Faute de spécialistes, la Marine pourrait se passer d'un sous-marin pour armer son futur porte-avions nucléaire