Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le maroc du 20 eme siecle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
AuteurMessage
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1882
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le maroc du 20 eme siecle   Mar 2 Aoû 2016 - 16:56

Casablanca dans les années 1910, pittoresque ! Il n'y avait pas encore de port !

Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1882
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le maroc du 20 eme siecle   Jeu 17 Nov 2016 - 19:20

Tetouan 1935

Revenir en haut Aller en bas
Ichkirne
Sous lieutenant
Sous lieutenant
avatar

messages : 657
Inscrit le : 19/08/2011
Localisation : Paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le maroc du 20 eme siecle   Jeu 29 Déc 2016 - 14:32

SM Le Roi Hassan II paix à Son âme interviewé en 1992 par un journaliste de la mbc. (Désolé pour les non-arabophones)
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1882
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le maroc du 20 eme siecle   Ven 3 Mar 2017 - 20:51

Un discours du maréchal lyautey de 1916, qui résume parfaitement la différence entre le maroc et l'algérie à l'arrivée de la france :

Citation :
Discours de Lyautey à la chambre de commerce de Lyon, 29
février 1916
(....) Permettez-moi maintenant, cher monsieur Birot, de retenir l'attention sur une de vos paroles.
Parlant de l'Algérie, de la Tunisie et du Maroc, vous avez dit:" Nos trois colonies". Or, rien ne serait plus
inexact et plus périlleux que de faire de notre Afrique du Nord une image aussi simplifiée, et de considérer
la Tunisie, l'Algérie et le Maroc sous le même aspect.
Alors que nous sommes en Algérie depuis plus de quatre vingt ans, en Tunisie depuis trente-cinq ans, nous
n'avons pris pied au Maroc qu'il y a huit ans, et notre protectorat y date de moins de quatre ans. L'oeuvre
qu'y réalisait le général d'Amade en 1908, c'est celle qui s'accomplissait en Algérie entre 1830 et 1832. Et
puis, si l'Algérie est bien une "colonie", le Maroc est un "protectorat", et ce n'est pas là seulement question
d'étiquette. Alors que nous nous sommes trouvés en Algérie en face d'une véritable poussière, d'un état de
choses inorganique, où seul le pouvoir constitué était celui du dey turc effondré dès notre venue, au
Maroc, au contraire, nous nous sommes trouvés en face d'un empire historique et indépendant, jaloux à
l'extrême de son indépendance, rebelle à toute servitude, qui jusqu'à ces dernières années, faisait encore
figure d'État constitué, avec sa hiérarchie de fonctionnaires, sa représentation à l'étranger, ses organismes
sociaux dont la plupart subsistent toujours, malgré la défaillance récente du pouvoir central. Songez qu'il
existe encore au Maroc nombre de personnages qui, jusqu'il y a six ans, furent ambassadeurs du Maroc
indépendant à Pétersbourg, à Londres, à Berlin, à Madrid, à Paris, accompagnés de secrétaires et
d'attachés, hommes d'une culture générale, qui ont traité d'égal à égal avec les hommes d'état européens,
qui ont le sens et le goût des choses politiques: rien de similaires en Algérie ou en Tunisie.

A côté de cet état-major politique, il existe également un état-major religieux qui n'est pas négligeable.
Le ministre de la justice actuel du sultan a professé pendant des années à l'université d'El-Azar au Caire, à
Stamboul, à Brousse, à Damas, est en correspondance avec les oulémas jusqu'aux Indes, et n'est pas le seul
qui soit en relations avec l'élite islamique d'Orient.
Il existe enfin une équipe économique de premier ordre composée de gros commerçants qui ont des
maisons à Manchester, à Hambourg, à Marseille, qui y sont généralement allés eux-mêmes.
Nous nous trouvons donc là en présence d'une élite politique, religieuse et économique qu'il serait
insensé d'ignorer, de méconnaître et de ne pas utiliser car, associée étroitement à l'oeuvre que nous avons à
réalise au Maroc, elle peut et doit l'aider puissamment. Ajoutez - et tous ceux d'entre vous qui sont allées
au Maroc le savent bien - qu'il y a là une race industrieuse, laborieuse, intelligente, ouverte au progrès,
dont on tirera le plus large parti à condition de respecter scrupuleusement ce qu'elle veut voir respecter.
(...)
A nul pays ne convenait donc mieux le régime du protectorat, régime non pas transitoire mais définitif,
qui a comme caractéristique essentielle l'association et la coopération étroite de la race protectrice dans le
respect mutuel, dans la sauvegarde scrupuleuse des institutions traditionnelles. (...) Oh! félicitons-nous que
ce soit la conception du protectorat qui ait prévalu au Maroc et maintenons-l'y précieusement. ( ...)
H. Lyautey, Paroles d'action, présenté par J.L. Miège, édition de la Porte, 1995, pp. 208-210.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le maroc du 20 eme siecle   

Revenir en haut Aller en bas
 
le maroc du 20 eme siecle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
 Sujets similaires
-
» Energie: Comment le Maroc soigne sa crise
» Comment désamorcer la bombe sociale au Maroc ?
» Bricks au thon (Maroc)
» Couscous (Maroc)
» Deux évadés d’une prison italienne arrêtés au Maroc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: