Royal Moroccan Armed Forces
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
12 + 6 gratuites = 18 bouteilles – Vin ...
Voir le deal
59.99 €

 

 Industrie de defense Française

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15 ... 27 ... 40  Suivant
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeJeu 26 Juil 2012 - 20:22

Rappel du premier message :

Citation :
Renault Trucks Defense rachète le Français Panhard
Publié le 26 juillet 2012, à 18h23

Volvo a annoncé l'acquisition par sa filiale Renault Trucks Defense du constructeur de blindés légers Panhard, entamant la consolidation attendue de longue date du secteur de l'armement terrestre français.

La transaction, dont le montant n'est pas précisé, devrait être finalisée au quatrième trimestre 2012, une fois obtenu l'accord des autorités françaises, précise le constructeur automobile suédois dans un communiqué publié le 26 juillet.

Panhard a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires de 81 millions d'euros et un bénéfice d'exploitation de 9,4 millions, et emploie environ 300 personnes.

Cette acquisition, qui permet à Renault Trucks Defense d'élargir sa gamme vers les blindés légers, donne naissance à un nouvel ensemble face à Nexter, le fabricant des chars Leclerc dans lequel Thales pourrait prendre une participation.

Nexter, qui avait discuté rapprochement avec RTD et Panhard l'an passé, s'est tourné vers des groupes hors de France, comme les allemands Rheinmettal et Krauss-Maffei Wegmann (KMW), l'italien Oto Melara (Finmeccanica) et le finlandais Patria.

La consolidation du marché de l'armement terrestre en France, voire en Europe, paraît de plus en plus souhaitable pour faire face à la concurrence internationale dans la course aux contrats dans les pays émergents au moment où les budgets de défense se réduisent en Europe.

RTD, qui affiche un carnet de commandes de 1,2 milliard d'euros dont les deux tiers en France, espère réaliser à terme la moitié de son chiffre d'affaires à l'export.

La division de Renault Trucks avait dit en juin tabler sur un chiffre d'affaires de 700 millions d'euros d'ici 2015 contre 300 millions en 2011 grâce à une accélération de ses ventes à l'export et à la mise sur le marché de nouveaux blindés.

Panhard, spécialiste du véhicule blindé léger (VBL), dont 2 300 exemplaires sont en service dans 16 pays, est le plus petit des trois principaux acteurs du secteur en France, avec un chiffre d'affaires d'un peu moins de 100 millions d'euros en 2011, soit dix fois moins que Nexter.

Panhard a été racheté en 2005 à PSA par le fabricant de 4x4 Auverland, que Christian Mons dirigeait depuis 2001 après plus de dix ans chez Thomson-CSF, dont est issu Thales. La gamme d'Auverland a été intégrée à celle de Panhard, spécialisé dans les blindés jusqu'à 12 tonnes.

La famille Cohen détient 83 % de Panhard, Christian Mons 10 % et l'investisseur Pierre Delmas le solde.

(avec Reuters, par Cyril Altmeyer)

http://www.usinenouvelle.com/article/renault-trucks-defense-rachete-le-francais-panhard.N179482
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeVen 9 Jan 2015 - 18:20

Citation :
Turbomeca : impression 3D pour l'Arrano


le 09/01/2015 à 12h25, par Yann Cochennec

Industrie de defense Française - Page 14 515
Turbomeca a lancé la production d'injecteurs de carburant pour son moteur Arrano. © Turbomeca


Turbomeca, filiale du groupe Safran, vient de lancer la production en série de pièces avec le procédé d'impression 3D ou fabrication additive. Et plus précisément, la fabrication d'injecteurs de carburant du moteur Arrano conçu et développé pour les futurs hélicoptères de la classe des 4 à 6 tonnes, comme l'Airbus Helicopters X4. Moteur que Turbomeca cherche à placer sur des hélicoptères concurrents.

L'impression 3D ou fabrication addittive permet de simplifier le processus de fabrication. Un injecteur de carburant classique est constitué d'une douzaine de pièces différentes. Celui de l'Arrano est désormais constitué d'une seule pièce et apporte des fonctions de refroidissement et d'injection avancées.

Turbomeca utilisera aussi l'impression 3D pour produire les tourbillonneurs de la chambre de combustion de l'Ardiden 3 qui équipe déjà l'hélicoptère indien Dhruv et qui équipera aussi les hélicoptères russe Kamov Ka-62 et chinois AC352, version de l'Airbus Helicopters EC175


http://www.air-cosmos.com/2015/01/09/27810-turbomeca-impression-3d-pour-l-arrano
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeMer 14 Jan 2015 - 16:46

Citation :
Nexter/Krauss-Maffei : les quatre points durs qui pourraient entrainer l'échec de l'opération


Le rapprochement entre les deux groupes d'armements terrestres français et allemand, Nexter et Krauss-Maffei Wegmann, traverse des turbulences. Notamment, l'Etat français pourrait demander à KMW de payer une soulte de 500 millions d'euros pour garder le co-contrôle.  


Ça passe ou ça casse. On va savoir dans les prochains mois si le rapprochement dans le domaine de l'armement terrestre entre Nexter et l'allemand Krauss-Maffei Wegmann va être un échec... ou si l'un des deux groupes aura finalement cédé en rase campagne à l'autre pour réussir coûte que coûte cette opération. Un rapprochement qui est actuellement dans un moment critique. Nexter, en passe d'être privatisé, et l'allemand KMW donneraient naissance au leader européen de l'armement terrestre.

La venue à Paris du PDG de KMW va peut-être permettre d'éclaircir toute ou partie des points durs recensés de cette opération, notamment sur l'éventuelle soulte que devraient verser les actionnaires de KMW à l'Etat français. Frank Haun va rencontrer les ministres de l'Economie et de la Défense, Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian, et sera auditionné mercredi matin à l'Assemblé nationale devant les députés de la commission de la défense, dont certains seraient sceptiques sur la réussite de cette opération. Bref, l'opération Kant n'est pas un long fleuve tranquille pour les deux PDG, Philippe Burtin et Frank Haun.

1) KMW contraint de payer une soulte de 500 millions?

C'est LE point bloquant de l'opération. Si la valorisation des deux entreprises est toujours en cours et est attendue le 30 janvier, l'Agence des participations de l'Etat (APE) serait pourtant d'ores et déjà très tentée de demander aux 27 actionnaires familiaux de KMW (100 %) de verser une soulte de 500 millions afin de respecter le principe intangible de co-contrôle entre l'Etat français et de la famille Bode de la future holding, selon nos informations. Car Nexter, remis au carré par Luc Vigneron puis Philippe Burtin, vaudrait aujourd'hui 2 milliards d'euros, selon des critères d'évaluation très classiques (résultats des trois derniers exercices et prévisions pour les quatre prochains) tandis que la valorisation de Krauss-Maffei s'élèverait à 1,5 milliard d'euros.

Or, selon des sources concordantes, pour Frank Haun, il n'en est pas question. Le PDG de KMW se laisserait jusqu'au printemps pour trouver une issue à ce point bloquant, faute de quoi il changerait son fusil d'épaule. De son côté, Nexter aurait recruté à la hâte un spécialiste des fusions-acquisitions pour résoudre de tels problèmes. A suivre mais la précédente fusion franco-allemande entre Aerospatiale/Matra et DASA incite aussi à la plus grande prudence, les intérêts français ayant été largement galvaudés pour des raisons politiques. A l'APE, qui a d'autres dossiers plus importants à traiter (elle doit gérer notamment la cession de 5 à 10 milliards d'euros d'actifs en 2015), de trouver ou pas un compromis équitable.

2) Des produits qui restent concurrents

Juré, craché : les deux industriels choisiront le meilleur produit qui répond le mieux aux besoins du client à l'exportation, avait expliqué à plusieurs reprises Philippe Burtin. Or si ce dernier est prêt à jouer le jeu, notamment dans les chars lourds en laissant le champ libre au Leopard, Frank Haun n'est pas prêt à renoncer à proposer sur les marchés export le Boxer, concurrent du VBCI, dans les blindés à huit roues (30 tonnes), pourtant plus cher.

Le concept du Boxer qui est révolutionnaire - plusieurs types de cabine blindée interchangeable peuvent être montés très rapidement sur une plateforme unique -, n'a pourtant pas convaincu, y compris jusqu'à l'armée allemande, qui a commandé le même nombre de cabines et de plateformes.

3) Y a-t-il un pilote dans l'avion?

"Il existe une volonté importante au niveau politique de réussir cette opération mais la France ne met pas les moyens et/ou ne fait pas l'effort pour atteindre cet objectif", assure-t-on à La Tribune. Avec toute la volonté du monde, Philippe Burtin n'a pas toutes les marges de manœuvre pour négocier avec KMW, notamment pour résoudre les problèmes liés aux opérations de valorisation. Frank Haun s'est plaint d'avoir perdu la relation privilégiée qu'il avait avec David Azéma, le prédécesseur de Régis Turrini, explique-t-on à La Tribune. Faut-il toutefois rappeler que ce dernier reste le garant des intérêts de l'État à travers la gestion du portefeuille des participations de l'APE.

4) Les syndicats dans le brouillard

Des deux côtés du Rhin, il existe une volonté de cacher la copie aux syndicats. Du coup, les organisations syndicales sont aujourd'hui à cran. Philippe Burtin a pourtant accepté une expertise indépendante cofinancé par Nexter. Or pour l'heure comme le souligne la CFDT Nexter, "rien n'arrive au cabinet d'expertise Syndex et encore moins aux élus". "La direction use de multiples raisons pour retarder le lancement" de cette expertise, regrette la CFDT. Côté allemand, des syndicats ont créé un site internet, qui fait l'inventaire des craintes des salariés... Et tout y passe.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20150114trib0b91cb4ed/nexter-krauss-maffei-les-quatre-points-durs-qui-pourraient-entrainer-l-echec-de-l-operation.html
Revenir en haut Aller en bas
MAATAWI
Modérateur
Modérateur
MAATAWI

messages : 14753
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena21Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena27Industrie de defense Française - Page 14 Unbena20

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeMer 21 Jan 2015 - 10:49

Citation :
A Complex Firing Of MBDA’s Aster 30 Successfully Carried Out At DGA Missile Test Centre
20/01/2015

French Defence Procurement Agency (DGA) Press Release (issued the 15 of February 2015)

On 13th January 2015, the missile test division of the DGA (French Defence Procurement Agency) carried out a complex test firing of the Aster 30 air defence missile on behalf of the French Navy at its Levant test centre. The firing scenario of the Aster 30 training missile launched from the Chevalier Paul air defence frigate involved an air target pursuing a friendly aircraft. The purpose of the test was to prove Aster 30’s ability to discriminate and intercept when dealing with two interlinked radar tracks.

This elaborate scenario, created for the French Navy in cooperation with DGA Naval Technology and DGA Information Management, and using an instrumented training missile, allowed technical data to be collected giving precise details of the missile’s final interception phase.

In addition to the main priority which was the safety of both personnel and property within a complex scenario that put three fast moving objects in flight, one of which was a missile fitted with measuring instrumentation, the challenge met by the DGA was to have two Mirach targets flying in close proximity to each other.
http://www.mbda-systems.com

_________________
Industrie de defense Française - Page 14 Star3Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autresIndustrie de defense Française - Page 14 Star3
Industrie de defense Française - Page 14 Captur10
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeJeu 22 Jan 2015 - 17:39

Citation :
Industrie de defense Française - Page 14 543
Vue d'artiste d'un drone Tanan survolant une corvette Gowind de DCNS. (Image DCNS)


Premiers vols du drone d'Airbus destiné à équiper des navires

le 21/01/2015



Le drone Tanan, orienté vers l’action aéromaritime, a volé pour la première fois en décembre dernier, a indiqué mardi 20 janvier à Paris un des responsables d’Airbus Defense and Space, Jean-Marc Nasr. Ce drone hélicoptère a pour vocation d'opérer à partir de navires de surface.

http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/defense/20743-premiers-vols-du-drone-dairbus-destine-equiper-des-navires
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeVen 23 Jan 2015 - 20:27

Citation :
Thales plombé en 2014 par les mauvais résultats du groupe naval DCNS
     

Paris, 23 jan 2015 (AFP) -


L'électronicien de défense Thales a été plombé sur son exercice 2014 par les pertes que s'apprête à publier le groupe naval DCNS, dont il est actionnaire, et qui pèseront sur ses résultats.

Le groupe a publié un avertissement sur résultat, indiquant que les pertes de DCNS pèseraient sur son résultat opérationnel courant d'environ 100 millions d'euros.

Thales a en revanche confirmé ses prévisions de résultats 2014 hors impact de sa filiale navale, notamment une stabilité de ses prises de commandes et de son chiffre d'affaires, accompagnée d'une progression de 5% à 7% de son résultat opérationnel courant.

Thales, qui consolide le groupe de chantier naval à hauteur de 35% (le reste étant détenu par l'Etat) par mise en équivalence, a annoncé que "la contribution de DCNS à l'Ebit (résultat opérationnel courant, ndlr) du groupe serait ainsi négative d'environ 100 millions d'euros sur l'exercice 2014".

L'électronicien tablait jusque-là sur "une contribution attendue proche de l'équilibre" après une "contribution positive de 40 millions d'euros en 2013".

Selon le communiqué, "DCNS estime désormais que l'exercice 2014 devrait se solder par une perte nette de l'ordre de 300 millions d'euros, compte tenu de l'enregistrement de charges et provisions complémentaires", une première depuis 2003.

Le directeur financier de Thales, Pascal Bouchiat, a précisé que "le chiffre final pourrait être révisé de 10% à la hausse ou à la baisse", lors d'une conférence téléphonique.

Selon lui, cet élément exceptionnel signifie que le résultat opérationnel courant 2014 de Thales sera inférieur à celui publié l'an dernier, et qui s'élevait à un peu plus de 1 milliard d'euros.

Cet avertissement sur résultats fait suite à un "examen approfondi (par DCNS) de la situation financière et contractuelle de plusieurs activités et programmes complexes qui connaissent des difficultés" réalisé au cours des derniers mois.

DCNS a indiqué à l'AFP que "les problèmes (étaient) liés au risques contractuels pris dès l'origine sur les coûts et la maîtrise des délais". Il assure que les audits ont montré qu'il conservait "la maîtrise technique" de son coeur de métier.

Pour restaurer sa compétitivité, DCNS a lancé un plan d'économies de 100 millions d'euros et un second plan à moyen terme "sera finalisé au premier semestre".

DCNS présentera ses résultats annuels dans la foulée de Thales, qui publie le 26 février prochain. En Bourse, Thales a clôturé en baisse de 3,90% à 47,615 euros, dans un marché en hausse de 1,93%.

Selon le communiqué, "les difficultés (de DCNS) se concentrent dans les activités de diversification dans l'énergie, essentiellement dans le nucléaire civil, ainsi que sur certains programmes navals."

Dans le nucléaire civil, DCNS devrait "revoir significativement à la hausse les coûts à terminaison des projets en cours, notamment le réacteur de recherche Jules Horowitz pour le Commissariat à l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA)".

Dans le naval, il s'attend à "une augmentation des coûts à terminaison, tout particulièrement sur le programme de sous-marins nucléaires d'attaque Barracuda pour la France".

Pascal Bouchiat a indiqué que les provisions du groupe naval "auraient un impact sur la rentabilité de DCNS au cours des prochaines années". "DCNS mettra quelques années à se remettre", a-t-il déclaré.

Il s'est montré prudent sur la contribution de DCNS à l'activité de Thales en 2015, qui devrait être neutre avant "d'entamer un rétablissement" par la suite. Il est trop tôt pour se prononcer au-delà, a-t-il estimé.

DCNS avait publié en juillet dernier un bénéfice opérationnel en baisse de 60% à 37 millions d'euros, et un chiffre d'affaires en recul de 12,3% à 1,4 milliard d'euros au premier semestre.

DCNS avait également fait état d'une diminution de sont carnet de commandes à 11,9 milliards d'euros contre 12,6 milliards. Seule bonne nouvelle, les prises de commandes ont augmenté de 33% à 770 millions d'euros.

Pascal Bouchiat a refusé de préciser s'il y avait un lien avec le report par Paris de la livraison des navires de guerre Mistral (BPC) à la Russie, indiquant simplement que le contrat était en grande partie couvert par la Coface.

Concernant les coûts, DCNS a évoqué un "arrêt des paiements de la Russie", de coûts de gardiennage et indiqué que les travaux de réalisation du deuxième BPC se poursuivaient.

Des sources avaient indiqué à l'AFP en novembre que ce report entraînait un "surcoût" pour les chantiers navals STX à Saint-Nazaire, qui sont des sous-traitants de DCNS.


http://www.marine-oceans.com/actualites-afp/9624-thales-plombe-en-2014-par-les-mauvais-resultats-du-groupe-naval-dcns
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeDim 25 Jan 2015 - 17:47

Citation :
Nexter/Krauss-Maffei : un rapprochement à n'importe quel prix ?


Michel Cabirol   |   25/01/2015

Krauss-Maffei Wegmann devra payer une soulte à l'Etat français pour détenir le co-contrôle de la future société commune franco-allemande. Pour favoriser ce rapprochement, Paris cherche à en diminuer le montant.


Lors de leur audition le 14 janvier dernier à l'Assemblée nationale, les PDG de Nexter et de Krauss-Maffei Wegmann (KMW) en cours de rapprochement, Philippe Burtin et Frank Haun, ont qualifié le versement par KMW d'une soulte de 500 millions d'euros pour obtenir le co-contrôle de la future société commune (50-50) d'une "rumeur qui ne se fonde sur rien de concret". Pour autant, "La Tribune" confirme que l'Agence des participations de l'Etat (APE) a été tentée en fin d'année dernière de demander aux 27 actionnaires familiaux de KMW de verser une telle soulte en raison d'une nette différence de valorisation entre les deux entreprises : 1,5 milliard pour KMW et 2 milliards pour Nexter.

Une volonté politique de diminuer le montant de la soulte

Aujourd'hui tout est mis en oeuvre en France pour diminuer, selon des sources concordantes, le montant de la soulte qui devra être versée par KMW à l'Etat français. Très créatives, les banques d'affaires y travaillent sous l'oeil bienveillant de Paris, qui ne veut toutefois pas altérer la valeur de Nexter. D'autant que le groupe public a réalisé en 2014 une bonne année avec un chiffre d'affaire en nette hausse à 1,04 milliard d'euros (contre 787 millions en 2013), dont 53 % à l'exportation, et 1,2 milliard de prises de commandes, selon les chiffres évoqués par Philippe Burtin. De son côté, KMW a réalisé un chiffre d'affaires de 750 millions d'euros et a engrangé plus de 1 milliard de prises de commandes.

En outre, le groupe d'armement public a profité dans le passé sur des programmes nationaux de marges allant jusqu'à 20 % et surtout a été recapitalisé à hauteur de 4,6 milliards d'euros au début des années 2000. Mais depuis 2006, Nexter a versé un milliard d'euros de dividendes à l'Etat, comme l'a rappelé Philippe Burtin lors de l'audition.

Une source proche du dossier confirme que KMW devra verser une soulte pouvant se monter à "plusieurs dizaines de millions" et que les Allemands en seraient d'accord. "Le dossier avance", a-t-elle même expliqué à La Tribune.


Ce qu'a confirmé Philippe Burtin : "Si les méthodes retenues par chaque société pour ce travail de prospective ont pu différer un temps, nous travaillons à leur rapprochement, et un échange de lettres datant du début du mois de décembre 2014 a marqué une convergence en ce sens".

La question des exportations préoccupe

Au-delà de la soulte, Frank Haun s'est attaché à rassurer les députés sur la question de l'exportation en Allemagne. "Les choses commencent à bouger en Allemagne, a-t-il affirmé. Ainsi, lorsque KMW a entamé des discussions avec le nouveau gouvernement allemand, il apparaissait qu'il y avait des réserves sur le projet KANT et sur les exportations. (...) En ce qui concerne la réglementation applicable aux exportations d'armements, je suis confiant dans nos chances d'aboutir à un accord, même si le compromis qui sera trouvé ne sera pas nécessairement à la hauteur de nos espérances de départ". Un compromis qui devrait intervenir avant la fin des négociations sur KANT prévues en avril.

Il a toutefois précisé que "si, dans le futur, l'on arrive à une solution aux termes de laquelle le contrôle de l'exportation d'un matériel conçu en commun relèvera du gouvernement français dès lors que la part allemande dans leur développement n'excédera pas 20%, cela signifie que la probabilité est forte que nous développions nos produits à 80% en France, alors que je souhaite rester à parité". Une solution qui devrait faire bondir outre-Rhin, politique et syndicats.

D'autant que Frank Haun a rappelé que le Qatar et Singapour sont actuellement les principaux clients export de KMW. Toutefois, il s'agit de contrats signés avant la mise en place de la coalition en Allemagne en novembre 2013 et non après...C'est ce qui fait toute la différence entre le contrat qatari qui est exécuté et le prospect saoudien (800 chars Leopard 2A7), qui est lui bloqué. Selon le PDG de KMW, la part d'exportation se situe depuis 15 ans entre 40% et 80% de son activité.

Un futur char lourd franco-allemand en commun

Pour l'heure, et en dépit des négociations pour se rapprocher, Nexter et KMW se livrent à une féroce concurrence sur les marchés export. Frank Haun en convient : "vous vous demandez peut-être pourquoi KMW n'achète pas d'ores et déjà des armes et des munitions à Nexter. La réponse est simple : parce que pour l'heure, nous sommes concurrents. Or, on ne se fournit pas auprès d'un concurrent. Mais dès lors que nous ne serons plus concurrents mais partenaires, KMW se fournira auprès de Nexter".

Les deux entreprises préparent plusieurs projets en commun de nouveaux matériels. "Le plus important, c'est la prochaine génération de chars lourds, a expliqué Frank Haun. Dans cinq ans, nous aurons avancé dans le processus de développement d'un nouveau char lourd - qu'il s'appelle Léopard 3, Leléo ou Léoclerc, peu importe : il sera développé en commun, et pourra commencer à équiper nos forces à l'horizon 2025-2030 pour remplacer les chars Leclerc et Léopard 2 dont la base technologique commence à dater. Renouveler ces matériels est indispensable : d'ailleurs, les Russes ne s'y trompent pas, et leurs travaux de développement en la matière avancent à plein régime. Pour ce faire, Nexter possède des technologies très intéressantes pour KMW, et vice-versa".

Pour l'heure, Nexter a laissé le champ libre à KMW sur le marché des chars lourds. Aujourd'hui le constructeur allemand est le seul producteur dans le monde occidental de chars lourds de combat modernes. Ainsi, 18 États ont acheté le Léopard 2. En outre, KMW développe et fabrique actuellement avec son partenaire allemand Rheinmetall "son petit frère, le Puma, que nous sommes en train de livrer à l'armée allemande, a expliqué Frank Haun. Cet engin est à la pointe de la technologie, en matière de protection, de mobilité et de résistance au feu".

De nouveaux produits en commun

Au-delà d'un char lourd, Frank Haun est "convaincu" que si le projet KANT se réalise, "nous aurons des véhicules communs, ce qui renforcera l'efficacité de nos forces armées, lorsqu'elles interviendront ensembles sur des théâtres d'opérations, et cela permettra d'économiser l'argent du contribuable".  Au-delà du char lourd, Frank Haun souhaite se développer dans trois secteurs qui lui "semblent particulièrement prometteurs" : l'artillerie entièrement automatisée, les munitions intelligentes et les armements lasers. "Autant de domaines dans lesquels les Américains ont du souci à se faire !".

Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui où les deux entreprises ont une gamme de véhicules en concurrence. Le véhicule à roues, le Dingo, qui est produit à plus de 1.000 exemplaires et est désormais utilisé par six pays, concurrence l'Aravis. Enfin, le véhicule Boxer à huit roues, le rival du VBCI est, selon le PDG de KMW, "aujourd'hui un véhicule très performant". Enfin, KMW est fabrique aussi des systèmes d'artillerie, comme l'obusier, le PZH 2000, "dont la performance dépasse largement celle de la concurrence, y compris américaine". Selon Philippe Burtin, "le VCBI a peut-être un avantage sur le Boxer, comme, à l'inverse, le Dingo en a peut-être un sur l'Aravis". En revanche, Frank Haun s'est bien gardé de juger les produits en question.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20150125trib6245d7194/nexter-krauss-maffei-un-rapprochement-a-n-importe-quel-prix.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeLun 26 Jan 2015 - 18:53

Citation :
Un premier pas


Stratégie et politique  26 janvier 2015  


C’est une bonne nouvelle pour les industriels français : le gouver­nement allemand a finalement accepté de lever son véto au transfert de matériel militaire français comportant des composants allemands devant être livré à des clients avec lesquels un contrat a déjà été signé. C’est notamment le cas du Milan ER de MBDA qui doit être livré au Qatar, ou des VAB Mk3 (RTD) pour l’armée libanaise (et qui intéressent aussi l’Egypte en version amphibie).

Les demandes répétées des membres du gouvernement (Emmanuel Macron, Jean-Yves Le Drian et Manuel Valls) auront donc permis de réparer les premiers dégâts de la “doctrine Gabriel” sur les exportations d’armement. Côté français, un argument existait : la livraison par Berlin, et sans consultations, de postes de tir Milan aux pershmergas. Pour le futur, Paris espère parvenir, dans les prochains mois, à la signature d’un accord de mise à jour des accords Debré-Schmidt signés au siècle dernier.

Otages des ambitions politiques du ministre allemand de l’Economie, les industriels français attendent eux aussi qu’une telle négociation ait lieu. Les discussions en cours dans le cadre du projet de JV “Kant” entre Nexter et KMW pourraient ainsi servir de “laboratoire” pour ce futur cadre réglementaire général.

Certaines propositions ont déjà été avancées par les industriels français, notamment la règle de «minimis», proche des règles américaines de l’Export Administration Regulation (EAR) et qui ne prévoirait pas de blocage, si le contenu allemand dans un matériel français était, par exemple, inférieur au tiers de son prix total (sauf cas exceptionnel). Ou encore celle prévoyant de renoncer à un droit de regard français sur les matériels que les Allemands renonceraient à exporter, même avec un contenu français significatif, sauf, là encore, cas exceptionnel.

La procédure «Debré-Schmidt rénovée» pourrait être pilotée par un groupe bilatéral permanent et prévoir une procédure de conciliation rapide et un recours sans délai au niveau politique en cas de problème. Une nécessité pour éviter, à terme, le développement de produits “German Free”, qui condamnerait la dynamique de coopération bilatérale de défense.

Si les rencontres entre commissions parlementaires se poursuivent au sujet de la coopération bilatérale, à qui doit s’adresser le gouvernement français, à la recherche d’un interlocuteur allemand ? La Chancelière a botté en touche et renvoyé Paris vers le ministre de l’Economie et les élus du SPD. Mais Sigmar Gabriel reste, pour l’instant, fermé à toute négociation.


http://www.ttu.fr/exportations-franco-allemandes-un-premier-pas/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeLun 26 Jan 2015 - 22:35

Citation :
DCI créé une nouvelle formation hélicoptère

Publié le 26/01/2015 à 11h12, par Jean-Marc Tanguy

Industrie de defense Française - Page 14 478
EC120 Helidax © C.Cosmao


Déjà co-titulaire du marché Helidax pour la formation initiale des pilotes d'hélicoptères d'Etat à Dax (Landes), DCI (Défense Conseil International) transforme l'essai et met en place une école de formation destinée aux pilotes étrangers. Ce nouveau centre de formation, enregistré à Dax, est basé sur les moyens de Dax et du Luc-en-Provence. L'Aviation Légère de l'Armée de terre (ALAT) est donc étroitement impliquée dans ce nouveau projet.

DCI, société contrôlée par l'Etat, justifie la création de ce nouveau pôle de formation, par la très forte demande de pays étrangers. Chargée d’accompagner le soutien à l'export d’équipements militaires pour le volet formation, DCI accompagne là, les vente d'hélicoptères les plus récents (EC-120, NH90 Caiman ; Tigre ; Caracal...). Les pays clients sont essentiellement moyen-orientaux, asiatiques et africains. Certains d'entre eux bénéficient déjà d'une formation pour leurs équipages, via Helidax, comme les Belges, et certains Africains.

Cette nouvelle formation sera donc réalisée sur les sites de Dax (formation initiale) et du Luc-en-Provence (formation opérationnelle). Les premiers cours vont très bientôt débuter rapporte un responsable de DCI. Certains clients ont d'ors et déjà exprimé des besoins spécifiques, comme pour de la formation sur armement (canon, missile...).

DCI avait déjà réussi à transposer le modèle d'Helidax dans un pays du Golfe, où la deuxième promotion de pilotes est en cours d'être brevetée. DCI a également, en Asie du sud-est, lancé une formation au pilotage sous JVN dans un pays susceptible d'acheter des appareils français. Enfin, DCI est depuis plus de vingt ans impliqué dans des opérations de maintenance d'hélicoptères dans des pays du Golfe.


http://www.air-cosmos.com/2015/01/26/28227-dci-cree-une-nouvelle-formation-helicoptere
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeMar 10 Fév 2015 - 17:24

Citation :
MBDA livre à l'export un système de défense aérienne


Publié le 10/02/2015 à 15h38, par Marek Boudeville

Industrie de defense Française - Page 14 574
Pour la première fois, MBDA livre à l'export un système PCP et IMCP. © MBDA


MBDA annonce avoir livré début décembre 2014 pour la première fois à un client export non dévoilé un PCP ( poste de commandement pour défense aérienne) et un IMCP ( poste de contrôle de missiles améliorés).  
Les PCP et  IMCP permettront de coordonner un système de défense aérienne mettant en œuvre des missiles sol-air Mistral et Mica.

Le module de PCP est utilisé pour le commandement et le contrôle d'un système de défense aériennes multi-couches. Il assure l'interface avec d'autres systèmes  responsables de la coordination de l'espace aérien.

Le module IMCP est équipé d'un radar 3D capable de détecter et d'identifier des cibles aériennes à des distances allant jusqu'à 80 kilomètres selon MBDA. Il fournit les fonctions de suivi détection, d'identification des cibles pour le PCP.


http://www.air-cosmos.com/2015/02/10/28679-mbda-livre-a-l-export-un-systeme-de-defense-aerienne
Revenir en haut Aller en bas
Yakuza
Administrateur
Administrateur
Yakuza

messages : 21661
Inscrit le : 15/09/2009
Localisation : 511
Nationalité : Maroco-Allemand
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 14 Unbena20Industrie de defense Française - Page 14 Unbena22
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena21

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeMar 10 Fév 2015 - 22:23

oman may be?

_________________
Industrie de defense Française - Page 14 A10-na10
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur
FAMAS

messages : 7450
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite : Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24Industrie de defense Française - Page 14 Unbena23
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena20

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeMar 10 Fév 2015 - 22:46

oui forcément. ce que je n'arrive pas à comprendre pq Oman ont commandé SL-AMRAAM sachant que le MICA-VL Land qu'ils ont remplit le même rôle

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeMer 11 Fév 2015 - 16:36

Citation :
La privatisation de Nexter en vue de son rapprochement avec KMW votée par les députés

Posté dans Industrie par Laurent Lagneau Le 11-02-2015


Industrie de defense Française - Page 14 579

Le projet de loi sur la croissance et l’activité, porté par le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, est un fourre-tout : le travail dominical côtoie la dérèglementation de certaines professions ou encore la simplification du permis de conduire. Qui plus est, ce texte comporte des dispositions qui intéressent la défense, dont le rapprochement du groupe d’armement terrestre Nexter avec son concurrent allemand Krauss Maffei Wegmann (KMW)

Ainsi, l’article 47 du projet de loi vise à autoriser « le transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société Groupement industriel des armements terrestres (GIAT) et de ses filiales ».

Actuellement, l’État est actionnaire à 100% de Nexter Systems SA via Giat industries. Pour que ce rapprochement, appelé projet KANT et annoncé en juillet 2014, soit possible, il doit baisser sa participation de 50% afin d’être à parité avec la famille Bode-Wegman, propriétaire de KMW, au sein d’une holding, provisoirement appelée NewCo, dont le siège social sera installé, comme celui d’Airbus, aux Pays-Bas pour des raisons de neutralité fiscale. En outre, il conservera une action spécifique devant lui permettre de garantir les intérêts stratégiques de la France.

Cette opération donnera lieu à la création d’un groupe fort de 6.000 salariés, avec un chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’euros, ce qui en ferait le premier sur la scène européenne et le 3e au niveau mondial.

Cet article, qui privatise partiellement Nexter, a été adopté le 9 février par les députés, à l’issue d’un débat, parfois passionné à défaut d’être passionnant. Il avait aussi été discuté en commission spéciale trois semaines plus tôt.

Trois points de vue ont été exprimés au sujet de ce rapprochement. Il y a sont qui y sont totalement favorables, d’autres qui le sont aussi mais avec quelques réserves, notamment au sujet de la politique restritive de Berlin en matière de ventes d’armes et ceux qui y sont résolument opposés, par crainte de voir Nexter se faire avaler par son concurrent allemand.

Le ministre de l’Économie s’est donc attaché à répondre aux objections soulevés par certains députés. Sur la « sensibilité » de Berlin au sujet de l’exportation d’armements, il a avancé qu’elle « ne changera pas avec le rapprochement ».

« Nous la retrouvons déjà, du reste, lors des discussions constantes que nous avons, notamment avec M. Sigmar Gabriel, à propos des exportations d’Airbus Group », a poursuivi M. Macron. « L’organisation est donc ainsi structurée et des discussions permanentes entre nos ministres et entre nos services, ainsi qu’entre le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale et son équivalent allemand, permettent de clarifier les positions sur ce sujet et ne constituent en rien un blocage », a-t-il expliqué.

« La politique d’export est arrêtée par la holding mais, durant les cinq premières années, les exportations de Nexter seront décidées par Nexter. Je veux être très clair sur ce point : en aucun cas les pouvoirs publics allemands ne pourront bloquer des exports décidés par la filiale qui restera en France; le rapprochement sera progressif et déterminé en fonction des modalités que je viens de définir », a encore fait valoir le ministre, qui a aussi avancé que « l’option prise ici est de développer des synergies à la fois stratégique et commerciale avec notre partenaire allemand sans qu’il puisse y avoir à ce stade de blocage ».

Le ministre de l’Économie, qui s’est défendu d’être « Héautontimorouménos » [ndlr, voir les Fleurs du Mal de Baudelaire], a en outre estimé que Nexter ne pouvait pas seulement vivre de la commande publique française – le programme Scorpion ne serait pas suffisant – et qu’il devait exporter. D’où l’intérêt de cette alliance avec KMW. Un autre a trait à la mise en commun des ressources pour la recherche et le développement, en particulier dans les domaines des chars de combat de nouvelle génération, des armes laser ou encore des munitions intelligentes.

Pour autant, certains parlementaires opposés au projet KANT sont toutefois d’accord sur le fait qu’une consolidation de l’industrie de l’armement terrestre européenne est nécessaire. Mais pas avec un groupe allemand. C’est ainsi le cas d’Yves Fromion (UMP), spécialiste du sujet.

La France « doit préserver les fondements de sa souveraineté en conservant le degré d’indépendance nécessaire à l’équipement de ses forces armées » et « l’armement terrestre est essentiel car il est déterminant dans l’issue d’un conflit armé », avait-il affirmé lors des débats en commission spéciale.

« Voilà pourquoi, si l’on peut approuver le transfert au secteur privé d’une part du capital de GIAT, l’opération doit nous permettre en priorité de consolider au niveau national nos propres entreprises d’armement, tout en recherchant un ou plusieurs partenaires européens », avait-il fait valoir, en plaidant pour un rapprochement entre Thales et Nexter. Rapprochement possible, selon lui, car l’État « dispose de tous les moyens nécessaires pour organiser cette consolidation nationale ».

« Nous sommes face à une décision politique délibérée qui favorise la mainmise de l’industrie allemande sur GIAT, donc sur Nexter », avait ensuite déploré M. Fromion, en soulignant que « l’enthousiasme de nos voisins d’outre-Rhin (…), fait d’ailleurs apparaître notre naïveté. » Et d’ajouter : « Rappelons-nous comment les Allemands ont torpillé le rapprochement entre EADS et BAE, où ils ne trouvaient pas leur compte. Je crains que la France ne se prépare une fois encore à travailler pour le roi de Prusse, et il ne s’agit pas d’un vain jeu de mots! ».

Lors de la séance du 9 février, M. Macron a réfuté ces arguments, repris par d’autres députés. « S’agissant de l’idée qu’il puisse exister un préalable de consolidation française avant d’aller vers une telle opération, je rappelle que cela a été tenté à plusieurs reprises sans succès », a-t-il dit. « Rappelons que Thales n’a aucune synergie avec Nexter. Il s’agit d’une consolidation purement théorique, qui a d’ailleurs échoué. Les mariages forcés, dans la vie des affaires, conduisent souvent à des sinistres. En l’espèce, nous avons décidé de ne pas suivre cette voie, car le faire n’aurait pas de sens », a conclu celui qui ne veut pas être l’ »Héautontimorouménos« .



http://www.opex360.com/2015/02/11/la-privatisation-de-nexter-en-vue-de-son-rapprochement-avec-kmw-votee-par-les-deputes/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeJeu 12 Fév 2015 - 19:58

Citation :
La DGA a procédé avec succès à son premier tir du Missile Moyenne Portée

Posté dans Forces terrestres, Industrie par Laurent Lagneau Le 12-02-2015


Industrie de defense Française - Page 14 827

La Direction générale de l’armement (DGA) a annoncé, ce 12 février, avoir réalisé avec succès le premier tir du Missile de moyenne portée (MMP), appelé à succéder au MILAN (Missile léger antichar).

L’essai a été effectué sur le site DGA Techniques terrestres de Bourges le 2 février dernier. « Ce tir de mise au point vient confirmer l’excellente précision de la poursuite du MMP après un accrochage en vol sur une cible à plus de 4.000 mètres, masquée au départ du coup », a expliqué la DGA.

Le MMP a d’abord été développé sur fonds propres par MBDA France, avant de faire l’objet d’un contrat de levée de risque notifié par la DGA et d’être confirmé par la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019. Une commande pour la production de 2.850 exemplaires et 400 postes de tir a ensuite été passée en décembre 2013.

Engin dit de « 5e génération » selon MBDA, le MMP est doté d’une « charge militaire tandem inédite » qui lui permet de traiter des objectifs allant de la casemate au chars de combat, en passant par les fortifications de campagne et les véhicules blindés. Équipé d’un autodirecteur bi-bande visible/infrarouge non refroidi, ce missile de 11 kg est en mesure d’acquérir une cible « chaude ou froide », puis de se diriger vers elle en toute autonomie. Toutefois, le tireur « reste dans la boucle », ce qui permet d’éviter les dommages collatéraux.

Conçu pour être utilisable en réseau, le MMP est aussi « modulaire », c’est à dire qu’il peut être tout aussi bien être utilisé pour le combat débarqué que mis en oeuvre depuis un véhicule de combat. Il pourra ainsi être intégré à la tourelle T-40, développée autour d’un canon de 40 mm à munition télescopée pour les besoins du futur Jaguar (c’est à dire l’Engin Blindé de Reconnaissance et de Combat), attendu dans le cadre du programme Scorpion.



http://www.opex360.com/2015/02/12/la-dga-procede-avec-succes-son-premier-tir-du-missile-moyenne-portee/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeVen 13 Fév 2015 - 17:02

Citation :
Rafale : le contrat qui rassure... mais ne change pas grand chose sur le plan industriel

 Par Hassan Meddah -  Publié le 13 février 2015, à 11h16


L’Égypte va acquérir 24 exemplaire de l'avion de combat français Rafale. Une première vente historique à l’export qui permet de pérenniser la supply chain de Dassault Aviation et laisse espérer de nouveaux contrats plus significatifs, nécessaires à une montée en cadence.

La vente que tout le monde militaire tricolore attendait est enfin là. Le Rafale, l’avion que la France et Dassault Aviation n’avaient jamais réussi à vendre à l’export, a brisé la malédiction. "Les autorités égyptiennes viennent de me faire savoir ce jour leur intention d’acquérir 24 avions de combat Rafale", a précisé François Hollande le 12 février dans un communiqué des plus sobres. La république arabe va acheter 24 appareils mais également une frégate et des missiles air-air pour un montant estimé à plus de 5 milliards d’euros. Jean-Yves Le Drian et le président égyptien, le général Abdel Fattah al-Sissi, doivent parapher le contrat final lundi 16 février au Caire.

Pour la filière Rafale, ce contrat est un immense soulagement. Il assure la pérennité à court et moyen terme non seulement de la chaîne d’assemblage de Mérignac mais de l’ensemble de la supply chain du Rafale. Au total, ce sont plus 500 entreprises françaises et plus de 7000 emplois directs et indirects qui soufflent. En 2011, Gérard Longuet, alors ministre de la défense, évoquait un arrêt programmé de l'activité en cas d’absence de contrats à l’export.


"Dans l’immédiat, ce contrat, même s’il est relativement modeste, est une excellente nouvelle pour la filière Rafale. Il peut permettre de faire la transition avec de futurs contrats plus significatifs comme ceux attendus avec l’Inde et le Qatar", explique Philippe Plouvier, partner en charge du secteur aéronautique au sein du Boston Consulting Group. En sortant un exemplaire par mois, la chaîne Rafale tourne pour le moment à son minimum vital. Il n’est pas sûr que la commande des 24 appareils égyptiens assure un surcroît de charge industrielle, la France ayant décidé de réduire autant que possible son rythme de commandes.

Relancer l’embauche ?

Les syndicats se veulent optimistes : "Contrairement aux Indiens, les Égyptiens vont acheter leurs 24 appareils directement sortis de chaîne. La production devrait être totalement réalisée en France", se félicite Pierre Etchegoyen, élu syndical CGT basé à Biarritz (Pyrénées Atlantiques) où la production du Rafale représente près d’un quart de l’activité du site. "Seul un second contrat pourrait véritablement changer la donne sur le plan industriel et permettrait d’envisager des cadences plus élevées, estime pour sa part Jean-Baptiste Etcheto, de la CFDT Dassault Aviation. Nous pourrons y faire face assez facilement. Car même durant les années les plus dures comme en 2008, la société n’a jamais pratiqué de plan social. Nous avons su maintenir les compétences critiques et garder les postes stratégiques de techniciens et d’ingénieurs."

Certains estiment même que le groupe doit relancer l’embauche. "Nos effectifs de production sont passés de 2400 à 2000 personnes entre le début des années 2000 et aujourd’hui. Ce contrat est l’opportunité de recruter à nouveau. Nous pourrions passer d’une cadence d’1 à 1,5 avion par mois", explique Pierre Etchegoyen. C’est d’autant plus vrai qu’un Rafale, du fait de sa complexité, nécessite environ cinq fois plus de travail qu’un avion d’avion d’affaires de type Falcon.

Hassan Meddah


http://www.usinenouvelle.com/article/rafale-le-contrat-qui-rassure-mais-ne-change-pas-grand-chose-sur-le-plan-industriel.N313265
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeDim 15 Fév 2015 - 17:18

Citation :
La frégate "Normandie" vendue à l'Égypte : joli contrat ou cadeau empoisonné ?

Le Point - Publié le  15/02/2015 à 12:24

La vente à l'Égypte d'une frégate multi-mission FREMM déjà payée par la Défense est une nouveauté. Les armées percevront-elles le produit de ce contrat ?


Industrie de defense Française - Page 14 665
Une frégate militaire FREMM construite par la société DCNS. © FRED TANNEAU / AFP


Le client est roi ! Et pour répondre rapidement aux exigences du maréchal-président al-Sissi, le nouvel ami de la gauche française qui voulait bien commander une frégate multi-mission FREMM, il fallait que celle-ci fût livrée avant le mois d'août 2015. Impossible de faire aussi vite, sauf à lui vendre un bâtiment terminé, sur le point d'entrer en service dans la marine nationale. C'est donc la solution qui a été choisie. Cette procédure inhabituelle n'est pas choquante par principe, et la marine nationale n'a pas contesté la nécessité du sacrifice sur l'autel de la réussite d'un beau contrat export.


Le navire, facturé 650 millions d'euros, sera vendu environ un milliard à l'Égypte, le supplément de 350 millions (plus de la moitié du prix du navire) étant constitué par un ensemble de munitions et de services. Ces derniers étant notamment destinés à former l'équipage, ce qui ne s'improvise vraiment pas sur un navire aussi technique, à la pointe mondiale de la modernité, et doté d'un équipage réduit au strict minimum. C'est aujourd'hui le fleuron de son constructeur DCNS, qui conclut ainsi son deuxième contrat export, après la vente d'une première FREMM au Maroc. L'Égypte devient l'un de ses meilleurs clients, après avoir déjà acheté en 2015 quatre petites corvettes Gowind, pour un total d'un milliard d'euros.

La marine veut ses six FREMM

L'amiral Bernard Rogel, chef d'état-major de la marine nationale, a confirmé lors d'une récente rencontre avec l'association des journalistes de défense qu'il ne voyait pas d'inconvénient à la cession d'un navire français à l'Égypte. Il a cependant ajouté une précision sibylline à propos de ces FREMM : "Du moment que DCNS me garantit d'en avoir quatre d'ici à fin 2016, et six d'ici à fin 2018, alors ça va !"


De fait, la loi de programmation militaire 2014-2019 (LPM) prévoit bien que la marine disposera de 6 FREMM, non pas fin 2018, mais fin 2019. Ce petit détail mis à part, il y a quand même un problème. Car pour que la frégate Normandie soit remplacée dans l'arsenal français d'ici fin 2019, il faudrait que DCNS accélère sa production en ajoutant une FREMM à son programme industriel. Après l'avoir réduite ces dernières années, non sans négocier de substantielles compensations financières avec l'État ! Cette option ne paraît donc pas réaliste, d'autant moins que DCNS a désormais adapté son plan de charge pour le rendre conforme au rythme ralenti de la LPM.

650 millions d'euros pour la Défense ?

Le dossier n'est pas rendu plus simple par plusieurs autres considérations : tout d'abord, la frégate Normandie est pratiquement intégralement payée. Second point : il ne n'agit pas d'un programme franco-français mais européen (franco-italien en l'espèce), géré par un organisme européen, l'OCCAR (Organisation intergouvernementale européenne  de coopération en matière d'armement, NDLR).


De quelque point de vue que l'on examine cette question, les 650 millions d'euros déjà payés par la Défense vont être remboursés. Mais à qui ? Au restaurant du ministère de la Défense ("les cent mille mâchoires"), chaudron où bouillonnent les rumeurs, on entendait tout récemment que le ministère des Finances considère que cet argent ne revient pas à la Défense mais à l'État. Qui pourrait alors reverser ces sommes au titre des ressources exceptionnelles (REX), qui font défaut à hauteur de 2 milliards environ pour boucler le budget 2015. Les fameuses sociétés de projet qui visent précisément à pallier ces difficultés du budget 2015 - dans un premier temps - ont certes été votées dans le cadre de la loi Macron. Il n'empêche que - allez savoir pourquoi ! - certains craignent un coup fourré. Des mises au point seraient sans doute utiles.  


http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/la-fregate-normandie-vendue-a-l-egypte-joli-contrat-ou-cadeau-empoisonne-15-02-2015-1905199_53.php
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeMar 17 Fév 2015 - 16:26

Citation :
Next Generation Rapid Deploy Helicopter Landing Pads by Musthane  

Ajoutée le 17 févr. 2015

Musthane, a French company, has invented a very new and smart Helicopter Landing Mat. Unveiled at IDEX 2015,
this very unique solution, based on an innovative combination of polymers, composite materials and technical
textiles, exceeds the performances of existing plastic or metallic rapid deploy mats thanks to its original design,
made of a double-ply rubber coated fabric reinforced with composite rods.


Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeJeu 19 Fév 2015 - 15:26

Citation :
Le motoriste Snecma signe un protocole d’accord avec l’indien HAL en vue de créer une co-entreprise


Posté dans Asie-Pacifique, Industrie par Laurent Lagneau Le 18-02-2015


Sans vouloir présager de la décision indienne concernant l’acquisition de 126 Rafale, l’annonce faite par le motoriste français Snecma, ce 18 février, est un signe encourageant pour ce contrat, qui fait l’objet de négociations depuis maintenant plus de 3 ans.

Ainsi, Snecma a annoncé avoir signé un protocole d’accord avec le constructeur indien Hindustan Aeronautics Ltd (HAL) afin d’étudier « modalités de la création d’une joint-venture en Inde pour la production de pièces de moteurs aéronautiques ».

Le communiqué précise que cette structure en projet « se consacrerait dans un premier temps à la réalisation de pièces de très haute technologie pour le turboréacteur M88, qui équipe l’avion de combat Rafale de Dassault Aviation » puis, dans un second temps, à « d’autres  aéronautiques d’envergure (…) Inde et dans le monde entier. »

Pour rappel, dans le cas où un accord définitif venait à être trouvé entre Dassault Aviation et New Delhi, il reviendrait à HAL d’assembler localement 108 exemplaires du Rafale. D’où l’accord avec Snecma.

Il est question, selon Snecma, de créer en Inde une usine de plus de 30.000 m2. Cette dernière bénéficierait « d’investissements substantiels de la part des deux partenaires, notamment pour l’équiper de machines à la pointe de la technologie ».

Le motoriste français est présent depuis plus de 60 ans en Inde. « Ce nouveau partenariat témoigne une fois de plus des relations d’étroite collaboration établies depuis de nombreuses années entre Snecma, notre maison mère Safran, et l’industrie aéronautique indienne », a commenté Pierre Fabre, son PDG. « Nous sommes fermement engagés à contribuer à la politique du « Make in India », à travers des partenariats d’envergure et des investissements locaux. Cette société commune est une preuve supplémentaire que nous approfondissons activement nos liens existants avec HAL », a-t-il ajouté.

Le « Make in India » est le slogan promu par Narendra Modi, le Premier ministre indien. Lors du salon AeroIndia, il a expliqué que l’Inde devait cesser « d’être le premier importateur mondial d’armement et porter d’ici cinq ans à 70% la part de son équipement militaire produite sur son sol ». Pour atteindre cet objectif, la priorité sera désormais donnée aux fournisseurs qui produisent en Inde quand il sera question d’attribuer des contrats d’armement.

« Une nation disposant d’une forte industrie de défense ne sera pas uniquement plus sûre. Elle en retirera également d’importants bénéfices économiques », a plaidé Narendra Modi. « Certaines études montrent qu’une réduction de 20% à 25% de nos importations pourrait créer directement 100.000 à 120.000 emplois hautement qualifiés en Inde », a-t-il ajouté.



http://www.opex360.com/2015/02/18/le-motoriste-snecma-signe-protocole-daccord-avec-lindien-hal-en-vue-de-creer-co-entreprise/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeMer 25 Fév 2015 - 19:49

Citation :
DCNS Lorient : le programme de frégates Fremm recadencé  

Industrie de defense Française - Page 14 5141
La priorité de la Marine nationale est de disposer de quatre frégates Fremm en 2016. (Photo : DCNS)

le 25/02/2015



Alors qu'il doit prochainement recevoir une centaine de marins égyptiens afin d'assurer la prise en main de l'ex-Normandie dont la livraison à l'Égypte est espérée cet été, le site DCNS de Lorient s'attend à un pic de charge sur les parties coques dans les prochains mois.

En effet, le lancement de l'usinage courant avril de la corvette Gowind destinée à l'Égypte va de pair avec le recadencement du programme Fremm qui prévoit, d'ici la fin de l'année 2015, la livraison de la Provence à la Marine nationale, l'achèvement des essais en mer de la Languedoc et la mise à l'eau de l'Auvergne.

Piloté depuis décembre par Pierre Salmon, ancien directeur industriel de DCNS Indret, le site lorientais compte s'appuyer sur le renfort de salariés en provenance de Brest et de Cherbourg ainsi que de la sous-traitance par Piriou d'environ 20 % des éléments de coque de la corvette.

L'amiral Rogel, chef d'état-major de la Marine, a fait savoir que sa priorité était de disposer de quatre frégates Fremm en 2016 et de six en 2018.

http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/defense/21119-dcns-lorient-le-programme-de-fregates-fremm-recadence
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeJeu 26 Fév 2015 - 22:24

Citation :
La robotique militaire terrestre française se porte plutôt bien

Posté dans Technologie par Laurent Lagneau Le 26-02-2015


Industrie de defense Française - Page 14 6110

Lancée il y a seulement 2 ans, Nexter Robotics, filiale de Nexter System, commence à se faire une solide réputation, grâce à son produit phare, le Nerva LG, un robot léger multimissions, pouvant être utilisé aussi bien pour de la reconnaissance en milieu NRBC (nucléaire, radiologique biologique, chimique), la lutte anti-IED (engins explosifs improvisés) ou encore le combat de contact.

Depuis sa création, Nexter Robotics a mis la mains sur la société Wifibot, spécialiste de la conception de robots de rechercher et développement à bas coûts. Cela lui a permis de consolider et de diversifier sa gamme de produits proposés aux clients potientiels.

Visiblement, les robots de Nexter Robotics séduisent : plus de 50 systèmes ont été vendus en 2014 « à des clients parmi lesquels le GIGN, la police suisse, la Birmanie ou encore l’armée hollandaise », a indiqué un communiqué diffusé par Nexter System.

Cela étant, il n’est pas question de se reposer sur ses lauriers. L’axe de travail est de renforcer davantage la polyvalence du Nerva. Lors du salon IDEX (aux Émirats arabes unis), Nexter Robotics a ainsi présenté un système doté de modules supplémentaires (scan 3D de véhicules, intercom radio 2 voies) ainsi que d’un nouveau kit de mobilité à chenilles. Le poste de contrôle a également été allégé.

« Aujourd’hui, Nerva a maintenant atteint sa pleine maturité et dispose de toutes les capacités pour apporter un réel avantage aux forces », a commenté Laurent Bouraoui, directeur technique de Nexter Robotics. L’entreprise s’attend à de « nombreuses commandes en 2015, les perspectives en France et à l’exportation étant prometteuses ».

Plus tôt cette année, ECA Group, un autre acteur français de la robotique militaire, qui présente une gamme plus étoffée encore puisqu’il commercialise des matériels destinés aux forces navales et terrestres, a annoncé avoir obtenu une commande de près de 1 million d’euros auprès d’un pays du Moyen Orient (qui n’a pas été précisé). Le communiqué est plutôt vague… Il pourrait s’agir du DroGen (Drone pour le GEnie), un drone hélicoptère qui détecte les IED.


http://www.opex360.com/2015/02/26/la-robotique-militaire-terrestre-francaise-se-porte-plutot-bien/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeMar 10 Mar 2015 - 16:28

Citation :
Terrestre : face aux nouvelles concurrences

Industrie et matériels  10 mars 2015  



Les grands systémiers du secteur terrestre font, aujourd’hui, face à une concurrence accrue, conséquence de l’arrivée sur le marché de nou­veaux acteurs profitant d’un ticket d’entrée relativement bas.

Lors du Salon Idex, sur les 4 milliards d’euros de commandes enre­gistrées lors du Salon, un tiers seulement concerne des achats directs de matériels militaires à l’étranger. Exemple : la société émiratie Nimr Automotive (Tawazun) a ainsi vendu 500 véhicules 8×8 Nimr à l’armée des EAU pour un montant avoisinant les 300 millions d’euros.

La stratégie des Emirats consiste, dans le domaine terrestre, à démarcher directement les équipementiers (blocs moteurs, boîtes de vitesses…) puis à faire assembler les véhicules par son industrie nationale qui, par ailleurs, remporte de beaux succès à l’export en matière terrestre, notamment en Algérie, Libye et Jordanie. A travers une holding récemment restructurée, EDIC, qui regroupe désormais seize entreprises, dont Tawazun, AMMROC, ADASI… Cette industrie nationale a bénéficié, depuis plusieurs années, de la présence d’ingénieurs sud-africains dans des bureaux d’études, les rendant ainsi toujours plus performants.

Pour les grands systémiers étrangers, il est, aujourd’hui, devenu impératif de s’allier avec un partenaire local pour pouvoir décrocher des contrats. Dans ce contexte, quelle stratégie adopter pour les systémiers historiques du secteur face à ces nouvelles concurrences qui affichent souvent des prix très compétitifs ? D’abord celle des standards Otan, référence pour se distinguer des émergents du secteur, spécialement en matière de protection des blindés.

Nexter, qui mise pleine­ment sur ce critère, a pu constater son importance croissante vis-à-vis de prospects, comme le Danemark, l’Australie ou le Qatar. L’autre argument majeur tient au fait qu’un véhicule blindé n’est pas simplement une plate-forme mais d’abord un système de combat. Ce qui implique de maintenir une avance technologique vis-à-vis de la concurrence et de maîtriser des techno­logies de pointe, comme la vétronique, ou celles assurant la puissance de feu. Autre avantage comparatif : la qualité du maintien en condition opérationnelle (MCO) et du service, qui fait, par exemple, défaut aux plates-formes d’origine russe. Ou encore la capacité à diversifier ses activités, notamment dans le secteur des munitions ou de l’artillerie.

Ainsi, même si le ticket d’entrée sur le marché est bas, avec 86 industriels, dont un nombre croissant originaires de pays émergents, seuls cinq ou six font figure de référence, car combinant l’ensemble de ces avantages avec une légitimité liée à leur histoire (250 ans d’existence pour Nexter). De quoi expliquer le fait que le groupe français affiche aujourd’hui 50 % de ses ventes à l’export et avait déjà réalisé, au mois de février, 20 % de ses prévisions pour 2015.

Autre chiffre significatif : depuis 2010, Nexter a doublé le nombre de CIEEMG. Et les perspectives semblent bonnes, notamment au Vietnam, qui, malgré les pressions russes, aurait finalement choisi le Caesar. Il s’agirait d’une première commande de 18 systèmes avec une cible totale de 108. Au Qatar, des négociations auraient lieu pour l’achat d’un nombre indéterminé de Caesar et ce malgré l’achat préalable de PzH2000 allemands. Un système d’artillerie déjà choisi par le Liban et l’Indonésie, qui aurait commandé 36 systèmes supplémentaires. Pour ce qui est du VBCI, la décision du Danemark est attendue au mois de mai.

Nexter devra, en revanche, combler sa principale faiblesse : son déficit de taille critique, face à des géants comme Rheinmetall ou General Dynamics. Ce sera chose faite si les négociations pour KANT aboutissent avec KMW. Un impératif, donc, qui ne devrait, cependant, pas aboutir avant septembre prochain.


http://www.ttu.fr/industrie-de-defense-terrestre-face-aux-nouvelles-concurrences/  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeDim 15 Mar 2015 - 16:21

Citation :
Paris et Tokyo concevront conjointement des équipements militaires

Industrie de defense Française - Page 14 5219

Le Japon a déjà signé des accords similaires avec les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie.


La France et le Japon ont signé vendredi un accord de développement conjoint d'équipements militaires, a annoncé l'agence Kyodo à l'issue d'entretiens dits "2+2" entre les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des deux pays à Tokyo.

Tokyo et Paris "ont signé un accord de développement conjoint d'équipements militaires, enregistré des progrès dans le domaine de la coopération militaire et technique", a indiqué l'agence se référant à une déclaration conjointe franco-japonaise.

Le Japon a déjà signé des accords similaires avec les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Australie.

Les entretiens ont réuni les ministres de la Défense Gen Nakatani et Jean-Yves Le Drian et des chefs de diplomatie Fumio Kishida et Laurent Fabius.

Selon l'agence, les ministres français et japonais se sont entendus de lancer des négociations sur les livraisons de produits et services militaires. Le 5e volet du dialogue stratégique des ministres français et nippon des Affaires étrangères aura lien 14 mars.


http://fr.sputniknews.com/international/20150313/1015157025.html#ixzz3UT57izNm
Revenir en haut Aller en bas
MAATAWI
Modérateur
Modérateur
MAATAWI

messages : 14753
Inscrit le : 07/09/2009
Localisation : Maroc
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena21Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena27Industrie de defense Française - Page 14 Unbena20

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeMer 18 Mar 2015 - 12:16

Citation :
High Maintenance Costs May Force France To Relocate Mistral Helicopter Carrier


The French Mistral helicopter carrier Vladivostok could be relocated from Saint-Nazaire to Brest Naval base due to high maintenance costs, Local media reported.

DCNS and STX shipyard operators are subject to port and maintenance fees of about $2.7 million. It is rumored that the companies might think of relocating the aircraft carrier to join the naval base in Brest, Le Telegramme reported Monday.

Controversy erupted with non delivery of the Mistral ships to Russia after US and allied European countries imposed sanctions against Moscow in regard to Ukraine conflicts. France was to deliver the ship in November last year.

General Director of Russian state-run arms exporter Rosoboronexport Anatoly Isaykin had announced in January that Moscow will make a final decision on the non-delivery of Mistral ships by May.

If the Mistral ships are not delivered, Paris is obliged to return money Moscow paid, Isaykin had said.

Non delivery of the Mistral amphibious assault ship to Russia and delays in the Scorpene and Barracuda submarine projects to different customers has weighed down on the financials of DCNS.

In addition, a delay in the civil nuclear program of France has affected revenues of DNCS. The loss of DNCS is also expected to affect the financials of Thales which owns 35 percent of DCNS.

However, its performance may improve in 2015 due to a recent contract with Egypt to supply warships and another with Saudi Arabia for patrol vessels
http://www.defenseworld.net

_________________
Industrie de defense Française - Page 14 Star3Le Prophéte (saw) a dit: Les Hommes Les meilleurs sont ceux qui sont les plus utiles aux autresIndustrie de defense Française - Page 14 Star3
Industrie de defense Française - Page 14 Captur10
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeMer 18 Mar 2015 - 16:49

Citation :
Nexter affiche de très bons résultats avant son rapprochement avec Krauss-Maffei Wegmann

Posté dans Industrie par Laurent Lagneau Le 18-03-2015


Industrie de defense Française - Page 14 515

Le groupe Nexter est en forme. Et nul doute que les bons résultats pour l’année 2014 qu’il vient de dévoiler pèseront dans les discussions concernant son rapprochement avec l’industriel allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW), lequel devrait être effectif l’été prochain.

Ainsi, le chiffre d’affaires de Nexter a atteint 1,048 milliards d’euros en 2014, soit un montant en hausse de 33% par rapport à l’exercice précédent. L’international, qui était un point faible du groupe (au point d’être l’un des arguments du rapprochement avec KMW), « progresse sensiblement et contribue à hauteur de 53% à la formation des revenus ».

« L’innovation et l’activité commerciale soutenues placées au coeur du développement organique, associées à une stratégie de croissance externe ciblée, avec l’acquisition des sociétés Mecar (Belgique) et Simmel Difesa (Italie), ont permis au groupe de doubler ses prises de commandes sur l’exercice. L’international a contribué pour 56% des prises de commandes », explique Nexter, par voie de communqué.

Au total, avec 1,2 milliards d’euros de contrats signés en 2014 (soit deux fois plus que l’année précédente), le carnet de commandes s’établit désormais à 5 milliards d’euros, dont « 2,8 milliards d’euros d’intentions de commandes liées aux tranches conditionnelles attachées aux marchés déjà affermis au 31 décembre 2014″.

Du coup, le plan de charge de Nexter est assuré pour au moins 2 ans, « avec une part relative de l’export qui totalise désormais 53,2% du carnet de commandes fermes ».

La hausse du chiffre d’affaires joue aussi sur le résultat net de Nexter. Ce dernier affiche une progression de 60%, pour s’établir à 118 millions d’euros.

« Pour la 9ème année sans discontinuité, le Groupe Nexter affiche une marge opérationnelle supérieure à 13% de son chiffre d’affaires, reflet de la maîtrise des engagements contractuels auprès de ses clients », a fait valoir l’industriel.


http://www.opex360.com/2015/03/18/nexter-affiche-de-tres-bons-resultats-son-rapprochement-avec-krauss-maffei-wegmann/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeMer 25 Mar 2015 - 18:22

Citation :
Dassault Aviation : Airbus Group va descendre à 27 %


Publié le 25/03/2015 à 10h20, par Yann Cochennec

Industrie de defense Française - Page 14 543
Avec cette nouvelle cession d'actions, la participation d'Airbus Group dans Dassault Aviation
tombera à 27 %. © Dassault Aviation



Airbus Group s'apprête à céder une nouvelle tranche de sa participation dans le capital de Dassault Aviation. La nouvelle opération de cession portera sur environ 1,38 million d'actions ordinaires, soit 15 % du capital, "dans le cadre d'un placement avec construction d'un livre d'ordres". Un placement qui vise une nouvelle fois "des investisseurs institutionnels éligibles".

Cette nouvelle cession s'inscrit logiquement dans la volonté affichée d'Airbus Group de "monétiser" sa participation dans Dassault Aviation tout en se dégageant d'un investissement hérité du passé avec la contrainte de gérer le paradoxe d'être le deuxième plus gros actionnaire du constructeur du Rafale tout en produisant soi-même un avion de combat concurrent, l'Eurofighter.

Lors de la première opération de cession, le 28 novembre 2014, la participation d'Airbus Group avait été ramenée à environ 42 %, lui rapportant 794 M€, "hors frais d'opérations". Avec cette nouvelle cession, la part du constructeur dans le capital de Dassault Aviation ne sera plus que de 27 %, voire même un peu moins.


http://www.air-cosmos.com/2015/03/25/31143-dassault-aviation-airbus-group-va-descendre-a-27
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
jf16

messages : 31700
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france
Nationalité : France
Médailles de mérite :
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena32Industrie de defense Française - Page 14 Unbena24
Industrie de defense Française - Page 14 Unbena25Industrie de defense Française - Page 14 Unbena26
Industrie de defense Française - Page 14 Cheval10Industrie de defense Française - Page 14 Unbena15
Industrie de defense Française - Page 14 Medail10

Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitimeLun 20 Avr 2015 - 21:21

Citation :
Le projet 2ASM sur C-130 dé-risqué


Publié le 20/04/2015 à 11h36, par Guillaume Belan

Industrie de defense Française - Page 14 6118
Le 2ASM mis en œuvre depuis un C-130 © AA/ROK (Bechennec)



Le partenariat entre Sagem et la société AA/ROK, filiale du groupe Arinc, pour la mise en œuvre de la munition auto-propulsée AASM (Armement Air Sol Modulaire) s'est renforcé. Sagem, le constructeur de la munition du Rafale, souhaitant pouvoir intégrer cet armement sous d’autres voilures, a mis à disposition des moyens pour faire avancer le projet. La petite société française a donc pu réaliser des essais sur simulateur, afin de dé-risquer l'intégration de cette munition sous un C-130. Le configuration retenue du SSA-1101 Gerfaut comprend l'emport de 4 AASM par aile, soit 8 munitions au total. « Le comportement est aujourd'hui dé-risqué » assure AA/ROK rencontré au salon SOFINS. La portée de la munition est quelques peu réduite comparé à un chasseur (Rafale ou Mirage F1) due à une vitesse plus lente, mais atteint tout de même une trentaine de kilomètres. Cette solution « plug & play » s'installe en lieu et place du réservoir externe de carburant et ne nécessite aucune modification de l'appareil, qui conserve donc sa capacité de transport intacte. Le système, proposé aux forces spéciales française, est présenté plus généralement comme un outils de gestion pour l’armée de l'air, afin de pouvoir soulager ses capacités de bombardement de chasseurs sur des théâtres moins exigeants. Reste maintenant à voir si cette solution d'appui feu peu couteuse et éprouvée pourrait trouver place dans l’inventaire français.


http://www.air-cosmos.com/2015/04/20/32409-le-projet-2asm-sur-c-130-de-risque
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Industrie de defense Française - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Industrie de defense Française - Page 14 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Industrie de defense Française
Revenir en haut 
Page 14 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15 ... 27 ... 40  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armement et matériel militaire :: Autres Systemes d´armes-
Sauter vers: