Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le polisario

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
ANTI_POLISARIO
Adjudant
Adjudant
avatar

messages : 337
Inscrit le : 14/05/2007
Localisation : tindouf
Nationalité : Maroco-Canadien

MessageSujet: le polisario   Ven 3 Aoû 2007 - 17:18

des discutions sur le polisario.
je commence par la crise politique de polisario
le kenya le cap vert monte negro trois payes qui ont gelé ou tiré leur reconnaissance de la RASD
Revenir en haut Aller en bas
ANTI_POLISARIO
Adjudant
Adjudant
avatar

messages : 337
Inscrit le : 14/05/2007
Localisation : tindouf
Nationalité : Maroco-Canadien

MessageSujet: Re: le polisario   Ven 3 Aoû 2007 - 18:08

--------------------------------------------------------------------------------

Grave crise au sein de la direction du Polisario

La direction du Polisario est aujourd’hui plus que jamais isolée. Confrontée à une vague de défections parmi ses cadres, elle doit également faire face à la colère d’une population exaspérée par un régime corrompu et dictatorial. de l’indéboulonnable Mohamed Abdelaziz.


«Mohamed Abdelaziz a partout des villas en Europe, et plus particulièrement en Espagne. Il a envoyé ses enfants étudier en Amérique, alors que ceux des Sahraouis séquestrés sont, ou déportés vers Cuba, ou confinés dans les camps de la mort, à Tindouf». Le propos est d’un ex-dirigeant du Polisario, surnommé «le philosophe de la Révolution sahraouie», Yahdyih Daïfallah, qui a rejoint, il y a quelques mois, la mère-patrie : le Maroc. Ce propos résume un sentiment de colère largement partagé dans les camps de Lahmada, traduit, tantôt par des défections d’anciens cadres qui ont échappé à l’étau pour rejoindre le pays d’origine, tantôt par des soulèvements populaires qui se sont multipliés ces dernières années. Dans les 15 dernières années, plus du tiers de la direction du Polisario est rentré dans le Royaume du Maroc, sans compter évidemment bien d’autres centaines d’anonymes et des sans-grade qui n’en pouvaient plus supporter l’immobilisme entretenu, à dessein, par Mohamed Abdelaziz, resté cramponné à ses prérogatives de président et SG du Front Polisario depuis 1976. Il faut dire que Mohamed Abdelaziz a su jouer la carte des rivalités fratricides au sein de sa direction pour se maintenir à la tête du pouvoir. Le duel qui a éclaté au début 1990 entre Omar Hadrami, qui a rallié le Maroc plus tard, et Bachir Mustapha Sayed, le frère d’El Ouali, fondateur du Polisario, offre ici une preuve éclatante. Mohamed Abdelaziz a fait sien le credo inquisitorial : «Avec moi ou contre moi». Ce n’est surtout pas un hasard si les membres du secrétariat national d’aujourd’hui sont les mêmes membres de l’ex-comité exécutif et de l’ex-bureau politique du Front Polisario. Le droit à la différence ne fait pas partie du champ lexical de Mohamed Abdelaziz. Tous les moyens sont bons pour réduire à néant les opposants. Le cas d’Ould Fuedal Boussaoula, qui vient d’être libéré par Alger, après avoir été arrêté en décembre 2006, puis condamné en février 2007 à 4 ans de prison pour une fausse affaire de contrebande, est très parlant. Ould Fuedal a, semble-t-il, commis un grave «délit» en s’opposant à la corruption effective du régime de Mohamed Abdelaziz, au clientélisme et au favoritisme qu’il a cultivés dans les camps de Lahmada. Ce constat est partagé par l’ensemble de la population sahraouie qui ne peut plus supporter une situation de pourrissement, de blocage, d’injustice et de laisser-aller qui ne profite qu’à une poignée de personnes assoiffées de pouvoir. Pour une opération médicale à l’étranger, des études, ou même le droit de sortir des camps, les habitants sont obligés de «quémander» les faveurs des dirigeants. Tout le monde comprend évidemment pourquoi les soulèvements populaires se sont multipliés ces derniers temps dans les camps de l’horreur. Des soulèvements réprimés à huis clos, et souvent avec une violence inouïe.
Revenir en haut Aller en bas
maverick
Invité



MessageSujet: Re: le polisario   Sam 25 Aoû 2007 - 14:22

Entretien avec Sid Brahim Ould Brahim Ould Mhamed : De la tribu Oulad Tidrarien Ahl Taleb Ali

« Nous avons été manipulés... »

Sidi Brahim Ould Brahim, un ancien dirigeant des milices armées du Polisario, est né en 1948 à Boujdour. Il avait exercé dans la policía teritoria de 1969 à 1975, au Sahara sous l’occupation espagnole, avant de s’enrôler dans les rangs du Polisario en 1975 en tant que commandant de bataillon. Marié, père de huit enfants, il a servi à la troisième région militaire sous les ordres directs de Ayoub Lahbib qui a rallié le Maroc il y a quelques années et dont il était le principal conseiller.

Vous venez de vous enfuir des camps de Tindouf. Comment est la situation générale dans les camps ?

La situation est désastreuse. En plus de la frustration des populations, il y a des problèmes. Des échauffourées ont éclaté contre la sphère dirigeante du Polisario qui est soutenue officiellement par les autorités algériennes. Les gens souffrent de la privation, de la faim et de l’absence de liberté d’expression.

Concernant le black out sur la situation des droits de l’homme, que pouvez-vous nous dire ?

L’isolement des camps du Polisario favorise cette situation. Les organisations internationales n’ont pas assez d’éléments sur ce sujet. Moi, je sais qu’il y a des centres de détention, des prisons politiques, en plus des échauffourées entre les tribus à Lahmada. En ce qui me concerne, quatre de mes frères ont été liquidés par le Polisario. J’ai les preuves de ce que je dis. Et j’interpelle les organisations des droits de l’Homme pour qu’elles se saisissent de cette affaire. Il s’agit de Mahjoub Ould Brahim ould Mhamed, Cheikh Ould Brahim ould Mhamed, Raha Ould Brahim ould Mhamed, Mhamed ould Brahim ould Mhamed. Imaginez : quatre frères liquidés par le Polisario !


Vous avez déclaré que les gens dans les camps souffrent de la faim. Pourtant, le Polisario reçoit l’aide humanitaire des organisations internationales ?

C’est vrai, mais tout le monde sait que l’aide humanitaire est détournée par les responsables pour être vendue au Niger, au Mali et en Mauritanie. C’est un commerce qui s’est développé à tous les niveaux. Même les gens communs, hors responsables, achètent et revendent des produits qui proviennent de l’aide humanitaire. Il y a aussi l’argent récolté auprès d’organisations humanitaires qui est détourné par le Polisario dans des comptes privés pour acheter des 4X4 et de belles demeures, tandis que la population souffre de la misère.

Comment la population des camps vit-elle cette situation d’attente ?

La population a perdu tout espoir. À Lahmada, l’habitat est dans un état précaire, le niveau de vie est au plus bas et les rations alimentaires sont misérables. Avec sa politique, le Polisario endosse la grande responsabilité dans le drame que vivent les populations dans les camps.

Vous avez vécu les derniers événements avec des membres de la tribu Layaycha, que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

Ces événements qui ont éclaté entre les membres de la tribu Layaycha et les autorités du Polisario sont d’ordre politique, en plus des rivalités concernant le commerce et la corruption.

Un cheik qui vient de rejoindre le Maroc a déclaré que des arrestations ont eu lieu suite à ces événements ?

Oui, plusieurs personnes ont été incarcérées dans une prison appelée Dhaybilla suite à ces événements, parmi elles des personnes âgées.

Est-ce que les populations dans les camps sont au courant du projet d’autonomie élargie que le Maroc a proposé pour résoudre le problème du Sahara ?

La majorité a bien accueilli cette initiative, ainsi que la création du CORCAS que le Roi a installé. Il y a une minorité qui tourne autour de la sphère dirigeante qui rejette le projet. Mais il faut signaler que les gens n’ont pas la liberté d’exprimer leur opinion. Certains annoncent leur opposition à l’autonomie par opportunisme ou par peur de représailles du Polisario.

Dernièrement, la presse a publié que l’Algérie a remis des équipements militaires au Polisario. Une partie de ce matériel a été exhibée lors d’un défilé militaire à Lahmada. Qu’en est-il ?

Une grande partie de l’équipement militaire lourd du Polisario provient de l’Algérie car c’est l’Algérie qui soutient matériellement le Polisario. Au début l’Algérie a fourni même les hommes, les armes et le ravitaillement en plus du carburant pour les véhicules.

Mais pour quelle raison l’Algérie finance le Polisario ?

Pour la simple raison que le Polisario est lié aux intérêts de l’Algérie dans la région. L’Algérie veut élargir ses intérêts dans la région du grand Sahara pour développer ses ressources économiques.


Et les enfants envoyés à Cuba, pour quelles raisons le Polisario en envoie-t-il chaque année ?

Les enfants envoyés à Cuba y vont dans le cadre d’accords avec l’Etat cubain pour faire des études et pour bénéficier de formation militaire et politique. Chaque année une promotion va à Cuba et cela depuis les années soixante-dix. C’est une façon pour le Polisario de fixer leur famille à Tindouf. Certains parmi ces jeunes ne reviennent jamais à Tindouf, ils vont en Espagne ou en Europe.

Quel effet a eu la suppression par le Polisario des visites entre les familles ?

Les familles sont déchirées... Au Sahara, les liens familiaux et tribaux sont très forts, les gens veulent recevoir des nouvelles de leurs proches. Certains veulent voir un parent qui risque de décéder sans qu’ils ne le revoient jamais. Moi-même, j’ai ma mère qui a 84 ans à Laâyoune et je remercie Dieu de la revoir après 31 ans de séparation.


Le Polisario a déclaré récemment qu’il va recourir à la lutte armée, que faut-il en penser ?

Pour eux, la menace de recours aux armes s’inscrit dans une stratégie qui consiste à amplifier la crise. L’armement existe, il vient essentiellement d’Algérie. Mais qui va utiliser cet armement ? La majorité des anciens combattants se sont retirés. Moi-même, je suis un vétéran qui a participé à tous les affrontements armés, Guelta zemmour, lmahbasse, Lamsayed, Bir Anzarane... Les éléments les plus expérimentés, soit sont morts, soit ont changé de nationalité, ou bien ils ont regagné le Maroc. Même si le Polisario entraîne quelques jeunes dans le 7ème arrondissement, la majorité ne veut pas combattre. Ils s’enfuient après quelques jours d’entraînement. Aujourd’hui, les jeunes ne peuvent plus endurer les conditions extrêmes du Sahara, les temps ont changé.

Vous étiez présent à Bir Lahlou, lors de la déclaration de la « RASD » en 1976, comment cet événement s’est-il passé ?

Les chioukhs étaient allés à Bechar. Ils avaient été reçus par Houari Boumediene qui leur avait donné des maisons à Tindouf, appelées « maisons du conseil national sahraoui ». L’organisation de la déclaration de la « RASD » avait été planifiée à Alger. Le jour de la déclaration, il y avait une quarantaine de correspondants de la presse internationale accrédités à Alger et des envoyés spéciaux de journaux français qui couvraient la visite de M. Mitterrand en Algérie. Ils avaient été informés le même jour qu’un avion spécial les emmènerait dans le Sud pour un événement important. Les Algériens avaient profité de l’occasion pour emmener les journalistes de la presse internationale par avion jusqu’à Tindouf. À 21 heures, un long convoi de 4x4 avait pris la direction de Bir Lahlou, c’était tard dans la nuit, il y avait El-wali Mustapha Essayed, Ould ziou, Brahim Bayba, El Admi (Hadrami) et des Algériens en civil que je ne connaissais pas.

Comment est mort El wali Mustapha Essayed ?

EL wali est mort dans la bataille de Nouakchott en 1978. Je n’ai pas participé à cette opération qui avait eu lieu à la demande d’Alger. Plusieurs sources bien informées ont indiqué qu’El-wali a été liquidé sur ordre des services algériens car il refusait la main mise d’Alger sur le Polisario. Chaque opération militaire et chaque mouvement de troupe étaient initiés par Alger qui donnait les renseignements militaires.

Quelles sont les opérations armées auxquelles vous avez participé ?

Le premier accrochage armé auquel j’ai participé, c’était en Mauritanie en 1975. L’opération de Lagouira. Depuis le retrait de la Mauritanie de la guerre, j’étais avec le commandant Ayoub Lahbib dans la troisième région, j’ai participé à la bataille de Lhawza, Guelta Zemmour, lamsayed, lmahbesse, Lhaguounia, Batéhe et Tan-Tan où beaucoup de femmes ont été emmenées de force par le Polisario.

Et qui planifiait ces opérations militaires ?

Les renseignements et la logistique viennent d’Alger. Après le retrait de la Libye en 1984, l’Algérie a assuré la logistique, le carburant et tout l’armement et les munitions. J’ai participé à toute la lutte armée, j’ai failli perdre la vie. Aujourd’hui j’ai découvert que nous avons été manipulés par un discours soit disant progressiste et par un régime qui ne pensait qu’à ses propres intérêts.
__________________
Revenir en haut Aller en bas
ANTI_POLISARIO
Adjudant
Adjudant
avatar

messages : 337
Inscrit le : 14/05/2007
Localisation : tindouf
Nationalité : Maroco-Canadien

MessageSujet: Re: le polisario   Jeu 6 Sep 2007 - 15:27

L’UE installe des observateurs à Tindouf pour contrôler l'aide humanitaire

Le déblocage de l'aide humanitaire décidé dernièrement par la Commission européenne sera accompagné par l’installation à Tindouf d’observateurs internationaux. L'objectif est de lutter contre le détournement par le Polisario des fonds destinés aux populations des camps.

Le déblocage d'une aide humanitaire de 10 millions d’euros destinée par la Commission européenne aux populations des camps de Tindouf sera accompagné par le déploiement d'un groupe d'observateurs internationaux, dont des fonctionnaires onusiens. Selon des sources informées, cette décision a été prise par la Commission européenne qui en a informé récemment aussi bien les autorités algériennes que la direction du Polisario pour éviter tout détournement ou mauvaise gestion de ces fonds.

Selon les mêmes sources, la Commission européenne s'est basée dans sa décision sur des rapports faisant état de détournements et de mauvaise gestion des aides humanitaires et notamment de denrées alimentaires de première nécessité qui se retrouvent en vente aussi bien sur les marchés algériens qu'en Mauritanie. Sans parler de plusieurs rapports, dont certains avaient été établis par des organismes internationaux, faisant du sort réservé aux aides humanitaires.

En effet, le soi-disant "Croissant- Rouge sahraoui" n'est pas reconnu en tant qu'intermédiaire des organisations internationales alors que le CRA (Croissant-Rouge algérien) a été sanctionné dernièrement par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour ne pas avoir réuni, dans les délais réglementaires, ses instances de décision.

La Commission européenne avait pris la décision d'allouer 10 millions d’euros d'aides humanitaires et ce à la veille du deuxième round des négociations directes entre le Maroc et le Polisario, les 10 et 11 août derniers à Manhasset.
La veille du premier round, une mesure similaire avait été prise par les Etats-Unis qui avaient annoncé le déblocage d'une aide humanitaire de la valeur de 1 million de dollars dont la coordination avait été confiée au PAM (Programme alimentaire mondial).
La nouvelle aide décidée par la Commission européenne pour les populations de Tindouf est ventilée en deux rubriques. Un montant global de 5 millions d’euros sera ainsi réservé à l'amélioration des conditions de vie de ces populations et notamment pour ce qui est de l'accès aux soins de santé, à l'eau potable et à l'assainissement liquide. Des prestations inexistantes dans les mouroirs du désert algérien sauf dans le camp dit "Dakhla" où les populations ont accès à l'eau potable de mauvaise qualité servie par un réseau vétuste de distribution.
La deuxième partie de cette aide, de cinq millions d’euros également, est destinée à financer les besoins en nourriture de base, mais aussi la fourniture de produits frais et de protéines pendant le mois de Ramadan.
En 2006, le Polisario s'en était violemment pris aussi bien au HCR (Haut commissariat aux réfugiés) qu'au PAM (Programme alimentaire mondial) les accusant de faillir à leurs responsabilités. Ces deux organismes avaient estimé, pour leur part, que ni les autorités algériennes ni la direction du Polisario n'avaient consenti à autoriser un recensement des populations concernées s'en tenant au chiffre jugé amplement exagéré de 160.000 personnes dépendant totalement de l'aide humanitaire internationale.
Depuis 1993, la Commission européenne, à elle seule, avait octroyé des aides humanitaires d'une valeur globale de 133 millions d’euros aux populations des camps de Tindouf.
http://www.saharamarocain.net/modules/news/article.php?storyid=1357
Revenir en haut Aller en bas
ANTI_POLISARIO
Adjudant
Adjudant
avatar

messages : 337
Inscrit le : 14/05/2007
Localisation : tindouf
Nationalité : Maroco-Canadien

MessageSujet: Re: le polisario   Jeu 6 Sep 2007 - 16:39

video sur la crise du polisario
http://www.dailymotion.com/video/xtr9e_aljazeera-a-tindouf_tech
Revenir en haut Aller en bas
ANTI_POLISARIO
Adjudant
Adjudant
avatar

messages : 337
Inscrit le : 14/05/2007
Localisation : tindouf
Nationalité : Maroco-Canadien

MessageSujet: Re: le polisario   Jeu 6 Sep 2007 - 17:06

Afin d'implanter la haine dans les coeurs des enfants sahraouis envers leur pays le Maroc, le polisario, cette organisation de terroristes soutenue par l'Algérie communiste déportait à Cuba les enfants des marocains sahraouis séquéstré par la force à Tindouf( région sous occupation algérienne).
http://www.dailymotion.com/video/xm65h_polisario-bande-de-terroristes_news
Revenir en haut Aller en bas
ANTI_POLISARIO
Adjudant
Adjudant
avatar

messages : 337
Inscrit le : 14/05/2007
Localisation : tindouf
Nationalité : Maroco-Canadien

MessageSujet: Re: le polisario   Lun 10 Sep 2007 - 17:37

كشف أحد المعتقلين المغاربة في سجون جبهة البوليساريو المطالبة بالإستقلال الذاتي في الصحراء الغربية عن معطيات وحقائق كثير منها لم يكن معروفا من قبل، وعن أشكال التعذيب والممارسات اللاإنسانية التي يرتكبها أعضاء الجبهة في الأقاليم التي يسيطرون عليها في الصحراء ضد المعتقلين من الجانب المغربي ومن الصحراويين .

وقدم المعتقل المغربي "عبد الله لاماني" الموجود في سجن تابع لجبهة تحرير الساقية الحمراء ووادي الذهب (بوليساريو) في تيندوف منذ بداية الثمانينات من القرن الماضي شهادته في كتاب سدر مطلع الأسبوع الماضي في الرباط بعنوان "الرعب: المساعدات الإنسانية الدولية في خدمة الرعب" استطاعت جهات مغربية بالتعاون مع الصليب الأحمر الحصول عليه، وهي مجموعة أوراق دونها "لاماني" باللغة الفرنسية في سجنه وأصدرها الحزب الليبرالي المغربي في كتاب.

وروى السجين المغربي أنه بينما كان في رحلة إلى مدينة طانطان التي تبعد بحوالي 1000 كلم في أقصى الجنوب المغربي في شهر أغسطس من عام 1980، بعد خمس سنوات من استعادة المغرب للمدينة وبعض الأقاليم الأخرى إثر تنظيم "المسيرة الخضراء"، إعترضت جماعة من الجنود الجزائريين والصحراويين التابعين لجبهة البوليساريو الحافلة التي كان على متنها "لاماني" ونحو ثلاثين مسافرا من الرجال والنساء والأطفال، ثم قادوا الجميع بعد تفتيشهم إلى مدينة تيندوف على الحدود الجزائرية المغربية منزوعة السلاح منذ حرب 1963 المعروفة بـ"حرب الرمال" بين المغرب والجزائر، ثم بعد ذلك إلى مخيم "لحمادة"شرق الجزائر حيث تم إعتقالهم في ثكنة عسكرية تدعى "مدرسة 2 أكتوبر"، تاريخ تأسيس جبهة البوليساريو عام 1976.
Revenir en haut Aller en bas
ANTI_POLISARIO
Adjudant
Adjudant
avatar

messages : 337
Inscrit le : 14/05/2007
Localisation : tindouf
Nationalité : Maroco-Canadien

MessageSujet: Re: le polisario   Lun 10 Sep 2007 - 17:37

وكشف "لاماني" عن أشكال التعذيب القاسية لتي يتعرض لها السجناء يوميا من الصبح إلى المساء، وعن ممارسات غير أخلاقية تجري في مخيمات الجبهة التي أعلنت نفسها حركة ماركسية شيوعية لدى إنشائها، من ذلك الإغتصاب الجماعي وتفريق أفراد العائلة الواحدة ليعشيوا في أماكن متفرقة بقصد "التعبئة الإيديولوجية".

ويقول صاحب الكتاب أن جبهة البوليساريو حاولت عبر الدعاية الإعلامية من خلال "إذاعة الصحراء" التي كانت تبث من الجزائر العاصمة حشد التأييد الدولي لنصرة قضية إستقلال الصحراويين والحصول على الدعم المالي من الدول والمنظمات غير الحكومية، وأن قادتها كانوا يسخرون كل ذلك لمصالحهم الخاصة وإنشاء القصور والشركات في الجزائر وليبيا وموريتانيا وكوبا وغيرها، في غفلة من الجهات الداعمة.

ويحكي صاحب الشهادة الواردة في 112 صفحة من الحجم المتوسط بأن أعضاء البوليساريو كانوا يشنون غارات متفرقة داخل المغرب في مرحلة المواجهة العسكرية، قبل تدخل الأمم المتحدة ووقف إطلاق النار عام 1991، لإعتقال المدنيين قصد الضغط على المغرب، كما يروي بأن الجبهة كانت تستدرج المهاجرين المغاربة المتحدرين من الصحراء والمقيمين في أوروبا لزيارة معسكراتهم لدوافع إنسانية، ثم بعد ذلك يزجون بهم في السجون.

وكشف "لاماني" عن وجود دور ليبي وجزائري وسوري في تمويل ودعم البوليساريو عسكريا وسياسيا خلال تلك المرحلة من الثمانينات، وقال إن جل الأسلحة والتموين كانت تأتي من الجزائر، وأن القوات العسكرية كانت تضم جزائريين وموريتانيين علاوة على الصحراويين المغاربة، كما كان فيها كثير من قبائل الطوارق التي تعيش في الصحراء الليبية، حيث قال إن السلطات الليبية والجزائرية كانت تضغط على أفراد هذه القبائل لتوظيفهم في الصراعات الحدودية مع مالي والنيجر والتشاد والمغرب.
Revenir en haut Aller en bas
ANTI_POLISARIO
Adjudant
Adjudant
avatar

messages : 337
Inscrit le : 14/05/2007
Localisation : tindouf
Nationalité : Maroco-Canadien

MessageSujet: Re: le polisario   Lun 10 Sep 2007 - 17:38

وفي معرض وصفه لمخيم تندوف الذي يوجد به المعتقل المذكور "مدرسة 2 أكتوبر"، قال صاحب الكتاب، أن المخيم يضم مخزنا للسلاح ومعتقلا سريا تحت الأرض لتصفية المعتقلين ومقابر جماعية للذين يتوفون تحت التعذيب وثكنة عسكرية، ووضع رسوما تبين معالم المنطقة، كما قال بأن المخيم كان يضم أيضا مراكز لغسل أدمغة الصحراويين يتم فيها تدريس "النظرية العالمية الثالثة" والكتاب الأخضر العقيد الليبي معمر القدافي، والنظرية الإشتراكية التي كانت إيديولوجية النظام الجزائري الأسبق.

وقال محمد زيان، وزير حقوق الإنسان المغربي السابق ورئيس الحزب المغربي الليبرالي الذي قام بطبع الكتاب وتوزيعه، إن الكتاب شهادة خطيرة تدين جبهة البوليساريو وتكشف ضلوع الجزائر في الجرائم التي تقترفها الجبهة، وأضاف في ندوة صحافية لتقديم الكتاب للصحافيين والرأي العام الداخلي والأجنبي أن حزبه سيقوم بترويج الكتاب على نطاق دولي وترجمته إلى لغات أخرى، خاصة الإسبانية والفرنسية، من أجل فضح البوليساريو ووقف الدعم الدولي عنها، وقال إن هذا الهدف هو ما دفع"عبد الله لاماني" صاحب الكتاب إلى البحث عن تسريب الأوراق التي سودها لأعوام قبل أن يفلح مؤخرا.

وفور أن علمت السلطات بصدور الكتاب في المغرب قامت بنقل صاحبه إلى العاصمة الجزائر من معتقل "2 أكتوبر" الذي يوجد به ما لا يقل عن 200 معتقلا، وعلق محمد زيان على ذلك بأن هدف السلطات الجزائرية "إنتزاع إعترافات منه(لاماني) بالقوة يكذب فيها ما ورد في الكتاب لتقديمها للبرلمان الأوروبي" الداعم الرئيسي لجبهة البوليساريو. وكان "لاماني" قد قال في الكتاب بأنه يتوقع قتله بعد تسريب كتابه، وختم شهادته الماساوية يقوله" لقد اختطفوني عام 1980 في سن 49 سنة، عندما كان كارتر رئيسا للولايات المتحدة الأمريكية، وبريجنيف على رأس الإتحاد السوفياتي، وأنا ما زلت معتقلا في أواخر العام 2002 وبوش رئيس للولايات المتحدة وبوتين رئيسا لروسيا. لقد تعبت من الإستمرار في السير على هذا الطريق الذي لا يعني أي شيئ بالنسبة لي، ولن أحس أبدا بلذة العيش حتى لو أطلق هؤلاء المسؤولون الجزائريون غير الإنسانيين سراحي وأعادوا إلي حريتي التي سلبوني إياها قبل 22 عاما طويلة وقاسية. فأن يطلقوا سراحي أو يبقوا علي في مركز الإعتقال الرهيب، وأن يقتلوني أو يبقوا على حياتي، فالأمر سيان، ذلك لأن روحي التي يمكن أن أشعر بها بلذة الحياة قد لفظتها قبل مدة طويلة، وعندما تغادر هذه الأوراق بشكل سري الجزائر، بلد اللاعدالة، سأتخلى عن القتال وأستسلم للقدر".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le polisario   Sam 15 Déc 2007 - 21:14

Je crois qu'il faudrait en finir une bonne fois pour toute ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le polisario   Sam 29 Déc 2007 - 15:01

mohammed abdel aziz et son torchon de drapeau

Revenir en haut Aller en bas
scorpion-rouge35
Victime
Victime


messages : 466
Inscrit le : 20/02/2007
Nationalité : Algerie

MessageSujet: Re: le polisario   Ven 28 Mar 2008 - 12:42

une base du polisario apparament /sud de tindouf












Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le polisario   Ven 28 Mar 2008 - 23:14

ces photos sont interessantes dans la mesure ou elles montrent la vulnérabilité du polisario et la faiblesse de son infrastructure, une series de raids aériens est capable de balayer toute cette féraille. le problème, malheureusement, c'est qu'ils sont abrités par par nos "frères" algériens (je ne sais pas pourquoi) et donc impossible d'attaquer leur bases. pendant 16 ans de guerre le maroc s'est contenté de repousser les attaques des milices sans pouvoir traiter la maladie à la source.
Revenir en haut Aller en bas
big boss
Lieutenant
Lieutenant
avatar

messages : 755
Inscrit le : 03/04/2008
Localisation : Casablanca, Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le polisario   Dim 25 Mai 2008 - 14:44

Une analyse asser intéressante:

Plus d'info: http://www.polisario.eu/



La «république arabe sahraouie démocratique» (rasd), le polisario, l'histoire, la politique et le droit


Najib Ba Mohammed
Professeur à la faculté de droit de fès



Si le Sahara géographiquement «occidental» est
partie prenante de l'histoire du Royaume du Maroc, l'«affaire du
Sahara» est un épisode récurrent dans l'évolution du régime marocain
vers le parachèvement de son intégrité territoriale dans ses frontières
authentiques et l'édification d'un Etat de droit démocratique.
Les
avancées accomplies dans la démocratisation, la libéralisation
politique, la réconciliation de l'Etat et de la société, la promotion
des droits humains, la stratégie de développement humain du nouveau
règne, sont autant d'acquis. Dans ce sillage, «l'initiative marocaine
pour la négociation d'un statut d'autonomie de la région du Sahara» est
un gage de «bonne foi et de sérieux» aux fins de contribuer à la paix
et la sécurité d'une région longtemps confrontée au règlement d'une
épineuse séquelle du colonialisme.
Les
négociations de Manhasset sous l'égide de l'ONU (Manhasset I, 18-19
juin 2007, Manhasset II, 10-11 août 2007 et Manhasset III, 7, 8 et 9
janvier 2008) ont identifié «les parties au conflit» - le Maroc et
l'Algérie - dont les derniers événements de décembre 2007 interpellent
tant sur la culture manœuvrière incompatible avec «la bonne foi et la
sérénité» de toute négociation, que sur le statut juridico-politique
des entités autoproclamées, «RASD et Polisario», depuis plus de trente
ans.
Placées dans une univocité singulière, ces nomenclatures sont affrontées à une caducité certaine.
Quoique
membre de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA) suite à un «hold
up» procédurier depuis 1982, la «RASD» n'a pas pu participer au sommet
qui a réuni à Lisbonne en décembre 2007, l'Union Européenne et l'Union
Africaine. Le Polisario créé en 1973, telle une formation partisane
quelconque a tenu au cours du même mois un congrès à Tifariti, partie
intégrante du royaume du Maroc et considérée, au terme des accords de
cessez-le-feu signés sous les auspices de l'ONU en 1991 comme une zone
tampon entre le Maroc et la guérilla séparatiste.
Les
faits sont politiquement limpides : l'absence de la «RASD» au sommet de
Lisbonne corrobore la prescription de ladite entité sur la scène
internationale après la vague de retraits d'une reconnaissance de
conjoncture par grand nombre d'Etats. Le dernier congrès de Tifariti
quant à lui révèle un corps malade d'une légitimité d'emprunt et d'une
dissidence avérée, enclin à un rituel illégaliste à la veille de la
quatrième rencontre de Manhasset (prévue du 11 au 13 mars 2008).
Derrière
ce banal factuel se pose dans sa récurrence la problématique du statut
réel de ces «objets politiques non identifiés». La «RASD» est-elle un
Etat ? Le Polisario est-il un mouvement de libération ? Peuvent-ils
être cumulativement un Etat et un mouvement de libération ? Selon une
démarche simpliste, la «RASD» représenterait théoriquement une «forme
de gouvernement»; le Polisario, version 1973, symboliserait
hypothétiquement un mouvement de libération. Il s'agirait selon une
comptabilité à l'approche de situations para-étatiques. On s'en
accommoderait certes, sauf à ce qu'elles satisfassent aux exigences de
la légitimité historique et de la légalité constitutionnelle et
internationale. Ces deux valeurs fondatrices font dramatiquement défaut
à l'une et à l'autre.
En effet, proches des
Etats, mais sans pour autant réunir les conditions d'existence de
l'Etat, il existe des situations qualifiées de «para-étatiques».
Certaines, permanentes sont assimilées à l'Etat, c'est le cas du Saint
Siège, d'autres sont transitoires et c'est le cas des territoires sous
mandat et tutelle, des protectorats, et des mouvements de libération.
Assimilé tout au plus à un Etat exigu ou micro-Etat, le Saint Siège n'exerce pas dans sa plénitude les compétences étatiques.
Le
mandat était le système d'administration sous contrôle de la Société
Des Nations (SDN) créée après la première guerre mondiale.
La
tutelle est le régime juridique qui a remplacé celui des mandats, dans
le cadre de l'ONU. Dans les deux cas, il s'agit d'une situation
transitoire, reposant sur une base «conventionnelle» et dont l'objectif
était de faciliter l'évolution d'un territoire vers l'indépendance. A
cet effet, la puissance mandataire ou tutélaire était chargée d'exercer
les compétences internationales du futur Etat ainsi que certaines
compétences d'administration interne et ce jusqu'à ce que le territoire
soit jugé capable de s'administrer lui-même et d'assumer pleinement le
statut d'Etat.
Le régime de tutelle tripartite,
parce qu'il résultait de l'accord de trois parties (le territoire placé
sous tutelle, l'Etat chargé de la tutelle et l'ONU), prenait fin
lorsque, d'un commun accord, les deux premières demandaient l'accession
à l'indépendance et lorsque l'ONU acceptait de mettre en place la
procédure nécessaire. Cette institution est tombée à la fin des années
40 en désuétude. Un autre régime reposant sur une base conventionnelle
a disparu depuis la seconde guerre mondiale : c'est le protectorat,
établi par un traité entre «l'Etat protégé» qui cessait de ce fait
d'être membre de la société internationale, donc un Etat au plein sens
du terme, et de jouir de toutes les compétences internationales de
l'Etat, et «l'Etat protecteur» qui assumait les relations
internationales de l'Etat protégé qui exerçait un certain contrôle sur
son administration sans toutefois, en principe, administrer directement
le pays et qui était seul internationalement responsable. Il s'agit
d'un mécanisme juridique qui a marqué une certaine époque de
l'expansion européenne d'outre-mer. C'est notamment le cas du Maroc qui
a vécu jusqu'en 1956, un double protectorat français et espagnol
(1912). Précisément, dès l'indépendance, le 2 Mars 1956, se posa alors
la question du sort des territoires marocains encore sous domination
espagnole. La déclaration commune hispano-marocaine du 7 avril 1956
énonçait : «le gouvernement espagnol réaffirme sa volonté de respecter
l'unité territoriale de l'empire que garantissent les traités
internationaux. Il s'engage à prendre toutes les mesures nécessaires
pour la rendre effective». Or les traités internationaux de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème
siècle confirmaient la souveraineté marocaine sur le Sahara qui devait
être par la suite occupé par l'Espagne (cf. Frank E. Trout : «Morocco's
Saharian frontiers», bibliotheca africana droz, 1969» et Mohamed
Lamouri : «le contentieux relatif aux frontières terrestres du Maroc»
thèse de doctorat d'Etat, Nancy II 1979). Cet espace historique,
juridique et politique confirme le statut d'Etat du Maroc, colonisé et
engagé très tôt dans un processus de recouvrement de sa souveraineté et
de son intégrité territoriale dans ses frontières authentiques. Du
coup, Polisario et «RASD» se trouvent confrontés à une légitimité
historique inexistante et à une légalité internationale qui les ignore
et qu'ils vont devoir manipuler et in fine mépriser. A cet égard, le
fallacieux disputant le spécieux, ces entités ont cru pouvoir longtemps
instrumentaliser «le principe du droit des peuples à disposer
d'eux-mêmes». Le cheminement est une transition associant un mouvement
de libération et un Etat souverain reconnu. La démarche sera
politiquement manœuvrière et dévoyée, juridiquement incongrue et
inefficiente.
Envisagée au nom du droit des
peuples à disposer d'eux-mêmes, la décolonisation imposa dans le même
temps d'accepter le principe contradictoire du respect de l'intégrité
territoriale (articles 2 et 3 de la charte de l'OUA du 25 mai 1963) qui
revenait à nier le droit à l'autodétermination des minorités
incorporées dans les nouveaux Etats. Cette contradiction fut résolue au
bénéfice de l'intangibilité des frontières : une fois la décolonisation
des anciennes colonies européennes achevée, le droit des peuples à
disposer d'eux-mêmes fut abandonné au profit du respect de l'intégrité
territoriale.
En effet, dans une période marquée
par la décolonisation, le principe du droit des peuples à disposer
d'eux-mêmes a mené à reconnaître aux peuples colonisés le droit à la
libération et à l'indépendance. Ce qui équivaut à proclamer la
légitimité de toute lutte anti-coloniale et, ce faisant, à admettre
implicitement que le recours à la force, normalement interdit par le
droit, peut être justifié dans cette hypothèse. C'est une nouvelle
forme de «guerre juste». En pratique cependant, il faut distinguer les
mouvements dont la lutte anticoloniale est jugée légitime et la cause
juste telle l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP) de
certains autres, dont l'entreprise est considérée comme une atteinte à
l'intégrité territoriale d'un Etat parce qu'elle suppose la sécession
d'une province. L'ETA et le Polisario constituent à cet égard des
illustrations éloquentes.
L'émancipation des
peuples, figurant parmi les buts et les principes de l'ONU et de l'OUA
en l'occurrence, une action continue s'est développée, tout
particulièrement au sein de ces deux organisations, en vue d'apporter
aide et soutien aux groupements en lutte contre une puissance coloniale
et ce en leur donnant notamment la possibilité de s'exprimer et faire
valoir ouvertement leurs revendications. Ce qui se produit, en fait,
c'est que l'un est amené à considérer un tel mouvement comme la
préfiguration de l'Etat indépendant qu'il s'efforce de constituer, à le
faire bénéficier, par avance d'un certain statut international.
Toutefois sur le plan du droit il n'est pas possible de dépasser ce
stade, car seuls peuvent être membres d'une organisation internationale
les Etats au plein sens du terme, soit disposant de «la plénitude,
l'exclusivité et l'autonomie» comme supports souverainistes. C'est à
d'autres procédés que l'ONU a eu recours en cherchant à associer
certains mouvements aux travaux de ses instances et à leur donner accès
aux débats sans toutefois leur accorder le droit de vote. L'exemple
topique est celui de l'OLP qui a bénéficié à partir d'Octobre 1974 d'un
statut international favorable. Ce privilège de l'exclusivité de l'OLP
auprès de l'ONU, délégitime et délégalise les prétentions et du
Polisario et de la «RASD» comme mouvement de libération et d'Etat. On
ne s'étonnera guère que ces entités univoques se soient par complicité
afro-africaine - maquillant des velléités hégémoniques et des slogans
révolutionnaires anti-impérialistes - rabattues sur l'OUA, la forçant,
par leur reconnaissance, à renier les principes onusiens et à fortiori
le principe de l'intangibilité des frontières qui garantit l'intégrité
territoriale. On ne s'étonnera pas aussi que devant l'incapacité de
l'OUA à imposer la légalité internationale en matière de décolonisation
et à favoriser le règlement pacifique des différends, l'ONU dessaisisse
l'organisation régionale.
C'est une évidence que
l'histoire et le droit participent d'un mouvement lent et progressif,
générateur de l'existant comme fruit d'une maturation fondatrice
incompatible avec la célérité infantile, la violence et les manœuvres
dolosives. Lorsque, un peuple, une nation, un Etat ont l'histoire et le
droit comme alliés naturels, ils sont garants d'être dans la pérennité.
A l'inverse, dès lors que ces entités choisissent les canons, les
ressources matérielles mal acquises, la propagande intoxiquante, elles
s'aliènent et l'histoire et le droit. La stratégie de séduction nourrie
de description angélique d'un corps martyrisé et de présentation
démoniaque de l'autre, aussi durable soit-elle, ne peut valoir
conviction et raison.
Le Polisario et la «RASD»
ont longtemps tenté de leurrer l'opinion publique internationale, sans
pour autant la détourner des grands principes de paix, de sécurité et
de développement par la coopération et l'intégration, crédos de
l'organisation mondiale. Face à l'ignorance par l'ONU de leur statut de
Mouvement de Libération Nationale (MLN) et d'Etat, le Polisario et la
«RASD» ont recouru à une mère porteuse, l'OUA, à même de couver jusqu'à
l'accouchement par césarienne d'un embryon illégitime.
La
trajectoire de «l'envers» ne peut qu'entraîner des «revers» qui
trahissent une réalité pervertie et à la longue dégradable. En
reconnaissant la «RASD», l'OUA a sciemment ou inconsciemment entériné
la dégénérescence d'une entité condamnée à servir d'enjeu conjoncturel
régional délégitimant de la sorte la «noble cause» défendue.
In fine, quid de l'avenir de la «RASD» ?
Celle-ci
est sans impact au sein de l'ONU, qui, garante de la légalité
internationale, s'est sagement gardée non seulement de la reconnaître,
mais d'en ignorer même l'avènement. C'est sans doute, le respect de sa
propre charte qui lui interdit toute ingérence dans les affaires des
Etats qui a dicté l'attitude de l'ONU. Mais c'est aussi - et à
l'inverse de la partialité de l'OUA - la preuve manifeste que la «RASD»
ne remplit pas les conditions d'une reconnaissance étatique, pour
demeurer une entité «assistée» car «sans ressources propres» et a
fortiori munie désespérément d'un projet séparatiste autant insensé
qu'obsolète, source d'instabilité régionale et obstacle au
développement de l'espace maghrébin. La «RASD» est mise à nu : un
territoire d' «emprunt», une population «séquestrée», un pouvoir
politique «illégitime», tels en sont les éléments politico-juridiques
circonstanciels. Autant d'artifices qui en dépit de toute connivence
étrangère, ne saurait valoir processus d'accumulation historique, un
socle identitaire nécessaire à une Nation, un Etat.
Revenir en haut Aller en bas
http://far-maroc.forumpro.fr/
moro
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1506
Inscrit le : 17/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le polisario   Mer 4 Juin 2008 - 14:53

Une petite contribution : un rapport du ESISC (European Strategic Intelligence and Security Center) intitulé "SALE TEMPS POUR LE POLISARIO " et datant de 2006 à lire car très intéressant.... Enjoy

http://www.esisc.org/documents/sale-temps-pour-le-polisario.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3487
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: le polisario   Ven 6 Juin 2008 - 16:45

pouvez vous Changer le nom de ce topic: "Polizbel" au lieu de POLi...

rien que entendre ce nom j'ai envie de cracher
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le polisario   Ven 6 Juin 2008 - 16:59

ici nous n'allons rien changer pour le titre,l'histoire le fera elle meme,dans 5-7 ans,il n'existera plus du tout et ne sera qu'un mauvais souvenir,comme le marxisme ou le communisme(j'ai jamais piger la difference profonde entre ces deux la comme disait renaud)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le polisario   Ven 6 Juin 2008 - 23:59

le Polisario en effervessence Laughing

Citation :
W. Sahara sparks possible Polisario split
Published: June 6, 2008 at 10:15 AM

ALGIERS, Algeria, June 6 (UPI) -- The Algerian-supported Polisario is facing division because of Morocco's proposal for the independence of Western Sahara, officials say.

Numerous leading Polisario members have separated from the movement and proclaimed advocacy for a new plan for Western Sahara, Med Basin Newsline reported. Polisario is a rebel group working for Western Sahara's independence.

The one-time members requested that Polisario and Algeria support a U.N. Security Council objective aimed at convincing Polisario and Morocco to "begin negotiations in a spirit of realism and compromise."

"This is the only realistic way to resolve the artificial conflict," a former Polisario member said.

Several ex-Polisario Front members including Sidati Ghallaoui, Abadila Semlali and Essaad El Moussaoui backed the statement.

They agreed Morocco's independence plan is the "only viable solution" to end the debate about Western Sahara, the report said.

http://www.upi.com/Top_News/2008/06/06/W_Sahara_sparks_possible_Polisario_split/UPI-57921212761703/
Revenir en haut Aller en bas
OBSERVATEUR
sergent chef
sergent chef


messages : 271
Inscrit le : 22/08/2009
Localisation : GMAA
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le polisario   Mer 22 Déc 2010 - 16:05

1976




msid


_________________
Aime la vérité, mais pardonne à l'erreur.

VOLTAIRE
Revenir en haut Aller en bas
mox
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 946
Inscrit le : 27/07/2010
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le polisario   Mer 22 Déc 2010 - 16:24

Une photo vaut tous les discours.

Revenir en haut Aller en bas
mourad27
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 5217
Inscrit le : 19/02/2012
Localisation : PARIS
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le polisario   Jeu 24 Jan 2013 - 19:01

un rebelle du polisario etourdi apres une frappe de jaguar français Laughing

degats des jaguars sur le polisario

Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9781
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le polisario   Jeu 24 Jan 2013 - 19:57

Merci Mourad pour les clichés. C'était en decembre 77 quand le polz a pilonner nouakchot. Se sont jes Jag postés a Dakar qui avaient fait le carton.

Pgm
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21623
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le polisario   Jeu 24 Jan 2013 - 20:02

Lamentin est la plus feroce campagne aerienne dont a souffert le polz en peu de temps,ca l´a vraiment paralysé et stoppé.
c´est ce qui a precepité l´entrée en jeux des SA6/8/9

_________________
Revenir en haut Aller en bas
mourad27
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 5217
Inscrit le : 19/02/2012
Localisation : PARIS
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: le polisario   Jeu 24 Jan 2013 - 21:42

PGM a écrit:
Merci Mourad pour les clichés. C'était en decembre 77 quand le polz a pilonner nouakchot. Se sont jes Jag postés a Dakar qui avaient fait le carton.

Pgm
Revenir en haut Aller en bas
simo787x
2eme classe
2eme classe
avatar

messages : 26
Inscrit le : 07/05/2013
Localisation : Montreal
Nationalité : MoroccanUS

MessageSujet: Cuba & The Polisario Front: Partners in Crime    Jeu 9 Mai 2013 - 19:05

Cuba & The Polisario Front: Partners in Crime (Part I)







Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad


Cuba & The Polisario Front: Partners in Crime (Part II)




Dernière édition par simo787x le Mer 22 Mai 2013 - 5:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.saharapost.us
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le polisario   

Revenir en haut Aller en bas
 
le polisario
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 9Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Armée Sarhaouie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits à travers l´âge-
Sauter vers: