Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 23 ... 41, 42, 43
AuteurMessage
FAR SOLDIER
Modérateur
Modérateur
FAR SOLDIER

messages : 6767
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Nowhere
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena30
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Ambass10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeJeu 5 Déc 2013 - 18:07

Rappel du premier message :

J'ouvre ce thread pour plusieurs raisons . Premièrement , parce que aujourd’hui même officiellement l'ONU a donner son feu vert a la France pour une intervention militaire au coté des forces africaines , l'opération va se faire . Et deuxièmement , ce conflit nous intéresse en tant que musulmans , car le conflit opposent justement musulmans et chrétiens dans ce pays . Personnellement je n'ai jamais su que il y avait des musulmans en Centrafrique .
Vos informations nous permettrons de mieux comprendre les raisons de ce conflits , les différentes parties de ce conflit , certains parlent de vengeances de l'ex president Bozizé et des milices chrétiennes  , d'autres mettent en cause la rebelle du Séléka qui sont musulmans ...

Citation :
Le Conseil de sécurité de l'ONU  a adopté ce jeudi un projet de résolution de la Franceautorisant le recours à la force pour les troupes d'intervention africaines et françaises. Sur place, a tension est encore montée d'un cran à Bangui, la capitale de la Centrafrique.

Des tirs et détonations ont été entendus, faisant plusieurs victimes. Des journalistes ont dénombré ce jeudi après-midi 80 morts dans une mosquée de Bangui et des rues voisines.

Les accrochages opposent les membres de milices chrétiennes d'autodéfense, les «anti-balaka» (anti-machettes), à des hommesarmés issus des rangs de la coalition rebelle Séléka — depuis dissoute — dirigée par Michel Djotodia. Ces derniers, qui se revendiquent musulmans, ont renversé en mars par un coup d'Etat le président François Bozizé, arrivé au pouvoir dix ans plus tôt, plongeant le pays dans le chaos.

Environ 250 soldats français ont été déployés ce jeudi dans le centre-ville, a prévenu l'état-major des armées. Tout comme la force africaine, l'armée française, plus que jamais «gendarme» de l'Afrique après le Mali, attend le feu vert des Nations-Unies pour lancer son opération militaire, baptisée «Sangaris».

Suivez les évènements, minute par minute.

17h25. Environ 1,3 million de personnes ont besoin d'une aide alimentaire en République centrafricaine, en raison des troubles intérieurs, a mis en garde la FAO (Food and Agriculture organization, Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture).

16h48. Les soldats français pourraient intervenir dans les heures qui viennent.

Les 1200 soldats français, qui doivent être déployés en RCA, auront à leurs côtés 3000 hommes de la force africaine, la Misca (Mission internationale de soutien à la Centrafique : Tchad, Cameroun, Congo, Gabon), qu'ils sont chargés d'appuyer. Une force encore mal équipée, dont le commandement reste à mettre en place, qui devra prendre dans quelques mois le relai des Français.

La France dispose d'un dispositif unique de forces prépositionnées sur le continent africain, ce qui qui multiplie sa capacité de réaction : 940 hommes au Gabon, 350 au Sénégal, 2000 à Djibouti, 450 en Côte d'Ivoire, 250 en temps normal en Centrafrique.

La France table cette fois sur une opération ponctuelle. «Nous mobilisons un millier d'hommes pour une période de montée en puissance de 4 à 6 mois, puis de retrait progressif de 4 à 6 mois», a résumé mardi Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, dans une interview au quotidien Le Dauphiné.

Une facture de 400 M€ au Mali

Impossible de chiffrer pour l'instant le coût de l'opération française qui est sur le point de démarrer en Centrafrique.

La précédente intervention extérieure de la France en Afrique est l'opération Serval, au Mali, où les militaires ont traqué les jihadistes et aidé l'Etat Malien à rétablir l'ordre.

Le coût de l'opération Serval au Mali devrait «dépasser les 400 M€ à la fin de l'année» 2013, estimait fin juin le chef d'état-major des armées (CEMA), l'amiral Edouard Guillaud, selon La Tribune. La facture globale d'une telle opération est «de l'ordre de 100 000 € par homme et par an», a précisé le CEMA.

16h36. Jean-Yves Le Drian, le ministre de le Défense qui a écourté un déplacement à Toulon (Var) a commencé à préparer le conseil restreint de Défense avec les services de renseignement. Ce conseil de défense réunira notamment le chef d'état major des armées, Edouard Guillaud, et les ministres Jean-Yves Le Drian (Défense), Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Manuel Valls (Intérieur), autour du président Hollande.

16h33. Qui paiera pour une future force de casques bleus après l'intervention de la France ? C'est la question qui se pose déjà dans les couloirs de l'ONU. Les Etats-Unis ne cachent pas leur frilosité à l'idée de financer un tel dispositif.

16h21. François Hollande réunit un conseil restreint de défense à 18 heures.

16h15. La résolution a été votée à l'unanimité. Elle permet aux forces françaises engagées sur le terrain de sécuriser les civils et d'apporter une aide humanitaire. Elle est placée sous le chapitre 7, autrement dit l'usage de la France est autorisé.

Ce que prévoit la résolution de l'ONU
Le Conseil, déclarant agir sous le chapitre 7 de la Charte de l'ONU (autorisant le recours à la force)...
TRANSITION POLITIQUE ... «réclame l'application rapide des accords de transition (..) qui devront mener à la tenue d'élections présidentielle et législatives libres, équitables et transparentes...»
DROITS DE L'HOMME ... «exprime sa profonde inquiétude devant la multiplication des violences inter-religieuses et inter-ethniques...», «demande au secrétaire général (Ban Ki-moon) de mettre en place rapidement une commission internationale d'enquête (...) pour une période initiale d'un an. L'enquête portera sur les exactions commises depuis le 1er janvier 2013.»
MISCA ET FORCES FRANCAISES... «autorise le déploiement" de la force africaine présente en RCA (Misca) pour une période de douze mois, avec une clause de révision à six mois, afin de protéger les civils et rétablir l'ordre et la sécurité (...), stabiliser le pays (...) et créer les conditions propices à la fourniture d'aide humanitaire. Autorise les forces françaises en RCA, dans la limite de leurs capacités et de leurs zones de déploiement, et de manière temporaire, à prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir la Misca dans l'accomplissement de son mandat et demande à Bangui et aux pays voisins de soutenir leur action.»
EMBARGO SUR LES ARMES... « impose un embargo sur les armes et équipements militaires destinés à la RCA pour une période initiale d'un an. Cet embargo ne concernera pas les matériels destinés à la Misca ou aux forces françaises. Un comité des sanctions veillera au respect de l'embargo.»
SANCTIONS CIBLEES... «exprime sa ferme intention d'envisager rapidement des sanctions ciblées, dont des gels d'avoirs et des interdictions de voyage, contre les individus qui violent l'embargo sur les armes ou les droits de l'homme, bloquent la transition politique dans le pays, ou exploitent illégalement des ressources naturelles comme les diamants.»


⇒ 16h11. Le Conseil de Sécurité de l'ONU donne son feu vert à l'intervention de la France en Centrafrique.

16h03. A la mosquée du quartier PK5, dans le centre de la capitale, 54 cadavres étaient alignés dans la salle de prière et la cour intérieure, portant des marques de blessures à l'arme blanche et par balles. Dans les rues voisines, les journalistes ont comptabilisé 25 cadavres abandonnés sur le bas coté.

«Les corps ont été amenés dans la matinée par des gens du quartier», a expliqué à l'AFP un responsable de la mosquée qui a souhaité garder l'anonymat. La mosquée était remplie d'hommes et de femmes venus chercher un parent disparu.

Signe de l'extrême tension régnant dans la ville, les abords de la mosquée étaient bondés d'hommes portant des machettes, alors que les rues voisines, dans lesquelles gisaient d'autres corps, étaient désertes.

15h47. Plus de 80 cadavres comptés dans une mosquée et dans les rues de Bangui.

14h45. Au moins huit morts et des dizaines de blessés, selon MSF. « Depuis ce matin, nous avons aidé à prendre en charge 65 blessés arrivés aux urgences. Une vingtaine présentait des blessures graves ; 8 sont morts ; 5 sont déjà passés en urgence au bloc » témoigne Thomas Curbillon, chef de mission MSF à Bangui.  « La plupart présentent des blessures par balle et armes blanches, type machette ou couteau ».


13h51. Extension du couvre-feu. Appelant la population terrorisée «à garder son calme» dans une allocution radio-télévisée, le président centrafricain de transition Michel Djotodia annonce l'extension immédiate de quatre heures du couvre-feu, imposé désormais de 18 heures à 6 heures, face aux aux tirs et violences meurtrières qui ont éclaté avant l'aube. Il ajoute que «l'armée française est une amie de la Centrafrique», quelques heures avant le vote par le conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution autorisant la France à intervenir militairement pour rétablir la sécurité dans le pays.

13h31. Huit morts selon MSF. «Hôpital communautaire: 65 blessés, 8 morts», indique un bref message transmis par MSF, qui a dépêché dans cet établissement une équipe médicale et chirurgicale.

13h15. Le FN «appuie et soutient» l'intervention militaire imminente de la France en Centrafrique sous mandat de l'ONU, indique jeudi le parti dans un communiqué. «La dégradation de la situation civile et sécuritaire en Centrafrique justifie plus que jamais l'intervention militaire de la France sous l'égide de l'ONU», est-il écrit.

Pourquoi «Sangaris» ?
L'armée française a baptisé son opération «Sangaris», baptisée du nom d'un petit papillon rouge. Pour les entomologistes du monde entier, la Centrafrique est en effet le paradis des papillons où, en saison, il suffit d'emprunter une piste forestière à la sortie de Bangui pour croiser des nuages de millions de ces insectes.


12h50. Environ 650 militaires français présents à Bangui. Le colonel Jaron indique qu'«aujourd'hui, environ 650 militaires français sont présents» dans la capitale de la Centrafrique.

12h45. «Environ 250 soldats français se sont déployés dans Bangui à la suite des incidents de la nuit», annonce le porte-parole de l'état-major des armées françaises, le colonel Gilles Jaron. «Vers 3 heures, il y a eu des accrochages entre des ex-Séléka et des éléments armés non identifiés à cette heure (...), les forces françaises ont dû réagir». Une partie des effectifs de l'opération Bouali «s'est déployée dans Bangui», déclare le porte-parole lors du point de presse hebdomadaire de la Défense, soulignant la «nette dégradation de la situation». La mission de ces 250 soldats français : «sécuriser les points sensible (ambassade...) et des points de regroupement pour assurer la sécurité des ressortissants».

12h15. Le Premier ministre centrafricain appelle à l'intervention «immédiatement» après le feu vert de l'ONU. «Vu l'urgence, mon souhait est que l'intervention se fasse dans les meilleurs délais, immédiatement après la résolution», déclare Nicolas Tiangaye, qui se trouve à Paris pour le sommet de l'Elysée sur la paix et la sécurité en Afrique.

10h50. Les tirs à l'arme automatique jeudi matin à Bangui ont fait «plusieurs morts et des blessés», selon le chef de la mission de Médecins sans Frontières (MSF) en Centrafrique, Sylvain Groulx. «Il y a des morts et des blessés», qui ont été conduits à l'hôpital communautaire de Bangui, où MSF a dépêché une équipe médicale et chirurgicale, indique-t-il, incapable de donner de bilan précis dans l'immédiat.


10h30. Hollande reçoit ce jeudi après-midi le Premier ministre algérien à l'Elysée. Cet entretien, qui ne figurait pas initialement dans l'agenda hebdomadaire de l'Elysée, précède le Sommet sur la paix et la sécurité en Afrique organisé par la France vendredi et samedi, à Paris, en présence d'une quarantaine de dirigeants africains.

9h10. La France ne doit plus être le «mercenaire gratuit» de l'UE, selon Pierrre Lellouche (UMP). «On se retrouve, nous Français, encore une fois tout seuls», déclare-t-il sur France Inter. «Ca n'est pas supportable» s'indigne l'alu d'opposition. «L'Europe sait réguler le nombre de cigarettes dans le coffre de la voiture, mais dès qu'il y a un problème sérieux, il n'y a plus personne !»

8h50. «Ca ira très vite». «Dès que le président de la République aura donné le top, les choses vont aller très vite», explique Laurent Fabius. sur BFMTV/RMC. «Ca tombe bien puisque nous avons entre aujourd'hui et samedi à Paris à la fois tous les Etats africains, plus le secrétaire général des Nations unies, plus le président de l'Union européenne», rappelle-t-il.


8h48. La France interviendra «en appui» de la force africaine Misca, qui compte 2.500 hommes et doit à terme arriver à 3.600 soldats, souligne Laurent Fabius. Le but de l'intervention est «d'éviter les drames humanitaires épouvantables et de rétablir la sécurité. Dans un deuxième temps ce sera de favoriser une transition démocratique parce qu'il va falloir organiser des élections», théoriquement début 2015, ajoute Laurent Fabius.


8h45. Fabius : 1.200 soldats français déployés «dans les jours qui viennent». «Autour de 1.200» soldats seront déployés en Centrafrique, et l'intervention débutera «entre le vote de la résolution à l'ONU ce soir et la date que choisira le président de la République», déclare ole ministre des Affaires etrangères Fabius sur BFM TV/RMC, précisant que ce sera «dans les jours qui viennent».

6 heures. Des tirs d'armes automatiques et des détonations plus lourdes sont entendus depuis l'aube dans plusieurs quartiers de Bangui, la capitale centrafricaine, selon des journalistes de l'AFP. Ces tirs, dont l'origine était inconnue dans l'immédiat, ont débuté vers 05H30  dans la zone du PK-12, dans le nord de la ville, puis se sont étendus à d'autres quartiers de la ville, notamment non loin du centre-ville, dans la zone du fleuve.

Bilan de la veille
Une douzaine de personnes ont été tuées près de Bangui dans la nuit de lundi à mardi, a-t-on appris mercredi. A une centaine de kilomètres au nord de la capitale - où la tension monte dans les quartiers à l'approche du vote à l'ONU, dans un climat détestable de suspicion et de soif de vengeance - ces civils, des éleveurs peuls musulmans, ont été massacrés à la machette, selon des sources militaires. Dix très jeunes enfants ont été sauvagement blessés dans la même attaque, aux membres ou la tête, eux aussi à coups de machettes, et étaient hospitalisés mercredi à Bangui, ont constaté des journalistes de l'AFP. Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye a dénoncé des «actes horribles, odieux», tandis que les Etats-Unis se sont dits «horrifiés».
http://www.leparisien.fr/international/en-direct-centrafrique-250-soldats-francais-deployes-a-bangui-jour-j-a-l-onu-05-12-2013-3379685.php





Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29438
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeMar 4 Fév 2020 - 18:29

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29438
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeMer 5 Fév 2020 - 21:10

Citation :
5 fév 2020

Le Gouvernement et la MINUSCA réitèrent leur engagement dans la mise œuvre de l’Accord de paix



Le Gouvernement centrafricain et la MINUSCA ont réaffirmé mercredi leur engagement dans la mise en œuvre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine (APPR-RCA) aux côtés d’autres partenaires, tout en rappelant les multiples défis auxquels l’application de cet outil de paix fait face. « Je voudrais réitérer la détermination du Gouvernement à mettre en œuvre fermement les engagements de l’Etat contenus dans l’APPR-RCA », a indiqué le ministre de la Communication et des médias et porte-parole du Gouvernement, Ange Maxime Kazagui, tout en rappelant le besoin de consolider les acquis de l’Accord.

De son côté, le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro, s’est félicité du « respect des engagements du Gouvernement centrafricain et salué la politique de main tendue du Président de la République, marquée récemment par des rencontres avec différents acteurs centrafricains », tout en rendant hommage à toutes les victimes des violations, notamment celles commises après le 6 février 2019. « La MINUSCA continuera à travailler avec les garants - l’Union africaine et la CEEAC –, le Gouvernement et d’autres partenaires afin d’appliquer l’Accord et de protéger la population civile », a-t-il dit.

Au cours de la conférence de presse conjointe bimestrielle avec la MINUSCA, le porte-parole du Gouvernement a relevé un certain nombre d’ acquis dûs à l’Accord de paix notamment le retour de l’autorité de l’Etat dans certaines préfectures, y compris le déploiement des FACA et des forces de sécurité intérieure, l’opération de désarmement et démobilisation dans l’ouest de la RCA et qui a touché 1321 combattants dont 81 femmes appartenant à huit groupes armés, ainsi que des avancées sur les lois sur la décentralisation et le statut des anciens chefs d’Etat et des partis.

Cependant, il a précisé que même si les incidents et actes de violences sur les populations ont diminué, « il y en a encore trop », en demandant que chacun « soit conséquent avec sa signature pour que le pays puisse aller vers la paix ». Le porte-parole a aussi indiqué que la rencontre à la Présidence de la République, à l’occasion du 1er anniversaire de la signature de l’Accord, vise à « faire un point d’étape, en présence des signataires, des partis politiques, de la société civile, de la communauté internationale et du gouvernement ».

Le porte-parole de la MINUSCA a lui aussi cité de nombreux progrès, avant d’exhorter tous les groupes armés à respecter leurs engagements et invité tous les Centrafricains à soutenir l’Accord de paix. « S’il y a lieu de reconnaître les dividendes qui sont le résultat de la confiance née entre les parties signataires, l’heure n’est pas à l’autosatisfaction. La MINUSCA dénonce et condamne les violations enregistrées ainsi que les atteintes aux droits de l’homme répétées par les groupes armés », a-t-il renchéri.

Sur les élections de 2020-2021, le porte-parole a fait savoir que conformément à son mandat de coordonnateur de l’assistance électorale, la MINUSCA va travailler avec le Gouvernement centrafricain dans la mobilisation des ressources nécessaires à l’organisation des prochains scrutins.

https://minusca.unmissions.org/le-gouvernement-et-la-minusca-r%C3%A9it%C3%A8rent-leur-engagement-dans-la-mise-%C5%93uvre-de-l%E2%80%99accord-de-paix
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29438
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeVen 7 Fév 2020 - 20:40

Citation :
7 fév 2020

La MINUSCA salue le verdict du proces des violences au sud-est de la RCA en 2017 ayant cause la mort de nombreux civils et de 10 casques bleus



La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) salue le verdict de la Cour d’Appel de Bangui dans le procès des 32 individus jugés pour les violences de mai, juillet et novembre 2017 à Yongofongo, Bangassou, Bakouma et Bema (sud-est de la République centrafricaine), ainsi que la condamnation, le vendredi 7 février, des 28 personnes reconnues coupables, à des peines allant de 10 ans d’emprisonnement aux travaux forcés à perpétuité.

Les 32 individus, assimilés à des Anti-Balakas, étaient jugés depuis le 15 janvier dernier à Bangui pour les violences commises entre les 8 et 13 mai, 22, 27 juillet et 26 novembre 2017 à Bangassou et ses environs, notamment le meurtre de plusieurs civils et de 10 casques bleus de la MINUSCA, les pillages et destruction d’habitations et de biens. Ces éléments armés avaient également attaqué le bureau de la MINUSCA à Bangassou en utilisant notamment des armes lourdes et forcé des milliers de civils à fuir leurs domiciles.

“Le verdict prononcé par la Cour d’Appel de Bangui témoigne de la volonté de l’Etat centrafricain, à travers l’appareil judiciaire, de lutter contre l’impunité en RCA. Le Forum de Bangui en 2015 avait souligné combien il est important pour les populations notamment les victimes, de savoir qu’elles n’ont pas été oubliées. Cette étape, qui met fin progressivement à un cycle d’impunité pour rouvrir l’ère de la reddition des comptes et de la justice pour toutes les violences commises, est essentielle pour que le pays puisse avancer vers une réconciliation effective. Nous prônons une tolérance zéro contre les agressions de casques bleus et de tels actes ne resteront jamais impunis”, a indiqué le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies et Chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye.

La MINUSCA, conformément au mandat assigné par le Conseil de sécurité, et l’ensemble de l’Equipe Pays des Nations Unies en RCA continueront à soutenir les actions en faveur de la justice nationale et internationale, de la lutte contre l’impunité et de l’état de droit en RCA.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-salue-le-verdict-du-proces-des-violences-au-sud-est-de-la-rca-en-2017-ayant-cause-la-mort
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29438
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeLun 10 Fév 2020 - 20:29

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29438
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeLun 10 Fév 2020 - 20:39

Citation :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 _12f3223

10 fév 2020

Birao : ‘’Nos initiatives ont contribué à réduire la tension entre les groupes ethniques’’  


Deubalbet Wewaye
A Birao, chef-lieu de la préfecture de Vakaga le calme est revenu après les troubles qu’a connu la ville en début d’année 2020, entre le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ). La MINUSCA multiplie les patrouilles et initie des séances de dialogue en faveur de la réconciliation et de la cohésion sociale. Nous vous proposons de prendre la température de la localité, en trois questions posées à la Cheffe du Bureau de la MINUSCA, Irène Kouassi.  


Pourriez-vous nous faire un bref état des lieux après les heurts qui ont eu lieu en début d’année?

Malgré le risque élevé de confrontation entre le MLCJ/Kara et le FPRC/Rounga, la situation sécuritaire est relativement calme mais volatile. Surtout après l'attaque d'un déplacé Haoussa par les jeunes Kara armés qui l'accusaient de collaborer avec le FPRC, le 2 Février 2020. Pour apaiser les tensions et éviter la violence la MINUSCA a renforcé la sécurité autour du camp de déplacés en face de la MINUSCA et autour du camp des Forces armées centrafricaines (FACA), afin qu’ils ne soient la cible des jeunes Karas. Nous avons aussi intensifié des patrouilles et maintenu l’alerte maximale sur les principaux axes d'accès à Birao. La MINUSCA a également intensifié les contacts avec les autorités locales, en particulier le Sultan-maire et le chef de race Kara, afin qu'ils appellent les jeunes au calme et à les sensibiliser sur la nécessité de déposer les armes et de s'engager dans des initiatives de paix et de cohésion sociale.


Le dialogue entre les différentes communautés est donc impératif, que fait la MINUSCA dans ce sens ?

Depuis le déclenchement de la crise, la MINUSCA a initié et poursuit les dialogues intercommunautaires en vue de restaurer le vivre-ensemble, et d’obtenir un retour volontaire des déplacés. Ces initiatives ont contribué à réduire la tension entre les différents groupes ethniques

Cependant, les efforts de cohésion sociale rencontrent des difficultés liés au refus de dialogue Roungas/Karas et aux rumeurs persistantes d’une une éventuelle attaque du FPRC contre la ville de Birao. Ces rumeurs ont semé la panique au sein de la population et provoqué un important mouvement de personnes, principalement des femmes et des enfants, qui ont quitté leur domicile en ville pour revenir se réfugier au camp de déplacés de la MINUSCA, où le nombre de personnes déplacées est estimé à plus de 12500.  

Nous organisons régulièrement des séances de sensibilisation dans le camp de déplacés sur les conséquences néfastes de telles rumeurs, qui pourraient raviver les tensions intercommunautaires et saper les efforts de réconciliation. Aussi, en attendant l’opérationnalisation de la radio communautaire, qui est un instrument capital de dissémination des messages de paix et de lutte contre les rumeurs, la MINUSCA poursuit son engagement auprès des autorités locales et les leaders communautaires de Birao pour apaiser la montée des tensions entre Karas, Houssas et Roungas. Nous suivons également de près les progrès de la médiation soudanaise visant à résoudre la crise.


La MINUSCA est en train de terminer la construction d’un nouveau site des personnes déplacées. Ce nouveau site répondrait aux normes et standards internationaux. Pourriez-vous nous en dire plus ?

Les travaux de déblayage du nouveau site sont déjà terminés.  Les parcelles ont été attribuées par les acteurs humanitaires qui fourniront également des articles non-alimentaires (tentes, kits d’installation, etc) aux déplacés. Après la construction des postes d'observation en cours, la Force de la MINUSCA, à travers le contingent zambien, assurera la sécurité sur le nouveau site qui pourrait accueillir les déplacés à partir de fin février.

https://minusca.unmissions.org/birao-%E2%80%98%E2%80%99nos-initiatives-ont-contribu%C3%A9-%C3%A0-r%C3%A9duire-la-tension-entre-les-groupes-ethniques%E2%80%99%E2%80%99  


Citation :
  10 fév 2020

La MINUSCA dénonce la campagne diffamatoire contre des membres de son personnel



La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) dénonce avec fermeté la campagne de diffamation contre certains fonctionnaires de la Mission.  

Depuis quelques jours, des fonctionnaires de la MINUSCA font l’objet d’attaques dans certains medias en ligne dont Ndjoni Sango, dans les journaux L’expansion et Centrafric Matin ainsi que dans une correspondance du Mouvement des patriotes pour la paix en Centrafrique adressée aux autorités centrafricaines, diffusant des informations mensongères, diffamatoires et inacceptables.


La MINUSCA estime qu’il s’agit d’actes d’intimidation, de menaces et de stigmatisation de nature à susciter la haine et la violence contre ces membres de son personnel. La Mission rappelle que la résolution 2499 du 15 novembre 2019 du Conseil de sécurité des Nations unies condamne dans les termes les plus vifs toutes les attaques, provocations et incitations à la violence visant la MINUSCA.

La MINUSCA renouvelle son entière confiance aux fonctionnaires victimes de cette campagne et salue leur professionnalisme, leur impartialité et leur engagement quotidien pour la promotion de la paix et de la cohésion sociale entre le 3e et les 5e et 6e arrondissements de la ville de Bangui ainsi que la coopération entre la Mission et les institutions nationales.  

La MINUSCA appelle la population centrafricaine au service de laquelle elle œuvre au quotidien à se démarquer de cette campagne et à rejeter toute tentative de manipulation par des acteurs qui veulent s’opposer au processus de paix en cours, processus auquel la MINUSCA et la communauté internationale apportent leur soutien total.

La MINUSCA se réserve le droit de donner une suite appropriée à de telles menaces et intimidations de son personnel.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-d%C3%A9nonce-la-campagne-diffamatoire-contre-des-membres-de-son-personnel
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29438
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeMer 12 Fév 2020 - 20:04

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29438
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeVen 14 Fév 2020 - 20:59

Citation :
République Centrafricaine : appui aérien rapproché à Birao

Mise à jour :14/02/2020



Le 13 février 2020, une patrouille de deux Mirage 2000D du détachement chasse stationné à N’Djamena, au Tchad, a conduit une mission d’appui aérien rapproché (CAS : close air support) au-dessus de la ville de Birao en République centrafricaine (RCA).

Les équipages des deux Mirage 2000 ont réalisé un « show of force » à la demande et en appui de la MINUSCA (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Centrafrique) qui observait des regroupements de groupes armés à proximité de la ville.

Cette mission visait à les dissuader de lancer une offensive. Elle souligne que la France, en contribuant activement aux missions internationales MINUSCA et EUTM-RCA, continue de s’investir directement pour la paix en RCA.

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 _12f3241
Sources : État-major des armées
Droits : Ministère de la Défense


https://www.defense.gouv.fr/operations/actualites2/republique-centrafricaine-appui-aerien-rapproche-a-birao
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29438
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeSam 15 Fév 2020 - 20:20

Citation :
La patrie reconnaissante : le contingent rwandais de la MINUSCA en fin de mission a été décoré par le président de la république


Publié le samedi 15 fevrier 2020  |   Présidence


Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 _12f2203
© Présidence par DR

La patrie reconnaissante : le contingent rwandais de la MINUSCA en fin de mission a été décoré par le président de la république
Vendredi 14 Février 2020. Bangui. Le Président de la République, Chef Suprême des armées, Son Excellence Pr Faustin Archange TOUADERA a rendu un hommage grandement mérité aux éléments du contingent rwandais en fin de mission en République Centrafricaine.

http://news.abangui.com/h/71016.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29438
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeLun 17 Fév 2020 - 20:20

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29438
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeLun 17 Fév 2020 - 20:57

Citation :
RCA : Combat de Birao, le FPRC réinstalle ses deux bases dans la ville.

Publié le lundi 17 fevrier 2020 | Corbeau News Centrafrique

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 _12f3c85
© Corbeau News Centrafrique par DR
Un véhicule militaire du FPRC détruit par un blindé des forces de la Minusca au centre-Birao, le 16 février 2020.



Birao. Depuis dimanche matin, le FPRC faisait son entrée dans la ville de Birao après d’intenses combats opposant ses éléments à ceux du MLCJ d’une part, et d’autre part avec les forces de la Minusca, appuyée par les soldats FACA.

Coordonnés à distance par Nourredine ADAM et Abdoulaye Hissen Ramadan, les combats de Birao, préparés depuis plusieurs semaines par l’État major du FPRC, ont finalement eu lieu ce dimanche 16 février aux environs de 6 heures du matin.

Les forces de la Minusca, qui ont fait appel à l’aviation française la veille pour intimider les combattants rebelles du FPRC, n’ont pas pu arrêter leur progression dans la ville de Birao.

Des véhicules militaires du FPRC ont été détruits par les blindés de la MINUSCA, mais les troupes du FPRC, qui ont préalablement mis la ville en étau depuis plusieurs jours, arrivent à progresser sur plusieurs fronts jusqu’au centre Birao malgré des contre-offensives de ses adversaires.

POUR L’HEURE, LES REBELLES DU FPRC ont réussi à réinstaller leur base proche de l’aéroport de Birao, mais aussi au quartier élevage de la ville.

Selon des sources proches de l’État major du FPRC contacté par Corbeaunews depuis Ndélé, ni ABDOULAYE Hissen Ramadan ni Nourredine Adam n’ont été sur le terrain lors de ses combats de Birao.

http://news.abangui.com/h/71023.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29438
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeMar 18 Fév 2020 - 21:10

Citation :
18 fév 2020

LA MINUSCA POURSUIT SES OPERATIONS DE SECURISATION DE BIRAO



La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA) poursuit ses opérations de sécurisation et de protection de la population civile et de la ville de Birao, préfecture de la Vakaga (sud-est de la RCA), où le calme est revenu après les combats violents de dimanche 16 février.

La MINUSCA condamne fermement l’offensive du FPRC contre la ville de Birao, qui constitue une violation grave de l’APPR-RCA auquel ce groupe armé se dit attaché. Elle rappelle le communiqué conjoint publié avec l’Union africaine (UA) et la Communauté économique des états de l’Afrique centrale (CEEAC) le 13 février, demandant aux leaders du FPRC d’abandonner leur projet d’attaque contre Birao. Le communiqué condamnait également le MLCJ pour son implication dans des combats contre le FPRC à quelques kilomètres de Birao.

Suite à l’entrée des combattants lourdement armés du FPRC dans la ville, le dimanche 16 février, les casques bleus de la MINUSCA, accompagnés des FACA, ont repoussé ces éléments alors qu’ils menaçaient le site des personnes déplacées, la base des FACA et quartier général de la MINUSCA.

La MINUSCA dénonce également les menaces du 1ervice-président du FPRC, Nourredine Adam, à l’encontre de la Mission, dans un communiqué en date du 16 février. La MINUSCA condamne par ailleurs les tentatives d’instrumentalisation de populations civiles, y compris l’utilisation des femmes et enfants comme bouclier humain à Ndélé et à Birao.

La MINUSCA rappelle que sa mission primordiale, telle que mandatée par le Conseil de sécurité des Nations unies, est la protection de toutes les populations civiles centrafricaines sans exclusive, et qu’à cet effet, elle utilisera tous les moyens comme lui autorise son mandat. La MINUSCA souligne que les attaques visant les Forces de maintien de la paix peuvent constituer des crimes de guerre. La Mission précise que Nourredine Adam sera tenu responsable de possibles violences contre la population et les casques bleus à Birao ou ailleurs et répondra de ses actes devant les tribunaux ainsi que par l’application immédiate de sanctions prévues dans l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine (APPR-RCA).

La MINUSCA réaffirme son engagement ferme à travailler avec toutes les parties pour mettre en œuvre l’APPR-RCA et son mandat de protection des populations civiles.

https://minusca.unmissions.org/la-minusca-poursuit-ses-operations-de-securisation-de-birao
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29438
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena32Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena24
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena25Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena26
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Cheval10Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Unbena15
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Medail10

Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitimeHier à 21:29




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Empty
MessageSujet: Re: Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris   Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris - Page 43 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire en Centrafrique - Opération Sangaris
Revenir en haut 
Page 43 sur 43Aller à la page : Précédent  1 ... 23 ... 41, 42, 43

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: