Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 la guerre des six jours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
dan_pub
Caporal
Caporal


messages : 134
Inscrit le : 23/04/2007
Nationalité : USA

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Mer 24 Oct 2007 - 0:19

yas-su-27 a écrit:
anakin a écrit:
moins de 80 avions......
Je decerne la palme du meilleur stratege historique a Yas su 27
je te le jure c pas moi ki a di ca c tun historien egyptien je lai vu sur alarabyia
Il est correct que le fer de lance de la chasse isarélienne était 72 avions Mirage III.
(Dont 8 gardés pour la défense ce jour-là, le reste faisait la 1e vague d'assaut).


C'est clair aussi que pour les vagues suivantes, tout le paquet a été envoyé: même les chasseurs obsolètes reconvertis en attaque au sol (SMB2, M IVA, Ouragans) et même les avions d'entrainement Fouga.
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3464
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Mer 24 Oct 2007 - 14:02

et en plus il avaient de bons renseignements militaires, ils s'avaient la minute exacte ou la derniere patrouille aerienne egyptienne va se poser sur le sol. comme ca il n'ont eu aucune interception lors de la premiere vague dévastatrice
ils ont directement vise les aeroports et les casernes importantes
Revenir en haut Aller en bas
yas-su-27
Caporal
Caporal
avatar

messages : 144
Inscrit le : 30/09/2007
Localisation : dans mon quartier general
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Mer 24 Oct 2007 - 21:30

l'egypt a perdu pendant cette guerre 80% de ses moyens militaire (thank.avion de chasse......)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yas-su-27.skyrock.com
Cyrax
Invité



MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Mer 24 Oct 2007 - 21:37

yas-su-27 a écrit:
anakin a écrit:
moins de 80 avions......
Je decerne la palme du meilleur stratege historique a Yas su 27
je te le jure c pas moi ki a di ca c tun historien egyptien je lai vu sur alarabyia

Cyrax a écrit:
Non ce n'est pas comme ça qu'ils s'y sont pris. Ils volaient à basse altitude pour ne pas êre detéctés par les radars. E puis qu'est ce que Nasser a à faire avec une tournée du Sianai par avion? c'est du n'importe quoi ça.
mais c un historien egyptien è plusieur specialiste militaire .

Si c'est un égyptien qui dit ceci alors il y a de serieux doutes sur son authenticité.
Revenir en haut Aller en bas
yas-su-27
Caporal
Caporal
avatar

messages : 144
Inscrit le : 30/09/2007
Localisation : dans mon quartier general
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Mer 24 Oct 2007 - 21:42

Cyrax a écrit:
yas-su-27 a écrit:
anakin a écrit:
moins de 80 avions......
Je decerne la palme du meilleur stratege historique a Yas su 27
je te le jure c pas moi ki a di ca c tun historien egyptien je lai vu sur alarabyia

Cyrax a écrit:
Non ce n'est pas comme ça qu'ils s'y sont pris. Ils volaient à basse altitude pour ne pas êre detéctés par les radars. E puis qu'est ce que Nasser a à faire avec une tournée du Sianai par avion? c'est du n'importe quoi ça.
mais c un historien egyptien è plusieur specialiste militaire .

Si c'est un égyptien qui dit ceci alors il y a de serieux doutes sur son authenticité.
è un prof anglais dans l'academie militaire anglaise
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yas-su-27.skyrock.com
Cyrax
Invité



MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Mer 24 Oct 2007 - 21:54

Ca reste à vérifier quand même.
Revenir en haut Aller en bas
yas-su-27
Caporal
Caporal
avatar

messages : 144
Inscrit le : 30/09/2007
Localisation : dans mon quartier general
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Mer 24 Oct 2007 - 22:12

Cyrax a écrit:
Ca reste à vérifier quand même.
en general ya pa des infos precis sur les evenements historique
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yas-su-27.skyrock.com
Cyrax
Invité



MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Jeu 25 Oct 2007 - 15:57

Si tu le dis...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Ven 26 Oct 2007 - 16:11

Le résultat de cette guerre de 6 jours est lié à bcp d’éléments tels :

1/Israël se préparait pour la guerre depuis le début des années 60, en multipliant les achats d'armes " 210 Chars M-48, 60 canon 155mm, Avions d'attaque A-4C reçu après la guerre + 72 Mirage IIIC...etc"

2/ Provocation des escarmouches contre la Syrie pour faire entrer l'égypt en guerre : 270 affrontement entre janvier et Mai 1967 + Combat aérien entre Mirage et Mig21 --> 6 Mig-21 abattues"

3/Supériorité Israélienne sur plusieurs niveaux :
--Doctrine Militaire supérieure a celle des arabes qui base sur la mobilité et l'offensive rapide air-terre " Mixage entre doctrine britannique et américaine" alors les arabes égypt et Syrie se sont montré plus soviétique que l4URSS lui mémé en se basant sur la contre offensive et la défense statique des véhicules blindées+chars+infanteries
--Qualité supérieure d'entrainement de l'armée israélienne vs arabe " les jordaniens étaient mieux entrainés que leurs homologues égyptiens et syriens »
-- Contrôle aérien+ radar égyptien et syrien null " radar ne détectent que les avions volant sur une ALT supérieur a 400m !!"

-- les pilotes sionistes se sont bien entrainées sur les combat rapprochées tournoyants alors que les égyptiens et syriens ne connaissaient que le vol a haute altitude pour des missions de reconnaissance + bombardement + interception haute altitude par missile R-3S"

-- Fonctions support de l'armée de l'air sioniste : 10 min en moyenne pour préparer un mirage III contre 2 heures comme moyenne chez les égyptiens pour le Mig-21

-- la version du Mig-21 qu'a reçu l'égypt était armée de missile sans canon " a vous d'imaginer la suite vu la qualité de l’AA-2 1ère version"...etc.

y a bcp d'élément a ajouter tel la guerre des renseignent, les espions, la reconnaissance aérienne mais bon... c'était une lourde défaite, aucun pays arabe n'était préparés pour la guerre, les politiciens entraient leur nez dans les tactiques militaires, et parlaient trop sans rien faire " grande gueule koi " ils ont sous-estimé les juifs et le résultat était catastrophique sur tout les plans.....





Revenir en haut Aller en bas
yas-su-27
Caporal
Caporal
avatar

messages : 144
Inscrit le : 30/09/2007
Localisation : dans mon quartier general
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Ven 26 Oct 2007 - 19:27

imagine 74 avion de combat contre plus de 200 .
c l'attaque surprise kia fait la difference
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yas-su-27.skyrock.com
Boomer
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1578
Inscrit le : 17/02/2007
Localisation : Rabat
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Ven 26 Oct 2007 - 20:18

yas-su-27 a écrit:
imagine 74 avion de combat contre plus de 200 .
c l'attaque surprise kia fait la difference

tu dois preciser que les avions etaient tous au sol , etant donné que les pistes avaient ete detruites alors aucun ou presque aucun decollage donc ça fait toute la difference , si a quelque min avant on avait ordonné un scrambel au pilote egyptien alors israél serait de l'histoire ancienne

_________________
"Only The Spirit Of Attack, Born In A Brave Heart Will Overcome The Odds"
Adolf Galand
Revenir en haut Aller en bas
yas-su-27
Caporal
Caporal
avatar

messages : 144
Inscrit le : 30/09/2007
Localisation : dans mon quartier general
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Ven 26 Oct 2007 - 20:32

BOOMER a écrit:
yas-su-27 a écrit:
imagine 74 avion de combat contre plus de 200 .
c l'attaque surprise kia fait la difference

tu dois preciser que les avions etaient tous au sol , etant donné que les pistes avaient ete detruites alors aucun ou presque aucun decollage donc ça fait toute la difference , si a quelque min avant on avait ordonné un scrambel au pilote egyptien alors israél serait de l'histoire ancienne
wè c l'attaque surprise
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yas-su-27.skyrock.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Lun 9 Juin 2008 - 16:46

BOOMER a écrit:


tu dois preciser que les avions etaient tous au sol , etant donné que les pistes avaient ete detruites alors aucun ou presque aucun decollage donc ça fait toute la difference , si a quelque min avant on avait ordonné un scrambel au pilote egyptien alors israél serait de l'histoire ancienne

c´est que les egyptiens..ou bien les gros cons du monde,on cru que les israeliens les manipulait en annoncant les plans sur radio,alors ils sont resté dormir Laughing

enumerez les conneries commises par cha3b lmouloukhia w lfoul midamiss lol!

Citation :

Soviet weapons proved ineffective in Arab hands
RIA Novosti | Jun 9, 2008


MOSCOW: The shortest Arab-Israeli war, the Six-Day War, broke out on June 5, 1967. It lasted until June 10 when the Arabs were comprehensively defeated.

This was when Israel seized the Sinai Peninsula, the Golan Heights, the West Bank and the Gaza Strip. The Arabs retrieved part of these lands, notably, the Sinai Peninsula, 15 years later. Others, such as the Golan Heights and Palestinian territories, are a subject of multilateral talks that have made little progress thus far.

Why did the Arabs suffer such an overwhelming defeat? The Egyptian and Syrian Armies were not ready for war, although their high-ranking generals, particularly from Egypt, were confident in their ability to erase the "Zionist formation" from the face of the Earth.

Egyptian President Gamal Abdel Nasser himself gave the Israelis a casus belli. On May 18, the Egyptian government addressed the UN Security Council with a request to withdraw peacekeepers from the Gaza Strip and Sinai Peninsula, who were stationed there in 1957. UN Secretary-General U Thant agreed, and the troops were pulled out in no time.

On May 22, their positions were occupied by the Egyptian military. On May 28, Egypt closed the Straits of Tiran (Gulf of Aqaba) to Israeli shipping, and to vessels from other countries that supplied strategic commodities to the Israeli port of Eilat. Israel considered this act a tacit declaration of war, and dealt a pre-emptive blow.

Although it may seem paradoxical, some Israeli media published a stage-by-stage plan of attack on the Arabs several days before the war. However, the Arabs did not believe them.

The Voice of Israel and the Jerusalem Post reported that the Israeli force would attack Egyptian bases at 4 a.m. on Monday, June 5; it would be followed by a ground offensive, and by the evening of June 6, the Israeli troops would reach the Suez Canal. This scenario was 90% accurate (the attack was launched at 8.30 a.m.). Both Egypt's intelligence and army command knew about the plan. How could they have ignored such information?

In the early hours of June 5, an Israeli attack destroyed 400 aircraft of the Egyptian Air Force in one go. They were simply bombed on the airfields. Soviet military specialists, who trained Egyptian pilots near Cairo, rushed to the Cairo-West Air Base. They were ready to fly the intact aircraft and fight, but were stopped by the Egyptians.

Russian Oriental studies expert, Anatoly Yegorin recalls: "When X-hour struck, our guys wanted to go to the frontline, but the Egyptians objected: 'This is our war, and we should fight it ourselves.' They delayed the return of our military to the place of their service. Not a single Soviet serviceman took part in the Six-Day War."

Indeed, Soviet military specialists, whose responsibility under contract was to train Arabs, had no right to take part in hostilities.

In the Six-Day War of 1967, Soviet weapons proved to be ineffective in Arab hands.

During parades, or aerobatic performances, Egyptian pilots displayed their skills, but when it came to real fighting they forgot everything they had learned. They did not have combat experience. Laughing

Communications is another major reason for the Egyptian Army's defeat. At the lowest level, it had Soviet communication equipment, whereas the general headquarters and the command had bought communication systems in the West, and they were completely under U.S. control.

Yegorin recalls: "At the X-hour, the Americans (their ships were located 14 miles away from Egypt in the Mediterranean) switched off all communication lines linking the general headquarters with the Sinai-based troops."

In other words, the United States, an Israeli ally, simply paralyzed the Egyptian forces at the right moment.

Egyptians made one more major mistake during the war. While retreating from the Sinai Peninsula, the Egyptian Army abandoned 450 functional tanks. Tank crews jumped out of their combat vehicles and ran to the Suez Canal in order to get to the other side Laughing . "They could have retreated in these tanks until they reached the canal," Yegorin said, "but they were getting out of tanks, leaving them, and running." As a result, in those six days, Israel lost 776 officers and men, and Egypt, more than 11,000.

Most historians believe that Egypt's defeat was caused by political rather than military reasons. Many high-ranking Egyptian generals, who were educated in the West, were extremely displeased with Nasser's "pro-Kremlin" orientation. They attempted to get rid of him by engineering Egypt's defeat in the war in the hope that the United States, which backed Israel, would not leave Arabs on their own.

Epilogue

Soviet weapons proved effective in the next 1973 Arab-Israeli War, when Egyptians crossed the Suez Canal, and attacked the Bar-Lev Line. The results of this war are common knowledge. The Egyptian Army had every chance to score a full military victory over the enemy, not just receive a moral triumph. But Anwar Sadat, who replaced Nasser, stopped the offensive.

The political results were rapprochement with the United States, Camp David and a peace treaty with Israel. Sadat exchanged a military victory for a political one. This was the end of the "romantic era" in Egyptian-Soviet relations. But even now, 40 years after, the Egyptian Army still has Soviet weapons.

By RIA Novosti correspondent Andrei Murtazin

alors ne venaz jamais me parler d´un saad khla dar mou chadli

pig
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Lun 9 Juin 2008 - 16:52

version FR

Citation :

Opinions
Le facteur soviétique dans la guerre des Six Jours
19:21 | 06/ 06/ 2008

Par Andreï Mourtazine, RIA Novosti

Le 5 juin 1967 commença la plus courte guerre arabo-israélienne de l'histoire. Elle ne dura que 6 jours, et se termina le 10 juin par une défaite foudroyante des Arabes. C'est à la suite de ce conflit que la péninsule du Sinaï, les hauteurs du Golan, la Cisjordanie et la bande de Gaza furent occupés par Israël. Les Arabes ont pu retrouver une partie de ces territoires (le Sinaï) seulement 15 ans plus tard. Les autres (hauteurs du Golan et territoires palestiniens) font aujourd'hui l'objet de négociations multilatérales, pour l'instant sans progrès particulier.

Pourquoi les Arabes ont-ils essuyé une défaite aussi foudroyante? Ni l'armée égyptienne, ni l'armée syrienne n'étaient prêtes à la guerre, bien que les généraux hauts placés de ces pays, surtout égyptiens, assuraient qu'ils raseraient "l'entité sioniste" de la surface de la terre.

Le casus belli fut fourni aux Israéliens par le président égyptien Gamal Abdel Nasser lui-même. Le 18 mai, le gouvernement égyptien demanda au Conseil de sécurité de l'ONU de rappeler ses forces de paix introduites en 1957 à Gaza et dans la péninsule du Sinaï. U Thant, alors secrétaire général de l'ONU, accepta, et les forces de l'ONU se retirèrent dans les plus brefs délais. Le 22 mai, leurs positions furent occupées par les militaires égyptiens. Le 28 mai 1967, l'Egypte annonça le blocus du détroit de Tiran (donnant accès au golfe d'Aqaba) pour les navires israéliens et ceux des pays acheminant des marchandises stratégiques jusqu'au port israélien d'Eilat. Israël y vit une déclaration de guerre tacite et porta par conséquent un coup préventif.

Fait paradoxal: les étapes du plan d'attaque contre les Arabes furent annoncées par les médias israéliens quelques jours avant le début de la guerre. Les Arabes n'y crurent pas. Ainsi, la Voix d'Israël et le Jerusalem Post affirmèrent qu'une attaque aérienne israélienne contre les bases égyptiennes serait lancée le lundi 5 juin à 4 heures du matin, suivie d'une attaque terrestre, et que les unités israéliennes atteindraient le canal de Suez au soir du 6 juin. Ce scénario fut confirmé à 90% (l'attaque fut lancée à 8h30). Comme on l'a appris plus tard, aussi bien les services de renseignements égyptiens que le commandement de l'armée égyptienne étaient au courant, mais ils ne prirent pas cette information au sérieux.

Le matin du 5 juin, à la suite des raids de l'aviation israélienne, les forces aériennes égyptiennes avaient perdu d'emblée 400 avions, détruits à même le sol. Les spécialistes militaires soviétiques qui formaient les pilotes égyptiens dans les environs du Caire se précipitèrent vers la base de Cairo West, lieu de leur service. Ils étaient prêts à décoller à bord des avions restés intacts et à se lancer dans la bataille, mais ils furent arrêtés par les Egyptiens eux-mêmes. L'orientaliste russe Anatoli Egorine, témoin des événements, se souvient: "Lorsque l'heure H est arrivée, les nôtres voulaient se rendre sur les positions, mais les Egyptiens n'ont pas autorisé nos militaires à partir vers le lieu de leur service. Aucun militaire soviétique n'a participé aux combats au cours de la guerre des Six Jours". Effectivement, les spécialistes militaires soviétiques qui se trouvaient alors en Egypte avaient pour tâche de former les Arabes, mais n'avaient pas le droit de participer aux combats.

Au cours de la guerre de 1967, les armes soviétiques s'avérèrent inefficaces entre les mains des Arabes. Si les pilotes égyptiens avaient fait preuve d'une réelle maîtrise lors des parades, dans une ambiance théâtrale, ils oublièrent toutes les recommandations dès que les balles commencèrent à siffler. Ils n'avaient aucun acquis en situation de combat.

Les moyens de liaison furent probablement une autre cause importante de la défaite de l'armée égyptienne. Les unités de l'armée se servaient de moyens de liaison soviétiques, mais l'état-major général et le commandement disposaient de moyens achetés en Occident qui étaient entièrement contrôlés par les Américains. "A l'heure H, les Américains, dont les navires se trouvaient en Méditerranée, à 14 milles du littoral de l'Egypte, ont coupé toutes les liaisons entre l'état-major général et les troupes envoyées dans le Sinaï", se souvient Anatoli Egorine. Autrement dit, les Etats-Unis, agissant en faveur d'Israël, paralysèrent les troupes égyptiennes au moment opportun.

Il y eut dans cette guerre un autre épisode significatif. En se retirant du Sinaï, l'armée égyptienne y abandonna 450 chars en bon état de marche. Les tankistes sortirent des chars et coururent vers le canal de Suez pour tenter d'atteindre l'autre rive. "Ces chars pouvaient les emmener jusqu'au canal. Certains d'entre eux auraient même pu atteindre l'autre rive. Mais les Egyptiens ont sauté hors des chars et se sont mis à courir", raconte Anatoli Egorine. Après 6 jours de combats, les Israéliens eurent à déplorer 776 morts, les Egyptiens, plus de 11.000.

De l'avis de la majorité des historiens, les causes principales de la défaite essuyée par l'Egypte étaient non pas militaires, mais politiques. De nombreux généraux égyptiens haut placés de l'état-major général, formés en Occident, étaient très mécontents de l'alignement de Gamal Abdel Nasser sur le Kremlin. Ils ont tenté de se débarrasser de leur président en faisant tout leur possible pour que l'Egypte perde cette guerre, espérant que les Etats-Unis qui soutenaient Israël n'abandonneraient pas les Arabes à leur sort.

Quant aux armes soviétiques, elles prouvèrent leur efficacité dans la guerre arabo-israélienne suivante, celle du Kippour en 1973, lorsque les Egyptiens traversèrent le canal de Suez et montèrent à l'assaut de la "ligne Bar-Lev". Les résultats de cette guerre sont connus. L'armée égyptienne avait toutes les chances de remporter une victoire non seulement morale, mais aussi militaire sur l'ennemi, mais le président égyptien Anouar el-Sadate qui avait succédé à Gamal Abdel Nasser arrêta l'offensive. Le bilan politique se traduisit par le rapprochement avec les Etats-Unis, Camp David et le traité de paix avec Israël. Anouar el-Sadate échangea la victoire militaire contre une victoire politique. Ce fut la fin de "l'époque romantique" dans les rapports entre l'Egypte et l'Union soviétique. Cependant, 40 ans après, ce sont toujours des armes soviétiques qui équipent l'armée égyptienne.

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.

http://fr.rian.ru/analysis/20080606/109417589.html
Revenir en haut Aller en bas
Sukhoi 37
Caporal chef
Caporal chef
avatar

messages : 154
Inscrit le : 05/11/2007
Localisation : xxx
Nationalité : Algerie

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Lun 9 Juin 2008 - 17:22

je suis sure que les arabes auront leur revanche Tôt ou tard , ca prendra le temps qui il faut , ca peut etre dans 60 ans ou meme 700 ans ... c'est sure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Lun 9 Juin 2008 - 18:38

seif1984 a écrit:
je suis sure que les arabes auront leur revanche Tôt ou tard , ca prendra le temps qui il faut , ca peut etre dans 60 ans ou meme 700 ans ... c'est sure.

il n'y aura peut etre tout simplement plus d'arabes ni de musulmans Rolling Eyes

c'est ce que disaient les andalous chassés de grenade,depuis personne n'a repris cette region la,tous les musulmans s'en fouttent et ne pensent qu'a humilier leur freres.

nous ne vivons qu'avec des souvenirs poussiereux d'il y a des siecles ,des regrets,des actes manqués ainsi que des chiméres.

la race qui monte et qui va dominer c'est l'asiatique,le peril jaune What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Mar 10 Juin 2008 - 0:21

seif1984 a écrit:
je suis sure que les arabes auront leur revanche Tôt ou tard , ca prendra le temps qui il faut , ca peut etre dans 60 ans ou meme 700 ans ... c'est sure.
c'est pas sûr, ça dépend.
la revanche pouquoi faire Question les pays arabes ont l'air de s'habituer à israel: relations diplomatiques secrète ou officielle, commerce, tourisme, c'est vraiment palestine qui embarasse les gouvernement arabes ''farcha Ed'dicor Laughing '' comme on dit chez nous Laughing , et ils souhaitent que palestine disparaisse pour qu'ils puisse vivre en harmonie avec israel ''chakika'' sans ''hchouma'' ni ''3ib''.
Revenir en haut Aller en bas
dan_pub
Caporal
Caporal


messages : 134
Inscrit le : 23/04/2007
Nationalité : USA

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Mar 10 Juin 2008 - 7:11

Citation :
et ils souhaitent que palestine disparaisse pour qu'ils puisse vivre en harmonie avec israel
Pas forcément "disparaisse": "mûrisse et se donne des dirigeants fréquentables compétents et pragmatiques", ça arrangerait bien du monde aussi.

L'emprise des théocrates extrémistes du hamas à Gaza n'est bonne pour personne. Surtout pas pour les gazans.
Et à Ramallah ça ne gâterait rien d'avoir un Fatah qui ne soit pas devenu une clique de vieux profiteurs corrompus.

Evidemment, c'est beaucoup demander que d'espérer de la maturité politique et civique d'une population qui a subi tant depuis si longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Romeoh
Lt-colonel
Lt-colonel
avatar

messages : 1262
Inscrit le : 15/03/2007
Localisation : Ideosphere
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Mar 10 Juin 2008 - 18:27

N'oubliez pas qu'Israel est une theocratie.

_________________
Lead me, follow me or get out of my way.

http://fr.youtube.com/watch?v=V_M4o8uenUU
Revenir en haut Aller en bas
naourikh
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

messages : 453
Inscrit le : 19/03/2007
Localisation : Devant un PC
Nationalité : Maroc-Belgique

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Jeu 12 Juin 2008 - 18:10

Romeoh a écrit:
N'oubliez pas qu'Israel est une theocratie.

Pardon? Je dirais plutot que c'est la seule démocratie style occidental de la région. Elections libres, atlernances de différents partis au pouvoir, existence d'une presse et d'une opinion publique indépendantes (cad non controlées par la censure de l'Etat),...
Tous les ingrédients qui font une démocratie.
Bon biensur il y a des partis religieux et ultra nationalistes, des colons opposés à la paix. Mais il y a aussi des liberaux, des pacifistes, des gens de gauche qui veulent en finir avec ce conflit.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Romeoh
Lt-colonel
Lt-colonel
avatar

messages : 1262
Inscrit le : 15/03/2007
Localisation : Ideosphere
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Jeu 12 Juin 2008 - 21:23

naourikh a écrit:
Romeoh a écrit:
N'oubliez pas qu'Israel est une theocratie.

Pardon? Je dirais plutot que c'est la seule démocratie style occidental de la région. Elections libres, atlernances de différents partis au pouvoir, existence d'une presse et d'une opinion publique indépendantes (cad non controlées par la censure de l'Etat),...
Tous les ingrédients qui font une démocratie.
Bon biensur il y a des partis religieux et ultra nationalistes, des colons opposés à la paix. Mais il y a aussi des liberaux, des pacifistes, des gens de gauche qui veulent en finir avec ce conflit.
Theocratie ne veut pas dire manque de liberté. C'est un Etat qui repose sur des bases "religieuses" comme l'Iran

_________________
Lead me, follow me or get out of my way.

http://fr.youtube.com/watch?v=V_M4o8uenUU
Revenir en haut Aller en bas
freedom
Aspirant
Aspirant


messages : 502
Inscrit le : 06/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Sam 14 Juin 2008 - 17:50

il y a beaucoup de théocraties dans le monde occidentale, Angleterre par exemple, israel comme le royaume uni n'as pas de constitution écrite.
Revenir en haut Aller en bas
borznayadouti
2eme classe
2eme classe


messages : 2
Inscrit le : 22/06/2008
Localisation : canada
Nationalité : Maroc

MessageSujet: guerre des 6 jours   Mer 25 Juin 2008 - 3:41

Le facteur soviétique dans la guerre des Six Jours
19:21 | 06/ 06/ 2008



Par Andreï Mourtazine, RIA Novosti

Le 5 juin 1967 commença la plus courte guerre arabo-israélienne de l'histoire. Elle ne dura que 6 jours, et se termina le 10 juin par une défaite foudroyante des Arabes. C'est à la suite de ce conflit que la péninsule du Sinaï, les hauteurs du Golan, la Cisjordanie et la bande de Gaza furent occupés par Israël. Les Arabes ont pu retrouver une partie de ces territoires (le Sinaï) seulement 15 ans plus tard. Les autres (hauteurs du Golan et territoires palestiniens) font aujourd'hui l'objet de négociations multilatérales, pour l'instant sans progrès particulier.

Pourquoi les Arabes ont-ils essuyé une défaite aussi foudroyante? Ni l'armée égyptienne, ni l'armée syrienne n'étaient prêtes à la guerre, bien que les généraux hauts placés de ces pays, surtout égyptiens, assuraient qu'ils raseraient "l'entité sioniste" de la surface de la terre.

Le casus belli fut fourni aux Israéliens par le président égyptien Gamal Abdel Nasser lui-même. Le 18 mai, le gouvernement égyptien demanda au Conseil de sécurité de l'ONU de rappeler ses forces de paix introduites en 1957 à Gaza et dans la péninsule du Sinaï. U Thant, alors secrétaire général de l'ONU, accepta, et les forces de l'ONU se retirèrent dans les plus brefs délais. Le 22 mai, leurs positions furent occupées par les militaires égyptiens. Le 28 mai 1967, l'Egypte annonça le blocus du détroit de Tiran (donnant accès au golfe d'Aqaba) pour les navires israéliens et ceux des pays acheminant des marchandises stratégiques jusqu'au port israélien d'Eilat. Israël y vit une déclaration de guerre tacite et porta par conséquent un coup préventif.

Fait paradoxal: les étapes du plan d'attaque contre les Arabes furent annoncées par les médias israéliens quelques jours avant le début de la guerre. Les Arabes n'y crurent pas. Ainsi, la Voix d'Israël et le Jerusalem Post affirmèrent qu'une attaque aérienne israélienne contre les bases égyptiennes serait lancée le lundi 5 juin à 4 heures du matin, suivie d'une attaque terrestre, et que les unités israéliennes atteindraient le canal de Suez au soir du 6 juin. Ce scénario fut confirmé à 90% (l'attaque fut lancée à 8h30). Comme on l'a appris plus tard, aussi bien les services de renseignements égyptiens que le commandement de l'armée égyptienne étaient au courant, mais ils ne prirent pas cette information au sérieux.

Le matin du 5 juin, à la suite des raids de l'aviation israélienne, les forces aériennes égyptiennes avaient perdu d'emblée 400 avions, détruits à même le sol. Les spécialistes militaires soviétiques qui formaient les pilotes égyptiens dans les environs du Caire se précipitèrent vers la base de Cairo West, lieu de leur service. Ils étaient prêts à décoller à bord des avions restés intacts et à se lancer dans la bataille, mais ils furent arrêtés par les Egyptiens eux-mêmes. L'orientaliste russe Anatoli Egorine, témoin des événements, se souvient: "Lorsque l'heure H est arrivée, les nôtres voulaient se rendre sur les positions, mais les Egyptiens n'ont pas autorisé nos militaires à partir vers le lieu de leur service. Aucun militaire soviétique n'a participé aux combats au cours de la guerre des Six Jours". Effectivement, les spécialistes militaires soviétiques qui se trouvaient alors en Egypte avaient pour tâche de former les Arabes, mais n'avaient pas le droit de participer aux combats.

Au cours de la guerre de 1967, les armes soviétiques s'avérèrent inefficaces entre les mains des Arabes. Si les pilotes égyptiens avaient fait preuve d'une réelle maîtrise lors des parades, dans une ambiance théâtrale, ils oublièrent toutes les recommandations dès que les balles commencèrent à siffler. Ils n'avaient aucun acquis en situation de combat.

Les moyens de liaison furent probablement une autre cause importante de la défaite de l'armée égyptienne. Les unités de l'armée se servaient de moyens de liaison soviétiques, mais l'état-major général et le commandement disposaient de moyens achetés en Occident qui étaient entièrement contrôlés par les Américains. "A l'heure H, les Américains, dont les navires se trouvaient en Méditerranée, à 14 milles du littoral de l'Egypte, ont coupé toutes les liaisons entre l'état-major général et les troupes envoyées dans le Sinaï", se souvient Anatoli Egorine. Autrement dit, les Etats-Unis, agissant en faveur d'Israël, paralysèrent les troupes égyptiennes au moment opportun.

Il y eut dans cette guerre un autre épisode significatif. En se retirant du Sinaï, l'armée égyptienne y abandonna 450 chars en bon état de marche. Les tankistes sortirent des chars et coururent vers le canal de Suez pour tenter d'atteindre l'autre rive. "Ces chars pouvaient les emmener jusqu'au canal. Certains d'entre eux auraient même pu atteindre l'autre rive. Mais les Egyptiens ont sauté hors des chars et se sont mis à courir", raconte Anatoli Egorine. Après 6 jours de combats, les Israéliens eurent à déplorer 776 morts, les Egyptiens, plus de 11.000.

De l'avis de la majorité des historiens, les causes principales de la défaite essuyée par l'Egypte étaient non pas militaires, mais politiques. De nombreux généraux égyptiens haut placés de l'état-major général, formés en Occident, étaient très mécontents de l'alignement de Gamal Abdel Nasser sur le Kremlin. Ils ont tenté de se débarrasser de leur président en faisant tout leur possible pour que l'Egypte perde cette guerre, espérant que les Etats-Unis qui soutenaient Israël n'abandonneraient pas les Arabes à leur sort.

Quant aux armes soviétiques, elles prouvèrent leur efficacité dans la guerre arabo-israélienne suivante, celle du Kippour en 1973, lorsque les Egyptiens traversèrent le canal de Suez et montèrent à l'assaut de la "ligne Bar-Lev". Les résultats de cette guerre sont connus. L'armée égyptienne avait toutes les chances de remporter une victoire non seulement morale, mais aussi militaire sur l'ennemi, mais le président égyptien Anouar el-Sadate qui avait succédé à Gamal Abdel Nasser arrêta l'offensive. Le bilan politique se traduisit par le rapprochement avec les Etats-Unis, Camp David et le traité de paix avec Israël. Anouar el-Sadate échangea la victoire militaire contre une victoire politique. Ce fut la fin de "l'époque romantique" dans les rapports entre l'Egypte et l'Union soviétique. Cependant, 40 ans après, ce sont toujours des armes soviétiques qui équipent l'armée égyptienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la guerre des six jours   Mer 25 Juin 2008 - 7:52

preuve que t´as pas vu les autres pages,l´article est deja posté dans la precedente Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: 1967   Lun 10 Aoû 2009 - 11:14

une des épisodes marquantes de cette guerre !

Citation :
Why did Israel attack USS Liberty?


For former US seaman Gary Brummett, the 40th anniversary of the 1967 Middle East war has stirred painful memories.

As a 21-year-old third class petty officer, Mr Brummett was serving on board the USS Liberty off the coast of Egypt on 8 June, when, without warning, the vessel came under fire, first from fighter planes, then torpedo boats.

The attack, which lasted at least 40 minutes, resulted in the deaths of 34 of Mr Brummett's fellow crewmen, at least 170 injured and catastrophic damage to the ship.

Alarmingly, the assault had been carried out not by enemy forces, but by the US' closest regional ally, Israel.
Israel insists it mistook the Liberty for a hostile Egyptian ship, the El Quseir, and numerous US and Israeli inquiries have concluded the attack was accidental.

But for Mr Brummett and a growing body of conspiracy theorists, the authorities are guilty of a cover-up.
"I have more trouble with it today than when it happened because I know more of the facts about what was going on," said Mr Brummett.
"There's been an egregious wrong done here, there's been an extreme number of lies told to the American people and the American people do not know the truth about what happened."

'Sitting duck'
The attack on the Liberty - the gravest incident in the history of US-Israeli relations - has been a source of controversy for the past four decades.
Claim and counter-claim as to what happened have been fought out in every corner of the media, with the advent of the internet helping to reinvigorate the debate.
Israel's supporters say the incident is merely being used as a tool by critics to malign the Jewish state, while accusers say the attack was a war crime which has never come to light.
According to Israel, the incident was a tragic case of friendly fire occurring in the fog of war.

It says it believed the ship had been bombarding Israeli forces fighting in the Sinai, and that its pilots did not see any US flags (survivors say there were three) on the vessel before they opened fire.
Sceptics however claim the attack was premeditated and that the truth has been suppressed. The assertion of a cover-up was lent weight by a 2003 independent commission of inquiry which reported that the attack on the Liberty "remains the only serious naval incident that has never been thoroughly investigated by Congress".
Among the most popular theories as to why Israel would take such drastic action against its superpower ally is that the Liberty, a $40m state-of-the-art surveillance ship, was eavesdropping on an Israeli massacre of Egyptian prisoners of war.

Israel strongly denies its troops executed Egyptian POWs, saying those who died in an incident at that time were 250 armed Palestinian fighters killed in action.
Another is that the ship had learnt of secret Israeli plans to invade Syria's Golan Heights two days later and had to be destroyed.
'US collusion' theory
Perhaps the most sinister motive is that put forward by journalist Peter Hounam in his 2003 book "Operation Cyanide".
Mr Hounam claims secret elements within the US and Israeli governments colluded to bomb the ship and blame the attack on Egypt and their superpower ally, the Soviet Union, triggering massive retaliation which would ensure Israeli victory.

"The attack on the Liberty was pre-planned, perhaps from at least a year beforehand," Mr Hounam says.
"The Liberty was sent into a very dangerous situation, where it was, in my view, placed in a position to be attacked."
Mr Hounam says the intention was to sink the ship and kill everyone on board, but as the Liberty remained afloat the plan was aborted and has been hushed up ever since.

'Presidential order'
Successive US and Israeli inquiries, and the declassification of thousands of pieces of information, have done little to dampen suspicions.
One of the most powerful claims of a cover-up has come from retired US Navy lawyer Capt Ward Boston, counsel to the Navy Court of Inquiry into the incident conducted just days after the event.
Capt Boston says the court's original findings, which he signed, were changed afterwards by government lawyers.
He also claims the president of the court, Rear Adm Isaac Kidd, told him he was ordered by US President Lyndon Johnson and Defence Secretary Robert McNamara to conclude the attack was a case of mistaken identity.
However, Capt Boston's version of events - and the notion that what happened was anything more than a tragic accident - are disputed by numerous academics and authors who have investigated the incident.
"It was a series of blunders by both the United States and Israel that resulted in a terrible tragedy and nothing more," says Jay Cristol, a federal judge and author of the book The Liberty Incident.
"All the official reports came to the same conclusion.
"Unfortunately there are a number of people who are on the other side of the Arab-Israeli conflict who think this is a way to attack the otherwise very strong relationship between the US and Israel, and they keep stirring the pot.

'No evidence'
It is a view with which historian Michael B Oren, a senior fellow at the Shalem Center, a Jerusalem academic research institute, concurs.
"Many thousands of documents related to the Liberty have been declassified and in none of these documents will you find a scintilla of evidence to suggest any of these conspiracy theories are true," he says.
The Golan one is the easiest to disprove because of where the Liberty was, not off the coast of Israel, but Egypt. Its listening devices weren't that powerful that they could listen in on communications in Tel Aviv.
"Moreover the Israelis were very upfront in telling the US that they planned to capture the Golan Heights and the Americans agreed to it.
"Regarding a massacre of Egyptian POWs, there's no evidence of that. And why would the Israelis try to cover up one atrocity by committing another?

He says the attack has remained a source of controversy because "it has all the ingredients of a good spy scandal. It involves espionage and it involves the Israelis, who are forever a focus of conspiracy theories.
"If I could prove the Liberty was attacked in a premeditated fashion, I would write it - it would be a great historical scoop - but the truth is far more mundane."
http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/6690425.stm
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la guerre des six jours   

Revenir en haut Aller en bas
 
la guerre des six jours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» La guerre du Vietnam
» La Guerre Froide
» Dans quelle arme serviriez vous en cas de guerre?
» Prisonniers guerre 39/45 - FRABOLOT
» 7$ pour les 261 jours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits à travers l´âge-
Sauter vers: