Royal Moroccan Armed Forces


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Industrie de defense Française

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26
AuteurMessage
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23475
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Mer 9 Mai 2018 - 20:24

Citation :

FTI midsize frigate. © DCNS

Thales radar for FTI frigate enters production


Sea Fire radar at integration facility in Limours, France. © Thales FTI midsize frigate. © DCNS


The first Sea Fire solid-state multifunction radar for the French Navy’s FTI future medium-size frigate programme is now in production.

Thales has announced that the first Sea Fire radar for the French Navy’s FTI future medium-size frigate programme is now in production. The Sea Fire is a fully solid-state multifunction radar with a four-panel phased array antenna.

It is designed for roles ranging from ship self-defence to extended air defence, providing protection from conventional, asymmetric and emerging air and surface threats.

The French defence procurement agency (DGA) awarded the FTI contract to develop and build five 4,000t frigates to Naval Group in April 2017. The first vessel is scheduled for delivery in 2023 and will enter active service in 2025.

The Sea Fire radar concept is the culmination of three years of advanced research into new radar technologies and architectures, conducted with the support of the DGA. It is tailored to evolving requirements and the new threats faced by the French Navy, particularly supersonic missiles.

The radar benefits from Thales's expertise in Big Data and cybersecurity. Subsequent software developments will further improve the product’s performance and operational reliability throughout its lifecycle.

The first radar is due to be installed for qualification testing at the DGA facilities in Saint-Mandrier in 2019. Thales plans to deliver the 4 panels of the first Sea Fire radar to Naval Group shipyard in Lorient in 2020 for the FTI programme.

http://www.aircosmosinternational.com/thales-radar-for-fti-frigate-enters-production-110659
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23475
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Lun 14 Mai 2018 - 19:43

Citation :
Fincantieri/Naval Group : les Italiens exigent le leadership en Amérique du Sud

 Par Michel Cabirol            |     14/05/2018, 6:56   |   693   mots


Les tractations entre Naval Group et Fincantieri soulèvent des interrogations au sein du groupe français
(Crédits : Naval Group)

     
Malaise chez les clients et les équipes de Naval Group : Fincantieri revendique le leadership commercial dans certains pays où Naval Group est bien implanté...


Dans les discussions de rapprochement entre Fincantieri et Naval Group, les Italiens exigent d'être les leaders sur le plan commercial dans certains zones du monde, selon plusieurs sources concordantes. Le président de Fincantieri, Giuseppe Bono revendique la Grèce et l'Amérique latine notamment où Naval Group a pourtant noué beaucoup de relations et de coopérations, selon nos informations. Aucune décision ne semble pour le moment avoir été prise, assure-t-on à La Tribune, mais les Italiens auraient déjà anticipé le coup en prenant les devants dans certains pays.

Conséquence, l'attitude italienne a déjà provoqué le trouble au sein de certains Etats clients de Naval Group comme le Brésil, qui a exprimé des inquiétudes de voir la France se retirer alors que Paris a noué une coopération sur le très long terme dans le domaine des sous-marins. En interne, ces tractations entre les deux groupes mettent également les nerfs à vif des équipes de Naval Group, d'autant qu'elles attendent un signal fort de la direction du groupe pour défendre leur pré carré face à des Italiens qui n'hésiteraient plus à marcher sur les plates-bandes des Français.

Amérique du Sud, une terre de conquête pour Naval Group?

A son arrivée à la barre du groupe, Hervé Guillou avait fait de l'Amérique latine une terre de conquêtes. D'autant que Naval Group était déjà implanté au Chili et au Brésil, deux pays qui ont choisi le groupe tricolore pour renouveler leur flotte sous-marine. Naval Group a également de nombreuses affaires en cours, dont certaines sont très matures comme en Argentine, où le groupe doit prochainement signer un contrat pour la vente de quatre patrouilleurs (OPV 90) de la classe Gowind, dont un d'occasion L'Adroit, pour un montant de 300 millions d'euros environ.

Ainsi au Brésil, la France a noué une coopération stratégique pour au moins 30 ans avec la construction de quatre Scorpène et son assistance au programme de sous-marins nucléaires (PNM). Brasilia confirme d'ailleurs régulièrement toute l'importance de ce programme dans sa vision géopolitique. La phase de conception est terminée, mais la construction ne devrait commencer qu'en 2021, pour une mise à l'eau courant 2028, cinq ans au-delà des prévisions initiales. En outre, le Brésil souhaite se doter de quatre corvettes Tamandaré (2.800 tonnes), une version améliorée des Barroso mis en service en 2009. La compétition est ouverte à tous les chantiers pour un montant estimé à 1,8 milliard de dollars. Fincantieri garde un temps d'avance sur la meute des candidats en ayant été choisi il y a quelques années pour le design des bâtiments. Le chantier italien s'appuie notamment sur son chantier Vard Promar au Brésil pour remporter la compétition au détriment de celui d'Itaguaï (Naval Group).

En Colombie, le groupe français concourt dans le cadre d'un appel d'offres pour la fourniture de quatre frégates de 3.000 à 4.000 tonnes. Une décision devrait être prise après l'élection présidentielle colombienne prévue le 27 mai. Au Pérou, il propose dans le cadre de la modernisation de la flotte de la marine péruvienne des sous-marins Scorpène et des corvettes Gowind 2500. Lima entretient d'ailleurs de mauvaises relations avec Fincantieri. Enfin, l'Uruguay souhaite acquérir des OPV. Naval Group était donné gagnant en 2014 mais la conjoncture politique du pays avait fait tomber à l'eau le choix de Montevideo.


La Grèce resterait fidèle à la France

Fincantieri, qui voulait également le leadership en Grèce, se serait fait vertement rabrouer par Athènes, selon nos informations. Pas question de discuter avec Rome, ont expliqué les Grecs. La Grèce a d'ailleurs toujours un accord depuis 2008 avec la France (Karamanlis-Sarkozy), dans lequel elle s'engage à acheter six frégates françaises armées du missile de croisière MdCN. Allié au chantier grec Elefsis, Naval Group devrait fabriquer ces frégates, dont le modèle n'était pas spécifié dans l'accord. Si les corsaires italiens ont flairé les bonnes affaires à bon compte, le savoir-faire et la technologie français en matière de naval militaire restent encore très attractif à l'export.

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/fincantieri-naval-group-les-italiens-exigent-le-leadership-en-amerique-du-sud-778009.html  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23475
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Mer 16 Mai 2018 - 17:53

Citation :
Le premier Engin blindé de reconnaissance et de combat « Jaguar » dévoilé

Posté dans Forces terrestres, Industrie par Laurent Lagneau Le 16-05-2018




À moins d’un mois de l’ouverture du salon EuroSatory, dédié à l’armement terrestre et à l’occasion d’une journée ouverte à la presse, le groupe Thales a diffusé, via Twitter, les premières photographies « officielles » de l’Engin blindé de reconnaissance et de combat [EBRC] « Jaguar », qui, dans le cadre du programme Scorpion, remplacera les chars légers AMX-10RC et EBR-90 Sagaie ainsi que les Véhicules de l’avant blindé (VAB) HOT de l’armée de Terre.

Pour rappel, le développement du Jaguar a été confié à Nexter, Renault Trucks Defense (futur « Arquus« ) et Thales. Interviennent également dans ce programme les groupes Safran (optronique), CTA International et MBDA.

Véhicule 6×6 de la classe 25 tonnes et doté d’une protection élevée contre les mines, les engins explosifs improvisés (IED) et les menaces balistiques, le Jaguar sera mis en oeuvre par un équipage de trois hommes. Il sera armé d’un canon 40 mm télescopé, de Missiles Moyenne Portée (MMP) et d’une mitrailleuse téléopérée de 7,62 mm.

L’une des « plus-values » du Jaguar porte sur la vétronique, c’est à dire l’architecture (ou réseau) de ses systèmes électroniques embarqués, qui, développés par Thales, seront similaires à ceux du Véhicule blindé multirôles (VBMR) « Griffon ».

La vétronique du programme Scorpion [Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation, ndlr] assure le traitement et les échanges de données « intra et inter-véhicules » afin de permettre le combat collaboratif.

Si, par exemple, un Griffon repère une cible ennemie, il pourra communiquer sa position à un Jaguar afin qu’il l’a détruise avec son canon de 40 mm CTAS ou ses MMP. En outre, la vétronique joue un rôle déterminant pour la protection du véhicule, notamment grâce à des algorithmes, qui proposeront à son équipage plusieurs options pour faire face à une menace.

Par ailleurs, et outre le système d’information SICS et de la radio logicielle CONTACT, le Jaguar sera équipé du système optique ANTARES, d’un détecteur de tir Metravib et de brouilleurs infrarouge.

Initialement, il était prévu de doter l’armée de Terre de 248 Jaguar. À la faveur du projet de Loi de programmation militaire 2019-2025, la cible a été portée à 300 exemplaires, dont 150 devront être livrés d’ici 2025.

http://www.opex360.com/2018/05/16/premier-engin-blinde-de-reconnaissance-de-combat-jaguar-devoile/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23475
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Ven 18 Mai 2018 - 19:28

"EBRC Jaguar"
Citation :


PHOTOS:
 
https://bmpd.livejournal.com/3201140.html#cutid1
Revenir en haut Aller en bas
RED BISHOP
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6416
Inscrit le : 05/04/2008
Localisation : france
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Ven 18 Mai 2018 - 23:09

Cool, il devrait concevoir une version simplifié pour les pays émergents
Comme le Titus

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23475
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Sam 19 Mai 2018 - 16:30

Citation :
19.05.2018

Du Ford Everest au VT4 (véhicule léger tactique polyvalent non protégé)



ACMAT (filiale de RTD), à Saint-Nazaire, assure la militarisation de 3 700 Ford Everest 4x4 destinés à remplacer les P4 de l'armée française.

Comment passe-t-on de ce véhicule...



...à celui-ci:



La réponse est dans les éditions des Pays de Loire d'Ouest-France ce samedi matin.

En guise d'avant-goût, deux autres photos de mon confrère T. Hameau:





Et voici l'article:



http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2018/05/18/du-ford-everest-au-vehicule-leger-tactique-polyvalent-non-pr-19358.html
Revenir en haut Aller en bas
RED BISHOP
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6416
Inscrit le : 05/04/2008
Localisation : france
Nationalité : Maroc-France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Sam 19 Mai 2018 - 20:50

VT4 ? Sur le site d'ACMAT il est appelé ALTV
http://www.acmat.fr/Defense/ALTV/ALTV-SW

_________________
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23475
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Sam 19 Mai 2018 - 22:27

Le VT4 est un ALTV 2 et non un ALTV, voir ci-dessous un post que j'avais mis dans Milipol 2017 (http://far-maroc.forumpro.fr/t4337-milipol-2017).

jf16 a écrit:
Citation :
  Mue réussie pour l’ALTV

Actualités  Nathan Gain  23 novembre, 2017  


« En concevant la gamme ALTV 2, nous cherchons à surclasser celui qui reste la ‘bête de somme’ des groupes terroristes : le pickup Toyota », nous explique un responsable au sein de la gamme véhicules tactiques blindés légers de Renault Trucks Defense (RTD), lors du salon Milipol. Une capacité développée dans le sillage de l’ALTV 1, commercialisé depuis 2008 et basé sur un châssis de Nissan Navara, n’offrait plus.


L’ALTV 2 Station Wagon en version maintien de l’ordre, présenté durant Milipol 2017



Présenté pour la première fois cette semaine à Paris, l’ALTV 2, produit par la filiale ACMAT, n’est autre que la plateforme d’origine du VLTP-NP, remplaçant de la mythique P4. Attribué en décembre 2016, le contrat VLTP-NP comprend la livraison de 3700 exemplaires aux forces armées françaises d’ici 20121 ainsi que le maintien en conditions opérationnelles pendant 15 ans.

Exit donc Nissan et Isuzu, le choix d’ACMAT s’était finalement porté sur un châssis Ford, « plus robuste, plus puissant » que les Toyota Hilux. Un choix qui correspond également à la volonté de se démarquer du design caractéristique des plateformes Toyota, dont la prolifération a engendré « beaucoup de tirs amis » parmi les armées régulières, déclare RTD.

En rafraîchissant sa gamme, ACMAT entend premièrement « surfer sur les flottes d’ALTV 1 en service au sein des armées régulières africaines pour proposer leur renouvellement », ajoute Duquesne. Véritable « success story » d’ACMAT en Afrique, l’ALTV 1 a été vendu à des centaines d’exemplaires dans une vingtaine de pays africains. Autant de clients potentiels dont le best seller reste « la 14,5 mm montée sur la caisse arrière ».

Pour séduire, les ingénieurs d’ACMAT ont misé sur le renforcement du châssis et du plancher, le changement des roues et des suspensions pour une meilleure garde au sol, et la protection du roulage, pour ne citer que les modifications les plus évidentes. Loin du bricolage de carrosserie, le réglage extrêmement précis effectué par RTD sur les amortisseurs offre une stabilité idéale en cas, par exemple, d’engagement d’une cible en déplacement. « Même en mouvement, l’ALTV 2 permet au tireur d’engager un véhicule Toyota tout en restant hors de portée de ce dernier », explique RTD. Un travail conséquent donc, mais qui ne limite en rien les cadences de la ligne de production ACMAT de Saint-Nazaire, estimées à 100-120 véhicules par mois.

Quant à la question du MCO, brûlante d’actualité, RTD garantit, dans le cadre du contrat VLTP-NP, une disponibilité avoisinant les 90% pour les 15 prochaines années. Plus avant, l’offre de MCO comprend une gamme de services intégrés : outillage, formation, distribution de pièces de rechange en moins de cinq jours pour la version SW, etc. Outre l’accès au réseau Renault Trucks, qui « garantit un garage à moins de 50 km », RTD propose un outil de maintenance prédictive et corrective qui permet de déterminer l’état de dégradation du véhicule avant sa détérioration complète. Le tout garanti sans surcoût, RTD proposant un forfait déterminé en fonction des conditions d’utilisation.

Le véhiculier prévoit la livraison d’un premier lot de 100 VLTP-NP à l’armée française au printemps 2018. Si les 500 premiers véhicules seront livrés au Standard 1, les 3200 suivants adopteront un second standard comprenant notamment la radio Contact développée par Thales. Une évolution essentielle, probablement rétrofitée sur les Standard 1, et qui permettra au VLTP-NP d’intégrer la bulle Scorpion.

http://forcesoperations.com/mue-reussie-pour-laltv/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23475
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Sam 19 Mai 2018 - 22:35

Citation :
Le VBMR léger sous les projecteurs

Actualités  Nathan Gain  18 mai, 2018



Dans la famille « Scorpion », nous demandons le petit frère. Unis pour le meilleur depuis l’attribution du contrat VBMR léger en février dernier, Nexter et Texelis dessinaient cette semaine les contours d’un véhicule appelé à constituer un segment intermédiaire inexistant dans la doctrine française actuelle.

 

Destiné à remplacer une partie des VAB usés jusqu’à la corde, le VBMR léger répondra « au besoin d’engagement des unités de combat dans les phases initiales d’une opération », explique Patrice Randrianangaly, Directeur programme VBMR léger pour Nexter Systems. La LPM 2019-2025, actuellement débattue au Sénat, prévoit l’acquisition de 2000 plateformes à l’horizon 2030. Le VBMR léger, dont l’appellation officielle pourrait être annoncé durant Eurosatory, sera intégralement assemblé sur le site de Nexter de Roanne (Loire).

Si Nexter s’occupera du développement, de l’intégration, de la qualification et du MCO, Texelis est quant à lui responsable de l’ensemble de la chaîne cinématique. Le mandat de l’ETI de Limoges s’étendra donc « des mains du conducteur jusqu’aux pneus », déclare à juste titre Jean Vandel, Directeur Développement Commercial. Texelis a notamment su profiter du développement de la famille TXP, dévoilée à Eurosatory, pour « mieux appréhender la problématique du soutien et la compréhension d’une solution de mobilité complète », ajoute Vandel. Un volet mobilité inédit qui s’inscrit dans un contexte d’accélération du combat et une meilleure prise en compte de l’environnement contraignant dans lesquels évolue aujourd’hui le parc de l’armée de Terre.

Autrement dit, l’équipementier travaille sur l’assemblage novateur et optimisé d’une évolution de l’essieu T900 et de briques technologiques existantes, allant du pneu standard 14R20 jusqu’au tableau de bord, en passant par les suspensions oléopneumatiques, la direction, la boîte automatique Série 3000 d’Allison et un moteur six cylindre (375 ch) conçu par Cummins. Un pari audacieux car en partie bâti sur des équipements « étrangers », mais que Texelis justifie par le choix de composants civils acquis sur étagères et ne nécessitant pas d’autorisation spécifique, écartant de facto tout risque d’une éventuelle entrave politique.



Sans surprise, les deux industriels restent discrets concernant la question du blindage. Texelis confirme néanmoins s’être détourné d’une coque en V pour privilégier « un toute autre concept ». Avec une masse au combat de 15 à 17 tonnes et un PTAC de 18 tonnes, le VBMR léger est par ailleurs conçu pour recevoir des kits de blindage additionnels. Ce volet protection est complété par un système optique Antarès produit par Thales, un détecteur acoustique de départ de feu Pilar V de Metravib et une protection NRBC intégrale. Aérotransportable par A400M et C-130, le VBMR léger sera en outre intégré à la bulle Scorpion grâce à la radio Contact et au système SICS.

La famille VBMR léger se composera à terme de trois versions principales accompagnées de… 13 kits de mission spécifiques, que l’armée de Terre pourra acquérir en fonction du besoin.

Le « Véhicule de patrouille blindée » (VPB), probablement le plus , remotorisera les unités légères en vue du transport d’une section de 10 soldats équipés FELIN. Elle leur garantira une autonomie complète de 24 heures tout en fournissant une capacité d’autoprotection grâce aux tourelleaux téléopérés T1 ou T2, et une mitrailleuse secondaire de 7,62mm montée à l’arrière du véhicule. Outre le transport de troupes, le spectre de missions du VPB comprendra, entre autres, l’escorte de convoi et l’appui aux troupes débarquées. L’armée de Terre envisage le développement de neuf kits en plus de la variante de base « infanterie » : mortiers de 81 et 120 mm, observation d’artillerie, commandement, ambulance, génie, MMP, ravitaillement et défense anti-aérienne à courte portée.

La version « Nœud de communication tactique » (NCT), déclinée en quatre sous-versions, aura pour fonction de consolider puis de relayer les fluxs de communication (radios, satellites ou autres) entre les unités déployées en environnement contraint et les différents échelons de commandement.

Enfin, une version « Surveillance, acquisition, renseignement et reconnaissance » (SA2R) sera tout particulièrement consacrée aux unités du COM RENS de Strasbourg et comprendra deux sous-versions. Elle nécessitera l’ajout d’un APU pour répondre aux besoins énergétiques particulièrement élevés des futurs systèmes embarqués.

Le lancement des qualifications est prévu pour 2021 pour la version VPB, suivi, un an plus tard, par la version SA2R et, en 2023, par la NCT.

http://forcesoperations.com/le-vbmr-leger-sous-les-projecteurs/  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23475
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Sam 19 Mai 2018 - 22:49

Citation :
Nexter Munitions donne des ailes au CAESAR

Actualités  Nathan Gain  18 mai, 2018  



Le CAESAR tirera bientôt– beaucoup – plus loin et avec une précision considérablement accrue. Durant Eurosatory, Nexter Munitions dévoilera la première mouture d’un nouvel obus de 155 mm guidé, le Menhir. Très attendue par les artilleurs français, cette technologie permettra au munitionnaire d’intégrer un cercle très restreint d’industriels.


Un design préliminaire de Menhir Mk I exposé sur le site de Bourge de Nexter Munitions

Bâti sur les RETEX d’Afghanistan, du Mali et d’Irak, Menhir apportera une capacité inédite à des opérationnels « qui ne demandent pas d’atteindre la Lune, mais de la précision », explique Vincent Ginabat, directeur des programmes et de la stratégie pour l’Ammunition Business Unit du groupe Nexter.

Le munitionnaire de Bourges travaille aujourd’hui sur auto-financement au développement du Menhir Mk I, théoriquement capable d’atteindre une erreur circulaire probable (ECP) inférieure à 10 mètres. Pour ce faire, il sera équipé d’un empennage canard, d’une centrale inertielle et d’un système GPS. La portée annoncée sera de 30 km avec du calibre 52. À l’heure où nous écrivons ces lignes, les équipes de Nexter Munitions annoncent avoir dépassé le stade TRL 5 de développement. Les premiers tirs de développement ont été réalisés avec succès en coordination avec la DGA Techniques terrestres de Bourges.


La famille Menhir telle qu’imaginée par Nexter Munitions

Si le Menhir Mk I entend égaler les capacités les systèmes existants, en particulier l’Excalibur du duo Raytheon/BAE Systems et le Vulcano de Leonardo, la version Mk II devrait transformer durablement la doctrine d’emploi de l’appui feu. À l’instar de certains missiles et autres bombes guidées, le Menhir Mk II sera guidé au sol par un désignateur laser, réduisant l’ECP de l’obus à deux mètres. Le laser semi-actif qui équipera l’obus est déjà disponible, grâce à un programme concrétisé il y a quelques années en partenariat avec Thales. En travaillant sur la portance de l’obus, Nexter espère en outre étendre sa portée maximale à 60 km. Ce quasi-doublement des performances actuelles sera rendu possible en travaillant sur la réduction de la traînée du culot et en ajoutant des ailettes additionnelles qui, déployées à l’apogée du tir, permettront à l’obus de, littéralement, « planer ». D’autres options particulièrement innovantes sont également à l’étude, tels que le reciblage de l’obus et la résistance aux contre-mesures GPS.

Non content d’améliorer significativement la précision et la portée de l’artillerie française, Nexter Munitions a aussi entamé une réflexion sur l’évolution des charges explosives dédiées aux obus « intelligents ». Ces « charges 2.0 » seront produites par impression 3D en utilisant notamment de l’alumide, un alliage de polyamide et d’aluminium très résistant. L’architecture complexe qui en découle, dessinée en fonction de la cible, permettra d’optimiser la fragmentation des obus pour une répartition idéale des éclats.


Un exemple de charge explosive réalisée par impression 3D

Avec 722M€ de prises de commande en 2017, l’Ammunition Business Unit dont fait partie Nexter Munitions constitue aujourd’hui un acteur européen incontournable en matière de munitions moyen et gros calibres. Outre un investissement massif dans la R&D, le groupe Nexter espère, grâce au rapprochement avec KMW, accéder à un marché allemand actuellement dominé par Rheinmetall. Si le périmètre de prospection se concentre aujourd’hui sur les pays utilisateurs d’obusiers automoteurs PzH 2000, Nexter entend ensuite s’attaquer aux marchés des munitions pour chars Leopard et M1 Abrams, notamment en Irak et en Egypte. Avant de tenter l’aventure américaine au travers d’un partenariat avec Orbital ATK.

http://forcesoperations.com/nexter-munitions-donne-des-ailes-au-caesar/  
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 23475
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :


MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   Hier à 18:24

Citation :
Une PME française spécialiste des systèmes infrarouges va passer sous pavillon américain

Posté dans Technologie par Laurent Lagneau Le 21-05-2018




Créée en 1982, la PME française HGH Systèmes Infrarouges est une « pépite » technologique dans la mesure où elle développe et commercialise des systèmes optroniques permettant de surveiller des sites sensibles (bases militaires, installations nucléaires, etc) et détecter à distance des intrusions.

Ainsi, associé au logiciel CYCLOPE, son système SPYNEL est en mesure d’assurer la surveillance continue de zone étendues, par « l’acquisition temps réel d’images infrarouge de haute résolution sur 360° ». Il peut ainsi fournir une « alerte avancée sur tout type de cibles, tels que des hommes rampant, de petites embarcations en bois, des bateaux semi-rigides par mer forte, des drones, des avions furtifs… », à en croire la description donnée par HGH.

« Entièrement passif, robuste, compact, ce système de surveillance panoramique peut être installé et opérationnel en quelques minutes », fait encore valoir l’entreprise, qui propose également des produits dans les domaines de la métrologie et de la thermographie industrielle.

Soutenue par le pôle de compétitivité Systematic, cette PME a ainsi pu développer son système SPYNEL grâce au projet de recherche SafeAround, doté d’in budget de 2,6 millions d’euros.



Employant 83 personnes dans 7 pays et disposant d’un centre de R&D à Igny (Île-de-France), HGH a réalisé un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros en 2017, après avoir connu une forte croissance au cours de ces dernières années. Toutefois, elle passera bientôt sous pavillon américain.

En effet, un communiqué diffusé le 18 mai a annoncé que le fonds d’investissement américain Carlyle Europe Technology Partners III était entré en négociations exclusives avec HGH Systèmes Infrarouges en vue « d’acquérir une participation majoritaire au capital de ce spécialiste en systèmes infrarouges, aux côtés de l’équipe de direction. »

La prise de contrôle devrait être effective d’ici la fin de cette année.

« Ce futur partenariat avec Carlyle […] permettra au groupe HGH de prendre une autre dimension et d’accélérer son développement à l’international. […] La présence mondiale de Carlyle ainsi que son expérience et ses réseaux dans les secteurs de l’aéronautique et de la défense, du pétrole et de l’énergie, nous aideront à développer davantage le groupe à l’international et à gagner de nouveaux clients », a expliqué Thierry Campos, le Pdg de cette PME.

Le fonds américain ne cache pas que c’est le système SPYNEL qui l’intéresse le plus. « HGH a développé une technologie unique avec la gamme Spynel et son logiciel propriétaire Cyclope pour le traitement et l’analyse d’images permettant de détecter et de voir plusieurs cibles en même temps à 360 degrés. Nous sommes par ailleurs convaincus que le groupe Carlyle peut fournir à HGH une plateforme idéale pour accélérer sa croissance », a fait valoir Vladimir Lasocki, « Managing Director » et co-dirigeant du fonds Carlyle Europe Technology Partners.

En novembre 2016, l’ancien délégué général pour l’armement (DGA), Laurent Collet-Billon, avait déploré le fait que « beaucoup de groupes chinois et surtout américain venaient convoiter les pépites françaises, attirés par le modèle d’innovation français. » D’où la création, plus tard, de Definvest, un fonds d’investissement de la Défense doté de 50 millions d’euros et ayant « pour vocation de prendre des participations au capital des pépites technologiques du secteur de la Défense, aux côtés d’investisseurs financiers et industriels. »

http://www.opex360.com/2018/05/21/pme-francaise-specialiste-systemes-infrarouges-va-passer-pavillon-americain/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Industrie de defense Française   

Revenir en haut Aller en bas
 
Industrie de defense Française
Revenir en haut 
Page 26 sur 26Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26
 Sujets similaires
-
» La Marine Française
» Et la Normandie devint française!
» La marine française en 1720
» Origine des noms de famille d'origine Française installées au Canada
» "République Fédérale Française", prototype ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armement et matériel militaire :: Autres Systemes d´armes-
Sauter vers: