Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -31%
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour ...
Voir le deal
90 €

 

 Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeJeu 6 Sep 2012 - 20:07

Rappel du premier message :

Citation :
Diehl lance un Sidewinder à guidage laser
Le 06/09/2012 à 17:15 | Par Guillaume Steuer

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Lagsj
Le missile LaGS est un AIM-9L à guidage laser

Après s'être imposé comme le missile air-air courte portée occidental le plus vendu dans le monde, l'AIM-9 Sidewinder pourrait bien connaître une nouvelle carrière dans des applications air-sol.

Le missilier allemand Diehl, qui a acquis de longue date des compétences dans la construction sous licence de ce missile pour certains clients européens, va profiter du salon ILA (qui s'ouvrira le 11 septembre) pour dévoiler son "Laser-Guided Sidewinder", ou LaGS, un AIM-9 doté d'un capteur semi-actif laser... pour détruire des cibles terrestres.

Selon l'industriel allemand, il existerait aujourd'hui un marché pour des munitions air-sol légères, capables d'engager avec précision des cibles faiblement blindées. Diehl propose donc de "recycler" des AIM-9L, déjà dans l'inventaire des clients potentiels, en les équipant d'un capteur semi-actif laser qui leur permettrait, avec une reprogrammation logicielle, de traiter des cibles terrestres mobiles.

L'avantage principal est de s'affranchir de toute contrainte d'intégration, puisque le Sidewinder équipe déjà bon nombre d'avions de combat de part le monde.

En soi, l'idée n'est pas neuve. Entre 2007 et 2009, Raytheon avait démontré à la demande de l'US Air Force que son AIM-9X était capable de frapper des objectifs terrestres ; trois tirs d'essais réussis avaient été réalisés depuis un F-15C et un F-16, contre des embarcations rapides et un véhicule de transport de troupes. Mais ce programme de recherche n'a pas donné lieu à un déploiement opérationnel.

De la même manière, rappelons qu'au cours de l'opération Harmattan, les missiles air-air de l'hélicoptère Tigre ont, à trois reprises, été employés contre des véhicules, à chaque fois avec succès.


http://www.air-cosmos.com/defense/diehl-lance-un-sidewinder-a-guidage-laser.html
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeMar 1 Oct 2019 - 20:59

Citation :
La furtivité des F-35A aurait été mise à mal par un radar passif développé par le groupe allemand Hensoldt

par Laurent Lagneau · 1 octobre 2019


Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12f154

En avril 2018, et alors qu’une procédure avait été lancée par le gouvernement allemand pour trouver un successeur au Panavia Tornado de la Luftwaffe, deux avions de combat F-35A appartenant au 61e escadron de chasse de l’US Air Force se posèrent à Berlin pour participer au salon aéronautique « ILA ». Au regard du contexte, on pouvait imaginer que ces appareils allaient effectuer des démonstration en vol. Or, il n’en fut rien : ils restèrent en exposition statique.

L’explication alors avancée était qu’aucun programme de démonstration avait été préalablement approuvé pour le F-35A à la verticale de l’aéroport de Schönefeld, où était organisé l’évènement

Mais selon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, la rumeur disait à l’époque que Lockheed-Martin, le constructeur du F-35, voulait éviter d’exposer ses appareils à un système de détection mis au point par Hensoldt, l’ex-division dédiée à l’électronique de défense du groupe Airbus.

En 2012, l’US Naval Institute avait publié un article qui, signé par l’amiral Jonathan Greenert, alors chef des opérations navales de l’US Navy, sur les limites de la furtivité, c’est à dire cette capacité à rester invisible aux moyens de détection qui est l’un des points forts du F-35. Notamment à cause des progrès technologiques, comme l’apparition des radars dits passifs.

Or, Cassidian, la branche électronique d’EADS [qui deviendra Airbus Group], avait justement affirmé avoir développé un tel système, susceptible de « détecter même des objets volants difficilement détectables, comme par exemple les ‘avions furtifs’. »

Contrairement aux systèmes classique, un radar passif n’émet pas d’ondes électromagnétiques pour détecter un aéronef. En revanche, il utilise les ondes émises par les télévisions, les stations de radio et les réseaux de téléphonie mobile. Puis, il suffit de mesurer la différence de marche entre le signal reçu directement de l’émetteur, et celui réfléchi par la cible. Ce principe avait été exploité dès 1943 par l’allemand Telefunken, qui mit au point le système « Kleine Heidelberg ».

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12f244

Pour autant, les ingénieurs d’Hensoldt ne se découragèrent pas : il leur suffisait d’attendre le départ des F-35A de Berlin. Et, rapporte Defense News, ils louèrent une ferme équestre dans les environs de l’aéroport de Schönefeld afin d’y installer le radar passif « Twinvis« .

Avertis du décollage des deux avions américains, l’équipe allemande fut en mesure de les suivre sur une distance de 150 km, en utilisant les signaux de leurs transpondeurs ADS-B afin de corréler les données obtenues par le système Twinvis. L’information a été confirmée par Hensoldt auprès de Der Spiegel.

Cependant, Lockheed-Martin a cherché à relativiser la performance du système Twinvis en expliquant que les deux F-35A étaient munis de réflecteurs [des lentilles à gradient d’indice, dites de Lüneburg] afin justement de les rendre détectables… Et cela, par souci de sécurité, étant donné qu’ils devaient évoluer parmi le trafic aérien civil.

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12f328

Mais pour Hensoldt, la présence ou non de réflecteurs ne change rien à l’affaire… puisque le système Twinvis n’en a pas besoin pour fonctionner.

Cela étant, les radars passifs présentent quelques limites. À commencer par la nécissité de disposer de suffisamment de sources émettrices… Or, si cela ne pose pas de problème pour les zones peuplées, il en va tout autrement pour celles qui le sont moins. Et, pour la même raison, ils ne pourront pas fonctionner si les moyens de radio-diffusion ont été détruits.

Dans son article publié en 2012, l’amiral Greenert avait estimé que l’association de radars à antenne active [AESA] et d’ordinateurs de gestion de combat sans cesse plus performants pouvait également porter atteinte à la furtivité des aéronefs et des navires. Cependant, le recours à des technologies anciennes peut être efficace…

En 1991, lit-on dans le hors-série du magazine DSI publié à l’occasion du dernier salon du Bourget, les forces américaines planifièrent un raid d’hélicoptères AH-64 Apache pour détruire trois radars irakiens, en l’occurrence un P-18 Spoonrest et deux P-15, mis au point en Union soviétique dans les années 1950.

Fonctionnant sur la bande des fréquences VHF [30-300 MHz], ces radars étaient pourtant considérés comme dépassés, en raison de leur mauvaise résolution angulaire. Seulement, il s’avéra qu’ils étaient en mesure détecter le F-117 Nighthawk, le chasseur furtif américain entré en service en 1983.

Par ailleurs, rappelle DSI, en juin 1998, l’ONERA, le centre français de recherche aérospatiale, a réussi à détecter un bombardier furtif B-2 « Spirit », grâce à un prototype de radar trans-horizon, appelé Nostradamus. Installé sur l’ancienne base aérienne de Dreux-Louvilliers, il était en mesure de repérer des avions à une distance entre 500/800 km et 2.500 / 3.000 km sur 360 degrés.

Photos : 1/ US DoD 2 et 3/ Hensoldt

http://www.opex360.com/2019/10/01/la-furtivite-des-f-35a-aurait-ete-mise-a-mal-par-un-radar-passif-developpe-par-le-groupe-allemand-hensoldt/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeJeu 10 Oct 2019 - 21:33

Citation :
Les exportations allemandes de matériels militaires ont bondi de 75% au cours des neufs premiers mois de 2019

par Laurent Lagneau · 9 octobre 2019


Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12e201

En septembre, l’Allemagne a prolongé de six mois supplémentaires son embargo sur les ventes d’armes à l’Arabie Saoudite, décidé après l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, en Turquie, presque un an plus tôt. Et cela, malgré les difficultés que cela pose à d’autres industriels européens qui, utilisant des composants allemands, ne sont plus en mesure d’honorer des commandes passées par Riyad.

Dans le même temps, plusieurs Organisations non-gouvernementales [ONG] ont interpellé le gouvernement français sur les ventes d’armes à l’Arabie Saoudite et aux Émirats arabes unis et demandé à ce qu’il y soit mis un terme. Ne lésinant pas sur les moyens, et à l’occasion de la « Fashion week » à Paris, Amnesty International a même lancé une campagne publicitaire intitulée « Silence, on arme! », avec une pétition à la clé.

Et pour faire bonne mesure, le média d’investigation néerlandais « Lighthouse reports« , en partenariat avec Disclose et avec le soutien de Radio France, Médiapart, Bellingcat et Arte, a publié l’enquête « #Frencharms » dont le but était de démontrer que des armes françaises étaient utilisées pour commettre des atteintes aux droits de l’Homme. Au passage, on notera que cette enquête attribue à l’Allemagne un contrat portant sur la modernisation des Mirage F1 marocains… alors qu’il avait été attribué en 2006 à ASTRAC, une co-entreprise appartenant à Thales et Sagem DS.

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12e1101

Ces campagnes contre les exportations françaises d’équipements militaires ont été lancées alors même que le dernier rapport sur les ventes d’armes remis au Parlement n’avait sans doute jamais été aussi fourni et que Paris n’a cessé de fournir des explications sur les procédures de contrôle mises en place, notamment via la Commission interministérielle pour l’étude des exportations de matériels de guerre [CIEMGG], rattachée aux services du Premier ministre.

« Quelles sont les intentions profondes de certaines ONG, aux financements parfois opaques, qui remettent systématiquement en question nos partenariats stratégiques? Pourquoi n’évoquent-elles jamais les drones chinois, les lance-roquettes russes livrés aux Saoudiens, ou encore les activités de certaines filiales allemandes en Afrique du Sud? », s’était interrogé le député Jean-Charles Larsonneur, lors d’une audition de la ministre des Armées, Florence Parly, en juillet dernier.

D’autant plus qu’il y aurait des choses à dire sur ce sujet, notamment en… Allemagne… Ainsi, le quotidien allemand « Die Frankfurter Allgemeine Zeitung » [FAZ] a cité des chiffres tirés d’une réponse faite à un député écologiste du Bundestag [chambre basse du Parlement] qui s’interrogeait sur les exportations d’armes. Et il en ressort que ces dernières « avancent vers un nouveau record », a titré le journal.

Et pour cause : de janvier à septembre, elle ont atteint 6,35 milliards d’euros, ce qui fait une hausse de 75% par rapport à la même période, l’an passé. Et ce qui est une performance pour un pays qui met en avant sa politique restrictive en la matière.

En 2018, les ventes d’équipements militaires allemands s’étaient élevées à 4,82 milliards d’euros. A priori, les industriels de l’armement d’outre-Rhin sont donc sur le point de connaître une année record [le précédent avait été établi en 2015, avec 7,86 milliards d’euros].

Pour rappel, les exportations françaises avaient dépassé les 9 milliards d’euros en 2018, en prenant en compte la vente de blindés de la gamme SCORPION à la Belgique [1,1 milliards d’euros] ainsi qu’une commande espagnole de 600 millions d’euros pour des hélicoptères NH-90.

S’agissant des ventes allemandes sur les 9 premiers mois de l’année, 1,77 milliard d’euros proviennent de commandes passées par la Hongrie [chars Leopard et obusier PzH 2000?]. Vient ensuite l’Égypte [800 millions], où ThyssenKrupp Marine Systems [TKMS] a soufflé un contrat relatif à 6 frégates au français Naval Group.

L’ironie dans cette histoire est qu’Amnesty International et l’enquête « #FrenchArms » ont justement critiqué les ventes d’armes françaises à l’Égypte qui, par ailleurs, fait partie de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite qui intervient au Yémen contre la rébellion Houthis, soutenue par l’Iran.

En outre, parmi les gros clients de l’industrie allemande de l’armement, on trouve l’Algérie [238 millions], pays qui connaît actuellement une période agitée, le Qatar [213 millions] et… les Émirats arabes unis [206 millions], qui sont les principaux alliés de l’Arabie Saoudite au Yémen.

Ou du moins l’étaient car il a été annoncé, en juillet, qu’Abu Dhabi allait retirer une partie de ses troupes [mais en y laissant les milices formées et équipées par ces dernières]. Mais c’est justement ce retrait [ndlr, dont on ignore la réalité, faute de confirmation officielle] qui aurait conduit Berlin à autoriser l’entreprise allemande Jenoptik Power Systems à livrer des unités d’alimentation pour les batteries des systèmes américains « Patriot » utilisés par les Émirats.

« La décision du gouvernement fédéral en matière d’exportation pourrait être liée à la fois au changement de cap des Émirats dans la guerre au Yémen et à la situation de menace aggravée dans la région en raison de la crise iranienne. Des milliers d’Allemands vivent aux Émirats En outre, il existe des bases militaires des partenaires de l’Otan », explique le quotidien.

Cela étant, la Frankfurter Allgemeine Zeitung ne trouve rien à redire à ces ventes d’armes allemandes car « chercher à préserver son industrie de l’armement va dans le sens de l’intérêt national de l’Allemagne ».

Photo : frégate Meko

http://www.opex360.com/2019/10/09/les-exportations-allemandes-de-materiels-militaires-ont-bondi-de-75-au-cours-des-neufs-premiers-mois-de-2019/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeMar 15 Oct 2019 - 23:01

Citation :
 Une première brique identifiée pour le MGCS ?  

Actualités  Nathan Gain  15 octobre, 2019  

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12e611
Le démonstrateur de canon calibre 130 mm présenté par Rheinmetall cette semaine (Crédit: Rheinmetall Group)



L’Allemand Rheinmetall propose à présent son canon de calibre 130 mm aux États-Unis, à l’occasion du salon de défense AUSA organisé cette semaine à Washington. Rien de bien surprenant, nous direz-vous. Sauf que, pour la première fois, l’industriel rhénan associe explicitement ce système d’arme au programme franco-allemand de char du futur, le Main Ground Combat System (MGCS).

Dévoilé en 2016 durant le salon Eurosatory, le canon L51 de 130 mm est conçu pour « répondre à la nécessité d’améliorer considérablement les performances contre les véhicules blindés modernes, » déclarait alors Rheinmetall. Une première phase de développement a depuis lors été achevée, mettant en évidence « une puissance de feu et une vitesse à la bouche supérieures à celles du canon standard de 120 mm L55/L55A1 lors de tests à tirs réels réalisés sur des cibles modernes, » annonce Rheinmetall dans un communiqué diffusé hier. D’après le groupe allemand, l’augmentation de 8% du calibre apporte un regain de 50% d’énergie cinétique. Durant les prochains mois, ce démonstrateur subira une nouvelle batterie de tests devant permettre de confirmer « une progression substantielle des performances par rapport aux armements principaux de chars [actuellement] en service ».

Plus léger que le canon de 120 mm L55 du Leopard, le L51 sera accompagné de munitions pesant plus d’une trentaine de kg à l’unité. L’introduction de ce canon nécessitera donc de venir y adjoindre un système de chargement automatique des munitions et de repenser la conception de la tourelle sur laquelle il viendra s’intégrer. C’est ici que le programme MGCS entre en piste. Fort de ces résultats positifs, Rheinmetall annonce en effet plancher sur « un démonstrateur de tourelle inhabitée de calibre 130 mm équipée d’un système de chargement automatique, » avant d’ajouter que « ce système sera compatible avec le projet européen Main Ground Combat System (MGCS) ». L’annonce s’arrête là, le contexte se voulant propice à l’apaisement avec les deux autres industriels concernés par le programme, KMW et Nexter.

Cette sortie intervient effectivement à l’heure où Paris et Berlin semblent enfin sur le point débloquer l’épineuse question du partage des tâches entre les trois maîtres d’oeuvre. D’après La Tribune, les partenaires franco-allemand se seraient accordés autour d’une division en neuf lots égaux pour la phase d’architecture du programme, chaque industriel en récupérant trois. Toute la difficulté reviendra à faire coïncider ces parts avec la distribution des charges industrielles établie dès l’origine du programme: 50% pour Nexter, 25% pour KMW et 25% pour Rheinmetall. La teneur exacte de ces lots n’est pas connue, mais le communiqué pourrait laisser présager – avec prudence – que ce dernier lorgne résolument sur la charge consacrée à l’armement principal du futur char de combat. Et si, du sommet ministériel franco-allemand organisé demain à Toulouse émanait finalement la notification tant attendue ? Scénario peu probable, tant les retards constatés autour du programme de chasseur européen SCAF accaparent les discussions entre Florence Parly et son homologue allemande, Annegret Kramp-Karrenbauer.

http://forcesoperations.com/une-premiere-brique-identifiee-pour-le-mgcs/  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeVen 6 Déc 2019 - 21:27

Citation :
Un tribunal allemand donne raison à Rheinmetall, qui contestait l’embargo sur les livraisons d’armes à Riyad

par Laurent Lagneau · 6 décembre 2019


Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12f2105

En octobre 2018, Berlin décida d’imposer un embargo sur les ventes et les livraisons d’équipements militaires à l’Arabie Saoudite, considérée comme responsable de l’assassinat, en Turquie, du journaliste saoudien Jamal Kashoggi. Et, depuis, cette mesure a été reconduite jusqu’en mars 2020.

Seulement, cette mesure a mis en difficulté plusieurs industriels européens ayant des contrats à honorer avec Riyad. Ayant recours à des sous-traitants basés outre-Rhin, ces derniers ne sont en effet plus en mesure de livrer les équipements qui leur ont été commandés pour les besoins des forces saoudiennes.

D’où la décision du groupe allemand Rheinmetall de contester cet embargo décrété par Berlin devant les tribunaux.

En effet, en novembre 2016, Rheinemetall avait obtenu de la part de Riyad un contrat de 134 millions d’euros pour livrer 110 camions militaires dérivés du modèle HX81 produit par RMMV [Rheinmetall MAN Military Vehicles]. Et il était question d’une commande portant sur des véhicule supplémentaires ainsi que sur des services logistiques pour une durée de cinq ans.

Quand le gouvernement allemand décréta un embargo sur les ventes et les livraisons de matériels militaires à l’Arabie Saoudite, Rheinemetall avait déjà livré 20 camions. Le retrait de la licence d’exportation relative à ces véhicules allait donc se traduire par un manque à gagner, d’autant plus que le reste de la commande était sur le point d’être honorée.

Le jugement que vient de rendre le tribunal administratif de Francfort-sur-le-Main n’a pas fait beaucoup de bruit [sauf dans la presse économique d’outre-Rhin]… Et pourtant, les magistrats ont infligé un camouflet au gouvernement allemand en estimant que la décision de retirer la licence d’exportation à Rheinmetall n’avait pas été suffisamment motivée.

« Le simple fait que le gouvernement fédéral s’inquiète des préoccupations étrangères et de sécurité en matière d’exportation d’armes à destination de Riyad n’est pas suffisant pour révoquer un permis d’exportation déjà délivré. En outre, la société peut avoir droit à une indemnisation », ont fait valoir les juges.

Selon eux, la disparition de Jamal Kashoggi n’a pas constitué un « tournant ». L’Arabie Saoudite est un « pays qui a posé des difficultés, qui en pose encore et qui en posera à l’avenir », a déclaré Rainald Gerster, le président du tribunal.

En clair, la licence d’exportation avait été accordée par Berlin alors que les autorités allemandes savaient que plusieurs personne avaient été exécutées [en public] à plusieurs reprises en Arabie Saoudite et que ce pays était à la tête d’une coalition engagée au Yémen. Aussi, elles auraient dû dire en quoi l’affaire Kashoggi pouvait motiver un embargo. Ce qu’elles n’ont donc pas fait.

La décision du tribunal administratif ouvre également la voie à une indemnisation de Rheinmetall, l’industriel ayant fait valoir que le stockage des camions n’ayant pas pu être livré lui coûtait cinq millions d’euros. Qui plus est, Riyad était sur le point de lui attribuer un nouveau contrat de 3,5 millions d’euros, dans le cadre du même marché.

« Le verdict est à la fois une gifle administrative et une honte politique », a résumé le quotidien Handelsblatt, pour qui « ce n’est pas tous les jours que l’on voit un tribunal administratif local faire la leçon au gouvernement fédéral en pointant des erreurs de débutants dans des décisions de portée internationale. »

Cependant, si ce jugement peut toujours faire l’objet d’une procédure en appel [qui n’a, pour le moment, pas été lancée], il pourrait inspirer d’autres industriels allemands se trouvant dans la même situation que Rheinmetall. C’est ainsi le cas du chantier naval de Lürssen, qui avait été autorisé à vendre 18 patrouilleurs à Riyad avant d’être empêché de le faire. Ainsi que celui d’Airbus, qui a également des contrats importants à honorer [sécurisation des frontières, notamment ndlr].

http://www.opex360.com/2019/12/06/un-tribunal-allemand-donne-raison-a-rheinmetall-qui-contestait-lembargo-sur-les-livraisons-darmes-a-riyad/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeSam 21 Déc 2019 - 18:31

Citation :
Un investisseur français veut racheter l’allemand Heckler & Koch, qui fournit le successeur du FAMAS

par Laurent Lagneau · 20 décembre 2019


Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12f2a51

Quand la Direction générale de l’armement [DGA] annonça avoir choisi le fusil allemand HK-416FR pour remplacer les FAMAS des forces françaises, certains responsables politiques ne manquèrent pas de déplorer cette décision, semblant découvrir que la Manufacture d’armes de Saint-Étienne avait disparu depuis belle lurette. Et tant pis si ces armes allaient être fabriquées avec de l’acier français.

Mais sans doute que ceux qui critiqués la décision de la DGA en faveur du HK-416 se réjouiront de savoir que le fabricant de ce fusil d’assaut, Heckler & Koch, pourrait être racheté par un investisseur français, à savoir Nicolas Walewski.

Fondateur du fonds d’investissement Alken Asset Management, établi à Londres, M. Waleswski entend mettre la main sur l’armurier allemand dans le cadre d’un investissement privé, via son holding financier « La Compagnie de développement de l’eau » [CDE], qui détient déjà 5,1% du capital de Heckler & Koch Gmbh.

En effet, le 18 décembre, la CDE a confirmé l’intention de M. Walesweki de prendre le contrôle de l’industriel allemand et de s’engager sur un « horizon d’investissement à long terme ». En effet, si Heckler & Koch a un carnet de commandes bien rempli, il souffre d’une endettement trop lourd, après avoir essuyé deux années de pertes.

Seulement, pour mener à bien cette opération, Nicolas Waleswski doit obtenir le feu vert du gouvernement allemand et, surtout, arriver à obtenir plus de 50% du capital.

Or, le financier Andreas Heeschen, qui a déjà investi 60 millions d’euros de sa fortune personnelle pour réduire la dette du fabricant du HK-416 n’entend pas se laisser faire aussi facilement, même s’il aurait déjà fait par de son intention de vendre ses participation au capital de l’industriel.

D’après la presse allemande, une assemblée générale extraordinaire des actionnaires a été convoquée le 19 décembre. C’était un « évènement curieux », organisé dans une « petite salle de la ‘Badhaus’ à Rottweil, dans le Bade-Wurtemberg, où se produisent souvent des spectacles de cabaret. […] Le sort de l’un des principaux fournisseurs d’armes de l’Otan a été discuté. Il s’agissait de savoir qui détiendrait et contrôlerait le fabricant d’armes à l’avenir », a décrit le quotidien Die Welt.

Et ni M. Walewski, ni M. Heeschen n’étaient présents. Mais leurs représentants respectifs ont ouvert les hostilités, l’avocat de la CDE, Sebastian Ens, ayant cherché à évaluer la « fiabilité » de l’actuel actionnaire majoritaire. « De toute évidence, la relation d’affaires autrefois amicale s’est transformée en confrontation », a résumé Die Welt. En attendant, l’avenir de Heckler & Koch ne s’est toujours pas éclairci, l’assemblée générale extraordinaire n’ayant rien donné.

http://www.opex360.com/2019/12/20/un-investisseur-francais-veut-racheter-lallemand-heckler-koch-qui-fournit-le-successeur-du-famas/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeLun 20 Jan 2020 - 16:45

Citation :
Frégates allemandes: remous après l'attribution d'un contrat à un consortium étranger


Berlin, 20 jan 2020 (AFP) -


Les chantiers navals allemands de Kiel vont contester en justice le choix par Berlin d'un groupe néerlandais pour un contrat record de construction de frégates de la marine nationale, au détriment du consortium qu'ils formaient avec Thyssenkrupp, a annoncé l'entreprise lundi.

"Nous avons de sérieux doutes quant à la légalité de cette décision, et nous épuiserons toutes les possibilités de recours à notre disposition", affirme la German Naval Yards Kiel dans un communiqué.

Le ministère de la Défense allemand a annoncé la semaine dernière sa volonté de confier à un consortium européen, mené par les chantiers navals néerlandais Damen et incluant une filière du français Thales, la construction de quatre frégates "MKS 180" pour l'armée allemande, la "Bundeswehr".

L'offre proposée par les chantiers de Kiel (GNYK) et le géant industriel allemand Thyssenkrupp a été écartée par Berlin.

Ce choix, qui doit encore être validé par les députés, provoque des remous dans le pays car Thyssenkrupp, déjà confronté à de grandes difficultés, et les chantiers navals de Kiel étaient jusqu'à présent le partenaire historique de l'armée allemande.

En tout, ce sont quatre frégates qui devront être livrées pour un budget d'environ 5,27 milliards d'euros.

Il s'agit de la plus grande commande navale de ce type dans l'histoire de l'armée allemande.

Damen travaillera avec le chantier naval Blohm&Voss de Hambourg, où seront en partie construits les navires, ainsi que la filiale de Thales aux Pays-Bas.

Ce contrat avait fait l'objet d'un appel d'offres européen en 2015, lorsque Ursula von der Leyen était encore ministre de la Défense.

Ces navires sont censés pouvoir couvrir l'ensemble des missions et des tâches de la marine, notamment en assurant la défense contre les attaques aériennes, sous-marines et terrestres. Ils pourront aussi, si nécessaire, évacuer les citoyens allemands de pays en situation de crise.

La marine allemande souffre actuellement, comme l'ensemble de la Bundeswehr, d'une pénurie de matériel et de personnel. En manque d'investissements chroniques ces dernières années, de nombreuses frégates et sous-marins sont devenus obsolètes ou ne sont pas opérationnels.

https://www.marine-oceans.com/actualites/19812-fregates-allemandes-remous-apres-l-attribution-d-un-contrat-a-un-consortium-etranger
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeJeu 20 Fév 2020 - 18:59

Citation :
Pour optimiser sa rentabilité, Airbus Defence & Space se restructure et va supprimer 2.300 postes

par Laurent Lagneau · 20 février 2020


Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12f3269

Si l’activité civile d’Airbus se porte très bien, avec la livraison d’un nombre record d’avions commerciaux en 2019 et un carnet de commandes bien rempli, il n’en va pas de même pour la division « défense et espace » [Airbus Defence & Space], dont le siège est en Allemagne. Et, lors de la présentation des résultats du groupe, la semaine passée, l’idée d’une restructuration avait été évoquée.

En 2019, Airbus DS a affiché 8,5 milliards d’euros de prises de commande et a représenté 15% du chiffre annuel du groupe. Mais, dans le même temps, il a subi une perte opérationnelle de 881 millions d’euros et son carnet de commandes s’est réduit à 32,3 milliards d’euros [-9% par rapport à 2018].

« Nos prises de commandes en 2019 ont été soutenues principalement par un contrat de services de 400 millions d’euros et des contrats clés dans le domaine spatial », avait expliqué Guillaume Faury, le président exécutif d’Airbus.

Cela étant, Airbus DS a dû faire face à plusieurs problèmes, à commencer par ceux concernant l’avion de transport militaire A400M, pour lequel il a fallu provisionner une nouvelle charge de 1,2 milliards d’euros. En outre, les perspectives à l’exportation ont été revues à la baisse. Et, pour ne rien arranger, l’Allemagne a refusé la livraison de deux appareils en novembre 2018 en invoquant un souci de sécurité.

Par ailleurs, la décision de Berlin de prolonger son interdiction d’exporter des équipements militaires vers l’Arabie Saoudite n’a évidemment pas aidé Airbus DS, cette mesure lui ayant coûté 221 millions d’euros en 2019, notamment à cause de l’impossibilité d’honorer la commande d’un système intégré global de sécurisation des frontières saoudiennnes [passée en 2009] et de 23 hélicoptères H145. D’où la tentation de se passer de composants allemands pour produire son avion de transport militaire C-295.

Enfin, plusieurs programmes dans lesquels Airbus DS est impliqué connaissent des retards, quand ils ne sont pas à l’arrêt. Tel est le cas, par exemple, de l’Eurodrone [ou MALE RPAS], jugé encore trop coûteux par les pays clients, France en tête. En Allemagne, le groupe attend toujours des contrats portant sur la modernisation des Eurofighter [programme E-SCAN qui vise à intégrer un radar AESA sur une partie de la flotte], en plus d’une commande d’appareils supplémentaires pour remplacer une partie des Panavia Tornado de la Luftwaffe. Mais, sur ce point, il est en concurrence avec Boeing, qui propose son F/A-18 Super Hornet.

Quoi qu’il en soit, la restructuration évoquée il y a quelques jours s’est concrétisée le 19 février, avec l’annonce par Airbus DS de la suppression de 2.300 postes [sur 34.000 actuellement], dont 829 en Allemagne, 630 en Espagne, 404 en France, 357 au Royaume-Uni et 142 dans d’autres pays.

« Si les perspectives commerciales sous-jacentes demeurent solides, notamment dans ses cœurs de métier, la division enregistre un ratio commandes nettes/livraisons inférieur à 1 pour la troisième année consécutive, principalement en raison de l’atonie du marché spatial et du report de plusieurs contrats de défense, rendant ces mesures nécessaires », a ainsi justifié Airbus DS dans un communiqué.

S’agissant des modalités de ce plan de départs, l’industriel assure qu’il fournira « des précisions sur ses intentions » et qu’il poursuivra un « dialogue constructif avec les représentants du personnel ». Et de préciser que « de possibles incidences financières sont en cours d’évaluation et seront communiquées ultérieurement. »

Cette restructuration se fera dans le cadre d’un « programme de rentabilité renforcé », lequel comprendra des mesures « à augmenter la compétitivité à long terme » afin d’assurer l’avenir d’Airbus DS.

Dans un entretien donné à La Tribune, Guillaume Faury a expliqué qu’Airbus DS devait revoir son modèle économique afin qu’il « soit rentable avec le flux normal d’activité et réduire la dépendance [aux] gros contrats. »

Photo : Airbus DS

http://www.opex360.com/2020/02/20/pour-optimiser-sa-rentabilite-airbus-defence-space-se-restructure-et-va-supprimer-2-300-postes/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeDim 1 Mar 2020 - 17:15

Citation :
Rheinmetall Launches Autonomous Combat Warrior in Australia

01 Maret 2020

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12f3306
Mission Master vehicle (photo : Rheinmetall)



Rheinmetall partners with DST, CSIRO, QUT and RMIT to develop new sovereign automated military vehicle capability

Rheinmetall is pleased to announce the launch of its first Australian research and technology program. Under the Autonomous Combat Warrior (ACW) program, Rheinmetall’s Australian, German and Canadian development teams will work alongside research teams from Defence Science and Technology (DST) group, the Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO), Queensland University of Technology (QUT) and the Royal Melbourne Institute of Technology (RMIT). The aim is to develop advanced sovereign robotics and automated vehicle technologies. This will create a local automated military vehicle capability.

Rheinmetall Defence Australia Managing Director Gary Stewart said the program would lead the Australian development of next generation automated combat vehicle technologies for integration into the family of Rheinmetall vehicle platforms. “ACW’s goal is to fundamentally change the way in which land vehicles support military operations by transforming a vehicle from tool to teammate to provide currently unachievable levels of soldier protection, support and tactical advantage,” Mr Stewart said. “This will see the Australian development of the next generation of land vehicle systems warfighting capability, with an emphasis on developing trusted automated systems which provide human-machine teaming and optional crewed control.”

The program will focus on the automation of driving capabilities. Rheinmetall only develops systems that are strictly compliant with the rules of engagement of its customers. Rheinmetall does not develop, manufacture or market fully autonomous weapon systems. Rather, Rheinmetall is convinced that humans must retain the power of decision and therefore rejects fully autonomous weapon systems that deprive humans of the power to decide whether or not to use weapons against other humans.

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 022
Mission Master vehicle (photo : Rheinmetall)

Rheinmetall’s contribution to the program will take place across its Australian, Canadian and German businesses with the focus of research to take place at the company’s Melbourne operations and its new Military Vehicle Centre of Excellence in Redbank, Queensland which is due for completion in the second half of 2020.

Rheinmetall Defence Australia is working with the DST Group under a 5-year strategic R&D alliance agreement to work collaboratively to advance automated vehicle systems. The agreement builds on Rheinmetall’s longstanding relationship with DST in the area of simulation and augmented reality. The partnership also includes R&D around novel concepts and technologies that support the new Boxer 8x8 Combat Reconnaissance Vehicle capability Rheinmetall is delivering to the Australian Defence Force under the $5.2 billion Land 400 Phase 2 program.

Rheinmetall Canada has developed Mission Master vehicles that incorporate an eight-wheel drive, skid-steer, electric, unmanned platform operated in either robotic, semi or full autonomous driving modes. These vehicles can be fitted with various payload modules including cargo, protection, medical and surveillance variants.

Rheinmetall Landsysteme Germany has over twenty years of experience in the automation of vehicles. Its system safety and system architecture competencies derive from more than ten research projects, and relevant technologies such as drive-by-wire have been developed to a uniquely high level of maturity. This underscores Rheinmetall's status as a leader in automation technologies.

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12f3305
Mission Master vehicle (photo : Rheinmetall)

The Autonomous driving vehicle capability, or “A-kit”, currently integrated into the Mission Master provides the base software architecture for all future stages of the ACW research program and provides the autonomous capabilities including robotic vehicle control (robotic control or semi-autonomous); “follow me” control (semi-autonomous); simultaneous localisation and mapping); autonomous waypoint navigation (semi or full autonomous); and GPS allowed/denied navigation (semi or full autonomous).

Rheinmetall is also upgrading two Wiesel 2 digital vehicles with drive-by-wire architecture and the Rheinmetall Canada autonomous driving A-Kit package. These vehicles, when upgraded with Australian advanced autonomous applied research under the ACW Program, will be used to demonstrate the vehicle-agnostic and integrated payload capabilities of Rheinmetall’s Advanced A-Kit.

ACW’s research and development objectives are to:
-Develop game-changing autonomous technologies in Australia;
-Leverage Rheinmetall global research and development efforts and existing vehicle platforms and technologies, to fast track the development of autonomous technologies;
-Develop a platform agnostic Autonomous Kit (A-kit), suited for integration into a variety of road and off-road military vehicles;
-Partner with the Australian research community and local industry with deep technical expertise to solve complex development problems;
-Generate a strong return on investment to the Commonwealth, in the form of employment and sovereign robotics capability; and
-Work with Army to support its evaluation and strategy development for the use of autonomous vehicles.

(Rheinmetall)

http://defense-studies.blogspot.com/2020/03/rheinmetall-launches-autonomous-combat.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeLun 23 Mar 2020 - 19:13

Citation :
Le Bundestag donne son feu vert à l’étude d’architecture du futur char de combat franco-allemand

par Laurent Lagneau · 23 mars 2020


Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12f3473

Avec une actualité dominée par le Covid-19, le feu vert de la commission du Budget de la chambre basse du Parlement allemand [Bundestag] au financement d’une étude de définition de l’architecture du MGCS [Main Ground Combat System], c’est à dire le futur char de combat franco-allemand a failli passer inaperçu sans la vigilance du quotidien Les Échos.

Ainsi, signale ce dernier, le 11 mars, les députés allemands ont donc débloqué les fonds nécessaires pour financer cette étude, tout en y mettant des conditions, comme d’ailleurs ils l’ont aussi fait pour le Système de combat aérien du futur [SCAF], un programme mené par la France, dans le cadre d’une coopération avec l’Allemagne et l’Espagne.

Pour rappel, outre-Rhin, le Bundestag a un droit de regard dès lors qu’un investissement envisagé par le gouvernement fédéral dépasse les 25 millions d’euros. Ce qui lui donne la possibilité de bloquer ou d’influencer un programme d’armement coûteux comme peuvent l’être le SCAF et le MGCS, le développement de ce dernier étant estimé à 750 millions d’euros d’ici 2027.

Tant pour le SCAF que pour le MGCS, les députés allemands estiment qu’une part trop belle serait faite à l’industrie française, aux dépens de celle d’outre-Rhin. D’où les conditions qu’ils imposent pour continuer leur soutien à ces programmes majeurs.

Dans le cas du MGCS, explique le journal Les Échos, les membres de la commission du Budget au Bundestag ont exigé la remise d’un rapport du gouvernement « sur la consolidation de l’industrie de l’armement terrestre allemand » d’ici le 17 juin prochain. En outre, certains d’entre-eux, membres de la CDU/CSU [le parti chrétien-démocrate dont est issue la chancelière Angela Merkel, ndlr] craignent que la direction de ce programme finisse par revenir à la France [alors qu’il est conduit par le Baimww, c’est à dire la DGA allemande, ndlr] étant donné le manque de mobilisation du gouvernement fédéral en faveur de ce char de combat du futur.

En attendant, l’enveloppe qui a été débloquée permettra de financer les études de concept pendant deux ans. À l’issue de cette phase, il s’agira de mettre au point des démonstrateurs. Quant au partage industriel, la tentative de Rheinmetall de faire main basse sur Krauss-Maffei Wegmann [KMW], engagé dans la co-entreprise KNDS avec le français Nexter Systems, a compliqué les choses.

En effet, une prise de contrôle de KMW par Rheinmetall aurait déséquilibré KNDS aux dépens de Nexter Systems et remis en cause, par conséquent, la règle des « 50-50 » définie initialement par Paris et Berlin.

En octobre, une solution pour contenter tout le monde a été trouvée. Ainsi, pour qu’il y ait un partage équitable de la charge de travail, l’étude d’architecture a été divisée en neuf lots qui seront attribués à parts égales entre les industriels concernés.

Quoi qu’il en soit, l’objectif du programme MGCS est de mettre au point un « système de systèmes », dans lequel cohabiteront des plateformes habitées et inhabitées. D’où l’importance de l’étude d’architecture pour mettre tout cela en musique.

En outre, souligne le ministère allemand de la Défense, l’actuel char Leopard 2, « qui contribue de manière significative à la défense du pays et de l’Otan » ne pourra pas être modernisé indéfiniment. Tout comme, d’ailleurs, le Leclerc en France. Aussi, le MGCS est crucial pour la Bundeswehr et surtout l’industrie allemande, dans la mesure où il « a le potentiel de devenir le plus grand projet européen de défense terrestre » et que de nombreux pays du Vieux Continent auront à remplacer leurs chars de combat d’ici 2035/2040. Ainsi, le marché européen est estimé à 100 milliards d’euros.

http://www.opex360.com/2020/03/23/le-bundestag-donne-son-feu-vert-a-letude-darchitecture-du-futur-char-de-combat-franco-allemand/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeMer 25 Mar 2020 - 23:11

Citation :
Ventes d'armes : Berlin continue de bouder l'Arabie Saoudite

Par Michel Cabirol | 25/03/2020, 18:47 | 252 mots



L'Allemagne a prolongé l'embargo des ventes d'armes à destination de l'Arabie Saoudite jusqu'au 31 décembre 2020.

C'est "nein" et ce n'est pas vraiment une surprise. Lors d'un point presse, un porte-parole de la chancellerie a annoncé lundi qu'"aucune nouvelle demande (de licences d'exportation, ndlr) sur l'Arabie Saoudite ne sera autorisée jusqu'au 31 décembre 2020". Ce qui signifie que les livraisons ne sont pas annulées mais à nouveau suspendues. Berlin avait décidé en novembre 2018 un embargo des ventes et des livraisons d'armes à destination de Ryad après l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Ce gel avait été prolongé en septembre 2019 pour six mois.

Récemment, le Prince Faisal bin Farhan Al Saoud avait pourtant exhorté l'Allemagne à lever son embargo sur les armes. Maniant la carotte et le bâton, le ministre des Affaires étrangères a rappelé dans une interview à l'agence de presse allemande DPA "la haute qualité de l'armement" allemand mais a averti qu'il "existe d'autres sources où vous pouvez obtenir de tels armements". Et de conclure que "nous allons acheter ce dont nous avons besoin, où nous pouvons l'obtenir".

Une prolongation jusqu'au nouveau gouvernement allemand?

La fin théorique de l'embargo est donc prévu le 31 décembre 2020 mais on voit mal le gouvernement reprendre les exportations d'armes vers l'Arabie Saoudite à seulement neuf mois des élections fédérales pour le renouvellement du Bundestag qui sont prévues en septembre 2021. Résultat, en tenant compte des négociations sur la constitution ou pas d'une coalition, il est possible que l'Allemagne débloque les exportations durant l'hiver 2021/2022... en plein dans la campagne présidentielle en France.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/ventes-d-armes-berlin-continue-de-bouder-l-arabie-saoudite-843335.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeMer 1 Avr 2020 - 20:47

Citation :
Exportations d'armes : l'Allemagne approuve de nouvelles livraisons au Moyen Orient

Par Michel Cabirol | 01/04/2020, 13:14 | 543 mots

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12f3576
L'Allemagne vient d'approuver la livraison d'un sous-marin U-209/1400 à l'Egypte (Crédits : HDW)


Berlin vient d'approuver la livraison d'un sous-marin à l'Egypte et de quatre corvettes à Israël. Des livraisons qui confirment la santé insolente des industriels de l'armement allemands en dépit du gel des exportations vers l'Arabie saoudite.


Après une année faste pour les exportations d'armes allemandes en 2019, les affaires se poursuivent pour les industriels germaniques. Ainsi, selon nos informations, le conseil de sécurité allemand a validé la semaine dernière les livraisons d'un certain nombre de matériels militaires à des pays du Proche et du Moyen Orient. Conformément à son processus, Berlin délivre une licence de livraison après avoir déjà pourtant validé une licence pour autoriser une 'exportation. Dans ce lot, le conseil de sécurité allemand a notamment approuvé la livraison à l'Egypte d'un sous-marin U-209/1400 (le S-43), qui a été fabriqué par ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS). Le second (S-44) exemplaire doit être en principe livré dans deux ans. Signé en 2015, le contrat pour la livraison pour ces deux sous-marins s'élève à 900 millions d'euros.

Berlin a également autorisé la livraison de quatre corvettes Sa'ar 6 (TKMS/GNY-K) d'un seul bloc. Contrairement à l'Egypte dont les livraisons allemandes doivent faire l'objet d'une approbation au cas par cas (un sous-marin à la fois). Les négociations autour de ce contrat avait initialement fait l'objet de soupçons de corruption en 2011. Au total, la commande est estimée à 450 millions d'euros, dont un tiers est subventionné par le gouvernement allemand. La première corvette israélienne, qui va être prochainement livrée à la marine israélienne, vont servir à la défense des champs gaziers israéliens. Enfin, Berlin a approuvé la livraison de munitions pour les blindés qataris (180 millions d'euros).

Des industriels de l'armement allemands en pleine forme

Les exportations d'armes de l'Allemagne étaient 17% plus élevées en 2015-2019 (soit une part mondiale de 5,8 % qu'en 2010-2014 (5,3%), selon l'Institut international de recherche sur la paix (Sipri), basé à Stockholm. Sur cette période, Berlin se classe au quatrième rang derrière les Etats-Unis (36% des ventes), la Russie (21%) et la France (7,9%). Les industriels allemands ont principalement exporté en Corée du sud (18% des exportations d'armes allemandes), qui a notamment reçu quatre sous-marins allemands, en Grèce (10%) et en Algérie (8,1%).

Par région, les exportations allemandes sont principalement destinées à l'Asie/Océanie (30%), puis vers l'Europe (26%), le Moyen orient (24%), la zone Amérique (11%) et, enfin, l'Afrique (8,3%). Enfin, les livraisons de sous-marins ont représenté 39% des exportations allemandes sur la période 2015-2019. Outre les quatre sous-marins livrés à la Corée du Sud, TKMS en a remis trois à la Grèce et à l'Egypte, deux à la Colombie et à l'Italie et, enfin, un à Israël. En 2019, les exportations d'armes allemandes ont augmenté de 65% de janvier à mi-décembre 2019 par rapport à 2018 et ont atteint un record de 7,95 milliards d'euros, selon les chiffres du ministère de l'Économie annoncés fin décembre..

Gel des exportations vers l'Arabie Saoudite

L'Allemagne a récemment prolongé l'embargo des ventes d'armes à destination de l'Arabie Saoudite jusqu'au 31 décembre 2020. Lors d'un point presse, un porte-parole de la chancellerie a annoncé lundi qu'"aucune nouvelle demande (de licences d'exportation, ndlr) sur l'Arabie Saoudite ne sera autorisée jusqu'au 31 décembre 2020". Ce qui signifie que les livraisons ne sont pas annulées mais à nouveau suspendues. Berlin avait décidé en novembre 2018 un embargo des ventes et des livraisons d'armes à destination de Ryad après l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Ce gel avait été prolongé en septembre 2019 pour six mois.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/exportations-d-armes-l-allemagne-approuve-de-nouvelles-livraisons-au-moyen-orient-844022.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 29932
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena32Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena24
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena25Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena26
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Cheval10Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Unbena15
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Medail10

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitimeMar 7 Avr 2020 - 23:25

Citation :
Rheinmetall Wins $80M to Supply Artillery Propelling Charges to International Customer

 01:11 PM, April 7, 2020


Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12f3645

Rheinmetall has won a contract worth over $80 million (€70 million) to supply artillery propelling charges to an unnamed international customer by 2021. Booked at the end of March by Rheinmetall Denel Munition (Pty) Ltd., the order encompasses several hundred thousand Tactical Modular Charges, the company said in a statement Tuesday.

Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 _12f3644

The Tactical Modular Charges are designed to propel 155mm artillery shells. It includes reduced barrel wear (RDMs Barrel Wear Reducer/BWR) for longer barrel life; and lower muzzle flash (RDMs Muzzle Flash Reducer/MFR) to make the artillery system harder for the enemy to detect. Three of Rheinmetall's artillery projectiles set new distance records during a test fire event at the Alkantpan Test Range in South Africa, on November 6, 2019. “During the event, three new maximum effective range records were set using various guns. A G6 howitzer with a 52-calibre gun achieved the longest range ever attained with a conventional 155mm artillery round: 76 kilometres, while the 52-calibre gun of PzH2000 self-propelled howitzer lobbed a shell 67 kilometres. Finally, a field howitzer with a 39-calibre gun attained a range of 54 kilometres," the company had said

https://www.defenseworld.net/news/26678/Rheinmetall_Wins__80M_to_Supply_Artillery_Propelling_Charges_to_International_Customer#.XoztyqYw_IU
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie   Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie - Page 6 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Industrie de defense Allemande / die deutsche Rüstungsindustrie
Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armement et matériel militaire :: Autres Systemes d´armes-
Sauter vers: