Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'industrie automobile au Maroc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17  Suivant
AuteurMessage
Socket-error
Commandant
Commandant
avatar

messages : 1007
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 30 Sep 2016 - 13:58

Une bonne nouvelle pour le taux d'intégration local

Citation :
Automobile : de nouvelles filières en cours de structuration en écosystèmes

Systèmes extérieurs, composants châssis, colonnes de direction…, plusieurs métiers sont concernés. Les écosystèmes déjà en activité sont en avance sur leurs engagements. Les opérateurs misent sur le sourcing pour doper davantage leur activité.

De nouveaux métiers de l’industrie automobile seront structurés en écosystèmes. Selon Hakim Abdelmoumen, président de l’Association marocaine de l’industrie et du commerce automobile (Amica), il s’agit des systèmes extérieurs, composants châssis, colonnes de direction, produits d’optique avant et feu arrière, compresseurs HVAC (climatisation), plastique d’aspect et bien d’autres. «La dynamique des écosystèmes a donné ses résultats. Sur ceux qui existent, nous avons parfois dépassé les objectifs arrêtés en termes d’investissement, de chiffre d’affaires et d’emplois. Avec ces nouveaux qui sont en chantier, nous allons réaliser un grand saut au niveau du chiffre d’affaires à l’export et du taux d’intégration à partir de fin 2018/début 2019», prévoit M. Abdelmoumen.

En effet, les cinq écosystèmes déjà en activité depuis 2014 (moteurs et transmission, câblage, métal et emboutissage, batterie et intérieur véhicule-sièges) sont en avance sur tous les engagements pris lors de la signature de leurs contrats de performance (emplois, investissements, chiffre d’affaires additionnel et la profondeur supplémentaire apportée à la filière), selon les données de l’Amica. Pour les industriels, plusieurs métiers de l’industrie automobile font leur apparition pour la première fois au Maroc et gagneront à être structurés en écosystème notamment pour réussir leur intégration en profondeur et leur permettre de dégager plus de valeur ajoutée.

Plus de 35 milliards de DH d’exportations à fin août

En attendant, l’industrie automobile continue de booster les exportations d’une manière soutenue au fil des mois. Après avoir enregistré une nette hausse de 14,9% sur le premier semestre, ses expéditions ont dépassé 35,7 milliards de DH à fin août, signant encore un bond d’environ 14,7%. Cette performance confirme le rang de l’automobile comme premier secteur exportateur du pays bien devant l’agro-alimentaire (31 milliards), les phosphates (26,6) et le textile (23,7). Selon les données de l’Office des changes, la part du secteur automobile dans le total des exportations atteint ainsi plus de 25% contre 22,1% un an auparavant et 20,5% à fin août 2014.

Cette évolution est à mettre surtout à l’actif de la construction. Ce segment a vu son chiffre d’affaires progresser de 24,7%, à 19 milliards de DH notamment grâce à la montée en cadence de l’usine de Renault Tanger dont la production a dépassé 300 000 unités. D’autre part, la plateforme logistique internationale (ILN) du groupe tourne à plein régime, permettant l’export de pièces réalisées chez environ 20 fournisseurs locaux vers d’autres usines de Renault. A travers le port Tanger Med, cette activité a permis en 2015 des expéditions de 86 617 m3 réparties en 1 425 conteneurs destinés au Brésil, à l’Inde, à la Colombie, à la Roumanie et à l’Argentine.

Pour leur part, les exportations du segment câblage culminent à plus de 13,5 milliards de DH, en hausse de 2,6%. Selon les industriels, cette progression est à la fois le résultat des unités anciennes, des extensions et des nouvelles unités installées qui ont commencé leurs premières livraisons aux donneurs d’ordre. Cela dit, force est de constater que la part de ce segment dans les exportations totales du Maroc évolue bien moins rapidement que celle de la construction. Alors que ce dernier est monté de 5,6% en 2013 à 15,4% en 2016, le câblage est passé de 8,4 à 11% à peine. Selon M. Abdelmoumen, cette proportion est appelée à croître significativement avec l’arrivée de nouveaux investisseurs et l’extension d’unités des opérateurs déjà installés. A ce titre, il rappelle que TE Connectivity vient d’inaugurer son deuxième site produisant des connecteurs de câbles. Dans la matière première du câblage, le français Acom vient de commencer l’exploitation de son usine et Coficab a finalisé son projet d’extension. Aussi, Delphi a annoncé la création de 7usines (23 000 emplois d’ici 2020). Leoni, Fujikura, Lear ont également engagé de gros investissements.

Le vrai décollage attendu en 2019

Pour M. Abdelmoumen, parmi les industriels de son association, l’on parle de moins en moins du nombre de voitures produites localement. Les industriels appréhendent le potentiel actuel du secteur surtout à l’aune du marché régional qui se chiffre en milliards d’euros, et ce, grâce au sourcing. «Avec PSA, le contrat de sourcing tourne autour de 1 milliard d’euros par an, celui de Renault dépasse les 2 milliards, Ford compte doubler son approvisionnement avec l’ouverture d’un bureau d’achat dans la zone franche de Tanger pour servir son usine de Valence d’une capacité de 450 000 unités, et les démarches sont en cours avec Volkswagen», rappelle-t-il. Ceci aidera à aller vers une intégration en profondeur, et à terme développer de nouveaux métiers dont la fabrication des moteurs et toutes les pièces moteur jusqu’à la fonderie. D’autres métiers vont encore prendre de l’ampleur dans le futur notamment l’injection plastique, l’outillage et l’emboutissage.

Et il semble que l’industrie locale n’est plus en retrait de ce dynamisme. Des opérateurs locaux commencent peu à peu à fournir les constructeurs automobiles installés et ceux intéressés par le sourcing. Systèmes extérieurs, batteries, radiateurs, tuyaux d’échappement, pistons…, plusieurs petits industriels saisissent la vague. Pour l’Amica, l’objectif est d’entraîner un maximum d’acteurs locaux. «Le développement actuel du secteur automobile est une opportunité pour que les industries marocaines y trouvent leur compte. Pour cela, nous sommes en train de mettre en place des groupements associant des PME marocaines à de grands équipementiers avec une première vague qui concernera 20 petits industriels locaux», annonce M. Abdelmoumen.

In fine, ceci prédispose le secteur à son vrai décollage attendu, selon M.Abdelmoumen, pour 2018-2019. Avec l’entrée en activité du site de Kénitra de PSA, la plateforme Maroc, classée 17e mondial, peut monter au 15e rang grâce aux 600 000 voitures et 200 000 moteurs annoncés. Grâce à ce volume, le secteur qui table sur plus de 100 milliards de DH d’exportations d’ici 2020 verra cet objectif ambitieux à portée de main!.
http://lavieeco.com/news/economie/automobile-de-nouvelles-filieres-en-cours-de-structuration-en-ecosystemes.html

_________________
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1735
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mer 5 Oct 2016 - 19:51

Citation :

Automobile : Un nouveau contrat d’investissement signé jeudi






Le secteur automobile continue d'attirer des investissements. Un nouveau contrat d’investissement sera conclu, jeudi 6 octobre, par le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie numérique, Moulay Hafid El Alamy, et le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaid. Les deux procéderont également à la signature de contrats de performance qui accompagneront le déploiement de trois nouveaux écosystèmes dans le secteur textile.

http://www.leconomiste.com/flash-infos/automobile-un-nouveau-contrat-d-investissement-signe-jeudi
pile poil avant les elections

youssef_ma73 a écrit:
Ou MHE est sur de rempiler pour un autre mandat à la tête du ministère de l'industrie, ou alors la signature est imminente et il va en parler avant les élections histoire de donner plus de gras à son bilan à la tête de ce ministère.
On sent que ça le démange d'en parler. Ce n'est pas de ses habitudes de balancer des infos comme ça.
Ce qu'on sait c'est que ça sera à Nouacer, que ce n'est pas en relation avec l’aéronautique et c'est un gros projet.
ça serait le fameux projet avec un CA de 800 millions $.?
l’Économiste ne mentionne pas la présence de M6 à la signature ce qui me laisse sceptique

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
vinseeld
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1525
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 7 Oct 2016 - 6:23

http://www.usinenouvelle.com/article/automobile-au-maroc-le-fabricant-de-gaines-de-cables-delfingen-inaugure-son-troisieme-site-a-tanger.N447497 a écrit:


Automobile au Maroc : le fabricant de gaines de câbles Delfingen inaugure son troisième site à Tanger


L’équipementier automobile a inauguré sa nouvelle usine de Tanger, la troisième au Maroc  spécialisé dans les produits en caoutchouc pour un de ses grands clients installé au Maroc.

Delfingen vient de se doter d'un nouveau site au Maroc, le troisième, à Tanger, hub marocain de l'automobile. Cette usine qui avait fait l'objet d'une annonce fin 2015 a été inauguré ce 29 septembre en présence de Bernard Streit, président du groupe français et s'étend sur 8 500 m2. Elle est opérationnelle depuis juin dernier et est située sur la zone franche d'exportation (TFZ) de Tanger.

Elle sera spécialisée indique un communiqué du groupe "dans la fabrication des tubes et gaines techniques pour la protection des faisceaux électriques automobiles, et dans les services d'assemblage de joints d'étanchéité en partenariat avec la société Hutchinson".

Le groupe dont le siège se situe à Anteuil dans le Doubs fabrique des gaines en plastique de protection électrique et thermique de câbles (environ 70 % du chiffre d’affaires). Une activité à laquelle s’ajoutent des opérations d’assemblage réalisées et enfin la fabrication de tubes plastiques pour l’automobile.

Les principaux cliens de Delfingen sont les sites d’assemblage des constructeurs automobile ou les câbleurs fabriquant les "harnais" : Yazaki, Lear, Delphi, Leoni, Fujikura ou Sumitomo … Cette industrie est très importante au Maroc où elle emploie autour de 50 000 salariés dans des usines souvent très grosses, concentrées à Tanger, Kenitra, et une moindre mesure Fès et Casablanca. Le plus gros Sumitomo compte huit usines et emploie plus de 20 000 salariés au Maroc.

Les fournisseurs de câbles, de gaines et autres composants à faible valeur unitaire sont souvent situés près des sites de montage des harnais. "Du fait de son poids dans ce secteur automobile dans l'espace euroméditerranéen, le Maroc est un pays important pour notre développement, compte tenu aussi d'une contrainte importante, nos produits, les gaines plastiques ou tissées voyagent peu pour des questions de coût logistiques," indiquait l'an dernier à L'Usine Nouvelle Christophe Clerc, vice-président exécutif.

L'investissement de Deflingen à Tanger est d'environ 2 millions d'euros et a déjà généré plus de 100 emplois.

Société familiale cotée à la bourse de Paris, Delfingen a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 172 millions d’euros en hause de 13,5% et plus de 3,4% de marge nette.

Employant environ 2 000 salariés, le groupe possède une trentaine de sites dans une quinzaine pays en Europe (France, Allemagne, Royaume-Uni), dans les Amérique (États-Unis, Honduras…) et en Asie (Chine, Inde…) et ainsi que trois centres de R&D. En Afrique du nord, il est aussi présent en Tunisie.

Delfingen détient déjà deux sites au Maroc : une usine historique à Casablanca et un centre logistique à Tanger. Il réalise déjà environ 10 millions d’euros de chiffre d’affaires à partir de cette base marocaine.

A près de 4,5 milliards d’euros de chiffres d’affaires, l'industrie automobile a bondi de 23% au Maroc en 2015. Portée par l'implantation de Renault en 2012, et celle en cours de PSA à Kenitra, le secteur compte déjà 170 usines de toutes tailles et emploie plus de 90 000 salariés, en bonne partie à Tanger, devenu le petit "Detroit" de l’Afrique du nord.



Citation :
à Tanger, devenu le petit "Detroit" de l’Afrique du nord

Espérons que nos décideurs ne prennent dans l'exemple de Détroit que le succes story de son industrie automobile et pas cette gouvernance calamiteuse par la suite de ce segment qui à conduit la ville la ou elle se trouve aujourd'hui .........
Revenir en haut Aller en bas
vinseeld
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1525
Inscrit le : 27/02/2016
Localisation : Bresil
Nationalité : saudi arabia

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Sam 8 Oct 2016 - 6:52

http://telquel.ma/2016/10/07/automobile-12-milliard-de-dirhams-dinvestissement-dans-une-usine-a-kenitra_1517841 a écrit:


Automobile: 1,2 milliard de dirhams d’investissement dans une usine à Kénitra

AGC Automotive Europe et l’entreprise marocaine Induver ont conclu un partenariat pour la mise en place d’une usine de production de vitrage à Kenitra. À la clé, un investissement de 1,2 milliard de dirhams.


Moulay Hafid Elalamy n’aura rien lâché jusqu’aux derniers jours de son mandat. À J-1 des élections législatives, le ministre de l’Industrie a annoncé la signature d’un important contrat dans le secteur de l’automobile. Ce 6 octobre donc, AGC Automotive Europe et l’entreprise marocaine Induvern, spécialisée en production de vitrages automobiles ainsi qu’en vitrages pour la construction, ont paraphé une convention-cadre. Ce partenariat prendra la forme d’une joint-venture et se déclinera à travers la création d’une unité industrielle AGC Automotive Induver Morocco à Kénitra, annonce un communiqué relayé par la MAP.

Cette unité, spécialisée dans la production du verre trempé pour lunettes-arrières et vitres latérales ainsi que du verre feuilleté pour pare-brise, nécessitera une enveloppe d’investissement de 1,2 milliard de dirhams et permettra la production de 1,2 million vitrages par an, la création de 650 emplois qualifiés. Il est attendu que cette unité génère un chiffre d’affaires à l’export d’un milliard de dirhams. En parallèle, AGC Automotive participera à hauteur de 45 % dans le capital d’Induver et assurera un transfert de savoir-faire et un accompagnement dans son développement commercial en Europe, rapporte le communiqué.

Cette convention s’inscrit dans le cadre du déploiement de l’écosystème Renault. C’est ce qui a convaincu AGC Automotive Europe d’investir au Maroc. « L’approche des écosystèmes a été un élément déterminant de ce choix. Nous avons été impressionnés par la cohérence de l’approche globale et la forte implication des équipes marocaines », a expliqué Jean Marc Meunier, président du conseil d’administration d’AGC Automotive Europe, en marge de la signature. « Avec la mise en service de l’usine AGC Automotive Induver Morocco, nous opérons une réelle montée en gamme dans la filière qui assurera une offre quasi-complète au niveau de l’industrie du verre », a-t-il ajouté.


Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4390
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 14 Oct 2016 - 20:39

http://www.plasticsnews.com/article/20161013/NEWS/310139999/portugals-simoldes-to-invest-70-million-in-morocco a écrit:

Portugal's Simoldes to invest $70 million in Morocco

Portugal’s Simoldes Group is reported to be ready to invest in the creation of a plastics processing complex aimed at targeting automotive customers in North Africa.

The leading mold maker and molder joined a string of other established global auto parts suppliers in July to sign investment deals with the Moroccan government for new local industrial schemes.

Simoldes, based at Oliveira de Azeméis near Porto in northern Portugal, is understood to have agreed a development contract to build a 10 hectare industrial complex in Morocco. This includes a new plant to produce injection molds along with injection molded exterior and interior vehicle components.

The group, whose plastics division Simoldes Plásticos last year launched another 30 million euro ($33 million), 22,000-square-meter production unit at Rychnov nad Kněžnou in the Czech Republic, is set to invest almost 60 million euros ($72.7 million)  in constructing and equipping the Moroccan complex.

Signing of the corporate project agreements took place in July at the Royal Palace in Casablanca in the presence of King Mohammed VI during the official launch of the country’s investment reform plan.

The group’s plastics division has seven offshoot manufacturing businesses in France, Brazil and Poland with technical and commercial units in France, Germany and Spain. Overall, it is equipped with 300 injection molding machines, each from 80 to 3,200 metric tons of clamping force. Each plant has around 40 machines, according to Simoldes.

The Portuguese group’s Czech unit began delivering interior vehicle parts, bumpers and other plastics components to Skoda and other businesses of the Volkswagen group towards the end of 2015.


http://www.yabiladi.com/articles/details/47746/plasturgie-portugais-simoldes-investit-millions.html a écrit:

Plasturgie : Le Portugais Simoldes investit 72 millions de dollars au Maroc

Le groupe portugais Simoldes a déclaré être prêt à investir dans la création d'un complexe de transformation des matières plastiques qui cible les clients du secteur automobile en Afrique du Nord, rapporte Plastic News.

Le leader mouliste rejoint ainsi une série d'autres fournisseurs de pièces d'automobiles mondiales établis en juillet dernier afin de signer des accords d’investissement avec le gouvernement marocain pour de nouveaux systèmes industriels locaux.

Simoldes, basé au nord du Portugal, aurait accepté un contrat de développement pour construire un complexe industriel de 10 hectares au Maroc. Ce projet inclut une nouvelle usine produisant des moules d'injection avec composants moulés par injection extérieurs et intérieurs de véhicules.

La division du groupe, Simoldes Plasticos, qui a lancé l'an dernier une unité de production d'une superficie de 22 000 m² à 30 millions d'euros en République tchèque, envisage d’investir près de 60 millions d'euros (6 milliards de dirhams environ) dans la construction et l'équipement du complexe marocain.

La signature des accords de projets d'entreprises a eu lieu en juillet dernier au palais royal de Casablanca en présence du roi Mohammed VI, lors du lancement officiel du plan de réforme de l'investissement du pays.

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1735
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 28 Oct 2016 - 20:44

Citation :

Industrie automobile: “Les objectifs marocains de 2020 seront dépassés“



“Seat et VW accélèrent leur prospection de fournisseurs marocains et les engagements du secteur automobile marocain pour 2020 seront dépassés“, selon Tajeddine Bennis.


Ces deux informations constituent les principales annonces faites par le vice-président de l’AMICA (Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile) Tajeddine Bennis, lors d’une conférence donnée jeudi soir à Tanger.

Artisan du projet Logan initié en 2005 à la Somaca, T. Bennis a travaillé dans le groupe Renault en France, au Portugal et au Maroc et à Tanger Med Zones.

“Après le succès de Ford, Seat et VW accroissent leur travail de prospection de fournisseurs à Tanger“, a indiqué le responsable de l’AMICA et actuel DG de SNOP, un spécialiste de l’emboutissage et de l’outillage automobile.  

Seat et VW achètent déjà câblages et housses de sièges à Tanger. Les deux constructeurs ont produit plus de 700.000 voitures en Espagne en 2015.

Aucun chiffre précis n’est pour l’instant communiqué sur les objectifs d’achats de Seat et VW pour leurs usines catalanes notamment, mais Ford doit réaliser 300 millions de dollars d’achats sur le Maroc en 2016 pour son usine espagnole de Valence, d’une capacité de 440.000 voitures.

Plus de 48 nouveaux sites industriels en 2016

Quant aux prévisions du secteur automobile marocain, dont les revenus dépassent désormais ceux des phosphates depuis deux ans, l’engagement de 100 MMDH en 2020 devrait être dépassé, “au moins légèrement“, selon M. Bennis. Le chiffre d’affaires de 40 MMDH en 2014 doit passer à 60 MMDH à fin 2016.

A ce rythme de croissance, le secteur sera à plus de 80 MMDH en 2018, “mais il ne faut pas réfléchir de manière linéaire“ avertit, prudent, Tajeddine Bennis. “La croissance du secteur a été forte en 2016, mais pourrait légèrement fléchir en 2017-2018, avant de repartir avec l’ouverture de l’usine Peugeot-Citroën de Kénitra en 2019“, explique-t-il à Médias 24 lors d’un entretien après la tenue de la conférence.  

En 2016, le secteur automobile a rajouté 48 nouveaux sites industriels aux 129 déjà existants, avec 136.000 emplois contre 84.300 en 2014. En 2020 enfin, le secteur doit dégager 65% de valeur ajoutée sur le chiffre d’affaires de 110 à 120 MMDH. Ce chiffre est généré par les exportations de Renault, mais aussi et de plus en plus, par les composants automobiles expédiés à l’étranger par les industries implantées à Tanger, à Casablanca et à Kénitra.

Bennis explique ces performances par «l’important travail effectué sur la réduction des structures des coûts» sur:

1. L’acquisition des matières premières;

2. La maîtrise de la masse salariale, tout en assurant une bonne couverture sociale;

3. Le contrôle du poste d’amortissement et de maintenance des machines et de l’énergie,

4. La réduction des coûts du transport maritime sur le détroit et la maîtrise des factures de carburant depuis deux ans.

Réflexions sur “la période post-euphorie“

L’euphorie qui prévaut actuellement dans les milieux industriels marocains n’empêche pas l’AMICA d’amorcer une réflexion sur les années à venir.

Bennis cite le cas de Détroit (Michigan) qui de «capitale de l’automobile américaine est devenue une ville sinistrée». Les exemples en ce sens abondent.  

Compétences, sous-traitance, veille et stratégie, logistique et financement constituent les tâches des cinq comités de l’AMICA dédiés à la réflexion sur le futur de l’industrie automobile marocaine. De l’émergence de nouveaux pays industriels, au boom du low cost et de la voiture propre, les défis qu’affrontent les business modèles traditionnels sont nombreux.

Les industriels de l’automobile organisent le 5e Automotive Meetings de Tanger les 23-25 novembre prochains. Ils espèrent y annoncer de nouveaux investissements dans le pneumatique et/ou la boîte à vitesses. Ces deux activités manquent encore à l’écosystème marocain.

Rabat a exprimé sa disponibilité à accorder d’importants avantages aux premiers investisseurs venus sur ces deux créneaux.

Arrivée de Renault et Peugeot, sourcing accru de Ford, Seat et VW, multiplication des sites industriels Yazaki, Lear et Delphi au Maroc, comptabilisation de 180 sites industriels automobiles au Maroc cette année: c’est à ces signes que l’on reconnaît les évolutions opérées par l’industrie marocaine depuis plus de 10 ans.
http://www.medias24.com/MAROC/ECONOMIE/ECONOMIE/168116-Industrie-automobile-Les-objectifs-marocains-de-2020-seront-depasses.html

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4390
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 8 Nov 2016 - 17:10

Et loin de nous reposer sur nos lauriers, "on" prépare déja demain.
http://www.breezcar.com/actualites/article/maroc-voitures-electriques-objectif-10-parc-2030 a écrit:

Automobile : le Maroc à la conquête du véhicule électrique

La première borne de recharge publique du Royaume a été installée par la station-service Exit à la sortie de Casablanca, sur la route de Marrakech
Pour réduire sa dépendance aux produits pétroliers et ses émissions de CO2, le Royaume du Maroc ambitionne de voir circuler 700 000 voitures électriques d’ici à 2030.
Pour parvenir à cet objectif, le pays qui accueille la COP22 à Marrakech va se doter d’un écosystème destiné à accompagner la croissance de ce marché quasi inexistant. Par Fabrice Spath, envoyé spécial à Marrakech.

Convention et cadre fiscal



Sur le Vieux Continent, la voiture électrique gagne progressivement en crédibilité auprès des automobilistes : hausse de l’autonomie, densification de l’infrastructure de recharge publique, généreuses aides à l’achat pour les particuliers et fiscalité des véhicules de société particulièrement attractive dans de nombreux pays pour qui l’électrique permettra d’atteindre les objectifs de réduction des émissions CO2 liées au secteur des transports et d’améliorer la qualité de l’air des métropoles.

De l’autre côté de la Méditerranée où le niveau de vie est en moyenne 5 fois inférieur à celui des pays de l’Union européenne, le Maroc veut également favoriser le développement du marché du véhicule électrique. A la fois pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre – le Royaume s’est engagé dans une réduction globale de 12 % d’ici à 2030 –, pour réduire sa dépendance aux produits pétroliers intégralement importés mais aussi pour faciliter la transition énergétique.

Accueillant dans la ville de Marrakech la 22e édition de la conférence des parties (COP22) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (du 7 au 18 novembre), le Royaume chérifien a trouvé l’occasion de mettre en lumière ses ambitions sur le terrain de la mobilité électrique.
Après la signature au printemps dernier de la Convention Pour le Véhicule Electrique au Maroc (CPVEM) réunissant opérateurs publics et privés, les autorités souhaitent mettre en place un véritable écosystème destiné à accompagner l’essor du marché des modèles à batteries Lithium-Ion qui, de l’aveu même de ces dernières, sera dans un premier temps principalement cantonné aux seules flottes captives (grands groupes, collectivités et administrations).
Pour parvenir à séduire ces acteurs, le projet de loi de Finances 2017 prévoit de modifier le barème des chevaux fiscaux qui ne prend actuellement pas en compte les émissions de CO2 des véhicules.

Sensibilisation et écosystème



D’autres mesures incitatives pourraient également rapidement voir le jour, parmi lesquelles une TVA et une vignette automobile à tarifs réduits ou encore l’exemption d’une partie des droits de douane.
Les réseaux publics de bornes de recharge ne sont pas oubliés et la priorité d’équipement est donnée aux grands centres urbains de Casablanca et Tanger. Pour promouvoir la mobilité électrique sur son territoire, le Maroc souhaite également lancer des audits énergétiques à destination des flottes d’entreprises et mener des campagnes d’information et de sensibilisation auprès du grand public (dont l’épreuve du championnat du monde de Formule E les 12 et 13 novembre à Marrakech).

Une série de mesures dont l’objectif est de doper les ventes de véhicules électriques et d’atteindre les 700 000 unités en circulation à l’horizon 2030 (soit 10 % du parc avec une moyenne annuelle de 60 000 mises à la route). Un renouvellement du parc qui profitera à la balance commerciale du pays et à la réduction de la consommation d’énergie des tranports Premier consommateur d’énergie avec plus de 40 % de la consommation nationale en énergie finale, le secteur des transports représente également 23 % des émissions de CO2 du Royaume.

A l’initiative de l’Alliance Renault Nissan, de l’équipementier Schneider Electric, de l’entreprise marocaine M2M – spécialisée dans les solutions de paiement électronique – et de l’Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique (ADEREE), le Consortium lancé au printemps dernier aura pour mission d’atteindre les ambitions de l’Etat.
En attendant que les premières mesures soient prises et que l’effet COP22 ne retombe dès la clôture de l’événement, la société Vivo Energy Maroc qui commercialise les carburants de la marque Shell dans le pays vient d’installer une borne de recharge dans sa station située à la sortie de Casablanca. La première d’une longue série …

Bi idni Allah ''TOMORROW BELONGS TO US"

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1735
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 8 Nov 2016 - 19:38

WRANGEL a écrit:
Et loin de nous reposer sur nos lauriers, "on" prépare déja demain.
Citation :

COP22 : M’dina bus développe un "e-bus"


La société M’dina bus annonce l’aboutissement de son projet de développement d’un bus à motorisation 100% électrique. Bapitsé "M’dina e-bus", il s’agit d’un prototype de bus entièrement développé (motorisation, carrosserie et habitacle) dans les ateliers de l’entreprise et par ses ressources humaines. Le projet, qui était développé depuis deux ans, a passé avec succès l’étape des tests techniques. Concrètement, il porte sur la conversion de la motorisation thermique d’un autobus urbain vers un mode autonome, 100% électrique, à zéro émission de CO2. Ainsi, le kit de conversion, entièrement développé en interne, comporte un moteur électrique synchrone à deux étages, d’une puissance de 200 kWh, soit l’équivalent de 240 chevaux en diesel (puissance actuelle des moteurs équipant les autobus en milieu urbain). En outre, un variateur modulateur a été conçu pour convertir l’énergie continue en énergie alternative et contrôler les variations de vitesse du moteur. Ce n’est pas tout, la société a aussi développé un kit de batteries à gel doté d’une autonomie pour environ 250 à 300 km.

leconomiste


Photos:
 


_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4390
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 8 Nov 2016 - 20:08

youssef_ma73 a écrit:
WRANGEL a écrit:
Et loin de nous reposer sur nos lauriers, "on" prépare déja demain.
Citation :

COP22 : M’dina bus développe un "e-bus"

La société M’dina bus annonce l’aboutissement de son projet de développement d’un bus à motorisation 100% électrique. Bapitsé "M’dina e-bus", il s’agit d’un prototype de bus entièrement développé (motorisation, carrosserie et habitacle) dans les ateliers de l’entreprise et par ses ressources humaines. Le projet, qui était développé depuis deux ans, a passé avec succès l’étape des tests techniques. Concrètement, il porte sur la conversion de la motorisation thermique d’un autobus urbain vers un mode autonome, 100% électrique, à zéro émission de CO2. Ainsi, le kit de conversion, entièrement développé en interne, comporte un moteur électrique synchrone à deux étages, d’une puissance de 200 kWh, soit l’équivalent de 240 chevaux en diesel (puissance actuelle des moteurs équipant les autobus en milieu urbain). En outre, un variateur modulateur a été conçu pour convertir l’énergie continue en énergie alternative et contrôler les variations de vitesse du moteur. Ce n’est pas tout, la société a aussi développé un kit de batteries à gel doté d’une autonomie pour environ 250 à 300 km.


En interne, c'est tres prometteur

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
Shugan188
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 886
Inscrit le : 12/05/2015
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 8 Nov 2016 - 20:33



J’espère que notre pays ait une réelle stratégie pour le développement de l'automobile électrique ,et pas simplement des "shows" pour le cop22 .
l'industrie de l’électrique avance très vite et notre industrie automobile risque d’être obsolète .



Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1735
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Jeu 17 Nov 2016 - 20:37

Bientôt l'Automotive Meeting de Tanger-Med (23-25 nov) avec son lot d'annonces inchallah.
Citation :

INDUSTRIE AUTOMOBILE : DE GRANDES ANNONCES ATTENDUES LORS DE L’AMT 2016


De grands équipementiers automobiles de rang 1 vont bientôt s’installer ou étendre leur présence au Maroc.

C’est ce qu’ont dévoilé les responsables de l’Amica lors de la conférence d’annonce de la 5e édition de l’Automotive Meeting de Tanger-Med. L’officialisation est prévue en marge de l’AMT qui se tiendra du 23 au 25 novembre à Tanger.

L’association dit avoir listé des métiers de rang 1 prioritaires à localiser au Maroc et a entrepris les démarches avec les équipementiers spécialisés dans ces métiers pour les attirer. Il s’agit des liaisons au sol (pneus, jantes, amortisseurs, suspension), commande et transmission (colonne de direction, direction assistée), groupe motopropulseur (fonderie fonte, usinage, thermique moteur, circuits fluides), éxtérieur (mécanismes LV, serrures, rétroviseur extérieur), et électronique (BSI, radio, écran, combiné, façade multiplexée…).

http://lavieeco.com/news/actualite-maroc/industrie-automobile-de-grandes-annonces-attendues-lors-de-lamt-2016.html#u0fmIt73gpSk5EjI.99

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1735
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Mar 22 Nov 2016 - 20:28

Le genre d'entrepreneurs qui ont besoin de soutien et pourtant nos banquiers leurs tournent le dos.


_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1735
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Lun 5 Déc 2016 - 20:44

Les batteries de feu Chaabi vont désormais équiper les Dacia de Renault Tanger
Citation :

La société marocaine Afrique Câble a obtenu la validation de ses batteries automobiles par Renault. Elles seront montées sur les véhicules assemblés au Maroc, une première. L'entreprise a investit 9 millions d'euros dans un atelier de recyclage du plomb à Casablanca.

usinenouvelle

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
Fox-One
General de Brigade
General de Brigade
avatar

messages : 3464
Inscrit le : 20/09/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Lun 5 Déc 2016 - 21:12

Maintenant il faudra miser sur la société familiale algérienne qui remportera le marché plus que similaire avec WV Algérie
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1812
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Jeu 22 Déc 2016 - 21:09

Citation :
“LE FIGARO”: LA CROISSANCE DE L'INDUSTRIE AUTOMOBILE EST IMPRESSIONNANTE AU MAROC

La croissance de l'industrie automobile est impressionnante au Maroc, écrit ce jeudi 22 décembre, le quotidien français "Le Figaro", soulignant que le royaume devrait produire près de 350.000 véhicules en 2016.

"En 2016, le Maroc devrait produire près de 350.000 véhicules contre à peine plus de 100.000 véhicules en 2012", indique le Figaro, estimant que ce développement doit beaucoup au pari fait par le groupe Renault lorsqu'il a décidé, en 2007, d’installer une grande usine au Maroc.

"Le gouvernement marocain avait mis en place des conditions fiscales avantageuses. Il avait construit des infrastructures nécessaires pour accueillir des sites industriels, notamment le port de Tanger Med", relève l'auteur de l'article qui évoque le succès du constructeur français Renault au Maroc.

Il s’agissait pourtant bien d’un pari, car "le Maroc n’avait aucune tradition industrielle", comme le souligne Mehdi El Idrissi, partenaire chez Eurosearch & Associés, cité par le quotidien, ajoutant que ce succès de Renault a donné des idées aux autres constructeurs.

"En juin 2015, PSA annonçait ainsi son intention de construire une usine au Maroc. Objectif : une première tranche de 200.000 unités de capacité annuelle en 2019", rappelle Le Figaro, faisant observer qu'avec les seules usines des constructeurs français, les capacités de production du royaume commencent à devenir importantes.

Le principal attrait du Maroc pour les constructeurs tient, logiquement, à la faiblesse des coûts de production: c’est un pays low-cost, à l’instar de la Roumanie ou de la Turquie, explique le journal, précisant qu'à partir de cette base de coût faible, il est possible de viser le marché européen.

http://fr.le360.ma/economie/le-figaro-la-croissance-de-lindustrie-automobile-est-impressionnante-au-maroc-100719
Revenir en haut Aller en bas
youssef_ma73
Colonel
Colonel
avatar

messages : 1735
Inscrit le : 04/08/2014
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 30 Déc 2016 - 19:35

Bravo à SOPRIAM et ses mecanos.

Citation :
Peugeot Maroc, 2e meilleure équipe technique au monde

Belle performance que celle de l’équipe Peugeot Maroc lors de la grande finale de la coupe du monde des conseillers Experts Techniques à Paris (146 pays participants) puisqu’elle monte sur la deuxième marche du podium. Durant une semaine, le constructeur a procédé à de multiples tests et simulations de pannes de diverses natures (mécanique, électronique et électrique) sur l’ensemble des modèles de sa gamme actuelle. Les équipes ont été évaluées sur la rapidité et la précision dans la recherche et le diagnostic des pannes, mais également sur la qualité et la fiabilité de leurs interventions. L’équipe Peugeot Maroc a terminé deuxième, un résultat qui témoigne de l’engagement permanent de SOPRIAM (l’importateur et le distributeur des marques Peugeot, Citroën et DS au Maroc) dans une politique de formation régulière visant à accroître la performance de ses équipes.

challenge.ma

_________________
“Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire.” Albert Einstein.
Revenir en haut Aller en bas
PGM
Administrateur
Administrateur
avatar

messages : 9684
Inscrit le : 12/12/2008
Localisation : paris
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Jeu 19 Jan 2017 - 18:49


Nous en parlions il y a encore peu, de la nécessité de relier fez/Meknès à tanger/Kénitra par rail et route. Ce sera le back office du nord.


Citation :
Fès-Meknès: Nouvel eldorado des équipementiers automobiles


Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4937 Le 12/01/2017 | Partager

La CGEM veut donner une impulsion à la région

La région Fès-Meknès est en passe de devenir un hub industriel pour l’automobile. En tout cas, c’est ce que souhaitent Mohamed Berrada Rkhami et Abdeljabbar El Achab, respectivement présidents de la CGEM Fès-Taza et la CGEM Meknès-Ifrane, pour qui les opportunités du secteur de l’automobile sont énormes. «A lui seul, ce créneau pourrait offrir du travail à une importante tranche de la population, particulièrement les jeunes», ajoutent-ils. Même conviction pour Driss El Azami El Idrissi et Abdallah Bouano, les maires de Fès et de Meknès.

Pour le premier, «après la saturation des pôles de Tanger, Casablanca et Kénitra, il va falloir créer de nouvelles destinations industrielles et économiques, afin d’éviter la concentration de risques sociaux et assurer un développement global, harmonieux et inclusif». Le deuxième va plus loin. «Pourquoi ne pas dédier tous les lots de l’Agropolis de Meknès à l’automobile?», suggère-t-il. L’essentiel étant de répondre aux demandes des équipementiers plutôt que d’attendre un potentiel investissement dans l’agroalimentaire, indique-t-il. Mieux encore, ce dernier appuie, avec force, le projet de réserver la deuxième tranche de l’Agropolis (160 ha), dans sa globalité, à l’automobile.

En attendant, trois lots de grandes superficies destinés à l’automobile sont disponibles au niveau de l’Agropolis. A noter que celui-ci a déjà accueilli le câbleur japonais Yazaki ou encore l’américain Delphi, dont les travaux de son unité avancent à grands pas. De son côté, le fabricant sud-coréen de faisceaux de câbles pour l’automobile, Yura Corporation, s’est installé à proximité de l’hypermarché Marjane, au niveau de la route d’Agouray. Opérationnelle depuis quelques mois déjà, son unité emploie dans un premier temps quelque 1.000 jeunes de la région. Et c’est là où réside l’intérêt des métiers mondiaux du Maroc. Les deux dirigeants des entités patronales le savent et veulent créer une synergie en matière d’attractivité territoriale. Conscients des potentialités de la région, ils militent pour que la région ait sa part des programmes étatiques, marchés et fonds d’investissements.

Il s’agit d’ancrer la région dans une dynamique de développement durable, et la rendre plus attractive pour l’entreprise. «Avec le gouverneur et le maire, nous étudions la possibilité de mobiliser 300 ha pour l’automobile à Meknès», confie El Achab. Il en est de même pour Fès où la demande exprimée par les équipementiers est évaluée à plus de 400 ha. Et ce n’est qu’une première mise. Pour Berrada Rkhami, «Fès et Meknès devront être complémentaires». En ce sens, un projet de convention entre la CGEM Fès-Taza, la CGEM Meknès-Ifrane et la Région Fès-Meknès a été mis en place, visant à favoriser l’investissement et à renforcer le potentiel économique et touristique de la région.

Celle-ci est une des douze nouvelles régions du Maroc instituées par le découpage territorial de 2015. Elle comprend deux préfectures (Fès et Meknès) et sept provinces (Séfrou, Boulemane, Moulay Yacoub, Ifrane, El Hajeb, Taza et Taounate). Avec ses cinq universités, Fès-Meknès représente un véritable vivier de ressources humaines très qualifiées. En témoignent les multinationales qui s’y sont installées récemment (Cabliance, Yura Corporation, Delphi, et Yazaki). En outre, son infrastructure de base se compose d’un réseau routier totalisant une longueur de 7.625 km, soit 18,5% du réseau routier national. Les routes nationales dans la région s’étendent sur une longueur de 918 km, celles régionales se développent sur 1.695 km et le réseau provincial totalise 5.012 km. L’autoroute qui traverse la région a amélioré d’une façon considérable la qualité de la desserte routière de la région, en assurant en 2015 un trafic journalier moyen entre Fès et Meknès de plus 12.100 véhicules.

En revanche, les opérateurs économiques revendiquent une liaison autoroutière directe avec le port TangerMed. Laquelle pourrait assurer un développement exponentiel de l’économie régionale. Il en est de même pour une desserte TGV. A noter que la région est desservie par un chemin de fer d’une longueur de 200 km permettant sa liaison aux destinations de Marrakech, Tanger et Oujda. En matière de transport aérien, la région est dotée d’un aéroport international «Fès-Saïss» d’une capacité d’accueil annuelle de près de 3 millions de passagers après ouverture du Terminal 2. Laquelle tarde depuis plus d’un an. Cet aéroport est directement relié aux grandes villes internationales: Paris, Barcelone, Düsseldorf, Eindhoven, Bruxelles, Amsterdam, Rome... «Nous comptabilisons pas moins de 20 à 25 rotations quotidiennes», conclut Noureddine Larheni, directeur de l’aéroport.

Zones industrielles

LA région est aussi dotée de plusieurs zones industrielles où les opportunités d’installation existent encore comme la ZI Miftah Alkheir à Ras El Ma (province de Moulay Yacoub), l’Agropolis de Meknès, la ZI route d’Aknoul à la province de Taza, la plateforme de Fès Shore, la future ZI Ain Cheggag à la province de Séfrou. Toutefois, son avenir est tributaire de la création de zones dédiées à l’aéronautique, l’automobile, le ferroviaire, et l’offshoring. Pour ce dernier, un foncier de 17 ha est d’ores et déjà disponible à Fès Shore. S’agissant de l’automobile, les autorités mettent les bouchées doubles pour livrer une première zone mixte (aéronautique et automobile) dans un délai de 12 mois. «Celle-ci sera aménagée sur une trentaine d’hectares à proximité de l’aéroport. Elle devrait être décrétée zone franche. Aussi, quelque 200 ha seront mobilisés à Ras El Ma, en plus des 15 ha du Cotef», souligne-t-on. Signalons enfin que les pouvoirs publics tentent de séduire les investisseurs par les ressources humaines, qui constituent une réserve d’énergie et d’espoirs, assoiffée de challenge, mais aussi la prime à l’emploi (6.000 DH pour chaque nouvelle recrue).
http://www.leconomiste.com/article/1007162-fes-meknes-nouvel-eldorado-des-equipementiers-automobiles

_________________
Revenir en haut Aller en bas
lemay
Commandant
Commandant
avatar

messages : 1076
Inscrit le : 02/05/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Jeu 19 Jan 2017 - 20:39

Msssssab khai pgm
Revenir en haut Aller en bas
WRANGEL
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4390
Inscrit le : 28/11/2009
Localisation : france
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Jeu 19 Jan 2017 - 21:20

PGM a écrit:

Nous en parlions il y a encore peu, de la nécessité de relier fez/Meknès à tanger/Kénitra par rail et route. Ce sera le back office du nord.
Citation :
    Fès-Meknès: Nouvel eldorado des équipementiers automobiles
Pour le premier, «après la saturation des pôles de Tanger, Casablanca et Kénitra, il va falloir créer de nouvelles destinations industrielles et économiques, afin d’éviter la concentration de risques sociaux et assurer un développement global, harmonieux et inclusif». Le deuxième va plus loin. «Pourquoi ne pas dédier tous les lots de l’Agropolis de Meknès à l’automobile?», suggère-t-il. L’essentiel étant de répondre aux demandes des équipementiers plutôt que d’attendre un potentiel investissement dans l’agroalimentaire, indique-t-il. Mieux encore, ce dernier appuie, avec force, le projet de réserver la deuxième tranche de l’Agropolis (160 ha), dans sa globalité, à l’automobile.
http://www.leconomiste.com/article/1007162-fes-meknes-nouvel-eldorado-des-equipementiers-automobiles
Gouverner c'est prévoir king

_________________

""Qu'importe que je sois de mauvaise foi puisque je lutte pour une cause juste.
        Qu'importe que je lutte pour une cause injuste puisque je suis de bonne foi""


“L'histoire n'est que la géographie dans le temps, comme la géographie n'est que l'histoire dans l'espace.”

Revenir en haut Aller en bas
Socket-error
Commandant
Commandant
avatar

messages : 1007
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 10 Fév 2017 - 14:52

La presse Tunisienne parle d'une future usine Volkswagen en Tunisie.

Il a encore un blocage, car le constructeur allemand souhaite plus que les 10 ans d'exonération fiscale proposées par les Tunisiens !

C'est la course au discount fiscal de nos voisins !! Tous les moyens sont bons pour rattraper son retard affraid

_________________


Dernière édition par Socket-error le Ven 10 Fév 2017 - 14:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
alphatango
Capitaine
Capitaine


messages : 953
Inscrit le : 09/04/2008
Localisation : Fes
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 10 Fév 2017 - 14:59

Offrir des cadeaux fiscaux sans avoir un cluster de fournisseurs aux alentours ne sert à rien.
Il doit s'agir encore d'une usine de montage CKD comme en Algerie.
Revenir en haut Aller en bas
Socket-error
Commandant
Commandant
avatar

messages : 1007
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 10 Fév 2017 - 15:02

Non justement c'est une usine pour exporter. La Tunisie a un meilleur tissu d'équipementiers et PME que les Algériens.

Par exemple, il y a un fabriquant Tunisiens de batteries qui a une filiale au Maroc

_________________
Revenir en haut Aller en bas
FAR SOLDIER
General de Division
General de Division
avatar

messages : 4666
Inscrit le : 31/08/2010
Localisation : Les Mureaux / Kenitra
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 10 Fév 2017 - 15:04

Faut les court circuiter , sans pitié.
Comment ça se fait VW vont en Tunisie et laisse le Maroc?  Je comprend pas, ils ont quoi de plus a proposer que nous ?

Faut sauter sur l'occasion et les ramener au Maroc

_________________


Administrateur - Page Officielle Facebook "FAR-MAROC" 
Suivez ce lien  Arrow  https://www.facebook.com/farmarocofficielle
Revenir en haut Aller en bas
adminPC
1ere classe
1ere classe
avatar

messages : 68
Inscrit le : 23/12/2016
Localisation : France
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 10 Fév 2017 - 15:13

je suis d'accord, ce n'est pas quelque courbette fiscale qui vont faire qu'un constructeur décider de s'implanter ou pas.

je pense que le Maroc a plus d'atout à proposer au groupe allemand, l'Eco-systèmes d'équipementier, toute la logistique nécessaire, les ports pour l'exportation, la sécurité des investissement (physique et légale), ressources humaines bien formés ...

qu'est ce que propose la tunisie ? RIEN !!!

Je pense qu'ils attendent les marocains sans le dire... mais il utilise la carte de la tunisie pour faire pression sur d'éventuelle négociation avec nous...

Mais laissons les se planter  Basketball un echec comme celui de l'algérie va carrement changer la vision des investisseurs
Revenir en haut Aller en bas
Socket-error
Commandant
Commandant
avatar

messages : 1007
Inscrit le : 03/04/2016
Localisation : FRANCE
Nationalité : Maroc

MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   Ven 10 Fév 2017 - 15:32

Le Port d'Enfidha en eaux profonde Tunisien sera opérationnel à partir d'octobre 2019, il sera doté d'une zone franche.

De plus ils veulent mettre en place des écosystèmes dans ce secteur avec une zone industrielle dédié.

Ils veulent crée une dynamique à la Tanger Med, plagia de notre modèle en gros.

_________________


Dernière édition par Socket-error le Ven 10 Fév 2017 - 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'industrie automobile au Maroc   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'industrie automobile au Maroc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 15 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quel avenir pour le F910 & le F911 ???
» Energie: Comment le Maroc soigne sa crise
» Comment désamorcer la bombe sociale au Maroc ?
» Bricks au thon (Maroc)
» Couscous (Maroc)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Infos et Nouvelles Nationales-
Sauter vers: