des appareils possibles auront été faites.

L’Eurofighter Typhoon est déjà en service au sein de la Luftwaffe. Et l’inflation de ses coûts de maintenance a été sévèrement critiquée par la Cour fédérale des comptes allemande. En outre, l’Allemagne a réduit sa commande initiale de cet appareil (140 au lieu de 180). Enfin, pour qu’il puisse remplacer le Tornado, cet avion devra être en mesure d’emporter les bombes nucléaires tactiques B-61 mises à la disposition de l’Otan par les États-Unis.

Par ailleurs, le responsable allemand a confirmé l’intention de son pays de développer conjointement un avion de combat avec la France. « Ce projet est une étape importante dans la continuité de la coopération étroite et avant-gardiste entre ces deux nations pour l’Europe », a-t-il dit. « Le gouvernement fédéral est déterminé à promouvoir le développement d’un système d’armes commun », a-t-il ajouté.

Ce programme franco-allemand, qui doit, à terme, permettre le remplacement du Rafale et de l’Eurofighter Typhoon, doit faire l’objet d’une feuille de route qui devra être prête d’ici le printemps prochain. À condition de se mettre d’accord… Ce qui paraît compliqué, comme c’est actuellement le cas avec le projet de drone MALE européen (MALE RPAS), lancé par l’Allemagne, la France et l’Italie.

http://www.opex360.com/2017/12/12/leurofighter-typhoon-les-faveurs-du-gouvernement-allemand-pour-succeder-au-tornado/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Sam 16 Déc 2017 - 18:27

Citation :
L’Allemagne a lancé une procédure pour acquérir jusqu’à 60 hélicoptères lourds américains


Posté dans Europe, Forces aériennes par Laurent Lagneau Le 16-12-2017




Si le Fonds européens de défense avait été mis sur pied dix ans plus tôt, peut-être qu’Airbus Helicopters serait en mesure, aujourd’hui, de proposer un hélicoptère lourd, comme il en avait été question en 2009 avec le projet franco-allemand HTH [Heavy Transport Helicopter, HTH, ndlr]

Mais avec des « si », on pourrait mettre Paris (et Berlin) en bouteille… Et, pour remplacer ses 68 hélicoptères CH-53G « Stallion », l’Allemagne ne peut que se tourner vers les États-Unis.

En effet, le projet d’achat de 45 à 60 hélicoptères lourds que vient d’approuver le chef d’état-major de la Bundeswehr, le général Volker Wieker, prévoit un appel d’offres qui se jouera entre les Sikorsky (filiale de Lockheed-Martin) et Boeing. Les deux industriels américains proposeront respectivement le CH-53K King Stallion et le CH-47F Chinook. Le montant de ce marché est évalué à plus de 4 milliards d’euros.

Dans un premier temps, le ministère allemand de la Défense va mener une étude capacitaire. Puis il lancer une demande d’informations au second semestre 2018. Le choix final devrait être annoncé en 2020.

N’ayant pas d’hélicoptère lourd à proposer, l’industrie aéronautique allemande espérait obtenir des contrats relatifs à la maintenance des futurs appareils de la Luftwaffe.

« Choisir des entreprises allemandes pour gérer la flotte des nouveaux hélicoptères créérait des emplois en Allemagne, accélérerait leur certification et assurerait la souveraineté allemande. Toute autre décision nuirait à l’industrie allemande des hélicoptères », avait ainsi plaidé, en juin, Stefan Wölfle, un dirigeant d’Airbus.

Mais tel n’est pas l’approche retenue par le général Wieker, ce dernier n’ayant pas voulu dissocier le contrat sur la fabrication des hélicoptères avec celui de leur maintenance.

« Les modalités de l‘appel d’offres exigeront que la maintenance soit effectuée en Allemagne, même s’il n’y aura pas d‘obligation de choisir une entreprise allemande pour cela », a expliqué une source « proche du dossier » à l’agence Reuters.

Cependant, les deux groupes américains ont déjà fait connaître leur intention de nouer des « partenariats » locaux pour assurer la maintenance de ces hélicoptères lourds. Ainsi, en juin, Sikorky avait dit « finaliser » des « relations exclusives » avec plusieurs entreprises allemandes tandis que Boeing rappelait ses « liens étroits » avec une centaine de PME d’outre-Rhin pour sa chaîne d’approvisionnement.

Pour rappel, l’entretien et la modernisation des CH-53G de la Luftwaffe est actuellement assurée par Airbus Helicopters Deutschland.

http://www.opex360.com/2017/12/16/lallemagne-a-lance-procedure-acquerir-jusqua-60-helicopteres-lourds-americains/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Jeu 4 Jan 2018 - 18:31

Citation :
04.01.2018

La Bundeswehr construit son CENZUB qui sera opérationnel en 2020




Il faudra attendre 2020 pour que le futur centre d'entraînement au combat urbain de la Bundeswehr fonctionne à 100% de ses capacités. Ce sera lors le plus grand centre d'entraînement aux actions en zone urbaine en Europe.

Ce site baptisé "Schnöggersburg" est situé au nord de Magdeburg. A terme, ce centre comprendra 500 bâtiments, 300 cabanons/abris, des salles de sports, des zones résidentielles, un complexe administratif, une vieille ville avec son marché, un quartier des affaires etc.

Les travaux ont commencé en 2012 et ont été découpés en 5 phases:
- phase 0: construction des infrastructures, avec 16,5 km de routes, une rivière et des ponts pour la franchir, 650m d'égout, une gare et 1500m de voie ferrée. Un aérodrome avec une piste de 1700m capable d'accueillir des C-130 et des A-400M a été remise en service;
- phase 1: construction de la vieille ville et d'une partie de la ville moderne, avec trois lieux de culte et des immeubles.
- phase 2: construction de la zone industrielle, d'un complexe sportif. Livraison début 2018.
- phase 3: poursuite de la construction de la zone commerciale et de la zone résidentielle. Création d'un collège, d'un hôpital, d'une école coranique... Livraison fin 2019
- phase 4: construction des quartiers périphériques et d'un bidonville avec 250 abris. Livraison en 2020.

L'investissement tourne autour de 140 millions d'euros.

Ce site de 6 km2 fait partie d'un ensemble plus vaste: le centre de simulation de l'armée de terre (le Gefechtsübungszentrum Heer ou GÜZ).



http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2018/01/03/la-bundeswehir-construit-son-cenzub-18908.html


Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8571
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Jeu 4 Jan 2018 - 19:37

Les bombes à guidage laser et GPS GBU-48 de 504 kg (x4) sont désormais utilisables pour les opérations air-sol par les Eurofighter de la Luftwaffe au sein de l'escadron tactique 31 "Boelcke" basé à Nörvenich...

https://www.flugrevue.de/militaerluftfahrt/kampfflugzeuge-helikopter/luftwaffe-uebernimmt-gbu-48-bombe-fuer-den-eurofighter/744248

http://www.janes.com/article/76525/luftwaffe-eurofighters-gain-air-to-ground-capability
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Mer 10 Jan 2018 - 18:53

Citation :
La très récente frégate Bade-Württemberg déçoit la marine allemande

Posté dans Europe, Forces navales, Industrie par Laurent Lagneau Le 10-01-2018




En 2007, le ministère allemand de la Défense a confié au consortium ARGE F125, emmené par TKMS et comprenant les chantiers navals Blohm+Voss et Lürrsen, le soin de construire quatre nouvelles frégates de type F-125 afin de remplacer les 8 navires de type 122 alors en service au sein de la Deutsche Marine. Le tout pour un montant initial de 2,2 milliards d’ euros.

Le concept de la frégate F-125 peut sembler curieux. Affichant un déplacement deux fois plus imposant que ceux du type 122 (7.200 tonnes contre 3.680) et armé par deux fois moins de marins (l’automatisation étant extrêmement poussée), ce bâtiment est conçu pour effectuer des déploiements dans des zones de crise pendant de longues périodes (jusqu’à 24 mois).

D’une longueur de 150 mètres pour 19 mètres de large, cette frégate peut naviguer à la vitesse de 26 noeuds grâce à son système de propulsion CODLAG, doté de quatre moteurs diesel, de deux moteurs électriques et d’une turbine à gaz.

Outre le fait que sa conception doit lui garantir une importante survivabilité, sa particularité est que ses capacités en matière de lutte anti-sous-marine sont quasiment inexistantes (elles reposent sur ses deux hélicoptères embarqués). Idem pour sa défense contre les menaces aériennes, cette dernière étant basée sur deux systèmes RIM-116 « Rolling Airframe Missile » (RAM) d’une portée de 9 km.

En revanche, la frégate F-125 est relativement bien dotée en matière d’artillerie, avec une tourelle Light Weight de 127 mm fourni par Oto Melara et ayant une portée de 70 km. Elle est également armée par 8 missiles anti-navires Harpoon (pouvant éventuellement être utilisés contre des cibles côtières), de 5 mitrailleuses de 12,7 et de 2 canons de 27 mm téléopérés.

Alors que, ces dernières années, l’Otan prévient de la hausse de l’activité des sous-marins russes dans l’Atlantique-Nord, cette imposante frégate (qui pourrait entrer dans la catégorie des destroyers) est taillée pour des missions d’action vers le littoral, de contre-terrorisme et de lutte contre la piraterie et les trafics. D’ailleurs, pour cela, elle est théoriquement capable d’accueillir 50 commandos marin et 4 embarcations rapides. Théoriquement car il n’est impossible que cette capacité serve à éventuellement accueillir des marins supplémentaires pour mettre en oeuvre ce navire.

La première frégate de la série, le Baden-Württemberg, a été livrée à la Bundeswehr en novembre 2016. Et, visiblement, ses essais en mer n’ont pas été concluants puisque la Deutsche Marine l’a renvoyée au chantier Blohm+Voss pour régler des problèmes de conception.

Selon une information repérée dans la presse allemande par le site spécialisé Mer et Marine, la frégate Baden-Württemberg aurait des problèmes informatiques concernant son système de combat et présenterait une gîte anormale de 1,3° sur tribord. En outre, le navire serait trop lourd de 178 tonnes par rapport à son cahier des charges, ce qui est de nature à compliquer l’éventuel ajout de capacités supplémentaires à l’avenir (comme un sonar, par exemple).

D’après la presse d’outre-Rhin, c’est la première fois que l’agence allemande d’acquisition de matériel de défense [BAAINBw] refuse un navire peu après sa livraison pour des problèmes de conception. Il est espérer que ces derniers soient des aléas inhérents à la mise au point d’un nouveau bâtiment… Car trois autres frégates du même type doivent être livrées d’ici 2020. Pour le moment, on ignore quand le Baden Württemberg sera en mesure de reprendre la mer.

« Ce nouveau problème vient s’ajouter à la série des augmentations de coûts et des retards qui ont accompagné la classe F-125 », a souligné l’hebdomadaire Stern. « Avant l’échec du ‘Baden Württemberg’, il a déjà été signalé qu’un sous-marin allemand n’est opérationnel et que la moitié des chars Leopard attendent une réparation », a-t-il rappelé.

Photo : Ein Dahmer, via Wiki Media

http://www.opex360.com/2018/01/10/tres-recente-fregate-bade-wurttemberg-decoit-marine-allemande/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Mar 16 Jan 2018 - 18:46


Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Ven 9 Fév 2018 - 20:53

En Norvège.
Citation :
Bundeswehr

PHOTOS:
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Mar 13 Fév 2018 - 13:16

Citation :
La marine allemande est en grande difficulté pour honorer ses engagements auprès de l’Otan et de l’UE

Posté dans Europe, Forces navales par Laurent Lagneau Le 13-02-2018




Commissaire parlementaire aux forces armées allemandes [Bundeswehr], le social-démocrate Hans-Peter Bartels ne cesse de tirer la sonnette d’alarme sur les capacités militaires de son pays. Fin janvier, il avait ainsi déploré le manque de disponibilité de la Bundeswehr, laquelle s’était « encore dégradée, malgré un budget en en légère hausse. »

« Alors que les missions extérieures avec de petits contingents se sont bien déroulées, la Bundeswehr, dans son ensemble, ne peut actuellement être utilisée pour la défense collective », avait en effet souligné M. Bartels, dans les colonnes du magazine Focus.

Dans un entretien publié par l’édition dominicale du quotidien Bild, M. Bartels a évoqué la situation inquiétante dans laquelle se trouve actuellement la marine allemande [Deutsche Marine]. L’on savait déjà qu’aucun des six sous-marins que compte que cette dernière n’était opérationnel à la fin de l’année 2017. Seul le U-31, qui vient de passer 4 ans dans un chantier naval, vient de reprendre la mer pour des essais. Il devrait être de nouveau opérationnel d’ici la fin du mois de mars.

Un autre souci concerne la dernière frégate livrée à la Deutsche Marine. Première de la série du programme F-125, au concept pour le moins étonnant, le navire « Baden-Württemberg » a été renvoyé au chantier Blohm+Voss pour régler des problèmes de conception. Une première pour l’agence allemande d’acquisition de matériel de défense [BAAINBw].

Les navires ravitailleurs souffrent également de problèmes de disponibilités. Le A1411 « Berlin », entré en service en 2001, est en cale sèche depuis septembre 2016 au chantier naval de Lürssen pour une opération de maintenance à mi-vie. Le plus récent de la série, le A1413 « Bonn » (opérationnel depuis 2013) est actuellement en « maintenance programmée » à Hambourd depuis août 2017. Enfin, le A1412 « Frankfurt am Main » a retrouvé le service en septembre dernier, après avoir subi des réparations après une collision.

Plus généralement, la Deutsche Marine est confrontée à un gros problème d’approvisionnement en pièces détachées. Y compris les plus simples, comme les pompes à injection ou les refroidisseurs d’huile, a souligné Hans-Peter Bartels. Et les délais de livraison peuvent atteindre six mois, ce qui rallonge d’autant les opérations de maintenance.

« Il y a trop de responsabilités administratives [en clair, de bureaucratie] et un manque de personnel. Et, parfois, les chantiers navals aiment s’accrocher le plus longtemps possible à un ordre donné », a déploré le commissaire parlementaire de la Bundeswehr.

En outre, les nouveaux navires censés remplacer les plus anciens tardent à être opérationnels. « Six des quinze anciennes frégates ont été retirées du service, mais aucun des nouvelles frégates 125 n’a été remise à la Deutsche Marine », a fait valoir M. Bartels.

Aussi, a-t-il averti, « la Deutsche Marine va bientôt manquer de navires opérationnels » et l’Allemagne « doit réfléchir à deux fois avant d’accepter de nouvelles missions navales au profit de l’Otan, de l’Union européenne ou des Nations unies. »

Ces dernières années, la marine allemande a notamment participé à l’opération de l’Union européenne EUNAVFOR « Sophia » en Méditerranée centrale et déployé des navires au sein des Groupes maritimes permanents de l’Otan. Enfin, elle a également envoyé l’une de ses anciennes frégates Augsburg auprès du porte-avions Charles de Gaulle, en novembre 2015.

http://www.opex360.com/2018/02/13/marine-allemande-grande-difficulte-honorer-engagements-aupres-de-lotan-de-lue/
Revenir en haut Aller en bas
MAATAWI
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 14797
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Mer 14 Fév 2018 - 17:51

Citation :
Après sous-marins et chars: la Bundeswehr a des problèmes avec… ses rations de combat


Le service de logistique de l'armée fédérale allemande tire la sonnette d'alarme: un déficit de rations de combat individuelles de la Bundeswehr a été signalé, relate le quotidien allemand Die Welt.
Les rations sont conçues pour nourrir les soldats dans des conditions de terrain pour une journée, s'ils ne peuvent pas avoir accès à de la nourriture chaude de la cuisine de campagne mobile ou à la restauration collective.
Selon Die Welt, le manque s'est manifesté de façon inattendue. Un bataillon allemand a décidé d'effectuer des manœuvres militaires et a demandé la quantité nécessaire de rations de combat. Le service de logistique a répondu qu'il ne pouvait livrer qu'une partie de la commande. Il a été annoncé que la quantité de rations de combat disponible dans les dépôts était en dessous du point critique.
La Bundeswehr a refusé de donner à la presse le chiffre exact de ce point critique affirmant que cette information était secrète. Toutefois, il a été possible de savoir qu'à la demande du service d'approvisionnement de la Bundeswehr, dont les entrepôts se trouvent à Oldenburg, les entreprises disposant d'un permis spécial produisent annuellement 300.000 rations de combat. Considérant une armée de 179 562 personnels (données au 31 décembre 2017), cela représente moins de deux rations de combat par soldat et par an!

Cette histoire de pénurie des rations de combat a lancé un débat sur le faible niveau de préparation de l'armée allemande et la forte diminution de l'efficacité au combat de la Bundeswehr. Des Allemands estiment que la pénurie de rations est liée au fait qu'on préfère garder les soldats dans des casernes chaudes et confortables au lieu de les envoyer sur le terrain en exercice.
Selon le journal Bild, depuis octobre dernier, aucun sous-marin allemand n'est sorti des ports: tous sont en réparation. La moitié du parc de chars Leopard 2 est également en réparation. La même histoire se répète avec les 14 avions de transport militaires A400M de la Luftwaffe qui, à cause de pannes, ne volent que très rarement. 
Pendant les 40 premières années de son existence, il a été interdit par la Constitution à la Bundeswehr de participer à des opérations militaires à l'étranger. Ce n'est qu'en 1994 que le Tribunal constitutionnel fédéral a décidé d'abroger cette interdiction. La loi fondamentale allemande dispose maintenant que l'armée allemande n'est autorisée à participer qu'à des opérations sanctionnées par l'Onu pour établir et maintenir la paix.
À la mi-décembre de l'année dernière, le Bundestag a approuvé une prolongation de trois mois des cinq missions de maintien de la paix et antiterroristes de la Bundeswehr. Il s'agit notamment de l'opération Sea Guardian en mer Méditerranée par laquelle les pays de l'Otan surveillent cette zone pour empêcher la pénétration de migrants illégaux vers les pays européens, parmi lesquels figurent des personnes identifiées comme constituant une menace terroriste. Des militaires allemands participent également à des missions en Syrie, en Irak, en Afghanistan et au Mali. Ils sont principalement engagés dans le support technique et la logistique.
Le 1er juillet 2011, l'Allemagne a mis fin au service militaire obligatoire. Depuis, de moins en moins d'Allemands rejoignent les rangs des forces armées. Au cours des huit premiers mois de 2017, 10.105 hommes et femmes, soit 15% de moins que la même période en 2016, ont signé un contrat avec la Bundeswehr. Toutefois, une recrue sur quatre laisse tomber après la période probatoire.
La transition vers une armée professionnelle coûte beaucoup d'argent à l'Allemagne. Il suffit de dire que le soldat touche de 1.300 à 1.600 euros mensuellement, un caporal de 1.600 à 1.800, un lieutenant de 2.000 à 2.700 et un général plus de 10.000 euros par mois.
https://fr.sputniknews.com


_________________
Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autres
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Ven 16 Fév 2018 - 19:32

Citation :
La Bundeswehr – à nouveau – en panne ?

Actualités Nathan Gain 16 février, 2018

La Bundeswehr pourrait se retrouver dans l’incapacité de respecter ses futurs engagements vis-à-vis de l’OTAN, révèle un rapport confidentiel consulté par le quotidien allemand Die Welt. D’après ce dernier, la majeure partie des véhicules blindés de la 9e brigade blindée de Munster, appelée à diriger la Very High Readiness Joint Task Force (VJTF) de l’Alliance en janvier 2019, serait inutilisable faute de pièces détachées.


Un Leopard 2A6 du 93e bataillon de chars de la 9e brigade blindée allemande (Crédit photo: Panzerlehrbataillon 93/Markus Strauch)


Selon ce rapport, seuls neuf Leopard 2A6 sur 44 et trois véhicules de combat d’infanterie Marder sur 14 seraient en état de marche au sein du 93e bataillon de chars. La faute à qui ? Au manque criant de pièces détachées. Les stocks sont vides et face à la pénurie, la 9e brigade blindée va donc devoir « compenser les pénuries existantes avec les stocks d’autres unités de l’armée », explique le rapport. En d’autres termes, le déséquilibre annoncé menacerait les capacités d’entraînement des unités concernées qui, à leur tour, devront « faire plus avec moins ». Un scénario difficilement envisageable tant les autres bataillons de chars sont eux-mêmes impactés. D’après le quotidien allemand BILD, seuls 95 des 244 Leopard 2 de la Heer seraient aujourd’hui opérationnels. Soit un taux de disponibilité sensiblement inférieur à celui des chars Leclerc français, évalué à 61% en 2016.

Et la pénurie ne s’arrêterait pas aux véhicules blindés. La 9e brigade blindée manquerait également de lunettes de vision nocturne, de lance-grenades, de véhicules de soutien ou, encore, de vêtements d’hiver. Difficile, voire impensable, dans ces conditions de répondre à la principale exigence de la VJTF : être entièrement opérationnel dans les 48 heures dans la zone requise. Etablie en 2014 par l’OTAN pour faire face à la menace russe, la VJTF comprend théoriquement cinq bataillons de manœuvres réunis au sein d’une brigade multinationale d’approximativement pour un total de 5000 soldats.

« La situation est préoccupante dans toutes les forces armées », résumait hier le Commissaire parlementaire aux forces armées Hans-Peter Bartels (SPD) dans le Welt. Et pourtant, « le niveau de préparation catastrophique, impliquant que nous ne pouvons plus remplir nos engagements, ne devrait pas surprendre un politicien averti », déplorait ce matin le lieutenant-colonel André Wüstner, président de l’Association allemande de la Bundeswehr, dans le Welt. Selon lui, il devient urgent d’atteindre « un consensus sur l’adaptation et l’accélération des procédures de passation de marchés et sur une loi susceptible d’augmenter durablement la préparation du personnel, incluant le financement nécessaire ».

Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux de Frank Haun, PDG de KMW et co-président de KNDS. En janvier dernier, celui-ci dénonçait déjà des « scénarios de planification incertains, de longs cycles de programmation, une réglementation invraisemblable en Allemagne et une politique d’exportation imprévisible »…

http://forcesoperations.com/la-bundeswehr-a-nouveau-en-panne/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Ven 16 Fév 2018 - 23:19

Citation :
L'Allemagne va augmenter ses dépenses militaires et diplomatiques


Reuters 16/02/2018


L'Allemagne va augmenter son budget consacré à l'armée et sa contribution aux Nations unies, a annoncé vendredi la ministre de la Défense Ursula von der Leyen, appelant ses homologues européens à faire de même.

En visite à Bruxelles pour une réunion de l'Otan cette semaine, le secrétaire d'Etat américain James Mattis a demandé aux pays européens d'accroître leurs dépenses militaires.

Donald Trump a menacé de retirer le soutien des Etats-Unis aux alliés qui auraient un budget militaire inférieur à la directive de l'Otan qui impose que 2% de leur produit intérieur brut (PIB) y soit consacré. En 2016, les dépenses militaires de l'Allemagne représentaient 1,19% de son PIB, selon les chiffres de l'Alliance atlantique.

A l'ouverture de la Conférence de Munich sur la sécurité, Ursula von der Leyen a dit que l'Allemagne se préparait à jouer un rôle plus important sur la scène internationale et a appelé les Etats-Unis à maintenir une stratégie multilatérale.

"Nous sommes inquiets quand nous voyons que certains partenaires continuent à réduire les financements pour la diplomatie, le développement et les Nations unies", a-t-elle dit, faisant référence aux coupes budgétaires de département d'Etat américain sous l'administration Trump.

La ministre allemande a ajouté qu'elle voulait travailler avec la France pour améliorer la coopération européenne et a demandé à tous les Etats membres d'y participer.

https://www.lorientlejour.com/article/1100324/lallemagne-va-augmenter-ses-depenses-militaires-et-diplomatiques.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 24222
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   Lun 19 Fév 2018 - 17:32

Citation :
Actuellement, l’armée allemande ne peut pas tenir sa place à la tête de la force de réaction très rapide de l’Otan

Posté dans Europe, Forces terrestres, Otan par Laurent Lagneau Le 19-02-2018




Ces derniers temps, il ne se passe pratiquement pas une semaine sans que le mauvais état de préparation opérationnelle et les problèmes de disponibilité des forces armées allemandes (Bundeswehr) ne fassent les choux gras de la presse d’outre-Rhin.

Il faut cependant dire que, alors que la situation politique reste compliquée à Berlin, le commissaire parlementaire à la Bundeswehr, le social-démocrate Hans-Peter Bartels, enchaîne les interventions médiatiques pour tirer le signal d’alarme. Mais c’est le quotidien conservateur Die Welt qui est à l’origine d’une nouvelle polémique sur les capacités militaires allemandes.

À partir de janvier 2019, l’Allemagne prendra la tête de la « Force opérationnelle interarmées à très haut niveau de préparation » [Very High Readiness Joint Task Force, VJTF] de l’Otan, dont le principe a été décidé en 2014, après l’annexion de la Crimée par la Russie.

Cette VJTF, qui fait partie de la Force de réaction de l’OTAN (NRF), mobilise 5.000 soldats (soit une brigade terrestre multinationale) ainsi que des forces spéciales ainsi que des moyens aériens et navals. Devant intervenir à très court préavis en cas de nécessité, elle vise à « préparer » le terrain pour le déploiement d’un groupe initial de forces de deuxième échelon (IFFG), composé de deux brigades multinationales.

L’an passé, la Rand Corporation avait émis des doutes sur la capacité de la Bundeswehr à conduite la VJTF, estimant qu’il lui faudrait « probablement plus d’une semaine pour mobiliser un bataillon blindé » et un mois pour solliciter une brigade blindée complète « en dépouillant d’autres unités ». Or, selon Die Welt, cette étude est encore d’actualité.

Ainsi, affirme le quotidien, sur la base de documents internes de la Bundeswehr, le Panzerlehrbataillon 93 de la « Panzerlehrbrigade 9 de Munster, qui va être intégré » à la VJTF, « à peine 9 des 44 chars Leopard 2A6 sont prêts et sur les 14 Marder nécessaires, seuls 3 sont en état de marche. » En cause? Le manque de pièces de rechange et le coût élevé ainsi que le temps nécessaire pour entretenir les véhicules.

Les lunettes de vision nocturne, les lance-grenades et même les vêtements chauds se font « également rares ». « Ils seront fournis par d’autres bataillons, qui eux, ne pourront pas s’entraîner correctement », note le rapport.

Mais ce n’est pas tout. Il a aussi fait état de difficultés pour l’approvisionnement en rations de combat (la quantité disponible dans les dépôts serait en dessous du point critique). Et, à la suite de Die Welt, le quotidien Rheinische Post, qui cite un rapport interne de l’état-major de la Deutches Heer [force terrestre, ndlr], il manque aussi des « unités d’hébergement » mobiles (c’est à dire des tentes de campagnes) pour un déploiement dans le cadre de la VJTF pour la période 2018-2020. Environ 2.500 seraient disponibles, même si elles ne sont « pas adaptées ». Et les gilets de protection ainsi que les vêtements d’hiver sont « également si rares qu’il est impossible de s’assurer que les besoins soient satisfaits. »

En un mot, la Bundeswehr n’est pas en mesure, actuellement, de mobiliser une unité opérationnelle dans les 48 heures, comme l’exige la VJTF de l’Otan.

D’autant plus que, la semaine passée, Hans-Peter Bartels avait prévenu que la marine allemande aurait de grandes difficultés à honorer ses engagements au sein de l’Union européenne et de l’Otan, au regard de la faible disponibilité de ses navires. Il en serait donc aussi de même pour la Deutsches Heer… Et l’aviation [Luftwaffe], dont les avions Eurofighter et les Panavia Tornado ainsi que les hélicoptères CH-53 « ne sont en service que quelques mois par an et restent en maintenance le reste du temps. »

Aussi, les critiques visant la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, pleuvent. Sans surprise, ses adversaires ne retiennent pas leurs coups. « Nous ne pouvons par et n’accepterons pas de telles lacunes dans l’approvisionnement », a lancé Fritz Felgentreu, spécialiste des questions de défense au SPD.

Chez les libéraux du FDP, le ton est plus fort. « Le fait que même les équipements de base tels que les gilets de protection et les vêtements d’hiver sont insuffisants montre à quel point la Bundeswehr est dans un état misérable à cause de la réduction des coûts », a dénoncé Marie-Agnes Strack-Zimmermann, qui a assuré que cette « situation scandaleuse » sera évoquée « lors de la prochaine réunion de la Commission de défense du Bundestag. » Et d’ajouter par ailleurs : « Il est extrêmement désolant que les tâches dans le cadre de l’Otan ne puissent être accomplies qu’avec du bruit. »

Pour les élus de la CDU/CSU, le parti dont est issue Mme von der Leyen, il est crucial d’augmenter le budget de la Bundeswehr. « C’est la base de la sécurité de l’Allemagne et de l’Alliance. Le matériel doit arriver encore plus vite que prévu dans les troupes », a ainsi commenté Henning Otte.

Le président de l’Association allemande des forces armées, le lieutenant-colonel André Wüstner, a renvoyé tout le monde dos-à-dos. « La question clé à laquelle les responsables politiques de tous les partis doivent répondre est la suivante : l’Allemagne doit-elle à nouveau avoir des forces prêtes à l’emploi ou non? Si c’est non, je suggère la dissolution des forces armées. Mais si la Bundeswehr est toujours nécessaire, alors il faut atteindre rapidement un consensus sur l’adaptation et l’accélération des procédures d’achat et voter le financement nécessaire », a-t-il confié à Die Welt. « Cela ne peut pas continuer ainsi, surtout dans le contexte où une grande partie du monde est en flammes », a-t-il insisté.

Directeur du Centre for European Security, basé à Prague, Mark Gaelotti n’est pas surpris par cette situation. « Les différents problèmes militaires allemands ne sont pas un secret pour le reste de l’Otan », a-t-il estimé auprès de Deutsche Welle, avant d’expliquer que, pendant longtemps, l’Allemagne a sous-investi dans ses forces armées « en s’enveloppant dans le manteau de sa politique étrangère non militariste. »

http://www.opex360.com/2018/02/19/actuellement-larmee-allemande-ne-tenir-place-a-tete-de-force-de-reaction-tres-rapide-de-lotan/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Armée Allemande (Bundeswehr)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Armée Allemande (Bundeswehr)
Revenir en haut 
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Armée Allemande (Bundeswehr)
» film allemand sur la deuxième guerre mondiale
» Le QG de l'Armée allemande à Gruchet-le-Valasse
» La bibliothèque idéale en littérature allemande contemporain
» German Navy - Marine Allemande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armées du monde :: Europe-
Sauter vers: