Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 AFRIQUE - toutes l'actualités

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
FAR SOLDIER
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4869
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Les Mureaux / Kenitra
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: AFRIQUE - toutes l'actualités   Jeu 28 Déc 2017 - 20:04

youssef_ma73 a écrit:
Weah nouveau président du Libéria avec 61% des voix.

Bonne chose pour le Maroc. Weah est un grand ami de notre pays, et je pense même qu'il a déjà rencontré le Roi. Il viens souvent au Maroc dans un cadre privé ou public pour des événements. 
Le Liberia est un pays d'Afrique de l'Ouest, notre zone "d'influence".

_________________



Administrateur - Page Officielle Facebook "FAR-MAROC" 
Suivez ce lien  Arrow  https://www.facebook.com/farmarocofficielle
Revenir en haut Aller en bas
BOUBOU
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3101
Inscrit le : 07/08/2008
Localisation : en territoire hostile
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: AFRIQUE - toutes l'actualités   Jeu 28 Déc 2017 - 20:25

C'est surtout bon pour le Liberia.
félicitation et bon courage à lui.

Il faut que SM Le Roi envisage une visite dans ce pays...lors d'une prochaine tournée.

_________________
L'homme sage est celui qui vient toujours chercher des conseils dabord, des armes on en trouve partout.

feu Hassan II.

http://www.youtube.com/watch?v=AbjNQ_5QvgQ
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1925
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: AFRIQUE - toutes l'actualités   Jeu 28 Déc 2017 - 21:22

Des dangers de l'aventure spatiale pour les pays africains :

Citation :
La Russie a perdu le satellite angolais AngoSat

L’agence spatiale russe Roscosmos a confirmé avoir perdu la connexion avec le satellite de télécommunications AngoSat. Le satellite angolais a été lancé au cosmodrome de Baïkonour le mardi 26 décembre.

Les représentants de Roscosmos ont rapporté à l’origine que la fusée Zenit-2SB avait réussi à installer le satellite en orbite. Cependant, la connexion au satellite a été perdue après sa séparation de l’étage supérieur. "tous les systèmes fonctionnaient normalement, cependant, le dernier contact a été perdu et la télémétrie a cessé de venir", a indiqué Roscosmos qui précise "La connexion peut être perdue en raison d’une défaillance de l’émetteur, d’une panne de batterie ou d’un ordinateur numérique"

Les experts ont précisé qu’ils espéraient pouvoir rétablir la connexion. "Il s’agit d’une situation normale, qui se produit parfois, bien sûr, il y a des chances que la communication et la télémétrie avec le satellite soient rétablies, et il continuera à fonctionner comme d’habitude".

On craint cependant que cela ne constitue un nouveau revers pour Roscosmos après que l’agence spatiale russe ait perdu son contact avec la fusée Soyouz 2.1b le 28 novembre dernier, quelques minutes après le lancement.

Le gouvernement angolais, qui a investi environ 320 millions de dollars dans le projet, AngoSat, conçu pour une mission de 15 ans, qui consistera à fournir Internet haute vitesse et la radio, la télévision et d’autres communications à l’ensemble de l’Afrique.

http://www.afrik.com/la-russie-a-perdu-le-satellite-angolais-angosat
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 10022
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: AFRIQUE - toutes l'actualités   Ven 29 Déc 2017 - 10:40

M.Georges Weah, grand ami du Maroc et partisan de notre cause nationale devient le nouveau président Libérien

_________________
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 10022
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: AFRIQUE - toutes l'actualités   Jeu 4 Jan 2018 - 12:19

Citation :
Se faire opérer en Afrique tue deux fois plus qu’ailleurs
AFP 03 Janv. 2018 à 21:46

Le taux de mortalité lors des opérations chirurgicales est deux fois plus élevé en Afrique qu’en moyenne dans le monde, ont affirmé mercredi des chercheurs dans une étude mettant au jour un fléau rarement discuté.

En théorie, la mortalité pourrait être moins élevée sur ce continent qu’ailleurs. Les patients y sont en effet plus jeunes et y subissent des interventions moins lourdes.


Mais d’après les auteurs de cette étude parue dans la revue médicale The Lancet, “près d’un patient sur cinq en Afrique a des complications après une opération”.

Et là où existent des chiffres comparables, à savoir dans la chirurgie non urgente, la mortalité atteint 1% sur le continent, contre 0,5% dans le monde.

L’étude est décrite comme la plus vaste et la plus fouillée sur la chirurgie africaine.

Elle a réuni plus de 30 chercheurs qui ont rassemblé les données de 247 hôpitaux dans 25 pays du continent, de l’Algérie à l’Afrique du Sud en passant par le Sénégal et les deux Congo. Ont été suivis les dossiers de 10.885 patients, dont un tiers ont subi une césarienne.

L’étude montre “qu’une pénurie de main-d’oeuvre et de ressources aboutissent à une chirurgie moins sûre dans la région. Pour améliorer ces résultats, elle appelle à une amélioration de la surveillance des patients pendant et juste après leur opération”, a souligné The Lancet.

Au total, 18,2% de ceux-ci ont connu des complications, et parmi eux presque un sur dix en sont morts. Pourtant, quatre patients sur cinq étaient considérés à risque faible, sachant leur jeune âge et leur bonne santé.

“Beaucoup de vies pourraient être sauvées par un suivi efficace des patients (…) Le résultat des opérations restera mauvais tant que le problème du manque de ressources ne sera pas réglé”, a affirmé le principal auteur, le Sud-Africain Bruce Biccard, de l’hôpital Groote Schuur au Cap.

D’autres experts se sont dits encore plus inquiets face à d’autres chiffres, exposant le besoin criant de chirurgie sur le continent.

L’Afrique ne connaît que 212 opérations pour 100.000 habitants par an, soit “20 fois moins” que nécessaire pour couvrir les besoins vitaux d’une population, ont relevé trois chercheurs.

Le continent compte 0,7 spécialiste de la chirurgie (chirurgiens, obstétriciens et anesthésistes) pour 100.000 habitants, loin des 20 à 40 qui seraient recommandés.

Si les patients meurent trop souvent, “l’absence de chirurgie en Afrique représente un tueur silencieux qui fait probablement plus de victimes”, ont déploré les chercheurs.

https://www.tsa-algerie.com/se-faire-operer-en-afrique-tue-deux-fois-plus-quailleurs/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
docleo
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 1849
Inscrit le : 03/09/2008
Localisation : de garde
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: AFRIQUE - toutes l'actualités   Jeu 4 Jan 2018 - 12:37

L article en question

Citation :
Background
There is a need to increase access to surgical treatments in African countries, but perioperative complications represent a major global health-care burden. There are few studies describing surgical outcomes in Africa.

Methods
We did a 7-day, international, prospective, observational cohort study of patients aged 18 years and older undergoing any inpatient surgery in 25 countries in Africa (the African Surgical Outcomes Study). We aimed to recruit as many hospitals as possible using a convenience sampling survey, and required data from at least ten hospitals per country (or half the surgical centres if there were fewer than ten hospitals) and data for at least 90% of eligible patients from each site. Each country selected one recruitment week between February and May, 2016. The primary outcome was in-hospital postoperative complications, assessed according to predefined criteria and graded as mild, moderate, or severe. Data were presented as median (IQR), mean (SD), or n (%), and compared using t tests. This study is registered on the South African National Health Research Database (KZ_2015RP7_22) and ClinicalTrials.gov (NCT03044899).

Findings
We recruited 11 422 patients (median 29 [IQR 10–70]) from 247 hospitals during the national cohort weeks. Hospitals served a median population of 810 000 people (IQR 200 000–2 000 000), with a combined number of specialist surgeons, obstetricians, and anaesthetists totalling 0·7 (0·2–1·9) per 100 000 population. Hospitals did a median of 212 (IQR 65–578) surgical procedures per 100 000 population each year. Patients were younger (mean age 38·5 years [SD 16·1]), with a lower risk profile (American Society of Anesthesiologists median score 1 [IQR 1–2]) than reported in high-income countries. 1253 (11%) patients were infected with HIV, 6504 procedures (57%) were urgent or emergent, and the most common procedure was caesarean delivery (3792 patients, 33%). Postoperative complications occurred in 1977 (18·2%, 95% CI 17·4–18·9]) of 10 885 patients. 239 (2·1%) of 11 193 patients died, 225 (94·1%) after the day of surgery. Infection was the most common complication (1156 [10·2%] of 10 970 patients), of whom 112 (9·7%) died.

Interpretation
Despite a low-risk profile and few postoperative complications, patients in Africa were twice as likely to die after surgery when compared with the global average for postoperative deaths. Initiatives to increase access to surgical treatments in Africa therefore should be coupled with improved surveillance for deteriorating physiology in patients who develop postoperative complications, and the resources necessary to achieve this objective.

_________________
John F. Kennedy: « Vous qui, comme moi, êtes Américains, ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. Vous qui, comme moi, êtes citoyens du monde, ne vous demandez pas ce que les États-Unis peuvent faire pour le monde, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le monde. ».
Revenir en haut Aller en bas
http://medecinsmaroc.xooit.com/index.php
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 22300
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: AFRIQUE - toutes l'actualités   Ven 5 Jan 2018 - 17:15

Citation :
Côte d'Ivoire: des tirs entendus dans un camp à Bouaké


AFP 05/01/2018


Des coups de feu ont été entendus dans la nuit de jeudi à vendredi dans un camp militaire de Bouaké (nord), épicentre des mutineries de soldats ivoiriens en 2017, ont rapporté des sources militaires et des habitants à l'AFP, invoquant un différent entre soldats.

"Cela impliquait des éléments du CCDO (centre de commandement de décision des opérations) et des éléments que nous n'avons pas pu identifier", a affirmé une source militaire sous couvert d'anonymat, sans plus de précision.
"Ça semble être une brève querelle entre policiers et CCDO. Il nous revient de façon récurrente qu'un élément du CCDO a essuyé un tir. Mais de qui on n'en sait rien", a annoncé une source proche de l'état-major des armées.
"Nous, militaires, n'envisageons aucun soulèvement. Il n'y a pas de raison de le faire. Les populations vaquent tranquillement à leurs occupations. Il n'y a absolument rien de grave. Nous demandons à notre tutelle de mettre tous les corps en uniforme sur le même pied d'égalité pour éviter des frustrations", a expliqué de son côté un soldat du 3e bataillon militaire.

Selon plusieurs habitants, "des coups de feu ont effectivement été entendu au centre ville". Mais vendredi matin, le calme régnait en ville.

Jeudi, le général Sekou Touré, chef d'état-major des armées ivoiriennes, a présenté "ses excuses à la Nation" pour les mutineries qui ont ébranlé le pays en 2017 et promis qu'en 2018 l'armée remplira "son devoir", à l'occasion de la cérémonie des voeux à la présidence ivoirienne.

D'anciens rebelles intégrés dans l'armée se sont mutinés en janvier puis en mai 2017, obtenant finalement le paiement de 12 millions de francs CFA (18.000 euros) pour chacun des 8.400 d'entre eux. Cette crise a terni l'image de stabilité retrouvée du pays après la crise politico-militaire de 2010-2011 et fragilisé le président Alassane Ouattara et l'équipe gouvernementale.

Dans son allocution télévisée de Nouvel An, le président Ouattara avait affirmé sa volonté de transformer l'armée en une force "véritablement républicaine".
Fin décembre, un millier de militaires ont quitté l'armée dans le cadre d'une réforme.

De source militaire, l'armée ivoirienne comptait avant ce départ, 23.000 hommes du rang (dont 13.000 issus de la rébellion qui a tenu le nord du pays de 2002 à 2011), et 15.000 sous-officiers.
Les autorités avaient promu massivement des militaires du rang, en intégrant d'anciens rebelles. Les experts estiment qu'une armée doit avoir 20/30% de sous-officiers et 65/70% de militaires du rang.

https://www.lorientlejour.com/article/1092733/cote-divoire-des-tirs-entendus-dans-un-camp-a-bouake.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 22300
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: AFRIQUE - toutes l'actualités   Lun 15 Jan 2018 - 17:39

Citation :
Le 5e plus gros diamant au monde découvert au Lesotho

 
Photo AFP/GEM DIAMONDS

AFP 15/01/2018

   
La société minière britannique Gem Diamonds a annoncé lundi avoir récemment extrait au Lesotho un diamant d'une masse exceptionnelle de 910 carats, déjà considéré comme l'un des cinq plus gros jamais découverts sur la planète.
Cette pierre, extraite de la très prolifique mine de Letseng, pourrait valoir jusqu'à 33 millions d'euros, a estimé dans une note l'analyste Ben Davis, du cabinet Liberum Capital.

"Depuis que Gem Diamonds a acquis la mine de Letseng en 2006, elle a produit quelques uns des diamants les plus intéressants au monde", s'est réjoui son PDG, Clifford Elphick.
"Ce diamant de pureté exceptionnelle est toutefois le plus gros extrait à ce jour de la mine de Letseng et illustre sa qualité, a ajouté le patron dans un communiqué.
Cette découverte a été saluée lundi matin à la bourse de Londres par une hausse de 14% du titre Gem Diamonds.

Petit royaume enclavé au cœur de l'Afrique du Sud, le Lesotho est l'un des pays les plus pauvres du monde.

Le plus gros diamant au monde est le Cullinan de 3.106 carats, qui avait été trouvé en Afrique du Sud en 1905. Il a été fractionné en plusieurs énormes pierres, dont les principales ornent le sceptre de sa majesté britannique et la couronne impériale qui font partie des joyaux de la Couronne britannique précieusement gardés à la Tour de Londres.

Le plus gros diamant jamais découvert depuis un siècle, d'un poids de 1.111 carats, a été extrait en 2015 d'une mine du Botswana.

https://www.lorientlejour.com/article/1094360/le-5e-plus-gros-diamant-au-monde-decouvert-au-lesotho.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 22300
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: AFRIQUE - toutes l'actualités   Lun 15 Jan 2018 - 23:12

Citation :
Zimbabwe: l'armée a mis en garde Mugabe contre un "lynchage" à la Kadhafi


AFP 15/01/2018


Les militaires zimbabwéens ont fait pression sur l'ex-président Robert Mugabe pour qu'il se retire en lui indiquant qu'il risquait d'être "lynché", comme l'ancien dirigeant libyen Muammar Kadhafi, s'il s'y refusait, a raconté un de ses proches.

Au pouvoir depuis 1980, M. Mugabe, 93 ans, a quitté le pouvoir en novembre dernier après un coup de force de l'armée et d'importantes manifestations de rue.

"Les généraux nous ont envoyé un message assez effrayant en nous disant +allez voir le président et dites-lui de bien prendre conscience de la situation+", a raconté à la presse son ancien porte-parole George Charamba.


"La possibilité existait d'un scénario à la libyenne, où le président aurait été arraché de sa résidence et lynché", a précisé M. Charamba dans un entretien publié dimanche par l'hebdomadaire local Daily News Sunday.

Le colonel Kadhafi a été renversé en août 2011 par un soulèvement populaire conjugué à une intervention militaire aérienne des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne.
En fuite, il a été tué deux mois plus tard par une foule en colère.

L'armée est intervenue au Zimbabwe après la destitution, sur injonction de la Première dame Grace Mugabe, du vice-président Emmerson Mnangagwa, favori pour succéder à M. Mugabe.
M. Mnangagwa a depuis été nommé président par intérim du pays, jusqu'aux élections générales prévues cette année.

M. Charamba, devenu le porte-parole du nouveau chef de l'Etat, a raconté au Daily News Sunday que Robert Mugabe avait tenté de sauver sa présidence en renommant M. Mnangagwa à son poste de vice-président.

A la fin de la crise, même Mme Mugabe a approuvé la décision de son mari de démissionner, a raconté M. Charamba.
"Même la Première dame y était favorable", a-t-il rapporté. "Quand un président ne contrôle plus les institutions qu'il est censé diriger, il y a un problème. Mais il faut noter que Mugabe n'a jamais refusé de démissionner, il voulait simplement le faire à sa façon", a précisé son conseiller.

https://www.lorientlejour.com/article/1094421/zimbabwe-larmee-a-mis-en-garde-mugabe-contre-un-lynchage-a-la-kadhafi.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 22300
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: AFRIQUE - toutes l'actualités   Mer 17 Jan 2018 - 18:59

Citation :
Une guerre entre l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie est-elle à craindre?

Posté dans Afrique par Laurent Lagneau Le 16-01-2018




En décembre, des centres de réflexion s’essaient à la prospective en tentant de déterminer les principales menaces auxquelles il faut de préparer pour l’année suivante. Ainsi, par exemple, le Council on Foreign Relations a placé l’éventualité d’un conflit dans la péninsule coréenne en haut de la liste.

Et de citer ensuite celle d’une confrontation armée entre l’Iran et les monarchies sunnites, voire entre la Chine et ses voisins, la rivalité entre la Russie et l’Otan, la situation en Syrie et en Afghanistan, la menace terroriste ou encore le risque d’une cyberattaque d’ampleur. Seulement, il n’est pas impossible qu’une autre région soit concernée par un conflit majeur en 2018.

Avec la présence de l’État islamique (EI) en Libye et dans le Sinaï, l’on peut penser que l’Égypte doit essentiellement faire face à la menace terroriste. Cela est vrai. Mais pas seulement. Deux autres risques sont en effet à prendre en considération.

Le premier concerne la construction, sur le Nil bleu, du barrage Grand Renaissance. Cet ouvrage, en passe d’être bientôt terminé, doit donnera à l’Éthiopie une capacité de de 15 000 gigawatts/heure chaque année, ce qui lui permettra de mettre un terme à la pénurie d’électricité et d’accélérer son industrialisation. Il s’agit donc d’un projet stratégique majeur pour Addis-Abeba.

Seulement, étant donné que sa mise en service va nécessiter la création d’un lac de 246 km de long (pour 67 milliards de mètre cube), l’Égypte s’inquiète pour le débit du Nil bleu… Et donc pour son approvisionnement en eau. D’où une négociation entre Le Caire et Addis-Abeba pour étaler le remplissage de façon à en limiter l’impact.

Or, l’Éthiopie veut aller vite afin d’arriver rapidement à une production optimale d’électricité. C’est à dire en moins de 5 ans. Mais le remplissage du lac de stockage dans un tel délai priverait l’Égypte d’environ 12% de ses besoins en eau (population, agriculture et industrie). Également concerné par ce dossier, le Soudan s’est rangé, en échange d’une partie de l’électricité qui sera produite par le barrage « Grande Renaissance », du côté des autorités éthiopiennes.

En décembre, le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, avait prévenu : le Nil est « une question de vie ou de mort » pour l’Égypte. Réponse d’Addis-Abeba : « Le barrage est aussi une question de vie ou de mort pour les Éthiopiens ». Depuis, les discussions sont au point mort. Dans ce contexte, Le Caire a amorcé un rapprochement avec l’Érythrée, pays avec lequel l’Éthiopie a été en guerre au début des années 2000 et qui n’entretient pas les meilleures relations qui soient avec le Soudan.

Ainsi, la semaine passée, Khartoum a décidé de fermer sa frontière avec l’Érythrée, annoncé l’état d’urgence dans deux de ses États de l’est et déployé des milliers de soldats, pour, officiellement, lutter contre le trafic d’armes illégales.

Par ailleurs, il faut faire avec les influences étrangères, à savoir l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis côté égyptien, ainsi que, côté soudanais, le Qatar et la Turquie. Le 25 décembre, à l’occasion d’une visite du président turc, Recep Tayyip Erdogan, Khartoum a concédé l’île de Suakin à Ankara, avec la possibilité d’y établir une base militaire donnant sur la mer Rouge, stratégique pour Le Caire (Canal de Suez oblige).



Or, les rapports entre l’Égypte et la Turquie ne sont pas au beau fixe, notamment en raison du soutien apporté par les autorités turques aux Frères musulmans. Cette annonce sur la concession de l’île de Suakin à Ankara a donc donné lieu à de nouvelles tensions diplomatiques entre Le Caire et Khartoum, alors déjà « plombées » par le litige portant sur le triangle frontalier de Halayeb.

Cette zone, riche en minerais, est gérée administrativement par l’Égypte depuis 2000, quand le Soudan retira ses dernières troupes de cette région contestée. Seulement, Kharthoum en revendique toujours la souveraineté et renouvelle régulièrement ses plaintes auprès des Nations unies.

Aussi, dans ce contexte, le président al-Sissi a adressé, le 15 janvier, une mise en garde à ses voisins. « L’Égypte ne fera pas la guerre à ses frères », « ne conspire pas et ne s’ingère pas dans les affaires des autres », a-t-il dit, lors d’un discours télévisé. « Les habitants du Soudan, d’Éthiopie et d’Égypte avaient besoin d’investissements, pas de guerres », a-t-il continué.

« Mais en même temps, il nous est demandé de préserver la vie de 100 millions d’Égyptiens », a ajouté le président égyptien, après avoir évoqué la puissance militaire de son pays et en affirmant « prononcer ces mots comme un message à nos frères au Soudan. »

http://www.opex360.com/2018/01/16/guerre-entre-legypte-soudan-lethiopie-a-craindre/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AFRIQUE - toutes l'actualités   

Revenir en haut Aller en bas
 
AFRIQUE - toutes l'actualités
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Actualité Evelyne Dhéliat
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Application du numérus clausus dans toutes les filières
» Revues Littéraires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: