Royal Moroccan Armed Forces

Royal Moroccan Armed Forces Royal Moroccan Navy Royal Moroccan Air Forces Forces Armées Royales Forces Royales Air Marine Royale Marocaine
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 industrie d'armement russe

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Adam
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2525
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume de tous les Marocains
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    Jeu 2 Nov 2017 - 16:21

The National Interest a écrit:

How Russia Is Trying to Make America's F-22 and F-35 as Obsolete as Battleships



Ever since the development of stealth technology for aircraft, many different systems have been advertised as “stealth killing.” One of the more innovative solutions is the Russian Struna-1/Barrier-E bistatic radar system developed by NNIIRT, a division of the Almaz-Antey Joint Stock Company. Almaz-Antey is the premier air-defense and radar manufacturer in Russia; they make the Tor, Buk and S-400 anti-aircraft systems, as well as their respective search radars. The Struna-1 was originally developed in 1999. A further evolution of Struna-1, the Barrier-E system was later showcased for export at MAKS 2007. While it is not part of Almaz-Antey’s online catalog, it was shown alongside other radars at MAKS 2017. The system is rumored to be deployed around Moscow.

The Struna-1 is different than most radars in that it is a bistatic radar, meaning it relies on the receiver and transmitter of the radar to be in two different locations as opposed to conventional radar technology where the receiver and transmitter are located in the same location. Normal radar systems are limited by the inverse fourth power law. As the radar target goes further away from the transmission source, the strength of the radar signal decays as per the regular inverse square law. However, radar detection works by receiving reflections of the radar signal. With a conventional radar, this results in the received signal being four times weaker than that put out. Stealth works because at a distance, an aircraft can mitigate its radar returns to be small by scattering them and absorbing them using radiation-absorbent materials. This degrades the quality of the radar track so it is harder to distinguish precise information about an aircraft.

How America Could Go to War with Iran

The Struna-1 solves this problem by positioning the transmitter in a different location than the receiver. The link between the transmitter and receiver has increased power relative to a conventional radar, as it falls off according to the inverse square law as opposed to the inverse fourth power law. This allows the radar to be more sensitive, as it is effectively acting as a radar tripwire. According to Russian sources, this setup increases the effective radar cross section (RCS) of a target by nearly threefold, and ignores any anti-radar coatings that can scatter the radio waves. This allows the detection of not only stealth aircraft, but other objects with low RCS such as hang gliders and cruise missiles. As many of ten receiver/transmitter tower pairs—each tower is called Priyomno-Peredayushchiy Post (PPP) in Russian publications—can be placed. Sources vary in potential configurations of the towers, but the maximum span between two single towers is 50km. This leads to a maximum theoretical perimeter of 500km.

Why North Korea's Air Force is Total Junk

These individual towers have relatively low power consumption, and they do not emit as much energy as traditional radars, making them less vulnerable to anti-radiation weapons. The towers are mobile, allowing for forward deployment in times of conflict. They rely on microwave data links to communicate with each other and a centralized monitoring station, which can be located at a significant distance from the system. The distributed nature also allows the system to keep operating if one node goes down, albeit with less precision. The low height of the transmitter and receiver towers (only 25m off the ground) make Struna-1 very good at detecting low altitude targets, a target set that conventional radars often have trouble with.

Why Doesn't America Kill Kim Jong Un?

Limitations of the Struna-1 include a low detection altitude. The nature of the system results in the detection range being a rough biased parabola between the receiver and transmitter. This limits the detection altitude to around 7km at the tallest point, with the maximum detection range going down as one gets closer to the transmitter/receiver towers. The transverse size of the detection zone is likewise limited, being around 1.5km close to the towers to 12km at the optimal point between the towers. The small size of the detection zone limits the use of the Struna-1 system as a tripwire, it cannot replace traditional radars as an overall search mechanism. However with its high precision tracks of stealthy aircraft, it would serve as a good counterpart to other longer-band radar systems such as Sunflower, which provide less precise tracks of planes. The Struna-1 cannot act as a targeting radar due to its inability to provide constant radar illumination tracking a target, so it cannot be used to guide in semi-active surface-to-air missiles.

While the Struna-1 bistatic radar is not a be-all end-all detection solution for stealth aircraft, it could pose a significant threat to stealth NATO aircraft in a future conflict. Strike aircraft with stealth features are particularly vulnerable, the strike role tends to favor flight profiles that might cause aircraft to fly into the Struna-1’s detection range. In tandem with other modern “stealth-defeating” radar systems, the Struna-1 could provide critical information to an adversary on the position and movement of stealth aircraft.

Source

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 25314
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    Dim 26 Nov 2017 - 18:53

Citation :
Russia develops new 152mm wheeled self-propelled howitzer

By Dylan Malyasov - Nov 26, 2017 | Russia


Photo by Jaroslav Gunin

Read news from Defence Blog at Flipboard.com | Subscribe to the newsletter from Defence Blog


Russian defence industry is expanding its capabilities developing new wheeled self-propelled howitzer mounted on an 8×8 high mobility truck chassis.

The first photo of new wheeled self-propelled howitzer called the 2S35-1 Koalitsiya-SV-KSh was released by journalist Jaroslav Gunin. The 2S35-1 Koalitsiya-SV-KSh howitzer was spotted during a showy event at the training ground in the Nizhny Novgorod region in August 2017.

The 2S35-1 is a self-propelled 152mm gun-howitzer, installed on an 8X8 KAMAZ-6560 truck chassis with exactly the same turret as the 2S35 Koalitsiya-SV self-propelled gun with some differences.

The new wheeled howitzer and self-propelled version are developed by JSC Central Research Institute Burevestnik, which is part of the UralVagonZavod group.

The main armament as a 152 mm gun with a range of up to 70 kilometers using precision-guided rounds and up to 40 km with standard rounds that are currently used on Msta-S. The claimed average rate of fire is around 16 rounds per minute, with a maximum rate of 20 rounds per minute. The system can automatically select the appropriate shell type for a task and the amount of charge required.

More: Yugoimport-SDPR unveils new Aleksandar 155mm/52-calibre wheeled self-propelled howitzer

The 2S35-1 Koalitsiya-SV-KSh wheeled self-propelled howitzer meets the new operational requirements as a mobility, ease of implementation and sustained firing capability.

http://defence-blog.com/army/russia-develops-new-152mm-wheeled-self-propelled-howitzer.html
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 25314
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    Jeu 4 Jan 2018 - 21:17

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 25314
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    Ven 16 Fév 2018 - 22:48

Citation :
Le fabricant russe d’armes Kalachnikov a été privatisé

Posté dans Industrie, Russie par Laurent Lagneau Le 16-02-2018




L’usine d’armement Izhmash fut créée en 1807 sur l’ordre du tsar Alexandre Ier. Par la suite, ayant gagné en importance, cette entreprise tiendra un rôle crucial dans l’histoire de la Russie (et de l’Union soviétique). Son destin basculera en 1947, quand un certain Mikhail Kalachnikov mit au point le fusil d’assaut AK-47, une arme plus solide et rustique que le Sturmgewehr 44 allemand, qui servit à sa conception.

Il est estimé que 100 millions de fusils AK-47 « Kalachnikov » circulent actuellement dans le monde… Mais, avec le régime communiste, le « camarade » Mikhail n’a pas touché le moindre kopeck sur les ventes de cette arme… Cela étant, et malgré des tentatives de diversification, notamment dans l’automobile, les affaires de l’usine Izhmash périclitèrent lentement, jusqu’au jour où, au début des années 2010, elle se trouva en grande difficulté financière.

Il fut alors décidé de la fusionner avec le fabricant des pistolets Makarov, c’est à dire l’usine d’Izhevsk, également aux prises avec de gros problèmes financiers, tout en faisant appel à des investisseurs privés. Et pour lui donner plus de visibilité, ce nouvel ensemble fut baptisé « Kalachnikov ».

Depuis, le groupe, qui fournira les nouveaux fusils d’assaut de l’armée russe (les AK-12 et AK-15), propose désormais des produits dérivés vendus dans des boutiques en « duty free » dans les aéroports et envisage de créer une ligne de vêtements.

Mais cette évolution est anecdotique par rapport à l’opération dont le groupe Kalachnivov vient de faire l’objet. En effet, le conglomérat d’État Rostec, qui détenait jusqu’alors 51% du capital, a réduit sa participation à 25% au profit d’Alexeï Krivoroutchko (actuel directeur général de Kalachnikov) et de l’homme d’affaires Andrei Bokarev, via le holding TransKomplekt.

« Le coût de la transaction s’élève à plus de 1,5 milliard de roubles », (soit environ 21 millions d’euros), a précisé Kalachnikov dans un communiqué. Selon Rostec, cette somme « représente une valorisation quasiment doublée par rapport à 2014 », c’est à dire quand il avait été fait appel à des investisseurs privés pour redresser la situation de l’armurier.

En 2014, le chiffre d’affaires de Kalachnikov (11.000 salariés) s’élevait à seulement 94 millions d’euros (7 milliards de roubles), malgré son quasi-monopole sur armes de petits calibres en Russie et ses activités dans les armes de chasse (commercialisées sous la marque Baïkal) et le tir sportif (biathlon notamment). Et le groupe avait dû faire face à une perte de 58 millions d’euros la même année.

Désormais, et malgré les sanctions occidentales contre la Russie, pour son rôle en Ukraine, Kalachnikov mise sur l’exportation pour se développer. Dans le domaine militaire, le groupe compte proposer une arme « radioélectronique non létale » contre les drones, des systèmes robotisés (comme le Soratnik), une moto « silencieuse » pour les forces spéciales et des drones de reconnaissance, via sa filiale Zala Aero.

http://www.opex360.com/2018/02/16/fabricant-russe-darmes-kalachnikov-a-ete-privatise/
Revenir en haut Aller en bas
Adam
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2525
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume de tous les Marocains
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    Mer 4 Avr 2018 - 21:59


_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 25314
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    Lun 30 Avr 2018 - 0:30

Citation :
Defence Technology

#GunsGunsGuns

The Vepr-12 is a multipurpose semi-automatic detachable-magazine shotgun, produced by Molot-Oruzhie Ltd. It is patterned after the original Kalashnikov rifle and built on the heavier RPK light machine gun receiver.
Early versions of the Vepr-12 were produced by Izhmash, with production moving to the Molot factory where the shotgun was redesigned and mass-produced. The Vepr-12 is intended to be a direct competitor to the widely popular Saiga-12 shotgun already produced by Izhmash. Like the Saiga, the Vepr-12 was designed to be a versatile weapons platform, capable of being used by hunters and professional shooters alike. With these considerations in mind, Molot introduced unique features, such as the ambidextrous safety selector, the bolt hold-open mechanism and a simplified magazine feeding mechanism

Due to the large difference in size between the 7.62×39mm cartridge and 12-gauge shells, the extractor port has been lengthened, allowing the shotgun to eject spent shells without risk of causing a stovepipe malfunction. Like all firearms with the Vepr designation, the Vepr-12 receiver is patterned after that of the RPK light machine gun. The stamped steel receiver is reinforced, thicker (1.5 mm instead of 1 mm), and more heavily constructed than a standard Kalashnikov-pattern rifle. The Vepr-12 also incorporates a unique safety catch and bolt release mechanism. A side folding stock is present on most models; however, Vepr-12 shotguns are offered with fixed stocks as well.

Instead of the standard AK safety selector, some Vepr-12 shotguns have an ambidextrous safety that can be manipulated from either side of the receiver. An unusual feature among firearms in the Kalashnikov family, the Vepr-12 sports a last round bolt hold-open mechanism. That is, the bolt locks to the rear of the receiver after the last round has been ejected. To facilitate rapid reloading of the shotgun, a bolt release lever is located inside the trigger guard, allowing the user to release the bolt without breaking grip.

The addition of a magazine well, another unusual feature for a Kalashnikov-pattern firearm, allows for "straight in" magazine insertion, as opposed to the "rock and lock" procedure required on standard AK rifles and the Saiga-12 shotgun. The Vepr-12 is also chrome lined throughout, including the gas block, barrel, and chamber, affording the shotgun excellent corrosion resistance.

Unlike the IZ-109 manually adjustable gas regulator system used on the Saiga-12, the gas system on the Vepr-12 is a clone of the IZ-433 unregulated fixed open port tappet system, allowing the Vepr-12 to cycle most commercially available 12-gauge loads, from 3.25 dram equivalent and up, without risking damage to the shotgun and without requiring any manual adjustment by the user. This versatile system is often erroneously characterized as a "self-regulating" gas system. However, no variable regulating mechanism is present. Also, like the IZ-433, the gas block lacks a screw in gas adjuster. Instead, the piston is accessed in a manner familiar to users of traditional Kalashnikov rifles, by removal of the gas tube. A notch on the operating rod allows the user to hook the piston and pull it out to the rear for cleaning. The Vepr-12 lacks the standard AK side mounting rail, instead using a Picatinny rail incorporated into the dust cover for optic mounting. The dust cover is hinged to the shotgun, allowing the user to open and close the cover without losing the zeroing of a mounted optic.

he Vepr-12 was conceived for the Russian military and law enforcement market, with civilian applications ranging from hunting to self-defense and competition use. In particular, the shotgun has carved out a niche among IPSC competition shooters, one of the Vepr-12's target audiences. With its fixed open port gas system, the Vepr-12 can effectively cycle a multitude of 12-gauge loads, making it a highly versatile semi-automatic shotgun. Much like its cousin the Saiga-12, the Vepr-12 is ideal for clay shooting, with appropriate optics.
#Phoenix





Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 25314
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    Jeu 24 Mai 2018 - 14:37

Le groupe russe Kalachnikov a publié sur YouTube une vidéo des tests de son nouveau pistolet-mitrailleur Vitiaz.

Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 25314
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    Lun 27 Aoû 2018 - 15:50

Citation :
La Russie a inventé un exosquelette pour le tir à une main


© Sputnik . Valery Melnikov

Défense
08:27 27.08.2018(mis à jour 08:43 27.08.2018)



La Russie continue de perfectionner les équipements destinés à protéger et faciliter la vie à tous ceux qui sont sous les drapeaux, mettant notamment au point un équipement spécial pour les soldats de l'armée de terre.


La Russie a testé avec succès un prototype d'un exosquelette actif doté d'un moteur électrique et d'une batterie permettant de tirer à la mitrailleuse d'une seule main, a annoncé le concepteur en chef de l'Institut central de recherche de construction mécanique de précision Oleg Faoustov.

Selon ce dernier, le modèle permet d'augmenter les possibilités physiques du militaire et de tirer avec beaucoup plus de précision.
Grâce à l'exosquelette, un soldat pourra s'acquitter de ses missions avec plus d'efficacité, portant un plus grand nombre d'équipement et se déplaçant plus rapidement.

Pour le moment, c'est l'absence de batterie suffisamment puissante qui pose encore problème, mais sa mise au point est menée par les spécialistes.

D'ici 2025, l'exosquelette actif Ratnik-3 en titane devrait équiper les militaires de l'armée russe.

Selon des experts, Ratnik, l'équipement du soldat du futur comprend, notamment, un casque blindé muni d'instruments de communication et de traitement de données, un sac à dos pour porter de l'eau et des munitions et une base mobile pour brancher l'équipement électronique.
De plus, le soldat du futur sera doté d'un fusil d'assaut équipé d'un lance-grenade et d'un appareil de pointage. Le soldat obtiendra également des bottes dotées d'un système de camouflage et d'un traceur GPS.

La composition «Permyatchka» protège 80% du corps du feu et des éclats tandis que le gilet est capable de résister aux coups de fusil de précision.

https://fr.sputniknews.com/defense/201808271037827194-russie-exosquelette-tests/
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 25314
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    Sam 15 Sep 2018 - 17:39

Citation :
La Russie se passera désormais des composants français pour les viseurs de chars


© Sputnik . Igor Zarembo

Défense
21:24 14.09.2018(mis à jour 21:25 14.09.2018)



Dans le secteur de l’industrie de défense, la substitution aux importations va bon train et la Russie a réussi à combler son besoin en dispositifs qu’elle importait par le passé de France.


En 2018, l’industrie de défense russe a complètement remplacé les composants pour les viseurs de chars qu’elle importait auparavant de France, a annoncé vendredi aux journalistes le vice-Premier ministre russe Youri Borissov.

Avant l’entrée en vigueur des sanctions, l’Hexagone livrait à la Russie des dispositifs photodétecteurs à matrice qui constituent la base des complexes de reconnaissance de visée destinés aux véhicules blindés.

«Effectivement, nous avons éprouvé des difficultés après l’introduction des sanctions et le refus des partenaires français de nous livrer ces produits. […] Mais ces systèmes ont été récrés et à partir de cette année la livraison des dispositifs photodétecteurs à matrice a commencé. Aucune dépendance n’existe désormais», a-t-il expliqué, précisant qu’ils ont été produits localement.

Et de souligner que le programme de substitution aux importations dans le secteur de l’industrie de la défense allait bon train, sans toutefois exclure la possibilité de se procurer une partie des composants électroniques sur les marchés asiatiques.

«Le monde est multipolaire et ne se réduit pas aux pays européens et à l’Amérique. Il existe de très bonnes offres dans les pays de la région du sud-est, il s’agit avant tout de la Chine, de la Malaisie et de Taïwan, où sont aujourd’hui concentrées des productions de hautes technologies», a-t-il encore indiqué.

https://fr.sputniknews.com/defense/201809141038090725-russie-composants-francais-chars/
Revenir en haut Aller en bas
FAMAS
Modérateur
Modérateur
avatar

messages : 6610
Inscrit le : 12/09/2009
Localisation : Zone sud
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    Jeu 22 Nov 2018 - 19:44

ce radar on le verra bientôt en Algérie

Citation :
An export version of the Zhuk-AME - known as Zhuk-AMEh - was unveiled at Airshow China in 2016. According to the source, several foreign MiG-29 operators have expressed interest in the sensor, with one of these potentially fielding AESA-equipped 'Fulcrum' before Russia.

Performance details of the new system are scant, but the manufacturer claims the Zhuk-AME can detect aerial targets that are around 160 km away and can simultaneously track up to 30 targets.
https://www.janes.com/article/84713/phazotron-niir-readies-new-aesa-radar-for-russian-fighter-trials

_________________
"La stratégie est comme l'eau qui fuit les hauteurs et qui remplit les creux" SunTzu  
Revenir en haut Aller en bas
http://lepeeetlebouclier.blogspot.com/
Adam
Colonel-Major
Colonel-Major
avatar

messages : 2525
Inscrit le : 25/03/2009
Localisation : Royaume de tous les Marocains
Nationalité : Maroc
Médailles de mérite :

MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    Dim 2 Déc 2018 - 20:01

Sputnik a écrit:

La Russie a terminé les tests de son système de reconnaissance d'artillerie Pénicilline




D'ici 2020, l'armée russe s'équipera de systèmes de reconnaissance d'artillerie dernier cri qui permettent de repérer à distance les positions de l'artillerie ennemie.

Les essais du nouveau système de reconnaissance d'artillerie Pénicilline s'étant achevés avec succès, deux premiers systèmes devraient être livrés à l'armée en 2020, a annoncé le service de presse du holding Roselectronika (faisant partie de Rostec).

«Les travaux de construction expérimentale ayant pris fin, les systèmes ont passé avec succès les essais. Les deux premiers exemplaires devront être livrés à l'armée en 2020», a indiqué le service de presse.

Auparavant, la revue américaine The National Interest a écrit que le système de reconnaissance sonore et thermique d'artillerie 1B75 Pénicilline pouvait devenir «un nouveau moyen pour détruire l'artillerie lourde américaine». La revue note que pour localiser des bruits et une énergie cinétique, le système se sert de quatre radars sonores et thermiques, d'une plate-forme de stabilisation et d'un module optico-électronique.

Le système de reconnaissance sonore et thermique d'artillerie Pénicilline est destiné à repérer les positions de canons d'artillerie, de mortiers et de systèmes de roquettes multiples ainsi qu'à corriger le feu de l'artillerie amie. Le système est opérationnel dans une bande de terrain large de 25 kilomètres.

Le système reçoit et traite les signaux sonores produits par des explosions et fournit une information quant à l'emplacement de ces dernières, la précision du feu ainsi que les coordonnées des canons d'artillerie. Le temps d'obtention des coordonnées d'une cible ne dépasse pas les cinq secondes. Cette information est automatiquement transmise aux unités d'artillerie se trouvant dans un rayon de 40 kilomètres.

_________________
Les peuples ne meurent jamais de faim mais de honte.
Revenir en haut Aller en bas
jf16
General de Division
General de Division
avatar

messages : 25314
Inscrit le : 20/10/2010
Localisation : france Aiacciu
Nationalité : France
Médailles de mérite :



MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    Lun 10 Déc 2018 - 21:35

Citation :
Les entreprises russes de l’armement ont connu une forte croissance de leurs ventes en 2017

Posté dans Industrie par Laurent Lagneau Le 10-12-2018




Comme tous les ans, en décembre, le Stockholm International Peace Research Institute [SIPRI] publie son palmarès des 100 plus importants industriels du secteur de l’armement au niveau mondial. En 2016, les ventes de ces derniers étaient reparties à la hausse [+1,9%], pour s’établir à 374,8 milliards de dollars, après un trou d’air dû, notamment, à une baisse des dépenses militaires américaines.

Un an après, selon le SIPRI, cette tendance à la hausse s’est confirmée, avec une progression de 2,5% des ventes de ces 100 principaux acteurs de l’industrie de l’armement. Les principaux bénéficiaires de cette hausse sont les groupes américains du secteur. Et Lockheed-Martin fait largement la course en tête, avec 44,9 milliards de dollars de ventes, soit 18 milliards de plus que Boeing, second sur le podium.

Plus généralement, les ventes des principales entreprises américaines de l’armement ont atteint les 226,6 milliards de dollars en 2017, soit 57% du marché mondial. Cinq d’entre-elles figurent parmi le « top 10 » du palmarès établi par le SIPRI.

« Les entreprises américaines bénéficient directement de la demande en armes » du Pentagone, a expliqué Aude Fleurant, directrice du programme « Armes et Dépenses militaires » de l’institut suédois.

Si le niveau des ventes des groupes américains de l’armement n’est pas une surprise en soi, celle des entreprises russes est inédit. Depuis 1989, année à partir de laquelle le SIPRI a commencé à établir son classement annuel, jamais un industriel russe ne s’était hissé dans le top 10. C’est désormais le cas avec Almaz-Anteï, connu pour fabriquer les systèmes de défense aérienne S-300 et S-400. Son chiffre d’affaires de 8,6 milliards de dollars, en progression de +17% par rapport à 2016, lui permet d’occuper la dixième place.

Au total, avec un chiffre d’affaires de 37,7 milliards de dollars (+8,5%), les entreprises russes représentent 9,5% des ventes réalisées par les groupes du Top 100 du SIPRI.

Outre Almaz-Anteï, trois autres entreprises russes classées dans le Top 100 ont aussi significativement augmenté leurs ventes. Tel est le cas d’United Engine Corporation (+25%), de High Precision Systems (+22%) et de Tactical Missiles Corporation (+19%).

« Les entreprises russes connaissent une croissance significative de leurs ventes d’armes depuis 2011 », a commenté Siemon Wezeman, un chercheur du SIPRI. « Ceci est conforme à l’augmentation des dépenses de la Russie en matière d’achat d’armes pour moderniser ses forces armées », a-t-il ajouté.

Désormais, l’industrie russe de l’armement a détrôné celle du Royaume-Uni de la seconde place, qu’elle occupait depuis 2002. Les groupes britanniques du Top 100 ont vendu pour 35,7 milliards d’armes, soit 2,3% de plus qu’en 2016, ce qui représente 9% de la production mondiale. Et BAE Systems demeure le plus important en Europe, avec 22,9 milliards de ventes, en progression de 3,3%.

Quant aux six entreprises françaises du Top 100, elles ont aussi enregistré des résultats en forte progression (+11% au total), pour atteindre 21,3 milliards de dollars. Et cela grâce à des contrats importants obtenus notamment en Inde et au Qatar (Rafale) Dassault Aviation et Naval Group ont su tirer leur épingle du jeu, leurs ventes ayant augmenté respectivement de 48% (à 2,1 milliards de dollars) et de 15% (à 4,1 milliards). Toutefois, Thales reste le premier groupe français du classement établi par le Sipri (8e place), avec des ventes s’élevant à 9 milliards de dollars.

Par ailleurs, le Sipri note la forte hausse (+24%) des ventes d’armes réalisées par les entreprises turques. « Cette augmentation importante
reflète les ambitions de la Turquie de développer son industrie d’armement afin de répondre à sa demande croissante en armes et devenir moins dépendante des fournisseurs étrangers », souligne Pieter Wezeman, chercheur principal du programme Armes et Dépenses militaires.

L’industrie indienne de l’armement a également connu une bonne année 2017, avec quatre entreprises qui, classées dans le Top 100, ont totalisé 7,4 milliards de dollars de ventes (1,9% du marché).

Cela étant, ce classement ne prend pas les résultats des industriels chinois de l’armement en compte. Or, l’on sait que les exportations d’équipements militaires de la Chine connaissent une hausse continue depuis plusieurs années (+38% sur la période 2013-2017) et que les entreprises du secteur doivent répondre à une forte demande intérieure, dans le cadre de la modernisation des capacités de l’Armée populaire de libération.

http://www.opex360.com/2018/12/10/les-entreprises-russes-de-larmement-ont-connu-une-forte-croissance-de-leurs-ventes-en-2017/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: industrie d'armement russe    

Revenir en haut Aller en bas
 
industrie d'armement russe
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Armée Irakienne
» Russian Navy - Marine Russe
» L'armement naval (torpilles, missiles, canons,...)
» 18ème festival du cinéma Russe - 18th festival of Russian movies
» 19ème festival du cinéma Russe à Honfleur du 22 au 27 Novembre 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Royal Moroccan Armed Forces :: Armement et matériel militaire :: Autres Systemes d´armes-
Sauter vers: