Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
AuteurMessage
charly
Colonel-Major
Colonel-Major


messages : 2381
Inscrit le : 25/05/2011
Localisation : Aquitaine
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 11:33

Citation :
Turquie : acharnement judiciaire et diffamation médiatique contre Pınar Selek

Sur la Toile :

Publié dans la presse : 9 juin 2012
Mise en ligne : dimanche 10 juin 2012
L’acharnement de la justice turque contre la sociologue, écrivaine et militante féministe Pınar Selek n’en finit pas. Après quatorze années de procédure, une nouvelle audience doit avoir lieu au début du mois d’août. Récemment, une campagne médiatique aux accents diffamatoires vient créer de nouvelles tensions dans cette affaire. Retour sur un cas symptomatique de la dérive autoritaire de l’Etat turc.
Par Béranger Dominici

Tout le talent d’un oppresseur réside dans sa capacité à se passer de la violence pour établir sa domination. Autrement dit, son pouvoir s’exerce d’autant plus efficacement qu’il circonscrit plus finement les conduites de ceux qu’il vise, et que ses objectifs peuvent être atteints sans injonctions. En un mot : lorsqu’il décourage la résistance. Le malheur arrive lorsque les ficelles –ou les mailles du filet– sont trop grosses et que, pour faire entendre raison à ceux qui lui échappent, il ne lui reste plus qu’à les réduire au silence.

Le « gouvernement par la dissuasion »

Comment, en écrivant ces quelques lignes, ne pas penser au « gouvernement par la dissuasion » mis en œuvre en Turquie [1] ? Comment ne pas penser surtout à ses ratés : au triste enchaînement des événements qui rappellent que le régime turc est un régime autoritaire, où les libertés fondamentales sont menacées [2]. La méthode est fort simple : elle repose sur un dispositif juridique suffisamment flou pour permettre l’extension du domaine de la répression. Au nom de la « nation turque » d’abord, protégée par l’article 301 du Code pénal qui en punit sévèrement le dénigrement. Au nom ensuite, et surtout, de la « lutte contre le terrorisme ». C’est en effet en vertu de la loi antiterroriste qui, comme c’est l’usage, permet de réprimer jusqu’à la dissidence potentielle, que des journalistes, des avocats, des universitaires, des syndicalistes, ou de simples citoyens qui ont également voulu exercer leur droit à la liberté d’expression, sont actuellement en détention.

Dans des cas comme ceux-ci, la « raison d’Etat » peut toujours s’appuyer sur la représentation nationale, qui a adopté la loi en vertu de laquelle la répression s’exerce : il y a un texte, il y a des faits –l’abus de pouvoir passe par leur interprétation. Mais certaines histoires laissent perplexe : certaines histoires où la stratégie d’épuisement de l’Etat turc ne s’embarrasse de telles précautions, et où sa volonté d’atteindre ses fins peut tout fait l’amener à prendre certaines libertés avec la réalité.

Retour sur un symptôme

L’histoire de Pınar Selek est de celles-là. C’est une démarche qui a rendue Pınar Selek indésirable : celle de vouloir comprendre la société turque en étudiant ses marges. Une démarche de connaissance qui a toujours été portée par une volonté d’agir sur la réalité qu’elle découvrait : agir pour les droits des femmes, contre les conditions de vie des enfants des rues, contre les discriminations frappant les personnes désignées comme LGBTI, pour la reconnaissance des populations kurdes et arméniennes et de leur histoire. Une multipositionalité volontaire, fondée sur la compréhension de la dimension systémique des rapports de domination, et à laquelle travaille l’association Amargi [3].

Un travail de terrain, marqué par des campagnes, et renforcé par un travail symbolique visant à modifier le regard de la société turque sur elle-même. C’était manifestement aller trop loin : son engagement sur la question kurde a valu à Pınar Selek deux années de détention provisoire, assorties de séances de tortures. L’essentiel était de la réduire au silence. Toutefois, des contre-pouvoirs existent, et une privation de liberté a pour condition d’acceptation d’être justifiée. Ce à quoi s’acharne l’Etat turc depuis maintenant plus de quatorze ans en tentant de la faire condamner pour une explosion ayant eu lieu au marché aux épices d’Istanbul, ayant causé la mort de plusieurs personnes et fait de nombreux blessés. À trois reprises, Pınar Selek a été acquittée par la Cour Pénale, et à trois reprises le procureur a interjeté appel [4].

Le mensonge au renfort de la justice

Ce qui étonne n’est pas tant que le procureur fasse usage de son droit, mais qu’il le fasse au mépris des rapports d’experts qui, invalidant l’hypothèse de l’origine criminelle de l’explosion du marché aux épices d’Istanbul, privent de tout fondement réel l’accusation pesant sur Pınar Selek. De même, ce qui inquiète ce n’est pas tant la prochaine audience qui se tiendra au début du mois d’août que le climat dans lequel elle se déroulera. En effet, depuis quelques jours, certains médias, s’appuyant sur des sources plus que discutables, se lancent dans une campagne de diffamation [5] qui rappelle de bien tristes souvenirs : peu avant son assassinat en janvier 2007, Hrant Dink avait également fait l’objet d’une telle attention malveillante.

Comment comprendre ce nouveau contexte ? Comment en prévoir les conséquences ? Ce sont les questions qui se posent aujourd’hui pour Pınar Selek. L’application de la loi étant essentiellement son interprétation, et cette interprétation étant de le fait de juges qui ne sont pas moins touchés par ce qui se dit et s’écrit autour d’eux, comment ne pas craindre que ces mensonges, en étant répétés suffisamment de fois, ne finissent par l’influencer ? Plus grave encore, en accréditant l’image d’ « ennemie de la nation » que l’Etat turc cherche à faire porter à Pınar Selek, cette campagne médiatique pourrait conforter certains groupes extrémistes dans leur envie d’en découdre, voire de faire justice eux-mêmes [6]. Nous n’en sommes, heureusement, pas là. Et il ne s’agit pas de jouer à l’oiseau de mauvais augure –simplement de mettre chacun face à ses responsabilités.

Un gouvernement qui emprisonne injustement

Revenons au fond du problème : Pınar Selek vit encore aujourd’hui avec la pesante pensée qu’elle pourrait finir ses jours en prison pour un acte inexistant ; des dizaines de personnes ont été arrêtées et placées en détention sur le seul fondement de leur dangerosité potentielle [7].

Certes, on pourra répéter avec Henry Thoreau que, sous un gouvernement qui emprisonne injustement, la place de la femme et de l’homme juste est en prison, ce ne sera jamais qu’une mince consolation. La question reste posée : jusqu’où le gouvernement turc pourra-t-il aller trop loin ?

Réagir à cet article
[1] Nous reprenons ici les mots d’Etienne Copeaux – essentiellement pour encourager à la lecture de sa très stimulante analyse : http://www.susam-sokak.fr/article-le-gouvernement-par-la-dissuasion-oui-la-turquie-est-un-modele-88613794.html.

[2] Le rapport conjoint de la Fédération internationale des droits de l’Homme et de l’Organisation mondiale contre la torture est, à cet égard, instructif : http://www.fidh.org/IMG/pdf/obsrapporttr05062 012eng.pdf.

[3] « Amargi » est un mot sumérien (comprendre : ni turc, ni kurde, ni arménien) signifiant « liberté ») qu’elle a contribué à fonder : s’y retrouvent des militant(e)s LBGTI, antimilitaristes, féministes, kurdes, arméniens, etc

[4] Pour une chronologie des événements jusqu’en 2011 : http://pinarselek.fr/img/PDF/chronologie_proc es_PINAR_SELEK.pdf.

[5] Pınar Selek y est présentée comme une terroriste ayant des liens privilégiés avec le PKK

[6] On ne peut, encore une fois, que renvoyer à l’article d’Etienne Copeaux, qui, évoquant les attentats contre Akın Birdal et Hrant Dink, ajoute qu’ « ainsi, l’Etat délègue la répression et la violence. Il peut ensuite s’en laver les mains en désavouant et en condamnant le fou ou l’extrémiste, mais le mal est fait, et d’ailleurs les peines infligées sont souvent écourtées »

[7] L’histoire, dont l’absurdité finira bien par être admise, de la garde-à-vue préventive de Sevil Sevimli, étudiante franco-turque soupçonnée d’appartenir à un groupe terroriste armé, n’est qu’un malheureux symptôme parmi d’autres de la dérive autoritaire de l’Etat turc



http://balkans.courriers.info/article19558.html
Revenir en haut Aller en bas
Tskfanatik
Commandant
Commandant


messages : 1071
Inscrit le : 10/09/2011
Localisation : Eurasie
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 11:59

Encore l apologie d'une terroriste ???



charly s'est trouvé un nouveau passe temps .. rechercher toutes les femmes terroristes de Turquie et les soutenir ...


Sinon rien à voir avec cette propagande..

Ou est mon ami LaïkTürkiye ? ses posts me manquent ...
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 12:04

Dans une démocratie, tout accusé(e) à le droit de présenter sa défense avec les arguments qu'il ou elle veut opposer au parquet, y compris en s'attaquant à l'Etat si il y a lieu. Accusé(e) ne signifie pas condamné(e).
Revenir en haut Aller en bas
Tskfanatik
Commandant
Commandant


messages : 1071
Inscrit le : 10/09/2011
Localisation : Eurasie
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 12:13

Dans une democratie, le terrorisme est puni par la loi.

Or s' attaquer a l' Etat ou a ses représentants par des attentats, des enlévements, des séquestration, des meurtres c'est du terrorisme.

J'avais compris depuis un moment que y' avait des leninistes ici. Mais de la a soutenir ouvertement le terrorisme, je ne pensais pas que le pas serait franchi.


une simple visite de wikipedia donne des infos essentiels .

Citation :
Parti-Front de libération du peuple révolutionnaire
Aller à : Navigation, rechercher
Parti-Front de libération du peuple révolutionnaire
DHKP-C, Silahlı Propaganda Birlikleri, Unités de Propagande Armée
Image illustrative de l'article Parti-Front de libération du peuple révolutionnaire
Idéologie marxiste-léniniste
Objectifs Création d'une Turquie indépendante, démocratique et socialiste
Statut Actif
Fondation
Date de formation 1994 considéré comme le continuateur de THKP-C, Devrimci Sol
Pays d'origine Drapeau de Turquie Turquie
Actions
Victimes (morts, blessés) 350[réf. nécessaire]
Zone d'opération Drapeau de Turquie Turquie
Période d'activité 1994-aujourd’hui
Organisation
Chefs principaux Dursun Karataş
Membres environ 800 (selon le contre-terrorisme turc)
Branche politique Parti-Front de libération du peuple révolutionnaire
Groupe relié Organisations révolutionnaires et progressistes diverses, Parti des travailleurs du Kurdistan
Répression
Considéré comme terroriste par États-Unis d’Amérique, Union européenne, Turquie, Royaume-Uni, Canada
modifier Consultez la documentation du modèle

Organisation d’extrême gauche turque, le Parti-Front de libération du peuple révolutionnaire (DHKP-C) a une idéologie marxiste-léniniste radicale[réf. nécessaire]. Elle dispose d’une branche armée : les Unités Révolutionnaires armées (Silahli Devrimci Birlikleri) rebaptisées en 1994 en Unités de propagande armée (Silahli Propaganda Birlikleri).

L’organisation est placée sur la liste officielle des organisations terroristes des États-Unis d’Amérique1, de l'Union européenne2, du Canada3, de la Turquie4 et du Royaume-Uni5.
Sommaire

1 Historique
2 En Belgique, procès du DHKP-C
3 Notes et références
4 Voir aussi
5 Liens externes

Historique

Cette organisation est l’héritière d’une continuité de mouvements :

TIP (1961 - Parti ouvrier de Turquie)
FKF (1965 - Fédération des Clubs de réflexion)
DEVRIMCI-GENÇLIK (1969 - Jeunesse révolutionnaire)
THKP-C (1970-1972, Parti-Front de libération populaire de Turquie)
DEV-GENÇLIK (1974-76)
DEVRIMCI YOL (1976-78-80, Chemin révolutionnaire)
DEVRIMCI SOL (1978-1994, Gauche révolutionnaire)
DHKP-C (1994)

Le mouvement communiste incarné par le Parti révolutionnaire de libération du peuple (DHKP) et son Front (DHKC), se bat depuis trente-cinq ans, officiellement pour la libération sociale des peuples turc, kurde, arabe, laze, circassien, bosniaque, géorgien, abkhaze, grec, rom, arménien, chaldéen, assyrien et autres, qui cohabitent en Turquie.

Le DHKP-C est issu d’un long processus politico-militaire interrompu par deux coups d’État militaires (en 1971 et en 1980). Le mouvement apparaît en 1970 sous le nom de THKP-C (Parti-Front révolutionnaire de libération de la Turquie) et en 1978, refait surface sous l’appellation « Devrimci Sol » (Gauche révolutionnaire).

Depuis 1988, le mouvement, sous ses différentes appellations, collabore avec le PKK. Jusqu’en 1992, ses hommes, qui ont été jusqu’à 5 000, s’entraînaient au Liban, sous la protection de la Syrie.

Le 1er novembre 1991, s'est clos le procès de 1 243 membres du mouvement. 582 ont été acquittés, soixante-six ont bénéficié d’un non-lieu, 553 ont été condamnés à une peine de prison à temps, quarante-et-un à la réclusion à perpétuité, un à mort6 (non exécuté).

Le chef du DHKP-C, Dursun Karatas, évadé d’une prison turque en 1980 et figurant au registre rouge d’Interpol dans 174 pays, a été arrêté en France en 1994, puis libéré par les autorités françaises (février 1995).

De 1998 à 2002, le DHKP-C a assassiné 53 personnes en Turquie, dont 32 policiers, les autres étant de simples civils7.


Le 20 octobre 2000, le DHKP-C lance un mouvement de grève de la faim contre la réforme des prisons, laquelle vise à transférer les prisonniers politiques vers des établissements pénitentiaires de haute sécurité (prisons de type F) inspirés du modèle US et répondant officiellement aux normes européennes. Les prisonniers du DHKP-C entrent en « jeûne jusqu’à la mort » pour protester contre leur mise en isolement dans des cellules individuelles où il se plaignent des mauvais traitements. Le 19 décembre 2000, 20 prisons-dortoirs (prisons de type E) sont prises d’assaut par les militaires. Au cours du programme de déportation de plus de 3000 prisonniers politiques insurgés qui s’ensuivit, 28 détenus périront criblés de balles, torturés, asphyxiés par les gaz lacrymogène ou carbonisés par les lance-flammes. Cette résistance s’achève le 22 janvier 2007 et aboutit à une solution négociée avec le ministère de la Justice sous forme de circulaire permettant aux détenus isolés de se rencontrer par groupe de dix à raison de 10 heures par semaine. Mais durant ces sept années de résistance passive, pas moins de 122 militants dont plus de 100 membres du DHKP-C perdent la vie.

Au printemps 2004, une opération conjointe des polices turque, belge, allemande, néerlandaise et italienne, fondée sur 56 000 heures d’écoutes téléphoniques, aboutit à l’arrestation d’une quarantaine de personnes, suspectées de cinq attentats commis en Turquie pendant l’année 20038.
En Belgique, procès du DHKP-C
Article détaillé : Bahar Kimyongür.

En 2006-2010, une série de jugements, en première instance puis trois en appel après deux arrêts de cassation, ont eu lieu à l’encontre de membres présumés du DHKP-C dont Fehriye Erdal et le Belge Bahar Kimyongür9,10.
Notes et références

↑ http://www.state.gov/s/ct/rls/other/des/123085.htm [archive]
↑ [PDF]http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:023:0025:0029:FR:PDF [archive]
↑ http://www.canlii.org/fr/ca/legis/regl/dors-2001-360/derniere/dors-2001-360.html [archive]
↑ http://www.egm.gov.tr/temuh/terorgrup1.html [archive]
↑ http://security.homeoffice.gov.uk/legislation/current-legislation/terrorism-act-2000/proscribed-groups [archive]
↑ Le Monde, 3 novembre 1991
↑ Andrew Mango, Turkey and the War on Terror. For Forty Years We Fought Alone, Londres-New York, Routledge, p. 25.
↑ « L’Italie démantèle une cellule de l’organisation terroriste d’extrême gauche turque DHKP-C », Le Monde, 3 avril 2004
↑ "Révélations essentielles... mais sans intérêt" [archive], sur l'affaire DHKP-C en Belgique, par le journaliste du journal Le Soir Marc Metdepenningen, Politique, revue de débats, Bruxelles, n°59, avril 2009.
↑ "Bahar Kimyongür, prisonnier d’opinion" [archive], par François Schreuer, Politique, revue de débats, Bruxelles, n°47, décembre 2006.

Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 12:40

Dans une démocratie, le génocide, le crime envers l'humanité, donnent lieu à la repentance, sauf en Turquie. Et dans bien des pays une juste indemnisation des victimes, mais pas en Turquie! Participer à un concert ou un pic nique par contre paraissent des activités "terroristes" assez graves pour justifier des poursuites judiciaires. Pourquoi pas. Mais je ne pense pas pour autant que ce soit du même niveau que de poser des bombes.

Avec Charly, nous nous partageons le boulot, à lui les "terroristes", à moi les "génocides". Quoi qu'il en soit, tant qu'il n'y a pas de condamnation, il n'y a pas de culpabilité.
Revenir en haut Aller en bas
Tskfanatik
Commandant
Commandant


messages : 1071
Inscrit le : 10/09/2011
Localisation : Eurasie
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 13:13

J' avais bien compris que vous vous partagiez le boulot...

Moi je suis un démocrate. Faire l' apologie du terrorisme ou d'un génocide quel qui soit est contre mes convictions . Politiques ou morales.

Et je suis résolument et profondément de droite... Contre l' extrême gauche que tu incarnes parfaitement...

Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 13:18

Je n'apprécie ni l'extême droite, ni l'extreme gauche, ni quelque extrémisme que ce soit, TSKfanatik. L'extrémisme pourrit tout, c'est là le premier de ses nombreux défauts.

Citation :
L’abandon du procès des massacres de Sivas en 1993, où 37 personnes avaient perdu la vie, pour cause de prescription a relancé le débat chez les juristes qui défendent un allongement de cette clause juridique.

En 2005, la Turquie avait apporté des modifications au Code pénal turc (TCK), prolongeant le délai de prescription dans les affaires pénales. Aujourd’hui, de nombreux juristes pensent qu’il faudrait prolonger davantage, ou simplement abolir, le délai de prescription dans certaines affaires pénales, et ce, afin que la justice soit pleinement rendue. Récemment, la confiance des Turcs dans le système judiciaire a été profondément ébranlée par l’abandon, du fait de la prescription, d’un procès long de près de deux décennies, lié à la mort de 37 personnes à l’hôtel Madimak à Sivas en 1993. Le 2 juillet 1993, 37 personnes ont été tuées alors qu’elles assistaient à une conférence sur le poète alévi Pir Sultan Abdal à l’hôtel Madimak à Sivas après qu’une foule déchaînée ait mis le feu au bâtiment. Sept des suspects sont en fuite tandis que deux, Cafer Erçakmak et Yilmaz Bag, sont morts. Les cinq suspects restants peuvent maintenant se promener librement, la 11e Haute Cour pénale d’Ankara ayant décidé mardi d’abandonner l’affaire au motif que le délai de prescription avait expiré.

«La douleur ne connaît pas de prescription»
Selon Gültekin Avci, procureur à la retraite, il est impossible de faire quoi que ce soit dans des affaires telles que le massacre de Sivas, qui ont été abandonnées du fait du délai de prescription, ces drames s’étant produits avant 2005, et les modifications apportées à la loi n’ayant pas d’effet rétroactif. Il convient néanmoins, de manière préventive, d’allonger le délai de prescription pour certaines infractions pénales telles que les actes terroristes, les tentatives de coup d’Etat ou les meurtres. «La célérité du système judiciaire est également d’une importance cruciale [pour que les affaires puissent être conclues avant qu’il y ait prescription]», a ajouté le juriste. Il a également fait observer que l’abandon d’affaires pour cause de prescription fait que les avocats multiplient les procédures afin de faire traîner les procès en longueur, et permettre ainsi à leur client, à terme, d’être libre. A l’annonce de la décision du tribunal d’Ankara d’abandonner l’affaire Sivas, les proches des victimes ont été envahis par la déception et par la douleur. Eren Aysan, la fille de Bahçet Aysan, un poète qui est mort dans l’incendie, a exprimé ses sentiments sur la décision de la cour au micro d’une chaîne de télévision mardi soir. «Si pour la loi il y a prescription, la douleur, elle, ne connaît pas de prescription» a-t-elle déclaré.

http://www.zamanfrance.fr/article/massacre-de-sivas-faut-il-%C3%A9tendre-le-d%C3%A9lai-de-prescription

Il faut combien de temps en Turquie pour préparer un dossier ciminel avec 37 victimes tout de même?



Dernière édition par rafi le Dim 10 Juin 2012 - 13:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tskfanatik
Commandant
Commandant


messages : 1071
Inscrit le : 10/09/2011
Localisation : Eurasie
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 13:25

rafi a écrit:
Je n'apprécie ni l'extême droite, ni l'extreme gauche, ni quelque extrémisme que ce soit, TSKfanatik. L'extrémisme pourrit tout.

Citation :
L’abandon du procès des massacres de Sivas en 1993, où 37 personnes avaient perdu la vie, pour cause de prescription a relancé le débat chez les juristes qui défendent un allongement de cette clause juridique.

En 2005, la Turquie avait apporté des modifications au Code pénal turc (TCK), prolongeant le délai de prescription dans les affaires pénales. Aujourd’hui, de nombreux juristes pensent qu’il faudrait prolonger davantage, ou simplement abolir, le délai de prescription dans certaines affaires pénales, et ce, afin que la justice soit pleinement rendue. Récemment, la confiance des Turcs dans le système judiciaire a été profondément ébranlée par l’abandon, du fait de la prescription, d’un procès long de près de deux décennies, lié à la mort de 37 personnes à l’hôtel Madimak à Sivas en 1993. Le 2 juillet 1993, 37 personnes ont été tuées alors qu’elles assistaient à une conférence sur le poète alévi Pir Sultan Abdal à l’hôtel Madimak à Sivas après qu’une foule déchaînée ait mis le feu au bâtiment. Sept des suspects sont en fuite tandis que deux, Cafer Erçakmak et Yilmaz Bag, sont morts. Les cinq suspects restants peuvent maintenant se promener librement, la 11e Haute Cour pénale d’Ankara ayant décidé mardi d’abandonner l’affaire au motif que le délai de prescription avait expiré.

«La douleur ne connaît pas de prescription»
Selon Gültekin Avci, procureur à la retraite, il est impossible de faire quoi que ce soit dans des affaires telles que le massacre de Sivas, qui ont été abandonnées du fait du délai de prescription, ces drames s’étant produits avant 2005, et les modifications apportées à la loi n’ayant pas d’effet rétroactif. Il convient néanmoins, de manière préventive, d’allonger le délai de prescription pour certaines infractions pénales telles que les actes terroristes, les tentatives de coup d’Etat ou les meurtres. «La célérité du système judiciaire est également d’une importance cruciale [pour que les affaires puissent être conclues avant qu’il y ait prescription]», a ajouté le juriste. Il a également fait observer que l’abandon d’affaires pour cause de prescription fait que les avocats multiplient les procédures afin de faire traîner les procès en longueur, et permettre ainsi à leur client, à terme, d’être libre. A l’annonce de la décision du tribunal d’Ankara d’abandonner l’affaire Sivas, les proches des victimes ont été envahis par la déception et par la douleur. Eren Aysan, la fille de Bahçet Aysan, un poète qui est mort dans l’incendie, a exprimé ses sentiments sur la décision de la cour au micro d’une chaîne de télévision mardi soir. «Si pour la loi il y a prescription, la douleur, elle, ne connaît pas de prescription» a-t-elle déclaré.

http://www.zamanfrance.fr/article/massacre-de-sivas-faut-il-%C3%A9tendre-le-d%C3%A9lai-de-prescription

Tiens, la Turquie ne connait pas la condamnation d'un criminel par contumace...



Bien sûre que si .... Une condamnation par contumace, c'est condamner une personne malgré son absence à son procès. Il y a de nombreux cas de condamnation par contumace en Turquie...

Mais je crois que tu voulais parler d' autre chose . Parce que je vois pas ce que la condamnation par contumace pourrait avoir avec l' article que tu cites...
Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 13:28

J'ai modifié ma contribution (j'en avais une autre sur le feu). Encore un massacre impuni en Turquie, heureusement qu'il reste les activités "terroristes" que sont les concerts et les piques niques pour engorger les tribunaux.

Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı


messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 13:31

Cette Franco-Turque était sans doute au mauvais endroit au mauvais moment.

En Turquie, les manifs gauchistes c'est pas comme à la fête de l'Huma.

C'est dommage, ses parents l'envoie étudier et connaitre son pays de coeur et elle fait de la politique à 2 balles, à vouloir faire la Révolution et jouer les apprentis Guevara Rolling Eyes .
Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 13:34

C'est pas faux.

Ils sont bien vus les alévis en Turquie?
Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı


messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 13:39

rafi a écrit:
C'est pas faux.

Ils sont bien vus les alévis en Turquie?

Mieux qu'il y a 20 ans, c'est une question très complexe, personnellement, j'ai pas de soucis avec eux et j'en connais.
Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
Tskfanatik
Commandant
Commandant


messages : 1071
Inscrit le : 10/09/2011
Localisation : Eurasie
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 13:39

rafi a écrit:
J'ai modifié ma contribution (j'en avais une autre sur le feu). Encore un massacre impuni en Turquie, heureusement qu'il reste les activités "terroristes" que sont les concerts et les piques niques pour engorger les tribunaux.




Je vois surtout que ta hargne te fait te mêler les pinceaux....

Qu'un soi disant défenseur du droit comme toi fasse une erreur de droit aussi absurde me conforte dans l' idée que je me fais de tes interventions sur la Turquie...

....

Inanc,

Lorsqu'on est étudiant à l' étranger, on évites que la première choses qu'on fasse dans ce pays ce soit de la politique.
Cette personne reconnait parfaitement être au courant de la politique et dit qu'elle s'est documenté en France avant de partir. Il faut arrêter de croire qu'elle était au mauvais endroit au mauvais moment. Elle savait parfaitement ce qu'elle faisait et qui elle fréquentait je pense.

Si elle est innocente, elle sera déclaré comme tel. Et dédommager si elle a été emprisonné à tort. Comme dans toutes les démocratie lorsqu'un innocent a fait de la prison...

Revenir en haut Aller en bas
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 13:55

Je suis sur 3 forums en même temps, ça explique en partie la situation, et de surcroit je suis de permanence ce weekend. L'erreur de droit, et quelle erreur pour la justice turque, c'est la Turquie qui l'a commise en laissant, encore une fois, s'échapper de dangereux criminels, tiens des islamistes radicaux, un pur hasard?

Ils sont tous kurdes les alévis, ou il y en a qui ne le sont pas?
Revenir en haut Aller en bas
Tskfanatik
Commandant
Commandant


messages : 1071
Inscrit le : 10/09/2011
Localisation : Eurasie
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 15:08

Les alévis sont turcs pour la plupart...
Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı


messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 15:18

Les Alévis sont des citoyens Turcs à part entière, point barre.

Cette décision de justice est mauvaise et je l'ai condamné à l'époque, il ne devrait pas y avoir de prescription dans ce genre d'affaires.

Mais il y a aussi une volonté de ne pas rouvrir les blessures du passé, c'est très complexe comme situation.

Il faut reconnaître aussi que certains avocats des criminels, qui ont brûlé des Alevis sont membres de l'AKP.

Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 15:24

Il semblerait que nous avons affaire là à une attaque raciste contre de kurdes alévis, non? Ce n'est pas clair.


Dernière édition par rafi le Dim 10 Juin 2012 - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı


messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 15:27

rafi a écrit:
Il semblerait que nous avons affaire là à une attaque raciste contre de kurdes alévis.

Il y a eu par le passé, des forces obscurs qui ont voulu créer des tensions entre Turcs-Kurdes, Sunnites-Alevis pour semer le chaos.

Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 15:29

C'était qui ces forces obscures?
Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı


messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 15:35

rafi a écrit:
C'était qui ces forces obscures?

Ce qu'on appelle l'Etat Profond, Ergenekon, l'héritage du Gladio.
Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
rafi
General de Division
General de Division


messages : 8554
Inscrit le : 23/09/2007
Localisation : le monde
Nationalité : Luxemburg
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 15:36

Ah, les comploteurs.

Citation :
L’Union européenne s’inquiète d’atteintes aux libertés en Turquie : des diplomates notent une radicalisation du régime islamo-conservateur du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Jeudi à Istanbul, le commissaire en charge de l’élargissement de l’UE, Stefan Füle, a appelé la Turquie, candidate à l’adhésion, à poursuivre les réformes. « J’ai profité de cette réunion pour exprimer nos inquiétudes concernant les mises en détention croissantes de députés, universitaires et étudiants et à propos de la liberté de la presse et des journalistes. » Jean-Maurice Ripert, chef de la délégation de l’Union européenne à Ankara, a adressé une critique remarquée à Erdogan, pour ses déclarations contre l’avortement, dans un pays où il est autorisé depuis 1965. Les Européens relèvent aussi la nouvelle loi sur l’école et l’obligation de salles de prière dans les crèches ou théâtres. « Tous ces éléments montrent qu’il y a un projet de société, un projet nationalo-islamiste », affirme un diplomate basé à Istanbul.

http://www.republicain-lorrain.fr/france-monde/2012/06/10/turquie-le-pouvoir-se-radicalise

Je ne savais pas que l'avortement était autorisé en Turquie depuis 1965...
Revenir en haut Aller en bas
Tskfanatik
Commandant
Commandant


messages : 1071
Inscrit le : 10/09/2011
Localisation : Eurasie
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 15:56

inanc a écrit:
Les Alévis sont des citoyens Turcs à part entière, point barre.

Cette décision de justice est mauvaise et je l'ai condamné à l'époque, il ne devrait pas y avoir de prescription dans ce genre d'affaires.

Mais il y a aussi une volonté de ne pas rouvrir les blessures du passé, c'est très complexe comme situation.

Il faut reconnaître aussi que certains avocats des criminels, qui ont brûlé des Alevis sont membres de l'AKP.


De nombreux avocats sont avocats de criminels... Pour ainsi dire tous ...

Afin d' éviter tout amalgame, en juillet 1993, le président de la Turquie était Demirel ( tiens donc), et le PM était Tansu Ciller. Le vice PM était Karayalcin du SHP. Le SHP est un parti qui a fusionné avec le CHP que nous connaissons aujourd'hui.

Alors, je trouve que c'est un mauvais jeu de faire croire que l' AKP est mêlé à ce massacre...
Revenir en haut Aller en bas
Inanç
Genelkurmay Başkanı
Genelkurmay Başkanı


messages : 6356
Inscrit le : 13/07/2009
Localisation : France
Nationalité : Turco-Francais
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 16:04

Tskfanatik a écrit:
inanc a écrit:
Les Alévis sont des citoyens Turcs à part entière, point barre.

Cette décision de justice est mauvaise et je l'ai condamné à l'époque, il ne devrait pas y avoir de prescription dans ce genre d'affaires.

Mais il y a aussi une volonté de ne pas rouvrir les blessures du passé, c'est très complexe comme situation.

Il faut reconnaître aussi que certains avocats des criminels, qui ont brûlé des Alevis sont membres de l'AKP.


De nombreux avocats sont avocats de criminels... Pour ainsi dire tous ...

Afin d' éviter tout amalgame, en juillet 1993, le président de la Turquie était Demirel ( tiens donc), et le PM était Tansu Ciller. Le vice PM était Karayalcin du SHP. Le SHP est un parti qui a fusionné avec le CHP que nous connaissons aujourd'hui.

Alors, je trouve que c'est un mauvais jeu de faire croire que l' AKP est mêlé à ce massacre...

Disons que c'est limite d'être avocat et membre d'un parti au pouvoir dans une affaire aussi sensible.

Je trouve l'attitude d'Erdogan sur cette affaire est ambiguë, il avait dit "Hayirli olsun" comme la justice a donné cette décision.
Revenir en haut Aller en bas
http://defense-turque-infos.com/
Tskfanatik
Commandant
Commandant


messages : 1071
Inscrit le : 10/09/2011
Localisation : Eurasie
Nationalité : Turquie
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 16:24

Sa phrase a été mal interprété...

Tiens une petite info insolite pour changer un peu .... Madonna était en concert à Istanbul vendredi ... Elle a fait son show ..

Citation :
VIDEO Madonna montre son sein en plein concert
Sans complexe

Publié le Dimanche 10 Juin 2012 à 14:23 par C.P
La chanteuse de 53 ans s'est fendue d'un strip-tease lors de son concert à Istanbul.


On le sait depuis longtemps, Madonna n'a pas froid aux yeux, ce qui n'a sans doute pas empêché le public de la Turk Arena d'Istanbul de rester bouche bée quand la chanteuse s'est lancée sur scène dans un strip-tease des plus torrides. En plein milieu du concert, la Madonne à d'abord retiré son chemisier blanc avant de finir en soutien-gorge face à une foule en délire. Comme si ça ne lui suffisait pas, la star malicieuse a décidé d'aller un peu plus loin en baissant pendant quelques secondes son soutien-gorge, offrant à son public un téton droit dans une posture très Janet Jacksonienne.

Laissant à peine le temps à la Turquie de se remettre de ses émotions, Madonna est repartie pour la suite de sa tournée MDNA. Elle jouera notamment à Rome mardi soir. Peut-être les Italiens profiteront-ils de la suite du strip-tease ?

http://www.voici.fr/news-people/actu-people/video-madonna-montre-son-sein-en-plein-concert-455271#!
Revenir en haut Aller en bas
turc06
2eme classe
2eme classe


messages : 6
Inscrit le : 10/06/2012
Localisation : Nice
Nationalité : Turco-Francais

MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Dim 10 Juin 2012 - 20:24

Salam , désolé si je poste dans le mauvais topic , mais j'ai une question pour les Turc du forum.

Je vous explique ma situation , j'ai 21ans , j'ai la double nationalité Turque et Française et je suis toujours étudiant . Cette été je vais passer 2 mois en Turquie et je voulais savoir si on risquait de m’embêter pour le service militaire , vu que j'ai toujours pas fait de demande pour le reporter ou quoi que sa soit

Merci et bonne soirée Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...   Aujourd'hui à 4:04

Revenir en haut Aller en bas
 
TURQUIE : Economie, politique, diplomatie...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» une politique énergétique qui se fait désirer
» Traité d'Ambassade avec le Limousin et la Marche
» Le Politique selon Platon
» Fils de politique méritocratie
» Approche socio-politique de l'Asie musulman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: