Royal Moroccan Armed Forces
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

 

 Tensions en Méditerranée Orientale

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Fremo
Administrateur
Administrateur
Fremo

messages : 24402
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena13
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Ambass10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Untitl10
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena20

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeJeu 12 Déc 2019 - 17:38

Rappel du premier message :

FAMAS a écrit:
l'UAE leur bailleur de fonds leur impose de donner une priorité à la marine dans les années à venir afin de faire face à la Turquie en méditerranée en appui à la Grèce et indirectement à Israël


Fahed64 a écrit:
Ce qui est compréhensible au vu des tensions d'ordre multiple. Il n'y a qu'à voir le dernier traiter sur la limite de la ZEE entre la libye et la Turquie. Ça fait jaser....

Présentement j'ai l'impression que la marine turque d'ici 5-10 ans se retrouvera dépassé technologiquement par ses voisins ainsi qu'en nombre.

L'Égypte veut s'affirmer comme une puissance méditerranéenne et il y ont mis les moyens.

FAMAS a écrit:
l'accord turquo-libyen élargi la ZEE de l'Egypte aux dépens du Chypre, ils sont sensés se réjouir mais Sissi est opposé idéologiquement à la Turquie des Islamistes, je pense qu'Erdogan espère encore un changement de régime en Egypte, le projet Milgem est sensé mettre à niveau la marine Turque, il reste encore à savoir la position Russe vis-à-vis de ce conflit sur le Gaz car c'est eux qui vont représenter le droit de la Syrie dans la zone et ils ont des forces en place grâce à leur forces navales basées à Tartus. la Turquie ne peut pas faire face à cette alliance tripartite en effet


La marine turque restera la plus importante marine de la région en terme de tonnage ... et ca va se renforcer d'avantage d'ici 5ans .. avec les programmes en cours (LHD/DESTROYER/FRIGATES/SM) ... n'oubliez pas qu'actuellement le nombre de SM en service chez les turques est égale ou plus même le nombre des SM des égyptiens, israéliens et grecques réunis.

Ceci dit, vaut mieux créer un topic dédié à ca

_________________
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Marche12


Dernière édition par Fremo le Ven 27 Déc 2019 - 22:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
bradli23
Capitaine
Capitaine


messages : 929
Inscrit le : 27/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeSam 5 Sep 2020 - 4:33

le ministre de la défense turque survol la mer Égée avec un F-16.

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeDim 6 Sep 2020 - 18:08

Citation :
Le président Erdogan promet d' »amères expériences » sur le terrain à la Grèce

par Laurent Lagneau · 6 septembre 2020


Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 _12f1256

Depuis que la Turquie a répondu à l’accord conclu par la Grèce et l’Égypte sur leurs zones economiques exclusives [ZEE] en Méditerranée orientale en envoyant, sous escorte militaire, le navire de recherche sismique Oruç Reis dans un secteur situé entre la Crète et la République de Chypre, les tensions entre Ankara et Athènes sont montées d’un cran. Et rien ne semble pouvoir la faire baisser.

Assurant la présidence tournante de l’Union européenne [UE], l’Allemagne a tenté une médiation qui s’est révélée vaine. Tout comme l’initiative de Jens Soltenberg, le secrétaire général de l’Otan, pour discuter d’un mécanisme de « désescalade » entre les deux pays, par ailleurs membres de l’organisation depuis 1952.

À Athènes, il n’est pas question de négocier avec un pistolet sur la tempe. « Laissons de côté les menaces, afin que des contacts puissent s’établir », a ainsi déclaré Kyriakos Mitsotakis, le Premier ministre grec, le 4 septembre, alors que son ministre des Affaires étrangères, Nikos Dendias, devait rencontrer Antonion Guterres, le secrétaire général des Nations unies, pour évoquer les « activités hors la loi » de la Turquie.

Dans cette affaire, la Grèce s’appuie sur la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, selon laquelle les États côtiers disposent de droits souverains jusqu’à 200 milles dès lors que la distance entre les côtes opposées le permet.

Par ailleurs, la République de Chypre est également concernée par les revendications turques. En effet, depuis qu’elle occupe la partie nord de l’île [la République turque de Chypre Nord – RTCN, qu’elle est la seule à reconnaître], la Turquie nie le droit au gouvernement chypriote d’exercer sa souveraineté sur sa zone économique exclusive, qui, pourtant, ne concerne que le sud.

Quoi qu’il en soit, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, n’entend pas baisser de ton à l’égard de la Grèce. Alors que devaient commencer des manoeuvres militaire en République turque de Chypre Nord [RTCN, seulement reconnue par Ankara, ndlr], il a renouvelé s’en de nouveau vigoureusement pris à Athènes ainsi qu’à Nicosie.

« Ils vont comprendre que la Turquie est assez forte politiquement, économiquement et militairement pour déchirer les cartes et les documents immoraux », a en effet déclaré M. Erdogan, dans une allusion aux zones maritimes que la Grèce et la République de Chypre considèrent comme relevant de leur souveraineté.

« Ils vont comprendre, soit par le langage de la politique et de la diplomatie, soit sur le terrain via d’amères expériences », a encore mis en garde M. Erdogan. « La Turquie et le peuple turc sont préparés à toute éventualité et à toute conséquence », a-t-il assuré, avant de prétendre qu’Ankara accepterait « toute forme de partage [des ressources gazières] du moment qu’il est équitable. »

Ce 6 septembre, le ministère turc de la Défense a affiché sa fermeté à l’égard d’Athènes. « Solides et puissantes! Les frégates et corvettes de nos forces navales poursuivent résolument leur mission d’escorte et de protection du navire de recherche Oruç Reis, qui continue à travailler dans ‘nos zones de juridiction’ en Méditerranée orientale. Aucune intimidation ne sera autorisée dans la région! », a-t-il prévenu.


Citation :
Güçlü, Kararlı ve Muktedir!

Deniz Kuvvetlerimize ait fırkateyn ve korvetler, Doğu Akdeniz’deki yetki alanlarımızda çalışmalarını sürdüren ORUÇREİS araştırma gemisine refakat/koruma görevini kararlılıkla sürdürüyor. Bölgede hiçbir hukuksuzluğa ve kabadayılığa izin verilmeyecek! pic.twitter.com/ZYmxSpvr55

— T.C. Millî Savunma Bakanlığı (@tcsavunma) September 6, 2020



En outre, les autorités turques ne perdent pas une occasion de critiquer Paris, qui a pris fait et cause pour Athènes et Nicosie. Après s’être offert un vol médiatisé au-dessus de la mer Égée à bord d’un F-16, cette semaine, le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a tenu un discours que l’on n’avait pas entendu jusqu’à présent.

« La France pense qu’elle peut faire tout ce qui lui vient à l’esprit. La Méditerranée orientale ne lui suffit pas. Elle fait aussi des déclarations sur l’Irak », a dit M. Akar, évoquant le récent déplacement du président Macron à Bagdad, où il s’est dit attaché à la souveraineté irakienne, mise à mal notamment par une intervention militaire turque contre le groupe terroriste PKK dans le nord du pays. « Rien de tout cela ne contribue à l’esprit d’alliance, à la paix, au dialogue », a-t-il ajouté.

Puis, M. Akara est allé encore plus loin dans ses critiques. « D’une part, la France dit que l’Otan est en état de mort cérébrale et d’autre part, elle se cache derrière l’Union européenne et l’Otan. D’une part, la France considère l’insulte à notre prophète comme de la liberté. D’autre part, elle ne tolère par une question innocente d’un journaliste. C’est de l’hypocrisie », a-t-il dit, en faisant référence à la publication de caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo et, sans doute, les reproches fait par M. Macron au journaliste Georges Malbrunot, au sujet d’un récent article sur le Liban publié par Le Figaro

http://www.opex360.com/2020/09/06/le-president-erdogan-promet-dameres-experiences-sur-le-terrain-a-la-grece/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeJeu 10 Sep 2020 - 18:17

Citation :
Méditerranée : Pour M. Macron, les « provocations » de la Turquie ne sont « pas dignes d’un grand État »

par Laurent Lagneau · 10 septembre 2020


Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 _12f1293

Lorgnant sur les possibles gisements d’hydrocarbures se trouvant dans les zones économiques exclusives revendiquées, selon la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, par la Grèce et la République de Chypre, la Turquie a signé un accord avec le gouvernement d’entente nationale libyen [GNA] sur ses frontières maritimes avec la Libye. Ce qui lui permet d’appuyer ses prétentions en Méditerranée orientale.

Seulement, pour la Grèce, Chypre, l’Égypte et la France, cet accord turco-libyen, signé par un gouvernement contesté en Libye, « porte atteinte aux droits souverains des Etats tiers, n’est pas conforme au droit de la mer et ne peut en découler aucune conséquence juridique. »

Quoi qu’il en soit, la Turquie a poursuivi ses activités de prospection en Méditerranée orientale. Le 10 août, après la signature d’un accord entre la Grèce et l’Égypte, elle a envoyé, sous escorte militaire, son navire de recherche sismique Oruç Reis, dans une zone située entre la Crète et Chypre. D’où les vives tensions entre Athènes et Ankara que les médiations entreprises par l’Allemagne et l’Otan n’ont pas réussi à apaiser.

Si la Turquie assure être disposée à négocier « sans conditions préalables » [c’est à dire sans qu’on lui demande de retirer ses forces navales des zones contestées], la Grèce n’a nullement l’intention de discuter avec un pistolet sur la tempe. C’est ce qu’a réaffirmé le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis dans une tribune publiée par des journaux européens peu avant la tenue, à Ajaccio, du sommet Med7, qui les pays méditerranées membres de l’Union européenne.

« Nous avons besoin d’un dialogue, mais pas sous la menace d’une arme. […] Ce qui menace la sécurité et la stabilité de mon pays menace le bien-être et la sécurité de tous les Etats membres de l’UE », a fait valoir M. Mitsotakis. « Si l’UE veut exercer un véritable pouvoir géopolitique, elle ne peut tout simplement pas se permettre d’apaiser une Turquie belligérante », a-t-il ajouté.

Peu avant l’ouverture de ce sommet, qui doit faire « progresser le consensus sur la relation de l’Union européenne avec la Turquie, en vue notamment du Conseil européen des 24-25 », selon l’Élysée, le président Macron a donné le ton. Et il n’y est pas allé avec le dos de la cuillère à l’égard d’Ankara.

« Force est de constater que la Turquie n’est plus un partenaire dans cette région [la Méditerranée, ndlr]. La Turquie est un allié de l’Otan mais un allié de l’Otan qui eu des pratiques inacceptables à l’égard du Courbet [la frégate a été illuminée par le radar de conduite de tir d’un navire turc au large de la Libye, nldr] qui opérait sous commandement Otan. La Turquie a signé des accords avec le gouvernement d’entente national libyen niant les droits légitimes de la Grèce. La Turquie a des pratiques de forage en zone chypriote qui sont inacceptables et multiplie les provocations, dans des termes qui ne sont pas dignes d’un grand État », a rappelé M. Macron, lors d’une conférence de presse.

« Le peuple turc est un grand peuple » qui « mérite autre chose », a enchainé le président français. Et, a-t-il poursuivi, « quand je parle d’une Pax Mediterranea, elle doit aller avec la capacité à trouver un modus videndi avec la Turquie. »

Et d’ajouter : « Mais nous devons, nous Européens, être clairs et ferme, non pas avec la Turquie comme nation mais avec le gouvernement du président Erdogan, qui a aujourd’hui des comportements inadmissibles. Et je n’en ai cités qu’une partie. Nous n’avons pas parlé des actes unilatéraux et des provocations de cet été à l’égard de la Grèce. »

Aussi, le président Macron a donné les lignes rouges à ne pas franchir. Elles sont « simples », a-t-il dit. Et elles portent sur le « respect de la souveraineté de tout État membre de l’Union européenne, le respect du droit international et la condamnation de tous les actes unilatéraux », a-t-il détaillé.

« Nos volonté est d’éviter l’escalade. Mais éviter l’escalade ne doit pas signifier la passivité ou l’acceptation », a encore prévenu le chef de l’Élysée, qui avait annoncé, en août, le renforcement de la présence militaire française en Méditerranée orientale, aux côtés de la Grèce et de la République de Chypre. « Il appartient à la Turquie de clarifier ses intentions », a-t-il conclu, estimant que l’UE devait « avoir une voix plus unie et plus claire. »

Évidemment, de tels propos n’ont pas été appréciés à Ankara… Et le ministère des Affaires étrangères y a vivement réagi, en tombant, d’ailleurs, dans les mêmes travers que venait de citer M. Macron.

Le président français « a encore une fois fait des déclarations arrogantes, dans un vieux réflexe colonialiste », a rétorqué la diplomatie turque, estimant qu’il favorisait même « les tensions », quitte à mettre « en péril les intérêts de l’Europe et de l’Union européenne. »

« Macron attaque la Turquie et notre président chaque jour parce que nous déjouons ses projets insidieux et ses sales jeux en matière de politique étrangère », a continué le ministère turc. « Au lieu de poser aveuglément comme l’avocat de la Grèce et des Chypriotes-grecs […], la France devrait adopter une position favorisant la réconciliation et le dialogue », a-t-il estimé.

http://www.opex360.com/2020/09/10/mediterranee-pour-m-macron-les-provocations-de-la-turquie-ne-sont-pas-dignes-dun-grand-etat/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeLun 14 Sep 2020 - 8:47

Macron traçe des lignes rouges à la Turquie mais la France seule, à elle les moyens de faire respecter ces lignes rouges à la turquie ?

on se rappel de Hollande va en guerre en  Syrie, pour punir Bachar pour non respect des lignes rouges et qui à du faire marche arrière  quand Obama s est désisté à la derniere minute


Citation :

Pompeo en visite à Chypre : « Nous restons préoccupés par les opérations de prospection de ressources naturelles en cours en Turquie »

Par Léo Gustave -13 septembre 2020

Mike Pompeo, en visite à Chypre, a déclaré que les Etats-Unis étaient « profondément préoccupés » par l’exploration gazière de la Turquie.

« Nous restons profondément préoccupés par les opérations de prospection de ressources naturelles en cours en Turquie dans les zones sur lesquelles la Grèce et Chypre affirment leur juridiction en Méditerranée orientale », a dit M. Pompeo lors d’une conférence de presse conjointe avec le président chypriote Nicos Anastasiades.

La Turquie et les deux Etats membres de l’Union européenne sont engagés dans une guerre de mots à propos des réserves de pétrole et de gaz et des droits maritimes dans la région contestée, ce qui fait craindre que les tensions continuent de s’accroître.

M. Anastasiades, pour sa part, s’est dit prêt à entamer des négociations pour une solution globale des différends, exhortant Ankara à mettre fin aux « actions agressives ».

https://www.yeclo.com/pompeo-en-visite-a-chypre-se-dit-profondement-preoccupes/
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Administrateur
Administrateur
Fahed64

messages : 16864
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena13
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeLun 14 Sep 2020 - 18:39

En tout cas les USA prennent clairement parti du côté grecque isolant un peu plus Erdogan ...

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Signat10
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMar 15 Sep 2020 - 6:49

Citation :

La Grèce et les États-Unis organiseront un exercice conjoint dans la région de Thrace occidentale du 14 au 18 septembre.


https://balkans.liveuamap.com/en/2020/14-september-greece-and-the-usa-will-hold-a-joint-exercise

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 1200px11
Revenir en haut Aller en bas
Stinger
sergent chef
sergent chef


messages : 265
Inscrit le : 18/06/2020
Localisation : Paris
Nationalité : Maroc-France

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMar 15 Sep 2020 - 18:55

sirono a écrit:
Erdogan est complètement stupide, c'est une erreur de débutant de s'isoler à ce point au niveau international. Meme la Chine ne peut pas se permettre de s'isoler autant, car elle à besoin du reste du monde pour maintenir son énorme excédent sinon ils auraient été bcp plus pauvres. Bref la Turquie à besoin du reste du monde et surtout de l'Europe, plus grand et plus proche marché.

Ils ont misé au départ sur le marché arabe avec grand succès, mais ça c'est gâté et là avec l'europe

Erdogan à pas eu le choix de s'isolé,le pkk en syrie il était obligé , le gaz à chypre il fallait et même faux le prendre et encore plus avec le covid

En libye par contre l'exposition es bcp trop importante pour les gains qui en ont résulté il s'est mis bcp de monde à dos là-bas
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMer 16 Sep 2020 - 18:10

Citation :
L’Union européenne met en garde la Turquie contre toute « intimidation » à l’égard de la Grèce et de Chypre

par Laurent Lagneau · 16 septembre 2020


Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 _12f1325

Hormis la France et l’Italie, qui ont participé aux manoeuvres militaires Eunomia pour « renforcer la sécurité et la stabilité » en Méditerranée orientale et y « garantir la liberté de navigation », ainsi que l’Allemagne, qui a tenté une médiation entre Ankara et Athènes, les pays membres de l’Union européenne [UE] ont donné le sentiment d’être plutôt indifférents face aux tensions suscitées par l’envoi de navires turcs de recherche sismique dans des zones maritimes revendiquées par la Grèce et la République de Chypre afin d’y prospecter des gisements d’hydrocarbures.

Cela étant, l’Union européenne discute de sanctions qu’elle pourrait prendre à l’égard de la Turquie. Pour cela, le Haut représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borell, a préparé des « mesures adéquates afin de répondre aux défis posés » par Ankara. Validées, fin août, lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE, ces dernières seront évoquées lors d’un sommet européen extraordinaire, prévu les 24 et 25 septembre prochain à Bruxelles.

« Nos relations avec la Turquie sont à la croisée des chemins et le moment est venu pour nos dirigeants de prendre des décisions difficiles », a ainsi prévenu M. Borrell, le 15 septembre, lors d’un débat au Parlement européen. Mais, pour le moment, « il n’y a pas encore un accord pour des sanctions », a-t-il dit… alors que l’unanimité des 27 États membres est requise pour sanctionner un pays tiers.

Ce 16 septembre, lors de son premier discours sur l’état de l’Union, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a donné le ton. « La Turquie est un voisin important et le sera toujours. Mais si nous sommes géographiquement proches, la distance entre nous semble ne cesser de croître », a-t-elle commencé par déplorer.

« Oui, la Turquie se situe dans une région qui connaît des troubles. Et oui, elle reçoit des millions de réfugiés, pour l’accueil desquels nous versons une aide financière considérable. Mais rien de tout cela ne justifie les tentatives d’intimidation de ses voisins », a continué Mme von der Leyen.

« Nos États membres, Chypre et la Grèce, pourront toujours compter sur une solidarité totale de l’Europe pour protéger leurs droits légitimes en matière de souveraineté », a assuré la présidente de la Commission, pour qui la « désescalade en Méditerranée orientale est dans notre intérêt mutuel ».

« Il n’y a qu’une voie à suivre : se garder d’agir unilatéralement et reprendre les pourparlers en toute bonne foi, car c’est la voie qui mène vers la stabilité et les solutions durables », en encore fait valoir Mme von der Leyen.

Cependant, la Turquie n’est pas dans cette logique, même si le retrait de son navire de recherche Oruç Reis d’une zone revendiquée par la Grèce, a été perçu par la présidente de la commission [ainsi que par Josep Borrell] comme étant une « étape allant dans la bonne direction » qui est « nécessaire pour créer l’espace indispensable au dialogue ».

Le 14 septembre, le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, a réaffirmé que la Turquie était prête à un « dialogue sans conditions préalables » [posées par la Grèce, ndlr] et que le navire Oruç Reis reprendrait prochainement ses opérations. Évoquant les sanctions que pourrait prendre l’UE, il a estimé qu’elles viseraient probablement « notre navire, notre compagnie ou des individus ». Et d’ajouter : « Ils ont pris des décisions similaires par le passé. Est-ce que nous avons perdu notre détermination? Non, notre détermination a augmenté. »

« Une série de revendications maximalistes ne peut pas être imposée à la Turquie par l’intermédiaire de l’UE qui n’a aucune compétence en matière de délimitation des frontières maritimes », a par ailleurs estimé M. Cavusoglu dans une tribune publiée, le lendemain, par le journal grec Kathimerini.

http://www.opex360.com/2020/09/16/lunion-europeenne-met-en-garde-la-turquie-contre-toute-intimidation-a-legard-de-la-grece-et-de-chypre/
Revenir en haut Aller en bas
sirono
Caporal chef
Caporal chef


messages : 167
Inscrit le : 06/01/2020
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMer 16 Sep 2020 - 18:13

Et voila, un avertissement de l'UE, dommage que la Turquie en soit arrivée là mais j’espère qu'on en profitera pour attirer les allemands à investir chez nous.
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Administrateur
Administrateur
Fahed64

messages : 16864
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena13
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMer 16 Sep 2020 - 19:54

L'UE vient juste de prouver qu'elle est juge et partie... une fois de plus ! La Turquie elle s'appuiera surement sur la Hongrie pour bloquer toute sanction.

Ce qui se passe doit bien être analyser par les notre et nous devons en tirer les concéquences !

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Signat10

Anzarane aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Stinger
sergent chef
sergent chef


messages : 265
Inscrit le : 18/06/2020
Localisation : Paris
Nationalité : Maroc-France

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMer 16 Sep 2020 - 22:32

Fahed64 a écrit:
L'UE vient juste de prouver qu'elle est juge et partie... une fois de plus ! La Turquie elle s'appuiera surement sur la Hongrie pour bloquer toute sanction.

Ce qui se passe doit bien être analyser par les notre et nous devons en tirer les concéquences !

les notre si ils analyserai bien déjà , ils aurait évité de s’équiper uniquement américain tout le parc aérien marocain et maintenant terrestre, de véritable bijoux technologique mais au 1er coup de froid ça peux faire mal clown

l'économie j'en parle même pas la france nous tien par les couilles et l'espagne est notre premier fournisseur tout en état agressif clown

et on parle pas de la SAMIR et toutes les autres frasques économiques on tire pas sur une ambulances ça fais assez mal comme ça ...

Enfin si on utilisait le bon sens chez nous ça se saurait malheureusement wait and see Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Administrateur
Administrateur
Fahed64

messages : 16864
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena13
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMer 16 Sep 2020 - 22:32

Fahed64 a écrit:
L'UE vient juste de prouver qu'elle est juge et partie... une fois de plus ! La Turquie elle s'appuiera surement sur la Hongrie pour bloquer toute sanction.

Ce qui se passe doit bien être analyser par les notre et nous devons en tirer les concéquences !


Citation :
Eurodéputé hongrois: « La Turquie a raison au sujet de la Méditerranée orientale »

"La Grèce et les Chypriotes grecs "usent de la carte de solidarité au sein de l’UE" et cherchent à exclure la Turquie."
16.09.2020 ~ 16.09.2020

L’eurodéputé hongrois Marton Gyongyosi a affirmé que la Turquie avait raison au sujet de la Méditerranée orientale conformément au droit international.

Lors d’un reportage accordé à l’agence Anadolu, Gyongyosi a indiqué que la Grèce et les Chypriotes grecs "usent de la carte de solidarité au sein de l’UE" et cherchent à exclure la Turquie.

« C’est la plus mauvaise stratégie possible car si le litige s’enlise, ce sera encore plus dur de résoudre la question » a-t-il estimé.

Selon l’eurodéputé, plusieurs exemples dans le droit international montrent que les îles n’ont qu’un effet restreint dans la définition des frontières maritimes.

« Cela est donc au profit de la Turquie et au désavantage de la Grèce qui affirme avoir un plateau continental illimité » a-t-il conclu.

https://www.trt.net.tr/francais/europe/2020/09/16/eurodepute-hongrois-la-turquie-a-raison-au-sujet-de-la-mediterranee-orientale-1491738

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Signat10
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Administrateur
Administrateur
Fahed64

messages : 16864
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena13
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMer 16 Sep 2020 - 22:34

Stinger a écrit:
Fahed64 a écrit:
L'UE vient juste de prouver qu'elle est juge et partie... une fois de plus ! La Turquie elle s'appuiera surement sur la Hongrie pour bloquer toute sanction.

Ce qui se passe doit bien être analyser par les notre et nous devons en tirer les concéquences !

les notre si ils analyserai bien déjà , ils aurait évité de s’équiper uniquement américain tout le parc aérien marocain et maintenant terrestre, de véritable bijoux technologique mais au 1er coup de froid ça peux faire mal clown

l'économie j'en parle même pas la france nous tien par les couilles et l'espagne est notre premier fournisseur tout en état agressif clown

et on parle pas de la SAMIR et toutes les autres frasques économiques on tire pas sur une ambulances ça fais assez mal comme ça ...

Enfin si on utilisait le bon sens chez nous ça se saurait malheureusement wait and see Very Happy


Les points que tu soulèves sont en effet à débattre mais au delà de ça, nous avons nous aussi des cartes de pression sous la main (immigration, sécurité et stabilité )

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Signat10
Revenir en haut Aller en bas
Stinger
sergent chef
sergent chef


messages : 265
Inscrit le : 18/06/2020
Localisation : Paris
Nationalité : Maroc-France

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMer 16 Sep 2020 - 22:45

Fahed64 a écrit:
Stinger a écrit:
Fahed64 a écrit:
L'UE vient juste de prouver qu'elle est juge et partie... une fois de plus ! La Turquie elle s'appuiera surement sur la Hongrie pour bloquer toute sanction.

Ce qui se passe doit bien être analyser par les notre et nous devons en tirer les concéquences !

les notre si ils analyserai bien déjà , ils aurait évité de s’équiper uniquement américain tout le parc aérien marocain et maintenant terrestre, de véritable bijoux technologique mais au 1er coup de froid ça peux faire mal clown

l'économie j'en parle même pas la france nous tien par les couilles et l'espagne est notre premier fournisseur tout en état agressif clown

et on parle pas de la SAMIR et toutes les autres frasques économiques on tire pas sur une ambulances ça fais assez mal comme ça ...

Enfin si on utilisait le bon sens chez nous ça se saurait malheureusement wait and see Very Happy


Les points que tu soulèves sont en effet à débattre mais au delà de ça, nous avons nous aussi des cartes de pression sous la main (immigration, sécurité et stabilité )

la carte migratoire c'est notre arme nucléaire celle la on devrai la lâché en dernier recoure et de manière massive des millions sur les patera , ça ferai reculé ces maître chanteur une véritable mafia avec Jupiter qui est d'une agressivité folle à l’étranger du Trump sans les discours mais les même actes en réalité
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeSam 19 Sep 2020 - 20:02

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 _12f1372
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMar 22 Sep 2020 - 18:47

Citation :
Méditerranée: Turquie et Grèce d'accord pour entamer des pourparlers (présidence turque)


Ankara, 22 sept 2020 (AFP) -


La Turquie et la Grèce sont prêtes à entamer des "pourparlers exploratoires" au sujet de leurs différends en Méditerranée orientale, a annoncé la présidence turque mardi.

Lors d'une visioconférence entre le président turc Recep Tayyip Erdogan, la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil européen Charles Michel, les participants ont affirmé que "la Turquie et la Grèce sont prêtes pour commencer des pourparlers exploratoires" au sujet de la Méditerranée orientale où les deux pays se disputent des zones potentiellement riches en gaz naturel.

M. Erdogan a affirmé lors de la réunion que "l'élan visant à faire baisser les tensions et à exploiter les canaux de dialogue doit être appuyé par des mesures réciproques", selon la même source.

Le président turc s'était dit vendredi prêt à rencontrer le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis s'il voyait des signes de "bonne intention" de sa part dans la crise qui oppose leurs pays en Méditerranée orientale.

Les dernier round de "pourparlers exploratoires" visant à régler leurs différends en Méditerranée orientale avait eu lieu en 2016.

La Turquie et la Grèce, toutes deux membres de l'Otan, se déchirent à propos de gisements d'hydrocarbures en Méditerranée orientale, dans une zone qu'Athènes estime relever de sa souveraineté.

Le 10 août, la Turquie a envoyé un navire de prospection sismique accompagné de navires de guerre dans les eaux entre la Grèce et Chypre. La tension s'était aggravée fin août, lorsque les deux pays ont effectué des manoeuvres militaires rivales.

La crise est au programme d'un sommet européen les 24 et 25 septembre à Bruxelles, plusieurs pays, notamment la France, brandissant le menace de sanctions contre la Turquie .

Pour appuyer leur revendications sur les secteurs disputés en Méditerranée la Turquie et la Grèce ont signé ces derniers mois des accord de délimitation maritime controversé, respectivement avec le gouvernement libyen de Tripoli et avec l'Egypte.

Dans une rencontre avec des journalistes mardi, l'ambassadeur des Etats-Unis à Ankara a affirmé qu'"aucune carte ou déclaration unilatérale impactant les droits d'une partie tierce n'est valable dans le cadre d'un règlement d'une dispute maritime", a-t-il dit.

https://www.marine-oceans.com/actualites/20939-mediterranee-turquie-et-grece-d-accord-pour-entamer-des-pourparlers-presidence-turque
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMer 23 Sep 2020 - 19:59

Citation :
Le SG de l'OTAN se félicité des "avancées" enregistrées lors des discussions Turquie-Grèce

- Depuis quelques jours, des délégations militaires turques et grecques se réunissent au sein du siège de l’OTAN pour éviter tout affrontement militaire sur mer ou dans les airs.

Ömer Tuğrul Çam,Tuncay Çakmak | 23.09.2020

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 _12f6507
Le SG de l'OTAN se félicité des "avancées" enregistrées lors des discussions Turquie-Grèce

Brussels Hoofdstedelijk Gewest

AA / Bruxelles


Le Secrétaire général de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), Jens Stoltenberg, a fait savoir que les réunions techniques entre les délégations militaires turques et grecques, réalisées sous l’égide de l’Alliance, ont enregistré de belles avancées.


Stoltenberg a tenu une conférence de presse, mercredi, à l’issue de sa rencontre avec le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

Il est revenu sur la situation en Méditerranée orientale, théâtre de tensions entre la Grèce et la Turquie.

Il a rappelé que depuis quelques jours, des délégations militaires turques et grecques se réunissent au sein du siège de l’OTAN pour éviter tout affrontement militaire sur mer ou dans les airs.

"Ces réunions se poursuivent. Nous avons enregistré de belles avancées", a-t-il indiqué.

Selon Stoltenberg, ces réunions techniques sont complémentaires des efforts diplomatiques entamés par l’Allemagne.

Il a justement souligné que ces efforts de Berlin ont abouti, mardi, à un accord turco-grec pour entamer au plus vite des pourparlers.

"Nous en sommes très heureux. Nous allons continuer à entretenir un dialogue proche avec les leaders turcs et grecs", a-t-il encore déclaré.

La décision de faire ces discussions techniques, visant à éviter tout incident entre la Turquie et la Grèce en Méditerranée orientale, avait été prise après un entretien entre le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, et le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg.

La série de réunions techniques a commencé le 10 septembre. La 6ème réunion devrait se tenir la semaine prochaine.

*Traduit du turc par Tuncay Çakmak

https://www.aa.com.tr/fr/monde/le-sg-de-lotan-se-félicité-des-avancées-enregistrées-lors-des-discussions-turquie-grèce-/1983112
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeJeu 1 Oct 2020 - 19:07

Citation :
Otan : La Grèce et la Turquie ont trouvé un accord sur un mécanisme visant à éviter les incidents militaires

par Laurent Lagneau · 1 octobre 2020


Le 3 septembre, alors qu’il venait à peine d’annoncer l’ouverture de discussions entre la Grèce et la Turquie pour « définir des mécanismes de déconfliction militaire », le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, avait, en quelque sorte, été désavoué par Athènes, qui affirma vouloir le « retrait immédiat de tous les navires turcs du plateau continental grec » avant d’entamer une quelconque négociation.

Depuis, l’Union européenne a apporté son soutien à la Grèce [ainsi qu’à la République de Chypre] tout en agitant la menace de sanctions à l’égard de la Turquie. « Toutes les options sont sur la table » a encore prévenu Charles Michel, le président du Conseil européen Charles Michel, à la veille d’un sommet devant évoquer la question de la Méditerranée orientale.

Cela étant, après avoir multiplié les déclarations martiales, Ankara a mis un bémol, notamment en rappelant son navire de recherche sismique Oruç Reis, envoyé sous escorte militaire dans les eaux revendiquées par Athènes afin d’y prospecter des gisements d’hydrocarbures.

Puis, plus récemment, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, s’est rendu en Grèce pour tenter d’aplanir la situation… en visitant notamment la base navale de Souda, en Crète, où il a retrouvé Kyriakos Mitsotakis, le Premier ministre grec. Et cela alors que les rumeurs sur un possible retrait américain de la base d’Incirlik, en Turquie, font régulièrement surface.

Entre-temps, Athènes a annoncé un programme de modernisation de ses forces armées, avec notamment l’acquisition de 18 avions Rafale auprès de la France et le renforcement de ses capacités navales.

Visiblement, et maintenant qu’elle semble occupée par la situation au Haut-Karabakh, où elle soutient l’Azerbaïdjan face à l’Arménie, la Turquie a finalement trouvé un accord de « déconfliction » avec la Grèce, sous l’égide de l’Otan, organisation dont ces deux pays sont membres depuis 1952.

En effet, selon un communiqué de l’Otan, la Grèce et la Turquie sont convenues d’établir une ligne directe afin d’éviter tout risque d’incident en Méditerranée orientale. En outre, les deux pays se sont aussi entendus pour « contribuer au règlement de [leurs] différends. »

Cet accord, trouvé au niveau des responsables militaires, est « conçu pour réduire le risque d’incidents et d’accidents en Méditerranée orientale » et « ce mécanisme de sécurité peut contribuer à créer l’espace nécessaire aux efforts diplomatiques pour traiter le différend entre les deux pays », a en effet souligné M. Stoltenberg.

« Je me félicite de la mise en place d’un mécanisme de ‘déconfliction’ militaire, réalisé grâce à l’engagement constructif de la Grèce et de la Turquie, deux alliés précieux de l’Otan », a conclu le secrétaire général de l’organisation.

L’annonce de cet accord a été faite justement au moment où le sommet de l’UE s’est ouvert, ce 1er octobre, pour évoquer la situation en Méditerranée orientale et décider d’éventuelles sanctions à l’égard de la Turquie.

Cependant, le chef du gouvernement grec n’a nullement l’intention de s’en laisser conter. « L’heure est venue pour l’Europe de discuter avec courage et sincérité du genre de relation qu’elle veut vraiment avoir avec la Turquie », a-t-il déclaré. « Une chose est certaine: les provocations de la Turquie, que ce soit par ses actions unilatérales ou par sa rhétorique extrême, ne peuvent plus être tolérées », a-t-il insisté, peu après son arrivée à Bruxelles.

http://www.opex360.com/2020/10/01/otan-la-grece-et-la-turquie-ont-trouve-un-accord-sur-un-mecanisme-visant-a-eviter-les-incidents-militaires/
Revenir en haut Aller en bas
Fahed64
Administrateur
Administrateur
Fahed64

messages : 16864
Inscrit le : 31/03/2008
Localisation : Pau-Marrakech
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite : Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena13
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMar 6 Oct 2020 - 17:16

L'hypocrisie française est sans limite Shocked Shocked Shocked

Citation :
Pourquoi l'intervention de la France en Méditerranée orientale a été nécessaire

OPINION. C'est le retour du groupe Mars*, qui publiera tous les mardis une tribune. Après avoir publié une série de douze tribunes du groupe au printemps, La Tribune ouvre de nouveau ses colonnes à ce groupe de réflexion informel composé d'une trentaine de personnes, qui se sont données pour objectif de partager leurs réflexions sur l'avenir de la défense de la France et de l'Europe en vue des échéances électorales de 2022. "Il ne s'agit pas de défendre la candidature de telle ou telle personnalité politique, mais de proposer, en toute liberté, une vision de la politique de défense que pourrait porter un chef des armées inspiré par les valeurs de la gauche républicaine", explique le groupe Mars. Alors que les tribunes thématiques publiées au printemps proposaient une vision du "monde d'après" la pandémie, ces tribunes se proposent simplement de commenter périodiquement l'actualité de défense, en essayant "d'apporter un éclairage original et un peu de recul par rapport à la grande presse et à la communication institutionnelle".

La France s'est engagée militairement cet été auprès de la Grèce et de Chypre pour contraindre la Turquie à ne pas aller trop loin dans la contestation de la souveraineté de ses voisins en Méditerranée orientale. En conséquence, la Grèce a commandé 18 avions de combat Rafale afin d'améliorer ses capacités militaires face à la Turquie, qui ne dispose pas d'avions de combat équivalents. A l'heure où ces lignes sont écrites, la Turquie, en dépit des insultes proférées contre le président Macron, semble avoir compris le message : elle a rappelé son navire de prospection pétrolière et se dit ouverte à la négociation avec la Grèce.

Un accord a été trouvé à l'OTAN entre militaires grecs et turcs sur un mécanisme de "déconfliction". Il est vrai qu'Ankara a entretemps réorienté ses ambitions vers le Caucase. Quelle que soit l'issue des négociations à venir, il s'agit d'un véritable succès pour la France, qui a eu le courage d'imposer des lignes rouges à la Turquie et de les faire respecter. Ce succès diplomatique résulte d'un ensemble de facteurs dont l'accumulation crée un cercle vertueux : stratégie cohérente, compréhension des rapports de force, libre disposition de la force armée.

Athènes a appelé Paris
Cohérente, la stratégie française l'est par sa vision à long terme d'une défense européenne autonome. Alors que l'OTAN est neutralisée du fait de la confrontation de deux de ses membres, l'UE est la seule organisation pertinente pour agir. La logique de la construction européenne veut que, lorsque la sécurité d'un membre est menacée, les autres lui viennent en aide au nom d'une solidarité inscrite à l'article 42, al. 7 du traité sur l'union européenne (TUE) : "Au cas où un État membre serait l'objet d'une agression armée sur son territoire, les autres États membres lui doivent aide et assistance par tous les moyens en leur pouvoir, conformément à l'article 51 de la charte des Nations unies. Cela n'affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres".

"La solidarité à l'égard de la Grèce et de Chypre (...) est non négociable", a averti le président Macron ce jeudi à son arrivée au Conseil de l'UE. "Quand un État membre de l'Union européenne est attaqué, menacé, lorsque ses eaux territoriales ne sont pas respectées, il est du devoir des Européens de se montrer solidaires".

S'agissant des rapports de force, il convient d'évaluer l'état réel des forces en présence afin de ne pas commettre d'erreur d'analyse. Les Etats-Unis ayant affiché une neutralité plutôt bienveillante à l'égard de la Turquie, dont l'intervention en Libye a repoussé les ambitions russes, les Grecs se sont naturellement tournés vers leurs alliés européens. A une autre époque, les Britanniques, qui disposent à Chypre de deux bases souveraines, auraient été les premiers sollicités, mais le Brexit et l'état de délitement de la Royal Navy ont convaincu les Grecs de privilégier l'appel aux Français, puissance méditerranéenne militairement capable, sans négliger les Italiens, dont la marine dispose encore de capacités réelles.

La France s'est opposée à la Russie
Au-delà de l'obligation de solidarité européenne, politique avant d'être juridique, la France a compris que l'absence de réaction risquait de nouveau de voir la Russie pallier l'inaction occidentale, comme en Syrie. Outre les liens traditionnels de la religion (actuellement distendus à la suite d'un schisme interne à l'orthodoxie à propos de l'Ukraine), la Russie dispose en Grèce (et surtout à Chypre) de solides intérêts économiques. A l'instar de la Turquie, la position géopolitique de Chypre en fait un État, dont l'appartenance à l'occident a toujours fait débat, au point qu'à l'indépendance vis-à-vis de la Couronne britannique, l'île a préféré choisir le non-alignement plutôt que de rejoindre l'OTAN. Autrement dit, rien n'empêcherait la Russie de s'y établir durablement. Tel est bien l'enjeu principal des évènements de l'été. En intervenant vigoureusement contre la Turquie, c'est en fait d'abord à la Russie que la France s'oppose, et c'est très bien ainsi.

Mais on a beau avoir une stratégie cohérente et une compréhension fine des rapports de force à long terme, on reste dans l'incantation si l'outil militaire ne suit pas. Heureusement, la marine nationale est encore capable de tenir son rang, à savoir, du fait du déclin britannique, de première marine européenne. Cela se fait au prix de tensions considérables dans les effectifs embarqués et le maintien en condition opérationnelle des navires de guerre, mais la France est encore capable de maintenir dans la durée une présence permanente en Méditerranée orientale et de la renforcer ponctuellement de moyens dissuasifs en cas de besoin, comme cela a été fait en août. Le président Macron récolte ainsi les fruits diplomatiques de l'effort budgétaire consenti depuis 2016. Ce n'est que justice.

Voir plus loin
Il faut cependant voir plus loin. Finalement, outre le maintien des budgets de défense, voire leur nécessaire augmentation, qu'est-ce qu'un président de gauche pourrait faire de mieux en Méditerranée orientale ? Le risque principal de la politique française actuelle est l'enfermement dans des logiques de camp. Or tout l'héritage gaullo-mitterrandien de la Ve République tend précisément à préserver une certaine liberté d'action permettant d'échapper à l'engrenage des alliances automatiques. Rappelons-nous que de Gaulle a vécu la Grande Guerre en captivité, ce qui lui a permis de réfléchir à l'enchaînement des causes, qui ont conduit la France à cette catastrophe dont elle ne s'est jamais remise, à l'inverse par exemple de la guerre de 1870 dont on célèbre cette année les 150 ans et dont les conséquences tragiques ont été rapidement effacées sur le plan intérieur.

"Il faut que la défense de la France soit française. C'est une nécessité qui n'a pas toujours été très familière au cours de ces dernières années. Je le sais. Il est indispensable qu'elle le redevienne. Un pays comme la France, s'il lui arrive de faire la guerre, il faut que ce soit sa guerre. Il faut que son effort soit son effort. S'il en était autrement, notre pays serait en contradiction avec tout ce qu'il est depuis ses origines, avec son rôle, avec l'estime qu'il a de lui-même, avec son âme. Naturellement, la défense française serait, le cas échéant, conjuguée avec celle d'autres pays. Cela est dans la nature des choses. Mais il est indispensable qu'elle nous soit propre, que la France se défende par elle-même, pour elle-même, et à sa façon". (Charles de Gaulle, allocution à l'École militaire, 3 novembre 1959)

Il faut admettre que le président de la République a parfaitement utilisé les pouvoirs que la Constitution lui confie pour mettre en lumière les contradictions de l'OTAN, simple volet d'une politique plus ambitieuse consistant à rappeler, à toutes fins utiles, aux autres Européens que la croyance aveugle dans l'engagement américain dans la défense de l'Europe pouvait être déçue. Il est dorénavant évident pour les peuples européens, en attendant que les dirigeants se rallient, que les garanties américaines ne suffisent plus. Fort bien. Cette politique est dans la pure continuation de la vision gaullienne, notifiée dès septembre 1958 au président Eisenhower (le "Ricain" du Débarquement).

Mais il ne faudrait pas qu'en contrepartie, notre pays s'enferme dans une vision inopérante de la défense européenne. La France est un archipel réparti sur tous les océans et dont la métropole se trouve en Europe occidentale, en bordure de trois mers. C'est dorénavant la seule puissance nucléaire de l'Union européenne et la seule à disposer d'un siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU. Ses responsabilités sont donc mondiales. A ce titre, elle doit rester autant que possible en position d'arbitre, a fortiori vis-à-vis de pays amis et alliés.

L'OTAN et les Etats-Unis face à leur contradiction
Donc, oui, le président Macron a eu raison de se montrer à la fois activement solidaire à l'égard des Grecs et des Chypriotes et ferme à l'encontre des Turcs, afin de porter un coup d'arrêt à la politique du président Erdogan et lui éviter de commettre l'irréparable. Oui, il a raison de dire que le peuple turc n'est pas notre ennemi. Oui, il a raison de vouloir éviter que les Russes ne s'installent à Chypre. Oui, il a raison de placer l'OTAN en général, et les Etats-Unis en particulier, face à leurs contradictions. Mais non, il ne faut pas en rester là. Il faut à présent accompagner la reculade d'Erdogan et lui offrir un cadre politique en vue de négocier le partage des ressources sous-marines en Méditerranée orientale. Et, non, les eaux territoriales d'un État européen n'ont pas été violées.

On a tort de s'arc-bouter sur le droit international, car il n'existe pas de vérité en la matière. Un traité, c'est comme la monnaie fiduciaire, cela n'existe que si on y croit. Qu'on le veuille ou non, seuls les États sont souverains. Si la Turquie refuse de reconnaître le droit de la mer issu de la convention de 1982 (CNUDM dite de Montego Bay, UNCLOS en anglais), elle en a le droit, nul ne peut le lui imposer. La mise en œuvre de la CNUDM a eu pour effet de contraindre les États littoraux à négocier entre eux le partage des eaux placées sous leur protection (zones économiques exclusives, ZEE). L'idée à la base de la création de ces ZEE était précisément de responsabiliser les États riverains afin de protéger les ressources halieutiques de toutes sortes de prédation. L'idée n'était pas de territorialiser la haute mer.

Partage des ressources
Par conséquent, la définition unilatérale de la ZEE d'un État, fût-il européen, ne s'impose pas aux autres. Ce que l'État en question juge illégal ne l'est pas forcément pour d'autres. Il en va différemment d'une ZEE résultant d'un traité bilatéral ou multilatéral, d'où l'importance de l'accord gréco-égyptien signé en réponse au protocole turco-libyen sur le partage d'un prétendu plateau continental commun. Par conséquent, quand la Turquie envoie un navire de prospection pétrolière dans la ZEE d'un État voisin, elle ne commet pas de violation de souveraineté tant qu'elle se contente de relevés sismiques non intrusifs. Certes, ce n'est pas très élégant, mais ce n'est pas un délit. Il en irait différemment si la marine turque croisait dans les eaux territoriales d'un voisin ou si elle s'appropriait des ressources dans une ZEE, qui n'est pas reconnue comme étant la sienne.

A l'inverse, en l'absence d'accord avec ses voisins, les revendications de la Turquie sur un plateau continental étendu au large de ses côtes sont d'autant plus vaines que la Méditerranée orientale se caractérise, au sud-est de la mer Égée, par une profondeur moyenne bien plus élevée que la limite de 200 mètres qui caractérise juridiquement le plateau continental.

Contrairement à ce qu'on a pu entendre, la Turquie ne s'est pas comportée comme un "État voyou". Elle a simplement des intérêts à défendre et emploie pour cela des méthodes un peu frustes, mais, encore une fois, rien d'illégal. On peut interpréter cela comme un appel à négocier sérieusement le partage des ressources en méditerranée orientale. Que la Grèce et Chypre s'y refusent, on peut aussi le comprendre. Mais c'est à la France de dire à ses amis grecs et chypriotes, une fois rassurés quant aux garanties de sécurité que la France leur apporte, qu'il faut sortir de la crise par le haut, c'est-à-dire par une solution politique, qui passe par l'ouverture de négociations sur les ZEE.

Objectivement, mettons-nous un instant à la place des Turcs. Accepterait-on que Jersey soit dotée d'une ZEE concurrente de la nôtre, avec toutes les conséquences pour nos pêcheurs ? La seule vérité en droit international, c'est ce qui résulte des traités négociés, adoptés et ratifiés par les États. Le cas de Saint-Pierre et Miquelon (qui ne dispose que d'une ZEE très étroite insérée dans la ZEE canadienne) montre combien ces négociations sont longues et difficiles avant de parvenir à un accord, y compris avec un allié et un ami.


La France en arbitre impartial
Une fois identifiée comme un arbitre impartial, la France pourra alors organiser une grande conférence régionale rassemblant tous les riverains de la Méditerranée orientale afin de lancer cette négociation sur le partage des ZEE. Cela permettrait accessoirement d'essayer de trancher le litige entre Israël et le Liban, voire (on peut rêver) de prévoir la reconnaissance d'une ZEE au futur État de Palestine, au titre du littoral de Gaza, entre les ZEE d'Égypte et d'Israël.

Une telle ambition nécessite au moins trois conditions préalables : savoir parler à tout le monde sans invective, disposer d'un outil militaire puissant et crédible, et avoir un peu de chance ("alignement des planètes"). Mais cette dernière condition se prépare, à commencer par l'investissement constant dans l'outil militaire.

                                      -------------------------------------------------

* Le groupe Mars, constitué d'une trentaine de personnalités françaises issues d'horizons différents, des secteurs public et privé et du monde universitaire, se mobilise pour produire des analyses relatives aux enjeux concernant les intérêts stratégiques relatifs à l'industrie de défense et de sécurité et les choix technologiques et industriels qui sont à la base de la souveraineté de la France.

https://www.latribune.fr/opinions/pourquoi-l-intervention-de-la-france-en-mediterranee-orientale-a-ete-necessaire-858828.html

_________________
Sois généreux avec nous, Ô toi Dieu et donne nous la Victoire

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Signat10

ZATOICHI.. et QuickShark aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMar 13 Oct 2020 - 19:02

Citation :
Les États-Unis exigent que la Turquie cesse sa « provocation délibérée » en Méditerranée orientale

par Laurent Lagneau · 13 octobre 2020


Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 246

Au sujet des tensions qui opposent la Turquie à la Grèce ainsi qu’à la République de Chypre au sujet des ressources gazières en Méditerranée orientale, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, avait déclaré, le 29 septembre, que Washington soutenait « fortement » le dialogue entre Athènes et Ankara, en raison de leur appartenance à l’Otan, tout en les encourageant à « reprendre les discussions » sur leurs différends « dès que possible. »

Au moment de cette déclaration, la Turquie avait retiré son navire de recherche sismique Oruç Reis des eaux revendiquées par la Grèce. Et les deux pays étaient sur le point de trouver un accord de « déconfliction » militaire sous l’égide de l’Otan. En clair, les tensions étaient sur le point de s’adoucir.

Seulement, une notice maritime [Navtex] a été émise le 11 octobre par les autorités turcs pour annoncer une nouvelle campagne de prospection de l’Oruç Reis dans les environs de l’île grecque de Castellorizo.

Évidemment, pour Athènes, il n’est plus question de négocier quoi que ce soit. « La Grèce ne prendra part à aucun des pourparlers tant que le Oruc Reis et ses navires d’escorte seront sur place », a en effet déclaré le ministre d’État George Gerapetrite à la radio Parapolitika, ce 13 octobre, avant d’indiquer que la question serait mise sur la table lors de la prochaine réunion du Conseil des Affaires étrangères de l’Union européenne [soit le 15/10, ndlr].

Proche de la Grèce et de la République de Chypre, la France a fait part de sa « préoccupation » après l’annonce faite par Ankara, tout en rappelant que la Turquie était sous la menace de sanctions de la part de l’UE.

Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE, a été un peu plus mordant. « S’il devait effectivement y avoir de nouvelles explorations du gaz turc dans les zones maritimes les plus controversées de la Méditerranée orientale, ce serait un revers majeur pour les efforts de désescalade », a-t-il dit, dans un communiqué publié peu avant de s’envoler vers Athènes et Nicosie. Et d’ajouter : « Ankara doit mettre fin au cycle de la détente et de la provocation si le gouvernement est intéressé par des pourparlers – comme il l’a assuré à plusieurs reprises. »

Mais la réaction la plus vigoureuse est venue de Washington. « Nous exigeons que la Turquie cesse cette provocation délibérée et entame immédiatement des pourparlers préliminaires avec la Grèce », a en effet affirmé Morgan Ortagus, la porte-parole du département d’État. « La coercition, les menaces, l’intimidation et les manoeuvres militaires ne vont pas résoudre les tensions en Méditerranée orientale », a-t-elle ajouté, avant d’estimer que la nouvelle mission de l’Oruç Reis allait compliquer « délibérément la reprise de discussions préliminaires essentielles » entre Ankara et Athènes.

Dans le fond, la réaction de la diplomatie américaine n’est pas très surprenante. Ces dernières semaines, les États-Unis ont en effet pris plusieurs mesures de nature à froisser les autorités turques, comme en signant un accord militaire avec la République de Chypre et en levant partiellement l’embargo sur les armes qu’ils avaient imposé à cette dernière à la fin des années 1980 en soutien à Ankara.

Lors d’un déplacement à Nicosie, à la mi-septembre, M. Pompeo s’était dit « profondément préoccupés » par les « opérations en cours de la Turquie » dans les eaux chypriotes, lesquelles recèleraient d’importantes réserves de gaz. « La République de Chypre a le droit d’exploiter ses ressources naturelles, y compris celles trouvées dans sa zone économique exclusive », fit-il valoir.

Cela étant, à Washington, le Congrès met la pression sur l’administration Trump pour sanctionner la Turquie au titre de la loi dite CAATSA [Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act] pour son achat de systèmes russes de défense aérienne S-400. Et rien ne devrait être décidé dans que ces dispositifs – incompatibles avec ceux de l’Otan – n’auront pas officiellement été activés par les forces turques… Ce qui ne saurait tarder puisque des manoeuvres doivent se tenir à cette fin dans la région de Sinop, sur les bords de la mer Noire.

http://www.opex360.com/2020/10/13/les-etats-unis-exigent-que-la-turquie-cesse-sa-provocation-deliberee-en-mediterranee-orientale/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMar 13 Oct 2020 - 19:38

Citation :
La Grèce exclut des pourparlers avec la Turquie avant un retrait de son navire


Athènes, 13 oct 2020 (AFP) -


La Grèce n'entamera aucun pourparler avec la Turquie sur les tensions en Méditerranée orientale tant qu'Ankara n'aura pas retiré un navire de recherches d'une zone contestée, a déclaré mardi un ministre grec.

Un différend sur l'exploration gazière a conduit les deux pays, membres de l'OTAN, organiser des exercices militaires rivaux en août dans les eaux stratégiques entre Chypre et l'île grecque de Crète.

La marine turque a indiqué que le navire Oruc Reis va reprendre ses activités dans la région jusqu'au 22 octobre.

"La Grèce ne prendra part à aucun des pourparlers tant que le Oruc Reis et ses navires d'escorte seront sur place", a déclaré à la radio Parapolitika le ministre d'Etat George Gerapetrite.

Il a déclaré qu'Athènes soulèverait "catégoriquement" le différend lors d'une réunion du Conseil de l'UE qui s'ouvre jeudi.

Le gouvernement grec devrait évoquer la question avec le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, attendu à Athènes mardi.

La Grèce revendique des droits sur les eaux autour de son île de Kastellorizo, mais la Turquie affirme que la proximité de l'île avec son littoral fait de ce secteur une zone légitime d'exploration pour ses navires.

Ankara a déjà envoyé l'Oruc Reis et son escorte dans ces eaux contestées le 10 août, en dépit des protestations de la Grèce et de l'UE.

https://www.marine-oceans.com/actualites/21058-la-grece-exclut-des-pourparlers-avec-la-turquie-avant-un-retrait-de-son-navire
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeDim 1 Nov 2020 - 20:17

Citation :
Méditerranée: la Grèce proteste contre une nouvelle mission d'exploration gazière turque

Athènes, 1 nov 2020 (AFP) -


La Grèce a protesté dimanche contre le "comportement illégal" de la Turquie après la nouvelle prolongation de la mission d'un navire turc d'exploration gazière dans une zone qu'elle se dispute avec Ankara en Méditerranée orientale.

La marine turque a averti dans un message sur le système maritime d'alerte NAVTEX que son navire de recherche sismique Oruç Reis poursuivrait sa mission jusqu'au 14 novembre.

Dans la foulée, la Grèce a de nouveau "condamné le comportement illégal de la Turquie" et l'a appelée à "retirer immédiatement" le bateau de cette zone revendiquée par Athènes, a indiqué un tweet du ministère grec des Affaires étrangères.

Le chef de la diplomatie grecque Nikos Dendias "va procéder à une démarche auprès de la Turquie" et prévenir "les alliés et partenaires" de la Grèce, a souligné un communiqué ministériel.

Ce nouveau bras de fer intervient alors que les deux pays voisins, touts deux endeuillés par un fort séisme survenu vendredi, ont affiché leur solidarité ces derniers jours.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis avait appelé vendredi le président turc Recep Tayyip Erdogan pour lui exprimer "ses condoléances" pour les victimes du séisme qui a frappé surtout la ville turque d'Izmir et fait plus de 50 morts.

"Dans ces moments, nos peuples ont besoin de faire front commun indépendamment de nos différences", a écrit Kyriakos Mitsotakis dans un tweet.

Mais le redéploiement de l'Oruç Reis dimanche, devenu le symbole des appétits gaziers d'Ankara ces derniers mois dans des zones disputées par les deux pays, a de nouveau tendu le climat entre les deux pays, membres de l'Otan.

"Cette action (turque) fait monter la tension dans une région vulnérable où l'attention actuellement s'est focalisée sur l'aide et l'expression de soutien et de solidarité", a déploré le ministère grec des Affaires étrangères.

La Grèce accuse la Turquie de violer le droit maritime international en prospectant dans "son plateau continental", notamment autour de l'île de Kastellorizo, et réclame des sanctions européennes contre Ankara.

La Turquie soutient de son côté qu'elle a le droit de mener des recherches énergétiques dans cette zone de la Méditerranée orientale, arguant que l'île grecque de Kastellorizo, située près des côtes turques, ne suffit pas à imposer la souveraineté d'Athènes.

Dans un geste d'apaisement, Ankara avait retiré l'Oruç Reis en septembre, avant de le déployer à nouveau le 12 octobre, prolongeant plusieurs fois sa mission depuis.

Malgré leurs différends, les deux voisins avaient réussi en 1999, lors de deux séismes qui avaient successivement frappé les deux pays, à se soutenir mutuellement et à améliorer alors leurs relations surtout dans les secteurs économique et culturel.

Ce rapprochement a été imputé à l'époque à la "diplomatie des séismes" sur laquelle mise de nouveau Athènes pour apaiser les relations avec son voisin.

https://www.marine-oceans.com/actualites/21176-mediterranee-la-grece-proteste-contre-une-nouvelle-mission-d-exploration-gaziere-turque
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeMer 4 Nov 2020 - 15:53

Citation :
Exploration gazière en Méditerranée: l'UE condamne la décision "regrettable" d'Ankara


Bruxelles, 4 nov 2020 (AFP) -


L'Union européenne a condamné mercredi la "regrettable" décision de la Turquie de prolonger la mission d'un navire d'exploration gazière dans une zone disputée avec la Grèce en Méditerranée orientale.

"Les dernières annonces sur le système maritime d'alerte Natvex concernant la poursuite des activités de prospection sismique par la Turquie dans les zones maritimes grecques et chypriotes sont regrettables, surtout au vu des tentatives en cours à tous les niveaux pour créer un espace de dialogue", a déclaré le porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

"Cette ligne de conduite continue à créer davantage de tensions et de méfiance dans la région au lieu de contribuer à des solutions durables", a-t-il déploré.

"Le dialogue de bonne foi et l'abstention d'actions unilatérales sont des éléments essentiels pour parvenir à un environnement stable et sûr en Méditerranée orientale et pour développer une relation de coopération et d'intérêt mutuel entre l'UE et la Turquie", a-t-il rappelé.

Le déploiement du navire, devenu le symbole des appétits gaziers d'Ankara, a provoqué une escalade des tensions avec Athènes ces derniers mois.

Les dirigeants de l'Union européenne décideront lors de leur sommet début décembre s'il y a lieu de sanctionner la poursuite des activités de la Turquie dénoncées par la Grèce et Chypre. L'UE a déjà sanctionné les activités de prospection turques dans les eaux de Chypre.

Un train de sanctions économiques préparé par la Commission européenne est prêt à être activé et il risque de causer de sérieux dommages à la Turquie, notamment aux secteurs du tourisme et des transports, ont confié à l'AFP plusieurs diplomates européens.

https://www.marine-oceans.com/actualites/21184-exploration-gaziere-en-mediterranee-l-ue-condamne-la-decision-regrettable-d-ankara
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeVen 6 Nov 2020 - 17:34

Citation :
La Marine nationale a envoyé un avion de patrouille maritime Atlantique 2 en Crète

par Laurent Lagneau · 6 novembre 2020


Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 598

Jusqu’à présent, la Marine nationale n’avait engagé qu’un avion de surveillance maritime Falcon 50 dans l’opération navale européenne Irini, laquelle vise à surveiller l’embargo sur les armes décrété par les Nations unies à l’égard de la Libye.

Pour rappel, équipé notamment d’un radar Ocean Master 100 et d’une tourelle FLIR Chlio, cet appareil de la Flotille 24F avait été sollicité pour la première fois en juillet dernier, depuis la base aéronavale de Hyères [Var], pour assurer une mission de 8 heures ayant consisté à observer et à rendre compte auprès de l’état-major d’Irini de tous les mouvements de navires au large des côtes libyennes.

Mais depuis le 1er novembre, la Marine nationale a un autre type d’appareil à la disposition d’Irini. En effet, le dernier compte-rendu des opérations publié par l’État-major des armées indique qu’un avion de patrouille maritime Atlantique 2 a été déployé sur la base navale de la Sude, en Crète, pour « environ » deux semaines. « De ce fait, il effectuera des vols de patrouille maritime en soutien direct de l’opération », explique-t-il.

Ce n’est pas la première fois qu’un Atlantique 2 opère depuis la Crète. Cela fut en effet le cas en 2011, au moment de l’opération Harmattan, conduite en Libye. À l’époque, l’avion de patrouille maritime y avait rejoint les Mirage 2000 de l’armée de l’Air, lesquels avaient été envoyés à La Sude afin de réduire le temps de vol pour rejoindre le territoire libyen. Cette co-localisation devait alors permettre de rendre « plus fluide » le travail en commun, « notamment en termes de préparation de mission ».

Pour les missions effectuées au titre de l’opération Irini, la Crète est idéalement située pour surveiller les mouvements maritimes en direction de la Libye étant donné qu’elle se trouve quasiment à équidistance de la Turquie et de la Cyrénaïque [est libyen] et presque en face du Canal de Suez.

Par ailleurs, la présence de cet Atlantique 2 à la Suda peut également donner à l’état-major des renseignements sur la région de la Méditerranée orientale, où la Turquie a une nouvelle fois prolongé la mission de son navire de recherche sismique Oruç Reis dans un secteur coincé entre Crète et Chypre. La frégate légère furtive [FLF] La Fayette y est d’ailleurs en mission depuis trois mois.

« On n’a jamais autant surveillé les Turcs. On les a croisés tellement de fois qu’on sait quels navires les protègent. Mais on n’intervient pas, ce n’est pas notre rôle », a ainsi confié un officier marinier du navire français à l’occasion d’un reportage réalisé à son bord par l’AFP. « On vient apporter un coup d’éclairage sur une zone où il faut plus que jamais avoir les faits exacts pour pouvoir juger, éviter la méprise, et ne pas dépendre des rumeurs, des réseaux sociaux, ou même des informations de nos alliés », a confirmé son « pacha », le capitaine de vaisseau Sébastien Martinot.

Pour cette disposition la frégate « La Fayette » peut compter sur son hélicoptère Panther, dont les capteurs permettent de collecter toute information utile afin de les partager avec la coalition anti-jihadiste Inherent Resolve ou bien… l’opération Irini.

À noter que la frégate « Jean Bart » était également en mission dans cette région. Après avoir mené des opérations conjointes avec la FLF « La Fayette », intégré un groupe amphibie britannique constitué du HMS Albion et du RFA Lyme Bay au large de Chypre et pris part à un exercice avec la marine égyptienne, elle a désormais mis le cap vers l’océan Indien, où elle doit relever la FREMM Languedoc au sein de l’opération Agenor.

Quoi qu’il en soit, la mission Irini dispose actuellement de la frégate française « Latouche Tréville » [mais qui est privée d’hélicoptère Lynx] ainsi que des frégates HS Adrias [Grèce], ITS Cigala Fulgosi [Italie] et FGS Hamburg [Allemagne]. S’agissant des moyens aériens, elle s’appuie sur un EMB-145 grec, un drone Predator italien, un Merlin III fourni par le Luxembourg et un An-28B1R Bryza polonais. Pour le moment, l’Atlantique 2 envoyé en Crète n’est pas mentionné dans son ordre de bataille.

Doté d’une grande autonomie, l’Atlantique 2 est équipé d’une suite de capteurs, dont un radar Iguane pouvant repérer, sur 360° et même dans les mers agitées, des embarcations aux dimensions réduites, des caméras thermiques Tango, une boule optronique MX20D et un détecteur d’anomalies magnétiques.

http://www.opex360.com/2020/11/06/la-marine-nationale-a-envoye-un-avion-de-patrouille-maritime-atlantique-2-en-crete/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 32075
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena32Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena24
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena25Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena26
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Cheval10Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Unbena15
Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Medail10

Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitimeDim 8 Nov 2020 - 21:06

Citation :
Méditerranée: échange gréco-turc au sujet d'une future rencontre


Athènes, 8 nov 2020 (AFP) -


Le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Dendias, a échangé au téléphone avec son homologue turc, Mevlut Cavusoglu, afin d'essayer d'ouvrir la voie à une rencontre dans un avenir proche, a annoncé dimanche le ministère grec des Affaires étrangères.

La Grèce et la Turquie, en désaccord sur leurs frontières maritimes, sont en pleine crise en raison du déploiement par la Turquie du navire de recherche sismique Oruç Reis en Méditerranée orientale, escorté de navires de guerre, pour procéder à des explorations dans une zone potentiellement riche en gaz naturel, sur laquelle la Grèce revendique sa souveraineté.

"Lors d'un appel téléphonique plus tôt dans la journée, le ministre des Affaires étrangères Nikos Dendias et le ministre des Affaires étrangères turc Mevlut Cavusoglu ont discuté des conditions qui leur permettraient de se rencontrer à nouveau dans un avenir proche", a indiqué le ministère grec des Affaires étrangères dans un tweet.

Les deux ministres s'étaient brièvement rencontrés début octobre en marge d'un forum organisé par le think tank Globsec à Bratislava, en Slovaquie. Selon des sources, ils se seraient alors mis d'accord sur la nécessité de trouver une date pour débuter des discussions, afin de tenter de résoudre leurs différends.

Selon des sources diplomatiques grecques, citées par l'agence ANA, l'échange de dimanche s'est fait à l'initiative du ministre turc des Affaires étrangères, tandis que Nikos Dendias a répété la position de la Grèce, selon laquelle il ne pourra pas y avoir de marges de dialogue tant que la Turquie continuera ses actions de provocation.

Une source diplomatique turque a confirmé que les deux ministres s'étaient parlé au téléphone. "Ils ont évalué la façon dont pourraient se dérouler les prochaines rencontres", a-t-elle dit.

Athènes et Ankara ont connu un mois de forte tension après le déploiement par la Turquie, du 10 août à la mi-septembre, du bateau sismique Oruç Reis. Le bateau avait regagné ensuite les côtes turques, dans ce que beaucoup espéraient être un signe d'apaisement. Mais la Turquie avait renvoyé son navire d'exploration dans la zone le 12 octobre, la Grèce dénonçant alors une "menace directe à la paix".

Les tensions entre les deux pays s'étaient quelque peu atténuées après le tremblement de terre qui a frappé les deux pays fin octobre. Mais la prolongation de la mission de l'Oruç Reis a entraîné de vives réactions de la part de la Grèce, qui demande des mesures de l'Union européenne contre la Turquie.

https://www.marine-oceans.com/actualites/21191-mediterranee-echange-greco-turc-au-sujet-d-une-future-rencontre
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Tensions en Méditerranée Orientale    Tensions en Méditerranée Orientale  - Page 6 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Tensions en Méditerranée Orientale
Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: