Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le Sahel zone de non-droit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11 ... 22  Suivant
AuteurMessage
reese
Colonel
Colonel


messages : 1640
Inscrit le : 10/05/2009
Localisation : alger
Nationalité : Algerie
Médailles de mérite :

MessageSujet: le Sahel zone de non-droit   Lun 11 Jan 2010 - 19:34

pour illustrer ce nouveau fil de discussion et lancer le debat je vous invite a lire cet article HALLUCINANT sur la realité des filieres d emigrations clandestines au Mali

Citation :


Trafic d’Etres humains au Nord du Mali


Le voyage de la peur



Depuis plusieurs mois, TTU tente de comprendre l’évolution dans la bande du Sahel et dans la région Touarègue. A Gao, capitale de la 7e Région du Mali (au nord du pays), le quartier Château abrite depuis plusieurs années une antenne de transit d’immigrants clandestins qui viennent en général de nombreux pays d’Afrique francophone ou anglophone mais également du Sri-Lanka (le plus souvent des Tamouls), du Pakistan, etc à destination de l'Europe via les pays les pays méditerranéens. Les listes des « passagers » sont établies par ordre d’arrivée. Les passeurs, bien connus des services, sont également inscrits dans cet ordre. Comme on dit dans le milieu, « chacun attend son tour ».

Mais il ne suffit pas d’être premier sur la liste pour trouver son strapontin dans la première caravane pour la Méditerranée. Des négociations sont d’abord menées entre les passeurs, les chefs des groupes d’immigrants et les chefs d’antennes sur « les frais de transport et les risques ». Selon nos informations locales, les discussions peuvent souvent durer plusieurs jours avant d’aboutir à une entente entre les parties (immigrants et chefs des groupes d’immigrants, passeurs et chefs des groupes d’immigrants, et enfin entre les passeurs et les chefs d’antenne…). Les chefs des groupes d’immigrants rendent compte à leurs camarades et ensuite procèdent à la collecte de l’argent qui constitue, comme dans tout groupe mafieux, le butin. Les chefs des groupes des immigrants (ceux qui sont adoubés par les immigrants pour les représenter dans les négociations) prélèvent un pourcentage avant la remise de l’argent aux responsables de l’antenne de transit. Les chefs d’antenne prélèvent aussi leur pourcentage avant la remise de l’argent aux passeurs. Quant aux passeurs, ils remettent un autre pourcentage aux chefs d’antenne pour garantir le prochain voyage. L’argent généré est ensuite blanchi selon différents circuits encore mal connus.

Le voyage démarre sous l’œil bienveillant des agents des services de sécurité maliens qui touchent au passage, de la part des passeurs et de l’antenne, « le prix d’un thé… ». La caravane des immigrants traverse le Sahara touareg malien pour entrer en Algérie, Libye, Maroc… Ils sont des milliers à tenter chaque année la « traversée » du Sahara. Cette rotation d’immigrants est permanente et selon une interminable chaîne où chacun, ou presque, trouve son compte sur le dos des immigrants.

Pour rejoindre, depuis Gao, la ville de Tamanrasset (Sud Algérien), le voyage harassant dure de 5 à 7 jours. Les clandestins (hommes et femmes) sont entassés dans les véhicules comme du bétail. Ils font en général partie d’une caravane de plusieurs véhicules (2 à 6 véhicules). Ils traversent le territoire des Touaregs de l’Adrar des Iforas dans le Nord du Mali (région de Kidal) pour atteindre l’Algérie. Des droits de passage sont possibles. Quand ils réussissent à rejoindre Tamanrasset, le plus grand nombre des immigrants est raflé par la police des frontières algérienne (PAF). Ils sont regroupés dans l’enceinte de la PAF, dans des conditions plus que difficiles. Après plusieurs jours de détention, ils sont mis dans des camions algériens qui les déposent à Tinzawaten, village frontière algérien, situé à quelques kilomètres de la frontière avec le Mali. Dans le cadre de Frontex, le dispositif surveillance de ses frontières extérieures de l’Union Européenne, l’Algérie touche des subventions pour toute reconduite de clandestins à ses frontières ; elle a donc tout intérêt à ce que cette situation perdure ; c’est donc devenu un cycle sans fin dans lequel l’Europe et les Etats Africains sont devenus les principaux piliers du système inhumain qui a cours dans le désert (et en mer).



Survivre et ne pas craindre l’échec

De Tinzawaten, certains immigrants tentent de revenir à Tamanrasset, d’autres cherchent des petits boulots sur place pour trouver l’argent pour rentrer au Mali. Les passeurs qui les suivent dans tous leurs déplacements leur font miroiter un avenir meilleur et leur promettent de réussir là où le premier voyage a échoué. Ceux qui réussissent à échapper à la police algérienne de Tinzawaten ou de Tamanrasset traversent le sud algérien en direction du Nord de l’Algérie, grâce à d’autres passeurs qui, à Tamanrasset, prennent le relais.

Un nombre important d’immigrants (ceux qui ne sont pas arrêtés en chemin) réussit à joindre les grandes Wilayas du Nord de l’Algérie et poursuivent leur route vers la frontière algéro-marocaine. Où ils seront pris en mains par d’autres passeurs, vers le Nord du Maroc, où d’autres passeurs tenteront de leur faire traverser la mer pour entrer en Europe. Le Maroc fera son maximum pour les arrêter, et toujours dans le cadre du dispositif Frontex, touchera des subsides pour les refouler vers l’Algérie.

Les immigrants qui tentent depuis l’Algérie d’aller vers la Libye seront accueillis par des passeurs libyens qui les attendent aux premiers postes frontaliers algéro-libyens (Ghat et Elbarkate). Les passeurs libyens entassent les immigrants les uns sur les autres dans des Peugeot 504 bâchées ou des Mazda et les couvrent d’une bâche pour les dissimuler aux contrôles de police libyens. Ces passeurs partent de Ghat et Elbarkate en passant par Oubari, Sabha (deux grandes régions du sud libyen (dont la majorité de la population est touareg) et arrivent avec leurs immigrants à Tripoli sans difficultés majeures. Sur la route qui mène à la capitale libyenne, chaque fois qu’ils tombent sur un contrôle de police, les passeurs disent « transporter des légumes et des fruits » et glissent quelques billets aux policiers, et cela marche toujours. Dès leur arrivée à Tripoli, certains immigrants cherchent et trouvent un travail journalier. D’autres campent près de la mer en attendant d’entrer en contact avec d’autres passeurs pour traverser la Méditerranée vers l’Europe. La police libyenne organise régulièrement des rafles et garde les immigrants en détention pendant souvent plusieurs mois dans des conditions inhumaines. Périodiquement, des immigrants d’originaire malienne sont expulsés par dizaines et mis dans un avion pour Bamako, capitale du Mali (où ils ne recevront aucun accueil et aucune aide de l’Etat malien pour leur réinsertion au pays et seront donc tentés de repartir à nouveau). D’autres sont rapatriés vers leur pays d’origine en fonction d’accords passés avec ces pays. D’autres immigrants sont relâchés, et tentent leur chance pour quitter la Libye et rejoindre l’Europe par la mer.



Des passeurs sans scrupule : quelques exemples vécus

Certains passeurs prennent en otages leurs passagers après avoir quitté Gao (Nord Mali). On se souvient que fin 2006, près de la frontière algérienne à Insabouk (en territoire Malien), des passeurs ont pris en otages leurs passagers, en majorité des Sri-Lankais (Tamouls), Pakistanais, Camerounais, Gambiens et quelques Maliens. Ils étaient 157 immigrants. Les passeurs avaient réclamé au chef d’antenne de Gao, le nommé Alassane Maiga, la somme de 187 millions de francs CFA (285.000 euros) et fait savoir que « le non paiement de cette somme entrainerait la mort de tous les immigrants…». Les passeurs avaient empêché les immigrants pris en otages de se nourrir et les avaient obligés à boire de l’eau bouillante. Le chef d’antenne de Gao, Alassane Maiga, était alors entré en contact avec les parents de certains immigrants pour leur expliquer la situation et leur demander de contribuer au paiement de la rançon. Des éléments de la rébellion touareg avaient constaté des remue-ménage suspects dans la zone et pensaient qu’il s’agissait de patrouilles de l’armée malienne. Après avoir pris les renseignements nécessaires, ils avaient finalement compris de quoi il retournait.

Dix jeunes combattants de la rébellion touareg avaient alors monté une opération de sauvetage des immigrants. L’assaut avait duré une demi-heure après des échanges des tirs nourris de part et d’autre. Les immigrants avaient été récupérés et les passeurs arrêtés par les Touaregs. L’un des passeurs avait fourni le nom et le numéro de téléphone du chef de l’antenne de Gao. Les combattants touaregs étaient entrés en contact avec ce chef d’antenne, Alassane Maiga, et son second Anara. Leur ayant expliqué le dénouement de la situation, ils leur avaient dit qu’ils étaient « responsables de ce commerce humain, que les passeurs allaient ramener les immigrants à Gao et que si un seul de leurs cheveux était touché », « ils sauraient où les joindre… ». Les Touaregs avaient récupéré les armes des passeurs et les avaient obligés à retourner à Gao avec l’ensemble des immigrants. Que s’est-il passé ensuite ? Ces immigrants sont-ils repartis de Gao pour une nouvelle traversée après ce qu’ils venaient de vivre ? Des centaines de situations comme celle-ci se sont produites et continuent de se produire.

Prenons un autre exemple : un véhicule bâché quitte Gao pour le Sud algérien, avec à bord 25 immigrants clandestins, hommes et femmes, tous entassés les uns sur les autres (véhicule généralement fait pour transporter au maximum 9 personnes). Il tombe en panne à 90 km du poste frontière algérien de Borj Baji Moctar (au Nord-Ouest de Tessalit, qui est le poste frontalier malien). Les provisions sont épuisées puisqu’il est prévu d’entrer en Algérie le même jour, jour de la panne. On est en pleine saison chaude, il fait près de 45° à l’ombre. Le chauffeur, c’est-à-dire le passeur, prend alors la décision de se rendre en Algérie pour chercher un mécanicien et la pièce qui manque. Il confie à son apprenti (d’origine touareg) qui assurait sa protection rapprochée, de veiller sur les immigrants et sur la voiture ; il prévoit d’être de retour dans une journée et de rapporter des provisions. Il part à pied vers Borj Baji Moctar, poste frontalier algérien, situé à 90 km de là. Deux jours passent, il n’est toujours pas de retour. Les immigrants croient qu’ils ont été abandonnés. Ils n’ont pas mangé depuis deux jours. Il ne leur reste plus qu’à se dévorer entre eux. Ils s’emparent de l’apprenti d’origine touareg et le tuent. Il sert de repas pour l’ensemble des immigrants.

Le troisième jour, le passeur n’est toujours pas de retour, ils s’emparent d’une femme qui fait partie du groupe et lui font subir le même sort. D’autres s’en vont, sans aucune orientation, l’essentiel étant de partir quelque part. C’est seulement le quatrième jour que le passeur revient dans une voiture avec un mécanicien, la pièce et des provisions. En s’approchant du lieu de la panne, il constate des vautours qui survolent la zone. De plus près, les immigrants courent à sa rencontre. Il comprend ce qui s’est passé après son départ. Il revient sur ses traces et retourne à Borj Baji Moctar (poste frontalier algérien). Il revient un jour plus tard et trouve sur place seulement deux immigrants qui sont encore vivants. Ils lui racontent la tragédie. Les deux survivants font savoir que les autres sont partis. Le passeur répare sa voiture et entre en Algérie. Que sont devenus ceux qui ne se sont pas dévorés entre eux ? Ils sont certainement morts et ensevelis quelque part dans les dunes de sable.

Bien évidemment, il n’y a aucun recours contre ces organisations criminelles dont les réseaux sont bien implantés et ne cessent de grandir et de se ramifier dans les pays du Sahel.



Quel impact pour les Touaregs qui peuplent le Sahara.

Les Touaregs qui peuplent le Sahara du Nord du Mali ne peuvent qu’assister impuissants à ce trafic d’être humains -qui traverse leurs territoires- dont l’issue pour ces immigrants est souvent la mort. Ils tentent quand ils le peuvent de porter secours à ces êtres humains en danger. Et restent stupéfait face à cette absence de réactions des autorités politiques des pays du Sahel et des pays africains. Ils observent la tragédie, le sacrifice de centaines, voire de milliers de jeunes, d’hommes, de femmes. On voit là l’échec des politiques des dirigeants africains. Car la responsabilité n’est pas seulement imputable aux pays qui organisent les reconduites des immigrants clandestins dans leurs pays d’origine. Malgré la situation de citoyens de seconde zone dans laquelle l’Etat malien maintient les Touaregs depuis l’indépendance du pays, on pourrait s’étonner que très peu d’entre eux cherchent à émigrer vers l’Europe et qu’on ne les retrouve pas dans ces cohortes d’immigrants clandestins.





http://www.ttu.fr/francais/Dossiers/index.html
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur


messages : 6498
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Lun 11 Jan 2010 - 20:36

j'avais lu que ces convois de clandestins payent des droits de passage aux gendarmes algériens situés au sud! et que s'il y avait des femmes parmi eux, on les oblige à assouvir les besoins des gendarmes coupés dans ce désert
à prendre ou à laisser....

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
reese
Colonel
Colonel


messages : 1640
Inscrit le : 10/05/2009
Localisation : alger
Nationalité : Algerie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Lun 11 Jan 2010 - 20:52

j ai pas mal d amis dans les GGF et ils evitent generalement de se livrer a ce genre de commerce charnel avec des subsahariennes tout simplement a cause du SIDA . Tamarasset est la ville d'Algerie avec la plus grande prevalence de seropositifs en Algerie et ce n 'est pas un hasard ...
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mar 12 Jan 2010 - 4:05

Ce serait plutôt les soldats maliens qui pratiquent ce "droit de cuissage". Quand le camion de clandestins est arrêté dans un barrage, les soldats maliens choisissent les femmes qu'ils veulent dans le lot et "s'amusent" avec elles autant de temps qu'ils veulent. Ça peut durer jusqu'à deux à trois jours. Pendant ce temps, les autres attendent dans le camion...Puis, quand les soldats en ont fini, le voyage reprend Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mar 12 Jan 2010 - 12:00

ça se pratique même en algérie samy, j'ai moi même entendu des témoignages dans ce sens, par ici il y a beaucoup de clandestins subsahariens et ils racontent des choses affreuses... mais quel est l'intérêt d'en parler? car à défaut de preuves écrites ce que je dis passerait pour de la diffamation et de la provocation... mais je pense qu'à Rabat il y a aussi beaucoup de clandestins, va leur demander ce qu'ils leur arrive en algérie...

Dans le desert, l'humanisme est un mirage comme beaucoup de choses d'ailleurs... un mirage qui se dissipe à la première rencontre de l'Homme... pourquoi un gendarme algérien refuserait de faire subir à ces clandestins ce que fait un soldat malien?!
Revenir en haut Aller en bas
reese
Colonel
Colonel


messages : 1640
Inscrit le : 10/05/2009
Localisation : alger
Nationalité : Algerie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mar 12 Jan 2010 - 12:26

DSans cette region malheur au faibles ! mais il est clair a mes yeux que le Mali ou le Niger ne sont pas des Etats bien solides . Pas etonnant que les barbus s en donne a coeur joie la-bas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mar 12 Jan 2010 - 12:33

reese a écrit:
DSans cette region malheur au faibles ! mais il est clair a mes yeux que le Mali ou le Niger ne sont pas des Etats bien solides . Pas etonnant que les barbus s en donne a coeur joie la-bas

Tout à fait! seule l'algérie est immunisée contre les barbus... il n'y a que dans ce pays où les barbus ont la vie dure, ils ne tuent pas de civiles, ils ne circulent pas librement, ils ne font pas des embuscades contre les forces de l'ordres...

J'ai l'impression qu'on ne parle pas du même pays cher reese...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mar 12 Jan 2010 - 13:09

Raptor a écrit:
ça se pratique même en algérie samy, j'ai moi même entendu des témoignages dans ce sens, par ici il y a beaucoup de clandestins subsahariens et ils racontent des choses affreuses... mais quel est l'intérêt d'en parler? car à défaut de preuves écrites ce que je dis passerait pour de la diffamation et de la provocation... mais je pense qu'à Rabat il y a aussi beaucoup de clandestins, va leur demander ce qu'ils leur arrive en algérie...

Dans le desert, l'humanisme est un mirage comme beaucoup de choses d'ailleurs... un mirage qui se dissipe à la première rencontre de l'Homme... pourquoi un gendarme algérien refuserait de faire subir à ces clandestins ce que fait un soldat malien?!


Ca se pratique probablement en Algérie mais a part des "J'ai entendu, On m'a dit - dans un forum-" la presse Algerienne et internationale n'en a jamais fait l'écho, pourtant ce genre de témoignage s'ébruite rapidement une fois les immigrants arrivés a destination, un peu a l'image des accusations contre des soldats des FAR au Congo ou encore le traitement réservé aux Clandestins sub-saharien au Maroc lorsqu'ils furent abandonnés dans le Sahara puis récupérés par des GFF Algériens ou une embarcation volontairement heurté par la marine Royale causant une dizaine de morts etc etc.
Je rejoins donc Reese pour en conclure qu'il y a pas de place pour les faibles et que la vie d'un subsaharien ne vaut pas grand chose.

Les gouvernements Maliens Nigerians ou mauritaniens sont directement menacés et peuvent etre grandement déstabilisés par la situation au Sahel contrairement a l'Algérie
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mar 12 Jan 2010 - 13:19

Dr.Watson a écrit:

Je rejoins donc Reese pour en conclure qu'il y a pas de place pour les faibles et que la vie d'un subsaharien ne vaut pas grand chose.

ou sont vos principes de solidarité avec les faibles Laughing

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mar 12 Jan 2010 - 13:38

Yakuza a écrit:
Dr.Watson a écrit:

Je rejoins donc Reese pour en conclure qu'il y a pas de place pour les faibles et que la vie d'un subsaharien ne vaut pas grand chose.

ou sont vos principes de solidarité avec les faibles Laughing


Seulement les faibles sous occupations, les subsahariens ont un pays. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mar 12 Jan 2010 - 13:47

Dr.Watson a écrit:
..Ca se pratique probablement en Algérie mais a part des "J'ai entendu, On m'a dit - dans un forum-" la presse Algerienne et internationale n'en a jamais fait l'écho ...

Quand je veux connaitre la vérité cher docson je hiérarchise les preuves, pour moi c'est d'abord ce que je vois qui est le plus crédible, puis ce que j'entands des gens qui ont eux mêmes subit toutes sortes d'humiliation...et arpès ce que je peux trouver (ou pas ) dans un journal... ça c'est moi, ça n'engage que moi et je ne l'impose à personne Arrow

Raptor a écrit:
... mais quel est l'intérêt d'en parler? car à défaut de preuves écrites ce que je dis passerait pour de la diffamation et de la provocation...

Donc si tu crois qu'avec ce discours j'essaie de changer une quelconque conviction chez toi ou chez un autre tu te trompe cher docson, tu es libre de croire ce que tu veux (ce qui t'arrange), tu ne devrais même pas te sentir concerné par mon post...
Revenir en haut Aller en bas
reese
Colonel
Colonel


messages : 1640
Inscrit le : 10/05/2009
Localisation : alger
Nationalité : Algerie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 13 Jan 2010 - 11:29

Raptor a écrit:
reese a écrit:
DSans cette region malheur au faibles ! mais il est clair a mes yeux que le Mali ou le Niger ne sont pas des Etats bien solides . Pas etonnant que les barbus s en donne a coeur joie la-bas

Tout à fait! seule l'algérie est immunisée contre les barbus... il n'y a que dans ce pays où les barbus ont la vie dure, ils ne tuent pas de civiles, ils ne circulent pas librement, ils ne font pas des embuscades contre les forces de l'ordres...

J'ai l'impression qu'on ne parle pas du même pays cher reese...

tu as raison nous ne parlons pas du meme pays , ton calendrier semble bloqué en 1995 quand les barbus paradaient impunement dans les " zones libérées " aux portes d Alger . Comparer le Mali ou le Niger avec l Algerie je n oserais pas le faire sauf en football dans le cas du Mali
Revenir en haut Aller en bas
Nano
Colonel
Colonel


messages : 1532
Inscrit le : 18/05/2009
Localisation : Brest - Rabat
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Ven 21 Mai 2010 - 16:59

Citation :

Les liens entre le délitement du polisario et le développement du terrorisme au Sahel, de plus en plus étroits (ESISC)
Bruxelles- Les liens entre le délitement du Front Polisario et le développement du terrorisme au Sahel sont de plus en plus étroits et l'effondrement de ce mouvement alimente l'activité de l'organisation "Al Qaeda au Maghreb islamique" (AQMI), indique jeudi l'Institut européen des études stratégiques (ESISC), basé à Bruxelles.



"Si cette hypothèse reflétait à l'origine la simple crainte d'une dérive du Polisario, elle devient chaque jour un peu plus concrète, au point de faire désormais consensus chez les analystes de la situation sécuritaire dans la
région", souligne l'Esisc dans un rapport intitulé "Le front polisario et le développement du terrorisme au sahel".
"L'un des éléments majeurs qui motiverait les membres du Polisario désireux de rejoindre les rangs de l'AQMI ou d'autres organisations islamistes armées serait le fait que ces groupes tentent de cibler le Royaume du Maroc, le pays même que la propagande séparatiste leur a appris à haïr depuis leur enfance",
écrit l'Esisc.
Le rapport illustre par des exemples et des études, la diversité des liens qui existent entre le polisario et l'AQMI, démontrant que "des membres actifs du mouvement à la recherche de revenus complémentaires, tout comme des mercenaires qui cherchent à rentabiliser leur expérience passée dans les structures militaires du mouvement indépendantiste sahraoui, peuvent basculer dans le terrorisme après être vraisemblablement passés par diverses formes de trafic".
La criminalité, et notamment les trafics de drogue et d'armes qui se sont développés dans la région depuis quelques années, est apparue à de nombreux Sahraouis comme la seule perspective d'avenir viable, face à la frustration créée par le manque de perspectives politiques aujourd'hui offertes par la direction du Front Polisario, indique l'Esisc ."La diversité des voies qui mènent à cette dérive terroriste est une énième preuve du niveau avancé de décomposition du Front Polisario plus de trente-cinq ans après sa Création", note le document. Elle illustre également la complexité des enjeux sécuritaires de la région où il devient de plus en plus difficile de distinguer les terroristes des trafiquants en tout genre. Cette collusion entre terrorisme, trafic d'armes et de drogues, et membres anciens ou actuels d'un mouvement indépendantiste en décomposition a permis le développement de ce qui est présenté par l'Institut Thomas More comme une "industrie hybride de l'enlèvement" qui, grâce au paiement de rançons, finance le terrorisme et les activités de l'AQMI dans toute la région, ajoute le rapport.
L'Esisc indique que depuis quelques années, un intérêt certain de l'AQMI pour le Front Polisario, qui est devenu un des principaux bassins de recrutement de l'organisation terroriste, a été relevé.Il a affirmé que des jeunes Sahraouis désœuvrés pouvaient se laisser séduire par l'idéologie de l'AQMI, ajoutant que "les organisations terroristes puissantes telle al-Qaïda au Maghreb islamique sont des experts en matière de détection de personnes présentant de tels signes de vulnérabilité. Ainsi, les camps de Tindouf représentent une mine d'or potentielle pour les recruteurs de groupes comme AQMI".
"Si l'on prend également en considération le vide idéologique laissé par la faillite du marxisme-léninisme dont se réclamait le Polisario, on comprend aisément que l'islamisme radical se soit, pour certains, substitué au combat
indépendantiste", note le rapport.
Les ralliements à l'AQMI et à son idéologie djihadiste ne concernent pas que des "soldats" du Front Polisario, affirme l'Esisc."Des cadres de cette organisation ont également été gagnés par la contagion, ce qui peut s'avérer particulièrement dangereux puisque ces membres éminents du groupe sont à même d'en influencer d'autres et, donc, de devenir de véritables pôles de recrutement islamiste dans les camps", a-t-il ajouté.

Dernière
modification 20/05/2010 19:54.
©MAP-Tous droits réservés
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Jeu 10 Juin 2010 - 17:52

Dans le désert avec les combattants d'Al-Qaïda au Maghreb islamique

_________________
Revenir en haut Aller en bas
tantan
Victime
Victime


messages : 143
Inscrit le : 20/01/2010
Localisation : .
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 30 Juin 2010 - 20:40

Citation :
AFP - Onze gendarmes algériens ont été tués mercredi par un groupe d'islamistes près de la frontière avec le Mali, dans le grand sud, dans l'attentat le plus meurtrier qu'a connu l'Algérie depuis près d'une année, alors qu'un regain de violences a marqué le mois de juin.

Les onze gendarmes sont tombés dans une embuscade mercredi à l'aube près de Tinzaoutine, dans la région de Tamanrasset, à quelque 2.000 km au sud d'Alger près de la frontière avec le Mali, où un groupe d'islamistes a ouvert le feu sur leur convoi.

Le bilan s'établissait à onze morts parmi ces gendarmes, chargés de la surveillance des frontières, selon le quotidien El Watan, mais l'information n'a pas été confirmée officiellement.

Une source sécuritaire étrangère contactée par l'AFP à Bamako a confirmé ce bilan de 11 morts. "C'est un coup bien préparé", a-t-elle ajouté, en précisant que les islamistes ont deux prisonniers, dont l'un a été libéré pour être "porteur de message pour les officiels algériens".

Cet attentat contre les forces de sécurité est le plus meurtrier en Algérie depuis près d'une année, quand des islamistes avaient attaqué le 29 juillet 2009 un convoi militaire près de Tipaza, célèbre ville balnéaire située à 70 km à l'ouest d'Alger, faisant onze morts parmi les soldats.

L'attentat avait été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Le 22 octobre, six agents d'une société chargée de la sécurité d'un chantier de la société canadienne SNC Lavalin avaient été tués dans une embuscade près de Tizi Ouzou, en Kabylie (110 km à l'Est d'Alger).

Puis, le 3 avril 2010, sept agents de sécurité employés par une société de gardiennage et un militaire trouvaient la mort dans l'explosion de deux bombes dans la région de Béjaïa (250 km à l'est d'Alger), également en Kabylie.

Après une relative accalmie, un regain de violences marquait le mois de juin quand le 11, deux gendarmes et un civil algériens ainsi qu'un ressortissant chinois trouvaient la mort dans un attentat au véhicule piégé contre un barrage routier, toujours en Kabylie. Trois islamistes armés avaient été tués après l'explosion et deux autres au cours d'une opération distincte des forces de sécurité.

La plus grande partie des attentats se produisent en Kabylie mais d'autres régions sont également exposées.

Ainsi, cinq personnes étaient tuées et une blessée le 25 juin par des inconnus qui ont ouvert le feu sur les invités à une fête de mariage au douar Ghrab, près de Tebessa (650 km à l'est d'Alger).

La région du grand sud, où s'est produit ce nouvel attentat, est souvent dénoncée comme étant une zone "grise", où trafiquants en tous genres et islamistes armés sont particulièrement actifs.

Grâce à des liens d'affaires et familiaux tissés auprès des tribus nomades et des contrebandiers du désert, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui ne comprend pas plus de 300 hommes, trouve un financement avec les rançons pour l'échange d'otages occidentaux et son implication dans tous les trafics, selon des sources concordantes interrogées par l'AFP en Mauritanie, en Europe et aux Etats-Unis.

Pour faire face à cette menace, un comité d’état-major opérationnel conjoint entre l’Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger a été installé le 21 avril à Tamanrasset.

Une semaine auparavant, les chefs d'état-major de sept pays du Sahel (Algérie, Mali, Niger, Mauritanie, Libye, Tchad, Burkina Faso), réunis à Alger, avaient discuté des "moyens susceptibles de promouvoir la coopération et la coordination sécuritaire pour asseoir, ensemble, un mécanisme adéquat à même de prendre en charge le phénomène du terrorisme et ses connexes", avait indiqué le porte-parole de la réunion.

L'armée algérienne est "fermement" déterminée à éradiquer le phénomène terroriste, a affirmé mardi à Cherchel (ouest d'Alger) son chef d'état-major, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah.

france24
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Ven 2 Juil 2010 - 10:14

Citation :
Le Mali ouvre sa frontière contre Al-Qaïda
Le Mali a offert aux forces de sécurité algériennes de pénétrer sur son territoire pour traquer les insurgés d'Al Qaïda recherchés pour la mort de onze gendarmes gardes-frontières, tués mercredi à une quarantaine de km au nord de la frontière malienne, ont indiqué jeudi des sources militaires à Bamako. Bien qu'il soit peu probable qu'Alger l'accepte, cette proposition semble témoigner d'une volonté accrue des pays du pourtour du Sahel de coopérer dans la lutte contre Al Qaïda, qui a fait de ces immensités désertiques l'un de ses repaires et nouveaux champs de bataille. "L'armée algérienne peut franchir la frontière et poursuivre tout assaillant où qu'il soit sur le territoire malien (...)", a précisé cette source, qui a indiqué sous le sceau de l'anonymat qu'Alger et Bamako étaient déjà en contact pour étudier les mesures à prendre.

http://www.lejdd.fr/International/Afrique/Depeches/Le-Mali-ouvre-sa-frontiere-contre-Al-Qaida-204382/
Revenir en haut Aller en bas
Proton
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3498
Inscrit le : 27/06/2009
Localisation : Partout.
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Ven 2 Juil 2010 - 22:34

C'est pas Alquaida le problème, mais bien le FLN.. .
Regardez par exemple l'évolution du terrorisme en Afrique, dans quel pays il a commencer?
Dans quel pays il s'installe profondément, les voisins immédiat d'alger!
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Lutte contre le terrorisme au Sahel   Dim 1 Aoû 2010 - 2:31

Les Français semblent vouloir s'impliquer de manière plus que ponctuelle dans cette lutte
Citation :
TERRORISME
Un conseil de Défense convoqué à l'Elysée

Un Conseil de défense et de sécurité s'est tenu à l'Elysée ce vendredi soir pour examiner la situation au Sahel. C'est la deuxième réunion restreinte de ce type depuis l'annonce de l'exécution de l'otage français Michel Germaneau par un groupe terroriste de l'Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique), dimanche dernier.

Autour de la table : le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, le Premier ministre, François Fillon, le ministre de la Défense, Hervé Morin, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux et le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner.
http://www.leparisien.fr/politique/un-conseil-de-defense-convoque-a-l-elysee-30-07-2010-1017323.php
Revenir en haut Aller en bas
snak-boss
Aspirant
Aspirant


messages : 532
Inscrit le : 07/07/2010
Localisation : Belgique Liege
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 18 Aoû 2010 - 8:09

Les terroristes,une inventions de génie des USA et de ces larbins EUROPEEN...
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 18 Aoû 2010 - 17:44

Je ne te souhaiterai pas, Snak, de tomber entre les mains de ces cinglés de salafistes jihadistes. Toi, tu crois que tu es musulman comme eux, mais eux non No Ils nous considèrent tous comme des 'kouffars', des mécréants, parce qu'on a pas adopté le même mode de vie qu'eux. Tout musulman qui ne se soulèverait pas contre le 'taghout' armes à la main comme ils le font ne peut être, à leurs yeux, qu'un mécréant. Ce n'est pas pour rien qu'ils étaient devenus insupportables même pour les Talibans afghans, avant même l'invasion américaine. Ce n'est pas pour rien que les clans tribaux sunnites d'Irak ont préféré s'entendre avec les Américains et retourner leurs armes contre 'Al Qaëda fi biladi arrafidayne'. Leurs discours enflammés peuvent plaire à ceux qui ne les connaissent pas, mais à les fréquenter assidûment, ne serait ce que quelques semaines, et on fini très vite par changer d'avis à leur sujet.
C'est la raison pour laquelle ils ne lâchent jamais d'un pas leurs nouvelles recrues. Ils savent très bien que s'ils permettent à une juene recrue de réfléchir ne serait-ce qu'une seconde tout seul, il va prendre ses jambes à son coup et ils ne vont plus jamais le revoir Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
snak-boss
Aspirant
Aspirant


messages : 532
Inscrit le : 07/07/2010
Localisation : Belgique Liege
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 18 Aoû 2010 - 22:52

Ne t'inquiète pas Samy, le terrorisme est un truc tellement mauvais que je ne risque pas de tomber dans ce truc là (inchallah)!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur


messages : 6498
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Mer 8 Sep 2010 - 17:44

Citation :
Cash Kills

September 7, 2010: Al Qaeda is using cash, and coercion, to increase its power in the area south of Algeria. This can be seen in how al Qaeda arranged the release of one of their members (Omar Ahmed Ould Sidi Ould Hama) from a Mauritanian prison last month. This was apparently part of a secret deal to get two Spanish aid workers released by al Qaeda. Hama was aided by the intercession of UN recognized rebel group Polisario, and officials in Mali (where Hama was expelled to) who looked the other way as Hama promptly disappeared. Malian officials and Polisario have both been seduced by al Qaeda cash. Hama had been convicted of masterminding the kidnapping of three Spanish aid workers in late 2009, and sentenced to life. Now he is free again.
Polisario is an armed rebel group that could prove very useful to al Qaeda. Back in 1991, Morocco finally won the war against Polisario Front rebels, who were seeking independence for the Western Sahara (a region south of Morocco). Polisario is powerful in Mauritania, where the rebel group has official recognition and maintains several refugee camps. Because Polisario was so well-subsidized by Algeria, back when Algeria was a radical state, Polisario still has enough diehards out there to keep lots of people in Western Sahara unhappy. This provides a potential resource for al Qaeda and other Islamic radicals. For two decades, the UN has been trying and work out a final peace deal between Polasario and Morocco. In the 1990s, Algeria cut off all support for Polasario. But that, and UN efforts to mediate the differences, have just not worked.

The contested area is largely desert, and has a population of less than 300,000. Logic would have it that the area is better off as a part of Morocco. But there are still thousands of locals who would rather fight for independence, than submit to Morocco. Some resistance of this is tribal, with the Moroccans seen as another bunch of alien invaders (the area was administered, until 1976, as a Spanish colony). If the fighting breaks out again, possibly inspired by Islamic radicals, it could go on for years, just as it does in many other parts of Africa, and the immediate neighborhood.

Al Qaeda has established a lucrative cocaine smuggling operation in West Africa. As a result, the Islamic militants are believed to be building fortified bunkers in the mountains along the Mali border. They are doing this in cooperation with local tribal groups, who provide cover. Local security forces on both sides of the border are always out hunting for Islamic terrorists, so no one down there openly identifies themselves as such. But an increasing number of known Islamic terrorists from the north have been killed, captured or spotted in the south, and especially along the Mali border. The Islamic radicals are armed, and have turned to kidnapping foreigners and drug smuggling to pay for supplies, bribes and gifts for their new tribal buddies. Foreigners have been warned to stay out of the area, but there are always a small number of them too dumb, or adventurous, to stay away. The Islamic terrorists are believed to be helping move 50-100 tons of cocaine (and other drugs) a year, north to Mediterranean ports. Some of the smuggling fees are shared with local tribesmen, who have long engaged in some smuggling on the side. But the drugs are very valuable cargoes, and the Islamic radicals had the international connections (all up and down the coast of West Africa, as well as in South America) to put this deal together. The local tribes are suitably impressed. So are Western counter-terror forces. While there are only believed to be a few hundred Islamic terrorists operating along Algeria's southern border, there are nearly as many American Special Forces to the south, training African troops and police on the best methods for hunting and killing the newly arrived (in the last few years) Islamic terrorists. The relations with the local tribes, especially the powerful Tuareg, are complicated. The Tuareg are not fond of Islamic terrorism, but young Tuareg are allowed to work with al Qaeda as hired guns. The pay is good, and, so far, not too dangerous. But the young Tuareg are picking up some radical ideas from their al Qaeda bosses, and that is causing some tension with tribal leaders.

The drug smuggling is actually handled by Arab gangsters that are not terrorists. Al Qaeda gets paid lots of money to provide security for the drugs as they make the long run through the Sahara. The Tuareg provide local knowledge of the terrain, and people, at least in the far south. Meanwhile, along the border, Islamic radicals openly talk (on their web sites) of planning to overthrow the governments of Algeria, Mauritania and Mali. Given the sorry track record against Algeria, Islamic terrorism in Algeria's neighbors is seen more of a nuisance than real threat. In the more populated northern Algeria, the Islamic terrorists are able to launch one or two operations a month, and spend most of their time dodging army and police efforts to find the terrorist bases (mostly in rural areas.)

September 1, 2010: A suicide truck bomb went off near a military convoy, east of the capital. Two soldiers were killed and over twenty wounded. Al Qaeda later took credit for the attack.

August 28, 2010: About a hundred kilometers east of the capital, troops killed seven Islamic terrorists. One soldier was also killed. The al Qaeda groups have long established camps in the mountain forests in this region. The police and army constantly hunt for the camps.

August 26, 2010: About a hundred kilometers east of the capital, troops killed three Islamic terrorists.

August 19, 2010: Three soldiers were killed by a roadside bomb, that was set off 60 kilometers east of the capital.

August 16, 2010: Police arrested seven Libyans and accused them of being Islamic terrorists.

August 14, 2010: Bomb experts dismantled three bombs, found 54 kilometers east of the capital. The bombs were sound as troops searched the local forests for al Qaeda camps and weapons caches.

August 10, 2010: West of the capital, five soldiers were wounded when a newly planted landmine went off. The mine apparently belonged to a local al Qaeda group, that is buying mines on the black market, and using them to protect their camps and drug smuggling operations.

August 9, 2010: Soldiers killed an Islamic terrorist 110 kilometers east of the capital, and went in search of the camp the dead terrorist came from.

August 6, 2010: Al Qaeda assassins killed the uncooperative mayor of a town fifty kilometers east of the capital. The Islamic terrorist seek to force local officials to back off from helping counter-terrorism efforts.

August 1, 2010: The army cleared 5,960 landmines from eastern and western border areas. This effort was made possible by the French finally turning over the maps of minefields they planted in the 1950s and 60s.

http://www.strategypage.com/qnd/algeria/articles/20100907.aspx

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
Proton
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3498
Inscrit le : 27/06/2009
Localisation : Partout.
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Dim 19 Sep 2010 - 19:38

Le sahel devient un véritable coupe gorge, quand tu vois que les terroristes arrivent a tenir tete a une armée d'état, c'est bien le signe que ces groupes sont véritablement dangereux. Le Maroc de part ses liens historique avec les pays de la région, notamment la mauritanie, a le devoir de maintenir des unités combattante sur zone + soutien aérien, pour encadrer et épauler les mauritaniens dans cette lutte.

C'est la seule solution pour ne pas avoir un afghanistan bis a nos portes dans 5/10ans.
Revenir en haut Aller en bas
Samyadams
Administrateur
Administrateur


messages : 7057
Inscrit le : 14/08/2008
Localisation : Rabat Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Dim 19 Sep 2010 - 19:40

Younes a écrit:
Le sahel devient un véritable coupe gorge, quand tu vois que les terroristes arrivent a tenir tete a une armée d'état, c'est bien le signe que ces groupes sont véritablement dangereux. Le Maroc de part ses liens historique avec les pays de la région, notamment la mauritanie, a le devoir de maintenir des unités combattante sur zone + soutien aérien, pour encadrer et épauler les mauritaniens dans cette lutte.

C'est la seule solution pour ne pas avoir un afghanistan bis a nos portes dans 5/10ans.
Comme les Européens sont tout aussi concernés, il nous faut les convaincre de mettre la main à la poche Wink
Revenir en haut Aller en bas
Proton
General de Brigade
General de Brigade


messages : 3498
Inscrit le : 27/06/2009
Localisation : Partout.
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Dim 19 Sep 2010 - 20:23

Les Français savent que la région se radicalise, c'est dans leur intérêt que le Maroc se mêle de cette affaire. Smile
Nous somme le seul partenaire crédible de la région, l'algérie de son coté essaye de se positionner en seul interlocuteur en gonflant les morts coté nouakchott, 15 morts d'après alger, alor que l'armée mauritanienne parle de 6 morts. Une attitude qui démontre bien que les dirigeants algérien dans l'histoire, cherche uniquement a se positionner comme la" puissance de la région" et non combattre le terrorisme dans le fond.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le Sahel zone de non-droit   Aujourd'hui à 14:00

Revenir en haut Aller en bas
 
le Sahel zone de non-droit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 22Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11 ... 22  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lettre ouverte à M. Haddaoui et à qui de droit
» Droit de l'homme et démocratie
» L’ONE redresse difficilement la barre...et droit privé
» Les chrétiens ont-ils le droit d'exister....
» Zone Afrique Equatoriale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: