Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Actualités Algeriennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
AuteurMessage
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 801
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Mer 14 Juin 2017 - 5:35

Citation :


http://afrique.le360.ma/algerie/economie/2017/06/13/12630-algerie-les-licences-dimportation-un-coup-depee-dans-leau-12630


_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
mbarki_49
Colonel
Colonel


messages : 1812
Inscrit le : 13/12/2010
Localisation : Casablanca
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Mer 14 Juin 2017 - 14:02

Citation :
Crash d’un hélicoptère de la gendarmerie à Naama : deux morts et un blessé grave

Deux gendarmes ont été tués et un troisième grièvement blessé, mardi soir, lors d’un crash d’un hélicoptère de la gendarmerie nationale dans la région de Naama, annonce le ministère de la Défense nationale dans un communiqué.

« Lors d’une patrouille nocturne programmée dans le cadre des vols d’instruction, un hélicoptère relevant de la Gendarmerie nationale, à son bord un équipage composé de trois cadres, a fait l’objet d’un crash la nuit d’hier 13 juin 2017 à 23 h 00, aux environs de Méchria dans la wilaya de Nâama, causant le décès de deux cadres de l’équipage et de graves blessures au troisième », précise le MDN.

« Suite à ce tragique incident, Monsieur le Général de Corps d’Armée a dépêché une enquête pour élucider les causes et les circonstances de l’accident », ajoute le communiqué.

Il s’agit du deuxième accident d’hélicoptère appartenant aux forces armées en moins d’un mois. Le 21 mai dernier, trois militaires ont été tués dans le crash d’un hélicoptère de la marine nationale dans la région de Tipaza.

https://www.tsa-algerie.com/crash-dun-helicoptere-de-la-gendarmerie-a-naama-un-mort-et-deux-blesses/
Revenir en haut Aller en bas
Alloudi
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6532
Inscrit le : 11/10/2008
Localisation : morocco
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Mer 14 Juin 2017 - 14:16

Allah Yarhamhoum

_________________
Gloire à nos aieux  
Revenir en haut Aller en bas
mourad27
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 5200
Inscrit le : 19/02/2012
Localisation : PARIS
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Mer 14 Juin 2017 - 18:58

rip

_________________
Revenir en haut Aller en bas
iznassen
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 806
Inscrit le : 22/06/2008
Localisation : belgique
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Jeu 15 Juin 2017 - 4:08

Ça chauffe en kabylie....



Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 801
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Jeu 15 Juin 2017 - 23:29

Citation :


Mourad Oulmi, PDG de Volkswagen Algérie : « Notre concurrent, c’est le Maroc »


Mourad Oulmi est le PDG de Sovac. Dans cet entretien, il revient sur l’avancement de la production dans l’usine d’assemblage Volkswagen à Relizane, et expose sa vision pour le développement de l’industrie automobile en Algérie.

L’usine Volkswagen Algérie est entrée en production. Combien y a-t-il eu de précommandes ?

On a beaucoup de commandes. Le marché algérien est grand et il a été privé des importations. C’est logique qu’il y ait autant de demandes, les gens attendent Volkswagen depuis des années. En plus, nous avons de bons produits et des prix sur lesquels nous avons travaillé.

Comment se passe les précommandes ? Comment s’assurer qu’il n’y aura pas de retard à la livraison ?

On vend les véhicules avec un numéro de châssis et on a notre propre logiciel de gestion. L’objectif, c’est de couper la route aux intermédiaires et de ne pas léser le client. On a mis en place un bon de commande par véhicule, par famille, par adresse pour ne pas avoir la même personne qui sorte avec plusieurs véhicules. On vérifie aussi les bons de commande chaque jour. Si le même nom ou la même adresse se répètent, la commande ne sera pas prise en considération.

Quand allez-vous commencer à livrer les véhicules ?

Les premiers véhicules seront livrés entre fin juillet début août, après l’inauguration officielle de l’usine.

Comment sont déterminés les prix ?

Le prix est déterminé par rapport à un business plan. L’entreprise doit avoir un business plan sur cinq ans. C’est celui qui a été présenté à la banque et au CNI au niveau du ministère de l’Industrie.

Est-ce que les prix pratiqués maintenant sont plus élevés que dans le passé ?

Ce n’est pas le cas. Le prix actuel est 20 à 30% inférieur au prix des véhicules vendus il y a six mois. L’Octavia était par exemple vendue à 3,6 millions de dinars alors que maintenant elle est vendue à moins de trois millions. L’Ibiza était à 2,4 millions, maintenant elle est à moins de deux millions de dinars. Pour les mêmes modèles et options. En plus, aujourd’hui nous commercialisons la nouvelle Golf, l’Octavia et le Caddy et la nouvelle Seat sera commercialisée d’ici la fin de l’année.

Nous, nous prenons en considération le pouvoir d’achat. On ne veut pas profiter de la situation mais combattre l’informel. On veut baisser les prix. Quand il y a de la concurrence, le premier bénéficiaire est le client. On s’est aussi engagé auprès du gouvernement à pratiquer des prix raisonnables.

Est-ce qu’il y aura une baisse des prix ?

Nous les avons déjà baissés. Ensuite, plus on monte en volume, plus les prix baisseront.

Quels sont vos concurrents ?

Nos concurrents ne sont pas en Algérie. Les constructeurs installés chez nous vont nous permettre de développer une industrie automobile. Notre vrai concurrent, c’est le Maroc qui essaie d’attirer un plus grand nombre de constructeurs automobiles. Tous les pays se battent pour développer leur industrie automobile.

Comment va évoluer le taux de production de l’usine ?

Pour 2017, nous nous sommes engagés à produire 10 000 à 12 000 véhicules en six mois. Ensuite, on vise 20 000 à 25 000 véhicules par an.

Y aura-t-il d’autres modèles assemblés au sein de l’usine ?

Probablement. Mais on restera sur des modèles de véhicules qui répondent à la majorité de la clientèle algérienne. On ne veut pas aller sur des versions de luxe. Ce qu’il faut retenir, c’est que le choix des véhicules qui sont aujourd’hui sur le marché a été bien étudié. On a repris la Golf qui est l’icône même de Volkswagen et l’Ibiza qui est la best-seller sur son segment, l’Octavia qui a une clientèle très particulière comme les institutions et puis l’utilitaire avec le Caddy. C’est une gamme homogène et qui répond à différents types de clientèle.

Combien de personnes ont été recrutées pour travailler au sein de l’usine ?

On a déjà 380 personnes recrutées et nous souhaitons encore recruter 550 personnes dans les prochaines semaines. Grâce à toute l’activité et avec les réseaux de distribution, il y aura environ 5 000 emplois directs et indirects. Ce qu’il faut retenir, c’est que 98% des personnes recrutées sont de Relizane. Nous les avons formées soit à l’étranger, en Allemagne ou en Espagne, soit ici. Il y a aussi des équipes de formation qui nous viennent de chez Volkswagen et qui sont en permanence à l’usine pour suivre les cycles de formation. Nous sommes aussi conventionnés avec des instituts de formation.

Est-ce que les délais relatifs au taux d’intégration seront respectés ?

Bien sûr, on est tenus par un cahier de charge qui nous exige d’atteindre 15% de taux d’intégration d’ici trois ans et 40% d’ici cinq ans. C’est dans notre intérêt et nous sommes obligés de respecter nos engagements. Le gouvernement en est conscient et nous a donné trois ans. On ne pourra jamais atteindre 40% d’un seul coup, il faut bien qu’on démarre. On doit passer par le processus et les phases SKD, MKD puis CKD.

Combien de temps faudra-t-il pour développer une véritable industrie de l’automobile ?

Il faut une dizaine d’années. Les grands constructeurs ont mis un siècle pour bâtir leurs marques et une industrie automobile. On peut rebondir sur une autre expérience que l’Algérie a entamée : le médicament. On était dans le tout-importation puis on est passé au conditionnement et à la fabrication de médicaments. Il a fallu plus de dix ans pour faire émerger l’industrie pharmaceutique et on commence seulement à en récolter les résultats. C’est pareil pour l’électroménager. Je peux comprendre qu’on se focalise sur l’automobile, car c’est plus visible et c’est lié à l’émotionnel.

La Tunisie a mis une dizaine d’années à développer l’exportation des pièces de rechange. Leur premier plan de mise en place d’exportation de pièces date de 2000. Donc, on a besoin de temps même si je pense que les piliers sont installés avec en face de nous un numéro un mondial.

Est-ce que vous pensez qu’il y a trop d’acteurs sur le marché algérien de l’automobile ?

Je pense que le gouvernement a une vision, une stratégie. Il veut développer l’industrie automobile et pour qu’on puisse le faire on doit analyser les différents modèles qui existent. L’automobile, c’est des chiffres et des volumes. L’industrie automobile mondiale a dépassé les 90 millions de véhicules.

Aujourd’hui, si vous voulez exister en tant que constructeur automobile ou sous-traitant et être compétitif, vous avez besoin de ce qu’on appelle l’effet de volume pour réduire les coûts. Donc, la question qui se pose c’est de savoir si notre marché est attractif et ma réponse serait non.

Le Maroc a fait un choix, il a pris Renault et lui a demandé de produire 450 000 véhicules. Puis, il a choisi Peugeot qui va démarrer avec 200 000 véhicules. Ils sont déjà à presque 700 000 véhicules et ils leur demandent d’augmenter les capacités de production pour arriver à 1 million de véhicules. Quand vous avez un marché comme ça, vous pouvez développer des milliers et des milliers de sous-traitants.

Mais, le Maroc exporte…

Bien entendu. On ne parle pas de marché local, je m’inscris dans l’exportation. Pour nous, la production automobile est un moyen de devenir exportateur majeur en pièces de rechange dans la région du Maghreb. On a besoin de volume et de s’adosser à un grand constructeur, donneur d’ordres. Dans le secteur automobile, on ne doit pas oublier une chose fondamentale : si on veut exporter de la pièce de rechange, il faut choisir un constructeur qui est prêt et est capable d’acheter de la pièce de chez nous. Pour qu’il l’achète, il faut qu’elle soit compétitive. Est-ce qu’un constructeur qui se trouve en Inde et en Chine voudra acheter une pièce produite en Algérie ? En termes de transports et de coût de main d’œuvre, on ne sera pas compétitifs. À partir de là, il faut avoir la vision de développer une étroite coopération avec des constructeurs qui ont un intérêt gagnant-gagnant dans le fait d’acheter de la pièce de rechange en Algérie.

Si la Tunisie et le Maroc sont compétitifs, il n’y a pas de raison que l’Algérie ne le soit pas. Ce qui a été développé avec Renault et Volkswagen est une bonne chose. Maintenant, est-ce qu’on est capable de discuter avec une dizaine de constructeurs, je ne pense pas car on en revient à l’effet de volume.



https://www.tsa-algerie.com/mourad-oulmi-pdg-de-volkswagen-algerie-notre-concurrent-cest-le-maroc/

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 801
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Jeu 15 Juin 2017 - 23:35

Citation :


Bouteflika demande au gouvernement de se préparer à faire actionner la planche à billets


Le président Abdelaziz Bouteflika a demandé, ce mercredi 14 juin, lors de la réunion du Conseil des ministres, au gouvernement de prendre une série de mesures pour faire face « à la crise des prix du pétrole (qui) s’installe dans la durée et nous impose des défis majeurs ».

Le chef de l’État a notamment instruit le gouvernement d’éviter le recours à l’endettement extérieur. Pour « ne pas trop impacter les programmes publics d’investissements, le président Abdelaziz Bouteflika a invité le gouvernement à promouvoir des financements internes non-conventionnels qui pourraient être mobilisés pendant quelques années de transition financière », a précisé le communiqué du Conseil des ministres.

Que signifie le recours aux financements « non-conventionnels » ? Le communiqué du Conseil des ministres ne fournit aucune indication sur cette méthode de financement. En Algérie, le terme est nouveau. Il n’a jamais été utilisé auparavant. Mais la technique de financement non-conventionnel existe ailleurs. Elle est notamment utilisée par la Banque centrale européenne (BCE). Elle consiste en la mise en place de taux négatifs et les rachats d’actifs détenus par les banques commerciales auprès des ♫tats. Autrement dit, la BCE injecte des liquidités en actionnant la planche à billets pour relancer la machine économique.

Dans la zone euro, cette méthode a été rendue possible par plusieurs facteurs : un taux d’inflation très faible (autour de 1% en 2016), un système bancaire solide avec des banques qui connaissent bien leur activité et financent des projets viables, une économie productive qui a besoin d’être soutenue par une forte consommation.

En Algérie, une telle option est à haut risque. D’abord, l’inflation est à un niveau élevé : plus de 7%. Actionner la planche à billets va provoquer une explosion des prix, avec un risque sur la stabilité sociale. Notre système bancaire est archaïque : les liquidités qui seront injectées dans les banques risquent fort de servir à financer des projets voués à l’échec. Enfin, actionner la planche à billet va produire une dévaluation du dinar, ce qui risque de fortement déstabiliser les entreprises de production qui dépendent fortement des importations de matières premières depuis l’étranger.

Le Conseil des ministres n’a pas fourni de délai pour la mise en œuvre de ces « financements non-conventionnels ». Mais en cas de persistance de la chute des prix du pétrole, la mesure pourrait être appliquée très rapidement, dès cette année.

https://www.tsa-algerie.com/bouteflika-demande-au-gouvernement-de-se-preparer-a-faire-actionner-la-planche-a-billets/

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
iznassen
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 806
Inscrit le : 22/06/2008
Localisation : belgique
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Ven 16 Juin 2017 - 0:52

Si la crise economique continuait en Algérie ...nos frères algériens tout comme nous marocains d'ailleurs , nous devrions tous des milliardaires (en dinar biensur )
merci taboune.
Revenir en haut Aller en bas
lemay
Commandant
Commandant
avatar

messages : 1077
Inscrit le : 02/05/2007
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Ven 16 Juin 2017 - 10:37

Hachak
Revenir en haut Aller en bas
iznassen
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 806
Inscrit le : 22/06/2008
Localisation : belgique
Nationalité : Maroc-Belgique
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Ven 16 Juin 2017 - 23:10

Y3azek allah
أعزك الله
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 801
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Dim 18 Juin 2017 - 12:22

Citation :


Deuxième rocade d’Alger : un surcoût de 55 millions d’euros payé à l’espagnol OHL


Le groupe espagnol de construction OHL, présidé par Juan Villar-Mir, devrait recevoir 55 millions d’euros de dédommagements pour les surcoûts enregistrés dans le cadre du contrat de réalisation de la deuxième rocade de la capitale, entre Boudouaou (Boumerdès) et Zeralda (Alger) sur 60 km, rapportent les médias espagnols.

Pour rappel, la réalisation de ce projet avait été confiée au groupement constitué d’OHL (Espagne), Texeira Duarte (Portugal), Engoa et ETRHB Haddad Smile en janvier 2006 pour un budget initial de 40 milliards de dinars (400 millions d’euros), avant d’être revu pour atteindre 60 milliards de dinars.

En septembre 2013, OHL avait fait une demande d’arbitrage auprès de la Chambre de commerce internationale et réclamé 107,5 millions d’euros à l’Agence nationale des autoroutes. L’ANA avait par la suite formulé une demande de conventionnement à 59,9 millions d’euros, indique le site espagnol El Economista. Selon cette source, les deux parties ont depuis procédé à des négociations à l’amiable pour finaliser le processus d’arbitrage.

Lancée en 2006, la réalisation de cette rocade a connu beaucoup de retard et la qualité des travaux a été mauvaise. Le projet a été livré fin 2011, alors qu’il devait être terminé en 2010. Des travaux de réparation de plusieurs tronçons de la chaussée ont été effectués, quelque temps seulement après la livraison de cette autoroute.

Pour l’entreprise espagnole, il ne s’agit pas de son premier litige, que ce soit en Algérie ou dans d’autres pays. En 2016, OHL avait déjà reçu une compensation de 100 millions d’euros de la part de Sonatrach dans le cadre du projet de construction du Centre des conventions d’Oran.


https://www.tsa-algerie.com/deuxieme-rocade-dalger-un-surcout-de-55-millions-deuros-paye-a-lespagnol-ohl/

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 801
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Dim 18 Juin 2017 - 22:53

Citation :


[color:8d55=#0000FF]Laveuses de vaisselle en Algérie : un record Guinness qui ne plaît pas à tout le monde


C'est le 2e record Guinness battu en Algérie, après celui du plus grand couscous - 6 tonnes - cuisiné à Alger le 3 juin 2004. Cuisine et vaisselle, voilà qui n'est pas très féministe... (photo DR)

Mains dans des bassines d’eau savonneuse, 412 Algériennes ont inscrit l’Algérie au Livre Guinness des Records en battant vendredi soir le record du monde du plus grand nombre de gens lavant la vaisselle en même temps. Une « performance » qui ne plaît pas à tout le monde, tant elle renvoie une image stéréotypée de la condition féminine, le tout sponsorisé par un grand groupe allemand de détergents…

En présence d’une juge officielle du Livre Guinness, les 412 jeunes femmes – aucun homme ne s’est risqué à l’exercice    – ont lavé chacune simultanément deux assiettes, à l’issue d’un repas de charité offert à Alger par une marque de liquide vaisselle d’une filiale algérienne de Henkel, grand groupe allemand de détergents et cosmétiques.

« Vous êtes officiellement extraordinaires! », a lancé, selon la formule consacrée, la juge du Livre Guinness, Hoda Khachab, venue spécialement de Dubaï, en annonçant le record officiellement battu, après avoir dûment compté les concurrentes et vérifié la propreté des assiettes.
Ce record n’a pas vraiment plu à tout le monde, et les réactions ont été nombreuses sur les réseaux sociaux.

Le précédent record remontait, selon le Livre Guinness, au 15 novembre 2016 quand 300 personnes avaient fait simultanément la vaisselle aux Philippines, là encore au cours d’un événement organisé par un grand fabricant de produits ménagers et d’hygiène.

Le nouveau record a été établi lors d’une soirée de solidarité intitulée « Tahla Lemma » (‘la joie de se réunir’ en arabe) au cours duquel environ 1.000 repas ont été servis à des pensionnaires d’orphelinats, maisons pour personnes âgées ou résidences universitaires algérois, à l’occasion du ftor (dîner de rupture du jeûne du mois de Ramadan).

C’est le 2e record Guinness battu en Algérie, après celui du plus grand couscous – 6 tonnes – cuisiné à Alger le 3 juin 2004. Couscous et  vaisselle, on reste dans le thème des tâches ménagères…  



https://www.lequotidien.lu/magazine/laveuses-de-vaisselles-en-algerie-un-record-guinness-qui-ne-plait-pas-a-tout-le-monde/

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 801
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Dim 18 Juin 2017 - 23:06

Citation :


La croissance du PIB est déséquilibrée en Algérie


Les réserves de change s’épuisent très vite, et au rythme actuel, en émettant l’hypothèse d’une absence de réformes, elles pourraient être épuisées dans moins de trois années.

“L’Algérie, archétype du pays rentier qui a mal anticipé les conséquences de la chute des prix du pétrole et des recettes pétrolières de 50% en 2015 et 2016 sur ses grands équilibres macro-économiques, est en proie depuis plusieurs années à une dégradation brutale des soldes commerciaux et courants de la balance des paiements”, relève le groupe Crédit agricole, dans une de ses dernières lettres hebdomadaires “Perspectives émergents”.

Le groupe bancaire français indique que la croissance du produit intérieur reste déséquilibrée. “Traditionnellement très excédentaire jusqu’en 2013, la balance courante accuse des déficits qui se creusent dangereusement à 17% du PIB en 2015 et 2016 (soit environ 35 milliards de dollars”, constate Crédit agricole S. A. Ce déficit, prévoit le groupe bancaire français, devrait demeurer élevé à plus de 13% du PIB en 2017. Pour Crédit agricole, c’est une légère amélioration due principalement à la remontée des cours du pétrole et aux restrictions aux importations. “La croissance reste donc particulièrement déséquilibrée, et ceci pourrait, à terme, peser sur la dynamique de croissance du PIB qui reste bonne à ce stade. Cette croissance devrait légèrement décélérer à 2,5% du PIB en 2017”, estime Crédit agricole S. A. dans son commentaire.

Le groupe français affirme qu’“en l’absence d’investissements directs étrangers, en raison du manque d’attractivité de l’économie et des freins administratifs volontaires (notamment la loi 49%-51% qui empêche l’investisseur étranger d’être majoritaire dans les entreprises), le déficit courant est comblé par pompage sur les réserves en devises”. Ces réserves en devises de la Banque centrale, ajoute Crédit agricole, ont chuté de 180 milliards de dollars à fin 2014 à 116 milliards de dollars à fin 2016, soit une chute de 36% en deux ans et elles pourraient s’établir à moins de 100 milliards de dollars à fin 2017. “Elles demeurent importantes (56% du PIB 2016) et couvrent donc pour plusieurs années le déficit budgétaire si besoin”, reconnaît le groupe bancaire français. “Mais elles s’épuisent très vite, et au rythme actuel (en faisant l’hypothèse d’une absence de réformes), elles pourraient être épuisées dans moins de trois années”, estime Crédit agricole. Pour rappel, lors de son intervention devant le Conseil de la nation, en avril dernier, le gouverneur de la Banque d’Algérie avait relevé une diminution de l’encours des réserves de change, qui passe de 144,13 milliards de dollars à fin décembre 2015, à 114,14 milliards de dollars à fin décembre 2016. “Compte tenu de ce niveau des réserves officielles de change, à fin décembre 2016, encore appréciable en dépit de sa forte baisse et du très faible niveau de la dette extérieure (3,85 milliards de dollars, représentant 2,45% du PIB de 2016), la position financière extérieure de l’Algérie demeure relativement solide et confortable”, a-t-il estimé.

Pour toute l’année 2016, la baisse des réserves de change s’élève à 29,995 milliards de dollars dont 25,609 milliards de dollars en flux et 4,386 milliards de dollars en valorisation négative, par l’effet de conversion en dollars de la part des réserves détenue dans d’autres monnaies que la monnaie américaine.

Intervenant après l'adoption, mercredi, du plan d'action du gouvernement par le Conseil des ministres, le président de la République “a recommandé la poursuite de la rationalisation budgétaire, la promotion de financements internes non conventionnels et la préservation de la souveraineté économique du pays en évitant le recours à l'endettement extérieur et en contenant davantage le volume des importations, afin de sauvegarder les réserves de change”.


http://www.liberte-algerie.com/actualite/la-croissance-du-pib-est-desequilibree-en-algerie-272077

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 801
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Dim 18 Juin 2017 - 23:13

Citation :


ALGÉRIE: SAÏD BOUTEFLIKA MOBILISE UNE «ARMÉE» DE 300 CYBERACTIVISTES POUR CONTRER LES POURFENDEURS DU RÉGIME


Saïd Bouteflika ne lésine sur aucun moyen pour défendre le régime grabataire de son frère. Il déploie une «armée» de 300 personnes sur la centrifugeuse des réseaux sociaux pour contrer les détracteurs de ce régime en rupture de ban. Explications.

Saïd Bouteflika a recours à toute une armée électronique pour s’attaquer aux pourfendeurs du régime algérien. «300 personnes, payées par l’argent du peuple algérien, se relaient toutes les 24 heures sous les ordres de Saïd Bouteflika pour bloquer les réseaux sociaux hostiles au régime en place», dévoile le site d’information en continu «cnp news».

Dernière victime de cette campagne liberticide menée par le régime censeur de Bouteflika, «cnp news» lui-même. Ce site vient en effet de payer les frais de sa position critique envers le système: sa page Facebook a été bloquée par une «katiba» électronique de Saïd Bouteflika. Dans un message adressé à leurs fans, les responsables de ce site les exhortent à «envoyer un maximum de messages à Facebook pour débloquer la page». En agissant de la sorte, Saïd Bouteflika, bafoue le plus élémentaire des droits humains: la liberté d’expression.

Par ailleurs, ce marionnettiste de l'ombre serait derrière le limogeage de Ramtane Lamamra, ancien ministre des Affaires étrangères. C’est en effet dans son antre que cette décision a été prise à la surprise générale. «L’épée de Damoclès que Ramtane Lamamra n’a pas vu venir, elle se concoctait dans la résidence privée de Saïd Bouteflika. Il faut savoir que l’homme fort qui a confisqué le pouvoir et pris son frère en otage est connu pour être très susceptible et très impulsif, il suffit de presque rien pour qu’il coupe les vivres sans prévenir, mêmes aux aplaventristes», souligne cnpnews.net.


«Pour boucher les interstices des petites imprudences de Lamamra, le benjamin de la fratrie des Bouteflika, le tristement célèbre Saïd Bouteflika, épaulé par la non-personne d’Ahmed Ouyahia (soulignons ici qu’Ouyahia ne supporte pas d’être rivalisé par un autre Kabyle de service), va d’abord provoquer en catimini, quelques rencontres informelles entre Federica Mogherini et Abdelkader Messahel, alors ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes, afin de damer les pions à Ramtane Lamara», a indiqué le site web.

Traité de «malade mental» par le général Hassan, ancien chef de l’antiterrorisme en Algérie, le frère du président qui veut être calife à la place du calife attend son heure tout en perdant le nord. Dernière parade du «frère du président», elle date du 3 juin quand, à la surprise générale, il a voulu participer à un sit-in de solidarité avec l’écrivain Rachid Boudjedra, victime d’un traquenard de très mauvais goût tendu par la chaîne du régime «Ennahar TV». La présence de Saïd Bouteflika, au milieu des manifestants contre une chaîne de propagande pro-Bouteflika, était en effet suspicieuse. Elle a valu à son auteur d’être vivement conspué par la foule, qui n’est pas dupe de «l’ambition présidentielle» du frère du président. Une farce qui risque de très mal passer dans un pays qui en a ras-le-bol du règne des Bouteflika.


http://fr.le360.ma/monde/algerie-said-bouteflika-mobilise-une-armee-de-300-cyberactivistes-pour-contrer-les-pourfendeurs-du-123881

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
ralek1
Capitaine
Capitaine
avatar

messages : 801
Inscrit le : 27/04/2016
Localisation : Lyon
Nationalité : Maroc-France

MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   Hier à 0:48

Citation :


Logement : l’Algérie en colère contre les entreprises chinoises

Qui aurait cru que l’Algérie tancerait un jour les entreprises chinoises ? Les autorités algériennes ont fait part de leur mécontentement à l’ambassadeur de Chine à Alger. Le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville, Youcef Cherfa, a convoqué lundi l’ambassadeur de la République populaire de Chine, Yang Yuanggu.

L’ambiance n’était pas des plus amicales, le nouveau ministre algérien ayant fermement demandé au diplomate de faire accélérer les travaux de réalisation des projets de logement assurés par les entreprises chinoises afin que les délais fixés soient respectés. De nombreux projets concernant des milliers de logements publics et promotionnels sont à l’arrêt depuis plusieurs semaines dans de nombreuses régions. Officiellement, les maîtres-d’ouvrages chinois n’auraient pas été réglés en temps et en heure afin de s’approvisionner en matériaux de construction et ainsi terminer tous les travaux engagés.

Le secteur du BTP algérien a été lourdement touché par les effets de la crise financière conséquence de la baisse drastique des recettes du pétrole. Plusieurs organismes publics ont manqué de ressources financières pour payer les entreprises qui réalisent des logements ou infrastructures publiques. Un trou financier équivalent à 1,3 milliards de dollars a contraint plusieurs entrepreneurs algériens à suspendre leurs activités. Les entreprises chinoises n’ont pas été épargnées et leurs chantiers ont été ralentis.

Il y a moins d’un mois, l’Etat algérien a débloqué l’équivalent de 600 millions d’euros pour relancer ces chantiers. Mais des coûts réévalués nourrissent une certaine tension entre les autorités algériennes et les entreprises chinoises. L’ambassadeur de Chine a finalement tenté de calmer les esprits en faisant part de sa volonté d' »œuvrer à la mobilisation des entreprises de son pays afin de poursuivre la réalisation des projets de logement et d’équipement public qui leur sont confiés ».

Reste à savoir enfin si tous ces différends seront réglés. L’Algérie porte un intérêt politique important sur la question du logement, facteur de maintient de la paix sociale dans le pays.



http://www.maghreb-intelligence.com/logement-lalgerie-colere-contre-entreprises-chinoises/

_________________
"C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard".
William Shakespeare ; Hamlet (1603)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actualités Algeriennes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Actualités Algeriennes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 17 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
 Sujets similaires
-
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» Actualité des Années 60
» Magazine de l'actualité poilitique européenne
» actualité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Diversités :: Informations Internationales-
Sauter vers: