Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant
AuteurMessage
freedom
Aspirant
Aspirant


messages : 502
Inscrit le : 06/04/2008
Localisation : France
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 11 Fév 2010 - 20:08

le problème, est que l'économie américaine est une économie de guerre, la guerre fait du bien à leur économie surtout si c'est en terre pétrolifère, et à defaut de grand conflit mondial, les petits conflit entretiennent leur économie.
Revenir en haut Aller en bas
YASSINE
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

messages : 438
Inscrit le : 21/12/2008
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 11 Fév 2010 - 20:44

freedom a écrit:
@Viper

je suis d'accord sur le fait que la chine est le meilleur choix sur le court terme, mais sur le long terme, l'économie américaine reprendra, et la maison blanche changera de hôte, et rien ne pourra empêcher les USA de réitérer le scénario irakien, à moins bien sur que les iraniens ne réussissent à construire leur bombe.
Evil or Very Mad
L’Iran et loin d’être l’Irak. Que ce soit sur le plan économique politique ou même militaire l’Iron est une réel puissance qui fait un peu trop de propagande serte mais qui reste redoutable ne t’inquiète pas que si c’était une proie facile les US, les sémitiques l ou même d’autre puissance l’aurai désintégrer
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6519
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Ven 19 Fév 2010 - 0:35

les iraniens ne peuvent plus compter sur l'objectivité et la neutralité de l'IAEA, comme cela a été le cas sous la présidence d'El baradei, l'organisation onusienne, deviendra un instrument occidental pour légitimer et défendre ses intérêts

Citation :
IAEA Fears Iran Working Now on Nuclear Warhead

VIENNA/WASHINGTON (Reuters) - The U.N. nuclear watchdog said on Thursday it fears Iran may be working now to develop a nuclear-armed missile, as Washington warned Tehran of "consequences" for ignoring international demands to stop its atomic program.
In unusually blunt language, an International Atomic Energy Agency report for the first time suggested Iran was actively pursuing nuclear weapons capability, throwing independent weight behind similar Western suspicions.
The IAEA seemed to be cautiously going public with concerns arising from a classified agency analysis leaked in part last year which concluded that Iran has already honed explosives expertise relevant to a workable nuclear weapon.
The report also confirmed Iran had produced its first small batch of uranium enriched to a higher purity -- 20 percent.
Both developments will intensify pressure on Iran to prove it is not covertly bent on "weaponizing" enrichment by allowing unfettered access for IAEA inspectors and investigators, something it rejects in protest at U.N. sanctions.
The United States is already leading a push for the U.N. Security Council to impose a fourth round of sanctions on Iran because of suspicions it may be developing nuclear weapons and has received declarations of support from Russia, which has until now been reluctant to expand sanctions.
"We always said that if Iran failed to live up to those international obligations, that there would be consequences," White House spokesman Robert Gibbs told reporters aboard Air Force One as President Barack Obama flew to a political event.
A senior Obama administration official said the IAEA report showed an "increasing pattern of non-cooperation" by Iran with the U.N. watchdog. The report also documented "significant technical problems" that Iran continues to have with its nuclear program, the official told reporters.
Tehran says its nuclear program is meant only to yield electricity or radio-isotopes for agriculture or medicine. It took an opposing view of the report's conclusions.
"The IAEA's new report confirmed Iran's peaceful nuclear activities and the country's non-deviation toward military purposes," Iran's envoy to the IAEA, Ali Asghar Soltanieh, told the state news agency IRNA.
INTELLIGENCE REPORTS
For several years, the IAEA has been investigating Western intelligence reports indicating Iran has coordinated efforts to process uranium, test explosives at high altitude and revamp a ballistic missile cone in a way suitable for a nuclear warhead.
In 2007, the United States issued an assessment saying Iran had halted such research in 2003 and probably not resumed it.
But its key Western allies believe Iran continued the program -- and the IAEA report offered independent support for that perception for the first time.
"The information available to the agency is extensive ... broadly consistent and credible in terms of the technical detail, the time frame in which the activities were conducted and the people and organizations involved," the report said.
"Altogether this raises concerns about the possible existence in Iran of past or current undisclosed activities related to the development of a nuclear payload for a missile."
IAEA's new chief, Yukiya Amano, is seen as more inclined to confront Iran than his predecessor, Mohamed ElBaradei, who retired on December 1.
"Now we see from (available intelligence) that certain activities may have continued after 2004," said a senior official close to the IAEA. "We want to find out from Iran what they've had to do with these nuclear explosive-related activities."
The U.S. director of National Intelligence concluded last year that Iran would not be technically able to devise a nuclear weapon before 2013. But a new intelligence estimate is due soon.
Iran has dismissed the intelligence reports cited by the IAEA as fabrication but failed to provide its own evidence. Tehran has boycotted contact with the IAEA on the matter for 18 months.
The report, to be considered at a March 1-5 meeting of the IAEA's 35-nation board, said it was vital for Iran to cooperate with IAEA investigators "without further delay."
HIGHER ENRICHMENT
Last week, Iran announced a start to higher-scale enrichment, saying it was frustrated at the collapse of an IAEA-backed plan for big powers to provide it with fuel rods for nuclear medicine made from uranium refined to 20 percent purity.
The IAEA report complained that Iran had begun feeding low-enriched uranium (LEU) into centrifuges for higher refinement before inspectors could get to the scene in the Natanz pilot enrichment facility.
"We have expressed our dissatisfaction," said the senior official close to the IAEA. "It is of paramount importance to have this information in a timely way to make sure there are no undeclared activities or facilities in Iran."
The big powers accused Iran of reneging on an agreement to ship out two-thirds of its LEU reserve to be turned into fuel rods for the medical reactor. This would have prevented Iran retaining enough of the material to fuel a nuclear weapon, if it were refined to about 90 percent purity.
Only France, one party to the U.N. draft deal, and Argentina are known to possess the technology. So analysts ask why Iran would enrich uranium well above its needs, except to lay the groundwork for producing bomb-grade uranium.
The report further said that Iran had increased its LEU stockpile by some 300 kg (660 pounds) to 2.06 tons since November -- enough for one or two nuclear bombs if enriched to 90 percent purity.
The IAEA said over nine-tenths of the LEU stockpile had been earmarked for enrichment up to 20 percent, a significant mark as further enrichment up to 90 percent may need only a few months.
But the report also attested to stagnating capacity at Natanz. It said the number of operating centrifuges had dropped to 3,772 from nearly 4,000.
This was well under half of all the machines installed in Natanz, the report indicated. Analysts and diplomats close to the IAEA say Iran may be having serious mechanical problems in keeping thousands of antiquated centrifuges running in unison.
But the senior official said Iran appeared to be shifting focus to a second enrichment site at Fordow near Qom, which Iran has said will preserve the program if foes bomb Natanz.
http://www.nytimes.com/reuters/2010/02/18/world/international-us-nuclear-iran-iaea.html

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Mar 23 Fév 2010 - 0:35


Citation :
Iran to build enrichment sites inside mountains

TEHRAN, Iran – Iran said Monday it plans to build two new uranium enrichment facilities deep inside mountains to protect them from attack, a new challenge to Western powers trying to curb Tehran's nuclear program for fear it is aimed at making weapons.

Ali Akbar Salehi, who is also Iran's vice president, said Tehran intends to use its more advanced centrifuges at the new sites, a decision that could add to growing concerns in the West over Tehran's program because the technology would allow Iran to accelerate the pace of its program.

The two plants are among 10 industrial scale uranium enrichment facilities Iran approved the construction of in November, a dramatic expansion of the program in defiance of U.N. demands it halt enrichment.

"Hopefully, we may begin construction of two new enrichment sites in the next Iranian year as ordered by the president," the semiofficial ISNA quoted Salehi as saying Monday. The Iranian calendar year begins March 21.

"As of now, our enrichment sites ... will be built inside mountains," Salehi added, according to ISNA.

The decision appears to be aimed at shielding the facilities from potential military attack.

Israel considers Iran's nuclear program a strategic threat, and has hinted at the possibility of airstrikes against Iran if world pressure does not halt Tehran's nuclear efforts.

The Israelis have launched such strikes in the past. In 1981, an Israeli air attack destroyed an unfinished nuclear reactor in Iraq. Israel also hit a suspected nuclear facility in Syria in September 2007.

Iran's enrichment of uranium is the central concern of the United States and other nations negotiating with the country over its disputed nuclear program. The technology can be used to generate fuel for power plants and isotopes for medical purposes, but it can also be used to make weapons-grade uranium for atomic bombs.

Tehran insists its enrichment work is only meant for peaceful purposes, but Washington and its allies worry the program masks efforts to build a nuclear weapon.

Tehran has already said it may install its more advanced centrifuges at its small enrichment site near the holy city of Qom, which was made public last September. The new centrifuges are more advanced than the decades-old P-1 type centrifuges in use at the country's main enrichment facility at Natanz, in central Iran.

Centrifuges are machines used to enrich uranium — a technology that can produce fuel for power plants or materials for a nuclear weapon. Uranium enriched to a low level is used to produce fuel, but further enrichment makes it suitable for use in building nuclear arms.

The new models will be able to enrich uranium much faster than the old ones — which means Iran could amass more material in a shorter space of time that could be turned into the fissile core of missiles, should Tehran choose to do so.

Salehi said the new enrichment sites will be equal to that of Natanz in terms of production capacity but smaller in geographical size, another indication that more advanced centrifuges will be installed, requiring less space to churn out the same enriched uranium.

More than 8,600 centrifuges have been set up in Natanz, but only about 3,800 are actively enriching uranium, according to the International Atomic Energy Agency. The facility will eventually house 54,000 centrifuges.

Tehran produced its first batch of uranium enriched to a higher level earlier this month, prompting the U.S. and its allies to seek new U.N. Security Council sanctions.

http://news.yahoo.com/s/ap/20100222/ap_on_re_mi_ea/iran_nuclear
Revenir en haut Aller en bas
Viper
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 7651
Inscrit le : 24/04/2007
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Ven 12 Mar 2010 - 0:54

Viper a écrit:

Pourquoi la Chine ne rentrera pas dans le jeu américain:


  • La chine a un besion irresistible de matière première pour le fonctionnement de son économie et sa passe par s'accaparer des ressources autres fois réservés à l'occident


Les Américains cherchent à rassurer les chinois su leur approvisionnement en pétrole, pour celà les autres pays producteur doivent garantir l'approvisionnement de la chine en cas d'embargo sur l'Iran ...( La chine importe 25% de son pétrole de l'Iran)


Citation :

Iran: Ryad veut convaincre Pékin


L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis semblent enclins à oeuvrer auprès de Pékin pour qu'elle soutienne de nouvelles sanctions contre Téhéran pour son programme nucléaire controversé, a déclaré aujourd'hui à Abou Dhabi le secrétaire américain à la Défense Robert Gates.

"J'ai le sentiment qu'il existe une volonté" chez les dirigeants saoudiens et émiratis d'utiliser leur poids en tant que pays (producteurs) de pétrole pour convaincre la Chine d'approuver de nouvelles sanctions contre Téhéran sur son programme nucléaire", a déclaré M. Gates.

Ryad et Abou Dhabi sont également disposés à effectuer la même démarche auprès de la Russie "même si cela est moins nécessaire", Moscou étant plus favorable à des sanctions contre la République islamique.

Robert Gates se trouvait aujourd'hui à Abou Dhabi, capitale des Emirats, après une première étape en Arabie saoudite. Hier, il avait plaidé auprès des dirigeants saoudiens la nécessité de soutenir les efforts de son pays pour des sanctions contre l'Iran. La campagne diplomatique américaine a suscité la colère du président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui a affirmé que son pays ne permettrait pas aux Occidentaux de semer le désordre dans le Golfe.

AFP

_________________
Gloire à nos aïeux  

Revenir en haut Aller en bas
tantan
Victime
Victime


messages : 143
Inscrit le : 20/01/2010
Localisation : .
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Sam 13 Mar 2010 - 5:51

Viper a écrit:
Viper a écrit:

Pourquoi la Chine ne rentrera pas dans le jeu américain:


  • La chine a un besion irresistible de matière première pour le fonctionnement de son économie et sa passe par s'accaparer des ressources autres fois réservés à l'occident


Les Américains cherchent à rassurer les chinois su leur approvisionnement en pétrole, pour celà les autres pays producteur doivent garantir l'approvisionnement de la chine en cas d'embargo sur l'Iran ...( La chine importe 25% de son pétrole de l'Iran)


Citation :

Iran: Ryad veut convaincre Pékin


L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis semblent enclins à oeuvrer auprès de Pékin pour qu'elle soutienne de nouvelles sanctions contre Téhéran pour son programme nucléaire controversé, a déclaré aujourd'hui à Abou Dhabi le secrétaire américain à la Défense Robert Gates.

"J'ai le sentiment qu'il existe une volonté" chez les dirigeants saoudiens et émiratis d'utiliser leur poids en tant que pays (producteurs) de pétrole pour convaincre la Chine d'approuver de nouvelles sanctions contre Téhéran sur son programme nucléaire", a déclaré M. Gates.

Ryad et Abou Dhabi sont également disposés à effectuer la même démarche auprès de la Russie "même si cela est moins nécessaire", Moscou étant plus favorable à des sanctions contre la République islamique.

Robert Gates se trouvait aujourd'hui à Abou Dhabi, capitale des Emirats, après une première étape en Arabie saoudite. Hier, il avait plaidé auprès des dirigeants saoudiens la nécessité de soutenir les efforts de son pays pour des sanctions contre l'Iran. La campagne diplomatique américaine a suscité la colère du président iranien Mahmoud Ahmadinejad qui a affirmé que son pays ne permettrait pas aux Occidentaux de semer le désordre dans le Golfe.

AFP
une augmentation de production c'est risquer de forte diminution de rendement des gisements deja qu'ils communiquent des fausse reserves pour faire augmenter leurs quota opep
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3326
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 1 Avr 2010 - 8:55

Citation :

Nucléaire : entre Israël et l'Iran, le pire n'est pas sûr

L'Etat d'Israël va-t-il procéder à des frappes aériennes pour
empêcher la République islamique d'Iran d'accèder à l'arme nucléaire ?
Le scénario est souvent évoqué, mais il est "tout sauf évident"
constate un excellent spécialiste, Samy Cohen, dans un article paru
dans le dernier numéro de Politique étrangère. Directeur de recherches
au CERI, Samy Cohen a mené l'enquête auprès des "principaux experts
israéliens des questions stratégiques
". Il en est revenu avec un
point de vue aussi informé que nuancé.
La "doctrine Begin" forgée lors de la destruction de la
centrale irakienne d'Osirak en 1981, puis une nouvelle fois lors de la
frappe sur un site nucléaire en Syrie (septembre 2007)
s'appliquera-t-elle à l'Iran ? Rien n'est moins sûr, estime l'auteur.
Pour trois raisons : la perception de la menace iranienne, les capacités
de l'armée de l'air et l'attitude des Etats-Unis.
Au delà des postures alarmistes, de nombreux experts israéliens
doutent du caractère inéluctable d'une attaque contre l'Etat hébreu.
Selon eux, l'Iran ne prendra pas le risque d'une seconde frappe
nucléaire, après un tir contre Israel. Bref, la dissuasion
fonctionnerait. La violence du discours antisioniste de la part de
Téhéran "vise à rassurer et anesthésier la vigilance des pays
arabes, en tentant de faire passer le message que la future ne leur est
pas destinée"...

"Le doute existe quant à la capacité de l'armée de l'Air de
détruire en une frappe unique les installations iraniennes et de venir à
bout de la protection de béton qui les protège"
note Samy Cohen.
Les 25 F-15E et les F-16IC de Heyl Ha'avir devraient s'y reprendre à
plusieurs fois, en subissant sans doute des pertes. Une telle frappe
pourrait n'être qu'un "demi-succès", ce qui mettrait
sérieusement à mal les capacités dissuasives de Tsahal. Par ailleurs,
une telle frappe déclencherait une longue guerre classique, impliquant
des tirs de roquettes du Hezbollah ou du Hamas. Quant à l'attitude des Etats-Unis, elle est encore plus défavorable
sous Obama que sous Bush... qui avait déjà refusé de livrer des bombes
capables de pénétrer certains bunkers. Israel pourrait-il prendre le
risque d'une "crise majeure" avec les Etats-Unis en passant
outre ? Peu de choses le laisse croire. D'autant qu'"en cas
d'accession de l'Iran au rang de puissance atomique, les bons liens avec
les Etats-Unis joueraient un rôle précieux
".
http://secretdefense.blogs.liberation.fr/
Revenir en haut Aller en bas
MAATAWI
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 14775
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Ven 21 Mai 2010 - 14:41

Citation :
Pentagon Plan to Beef Up Afghan Base Near Iran May Rile Regime
May 21 (Bloomberg) -- A U.S. plan to upgrade its airbase in southwestern Afghanistan just 20 miles from Iran’s border will likely rile the Islamic regime, bolstering suspicions the West is trying to pressure it with military might, analysts say.

The Defense Department is requesting $131 million in its fiscal year 2011 budget to upgrade Shindand Air Base so it can accommodate more commando helicopters, drone surveillance aircraft, fuel and munitions.

Plans to expand the base come as the U.S. works to strengthen the militaries and missile defenses of allies in the region and presses at the United Nations for a new round of sanctions aimed at forcing Iran to curb its nuclear program.

U.S. military officials say the base is only to support U.S. and Afghan military operations in Afghanistan. Iran will likely view the Shindand buildup as another step to squeeze it, said Kenneth Pollack, director of the Saban Center for Middle East Policy at the Brookings Institution in Washington.

“Whatever U.S. intentions, the Iranian regime will see it as a threat -- as another American effort to surround Iran with U.S. military forces,” Pollack said in an interview.

“The Iranians are almost certainly going to assume that a beefed-up intelligence, surveillance and reconnaissance presence is really about spying on them,” he said.

Andrew Krepinevich, president of the Center for Strategic and Budgetary Assessments in Washington, shares that view.

“The positioning of the base gives us the opportunity to monitor any efforts by Iran to serve as a sanctuary for anti- government Taliban and allied forces, and to support operations in Iran itself if that were to become necessary,” he said.

Sanctions

The Pentagon planning for Shindand comes as the U.S. is helping to strengthen missile defense systems in Israel and allied nations in the Persian Gulf.

The U.S. Navy is coordinating its ship-borne Aegis missile defense with Israel’s land-based systems, and Defense Secretary Robert Gates and other top U.S. military officials have encouraged Persian Gulf nations to strengthen and coordinate their individual defenses.

Saudi Arabia and the United Arab Emirates also are upgrading their air, ground and naval forces, spurred by Iran’s military buildup.

The United Arab Emirates has spent $18 billion since 2008 on U.S.-supplied training, munitions and equipment such as the Patriot missile defense built by Lockheed Martin Corp.

Fighter Jets, Missiles

Saudi Arabia has bought 72 Eurofighter Typhoon jets and is in negotiations to buy 24 more. The nation also has bought Sidewinder air-to-air missiles, laser-guided equipment to enhance the accuracy of its air-to-ground missiles, Black Hawk helicopters and U.S. kits to upgrade Apache helicopters and armored personnel carriers.

“We have worked hard in the region to build a network of shared early warning, of ballistic missile defense and of other security relationships,” General David Petraeus, the U.S. military commander in the Middle East and Central Asia, told the Senate Armed Services Committee on March 16.

Strengthening Gulf partners is important because containing Iran “will be a challenge as long as Iran’s theocracy keeps building asymmetric forces, moving towards nuclear capability and using proxies and non-state actors in neighboring states,” Anthony Cordesman, a military analyst at the Center for Strategic and International Studies in Washington, said.

Asymmetric forces are used in an attempt to offset the capabilities of a more advanced military foe. Iran might deploy speedboats in a swarm to attack U.S. warships, military officials have said.

Containment Strategy

Iran will view the U.S. base expansion and acceleration of “missile defense and other systems in the Gulf states” as part of a containment strategy, said Kenneth Katzman, a Middle East analyst with the non-partisan Congressional Research Service.

The U.S. should be prepared for what could be a vigorous reaction, he said. “‘Iran will almost certainly respond by stepping up weapons shipments to Taliban militants in Herat and Farah provinces, and Tehran might direct these militants to use the assistance to attempt attacks on the airfield,” he said.

Pollack gave a similar warning. “We need to go in with eyes wide open that we could be provoking them,” he said. “We should not be expanding our operations in this area unless we are ready to deal with the potential.”

Michael O’Hanlon, a military analyst for the Brookings Institution who is in Afghanistan, said he heard from U.S. military officials that Shindand is in line for “a limited tactical expansion for Afghan-specific purposes.”

“I think it would be a big mistake to provoke Iran with an airfield actually designed for possible operations there and potentially encourage Tehran to up its involvement in Afghanistan,” O’Hanlon said. “So I am hoping that we have no such designs and doubt that we do in fact.”
businessweek.com

_________________
Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autres
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 27 Mai 2010 - 13:38

Nucléaire: appel d'Ankara à ne pas rejeter l'accord Turquie-Iran-Brésil

http://www.lemonde.fr/depeches/2010/05/27/nucleaire-appel-d-ankara-a-ne-pas-rejeter-l-accord-turquie-iran-bresil_3244_108_42561905.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Ven 28 Mai 2010 - 12:00

Nucléaire: la colère de Lula et Erdogan

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/05/27/97001-20100527FILWWW00667-nucleaire-la-colere-de-lula-et-erdogan.php
Revenir en haut Aller en bas
Viper
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 7651
Inscrit le : 24/04/2007
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Ven 28 Mai 2010 - 23:52

Citation :
La crise iranienne provoque une crispation des rapports turco-américains

La médiation de la Turquie sur le dossier nucléaire iranien a provoqué un coup de froid dans les rapports d'Ankara avec ses alliés israélien et américain, ce dernier n'ayant rien cédé dans sa détermination à infliger à l'Iran de nouvelles sanctions. En visite jeudi au Brésil, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan n'a pas mâché ses mots. Il a accusé les pays opposés à l'accord Iran-Turquie-Brésil annoncé le 17 mai pour l'échange de combustible nucléaire, d'être "jaloux" de ce "succès diplomatique" de deux pays émergents, de plus en plus actifs sur la scène internationale. Ces pays, membres non-permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, ont, selon les observateurs, volé la vedette aux grandes puissances qui négocient en vain avec l'Iran sur son programme nucléaire controversé. Malgré l'accord irano-turco-brésilien, les Etats-Unis ont entraîné les autres puissances chargées du dossier (Chine, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne) vers un nouveau projet de sanctions contre Téhéran, qui a été présenté au Conseil de sécurité de l'ONU le 18 mai, soit le lendemain de l'accord arraché par Brasilia et Ankara au prix de difficiles tractations. Jeudi, le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères Burak Özügergin a critiqué l'acharnement américain à sanctionner l'Iran, pays voisin de la Turquie, évoquant une "situation absurde". "Soumettre la résolution au lendemain du plan signifie que vous avez choisi de fermer les yeux sur certains développements", a-t-il noté. Face à cette tension croissante entre Ankara et Washington, le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu doit se rendre mardi à Washington pour rencontrer son homologue Hillary Clinton, rapporte le journal Milliyet. Interrogé par l'AFP, le ministère turc des Affaires étrangères n'a ni confirmé ni infirmé cette information. "La Turquie veut empêcher une escalade des tensions avec l'Iran, pour éviter d'en souffrir économiquement", explique Sedat Laçiner, du centre de recherche USAK. "Elle cherche de bonne foi à trouver une issue négociée à la crise en tant que puissance régionale", a-t-il dit. Le volume des échanges turco-iraniens devrait passer à plus de 40 milliards de dollars sur les cinq prochaines années, selon les estimations. Israël, dont les relations avec la Turquie sont au plus bas, a quant à lui qualifié mardi d'"imposture" le plan Iran-Turquie-Brésil, par la voix de son Premier ministre Benjamin Netanyahu. Les relations entre Israël et la Turquie, montrés longtemps en exemple dans la région, se sont dégradées depuis l'offensive israélienne à Gaza, pendant l'hiver 2008-2009. Membre musulman de l'OTAN, la Turquie fait figure de pont entre l'Orient et l'Occident. Elle a développé ses liens avec les pays musulmans depuis l'arrivée au pouvoir en 2002 du Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) du Premier ministre Erdogan. Mais malgré ses positions en faveur des Palestiniens et cette initiative sur le nucléaire iranien, les spécialistes sont d'avis que la Turquie est loin d'un divorce avec l'Occident. Ses rapports avec l'OTAN et l'Union européenne sont cruciaux. Mehmet Ali Birand, éditorialiste au journal Turkish Daily News, pense que les pressions américaines sur Ankara vont augmenter, dans le dossier iranien. "Les Etats-Unis n'abandonnent pas d'anciennes habitudes. Ils essayent de régler leurs problèmes avec le régime islamique par une main de fer dans un gant de velours. Et veulent attirer la Turquie en particulier, dans cette politique", dit-il. Washington croit que la Turquie agit par idéologie pro-islamiste, "mais c'est faux", ajoute-t-il, estimant que "la Turquie s'oppose à l'arme nucléaire dans sa région" aussi bien en Iran qu'en Israël.


le monde.fr

_________________
Gloire à nos aïeux  

Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6519
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 10 Juin 2010 - 0:20

l'occident a récompensé Israël en précipitant de rudes sanctions contre l'Iran
je ne sais pas ce qui empêche les pays émergents à quitter cette foutu ONU et créer une nouvelle institution mondial où un pays égale à un vote ni moins ni plus


Citation :
Israel: Iran sanctions a good start
By E.B. SOLOMONT AND HERB KEINON
06/10/2010 01:07

After months of negotiations, the UN Security Council passed a fourth set of sanctions against Iran on Wednesday, in the hope of stopping Teheran from developing a nuclear weapon.

The 15-member Security Council approved the resolution by a vote of 12 to 2, with Lebanon abstaining. Brazil and Turkey, which had been working to broker a deal with Iran ahead of the sanctions vote, voted against.

RELATED:
Lieberman: Turkey will not change
German nuke tech reaching Iran via Dubai

After the vote, US Ambassador to the UN Susan Rice said the sanctions were “as tough as they are smart and precise.”

The final resolution takes aim at Iran’s Revolutionary Guard Corps and military industry and prohibits Iran from buying certain heavy weapons. It subjects cargo to inspections and names 40 Iranian companies and organizations subject to new sanctions.

It names one individual, Javad Rahiqi, who heads the Atomic Energy Organization of Iran’s Esfahan Nuclear Technology Center. Finally, it calls on countries to block certain financial transactions.

“Today, the Security Council has responded decisively to the grave threat to international peace and security posed by Iran’s failure to live up to its obligations under the Nuclear Non-Proliferation Treaty,” Rice said. “We are at this point because the government of Iran has chosen clearly and willfully to violate its commitments to the IAEA and the resolutions of this council.”

Despite consistent and longstanding demands by the international community, Iran has not suspended its uranium enrichment and other proliferation-related activities.

Israel expects energy-sector sanctions by West

Still, the sanctions fell short of some expectations, with modest increases from previous measures, and the resolution did not garner a unanimous vote in the Security Council.

Israel, which for months has been calling for “crippling” sanctions targeting Iran’s energy sector, issued a statement welcoming the new UN sanctions as an “important step,” but saying that additional steps were needed.

“This is the sixth resolution demanding that Iran suspend its enrichments and cooperate with the IAEA,” a carefully worded statement issued by the Foreign Ministry read. “Iran blatantly violated all the previous resolutions, and demonstrates blatant disregard for the international community and its institutions. There is great importance in the full and immediate implementation of this resolution.”

The statement said that it was clear this UN resolution by itself was “not enough,” and that what was necessary now was for additional “significant steps” to be taken by various countries and international groupings.

In an obvious reference to the need to hit the Islamic Republic’s energy sector, the statement read that “only such sanctions that focus on a variety of sectors in Iran are liable to impact on the Iranian decision-making process.”

“Broad and determined” international action was necessary to make clear to Teheran the price of continuing to ignore the international community’s demands, the Foreign Ministry statement said.

“The ramifications of a marriage between Iran’s extremist ideology and nuclear weapons would be catastrophic,” it warned.

Brazil, Turkey remain opposed to sanctions

Ahead of the vote, representatives of Brazil, Turkey and Lebanon criticized the Security Council decision to embrace sanctions. Last month, Brazil and Turkey brokered a deal with Iran to swap low-enriched uranium for reactor fuel.

“We do not see sanctions as an effective institution in this case,” said the Brazilian envoy, Maria Luiza Ribeiro Viotti. Sanctions would “lead to the suffering of the people of Iran,” she said, and they “run counter to efforts of Brazil and Turkey to engage Iran.”

On Wednesday morning, hours ahead of the sanctions vote, the United States, Russia and France rejected the nuclear deal.

“The facts are clear,” the French UN envoy, Gérard Araud, said following the Security Council vote. The council was forced to react firmly, or else send a message to Iran and its allies to “go ahead” and pursue nuclear weapons.

“Iran has spared no effort to avoid the substance of an agreement,” Araud said, accusing Iran of using the agreement as an “alibi to avoid discussion of its nuclear program.”

Deputy Foreign Minister Danny Ayalon, currently in New York, issued a statement characterizing the decision as “historic” and took a veiled jab at Turkey.

“History will judge the nations according to their vote, and whether they chose narrow, cynical interests, or the interests of peace and stability,” he said.

What was important now was to “supervise the implementation of the sanctions,” Ayalon said.

Obama: Iran only NPT signatory IAEA unconvinced is peaceful

US President Barack Obama called the sanctions the toughest and most comprehensive sanctions ever passed against the Islamic Republic.

“This resolution will put in place the toughest sanctions ever faced by the Iranian government, and it sends an unmistakable message about the international community’s commitment to stopping the spread of nuclear weapons,” he said.

“Indeed, Iran is the only NPT signatory in the world – the only one – that cannot convince the IAEA that its nuclear program is intended for peaceful purposes,” he said. “That’s why the international community was compelled to impose these serious consequences.”

The Iranian envoy to the UN, however, accused Security Council members of a “politically motivated” vote. Citing “many false accusations against Iran,” Ambassador Muhammad Khazaee said, “No amount of pressure and mischief will be able to break our nation’s determination to pursue and defend its legal and inalienable rights.”

During the vote, only Lebanon mentioned Israel.

“Israel is the only country in the region who holds nuclear weapons,” the Lebanese representative said. Israel should sign onto the Non-Proliferation Treaty as a non-weapon state, and submit its facilities to IAEA inspection.

In a statement, the foreign ministers of China, France, Germany, Russia, the UK and the US stressed that the door is “open for continued engagement.”

“The aim of our efforts is to achieve a comprehensive and long-term settlement which would restore international confidence in the peaceful nature of Iran’s nuclear program, while respecting Iran’s legitimate rights to the peaceful use of atomic energy,” the statement said.

Harsher Western sanctions on the way

The resolution is likely to become a precursor for harsher measures from the United States and the European Union, whose leaders are expected to discuss additional measures later this month.

Versions of the Iran Refined Petroleum Sanctions Act are being finalized in the US Senate and House of Representatives.

“In the coming days, pressure on Iran will only grow,” Sen. John Kerry (D-Massachusetts), chairman of the Senate Foreign Relations Committee, said in a statement on Wednesday.

Iranian President Mahmoud Ahmadinejad said the new sanctions were “worthless” and should only go into “the trash bin,” in a report cited by Bloomberg News.

Khazaee accused the United States, Britain and their allies of abusing the Security Council to attack his country.

“Iran is one of the most powerful and stable countries in the region and never bowed – and will never bow – to the hostile actions and pressures by these few powers and will continue to defend its rights,” he declared
.

http://www.jpost.com/IranianThreat/News/Article.aspx?id=177983

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 10 Juin 2010 - 0:54

ce qui m´a choqué le plus c´est le volte face des russes/chinois Rolling Eyes
comme quoi,meme avec l´argent/petrol rien n´est sure,quand l´USA veut,elle peut

_________________
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6519
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 10 Juin 2010 - 1:01

je pense qu'on les a forcé ! la Chine on la tient par le Taiwan et le Tibet, et la Russie par la Géorgie kossova...
les nouvelles sanctions interdisent l'export à l'Iran de tout armement lourd, notamment les chasseurs, DCA...
ils pourront dire Adieu aux S300, J10..... ce qui me deçoit c'est que les arabes, n'ont pas bien profité de cette crise pour dénucléariser le moyen-orient, en soutenant l'iran pour pointer Israel des doigts

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9679
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 10 Juin 2010 - 10:56

l'erreur stréatégique d'ahmadinedjad, c'est son outrance, et ne pas avoir su s'attacher mieux que ça sa relation avec la russie et la chine. Ces 2 pays ne l'on laché que parce que ce qu'il offre est en deça ce qu'offre les autres....
l'iran se mets dans une situation dangereuse compte tenu de son exposition à un embargo. Je ne comprend pas que l'iran sit en mesure de construire des usines d'enrichissement, mais pas de raffinerie !!! avoir la Bombe et importer du gaz oil, c'est moyen. Ils se mettent eux meme en situation de dépendance et de risque. Si au moins ils avaient assurer une auto-suffisance en matière d'essence....

PGM
Revenir en haut Aller en bas
Nano
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1539
Inscrit le : 18/05/2009
Localisation : Brest - Rabat
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 10 Juin 2010 - 11:43

Encore quelques années et ils auront assez d'uranium enrichi ( il faut qu'ils arrivent à du 80 à 85%) pour fabriquer l'arme atomique. c'est quite ou double, soit ils réussisent à le faire et la il demanderont la levé totale des sanctions et une normalisation des relations, à coté de sa il s'en serviront aussi pour demander à Israel de signer le TNP sinon ils menanceront de ne pas le signer à leur tour ( en sachant trés bien qu'israel ne le ferai pas...) cela leur donnera une certaine légitimité au yeux de la comunauté internationale et de la rue arabe. Par la suite ils rattraperont leur retard au niveau du raffinage ( PGM je me demande si ils ont délibérément négligé cela pour privilégier leur relation avec les Chinois chez qui ils importent de l'essence etc..). Par contre s'ils échouent je vous laisse deviner les conséquences sur le régime iranien....
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9679
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 10 Juin 2010 - 14:25

A la place des iraniens, je ferais la chose suivante : je déclarerai officiellement être en mesure de construire une Bombe (pays dit du "seuil"), mais ne le ferais pas. Contre l'engagement de ne pas aller plus loin, je demande un dénucléarisation de la région. Un pays du "seuil" doit en theorie être en mesure d'assembler une bombre en quelques mois. La communauté international ne pourra rien faire. L'acquis et le savoir faire iranien ne peuvent lui être enlevé.
Ceci dit, entre posséder la matière fissile et être dissuassif, il y a un grand pas : vecteur fiable avec des aides à la pénétration pointues, des charges miniaturisées et mirvés, une capacité de seconde frappe etc etc..bref on en est loin. Et puis quand on veut la bombe on ne l'ouvre pas a tout bout de champs avec des démonstration de force.Un bombe ça réclame d'abord de la discrétion.

PGM
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3326
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 10 Juin 2010 - 14:38

ces nouvelles sanctions n'iront pas loin l'Iran est quand même un grand client de la chine et de la Russie et si ils venaient a passer de gros contrat l'appel de l'argent rendra ces sanctions caduque et sans fondement et c'est ce que les iranien devront faire c'est maintenant ou jamais qu'il faut passer ses contrat et pas seulement en armement mais dans tous les domaine surtout s'il venaient a monter des projets d'avenir ou la coopération avec la chine et la Russie devait durer
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9679
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 10 Juin 2010 - 14:52

Younes,

Chine et russie ont DEJA voté les sanctions. Déjà que l'iran est observé à la loupe (israel + USA), je ne vois pas comment la russie pourrait transférer des armes sans éveiller de soupsçons. Rappelles-toi l'histoire de l'artic sea (bateau supposé contenir des armes détourné sans doute par le mossad en haute mer, selon les infos c'etait un chargement de bois pour alger). C'est simple, l'iran, ne peut pas bouger le petit doigt sans que ça se sache.

Quand les USA ont envahit l'irak, il semble que les russes ai transmis nombre d'infos à l'Army.
Cdt
PGM
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3326
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 10 Juin 2010 - 15:23

je ne dis pas que ça sera secret et que personne ne le saura je dis juste que l'argent qui sera mit en jeu fera que ces sanctions ne seront pas respecter par la russie et encore moins la chine pourquoi ils devraient perdre un gros client comme ça pour faire plaisir au amerlocs ils laisseront les choses se tasser et apres tu verra en plus il y'a toujours les anciens du bloc sovietique comme la bielorussie et l'ukraine qui ne respectent pas tout le temps ce genre de sanction et encore moins la chine on connais tous l'appetit de la chine elle prend tout ce qui lui tombe entre les mains on parle un peu plus en haut de l'incapacité de l'iran a raffiner son petrol et donc elle importe l'essense et tou les derivé du petrole c'est le bon moment de lancer un contrat avec la russi et la chine pour la construction de raffinerie un contrat qui dure une quinzaine voir vingtaine d'année les russes et les chinois ne cracheront pas dessus et c'est qu'un début
le programme nucléaire iranien est en partie construit grâce au chinois et aux russe c'est évident sachant que l'Iran continu dans cette voix les deux puissance chercheront a se positionner surtout si ça marche avec l'Iran d'autre pays suivront et donc encore plus de contrat pour les deux puissances et politiquement parlant ça prouverai que la chine et la Russie savent se démarquer et prendre leur distance avec les USA
Revenir en haut Aller en bas
MAATAWI
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 14775
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Jeu 10 Juin 2010 - 15:57

FAMAS a écrit:
je pense qu'on les a forcé ! la Chine on la tient par le Taiwan et le Tibet, et la Russie par la Géorgie kossova...
les nouvelles sanctions interdisent l'export à l'Iran de tout armement lourd, notamment les chasseurs, DCA...
ils pourront dire Adieu aux S300, J10..... ce qui me deçoit c'est que les arabes, n'ont pas bien profité de cette crise pour dénucléariser le moyen-orient, en soutenant l'iran pour pointer Israel des doigts

Citation :
Sanctions contre l’Iran : les S-300 russes pas concernés (diplomate)

Les livraisons de systèmes antiaériens S-300 russes en Iran ne tombent pas sous le coup de la nouvelle résolution du Conseil de sécurité prise à l’encontre de Téhéran, a déclaré jeudi le porte-parole de la diplomatie russe Andreï Nesterenko lors d’un point de presse à Moscou.

« La résolution adoptée hier par le Conseil de sécurité à l’encontre de l’Iran contient des références aux armes interdites d'exportation vers l'Iran, je peux vous dire que les missiles de DCA, à l’exception des systèmes portables, ne figurent pas sur la liste », a répondu le diplomate russe interrogé sur le contenu de la résolution.

Mercredi, le Conseil de sécurité de l’Onu a adopté une résolution imposant à l’Iran de nouvelles sanctions à la suite de son refus d’arrêter ses travaux d'enrichissement d’uranium. 12 pays membres ont voté pour, la Turquie et le Brésil se sont prononcés contre, le Liban s’est abstenu.
RIA Novosti

_________________
Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autres
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Ven 11 Juin 2010 - 9:17

interessant le resultat du war-game!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
MAATAWI
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 14775
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Ven 11 Juin 2010 - 17:00

(Tla3 t9ahwa hbet chkoun galhalek)

Citation :
Les sanctions contre l'Iran concernent les S-300 (experts)

Après avoir analysé la résolution 1929 du Conseil de sécurité de l'ONU, le Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique a conclu que les nouvelles sanctions décrétées contre l'Iran interdisaient la livraison de systèmes antiaériens S-300 à ce pays, lit-on dans un communiqué officiel du Service.

"L'analyse des dispositions de la résolution 1929 adoptée le 9 juin 2010 par le Conseil de sécurité de l'ONU a amené les experts du Service fédéral pour la coopération militaire et technique à conclure que les restrictions et les exigences formulées dans ce document visaient la fourniture de missiles S-300 à l'Iran", indique le communiqué.

Selon les experts, le montant du contrat de livraison de ces armes s'élève à environ 800 millions de dollars et celui du dédit à environ 400 millions
RIA Novosti

_________________
Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autres
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Ven 11 Juin 2010 - 18:59

dans les temps du couscous on ne pense pas a l´omelette,si la russie etait encore en crise elle n´aurait pas joué ce yo-yo chaque jour,l´iran doit voir chez les bielorusses ou ukrainiens,ceux la feront tout pour 800M$

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jonas
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3326
Inscrit le : 11/02/2008
Localisation : far-maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   Mer 16 Juin 2010 - 21:58

Citation :


Nouveau rapport de l’AIEA sur l’Iran: les soupçons s’accumulent


Une réunion du Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) s’est ouverte lundi à Vienne.

Le
rapport du directeur général de l’AIEA Yukio Amano sur le programme
nucléaire iranien diffusé la semaine dernière parmi les membres du
Conseil y retiendra un intérêt particulier. Refusant de respecter les
résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et du Conseil des
gouverneurs de l’AIEA, la République islamique d’Iran jette, en fait,
un défi à la communauté internationale, ce qui implique une réponse
adéquate, c’est-à-dire des sanctions.

Le rapport accorde une
attention particulière à deux sites nucléaires de Natanz: une
entreprise d’enrichissement d’uranium qui produit de l’uranium
faiblement enrichi et une entreprise expérimentale d’enrichissement de
l’uranium où sont testés de nouveaux types de centrifugeuses à gaz et
où l’on effectue des recherches en vue d’élever le degré
d’enrichissement de l’uranium-235. D’après l’AIEA, à la date du 24 mai
2010, 8.528 centrifugeuses R-1 (de première génération et de faible
puissance, dénommées IR-1 en Iran) ont été installées dans l’entreprise
d’enrichissement de l’uranium, mais sur ce nombre, seulement 3.939 sont
utilisées pour l’enrichissement de l’uranium.

Il est établi que
l’enrichissement industriel de l’uranium ne s’effectue que sur
centrifugeuses à gaz R-1 (IR-1). Le fait que le nombre de
centrifugeuses à gaz diminue dans l’entreprise d’enrichissement de
l’uranium est très alarmant. Ainsi, du 2 novembre 2009 au 24 mai 2010,
le nombre de centrifugeuses s’est réduit de 164. Cela peut témoigner de
leur stockage en dehors de l’entreprise. Il est bien plus inquiétant
que seuls 46% des centrifugeuses à gaz installées à Natanz sont
exploités. En cas de nécessité, les centrifugeuses non opérationnelles
peuvent être démantelées et transférées à Fordo où un site
d’enrichissement de l’uranium est en construction. En fait,
l’infrastructure créée en Iran permet probablement, à condition de
disposer de matériaux appropriés, de produire environ 3.000
centrifugeuses à gaz par an, ce qui est suffisant pour équiper le site
nucléaire de Fordo. Un processus d’accumulation dissimulée de
centrifugeuses à gaz est actuellement fort possible.

Le
processus de modernisation des centrifugeuses à gaz se poursuit
également. Des modèles plus perfectionnés subissent déjà des tests: les
IR-2 et les IR-4. Début mai 2010, 2.427 kg d’hexafluorure d’uranium
faiblement enrichi ont été accumulés à l’issue du processus
d’enrichissement de l’uranium. Si ce matériau est utilisé pour son
enrichissement ultérieur, cela permettra d’obtenir une matière fissile
pour trois charges nucléaires à base de l’uranium de qualité militaire.
Si les cadences actuelles de production d’uranium faiblement enrichi
sont conservées, d’ici à la fin de 2010 ses stocks accumulés peuvent
atteindre 3.292 kg, ce qui est suffisant pour produire (après
réenrichissement) cinq charges nucléaires.

On supposait
auparavant que l’uranium faiblement enrichi pouvait être réenrichi à
80% en 4 à 6 mois à Natanz, ce qui aurait été suffisant pour assurer
l’explosion d’une charge nucléaire. Ensuite, il faut à peu près autant
de temps pour l’usiner comme métal sous forme appropriée et fabriquer
des demi-sphères. C’est-à-dire que Téhéran pourrait effectuer au bout
d’un an l’essai nucléaire d’un engin à base d’uranium hautement enrichi.

Mais
les inspections effectuées ces derniers mois par l’AIEA ont établi que
l’Iran n’était pas prêt à assurer le réenrichissement industriel
ultérieur de l’uranium faiblement enrichi. Ainsi, à l’entreprise
expérimentale de Natanz, on n’exploite que deux cascades de
centrifugeuses à gaz IR-1, c’est-à-dire 328 centrifugeuses, ce qui
témoigne du caractère expérimental des travaux accomplis.

La
communauté internationale dispose des résultats de la spectrométrie de
masse annoncés par l’Iran, selon lesquels le niveau d’enrichissement de
19,8% de l’uranium-235 a été atteint du 9 au 11 février 2010 à
l’entreprise expérimentale susmentionnée. Mais cela atteste seulement
que cet enrichissement est en principe possible, ce qui n’a pas été
confirmé par les inspecteurs de l’AIEA. Ces données ont pu être
falsifiées, ce dont témoignent de nombreuses imprécisions de date et le
refus d’admettre les inspecteurs AIEA à assister à ce processus (la
spectrométrie de masse a été effectuée en l’absence des représentants
de l’AIEA), ainsi que le refus de présenter à l’Agence pour analyse
détaillée 5,7 kg d’hexafluorure d’uranium enrichi à 19,7% qui, selon la
déclaration de l’Iran, ont été produits.

D’après les données
disponibles, les spécialistes iraniens ne peuvent pas encore assurer la
production industrielle d’hexafluorure de qualité requise et les
vitesses nécessaires de rotation des centrifugeuses à gaz. Cela
compliquera beaucoup le réenrichissement ultérieur de l’uranium, par
conséquent, il faut attendre la confirmation digne de foi par l’AIEA du
fait du réenrichissement à 19,7%.

Cependant, les spécialistes
iraniens ont déjà considérablement progressé dans cette voie, c’est
pourquoi il serait irréfléchi d’exagérer leurs problèmes techniques.
Certes un délai d’un an jusqu’à un essai nucléaire qu’il faut commencer
à calculer depuis le moment de la rupture des rapports entre l’Iran et
l’AIEA (signe indirect de la décision par Téhéran de créer l’arme
nucléaire) est probablement impossible. Mais un délai de deux ans peut
être largement suffisant pour effectuer un essai nucléaire après
l’adoption d’une décision politique appropriée. D’ailleurs, ce délai se
réduira de plus en plus au fur et à mesure de l’accroissement de
l’infrastructure nucléaire.

Les faits cités ci-dessus ne
permettent pas d’affirmer catégoriquement que l’Iran mène des
recherches appliquées militaires dans le domaine nucléaire mais ils
renforcent considérablement les soupçons de la communauté
internationale. Cela se produit au moment où Téhéran refuse
ostensiblement de mener un dialogue constructif avec les inspecteurs de
l’AIEA. En l’occurrence les dirigeants iraniens leur ont interdit en
2010 de faire des prélèvements d’eau lourde à Arak (capitale de la
province iranienne de Markazi) et d’inspecter le réacteur de recherche
à eau lourde IR-40 qui y est en voie de construction. La puissance de
ce dernier sera de 40 MW, ce qui permettra de produire environ 9 kg de
plutonium par an (cette quantité est suffisante pour fabriquer une
charge nucléaire).

Il ne faudrait pas non plus surestimer le
rôle d’un l’accord tripartite signé le 17 mai dernier sur le transfert
sur le territoire turc de 1200 kg d’uranium faiblement enrichi iranien
en vue de l’échanger ensuite contre du combustible nucléaire pour le
Centre de recherche nucléaire de Téhéran. D’une part, cela ne constitue
actuellement que 50% des stocks de combustible faiblement enrichi déjà
accumulés par l’Iran, ce qui lui permettra, en cas de nécessité,
d’effectuer un essai nucléaire. D’autre part, Téhéran ne peut pas
acheter ce combustible par voie ordinaire en raison des restrictions
imposées par le Groupe des fournisseurs nucléaires. Il est également
nécessaire de tenir compte du fait que le réacteur de recherche de
Téhéran datant de 1967 et située dans une ville de plusieurs millions
d’habitants suscite des appréhensions sérieuses, ce qui impose une
modernisation du système de sécurité actuel. Par conséquent, la
livraison de combustible nucléaire et la modernisation du réacteur sont
nécessaires, en premier lieu, à l’Iran qui a déjà réduit la puissance
prévue du réacteur de 40% (jusqu’à 3 MW).

Autrement dit, la
persévérance avec laquelle l’Iran met en œuvre son programme nucléaire
national ne laisse, en fait, à la communauté internationale d’autre
choix que d’administrer de nouvelles sanctions via le Conseil de
sécurité de l’ONU contre Téhéran. Certes, cela n’arrêtera pas l’Iran à
acheminer vers la bombe atomique, mais cela permettra de diminuer
substantiellement les possibilités qu’a l’élite cléricale du pays de
redistribuer les recettes provenant du pétrole par l’intermédiaire de
toutes sortes de fondations en vue d’assurer la loyauté des Iraniens et
de subventionner les produits alimentaires et les objets de première
nécessité pour les couches pauvres de la population. C’est le pétrole
qui assure la stabilité du régime iranien. Si les exportations se
réduisent considérablement, ce qui est inévitable étant données les
conditions des sanctions internationales, Téhéran sera contraint de
rechercher les moyens de normaliser ses relations avec l’Occident.
C’est pourquoi l’introduction de nouvelles sanctions, assez sévères,
contre l’Iran est nécessaire. Mais, en même temps, il faut proposer à
Téhéran des stimulants financiers, économiques et politiques réels,
compte tenu de son rôle historique joué au Grand Proche-Orient.

Auteur:
Vladimir Evseïev, secrétaire scientifique du Conseil de coordination
des prévisions de l’Académie des sciences de Russie.
http://fr.rian.ru/

_________________
" les orphelins d'aujourd'hui seront les guerriers de demain !!! " GAZA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Occident vs Iran : dossier nucléaire iranien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 19Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» Séisme et centrale nucléaire...
» TRICASTIN : "Sortir du nucléaire" réclame une date d'intervention à EDF pour la barre "suspendue"
» DCNS Cherbourg va construire une centrale nucléaire immergée
» Le réacteur nucléaire de Flamanville.
» Le pic de consommation et le nucléaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: