Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Algérie: indépendance, rôle du Maroc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Yakuza
Administrateur
Administrateur


messages : 21624
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Algérie: indépendance, rôle du Maroc.   Ven 5 Nov 2010 - 13:26

qu´ils viennent a s´aider eux meme dabord,les gouvernements ne viennent pas de mars,mais du peuple.

mavrique,encore un post de la sorte et on se dit bye bye,fait tourner plus la cabessa.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fremo
Administrateur
Administrateur


messages : 21540
Inscrit le : 14/02/2009
Localisation : 7Seas
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Algérie: indépendance, rôle du Maroc.   Ven 5 Nov 2010 - 15:57

message effacé mavrique, lis bien le titre du topic !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
mavrique
2eme classe
2eme classe


messages : 15
Inscrit le : 31/10/2010
Localisation : haute senie
Nationalité : Algerie-Francais

MessageSujet: Re: Algérie: indépendance, rôle du Maroc.   Ven 5 Nov 2010 - 16:19


NOUVELLES RÉVÉLATIONS D’UN HISTORIEN AMÉRICAIN

De Gaulle, les USA et l’indépendance de l’Algérie

Par : N. Sebti, Liberté, 26 novembre 2006

L’universitaire Irwin Wall veut étudier la guerre d’Algérie dans sa dimension internationale. La conduite de ce conflit s’inscrit dans le contexte de la guerre froide et du vaste mouvement d’émancipation des peuples colonisés.

Un spécialiste des relations franco-américaines vient de publier un livre sur la guerre d’Algérie qui tord le cou à bien d’idées reçues en France, où l’indépendance est attribuée à une volonté de Charles de Gaulle, convaincu de cette inéluctable option. Ce qui vaut au général, appelé en 1958 au secours de la IVe République, d’être crédité d’une certaine lucidité.
Après avoir enquêté dans les archives de plusieurs pays, Irwin
M. Wall, universitaire connu, conclut que le général fut en réalité contraint par les États-Unis à la négociation avec le FLN. Les États-Unis, qui cessent de soutenir la IVe République en raison de son incapacité à résoudre la crise algérienne, accueillent favorablement l’arrivée au pouvoir du général.
Mais, souligne Irwin Wall, de Gaulle ne se résout qu’en 1959 à l’indépendance de l’Algérie, tout en cherchant à la maintenir étroitement associée à la France. Pour lui, comme pour ses prédécesseurs, l’influence de la France en Algérie, et plus largement en Afrique du Nord, déterminerait sa puissance : elle lui conférerait une position de leadership au sein de la Communauté européenne, lui donnant ainsi l’accès à un directoire à trois avec la Grande-Bretagne et les États-Unis. Dans cette perspective “eurafricaine”, l’indépendance algérienne s’avère non pas un succès, mais un échec pour le général, qui se verra contraint de changer de politique étrangère après 1962. Ces points de vue seront certainement discutés, mais le traitement que fait Irwin Wall de l’abondante documentation qu’il a réunie emporte la conviction. Dans son ouvrage intitulé France, the United States, and the Algerian War, et dont la traduction en français vient de paraître à Paris, l’universitaire veut étudier la guerre d’Algérie dans sa dimension internationale. La conduite de ce conflit s’inscrit dans le contexte de la guerre froide et du vaste mouvement d’émancipation des peuples colonisés.
Cependant, l’auteur considère que le problème crucial est celui des relations entre la France et les États-Unis qui permettraient d’expliquer, à la fois, les grandes orientations de la politique algérienne de la France et les changements majeurs survenus dans les affaires intérieures de la métropole, en particulier la chute de la IVe République.
Fondant sa recherche sur le dépouillement d’une abondante documentation diplomatique relatant les relations entre les États-Unis et la France, mais aussi le FLN, la Tunisie et le Maroc, l’auteur suit les développements de la diplomatie américaine et leurs conséquences sur la politique française dans le cadre d’une démarche principalement chronologique. Dès le premier chapitre intitulé “The United States and the Algerian War” (Les États-Unis et la guerre d’Algérie), Irwin M. Wall tente d’expliquer ce qu’il analyse comme le retournement de l’attitude de Washington à l’égard du régime de la IVe République, qui avait pourtant bénéficié d’un soutien sans faille depuis 1947. En 1958, les États-Unis auraient tout fait pour saper les bases de la Quatrième. L’auteur considère que c’est la question algérienne qui explique cette évolution. Dès ses origines, les dirigeants américains ne se sont pas montrés hostiles à la révolution algérienne, dans la mesure où elle était susceptible d’engendrer un régime qui ne soit pas communiste. Dans ce cadre, la diplomatie initiée par le président Eisenhower et le secrétaire d’État John Foster Dulles a cherché à développer un dialogue à la fois avec le FLN et le gouvernement français. Les États-Unis sont partagés entre l’alliance avec la France et le souci de soigner leurs relations avec les peuples du Tiers-monde, de manière à empêcher l’Afrique du Nord de tomber sous le joug soviétique. L’instabilité parlementaire inhérente au régime empêche cependant Washington d’établir un dialogue effectif avec les autorités parisiennes, tout comme elle ôtait à tout éventuel gouvernement, animé par des conceptions libérales, le pouvoir d’accorder l’indépendance à l’Algérie contre l’hostilité d’une assemblée nationale qui n’y était pas prête. Ainsi, quand Douglas Dillon, ambassadeur des États-Unis en France, rencontre en avril-mai 1955 le président du conseil, Edgar Faure, et son ministre des Affaires étrangères, Antoine Pinay, ces derniers lui demandent de soutenir la France sur la question algérienne, dans la mesure où elle mène une politique “libérale” à l’égard du Maroc et de la Tunisie. Les Français considèrent que la révolution algérienne est un enjeu crucial dans la lutte de l’OTAN contre le communisme international. De fait, à la fin de l’année 1956, la majeure partie des troupes françaises est déployée au sud de la Méditerranée, au détriment des positions de l’OTAN.
Sur le plan international, de Gaulle se prononce auprès de ses alliés pour un directoire des trois grandes puissances, associant la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis au sein de l’OTAN, qui reconnaîtrait l’hégémonie de la France sur l’Eurafrique. Une fois encore, l’ensemble de la politique diplomatique de la France vise à conserver l’Algérie française, qui constitue une pièce maîtresse du dispositif français en Afrique du Nord, ainsi que les bases militaires comme Bizerte. La France reconnaît l’indépendance du Maroc et de la Tunisie, mais voudrait contrôler leur politique de défense. L’auteur présente le discours du 16 septembre 1959 sur l’autodétermination comme la conséquence directe de son échec à rallier les États-Unis aux principes géopolitiques évoqués ci-dessus.
Néanmoins, le président de la République n’aurait pas, après cette date, abandonné sa volonté d’associer étroitement le destin de l’Algérie à celui de la France, dans un cadre qualifié par Wall de “néo-colonial”. Wall pense que de Gaulle a tout fait, dès l’origine et presque jusqu’au bout, pour conserver l’Algérie française. Selon lui, de Gaulle a tenu trop de propos contradictoires pour qu’on puisse en tenir compte dans l’analyse de ses intentions, comme l’ont pourtant fait de nombreux historiens, à l’instar de Jean Lacouture. Le plan Challe, au niveau militaire, et son corollaire en matière économique, le plan de Constantine, n’auraient eu pour seul objectif que de maintenir la souveraineté française en Algérie. Finalement, c’est le danger de l’élection à la présidence de J. F. Kennedy qui, en tant que sénateur, avait dès 1957 pris fermement position contre la politique algérienne de la France, qui condamne de Gaulle à accorder l’indépendance. Si les États-Unis avaient pris fait et cause pour le FLN, les Français n’auraient pas pu continuer la guerre, l’isolement français aurait été complet, et toute coopération avec les États-Unis dans le domaine militaire aurait été impossible. Le Maroc et la Tunisie menacent de faire transiter sur leur sol des armes soviétiques à destination du FLN. En somme, la France risque un isolement diplomatique total, alors même que sur le terrain militaire la guerre est gagnée. Dans son dernier chapitre, “La paix”, l’auteur enfonce le clou en dénonçant le choix fait par de Gaulle de laisser pourrir la situation algérienne en retardant contre toute raison la signature de la paix, cherchant en vain à promouvoir une force musulmane algérienne capable de constituer une alternative au FLN, et se rendant ainsi responsable, à la fois, des excès de l’OAS et du sort des harkis.
L’auteur insiste davantage sur ce point que sur les ressources pétrolifères du Sahara et l’intérêt de ce désert pour les essais nucléaires français ; l’essentiel semble être pour lui la volonté française de faire prévaloir la pérennité du colonialisme français sous la forme de l’association. Fort de ces affirmations, l’auteur dénonce le statut de saint qui a été accordé au général par “une récente historiographie semi-officielle française”.
L’auteur critique donc la politique française. En revanche, il n’évoque pas les ambitions d’une diplomatie américaine dotée, selon lui, de pouvoirs presque absolus sur le devenir des affaires françaises. Rendant compte du livre dans son édition de jeudi, le quotidien Le Figaro trouve séduisante la démarche de son auteur. Pourtant, il ne croit pas que le général ait songé à un maintien éternel de la France de l’autre côté de la Méditerranée.
Revenir en haut Aller en bas
mavrique
2eme classe
2eme classe


messages : 15
Inscrit le : 31/10/2010
Localisation : haute senie
Nationalité : Algerie-Francais

MessageSujet: Re: Algérie: indépendance, rôle du Maroc.   Ven 5 Nov 2010 - 16:30

tu me fait pencé a quelque chose
la liberté des un a disposé des AUTRES
N'efface pas mon message



ma vri que


ma verite que
Revenir en haut Aller en bas
juba2
General de Division
General de Division


messages : 6778
Inscrit le : 02/04/2008
Localisation : USA
Nationalité : MoroccanUS
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Algérie: indépendance, rôle du Maroc.   Ven 5 Nov 2010 - 17:41

Irwin aussi a parle de abdelkrim.

Citation :
H-Diplo Roundtable- French Empire Roundtable, Irwin Wall
-1-
H-DIPLO ROUNDTABLE REVIEW:
The French Empire between the Wars and during the Vichy Regime
Martin Thomas, The French Empire Between the Wars: Imperialism, Politics and Society
(Manchester University Press, 2005). pp. xxii + 408. ISBN 0 7190 6518 6.
Jacques Cantier and Eric Jennings (eds), L’Empire colonial sous Vichy (Odile Jacob, 2004).
Pp. iii + 398. ISBN 2 7381 1544 6.
Roundtable Editor: Talbot Imlay, Professor, Université Laval
Roundtable Participants: Robert Aldrich, Associate Professor, University of Sydney; William
A. Hoisington, Jr., Professor Emeritus, University of Illinois at Chicago; Kim Munholland,
Professor Emeritus, University of Minnesota; Irwin Wall, Visiting Scholar, Center for European
Studies, New York University, Professor Emeritus, University of California at Riverside
H-Diplo Roundtables Editor: Diane Labrosse, Faculty Lecturer, Concordia University, National
Security Archive H-Diplo Fellow
Review by



Citation :
Thomas takes us through the dreary saga of colonial rebellion in his period. He is on weaker
ground in asserting that the empire was never really pacific or pacified. The Rif war in Morocco,
to be sure, was a major rebellion and looms large in nationalist history in North Africa:
Mohammed Abd el-Krim ran a virtual mini-state of his own in 1925-26, resisting successfully the
efforts of the famed Marshal Lyautey to tame him, causing an anti-war movement to erupt, led by
the Communist party in France, and only defeated by heavy weapons, tanks, planes, and artillery,
brought to bear against him by Marshal Pétain. The revolt in Syria was the most serious dilemma
faced by the French


LIsez tout l'article

http://www.h-net.org/~diplo/roundtables/PDF/Wall-FrenchEmpire.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Algérie: indépendance, rôle du Maroc.   Aujourd'hui à 15:06

Revenir en haut Aller en bas
 
Algérie: indépendance, rôle du Maroc.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» (AFRIQUE DU NORD) Forum de Généalogie sur le Maroc, l'Algérie et la Tunisie
» Energie: Comment le Maroc soigne sa crise
» Match Algérie/Maroc reporté ?
» Obtention du visa et la durée pour quitter le Maroc???!!!!
» La Bouqala, cérémonie ésotérique algérienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: