Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Intervention militaire au Mali - Opération Serval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15, 16  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 13 Sep 2016 - 14:34

Citation :
13.09.2016

L'insurrection gagne le centre du Mali où l'Etat n'est plus crédible



L'International Crisis Group a publié en juillet un rapport intitulé "Mali central: la fabrique d’une insurrection ?" (Rapport 238/Afrique, 6 juillet 2016, à lire ici en français https://www.crisisgroup.org/fr/africa/west-africa/mali/central-mali-uprising-making ).

François Rihouay, notre correspondant à Bamako, a interviewé Jean-Hervé Jézéquel, directeur adjoint du projet Afrique de l’Ouest de l'International Crisis Group. Le chercheur revient sur la montée inquiétante des violences armées.

Une série d’attaques a frappé les régions de Mopti et Ségou, au centre du pays, ces derniers jours. Comment expliquer cette extension de la violence du nord vers le sud du Mali ?
La plupart des incidents armés se déroulent dans des zones rurales négligées par l’Etat, agitées par de fortes tensions locales autour de la gestion des ressources naturelles. Les populations du centre ont vu dans l'accès aux armes de guerre un moyen de se protéger et parfois de contester les hiérarchies en place. Sur ce terreau fertile, des groupes jihadistes se sont ré-implantés. Ces derniers viennent combler un vide sécuritaire et l’absence de l’Etat auprès des populations, nomades notamment, qui sont régulièrement menacées ou volées.

Y a-t-il là un glissement de l’opinion populaire en faveur des islamistes radicaux ?
Il y a en tout cas un passif de relations tumultueuses entre les populations du centre du pays et l’Etat. Pendant la crise malienne de 2012, de vastes territoires ont été laissés à l’abandon. En 2013, l’opération militaire française Serval a permis de chasser les groupes armés de la région mais le retour de l’Etat s’est, par la suite, opéré essentiellement à travers le redéploiement de l’armée Celle-ci s’est rendue coupable d’exactions, notamment à l’égard de populations peul suspectées de collaborer avec des groupes djihadistes. Ces abus ont renforcé le sentiment de défiance d’une partie des populations à l’égard d’autorités trop longtemps absentes et souvent corrompues. Par ailleurs, l’accord de paix et de réconciliation signé en juin 2015 par les groupes armés rebelles a largement négligé l’importance de cette zone charnière entre le sud et le nord. Dans ce contexte, les groupes djihadistes constituent une forme de réponse à une demande locale de justice, de sécurité et plus largement de moralisation du politique. Ils sont encore minoritaires mais leur influence grandit face à un Etat en manque de crédit

La MINUSMA prévoit de passer de 11 à 13500 le nombre de casques bleus déployés au Mali. Les renforts prévus au centre du pays endigueront ils cette menace ?
Le risque est que ce déploiement ne fasse que de nouvelles cibles aux assaillants. Si l’on s’en tient à ce qui se passe dans les principales villes du nord, comme à Gao ou à Kidal, la force onusienne utilise l’essentiel de ses moyens à sa propre protection, et ne peut assurer une réelle sécurisation des populations locales. Il ne faut pourtant pas lui jeter la pierre. C’est surtout aux autorités maliennes de régler le problème en reprenant pied dans les régions du centre. La communauté internationale, en particulier la MINUSMA, devrait moins compter sur le déploiement d’un contingent de casques bleus supplémentaire et soutenir plus les efforts pour créer des forces de sécurité légitimes et adaptées aux conditions locales. De même, au vue de l’extension des violences armées, les deux missions européennes de soutien aux forces de défense et de sécurité malienne, EUTM Mali depuis 2013 et EUCAP Sahel-Mali depuis 2015, devraient tirer les leçons de leurs premières années d’action. Elles restent trop repliées sur Bamako formulant des plans de formation ambitieux mais parfois déconnectés des réalités de terrain. Elles gagneraient à se porter aussi au contact des forces maliennes à l’intérieur du pays.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/09/12/l-insurrection-gagne-le-centre-du-mali-16766.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 23 Sep 2016 - 19:07

Citation :
Communiqué de Presse - La MINUSMA découvre une importante cache d’armes et de munitions

Mission des Nations Unies au Mali - MINUSMA· vendredi 23 septembre 2016


Bamako, le 23 septembre 2016 - Des actions terrestres, aériennes et héliportées de la Force de la MINUSMA ont permis d’identifier le 21 septembre une importante cache d’armes dans les environs de In Tachdait, localité située à 80 km au Nord de Kidal.
Cette cache d’armes abritait également un important stock de munitions, dont des roquettes de 107 mm et 122 mm, utilisées lors d’attaques indirectes de villes, ou la fabrication d’IED.
Le stock a été neutralisé sur place.
Cette opération de la Force de la MINUSMA s’inscrit dans la continuité des précédentes actions de sécurisation dans des zones reculées du Mali.




Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 27 Sep 2016 - 20:01

Citation :
COMMUNIQUE - La MINUSMA salue le jugement rendu par la Cour pénale internationale (CPI) dans l’affaire Al-Mahdi

Mission des Nations Unies au Mali - MINUSMA·mardi 27 septembre 2016


Bamako, le 27 septembre 2016 - La MINUSMA salue le jugement rendu ce jour par la Cour pénale internationale (CPI) dans l’affaire Al-Mahdi, ayant plaidé coupable et reconnu comme tel, pour la destruction de monuments à caractère historique et religieux à Tombouctou, au Mali pendant l’occupation de la partie nord du pays par les groupes armés extrémistes et autres entre juin 2012 et janvier 2013.
M. Ahmad Al-Faqi Al-Mahdi répondait de crime de guerre pour la destruction de neuf mausolées de la ville des « 333 saints », et de la porte dite « secrète » de la mosquée Sidi Yahia.
La MINUSMA prend note de ce jugement, le premier de la Cour pénale internationale pour destruction de biens culturels, qui représente un signal fort contre la destruction de biens culturels en général, et au Mali en particulier.
Pour rappel, la MINUSMA est la première opération de maintien de la paix à qui le Conseil de Sécurité a confié la mission d’appuyer les autorités à la protection du patrimoine culturel en collaboration avec l’UNESCO.
Depuis plus de trois ans, conformément à son mandat, la MINUSMA appuie le programme de réhabilitation des patrimoines culturels endommagés des régions du nord du Mali coordonné par le Ministère de la Culture et l’UNESCO. Ce partenariat a notamment permis la reconstruction des mausolées détruits en juillet 2012, et dernièrement la réinstallation de la porte « secrète » de la mosquée Sidi Yahia.
La MINUSMA souligne que ce jugement constitue une avancée dans la lutte contre l’impunité. Toutefois, il importe que la justice pour d’autres crimes graves soit rendue afin que de nombreuses victimes puissent avoir droit à la vérité, à la justice et à la réparation.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 3 Oct 2016 - 21:57

Citation :
Mali : un Casque bleu tué et cinq blessés dans le Nord (Onu)


AFP 03/10/2016


Un Casque bleu de l'Onu au Mali a été tué et plusieurs autres ont été blessés lundi, dont cinq grièvement, dans une attaque combinée contre leur camp à Aguelhok (nord-est), près de la frontière algérienne, a annoncé la Mission des Nations unies au Mali (Minusma).

A la suite de tirs de mortier sur le camp de la Minusma à Aguelhok, deux des véhicules d'intervention envoyés pour en identifier l'origine ont heurté un engin, dont "l'explosion a entraîné la mort d'un Casque bleu", et blessé grièvement cinq autres soldats de l'Onu, a précisé la force des Nations unies dans un communiqué.

http://www.lorientlejour.com/article/1010645/mali-un-casque-bleu-tue-et-cinq-blesses-dans-le-nord-onu.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 5 Oct 2016 - 17:48

Citation :
Le nombre d’attaques contre la Mission des Nations unies au Mali a « sensiblement augmenté »


Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 05-10-2016  




Depuis le début de son mandat, en juillet 2013, la Mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) a perdu plus de 70 Casques bleus, ce qui en fait l’une des opérations de l’ONU la plus coûteuse en vies humaines. Et ce n’est malheureusement pas fini…

En effet, ce bilan s’est à nouveau alourdi avec la mort de deux soldats tchadiens à Aguelhok, dans le nord du Mali, près de la frontière avec l’Algérie.

Le 3 octobre, vers 14 heures, le camp de la MINUSMA implanté dans cette localité de la région de Kidal a été visé par plusieurs tirs de mortiers, ce qui a conduit au déploiement d’une force d’intervention rapide visant à en identifier les auteurs.

C’est alors que deux véhicules de la mission des Nations unis ont été touchés par l’explosion du mine, laquelle a tué sur le coup un soldat tchadien et en a blessé gravement cinq autres, dont un décédera quelques heures plus tard. Dans le même temps, cinq roquettes ont été tirées en direction de la camp de la MINUSMA à Kidal. En général, les actions de ce type sont revendiquées par le groupe jihadiste Ansar Dine, très présent dans la région.

Entre début juillet et fin septembre, et selon le rapport trimestriel [.pdf] de Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, 13 Casques bleus ont perdu la vie au Mali, de même que 52 soldats des Forces armées maliennes (FAMa).

« Le nombre d’attaques perpétrées contre les Forces de défense et de sécurité maliennes et la MINUSMA a sensiblement augmenté : les Forces de défense et de sécurité maliennes ont été attaquées 39 fois, la MINUSMA 27 fois et une entreprise qui travaille pour la MINUSMA une fois, alors que, au cours de la période précédente, il y avait eu 9 attaques contre les Forces de défense et de sécurité maliennes et 15 contre la Mission », peut-on lire dans le rapport en question.

En outre, ces attaques, généralement commises par des groupes jihadistes et qui ont aussi visé les forces françaises de l’opération Barkhane, sont « de plus en plus fréquentes et audacieuses et de mieux en mieux coordonnées. » Et, toujours selon le document, elles « deviennent de plus en plus sophistiquées et complexes. »

Alors que, en juin, le mandat de la MINUSMA a été rendu plus « robuste » par le Conseil de sécurité de l’ONU, lequel a relevé le plafond des effectifs engagés, les moyens ne suivent toujours pas, en particulier dans le domaine des hélicoptères.

« La MINUSMA a besoin d’urgence d’une unité d’hélicoptères d’attaque et d’une unité moyenne d’hélicoptères militaires étant donné que ceux qui sont actuellement positionnés dans le secteur « est » seront rapatriés au début de 2017. Une unité moyenne d’hélicoptères militaires devra également être remplacée dans le secteur « ouest » d’ici à la fin de 2016″, s’alarme Ban Ki-moon dans son rapport.

« L’absence de ces hélicoptères aura un impact négatif sur l’efficacité opérationnelle de la Mission en raison de la diminution de la mobilité et de la capacité à évacuer des blessés et des malades », a-t-il prévenu. En outre, les mêmes carences sont constatées au niveau des véhicules blindés de transport de troupe, dont il manque encore à la MINUSMA 38 exemplaires.

« Au 20 septembre, la composante militaire de la MINUSMA comptait 10 635 soldats, soit 80 % de l’effectif autorisé (13 289). La Mission a encore besoin, notamment, d’un bataillon spécialisé en convois de combat, d’une unité d’hélicoptères armés pour le secteur nord, d’une compagnie de forces spéciales supplémentaire pour le secteur ouest, de compagnies d’infanterie supplémentaires et de spécialistes de la formation, de l’encadrement et de l’équipement pour la neutralisation des explosifs » a encore détaillé M. Ban.

http://www.opex360.com/2016/10/05/le-nombre-dattaques-la-mission-des-nations-unies-au-mali-sensiblement-augmente/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Lun 10 Oct 2016 - 18:32

Citation :
Mali : L’ancien bras droit du chef d’Ansar Dine tué par l’explosion de son véhicule à Kidal


Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 10-10-2016




Outre les attaques commises régulièrement par les groupes jihadistes, le nord du Mali, en particulier la région de Kidal, est le théâtre de combats récurrents entre la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion) et le Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (GATIA), deux organisations pourtant concernées par l’accord de paix signé à Alger en 2015.

Dans son dernier rapport sur la situation au Mali, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a d’ailleurs condamné « fermement » ces violations du cessez-le-feu et demandé au Conseil de sécurité d’envisager des sanctions contre les fauteurs de trouble qui, par leur attitude, retardent la mise en oeuvre de cet accord de paix.

Mais, visiblement, certains n’ont pas intérêt à ce que cet accord soit appliqué. En juin, l’entourage du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait fait part de « l’agacement » de Paris à l’égard du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), une formation membre de la CMA, qui compte dans ses rangs de nombreux transfuges d’Ansar Dine, le groupe jihadiste du responsable touareg Iyad Ag Ghali.

En outre, les relations entre la force française Barkhane et la rébellion touareg sont parfois tendues sur le terrain, comme cela a été le cas, en septembre, à Ber, un carrefour stratégique pour les trafiquants situé près de Tombouctou et contrôlé par la CMA, qui, à ce titre, y refuse toute présence des forces armées maliennes (FAMa).

« Le colonel [français] nous a dit que celui qui a un problème avec l’armée malienne a un problème avec l’armée française et que, s’il le faut, les Français utiliseront la force pour que les soldats maliens rentrent dans Ber. (…) . C’est la première fois que les Français nous menacent de la sorte. On ne se laissera pas faire », a témoigné, rapporte Jeune Afrique, Ousmane Ould Sidi, un officier de la CMA.

C’est dans ce contexte que, le 8 octobre, un chef militaire de premier plan du HCUA, Cheikh Ag Aoussa, a été tué dans l’explosion de son véhicule, après avoir assisté à une réunion au camp de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) à Kidal.

Selon une source africaine de la mission de l’ONU, le véhicule de Cheikh Ag Aoussa aurait « accidentellement » sauté sur une mine, à quelques centaines de mètres du camp qu’il venait de quitter. Mais cette explication est loin de convaincre le HCUA, qui a demandé une « enquête indépendante » parce que « parmi les thèses, il y a celle de l’attentat et de la voiture piégée. »

Pourtant, pour la mission des Nations unies, l’explosion d’une mine au passage du véhicule de numéro deux du HCUA est plausible. « Tout est possible. À Kidal, les incidents et les attaques qui ont été menés, notamment contre la MINUSMA, et même des autres forces internationales, avec l’usage d’engins explosifs improvisés, de mines, c’est quelque chose de régulier… », a confié, à RFI, Radhia Achouri, porte-parole de la MINUSMA.

Reste que Cheikh Ag Aoussa, un Touareg de la tribu des Ifoghas, passait pour être un « faucon » au sein du HCUA. En 2012, il n’était rien d’autre que le bras droit d’Iyad Ag Ghaly, qui est par ailleurs hostile à l’accord d’Alger. Mais selon un cadre du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA, qui appartient aussi à la CMA), c’était « plus par solidarité entre Ifoghas que pour des questions religieuses. » En tout cas, il restait soupçonné d’avoir participé au massacre de 153 militaires maliens comme, à cette période, à Aguelhok.

Un an plus tard, lors de l’opération françaises Serval, Cheikh Ag Aoussa quitta Ansar Dine pour former le Mouvement islamique de l’Azawad (MIA), qui devint plus tard le HCUA.

Photo : Rebelles Touareg (archive)

http://www.opex360.com/2016/10/10/mali-lancien-bras-droit-du-chef-dansar-dine-tue-par-lexplosion-de-son-vehicule-kidal/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 11 Oct 2016 - 15:01

Citation :
Mali: un kamikaze tué dans une attaque contre les Casques bleus suédois


AFP 11/10/2016


Un homme a péri en tentant de commettre un attentat suicide à Tombouctou, dans le nord-ouest du Mali, au cours d'un incident impliquant les Casques bleus suédois de l'Onu au Mali, dans la nuit de lundi à mardi, selon des sources de sécurité.

Selon de premières informations obtenues par l'AFP auprès d'une source de sécurité au sein de la Mission de l'Onu au Mali (Minusma) et des autorités locales, le kamikaze aurait été tué par les Casques bleus suédois avant de pouvoir actionner sa charge.
Mais selon un communiqué des forces armées suédoises, des militaires suédois en patrouille à Tombouctou lundi soir "ont été approchés par un homme non identifié qui a ensuite activé l'explosif qu'il portait sur lui", provoquant sa propre mort, sans faire de blessé.

Dans une interview à la radio suédoise, le porte-parole de l'armée, Tony Remes, s'est montré moins catégorique sur le fait de savoir si les Casques bleus étaient visés, estimant qu'il était "trop tôt pour le dire".
"Un kamikaze qui cherchait à commettre un acte terroriste a été neutralisé par nos soins", a affirmé de son côté la source de sécurité au sein de la Minusma.

L'information a été confirmée par un responsable du gouvernorat de Tombouctou, qui n'était pas en mesure de préciser la cible de l'attaque.
Aucune indication n'était disponible sur l'âge et la nationalité du kamikaze présumé.

Un habitant de Tombouctou (nord-ouest), interrogé par l'AFP a affirmé avoir entendu une détonation lundi soir dans la ville. "Après le grand bruit, nous avons appris que c'est un terroriste qui a été abattu. Deux autres sont actuellement recherchés", a affirmé cet habitant.

Le contingent suédois de la Minusma compte quelque 230 militaires et policiers, déployés essentiellement près de Tombouctou, sur un effectif total d'environ 12.000.
Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à el-Qaëda, à la faveur de la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Ces groupes en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement, en 2013 à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement.
Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les jihadistes, dont l'application accumule les retards.

http://www.lorientlejour.com/article/1012137/mali-un-kamikaze-tue-dans-une-attaque-contre-les-casques-bleus-suedois.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 12 Oct 2016 - 20:41

Citation :


Cérémonie d’hommage aux Casques bleus Tchadiens tombés à Aguelhok  

Ajoutée le 12 oct. 2016

Le 10 octobre dernier, les autorités militaires et civiles de la MINUSMA se sont rassemblées à la Base Opérationnelle de la Mission Onusienne dans la capitale malienne pour rendre un dernier hommage aux deux soldats tchadiens tombés au champ d’honneur lors de l’attaque contre le camp de la MINUSMA à Aguelhok, le 3 octobre dernier.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 13 Oct 2016 - 16:11

Citation :
13.10.2016

Les Diables rouges de Colmar dans la poussière (poudrière) d'Abeïbera





Une information donnée par mon confrère des DNA, Nicolas Roquejoffre: cinq des six soldats légèrement blessés au Mali sont des "diables rouges" du 152e RI. Le dernier blessé appartiendrait aussi à la 7e brigade blindée et serait issu du 3e RG.

Le contingent du 152e RI au Mali a commencé à se déployer le 7 octobre. Un dernier groupe de soldats doit même quitter Colmar ce jeudi pour Gao où le GTD-Ouest est installé.

Les six soldats français ont été blessés, dimanche dernier, par l'explosion d'un engin artisanal près d'Abeïbera, dans la région de Kidal décidément très "chaude" en ce moment.

C'est dans ce secteur, fief du chef djihadiste Iyad Ag Ghali , qu'ont eu lieu plusieurs récentes attaques: enlèvement d'une équipe de Croix-Rouge en avril, explosion d'une mine au passage d'un camion civil fin septembre, attaque d'un chantier début octobre, tirs répétés contre des positions françaises et pose de mines sur les axes de passage...

D'où de fréquentes incursions françaises dans ce secteur. Ainsi, en mai, un SGTD qui était jusqu’alors chargé de sécuriser Kidal, a mené un raid jusqu’à Abeïbara, localité située à environ 150 kilomètres au nord de la capitale des Ifoghas. En septembre, Barkhane y a mené l’opération THOR 2 avec des reconaissances de villages concentrées dans la zone sud d’Abeïbara.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/10/12/les-diables-rouges-de-colmar-16981.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 13 Oct 2016 - 22:41

RIP

Citation :
Quatre soldats maliens tués dans l'explosion de mines


AFP 13/10/2016


Quatre militaires maliens ont été tués jeudi dans le centre du Mali lorsque leurs véhicules ont sauté sur des mines, a-t-on appris de sources militaires.

"Entre les localités de Diabaly et de Nampala (centre), quatre militaires maliens ont trouvé la mort quand leurs véhicules ont sauté sur des mines", a déclaré à l'AFP un gradé de haut rang de l'armée malienne.

L'information a été confirmée par un officier de l'armée malienne en poste à Ségou, une des principales villes de la région, précisant que l'attaque s'était produite "dans le village de N'Goma Coura". "Deux véhicules de l'armée ont été calcinés après l'explosion de trois mines", selon cette source, qui fait également état de plusieurs soldats blessés et de l'envoi de renforts de l'armée sur les lieux.

Deux soldats maliens avaient été tués et deux grièvement blessés le 5 octobre près de Tombouctou, dans le nord-ouest du pays, par l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule, selon des sources militaires.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à el-Qaëda, à la faveur de la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée. Ces groupes en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les jihadistes, dont l'application accumule les retards.
Longtemps concentrées dans le Nord, les attaques jihadistes se sont étendues à partir de 2015 vers le centre, puis le sud du pays.

http://www.lorientlejour.com/article/1012520/quatre-soldats-maliens-tues-dans-lexplosion-de-mines.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 27 Oct 2016 - 21:34

Citation :
Indonesia withdraws helicopters from UN mission in Mali

Erwan de Cherisey, Paris - IHS Jane's Defence Weekly

27 October 2016


One of the three Mi-17V-5 Indonesian Army Aviation helicopters that were deployed to Timbuktu as part of MINUSMA.
Source: Erwan de Cherisey



The UN Multidimensional Integrated Stabilisation Mission in Mali (MINUSMA) is facing a growing shortage of helicopters after the Indonesian Army Aviation withdrew its three Mi-17V-5s that were deployed in Timbuktu for 12 months.

An officer with the Indonesian Medium Utility Helicopter Unit (INDO MUHU) that was contributed to MINUSMA told IHS Jane's that the helicopters were flown to Bamako on 21 October and disassembled so that they could be loaded on a chartered Antonov An-124-100 transport aircraft, which left for Indonesia on 26 October.

Lieutenant Colonel Zulfimar Caniago, the commanding officer of INDO MUHU, told IHS Jane's in August that Indonesia would withdraw the unit without replacing it as the Mi-17V5s are needed back in Indonesia for domestic operations.

MINUSMA now has no military transport units in Timbuktu and will soon lose both the military helicopter transport and reconnaissance units it currently has in Gao as the Netherlands has confirmed that it needs to withdraw its CH-47D Chinooks and AH-64D Apaches in early 2017.

The UN is looking for countries willing to deploy helicopters to Mali and it is understood that talks are ongoing with Germany, which has already agreed to contribute up to 650 military personnel to MINUSMA. Colombian Army Aviation sources confirmed to IHS Jane's in late September that their service has also been asked to contribute aircraft.
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1745
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume du Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 28 Oct 2016 - 15:37



à la 39e min c'est dit clairement

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 4 Nov 2016 - 14:43

Citation :
03.11.2016

Mali: le Heron allemand a effectué son premier vol opérationnel au Mali





Selon Airbus D&S, un drone de la Bundeswehr de type Heron 1 a effectué, le 1er novembre, son premier vol dans le ciel malien. Le drone MALE a décollé de Gao pour un vol de 5 heures 40. Ce vol opérationnel suit celui du 29 octobre (1h35) annoncé par la Bundeswehr qui a diffusé des photos et une vidéo..


Airbus DS Airborne Solutions GmbH (ADAS), une filiale d'Airbus Defence and Space, assure la mise en œuvre et le soutien du système, dans le cadre d’un contrat d’environ 100 millions d’euros.



Le déploiement, pour 18 mois, de trois drones Heron 1 au Mali avait été annoncé en avril. Ces trois appareils sont loués à l’industriel israélien IAI.



http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/11/03/mali-le-heron-allemand-a-effectue-son-premier-vol-au-mali-17090.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 4 Nov 2016 - 17:51

Citation :
Germany to plug MINUSMA helicopter gap


Erwan de Cherisey, Paris - IHS Jane's Defence Weekly

04 November 2016



The German Ministry of Defence (MoD) announced on 1 November that it will contribute helicopters to the UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA), filling the gap that will be left by the Dutch Helicopter Detachment's (HELIDET) withdrawal in early 2017.

The MoD said Germany had sent a letter to United Nations Secretary General Ban Ki-moon informing him of its willingness to replace the Dutch helicopters "as seamlessly as possible" in 2017.

Earlier this year, the Dutch government informed the United Nations of its intention to withdraw its four AH-64D attack helicopters and three CH-47D transport aircraft that have been deployed in Gao for over two years of continuous operations.

During a 2 November press conference, MoD spokesman Michael Henjes said Germany was ready to provide helicopters for medical evacuation (MEDEVAC) and air support purposes subject to parliamentary approval. He said he could not say at this stage how many helicopters and personnel would be involved.

Federal Foreign Office spokesman Martin Schäfer added, "This offer is not for an indefinite period: just as our Dutch partners and friends have expressed the desire - which we respect and understand - to be replaced … this is the same for us."
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Sam 5 Nov 2016 - 14:26

RIP
Citation :
Barkhane : Maréchal des logis-chef Fabien Jacq, mort pour la France


Posté dans Afrique, Forces terrestres, Opérations par Laurent Lagneau Le 05-11-2016




L’armée de Terre vient de préciser les circonstances dans lesquelles un sous-officier du 515e Régiment du Train (RT) a perdu la vie, le 4 novembre, au Mali, dans le cadre de l’opération Barkhane.

Il était 14h00 environ quand deux Véhicules de l’avant blindé (VAB) du 515e RT, alors en mission opérationnelle de ravitaillement, ont subi « une attaque par un engin explosif » alors qu’ils circulaient au nord-est de Kidal. L’explosion a gravement blessé le sous-officier adjoint du peloton de circulation routière. Quatre autres de ses camarades ont été commotionnés ou légèrement touchés.

Immédiatement évacué par hélicoptère vers la structure chirurgicale militaire française de Tessalit et malgré les soins qui lui ont été prodigués, le maréchal des logis-chef Fabien Jacq est décédé, dans la nuit, des suites de ses blessures.

Né le 25 janvier 1988 à Trappes, Fabien Jacq avait rejoint, à l’âge de 20 ans, l’École nationale des sous-officiers d’active (ENSOA) de Saint-Maixent. Bien noté, il fut nommé maréchal des logis à l’issue de sa formation.

En 2008, le jeune sous-officier fut affecté à l’escadron de circulation routière du 515e Régiment du Train, en qualité d’adjoint chef de patrouille. Au sein de cette unité, il participa à plusieurs opérations extérieures : Sud-Liban (2010), Afghanistan (2012) et Mali (2013).

Sous officier exemplaire, Fabien Jacq fut décoré de la Croix de la valeur militaire avec étoile de bronze à l’issue de sa mission en Afghanistan, avant d’être promu, un an plus tard, au grade de maréchal des logis-chef.

« Perfectionniste et soucieux de ses subordonnés, il cherche constamment à accroître ses connaissances », souligne sa hiérarchie. En février 2016, il accéda à la fonction de sous-officier adjoint au sein de son peloton, puis, en juillet, il obtint le du brevet supérieur de technicien de l’armée de terre « appui-mouvement ».

Il avait retrouvé le Mali le 7 octobre dernier, en tant que sous-officier adjoint de peloton de circulation et d’escorte au sein du sous-groupement logistique n° 2, chargé de la protection des acheminements logistiques.

Titulaire de la Croix de la Valeur militaire avec étoile de bronze, le maréchal des logis-chef Fabien Jacq était décoré de la médaille d’outre-mer « Liban » et « Sahel », de la médaille commémorative française avec agrafe « Afghanistan », de la croix du combattant ainsi que de la médaille d’argent de la Défense nationale.

http://www.opex360.com/2016/11/05/barkhane-marechal-des-logis-chef-fabien-jacq-mort-pour-la-france/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Sam 5 Nov 2016 - 21:08

Citation :
Militaire français tué au Mali : Ansar Dine revendique l'attaque


Le groupe jihadiste lié à Al-Qaïda a réagi sur les réseaux sociaux au lendemain de la mort d'un soldat français.


Des soldats de l'opération Barkhane au Mali, le 2 janvier 2015 à Gao (archive).
Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP


par Ludovic Galtier , Avec AFP  publié le 05/11/2016 à 18:33



Un sous-officier du 515e régiment de la Braconne est décédé dans la nuit du 4 au 5 novembre à la suite d'une explosion d'une mine au passage de son blindé dans le nord du pays. Malgré la signature d'un accord de paix en 2015, les groupes jihadistes restent actifs dans cette zone du Mali. Ansar Dine du Malien Iyad Ag Ghaly, lié à Al-Qaïda, a revendiqué l'attaque, qui aurait eu lieu à 60km de Kidal, sur les réseaux sociaux.

D'après un communiqué du ministère de la Défense, "le vendredi 4 novembre 2016, vers 14 heures, deux véhicules de l'avant blindé appartenant à un convoi logistique de la force Barkhane, armé par le 515e régiment du train, ont subi une attaque par un engin explosif alors qu'ils faisaient route au nord-est de Kidal (...) L'explosion a provoqué la mort du maréchal des logis-chef Fabien Jacq, blessé plus légèrement un autre soldat et commotionné trois autres".

François Hollande a "salué le sacrifice" du militaire de 28 ans

François Hollande a "salué le sacrifice" de ce sous-officier, seizième soldat français à trouver la mort au Mali depuis le lancement de l'opération Serval. Le militaire de 28 ans faisait partie d'une mission de l'opération Barkhane (4.000 hommes) au nord-est de Kidal.

Les groupes jihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du Mali en 2012 en ont été en grande partie chassés à la suite de l'opération Serval. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et de l'ONU (Minusma), qui sont régulièrement la cible, tout comme Barkhane, d'attaques attribuées à des groupes terroristes armés.


http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/militaire-francais-tue-au-mali-ansar-dine-revendique-l-attaque-7785611400
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Dim 20 Nov 2016 - 18:41

Citation :
Mission des Nations Unies au Mali - MINUSMA

Le 18 novembre, les autorités militaires et civiles de la MINUSMA se sont rassemblées à la Base Opérationnelle de la Mission Onusienne dans la
capitale malienne, pour rendre un dernier hommage à un Casque bleu togolais, tombé au champ d’honneur lors d’une attaque complexe d’un
convoi logistique de la MINUSMA à 45 kilomètres au Nord de Douentza, dans la région de Mopti, le 6 novembre dernier.
Notons qu’au cours de cette attaque, deux civils maliens ont aussi péris lors de l'attaque et sept Casques bleus togolais ont également été
blessés, dont trois grièvement.


PHOTOS:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 30 Nov 2016 - 18:23

Citation :
30.11.2016

Al-Mourabitoune revendique l'attaque à la voiture piégée visant l'aéroport de Gao





Une tentative d'attentat a visé, mardi soir, l'aéroport de Gao, dans le nord du Mali. L'attaque s'est soldée par la mort de son auteur.

Cette attaque a été revendiquée par le mouvement jihadiste Al-Mourabitoune dont le chef, l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, aurait peut-être péri lors d'une frappe française le 14 novembre dans le centre de la Libye. Aqmi, pour sa part, a affirmé avoir tiré des roquettes, mardi, sur une position française près de Tombouctou.

L'attaque de Gao visait les installation de la Minusma (photos Minusma).



Anthony Fouchard, le correspondant d'OF à Bamako, raconte:
Citation :
"Un véhicule suicide a explosé à proximité de l'aéroport de Gao hier soir aux environs de 18h. Le kamikaze a conduit la voiture droit dans des préfabriqués de l'Onu qui abritaient le service "aviation" de la Minusma. Il y a d'importants dégâts matériels.
Aucune victime n'est à déplorer (hormis le kamikaze) mais l'aéroport est fermé aujourd'hui car de multiples débris ont été soufflé sur la piste.
Dès hier soir les forces françaises Barkhane et les pompiers de la Minusma sont intervenus pour éteindre les incendies qui se sont déclarés après l'explosion. Des hélicoptères et des personnels au sol ont également été déployés immédiatement.
Les circonstances sont encore floues, des témoignages affirment que des tirs ont éclaté avant l'explosion ce qui laisse à supposer que les casques bleus ont vu arriver le véhicule et ont tenté de le stopper ou que le kamikaze a ouvert le feu tout en roulant.
Un deuxième véhicule qui serait apparemment arrivé en même temps que le premier kamikaze a été abandonné sur place. Une équipe de déminage était sur les lieux, mercredi matin. Impossible pour l'instant de dire si ce véhicule est piégé."

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/11/30/voiture-piegee-a-gao-l-aeroport-vise-17256.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Ven 2 Déc 2016 - 20:05

Citation :
La Belgique prête à commander la mission au Mali jusqu'à la mi-2018


Par: rédaction
2/12/16 - 12h14 Source: Belga


La Belgique est prête à assurer un an de plus qu'envisagé initialement, soit jusqu'à la mi-2018, le commandement de la mission de formation de l'Union européenne au Mali (EUTM-Mali), en y engageant 175 militaires, a indiqué vendredi le ministère de la Défense après l'approbation par le conseil des ministres des engagements opérationnels planifiés en 2017.


"Nous allons, entre autres, dans le cadre de l'EUTM-Mali maintenir notre effort avec l'engagement de 175 militaires et assumer le commandement de cette mission jusqu'à mi-2018", a indiqué le cabinet du ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA), dans un communiqué.

175 militaires déployés
La Belgique assure depuis le 3 juillet le commandement de cette mission européenne de formation des Forces armées maliennes (FAMa), placée sous les ordres du général de brigade Eric Harvent. Le contingent belge est passé à cette occasion de 90 à 175 militaires dans un pays encore en proie à de fréquentes violences causées par des groupes islamistes, particulièrement dans le nord. C'est la principale opération menée à l'étranger par l'armée belge.

L'EUTM-Mali, lancée en février 2013 dans la foulée de l'opération française Serval visant à neutraliser les groupes islamistes armés présents dans le nord du pays, a été prolongée le 23 mars dernier de 24 mois, jusqu'à la mi-mai 2018.

Une zone d'engagement étendue
Dans le cadre de ce troisième mandat, la zone d'engagement a été étendue jusqu'à la boucle du Niger et inclut les villes de Gao et Tombouctou, dans le cadre d'une "décentralisation" accrue. "Les militaires européens ne sont pas destinés à participer à des missions de combat et n'accompagnent pas les unités maliennes dans les opérations", souligne-t-on toutefois de source militaire.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/3019120/2016/12/02/La-Belgique-prete-a-commander-la-mission-au-Mali-jusqu-a-la-mi-2018.dhtml

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 8 Déc 2016 - 22:33

Citation :
Seconde phase de cours décentralisés au Mali



PHOTOS:
 

En juin dernier, le premier Combined Mobile Advisory and Training Team (CMATT) avait été organisé à Ségou (Mali). Il s'agissait de formations décentralisées et dispensées par des formateurs de l'European Union Training Mission Mali (EUTM Mali). À la demande des autorités maliennes, un second CMATT est actuellement organisé à Kati avec plusieurs instructeurs belges.

Depuis le 17 octobre et jusqu'au 16 décembre, les instructeurs de l'EUTM sont présents dans le camp militaire de Kati (à 15 km au nord de Bamako) pour un second CMATT. Le lieutenant-colonel autrichien Marcus Sack est le commandant du CMATT. « Les objectifs de ces cours décentralisés sont multiples : soutenir le sommet Afrique-France, assister les forces armées maliennes, établir et maintenir une Quick Reaction Force (Force de réaction rapide) avec un poste de commandant afin de répondre à des événements sécuritaires. Afin d'accomplir tout cela, l'armée malienne a détaché une compagnie d'infanterie, un escadron armé et une équipe spécialisée d'observateurs, de personnel médical ou de patrouille. »

Durant huit semaines, les Forces Armées Maliennes (FAMa) sont ainsi formées dans différents domaines tels que la détection d'IED (Engins explosifs improvisés), l'appui médical au combat, les tactiques de combat urbain, les transmissions ou encore le tir. Au total, ce sont une quarantaine d'instructeurs européens qui forment près de 200 Maliens. Le principal effort étant de mettre en place une capacité et un rythme d'entraînement interne du niveau de la compagnie et des sections.

Jérôme est l'un des instructeurs belges. « Je m'occupe de la partie infanterie », explique le premier sergent-chef. « Avec un Espagnol et un Anglais, nous leur apprenons les bases de l'infanterie comme les réactions au contact, les techniques de combat urbain, la sécurisation de compounds, etc. »

Après une période de quatre mois d'appropriation et d'entraînement au sein même des FAMa, l'EUTM prévoit un second stage de six semaines de réentraînement et de conseils pour s'assurer que les techniques enseignées ont bel et bien été acquises et/ou dispenser des formations supplémentaires avant de réaliser une évaluation complète.

Texte : Nadège Godefroid – Photos : Daniel Orban 07/12/2016


http://www.mil.be/fr/article/seconde-phase-de-cours-decentralises-au-mali
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 20 Déc 2016 - 17:53

Citation :
Le général de brigade Peter Devogelaere nouveau commandant d’EUTM Mali




Le général de brigade Peter Devogelaere reprenait officiellement le commandement de l'EUTM Mali (European Union Training Mission) le 19 décembre dernier. Il succède ainsi au général de brigade Eric Harvent qui était à la tête de cette mission depuis le 3 juillet dernier. La cérémonie, en présence du chef de la Défense, était organisée à l'école de la Paix à Bamako.

Le nouveau commandant s'est déclaré confiant quant à l'avenir de la mission. « Je suivrai la même lignée que mes prédécesseurs », a-t-il déclaré. « J'ai eu des contacts avec l'armée malienne et nous sommes solidaires pour porter ce projet. »

De son côté, le général de brigade Eric Harvent a salué l'engagement des soldats maliens et le dévouement des hommes qu'il a commandé. Avant de passer le flambeau, il a exprimé le grand honneur et le plaisir ressentis pendant ses six mois de commandement.

Le général de brigade Peter Devogelaere est dorénavant à la tête d'une mission de plus de 550 militaires provenant de 26 pays européens. Cent septante-cinq militaires sont belges. Ils sont dispersés entre l'état-major, les formateurs et les équipes de protection (Force protection) des instructeurs de la mission. Pour la Composante Terre, il s'agit de la plus importante opération en cours à l'étranger.


Texte et photos: Charles Colot 20/12/2016


http://www.mil.be/fr/article/le-general-de-brigade-peter-devogelaere-nouveau-commandant-deutm-mali
Revenir en haut Aller en bas
vinseeld
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1581
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mer 21 Déc 2016 - 6:29

RIP  

Burkina Faso rend hommage aux 12 soldats tué le 16 décembre dernier .

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Jeu 22 Déc 2016 - 17:10

RIP  




Citation :
Mission des Nations Unies au Mali - MINUSMA

MINUSMA supports political processes and helps stabilize the country. Close to 12,000 blue helmets deployed in MINUSMA are facing constant asymetric threats and attacks, making MINUSMA one of the most dangerous peacekeeping missions at the moment. But even amid the turmoil, MINUSMA supports grassroots projects that promote economic and social development in the communities it serves.
 

 
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1825
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Dim 25 Déc 2016 - 19:46

Mali, le fiasco de l’opération Serval




_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 21553
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   Mar 3 Jan 2017 - 19:53

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intervention militaire au Mali - Opération Serval   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention militaire au Mali - Opération Serval
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15, 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» 07 février Évolution du dispositif terrestre Opération Serval
» 2009-__Sahel, Mali, Libye, "Serval", MINUSMA, "Juniper Micron", "Barkhane"
» Un détachement de parachutistes du 1er RCP de Pamiers a été engagé au Mali dans le cadre de l'opération Serval. Les militaires appaméens ont pris pied sur l'aéroport de Gao.
» Opération Serval, compil en HD
» Reportage sur l'opération SERVAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Histoire, Guerres et Conflits militaires :: Guerres et conflits d'actualités-
Sauter vers: